27/01/2010. Paludisme grave. Paludisme d importation. Paludisme grave «severe malaria»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "27/01/2010. Paludisme grave. Paludisme d importation. Paludisme grave «severe malaria»"

Transcription

1 Paludisme grave 36% de la population mondiale exposée au paludisme 515 millions de cas par an 1 ère endémie parasitaire mondiale Afrique sub-saharienne millions d exposés Jean Marie Saïssy OMS 2002 Transmission palustre Risque limité Absence de transmission Paludisme d importation Seul Plasmodium falciparum est responsable de formes graves, potentiellement mortelles de paludisme Formes graves 10% des cas de paludisme à P.falciparum: 5 à 10 millions / an Décès annuel de 1.5 à 2.7 millions de personne Entre 2001 et à 7000/an Formes graves -106 cas en en à 15 décès par an (Données CNREPIA) (Données CNR Paludisme) Populations à risque: sujets non immuns Enfant en zone d endémie Décès de plus d un million d enfants africains un enfant toutes les 40 secondes Transplanté: paludisme d importation Définitions «historiques» du paludisme grave Accès pernicieux palustre «forme suraiguë de paludisme à Plasmodium falciparum susceptible de tuer rapidement le malade en heures si un traitement spécifique n est pas rapidement et correctement institué» (A.Laveran) Paludisme grave «severe malaria» «Présence d une ou plusieurs dysfonctions d organe et/ou d une ou plusieurs dysfonctions métaboliques, secondaire(s) à la présence de P.falciparum dans le sang, présent, soit au moment du diagnostic, soit antérieurement» Paludisme grave = paludisme à P.falciparum Décès malgré un traitement étiologique efficace Par défaillance d une ou plusieurs fonctions vitales «Cerebral malaria» ou neuropaludisme accès palustre avec troubles de la conscience Notion de paludisme grave de réanimation 1

2 Physiopathologie du paludisme grave Physiopathologie Mal connue pour deux raisons essentielles -Absence de modèle animal -Travaux uniquement sur le neuropaludisme Théorie classique de Maegraith -Oedème cérébral vasogénique -Altération barrière hémato-encéphalique Mais +++ -oedème cérébral rare -pas augmentation de perméabilité hémato-encéphalique Deux théories actuelles -Théorie mécanique -Théorie immuno-inflammatoire Théorie mécanique: séquestration des hématies parasitées Théorie mécanique: Knobs Auto-agglutination Rosetting FLUX Séquestration Cyto-adhérence sur les récepteurs endothéliaux Hypoperfusion d organes Cyto-adhérence d'hématies parasitées par P. falciparum sur cellules endothéliales (Jurg GYSIN, Unité de parasitologie expérimentale, URA IPP/Univ- Med/IMTSSA EA 3282, Faculté de Médecine, Marseille) Les bases moléculaires de la cyto-adhérence Rôle de la séquestration des hématies Séquestration Ischémie Hémorragie PfEMP1 (gène var) RIFINES STEVOR Ligands parasitaires Hématie parasitée Knob Cytosquelette Membrane Erythrocytaire Récepteurs endothéliaux glycosaminoglycanes selectines Gycoprotéines (CD36) superfamille des Ig (ICAM -1) Endothélium vasculaire Mais lésions ischémiques discrètes et localisées débit sanguin cérébral maintenu 2

3 Théorie immuno-inflammatoire Activation immunitaire intense dans paludisme Libération de «toxines» malariques Activation : lymphocytes T CD4, macrophages Libération de cytokines pro-inflammatoires : TNF-a, IL-1, IL-6... Théorie immuno-inflammatoire Les cytokines : TNF-a, IL-1, IL-6... Activation des macrophages Stimulation de la cyto-adhérence Favorise la synthèse de radicaux libres Favorise la synthèse in situ de NO Théorie immuno-inflammatoire Plasmodium falciparum Intra-érythrocytaire Rupture synchrone des érythrocytes Libération de lactates Plasmodium falciparum Intra-érythrocytaire Hypoglycémie Antigène RESA Glycosyl-phosphatidylinositol (GPI) Séquestration Inflammation Activation macrophagique Cytokines Hypoperfusion d organes Accès palustre simple: sepsis Paludisme grave: sepsis severe Défaillance d un ou plusieurs organes = Paludisme grave Plasmodium falciparum Intra-érythrocytaire Activation de la coagulation Accumulation des plaquettes Knobs Toxine plasmodiale Cytoadhérence rosettes Activation endothéliale Activation macrophagique parasitised erythrocytes (malaria pigment) Obstruction capillaire Libération de cytokines leucocytes Phénomènes mécaniques Monoxyde d azote Phénomènes inflammatoires platelets (gpiibiiia) Neuropaludisme Défaillance multiviscérale Grau et al, J Infect Dis 2003 Activation de la coagulation (FT) CIVD 3

4 Autres facteurs... Microparticules circulantes (Combes V et al, Int J Parasitol, 2006) -Vésiculation cellules endothéliales par apoptose -Diminue temps de coagulation -Augmente TNF-a Altération membrane hémato-encéphalique! (Penet MF et al, J Neurosci, 2005) Oedème cérébral avec ischémie cérébrale Modifications rétiniennes au cours du paludisme grave (Beare NAV et al, Am J Trop Med Parasitol, 2007) Plus Aspects cliniques du paludisme grave Chimiosensibilité de la souche Degré d immunité (âge et zone géographique Sepsis associés Etat de base (carences, état nutritionnel) Facteurs génétiques : polymorphismes Paludisme grave de l enfant africain Enfant entre 4 mois et 4 ans Cause majeur de mortalité en zone d endémie Phase de début -Brutal le plus souvent, enfant en pleine santé -Syndrome fébrile durant plusieurs jours souvent traité empiriquement par des antipaludiques 7 jours en moyenne (1 à 27 jours) -Troubles du comportement associés parfois Phase d état Neuropaludisme: grand enfant Triade Fièvre-coma-convulsions - début brutal - coma profond - fièvre constante Hypoglycémie Anémie grave: jeune enfant aggravée par les anémies carencielles quel que soit le niveau global de la transmission (Modiano D et al. Am J Trop Med Hyg 1998) P.faciparum muliplie par 9,5 le risque de survenue d une anémie sévère (Hb < 5 g/dl) (Kahigwa E et al. Trop Med Intern Health) 4

5 Détresse respiratoire (Marsh K, Snow RW. Parassitol 1999) Respiration acidosique - isolée ou associée aux tableaux précédents - acidose métabolique grave peut simuler un neuropaludisme Autres mécanismes de la détresse respiratoire - insuffisance cardiaque par anémie, - œdème pulmonaire, pneumonie, - dyspnée d origine centrale Signes plus rares - Etat de choc - Insuffisance rénale aiguë - Oedème pulmonaire Paludisme grave de l adulte non immun En zone d endémie ( expatriés, touristes, marins.) En dehors des zones d endémie: paludisme d importation Phase d installation Primo-invasion de 5 à 10 jours hyperthermie, céphalées, myalgies, troubles digestifs Préperniciosité - accentuation des céphalées -troubles du comportement -prostration +++ -sub-ictère ++++ Nécessité d une hospitalisation urgente +++ Phase d état Syndrome fébrile > 38 C, rarement > 39 C Formes apyrétiques: «algid malaria» avec hypota Syndrome de défaillance polyviscérale Troubles neurologiques -Troubles de la conscience: profondeur très variable -Autres signes neurologiques: convulsions rares, HIC exceptionnelle -TDM/IRM: foyers ischémiques, démyélinisation Troubles psychiques isolés, non exceptionnels Autres signes fréquents - Ictère: quasi-constant, en général discret, ictère mixte - Hypovolémie: constante, hypotension avec tachycardie - Acidose métabolique: lactatémie élevée,souvent acidose - Thrombopénie: constante, isolée - Rhabdomyolyse: quasi-obligatoire - Manifestations pulmonaires encombrement bronchique aspécifique hypoxémie souvent oedème pulmonaire lésionnel initial, exceptionnel Manifestations plus rares chez l adulte Insuffisance rénale aiguë - IRA fonctionnelle constante par hypovolémie - IRA organique par tubulopathie aiguë multifactorielle Hypoglycémie rare chez l adulte Anémie sévère - anémie constante et progressive par hémolyse - fièvre bilieuse hémoglobinurique avec hémolyse intravasculaire Coagulation intravasculaire disséminée - exceptionnelle, alors que thrombopénie constante Etat de choc: «algid malaria» - hypovolémique hypokinétique - hyperkinétique de type choc septique Enfant africain Adulte non-immun Installation brutale progressive Convulsions fréquentes rares Coma profond Peu profond Ictère rare fréquent Anémie aiguë fréquente rare Hypoglycémie fréquente rare Œdème pulmonaire rare fréquent Insuffisance rénale aiguë Défaillance multiviscérale Séquelles neurologiques rare rare fréquents fréquente fréquente rares 5

6 Paludisme de la femme enceinte en zone d endémie Diminution des défenses immunitaire par la grossesse Risque maximal primigeste, troisième trimestre, travail et post partum Diagnostic de paludisme à Plasmodium falciparum Cause importante de mortalité maternelle en zone de faible endémie -hypoglycémie, surtout sous quinine en fin de grossesse -oedème pulmonaire aigu en post partum immédiat -risque majeur d avortement et de mort in utero -accouchement prématuré Paludisme congénital rare Diagnostic parasitologique de certitude Résultat dans les deux heures (RPC 2007) Frottis sanguin > goutte épaisse -Espèce plasmodiale -Densité parasitaire Tests de diagnostic rapide -HRP-2:spécifique de P.falciparum -pldh: pan-malariques Critères cliniques Diagnostic de paludisme grave Coma vrai: neuropaludisme Score de Glasgow < 10 Score de Blantyre < 3 Troubles de la conscience Score de Glasgow < 15 et > 9 Score de Blantyre < 5 et >2 Critères de l OMS 2000 Respiration acidosique Convulsions répétées Collapsus cardiovasculaire Oedème pulmonaire Saignement anormal Ictère Hémoglobinurie macroscopique Détresse respiratoire chez l enfant > 1/24 heures Pression artérielle systolique < 80 mmhg signes périphériques d insuffisance circulatoire Définition radiologique Définition clinique Définition clinique Urines rouge foncé ou noires 6

7 Critères biologiques Intérêt des critères de paludisme grave OMS 2000 Anémie sévère Enfant: Hb < 5 g/dl Adulte: Hb < 7 g/dl Hypoglycémie Glycémie < 2,2 mmol/l (40 mg/dl) Acidose Hyperlactatémie Hyperparasitémie Insuffisance rénale Bicarbonates plasmatiques < 15 mmol/l Lactates plasmatiques > 5 mmol/l Parasitémie > 4% chez non immun Créatininémie > 265 µmol/l (> 3 mg/dl) Intégration de tous les troubles de la conscience Ictère clinique devient un critère à part entière Diagnostic clinique du paludisme grave possible Distinction entre formes de l enfant et de l adulte Limites des critères de paludisme grave OMS 2000 Sont-ils synonymes de défaillance? Traitement du paludisme grave Critères de défaillances métaboliques pertinents car précis -Acidose métabolique (bicarbonates < 15 mmol/l) -Hyperlactatémie (lactates > 5 mmol/l) -Hypoglycémie (glycémie < 2.2 mmol/l) Critères de défaillances d organes flous -Troubles ventilatoires -Modifications hémodynamiques -Anomalies de l hémostase Autres critères Hyperparasitémie: valeur pronostique? -Anémie aiguë du jeune enfant: origine mixte -Hémoglobinurie exceptionnelle, souvent myoglobinurie But: guérison radicale Moyens destruction de tous les parasites de l organisme schizonticides actifs sur les formes asexuées intra-érythrocytaires voie intraveineuse: concentrations plasmatiques rapides et efficaces Difficulté souches chloroquino-résistantes et multirésistantes utilisation de schizonticides très puissants nouvelles molécules? Quinine Alcaloïde extrait du quinquina Antipaludique de référence Posologies exprimées en équivalence-base quinine-base si utilisation de sels de quinine - alcaloïdes-base si utilisation de mélanges de sels d alcaloïdes Présentation en France Mélanges de sels d alcaloïdes (Quinimax ) - gluconate de quinine et de de quinidine - chlorhydrate de cinchonine et de cinchonidine Sels basiques de quinine (Surquina ) chlorhydrate de quinine 7

8 Protocoles ( Recommandations pour la pratique clinique 2007) Dose de charge 16 mg/kg de Quinimax en 4 heures dans du sérum glucosé à 5% CI: traitement par quinine, mefloquine, halofantrine QTc > 25% Réduction de 1/3: Insuffisance hépatique Dose d entretien à partir de H+8 8 mg/kg en 4 heures toutes les 8 heures ou 24 mg/kg/24 h en perfusion continue Durée totale du traitement: 7 jours voie orale dès que possible Surveillance Quininémie quotidiennement pendant au moins 72 heures Surveillance ECG QRS, QTc quotidiennement durant toute la durée du traitement Glycémie toutes les heures pendant la dose de charge, puis toutes 4 heures Parasitémie quotidiennement jusqu à sa négativation Adjuvants à la quinine Antibiotiques Adjuvants et synergiques si sensibilité diminuée à la quinine Asie du sud-est, foret amazonienne Alternative à la quinine Dérivés de l artémisinine (qinghaosu) Clindamycine (Dalacine ) 10 mg/kg IV : 8 heures:5 jours CI: enfants< 8 ans Autres traitements -Exsanguino-transfusion -Corticoïdes -Anticorps anti-tnf, chélateurs du fer, pentoxifylline, cyclosporine A, N-acétyl cystéine EPO (Recommandations pour la pratique clinique 2007) Artémether (Paluther ) 3,2 mg/kg IM 2 fois par jour le premier jour puis 1,6 mg / kg IM une fois par jour les 4 jours suivants Artésunate 2,4 mg/kg IV en bolus à H0, 12, 24 puis une fois par jour Méta-analyse: 7 études -Arthémeter vs quinine -961 vs 956 patients -Mortalité: 14% vs 17% (p=0,08) (Artemether-Quinine Meta-analysis Study Group. Trans R Soc Trop Med Hyg 2001) Utilisable en ATU -formes quinino-résistantes (Asie du sud est) -antécédent de fièvre bilieuse hémoglobinurique -contre-indication formelle à la quinine ou adjuvants (Recommandations pour la pratique clinique 2007) 8

9 Traitement symptomatique Hospitalisation en réanimation +++ Traitement des convulsions Diazépam (Valium ): 10 mg IV (0,15 mg/kg) Phénobarbital (Gardénal ): -100 à 150 mg IM (1 mg/kg) Evolution sous traitement Autres mesures Oxygénothérapie, ventilation artificielle Remplissage vasculaire EER: hémodialyse, hémofiltration Transfusion sanguine Thérapeutiques discutables et dangereuses Héparine et AINS Plasma frais congelé, Antibiothérapie Oedème pulmonaire alvéolaire adulte non immun et femme enceinte non hémodynamique, déclenché par remplissage vasculaire cliniquement responsable d un SDRA traitement préventif: contrôle du remplissage Aggravation transitoire des troubles de conscience doit faire rechercher une méningo-encéphalite associée parfois aggravation paradoxale de mécanisme inconnu Hypoglycémie sous quinine enfant, femme enceinte action insulinosécrétrice de la quinine traitement préventif -apport glucose systématique -contrôle de la glycémie surtout en début de traitement Compications infectieuses nosocomiales immundépression spécifique du paludisme grave Pronostic Mortalité globale en Afrique noire -Plus de 90% de décès observés le sont chez l enfant -25% des décès des enfants entre 1 et 4 ans Paludisme grave de l enfant traité de 10 à 40% Adulte non immun en Afrique noire 50% de mortalité Paludisme grave d importation 1 à 30% Médecin Chef des Services Marc MORILLON HIA Laveran Marseille Séquelles neurologiques Classiquement rares, en fait fréquentes chez l enfant 9

10 Facteurs associés au décès de 1996 à 2003 (n=21 888) 96 décés = 4,4 pour 1000 Conclusion Variable Odds ratio Intervalle de confiance (95%) Age (par palier de 10 ans) 1,78 (1,56-2,02) < 0,001 P Améliorer la prévention et la formation Faire le diagnostic et traiter plus tôt Recherche clinique et physiopathologique Origine européenne Voyage en Afrique de l est Absence de chimioprophylaxie 6,79 (3,49-13,2) <0,001 3,39 (1,49-7,72) 0,02 2,07 (1,19-3,61) 0,04 «Toute fièvre, tout symptôme général, digestif, ou neurologique au retour d un séjour nécessite un avis médical urgent; il faudra alors mentionner le voyage récent» (Recommandations pour la pratique clinique 2007) Legros F et al. Risks factors for imported fatal Plasmodium falciparum malaria, France, Emerg Infect Dis,

Paludisme grave Dr DEMBELE A.S,Pr DIANGO. Djibo, Pr COULIBALY

Paludisme grave Dr DEMBELE A.S,Pr DIANGO. Djibo, Pr COULIBALY 3 e congres national de la SARMU-MALI Paludisme grave Dr DEMBELE A.S,Pr DIANGO. Djibo, Pr COULIBALY Introduction Definition: paludisme grave doit être défini comme un syndrome de dysfonction(s) d'organe(s)

Plus en détail

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique. Solenn Coz DESC réanimation médicale CHU Bordeaux

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique. Solenn Coz DESC réanimation médicale CHU Bordeaux Paludisme grave Prise en charge thérapeutique Solenn Coz DESC réanimation médicale CHU Bordeaux Paludisme en France? Paludisme d importation 4000 à 5000 cas/an en France Une centaine de cas graves Plasmodium

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE Augmentation incidence : 2003 : 350 à 500 millions (OMS) 2002 : Estimation 300 à 600 millions voyageurs /an : 100 DCD 5000 à 6000

EPIDEMIOLOGIE Augmentation incidence : 2003 : 350 à 500 millions (OMS) 2002 : Estimation 300 à 600 millions voyageurs /an : 100 DCD 5000 à 6000 LES ANTI-PALUDIQUES ACTUALITES DES INDICATIONS Dr. FAKHER KANOUN JOURNEE DE FORMATION SUR LES ANTI-PARASITAIRES EPIDEMIOLOGIE Augmentation incidence : 2003 : 350 à 500 millions (OMS) 2002 : Estimation

Plus en détail

Le paludisme d importation de l enfant est fréquent et souvent grave Le reconnaître pour le traiter en urgence

Le paludisme d importation de l enfant est fréquent et souvent grave Le reconnaître pour le traiter en urgence Le paludisme d importation de l enfant est fréquent et souvent grave Le reconnaître pour le traiter en urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Paludisme 250 millions d épisodes aigus par an 800

Plus en détail

Paludisme grave N 166. Paludisme Introduction

Paludisme grave N 166. Paludisme Introduction Paludisme grave N 166. Paludisme Connaître les circonstances imposant la recherche d'un paludisme et les examens complémentaires permettant de confirmer le diagnostic et d'évaluer le retentissement. Connaître

Plus en détail

Le Paludisme UE «De l agent infectieux à l hôte» Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP

Le Paludisme UE «De l agent infectieux à l hôte» Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP Le Paludisme UE «De l agent infectieux à l hôte» Pr P. Vincendeau UMR 177 INTERTRYP 1. Introduction PALUDISME Parasitisme hématies par 5 espèces genre Plasmodium Vecteur insectes diptères femelles genre

Plus en détail

PALUDISME. Parasitose à transmission interhumaine via un vecteur, l anophèle

PALUDISME. Parasitose à transmission interhumaine via un vecteur, l anophèle PALUDISME Parasitose à transmission interhumaine via un vecteur, l anophèle Epidémiologie 50% de la population mondiale exposée 216 millions de cas en 2010 (-5%/ 2009) 81% en Afrique subsaharienne 655

Plus en détail

Pertinence pronostique de la thrombopénie dans le paludisme d importation à Plasmodium falciparum de l adulte

Pertinence pronostique de la thrombopénie dans le paludisme d importation à Plasmodium falciparum de l adulte Pertinence pronostique de la thrombopénie dans le paludisme d importation à Plasmodium falciparum de l adulte C Rapp 1-4, E. Diop 1, A. Mayet 2, C. Ficko 1, D. Andriamanantena 1, P. Imbert 1, A. Mérens

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 99 page 1 Copyright CMIT ITEM N 99 : PALUDISME OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition Item 99 page 1 Copyright CMIT ITEM N 99 : PALUDISME OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 99 page 1 ITEM N 99 : PALUDISME OBJECTIFS TERMINAUX I. Mettre en œuvre les mesures de prophylaxie adaptée II. Diagnostiquer un paludisme III. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Etude des facteurs pronostiques du paludisme grave de l enfant l de faible transmission. Patrick Gérardin

Etude des facteurs pronostiques du paludisme grave de l enfant l de faible transmission. Patrick Gérardin Etude des facteurs pronostiques du paludisme grave de l enfant l dans une région r de faible transmission Enquête prospective dans le service de pédiatrie p de l Hôpital l Principal de Dakar, SénégalS

Plus en détail

Rôle des cytokines dans la malaria cérébrale. De la souris à l homme. GIORDANO Marilyn, JOLY Rachel, CADRA Sophie

Rôle des cytokines dans la malaria cérébrale. De la souris à l homme. GIORDANO Marilyn, JOLY Rachel, CADRA Sophie Rôle des cytokines dans la malaria cérébrale De la souris à l homme GIORDANO Marilyn, JOLY Rachel, CADRA Sophie Introduction Le paludisme Paludisme : maladie infectieuse induite par un parasite de type

Plus en détail

: rôle protecteur des plaquettes sanguines dans l immunopathologiel. du neuropaludisme?

: rôle protecteur des plaquettes sanguines dans l immunopathologiel. du neuropaludisme? Paludisme grave de l enfant l : rôle protecteur ou délétère d des plaquettes sanguines dans l immunopathologiel du neuropaludisme? P. GERARDIN 1, P. IMBERT 2, C. ROGIER 3, G.E. GRAU 4 1 Pédiatrie, Hôpital

Plus en détail

Paludisme grave de l adulte en réanimation

Paludisme grave de l adulte en réanimation 51 e Congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés Paludisme grave de l adulte en réanimation M. Wolff*, M. Soudy,

Plus en détail

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique

Paludisme grave Prise en charge thérapeutique Paludisme grave Prise en charge thérapeutique Sébastien HELOU LIMOGES 16 septembre 2009 EPIDEMIOLOGIE FRANCAISE 4000 à 5000 cas /an en France 13 cas en 3 ans de paludisme autochtone Plus de 80% de Plasmodium

Plus en détail

Conformité de la prise en charge des accès s palustres aux recommandations nationales dans un service d urgence

Conformité de la prise en charge des accès s palustres aux recommandations nationales dans un service d urgence 9ème congrès du Collège de Médecine d Urgence de Bretagne Conformité de la prise en charge des accès s palustres aux recommandations nationales dans un service d urgence Gabriel Berne - Rennes 19 mars

Plus en détail

LE PALUDISME. Epidémiologie : La répartition mondiale varie en fonction du parasite.

LE PALUDISME. Epidémiologie : La répartition mondiale varie en fonction du parasite. LE PALUDISME Généralités : Le paludisme ou malaria est la parasitose la plus létale (1-3 millions de décès par an!!) L homme est à la fois HI et HD Les horaires de piqûres se situent essentiellement entre

Plus en détail

Le Poumon et le Plasmodium MCS Parzy D. Prof Fumoux F Dr Gazin Dr Gazin P UR3P

Le Poumon et le Plasmodium MCS Parzy D. Prof Fumoux F Dr Gazin Dr Gazin P UR3P Relations hôtes parasites Le Poumon et le Plasmodium MCS Parzy D. Prof Fumoux F Dr Gazin P 1 Paludisme Un mort toutes les 30 secondes En France 5 à 6000 cas /an P. falciparum : 84% Accès graves : 3 à 6%

Plus en détail

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta

Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta CAS CLINIQUE Collège de réanimation médicale M. Oueslati, A. Trifi, Rea med la Rabta Observation: Jeune fille de 16 ans. Athlète pratiquant un sport de combat. Notion de séjour au cote d ivoire. Admise

Plus en détail

cours de collège des Maladies infectieuses- Microbiologie-Parasitologie

cours de collège des Maladies infectieuses- Microbiologie-Parasitologie cours de collège des Maladies infectieuses- Microbiologie-Parasitologie Cas clinique Dr KAABIA N Service des Maladies Infectieuses Hôpital Farhat Hached Sousse Janvier 2009 Observation M r KC, 22 ans,

Plus en détail

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique

Les états de choc. Introduction. Introduction. Introduction. Introduction. Physiopathologie. Choc septique Les états de choc Choc septique Insuffisance circulatoire aigüe secondaire à un processus infectieux responsable d une inadéquation entre besoin et apport en oxygène et pouvant entrainer une défaillance

Plus en détail

FICHE DE DECLARATION DES CAS DE PALUDISME D IMPORTATION ET AUTOCHTONE EN FRANCE

FICHE DE DECLARATION DES CAS DE PALUDISME D IMPORTATION ET AUTOCHTONE EN FRANCE CNR Paludisme Fiche n : FICHE DE DECLARATION DES CAS DE PALUDISME D IMPORTATION ET AUTOCHTONE EN FRANCE 1. Identification du patient Identifiant CNR: Année: Identifiant patient:. Nom * : Prénom * :. Date

Plus en détail

Le paludisme 29/10/2009. Schizontes hépatiques. Infection due à Plasmodium

Le paludisme 29/10/2009. Schizontes hépatiques. Infection due à Plasmodium Le paludisme Infection due à Plasmodium Quatre espèces de Plasmodium infectent l homme : P. malariae P. ovale P. vivax P. falciparum P. falciparum est l espèce responsable de complications pouvant être

Plus en détail

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14

Le choc septique. Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Le choc septique Dr Julie THISSE SAMU 88 SAU SMUR Epinal 18/03/14 Définitions Etat de choc: inadéquation prolongée entre les apports en O2 et la demande tissulaire en O2 (très souvent corréléàune baisse

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

TP Paludisme. Dr Françoise Botterel Anopheles gambiæ WHO-TDR

TP Paludisme. Dr Françoise Botterel Anopheles gambiæ WHO-TDR TP Paludisme Dr Françoise Botterel Anopheles gambiæ WHO-TDR Objectifs ECN 99, 102, 107, 190, 199, 203, 230, 297, 332, 335 Connaître le cycle : chez le vecteur, chez l homme Epidémiologie mondiale Clinique

Plus en détail

Parasitoses graves en réanimation A. Abou Bacar

Parasitoses graves en réanimation A. Abou Bacar Parasitoses graves en réanimation A. Abou Bacar RIIS, Strasbourg- octobre 2017 Liste des principales parasitoses graves Parasitoses tropicales Paludisme Trypanosomiases africaines Méningo-encéphalite amibienne

Plus en détail

Paludisme Grave d Importation

Paludisme Grave d Importation Paludisme Grave d Importation L artésunate signe t il la fin de la quinine? Fabrice Bruneel Service de Réanimation Médico-Chirurgicale Centre Hospitalier de Versailles Université de Versailles SQY Pas

Plus en détail

Accidents et Incidents Transfusionnels. Accidents et Incidents Transfusionnels

Accidents et Incidents Transfusionnels. Accidents et Incidents Transfusionnels ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG - ILE- DE- FRANCE Accidents et Incidents Transfusionnels 8 Avril 2005 Dr Anne Mercadier EFS Ile-de- France Site Pitié-Salpétrière 1 Accidents et Incidents Transfusionnels

Plus en détail

PALUDISME Cours IFSI 2015

PALUDISME Cours IFSI 2015 PALUDISME Cours IFSI 2015 Aurélie FILLION Unité de Maladies Infectieuses CH de Chalon-sur-Saône Plan Epidémiologie Paludisme et Plasmodium Tableau clinique et biologique Confirmation diagnostic Traitement

Plus en détail

Item 170. Pathologie infectieuse chez les migrants adultes et enfants :

Item 170. Pathologie infectieuse chez les migrants adultes et enfants : LE PALUDISME Item 166. Paludisme : Connaître les circonstances imposant la recherche d un paludisme et les examens complémentaires permettant de confirmer le diagnostic et d évaluer le retentissement.

Plus en détail

Cas clinique Paludisme

Cas clinique Paludisme Cas clinique Paludisme Un jeune ingénieur tunisien décroche un contrat avec Exon Mobile pour travailler en Angola pendant 3 ans. Une des clauses de son contrat est l obligation de prise hebdomadaire d

Plus en détail

Item n 99 : Paludisme

Item n 99 : Paludisme Item n 99 : Paludisme OBJECTIFS TERMINAUX I. Mettre en œuvre les mesures de prophylaxie adaptée II. Diagnostiquer un paludisme III. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Rédacteurs Dr Faddoul Minerva urgentiste CH Chalon/ Saone Date 21/11/2015 Validation Approbation Bibliographie Commission de protocoles Afssaps CNR La Pitié-Salpétrière

Plus en détail

Paludisme Grave Dr Fabrice BRUNEEL Centre Hospitalier de Versailles Service de Réanimation

Paludisme Grave Dr Fabrice BRUNEEL Centre Hospitalier de Versailles Service de Réanimation Paludisme Grave. Dr Fabrice BRUNEEL Centre Hospitalier de Versailles Service de Réanimation fbruneel@ch-versailles.fr Plan Epidémiologie Définitions Aspects cliniques Prise en charge Prix Nobel Médecine

Plus en détail

Prise en charge et prévention du paludisme d importation à Plasmodium falciparum. Révision de la Conférence de Consensus 1999

Prise en charge et prévention du paludisme d importation à Plasmodium falciparum. Révision de la Conférence de Consensus 1999 Prise en charge et prévention du paludisme d importation à Plasmodium falciparum Révision de la Conférence de Consensus 1999 Recommandations pour la Pratique Clinique 2008 Question 1 : comment réduire

Plus en détail

Du sepsis au choc septique

Du sepsis au choc septique Du sepsis au choc septique Amel FILALI Journée nationale de formation des infirmier(es) en infectiologie Lille, le 08 juin 2016 Définitions classiques Adapté de Bone et al. 1992 Un continuum INFECTION

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 99 page 1 Copyright CMIT ITEM N 99 : PALUDISME OBJECTIFS TERMINAUX INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 99 page 1 Copyright CMIT ITEM N 99 : PALUDISME OBJECTIFS TERMINAUX INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 99 page 1 ITEM N 99 : PALUDISME OBJECTIFS TERMINAUX I. Mettre en œuvre les mesures de prophylaxie adaptée. II. Diagnostiquer un paludisme. III. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Epidémiologie (2008) Le Paludisme dans le Monde

Epidémiologie (2008) Le Paludisme dans le Monde Epidémiologie (2008) Le Paludisme dans le Monde Le paludisme tue un enfant toutes les 45 secondes en Afrique et environ 1 million de personnes par an, selon les estimations de l'oms. Environ 40% de la

Plus en détail

Cas clinique. Dr Rania Ammar Zayani, Dr Nahed khmekhem, Pr Ag Fatma

Cas clinique. Dr Rania Ammar Zayani, Dr Nahed khmekhem, Pr Ag Fatma Cas clinique Dr Rania Ammar Zayani, Dr Nahed khmekhem, Pr Ag Fatma Cheikhrouhou, Pr Ag Ines Jdidi, Pr Choumous kallel, Pr Ayadi Ali, Pr Mounir Bouaziz Service de réanimation polyvalente, Laboratoire de

Plus en détail

ETATS DE CHOC. Pression artérielle = DC/VSC/RVP. DC = pré-charge/post charge/ves/fc PPC = PAM-PIC

ETATS DE CHOC. Pression artérielle = DC/VSC/RVP. DC = pré-charge/post charge/ves/fc PPC = PAM-PIC ETATS DE CHOC Insuffisance aiguë de la perfusion cellulaire entraînant une ischémie et une hypoxie cellulaire. La cellule entre alors dans un métabolisme anaérobie avec production d acide lactique entraînant

Plus en détail

Paludisme. Introduction. Epidémiologie Parasite et cycle

Paludisme. Introduction. Epidémiologie Parasite et cycle 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module d Infectiologie Introduction Paludisme Le paludisme appelé également malaria est une érythro-cytopahie provoquée par un hématozoaire du genre Plasmodium

Plus en détail

Prise en charge du paludisme

Prise en charge du paludisme Prise en charge du paludisme DU Thérapeutique Anti Infectieuse CHU Grenoble 24 Mars 2017 Dr Fabrice Bruneel Service de Réanimation - Centre Hospitalier de Versailles Université de Versailles Saint Quentin

Plus en détail

Performance diagnostique des outils biologiques dans le paludisme d importation à Plasmodium vivax de l adulte

Performance diagnostique des outils biologiques dans le paludisme d importation à Plasmodium vivax de l adulte Performance diagnostique des outils biologiques dans le paludisme d importation à Plasmodium vivax de l adulte 1 S. Larréché, 2 C. Rapp, 1 H. Delacour, 1 F. Janvier, 2 C. Ficko, 1 J.E. Pilo, 1 A. Mérens

Plus en détail

Marie MOATTI-COHEN. Service d hématologie biologique, Hôpital Antoine Béclère, Clamart

Marie MOATTI-COHEN. Service d hématologie biologique, Hôpital Antoine Béclère, Clamart Marie MOATTI-COHEN Service d hématologie biologique, Hôpital Antoine Béclère, Clamart Anémie hémolytique mécanique Hb < 12 g/dl Schizocytose Haptoglobine effondrée Thrombopénie périphérique Défaillance(s)

Plus en détail

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME

DIRECTIVES NATIONALES POUR LE TRAITEMENT DU PALUDISME REPUBLIQUE DU SENEGAL Un peuple- un But- une Foi ********************** MINISTERE DE LA SANTE ET DE LA PREVENTION MEDICALE ********************** DIRECTION DE LA SANTE ********************** DIVISION DE

Plus en détail

PALUDISME MALADIE PARASITAIRE DUE A UN PARASITE GENRE PLASMODIUM QUI INFESTE LES GLOBULES ROUGES

PALUDISME MALADIE PARASITAIRE DUE A UN PARASITE GENRE PLASMODIUM QUI INFESTE LES GLOBULES ROUGES PALUDISME I DEFINITION MALADIE PARASITAIRE DUE A UN PARASITE GENRE PLASMODIUM QUI INFESTE LES GLOBULES ROUGES II. GENERALITES -1 CAUSE DE DECES CHEZ LES ENFANTS AFRICAINS (1 MILLION/AN) -PROBLEMES ACTUELS

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE PRONOSTIC DE L INSUFISANCE RENALE AIGUE

EPIDEMIOLOGIE PRONOSTIC DE L INSUFISANCE RENALE AIGUE Promotion DU 2011-2012 Date d intervention : Octobre 2011 EPIDEMIOLOGIE PRONOSTIC DE L INSUFISANCE RENALE AIGUE Dr Jean Louis PALLOT Service de Réanimation Médico-Chirurgicale - Montreuil Incidence Pronostic

Plus en détail

Items n 181 et n 186

Items n 181 et n 186 Items n 181 et n 186 N 181 Réaction in ammatoire : aspects biologiques et cliniques Conduite à tenir : Expliquer les principaux mécanismes et les manifestations cliniques et biologiques de la réaction

Plus en détail

Plasmodium knowlesi La 5 ème espèce de Plasmodium humain? Antoine Berry Service de Parasitologie-Mycologie CHU Toulouse

Plasmodium knowlesi La 5 ème espèce de Plasmodium humain? Antoine Berry Service de Parasitologie-Mycologie CHU Toulouse Plasmodium knowlesi La 5 ème espèce de Plasmodium humain? Antoine Berry Service de Parasitologie-Mycologie CHU Toulouse Un peu d histoire Découvert en 1930 de P. knowlesi chez un macaque (Knowles et Das

Plus en détail

ANESTHESIE REANIMATION EN OBSTETRIQUE

ANESTHESIE REANIMATION EN OBSTETRIQUE ANESTHESIE REANIMATION EN OBSTETRIQUE Embolie Amniotique Stéphane MALVACHE, Thierry DEPRET 22-23 23 mars 2007 EPIDEMIOLOGIE Embolie amniotique Complication rare mais redoutable 3ème cause de mortalité

Plus en détail

Sémiologie des Etats de choc

Sémiologie des Etats de choc Sémiologie des Etats de choc Dr CHEN CHI SONG 12/11/2012 1 Introduction Urgence vitale Reconnaître Diagnostiquer étiologie Traiter 12/11/2012 2 Définition Etat de choc: survenue d une hypotension artérielle:

Plus en détail

Impact du paludisme sur l histoire naturelle et la transmission de l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. Revue de la littérature

Impact du paludisme sur l histoire naturelle et la transmission de l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. Revue de la littérature Mémoire d attestation de formation spécialisée en Médecine interne Impact du paludisme sur l histoire naturelle et la transmission de l infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine. Revue de la

Plus en détail

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique.

parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite chez le patient septique. Absence d anticorps d anti HéparineH parine-facteur Plaquettaire 4 dans la thrombopénie induite par l héparine l chez le patient septique. Docteur Cécile Chopard Anesthésiste CHI Eure-Seine Evreux 31 Mai

Plus en détail

Le paludisme grave est une maladie infectieuse redoutable. Prise en charge du paludisme grave de l adulte. m i s e a u p o i n t

Le paludisme grave est une maladie infectieuse redoutable. Prise en charge du paludisme grave de l adulte. m i s e a u p o i n t Prise en charge du paludisme grave de l adulte Management of severe malaria in adults F. Bruneel* RÉsUmÉ SUMMARY Le paludisme à Plasmodium falciparum en zone d endémie reste une priorité mondiale de santé

Plus en détail

PALUDISME DE L ENFANT Recommandations et actualités. Dr Marie Lagarde Pédiatre, Urgences pédiatriques CHU Bordeaux

PALUDISME DE L ENFANT Recommandations et actualités. Dr Marie Lagarde Pédiatre, Urgences pédiatriques CHU Bordeaux PALUDISME DE L ENFANT Recommandations et actualités Dr Marie Lagarde Pédiatre, Urgences pédiatriques CHU Bordeaux Epidémiologie Paludisme=problème sanitaire majeur à l échelle mondiale ½ population exposée.

Plus en détail

Anémie : tableau clinique

Anémie : tableau clinique Anémie Anémie : tableau clinique Symptômes et signes : Dyspnée Palpitations Malaises, asthénie, lenteur d idéation Hypotension orthostatique, tachycardie Pâleur complications : Insuffisance cardiaque,

Plus en détail

RESTRICTION HYDRIQUE DANS LE SDRA. BERENGUER Daniel DESC Réanimation 2007

RESTRICTION HYDRIQUE DANS LE SDRA. BERENGUER Daniel DESC Réanimation 2007 RESTRICTION HYDRIQUE DANS LE SDRA BERENGUER Daniel DESC Réanimation 2007 Hyperperméabilité paroi alvéolo-capillaire Fuite plasmatique vers interstitium et alvéoles Œdème pulmonaire lésionnel Altération

Plus en détail

Choc septique. DU Prise en charge des situations d urgences. Dr Julien Charpentier

Choc septique. DU Prise en charge des situations d urgences. Dr Julien Charpentier DU Prise en charge des situations d urgences Choc septique Dr Julien Charpentier Praticien hospitalier Réanimation médicale - Cochin julien.charpentier@aphp.fr Choc septique Fréquent: 10% admissions en

Plus en détail

Prise en charge du paludisme grave et compliqué

Prise en charge du paludisme grave et compliqué Prise en charge du paludisme grave et compliqué Séminaire du DESC «Maladies Tropicales» Janvier 2006. Bégin. Pr. E. Pichard Faculté de Médecine d Angers Institut Fédératif Français de Médecine Tropicale

Plus en détail

Paludisme Actualités & Perspectives

Paludisme Actualités & Perspectives Paludisme Actualités & Perspectives Etude PALURETRO : données & analyses définitives 10 èmes JNI 10 juin 2009 Lyon Fabrice Bruneel pour le Groupe PALURETRO Service de Réanimation - Centre Hospitalier de

Plus en détail

La thrombopénie induite par l héparine (TIH) A propos d une observation

La thrombopénie induite par l héparine (TIH) A propos d une observation La thrombopénie induite par l héparine (TIH) A propos d une observation Dr. Fatma GOUEDER Dr. Ahmed HAMZAOUI Laboratoire d Hématologie HMPIT Tunis le 09 Décembre 2016 Histoire de la maladie Patiente F.A

Plus en détail

Clinique du voyageur. Malaria (paludisme) Agent pathogène et mode de transmission. Epidémiologie et risque pour le voyageur

Clinique du voyageur. Malaria (paludisme) Agent pathogène et mode de transmission. Epidémiologie et risque pour le voyageur Page 1 sur 5 Clinique du voyageur Malaria (paludisme) Agent pathogène et mode de transmission La malaria est due à l infection par un parasite microscopique, le Plasmodium qui est transmis par un moustique,

Plus en détail

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières

Se S ps p i s s i Pr P is i e e n c harge e t t c odage P M P S M I S Table des matières Sepsis Prise en charge et codage PMSI Syndrome de réponse inflammatoire systémique Les infectiologues ont défini la notion de syndrome de réponse inflammatoire. Cette classification qui date de 1992 permet

Plus en détail

Paludisme grave d importation de l adulte étude multicentrique chez 400 patients

Paludisme grave d importation de l adulte étude multicentrique chez 400 patients Paludisme grave d importation de l adulte étude multicentrique chez patients F Bruneel (Versailles), F Tubach (Bichat), P Corne (Montpellier), B Mégarbane (Lariboisière), A Mathonnet (Cochin), M Wolff

Plus en détail

PALUDISME GRAVE EN TUNISIE

PALUDISME GRAVE EN TUNISIE Collège de Réanimation Médicale Octobre 2012 PALUDISME GRAVE EN TUNISIE Trifi Ahlem Rea med la Rabta PALUDISME (Malaria) Parasitose due à la présence et à la multiplication dans l'organisme d'un protozoaire

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano

Insuffisance rénale aigue. Dr. L.Albano Insuffisance rénale aigue Dr. L.Albano Insuffisance rénale aiguë (IRA) Définitions Physiopathologie: IRA obstructive IRA fonctionnelle IRA organique Clinique Complications Diagnostic Principes de traitement

Plus en détail

Insuffisance Respiratoire Aigue: IRA

Insuffisance Respiratoire Aigue: IRA Insuffisance Respiratoire Aigue: IRA L IRA est un syndrome lié à l impossibilité pour le système ventilatoire de maintenir des échanges gazeux à un niveau compatible avec la survie autonome de l organisme,

Plus en détail

«Maladies infectieuses»

«Maladies infectieuses» Descriptif d une séquence de formation Plan du cours : 2013 2014 «Maladies infectieuses» 1. Informations de base - Matière d enseignement: maladies infectieuses - Public cible : 3 ème année médecine -

Plus en détail

Sepsis-3: définitions 2016

Sepsis-3: définitions 2016 Sepsis-3: définitions 2016 Séminaire inter-régional BDX 9 mars 2017 Louis Coroller Historique Physiopathologie Sepsis Scores Choc septique Conclusion Critères de Bone 1987 Sepsis : Infection clinique,

Plus en détail

Livret de l externe de 4 ème De médecine

Livret de l externe de 4 ème De médecine Livret de l externe de 4 ème De médecine année Stage hospitalier de réanimation DEPARTEMENT URGENCE-REANIMATION Période de stage Du / / Au / / Année universitaire : 20.. 2 20.. 1 2 IDENTIFICATION DE L

Plus en détail

La prise en charge du crush syndrome en pré-hospitalier et en hospitalier. Nathalie Schepers Infirmière SIAMU DMC U09 / U1020

La prise en charge du crush syndrome en pré-hospitalier et en hospitalier. Nathalie Schepers Infirmière SIAMU DMC U09 / U1020 La prise en charge du crush syndrome en pré-hospitalier et en hospitalier Nathalie Schepers Infirmière SIAMU DMC U09 / U1020 2 Plan de l exposé Définition Etiologie Physiologie Complications La prise en

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 15 avril 2015 QUININE CHLORHYDRATE LAFRAN 224,75 mg, comprimé Boîte de 20 (34009 308 875 1 6) QUININE CHLORHYDRATE LAFRAN 449,50 mg, comprimé Boîte de 20 (34009 308 877

Plus en détail

Maladies tropicales. CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales

Maladies tropicales. CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Maladies tropicales CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux Universitaires Paris-Sud CNR Infections Rubéoleuses

Plus en détail

CHOC ANAPHYLACTIQUE PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS 22/04/2013

CHOC ANAPHYLACTIQUE PHYSIOPATHOLOGIE DEFINITIONS 22/04/2013 Dr R. AMATHIEU Choc anaphylactique Promotion DU 2012 20132013 Date d intervention : avril 2013 «Ce document est la propriété de son (ses) auteur(s) respectif(s). Toute reproduction, représentation, diffusion,

Plus en détail

NOYADES. Dr Richard Dumont SAMU/URGENCES

NOYADES. Dr Richard Dumont SAMU/URGENCES NOYADES Dr Richard Dumont SAMU/URGENCES DEFINITION Beaucoup de confusion termes approximatifs (bleu/blanc/primaire/secondaire/hydrocution.) ILCOR : état résultant d'une insuffisance respiratoire provoquée

Plus en détail

STATUT Préparations hospitalières - Liste I PRESENTATIONS

STATUT Préparations hospitalières - Liste I PRESENTATIONS QUININE (dichlorhydrate) AP-HP 300 mg/10 ml solution à diluer pour perfusion ********** QUININE (dichlorhydrate) AP-HP 100 mg/10 ml solution à diluer pour perfusion ********** Fiche d utilisation pour

Plus en détail

Neuroréanimation: Principes physiopathologiques. DES de Neurochirurgie 25 Mars 2011 Dr Braud- CHU de Rouen

Neuroréanimation: Principes physiopathologiques. DES de Neurochirurgie 25 Mars 2011 Dr Braud- CHU de Rouen Neuroréanimation: Principes physiopathologiques DES de Neurochirurgie 25 Mars 2011 Dr Braud- CHU de Rouen L agression cérébrale Primaire: traumatisme extérieur Secondaire: D origine centrale: HTIC Œdème

Plus en détail

Le NO dans l ARDS. Présenté par J.C Mirgaux Infirmier SIAMU aux Soins Intensifs site Brien 20 décembre 2013

Le NO dans l ARDS. Présenté par J.C Mirgaux Infirmier SIAMU aux Soins Intensifs site Brien 20 décembre 2013 Le NO dans l ARDS Présenté par J.C Mirgaux Infirmier SIAMU aux Soins Intensifs site Brien 20 décembre 2013 Plan 1. Introduction 2. ARDS (Acute respiratory distress syndrome) Définition traitement 3. Le

Plus en détail

Les Accidents Vasculaires Cérébraux

Les Accidents Vasculaires Cérébraux Semestre des urgences médico-chirurgicales Semestre des Cours urgences de 6 ème médico-chirurgicales année médecine Cours de Promotion 6 ème année 2016 médecine 2017 Promotion 2016 2017 Les Accidents Vasculaires

Plus en détail

Un sepsis que faire? Marielle BOYER-BESSEYRE. 17 es JNI, Lille, du 7 au 9 juin

Un sepsis que faire? Marielle BOYER-BESSEYRE. 17 es JNI, Lille, du 7 au 9 juin Un sepsis que faire? Marielle BOYER-BESSEYRE 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi du 04/03/2002) : BOYER-BESSEYRE Marielle Un sepsis

Plus en détail

Anémie isovolémique en médecine d urgence

Anémie isovolémique en médecine d urgence Anémie isovolémique en médecine d urgence LE KHAC EMILIE INTRODUCTION Anémie (OMS) Définition 13 g/dl pour l homme 12 g/dl pour la femme L anémie aux urgences Découverte fréquente Liée directement ou indirectement

Plus en détail

RECONNAISSANCE DES SIGNES DE GRAVITE. Certificat optionnel de médecine d urgence Dr Isabelle Gueffet

RECONNAISSANCE DES SIGNES DE GRAVITE. Certificat optionnel de médecine d urgence Dr Isabelle Gueffet RECONNAISSANCE DES SIGNES DE GRAVITE Certificat optionnel de médecine d urgence Dr Isabelle Gueffet Signes de gravité? Interrogatoire: -du patient +++ -du témoin direct, ou indirect Examen clinique Traitement

Plus en détail

Syndrome de détresse respiratoire aiguë

Syndrome de détresse respiratoire aiguë Syndrome de détresse respiratoire aiguë I Physiopathologie Le syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) est un syndrome se manifestant comme une détresse respiratoire aiguë, conséquence d une lésion

Plus en détail

Conduite à tenir devant une fièvre aigue récente. Dr Charaoui

Conduite à tenir devant une fièvre aigue récente. Dr Charaoui devant une fièvre aigue récente Dr Charaoui Définitions Hyperthermie pathologique dérèglement du centre hypothalamique régulateur de la température ss l action de pyrogènes Fièvre T > 37,5 C le matin et

Plus en détail

COMPLICATIONS MATERNELLES ET NÉONATALES DE L HTA AU COURS DE LA GROSSESSE

COMPLICATIONS MATERNELLES ET NÉONATALES DE L HTA AU COURS DE LA GROSSESSE COMPLICATIONS MATERNELLES ET NÉONATALES DE L HTA AU COURS DE LA GROSSESSE Camille Le Ray Maternité Port Royal, Paris Tous droits réservés - C. Le Ray HTA pendant la grossesse Morbidité sévère et mortalité

Plus en détail

DEFINITIONS ction anaphylactique : manifestations iques qui font suite à un conflit unologique à médiation IgE = ersensibilité immédiate ction anaphyl

DEFINITIONS ction anaphylactique : manifestations iques qui font suite à un conflit unologique à médiation IgE = ersensibilité immédiate ction anaphyl CHOC ANAPHYLACTIQUE Dr R. Amathieu Dr A. Avenel Service de Réanimation CHU Jean Verdier. Pr Dhonneur DEFINITIONS ction anaphylactique : manifestations iques qui font suite à un conflit unologique à médiation

Plus en détail

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011

Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 Journée Mondiale Santé 2011 IPA- 7 avril 2011 INTRODUCTION CONSENSUS Méthode de consultation et de débat ayant pour finalité d aider à la prise de décision S inscrit dans une volonté d améliorer les pratiques

Plus en détail

BIOMARQUEURS INFECTIEUX SOFOMEC 13 OCTOBRE 2011

BIOMARQUEURS INFECTIEUX SOFOMEC 13 OCTOBRE 2011 BIOMARQUEURS INFECTIEUX SOFOMEC 13 OCTOBRE 2011 Dr S. Lazarovici Dr F. Soula-Scheffer A quoi sert un biomarqueur? Différencier les patients qui ont une maladie de ceux qui ne l ont pas Permettre un diagnostic

Plus en détail

TRAITEMENT DES MENINGITES BACTERIENNES. (Hors Antibiothérapie)

TRAITEMENT DES MENINGITES BACTERIENNES. (Hors Antibiothérapie) TRAITEMENT DES MENINGITES BACTERIENNES (Hors Antibiothérapie) Ducos Guillaume DESC Réanimation Médicale Limoges Septembre 2009 CORTICOTHERAPIE Rationnel Avantages: Réduction de l inflammation des espaces

Plus en détail

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1

ROBIN 10 ans mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ROBIN 10 ans 14-15 mars 2008 DES pédiatrie Clermot Ferrand 1 ANTECEDENTS Né à terme 2003: Adénoidectomie avec paracentèse (bilan préoperatoire normal) sans complication Absence d antécédents familiaux

Plus en détail

Méningite bactérienne ou paludisme grave: Comment faire la différence?

Méningite bactérienne ou paludisme grave: Comment faire la différence? Méningite bactérienne ou paludisme grave: Comment faire la différence? Prof Alain Gervaix Dre Noémie Wagner 07.09.16 Plan de la présentation 1. Définitions 2. Méningite bactérienne 3. Neuropaludisme 4.

Plus en détail

GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS

GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS Faculté de Médecine d Alger Direction de la Pédagogie Formation Médicale Continue SOINS DE SUPPORT EN ONCOLOGIE GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS Pr M. Ramaoun Service d hématologie / CTS CHU Béni Méssous

Plus en détail

Le Paludisme. Epidémiologie mondiale (1) Epidémiologie mondiale (2) 28/09/2016. Répartition mondiale = zone intertropicale

Le Paludisme. Epidémiologie mondiale (1) Epidémiologie mondiale (2) 28/09/2016. Répartition mondiale = zone intertropicale Le Paludisme LECLERC DELPHINE Avicenne 21/09/2016 IFSI Theodore Simon Epidémiologie mondiale (1) 36 % de la population (2,3 milliards) court un risque de paludisme 300 millions de cas / an (10 cas / sec)

Plus en détail

Coagulopathie de Consommation (CC) et Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée (CIVD) des états de choc. P Sié, Laboratoire d Hématologie CHU Toulouse

Coagulopathie de Consommation (CC) et Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée (CIVD) des états de choc. P Sié, Laboratoire d Hématologie CHU Toulouse Coagulopathie de Consommation (CC) et Coagulation Intra-Vasculaire Disséminée (CIVD) des états de choc P Sié, Laboratoire d Hématologie CHU Toulouse Coagulation intravasculaire disséminée (CIVD) Situation

Plus en détail

ASTHME AIGU GRAVE CRISE D'ASTHME AIGUE SEVERE = ETAT DE MAL ASTHMATIQUE 2000 MORTS EN FRANCE LE PLUS SOUVENT EN DEHORS DE L'HOPITAL

ASTHME AIGU GRAVE CRISE D'ASTHME AIGUE SEVERE = ETAT DE MAL ASTHMATIQUE 2000 MORTS EN FRANCE LE PLUS SOUVENT EN DEHORS DE L'HOPITAL ASTHME AIGU GRAVE CRISE D'ASTHME AIGUE SEVERE = ETAT DE MAL ASTHMATIQUE I EPIDEMIOLOGIE =============== 2000 MORTS EN FRANCE LE PLUS SOUVENT EN DEHORS DE L'HOPITAL II CAUSES DE MORTALITE DE L'ASTHME GRAVE

Plus en détail

TRANSFUSION EN HEMATOLOGIE ET ONCOLOGIE CHEZ L ADULTE

TRANSFUSION EN HEMATOLOGIE ET ONCOLOGIE CHEZ L ADULTE ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG TRANSFUSION DE CGR TRANSFUSION EN HEMATOLOGIE ET ONCOLOGIE CHEZ L ADULTE Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site Pitié-Salpêtrière du sujet âgé 10/05/12

Plus en détail

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats La Transfusion en France 3 millions de produits sanguins transfusés chaque année À 500 000 receveurs 1,5 millions de donneurs

Plus en détail