Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants"

Transcription

1 UE :Cardio-vasculaire Pharmacologie Date :22/11/2011 Plage horaire : 17h/18 Promo : PCEM2 Enseignant : bouchet Ronéistes : Goya Alice Neggia Gillian Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Plan 1. Introduction 2. Physiopathologie de l agrégation plaquettaire 3. Classe des médicaments anti-agrégants Les inhibiteurs de la cyclo-oxygénase plaquettaire Les inhibiteurs de la voie ADP Les inhibiteurs des récepteurs GP IIb/IIIa 4. Physiopathologie de la coagulation 5. Classe des médicaments anticoagulants Les héparines Les nouveaux anticoagulants Les anti-vitamine K 6. Surveillance biologique 7. Conclusion

2 1. Introduction Le but est de : traiter ou prévenir la formation de phénomènes de thromboses Artérielles AVC, infarctus du myocarde, angor Veineuses : phlébite, embolie pulmonaire Favorisées par immobilisation, chirurgie Complication : risque hémorragique (iatrogénie=17000 hospitalisations/an qu il va falloir suivre de façon biologique). Suivi biologique du patient 2. Physiopathologie de l agrégation plaquettaire =effraction/lésion on a une vasoconstriction, adhésion (quelques secondes), agrégation (quelques minutes) plaquettaire, donc les anti agrégants jouent sur cette hémostase primaire. Ensuite vient la coagulation, ces lésions vont entrainer l activation des facteurs de coagulation avec avec la formation de fibrine en quelques min, les anticoagulants agissent la dessus. A la fin quand le processus de réparation sera complet on a une fibrinolyse du caillot. - Au niveau de l agrégation : quand il se produit une lésion au niveau de l endothélium vasculaire il y a sécrétion de différents facteurs dont le facteur Von Willebrand qui va attirer les plaquettes, on va avoir le phénomène d adhésion. Les plaquettes ainsi fixées vont libérer d autres facteurs comme TXA 2, ADP pour recruter d autres plaquettes et enfin il va y avoir des ponts de fibrinogène qui vont se former entre ces plaquettes pour former le clou plaquettaire=hémostase primaire. Pour éviter ce phénomène, on va avoir plusieurs familles possibles.

3 3. Les anti agrégants plaquettaires CLASSIFICATION Inhibiteurs de la cyclo-oxygénase plaquettaire (de type COX1) Inhibition irréversible : aspirine Inhibition réversible : Anti-inflammatoires non stéroidiens AINS (ex: flurbiprofène :CEBUTIDE ) Inhibiteurs de la voie de l ADP Ex : Persantine (dipyridamole), Ticlid (ticlodipine), Plavix (clopidogrel), Inhibiteurs des récepteurs GP IIb/IIIa (inhibition du pont qui se crée entre les plaquettes) INDICATIONS Anticorps monoclonal : Réopro (abciximab) Autres : Integrilin (eptifibatide), Agrastat (tirofiban) FORMES ORALES Après un 1er accident ischémique cérébral ou myocardique du à athérosclérose Après un infarctus du myocarde Dans le cadre d angor stable ou instable FORMES INJECTABLES TTT aigu de l infarctus du myocarde TTT aigu de l angor instable. JAMAIS EN COURS D AVC!!!!!!! CONTRE-INDICATIONS Spécifiques au inhibiteurs de la COX1 Enfant de moins de 15 ans

4 Grossesse 3e trimestre pour éviter des accouchements prématurés Générales Lésions hémorragiques (valable pour tous les autres anti-agregants) Ulcère Accident vasculaire cérébral en cours Thrombopénie (ou antécédent) INTERACTIONS et EI EFFETS INDÉSIRABLES Inhibiteurs de COX1 : gastralgie et troubles digestifs Risque hémorragique ( augmente avec la puissance du médicament) Thrombopénies et troubles hématologiques (ils peuvent induire eux-mêmes des thrombopénies) INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES Pas d interactions contre-indiquées Mais majoration des risques hémorragiques avec autres médicaments jouant sur l hémostase Utilisation délicate Suivi biologique primordial!!!! La Cox c est une enzyme qui se trouve partout, on en a 2 : la COX 1 est situe préférentiellement au niveau des plaquettes et va transformer l acide arachidonique en thromboxane 2 qui va être utilisé pour le recrutement d autres plaquettes. La COX 2 est localisée un peu partout, mais surtout au niveau des vaisseaux et est impliqué dans les phénomènes inflammatoires, va produire une prostaglandine anti-agrégante. Entre ces 2 COX on va vaoir un équilibre car l une va permettre le recroutement d autres plaquettes, et l autre l anti-agregation Aspirine (Kardégic, ) Inhibition irréversible de la COX1 par acétylation (COX1 des plaquettes non renouvelée (les plaquettes n ont pas de noyau, ne peuvent pas synthétiser de la COX1) mais COX2 de l endothélium

5 oui ) du coup cette action va durer toute la vie de la plaquette qui est d environ 7 jours. Efficace à faible posologie (75 à 325mg/j) Faible posologie : 75 à 325mg/j antiagregant Moyenne pososlogie antalgique Forte posologie > 3000 anti-inflammatoire AAS + métabolite actif demi-vie relativement courte environ de 22minutes, ça va se fixer très vite au niveau des plaquettes, mais a une métabolite actif à demi-vie plus longue. De toute façon la durée d action est de 7 jours sur les plaquettes vu que leur liaison est irréversible Indication particulière: Réduction de l occlusion des greffons après pontage Pharmacocinétique Absorption orale Fort métabolisme Forte liaison protéines plasmatiques Effets indésirables Saignements AINS (Cebutid, ) Inhibition réversible de la COX1 Indication : Utilisation en cas de contre-indication à l aspirine (intervention programmée). Avant une opération programme d un patient sous aspirine on le passe sous AINS. Pharmacocinétique Absorption orale 1 à 2 prises / j à faible dose Ticlodipine (Ticlid ) Inhibition de la liaison sur le récepteur ADP inhibition de l agrégation plaquettaire Indication supplémentaire (de moins en moins utilisé car outre une efficacité pas énorme on a des problèmes de neutropénies et agranulocytoses): Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Prévention des thromboses sur Stent

6 Effets indésirables Neutropénie, agranulocytose parfois grave Clopidogrel (Plavix ) Antagoniste spécifique de l ADP( il s agit d un des métabolites des métabolite) (fixation sur P2Y12) inhibition irréversible de l agrégation plaquettaire Indication supplémentaire en plus de la prevention de l infarctus du myocarde: Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Prévention des thromboses sur Stent en association avec AAS Effets indésirables Fort risque hémorragique Contre-indications : Insuffisance hépatique sévère : on peut avoir accumulation de certains métabolites qui peuvent être toxiques et donc on risque d aggraver cette insuffisance hépatique et avoir des problèmes hémorragiques plus accentués. Prasugrel (Effient ) Le cousin du Clopidogrel, se fixe sur le même récepteur Antagoniste spécifique de l ADP (fixation sur P2Y12) inhibition irréversible de l agrégation plaquettaire En association avec l aspirine Indication supplémentaire: Prévention des événements athérothrombotique sur SCA traité par intervention coronaire percutanée. Elle va être un peu moins métabolisé et directement active. Toujours pas en AVC car le risque hémorragique encore plus grand. Effets indésirables Fort risque hémorragique +++ Contre-indications : Insuffisance hépatique sévère Antécédent d AVC Dipyridamol (Persantine, ) Inhibiteur de la production et sécrétion de l ADP inhibition de l agrégation plaquettaire surtout in vitro. On a pas trop encore compris son role, il est surtout adjuvant, jamais seul. Indications : Adjuvant de la maladie coronarienne Effets indésirables Flush facial, hypotension, etc Association possible avec autres anticoagulants Commercialisation d une association avec l aspirine (Asasantine )

7 Molécules : Abciximab (Reopro ) : anticorps monoclonal chimérique : il va boucher le Rec GP IIb/IIIa la plaquette ne va pas pouvoir se fixer et continuera a circuler. Eptifibatid (Integrilin ) : polypeptide Tirofiban (Agrastat ) : molécule synthétique Bloque les récepteurs glycoprotéiques Iib/IIIa Indications voie IV : - TTT médical invasif (angioplastie) des SCA, IM, angor instable - TTT TRES court : 12 à 24h (72h max). pour que ce soit efficace c est souvent en perfusion continue. Effets indésirables Fort risque hémorragique LES ANTI-COAGULANTS 4. Physiopathologie de la coagulation Apres lésion vasculaire on a 2 voies : - La voie extrinsèque (d initiation) qui va engendrer tous les processus d hémostase secondaire - La voie intrinsèque (d amplification) et qui va aboutir à la formation de fibrine.

8 5. Classification HÉPARINES et autres anti-xa Héparines non fractionnées HNF : mélange hétérogène de chaines polysaccharidiques de PM variables, extraites du poumon ou intestin de porc. Standard, les plus anciennes Héparines de bas poids moléculaires HBPM : dérivés purifiés de l héparine standard, ne comportant que des chaines de BPM, avec 1/2 vie plus longue, chaine polysaccharidique beaucoup plus courte Apparentés : - Daparanoid : héparinoide de synthèse - Fondaparinux : pentasaccharide - Rivaroxaban : - Dabigatran : Inhibiteur de la thrombine (Iia) ANTI-VITAMINE K (AVK) Dérivés coumariniques : coumadine (Warfarine ) et acénocoumarol (Sintron ) Dérivé de l indane-dione : fluindione (Préviscan ) HÉPARINE : MODE D ACTION HNF se lie à l antithrombine III inactive plusieurs enzymes générées au cours de la coagulation: thrombine (ou facteur II) facteur Xa sa présence dans le sang entraîne un allongement du temps de coagulation du plasma, exploré par le TCA. Elle peut le faire car sa chaine est suffisamment longue. HBPM (plus courte) ne peut se lier à la fois à ATIII et à la thombine Activité seulement anti-xa PHARMACOCINÉTIQUE Héparines seulement administrables par voie injectable (SC ou IV) sinon elle seraient dégradées au niveau du tube digestif Héparine sodique (voie IV) : 1/2 vie courte, injection toutes les 2h max ou en perfusion continu Action anticoagulante immédiate Héparine calcique ou calciparine (voie SC) : injection toutes les 8 à 12h max

9 HBPM : 1 à 2 injections/j suivant indication (préventif ou curatif) élimination rénale On voit que les héparines non fractionnées ont un rapport anti2a/anti10 a est de un alors que pour les HBPM ca varie entre 2 et 4, donc beaucoup plus spécifiques. Toutes les HBPM ne sont pas équivalentes : masse, propriétés physico-chimiques, rapport et doivent être considères comme entités différentes avec des indications adaptables en fonction des effets désirés. INDICATIONS Héparine sodique (voie IV) ou calcique (voie SC) Thromboses artérielles ou veineuses déclarées Infarctus du myocarde Embolie pulmonaire HBPM : TTT curatifs et/ou préventif selon molécules Thromboses veineuses à risque modéré : répivarine, daltéparine, Thromboses veineuses à risque élevé : nadroparine, enoxaparine + embolie pulmonaire : tinzaparine (Innohep la seule) EFFETS INDÉSIRABLES Risque hémorragique (augmente avec la dose administrée ou association) antidote : sulfate de protamine=avantage si erreur de pososlgie il est toujours possible de rattraper le coup Thrombopénies induite à l héparine (TIH) 2 formes : type I (d intensité modéré mais fréquente pas de risque majeur d hémorragie) type II (rare, mais grave ; phénomène immuno-allergique amplification de la thrombopénie). C est por ca qu on les suit de près, au début tous les jours et si c est a long terme toutes les semaines. Si on voit une thrombopénie on arrête/diminue et on cherche l etiologie. Suivi hématologique tous les 2x/semaine INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES Pas d interactions contre-indiquées Mais majoration des risques hémorragiques avec autres médicaments jouant sur l hémostase

10 CONTRE-INDICATIONS Générales Antécédent de thrombopénie sous héparine Lésions organiques susceptibles de saigner Maladie de l hémostase Après chirurgie du cerveau ou de l oeil Accident vasculaire cérébral en cours (relatif pour HBPM) CI relatives pour HBPM Insuffisance rénale Hypertension artérielle non contrôlée Danaparoide (Orgaran) Héparinoide de synthèse Utilisé chez patients atteints de TIH de type II aigue = sa seule indication (ou avec des antécédents documentés) afin de continuer le TTT anticoagulant avant un relais par les AVK Pharmacocinétique: Injection par voie SC, 2 fois/j ; TTT de 7 à 10j Les nouveaux anticoagulants Fondaparinux (Arixtra) Indications Potentiellement dans toutes les indications des héparines (préventif ou curatif suivant la dose injectée) Pharmacocinétique et pharmacodynamie: Injection par voie SC, 1 fois/j (1/2 vie de 15 à 18h) TTT de 6 à 15j Activité anti-xa pur Contre-indications : - hémorragie - Endocardite bactérienne Insuffisance rénale Avantages Relation dose/réponse «constante» et «prévisible», malgré tout on a des phénomènes de saignement qui suivent a posologie normale pas de suivi biologique obligatoire Peut facilement être utilisé en externe Peut être utilisé chez patients ayant eu une TIH ( épitrope différent) Rivaroxaban (Xa relto ) Indications Prévention des risques thrombo-embolique dans la prothèse de hanche ou de genou

11 Pharmacocinétique et pharmacodynamie: Injection par voie SC, 1 fois/j (1/2 vie de 15 à 18h) TTT de 6 à 15j Activité anti-xa pur (inhibiteur direct et spécifique) Contre-indications : - hémorragie - Insuffisance hépatique avec coagulopathie Précaution pour insuffisance rénale : 10mg/j tant que ClCr > 30 ml/min, prudence si ClCr < 30, CI si < 15 Avantages Idem fondaparinux Dabigatran (Pradaxa) Indications Prévention des risques thrombo-embolique dans la prothèse de hanche ou de genou Pharmacocinétique et pharmacodynamie: Prise Orale, 1 fois/j (1/2 vie de 14 à 17h) AVANTAGE +++ TTT jusqu à 35j Activité anti-iia pur (antithrombine), réversible Contre-indications : - Hémorragie Insuffisance rénale ou hépatique Avantages Idem fondaparinux Pas d IM sur les cytochromes (administration sous forme de précurseur). AVK MODE D ACTION inhibent le cycle de régénération de la vitamine K et donc diminution des facteurs: II, VII, IX, X prot C et prot S (inhibiteurs physiologiques de la coagulation) Antidotes : Vitamine K et Kaskadil (Facteurs II, VII, IX, X) PHARMACOCINÉTIQUE Traitement par voie orale Fluindione = Previscan : 1/2 vie longue (30 h) durée d action 48 h Acénocoumarol= Sintrom : 1/2 vie courte (8 h) durée d action h Warfarine = Coumadine : 1/2 vie longue (40 h) durée d action h Délai d action : Retardé du au mode d action sur la vit K Action prolongée due à leur 1/2 vie Attention aux opérations : arrêter le TTT longtemps avant Effet indésirable reste à l arrêt du TTT

12 INDICATIONS ET CI Indications : toujours en relais de l héparinothérapie dès lors que l anticoagulation nécessite d être prolongée: phlébite, embolie pulmonaire prévention des embolies artérielles (valve mécanique, ) prévention des maladies thrombo-emboliques récidivantes (associé ou non à un IDM) Contre-indications idem héparine mais plus particulièrement les insuffisants hépatiques et sujets peu compliants + femmes enceintes +++. Car fortement fixé aux protéines plasmatiques. On a des risques d hemoragie/thrombose. Chez les femmes enceintes on reste sous heparine. INTERACTIONS et EI EFFETS INDÉSIRABLES Risque hémorragique (augmente avec la dose administrée ou association) Contrôle régulier qui passe par l INR INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES Interactions contre-indiquées: Salicylés fortes doses : car troubles de l hémostase et se fixent sur l albumine te peuvent augmenter la fraction libre de AVK Miconazole Phénylbutazone Attention aux inducteurs et inhibiteurs enzymatiques Nombreuses interactions de différents niveaux PRECAUTIONS D EMPLOI Grossesse : 1 trimestre : avortements, malformations osseuses 3 trimestre : risque hémorragique -> Contre-indiqué

13 Sujet âgé : Rapport bénéfice/risque à évaluer selon le risque de chute, d oubli ou de prise excessive. Alimentation : régime équilibré et stable. Limiter l apport ponctuel excessif de vit K (brocolis, épinard, laitue, choux, foie, ) Gestion du risque hémorragique : pas d injection IM ++( on risque de pas voir l hémorragie causée par la piqure), pas de sports à risque (boxe); avis médical avant extraction dentaire Observance : carnet de suivi des INR ++ Modalités de relais héparine/avk Préférence actuelle pour 1/2 vie longue (Previscan ++) ca implique 5x40h =1 semaine et demi de traitement. en relais précoce après héparinothérapie (dès 48h pour une phlébite) commencer par 1 cp /j de Sintrom ou de Previscan ou 6 mg de Coumadine l équilibre n est obtenu qu en 4 à 7 jours environ. Pendant ce laps de temps on a heparine et avk. On arrete l heparine quand on a 2 INR correctes a 24h d intervalle. arrêt de l héparine seulement après atteinte du niveau d équilibre de l AVK (2 INR corrects entre 2 et 3 à 24 h d intervalle) 6. Surveillance biologique INR régulièrement AVK : tout les 2jours jusqu à stabilisation puis mensuel Activité anti-xa HBPM : 2x/semaine pdt tout le TTT Fondaparinux si insuffisance rénale TCA HNF autres anti-coagulants de temps en temps 7. Conclusion Evaluation permanente de ces molécules Nouvelles molécules en essai car on a beaucoup de patients avec beaucoup de variations génétiques Toujours peser le rapport bénéfice/risque

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Pharmacologie Spécialisée Plan Introduction Physiopathologie de l agrégation

Plus en détail

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire

Anticoagulants. Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Anticoagulants I. Antiagrégants plaquettaires 1. Rappel Hémostase primaire Coagulation Fibrinolyse Vasoconstriction localisée + agrégation plaquettaire = formation d un thrombus plaquettaire Formation

Plus en détail

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux

Les anticoagulants. 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Les anticoagulants 22 février 2011 B. LORTAL-CANGUILHEM Pharmacien Institut Bergonié Bordeaux Traitements I. Héparine et HBPM II. Antivitamines K (AVK) III. Hirudines recombinantes IV. Inhibiteurs sélectifs

Plus en détail

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III

VERGRIETE Laurence/ les médicaments de l'hémostase. PGI2 cellule endothéliale, effet VD et antiagrégante Protéine C plasmatique L antithrombine III 1 2 Hémostase primaire : Réaction vasculaire: vasoconstriction Réaction plaquettaire: Adhésion plaquettaire Sécrétion plaquettaire Agrégation plaquettaire Hémostase secondaire = coagulation Voie intrinsèque

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE

MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE MÉDICAMENTS DE L HÉMOSTASE Dr HAFIDI POLE ANESTHESIE RENAIMATION CHU DE NICE Antiagrégants gants plaquettaires Ticlopidine (TICLID) clopidogrel (PLAVIX) S opposent à l ag. Plaq. Effets indésirables: hémorragies,

Plus en détail

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques

Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Item 175 : Prescription et surveillance des antithrombotiques Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE

Plus en détail

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants

Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Antiagrégants plaquettaires Anticoagulants Céline Moch Docteur en pharmacie Cours infirmier 30 octobre 2012 Epidémiologie En 2011, environ 4% de la population française affiliée au régime général de la

Plus en détail

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants

Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Les anti-agrégants plaquettaires Les anticoagulants Stéphane BOUCHET Département de Pharmacologie - Université Bordeaux 2 Cours de Pharmacologie Spécialisée Plan Introduction Physiopathologie de l agrégation

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Mécanismes d action et action des Anti-thrombotiques. F Puisset IFSI Toulouse 12/12/2012

Mécanismes d action et action des Anti-thrombotiques. F Puisset IFSI Toulouse 12/12/2012 Mécanismes d action et action des Anti-thrombotiques F Puisset IFSI Toulouse 12/12/2012 PLAN 1 Rappels physiologiques de l hémostase 2 Antithrombotiques et leurs cibles 2.1 Activation Agrégation plaquettaire

Plus en détail

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse

Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Premières journées communes Lyon Avril 2013 Atelier Prise en Charge Médicamenteuse Traitements anticoagulants De la théorie à la pratique P. Fagnoni-2013 1 Accidents thrombotiques Artériels & Veineux Artériels

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS

Les traitements anticoagulants. Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Les traitements anticoagulants Emmanuelle de Raucourt Service Hématologie biologique CHVS Plan Rappels sur la physiologie de l hémostase et son exploration. Les héparines Les AVK Les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

Bases pharmacologiques des traitements antiagrégants, anticoagulants et thrombolytiques

Bases pharmacologiques des traitements antiagrégants, anticoagulants et thrombolytiques Bases pharmacologiques des traitements antiagrégants, anticoagulants et thrombolytiques Chloé James chloe.james@chu-bordeaux.fr AHU, Laboratoire d hématologie Hôpital Haut Lévêque 2011-2012 Les antiagrégants

Plus en détail

Les Anticoagulants. IFSI 1ère année ANGERS

Les Anticoagulants. IFSI 1ère année ANGERS Les Anticoagulants IFSI 1ère année ANGERS 1 Schéma général de l hémostase. En bleu, l hémostase primaire ; En orange, la coagulation ; En vert, la fibrinolyse. 2 Schéma simplifié de la coagulation. En

Plus en détail

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux

Les Nouveaux Anticoagulants Oraux Les Nouveaux Anticoagulants Oraux EPU AMEDYG 15 mai 2013 Dr Benjamin MANEGLIA 20 Bd Jean PAIN 38000 GRENOBLE bmaneglia@orange.fr Plan * Rappels sur les AVK * Hémostase Cascade de la coagulation * Le rivaroxaban

Plus en détail

Traitements anticaogulants

Traitements anticaogulants Traitements anticaogulants UE 2.11 S3 2010-2011 V2.3 / PF 1 Hémostase : Chronologie Effraction vasculaire 5 minutes 10 minutes Hémostase primaire Thrombus plaquettaire Coagulation Fibrine Polymère Fibrinolyse

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Anticoagulant, antiagrégant plaquettaire

Anticoagulant, antiagrégant plaquettaire Anticoagulant, antiagrégant plaquettaire Francesco Salvo Pharmacologie Mécanismes LESION Hémostase primaire Vasoconstriction immédiate Adhésion plaquettaire secondes Agrégation plaquettaire minutes Coagulation

Plus en détail

Rappels sur l hémostase et la coagulation

Rappels sur l hémostase et la coagulation Les ANTICOAGULANTS IFSI Ambroise Paré Octobre 2011 B.Politis Les ANTICOAGULANTS Rappels sur l hémostase et la coagulation Généralités sur les traitements anticoagulants Les différents traitements anticoagulants

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille

Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO. Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille Gestion des anticoagulants et antiagrégants: AVK, NACO Gilles LEBUFFE Clinique d Anesthésie-Réanimation Hôpital Claude Huriez CHRU de Lille ANTIVITAMINES K ANTIVITAMINES K Antidotes disponibles (CCP, vit

Plus en détail

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs :

Module de cardiologie 2014-2015. Objectifs : ANTICOAGULANTS & THROMBOLYTIQUES Objectifs : Prescrire et surveiller un traitement anticoagulant à titre préventif et curatif, à court et à long terme. Savoir classer les différents anticoagulants par

Plus en détail

Inhibiteurs des fonctions plaquettaires. Généralités

Inhibiteurs des fonctions plaquettaires. Généralités Inhibiteurs des fonctions plaquettaires Généralités PLAQUETTE AU REPOS Schéma simplifié PRINCIPALES CIBLES MOLECULAIRES DES INHIBITEURS DES FONCTIONS PLAQUETTAIRES stockage + Récepteurs pour des Substances

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC)

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX (NOAC) Introduction Cette brochure est destinée à toute personne dont le traitement nécessite la prise d un médicament de la classe «nouveaux anticoagulants oraux». Elle

Plus en détail

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM)

Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) Hématologie biologique (Pr Marc Zandecki) Faculté de Médecine CHU 49000 Angers France Surveillance biologique d'un traitement par Héparine de Bas Poids Moléculaire (HBPM) 1. Structure et mode d'action

Plus en détail

11/ Antivitamines K & Héparines

11/ Antivitamines K & Héparines SEMESTRE 1 UE 2.11.S1 Pharmacologie et thérapeutiques I. Introduction 11/ Antivitamines K & Héparines Les anticoagulants sont des médicaments qui empêchent la coagulation sanguine La coagulation est un

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Patient sous anticoagulants et antiagrégants

Patient sous anticoagulants et antiagrégants 53 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s anesthésistes diplômé(e)s d état 2011 Sfar. Tous droits réservés. Patient sous anticoagulants et antiagrégants E. Marret*,

Plus en détail

Anticoagulants Oraux en 2015

Anticoagulants Oraux en 2015 Pharmacologie Médicale Toulouse Anticoagulants Oraux en 2015 Pas de conflit d intérêt AVK: Fluindione/warfarine? Bénéfice: Warfarine reste l AVK de référence Risque: Warfarineengendre moins d effets immuno-allergiques

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr

Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Limites et intérêt de l activité anti-xa pour la surveillance des traitements au long cours Club Périfoetologie, Paris, 21 novembre 2008 pnguyen@chu-reims.fr Suivi biologique des traitements anticoagulants

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques

Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques Conduite du traitement lors de la gestion péri-opératoire, et des évènements hémorragiques PE Morange Lab.Hématologie Inserm U1062 CHU Timone Marseille Limites du traitement par AVK Fenetre therapeutique

Plus en détail

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase

Chap.3 L HEMOSTASEL. I- I- Les Mécanismes M l Hémostase. 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse. II- Les Troubles de de l Hémostase Chap.3 L HEMOSTASEL I- I- Les Mécanismes M de de l Hémostase 1) 1) L Hémostase L Primaire 2) 2) L Hémostase L Secondaire 3) 3) La La Fibrinolyse II- Les Troubles de de l Hémostase Quand le sang ne coagule

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 10 mars 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 10 mars 2010 ARIXTRA 1,5 mg/0,3 ml, solution injectable en seringue pré-remplie - Boîte de 2 (CIP : 363 500-6) - Boîte de 7 (CIP : 363 501-2) - Boîte de 10 (CIP : 564

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Mouna ZAHLANE Service de Médecine Interne CHU Mohammed VI - Marrakech Introduction Large prescription des anticoagulants: préventif et curatif La iatrogénicité secondaire aux

Plus en détail

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux?

1 - Que faut-il retenir sur les anticoagulants oraux? La nouvelle convention pharmaceutique offre l opportunité aux pharmaciens d accompagner les patients traités par anticoagulants oraux au long cours afin de prévenir les risques iatrogéniques. Les anticoagulants

Plus en détail

Anticoagulation et insuffisance rénale

Anticoagulation et insuffisance rénale Anticoagulation et insuffisance rénale Françoise Boehlen Unité d hémostase HUG Colloque de néphrologie HUG 18 juin 2010 Anticoagulation et MTEV 5-7 jours Phase aiguë 3-6 mois Phase intermédiaire > 6 mois

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux Anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux Anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Ximélagatran EXANTA o Désirudine

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux

Les nouveaux anticoagulants oraux Les nouveaux anticoagulants oraux Le diaporama de la prof sera disponible sur le site internet des ronéos Les Anti-vitamines K (AVK) sont des anticoagulants non optimums (fenêtre thérapeutique étroite,

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Traitements anti-thrombosants Docteur Gilles PERNOD Décembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005)

Traitements anti-thrombosants Docteur Gilles PERNOD Décembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Traitements anti-thrombosants Docteur Gilles PERNOD Décembre 2002 (Mise à jour Janvier 2005) Pré-Requis : Mécanisme normal de l hémostase primaire et coagulation (DCEM1) Mécanismes d action des antiagrégants

Plus en détail

E03 - Héparines non fractionnées (HNF)

E03 - Héparines non fractionnées (HNF) E03-1 E03 - Héparines non fractionnées (HNF) Les héparines sont des anticoagulants agissant par voie parentérale. 1. Modalités d u tilisation Mode d action : l héparine est un cofacteur de l antithrombine

Plus en détail

Prescription et surveillance d un traitement antithrombotique

Prescription et surveillance d un traitement antithrombotique Prescription et surveillance d un traitement antithrombotique (175) Pierre Ambrosi et Marie-Christine Alessi Septembre 2005 (Mise à jour 2009/2010) Objectifs pédagogiques : - Prescrire et surveiller un

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse

Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse Traitement anticoagulant au cours de la thrombose veineuse D. Boutarene Service de Médecine Interne Hopital Bachir Mentouri Kouba Introduction Depuis plus de 40 ans le trt anticoagulant est dominé par

Plus en détail

Spécial : «ANTICOAGULANTS»

Spécial : «ANTICOAGULANTS» AMVF Septembre 2010 Spécial : «ANTICOAGULANTS» Cher Adhérent, Cher Donateur, Cher Correspondant, Le plus grand nombre des malades des vaisseaux du Foie est actuellement sous anticoagulants et ce pour un

Plus en détail

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier

ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS. JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier ITEM n 182 ACCIDENTS DES ANTICOAGULANTS JP GALANAUD Service de Médecine Vasculaire CHU de Montpellier OBJECTIFS Savoir: DiagnosHquer un accident des anhcoagulants. IdenHfier les situahons d urgence et

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm

Voir dossier complet sur les AVK sur le site de l AFSSAPS : http://afssaps.sante.fr/htm/10/avk/indavk.htm !"#$ %&'(() RECOMMANDATIONS DE PREAMBULE Janvier 2004 Ces recommandations ont été réalisées et validées par les membres du comité du médicament et des dispositifs médicaux stériles du Centre Hospitalier

Plus en détail

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges

Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges Dr Abdallah Maakaroun Centre Hospitalier de Bourges La Châtre 15 janvier 2008 La coagulation plasmatique THROMBINE Fibrinogène Soluble Fibrine Insoluble La formation de la thrombine Facteur Tissulaire

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte

Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients. Dr Serge Motte Gestion pratique des nouveaux anticoagulants oraux Avantages et inconvénients Dr Serge Motte Bruxelles 24.11.12 - PLAN Points forts et points faibles des nouveaux anticoagulants Questions dans la pratique

Plus en détail

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES

SYNOPSIS INFORMATIONS GÉNÉRALES Evaluation de l utilisation d un anticoagulant anti-xa direct oral, Apixaban, dans la prévention de la maladie thromboembolique veineuse chez les patients traités par IMiDs au cours du myélome : étude

Plus en détail

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban

Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Deux nouveaux anticoagulants oraux : Dabigatran et Rivaroxaban Améliorations attendues et problèmes M.M. Samama, M-H. Horellou, J. Conard Groupe Hémostase-Thrombose Hôtel-Dieu L. Le Flem, C. Guinet, F.

Plus en détail

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Rapport thématique Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Juillet 2012 Messages essentiels Les anticoagulants sont associés à un risque hémorragique élevé. Ils représentent

Plus en détail

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Comment je traite la fibrillation atriale (FA) du sujet âgé? Thomas Vogel PU-PH Pôle de Gériatrie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Absence de conflits d intérêt Sujets âgés: > 75 ans.plutôt 80-85

Plus en détail

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010

Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse. Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Médecine Physique Prévention de la maladie thrombo-embolique veineuse Pr Philippe NGUYEN Vendredi 17 Décembre 2010 Situation clinique : «prévention de la MTEV» Femme, 72 ans, poids = 87 kg, taille = 1,56

Plus en détail

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine

Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Accidents hémorragiques des anticoagulants, thrombopénie induite par l héparine Item 326. Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant. Connaître

Plus en détail

Nouveaux Anticoagulants et Antiagrégants plaquettaires

Nouveaux Anticoagulants et Antiagrégants plaquettaires Nouveaux Anticoagulants et Antiagrégants plaquettaires Semestre 1 UE Pharmacologie 10 mars 2015 - Christophe Maritaz - Chronologie des anticoagulants Place des anticoagulants: traitement et prévention

Plus en détail

L aspirine ASPEGIC, KARDEGIC, SOLUPSAN.

L aspirine ASPEGIC, KARDEGIC, SOLUPSAN. ANTIAGREGANTS PLAQUETTAIRES Les médicaments antiagrégants plaquettaires sont une famille hétérogène de médicaments utilisés pour empêcher la formation pathologique de thrombus au niveau de défauts des

Plus en détail

ANTICOAGULANTS ET ANTI AGREGANTS EN UROLOGIE

ANTICOAGULANTS ET ANTI AGREGANTS EN UROLOGIE ANTICOAGULANTS ET ANTI AGREGANTS EN UROLOGIE Origine du texte Journal Auteur : Progrès en Urologie (1997), vol 7,pages 326-332 Elisabeth VERDY, Service d Hématologie Biologique, Hôpital Tenon, Paris, France

Plus en détail

Les anticoagulants en France en 2014 : état des lieux, synthèse et surveillance

Les anticoagulants en France en 2014 : état des lieux, synthèse et surveillance Rapport Les anticoagulants en France en 2014 : état des lieux, synthèse et surveillance Avril 2014 ansm.sante.fr Messages clés Les anticoagulants sont des médicaments indispensables pour la prévention

Plus en détail

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter votre médecin traitant, votre médecin spécialiste ou l infirmière référente de la clinique de l anticoagulation LES NOUVEAUX ANTICOAGULANTS

Plus en détail

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir

Point d information Avril 2012. Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Point d information Avril 2012 Les nouveaux anticoagulants oraux (dabigatran et rivaroxaban) dans la fibrillation auriculaire : ce qu il faut savoir Le dabigatran (PRADAXA), inhibiteur direct de la thrombine,

Plus en détail

HEMOSTASE. Notions de physiologie et d anatomie appliquées à la médecine d urgence

HEMOSTASE. Notions de physiologie et d anatomie appliquées à la médecine d urgence Notions de physiologie et d anatomie appliquées à la médecine d urgence HEMOSTASE Dr Stéphanie Roullet UF Uro-Vasculaire et Transplantations Service Anesthésie Réanimation I CHU Bordeaux DESCMU 1 et 2

Plus en détail

19 octobre 2015. Réginald RIWER Pharmacien Centre Hospitalier Carcassonne

19 octobre 2015. Réginald RIWER Pharmacien Centre Hospitalier Carcassonne Médicaments de l hémostase 19 octobre 2015 Réginald RIWER Pharmacien Centre Hospitalier Carcassonne PLAN 1. Rappels sur Hémostase et Coagulation 2. Généralités 3. Différents traitements anticoagulants

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

ANTICOAGULATION ET MRC D AGUILERA CH VICHY

ANTICOAGULATION ET MRC D AGUILERA CH VICHY ANTICOAGULATION ET MRC D AGUILERA CH VICHY 1 STADES DE LA MRC 1: DFG Nl, néphropathie, protéinurie 2: DFG 60 à 89 ml/mn/1,73 m² 3: DFG 30 à 59 ml/mn/1,73 m² 4: DFG 15 à 29 ml/mn/1,73 m² 5: DFG < 15 ml/mn/1,73

Plus en détail

journées chalonnaises de la thrombose

journées chalonnaises de la thrombose Nos connaissances certaines et notre pratique journalière : Les Nouveaux Anticoagulants dans la thromboprophylaxie de la chirurgie prothétique du MI Benoit Cots et Jean Marc Royer le 29/11/12-1 Recommandations

Plus en détail

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine

voie extrinsèque voie intrinsèque VIIa IXa XIa XIIa IX XI prothrombine Xa, V, Ca, PL thrombine IIa facteurs contact XII fibrinogène fibrine Les nouveaux anticoagulants oraux Pierre Avinée EPU B Septembre 2012 Anticoagulants:pourquoi des nouveaux? Héparines Voie parentérale (1 à 3 fois par jour) Surveillance biologique (HNF) Risque: TIH, ostéoporose

Plus en détail

LES ANTI COAGULANTS. Sophie Penichon: IDE chirurgie thoraco vasculaire

LES ANTI COAGULANTS. Sophie Penichon: IDE chirurgie thoraco vasculaire LES ANTI COAGULANTS Sophie Penichon: IDE chirurgie thoraco vasculaire Les anticoagulants Médicaments qui inhibent de façon directe ou indirecte les mécanismes de la coagulation Prévient la formation de

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance

Rapport thématique. Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Rapport thématique Les anticoagulants en France en 2012 : Etat des lieux et surveillance Juillet 2012 Messages essentiels Les anticoagulants sont associés à un risque hémorragique élevé. Ils représentent

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule

DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT : Pradaxa 75 mg, Pradaxa 110 mg et Pradaxa 150 mg, gélules. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE : Chaque gélule contient 75, 110 ou 150 mg de dabigatran etexilate (sous forme

Plus en détail

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX?

TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? TRAITEMENT ANTICOAGULANT DANS LA FIBRILLATION AURICULAIRE: ANTAGONISTES DE LA VITAMINE K OU NOUVEAUX ANTICOAGULANTS ORAUX? Les antagonistes de la vitamine K (AVK) sont depuis 50 ans la référence dans la

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire»

Orthorisq journée de formation 2013. «Défaillance de la prise en charge d un patient sous anticoagulants ou sous antiagrégant plaquettaire» Orthorisq journée de formation 2013 «Défaillance de la prise en charge d un patient sous ou sous antiagrégant plaquettaire» Christel Conso Chirurgien orthopédiste Institut Mutualiste Montsouris Olivier

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION

XARELTO (RIVAROXABAN) 2,5 MG - 15 MG - 20 MG, COMPRIMÉS PELLICULÉS GUIDE DE PRESCRIPTION Les autorités de santé de l Union Européenne ont assorti la mise sur le marché du médicament Xarelto 2,5 mg; 15 mg et 20 mg de certaines conditions. Le plan obligatoire de minimisation des risques en Belgique

Plus en détail

Antithrombotiques et médicaments des troubles de l hémostase : Les anticoagulants. Matthieu ROUSTIT Pharmacologie Université Joseph Fourier

Antithrombotiques et médicaments des troubles de l hémostase : Les anticoagulants. Matthieu ROUSTIT Pharmacologie Université Joseph Fourier Antithrombotiques et médicaments : Les anticoagulants Matthieu ROUSTIT Pharmacologie Université Joseph Fourier Institut de Formation en Soins Infirmiers 1 ère Année Année universitaire 2014-2015 CLASSIFICATION

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015

Les nouveaux anticoagulants oraux. Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Les nouveaux anticoagulants oraux Kelly MONTHE-SAGAN CCA Anesthésie-Réanimation CHU de Caen Le 10/10/2015 Je n ai pas de conflit d intérêt à déclarer. Les nouveaux anticoagulants oraux Les anticoagulants

Plus en détail

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS

MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE. Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS MALADIE VEINEUSE THROMBOEMBOLIQUE DU SUJET AGE Dr I DEFOUILLOY CHU AMIENS DEFINITION FORMATION D UN THROMBUS DANS UNE VEINE DISTALE OU PROXIMALE (FEMORO-POPLITEE OU PELVIENNE) DONT LE RISQUE IMMEDIAT EST

Plus en détail

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes

Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les anticoagulants oraux: des AVK aux «NOACs» NOACs ou NACOs? NACO: Contraction de «Narcissistes compacts» Bandes des rues de Mexico responsables d incivilités permanentes Les Nacos ne boivent pas d alcool

Plus en détail

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton

Thrombotiques. Réanimation. Limoges Sept 2008. B. Honton Les Nouveaux Anti- Thrombotiques DESC Réanimation Médicale Limoges Sept 2008 B. Honton La coagulation pour les Nuls LA PROBLEMATIQUE en réanimation SEPSIS et ARDS: Activation de la voie extrinsèque Augmentation

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique

Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Conflits d intd intérêts (en rapport avec le thème de la conférence) Les nouveaux anticoagulants dans la Fibrillation atriale en pratique Oratrice lors de journées de formation sur les nouveaux anticoagulants

Plus en détail

t utilisables per os : une révolution?

t utilisables per os : une révolution? Nouveaux antithrombotiques t utilisables per os : une révolution? 52 èmes journées de Biologie Clinique Necker-Institut Pasteur 18 janvier 2010 JN Fiessinger HEGP Paris Des nouveaux antithrombotiques?

Plus en détail