Patient sous anticoagulants et antiagrégants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Patient sous anticoagulants et antiagrégants"

Transcription

1 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2011 Sfar. Tous droits réservés. Patient sous anticoagulants et antiagrégants E. Marret*, P. Monteiro Département d Anesthésie-Réanimation, Hôpital Tenon, Groupe Hospitalier Universitaire Est, Assistance Publique Hôpitaux de Paris, 4 rue de la Chine, Paris *Auteur correspondant : Pr Emmanuel Marret Courriel : POINTS ESSENTIELS Les patients sous antithrombotiques opérés sont confrontés à une balance risque-risque Le premier risque est thrombotique avec des conséquences cliniques importantes souvent brutales. Le deuxième risque est hémorragique avec des conséquences cliniques tout aussi importantes que le risque thrombotique. L arrêt de tous les anticoagulants et/ou antiagrégants ne doit plus être systématique, mais intégrer cette notion de double risque. Certains actes peuvent être réalisés sous antivitamines K (AVK). En cas d arrêt des AVK pour une chirurgie programmé, le relais par une héparine n est pas systématique. L aspirine peut être maintenue pour une très grande majorité d interventions. Les patients sous bithérapie sont dans des situations à haut risque de thrombose. L arrêt de tous les antiagrégants les expose à une situation à haut risque. En cas d arrêt complet des antiagrégants plaquettaire, une reprise précoce doit être prévue en postopératoire. De nouvelles molécules anticoagulantes et/ ou antiagrégantes ont été mises sur le marché récemment et d autres seront probablement commercialisés dans un futur proche. INTRODUCTION Les patients devant être opérés et traités par un anticoagulant (AC) et/ou un antiagrégant plaquettaire (AAP) présentent une situation avec un double risque : la thrombose et l hémorragie. Le risque thrombotique apparait lors de l arrêt de l AC et/ou du ou des APP. Il apparait brutalement, aussi en préopératoire qu en postopératoire du fait de la réponse au stress responsable d une hypercoagulabilité et hyperagrégabilité, avec des conséquences cliniques souvent immédiates. La période périopératoire est donc une situation à risque de

2 thrombose. Le risque hémorragique apparait en per et postopératoire lié soit au maintien des traitements antithrombotiques ou soit lors de la reprise d un traitement efficace après la chirurgie. L hémorragie a des conséquences cliniques tout aussi graves que la thrombose, mais souvent moins immédiatement délétères. Les AC et les AAP sont prescrits très largement du fait de la fréquence importante des maladies cardiovasculaires dans la population. Ils ont un rôle dans la prévention primaire (éviter la survenue du premier épisode thromboembolique) et secondaire (éviter la récidive de l épisode thromboembolique). Juste qu à peu de temps, les antithrombotiques étaient peu nombreux avec principalement 3 classes médicamenteuses : l aspirine, les héparines et les antivitamines K (AVK). Les dernières années ont vu l apparition de nouvelles molécules. Ces nouvelles molécules ont permis principalement d améliorer le pronostic des patients ainsi que leur tolérance notamment en termes de surveillance. ANTITHROMBOTIQUES Ils sont représentés dans deux grandes classes : les anticoagulants interférant avec les protéines de la coagulation (figure 1) et les antiagrégants plaquettaires agissant sur la plaquette. Facteur Tissulaire VII VIIa IX/IXa VIII/VIIIa Action via l antithrombine Fondaparinux HNF HBPM X Xa II IIa Rivaroxaban Apixaban Dabigatran Fibrinogène Fibrine Figure 1.- Anticoagulants et cascade de la coagulation. Anticoagulants Héparine et héparine de bas poids moléculaire Les héparines sont des polysaccharides sulfatés interagissant qui se lient à l antithrombine, permettant d exercer les effets anticoagulants 1. La liaison thrombine-antithrombine grâce à un pentasaccharidé (5 sucres) inhibe l activité de nombreuses protéases de la voie de coagulation (facteur XIIa, XIa, Xa, IXa et IIa). L héparine non fractionnée (HNF) est un large mélange de polysaccharide, injectable par voie intraveineuse ou sous-cutanée. Elle est notamment

3 caractérisée par une demi-vie d élimination courte et peut être antagonisée par le sulfate de protamine (1 UI de protamine neutralise 1UI d héparine). Elle est donc utilisée comme anticoagulant en peropératoire. En périopératoire, l HNF est utilisé principalement à dose curative soit en postopératoire du fait de sa demi-vie courte et de la possibilité de reverser son effet par le sulfate de protamine ou soit en préopératoire dans le cadre d un relais des AVK. En postopératoire, elle est parfois privilégié dans les situations à risque hémorragique important nécessitant une reprise des anticoagulants à dose efficace du fait de sa demi-vie d élimination rapide et l action de la protamine. Le temps de céphaline activée (TCA) ou l activité anti-xa (héparinémie) permet de quantifier son activité avec un retour aux valeurs normales lorsque l activité anticoagulante disparait. L ACT (activated clotting time ou temps de coagulation activé sur sang total) permet aussi de quantifier l activité de l héparine en preopératoire. Sa mesure permet d adapter la dose du bolus initial d héparine puis sa surveillance de décider la nécessité des réinjections. D autres tests sont commercialisés comme la mesure du temps de thrombine sur sang total (HiTT, high thrombin time, Hemochron ) ou de l héparinémie (Hepcon ). L HNF a le risque le plus élevé de thrombopénie immuno-allergique (TIH). Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont obtenues à partir de différents procédés chimiques ou enzymatiques de l HNF permettant d avoir des molécules avec un poids moléculaire inférieur à Da 1. Elles agissent comme l HNF via leur interaction avec l antithrombine avec une action préférentiellement sur le facteur Xa. Par rapport à l HNF, elles ont l intérêt d avoir une meilleure biodisponibilité, un effet anticoagulant plus prévisible, un risque de TIH plus faible et une demi-vie plus prolongée avec une élimination principalement rénale. En périopératoire, elles sont largement utilisées à dose prophylaxique dans le cadre de la prévention de la maladie thromboembolique veineuse en chirurgie et en obstétrique. Elles sont aussi administrées à dose curative en préopératoire lorsqu un relais des AVK est indiqué. Les molécules sont nombreuses : daltéparine (Fragmine ), enoxaparine (Lovenox ), nadroparine (Fraxiparine ), réviparine (Clivaparine ), tinzaparine (Innohep ). Fondaparinux Le fondaparinux (Arixtra ) est une molécule de synthèse représentant les 5 sucres (pentasaccharide) qui se lie à l antithrombine 1,2. Il a une activité anti-xa. Il est indiqué pour la thromboprophylaxie en chirurgie majeure orthopédique ou abdominale et lors du traitement initial des épisodes aigues de maladie thromboembolique veineuse. Le fondaparinux n a pas actuellement sa place dans les relais des AVK. Antivitamines K Les AVK interférent avec le cycle de régénération de la vitamine K au niveau hépatique et diminue donc la synthèse des facteurs de la coagulation vitamine K dépendants : II, VII, IX, X 3. Ils existent des AVK d action courte (Sintrom (acénocoumarol), Pindione (phenindione)) ou prolongée (Previscan (fluindione), Coumadine (warfarine)). Leur durée d action reste prolongée sur plusieurs jours et est dépendant de la molécule utilisée ainsi que du taux du facteur de coagulation sous traitement ainsi que la demi-vie de résynthèse des facteurs de coagulation. Ils sont utilisés au long cours pour prévenir soit la survenue ou la récidive d une maladie thromboembolique chez les patients aux antécédents de maladie

4 thromboembolique veineuse, fibrillation auriculaire, d embolie systémique ou cardiaque ou porteur d une valve cardiaque. On estime qu environ 1 % de la population française reçoit des AVK et qu ils sont au premier rang des accidents iatrogènes hémorragiques. Leur efficacité est surveillée biologiquement grâce à l INR qui se situe habituellement entre 2 et 3 (3,5) voir plus dans certaines situations à haut risque thrombogène. Le risque de sous dosage ou de surdosage est fréquent notamment du fait des nombreuses interactions. L effet des AVK sur la coagulation peut être immédiatement reversé par l administration intraveineuse des facteurs de coagulation ou de manière décalée (en 12 à 24 heures) par la prise de vitamine K orale ou intraveineuse. Nouveaux anticoagulants Ces dernières années ont vu le développement de nouveaux anticoagulants oraux dans le but d améliorer à la fois l efficacité et la tolérance des anticoagulants en comparaison aux AVK pris au long cours 2. Le dabigatran (Pradaxa ) est un inhibiteur direct et spécifique de la thrombine (IIa). Le dabigatran est administré en 2 prises par jour et est éliminé principalement par le rein. Il n existe pas d antidote spécifique. Il ne nécessite pas de surveillance biologique de son efficacité en routine. Il est actuellement indiqué pour la thromboprophylaxie veineuse après arthroplastie de hanche et de genou et est en passe de l être pour les patients en fibrillation auriculaire ayant une indication aux AVK. Le rivaroxaban (Xarelto ) est un autre anticoagulant oral qui lui inhibe spécifique le facteur Xa. Il est administré en une prise par jour et est éliminé à la fois par le rein et le foie. Comme pour le dabigatran, il n est pas nécessaire de surveiller son activité biologique et il n existe pas actuellement d antidote spécifique. Il a actuellement une autorisation de mise sur le marché pour la thromboprophylaxie veineuse après arthroplastie de hanche et de genou, mais ses indications pourraient être élargies vers les patients traités par AVK. Antiagrégants plaquettaires Aspirine et autres inhibiteurs de la cyclooxygénases L aspirine a une activité antiagrégante via une inhibition irréversible de la cyclooxygénase plaquettaire (COX-1 plaquettaire) 4. Son bénéfice pour diminuer le risque de la maladie athéro-thrombotique est démontré depuis longtemps et de nombreux patients (estimés à 3 à 5% de la population française) atteints ou à risque de coronaropathie ou d artériopathie (cérébrale, des membres inférieurs, de l aorte, etc.) sont traités par aspirine. L arrêt de l aspirine expose les patients à des risques d accidents artériels coronariens, cérébraux ou au niveau des membres inférieurs. Ce problème est encore plus critique lorsque les patients sont porteurs d un stent notamment pharmaco-actif au niveau coronaire. Les anti-inflammatoires sont aussi des inhibiteurs de la cyclooxygénase plaquettaire mais avec une action réversible. Clopidogrel et ticlopidine Le clopidogrel est une thiénopyridine ayant remplacé la ticlopidine 4,5. Son mécanisme d action passe par une inhibition irréversible du récepteur plaquettaire P2Y12 à l ADP. Ils sont fréquemment utilisés en association avec l aspirine dans les suites de la pose d une endoprothèse coronaire afin de limiter le risque de thrombose (association pendant 6 semaines

5 après la pose d un endoprothèse nue ou 6 à 12 mois voire plus si stent pharmaco-actif). Le clopidogrel peut être aussi utilisé comme seul agent antiplaquettaire dans le cadre de la prévention secondaire de la maladie athéro-thrombotique. Il a été démontré au cours des dernières années que tous les patients n avaient pas le même degré d inhibition de la fonction plaquettaire sous clopidogrel conduisant au fait que la clopidogrel pouvait avoir une efficacité variable selon les patients (biodisponibilité variable, interaction médicamenteuse). Ces données a conduit au développement et à la commercialisation de nouveaux antiagrégants plaquettaires. Nouveaux antiagrégants plaquettaires Le prasugrel (Efient ) est aussi une thiénopyridine (inhibiteur irréversible du récepteur plaquettaire P2Y12 à l ADP), mais avec un degré d inhibition plaquettaire plus important que le clopidogrel 4,5. Il est indiqué actuellement uniquement en association avec l aspirine et a montré sa supériorité par rapport au clopidogrel lors d une angioplastie avec pose de stent mais avec une augmentation du risque hémorragique. Le ticagrelor est un autre inhibiteur oral du récepteur plaquettaire P2Y12 à l ADP mais avec action réversible. Il devrait être prochainement commercialisé dans la même indication que le prasugrel en association avec l aspirine. Tableau 1.- Antiagrégant plaquettaire disponible par voie orale Molécules Cible au niveau de la plaquette Inhibition Durée recommandée d arrêt préopératoire si besoin Aspirine COX Irréversible 3 jours AINS COX Réversible Selon demi-vie Clopidogrel Récepteur à l ADP Irréversible 5 jours Prasugrel Récepteur à l ADP Irréversible 7 jours Ticagrelor Récepteur à l ADP Irréversible 5 jours COX : cyclooxygénase. ADP : adénosine diphosphate.

6 Autres agents antiplaquettaires Ils existent d autres agents disponibles dont certains existent uniquement par voie intraveineuse. Ils sont administrés en présence d un syndrome coronaire aiguë. Leur demi-vie d élimination est souvent courte permettant une chirurgie dans les heures qui suivent l arrêt de la perfusion. Certains sont des antagonistes des glycoprotéines IIb/IIIa de la membrane plaquettaire (antiiib/iiia tirofoban, eptifibatide et abciximab). Le ticagrelor est un inhibiteur réversible du récepteur plaquettaire P2Y12 à l ADP en cours de développement. Le dypiridamole diminue l activité de la phosphodiestérase avec pour conséquence une réduction du calcium dans la plaquette conduisant à un effet antiagrégant plaquettaire. Son action ne se limite pas à la plaquette et il présente aussi des propriétés vasodilatatrices. Il a montré son efficacité en association à l aspirine pour diminuer les récidives d accident vasculaire cérébral dans les 2 ans qui suivent l épisode aigu. Il est aussi prescrit chez certains patients porteurs de valves mécaniques cardiaques sous anticoagulants. GESTION PÉRIOPÉRATOIRE D UN PATIENT SOUS ANTICOAGULANT Deux situations sont à considérer selon que le patient est opéré dans un contexte d urgence ou de chirurgie programmée. Les héparines sont arrêtées avant la chirurgie sauf exception 6,7. En cas de chirurgie programmée, la chirurgie est habituellement possible dans les 4 à 6 heures après l arrêt de la perfusion d HNF ou dans les 8 à 12 heures après une injection sous cutanée. Son activité peut être surveillée par la mesure du TCA. Pour les HBPM, le délai est plus long avec une dernière injection devant avoir lieu 24 heures avant la chirurgie en cas de prise à dose curative. En cas de thromboprophylaxie, les HBPM doivent être arrêtées au moins 12 heures avant l acte chirurgical. La mesure de l activité anti-xa n est pas recommandée en pratique courante En postopératoire, les HBPM sont habituellement reprises à partir de la 6 e heure. En cas de réalisation d une anesthésie périmédullaire, ce délai peut être retardé à la 12 e heure voire la 24e heure en cas de difficultés techniques et/ou de ponctions multiples. Les AVK ne sont pas toujours arrêtés avant une chirurgie programmée 8. Certains actes peuvent être réalisées comme la chirurgie de la cataracte ou cutanée ainsi que certains buccodentaires ou d endoscopie digestive. Dans la majorité des situations, un arrêt des AVK est programmé 4 à 5 jours avant l intervention. Un relais par une HNF à dose curative (intraveineuse ou sous-cutanée) ou une HBPM à dose curative en deux injections est réalisé en cas de risque de thrombose élevé : prothèse mécanique cardiaque, fibrillation auriculaire avec antécédent thromboembolique ou MTEV à haut risque. La dernière injection ou l arrêt de l héparine suivent alors les recommandations habituelles. Dans les autres situations, les AVK peuvent être arrêtés sans relais par HNF ou HBPM. Il est souhaitable que les interventions aient lieu le matin chez ces patients afin d éviter de prolonger la durée sans anticoagulant. En postopératoire, les anticoagulants doivent être repris à dose curative dans les 48 heures soit par HNF ou HBPM en attendant la reprise et l efficacité des AVK. En cas de chirurgie urgente, l action des AVK peut être levée par l administration de vitamine K per os ou intraveineuse (5 mg). Cette réversion n est pas immédiate et prend

7 habituellement 12 à 24 heures. Seule, cette pratique n a intérêt qu en cas de chirurgie avec une urgence pouvant être différée. En cas de chirurgie urgente, il est alors nécessaire d administrer des facteurs de la coagulation vitamine K dépendant par voie intraveineuse afin d avoir une efficacité hémostatique immédiate, mais de durée limitée et de la vitamine K qui aura un effet retardé, mais prolongé. L efficacité est mesurée par le dosage de l INR. La gestion périopératoire des patients sous nouveaux anticoagulants n est encore clairement codifiée, mais devrait l être dans un avenir proche en tenant compte de l activité anticoagulante plus courte que celle observée avec les AVK, mais aussi de l absence d antidote. GESTION PÉRIOPÉRATOIRE D UN PATIENT SOUS ANTIAGRÉGANT La gestion périopératoire d un patient sous AAP pose les mêmes questions que celles d un patient sous anticoagulant : quelle prise en charge selon que l acte soit programmé ou non? Que faire en cas d hémorragie? La possibilité de réaliser ou non une anesthésie locorégionale ne sera pas abordée. Dans le cadre d une chirurgie urgente, il n existe pas d antidote pour les agents antiplaquettaires. La transfusion de plaquettes n est pas recommandée en prophylactique, mais en curatif. En cas de chirurgie programmée, l attitude est variable selon la molécule considérée 4-6,8. Les patients recevant plusieurs agents antiplaquettaires peuvent être considérés comme à très haut risque thrombotique. Dans les autres situations, l arrêt des agents antiplaquettaires peut conduire aussi à un accident thrombotique avec des conséquences pouvant être dramatiques (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral et ischémie aiguë des membres). L arrêt du dernier agent antiplaquettaire est la situation la plus à risque conduisant le patient vers une période sans inhibition de la fonction plaquettaire. Ceci conduit à considérer que le traitement antiplaquettaire ne doit être arrêté qu en cas de nécessité absolue après avoir évalué la balance risque thrombotique - risque hémorragique. L arrêt de l aspirine avant une chirurgie n est plus systématique 8. Le risque hémorragique peropératoire de l aspirine apparait faible. Ce qui conduit à réaliser actuellement de nombreux actes sans arrêter l aspirine. Les techniques chirurgicales ont aussi évolué pour s adapter à la prise en charge de ces malades (résection de la prostate par laser par exemple). Si un arrêt est décidé par l équipe, un délai de 3 jours est actuellement proposé avant la chirurgie. Durant cette courte période, l efficacité d un relais par un autre antithrombotique de durée d action courte n a pas été démontrée. Une reprise précoce de l aspirine dans les 48 heures qui suivent l intervention est à prévoir afin de limiter la durée de l arrêt. Le risque hémorragique d une chirurgie sous clopidogrel seul est moins connu même si l expérience de certaines équipes les conduit à maintenir ce traitement pour certains actes chirurgicaux. Si un arrêt est envisagé, deux attitudes sont proposées en cas de monothérapie antiplaquettaire par clopidogrel : soit un relais par aspirine qui a l avantage de maintenir une activité antiplaquettaire pendant toute la période périopératoire (avant, pendant et après la chirurgie); soit un arrêt sans relais, 5 jours avant la chirurgie. Dans ce dernier cas, la reprise

8 du clopidogrel devra être faite le plus précocement après la chirurgie afin de limiter à la durée minimale la période sans AAP. La prise en charge périopératoire des patients prenant deux AAP est devenue courante. Ces patients coronariens sont à considérer comme à haut risque de thrombose. L attitude habituellement privilégiée est le maintien de l aspirine avec un arrêt de l autre AAP : 5 jours pour le clopidogrel ou ticagrelor, 7 jours pour le prasugrel. Une reprise après la chirurgie devra aussi être programmée en sachant que les associations d AAP exposent à un plus grand risque hémorragique. Finalement, en cas d arrêt des AAP, une reprise précoce en postopératoire doit être prévue afin de limiter la période sans traitement antiagrégant. Dans ce contexte, certains auteurs proposent alors d administrer une dose de charge lors de la première prise d AAP. CONCLUSION La prise en charge périopératoire des patients sous AAP et/ou AC représente un défi en anesthésie-réanimation du fait d une balance risque-risque : risque hémorragique-risque thrombotique. Des recommandations permettent d appréhender cette première difficulté. Au delà de la gestion des antithrombotiques, ces patients sont porteurs de maladies cardiovasculaires souvent sévères, qui représentent un autre défi de leur prise en charge périopératoire. REFERENCES 1. Leclerc-Foucras S, Mertes PM, N'Guyen P. Quels sont les moyens thérapeutiques (physiques, mécaniques, médicamenteux) disponibles et leurs modalités de surveillance? Ann Fr Anesth Reanim. 2005;24: Levy JH, Key NS, Azran MS. Novel oral anticoagulants: implications in the perioperative setting. Anesthesiology. 2010;113: Ansell J, Hirsh J, Hylek E, Jacobson A, Crowther M, Palareti G; American College of Chest Physicians. Pharmacology and management of the vitamin K antagonists: American College of Chest Physicians Evidence-Based Clinical Practice Guidelines (8 th Edition). Chest. 2008;133(6 Suppl):160S-198S 4. Hall R, Mazer CD. Antiplatelet drugs: a review of their pharmacology and management in the perioperative period. Anesth Analg. 2011;112: Albaladejo P, Godier A, Samama M. Anciens et nouveaux agents antiplaquettaires: Implications pour l anesthésiste. Sang Thrombose Vaisseaux 2010;22: Douketis JD, Berger PB, Dunn AS, Jaffer AK, Spyropoulos AC, Becker RC, Ansell J; American College of Chest Physicians. The perioperative management of antithrombotic

9 therapy: American College of Chest Physicians Evidence-Based Clinical Practice Guidelines (8th Edition). Chest. 2008;133(6 Suppl):299S-339S 7. Prise en charge des surdosages, des situations à risque hémorragique et des accidents hémorragiques chez les patients traités par antivitamines K en ville et en milieu hospitalier. Recommandation Pour la Pratique Clinique. Sang Thromb Vaiss 2008;20: Albaladejo P, Marret E, Piriou V, Samama CM; et le groupe de travail. Gestion du traitement antiplaquettaire oral chez les patients porteurs d'endoprothèses coronaires. Ann Fr Anesth Reanim. 2006;25:796-8.

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK.

FORGENI 17/09/2009. Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. FORGENI 17/09/2009 Prise en charge des surdosages, des accidents et du risque hémorragique liés à l'utilisation des AVK. Recommandation HAS avril 2008 P NAMBOTIN, R BOUSSAGEON, J L MAS, J M ORIOL, B SENEZ

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Pharmacologie Spécialisée Plan Introduction Physiopathologie de l agrégation

Plus en détail

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux

Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Gestion périopératoire et des évènements hémorragiques sous nouveaux anticoagulants oraux Anne GODIER Service d Anesthésie-Réanimation Hopital Cochin Paris Table ronde anticoagulants 15 novembre 2013 Conflits

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III 1 2 Hémostase primaire : Réaction vasculaire: vasoconstriction Réaction plaquettaire: Adhésion plaquettaire Sécrétion plaquettaire Agrégation plaquettaire Hémostase secondaire = coagulation Voie intrinsèque

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pr. Alessandra Bura-Rivière, Service de Médecine Vasculaire Hôpital Rangueil, 1 avenue Jean Poulhès, 31059 Toulouse cedex 9 INTRODUCTION Depuis plus de cinquante ans, les héparines

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants UE :Cardio-vasculaire Pharmacologie Date :22/11/2011 Plage horaire : 17h/18 Promo : PCEM2 Enseignant : bouchet Ronéistes : Goya Alice goia_alice@yahoo.com Neggia Gillian maudibb@voila.fr Les anti-agrégants

Plus en détail

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE.

NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. 1 NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX ET ANTIAGRÉGANTS ORAUX : FACE À UNE UTILISATION RÉSONNÉE. ATTITUDE PREOPERATOIRE FACE AUX ANTIAGREGANTS. Dr. AS Dincq Service d Anesthésie 2 1. INTRODUCTION. Prescription

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs :

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs : ANTICOAGULANTS & THROMBOLYTIQUES Objectifs : Prescrire et surveiller un traitement anticoagulant à titre préventif et curatif, à court et à long terme. Savoir classer les différents anticoagulants par

Plus en détail

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP

Recommandations AFU/SFAR/AFCA/ANAP 83983 Volume 23 - Novembre 2013 - hors- série 6 Chirurgie ambulatoire en Urologie Cette recommandation de bonne pratique a reçu le label de la HAS. Ce label signifie que cette recommandation de bonne pratique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Céline Moch Docteur en pharmacie Cours infirmier 30 octobre 2012 Epidémiologie En 2011, environ 4% de la population française affiliée au régime général de la

Plus en détail

Mécanismes d action et action des Anti-thrombotiques. F Puisset IFSI Toulouse 12/12/2012

Mécanismes d action et action des Anti-thrombotiques. F Puisset IFSI Toulouse 12/12/2012 Mécanismes d action et action des Anti-thrombotiques F Puisset IFSI Toulouse 12/12/2012 PLAN 1 Rappels physiologiques de l hémostase 2 Antithrombotiques et leurs cibles 2.1 Activation Agrégation plaquettaire

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg

Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques. A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Patients sous anticoagulants oraux et situations à risques A Steib Hôpitaux Universitaires Strasbourg Situations à risque? Accidents AC Hémorragies spontanées Extériorisées: ex H Digestive Internes: ex

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Mouna ZAHLANE Service de Médecine Interne CHU Mohammed VI - Marrakech Introduction Large prescription des anticoagulants: préventif et curatif La iatrogénicité secondaire aux

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon

NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES. ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon NOUVEAUX ANTITHROMBOTIQUES ARRES ASSPRO Genève 10 novembre 2012 Zuzana Vichova DAR Hôpital Cardiologique Lyon Fondaparinux AT Traitement anjcoagulant NACO disponibles P. Albaladejo, SFAR 2012 NACO chirurgie

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

HEMOSTASE. Notions de physiologie et d anatomie appliquées à la médecine d urgence

HEMOSTASE. Notions de physiologie et d anatomie appliquées à la médecine d urgence Notions de physiologie et d anatomie appliquées à la médecine d urgence HEMOSTASE Dr Stéphanie Roullet UF Uro-Vasculaire et Transplantations Service Anesthésie Réanimation I CHU Bordeaux DESCMU 1 et 2

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés

Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Traitement anti-thrombotique suivant la pose d une enprothèse coronarienne chez les patients déjà anticoagulés Dr Louis-Philippe Hubert, R1 médecine de famille UMF La Sarre 29 mai 2015 Plan Définition

Plus en détail

STAFF ALR. 21 février 2013

STAFF ALR. 21 février 2013 STAFF ALR 21 février 2013 «La Revue de presse» 1 2 3 4 1 2 3 Approche du nerf suprascapulaire Au niveau du bloc supraclaviculaire Yan Buntinx «La Revue de presse» SUITE CWI: Bolus :10ML Débit :10mL/h

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

Traitements anticaogulants

Traitements anticaogulants Traitements anticaogulants UE 2.11 S3 2010-2011 V2.3 / PF 1 Hémostase : Chronologie Effraction vasculaire 5 minutes 10 minutes Hémostase primaire Thrombus plaquettaire Coagulation Fibrine Polymère Fibrinolyse

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Post U (2013) 263-270 Endoscopie digestive, anticoagulants et antiagrégants : faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Objectifs pédagogiques Évaluer le risque thrombotique lié à l arrêt ou à la

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Les Anticoagulants. IFSI 1ère année ANGERS

Les Anticoagulants. IFSI 1ère année ANGERS Les Anticoagulants IFSI 1ère année ANGERS 1 Schéma général de l hémostase. En bleu, l hémostase primaire ; En orange, la coagulation ; En vert, la fibrinolyse. 2 Schéma simplifié de la coagulation. En

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

anticoagulants oraux directs en 2013 2014

anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Plan d actions de l ANSM sur les anticoagulants oraux directs en 2013 2014 Pradaxa (dabigatran), Xarelto (rivaroxaban) et Eliquis (apixaban) sont de nouveaux anticoagulants oraux directs (AOD), communément

Plus en détail

ANTICOAGULANTS ET ANTI AGREGANTS EN UROLOGIE

ANTICOAGULANTS ET ANTI AGREGANTS EN UROLOGIE ANTICOAGULANTS ET ANTI AGREGANTS EN UROLOGIE Origine du texte Journal Auteur : Progrès en Urologie (1997), vol 7,pages 326-332 Elisabeth VERDY, Service d Hématologie Biologique, Hôpital Tenon, Paris, France

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Rapport thématique Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Juillet 2012 Messages essentiels Les anticoagulants sont associés à un risque hémorragique élevé. Ils représentent

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Cruralgie par hématome du psoas...1 1. 1 Signes évocateurs d un hématome du psoas devant une cruralgie...

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NAC) Société STAGO -HOTEL MERCURE 22 Novembre 2012 - Troyes 1 Marché global des anticoagulants Un Marché en explosion: 6 milliards de $ en 2008 9 milliards de $ attenduen

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Bases pharmacologiques des traitements antiagrégants, anticoagulants et thrombolytiques

Bases pharmacologiques des traitements antiagrégants, anticoagulants et thrombolytiques Bases pharmacologiques des traitements antiagrégants, anticoagulants et thrombolytiques Chloé James chloe.james@chu-bordeaux.fr AHU, Laboratoire d hématologie Hôpital Haut Lévêque 2011-2012 Les antiagrégants

Plus en détail

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014

Infospot. Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Infospot Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) Octobre - Novembre - Decembre 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux (NACOs) - Octobre - Novembre - Decembre 2014 1 I. Définition Il est actuellement

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges La Châtre 15 janvier 2008 La coagulation plasmatique THROMBINE Fibrinogène Soluble Fibrine Insoluble La formation de la thrombine Facteur Tissulaire

Plus en détail

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen

Anticoagulants. Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen Anticoagulants Joël Constans, Carine Boulon Médecine Vasculaire CHU Bordeaux Université Victor Segalen HNF Extraite de muqueuse intestinale de porc Hétérogénéité, variabilité de l activité anticoagulante,

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires :

Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Révisions sur les TTT Anti-agrégants plaquettaires : Gestion du TTT antithrombotique en péri-opératoire d une chirurgie carcinologique : Par an en France : _120 000 IDM _200 000 stents implantés : (110

Plus en détail

Anticoagulants et cérébro-lésé

Anticoagulants et cérébro-lésé Anticoagulants et cérébro-lésé Gérard Audibert Université de Lorraine-NANCY Les points importants Les traitements anticoagulants sont à l origine d hématomes intracraniens spontanés: Hématome sous duraux

Plus en détail

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations

Contexte d élaboration. Objectifs de ces recommandations : RECOMMANDATIONS Juillet 2015. Grade des recommandations RECOMMANDATIONS Juillet 2015 Contexte d élaboration Ces dernières années, la thérapeutique antithrombotique a considérablement évolué avec l arrivée de nouveaux médicaments. Deux nouveaux agents antiplaquettaires

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien

Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et hémorragique lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien SYNTHÈSE DE LA RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE Antiagrégants plaquettaires : prise en compte des risques thrombotique et lors d une endoscopie bronchique chez le coronarien Les antiagrégants plaquettaires

Plus en détail

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque CONGRES Société Européenne de Cardiologie Barcelone 2009 F. DIEVART Clinique Villette, DUNKERQUE. Les recommandations pour la prise en charge du risque coronarien peropératoire en chirurgie non cardiaque

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.

Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque. Pr JC Deharo, CHU Marseille. Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj. Nouveaux AntiCoagulants Oraux (NACO) Gestion du risque Steffel J, and Braunwald E Eur Heart J 2011;eurheartj.ehr052 Pr JC Deharo, CHU Marseille La fibrillation auriculaire Feinberg WM et al. Arch Intern

Plus en détail

11/ Antivitamines K & Héparines

11/ Antivitamines K & Héparines SEMESTRE 1 UE 2.11.S1 Pharmacologie et thérapeutiques I. Introduction 11/ Antivitamines K & Héparines Les anticoagulants sont des médicaments qui empêchent la coagulation sanguine La coagulation est un

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque?

AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? COLLOQUE DE PRATIQUE CLINIQUE AVK et insuffisance rénale : une association sans risque? T.-T. PHAM SMIG HUG 18.01.2012 ANTICOAGULANTS DISPONIBLES (ET LES FUTURS...) AVK (Sintrom, Marcoumar, Warfarin )

Plus en détail

NACO dans la FA non Valvulaire

NACO dans la FA non Valvulaire NACO dans la FA non Valvulaire VII ème Rencontres chalonnaises Dr Buttard 29/11/2012 INTRODUCTION La consommation des anticoagulants a été multiplié par 2 en 10 ans Les indications de traitement anticoagulants

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV

Nouveaux Anticoagulants. Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Nouveaux Anticoagulants Dr JF Lambert Service d hématologie CHUV Plan Petit rappel d hémostase Anticoagulant oraux classiques Les nouveaux anticoagulants (NAC) Dosage? Comment passer de l'un à l'autre

Plus en détail

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse La Société de Pharmacie de Lyon, le 17 novembre 2011 Le risque thrombo-embolique : actualités thérapeutiques et sa prise en charge La Maladie Thrombo-Embolique Veineuse (MTEV) et sa prise en charge médicamenteuse

Plus en détail

TIRé à PART GUIDE PRATIQUE DE L UTILISATION DES AGENTS ANTITHROMBOTIQUES LORS DE GESTES INVASIFS PROGRAMMÉS. C. Hermans, C.

TIRé à PART GUIDE PRATIQUE DE L UTILISATION DES AGENTS ANTITHROMBOTIQUES LORS DE GESTES INVASIFS PROGRAMMÉS. C. Hermans, C. TIRé à PART Revue du Secteur des Sciences de la Santé de l UCL Revue mensuelle - 2014 - volume 133 GUIDE PRATIQUE DE L UTILISATION DES AGENTS ANTITHROMBOTIQUES LORS DE GESTES INVASIFS PROGRAMMÉS GUIDE

Plus en détail

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013

Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale. Dr. François PAPON 27 juin 2013 Nouveaux AntiCoagulants par Voie Orale Dr. François PAPON 27 juin 2013 Limites des traitements anticoagulants standards «Nécessité» nouveaux anticoagulants Objectif; se rapprocher de l antithrombotiqueidéal

Plus en détail

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011

Recommandations formalisées d experts. Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire. Actualisation 2011 Recommandations formalisées d experts Prévention de la maladie thromboembolique veineuse postopératoire Actualisation 2011 NOM DE LA PRESENTATION 1 Facteurs de risque de MTEV Les recommandations concernant

Plus en détail