Cours d électrocinétique :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours d électrocinétique :"

Transcription

1 Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire

2

3 Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION DÉFINITIONS HISTORIQUE BIBLIOGRAPHIE REMARQUES PRÉLIMINAIRES 5. NOTIONS ÉLÉMENTAIRES SUR LES COMPOSANTS ÉLÉMENTAIRES EN RÉGIME CONTINU 6.1. COURANT ÉLECTRIQUE 6.. CHAMP ÉLECTRIQUE, POTENTIEL ÉLECTRIQUE, DIFFÉRENCE DE POTENTIEL. ACTION D'UN CHAMP ÉLECTRIQUE SUR UNE CHARGE Q CHAMP ÉLECTRIQUE, POTENTIEL ÉLECTRIQUE, DIFFÉRENCE DE POTENTIEL 7... ACTION D'UN CHAMP ÉLECTRIQUE SUR UNE CHARGE Q 7.3. DIPÔLES PASSIFS RÉSISTANCE ET LOI D'OHM AUTRES DIPÔLES PASSIFS DIPÔLES PASSIFS NON LINÉAIRES LES DIPÔLES ACTIFS DÉFINITIONS ERREUR! SIGNET NON DÉFINI..4. GÉNÉRATEUR DE TENSION GÉNÉRATEUR DE COURANT EQUIVALENCE ENTRE LES DEUX MODÈLES DE GÉNÉRATEUR DIPÔLES ACTIFS RÉCEPTEURS THÉORÈMES SUR LES CIUITS LINÉAIRES EN RÉGIME CONTINU DÉFINITIONS LOIS DE KIHHOFF LA LOI DES NOEUDS LOI DES MAILLES LOI DES BRANCHES : LOI D'OHM GÉNÉRALISÉE TRANSFORMATION SÉRIE - PARALLÈLE, PARALLÈLE - SÉRIE D UN CIUIT THÉORÈME DE SUPERPOSITION DÉFINITION EXTINCTION D UNE SOUE LIBRE APPLICATION DU THÉORÈME DE SUPERPOSITION THÉORÈMES DE THÉVENIN ET DE NORTON THÉORÈME DE THÉVENIN THÉORÈME DE NORTON EQUIVALENTE ENTRE LES DEUX THÉORÈMES APPLICATION THÉORÈME DE MILLMAN 4 3

4 4. MÉTHODE DE RÉSOLUTION GRAPHIQUE D'UN SYSTÈME LINÉAIRE. POINT DE FONCTIONNEMENT PRINCIPE EXEMPLE 6 5. PUISSANCE DANS LES DIPÔLES LINÉAIRES EN RÉGIME CONTINU INTRODUCTION 8 5. EXPRESSION GÉNÉRALE DE LA PUISSANCE PUISSANCE DANS UN CONDUCTEUR OHMIQUE PUISSANCE DANS UN DIPÔLE ACTIF GÉNÉRATEUR PUISSANCE DANS UN DIPÔLE ACTIF RÉCEPTEUR 9 6 LE RÉGIME TRANSITOIRE RELATION TENSION - COURANT POUR LES DIPÔLES R, L ET C RELATION TENSION COURANT AUX BORNES D UNE RÉSISTANCE RELATION TENSION COURANT AUX BORNES D UN CONDENSATEUR RELATION TENSION COURANT AUX BORNES D UNE BOBINE RÉPONSE D UN CIUIT ET RL À UN ÉCHELON DE TENSION OU DE COURANT RÉPONSE D UN CIUIT R RÉPONSE D UN CIUIT RL PUISSANCE CONSOMMÉE PAR UN DIPÔLE PUISSANCE CONSOMMÉE DANS UN CIUIT PUISSANCE CONSOMMÉE DANS UN CIUIT RL 37 4

5 1. Inroducion 1.1. Définiions Il fau disinguer différens ermes relaifs à l'élecricié. - Le génie élecrique regroupe l'élecricié, l'élecronique e l'élecroechnique. - L'élecricié regroupe l'élecrosaique, l'élecrocinéique e l'élecromagnéisme. - L'élecrocinéique es l'éude des courans élecriques, c'es à dire des déplacemens de charges dans des milieux maériels appelés conduceurs. C'es aussi l'éude des circuis élecriques soumis aux différens régimes des courans élecriques. On disingue 3 ypes de régimes : - le régime saionnaire ou coninu (couran coninu), - le régime ransioire, - e le régime permanen sinusoïdal (couran alernaif). 1.. Hisorique - Les phénomènes d'origine élecrique e magnéique son connus depuis l'aniquié. Thalès De Mile (VI ème siècle avan J.C.) faisai la descripion de quelques phénomènes élecriques e magnéiques : l'élecrisaion par froemen d'un morceau d'ambre qui aire des objes légers ou la pierre de magnésie (oxyde de fer) qui aire des anneaux de fer. Le mo élecricié vien du mo grec signifian ambre (elekron :jaune). - Ces différens phénomènes reseron anecdoiques jusqu'au 17 ième siècle. Sephen Gray ( ) découvre la conducion de l'élecricié. Benjamin Franklin ( ) éablie la héorie des condensaeurs es consrui des paraonnerres. Alexandro Vola ( ) consrui la première pile. - L'élecricié qui éai jusqu'à lors saique devien dynamique e l'éude des courans élecriques perme de mere en évidence le lien enre l'élecricié e le magnéisme. Tous ces ravaux seron menés par André-Marie Ampère ( ), François Arago ( ), Michael Faraday ( ), George Simon Ohm ( ) e Gusav rober Kirchhoff ( ). - En 1864, James Clarke Maxwell ( ) propose une héorie relian les champs magnéique e élecrique e prédi la propagaion des ondes élecromagnéiques. Cee héorie rese en vigueur pour expliquer de nombreux phénomènes physiques Bibliographie - Collecion Travaux Dirigés 1er cycle chez Hachee Supérieur : - Volume 1 : "Techniques mahémaiques pour la physique" de Soum e al. - Volume 3 : "Circuis élecriques e élecroniques" de Soum e al. - Collecion Flash Universiaire chez A. Colin : "Elecronique" de M. Fourier. - Collecion Cursus chez A. Colin : "Elecrocinéique" de L. Quarana. - Collecion J'inègre chez Dunod : "Elecrocinéique. - Collecion H prépa chez Hachee Supérieur : "Elecronique, élecrocinéique I" Remarques préliminaires L'élecrocinéique es le domaine ou les manifesaions des mouvemens de poreurs de charge son éudiées en erme de couran e de ension. Si ces grandeurs son consanes dans le emps 5

6 on parle de régime coninu ou indépendan de emps. Ces grandeurs seron alors noées avec des majuscules. I pour le couran e U pour la ension. Il ne fau pas confondre le régime coninu avec le régime permanen que l'on uilise pour décrire le foncionnemen de circuis soumis à des ensions/courans alernaifs. Enfin, le régime ransioire décri la réponse d'un circui soumis à une brusque variaion de couran/ension.. Noions élémenaires sur les composans élémenaires en régime coninu.1. Couran élecrique Le couran élecrique es dû au déplacemen de charges dans un conduceur. Les effes élecriques connu avan le 19 ième siècle ne permeaien pas de connaîre la naure de ces charges aussi le choix du sens de déplacemen a éé arbirairemen celui des charges posiives. Ce n'es qu'en 1879 avec la découvere de l'effe Hall que l'on a idenifié la naure des poreurs de charges. Il s'agi des élecrons qui possède une charge négaive q = -e = C (Coulomb). Définiion de l'inensié d'un couran élecrique à ravers un cylindre conduceur de secion S : q c'es la quanié de charge élecrique q qui raverse S pendan un emps. I = s exprime en ampère (A ou C.s -1 ) avec q en coulomb e en s (1A 1C.s -1 ~ e-.s -1 ). 6

7 .. Champ élecrique, poeniel élecrique, différence de poeniel. Acion d'un champ élecrique sur une charge q...1. Champ élecrique, poeniel élecrique, différence de poeniel Soi une charge q dans le plan. Le champ élecrique produi par cee charge en un poin M de l espace es donné par q E =. u. 4 πε0r Le champ s'exprime en V.m -1 ou V/m. r es la disance enre la charge e le poin M. OM u = es le veceur uniaire pris dans la direcion du veceurom. ε0 OM = π 10 F/ m es la permiivié du vide. Le poeniel au poin M créé par la charge es égal q à V =. Il s'exprime en Vol (V). Lorsque la 4 πε0r charge es posiive (q>0), le poeniel décroî lorsque le poin M s éloigne de la charge. Lorsque la charge es négaive (q<0), le poeniel croî lorsque le poin M s éloigne de la charge. On consae alors que le champ élecrique E produi par la charge en un poin M de l espace es oriené vers les poeniels décroissans. Si la charge se déplace d'une quanié dr, cela va induire une variaion du poeniel au poin dv = E. dr. Enre les poins M 1 e M, il exise une différence de poeniel (d.d.p.) qui q 1 1 es égale à V1 V = 4πε ( ) qui s'exprime en Vol (V). r r Acion d'un champ élecrique sur une charge q En élecrocinéique il y a des charges fixes qui créen des champs e d'aures charges mobiles qui se déplacen dans ces champs. Ainsi une charge élecrique q placée dans un champ élecrique E es soumise à une force F = qe. Cee force s exprime en newon (N).Dans le cas ou cee charge mobile es un élecron (q=e), sous l acion de cee force elle se déplacera dans le sens opposé au champ élecrique. De façon évidene les élecrons se déplacen donc vers les poeniels croissans e le couran élecrique e oriené comme le champ élecrique vers les poeniels décroissans. 7

8 .3. Dipôles passifs Un dipôle es un élémen de circui présenan bornes. Un mulipôle présene plus de bornes. Un dipôle passif es un dipôle récepeur qui ransforme oue l énergie qu il reçoi sous forme de chaleur Dipôles passifs linéaires : la résisance. Loi d'ohm Une résisance es un dipôle linéaire passif don le symbole es le suivan : Si on lui applique enre ses bornes A e B une d.d.p. U AB = V A -V B, il sera parcouru par un couran I el que U AB = RI. R es appelée la résisance du dipôle. Cee loi enre le couran e la ension es empirique e es vérifiée par la plupar des dipôles passifs en régime coninu. R s'exprime en Ohm (Ω). A) REMARQUES - R es oujours posiif. U AB e I son donc de même signe. - La loi d'ohm peu égalemen se mere sous la forme I = GU AB ou G = 1/R es la conducance e s'exprime en Siemens (S). B) CONVENTION DE SIGNE La convenion «récepeur» indique que la ension es oujours orienée du poeniel le plus bas vers le poeniel le plus élevé. Si V A > V B, U AB sera oriené de B vers A. Les élecrons se déplaçan dans le sens du poeniel croissans (B vers A), le couran lui es oriené de A vers B. C) CARACTERISTIQUE STATIQUE D'UN DIPOLE On appelle caracérisique saique d'un dipôle, la courbe représenan la variaion du couran I raversan un dipôle ou de la ension U AB à ces bornes en foncion de la ension appliquée à ses bornes ou du couran qui le raverse. Dans le cas d'une résisance, il s'agi d'une droie affine don la pene correspond à R ou G selon la représenaion choisie. D) RESISTIVITE, CONDUCTIVITE Dans le cas d'un conduceur cylindrique de secion S e de longueur l présenan des charges libres assuran la conducion. Si on soume les exrémiés de ce conduceur à une différence de poeniel, les élecrons libres von avoir un mouvemen d ensemble de viesse moyenne v. 8

9 Pendan un emps d la secion S du conduceur sera raversée par un couran dq I = ou dq représene la quanié de d charge raversan la secion S pendan un emps d. Les dn élecrons consiuan la charge dq son conenus dans un volume dv=svd. D aure par on a dq=dne=ndve où n es la densié volumique de poreurs de charges, d où : dq=nesvd e I=nSve. Dans cee expression seule la viesse moyenne des élecrons peu varier. Cee viesse, due au champ élecrique E, qui es uniforme, es proporionnelle à la d.d.p. enre les exrémié du conduceur de longueur l : v µ U AB =. µ es appelée la l mobilié des élecrons. S S S En conséquence I = µ ne UAB = γ UAB. Ou encore I = GUAB avec G = γ. γ es la l l l conducivié (S.m -1 l l ). En inversan la relaion on a : UAB = I = ρ I ou encore UAB = RI µ nes S l l avec R = = ρ. ρ es la résisivié (Ω.m). µ nes S Si R augmene (S e l consans) cela signifie que la résisivié augmene ou que la conducivié diminue. La résisance dépend de la empéraure. Si T augmene R augmene. En effe, l'agiaion hermique gêne la circulaion des élecrons. A T = 0 K (-73 C), la résisivié es nulle donc R = 0. C'es ce que l'on appelle la supraconducivié. On a alors conducion de l'élecricié sans pere d'énergie. E) CONSEQUENCE DE LA RESISTANCE : L'EFFET JOULE La circulaion d'un couran dans une résisance produi un échauffemen :l'effe Joule. En effe le dipôle passif ransforme l'énergie élecrique en énergie calorifique. La puissance dissipée par le dipôle es égale à P = RI². Cee puissance s'exprime en Wa (W). Applicaions : radiaeurs, éclairage à filamen, fusible. F) ASSOCIATION DE RESISTANCES, CALCUL DE RESISTANCE EQUIVALENTE On disingue deux façons d'associer des résisances. Elles son associées soi en série soi en parallèle. Associaion série : 9

10 Les résisances R i son oues raversées par le même couran I e on une seule borne en commun avec un aure dipôle. La ension U AD es égale à la somme des ensions aux bornes de chacun des dipôles : UAD = UAB + UBC + UCD = RI 1 + RI + R3I = ( R1+ R + R3 ) I = Réq. I. D où la résisance équivalen à l associaion de ces dipôles : Réq. = R1+ R + R3. Dans le cas ou N dipôles son associés en série, la résisance équivalene s exprime : R. = R. Associaion parallèle : L associaion de dipôles en parallèle se caracérise par le fai que ous les dipôles on leurs bornes en commun deux à deux. En conséquence de quoi la ension aux bornes de chacun des dipôles es idenique. éq N i = 1 i Le couran I qui alimene ces dipôles branchés en parallèle va alors se reparir dans les dipôles el que : UAB UAB U AB UAB I = I1+ I + I3 = + + = UAB R1 R R R1 R R =. D ou la résisance 3 Réq équivalene : = + + ou on préfèrera alors dans le cas d associaion de dipôles Réq. R1 R R3 en parallèle uiliser la conducance : Géq. = G1+ G + G3. Pour l associaion de N dipôles en N 1 1 parallèle on noe respecivemen la résisance e la conducance équivalenes : = e R R G éq. N = G. i = 1 i.3.. Aures dipôles passifs éq. i = 1 i A) LES CONDENSATEURS PARFAITS Ils son consiués de deux armaures conducrices séparées par un isolan. 10

11 En régime coninu le condensaeur es chargé par la d.d.p. appliquée à ses bornes e il se compore comme un inerrupeur ouver (I=0). Par analogie avec les résisances, ils présenen une résisance infinie. C : capacié en farad (F). B) LES SELF-INDUCTANCES PARFAITES Elles son consiuées de bobines qui lorsqu'elles son parcourues par un couran coninu se compore comme un cour-circui. Par analogie avec les résisances, elles présenen une résisance nulle. L : inducance en henry (H). L'inérê de ces deux dipôles résiden dans les propriéés en régime ransioire ou permanen sinusoïdal. Ils son capable alors d'emmagasiner de l'énergie puis de la resiuer ulérieuremen. Cependan la puissance moyenne dissipée es oujours nulle Dipôles passifs non linéaires Ce son des dipôles qui présenen une caracérisique couran/ension qui n'es pas linéaire els que les varisances ou les diodes..4. Les dipôles acifs Caracérisiques de dipôles non linéaires - Pour un dipôle acif oue l énergie élecrique mise en jeu n es pas dissipée sous forme de chaleur. Il y a ransformaion. Il peu ransformer : o de l énergie élecrique en énergie non calorifique (mécanique, chimique, opique, élecrique). Il s agi d un dipôle acif récepeur e à ces bornes on mesure une force conre élecromorice (f.c.é.m.). Il s'agi d'une ension. 11

12 o de l énergie non calorifique (mécanique, chimique, opique, élecrique) en énergie élecrique. Il s agi d un dipôle acif généraeur e à ces bornes on mesure une force élecromorice (f.é.m.). Il s'agi aussi d'une ension. - Un dipôle acif peu-êre généraeur : il fourni alors de l énergie élecrique (pile, urbine, baerie, générarice, ) - Un dipôle acif peu-êre récepeur : il ransforme alors l énergie élecrique en une aure forme d énergie (moeur, ransformaeur, ). - Cerain dipôle acifs son réversibles e foncionner soi comme généraeur soi comme récepeur (cas d une baerie de voiure)..4. Généraeur de ension.4..1 Généraeur de ension idéal C es un dipôle aux bornes duquel la ension rese consane quelle que soi l inensié du couran délivré. Cee ension es appelée force élecromorice (f.é.m.). La caracérisique U MN =f(i) es une droie horizonale. Par convenion le signe «+» indique la borne posiive e la ension au borne du généraeur de ension es orienée vers le «+». Dans le cas ou le généraeur de ension se compore comme un généraeur le couran quie la borne «+» e es compé comme posiif. Le couran +I lim indique la valeur maximal que peu délivré ce généraeur avan sa desrucion. Lorsque le couran es négaif, alors le généraeur se compore comme un récepeur (le sens du couran es alors imposé au généraeur par un aure dipôle acif du circui) Généraeur de ension réel C es un dipôle el que, lorsque l inensié du couran qu il délivre croî la ension à ces bornes décroî. La chue de ension U es proporionnelle à I ce qui es caracérisique d une résisance. On écri U=-rI avec r la résisance die «inerne» du généraeur. La ension à ses bornes lorsqu il es branché aux bornes d un récepeur s écri : U MN =E-rI. Le modèle équivalen di de Thevenin es l associaion en série d un généraeur parfai de f.é.m. E e d une résisance r. La caracérisique d un généraeur de ension réel es une droie ne passan pas par l origine de pene négaive. L inersecion de la courbe avec l axe des ordonnées correspond à la ension relevée aux bornes de généraeur lorsque qu il n y a aucune charge branchée aux bornes du généraeur (I=0, ou généraeur en circui ouver) soi U MN =E la f.é.m. du généraeur. La caracérisique coupe l axe des abscisses lorsque U MN =0 c'es-à-dire lorsque la charge présene une résisance nulle c'es-à-dire lorsque les bornes du généraeur son cour-circuiées alors le généraeur débie un couran di de cour-circui I cc =E/r. 1

13 .4.3 Généraeur de couran Généraeur de couran idéal C es un dipôle débian un couran consan I 0 (couran élecromoeur c.é.m.) indépendan de la ension à ses bornes. La caracérisique I = f(u AB ) es une droie horizonale. Lorsque le généraeur foncionne comme généraeur dans un circui la ension es compée posiive e orienée comme le couran Généraeur de couran réel C es un dipôle à la sorie duquel il y a une chue de couran I lorsque la ension à ces bornes croî. Cee chue de couran es proporionnelle à U MN e elle es associée à une résisance de conducance g elle que I=-gU MN, l inensié délivrée sera alors égale à : I=I 0 -gu MN avec g=1/r conducance du généraeur. Le modèle équivalen, di de Noron, es l associaion en parallèle d un généraeur de couran idéal e d une résisance r. La caracérisique I=f(U MN ) es une droie ne passan pas par l origine, de pene négaive. Lorsque la ension U MN =0, c es à dire lorsque les bornes M e N son courcircuiées le couran débié par le généraeur es égal au c.é.m.. D aure par lorsque la charge présene une résisance infinie (auremen di lorsque le généraeur es en circui ouver I=0) alors on relève aux bornes du généraeur une ension ri Equivalence enre les deux modèles de généraeur Nous venons d éablir les modèles équivalens des généraeurs de ension e de couran réels. Nous avons éabli que : E UMN généraeur de ension : U = MN E ri, I = r r, I0 I généraeur de couran : I = I 0 gumn, U = MN g g. E 1 L idenificaion enre ces deux sysèmes d équaions donne : I = 0, g r = r. 13

14 Ces égaliés peuven égalemen s obenir à parir des deux modèles en circui ouver : E Ces généraeur son considérés comme équivalen si I 0 = ou E = ri0. Cee équivalence r enre les deux ypes de généraeurs es imporane pour la simplificaion de circui comporan uniquemen des dipôles linéaires..4.5 Dipôles acifs récepeurs Ce son des dipôles consomman de l énergie élecrique e qui en ransforme une parie sous une aure forme d énergie. Pour ces dipôles acifs récepeurs, l inensié enre oujours par le pôle «+» e ressor par le pôle «-» à l inverse d un dipôle acif genéraeur. Ils son de deux ypes : polarisés si leurs bornes son indépendanes du sens du couran, polarisables si leurs bornes son dépendanes du sens du couran. Dans les deux cas le modèle équivalen sera : La caracérisique d un dipôle acif récepeur es une droie ne passan pas par l origine de pene posiive. L inersecion de la droie avec l axe des ordonnées correspond la ension relevée aux bornes du dipôle lorsque celui-ci es en circui ouver (I=0). Remarque : Le symbole que nous uilisons pour le récepeur es différen de celui du généraeur pour bien monrer qu il s agi d un récepeur. La f.é.m. du dipôle acif récepeur es noée «e» égalemen pour la disinguer de celle d un dipôle acif généraeur. 14

15 3. Théorèmes sur les circuis linéaires en régime coninu L'objecif es d'analyser des circuis e de calculer les ensions/courans de ces circuis. Nous allons éudier un ensemble de echniques de bases e nous discuerons du choix de la méhode en foncion du ype de circui e de sa complexié Définiions Soi le circui suivan : On défini ainsi les ermes suivans : un circui/réseau es un ensemble de composans ou dipôles reliés par des fils de connexion qui peu êre analysé en erme de noeuds, de branches e de mailles. un noeud es un poin de joncion enre rois fils de connexion minimum. une branche es consiuée par un ensemble de dipôles monés en série enre deux noeuds. dipôles son monés en série lorsqu'ils son raversés par le même couran. une maille es un ensemble de branches forman un conour fermé que l'on peu parcourir en ne passan qu'une fois par chaque noeud inermédiaire. Une maille pourra êre orienée de façon arbiraire. Dans nore exemple on compe noeuds e 3 mailles e 3 branches. Remarques: Dans un circui qui possède n noeuds indépendans il y a n-1 poeniels inconnus e le n ième es appelé la masse. La masse es un noeud de référence de poeniel. La valeur du poeniel des aures noeuds du circui sera donnée par rappor à cee référence. Le symbole es le suivan : Il ne fau pas le confondre avec le symbole de la erre qui correspond au vrai poeniel 0V. Touefois, la masse d'un circui es en général reliée à la erre (mais pas oujours). 15

16 3.. Lois de Kirchhoff Le physicien allemand Gusav Rober Kirchhoff a éabli en 1845 deux lois qui fonden ous les calculs de réseaux élecriques : - la loi des nœuds, - la loi des mailles la loi des noeuds Cee loi exprime la loi de conservaion de la charge élecrique. Pour un noeud donné la somme des courans qui arriven à ce noeud es égale à la somme des courans qui en paren. Pour un noeud donné, on peu symboliser cee relaion par l'expression générale suivane : k ε I = 0, avec ε k = +/-1 selon que le couran I k arrive ou par d'un noeud. A priori k k l orienaion des courans es iniialemen inconnue, aussi on oriene arbirairemen ces courans dans les différenes branches du circui. L applicaion numérique indique selon le signe si le couran a éé oriené correcemen. Dans l exemple présené ci-dessus conenan noeuds : - au nœud A I 1 =I +I 3, - au nœud B I +I 3 = I 1. Ces deux relaions son ideniques e donne : I +I 3 -I 1 =0. On consae avec cee équaion que sur les rois inconnues deux son indépendanes. Ce qui rédui le nombre d inconnues à Loi des mailles Cee loi es une conséquence de l'addiivié des ensions. Les ensions expliciées en ermes de différences de poeniels nous permeen d'écrire pour la maille considérée e orienée de façon arbiraire : (V A -V B ) + (V B -V C ) + (V C -V D ) + (V D -V A ) = 0. Soi encore : U AB + U BC + U CD + U DA = 0. Cee dernière relaion ne préjuge en rien de la naure des dipôles de la maille. D'où la relaion généralisée pour une maille orienée : ε U = 0, avec ε k = +/-1 selon que la ension aux k k k bornes du dipôle es orienée ou non selon l orienaion choisie de la maille. Dans nore exemple pour les 3 mailles idenifiées : - maille n 1 E 1 -ri 1 -R 1 I 3 =0, - maille n R 1 I 3 -R I -R 3 I =0, - maille n 3 E 1 -ri 1 -R I -R 3 I =0. 16

17 3..3. Loi des branches : loi d'ohm généralisée Dans une branche d un circui conenan un ou plusieurs dipôles associés en série enre les deux nœuds délimian cee branche, la ension es égale à la somme des ensions aux bornes de chacun des dipôles elle que : U n = ε U avec ε i = +/-1 selon que la ension aux bornes du dipôle D i es orienée ou non AB i D i i = 1 comme la ension U AB. Dans nore exemple où nous avons idenifié 3 branches : - branche n 1 : U AB = E 1 -r 1 I 1, - branche n : U AB = R 1 I 3, - branche n 3 : U AB = R I +R 3 I. Grâce à ces différenes lois nous avons éabli suffisammen d équaions pour résoudre oues les inconnues de ce circui. Dans un circui présenan n noeuds e b branches il exise c=bn+1 courans indépendans dans le circui. Le problème revien donc à résoudre un sysème à c inconnus. Il fau donc écrire c équaions indépendanes. Dans nore exemple c=3-+1=. Parmi oues ces équaions deux suffisen pour résoudre le problème. Par exemple ou peu rechercher la ension U AB ou la ension aux bornes de R Transformaion série - parallèle, parallèle - série d un circui La résoluion du sysème d équaions es simple lorsque le nombre d inconnus es faible ouefois lorsque celui-ci devien imporan il es souhaiable de simplifier au maximum le monage dans la perspecive de la quesion posée. Il es uile parfois d uiliser la résisance équivalene de résisances associées soi en série soi en parallèle e l équivalence enre les généraeurs de couran e de ension vue précédemmen dans ce objecif de simplificaion. Ainsi dans l exemple de circui présené au 3.1 si on cherche la valeur du couran I 1 ou de la ension U AB, il es praique de réaliser la ransformaion suivane du circui : Dans la mesure ou l on s inéresse au couran débié par le généraeur, la naure des aures dipôles consiuan le circui impore peu. Nous pouvons donc simplemen subsiuer aux résisances R 1, R e R 3 la résisance équivalene à l associaion de ces rois résisances. Il s agi de l associaion en série des résisances R e R 3 associée en parallèle avec R 1. Ce qui 17

18 ( + ) ( ) R1 R R3 donne : Réq. = R1//( R + R3) =. Le schéma se simplifie alors en remplaçan R1+ R + R3 ces résisances par la résisance équivalene. Le monage ne conien alors plus qu une seule maille parcourue par le couran I 1 que l on cherche. Pour cee maille on peu écrire E UAB = E ri1 = Réq. I1soi I 1 = Réq. + r. On en dédui Réq. E UAB = Réq. + r. Mainenan si on cherche le couran I 3 circulan dans la résisance R 1, il es commode ici de réaliser une ransformaion parallèle du généraeur de ension, c.a.d. ransformer le généraeur de ension en son généraeur de couran équivalen, soi : Nous avons égalemen remplacé l associaion en série des résisances R e R 3 par la résisance équivalene R +R 3. Les nœuds A e B son respecivemen idenique aux nœuds A 1 e B. La loi des nœuds perme d écrire que : ge = guab + GU 1 AB + G3U AB ou g =, r 1 1 G1 = e G3 = les conducances des résisances dans chaque branche. Alors R 1 R + R3 ge GgE 1 UAB =, soi I3 = GU 1 AB =. g + G + G g + G + G La ension U AB calculée dans ces deux exemples donne le même résula. En conclusion, en foncion de la grandeur recherchée il convien d opérer les simplificaions e ransformaion perinenes Théorème de superposiion Lorsqu un circui compore plusieurs dipôles acifs généraeurs, la résoluion du circui devien rapidemen compliquée. Aussi nous allons voir une méhode permean de résoudre simplemen ce ype de circui. Le héorème de superposiion ne s applique qu aux circuis consiués de dipôles linéaires. De façon général un circui peu-êre représené sous la forme de l associaion en parallèle du dipôle passif éudié avec un dipôle acif conenan oues les sources du circui e les aures dipôles passifs. 18

19 Définiion En régime coninu l inensié I qui parcour le dipôle éudié e la ension U AB à ses bornes son égaux respecivemen à la somme des courans e des ensions relevés lorsque l on éein successivemen l ensemble des sources sauf une Exincion d une source libre Exincion d'une source de ension Une source libre de ension es éeine lorsqu'elle es remplacée par un courcircui. Cela revien à donner une valeur nulle à sa f.é.m Exincion d'une source de couran Une source libre de couran es éeine lorsqu'elle es remplacée par un circui ouver. Cela revien à donner une valeur nulle à son c.é.m.. Remarque : Il es uile de se rappeler que l'exincion d'une source libre revien à enlever le cercle de son schéma Applicaion du héorème de superposiion Soi le circui suivan, consiué d un généraeur de ension e d un généraeur de couran respecivemen de résisance inerne r 1 e r e d une résisance R associés en parallèle. Exincion du généraeur de ension : 19

20 Après exincion du généraeur de ension on peu simplifier le schéma en considéran d une par l associaion en parallèle des résisances r 1 e r puis en réalisan la ransformaion parallèle-série du généraeur de couran (remplacemen du généraeur de couran par le généraeur de ension équivalen). Le circui es alors consiué d une seule maille e on obien : réq.0 I Rréq.0 I I1 = e UAB = RI 1 1 =. R + réq. R + réq. Exincion du généraeur de couran : Après exincion du généraeur de couran on peu simplifier le schéma en réalisan la ransformaion série-parallèle du généraeur de ension (remplacemen du généraeur de ension par le généraeur de couran équivalen) puis en considéran d aure par l associaion en parallèle des résisances r 1 e r. La résoluion du circui condui à : réq. E Rréq. E I = e UAB = RI =. r1 ( R + réq. ) r1 ( R + réq. ) Lorsque les deux généraeurs son allumés alors : 0

21 ( + ) réq.0 I réq. E réq. ri 10 E I = I1+ I = + = R + r r ( R + r ) r ( R + r ) éq. 1 éq. 1 éq., e ( + ) Rréq.0 I Rréq. E Rréq. r10 I E UAB = UAB + U 1 AB = + = R + r r( R + r ) r( R + r ) éq. 1 éq. 1 éq Théorèmes de Thévenin e de Noron Toue porion d un circui ne comporan que des dipôles acifs e passifs linéaires peuven êre remplacés par un dipôle acif linéaire équivalen. Le modèle équivalen choisi peu êre celui de Thévenin ou celui de Noron Théorème de Thévenin Lorsque l on s inéresse à la ension aux bornes d un dipôle ou au couran qui le raverse, nous avons vu précédemmen qu il éai possible de considérer le circui comme l associaion de deux dipôles : un dipôle passif D (le dipôle éudié) e d un dipôle acif linéaire D 1 regroupan les aures composan du circui. Si on remplace le dipôle D 1 par son modèle équivalen de Thévenin (généraeur de ension idéal de f.é.m. E h en série avec une résisance R h ) la ension U AB es égale à : UAB = Eh RhI. En déerminan les expressions de E h e R h ) en foncion des caracérisiques de dipôles consiuan le dipôle D 1, la résoluion du circui es alors RD E h Eh simplifiée. En effe il vien UAB =, I =, où R D es la résisance Rh + RD R h + RD équivalene du dipôle D. La déerminaion des caracérisiques du généraeur de Thévenin équivalen s opère de la façon suivane. Lorsque l on coupe la liaison enre les dipôles D 1 e D, on a aux bornes du dipôle une inensié nulle du couran e on relève ce que l on appelle la ension en circui ouver U AB0 elle que : U = E. AB0 h 1

22 D aure par si on éein oues les sources du dipôle D 1 la résisance «vue» enre les bornes AB es égale à la résisance R h. En conséquence Eh représene la ension à vide e R h es la résisance équivalene enre les bornes AB lorsque oues les sources de ce dipôle son éeines Théorème de Noron Il s agi d une variane du héorème de Thévenin ou le dipôle D 1 es remplacé par son modèle équivalen de Noron (généraeur de couran idéal de c.é.m. I N en parallèle avec une résisance RR N D RI N N R N. Alors il es facile d éablir que UAB = IN, I =. Encore une fois il RN + RD R N + RD s agi de déerminer les expressions de I N e R N en foncion des caracérisiques des dipôles consiuan le dipôle D 1. Pour déerminer I N il fau simplemen consaer que lorsque l on cour-circuie les bornes A e B du dipôle D 1, la ension U AB es nulle e le couran de cour-circui I cc es égal à : Icc = IN. D aure par si on éein oues les sources du dipôle D 1 la résisance «vue» enre les bornes AB es égale à la résisance R N. En conséquence I N représene le couran de cour-circui e R N es la résisance équivalene enre les bornes AB lorsque oues les sources de ce dipôle son éeines Equivalene enre les deux héorèmes Comme nous l avons vu précédemmen, il es possible d éablir une équivalence enre les modèles équivalens dethévenin e de Noron. Aussi les généraeurs de Thévenin e de Noron Eh Eh = RNIN IN = équivalens déerminés par les deux héorèmes son ideniques si ou Rh. Rh = RN R = N Rh

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL

Thème : Electricité Fiche 5 : Dipôle RC et dipôle RL Fiche ors Thème : Elecricié Fiche 5 : Dipôle e dipôle Plan de la fiche Définiions ègles 3 Méhodologie I - Définiions oran élecriqe : déplacemen de charges élecriqes q a mesre d débi de charges donne l

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF

COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF COMMANDE D UNE PORTE DE GARAGE COLLECTIF Les quesions raiées devron êre soigneusemen numéroées e le documen-réponse fourni devra êre compléé selon les indicaions de l énoncé. Il es vivemen conseillé de

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures

EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE 1. Durée : 4 heures SESSION PSIP3 EPREUVE SPECIFIQUE - FILIERE PSI PHYSIQUE Durée : 4 heures NB : Le candida aachera la plus grande imporance à la claré, à la précision e à la concision de la rédacion Si un candida es amené

Plus en détail

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue

Redressement non commandé sur charge RLE en conduction continue Redressemen non commandé sur charge RL en conducion coninue SI 9- I. Conversion alernaif-coninu, exemples d applicaions liés à la racion Figure : Locomoive BB5 Réseau de disribuion Redresseur saique monophasé

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE

VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE VISUALISATION DES SIGNAUX ELECTRIQUES OSCILLOSCOPE CATHODIQUE ANALOGIQUE INTRODUCTION L'oscilloscope es le plus polyvalen des appareils de mesures élecroniques. Il peu permere simulanémen de visualiser

Plus en détail

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur CPGE / Sciences Indusrielles pour l Ingénieur CI9 Capeurs LES CAPTEURS Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

CONDITONNEMENT DU SIGNAL

CONDITONNEMENT DU SIGNAL I) Présenaion "La diode" CONITONNMNT U IGNAL La diode es un composan élecronique semi conduceur qui se compore comme un inerrupeur fermé quand elle es polarisée en direc e comme un inerrupeur ouver polarisée

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 +

Séries et intégrales généralisées - Approfondissement (2M261) Janvier-Juin 2015. Devoir Maison n o 1. ln 1 sh 1 sh t t sin(1/t 2 ) 1 + Universié Pierre e Marie Curie Licence de Mahéaiques Séries e inégrales généralisées - Approfondisseen (2M26) Janvier-Juin 25. Devoir Maison n o Exercice : Convergence e calcul d inégrales. Éudier la naure

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Chapitre II : Diusion thermique

Chapitre II : Diusion thermique Spéciale PSI - Cours "hermodynamique" 1 Phénomènes de ranspor Chapire II : Diusion hermique Conens 1 Les diérens modes de ransfer hermique 2 1.1 Le rayonnemen... 2 1.2 La convecion... 2 1.3 La conducion

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien

TD 20-21 : Modèles de marchés - Mouvement brownien Universié Paris VI Maser : Modèles sochasiques, applicaions à la finance (MM065) TD 20-2 : Modèles de marchés - Mouvemen brownien. Taux de change. Soi (Ω, P(Ω), P) un espace probabilisé fini non redondan

Plus en détail

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche

GBF et Oscilloscope. 1. «un seul bouton à la fois tu manipuleras»; 2. «aux boutons inconnus tu ne toucheras». I) Première approche e Oscilloscope objecif de ce TP es d apprendre à uiliser, ie. à régler, deux des appareils les plus courammen uilisés : le e l oscilloscope. Pour cela vous serez amené(e) à uiliser e à associer de nouveaux

Plus en détail

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013

Exercices M1: Cinématique du point. A) Questions de compréhension. LCD Physique 2eBC 1 Ex2eMeca1_13.docx 04/11/2013 LCD Physique ebc 1 Exercices M1: Cinémaique du poin A) Quesions de compréhension 1) Un voyageur dans un rain en mouvemen à viesse consane laisse omber un obje. Esquisser l allure de la rajecoire : pour

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

Capteurs CCD (Charge Coupled Device)

Capteurs CCD (Charge Coupled Device) Capeurs CCD (Charge Coupled Device) 1 NOTION SUR LES CONDUCTEURS, SEMI-CONDUCTEURS ET ONDES LUMINEUSES... 2 1.1 STRUCTURE DE LA MATIERE... 2 1.2 LES ISOLANTS... 2 1.3 LES CONDUCTEURS... 2 1.4 LES SEMI-CONDUCTEURS...

Plus en détail

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel

Solutions AUTOMATISMES. L essentiel AUTOMATISMES Freinage élecronique des Les variaeurs de viesse on beaucoup évolué ces dernières années, an en ermes de performance echnique que de coû. Cela leur a permis de conquérir de nouvelles posiions,

Plus en détail

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP "marche-arrêt" (2 sens de marche)

ETUDE DES DIFFERENTES COMMANDES DU SYSTEME. 1 - Commande manuelle par BP marche-arrêt (2 sens de marche) BS Mainenance Indusrielle Elecroechnique Eude d un mone charge Moeur asynchrone deux sens de roaion e 2 viesses enroulemens séparés Rappels emporisaions Présenaion es manuenions dans un grand magasin son

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle

Exercices de baccalauréat série S sur la loi exponentielle Eercices de baccalauréa série S sur la loi eponenielle (page de l énoncé/page du corrigé) La compagnie d'auocars (Bac série S, cenres érangers, 23) (2/) Durée de vie d'un composan élecronique (Bac série

Plus en détail

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5 AMNAON CQ OMMA ) Généraliés... 3 ) es alimenaions linéaires... 5.1) chéma foncionnel... 5.2) ude de F1 : ransformaion ou abaissemen... 5.3) ude de F2 : edressemen.... 8.3.1) edressemen : Mono alernance....

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL Bac blanc du vendredi 17 mars 006 - Lycée Élie Caran - La Tour du Pin Physique - Chimie Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : h0 COEFFICIENT : 8 pour les spécialiés physique e chimie - 6 pour

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur CPG / ciences Indusrielles pour l Ingénieur C83 Les capeurs L CAPTUR Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

AMPLIFICATEUR LINEAIRE INTEGRE (A.L.I) Montages Fondamentaux à base d A.L.I

AMPLIFICATEUR LINEAIRE INTEGRE (A.L.I) Montages Fondamentaux à base d A.L.I Chapire C1 Leçon C1 AMPLIFICATEU LINEAIE INTEGE (A.L.I) Monages Fondamenaux à base d A.L.I I. Uilisaion d un A.L.I en régime non linéaire : 1) Acivié praique : a) A l aide d une maquee fournie ou à parir

Plus en détail

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent

Lycée Viette TSI 1. T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. multimètres. P DV P DH écran fluorescent Lycée Viee TSI 1 T.P. cours 04 oscilloscope G.B.F. mulimères I. Principe de foncionnemen de l oscilloscope à ube cahodique 1. Descripion F C W A 1 A 2 vide spo P DV P DH écran fluorescen F filamen C cahode

Plus en détail

CI-2 : MODÉLISER ET SIMULER LES SYS-

CI-2 : MODÉLISER ET SIMULER LES SYS- CI-2 : MODÉLISER ET SIMULER LES SYS- TÈMES LINÉAIRES CONTINUS INVARIANTS. Objecifs ANALYSER MODELISER A l issue de la séquence, avec l aide du cours sur les ransformées de Laplace, l élève doi êre capable

Plus en détail

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE

UNITÉ 1: LA CINÉMATIQUE UNITÉ 1: L CINÉMTIQUE Cinémaique: es la branche e la physique qui raie e la escripion u mouemen objes sans référence aux forces ni aux causes régissan ce mouemen. 1.1 L VITESSE ET L VITESSE VECTORIELLE

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques

Principes et caractéristiques des principaux moteurs électriques Principes e caracérisiques des principaux moeurs élecriques Crières de choix d un moeur Le moeur es généralemen choisi en foncion de l uilisaion mécanique e de l alimenaion élecrique don on dispose. Cahier

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Présentation groupe de travail

Présentation groupe de travail Présenaion groupe de ravail Sofiane Saadane jeudi 23 mai 2013 Résumé L aricle sur lequel on ravaille [LP09] présene un problème de bandi à deux bras comporan une pénalié. Nous commencerons par présener

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Circuit de commande d'un moteur brushless DC par onduleur triphasé commandé en modulation de largeur d'impulsion par microcontrôleur

Circuit de commande d'un moteur brushless DC par onduleur triphasé commandé en modulation de largeur d'impulsion par microcontrôleur Circui de commande d'un moeur brushless DC par onduleur riphasé commandé en modulaion de largeur d'impulsion par microconrôleur Ing. V. LELEUX Ir. N. GILLIEAUX-VETCOUR GRAMME Liège Ce aricle présene la

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE LYCEE KHAZNADAR DEVOIR DE SYNTHESE N 1 Proposé par : MLAOUHI S & ABAAB T Disciplines echniques SECTION TECHNIQUE Consiuion du suje : un dossier echnique : pages 1/4 2/4 3/4 e 4/4 Des feuilles réponses

Plus en détail

17 Conversion de signaux Modulation de l énergie. Chapitre 17

17 Conversion de signaux Modulation de l énergie. Chapitre 17 Chapire 17 Conversion de signaux Modulaion de l énergie Perurbaion e compaibilié élecromagnéique INTRODUCTION 3 1. LES FONCTIONS DE CONVERSION 4 1.1. La commuaion 4 1.2. La emporisaion 15 1.3. L amplificaion

Plus en détail

2 ème Partie Cinématique: Déplacement, vitesse, accélération

2 ème Partie Cinématique: Déplacement, vitesse, accélération ème Parie Cinémaique: Déplacemen, viesse, accéléraion Inroducion Noes de cours de Licence de A. Colin de Verdière Un obje es en mouvemen si sa posiion mesurée par rappor à un aure obje change. Si cee posiion

Plus en détail

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002

ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 2002 Universié Paris IX Dauphine UFR Economie Appliquée Maîrise Economie Appliquée ECONOMETRIE II - SERIES TEMPORELLES PARTIEL FEVRIER 00 Noes de Cours Auorisées, Calcularices sans Mémoire Auorisées Durée :

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1.

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1. MESURE DE VISCOSITÉ I - QUELQUES ÉLÉMENTS DE RHÉOLOGIE La mesure de la viscosié d'un fluide fai parie de la rhéologie, qui es la science des écoulemens de la maière. Dans la suie, on noera : -la viscosié

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Potentiels ponctuels en dimension 1

Potentiels ponctuels en dimension 1 0 mon exe Poenies poncues en dimension 1 Séminaire du Maser 2 Recherche de Mahémaiques Universié de Rennes 1 mon exe Suje proposé par Dimiri Yafaev Lauren Paer janvier 2009 Cadre physique du probème On

Plus en détail

BACCALAUREAT D ENSEIGNEMENT GENERAL Session 2001 Série S Technologie Industrielle

BACCALAUREAT D ENSEIGNEMENT GENERAL Session 2001 Série S Technologie Industrielle BACCALAUREAT D ENSEIGNEMENT GENERAL Session 2001 Série S Technologie Indusrielle ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures PROPOSITION DE BAREME Analyse du sysème Quesion

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

ÉTUDE CINÉMATIQUE D UN FLUIDE EN ÉCOULEMENT.

ÉTUDE CINÉMATIQUE D UN FLUIDE EN ÉCOULEMENT. Objecifs CINÉMATIQUE DES FLUIDES ÉTUDE CINÉMATIQUE D UN FLUIDE EN ÉCOULEMENT Coprendre les différences enre l approche lagrangienne e l approche eulérienne Saoir eprier une accéléraion lagrangienne en

Plus en détail

Nature de l information

Nature de l information Naure de l informaion PAGE : Siuaion : Parfois l informaion fournie par un capeur Tou Ou Rien (TOR) n es pas suffisane pour piloer l équipemen. Dans ce cas nous devons avoir recours à des capeurs e déeceurs

Plus en détail

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE

SCIENCES DE L'INGÉNIEUR TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTRIQUE TERMINALE Durée : 2h OUVRE PORTAIL FAAC : SERRURE CODÉE CIENCE DE L'INGÉNIEU TP N 3 page 1 / 8 GÉNIE ÉLECTIQUE TEMINALE Durée : 2h OUVE POTAIL FAAC : EUE CODÉE Cenres d'inérê abordés : Thémaiques : CI11 ysèmes logiques e numériques I6 Les sysèmes logiques combinaoires

Plus en détail

Gestion Actif Passif et Solvabilité

Gestion Actif Passif et Solvabilité Gesion Acif Passif e Solvabilié Charles Descure & Crisiano Borean Generali France 7/9 Boulevard Haussmann 759 Paris Tel. : +33 58 38 86 84 +33 58 38 86 64 Fax. : +33 58 38 8 cdescure@generali.fr cborean@generali.fr

Plus en détail

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE

ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE DM SSI: AQUISITION DE l INFORMATION ÉTUDE D UN SYSTÈME PLURITECHNIQUE Pores Laérales Coulissanes de monospace PRÉSENTATION DE L ÉTUDE Mise en siuaion Les fabricans d'auomobiles, face à une concurrence

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

CH.3 PROBLÈME DE FLOTS

CH.3 PROBLÈME DE FLOTS H.3 PROLÈME E FLOTS 3.1 Le réeaux de ranpor 3.2 Le flo maximum e la coupe minimum 3.3 L'algorihme de Ford e Fulkeron 3. Quelque applicaion Opi-comb ch 3 1 3.1 Le réeaux de ranpor Réeau de ranpor : graphe

Plus en détail

Plan : : Les méthodes de codage numérique en

Plan : : Les méthodes de codage numérique en Plan : : Les méhodes de codage numérique en 3.1 Inroducion 3.2 Codages binaires 3.2.1 Codage NRZ (Non Reour à Zéro) 3.2.2 Codage biphasé ou (Mancheser) 3.2.3 Codage CMI (Code Mark Inversion) 3.3 Codages

Plus en détail

La logique séquentielle

La logique séquentielle La logique séquenielle Logseq 1) ifférence enre sysèmes combinaoires e sysèmes séqueniels. Un sysème combinaoire es el que l'éa de ses sories ne dépende que de l'éa des enrées. Il peu donc êre représené

Plus en détail

Electronique de puissance

Electronique de puissance Haue Ecole d Ingénierie e de Gesion du Canon du Vaud Elecronique de puissance Chapire 9 MODÉLISAION HERMIQUE DES COMPOSANS DE PUISSANCE M. Correvon A B L E D E S M A I E R E S PAGE 9. ANALYSE HERMIQUE

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

459,6nm 450nm,750nm qui

459,6nm 450nm,750nm qui Exercice : Travaux dirigés de l opique géomérique SVT 03,. T =,533.0-5 4 s, d où la fréquence : = A.N. : = 6,53.0 Hz T c c. 0 = c.t = =. A.N. : 0 459,6nm 0, 4596m f 3. Oui, cee radiaion es visible à l

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé

Romain Burgot & Tchim Silué. Synthèse de l article : Note sur l évaluation de l option de remboursement anticipé ENSAE 3 eme année Romain Burgo & Tchim Silué Synhèse de l aricle : Noe sur l évaluaion de l opion de remboursemen anicipé Mémoire de gesion ALM Juin 2006 Résumé Depuis 1979, la loi offre à l empruneur

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT

CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CALCUL INTERTEMPOREL : L HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT icence Sciences Economiques 3ème année er semesre MICROECONOMIE APPROFONDIE ET CACU INTERTEMPORE CHAPITRE 6 CONSOMMATION ET CACU INTERTEMPORE : HYPOTHESE DU REVENU PERMANENT Vision simplifiée du schéma

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

Distributeur automatique de café

Distributeur automatique de café BACCALAUREAT GENERAL Session 2002 Série S Sciences de l Ingénieur ETUDE D UN SYSTEME PLURITECHNIQUE Coefficien : 6 Durée de l épreuve : 4 heures Son auorisés les calcularices élecroniques e le maériel

Plus en détail