BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR"

Transcription

1 Page : 1 de 6 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS RELECTURE ET MISE A JOUR LE 6 AOUT 2012 OBJET Décrire la technique de réalisation du bio nettoyage appliquée dans le cadre de l isolement septique ou protecteur d un patient. DOMAINE D APPLICATION Personnels concernés : ASHQ, aides-soignants, infirmiers des unités de soins intra ou extrahospitalières. Circonstances d application : ce protocole s applique dans les circonstances suivantes : - bio nettoyage quotidien de la chambre d un patient en isolement septique ou protecteur; - bio nettoyage de la chambre après la sortie d un patient en isolement septique, (avant la désinfection hors présence humaine par voie aérienne (DVA)). Le bio nettoyage est un préalable incontournable : on ne peut désinfecter que ce qui est propre. PLAN 1. DOCUMENTS DE REFERENCE DEFINITION MATERIEL NECESSAIRE PRODUIT MODE OPERATOIRE CONSIGNES PREALABLES TECHNIQUE MODE OPERATOIRE SI INFECTION A CLOSTRIDIUM DIFFICILE DISPOSITIF DE SUIVI ANNEXE : NOTE INFORMATION N 112/2011 TRI DU LINGE DE PATIENTS BENEFICIANT DE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES...6 NOM ET FONCTION REDACTION APPROBATION APPROBATION QUALITE VALIDATION P. BOUCHUT P. MARTIN BERTHOLE M. DUPONT C COQUAZ Infirmier Hygiéniste Coordonnateur des risques Secrétaire générale Directrice des soins associés aux soins JL VAILLEAU Président CLIN DATE ET VISA Signé le 11/12/2012 Signé le 11/12/2012 et le 12/12/2012 Signé le 17/12/2012 Signé le 19/12/2012

2 Page : 2 de 6 1. DOCUMENTS DE REFERENCE Recommandations N 8420 du conseil de l Europe : «Les opérations de bio nettoyage sont confiées à du personnel dûment formé.» Décret n du 14 mai 1991 portant statuts particuliers des aides-soignants, des agents des services hospitaliers qualifiés de la fonction publique hospitalière. Décret N du 29 juillet 2004 relatif à la profession d infirmier(ère). Recommandations SFHH : Surveiller et prévenir les infections associées aux soins septembre 2010 : hygiène des locaux R 60, R61, R62, R63 Avis de Comité Technique des Infections Nosocomiales et des Infections Liées aux Soins. Relative à la maîtrise de la diffusion des infections à Clostridium difficile dans les établissements de santé français. Recommandations SFHH : Surveiller et prévenir les infections associées aux soins septembre 2010 : précautions standard R 30, mesures spécifiques infections à C difficile R 120 R 121 Editions hospitalières : Guide pratique Décontamination Bio nettoyage Désinfection stérilisation. Documents associés : Ce protocole renvoie à d autres documents qualité internes cités dans le mode opératoire : - Protocole «Le balayage humide des sols», EHS_HYG PR 4. - Protocole «Le lavage manuel des sols», EHS_HYG PR DEFINITION Le bio nettoyage : «Traitement qui réunit le nettoyage, l évacuation des salissures et des produits utilisés avec application finale d un désinfectant. Il réduit momentanément la bio contamination d une surface, retire les éléments nutritifs des micro-organismes, stoppe leur développement, tend à l élimination du bio film.» 3. MATERIEL NECESSAIRE Sur blouse (à usage unique), Gants à usage unique (U.U), Balai trapèze, Gazes pré imprégnées, Gazes coton (pour le bio nettoyage avant désinfection hors présence humaine), Balai réservoir, Bandeaux, Lavettes, Sacs rouges hydro solubles,

3 Page : 3 de 6 Filets rouges, Sacs à linge gris, Sacs de déchets septiques : Déchets d Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI), Pulvérisateur. 4. PRODUIT Détergent-désinfectant spécifique au bio nettoyage lors d un isolement septique ou protecteur choisi par la Commission d appel d offre et validé par le CLIN. (Cf. fiche d utilisation EHS_HYG DO 4).Contacter l EOHH poste 4835 Dans la suite du document, l expression «détergent désinfectant» fait référence à ce produit détergent/désinfectant. Produit à utiliser en cas de Bio nettoyage pour C. difficile : Berlingot d eau de Javel à 9,6% à diluer (voir mode opératoire). 5. MODE OPERATOIRE 5.1 Consignes préalables Les cheveux doivent être attachés, les mains dépourvues de tous bijoux et les ongles de vernis. Les agents doivent revêtir obligatoirement leur tenue de travail, une sur-blouse (usage unique), des chaussures réservées au travail. Le matériel nécessaire doit être complet et bien disposé sur le chariot. Le chariot doit rester en dehors de la chambre lors du bio nettoyage. Utiliser autant de gazes et lavettes que nécessaire. 5.2 Technique Procéder à une hygiène des mains par friction hydro-alcoolique. Mettre les gants à U.U. Aérer la chambre. Evacuer les déchets septiques dans les sacs appropriés (jaunes). Evacuer le linge (voir annexe) Nettoyer le mobilier.

4 Page : 4 de 6 Lors de bio nettoyage avant une désinfection hors présence humaine (DVA) : - Vider placards, armoires, tiroirs - Dépoussiérer minutieusement les murs de haut en bas par balayage humide avec le balai trapèze et les gazes coton imprégnées du détergent désinfectant (chambre, toilette et/ou douche). - Nettoyer avec une lavette imbibée de détergent désinfectant les huisseries, appliques, décorations murales, les rebords de fenêtres puis le mobilier, intérieur et extérieur (lit dessus et dessous, table de nuit, siège, armoire, porte ). Pratiquer la désinfection du lavabo, douche, WC, extérieur et intérieur. Verser 2 verres du détergent désinfectant dans les siphons. Effectuer un balayage humide des sols avec les gazes pré-imprégnées (jeter les gazes dans un sac de DASRI et non dans la poubelle comme indiqué dans le protocole de balayage humide des sols) selon protocole en vigueur. Procéder ensuite au nettoyage avec le balai réservoir selon protocole en vigueur. Laisser sécher. Mettre les bandeaux et lavettes et les évacuer avec la filière du linge sale. (voir annexe) Désinfecter le matériel sur le seuil de la porte. Enlever les gants à U.U. Les jeter dans un sac à DASRI. Enlever la sur blouse et la mettre dans le sac à DASRI Effectuer des mains une hygiène des mains par friction hydro-alcoolique Ranger le matériel. 6. MODE OPERATOIRE SI INFECTION A CLOSTRIDIUM DIFFICILE But : réduire de façon rapide et drastique le réservoir de C. difficile par l application de mesures spécifiques : Suivre les mêmes consignes préalables que décrites en 5.1. Procéder à la détergence avec le produit habituel (Cf. EHS_HYG DO 9). Rincer à l eau. Laisser sécher. Préparer une solution d eau de javel comme suit : Diluer 250 ml de la solution à 9,6 % d un berlingot dans 4,5 litres d eau. Procéder à la désinfection selon la même technique que décrite précédemment (Cf.5.2.).

5 Page : 5 de 6 7. DISPOSITIF DE SUIVI Le cadre de santé de l unité veillera au bon déroulement de l opération.

6 Page : 6 de 6 8. ANNEXE : NOTE INFORMATION N 112/2011 TRI DU LINGE DE PATIENTS BENEFICIANT DE PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES

LE DECAPAGE DES SOLS THERMOPLASTIQUES

LE DECAPAGE DES SOLS THERMOPLASTIQUES Page : 1 de 5 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Relecture et mise à jour le 3 août 2012 OBJET Décrire la technique permettant de restituer un support à l état «brut»

Plus en détail

PROCEDURE ANNEXE PLAN BLANC

PROCEDURE ANNEXE PLAN BLANC Page : 1 de 5 CREATION OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS OBJET Conduite à tenir en cas de suspicion ou cas possible : Du virus émergent respiratoire DOMAINE D APPLICATION Personnel concerné

Plus en détail

PROTOCOLE. Page : 1 de 5 La Chartreuse LE BALAYAGE HUMIDE DES SOLS Créé le : 03/03/2006 Applicable le 04/09/2006

PROTOCOLE. Page : 1 de 5 La Chartreuse LE BALAYAGE HUMIDE DES SOLS Créé le : 03/03/2006 Applicable le 04/09/2006 Page : 1 de 5 MISE A JOUR N version Objet de la révision et nature des modifications OBJET Décrire la technique permettant un balayage humide des sols pour l élimination des poussières, salissures et autres

Plus en détail

Un point sur le détartrant

Un point sur le détartrant Un point sur le détartrant Pourquoi détartrer? Propreté visuelle Eviter la prolifération dupseudomonasaeruginosa Où et quand détartrer? WC : 1x par semaine.déterminer un jour dans le service Robinetteries

Plus en détail

GERER LA SALLE DE CESARIENNE EN URGENCE

GERER LA SALLE DE CESARIENNE EN URGENCE PROCÉDURE GERER LA SALLE DE CESARIENNE EN URGENCE Date : 09/2017 Page : 1/7 OBJET Optimiser la gestion et l'entretien de la salle de césarienne en urgence DOMAINE D PLICATION Le bloc opératoire décentralisé

Plus en détail

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PROCEDURE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN OU PLUSIEURS CAS DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE I - Objet : PROCEDURE : Page 1/6 Cette procédure a pour objet de décrire les règles à suivre lors d un ou plusieurs cas de Clostridium difficile. II - Diffusion : Service Action / Info Date TOUS LES SERVICES

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2014

Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2014 Unité d Hygiène et d Épidémiologie 2014 La réglementation quelques incontournables Code du Travail - Article L 231-2 du titre 3 Hygiène, sécurité et conditions de travail Paragraphe 2 : «Les établissements

Plus en détail

LE BIONETTOYAGE DES LOCAUX

LE BIONETTOYAGE DES LOCAUX LE BIONETTOYAGE DES LOCAUX Pourquoi nettoyer? Limiter la multiplication des germes sur les surfaces et dans l air Assurer un cadre agréable et sécurisant aux personnes hébergées et au personnel de l établissement

Plus en détail

PROTOCOLE PREPARATION ET POSE D UNE VOIE. SOUS CUTANEE Créé le : 01/02/2008

PROTOCOLE PREPARATION ET POSE D UNE VOIE. SOUS CUTANEE Créé le : 01/02/2008 Page : 1 MISE A JOUR N version : OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace le protocole préparation et pose de perfusion section pose sous cutanée OBJET Décrire la technique de

Plus en détail

PROCEDURE BIONETTOYAGE DES NOYAUX CENTRAUX DE CHATILIEZ

PROCEDURE BIONETTOYAGE DES NOYAUX CENTRAUX DE CHATILIEZ PROCEDURE BIONETTOYAGE DES NOYAUX CENTRAUX DE CHATILIEZ PS ENS - ENT 008 v1 2012 1/6 OBJET Maintenir une bonne qualité de l'environnement. En cohérence avec le manuel de certification V2010, les activités

Plus en détail

Les différents types de matériels d essuyage et de lavage Techniques d entretien des surfaces et des sols

Les différents types de matériels d essuyage et de lavage Techniques d entretien des surfaces et des sols Les différents types de matériels d essuyage et de lavage Techniques d entretien des surfaces et des sols Christine Lebaron IDE Hygiéniste, CHU de Rouen Véronique Bellet - IDE Hygiéniste, CHU de Rouen/

Plus en détail

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES

LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES LES PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES M. MARTEAU IDE Hygiéniste - CH Fontainebleau Septembre 2014 M.MARTEAU IDE hygiéniste février 2014 1 DEFINITION Ensemble des mesures destinées à faire barrière à la transmission

Plus en détail

Définitions : Pansement : ensemble du matériel utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d une plaie.

Définitions : Pansement : ensemble du matériel utilisé pour couvrir, protéger et favoriser la guérison d une plaie. Réalisation d un pansement Référence N 124 Date d application Version Nombre d annexes 20/12/2011 01 2 Date Nom Fonction Rédaction 26/05/2011 Groupe de travail FAQ n 65 / Annexe n 1 Vérification 21/07/2011

Plus en détail

Ecole IBODE Perfectionnement AS au bloc opératoire. Bio nettoyage au bloc opératoire 2009

Ecole IBODE Perfectionnement AS au bloc opératoire. Bio nettoyage au bloc opératoire 2009 Ecole IBODE Perfectionnement AS au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire 2009 Bio nettoyage des locaux Objectifs Maintenir l environnement propre Obtenir une propreté microbiologique en réduisant

Plus en détail

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire:

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire: Sommaire: Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS IFAS 2017. Module 6 CIDC Cadre formateur 1.Législation 2.Étude de cas Circuit du linge propre et 3.Le linge propre a. Stockage b. Du bon usage

Plus en détail

CONCOURS D AGENT DE MAITRISE TERRITORIAL

CONCOURS D AGENT DE MAITRISE TERRITORIAL FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS D AGENT DE MAITRISE TERRITORIAL MERCREDI 14 JANVIER 2015 EPREUVE : Résolution d un cas pratique DUREE 2 HEURES COEFFICIENT 3 Consignes à lire avant le commencement

Plus en détail

Désinfection d un chariot de soins

Désinfection d un chariot de soins Désinfection d un chariot de soins UE 4.1 S.1 SOINS DE CONFORT ET DE BIEN ETRE IFSI DE ST DENIS PROMOTION 2011-2014 1 1 Généralités PLAN Définition Les différents types de chariots Le chariot le plus simple

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX BIONETTOYAGE IFSI 1ÉRE ANNÉE

ENTRETIEN DES LOCAUX BIONETTOYAGE IFSI 1ÉRE ANNÉE ENTRETIEN DES LOCAUX BIONETTOYAGE IFSI 1ÉRE ANNÉE 1 SOMMAIRE 1-INTRODUCTION 2-LES DIFFERENTES ETAPES DE L ENTRETIEN DES LOCAUX: DETERGENCE OU NETTOYAGE DESINFECTION 3-LE BIONETTOYAGE :DEFINITION INDICATION

Plus en détail

MISE EN PLACE, GESTION ET RETRAIT D UN CATHETER VEINEUX PERIPHERIQUE

MISE EN PLACE, GESTION ET RETRAIT D UN CATHETER VEINEUX PERIPHERIQUE MISE EN PLACE, GESTION ET RETRAIT D UN CATHETER VEINEUX PERIPHERIQUE I OBJET et DOMAINE D APPLICATION Prévenir les infections liées aux cathéters veineux périphériques courts. Le mode opératoire concerne

Plus en détail

L hygiène des mains. CPias Normandie. Procédures. Page : 1 / 7. Rédaction Mise à jour Validation Version 3. Date : Sept 2017.

L hygiène des mains. CPias Normandie. Procédures. Page : 1 / 7. Rédaction Mise à jour Validation Version 3. Date : Sept 2017. Procédures Page : 1 / 7 Document réalisé par le, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source. PROTOCOLES Objet Décrire les différentes méthos d'hygiène s mains selon les objectifs

Plus en détail

REFECTION DES PANSEMENTS

REFECTION DES PANSEMENTS REFECTION DES PANSEMENTS Annie BRENET & Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Objectifs Matériel Technique Recommandations MAI 2013 2 Objectifs Réaliser un pansement est un acte de soin qui consiste à appliquer

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail

PROTOCOLE GALE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS ISOLE OU UNE EPIDEMIE

PROTOCOLE GALE : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS ISOLE OU UNE EPIDEMIE Page : 1 de 9 MISE A JOUR N version : 2 OBJET DOMAINE D APPLICATION OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace le protocole GQR_GRV PR 11 V2 du 15/12/2006 Décrire la conduite à

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA GRIPPE AVIAIRE

1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA GRIPPE AVIAIRE 1 / 5 1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA 1.1 La tenue de protection : elle est revêtue sur un pyjama en tissu. Les chaussures

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Journée Hygiène et Qualité des Soins 1 er octobre 2013 PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Respecter

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

V A L I D A T I O N : M o d u l e 6. Mercredi 1 er octobre Consignes d examen

V A L I D A T I O N : M o d u l e 6. Mercredi 1 er octobre Consignes d examen Institut de Formation d Aides-Soignants (IFAS) Centre hospitalier Louis Giorgi Avenue de Lavoisier B.P. 184 84106 ORANGE Cedex Tél : 04.90.11.21.64 Fax : 04.90.11.21.65 E.mail : eas@ch-orange.fr V A L

Plus en détail

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers SOMMAIRE La désinfection simplifiée La désinfection courante La désinfection approfondie L hygiène des mains L antisepsie des mains Le matériel /

Plus en détail

Lavage manuel des sols

Lavage manuel des sols Toute opération de lavage sera précédée d un balayage humide Action chimique et mécanique permettant d éliminer les salissures adhérentes sur les sols plastiques ou carrelés et sur tout sol supportant

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER :

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER : Page 1/6 I. OBJECTIFS Décrire les recommandations à appliquer lors des autopsies afin de réduire les risques de transmission d agents transmissibles conventionnels et non conventionnels dans la chambre

Plus en détail

PROCEDURE D ENTRETIEN DE LA SONDE ECHOGRAPHIQUE

PROCEDURE D ENTRETIEN DE LA SONDE ECHOGRAPHIQUE 1/7 OBJET Décontamination, détergence et désinfection de la sonde échographique DOMAINE D APPLICATION Services de radiologie et de réanimation dans le cadre des patients non à risque et des actes non à

Plus en détail

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016 BMR, BHRe Mesures d hygiène et de protection renforcées Les recommandations Lundi 11 février 2016 Béatrice HEDOUX QUEAU Cadre Hygiéniste, UHLIN Louis Mourier BMR / BHRe Des mesures adaptées - Densité de

Plus en détail

Objectifs HYGIÈNE SECOURISME - AMBULANCE 28/10/2012. Prévenir la transmission de maladies infectieuses(vih, Hépatite B, C, Tuberculose,..

Objectifs HYGIÈNE SECOURISME - AMBULANCE 28/10/2012. Prévenir la transmission de maladies infectieuses(vih, Hépatite B, C, Tuberculose,.. 1 HYGIÈNE SECOURISME - AMBULANCE Dr Zouari Abdelaziz CESU 01 SAMU du Nord-Est Objectifs 2 Prévenir la transmission de maladies infectieuses(vih, Hépatite B, C, Tuberculose,..) Travailler en toute sécurité

Plus en détail

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste L 'hygiène peut être définie comme un ensemble de méthodes visant à assurer le bien-être physique

Plus en détail

La friction hydro-alcoolique des mains

La friction hydro-alcoolique des mains La friction hydro-alcoolique des mains Conçu et réalisé par D. VIGIER, infirmière hygiéniste, Dr M. SOUSSELIER, pharmacien. mars 2008 On estime que plus de 75% des infections nosocomiales seraient dues

Plus en détail

"La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu

La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu "La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec 2013- D.Landriu Définition Concerne les matières éliminées par l organisme les selles : réservoir

Plus en détail

Hygiène hospitalière Précautions standards en unité de soins. KOUAKOU K. Bertin IPCI/DVE/HYGIENE&BIOSECURITE

Hygiène hospitalière Précautions standards en unité de soins. KOUAKOU K. Bertin IPCI/DVE/HYGIENE&BIOSECURITE Hygiène hospitalière Précautions standards en unité de soins KOUAKOU K. Bertin IPCI/DVE/HYGIENE&BIOSECURITE bertinkouakou@yahoo.fr 1 Plan Introduction Prévention technique Hygiène des mains Tenue standard

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains professionnels et résidents 1. Objectif Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des microorganismes. 2. Domaine d application-personnel

Plus en détail

PROTOCOLE POSE D'UNE SONDE NASO-GASTRIQUE

PROTOCOLE POSE D'UNE SONDE NASO-GASTRIQUE Page : 1 de 6 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace le document «Mise en place d une sonde naso-gastrique», du 27 juillet 2007 OBJET Décrire les

Plus en détail

AIDE A LA TOILETTE AU LAVABO

AIDE A LA TOILETTE AU LAVABO Page : 1/7 Date de création : Date de révision : Date d évaluation : Destinataires : Type Nom Profession Action / Info. Nom & Prénom Fonction ou Instance Date Rédaction Relecture Validation Approbation

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

«En Janvier 2017, l hygiène se met au blanc!» Journée Colines 24 janvier 2017 Salle Etoile de Jade à Saint Brévin les Pins

«En Janvier 2017, l hygiène se met au blanc!» Journée Colines 24 janvier 2017 Salle Etoile de Jade à Saint Brévin les Pins «En Janvier 2017, l hygiène se met au blanc!» Les bonnes pratiques et recommandations pour la prise en charge du linge en institution Journée Colines 24 janvier 2017 Salle Etoile de Jade à Saint Brévin

Plus en détail

Entretien des locaux en Etablissements médico-sociaux

Entretien des locaux en Etablissements médico-sociaux Entretien des locaux en Etablissements médico-sociaux «Réunion Réseau EHPAD FAM-MAS» 28 avril 2015 Introduction L entretien des locaux hospitaliers concourt à l hygiène générale de l établissement de soins

Plus en détail

Page : 1 / 7. Rédaction Vérification Validation Version 1.2. Date : Sept RRH. Dr France BORGEY Marlène ROBERT Sophie VALLET.

Page : 1 / 7. Rédaction Vérification Validation Version 1.2. Date : Sept RRH. Dr France BORGEY Marlène ROBERT Sophie VALLET. ARLIN - Basse-Normandie Procédures Page : 1 / 7 Document réalisé par l ARLIN- Basse-Normandie, utilisable par tout professionnel santé sous réserve notifier la source. PROTOCOLES Objet Décrire les différentes

Plus en détail

devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ses signes :

devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ses signes : CONDUITE A TENIR DEVANT UN CAS POSSIBLE DE GRIPPE A (H1N1) dite «Mexicaine» ou «Porcine» à bord d un navire Centre de Consultation Médicale Maritime - Rédaction : Dr. J.L. Ducassé M. Pujos CCMM / SAMU

Plus en détail

Petites scènes de la vie quotidienne

Petites scènes de la vie quotidienne 12 ème Journée du Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Protection des IAS chez les professionnels de santé, encore et toujours les précautions standard Petites scènes de la vie quotidienne Marie-Alix

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Les précautions standard Auteur : V.DENIZOT Public : Étudiants DU d Hygiène Hospitalière Besançon Version : janvier 2012 Années 80: endémie SIDA : protéger le personnel contre les infections d origine

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains professionnels et résidents 1. Objectif Appliquer une hygiène des mains adaptée à chaque activité, afin d éviter la transmission croisée manuportée des microorganismes. 2. Domaine d application-personnel

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour :

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Objet : - Codifier le circuit du linge, - Préciser les modalités de tri et de stockage du linge sale. Résumé des modifications intervenues : Le code couleur

Plus en détail

Recommandations d hygiène au cabinet de kinésithérapie. Réunion du 18/10/2012 odile milan

Recommandations d hygiène au cabinet de kinésithérapie. Réunion du 18/10/2012 odile milan Recommandations d hygiène au cabinet de kinésithérapie Réunion du odile milan Les points abordés Objectif de ces recommandations Réservoirs et facteurs de risques Tenue Hygiène des mains Précautions «standard»

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX. Formation élèves aides soignantes Melle Van de casteele IDE Hygièniste

ENTRETIEN DES LOCAUX. Formation élèves aides soignantes Melle Van de casteele IDE Hygièniste ENTRETIEN DES LOCAUX Formation élèves aides soignantes Melle Van de casteele IDE Hygièniste L entretien des locaux hospitaliers concourt à l hygiène générale d un établissement de soins. Par la réduction

Plus en détail

soignants et visiteurs Page : 1/5 DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION Indice Date Modifications 13/3/2003 Création Révision

soignants et visiteurs Page : 1/5 DESTINATAIRES TABLEAU DE MODIFICATION Indice Date Modifications 13/3/2003 Création Révision Page : 1/5 Mots clés : Habillage - tenue DESTINATAIRES Chefs de service Cadres des unités de soins Service d'hygiène Hospitalière Direction Logistique et Hôtellerie - Direction Qualité Gestion des Risques

Plus en détail

HYGIENE ET QUALITE DU LINGE / RABC FORMATION RABC

HYGIENE ET QUALITE DU LINGE / RABC FORMATION RABC FORMATION RABC Présentée par : Sylvie BARTHOD, infirmière hygiéniste Polyclinique de F.C. - 13/03/2011 1 Contenu : 1. Le malade 2. L analyse des risques 3. La norme EN 14065 4. Le circuit du lit au lit

Plus en détail

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS

PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS PRÉCAUTIONS STANDARD, PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES, LES NOUVEAUTÉS, SPÉCIFICITÉS EN CANCEROLOGIE ET HEMATOLOGIE (isolement protecteur). Soirée thématique régionale ONCOLIE 25 juin 2015 Véronique DENIZOT

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Ce quizz vous est proposé par L Équipe Opérationnelle d Hygiène Les précautions standard 1- C est vrai! «La désinfection des mains par friction est significativement plus efficace sur le plan microbiologique

Plus en détail

Procédure ENTRETIEN des LOCAUX et des EQUIPEMENTS MOBILIERS

Procédure ENTRETIEN des LOCAUX et des EQUIPEMENTS MOBILIERS Procédure ENTRETIEN des LOCAUX et des EQUIPEMENTS MOBILIERS Émetteur : Direction des Soins./CESF 0092-PR- HYG-LOC- 006 Processus : Hygiène Rubrique de classement : Hygiène - Locaux P : 1/8 Rév. 01 du 8.12.03

Plus en détail

PRELEVEMENT CAPILLAIRE POUR SURVEILLANCE GLYCEMIQUE Référence : PT/LAB/003-A Page : Page 1 sur 6. Date de diffusion : 26/03/2010 Edition : 1ère

PRELEVEMENT CAPILLAIRE POUR SURVEILLANCE GLYCEMIQUE Référence : PT/LAB/003-A Page : Page 1 sur 6. Date de diffusion : 26/03/2010 Edition : 1ère Référence : PT/LAB/003-A Page : Page 1 sur 6 Objet : Ce protocole appartient au processus de soins. Il a pour objet de codifier et optimiser la qualité du prélèvement capillaire, pour une surveillance

Plus en détail

Epidémie de gastroentérite GEA 24 décembre 2015 au 03 janvier A MARTIN ide hygiéniste ARLIN BOURGOGNE SEPTEMBRE 2016

Epidémie de gastroentérite GEA 24 décembre 2015 au 03 janvier A MARTIN ide hygiéniste ARLIN BOURGOGNE SEPTEMBRE 2016 Epidémie de gastroentérite GEA 24 décembre 2015 au 03 janvier 2016 A MARTIN ide hygiéniste ARLIN BOURGOGNE SEPTEMBRE 2016 LE 24/12/2015 L équipe met en place les précautions complémentaires selon le protocole????

Plus en détail

Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line»

Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Référence BM : Ref. Service : Utilisation d'un cathéter veineux central de type «Picc Line» Version : 0 Centre Hospitalier de Hyères SERVICE HYGIENE Nombre de pages : 5 1. OBJET Cette procédure à pour

Plus en détail

(Partie I ): Entretien des locaux et des équipements

(Partie I ): Entretien des locaux et des équipements Partie I : ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT DE LA PERSONNE (Partie I ): Entretien des locaux et des équipements Objectifs à s approprier Mobilisation des connaissances Etre capable de : Définir propre, hygiène,

Plus en détail

Indice Date Modifications 0 Création

Indice Date Modifications 0 Création Page : 1/7 Mots clés : Pratique d'hygiène pour les de plaie aiguë DESTINATAIRES - Cadres de Santé - Direction Qualité et Gestion des Risques - Pharmacie Centrale - Tous les médecins (par mail) - Service

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Cpias Ile-de-France Le lieu de soins et le risque infectieux

Plus en détail

Hygiène des locaux hospitaliers

Hygiène des locaux hospitaliers TRAVAIL COLLABORATIF GROUPE 7 CONSIGNES : Vous allez réaliser un travail collaboratif sur des situations cliniques. C est un travail de groupe que vous allez réaliser par l intermédiaire du chat "discussion

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

HYGIÈNE DES MAINS. Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016

HYGIÈNE DES MAINS. Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016 HYGIÈNE DES MAINS Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016 DÉFINITIONS Hygiène: Ensemble des règles et pratiques relatives à la santé (Petit Larousse) L hygiène hospitalière concerne la lutte

Plus en détail

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains : La place des solutions hydro-alccoliques 1 «Outil de contact» Outil de travail Richesse en germes Vecteur d infections Transmission

Plus en détail

Actualisation des Précautions Standard

Actualisation des Précautions Standard Actualisation des Précautions Standard Réunion des EMS 16 novembre 2017, Nancy N. Jouzeau infirmière hygiéniste 1 Établissements de santé Établissements médicosociaux Soins de ville Juin 2017 2 https://sf2h.net/precautions-standard-2017

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Les précautions standard Septembre 2004

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

Nouvelles recommandations : Gestion du risque infectieux préopératoire. Mise en place à la Clinique du Cèdre

Nouvelles recommandations : Gestion du risque infectieux préopératoire. Mise en place à la Clinique du Cèdre Nouvelles recommandations : Gestion du risque infectieux préopératoire. Mise en place à la Clinique du Cèdre Catherine CADINOT et Maryline LEPAGE, Infirmières Hygiénistes. Pourquoi modifier nos pratiques?

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1

LES PRECAUTIONS STANDARD. Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 LES PRECAUTIONS STANDARD Formation IFSI Unité d enseignement 2.10.S1 1 UN PEU D HISTOIRE.. En 1985, découverte VIH = virus responsable du SIDA Protection des patients et du personnel Précautions Universelles

Plus en détail

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015 Gestion des excréta Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS 20 mars 2015 Les excréta : c est quoi? Les excréta : (Mot latin n. m. pl.xixème siècle. participe passé de excernere (voir Excrément) excrementum)

Plus en détail

Notions fondamentales en hygiène

Notions fondamentales en hygiène Notions fondamentales en hygiène UE 2.10 S1, Infectiologie, Hygiène 07/09/2012 IFSI CHU ANGERS NC- CV -JFB REPRESENTATIONS du mot HYGIENE Associer 3 mots au mot «hygiène» Hygiène _ Hygiène physique Hygiène

Plus en détail

Les nouvelles précautions complémentaires CONTACT

Les nouvelles précautions complémentaires CONTACT V5 du 14/03/2011 Les nouvelles précautions complémentaires CONTACT C Équipe Opérationnelle d Hygiène Service d Hygiène Hospitalière Nouvelles précautions complémentaires CONTACT Indications majoritaires

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!»

VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!» VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!» 1 2 Les selles Principal réservoir de micro organismes : impose une gestion stricte des excréta pour limiter la transmission croisée. Tube digestif 10 9 10 11 bactéries/gr de

Plus en détail

Le bionettoyage L entretien d une chambre

Le bionettoyage L entretien d une chambre Formation Diplôme d Etat d Infirmièr(e) Unité d Enseignement 2.10 S1 Infectiologie et Hygiène : Le bionettoyage L entretien d une chambre Jeudi 29 Septembre 2011 Faculté de Versailles Saint-Quentin en

Plus en détail

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION Page 1 sur 5 Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Nadine EVEN Coordinatrice hôtelière Mireille KERHOUANT Agent social Françoise BARJONET Cadre de Santé E. LAVOCAT 1 - OBJET Les précautions

Plus en détail

L hygiène des locaux 2.8 LES BONNES PRATIQUES D HYGIENE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS POUR PERSONNES AGÉES. Maîtrise de la contamination

L hygiène des locaux 2.8 LES BONNES PRATIQUES D HYGIENE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS POUR PERSONNES AGÉES. Maîtrise de la contamination HYGIENE ET PRÉVENTION DES INFECTIONS DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS POUR PERSONNES AGÉES LES BONNES PRATIQUES D HYGIENE DANS LES ÉTABLISSEMENTS DE SOINS POUR PERSONNES AGÉES 2.8 L hygiène des locaux

Plus en détail

Gestion des gastro-entérites aiguës. explosions de symptômes, explosions épidémiques!

Gestion des gastro-entérites aiguës. explosions de symptômes, explosions épidémiques! Gestion des gastro-entérites aiguës explosions de symptômes, explosions épidémiques! Enterovirus Rotavirus Portage asymptomatique - Asymptomatique avant 6 mois - Symptomatique +++ de 6 mois à 2 ans - Asymptomatique

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Les précautions standard. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Les précautions standard Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Cadre réglementaire r et Recommandations Décret 4 mai 1994 (protection des travailleurs)

Plus en détail

PROCEDURE SIGNALEMENT A L EOHH DES PATIENTS NECESSITANT UN ISOLEMENT INFECTIEUX OU UNE INVESTIGATION EPIDEMIOLOGIQUE

PROCEDURE SIGNALEMENT A L EOHH DES PATIENTS NECESSITANT UN ISOLEMENT INFECTIEUX OU UNE INVESTIGATION EPIDEMIOLOGIQUE Page : 1 de 5 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS Annule et remplace la version V1 du 18/04/2006 OBJET Décrire les modalités de signalement des patients présentant

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Septembre 2015 Les précautions standard

Plus en détail

Rédaction Vérification Validation Version 2. Date : Fev Liliane HENRY Benoit LE HASIF Odile VIAUD. Dr France BORGEY RRH.

Rédaction Vérification Validation Version 2. Date : Fev Liliane HENRY Benoit LE HASIF Odile VIAUD. Dr France BORGEY RRH. ARLIN - Normandie Procédures (Cathéter central à insertion périphérique) Page : 1 / 5 Document réalisé par l ARLIN- de Normandie,, utilisable par tout professionnel de santé sous réserve de notifier la

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION AIDE-SOIGNANT. EVALUATION THEORIQUE NORMATIVE Questions Réponses Ouvertes Courtes Questions à choix multiples

INSTITUT DE FORMATION AIDE-SOIGNANT. EVALUATION THEORIQUE NORMATIVE Questions Réponses Ouvertes Courtes Questions à choix multiples INSTITUT DE FORMATION AIDE-SOIGNANT PROMOTION : 2006/2007 EVALUATION THEORIQUE NORMATIVE Questions Réponses Ouvertes Courtes Questions à choix multiples DATE : Jeudi 21 DECEMBRE 2006 DE : 11heures 15 à

Plus en détail

Les précautions complémentaires

Les précautions complémentaires Les précautions complémentaires Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 9 avril 2013 Amphithéâtre - Faculté de Médecine - Nancy De l isolement Aux précautions

Plus en détail

La tenue des professionnels

La tenue des professionnels Plan Le tenue des professionnels L entretien des locaux Rachel Dutrech Cadre de santé coordonnateur ARLIN Aquitaine CCLIN Sud Ouest La tenue des professionnels Recommandations CCLIN Sud Ouest 2008 Recommandations

Plus en détail

PORT DE GANTS Bonnes pratiques d utilisation Référence : PR/HYG/010-A Page :Page 1 sur 9 Date de validation : 25/10/2007 Date de remise à jour :

PORT DE GANTS Bonnes pratiques d utilisation Référence : PR/HYG/010-A Page :Page 1 sur 9 Date de validation : 25/10/2007 Date de remise à jour : Référence : PR/HYG/010-A Page :Page 1 sur 9 +X Objet : Décrire les différentes sortes de gants qui existent au centre Hospitalier de Colson, en préciser les usages et les indications, les utiliser de façon

Plus en détail

Atelier Hygiène des mains : Friction, Lavage des mains

Atelier Hygiène des mains : Friction, Lavage des mains Atelier Hygiène des mains : Friction, Lavage des mains Établissements de Santé et Instituts de Formation Inter Région Sud-Ouest Aquitaine, Guadeloupe, Guyane, Limousin, Martinique, Midi-Pyrénées, Poitou-Charentes

Plus en détail

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Les Précautions Standard Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Au cours du temps 1847 Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains

Plus en détail

Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées

Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées Quelle tenue pour faire quoi? 5 ème rencontre départementale de lutte contre les infections nosocomiales

Plus en détail

Entretien des locaux : la chambre du résidant à la Résidence Ste Geneviève

Entretien des locaux : la chambre du résidant à la Résidence Ste Geneviève Entretien des locaux : la chambre du résidant à la Résidence Ste Geneviève Entretien quotidien Entretien à fond Entretien «à blanc» La chambre du résidant : entretien quotidien Objectifs : assurer la propreté

Plus en détail

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 PRECAUTIONS STANDARD BON USAGE DES GANTS Isabelle RABERIN - Infirmière hygiéniste Stéphanie GUINAND

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-QUENTIN

CENTRE HOSPITALIER DE SAINT-QUENTIN «La gale: mesures à mettre en place pour les malades et le personnel» Version C Nombre de Pages : 14 Rédaction Nom : Service Hygiène Date : Septembre 2008 Validation Nom : CLIN Date : 22 Septembre 2008

Plus en détail