Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010"

Transcription

1 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010

2 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires des cabinets... 3 Chiffre d affaires moyen... 3 Les cabinets sans salariés... 3 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 3 Comparaison par rapport à Les différents facteurs d évolution des honoraires... 4 Nombre moyen de clients par cabinet... 4 Chiffre d affaires moyen par client... 5 Chiffre d affaires moyen / personne... 6 La répartition du chiffre d affaires par activité... 7 Les missions comptables (A+B+C)... 7 Les missions liées à la paie... 8 Le commissariat aux comptes... 8 Les missions de conseil... 8 Les cabinets sans salariés... 8 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 9 Taux de facturation Modalités de facturation Outils de communication Les autres thèmes de l enquête Précisions méthodologiques Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 1

3 Avant-propos Cette présentation de l enquête sur la «Gestion des cabinets d expertise comptable» porte sur l analyse des principaux enseignements se dégageant de l enquête réalisée en juin et juillet 2010, auprès des cabinets d expertise comptable français. Cette étude a été commandée par l Observatoire de la profession du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables, à l initiative de Pierre Grafmeyer, Vice-Président du Conseil supérieur, en charge de la communication et des partenariats professionnels. L enquête a été réalisée par Emmanuel Rivière et Audrey Talon, de l institut TNS-SOFRES. La synthèse et l analyse des principaux résultats de l enquête ont été assurées par Philippe Barré, expert-comptable. La coordination des travaux a été réalisée par Nadine Resse, Directeur, et Agnès Delemer, Chargée de mission au Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables. Cette synthèse, revue et complétée, sera augmentée des résultats complets de l enquête qui seront disponibles sur le site Internet du Conseil Supérieur. L ouvrage ainsi obtenu viendra compléter la collection d outils publiés par l Observatoire de la profession, au cours du dernier trimestre Synthèse en quelques chiffres Les cabinets sans salariés Chiffre d affaires (CA) Nombre de clients ,1 CA / client Les cabinets de 1 à 49 salariés Chiffre d affaires (CA) Effectif ETP 8,6 8,8 8,5 Nombre de clients 170,9 193,7 237 CA / ETP 74 KE 75 KE 89 KE Nombre de clients / ETP 19,87 22,01 28,05 CA / client Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 2

4 Le chiffre d affaires des cabinets Chiffre d affaires moyen Les cabinets sans salariés En moyenne, les cabinets sans salariés réalisent, en 2009, un chiffre d affaires annuel en baisse par rapport à Leurs honoraires facturés passent en effet de 112 K à légèrement moins de 105 K, soit un recul de près de 6%. Cette baisse tient à plusieurs effets : d abord à un «effet périmètre» liée à la présence de cabinets créés en 2008 voire 2009 qui expliquent sans doute la forte augmentation de la proportion de cabinets ayant répondu situés dans la tranche de moins de 75 K (41 % des cabinets en 2009 contre 25% un an plus tôt). Hormis cet effet, les cabinets sans salariés se caractérisent par une proportion très importante de cabinets dont le chiffre d affaires stagne en 2009 par rapport à 2008 : ils sont plus de 4 sur 10 (contre seulement 2 sur 10 parmi les cabinets ayant au moins un salarié) à se trouver dans cette situation. La proportion des cabinets sans salariés ayant augmenté leur chiffre d affaires apparaît plutôt faible (seulement 1 sur 3 contre plus de 1 sur 2 parmi les cabinets ayant au moins un salarié). En revanche, les cabinets sans salariés ont moins souvent vu leur chiffre d affaires reculer sur la période : environ 1 sur 5 contre 1 sur 4 en moyenne pour les cabinets ayant au moins un salarié. Comparé aux cabinets de taille plus importante, les cabinets sans salariés présentent des variations d activité de moindre ampleur alors que leur faible niveau de chiffres d affaires pourrait être au contraire plus volatil. Les cabinets de 1 à 49 salariés Tous effectifs confondus, les cabinets déclarent, pour l année 2009, une facturation moyenne de 750 K soit un niveau très proche de celui de l année précédente (748 K ). Cette stabilité moyenne masque des réalités hétérogènes selon la taille de ces cabinets : les plus petits cabinets (moins de 10 salariés) présentent des taux de progression de leur chiffre d affaires moyen de l ordre de 3 à 4 % sur un an les cabinets de la tranche 10 à 19 salariés constatent une baisse de leur chiffre d affaires avec un recul moyen de 4%. Les cabinets de 20 à 49 salariés parviennent, en moyenne, à maintenir leur activité 1. Notons que l analyse de ces données illustre la situation moyenne d une population tout entière. En réalité, en fonction de leur taille, les cabinets montrent des disparités plus ou moins importantes par rapport à cette moyenne. Ainsi, sur la base de l évolution de leur chiffre d affaires entre 2008 et 2009, les cabinets connaissent les variations suivantes, selon leur taille : De 1 à 2 salariés : un peu moins de 1 sur 2 voit son chiffre d affaires progresser (dont une majorité avec des hausses de plus de 10%), 1 sur 3 enregistre un recul (dont près de la majorité avec des baisses de plus de 8%), les autres (environ 20%) maintiennent leur activité. Cette population de cabinets apparaît comme celle ayant la plus forte proportion de cabinets en baisse d activité et les plus fortes proportions dans les évolutions «extrêmes». La situation est donc très contrastée pour les cabinets de très petite taille. 1 Il convient d être prudent compte tenu de l effectif réduit de cette population dans l échantillon Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 3

5 De 3 à 5 salariés : 56% déclarent une hausse de leur chiffre d affaires, 27% déclarent une baisse et les autres (17%) sont stables. De 6 à 9 salariés : un peu plus de 1 cabinet sur 2 développe son chiffre d affaires, environ I cabinet sur 5 est en recul, les autres (près de 1 sur 4) maintiennent leur activité. De 10 à 19 salariés : un peu plus de 1 cabinet sur 2 voit son chiffre d affaires augmenter (en grande majorité avec des hausses de moins de 10%), 1 cabinet sur 4 s inscrit en baisse (dont près de la moitié avec des baisses de plus de 8%) et les autres (20%) ont un chiffre d affaires stable. De 20 à 49 salariés : cette population présente le plus fort taux de cabinet en croissance de chiffre d affaires (57%), mais il s agit majoritairement de progressions de moins de 4%. Le reste se partage à part presque égale entre les cabinets en baisse d activité et ceux en stagnation. Comme pour les hausses, les baisses sont principalement des baisses de moins de 4%. Comparaison par rapport à 2005 A titre indicatif, l évolution de l activité sur une période plus longue en comparant les chiffres d affaires moyens de 2009 avec ceux déclarés lors de la précédente étude (réalisée en 2006 sur données 2005) est la suivante : Ces chiffres sont à rapprocher : de l inflation au cours de la même période : +6,7 % entre le 1 er janvier 2006 et le 1 er janvier 2010 de l évolution de l indice des services comptables sur la période : + 16% A la lumière de ces deux chiffres, on peut conclure que : les cabinets sans salariés ont globalement perdu du chiffre d affaires en euros constants (1 % environ) les cabinets de 1 à 49 salariés ont connu une augmentation de leur chiffre d affaires moyen comparable à celui de la profession calcul par l INSEE. Les différents facteurs d évolution des honoraires Le chiffre d affaires des cabinets dépend à la fois de l évolution du nombre de clients (effet volume) et du budget moyen facturé à chaque client (effet prix). Nombre moyen de clients par cabinet Le nombre moyen de clients par cabinet se situe à 28 pour les cabinets sans salariés et 237 pour les cabinets de 1 à 49 salariés : Cabinets de 0 salarié Cabinets de 1 à 49 salariés 2005 (en KE) 2009 (en KE) Var sur 4 ans Var moyenne annuelle 100,0 105,6 5,6% 1,4% 658,0 750,1 14,0% 3,3% Nombre de clients moyen par cabinet Évolution 2005/ salarié 29,0 28,0 39,1 +40% Moyenne des cabinets avec salarié(s) 170,9 193,7 237,0 +22% Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 4

6 Quelle que soit la taille du cabinet, le nombre de clients augmente par rapport à Néanmoins, la progression est d autant plus importante que la taille du cabinet est réduite. En outre, ces évolutions du nombre de clients n étant pas homogènes selon la taille des cabinets, cela conduit à modifier la structure moyenne des portefeuilles clients. Hormis les cabinets de 20 à 49 salariés 2, tous les cabinets ayant au moins un salarié voient leur nombre de clients TPE (5 salariés au plus) augmenter dans le portefeuille global. Cette évolution est particulièrement marquée pour les TPE sans salariés alors que, au vu de l étude menée auprès des clients de la profession 3, ce segment de clientèle apparaît comme celui où l expertcomptable est le moins présent avec un taux de recours de 56% en En réalité, la très forte progression de la clientèle des TPE sans salariés (de +30 à +50% selon la taille des cabinets) renvoie à l évolution de cette population d entreprises au niveau national qui a connu une croissance de l ordre de 40% sur la période Ce sont les cabinets de taille moyenne (de 6 à 19 salariés) qui présentent les plus forts taux de progression de cette clientèle (+50%), améliorant ainsi leur taux de pénétration sur ce segment. En ce qui concerne les cabinets sans salariés, ceux-ci enregistrent des évolutions sensiblement différentes avec une progression du nombre de clients entre 2005 et 2009 (40%) supérieure à celle des cabinets ayant au moins un salarié. Pour autant, cette augmentation de leur portefeuille ne provient pas de la même clientèle puisque les TPE (5 salariés au plus) voient leur part diminuer, en nombre, de 76 à 67% entre 2005 et La progression du nombre de clients dans ces cabinets tient à la clientèle des entreprises de 6 à 49 salariés dont le poids double, passant de 16 à 28% du portefeuille. 2 Pour lesquels le faible nombre de réponses rend délicate l analyse statistique 3 Marché de la profession comptable, Observatoire de la profession, sept 2010 (ouvrage gratuit prochainement téléchargeable sur le site Internet du CSO). Compte tenu de l évolution des budgets moyens facturés par client, la part des TPE dans le chiffre d affaires des cabinets n a pas ou peu augmenté pour les cabinets de 0 à 9 salariés. Seuls les cabinets de 10 à 19 salariés ont vu augmenter la contribution de cette clientèle à leur chiffre d affaires (53 à 58% entre 2005 et 2009). Ceci s explique en partie par le fait que cette taille de cabinets a connu les plus forts effets volumes sur la clientèle de TPE. Chiffre d affaires moyen par client Toutes prestations confondues, le montant total des honoraires facturés en moyenne par client a diminué en 2009 par rapport à 2005 : Budget moyen par client Cabinets de 0 salarié Cabinets de 1 à 49 salariés Variation 2005/ % % La baisse du panier moyen par client apparaît particulièrement marquée pour les cabinets sans salariés (-24% en quatre ans). Cela peut provenir, en partie tout du moins, de l effet lié à l augmentation du nombre de cabinets créés récemment qui peuvent présenter des budgets d honoraires par client plus faible que la moyenne des cabinets à taille égale (18 % des cabinets sans salariés en 2005 contre 32% en 2009). Un autre effet, de sens inverse, peut être relevé : les modifications de structure identifiées plus avant sur ces cabinets, à savoir une augmentation du poids des PME dans le portefeuille clients, contribuent à relever le budget moyen par client (dans la mesure où le budget d honoraires moyen augmente avec la taille du client). La forte baisse du chiffre d affaires moyen par client des cabinets sans salariés peut être lié à un effet prix à la baisse lié à l évolution du taux de facturation moyen Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 5

7 pratiqué par ces cabinets ou bien à un allègement des missions réalisées (et ce malgré le déport de la clientèle des TPE vers les PME). Ces points sont à surveiller et à analyser sur la période à venir, en particulier l évolution du budget moyen par client pour apprécier les différents facteurs impactant l activité globale de ces cabinets. cabinets soient sur ou sous-représentées. Enfin, rappelons que toutes ces données sont déclaratives. Chiffre d affaires moyen / personne Du côté des cabinets de 1 à 49 salariés, le budget moyen par client recule «seulement» de 7% sur la période observée. Cette évolution résulte de plusieurs effets contraires : à la hausse avec un taux de facturation moyen d une heure qui passe de 58 à 75 en moyenne pour ces cabinets à la baisse avec le recul du nombre d heures facturées en moyenne par client (estimé à 42 heures en 2009 contre 59 h en 2005) qui peut provenir, en partie, du renforcement du poids des TPE dans les portefeuilles de ces cabinets. Qu elle soit liée à un effet structure dans la composition de la clientèle et/ou à un rétrécissement des missions, cette évolution doit être surveillée et conduire les cabinets à analyser leur propre situation pour pouvoir identifier les moyens d enrayer cette tendance. L étude sur le marché de la profession montre que certains secteurs d activité sont plus porteurs que d autres, tels que le commerce, l hôtellerie-restauration ou encore la construction (page 72). Chiffre d affaires moyen par personne Variation 2005/ salarié ,6 +6% Moyenne des cabinets avec salarié(s) 73,5 74,8 88,8 +19% A noter : L étude sur le marché de la profession comptable fait apparaître une augmentation du budget moyen par client. Cet écart dans l évolution du chiffre d affaires moyen par client entre ces deux études peut s expliquer notamment par plusieurs facteurs dont le changement d institut de sondage entre les deux études qui a potentiellement généré une différence dans le périmètre des études. En outre, rappelons que cette étude sur les cabinets porte sur les réponses spontanées obtenues de la part des cabinets. Malgré les contrôles et redressements effectués par TNS Sofres pour rétablir un équilibre dans les répondants, il n est donc pas impossible que certaines populations de Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 6

8 La répartition du chiffre d affaires par activité Sur la base de la nomenclature retenue habituellement par l Observatoire pour analyser la structure de l activité en fonction des prestations réalisées, le chiffre d affaires se répartit de la façon suivante : Cabinets de 1 à 49 salariés Tenue (A) 41,2 46,2 51,3 Surveillance avec (B) et sans tenue (C) 29,3 25,6 18,3 Total missions comptables (A+B+C) 70,5 71,8 69,6 Paie et travaux annexes 9, ,9 Commissariat aux comptes 9,9 8,6 6,5 Audit contractuel 1,2 0,6 0,5 Conseil (facturé distinctement) 6 5,4 6,9 Autres 3 2,6 2,9 Cabinets de 0 salarié Tenue (A) 29, Surveillance avec (B) et sans tenue (C) 28,3 21,6 15 Total missions comptables (A+B+C) 57,8 61,6 62 Paie et travaux annexes 5,2 5,9 8 Commissariat aux comptes 22, Audit contractuel 0,2 3,8 0,8 Conseil (facturé distinctement) 4 8,4 7,3 8 Les missions comptables (A+B+C) Ces missions demeurent le socle de l activité des cabinets mais sont plus prédominantes encore dans les cabinets de 1 à 49 salariés (environ 70% des honoraires) que dans ceux sans salariés (62%). Ces missions comptables génèrent un chiffre d affaires moyen en augmentation sur la période (+11% pour les cabinets de 1 à 49 salariés, +6% pour les cabinets sans salariés). Au sein des cabinets de 1 à 49 salariés, le taux de croissance de ces missions est inférieur à ce qu enregistrent au global les autres missions ce qui conduit à réduire le poids représenté par les missions comptables dans leur activité totale (-2%). Le recul du poids des missions comptables affecte tout particulièrement les cabinets de 3 à 5 salariés (-5%) et de 6 à 9 salariés (-3,5%) tandis que les cabinets de 10 à 19 salariés se situent dans la moyenne (-2%). Les cabinets de 1 à 2 salariés, quant à eux, sont peu concernés par cette évolution : le poids des missions comptables dans leur chiffre d affaires moyen est stable. La croissance du chiffre d affaires moyen des cabinets de 1 à 49 salariés (+3,3% en moyenne annuelle entre 2005 et 2009) provient donc des autres missions, en particulier la paie et les travaux annexes ainsi que les prestations de conseil. Au sein des cabinets sans salariés, les missions comptables progressent dans des proportions comparables à celles autres activités (de l ordre de 1,5% en moyenne annuelle sur la période ). Elles maintiennent ainsi leur poids dans l activité globale. Autres 5,9 3,4 8,1 4 La rubrique "Conseil" comprend les diverses catégories suivantes de conseil : juridique, fiscal, social, gestion et informatique Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 7

9 A noter que, dans les cabinets sans salariés comme ceux ayant de 1 à 49 salariés, des évolutions inverses apparaissent sur la période , entre : les prestations de tenue (A) qui augmentent leur poids dans le chiffre d affaires moyen, toutes prestations confondues (+7% pour les premiers, +5% pour les seconds) et les missions de surveillance (B+C) qui voient leur poids diminuer (environ -7 % pour les deux populations de cabinets étudiés). Les missions liées à la paie Ces missions représentent une part plus importante du chiffre d affaires des cabinets de 1 à 49 salariés (près de 13% en moyenne et même plus de 15% pour les cabinets de 6 à 9 salariés) que des cabinets sans salariés (8%). Avec ou sans salariés, les cabinets enregistrent des progressions significatives du chiffre d affaires moyen sur ces prestations qui passe entre 2005 et 2009 : de 72 K à 97 K pour les cabinets de 1 à 49 salariés soit +34% (+7.5 % en progression moyenne annuelle). Ce sont les cabinets de 6 à 19 salariés qui enregistrent les plus fortes progressions de la contribution de ces prestations à leur chiffre d affaires moyen, toutes activités confondues. de 6 à 8,5 K pour les cabinets sans salariés soit +43% (près de +9.5 % en progression moyenne annuelle). Après les missions comptables, les missions liées à la paie constituent le deuxième élément moteur de la croissance observée sur la période pour les cabinets de 1 à 49 salariés. Elles participent également à la croissance de l activité des cabinets sans salariés mais l essentiel de la progression (modérée) de leur chiffre d affaires moyen provient des missions Autres. Le commissariat aux comptes Ce segment d activité confirme, comme en 2005, une tendance à la baisse au vu du chiffre d affaires moyen qu il représente pour tous les cabinets de moins de 50 salariés. CA moyen en euros Cabinets de 0 salarié Cabinets de 1 à 49 salariés Hormis les cabinets de 10 à 19 salariés qui parviennent à augmenter légèrement le poids de cette activité dans leur chiffre d affaires global, tous les autres segments de cabinets affichent des tendances à la baisse. Parmi eux, les plus petits cabinets (de 0 à 5 salariés) sont ceux qui connaissent les plus fortes baisses de la contribution du commissariat aux comptes dans leur activité globale. Selon les tranches d effectifs, les baisses de chiffres d affaires sur cette activité varient de -12% à -24% en quatre ans. Les missions de conseil Les cabinets sans salariés Après avoir subi une baisse entre 2002 et 2005, les prestations de conseil progressent de près de 4%, en moyenne annuelle, sur la période Ainsi, le chiffre d affaires moyen sur ce segment a retrouvé en 2009 son niveau de 2002 soit environ 8,5K. Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 8

10 Les cabinets de 1 à 49 salariés Par leur contribution au chiffre d affaires moyen (près de 7%), les activités de conseil arrivent en troisième position au rang des activités de ces cabinets (derrière les missions comptables et les missions liées à la paie). Le poids de ce segment s avère assez homogène quel que soit l effectif des cabinets hormis ceux de 20 à 49 salariés (avec plus de 9% de contribution) mais pour lesquels le faible nombre de réponses ne permet pas une analyse statistique fine de leur situation. Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 9

11 Taux de facturation Les taux de facturation ont été analysés uniquement pour les cabinets 1 à 49 salariés par niveaux d intervenants selon la typologie retenue par la convention collective des cabinets d expertise comptable qui classe les effectifs de N1 (Direction) à N5 (Exécution). A l échelle de l ensemble des cabinets ayant au moins un salarié, les taux de facturation sont, en moyenne, de : N N N N N Taux moyen Modalités de facturation La facturation des honoraires repose majoritairement (67% du chiffre d affaires) sur des provisions demandées en début ou en cours de mission. La facturation au «service fait» représente un peu moins de 30% du chiffre d affaires des cabinets de 1 à 49 salariés. Cette répartition est globalement homogène quels que soient les effectifs des cabinets. Les cabinets sans salariés ont des pratiques quelque peu différentes dans la mesure où ils ne facturent des acomptes que dans 50% de leurs missions. Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 10

12 Outils de communication Signalons tout d abord qu à la question «Avez-vous développé des outils de communication externe?», plus de 40% des cabinets de 1 à 49 salariés, et près de 70% des cabinets sans salariés, n ont pas répondu. Sur la base des seules réponses exprimées, l utilisation des outils de communication par les cabinets est présentée dans le graphique qui suit : 0 salarié 100% 80% 20 à 49 salariés 60% 40% 20% 1 à 2 salariés Site internet 0% Lettre d'information Plaquette 10 à 19 salariés 3 à 5 salariés 6 à 9 salariés Le site Internet est l outil le plus présent au sein des cabinets ayant répondu à la question, à l exception de ceux de la tranche 1 à 2 salariés qui lui préfèrent la lettre d information. Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 11

13 Les autres thèmes de l enquête Cette présentation de l enquête sur la «Gestion des cabinets d expertise comptable» n aborde que les principales thématiques de l enquête réalisée en juin et juillet 2010, auprès des cabinets d expertise comptable. Le questionnaire aborde également d autres sujets non traités dans ces quelques pages de synthèse : La typologie de la clientèle selon le statut juridique, le statut fiscal, le secteur d activité, la région La gestion du personnel : recrutement, structure des effectifs par diplôme, âge, catégorie de la convention collective, ancienneté, rémunérations moyennes par catégorie, taux moyen de facturation et heures facturables annuelles moyennes par catégorie, systèmes de primes et d intéressement, avantages sociaux proposés, frais de déplacement, temps de travail, rotation du personnel, outils de communication interne, politique de formation Les éléments de rentabilité et de gestion : ratios de gestion, modalités de facturation, modalités et délais d encaissement, locaux, structure de financement, coûts informatiques L équipement internet : connexion, site, espace dédié aux clients, intranet ) et l utilisation des différents portails déclaratifs Des informations diverses : politique de communication externe, plan stratégique, recours aux technologies comme la GED Précisions méthodologiques L Observatoire du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables a fait réaliser par TNS SOFRES une étude auprès des cabinets et des associations de gestion et de comptabilité Les principaux enseignements de ces travaux sont rassemblés dans cette synthèse. Les cabinets de 50 salariés et plus n ont pas été intégrés dans cette synthèse compte tenu du nombre trop réduit des réponses obtenues au questionnaire (576 réponses sur 7700 envois et 4 relances par mail à l ensemble de la profession). Sont donc étudiés les cabinets de 0 à 49 salariés. Tous ces autres sujets, ainsi que des focus sur les thèmes de cette synthèse, feront l objet d articles réguliers dans les prochains numéros de la Revue Française de Comptabilité. Gestion des cabinets d'expertise comptable Conseil supérieur de l Ordre des Experts-Comptables octobre Page 12

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015

CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 2 CREDIT MANAGEMENT SURVEY 2015 L étude de la gestion du risque clients par secteur d activité MÉTHODOLOGIE DE L ÉTUDE OBJECTIFS DE L ÉTUDE Bon nombre de professionnels de la relation financière clients

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet *

culture chiffres PRODUCTION, DIFFUSION ET MARCHÉS Les entreprises du commerce du marché de l art 2009-4 François Rouet * culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

A la recherche de vents porteurs

A la recherche de vents porteurs OCTOBRE 2014 A la recherche de vents porteurs Le bilan d activité des TPE-PME pour le troisième trimestre s inscrit dans le prolongement des trimestres précédents. Après avoir été un peu plus favorable

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

Un volume d emploi en croissance Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Un volume d emploi en croissance Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit Un volume d emploi en croissance fectifs ariés NAF 6920Z Eff Évolution du nombre de ariés du secteur (NAF 6920Z) au total de 1993 à 2008 135 000 130 000 125 000 120 000 115 000 110 000 105 000 100 000

Plus en détail

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012

CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 CROISSANCE ET SANTÉ DES ENTREPRISES ACCOMPAGNÉES EN CAPITAL-TRANSMISSION EN 2012 Le AFIC Etudes 2014 www.afic.asso.fr MÉTHODOLOGIE Étude d impact économique et social (2013) Les statistiques sont établies

Plus en détail

Electricité - Plomberie

Electricité - Plomberie Electricité - Plomberie 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire

Plus en détail

Un climat des affaires conforté

Un climat des affaires conforté JUILLET 2015 Un climat des affaires conforté Même si une part toujours importante de TPE/PME enregistre un recul du chiffre d affaires, le bilan du 2 e trimestre marque une amélioration sensible, confirmée

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Etes-vous prêt Pour l exercice libéral?

Etes-vous prêt Pour l exercice libéral? Etes-vous prêt Pour l exercice libéral? Christophe DUMAS - Expert-comptable David LADAME Expert-comptable stagiaire 1 LE CONTEXTE EN 2009 2 L ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL La Profession en quelques chiffres

Plus en détail

EDITORIAL. Agnès Bricard, Présidente du Conseil Supérieur

EDITORIAL. Agnès Bricard, Présidente du Conseil Supérieur 1 EDITORIAL Agnès Bricard, Présidente du Conseil Supérieur L enquête nationale sur les structures d exercice professionnel, cabinets et associations membres de la profession comptable, réalisée en juin

Plus en détail

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier...

Synthèse 5. 1. Définition... 7. a. Définition de l activité d administrateur de biens... 7 b. Définition de l activité d agent immobilier... 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession

Plus en détail

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10

Sommaire 2. Synthèse 6. Présentation de la profession 10. 1. Définitions... 10 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

Rapport annuel de transparence

Rapport annuel de transparence Rapport annuel de transparence Exercice clos le : 31 décembre 2012 Fiduciaire Audit Conseil Chapitre : 1. Présentation du Cabinet SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet... 3 1.1. Description des entités CAC

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci et avec la

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Baromètre des et du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Principaux résultats Avril 20 CONSEIL SUPÉRIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Contacts TNS Sofres : Département Stratégies d

Plus en détail

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007

Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Synthèse des données statistiques sur les salariés de la presse en 2007 Des tendances stables En 2007, le périmètre de la presse tel que défini par l Observatoire comprenait 2 066 entreprises, soit 321

Plus en détail

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle

I) Evolution de la demande d emploi mensuelle Document rédigé le 27/04/2015 LES ESSENTIELS DE L EMPLOI - Chiffres de mars 2015 Plan : I) Evolution de la demande d emploi mensuelle (pages 1 et 2) - Catégorie A - Catégorie ABC - Entrées et sorties/offres

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

LANCEMENT DE STATEXPERT RHÔNE-ALPES Le baromètre de l activité des entreprises en Rhône-Alpes

LANCEMENT DE STATEXPERT RHÔNE-ALPES Le baromètre de l activité des entreprises en Rhône-Alpes LANCEMENT DE STATEXPERT RHÔNE-ALPES Le baromètre de l activité des entreprises en Rhône-Alpes Dossier de presse Mercredi 04 novembre 2015 2 Communiqué de presse, Lyon, le 04 novembre 2015 Lancement de

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr.

Transports urbains. Bilan Social 2013. (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) www.utp.fr. Transports urbains Bilan Social (Convention Collective Nationale des réseaux de transports urbains de voyageurs) Édition 2014 www.utp.fr Avant-propos Ce rapport de branche présente les données sociales

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

Radio et télévision 15 %

Radio et télévision 15 % culture Secrétariat général Délégation au développement et aux affaires internationales Département des études, de la prospective et des statistiques 182, rue Saint-Honoré, 75033 Paris cedex 01 01 40 15

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Master Comptabilité, Contrôle, Audit. Situation générale des diplômés 2007/2008 au 1er mars 2010

Master Comptabilité, Contrôle, Audit. Situation générale des diplômés 2007/2008 au 1er mars 2010 007/008 Faculté des Sciences Economiques et de Gestion Master Comptabilité, Contrôle, Audit Lieu de formation : Clermont-Ferrand Situation générale des diplômés 007/008 au er mars 00 Au er mars 00 Total

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 n 26 mai 2014 n 26 mai 2014 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance vie au titre de 2013 Sommaire 1.INTRODUCTION 4 2.LE MARCHÉ DE L ASSURANCE VIE INDIVIDUELLE 6 2.1.La bancassurance

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Marchand de biens 2014-2015

Marchand de biens 2014-2015 Marchand de biens 2014-2015 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Sommaire 2 Synthèse

Plus en détail

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015

NOTE DE CONJONCTURE. des entreprises de Rhône-Alpes. Suivez l activité UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE. N 12 - Edition Lyon Rhône Mai 2015 Suivez l activité des entreprises de Rhône-Alpes NOTE DE CONJONCTURE N 12 - Edition Lyon Rhône Mai UNE ACTIVITE ECONOMIQUE EN LEGERE BAISSE L activité économique des entreprises artisanales du Rhône rencontrent

Plus en détail

Maisons d édition : les chiffres 2013

Maisons d édition : les chiffres 2013 Maisons d édition : les chiffres 2013 Janvier 2015 9ème édition Joëlle Tubiana Associée Edito Pour cette 9 ème étude consécutive, nous avons apporté quelques modifications dans la classification des secteurs

Plus en détail

Les Annonceurs et l affiliation en France

Les Annonceurs et l affiliation en France Les Annonceurs et l affiliation en France Publication Mars 2011 Copyright 2011 Collectif des Plateformes d Affiliation Tous droits réservés Reproduction soumise à autorisation Table des matières i. A propos

Plus en détail

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014

Enquête sur le financement des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 des TPE-PME du MEDEF Situations, perspectives et outils de financement des TPE-PME en 2014 MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Introduction Contexte Le MEDEF suit avec une grande attention la

Plus en détail

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012

Les séjours touristiques dans les villes wallonnes Liège, Namur, Mons, Tournai, Charleroi 2004-2012 Les séjours touristiques dans les villes wallonnes,,,, 24-212 Marchés : Belgique, Pays-Bas, France, Royaume-Uni, Allemagne Italie, Espagne OPT - Pascale Beroujon OPT - J.Jeanmart Direction Marchés, Perspectives

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR

La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR La formation continue dans le secteur de la presse écrite de 2004 à 2007, financée par l OPCA MEDIAFOR Etude statistique des données fournies par MEDIAFOR Avant-propos Cette étude a été réalisée par l

Plus en détail

Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine. Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013

Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine. Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013 Enquête d opinion sur la conjoncture 2013 Aire urbaine Principaux résultats de l enquête réalisée par Médiamétrie du 3 au 7 juin 2013 1 Présentation de l enquête L'Observatoire de l'emploi de l'aire urbaine

Plus en détail

L EDITO DU PRESIDENT

L EDITO DU PRESIDENT L EDITO DU PRESIDENT L Observatoire Péï, c est le premier observatoire de tendance économique lancé par l Ordre des Experts-Comptables de La Réunion! L expert-comptable est en prise directe avec l une

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 2013 (octobre-novembre-décembre 2013)

SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 2013 (octobre-novembre-décembre 2013) FRANCE BOIS FORÊT Observatoire économique Filière Forêt Bois SYNTHESE DE LA NOTE TRIMESTRIELLE DE CONJONCTURE ECONOMIQUE 4 ème TRIMESTRE 20 (octobre-novembre-décembre 20) Evolutions différenciées en fin

Plus en détail

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables

Baromètre des PME et TPE du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Baromètre des et du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts-Comptables Principaux résultats Novembre CONSEIL SUPÉRIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES Contacts TNS Sofres : Département Stratégies d

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007

Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Portrait de branche - Cabinets d avocats - Edition 2007 Introduction/définition Les données présentées ici concernent les entreprises libérales du secteur des cabinets d avocats. Ce secteur n est pas identifié

Plus en détail

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Communiqué de presse Enquête 2011 Apec / Université Paris-Dauphine sur l insertion professionnelle Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Paris, le 12 mai 2011 Pour la

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg

Etude 2014 sur le devenir des Actuaires de l Université de Strasbourg l Université de Strasbourg Novembre 2014 L Union Strasbourgeoise des Actuaires a proposé à ses membres de remplir un court questionnaire sur leur situation professionnelle actuelle. Ce document s attache

Plus en détail

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007

Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 Observatoire Régional des Parcours Etudiants Aquitains (ORPEA) Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2009 des diplômés de Master professionnel promotion 2007 En Bref : Le taux de réponse global atteint

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Avis n 2013-1147 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 10 septembre 2013 sur le dossier tarifaire de La Poste reçu le 31 juillet 2013 relatif aux offres

Plus en détail

Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7

Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7 Fleuriste 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7 a. Les TPE... 7 b. La grande distribution... 8 c.

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 463 Novembre 2013 La mobilité à longue distance des Français en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES TRANSPORT En 2012, la mobilité à longue distance des personnes

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Baromètre des courtiers de proximité

Baromètre des courtiers de proximité Edition 2013 Baromètre des courtiers de proximité Une profession qui ressent la crise mais fait preuve d adaptabilité courtiers restent optimistes malgré la crise Diriez-vous que la profession de courtier

Plus en détail

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015

PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUILLET 2015 L effort de formation des entreprises du secteur privé en 2013 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

1. Contexte de la gestion

1. Contexte de la gestion 1. Contexte de la gestion La Gestion peut se représenter sous plusieurs chaînes d activité mettant en jeu, du point de vue de l Observatoire, un certain nombre de métiers regroupés autour d une même finalité

Plus en détail

Rapport annuel de transparence

Rapport annuel de transparence Rapport annuel de transparence Exercice clos le : 31 décembre 2010 Fiduciaire Audit Conseil Chapitre : 1. Présentation du Cabinet SOMMAIRE 1. Présentation du Cabinet... 3 1.1. Le cabinet en France... 3

Plus en détail

Créations et disparitions des entreprises en France

Créations et disparitions des entreprises en France Créations et disparitions des entreprises en France Octobre 2012 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr La croissance du tissu économique de moins en moins dynamique 8,6 millions de sièges

Plus en détail

Janvier 2013. Un point culminant en 2009

Janvier 2013. Un point culminant en 2009 Janvier 2013 Claude MALLEMANCHE Depuis janvier 2009, près de dix mille demandes d immatriculation d auto-entreprise ont été déposées en Limousin. Trois créateurs sur quatre déclarent qu ils n auraient

Plus en détail

Dares Indicateurs. Les mouvements de main-d œuvre au 3 e trimestre 2012 : nouvelle hausse du taux d embauche en CDD

Dares Indicateurs. Les mouvements de main-d œuvre au 3 e trimestre 2012 : nouvelle hausse du taux d embauche en CDD Dares Indicateurs MARS N 7 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Les mouvements de main-d œuvre au e trimestre : nouvelle hausse du taux d embauche

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles

Observatoire 2014 des Universités & Écoles. Observatoire 2014 des Universités & Écoles I Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles Observatoire 2014 des Universités & Écoles 1 Sommaire Avant-propos 1. Méthodologie 2. Universités 2.1 Recettes 2.2

Plus en détail

Agence de voyages Tour-opérateur

Agence de voyages Tour-opérateur Agence de voyages Tour-opérateur 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

L accès à l emploi et les seniors

L accès à l emploi et les seniors L accès à l emploi et les seniors Rapport d une étude menée entre octobre 2013 & mars 2014 Avec le soutien de Regionsjob, le Centre des Jeunes Dirigeants & le Medef Ile de France De L utilité de cette

Plus en détail

Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition...6 2. Accès à la profession...7 3. Typologie des intervenants...8

Synthèse 5. Présentation de la profession 6. 1. Définition...6 2. Accès à la profession...7 3. Typologie des intervenants...8 Antiquités Brocante 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...7 3. Typologie des intervenants...8 a. Les commerces d antiquité brocante

Plus en détail

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010

L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 L e conomie sociale et solidaire dans le de partement de la Loire en 2010 I. Chiffres généraux Année 2010 Nombre d'établissements Effectifs au 31/12 Nombre d'etp Rémunération brute annuelle en Associations

Plus en détail

Observatoire Landais de l aide à domicile

Observatoire Landais de l aide à domicile Observatoire Landais de l aide à domicile Bulletin n 5 Avril 2014 Analyse de L aide à domicile sur le territoire Landais entre 2010 et 2012 La DREES 1 estime que les dépenses liées à la dépendance en 2011,

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

Bijouterie 2012-2013

Bijouterie 2012-2013 Bijouterie 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 2. Accès à la profession...6 3. Typologie des intervenants...7 Analyse économique 9 1. Principales données économiques

Plus en détail

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM

La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM La filière Soins et accompagnement (hors AOP) dans la convention collective UGEM Etude basée sur l enquête «bilan social 2014 données 2013» M. Ejnès Rodolphe 113 rue Saint-Maur, 75011 Paris - Téléphone

Plus en détail

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels

EMPLOI. Un recul toujours fort des effectifs industriels EMPLOI 39 L emploi salarié franc-comtois recule de 0,2% en 2006. La hausse des effectifs dans les services et la construction ne suffit pas à compenser la baisse dans l industrie. Le nombre de salariés

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012

Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Baromètre Ressources Humaines des collectivités locales 2012 Prudence dans la fonction publique territoriale Sur fond de stabilisation des effectifs, une collectivité sur deux remplacera l intégralité

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

Hôtellerie traditionnelle

Hôtellerie traditionnelle Hôtellerie traditionnelle 2012-2013 Sommaire Synthèse 5 Présentation de la profession 6 1. Définition...6 a. Condition d ouverture d un établissement hôtelier... 6 b. Demande de classement d un établissement

Plus en détail

1. Définition... 8. 2. Typologie des intervenants... 10. 1. Principales données économiques de l'activité... 12

1. Définition... 8. 2. Typologie des intervenants... 10. 1. Principales données économiques de l'activité... 12 Pharmacie 2013-2014 Cette analyse a été réalisée avec les données statistiques de la FCGA et de l ANPRECEGA, membres de l UNPCOGA, et de la base DIANE du Bureau Van Dijk. Sommaire Synthèse 6 Présentation

Plus en détail

ETUDE OUPLACEMENT INDIVIDUEL CADRES. (Missions terminées en 2012)

ETUDE OUPLACEMENT INDIVIDUEL CADRES. (Missions terminées en 2012) ETUDE OUPLACEMENT INDIVIDUEL CADRES 2013 (Missions terminées en 2012) Ce rapport est réservé à l information du destinataire. La diffusion extérieure de tout ou partie de ces résultats est soumise à approbation

Plus en détail

La relation clients à distance

La relation clients à distance La relation clients à distance Évolution du nombre de centres de contacts en France 3500 3400 3300 3200 3100 3000 2900 2800 2700 3500 3300 3100 3000 2002 2003 2004 2005 (source Cesmo) Évolution du nombre

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Conférence de presse BearingPoint SP2C

Conférence de presse BearingPoint SP2C Conférence de presse BearingPoint SP2C «Les centres de contact externalisés : un secteur en croissance» 15 septembre 2011 Confidentiel. 2011 BearingPoint France SAS BearingPoint To get there. Together.

Plus en détail

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives

Septembre 2005. Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Septembre 2005 Quantification de la diversité et de la polyvalence des comptables des structures associatives Cette étude permet de quantifier ce qui avait été mis en évidence par l étude qualitative

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue

Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle. dans le spectacle vivant. Deuxième partie. La formation professionnelle continue Tableau de bord de l'emploi et de la formation professionnelle dans le spectacle vivant Deuxième partie La formation professionnelle continue - Données statistiques 2010 Troisième édition L'Observatoire

Plus en détail

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES

CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES CABINET CLEON MARTIN BROICHOT & ASSOCIES RAPPORT DE TRANSPARENCE Etabli en application de l art. R. 823-21 du Code de commerce Exercice clos au 31 août 2014 cabinet CLEON MARTIN BROICHOT & Associés 7 rue

Plus en détail

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE

UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE Juillet-août-septembre 2012 Note trimestrielle N 40 Lettre trimestrielle d information UPA / I+C LES METIERS DE L ARTISANAT ET DU COMMERCE DE PROXIMITE CONJONCTURE Détérioration plus marquée au cours de

Plus en détail

Auto entrepreneurs : qui sont ils?

Auto entrepreneurs : qui sont ils? Décryptage Par André Letowski Auto entrepreneurs : qui sont ils? La création d entreprises en France se maintient à des niveaux toujours élevés. Selon les derniers chiffres publiés par l INSEE, le nombre

Plus en détail

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 68 Septembre 2009 Indices des prix des travaux d entretien-amélioration de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail