CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique"

Transcription

1 FOCUS Économie Février 2012 N 1204 CAS-TYPE BIO : des références systèmes pour sécuriser les conversions et optimiser les systèmes en agriculture biologique L'enjeu de l'élaboration de référence systèmes en bio est de faciliter la conversion d'un nombre important d'exploitations agricoles pour répondre à un marché en expansion. Il est aussi d'accompagner les agriculteurs bios en activité dans l'optimisation de leur activité tant sur le plan économique que social et environnemental. Ces références systèmes sont nécessairement locales afin de correspondre le plus possible aux projets des agriculteurs. La connaissance du fonctionnement des exploitations, dans le cadre d'une approche systémique et proche du terrain, est primordiale pour un conseil global qui vise l'autonomie et la responsabilité des agriculteurs dans leurs choix, pour fournir des argumentaires sur l'évolution des pratiques agricoles, pour simuler les impacts des changements et des inflexions des politiques agricoles Les données présentées dans ce focus sont issues des travaux des réseaux ROSA- CE/INOSYS en région Centre, menés en partenariat avec l'institut de l'élevage notamment. Le dispositif de suivi des références en agriculture biologique en région Centre En région Centre, ROSACE/INOSYS couvre les productions de grandes cultures, viticulture, bovin lait, bovin viande et caprin. Les réseaux d'élevage sont animés par l'institut de l'élevage qui en assure les fondements méthodologiques. Il a donc été choisi de produire des cas types ou des cas concrets en agriculture biologique sur ces cinq productions représentant près de 80 % des orientations de production des exploitations de la région (mémento de la statistique agricole 2011). Le maraîchage est également une thématique importante en agriculture biologique dès lors qu un nombre important d installations ou de conversions est actuellement réalisé dans cette orientation de production. Le besoin en références Assemblée Permanente des Chambres d'agriculture 9 avenue George V Paris Tél : Fax : REPUBLIQUE FRANÇAISE Etablissement public Siret Avec la participation financière du CasDAR étant important, un cas type en «maraîchage bio» a donc été produit au travers d une méthode différente (bottom up) sur la base de l investissement d un groupe d agriculteurs aux côtés de l AFOCG du Loiret (Cf. focus 1102, produire des références : système agricole en maraîchage bio, Jean-Marie Blanvillain). Contact : Alexandre DUMONTIER CRA CENTRE Nous ne détaillerons pas dans ce focus la méthode utilisée mais les principaux résultats seront rappelés en parallèle des autres productions. Vingt six fermes en agriculture biologique ont été suivies en 2010 et 2011 pour servir de support à la production des cas-types. Productions Nb de fermes suivies Grandes cultures 8 Viticulture 6 Bovin lait 5 Bovin viande 4 Caprin 3 Elles sont rattachées aux 5 familles de production étudiées(cf tableau ). A partir de 2012, il est prévu de poursuivre l actualisation des références en agriculture biologique et d adopter le même rythme de mise à jour que les références en agriculture conventionnelle. Focus Février

2 Synthèse des résultats en Grandes Cultures La région a choisi de représenter trois systèmes en grandes cultures spécialisés. Les deux premiers sont des systèmes en sec établis sur des sols à potentiel moyen (rendement potentiel en blé tendre conventionnel compris entre 65 et 75 quintaux à l hectare). Ces deux systèmes se distinguent en matière de clef typologique par leur taille : 80 à 130 ha pour le premier, 180 à 300 ha pour le second. Le troisième système étudié se caractérise par le recours à l irrigation qui permet de cultiver des légumes et qui sécurise les rendements. En grandes cultures biologiques, le système repose de façon primordiale sur la rotation. Elle est au cœur de la gestion de l azote, de l enherbement et des problématiques sanitaires sur l exploitation. La rotation repose de façon schématique sur les principes suivants : - Une tête de rotation longue (de deux à trois ans). La tête de rotation permet de «nettoyer» le sol et d assurer un apport en azote au sol suffisant pour 1 à 2 céréales. En région Centre, on retrouve souvent la luzerne qui peut être valorisée dans le nord de la région en déshydratation ou de façon complémentaire auprès d ateliers ou d exploitations d élevage : - Une alternance cultures de printemps, cultures d hiver afin de rompre les cycles des mauvaises herbes et sanitaires, - L apport d une légumineuse en milieu de rotation si elle est longue (8 à 10 ans). Au delà de la rotation, les systèmes en grandes cultures biologiques spécialisés se caractérisent également par un parc de matériel spécifique adapté aux techniques de désherbage mécanique. Dans les trois systèmes décrits, le parc de matériel comprend une herse étrille, une à deux bineuses auto guidées ou non. Les largeurs d outils sont variables et adaptés à la taille de l exploitation (de 6 m à 12 m). GC 121 BIO GC127 BIO GC 131BIO Ces exploitations sont également équipées de moyens de labour, outils indispensables aujourd hui pour réguler les adventices (faux semis). Des demandes de plus en plus nombreuses émergent cependant pour l adaptation des techniques culturales simplifiées en bio. Au plan économique, les systèmes étudiés présentent des rentabilités comparables aux systèmes conventionnels dans les conditions de prix et de marchés des années 2006 à 2010 (les prix et les rendements sont lissés sur cinq ans dans les cas-types). Ils demandent une bonne maîtrise agronomique et des cycles de production pour atteindre les résultats modélisés dans les cas-types (systèmes optimisés). Enfin, contrairement aux idées reçues, les systèmes spécialisés grandes cultures en agriculture biologique sont autant dépendants de la PAC que les systèmes conventionnels aujourd hui. GC 121 Bio GC 127 Bio GC 131 Bio SAU (ha) SAU (ha) pour calcul économique Nb UTH Produit ( /ha) Marge brute ( /ha) EBE ( /ha) Paiements PAC/EBE (%) 80 à à à , Synthèse des résultats en viticulture Deux systèmes ont été étudiés en région Centre dans le cadre du réseau ROSACE/INOSYS Val de Loire. Ces deux systèmes sont différents en lien avec les appellations concernées. Le type d appellation joue d ailleurs davantage sur le niveau de valorisation des vins que l aspect de conduite ou non en agriculture biologique. Les rendements des systèmes viticoles, plus aléatoires en agriculture biologique, peuvent être jusqu à 30 HL inférieurs à ceux des systèmes conventionnels. Le risque potentiel d une perte de récolte tous les dix ans doit aussi être intégré dans la logique de fonctionnement de l entreprise. 2

3 Les charges opérationnelles «vigne» sont réduites par l absence de recours aux produits phytosanitaires conventionnels. Cependant, les exploitations doivent faire face à une pression du mildiou assez importante en fonction des années. Aussi, la gestion de la protection phytosanitaire est primordiale pour ces systèmes. Les deux systèmes mobilisent une main d œuvre importante (respectivement 4,3 ha/uth pour le G61 AB et 2,3 ha/uth pour le G52 AB). Cette main d œuvre composée majoritairement de salariés permanents permet de répondre à des besoins importants en temps pour la commercialisation (prospection, renouvellement du fichier client, vente, logistique ). Ces deux systèmes se distinguent cependant par leurs circuits de commercialisation : le premier (G61 AB) destine sa production à l hôtellerie, la restauration et les cavistes tandis que le second (G52 AB) approvisionne une clientèle de particuliers et s oriente vers l export. Du fait d une bonne valorisation de la production liée aux appellations d origine, le système du Centre Loire (G52 AB) présente une stratégie d investissements réguliers et de recherche de sécurité au travers des équipements très performants. Les charges opérationnelles et de structure sont dès lors plutôt élevées comparativement aux systèmes rencontrés habituellement en Touraine notamment. Surface en vigne en (ha) Circuits de commercialisation G61 AB G52 AB 15 à à 15 Ventes bouteilles et petit vrac 71% des volumes en bouteilles Ventes bouteilles au particuliers 100% des volumes en bouteille Nb UTH 4 5,5 Surface en vigne en (ha) pour calcul économique Besoins en salariés 3 3,5 Produit (K ) EBE (K ) Charges vigne ( /ha) Charges opérationnelles ( /ha) Charges de structure ( /ha) Synthèse des résultats en maraîchage Le système correspond à une exploitation maraîchère de 1 à 2 ha irrigués (l irrigation est obligatoire dans ces systèmes pour assurer une production régulière et de qualité sur l été notamment). Ce système valorise ses productions maraîchères en circuits courts (AMAP, marchés, vente à la ferme, magasins spécialisés. Ce mode de commercialisation est exigeant en main d œuvre et a une forte influence sur le fonctionnement du système : plusieurs rotations dans l année, grand nombre d espèces cultivées, production sur toute l année, ce qui implique une planification de la production. Le système est peu gourmand en capitaux (matériels d occasion etc.) mais nécessite d optimiser l investissement en temps de travail. En fonction de son organisation, un UTH peut ainsi exploiter 1,5 ha avec toutefois la nécessité de recourir à de la main d œuvre saisonnière d avril à octobre avec des choix à effectuer : produire ou non son plant, implanter des surfaces dont on sait qu on aura la capacité d entretenir, lutter contre l enherbement : choix du mode de désherbage. SAU Nb UTH Produit brut/ha ( ) Charges op/ha ( ) Charges de structures/ha ( ) EBE/UTHf ( ) Annuités/EBE 1,5 ha 1 + 0,7 MO Saisonnière % En matière de gestion des surfaces, une jachère est nécessaire. Un quart à un tiers de ces surfaces sont semées en engrais verts en couverture hivernale (semis en septembre) : seigle-lentillon, trèfle, moutarde, sarrasin, phacélie La rotation est complexe en lien avec le retour des espèces plusieurs fois dans l année et une diversité importante de variétés. Les têtes de rotation (poireau, pomme de terre, chou, courge, courgette, tomate, concombre) reçoivent un amendement de fond en fonction des types de sol et des formes possibles d apports (fumier évolué, vinasse, compost). L EBE dégagé par l activité est estimé à Synthèse des résultats en Bovin viande Le cas concret décrit en région Centre est caractéristique des zones herbagères des régions du sud de l Indre et du Cher. Il développe 80 ha de SAU pour 70 ha d herbe. 10 ha sont consacrés à de la culture de mélanges de céréales et protéagineux. Le système est orienté vers la production de bœufs (34-36 mois) et de génisses finies (36 mois). Toute la production est valorisée en bio. le troupeau compte une trentaine de vaches pour 78 UGB au total. En matière de gestion fourragère, le système a été «intensifié» par la pratique de la fauche précoce (enrubannage et ensilage) et une bonne gestion du pâturage (système de pâturage tournant simplifié qui permet d assurer de bonnes conditions de pâturage dans l été). 3

4 Neuf ha d ensilage sont mis en place chaque année, 6 ha atteignent trois coupes au total. L ensilage reçoit 12 t de fumier au total. 4 à 5 ha de prairies sont renouvelés chaque année en rotation avec les cultures. La prairie reçoit un apport de 12 t de fumier par hectare avant implantation. Les surfaces destinées au foin (environ 20 ha) reçoivent le solde de fumier sachant que les 10 ha de la sole des cultures reçoivent également 15 t de fumier chaque année. En matière de reproduction, la période de vêlages est calée sur la fin d hiver afin de profiter au maximum du pâturage. L étalement et la planification des ventes sont une contrainte à intégrer au système afin de valoriser l ensemble de la production en agriculture biologique. Production totale de viande vive (kg) Prix moyen du kg vif vendu ( /kg) 2,2 Produit bovin/ugb (avec primes couplées) 675 Charges opérationnelles bovines/ugb ( ) 102 Charges opérationnelles SFP/UGB ( ) 32 Marge brute ha/sfp ( ) 935 L alimentation est adaptée afin de valoriser au mieux la saison de pâturage (1500 kg d ensilage par vache allaitante et 170 kg de concentré en alimentation hivernale : 140 j). Les bœufs en deuxième année reçoivent des régimes à base de foin. Ils font une faible croissance sur cette période afin de profiter de la croissance compensatrice au cours de la campagne de pâturage suivante. En matière de résultats économiques, ce système dégage un EBE potentiel de à Synthèse des résultats en Bovin lait Deux systèmes spécialisés lait sont décrits. Ils se distinguent par leur potentiel de sol (bon et moyen). Cette différence induit des différences en matière de gestion des surfaces et de productivité assez importantes. En matière d alimentation, les deux systèmes visent l autonomie tant sur les fourrages que sur les concentrés. Ils permettent une production respectivement de 4500 L/ha de surface fourragère et près de 4000 L/ha de SAU pour le AB1 et 3700 L/ha de surface fourragère et près de 3300 L/ha de SAU pour AB2. Dans les deux systèmes, une proportion élevée de légumineuses et une bonne gestion des engrais de ferme sont nécessaires pour assurer le niveau de production. La production fourragère repose en grande partie sur l herbe. Le système AB2 développe cependant plus de luzerne et de méteil que le système AB1 qui joue la carte de quelques hectares de maïs et luzerne du fait de son potentiel de sol. Les prairies temporaires sont de longue durée (5 à 7 ans) avec un taux de légumineuses élevé (15 à 20%). La luzerne reste en place pour une durée de trois à quatre ans avant un maïs ou un méteil en fonction du système. Toutes les cultures sont consommées par les animaux dans les deux conduites = janv- 90 Indice des prix des produits alimentaires dans le monde déc-91 nov-93 oct-95 sept Chambres d'agriculture France -Études économiques LAIT AB 1 août- 99 * Octobre 2011 juil-01 juin-03 mai-05 avr-07 mars- 09 févr * source : FAO = janv- 90 Indice des prix des produits alimentaires dans le monde déc-91 nov-93 oct-95 sept Chambres d'agriculture France -Études économiques LAIT AB 2 août- 99 * Octobre * juil-01 juin-03 mai-05 avr-07 mars- févr source : FAO 4

5 En matière économique, les deux systèmes obtiennent des résultats comparables à des systèmes conventionnels équivalents pour leurs critères typologiques (potentiel de sol et taille) mais avec une productivité plus faible. Cet écart est compensé par le prix du lait en agriculture biologique établi dans ces modèles à partir de la grille de BIOLAIT. Lait AB 1 Lait AB 2 Potentiel de sol Bon Moyen Main d œuvre 2 2 SAU (ha) SFP 68 dont 9 ha de maïs 71 dont 5 ha de maïs Cultures 12 ha de méteil 9 ha de méteil Nb Vaches Lait produit (L) (2010) Lait produit en moyenne (L) Lait produit par VL (L) Cons. Concentré/VL (kg) Charges op. animales ( /UGB) Charges op. végétales ( /ha SAU) EBE ( /1000 L) Disponible/UMOf ( ) Synthèse des résultats en Caprins Le cas concret décrit des petites exploitations caprines spécialisées et présentes dans différents territoires de la région. Ce système développe un petit troupeau de 70 chèvres pour litres de lait transformés à la ferme et vendus en direct. Il exploite 22 ha dont 17 ha d herbe et 5 ha de méteil. Un ménage (1,5 UMO) est nécessaire pour assurer la charge de travail qui nécessite une bonne organisation du travail pour assurer l ensemble des tâches quotidiennes (soins, traite, fabrication, commercialisation ). C est pour alléger l astreinte que les éleveurs font généralement le choix de la mono-traite sur ces systèmes. En matière de gestion des surfaces, le faible chargement permet d assurer «l autonomie du troupeau». Les prairies temporaires sont multi-espèces ; les chèvres pâturent d avril à novembre sur des parcelles de 30 ares environ. 5 ha sont réservés au pâturage. Le système est particulièrement sensible aux aléas climatiques (sécheresse, printemps pluvieux) et au parasitisme au pâturage. En matière de fonctionnement du troupeau, les mises-bas ont lieu en saison et les chèvres sont taries durant deux mois. Le taux de renouvellement est de 29 %. Le système dégage un produit brut de composé à 86 % de la vente des fromages et à 10 % des produits PAC. L EBE avoisine les pour un disponible de près de

6 Méthodologie : Un cas-type est une description d un système d exploitation a priori viable, du point de vue des résultats économiques, vivable au niveau des charges de travail, et qui décrit avec plus ou moins de précision les itinéraires techniques en prenant toujours en compte la globalité des ateliers (analyse des surfaces fourragères nécessaires pour nourrir le troupeau étudié par exemple en élevage), ou la globalité du système de production. (Source : Institut de l Elevage). Un cas-type ROSACE/INOSYS est construit sur la base de suivis de ferme, il est généralement considéré qu au moins trois fermes sont nécessaires pour construire un cas type. L optimum est généralement plutôt fixé à quatre ou cinq fermes. L échantillon socle national des Réseaux d élevage est établi pour disposer de 5 fermes par case typologique. Les fermes sont choisies par correspondance aux critères typologiques du type. Une des forces de ROSACE/ INOSYS est de s adosser à une typologie régionale quantifiée par les données du recensement agricole. La typologie établie à dire d experts est ainsi ajustée par la donnée statistique. Le «dire d experts» permet de prendre en compte la notion de cohérence de fonctionnement global de l exploitation, le système (par exemple cohérence entre la SAU, le parc de matériel et le nombre de travailleurs, le potentiel des sols en grandes cultures). Une ferme doit pouvoir être suivie sur plusieurs années afin de se départir des effets conjoncturels. Il s agit de traduire son fonctionnement en rythme de croisière. Afin de gagner du temps, il est souvent choisi de remonter de deux à trois ans en arrière avec les producteurs sur la première année de suivi. Les fermes suivies sont en rythme de croisière, l objectif n est pas de montrer les trajectoires d exploitation mais bien de produire des références stables en dehors des dynamiques de changement profond des exploitations (installation, conversion à l AB, projet bâtiment important ). Les fermes suivies peuvent être réparties sur le territoire régional et donc être confiées à différents conseillers. Cela enrichit dès lors la construction et la modélisation des cas types. Une fois les premiers suivis acquis (1 an en productions végétales, deux ans en productions animales plus complexes), les groupes de conseillers mettent les informations recueillies en commun. Dans un premier temps, il s agit de caler les éléments stables de l exploitation, sa structure en commençant par le dimensionnement des critères du type. Il ne s agit pas de faire une simple moyenne mais bien de traduire une cohérence de fonctionnement entre ces critères. En grandes cultures par exemple les premiers critères de description du type sont : - la présence ou non de cultures spéciales (qui impliquent une capacité d irrigation) de façon non négligeable - la présence d irrigation - le potentiel du sol - la SAU et donc la main d œuvre liée. De ces quatre éléments découlent généralement une logique de fonctionnement de l exploitation qui est modélisée par les conseillers soit en petit groupe, soit de façon individuelle avec restitution au groupe. En bovin lait, cette étape permet de décrire le fonctionnement du système fourrager (qui est un des premiers critères typologiques), l alimentation du troupeau, sa production etc. des ratios sont régulièrement calculés pour vérifier la cohérence du système aussi bien sur le plan technique, agronomique qu économique et environnemental. Il s agit lors de cette étape de bien identifier les similitudes de fonctionnement des fermes suivies et de «gommer» en quelques sortes des spécificités trop importantes. L objectif est de donner de la référence utilisable par tous montrant notamment aux porteurs de projet ce que peut être le fonctionnement d une exploitation agricole. Là encore, les moyennes même si elles peuvent être utilisées sur différents critères ne sont pas directement valorisées dans les cas types. Enfin, le cas-type construit en année 1 est consolidée en deuxième année de suivi (confirmation des hypothèses) et peut ainsi dès lors être diffusé. Il est ensuite mis à jour annuellement et valorisé au travers d études collectives et individuelles, de formation, dans des documents de communication De plus, à la demande et en fonction du degré de complexité des systèmes, des conseillers «experts» d un domaine peuvent intervenir pour valider et/ou compléter certaines composantes des cas types. En grandes cultures par exemple, les conseillers machinisme dimensionnent le parc de matériel et les conseillers irrigation calent le système irrigué lié à l exploitation. - Le cas-type doit donc être vu comme une bibliothèque dans laquelle sont rangées les références relatives au fonctionnement d une exploitation de façon cohérente. Assemblée Permanente des Chambres d'agriculture 9 avenue George V Paris Réalisation : Hafida FATAH Focus Février

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne)

Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Projet SYSTEMES : Des références actualisées en élevage AB sur le Massif Central (dont l Auvergne) Les références technicoéconomiques : une nécessité Besoin exprimé par les acteurs de terrain Pour mieux

Plus en détail

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures

Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Freins et leviers aux conversions à l agriculture biologique en Grandes cultures Etude d un cas type ROSACE 1 Travail réalisé par Richard d Humières, élève AgroParisTech, stagiaire au Pôle économie et

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie

ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie ACTION N 1 Réseau d élevages bovins laitiers en Agrobiologie Capacité d adaptation des systèmes en Agriculture Biologique aux épisodes de sécheresse AUTONOMIE ALIMENTAIRE Maître d œuvre : Chambres d Agriculture

Plus en détail

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône

Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Développement de l Agriculture Biologique sur le territoire Dombes-Saône Photo : M Benmergui L agriculture biologique sur le territoire 14 exploitations en AB, 1.66% des exploitations 758 ha soit 1.5%

Plus en détail

Des références sur les systèmes d exploitation viticole en PACA : un outil pour le conseil et la prospective

Des références sur les systèmes d exploitation viticole en PACA : un outil pour le conseil et la prospective Des références sur les systèmes d exploitation viticole en PACA : un outil pour le conseil et la prospective Journée technique viti-oeno AREDVI Le 15 février 2011 à Châteauneuf de Gadagne Les objectifs

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui

L intérêt technico-économique. avec simulations à l'appui L intérêt technico-économique Titre de du l'engraissement diaporama des mâles avec simulations à l'appui Christèle PINEAU Institut de l'elevage Christele.Pineau@idele.fr Matthieu COUFFIGNAL ARVALIS, Institut

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait

ATOUTS ET CONTRAINTES PAR RAPPORT AU CAHIER DES CHARGES DE L AB Filière Bovins Lait LE SOL forts Sol sensible à l érosion Part du parcellaire labourable faible Accès limité ou difficile aux parcelles pâturées Peu d engrais organiques (effluents d élevage) disponibles sur l exploitation

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal

Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal GUIDE PRATIQUE DE L'ÉLEVEUR Produire avec de l'herbe Du sol à l'animal avril 2011 BRETAGNE PAYS DE LA LOIRE SOMMAIRE Paroles d éleveurs 4 Quelle place donner à l herbe Le choix d un système fourrager 8

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin.

Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Diagnostic AUTONOMIE ALIMENTAIRE de l élevage caprin. Ce document présente une méthode de conseil pour les éleveurs et conseillers caprins désireu de travailler sur la thématique de l autonomie alimentaire.

Plus en détail

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala

Exploitation individuelle 1.5 UMO. Système bovin viande. Vaches allaitantes Limousine. Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala Cas-type 71.1 Système spécialisé en Veaux d'aveyron et du Ségala En Ségala, la forte densité des exploitations et l'accés difficile et coûteux au foncier concourent au Conjoncture : 21 développement de

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l opération 213 Développement de l accompagnement en matière de stratégie d entreprise et de l approche globale des systèmes d exploitations au service de la multiperformance Chef de projet Joel LORILLOU

Plus en détail

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques

Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Évaluation des coûts de production en grandes cultures biologiques Jean-François GARNIER ARVALIS Institut du Végétal D après un travail de Pierre Emilien ROUGER JOURNEE TECHNIQUE GRANDES CULTURES BIOLOGIQUES

Plus en détail

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE

PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE PERFORMANCES ÉCONOMIQUES DES ÉLEVAGES BOVINS EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE ET INDICATEURS D ANALYSE Programme Performances économiques des élevages bovins viande. Julien Belvèze Institut de l Elevage Evolution

Plus en détail

Rencontre SENAT 31 Mai 2011

Rencontre SENAT 31 Mai 2011 Rencontre SENAT 31 Mai 2011 QUI NOUS SOMMES 1 ER RESEAU ASSOCIATIF DE CONSEIL ET D EXPERTISE COMPTABLE NOTRE METIER SPECIALISTE DU CONSEIL PLURIDISCIPLINAIRE AU CHEF D ENTREPRISE OU SOMMES-NOUS? 700 AGENCES

Plus en détail

Analyses et Perspectives

Analyses et Perspectives Analyses et Perspectives Références Systèmes Septembre 2013 N 1304 Complémentarité et autonomie en protéines en région Centre Potentiels et freins à lever La France importe aujourd hui 40% de ces besoins

Plus en détail

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine

Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine Des indicateurs pour analyser les résultats de l'exploitation caprine (Article paru dans L égide n 23, juin 2001) L exploitation caprine est un tout. Sa réussite dépend essentiellement de la cohérence

Plus en détail

Journée technique GC AB Essai système de culture

Journée technique GC AB Essai système de culture Journée technique GC AB Essai système de culture Contexte Contexte V. Salou 2011 2012 2013 2014 Constat : la production de céréales et de protéagineux bio est déficitaire de 30% en Bretagne Conception

Plus en détail

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes

Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes R E F E R E N C E S Systèmes bovins laitiers en Poitou-Charentes Avril 2008 Les cas-types... mode d emploi R E F E R E N C E S Vous avez dit cas-type? Un cas-type est une exploitation représentative d'un

Plus en détail

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage

La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage La production de blé panifiable bio pour diversifier son assolement en polyculture-élevage Filière blé panifiable Bio 6 Juin 2012 Matthieu BLIN Minoterie BLIN Jean-Pierre GAUME Agriculteur (53) Charlotte

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Faut-il investir pour faire plus de lait?

Faut-il investir pour faire plus de lait? Normandie Faut-il investir pour faire plus de lait? RÉFLÉCHIR L APRÈS-QUOTA A partir de 2015, les quotas laitiers en place depuis plus de 30 ans disparaissent. Pour beaucoup d éleveurs, ce changement représente

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN

LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN LUTTE CONTRE LES POLLUTIONS 1 DIFFUSES SUR LE BASSIN VERSANT DE LA COISE : MISE EN PLACE DE 2 OUTILS AU GAEC DU MANIPAN MARC THIZY JUSTINE LAGREVOL Journée ARRA Eau et Agriculture 5 Novembre 2013 Le Bassin

Plus en détail

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE

DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE REFERENCES TECHNICO ECONOMIQUES : SAISONNALITE DE LA PRODUCTION DESAISONNER SON TROUPEAU INTERET ECONOMIQUE RESEAUX Rhône Alpes D ELEVAGE FACTEURS DE REUSSITE ET RISQUES DE DERIVES POURQUOI CETTE FICHE?

Plus en détail

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009

Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Analyses de groupe Exploitations laitières en Agriculture Biologique Résultats année d exercice 2008 / 2009 Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet transfrontalier «Améliorer les performances

Plus en détail

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION

FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA REPÈRES SUR LE POSTE Il comprend : FICHE 6 : LES LEVIERS POUR OPTIMISER LE COÛT DE PRODUCTION Les bâtiment et équipements d élevage

Plus en détail

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020

Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Contrôlabilité du taux de chargement et des effectifs animaux des mesures 10, 11 et 12 des programmes de développement rural 2015-2020 Cette note a pour objet de définir les animaux et les surfaces pris

Plus en détail

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France

Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Outil de gestion de l azote pour le blé tendre d hiver biologique en Ile-de-France Prévoir la fertilisation en sortie d hiver à l échelle de l exploitation Charlotte Glachant, Claude Aubert, Chambre d

Plus en détail

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU»

«FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» «FAVORISER ET SÉCURISER L ÉMERGENCE DE BONNES PRATIQUES AGRICOLES POUR PRÉSERVER LA RESSOURCE EN EAU» ETUDE SUR LA GESTION DU RISQUE EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE Etude réalisée par PERI G et CERFRANCE juin

Plus en détail

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel

Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez, Baptiste Nettier, Yves Pauthenet & Sandra Lavorel Pratiques agricoles et propriétés agro-écologiques des prairies dans un processus d intensification écologique : le cas de l élevage bovin dans le Vercors Grégory Loucougaray, Pierre Gos, Laurent Dobremez,

Plus en détail

Références systèmes Bovins lait

Références systèmes Bovins lait Chambres d'agriculture -Contrôles laitiers- CAIAC- Institut de l'elevage. Références systèmes Bovins lait Régions centre et Allier Détail des cas-types Tableau récapitulatif des principaux résultats Référentiel

Plus en détail

Comparaison Robot Salle de traite

Comparaison Robot Salle de traite Comparaison Robot Salle de traite Résultats technico-économiques (présentation similaire aux fiches repères du Réseau Bovins Lait) issus des 114 suivis coûts de production réalisés par les Chambres d agriculture

Plus en détail

Tech Infos Grandes Cultures Bio

Tech Infos Grandes Cultures Bio Tech Infos Grandes Cultures Bio N 9 / janvier 2015 Evaluer les systèmes en grandes cultures biologiques Résultats de 4 années d essais à La Saussaye L ESSAI EN BREF Afin d évaluer la faisabilité technique,

Plus en détail

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél.

ANAIS LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE. Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. LE LOGICIEL DE GESTION PRÉVISIONNELLE DE L ENTREPRISE AGRICOLE ET RURALE Laboratoire Informatique de l ENITA de Bordeaux Tél. 05 57 35 07 95 PHILOSOPHIE DU LOGICIEL - CONCEPTS DE BASE ET MECANISMES 1.

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

La Bio en France : repères

La Bio en France : repères La Bio en France : repères Plus d un million d hectares engagés en bio fin 25 467 producteurs engagés en bio en et plus de 26 211 au 30 juin 2014 12 577 transformateurs, distributeurs et importateurs Evolution

Plus en détail

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02»

Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats remarquables» «RA_BEL2_PS02» Direction départementale des territoires de l Isère Mesure agroenvironnementale et climatique (MAEC) Notice spécifique de la mesure «Absence de fertilisation avec retard de fauche sur prairies et habitats

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005

Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques. 21 et 23 février 2005 Adoption de méthodes alternatives de culture des plantes fourragères pour réduire l effet des variations climatiques 21 et 23 février 2005 Marc F. Clément, agronome Qui a bonnes plantes a bonnes vaches!

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent!

Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Maintenir ses marges, tout en limitant l usage des intrants, des pistes existent! Les essais présentés dans ce document font état des références actuellement disponibles sur les systèmes économes en intrants

Plus en détail

Changement climatique et adaptation de l agriculture de montagne

Changement climatique et adaptation de l agriculture de montagne Changement climatique et adaptation de l agriculture de montagne Claire Sérès - Suaci Alpes du Nord Maison du Parc Naturel Régional Haut-Jura Lajoux, le 10 février 2010 Un partenariat renforcé pour toujours

Plus en détail

Banque de données régionale ovine en région Lorraine

Banque de données régionale ovine en région Lorraine Banque de données régionale ovine en région Lorraine Lorraine SYNTHÈSE 2014 DES APPUIS TECHNIQUES OVINS VIANDE REPRISE DE LA PROGRESSION DES RÉSULTATS ÉCONOMIQUES En 2014, l amélioration technique conjuguée

Plus en détail

Ferme de Tours Fondettes Fondettes

Ferme de Tours Fondettes Fondettes Service Régional de la Formation et du Développement FERMOSCOPIE Description du fonctionnement d une exploitation agricole Ferme de Tours Fondettes 37 230 Fondettes Polyculture Viticulture Horticulture

Plus en détail

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE

EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL EVALUATION DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONSOLIDATION DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Evaluation

Plus en détail

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des

Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio. Une initiative des Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Parcours vers la conversion : Découvrir l outil VISA pour le bio Animateur : Sylvie Dulenc - Chambre d agriculture de l Hérault Intervenants

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances

La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances La prairie au cœur des systèmes de production de ruminants à hautes performances Jean-Louis Peyraud, Inra DS Agriculture.01 UE-27 La prairie en Europe en quelques chiffres Une place majeure dans l occupation

Plus en détail

nourrir, employer, préserver

nourrir, employer, préserver nourrir, employer, préserver Historique du projet Une ferme, un projet La Corbière est le nom d une ferme située au Sud du Maine-et-Loire, dans le pays des Mauges, où la terre à été transmise de père à

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique -

Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intérêts de la luzerne sous forme déshydratée - zootechnique et économique - Intervenant : Samuel MAIGNAN Zootechnie : Intérêt nutritionnel de la luzerne déshydratée Intérêt nutritionnel de la luzerne

Plus en détail

Les Fermobioscopies d Agrobio 35

Les Fermobioscopies d Agrobio 35 EARL le Feuil Isabelle et Pascal VASLET Saint-Etienne en Coglès Redon Production laitière 2014 2011 L HISTORIQUE 1934 1963 1988 1992 1994 1997 2011 2012 2013 20 mai 2013 Location de la ferme du Feuil par

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique

Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conventions de calcul pour la réalisation des cas types en agriculture biologique Conjoncture retenue pour la construction des cas-types Prix de la viande bovine Conjoncture 1 er trimestre 2012 Prix des

Plus en détail

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena)

Mise en œuvre des outils. L. VARVOUX (Terrena) Mise en œuvre des outils L. VARVOUX (Terrena) Témoignage de Laurent Varvoux Service Agronomie Terrena Responsable relations Sol - Cultures Fertilisation Outils d Aide à la Décision Couverts végétaux Membre

Plus en détail

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER

CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CONNAÎTRE SON COÛT DE PRODUCTION ET LE FAIRE BAISSER Face à une conjoncture incertaine, les exploitations bovins viande ont besoin de

Plus en détail

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement

Approche technicoéconomiques. des pratiques respectueuses. de l environnement Station Régionale ITV Midi-Pyrénées Approche technicoéconomiques des pratiques respectueuses de l environnement 40 - Viticulture durable et environnement - Décembre 2007 Station Régionale ITV Midi-Pyrénées

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2014 - Exercice comptable 2013. Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques

RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques RefAB : Des références pour les systèmes de production agricoles biologiques Proposition d un cadre méthodologique innovant Présentation par Céline Cresson, ACTA et Catherine xperton, ITAB Préparée avec

Plus en détail

Ordre du jour. - Rappel du contexte de l étude - Présentation des résultats de l enquête - Propositions et choix des actions à conduire

Ordre du jour. - Rappel du contexte de l étude - Présentation des résultats de l enquête - Propositions et choix des actions à conduire Comité de Pilotage Etude sur le développement de l agriculture biologique et des circuits courts sur le territoire du Pays Page 1 Ordre du jour - Rappel du contexte de l étude - Présentation des résultats

Plus en détail

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST

CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST CONSOMMATION D ÉNERGIE DES EXPLOITATIONS OVINES ALLAITANTES DU SUD OUEST Références 2010 Réseaux d Élevage Ovins Allaitants Aquitaine et Midi Pyrénées Face à l épuisement progressif des réserves d énergies

Plus en détail

Atlas agricole de l Auvergne

Atlas agricole de l Auvergne Atlas agricole de l Auvergne 5 ème assemblée des utilisateurs CRAIG 4 décembre 2012 Seán HEALY Nicolas VENY DRAAF Auvergne Service Régional de l'information Statistique et Economique (S.R.I.S.E.) PLAN

Plus en détail

L enjeu du temps de travail dans les systèmes viticoles du Val de Loire

L enjeu du temps de travail dans les systèmes viticoles du Val de Loire COLLECTION THEMA L enjeu du temps de travail dans les systèmes viticoles du Val de Loire CONTEXTE OBJET DE L ÉTUDE Avec près de 3 000 exploitations viticoles spécialisées, le vignoble du Val de Loire est

Plus en détail

Optimiser le dispositif des AMM

Optimiser le dispositif des AMM Avril 2010 RECONNAISSANCE MUTUELLE EUROPEENNE Optimiser le dispositif des AMM Légumes de France Légumes de France : Syndicat national majoritaire des producteurs de Légumes de France. Représente l ensemble

Plus en détail

BL6 actualisation 2012 Système. Système spécialisé herbager, race mixte, séchage en grange AOC Laguiole - Coop. Jeune Montagne

BL6 actualisation 2012 Système. Système spécialisé herbager, race mixte, séchage en grange AOC Laguiole - Coop. Jeune Montagne Système BL6 Système spécialisé herbager, race mixte, séchage en grange AOC Laguiole - Coop. Jeune Montagne Localisation Exploitation individuelle 1,5 UMO Aubrac et zones limitrophes 152767 litres produits

Plus en détail

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude :

www.biopaysdelaloire.fr Contexte de l étude : Contexte de l étude : LOIRE ATLANTIQUE GAB 44 02-40-79-46-57 accueil@wanadoo.fr MAINE ET LOIRE GABBAnjou 02-41-37-19-39 gabbanjou@wanadoo.fr MAYENNE CIVAM Bio 53 02-43-53-93-93 civambio53@wanadoo.fr SARTHE

Plus en détail

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir

LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS. 39 fermes enquêtées Zoom sur 11 fermes Focus séchoir Les fermes bio bas-normandes enquêtées montrent qu elles sont efficaces et qu elles génèrent de la richesse. LES FERMES LAITIÈRES BIOLOGIQUES BAS-NORMANDES : DES SYSTÈMES TRÈS DIVERSIFIÉS CAMPAGNE 2-22

Plus en détail

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST

TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION RÉSULTATS ANNUELS TRAITEMENT DE LA BANQUE DE DONNÉES RÉGIONALE OVINS VIANDE DE L EST CAMPAGNE 2011 ALSACE, LORRAINE, CHAMPAGNE-ARDENNE FRANCHE-COMTÉ

Plus en détail

Maraîchage bio diversifié en circuits courts

Maraîchage bio diversifié en circuits courts fiche Repères 2014 Maraîchage bio diversifié en circuits courts Ces fiches repères ont été réalisées en 2014 par des techniciens spécialisés en maraîchage bio en Poitou-Charentes, sur la base de chiffres

Plus en détail

4. Verdissement, une PAC plus verte

4. Verdissement, une PAC plus verte 4. Verdissement, une PAC plus verte Aides Couplées JA Verdissement Paiement redistributif DPB Trois obligations à respecter : 1. Diversification des assolements 2. Maintien des prairies permanentes 3.

Plus en détail

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT Numéro 117 - Février 2012 Île-de-France Recensement agricole 2010 : les circuits-courts en Île-de-France. DEUX-TIERS DE LA PRODUCTION FRANCILIENNE DE LEGUMES ET DE FRUITS COMMERCIALISES EN CIRCUIT COURT

Plus en détail

Réunion de secteurs Etat des lieux

Réunion de secteurs Etat des lieux Chambre d'agriculture de la Drome Etude préalable à la mise en œuvre du PSADER de la Drôme des Collines Réunion de secteurs Etat des lieux AOUT 2011 PHASES DE TRAVAIL / METHODOLOGIE PHASE 1 PHASE 2 PHASE

Plus en détail

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015

L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs. Point presse 18 mai 2015 L ASSURANCE DES PRAIRIES une démarche innovante pour la protection du revenu des éleveurs Point presse 18 mai 2015 1 L enjeu : protéger la production fourragère Pour les éleveurs : assurer la ration alimentaire

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020

Chambres d agriculture du Centre PRDAR 2014-2020 N de l action 122 Améliorer la professionnalisation des élevages pour une meilleure rentabilité, une meilleure gestion des risques et un maintien des activités d élevages et de polycultureélevages en région

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

Coût des fourrages du sol à l auge

Coût des fourrages du sol à l auge Coût des fourrages du sol à l auge Plan de l intervention Introduction Méthode de calcul Résultats et repères sur quelques cultures fourragères : - Maïs - Luzerne - Mélanges céréaliers Conclusion Introduction

Plus en détail

Petite Région Agricole Livradois Forez

Petite Région Agricole Livradois Forez Petite Région Agricole Livradois Forez Petite Région Agricole Livradois Forez Des activités Une zone riche en productions 86 communes ; 1217 exploitations dont 559 exploitations professionnelles. 52 900

Plus en détail

Pension hébergement en activité complémentaire

Pension hébergement en activité complémentaire RÉFÉrences - Réseau Économique de la Filière Équine Basse -Normandie Pays de la Loire FICHE PENSION N 2 Picardie Pension hébergement en activité complémentaire CARACTÉRISTIQUES DU SYSTÈME Ils sont de plus

Plus en détail

systèmes fourragers Bio

systèmes fourragers Bio Place de l herbe dans les systèmes fourragers Bio Didier DESARMENIEN Chambre d Agriculture 53 Institut de l Elevage La prairie, en priorité pâturée : un des piliers des systèmes fourragers Bio Tête de

Plus en détail

Par Yves Chagnon, agr., MBA

Par Yves Chagnon, agr., MBA Par Yves Chagnon, agr., MBA Février 2014 1 2 PLAN DE LA PRÉSENTATION Prix des terres Rentabilité des terres Évolution des marges Impacts de la volatilité des prix Situations concrètes Alternatives pour

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe

En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Cas type HL 1 En zones herbagères, un système spécialisé lait, tout herbe Rouen Évreux Amiens Beauvais Arras Lille Laon Culture à faible densité d'élevage Herbagère à forte densité d'élevage Mixte à moyenne

Plus en détail

Production de la biomasse végétale

Production de la biomasse végétale 4 Production de la biomasse végétale Ce support a été réalisé avec le soutien financier du Compte d'affectation spéciale "Développement Agricole et Rural" du Ministère de l'alimentation, de l'agriculture

Plus en détail

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013

Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole. Comité de pilotage du 11 octobre 2013 Enquête auprès des chefs d'exploitation agricole Comité de pilotage du 11 octobre 2013 2 Objectifs et méthodologie Objectifs de l étude A la demande du SGMAP et de Roland Berger Strategy Consultants, en

Plus en détail

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage

Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Rapport de stage Bac Pro CGEA Systèmes d élevage Diagnostics de l exploitation Dans cette partie, vous devez réaliser un diagnostic, c est-à-dire que vous devez expliquer ce qui est bien et ce qui ne l

Plus en détail

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012

Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables. Notice explicative. Les essentiels. Octobre 2012 Programme d actions à mettre en œuvre en zones vulnérables Notice explicative Octobre 2012 Les essentiels Depuis le 1 er septembre 2012, un nouveau programme d actions national s applique sur la totalité

Plus en détail

Une exploitation avec litres de lait sur 71 hectares de SAU

Une exploitation avec litres de lait sur 71 hectares de SAU Une exploitation avec 250 000 litres de lait sur 71 hectares de SAU 2 Un système laitier spécialisé herbager - Autour de 4 000 litres de lait par ha de SFP Quota inférieur à 300 000 litres de lait Assolement

Plus en détail

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE)

Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Réunion d information sur les mesures agro-environnementales et climatiques (MAEC) Système Polyculture Elevage à dominante élevage (SPE) Mise à jour 9 juin 2015 Adage 35 02,99,77,09,56 www.adage35.org

Plus en détail

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier

Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Réforme de la PAC 2015-2020 Contexte Les aides découplées Simulations incidence nouvelle PAC Les aides couplées Les aides du 2ème pilier Un budget en baisse PAC 2007-2013 PAC 2014-2020 420,7 milliards

Plus en détail

L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique

L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique - mai 2012 mai 2012 Pays de la Agreste L élevage laitier se concentre dans les structures sociétaires de grande dimension économique Avec 516 000 vaches laitières en 2010, la région Pays de la compte près

Plus en détail

Consommations d'énergie et systèmes fourragers en bovins viande

Consommations d'énergie et systèmes fourragers en bovins viande Consommations d'énergie et systèmes fourragers en bovins viande Quelques leviers d'action Jean-Bernard MIS CA81 Siège Social 96 rue des agriculteurs BP 89 81003 ALBI Cedex Tél : 05 63 48 83 83 Fax : 05

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72

VITICULTURE. Chambres d Agriculture. Associations de Gestion et de Comptabilité. Des Départements 49, 44, 72 VITICULTURE 125 126 GROUPE VITICULTURE Le groupe comprend 75 entreprises dont 47 en société (63 %). La vigne représente 88 % des produits, le complément étant apporté par des grandes cultures ou d autres

Plus en détail

Stratégies commerciales et rentabilité en viticulture : les enseignements de 2011

Stratégies commerciales et rentabilité en viticulture : les enseignements de 2011 Stratégies commerciales et rentabilité en viticulture : les enseignements de 2011 L antenne viticole de la chambre d agriculture du var analyse régulièrement les prix de vente et les coûts de production

Plus en détail