Certifié bio. bien rôdé. Un sistème ECHOBIO. JUIL 11/AOUT 11 Bimestriel. Surface approx. (cm²) : 4982 N de page : 20. Page 1/10

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Certifié bio. bien rôdé. Un sistème ECHOBIO. JUIL 11/AOUT 11 Bimestriel. Surface approx. (cm²) : 4982 N de page : 20. Page 1/10"

Transcription

1 Page 1/10 Certifié bio Un sistème bien rôdé Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

2 Page 2/10 Tous les producteurs bio français, qu'ils soient éleveurs, marat chers, viticulteurs, céréaliers, doivent respecter le cahier des charges europeen de l'agriculture biolo gique symbolisé par l'eurofeuille (I). En France, 7 organismes certificateurs (Ecocert, Qualite France, Certis, Certipaq, Agrocert, SGS-ICS, Certisud) sont en charge de sa bonne application, et des milliers de contrôles sont effectués chaque année par environ 200 contrôleurs Volontaire, l'agriculteur doit prouver, dès son engagement en bio, qu'il met tout en œuvre pour être conforme à la réglementation II met ainsi à disposition documents comptables, cahier d'élevage, informations sur son environnement, comme par exemple la présence d'un incinérateur, d'un risque OGM, d'une eau d'arrosage susceptible d'être polluée par des pesticides ou PCB Un contrôle physique a lieu chaque annee sur l'exploitation, assorti d'un second contrôle inopiné sur la moitié des opérateurs, sélectionnée par échantillonnage Mixité et risques de mélanges La conversion ne s'improvise pas. Elle nécessite au préalable de faire évoluer ses pratiques : souvent, l'arrêt du désherbage chimique est une première étape avant de se lancer Certains convertissent d'emblée l'ensemble de leur activité, passant au IOU % bio D'autres procèdent par étapes, et conservent certaines cultures en conventionnel Dans ce cas, on parle de ferme mixte Talon d'achille, cette mixité est surveillée de très près Certaines précautions doivent être mises en place. Le contrôleur doit pouvoir distinguer à l'œil nu les productions bio dcs autres Ainsi, l'agriculteur ne peut pas cultiver à la fois du blé bio et du blé conventionnel En fruit ou en raisin, si les variétes ne sont pas évidentes à reconnaître, le producteur doit s'engager à passer au 100 % bio dans les cinq ans. Chez les transformateurs, comme dans les abattoirs -, la mixité se gere dans l'espace et/ou sur le planning Les ingrédients bio sont stockés séparément, par exemple sur une palette ou une étagère dédiée Une ligne peut être réservée à la confection de pâtes ou de confitures bio ; une journée par semaine, souvent le lundi, peut y être consacrée Les lignes sont au préalable désinfectées avec des détergents écologiques Chez les artisans, la mixite se gere au quotidien et nécessite une rigueur sans faille Ainsi, Dominique Saibron, boulanger engagé en bio depuis 1988, propose, dans le 14 e arrondissement de Pans, nombre de pains classiques et d'autres aux fruits ou aux céréales labelhses bio "Pour la farme bio 8 tonnes par mois sur les 20 achetées, fai un fournisseur différent, les Moulins Decollogne La mixite ne me pose pas problème, je prends soin de stocker la farme bio dans un endroit bien délimité et bien identifie Je garde aussi les emballages dorigine des fruits secs ou graines Les contrôles sont souvent pousses, et l'auditeur peut nous visiter à l'improviste une a deux fois par an" (2) Proximité champs bio et conventionnels Et dans les champs, comment se garantir des contaminations ' Le cahier des charges bio n'impose pas de limite minimum entre une parcelle bio et une autre cultivée en conventionnel Maîs il parle d' "unites séparées" et enjoint les agriculteurs bio à prendre toutes les dispositions nécessaires pour evi ter les risques En pratique, une route, une bordure ou un fossé entre deux parcelles font souvent office de bar- (l)au 1 e juillet 2012 ce logo sera obligatoire La marque AB encore renommée peut y rester accolée (RE 834/2007 RE 889/2008) (2) Deux contrôles par an sont obligatoires chez les transformateurs Les contrôleurs contrôles Comment etre assure que les organismes certificateurs (OC) soient impartiaux ' En France les sept OC accrédites elabo rent un plan de controle qu ils doivent faire valider Tous sont audites par le Comite français d'accréditation (Cofrac) et par I Institut national de la qualite et de l'origine (Inao) te Cofrac est lui même valide au niveau europeen suivant des normes précises Tous les organismes cerf fîcateurs en Europe - au nombre de sont sous la coupe d'une ins titution semblable 'Le systeme n'a jamais ete aussi bien securise affirme Jean François Hulot chef de I unite Agri culture biologique a la Commission europeenne Ils doivent etre accrédites selon la norme europeenne EN ou le guide lso 65 qui garantit competence, independance, impar tialite et confidentialite Ils sont soumis a plusieurs obliga lions prouver qu'ils possèdent lexpertise l'équipement, les infrastructures nécessaires pour exécuter leur travail, disposer d'un personnel dûment qualifie et expérimente en nombre suffisant et ne pas, faire l'objet de conflit d'intérêt Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

3 Page 3/10 Dans le cas d une ferme mixte le contrôleur doit pouvoir distinguer à oeil nu les productions bio des autres nère naturelle, tout comme une haie que le producteur bio décide de planter sur ses terres, réduisant un peu sa surface cultivée. Laisser en herbe une bande de 2 mètres sert aussi de zone tampon. Parfois, échanger entre voisins les parcelles élargit la surface bio et réduit les risques "De bonnes relations de voisinage limitent souvent la plupart des problèmes, explique Olivier de Marcillac, responsable certification chez Agrocert. Dans le Saint-Émihon, des viticulteurs vont jusqu'à proposer à leurs voisins conventionnels de traiter eux-mêmes les deux rangs du bord avec des produits bio pour éviter tout risque de contamination D'autres laissent sur pied leurs raisins sur ces rangs de bordure" Contamination par les OGM? Et les OGM, qui totalisaient dans le monde, en 2008, cinq fois plus d'hectares que les terres bio, sont-ils une réelle menace en France ' La bio les interdit explicitement, maîs n'est pas à l'abri de contaminations Rappelons que dans l'union européenne, deux plantes génétiquement modifiées (PGM) sont autorisées à la culture (pomme de terre T3 ans Helene Orvoen fait partie de la centaine de contrô leurs d'ecocert La jeune femme suit environ 290 operateurs dans le Morbihan et le sud des Côtes d'armor des producteurs en polyculture-élevage et maraîchers pour I essentiel, ainsi que quèlques magasins Elle consacre le matin a la preparation des dossiers a son domicile puis se rend en voiture chez les operateurs - rarement a plus d'une heure de chez elle - pour les controles "En dehors de l'hiver ou les taches administratives m'occupent beaucoup, je réalise en principe chaque jour deux contrôles approfondis sur rendez-vous ainsi que deux inopines La duree de chaque controle annuel vans entre deux heures trente et trois heures Cela comprend un temps d'analyse des documents administratifs et une visite des parcelles et des animaux quand il y en a" L'atmosphère est généralement cordiale "J'explique aux prod acteurs que ce n'est pas moi qui prends la decision d'éventuelles sanctions quand je relevé des nonconformités maîs le comite de certification, au siege Ainsi, je n'ai pas a porter la "casquette du gendarme" et cela cree un meilleur climat" Hélène Orvoen contrôle les agriculteurs bio itrôles, inopines Quant aux controles inopines, Helene Orvoen en réalise environ 150 par an pour satisfaire aux exigences réglementaires (3 contrôles en deux ans dont un inopine) 'Je contrôle systématiquement les nouveaux convertis ainsi que les grosses structures car il n'est pas facile de tout passer au peigne fin lors de la visite annuelle je reste tres prudente quand des informations me sont parfois donnees par de nonoafjon Dans ce cas, je n'interviens qu'en cas de suspicion Généralement, les producteurs se prêtent de bonne grâce a ces visites non prévues et sont même tres coopératifs Je fais parfois, a cette occasion, des prélèvements pour analyse de céréales, legumes, plants ou compost et plus rarement de terre" Jean-Martial Poupeau Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

4 Page 4/10 Les analyses de contaminants arrivent en dernier recours, s'il y a un doute avéré ou une série de manquements graves. Amflora de BASF ; maïs Mons 810 de Monsanto) mais la France, comme d'autres États membres, les refuse sur son territoire, par sa clause de sauvegarde. Aucune culture commerciale de PGM n'est donc autorisée. Et pourtant, les OGM sont dans la chaîne alimentaire, surtout via la nourriture des animaux. Sachant qu'une quarantaine de PGM (surtout du maîs, du colza et du soja) est introduite librement, comment éviter les contaminations? Une question que la filière bio est loin de négliger. "Les cas de contaminations les plus fréquents sont dans le secteur de l'alimentation du bétail, notamment avec des matières premières en provenance des États-Unis, du Brésil ou de la Chine où les OGM se propagent, explique Ecocert dans un document de communication. En cas de détection en bio, jusqu'à hauteur de 0,9 % et si la contamination est fortuite et tech- Christophe Lebrun, auditeur en agroalimentaire bio En quoi consiste votre tàche? Pour Qualite France, je vérifie le respect de différents reférentiels chez des transformateurs, a la fois bio et conventionnels, en Bretagne et Pays de la Loire Je commence par ('hygiène des locaux et du personnel, la maîtrise de la tracabilite, le respect de la demarche HACCP (I). Le contrôle bio n'intervient que dans un deuxieme temps. Avec le responsa ble qualite ou son équipe, je fais le point sur l'évolution de la gamme de produits transformes, vérifie la conformité des recettes au reglement europeen, la presence de certificats bio, la cohérence de la comptabilite matiere avant d'aller faire un tour dans l'usine D'où un gros travail d'investigation sur les factures. Combien de temps durent les contrôles? Unedemi-journee minimum est nécessaire, voire la journee entière pour les plus gros operateurs Tous les transformateurs sont audites deux fois par an, sur rendez-vous uniquement, car, pour des questions d'organisation et de disponibilité des personnes, il est difficile, voire impossible, de faire des contrôles inopines. Quelle est la méthode de travail? Lorsque je rédige mon rapport, je me sers d'une liste de non-conformités types, écart mineur, majeur et critique Par exemple, l'absence de notification auprès de l'agence Bio vaut un écart mineur tandis que l'absence de garantie bio ou le non-respect des recettes, par exemple si du poireau conventionnel est utilise a la place de poireau bio, sont qualifies d'écarts majeurs voire critiques. Charge ensuite au Christophe Lebrun, auditeur-système dans le secteur de ('agroalimentaire comité de certification au siege d'établir les suites à donner qui peuvent aller de l'audit renforce jusqu'au retrait de licence. Propos recueillis par J-M.P (I) Hazard Analysis Critical Control Point méthode de travail qui identifie, évalue et maîtrise les dangers significatifs au regard de la sécurité des aliments comme la présence de verre, pesticides, virus, bactéries.. Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

5 mquement inévitable, le produit peut etre commercialise en bio Contamination fortuite et inévitable signifie que le producteur et le transformateur ont pris toutes les mesu res de precaution et de separation Dans la plupart des cas rencontres, la contamination est due aux insuffisances des mesures de separation Aussi la production est elle déclassée dans pratiquement tous les cas, et cela concerne une détection entre O,I et 0,9%" Y a-t-il des fraudes? Les organismes certificateurs s accordent a affirmer que les fraudes touchent moins d'1 % des opérateurs visites "Sachant que le déclassement des pro dutti ou le retrait du certificat est tres lourd sur le plan commercial, personne n'a intérêt a frauder, analyse Thierry Cretinon, réfèrent technique au sem de l'organisme de certification SGS L'usage par les operateurs de produits interdits en bio se fait souvent plus par négligence" "On ne peut pas vraiment parler de fraude, ren chérit Philippe Nourrit, responsable du marche Agriculture biologique a Qualite France (Bureau Veritas) Le plus souvent, il s'agit de non-conformité Soit certains documents manquent, comme une facture d'engrais, soit l'agriculteur utilise un produit de traitement certes autorise en agriculture biologique maîs sur une production et non sur une autre, ou bien n'est pas homologue en France' L'agriculteur peut aussi être épingle pour ne pas avoir utilise des semences ou plants bio La reglementation lui permet d'utiliser des semences ou plants non traites, maîs uniquement en cas de non disponibilité en bio S'il ne se tient pas à jour des nouvelles disponibilités en bio listées par la profession, il risque d'être en non conformité, encourant avertissements, puis sanctions Un contrôle payant Dans l'union europeenne, la certification bio est individuelle et payante, ce qui explique une partie du surcoût du bio A titre d'exemple, un maraîcher sur 2 hectares paiera environ 400 par an, un éleveur-céréalier sur 50 hectares entre 550 et 700 Dans certaines regions, les collectivites prennent en charge la totalité ou une part de la facture des producteurs, et plus rarement des transformateurs Or, plus la gamme est variée, plus le contrôle est cher C'est la raison pour laquelle certains boulangers rechignent, hélas, à faire certifier leurs pains bio En Rhône-Alpes, la region finance 70 % des frais de certification des préparateurs la premiere année Parfois, les entreprises elles mêmes donnent un coup de pouce a leurs fournisseurs, comme les Moulins Bourgeois, situes a Verdelot, en Seine et Marne, qui pren nent en charge, la I" annee, la moitié du coût de certification de leurs clients boulangers Quant aux analyses de contaminants, elles arrivent en dernier recours comme les contrôles se basent sur une grille de risques, le comite de certification cible au plus juste sa decision d'analyses, en fonction d'un doute avère, d une forte suspicion, d'une série de manque ments graves, d'une alerte Ces analyses sont au frais de l'operateur, sachant que la détection multi residus, soit la recherche de 80 molecules chimiques, coûte entre 150 et 205 par lot La bio n'hésite pas à payer cher pour être fiable Gaelle Poyade La certification bio, individuelle et payante, explique une partie du surcoût du bio. * Page 5/10 Un système fiable Pour sécuriser au maximum la filiere, la bio est soumise a I obligation de notifier les irrégularités au ministère de l'agriculture, qui les transmet au Scof (Commission permanente de l'agriculture biologique) Ces irrégularités, comme par exemple des residus de pesticides sur des céréales, y sont enregistrées pour être diffusées a tous les États membres de l'union europeenne, qui en avertissent leurs organismes de certification (OC) ' Cette procedure, qui doit être effectuée dans un délai d'un mois, renforce la fiabilité du systeme, en obligeant les OC a mieux communiquer leurs informations", précise Jean François Hulot, chef de l'unité Agriculture biologique a la Commission europeenne Ces precieuses informations sont enregistrées dans une base de donnees, qui doit être élargie aux Pays Tiers "Nous suivons ainsi de pres les dossiers a risques ou les Etats membres susceptibles défaire de l'obstruction d'informations, pour les mettre en demeure d'appliquer cette demarche", complète t il Pour aller plus lom, il vient d'être décide de rendre public, notamment via internet, dans tous les pays de l'union europeenne, la liste, mise à jour, des operateurs soumis au systeme de contrôle, ainsi que leurs certificats Cette obligation entre en vigueur au l" r janvier Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

6 Supermarchés et magasins bio Page 6/10 Contrôle : tous à la même enseigne Depuis 2006, les distributeurs de produits bio en vrac, c'està-dire non emballés, sont soumis à un contrôle spécifique, quelle que soit la taille du magasin ou son orientation : gamme bio marginale ou engagement 100 % écolo. E nviron magasins spécialises vendent aujourd hui en France des produits bio, diétetiques ou naturels Ces magasins dits "bio" peuvent vendre aussi des produits non certifiés, sauf charte interne express, comme celle du reseau Biocoop (lire en encadré) Dans tous les points de vente, en réseau ou indépendants, la distribution en vrac de céréales en colonnes de tirage, de fruits et légumes en libre service, d'œufs vendus en plateaux, de fromage à la coupe est passée au peigne fin quand le montant de ces denrées dépasse 10 DOO euros d'achat par an En dessous de ce seuil, le magasin est dispense de contrôle, maîs doit être néanmoins notifié, c'est-à-dire se déclarer auprès de l'agence Bio Dans la réalité, la grande majorité des magasins qui vendent en vrac doivent être contrôles, car ce chiffre d'affaires est très vite atteint Seules les boutiques n'offrant que du bio emballé ne sont pas soumises aux contraintes de contrôles et de notification En Grandes et moyennes surfaces (GMS), c'est différent Le tout emballe prédomine, n étant pas soumis aux contrôles. Pourtant, certaines enseignes proposent aussi du vrac C'est le cas de Carrefour qui lance un rayon vrac et issu du commerce équitable, de marque Alter Eco, cafe, thé, sucre Dans tous les points dè vente la distribution en vrac de céréales fruits et legumes oeufs est passée au peigne fin roux aux côtes de différentes sortes de riz, du quinoa, des noix de cajou, du muesh, des lentilles Or, dans cet univers d'alimentation conventionnelle, la cohabitation n'est pas aisée à organiser "Dans les années 1990, quand la bio a fait son entree en supermarche, les fruits et legumes ont ete mis en filet par souci de logistique et pour éviter tout risque de mélange, se remémore Gilles Billon, charge d'affaires Agriculture biologique à Qualité France (Bureau Veritas). Aujourd'hui, les volume!: sont plus importants et du coup, le vrac semble plus cohérent avec la bio, d'autant plus que les emballages suscitent de vives critiques" Pour le pain bio, il est soit confectionné sur place, soit livré précuit et passé dans des terminaux de cuisson En cas de réemballage, le magasin est contrôle au titre de distributeur S'il fabrique le produit lui-même, il est alors considère comme un préparateur, un transformateur, avec les contrôles stricts adéquats Une procédure stricte Le contrôle porte sur l'origine bio de ce qui est acheté, la mise en rayon (l'affichage bio ne doit concerner que la denrée bio, pas tout le rayon), la gestion du risque de mélange - les produits bio sont-ils suffisamment séparés du conventionnel ' Ainsi, l'attention se porte sur la separation physique établie entre produits bio et non bio a toutes les étapes, du stockage à la fabrication avec, par exemple, en boulangerie pâtisserie, des pétrins ou cuvettes spécifiques ou des procédures différentes de nettoyage des fours "Certains produits sont identifiables visuellement, il n'y a pas de confusion possible, souligne Audrey Claisse, chargée de la communication pour Carrefour Par exemple, la boule bio possède quatre incisions en carre et la galette des rois bio une pastille avec le logo AB" II reste à avoir l'œil aiguisé pour repérer le bio du reste! Qaelle Pqyade Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

7 Page 7/10 Olivier Mugler, gérant du magasin Canal Bio à Paris "Double certification dans le réseau Biocoop" Quels contrôles sont effectués dans votre magasin? Notre activite est soumise a deux types de contrôle qui concernent le bio en vrac, pam, fromages, fruits et legumes, céréales, légumineuses, fruits secs, plats traiteurs L'un est rendu obligatoire par la legislation europeenne, l'autre l'est par le reseau Biocoop Celui-ci dispose d'une charte interne plus poussée que la reglementation officielle Ainsi, l'orga nisme certificateur vérifie les deux cahiers des charges n quoi consiste cette charte Biocoop? Nous disposons d'un sisteme d'étiquetage précis vert pour les produits bio, blanc pour les produits non bio a 100 %, orange pour les produits maritimes Ainsi, un complement alimentaire comportant des champignons ou plantes de cueillette sauvage non certifies est affuble d'une etiquette blanche C'est clair pour le consommateur Le vm comportait une etiquette verte, maîs il n'est pas "officiellement" bio - puisque seuls les raisins le sont et pas encore la vinification - et le contrôleur nous en a fait la remarque L'échange est au coeur de notre relation Par ailleurs, nous devons respecter certains ratios 70 % au moins de notre chiffre d'affaires en alimentaire, et pas plus de 10 % en complements alimentaires En alimentation, 95 % des produits doivent ètre certifies Les fruits et legumes en 2 e annee de conversion sont indiques tres clairement Notre demarche est locavore, privilégiant le marche le plus proche, français, sinon méditerranéen Peu de fruits et legumes, hormis les fruits exotiques, sont importes, et jamais par avion, toujours par bateau Cette charte est-elle une contrainte de plus? Dans tous les magasins bio, la discipline et l'organisation sont indispensables Chez Biocoop, nos contraintes internes nous facilitent cette gestion De plus, 80 % des achats en moyenne se font auprès de la centrale Biocoop ll reste 20 % d'achats directs pour lesquels nous devons nous-mêmes collecter les certificats des producteurs et leur renouvelle ment chaque annee Cela implique quand même une grande vigilance face a la multitude de petits apporteurs, un fromager en Ardeche, un viticulteur en Champagne, etc Quel est le coût de ces contrôles? Le controle de la charte interne est pris en charge par Bio coop par l'intermédiaire de notre cotisation Le contrôle europeen s'élève a 1500 euros par an pour Canal Bio Ce dernier devrait etre supporte par l'etat car la mise en marche de produits bio procure des bienfaits aux gens, a l'environnement aux paysages, et favorise un emploi plus massif. Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

8 Page 8/10 Au restaurant La bio à la carte Lafayette Organic, Exki, Cojean, La Chassagnette, Bioburger... Ils sont de plus en plus nombreux à saupoudrer de bio leurs menus quand ils ne se lancent pas dans une restauration tout bio de l'entrée au dessert. Quel crédit leur accorder? La France est en tram de se doter d'une reglementation bio pour les restaurants En attendant, seule la Direc lion generale de la consommation, de la concurrence et de la repression des fraudes (DGCCRF) peut intervenir Car tous les restaurants, quels qu'ils soient, sont contrôles par cette institution tant sur le plan sanitaire que sur celui de la transparence vis à-vis de la clientèle Ainsi, les contrôleurs de l'etat peuvent vérifier la concordance entre une communication sur la bio et la présence réelle de nourriture biologique De fait, le restaurateur ne doit accoler le terme "bio" que sur les ingrédients qui le sont vraiment Interdit de placarder "bio" sur sa vitrine s'il se contente de tourner ses crêpes a la farme bio uniquement "A eux de s'assurer que fes denrees achetées sont bien issues de lagriculture bio en demandant au fournisseur un certificat, recommande Gilles Sillon, charge d'affaires en Agriculture biologique a Qualite France (Bureau Veritas) Ce document ainsi que la facture, letiquetage et le bon de livraison sont a conserver a titre de preuve Trois paliers 'On distingue trois niveaux d'engagement, explique Juliette Leroux, chargée de la reglementation à la Federation nationale de l'agriculture biologique (Fnab) introduction d'mgredients bio ponctuellement ou régulièrement, plats et/ou menus bio, restaurant 100% bio" II arrive que les etablissements IOU % bio "officialisent" leur demarche en demandant une certification Dans ce cas, le certificateur les considère comme des transformateurs qui doivent alors respecter le cahier des charges de l'agriculture biologique leurs préparations comportent au minimum yb "/o Q ingrédients bio, les 5 % restants figurent sur une liste positive, ils recourent à des modes de transformation, de cuisson "respectueux de la naturahte des produits", ils utilisent des produits détergents ecologiques, etc De l'aveu des certificateurs interroges, cette demarche volontaire ne concerne encore que très peu d'établissements Vers un cahier des charges national Ceux qui introduisent petit à petit des aliments bio dans leurs cuisines sont confrontes à une mixite quotidienne, pas facile a gérer ' II faut que les denrees bio et non bio soient distinctes a loeil nu ou que la presentation soit différente, explique Christine Avelin, directrice adjointe de l'institut national des appellations d'origine (Inao) Si le menu bio n'est destine qu'aux enfants, il faut que le steack hache bio Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

9 Page 9/10 Les contrôleurs cle la DGCCRF vérifient la concordance entre une communication sur la bio et la presence réelle cle nourri ture biologique soit rond, par exemple, tandis que celui prévu pour les adultes sera carre " Dans la pratique, est-ce aussi limpide 9 Pour éviter les dérives, une réglementation nationale est en cours d'élaboration et pourrait être applicable dès 2012 Elle reprendrait les grandes lignes du cahier des charges de l'agriculture biologique tel qu'il s'applique aux transformateurs, et établirait différents niveaux d'engagement car, comme l'es time Gilles Sillon, "il ne faut pas aller trop lom en terme de contrainte au risque de freiner les demandes Atteindre les 95 % d'ingrédients bio serait dur pour une partie de!, restaurateurs, attaches aux produits frais de saison Ils doivent aussi jongler avec une clientele habituée a disposer de tout toute l'année" Des contrôles adaptés La question des contrôles ne fait pas l'unanimité "lh ne seraient pas les mêmes suivant que le restaurant est indépendant ou rattache à une chaîne, confie Christine Avelm On adapterait les fréquences de contrôle a ['organisation spécifique de chacun" Ainsi, les restaurants franchises qui travaillent dans le giron d'un service achat ne seraient pas tous systématiquement contrôles. En revanche, pour les tables indépendantes, "une frequence d'un contrôle programme par an et d un autre inopiné tous les trois ans est en cours de reflexion", poursuit notre interlocutrice. Ces dernieres ont en effet tendance à modifier leurs achats en fonction de la disponibilité des produits, de l'offre locale plus importante selon les saisons, elles changent donc plus souvent leurs menus Cette réglementation est plutôt attendue par les restaurants 100 % bio "Ils s'en réjouissent, affirme Juliette Leroux, car ils remarquent des fraudes à la communication, comme l'annonce de carottes bio qui, enfin de semaine, ne le sont plus, le stock étant épuise " La crédibilité de la bio en dépend Qaelle Pqyade Damien Leclerc, cogérant de Bioburger, à Paris À Pans, dans le 2 e arrondissement, le classieux passage Choiseul accueille depuis mi-juin l'enseigne 100* bio Bioburger Des hamburgers bio, n'est ce pas contradictoire' Pas du tout i Notre créneau e est le bio nourrissant et gour mand A l'origine de ce snack il y z deux associes deux hommes dépites par le peu d offres sur Paris quand on veut mangervite, bioeta safaim Dou I idée du hamburger Maîs nous proposons aussi des quiches des salades des soupes Nous espérons atteindre 75 clients par jour a raison d un pa nier moyen a 8 euros Demanderez-vous la certification bio ' C est une certitude on va le faire sitôt que te coup de feu sera donne Nous voudrions que la certification se durcisse pour que les initiatives comme la nôtre 100 % bio se demar quent et que le consommateur^ voie plus clair J ai souvent ete deçu quand, une fois entre dans un restaurant soi disant bio seul le pain était estampille AB Déjà, pour commun! quer en toute transparence vis a VIE du client, nous avons transmis tous nos visuels a I Agence Bio qui les a valides apres quèlques remarques Nous pouvons ainsi apposer le logo AB en façade en toute confiance Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

10 Page 10/10 Cacao, thé, banane... Quels contrôles dans le monde? Si l'eurofeuille réunit sous son symbole une bio européenne, assujettie aux mêmes règles et contrôles, qu'en est-il des produits d'importation? Aujourd'hui dans le monde, neuf pays tiers bénéficient du régime d'équivalence, c'est-à-dire que leur réglementation nationale bio est reconnue comme équivalente à la réglementation européenne. C'est le cas de l'argentine, l'australie, la Nouvelle-Zélande, la Suisse, l'inde, Israel, le Costa-Rica, le Japon et la Tunisie. Tous ces pays possèdent ainsi des organismes certificateurs nationaux agrées et supervisés par les États Pour les autres pays, l'importateur doit déposer une demande auprès du ministère français de l'agriculture, de l'alimentation et de la Pêche Celui-ci s'assure de la concordance des règles de production et de contrôle dans le pays tiers avec celles de l'union européenne De plus, l'exportateur du pays tiers doit Agriculteur en zone montagneuse, au sud-ouest du Togo, Kalou Faustin Vomewor cultivait depuis 1985 du cafe et du manioc sans parvenir a en vivre En 2001, il se met a produire de l'ananas bio pour l'expert Comment s'organise votre activite? J'ai démarre tout petit et aujourd'hui je cultive 4 ha d'ananas bio pour l'export ainsi que des legumes pour ma famille, manioc, maîs, igname ou pour les marches Supprimer les produits chimiques dangereux pour la vie humaine, les animaux et l'environnement était ma motivation de depart A force de persuasion j'ai réussi a convaincre Je préside aujourd'hui l'union des groupe ments de producteurs des fruits et legumes bio de Blifou qui regroupe une centaine de petits producteurs Comment se passe l'export? Nous travaillons en confiance avec l'importateur de fruits Kalou Faustin Vomewor, acteur d'ananas bio au Togo et legumes bio français ProNa tura Les encadreurs de ProNa tura West Africa sont avec nous quotidiennement, le directeur general vit sur place Quels sont les contrôles? Il y a d'abord des controles réciproques au sem du groupement, d'autres inities par l'exportateur, ainsi que ceux d'ecocert, l'organisme de ccr fournir une déclaration de son organisme de contrôle, certifiant que ses exportations bio respectent les règles de l'agriculture bio sur l'ensemble de la filière "Dans ces pays, comme le Maroc, qui ne profitent pas du système d'équivalence, on intervient sur place pour le compte de l'importateur", témoigne Gilles Sillon, chargé d'affaires Agriculture biologique à Qualité France (Bureau Veritas). Vérifications et garde-fou En outre, en arrivant en France, la marchandise est contrôlée par le service des douanes De son côté, l'importateur effectue aussi ces vérifications à la réception de sa commande D'après Ecocert, implanté dans 20 pays à travers ses filiales, "les fraudes ne sont pas plus liées à l'importation qu'aux achats en Europe, continent ou sont réalises les profits.." Ces contrôles tous azimuts incitent les pays exportateurs a mieux se structurer afin de renforcer encore davantage la traçabilité des produits bio "La forte demande des pays du Nord sensibilise les autorités de ces pays, comme l'inde et Madagascar, Aujourd'hui, 62 pays ont instaure leur propre réglementation dont la plupart sur la base du règlement européen 38 autres sont en cours de réalisation", témoigne Ecocert De plus, la montée en puissance du commerce équitable renforce les liens entre les opérateurs bio. Cette tendance freine encore les risques de dérapage Le marché de la bio y trouve son meilleur garde-fou Gaelle Pqyade tification bio Celui ci envoie tous les ans un inspecteur contrôler environ 75* des par celles, prises au hasard, de chaque producteur ll regarde la tenue des documents la conformité des traitements Le cout de la certification est pris en charge par ProNatura West Africa Eléments de recherche : : organisme de contrôle/certification, passages significatifs

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis

NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis TITRE NOP: Organic System Plan (OSP) / EOS: Description de l Unité Information et documents requis Selon le règlement NOP de l USDA 205.406(a), un opérateur certifié doit transmettre chaque année à son

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION. La journée sur les produits biologiques. Jaouadi Imen. CSFIAA Février 2013 22/04/13

PROCESSUS DE CERTIFICATION. La journée sur les produits biologiques. Jaouadi Imen. CSFIAA Février 2013 22/04/13 PROCESSUS DE CERTIFICATION La journée sur les produits biologiques Jaouadi Imen CSFIAA Février 2013 1 SOMMAIRE 123456- ECOCERT Définitions Plan de contrôle Etapes du processus de certification Plan de

Plus en détail

LA CONVERSION EN ARBORICULTURE BIOLOGIQUE

LA CONVERSION EN ARBORICULTURE BIOLOGIQUE ARBORICULTURE F I C H E 2 8 Août 2010 LA EN ARBORICULTURE BIOLOGIQUE RÉSUMÉ La conversion à l'agriculture biologique correspond à la phase de transition entre l'agriculture conventionnelle et la certification

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION Agriculture Biologique

PROCESSUS DE CERTIFICATION Agriculture Biologique CERTIFICATION AB 10.2012 PROCESSUS DE CERTIFICATION Agriculture Biologique SOMMAIRE I La règlementation II Le processus de certification 1- Les étapes du processus de certification 2- Le plan de correction

Plus en détail

Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs

Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs Les contrôles et la certification du vin bio Philippe NAVAS, Sandra RONGIERAS Inspecteurs Présentation de la démarche de certification 2 Comment s appliquera la nouvelle règlementation? Les contrôles réalisés

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année ID-SC-186 GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS : Vos obligations tout au long de l année GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

Plus en détail

S engager en conversion AB

S engager en conversion AB Fiche rédigée par Patrick Lemarié (Animateur CAB) mise à jour janvier 2012 LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@gab44.org MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE

Plus en détail

LA REGLEMENTATION EUROPEENNE

LA REGLEMENTATION EUROPEENNE LA REGLEMENTATION EUROPEENNE 1 Un nouveau contexte européen Réglementation Protection et information consommateur Loyauté des transactions Protection de l environnement Applications Analyse de risques

Plus en détail

TITRE TEXTE : Décret n 97-616 du 17 juin 1997 portant réglementation de la production, de la certification et du commerce des semences et des plants.

TITRE TEXTE : Décret n 97-616 du 17 juin 1997 portant réglementation de la production, de la certification et du commerce des semences et des plants. TITRE TEXTE : Décret n 97-616 du 17 juin 1997 portant réglementation de la production, de la certification et du commerce des semences et des plants. REFERENCE : J.O. n 5752 du 12 juillet 1997, page 265

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques

GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques ID-SC-172 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE 12.12.12 GUIDE PRATIQUE ETIQUETAGE Comment étiqueter une denrée alimentaire contenant des ingrédients biologiques REFERENCES REGLEMENTAIRES : Règlement Européen N 834/2007

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN

COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN COMMISSION DES COMMUNAUTÉS EUROPÉENNES Bruxelles, le 10.06.2004 COM(2004)415 final COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU CONSEIL ET AU PARLEMENT EUROPEEN Plan d'action européen en matière d'alimentation et

Plus en détail

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé

réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé réglementation bio Partie générale bio, reconnaissable et contrôlé Partie générale : bio, reconnaissable et contrôlé. L objectif de la partie générale de la brochure est de clarifier ce qu est exactement

Plus en détail

Conversion à l'agriculture biologique

Conversion à l'agriculture biologique Conversion à l'agriculture biologique Mai 2010 ACA9PU3008 Table des matières Aperçu... 3 Étapes clés menant à la certi5ication... 3 1. Conversion aux pratiques agricoles biologiques... 3 2. Décider de

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

PRODUIT COSMETIQUE BIOLOGIQUE : * Quel processus de certification? * Comment optimiser sa démarche? NATEXPO Paris le 19 octobre 2009 Olivier MOLTER

PRODUIT COSMETIQUE BIOLOGIQUE : * Quel processus de certification? * Comment optimiser sa démarche? NATEXPO Paris le 19 octobre 2009 Olivier MOLTER PRODUIT COSMETIQUE BIOLOGIQUE : * Quel processus de certification? * Comment optimiser sa démarche? NATEXPO Paris le 19 octobre 2009 Olivier MOLTER Présentation de Bureau Veritas Bureau Veritas en bref

Plus en détail

Principes directeurs de l'industrie pour l'élimination de semences traitées par des produits de protection des plantes

Principes directeurs de l'industrie pour l'élimination de semences traitées par des produits de protection des plantes Principes directeurs de l'industrie pour l'élimination de semences traitées par des produits de protection des plantes Préparé par la Commission du traitement des semences et de l'environnement (STEC)

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

Atelier Achat Responsable. 9 décembre 2014. Initiative Bio Bretagne

Atelier Achat Responsable. 9 décembre 2014. Initiative Bio Bretagne Atelier Achat Responsable 9 décembre 2014 Initiative Bio Bretagne Qu est ce qu Initiative Bio Bretagne? Initiative Bio Bretagne est une plate-forme, un réseau d'entreprises et d'acteurs bretons souhaitant

Plus en détail

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX

COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX COMMUNE DE GRESY-SUR-AIX Marché public pour la restauration scolaire (du 01/09/2015 au dernier jour précédent la rentrée scolaire 2016, renouvelable une fois) Date et heure limite de réception des offres

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

SUISSE GARANTIE RÈGLEMENT SECTORIEL. pour les céréales panifiables, les oléagineux ainsi que leurs produits

SUISSE GARANTIE RÈGLEMENT SECTORIEL. pour les céréales panifiables, les oléagineux ainsi que leurs produits RÈGLEMENT SECTORIEL pour les céréales panifiables, les oléagineux ainsi que leurs produits (En cas de doute, la version allemande fait foi) Version 5 / 2013 Doc. Nr.7.10d Approuvé par la commission technique

Plus en détail

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène»

La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» La nouvelle réglementation européenne relative à l hygiène des aliments: «Paquet Hygiène» Direction Départementale des Services Vétérinaires de Meurthe-et-Moselle Plan 1. Objectifs de la réforme 2. Quels

Plus en détail

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture

BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture BUREAU VERITAS et la certification BIO en aquaculture Laurent Galloux Seafood manager Seafood Summit Paris 1 Fevrier 2010 Bureau Veritas en bref Amériques 130 sites, dont 26 laboratoires France 175 sites,

Plus en détail

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales

Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Mémo Conversion Agriculture Biologique Productions végétales Co-rédacteur Partenaires financiers Parution Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon L agriculture biologique est un mode de

Plus en détail

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD

L hygiène en restauration collective. Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD L hygiène en restauration collective Formation aux ouvriers de l épicerie Sociale des Capucines Morgane DANIEL-diététicienne RSD Qu est-ce que la sécurité alimentaire? Le principe de la sécurité alimentaire,

Plus en détail

Créer une AMAP. Les autres "paniers" S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple :

Créer une AMAP. Les autres paniers S informer et agir! www.defipourlaterre.org. Qu'est-ce que c'est? Le principe est simple : S informer et agir! Créer une AMAP Qu'est-ce que c'est? L'AMAP est une Association pour le Maintien d'une Agriculture Paysanne (marque déposée), dont l'objet principal est de "mettre en lien paysans et

Plus en détail

Concept d inspection et de certification

Concept d inspection et de certification Concept d inspection et de certification Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Introduction et documents normatifs... 3 2 Champ d application et définitions... 3 2.1 Producteur:... 3

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES DEPARTEMENT DE LA SAVOIE ----- Arrondissement de Chambéry ----- Commune de SAINT-ALBAN-LEYSSE MAIRIE DE SAINT-ALBAN-LEYSSE 120, avenue de la Mairie 73230 SAINT-ALBAN-LEYSSE Téléphone : 04 79 33 13 57 Télécopie

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL VENTE

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL VENTE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL VENTE Prospection Négociation Suivi de clientèle ÉPREUVE E2 : ÉPREUVE TECHNOLOGIQUE UNITÉ U22 : PRÉPARATION ET SUIVI DE L ACTIVITÉ COMMERCIALE LE COMPORTE 18 pages numérotées

Plus en détail

Catalogue Audit & Conseil 2015

Catalogue Audit & Conseil 2015 Catalogue Audit & Conseil 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue 3 solutions pour vous accompagner Audit : Mesure

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE APICULTURE

GUIDE PRATIQUE APICULTURE ID-SC-195- GUIDE PRATIQUE APICULTURE 16.06.2011 GUIDE PRATIQUE APICULTURE RÉFÉRENCES RÈGLEMENTAIRES : Règles communes sur la production animale : Art.14 du RCE 834/2007 Conversion = art. 38 RCE 889/2008

Plus en détail

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur.

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur. Guide pour la préparation de l audit ECOCERT Référentiels Cosmétiques ECOCERT et/ou COSMOS Les modifications apportées à ce document sont identifiées par un trait vertical dans la marge TS017(GC-COS)v03

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MULTISITES Indice 2 Page 1/15 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

Norme de la Chaîne de Traçabilité

Norme de la Chaîne de Traçabilité Norme de la Chaîne de Traçabilité Mars 2014 Réseau d'agriculture Durable et Rainforest Alliance, 2012-2014. www.san.ag Ce document est disponible sur les sites suivants: www.san.ag - www.rainforest-alliance.org

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Des compétences professionnelles et des prestations de qualité

Des compétences professionnelles et des prestations de qualité Des compétences professionnelles et des prestations de qualité Imprimé sur du papier recyclé - Novembre 2012 Le Certificat de Qualification Professionnelle - CQP Employé-e technique de restauration Agihr

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015

CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 CATALOGUE DE FORMATIONS 2014 2015 Professionnels de l alimentation 06.47.75.88.57 HQSA Consulting contact@hqsafrance.fr Numéro de déclaration de prestataire de formation : SIRET SIRET : 804 : 284 284 420

Plus en détail

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD

Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD Marquage CE des enrobés bitumineux à chaud QUESTIONS - REPONSES SUR LE MARQUAGE CE DES ENROBES BITUMINEUX A CHAUD (Version 11 juillet 2008) 1- Quels enrobés doivent être marqués? Tous les enrobés bitumineux

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION

PROCESSUS DE CERTIFICATION v. 02/02/2015 PROCESSUS DE CERTIFICATION COSMETIQUES ECOLOGIQUES ET BIOLOGIQUES Le présent document a pour objectif de décrire les étapes clefs du processus de certification et fait partie intégrante de

Plus en détail

Surveillance et Contrôle

Surveillance et Contrôle Surveillance et Contrôle Rappel Surveillance et Contrôle Gestionnaires des risques Approche scientifique par les risques fondement Mesures sanitaires Options de gestion Activités de surveillance et de

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES BIOCOOP

CAHIER DES CHARGES BIOCOOP CAHIER DES CHARGES BIOCOOP En bleu : modifications adoptées en AG de juin 2012 1 SOMMAIRE SOMMAIRE 2 CHARTE BIOCOOP 3 VALEURS FONDAMENTALES 4 CONVENTION DISTRIBUTION 5 CONVENTION GESTION 8 CONVENTION SOCIALE

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED AG/DOC/7/JPN/2 Z^lll^L^ DOCUMENTATION CONCERNANT L'AGRICULTURE CATALOGUE DES MESURES NON TARIFAIRES Nonnes de commercialisation et règles

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Les entreprises pouvant être concernées : - Jardineries, - Magasins de bricolage, - GMS, - Libre service agricole,

Les entreprises pouvant être concernées : - Jardineries, - Magasins de bricolage, - GMS, - Libre service agricole, Guide de lecture du référentiel de certification pour l activité de «distribution de produits phytopharmaceutiques à des utilisateurs non professionnels» mentionné à l article 7 de l arrêté du 25 novembre

Plus en détail

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes

Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Répercussions et implications du Paquet Hygiène Européen pour les autorités compétentes Dr. Rabah BELLAHSENE - ISPV, DGAL (Direction Générale de l ALimentation, Ministère de l Agriculture et de la Pêche)

Plus en détail

Démarche de traçabilité globale

Démarche de traçabilité globale Démarche de traçabilité globale Dr Chi-Dung TA* Responsable Qualité, Danone Vitapole chi-dung.ta@danone.com La traçabilité existe depuis un certain nombre d'années dans les entreprises à des niveaux plus

Plus en détail

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE!

J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! J'Ai TELLEMENT FAiM QUE JE POURRAiS MANGER UN ARBRE! Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'internet ne signifient nullement que l'organisation approuve officiellement les opinions, idées, données

Plus en détail

LE MEMO BIO. Informations sur l agriculture biologique, ses réalités et perspectives dans la restauration hors domicile

LE MEMO BIO. Informations sur l agriculture biologique, ses réalités et perspectives dans la restauration hors domicile LE MEMO BIO Informations sur l agriculture biologique, ses réalités et perspectives dans la restauration hors domicile Avant propos 2 Ce Mémo a été spécialement conçu pour les professionnels et enseignants

Plus en détail

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES»

Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» Certificat de Spécialisation «RESPONSABLE TECHNICO-COMMERCIAL : AGRO-FOURNITURES» S appuyant sur le Brevet de Technicien Supérieur Agricole : Analyse et conduite des systèmes d exploitation Arrêté du 27

Plus en détail

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE

RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE RÈGLES DE CERTIFICATION D ENTREPRISE Fabrication et transformation de matériaux et d emballages destinés au contact des aliments : respect des règles d hygiène (méthode HACCP) Réf. Rédacteur LNE PP/GLB

Plus en détail

Auriol : le service public de la Restauration scolaire

Auriol : le service public de la Restauration scolaire Auriol : le service public de la Restauration scolaire Au titre de nos valeurs communes, nous avons voulu décliner l offre de restauration en mettant l accent au plus près des enfants. Plus de 80% des

Plus en détail

Modifications apportées au cahier des charges «VBF»

Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Modifications apportées au cahier des charges «VBF» Ancien logo Version du 10/11/2005 Nouvelle version 12/02/2014 Préambule Nouveau logo (remplace l ancien) Intégration à la démarche «Viandes de France»

Plus en détail

Restauration. Objectifs

Restauration. Objectifs Restauration Objectifs Le commis/collaborateur cuisine réalise les préparations chaudes, froides, les desserts suivant les instructions du cuisinier. Il prépare, dispose et garnit els mets. Il exerce donc

Plus en détail

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats

Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004. Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies ( POECB ) 2002-2004 Synthèse des résultats Programme Opérationnel d Evaluation des Cultures issues des Biotechnologies Présentation

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1-Caractéristiques de l'activité restauration

Plus en détail

Situation de l ISO 22000 France/Europe

Situation de l ISO 22000 France/Europe Situation de l ISO 22000 France/Europe Sommaire Historique et contexte de l ISO 22000 L ISO 22000 Panorama de la certification ISO 22000 L ISO 22000 et le contexte réglementaire La reconnaissance de l

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION

PROCESSUS DE CERTIFICATION v30/07/2015 PROCESSUS DE CERTIFICATION GOTS Global Organic Textile Standard Le présent document a pour objectif de décrire les étapes clefs du processus de certification et fait partie intégrante de votre

Plus en détail

- Noter la température de la marquette témoin du camion sur le Bon de Livraison,

- Noter la température de la marquette témoin du camion sur le Bon de Livraison, CHAUFFEUR- LIVREUR H/F N offre : 1138 En tant que chauffeur / livreur au sein de la société, plusieurs missions vous seront attribuées : - Charger le camion : assurer la propreté et le contrôle de la température

Plus en détail

Certifications environnementales

Certifications environnementales A - Contexte et enjeux 4 Certifications environnementales OBJECTIF Connaître les labellisations existantes permettant de valoriser les bonnes pratiques environnementales ainsi que les outils d évaluation

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

FICHE N 3. Producteurs d'oeufs de Consommation

FICHE N 3. Producteurs d'oeufs de Consommation INFORMATION REGLEMENTAIRE SUR LA PRODUCTION ET LA COMMERCIALISATION DES PRODUITS FERMIERS D ORIGINE ANIMALE FICHE N 3 Producteurs d'oeufs de Consommation Mise à jour : Septembre 201 2 CETTE NOTE NE REMPLACE

Plus en détail

De l HACCP à l ISO 22000

De l HACCP à l ISO 22000 Préface La vulgarisation scientifique est une tâche noble et difficile qui nécessite une parfaite connaissance du sujet et des qualités pédagogiques indéniables. Olivier Boutou possède les deux et l exercice

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires)

Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Règlement du Parc pour le label Produit, catégorie A (produits alimentaires) Titre I Dispositions générales Article premier : Objet du présent règlement Le présent règlement est un document d application

Plus en détail

Le contrôle et la certification en agriculture biologique

Le contrôle et la certification en agriculture biologique Version Tunisie 1 ère édition 2006 AGRICULTURE BIOLOGIQUE REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l agriculture et des ressources hydrauliques Direction Générale de la Production Agricole TCP/TUN/2903 Le contrôle

Plus en détail

I- Echanges ou ventes pour une «exploitation non commerciale» :

I- Echanges ou ventes pour une «exploitation non commerciale» : Echanges et ventes de semences et plants de variétés non inscrites au catalogue, que peut on faire dans le cadre réglementaire actuel? Les semences et plants commercialisés doivent appartenir à une variété

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE ET LIVRAISON DE REPAS EN LIAISON FROIDE DESTINES AU SERVICE DE LA RESTAURATION SCOLAIRE DE LA COMMUNE DE SEMBLANÇAY N MARCHE : CANT.2009 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Personne

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION Pur etc. : un Fast Good A tout moment de la journée, PUR etc. propose des produits cuisinés comme à la maison, autour de fruits et légumes de saison, et fait de la qualité et la

Plus en détail

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX La Communauté d établissements Hôpital local Le Neubourg EHPAD: Harcourt Brionne Pont-Authou Syndicat Inter-Hospitalier

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile

Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile Fourniture de repas cuisinés en liaison froide pour le service de portage de repas à domicile CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d'ouvrage / Pouvoir Adjudicateur : Communauté de Communes

Plus en détail

FAQ Audit. 7) Dans quelle mesure la cotation 0 (non évalué) peut-elle être utilisée dans la check-list audit?

FAQ Audit. 7) Dans quelle mesure la cotation 0 (non évalué) peut-elle être utilisée dans la check-list audit? PB 07 FAQ INTERNET REV 1 2007-1/11 FAQ Audit 1) Lorsqu'il y a des NC A lors d'un audit et qu'un contrôle visuel est nécessaire pour lever ces NC, peut-on utiliser des photographies pour éviter de devoir

Plus en détail

FORMULAIRE D ADHÉSION À CRÉATEURS DE SAVEURS CANTONS-DE-L EST

FORMULAIRE D ADHÉSION À CRÉATEURS DE SAVEURS CANTONS-DE-L EST FORMULAIRE D ADHÉSION À CRÉATEURS DE SAVEURS CANTONS-DE-L EST Engagement de l'adhérent : L'adhérent reconnaît l'importance d'associer un produit de qualité à l'utilisation et à la promotion de la marque

Plus en détail

Traçabilité/ Sécurité des aliments. Sonia TENAILLEAU, Anses, Chef d unité (UERBA)

Traçabilité/ Sécurité des aliments. Sonia TENAILLEAU, Anses, Chef d unité (UERBA) Traçabilité/ Sécurité des aliments Sonia TENAILLEAU, Anses, Chef d unité (UERBA) Sommaire Définitions et Objectifs La traçabilité, outil de maitrise de la sécurité La traçabilité, outil de gestion de crise

Plus en détail

«Délifrance Café et Boulangerie à la française»

«Délifrance Café et Boulangerie à la française» «Délifrance C o n c e p t Café et Boulangerie à la française» Délifrance est un réseau de concept de café et boulangerie français contemporain avec près de 400 points de vente dans le monde. Délifrance

Plus en détail

Les critères du référentiel restaurant durable

Les critères du référentiel restaurant durable Les critères du référentiel restaurant durable 1. Les critères du référentiel restaurant durable - restaurant Le référentiel comprend deux types de critères : des critères essentiels auxquels le restaurant

Plus en détail

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION

REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 3 OBTENTION DE LA CERTIFICATION SOMMAIRE 3.1. Constitution du dossier de demande 3.2. Processus d'évaluation initiale Rev. 9 mai 2012 PROCESSUS D'OBTENTION

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019. Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire

PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019. Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire PARLEMENT EUROPÉEN 2014-2019 Commission de l'environnement, de la santé publique et de la sécurité alimentaire 4.3.2015 2014/0255(COD) PROJET D'AVIS de la commission de l'environnement, de la santé publique

Plus en détail

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 14001.

MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 14001. MISE EN PLACE D'UN SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 14001. Public : Objectif : Direction Membres du comité de direction - Responsable de service Responsables

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DOUANE/UFBJOP DU 3 JUIN 2013 «Règles de Garantie»

COMPTE RENDU DE LA REUNION DOUANE/UFBJOP DU 3 JUIN 2013 «Règles de Garantie» DIRECTION REGIONALE DES DOUANES ET DROITS INDIRECTS DE PARIS pae-paris@douane.finances.gouv.fr Rédigé par : M. BOUILLON/B. FRAMMERY Participants Douane: COMPTE RENDU DE LA REUNION DOUANE/UFBJOP DU 3 JUIN

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne

Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne Inter Bio Bretagne vous informe Enquête sur les perspectives d avenir des points de vente spécialisés dans la distribution de produits Bio en Bretagne - Synthèse des résultats - Début, Inter Bio Bretagne

Plus en détail

NEWSLETTER ECOCERT AGENDA. www.ecocert.com

NEWSLETTER ECOCERT AGENDA. www.ecocert.com # 2 - Février 2011 NEWSLETTER ECOCERT A LA UNE Le nouveau site Internet d Ecocert est en ligne! Poursuivant nos efforts pour mieux répondre à vos attentes, nous travaillons depuis un an à la refonte complète

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES ET MODALITES DE CONSULTATION

CAHIER DES CHARGES ET MODALITES DE CONSULTATION Communauté de Labastide Saint-Georges Place de la Paix 81500 LABASTIDE SAINT-GEORGES Tél : 05 63 58 06 13 Fourniture de repas en liaison chaude MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE POUR LA FOURNITURE DE REPAS EN

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Hygiène, sécurité, qualité

Hygiène, sécurité, qualité Hygiène, sécurité, qualité 119 ELABORER UN DOCUMENT UNIQUE D ÉVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS *Identifier les principes d évaluation des risques professionnels et en décrire le contexte réglementaire

Plus en détail

Processus de certification RESTAURATION HORS FOYER A CARACTERE COMMERCIAL EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE

Processus de certification RESTAURATION HORS FOYER A CARACTERE COMMERCIAL EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ID-SC-207 Janvier 2015 Processus de certification RESTAURATION HORS FOYER A CARACTERE COMMERCIAL EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ECOCERT France ECOCERT France est spécialisé, depuis sa création, dans la certification

Plus en détail

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia "Traçabilité et Hygiène Alimentaire" ACTA Informatique - ACTIA

Présentation du paquet hygiène. 31.03.05 36ème colloque AgriMMédia Traçabilité et Hygiène Alimentaire ACTA Informatique - ACTIA Présentation du paquet hygiène Le paquet hygiène Ensemble de textes communautaires (3 règlements et deux directives) issus du livre blanc de janvier 2000 avec pour objectifs: Approche intégrée de toute

Plus en détail

Des logiciels au service des professionnels de la transformation de volaille

Des logiciels au service des professionnels de la transformation de volaille Des logiciels au service des professionnels de la transformation de volaille Accroître la productivité et le débit Répondre aux exigences de qualité et garantir la sécurité sanitaire Assurer la traçabilité

Plus en détail

Lisez le texte suivant avec attention puis répondez aux questions directement sur la feuille d examen.

Lisez le texte suivant avec attention puis répondez aux questions directement sur la feuille d examen. DANS CE CADRE Académie : : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Epreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a lieu, du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat

Plus en détail

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440. Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Mairie de SAINT DIDIER SOUS RIVERIE 69440 Téléphone : 04 78 81 84 26 Télécopie : 04 78 81 87 57 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES Maître d ouvrage

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F

Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F 3 Projet du 2l août 20 13 Projet d'engagements de Henkel dans le cadre d'une procédure de non-contestation de griefs dans les affaires n 06/OOOlF et 06/0042F Au cours de l'année 2008 et à la suite des

Plus en détail