POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD Journée EHPAD-ARLIN Languedoc-Roussillon 6 novembre 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD Journée EHPAD-ARLIN Languedoc-Roussillon 6 novembre 2014"

Transcription

1 POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD Journée EHPAD-ARLIN Languedoc-Roussillon 6 novembre 2014 Dr Eric SCHWARTZENTRUBER -ARS Languedoc-Roussillon -Centre de vaccinations Internationales de l Institut Buisson Bertrand XX/XX/XX Les particularités en EHPAD Lieu de vie Chambre = domicile Visites des familles Repas et animations collectifs 2 1

2 Les particularités en EHPAD Les résidents Personnes âgées Polypathologies Dénutrition Plus grande sensibilité aux infections Diminution de l immunité Diminution de l efficacité de la vaccination : taux de séroconversion plus faible et % de séroprotection plus bas Troubles cognitifs et problèmes des résidents présentant des démences qui déambulent Incontinence 3 Les particularités en EHPAD Le Personnel Hétérogène : salariés et libéraux + le coiffeur Moins nombreux que dans les Etablissements de santé Point de vue organisation : pas de CLIN, peu de moyens financiers spécifiques Moyens liés essentiellement à l implication de la direction et du médecin coordonnateur 4 2

3 En population générale 8 semaines, 4 mois, 11 mois Le nouveau calendrier vaccinal 2014 DTCa Polio Haemophilus Hép B + PCV (Prévenar 13) 12 mois ROR (1) + MenC conjugué mois ROR (2) 6 ans DTCaP (Tetravac ou Infanrix Tétra) ans dtcap (Repévax ou Boostrix) + HPV (11-14 ans filles) 25 ans dtcap (Repévax ou Boostrix) (ou dtp) 45 ans dtp (Revaxis) 65 ans dtp + grippe 75 ans puis tous les 10 ans dtp + grippe 5 VACCINATIONS RECOMMANDEES CHEZ LES RESIDENTS Diphtérie Tétanos Poliomyélite : A tous 1 dose à 65 ans puis tous les 10 ans Grippe saisonnière : A tous 1 dose chaque année Pneumocoque : patients à risque pour les infections invasives à pneumocoque 6 3

4 VACINATIONS OBLIGATOIRES et/ou RECOMMANDEES CHEZ LES PROFESSIONNELS ET PERSONNELS DES EHPAD (BEH 2014) BEH : 2 domaines concernés : 1. Santé : Etudiants des professions médicales, paramédicales et pharmaceutiques, Professionnels de santé, Personnels des entreprises de transport sanitaire, personnels des labo d analyses médicales Vaccins Obligatoires : BCG, dtpolio, Hépatite B Vaccins Recommandés : Grippe saisonnière, Coqueluche, Varicelle, Rougeole 2. Médico-social et social : PERSONNELS des établissements d hébergement pour personnes âgées Vaccins Obligatoires : dtpolio, BCG (si exposés), Hépatite B (si exposés) Vaccins Recommandés : Grippe saisonnière, Coqueluche 7 Grippe saisonnière Grippe : Transmission par voie aérienne et par contact Plusieurs millions de patients infectés chaque hiver par un virus de la grippe Passage aux urgences : en et 1846 hospitalisations Mortalité : >90% des certificats de décès mentionnant la grippe dans les causes de décès concernent des PA de 65 ans et plus Mortalité cas graves admis en réanimation : 16 à 22% entre 2009 et

5 Efficacité de la vaccination anti-grippale saisonnière chez les PA? (HCSP rapport mars 2014) Efficacité modérée proche de 50 % Méta-analyses récentes : Caractère limité des études et méthodologie médiocre ne permettent pas de conclure quant à l efficacité Les études avec méthodologies censées éliminer les biais retrouvent une certaine efficacité vis-à-vis de la prévention des décès toute cause confondue et du risque d hospitalisation pour pneumonie et grippe Si l efficacité est limitée, l impact de santé publique de la vaccination reste important avec environ 2000 décès évités chaque hiver chez les personnes âgées de 65 ans et plus. Une meilleur couverture vaccinale permettrait d augmenter cet impact épidémiologique. Balance bénéfice/risque en faveur du maintien de la stratégie de vaccination des sujets âgés 9 Efficacité de la vaccination anti-grippale saisonnière chez les professionnels de santé? Groupe à risque supérieur de grippe? (HCSP rapport mars 2014) Risque professionnel pour les soignants évident en raison de leur proximité avec les patients La grippe est commune dans la population générale et les contaminations extraprofessionnelles multiples Il a été démontré que la vaccination des soignants diminuait le nombre d infections grippales documentées, de syndromes grippaux et réduisait l absentéisme La vaccination présente pour eux un intérêt individuel, d autant que chez les adultes en bonne santé l efficacité de la vaccination est largement démontrée Le potentiel de désorganisation d une épidémie de grippe dans un établissement ne doit pas être méconnu 10 5

6 Efficacité de la vaccination anti-grippale saisonnière chez les professionnels de santé? Infections grippales nosocomiales? (HCSP rapport mars 2014) La proportion de grippes nosocomiales reste mal connue mais : Analyse des 129 épisodes de grippe nosocomiales signalées à l InVS entre 2001 et 2010 : près de la moitié des épisodes touchait le personnel soignant qui en était souvent à l origine. Compte tenu des conséquences graves possibles de ces infections nosocomiales, il est éthiquement discutable de ne pas mettre en œuvre tous les moyens susceptibles de les éviter 11 Vaccination du personnel de soins pour protéger les patients fragiles? (HCSP rapport mars 2014) Les études concernant l efficacité de la vaccination des soignants pour protéger les patients sont peu nombreuses, difficiles à réaliser et entachées de nombreux biais ; La majorité des résultats sont cependant en faveur d un effet protecteur même si le niveau de preuve est faible. 12 6

7 Couverture vaccinale des soignants toujours insuffisante? (HCSP rapport mars 2014) Taux rapportés très variable allant de 5,3% à 73% Enquête récente aux Etats unis sur 1944 soignants de plusieurs établissements : taux moyen de 72% atteignant 92,3 % chez les médecins Etude VaxiSoin Couverture vaccinale des professionnels de santé, 2009, InVS : 25,6% Des études en 2003 et 2004 en milieu gérontologique : taux <30% Estimation sur 15 établissements de santé de la région en 2013 lors du bilan LIN : 10% 13 Déterminants de la vaccination des soignants (HCSP rapport mars 2014) Catégorie professionnelle : médecin > infirmières et aides-soignantes Attitudes et croyances des travailleurs de la santé (plusieurs revues de la littérature): Déterminants de la motivation à recevoir le vaccin : protection de soi, protection des patients, vaccination gratuite et accessible, le fait de suivre l exemple des pairs le fait d avoir été vacciné contre la grippe saisonnière par le passé Principaux freins : perceptions négatives liées au vaccin, faible perception des risques de la grippe saisonnière faible perception du rôle des travailleurs dans la transmission, problèmes d accès (réels ou perçus) 14 7

8 Déterminants de la vaccination des soignants (HCSP rapport mars 2014) Une étude française en secteur gériatrique retrouvait des freins équivalents aux autres études mais également : qu il existe un groupe fortement opposé à la vaccination, qui ne sa vaccine jamais, estimé à 36% et impossible à convaincre par quelque programme que ce soit, alors qu un autre groupe semble avoir une attitude vaccinale changeante selon les années et dépendante de nombreux facteurs environnementaux 15 Caractère obligatoire de la vaccination pour les professionnels de santé? (HCSP rapport mars 2014) Rendue obligatoire par la Loi de finances de la SS en 2006 mais très vite suspendue Certains pays l imposent : une étude menée à Seattle a montré que l obligation est bien acceptée : taux de CV de 98 % Etat de New York : port du masque obligatoire pour les soignants non vaccinés (depuis la saison hivernale ) Il faut rappeler l importance des mesures d hygiène standard qui ont fait leur preuve dans la prévention de la contamination par les agents transmissibles par voie respiratoire 16 8

9 Vaccination anti-grippale saisonnière chez les professionnels de santé Synthèse des Recommandations (HCSP avis du 28 mars 2014 et rapport mars 2014) La vaccination contre la grippe saisonnière doit s intégrer dans un programme global de prévention de l infection nosocomiale, en complément des mesures barrières Les établissements de santé et médico-sociaux doivent mettre en place des actions visant à promouvoir la vaccination ainsi que toutes les mesures permettant de faciliter son application et sa réalisation sur les lieux du travail En période de circulation virale, les services hospitaliers et médico-sociaux sont fondés à demander à leur personnel non vacciné de porter un masque 17 Vaccination anti-grippale saisonnière Synthèse des recommandations (HCSP avis du 28 mars 2014 et rapport mars 2014) Le HCSP estime par ailleurs : Qu il est nécessaire de favoriser la recherche de vaccins plus efficaces contre la grippe Qu à l occasion de l évaluation de nouveaux vaccins, des études cliniques d efficacité de niveau scientifique suffisant devraient être demandée, afin de les comparer aux vaccins actuels Qu il est licite d envisager une stratégie complémentaire visant la protection indirecte des sujets les plus à risque de complications par la vaccination des enfants 18 9

10 Grippe Saisonnière Recommandations 2014 Personnes âgées de plus de 65 ans Les femmes enceintes, quel que soit le trimestre de la grossesse Personnes, y compris enfants à partir de 6 mois, atteints des pathologies suivantes: Affections broncho-pulmonaires répondant aux critères de l ALD 14 (Asthme, BPCO) Insuffisances respiratoires chroniques obstructives ou restrictives, y compris les maladies neuromusculaires à risque de décompensation respiratoire, les malformations des VAS ou inf, les malformations pulmonaires, ou de la cage thoracique, dysplasies broncho-pulmonaires, mucoviscidose Maladies respiratoires chroniques ne remplissant pas les critères de l ALD mais susceptibles d être aggravées ou décompensées par une affection grippale, dont asthme, bronchite chronique, bronchiectasies, hyper-réactivité bronchique Cardiopathies congénitales, insuffisances cardiaques, valvulopathies et troubles du rythme graves, maladies des coronaires, antécédents d AVC Formes graves des affections neurologiques et musculaires (myopathie,myasthénie ), paraplégies et tétraplégies avec atteinte diaphragmatique Néphropathies chroniques graves Hémoglobinopathies Diabète 1 et 2 Déficits immnunitaires primitifs ou acquis, dont VIH Maladie hépatique chronique avec ou sans cirrhose (nouvelle reco 2013) Les personnes obèses avec un IMC > 40 Personnes séjournant dans un établissement de soins de suite et dans un Etablissement médico-social d hébergement quel que soit leur âge Entourage nourrissons < 6 mois présentant des FDR de grippe grave (prématurés, porteurs de séquelles à type de broncho-dysplasie, atteints de cardiopathies congénitales, déficit immunitaire congénital, pathologie pulmonaire, neurologique, ALD. 19 Nouveaux vaccins contre la Grippe saisonnière? Vaccin vivant, atténué, trivalent, intranasal (FLUENZ ) AMM chez enfant et adolescent de 2 à 17 ans révolus avec facteurs de risque Vaccin vivant atténué (FluenzTetra ) A(H1N1) + A(H3N2) + 2B (Victoria et Yamagata) AMM chez enfant et adolescent de 2 à 17 ans révolus avec facteurs de risque Vaccin inactivé tétravalent (FLUARIX TETRA ) A(H1N1) + A(H3N2) + 2B (Victoria et Yamagata) AMM en 2013 : adultes et enfants à partir de 3 ans 20 10

11 Pneumocoque Transmission aérienne (streptococcus pneumoniae) Commensal du rhinopharynx Infections fréquentes aux âges extrêmes de la vie Mortalité des infections à pneumocoque élevée chez le sujet âgé Diversité antigénique Résistance croissante du germe aux AB 21 Deux vaccins utilisés 13 V : Recommandé à l ensemble des enfants de moins de 2 ans 23 V : efficacité? 22 11

12 Patients âgés de plus de 2 ans à risque élevé de contracter une IIP éligibles à la vaccination 1.Immunodéprimés : aspléniques ou hypospléniques (incluant les drépanocytose majeures) déficits immunitaires héréditaires infection à VIH, quel que soit leur statut immunitaire sous chimiothérapie pour tumeur solide ou hémopathie maligne transplantés ou en attente de transplantation d organe solide greffés de cellules souches hématopoïétiques traités par immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie pour une maladie auto-immune ou inflammatoire chronique atteints de syndrome néphrotique 2. Non immunodéprimés porteur d une maladie sous-jacente prédisposant à la survenue d IPP : cardiopathie congénitale cyanogène, insuffisance cardiaque Insuffisance respiratoire chronique, BPCO, emphysème asthme sévère sous traitement continu insuffisance rénale hépatopathie chronique d origine alcoolique ou non diabète non équilibré par le simple régime Patients présentant une brèche ostéoméningée, un implant cochléaire ou candidats à une implantation cochléaires 23 Recommandations vaccination antipneumococcique-synthèse Enfants > 5 ans et Adultes éligibles à la vaccination Recommandations concernant les enfants de + de 5 ans et Adultes Immunodéprimés, aspléniques syndrome néphrotique brèches ostéo-méningées implant cochléo-vestibulaire Insuffisants cardiaques, respiratoires, hépatiques Diabétiques Prévenar 13 (M0) + Pneumo 23 (M2) Pneumo 23 Pas de données sur les revaccinations ultérieures 24 12

13 Ministère de la santé, InVS : nal_ministere_sante_2014.pdf HCSP : avis et rapports INPES : catalogue, vaccinations on/index.asp ANSM INFOVAC France Mes vaccins.net : OMS : thèmes de santé : vaccinations et vaccins

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD XX/XX/XX Journée régionale de la lutte contre les infections nosocomiales ARLIN Languedoc-Roussillon 26 avril 2012 CARCASSONNE Dr Eric Schwartzentruber, ARS DT 11 Les particularités

Plus en détail

LA VACCINATION DES PERSONNES AGEES Journée ARLIN EHPAD 24 novembre 2016

LA VACCINATION DES PERSONNES AGEES Journée ARLIN EHPAD 24 novembre 2016 LA VACCINATION DES PERSONNES AGEES Journée ARLIN EHPAD 24 novembre 2016 Dr Eric SCHWARTZENTRUBER -ARS Occitanie -Centre de vaccinations Internationales de l Institut Buisson Bertrand XX/XX/XX Je déclare

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES FAMILLES, DE L ENFANCE ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES FAMILLES, DE L ENFANCE ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ SANTÉ Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de la santé Sous-direction de la

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux. Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses-

Plus en détail

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD

INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES. Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD INFECTIONS DES VOIES RESPIRATOIRES BASSES Recommandations et particularités de prise en charge en EHPAD Les infections respiratoires basses: Bronchite aiguë : - virale - dans un contexte épidémique - diagnostic

Plus en détail

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour?

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour? CALENDRIER VACCINAL ANNEE 2013 Tout le monde a ses vaccinations à jour? Source : Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) n 14-15, 19 avril 2013 Votre pharmacien vous informe Tableau des vaccinations

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction de la prévention des risques infectieux Bureau des maladies infectieuses, des risques

Plus en détail

Réunion départementale EHPAD de la Nièvre

Réunion départementale EHPAD de la Nièvre Réunion départementale EHPAD de la Nièvre 29 septembre 2014 Vaccination antigrippale en EHPAD Personnels et résidents EHPAD Une population exposée L EHPAD un lieu de vie collectif, ouvert Visiteurs et

Plus en détail

IX ème journée Martiniquaise de Prévention des infections associées au soins

IX ème journée Martiniquaise de Prévention des infections associées au soins IX ème journée Martiniquaise de Prévention des infections associées au soins Saison 2014-2015 Epidémie forte de grippe, dominée par le virus A(H3N2) 9 semaines d épidémie 2,9 millions de consultations

Plus en détail

Pôle santé société: Unité de Prévention et Dépistage

Pôle santé société: Unité de Prévention et Dépistage Pôle santé société: Unité de Prévention et Dépistage Centre de vaccination Centre de vaccination internationale Centre de lutte anti tuberculeuse Centre gratuit de dépistage VIH, Hépatites, IST: CeGIDD

Plus en détail

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vincent Boisserie-Lacroix Vaccins abordés Pneumocoque Virus grippal Rappel coqueluche Prévenar13 Vaccin osidique conjugué à 13 valences Sérotypes 1, 3, 4, 5,

Plus en détail

Avis 19 mars Laboratoire NOVARTIS VACCINES AND DIAGNOSTICS SAS. Virus grippal inactivé à antigènes de surface

Avis 19 mars Laboratoire NOVARTIS VACCINES AND DIAGNOSTICS SAS. Virus grippal inactivé à antigènes de surface COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 19 mars 2014 AGRIPPAL, suspension injectable en seringue préremplie, vaccin grippal inactivé (antigènes de surface) B/1 seringue préremplie en verre de 0,5 ml avec aiguille

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la pertinence de la poursuite de la campagne de vaccination contre la grippe pandémique A(H1N1)2009 Le Directeur général de la santé a saisi le le 6 janvier 2010 1 afin qu il donne un avis

Plus en détail

Quelles sont les personnes entrant dans le champ des recommandations émises par le HCSP

Quelles sont les personnes entrant dans le champ des recommandations émises par le HCSP Quelles sont les personnes entrant dans le champ des recommandations émises par le HCSP Quelles sont les PERSONNES entrant dans le champ des recommandations émises par le HCSP? Les personnes de plus de

Plus en détail

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Hygiène, Risques et Qualité chez la personne âgée- Lyon- 24 Septembre 2013 Conflits

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux

Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi

Plus en détail

Vaccination antigrippale RECOMMANDATIONS

Vaccination antigrippale RECOMMANDATIONS Vaccination antigrippale RECOMMANDATIONS Vaccination antigrippale Recommandations AVANT PROPOS La prévention reste la pierre angulaire en médecine. Parmi les mesures préventives usitées en pneumologie,

Plus en détail

Trois missions coordonnées au sein d une même unité

Trois missions coordonnées au sein d une même unité Trois missions coordonnées au sein d une même unité Centre de Lutte Anti Tuberculeuse Unité de Prévention et de Dépistage CEGIDD (CDAG) Centre de Vaccination CVI 3 La vaccination dans les EHPAD Midi Pyr

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à l actualisation de la stratégie vaccinale grippe, saison 2010-2011, suite à la déclaration officielle de fin de pandémie par l OMS 24 septembre 2010 En réponse à la saisine du directeur

Plus en détail

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry)

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry) Ne seront pas traitées dans ce chapitre, car ne relevant pas de recommandations de vaccination large et/ou systématique les vaccinations contre les pathologies suivantes : - varicelle - rotavirus - zona

Plus en détail

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades

Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Argumentaire visant une amélioration de la couverture vaccinale des professionnels de santé et de l ensemble des acteurs au contact des malades Je suis personnel de santé, est-ce que j expose les patients

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III LA GRIPPE. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III LA GRIPPE. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET 17 novembre 2010 DCEM III LA GRIPPE Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Cas Clinique M. Sceptique, 66 ans, vient vous voir au cabinet car il vient de

Plus en détail

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017 Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE Quoi de neuf 2017 Personnes immunodéprimées ou aspléniques exposées à un risque accru d infections sévères Contre-indications des vaccins vivants (sauf

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la vaccination contre le pneumocoque par le vaccin Pneumo 23 chez l adulte et l enfant âgé de 5 ans et plus infectés par le VIH 2 octobre 2009 Le Conseil supérieur d hygiène publique de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN PSYCHIATRIE EN SITUATION PANDEMIQUE

PRISE EN CHARGE EN PSYCHIATRIE EN SITUATION PANDEMIQUE PRISE EN CHARGE EN PSYCHIATRIE EN SITUATION PANDEMIQUE L épidémie de grippe A(H1N1)2009 n a probablement pas ou peu d effet direct sur les pathologies psychiatriques. Dans la situation épidémique actuelle

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

3. Calendrier vaccinal 2011 Tableaux synoptiques

3. Calendrier vaccinal 2011 Tableaux synoptiques 114 BEH 10-11 / 22 mars 2011 3. Calendrier vaccinal 2011 Tableaux synoptiques 3.1 Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 2011 RECOMMANDATIONS GéNéRALES RATTRAPAGE

Plus en détail

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles.

37 C est-à-dire les facteurs de risque déjà identifiés dans les recommandations actuelles. 4 -RECOMMANDATIONS PARTICULIÈRES 4.1 - Vaccination contre la coqueluche Adultes susceptibles de devenir parents dans les mois ou années à venir. Également recommandée à l occasion d une grossesse, la mise

Plus en détail

Bilan épidémiologique des épidémies grippales. Dr Isabelle Bonmarin InVS

Bilan épidémiologique des épidémies grippales. Dr Isabelle Bonmarin InVS Bilan épidémiologique des épidémies grippales Dr Isabelle Bonmarin InVS Systèmes de surveillance de la grippe Insee CépiDC Décès Oscour Cas graves Virologie : Rénal-CNR Hôpital IRA Réseau : Sentinelles

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique une priorité régionale

La vaccination anti-pneumococcique une priorité régionale 2 ème La vaccination anti-pneumococcique une priorité régionale Dr F.BASTIDES. CRAI /OMéDIT Centre Val de Loire, COPIL Vaccination 22/09/2015 1 La vaccination anti pneumococcique point de départ Sujet

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques Nota bene : les vaccins spécifiquement recommandés sont des vaccins nécessaires pour les patients

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal

Simplification du calendrier vaccinal FMC Soirée Actualités RMC Vienne 12/12/2013 Simplification du calendrier vaccinal Cliquez Dr Anissa Bouaziz pour ajouter un texte Service de Médecine Interne Rhumatologie Maladies Infectieuses et Tropicales

Plus en détail

révolus) 3 doses selon le schéma 0, 1 ou 2 mois, 1 dose si une seule dose vaccinale antérieure

révolus) 3 doses selon le schéma 0, 1 ou 2 mois, 1 dose si une seule dose vaccinale antérieure 3. Calendrier vaccinal 2013. Tableaux synoptiques 3.1 Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 2013 Pour toute personne ayant déjà reçu un ou des vaccins avant la mise

Plus en détail

Vaccination des professionnels de santé

Vaccination des professionnels de santé Vaccination des professionnels de santé Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France Priorités pour les personnes responsables de la prévention du risque nosocomial? Evidente = mise en œuvre des moyens nécessaires

Plus en détail

Quoi de neuf? Octobre 2014

Quoi de neuf? Octobre 2014 Vaccinations i chez les patients suivis en HGE Quoi de neuf? Octobre 2014 Rappel sur la vaccination Vaccin vivant atténué / Vaccin inactivé ou sous unitaire Immunité acquise : spécifique, mémoire immunologique

Plus en détail

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona...

La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... La vaccination en gériatrie, au-delà des polémiques : nouveau calendrier vaccinal 2015 du sujet âgé, grippe, pneumocoque, zona... Dr Emmanuel MORTIER, Médecine interne Louis-Mourier pas de lien d intérêt

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

Argumentaire immunologique

Argumentaire immunologique QRM : Le calendrier vaccinal des vaccinations en France : A a été simplifié en 2013 B est actualisé chaque année C est établi à partir des recommandations du Comité Technique National des vaccinations

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 octobre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 2 octobre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 octobre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 19 août 1999 (JO du 31 août

Plus en détail

Evaluation de la couverture vaccinale dans les établissements médico-sociaux de Franche-Comté

Evaluation de la couverture vaccinale dans les établissements médico-sociaux de Franche-Comté Evaluation de la couverture vaccinale dans les établissements médico-sociaux de Franche-Comté 2013-2014 Contexte La vulnérabilité des résidents et la vie en collectivité favorise le risque d infections

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 septembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 septembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 septembre 2002 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de trois ans par arrêté du 19 août 1999 (JO du 31 août

Plus en détail

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Comment vacciner les immunodéprimés Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline bio : pas de rémunération Invitations

Plus en détail

FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE

FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE L actualisation des recommandations est justifiée par la baisse de circulation active du virus A(H1N1)v en France

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE Commission Permanente Délibération n 45/CP du 20 avril 2011 modifiant la délibération n 168 du 5 août 1969 portant règlement d hygiène et de médecine scolaires et la délibération n

Plus en détail

Grippe. Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS

Grippe. Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS Grippe Cours du IFSI Hélène GUILLOT- CCA maladies infectieuses et tropicales GHPS Généralités Maladie hautement transmissible Liée à un VIRUS (Myxovirus influenzae) 3 types : A, B, C A: sous-type HxNy

Plus en détail

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011 Le calendrier vaccinal en pratique N Viget DUACAI 21/04/2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Rattrapage vaccinal BEH mars 2011 cocooning» Coqueluche Coqueluche Coqueluche Coqueluche

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Août 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCES Calendrier vaccinal 2005

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à la stratégie vaccinale grippe à La Réunion, saison 2010 25 juin 2010 Le a été saisi par le directeur général de la santé le 28 mai 2010 (annexe) sur la vaccination contre la grippe à la

Plus en détail

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET

17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION. DERMG Université de Nice Sophia Antipolis. Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET 17 novembre 2010 DCEM III I/ PRESENTATION Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis PLAN I/ Présentation ECN II/ Introduction III/les vaccins, les adjuvants,

Plus en détail

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque

Pneu-P : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Section 10.3.4 10.3.4 : vaccin polysaccharidique contre le pneumocoque Composition Un vaccin inactivé polysaccharidique 23-valent contre le pneumocoque (-23) est distribué au Canada : Pneumovax 23 (Merck).

Plus en détail

Vaccination des adultes contre les infections à pneumocoque: Réflexions et conclusions du groupe de travail du HCSP

Vaccination des adultes contre les infections à pneumocoque: Réflexions et conclusions du groupe de travail du HCSP Vaccination des adultes contre les infections à pneumocoque: Réflexions et conclusions du groupe de travail du HCSP Présentation à la réunion de la commission de prévention de la SPILF du 4 mai 2017 Enjeux

Plus en détail

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013

Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention. R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Viroses respiratoires saisonnières: clinique et prévention R. Abdelmalek Le 10/10/2013 Introduction Infections fréquentes Evoluent par bouffées épidémiques Virus multiples dominés par la grippe Transmission

Plus en détail

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents 156 BEH 16-17 / 20 avril 2009 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RATTRAPAGE POPULATIONS PARTICULIÈRES ET À RISQUE Diphtérie (D), Tétanos

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin.

La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin. La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Depuis 2009, on assiste en France à une baisse préoccupante de la vaccination contre la grippe saisonnière.

Plus en détail

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

24e Rencontres sur la grippe et sa prévention

24e Rencontres sur la grippe et sa prévention 24e Rencontres sur la grippe et sa prévention Dossier de presse 9 novembre 2011 Contact Presse pour le GEIG The Desk - Laurence de la Touche 01 49 24 58 43 l.delatouche@thedesk.fr Sommaire Communiqué de

Plus en détail

Stratégies vaccinales A(H1N1)2009 dans 18 pays d Europe, d Amérique du Nord, d Asie et d Océanie, au 31/10/09.

Stratégies vaccinales A(H1N1)2009 dans 18 pays d Europe, d Amérique du Nord, d Asie et d Océanie, au 31/10/09. Département International & Tropical Stratégies vaccinales A(H1N1)2009 d 18 pays d Europe, d Amérique du Nord, d Asie et d Océanie,. Ce bilan au 31 octobre 2009 des stratégies vaccinales A(H1N1)2009 adoptées

Plus en détail

Les enjeux et nouveautés de la vaccination en Daniel Floret Université Claude Bernard lyon1

Les enjeux et nouveautés de la vaccination en Daniel Floret Université Claude Bernard lyon1 Les enjeux et nouveautés de la vaccination en 2014 Daniel Floret Université Claude Bernard lyon1 ARS Rhône Alpes 24 juin 2014 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le site du

Plus en détail

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2)

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2) LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique des vaccinations (CTV-HCSP), qui a pour mission de CALENDIER VACCINAL DES

Plus en détail

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE Dominique Abiteboul LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Grippe et Foyers d infections respiratoires aigues dans les collectivités de personnes âgées en France et en Midi- Pyrénées

Grippe et Foyers d infections respiratoires aigues dans les collectivités de personnes âgées en France et en Midi- Pyrénées Grippe et Foyers d infections respiratoires aigues dans les collectivités de personnes âgées en France et en Midi- Pyrénées Réunion du réseau des correspondants en hygiène 05 novembre 2015, Toulouse Dr

Plus en détail

La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin.

La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin. La grippe, ce n est pas rien. Alors je fais le vaccin. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Depuis 2009, on assiste en France à une baisse préoccupante de la vaccination contre la grippe saisonnière.

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales Mars 2016 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS.

Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales Mars 2016 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales 2016 Mars 2016 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Sommaire 1. Points-clefs sur les nouvelles recommandations

Plus en détail

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Marie Reine Mallaret Grenoble 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Vaccinations Moyen de prévention de 1 ère importance Maladies infectieuses,

Plus en détail

Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels

Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels Campagne de promotion de la vaccination contre la grippe saisonnière chez les professionnels travaillant en EHPAD Qu est ce que la grippe? Ce n est pas un simple rhume! La grippe saisonnière est une infection

Plus en détail

A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1

A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)2009 L actualisation des recommandations est justifiée par la dynamique de circulation du virus

Plus en détail

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe

Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Epidémiologie des infec0ons à pneumocoque et de la grippe Dr Nadim Cassir Maladies Infec0euses et Tropicales Comité de Lu>e contre les Infec0ons Nosocomiales Hôpital Nord Marseille UCOG PACA OUEST 20 novembre

Plus en détail

La prévention par la vaccination

La prévention par la vaccination La prévention par la vaccination Présentation aux partenaires sociaux. ARS Basse Normandie- Caen -24 octobre 2012- A. Bourges (interne Médecine générale) Dr SALAÜN Marie-Anne (chef de service CPMI- Caen)

Plus en détail

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents.

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents. VACCINATIONS Auteur : Expert : Relecteur : Dr. M. Grira,, HUG Dr. I. Guessous,, HUG Dr. N.-T. Tran,, HUG Algorithmes et relecture: M. Le Braz Mise en page: J. Caliri 2017 LES POINTS À RETENIR Depuis 2013,

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Introduction VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Journées de l ARLIN 0 - Session Maladies transmissibles à l hôpital et en EHPAD Personnels hôpitaux et EHPAD : population exposée au risque biologique

Plus en détail

Pr Th. MAY Dr E. FRENTIU DESC Infectiologie 06/10/14

Pr Th. MAY Dr E. FRENTIU DESC Infectiologie 06/10/14 Pr Th. MAY Dr E. FRENTIU DESC Infectiologie 06/10/14 La famille Martin La famille Martin est composée du père, Stéphane de la mère Carine, infirmière de leurs 2 enfants, Virginie 12 ans Hugo 9 mois Et

Plus en détail

Dr Pierre Frange, Dr Nizar Mahlaoui, Dr Isabelle Pellier, Dr Felipe Suarez, Pr Olivier Lortholary, Pr Stéphane Blanche, Pr Alain Fischer,

Dr Pierre Frange, Dr Nizar Mahlaoui, Dr Isabelle Pellier, Dr Felipe Suarez, Pr Olivier Lortholary, Pr Stéphane Blanche, Pr Alain Fischer, Page : 1/6 Date de création: 27 octobre 2009 Auteurs : Dr Pierre Frange, Dr Nizar Mahlaoui, Dr Isabelle Pellier, Dr Felipe Suarez, Pr Olivier Lortholary, Pr Stéphane Blanche, Pr Alain Fischer, Affiliation

Plus en détail

Gestion des infections respiratoires aigües basses en collectivité de personnes âgées. Dr Frédérique VILLER Dr Sophie ALSIBAÏ CIRE Est

Gestion des infections respiratoires aigües basses en collectivité de personnes âgées. Dr Frédérique VILLER Dr Sophie ALSIBAÏ CIRE Est Gestion des infections respiratoires aigües basses en collectivité de personnes âgées Dr Frédérique VILLER Dr Sophie ALSIBAÏ CIRE Est Ses objectifs : Le signalement Détecter et signaler pour agir et prévenir

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

Comment améliorer la couverture vaccinale antigrippale des professionnels de santé

Comment améliorer la couverture vaccinale antigrippale des professionnels de santé Comment améliorer la couverture vaccinale antigrippale des professionnels de santé Dr Michel Duong Service des Maladies Infectieuses Journée régionale des correspondants en hygiène Dole, 26/05/2016 Couverture

Plus en détail

Vaccinations chez le transplanté rénal

Vaccinations chez le transplanté rénal Vaccinations chez le transplanté rénal Séminaire CCA Couchevel 2012 Emilie Girardot- CHU Toulouse Recommandations non transplantés 1 Rappels sur les vaccins Vaccins vivants atténués: Infection asymptomatique

Plus en détail

Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge

Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge 30 Juillet 2009 Grippe A (H1N1)v : caractéristiques et modalités de prise en charge Pr François CARON, Dr Manuel ETIENNE Maladies Infectieuses et Tropicales Virus grippaux : Myxovirus influenzae Sérotype

Plus en détail

Politiques vaccinales entre recommandations et obligations. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Politiques vaccinales entre recommandations et obligations. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Politiques vaccinales entre recommandations et obligations Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée annuelle du CClin Ouest- Rennes 19 Avril 2016 Conflits d intérêt Déclaration

Plus en détail

La vaccination. Jean Tafforeau

La vaccination. Jean Tafforeau La vaccination Jean Tafforeau Institut Scientifique de Santé Publique Direction Opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 71 E-mail : jean.tafforeau@iph.fgov.be

Plus en détail

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT

Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Auteur principal : Docteur Georges PICHEROT Centre Hospitalier Universitaire de Nantes Chef du Service de Pédiatrie Quai Moncousu 44093 NANTES cedex Soumission d'un dossier de candidature à l'association

Plus en détail

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Cancer et vaccins Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Epidémiologie de la grippe et des infections à pneumocoques en oncologie Données US 1999-2000 Incidence des infections

Plus en détail

Actualités sur la vaccination grippale

Actualités sur la vaccination grippale Actualités sur la vaccination grippale Dr Christophe TRIVALLE Pôle Vieillissement, Réadaptation et Accompagnement Hôpital Paul Brousse, APHP, Villejuif christophe.trivalle@pbr.aphp.fr gerontoprevention.free.fr

Plus en détail

SÉJOURS POUR PNEUMOPATHIE À STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE ENTRE 2004 ET 2008 EN RÉGION CENTRE

SÉJOURS POUR PNEUMOPATHIE À STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE ENTRE 2004 ET 2008 EN RÉGION CENTRE SÉJOURS POUR PNEUMOPATHIE À STREPTOCOCCUS PNEUMONIAE ENTRE 2004 ET 2008 EN RÉGION CENTRE Leslie Grammatico-Guillon Réunion de Santé Publique Tours, 5 novembre 2009 1 Introduction INTRODUCTION S. pneumoniae

Plus en détail

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND

LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE EN MEDECINE GENERALE : La prescription d antibiotiques COMMENT PRESCRIRE JUSTE? Dr BARANGER Jacques 63000 CLERMONT-FERRAND LA GRIPPE Maladie virale saisonnière très contagieuse Epidémie de 10

Plus en détail

GRIPPE A/H1N1 EN PRATIQUE DE VILLE Michel PROSPER CTAR 75015

GRIPPE A/H1N1 EN PRATIQUE DE VILLE Michel PROSPER CTAR 75015 GRIPPE A/H1N1 EN PRATIQUE DE VILLE Michel PROSPER CTAR 75015 H1N1 a déjà fait couler beaucoup d'encre! c'est la 4ème pandémie depuis 1918, les 3 précédentes (grippe espagnole en 1918, grippe asiatique

Plus en détail