Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale. Dr A.Bouslimane, Psychiatre"

Transcription

1 Schizophrénie, addiction et réinsertion sociale Dr A.Bouslimane, Psychiatre

2 Epidémiologie Internationale la prévalence à vie de la toxicomanie est estimée à 47% chez ceux qui présentent un diagnostic de schizophrénie ou de trouble schizophréniforme (enquête ECA, Regier et al, 1990) Algérie Absence d études de prévalence de comorbidité Une étude sur la toxicomanie en population générale est en projet 25% à 50 % des schizophrènes, admis à la suite d une exacerbation aiguë de leurs symptômes, présentent une dépendance ou des comportements d abus de substances (Drake, Alterman & Rosenberg, 1993; Sciacca, 1991 ; Warner, Taylor, Wright et al., 1994) Les addictions les plus observées dans la pratique courrante sont liées à la prise du cannabis, l alcool, antiparkinsoniens, benzodiazepines, tabac

3 Caractéristiques de la schizophrénie

4 Causalité de la toxicomanie chez le schizophrène Une toxicomanie peut révéler une schizophrénie Peut être réactionnelle à une lutte contre la dissociation et au morcellement Les drogues psychostimulantes peuvent compenser le vécu de déficit intellectuel et affectif La prise de drogue permet au psychotique d appartenir à un groupe «les marginaux» Une toxicomanie peut être induite par la prescription (antiparkinsoniens, benzodiazépines) critères1-4 Précis de psychiatrie clinique de l adulte, édition Masson, 1990, PP

5 Principes du traitement du schizophrène toxicomane Supériorité d une approche simultanée et intégrée des deux conditions (psychiatriques et d abus ou de dépendance de substances), par rapport à une approche séquentielle ou parallèle Importance d un dépistage précoce d un trouble d abus de substances Efficacité et l efficience d une intervention spécifique

6 PEC du schizophrène toxicomane Evaluation Rechercher la notion de prise d alcool ou de drogue Mesures pharmacologiques Maintenir le traitement antipsychotique aux doses efficaces malgré la prise d alcool ou de drogue Programme de soins Faire une prise en charge intégrée de la toxicomanie et de la schizophrénie Les antipsychotiques de 2 ème génération sont préférés (revue de la litérature) Les formes prolongées ont leurs indications dans les cas de mauvaise observance

7 Revue de la littérature par C. Pelle, G. Shadili Les articles reprennent des études faites sur une population de sujets présentant une co-morbidité schizophrénie et abus de substances Les nouveaux antipsychotiques sont supérieurs aux neuroleptiques classiques en matière de tolérance et d efficacité dans les psychoses secondaires à la prise de toxiques améliorant le pronostic psychosocial et cognitif de ces patients (A2G en Algérie: Olanzapine, Risperidone et Aripiprazole) Le point important à souligner et qu ils réduisent sensiblement la consommation de drogues de ces sujets

8 Eléments d études d efficacité et d'efficience d un traitement antipsychotique Etudes d efficacité. Critères recherchés : Symptômes positifs Symptômes négatifs Sécurité d emploi en phase aiguë (EI) Dépression et anxiété Cognition Tolérance Observance (aspect quantitatif) Sortie de l hôpital Etudes d efficience. Critères recherchés : Disparition maintenue des symptômes Statut ambulatoire Fonctionnement quotidien Relations Sociales Relations Familiales Capacité d emploi et d études Autonomie et capacité d indépendance Capacité à atteindre ses buts Nasrallah et al (2005)

9 Efficience du traitement Efficacité Jugement du médecin Interaction avec l environnement Efficience Un nouveau critère de pertinence clinique dans l évaluation des traitements dans la schizophrénie : l efficience Professeur Pierre-Michel Llorca Tolérance / sécurité d emploi Point de vue du patient Aspects fonctionnels

10 Besoin chez le schizophrène, Demande, offre en Algérie Demande Absence de stigmatisation et de discrimination Accès à participer à la vie sociale Respect de ses droits nationaux Aide en situation de crise Aide financière Hébergement Soins médicaux Hospitalisation Soutien psychologique Aide sociale Offre Accès à participer à la vie sociale Aide en situation de crise Aide financière Hébergement Début des pratique de réseau Soins médicaux Hospitalisation Information sur la maladie et le traitement Aide sociale Rare expérience de soins dans les structures de jour Soins au long cours Dimension communautaire Absence de stigmatisation et de discrimination Accès à participer à la vie sociale Respect des droits de l homme Dimension familiale Capacité de soins Aide en situation de crise Aide financière Hébergement temporaire Cohésion familiale Pratique de réseau Dimension médicale Dépistage précoce Soins médicaux Hospitalisation Soutien psychologique Information sur la maladie et le traitement Dimension de la réadaptation Aide sociale Aide au travail Education Equilibre de la vie spirituelle Soins dans les structures de jour Soins au long cours Besoin

11 Variables influençant le devenir de patients Groupes de facteurs Liés au patient Liés à la maladie Liés au traitement Lié à la famille Liés au système de soin Variables influençant le devenir Age Sexe Histoire prémorbide Niveau de fonctionnement cognitif Présence/absence d un syndrome déficitaire Capacité individuelle de résilience Sévérité de la maladie Poids des symptômes spécifiques Durée de psychose non traitée Réponse initiale aux antipsychotiques Poids des effets indésirables Facilité d administration du traitement Coût du traitement Observance Attitude familiale, support familial Accès au traitement psychosocial Alliance thérapeutique Organisation du programme de traitement

12 Base d un model intégré de PEC Le but est d'offrir une intervention à long terme et un soutien à la réadaptation des deux troubles, dans un cadre continu Les interventions en santé mentale et en toxicomanie doivent être combinées par la même équipe de cliniciens Les plans de traitement seront individualisés, et le traitement doit être coordonné à travers les services internes, externes et résidentiels La liaison sera assurée entre le système de santé mentale et les autres systèmes ( Drake, Antosca, Noordsy, Bartels et Osher, 1991) Les programmes intégrés doivent être implantés dans des services psychiatriques, des structures de jour et des services post cure

13 Ce qui existe en Algérie Les interventions en santé mentale et en toxicomanie ne sont pas combinées par la même équipe de cliniciens et sur le plan des structures (projection: 56 CIST, 15 centres de désintoxication) Les plans de traitement sont individualisés mais non coordonnés à travers les services internes, externes Insuffisance de liaison entre le système de santé mentale et les autres systèmes (justice, éducation, social, professionnel ) Absence de consensus entre les professionnels, bailleurs de fond et usagers

14 Propositions Sensibiliser le personnel des services de santé mentale à la nécessité de dépister et d évaluer les problèmes de consommation de drogue Former les intervenants des réseaux de la toxicomanie et de la santé mentale aux aspects de base de la comorbidité

15 Développer des interventions spécifiques à l Algérie inspirées de la littérature et les connaissances cliniques Développer des programmes spécialisés de traitement intégré Organiser un système de prise en charge de ces patients, depuis le dépistage jusqu au suivi Favoriser les échanges d expertise et la mise à profit de l expérience acquise nationale et internationale Envisager le développement des services dans une perspective inter-sectorielle

16 Principes de la réadaptation psychosociale Objectifs Conditions générales Moyens Amélioration du fonctionnement psychosocial de la personne Vise la modification de l'environnement Espoir Doit se faire dans le respect des valeurs de la personne Participation active de la personne Opportunité d'effectuer des choix Les conditions de la réadaptation doivent être ceux de la communauté Apprentissage d'habiletés requises Interventions personnalisées et adaptées Une certaine dépendance conduira à une indépendance dans le futur

17 Merci

SOIREE D INFORMATION SUR LA SANTE DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE EN ALSACE

SOIREE D INFORMATION SUR LA SANTE DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE EN ALSACE Strasbourg, 18 janvier2017 SOIREE D INFORMATION SUR LA SANTE DES POPULATIONS EN SITUATION DE PRECARITE EN ALSACE Psychiatrie, addictions et précarité Dr Laurent MICHEL Centre Pierre Nicole, Paris Comorbidité

Plus en détail

MADOUI FZ /BENAZOUZ M /LARABA A /BENELMIR S 14 ET 15 MAI 2008 ORAN

MADOUI FZ /BENAZOUZ M /LARABA A /BENELMIR S 14 ET 15 MAI 2008 ORAN La comorbidité Consommation de drogue et troubles Psychiatriques MADOUI FZ /BENAZOUZ M /LARABA A /BENELMIR S 14 ET 15 MAI 2008 ORAN Définition La comorbidité, ou «diagnostic associé», a été définie par

Plus en détail

EXEMPLE D ORGANISATION DES SOINS EN FRANCE : LA PRISE EN CHARGE DES ADDICTIONS

EXEMPLE D ORGANISATION DES SOINS EN FRANCE : LA PRISE EN CHARGE DES ADDICTIONS COOPERATION INTERNATIONALE FRANCO-RUSSE 2011-2012 : DGOS CH Sainte Anne Institut V.M. Bekhterev SAINT PETERSBOURG 2-3/02/2012 PRISE EN CHARGE DES ADDICTIONS ET DES PATHOLOGIES PSYCHIATRIQUES CHRONIQUES

Plus en détail

Idées reçues et réalités sur la santé mentale. Psycom décembre 2013

Idées reçues et réalités sur la santé mentale. Psycom décembre 2013 Idées reçues et réalités sur la santé mentale 1 Idée reçue Les problèmes de santé mentale ne me concernent pas. 2 Selon l OMS, les troubles mentaux concernent environ une personne sur quatre. Aucune famille

Plus en détail

Les expressions psychiatriques du SIDA. Dr. Gilles P. DELATOUR, Psychiatre

Les expressions psychiatriques du SIDA. Dr. Gilles P. DELATOUR, Psychiatre Les expressions psychiatriques du SIDA Dr. Gilles P. DELATOUR, Psychiatre objectifs Présenter succintement l épidemiologie du VIH/SIDA; Sensibiliser l auditoire à l augmentation des risques de troubles

Plus en détail

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15

Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 Sommaire PARTIE 1 : GÉNÉRALITÉS... 15 N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée...17 Rappel sémiologique...18 Les troubles mentaux...20 La gravité

Plus en détail

LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE

LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE LES FACTEURS CONTEXTUELS INFLUENÇANT LE MODÈLE DE HIÉRARCHISATION DES SOINS MIS EN PLACE SUR LE TERRITOIRE DU CSSS LUCILLE- TEASDALE Véronique Wilson, ergothérapeute-hôpital Maisonneuve- Rosemont, candidate

Plus en détail

UE 2.6 S5 : Processus psychopathologiques. Compétence 4 : Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique.

UE 2.6 S5 : Processus psychopathologiques. Compétence 4 : Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique. UE 2.6 S5 : Processus psychopathologiques. Compétence 4 : Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique. Promotion Bachelard Année 2014 / 2015 MBG / CPa / CY Pré requis : UE 2.6.S2

Plus en détail

Tabac et Psychiatrie : aspects cliniques

Tabac et Psychiatrie : aspects cliniques Tabac et Psychiatrie : aspects cliniques Dr Laurent MICHEL Centre de traitement des addictions Hôpital Emile Roux Limeil-Brévannes Comorbidité psychiatrique population générale Farrell et al (2001) Br

Plus en détail

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?»

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» «Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» Journée de sensibilisation à la détection et au traitement précoce des premières psychoses Rivière-du-Loup, le 10 octobre 2014 Dre Sophie L Heureux Membre du

Plus en détail

Benzodiazépines et anxiété Où est le problème?

Benzodiazépines et anxiété Où est le problème? Benzodiazépines et anxiété Où est le problème? Dr Fatséas Département d addictologie RéNAPSUD, Agir 33, mardi 16 Septembre 2008 Introduction (1) Benzodiazépines Médicaments psychotropes les plus utilisés

Plus en détail

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques.

Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. INSIGHT Intérêts d un programme d éducation thérapeutique chez les patients schizophrènes Equipe de l hôpital de jour CMPB CHU Clermont-Ferrand Schizophrénie : 3 dimensions symptomatiques. Symptômes positifs

Plus en détail

Conduites suicidaires et troubles liés à l usage de substances (TLUS)

Conduites suicidaires et troubles liés à l usage de substances (TLUS) Conduites suicidaires et troubles liés à l usage de substances (TLUS) Dr S.Guillaume Service de Psychologie Médicale & Psychiatrie CHU Montpellier Les troubles psychiatriques sont les principaux facteurs

Plus en détail

Les méconnus parmi les oubliés : Les jeunes adultes porteurs du TDAH

Les méconnus parmi les oubliés : Les jeunes adultes porteurs du TDAH Les méconnus parmi les oubliés : Les jeunes adultes porteurs du TDAH Dr Pierrette ESTINGOY Praticien Hospitalier, Secteur 69G33, C.H. Le Vinatier Les 7 ème rencontres de Réh@b «Des outils et des hommes»

Plus en détail

module six Addictologie

module six Addictologie module six Addictologie Addictologie 1. Pour comprendre 1.1. Qu est qu une addiction? L addiction a été définie en 1990 comme «un processus par lequel un comportement, pouvant permettre à la fois une production

Plus en détail

Collaboration interprofessionnelle en santé mentale: travailleur social et psychiatre répondant

Collaboration interprofessionnelle en santé mentale: travailleur social et psychiatre répondant Collaboration interprofessionnelle en santé mentale: travailleur social et psychiatre répondant Marie Josée Chouinard MD PhD Psychiatre répondant CSSS Pierre Boucher Claude Potvin B.T.S Travailleur social

Plus en détail

Quelles pratiques de soins grés s addictologiques en psychiatrie? Dr Michaël BISCH Strasbourg,Le 29 novembre2014

Quelles pratiques de soins grés s addictologiques en psychiatrie? Dr Michaël BISCH Strasbourg,Le 29 novembre2014 Quelles pratiques de soins intégr grés s addictologiques en psychiatrie? Dr Michaël BISCH Strasbourg,Le 29 novembre2014 Liens d intd intérêt Liens Investigateur recherche Orateur/Participation à congrès/formation

Plus en détail

L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité. F. PAILLE Nancy

L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité. F. PAILLE Nancy L Alcoologie en Médecine Générale et en milieu hospitalier de proximité F. PAILLE Nancy Risque d usage nocif et de dépendance = Interactions : Produit (P) x Individu (I) x Environnement (E) P = facteurs

Plus en détail

Prise en charge des addictions dans un service. Dr Patrick Bendimerad Praticien Hospitalier CH La Rochelle

Prise en charge des addictions dans un service. Dr Patrick Bendimerad Praticien Hospitalier CH La Rochelle Prise en charge des addictions dans un service Dr Patrick Bendimerad Praticien Hospitalier CH La Rochelle Plan Introduction Problématique des patients addicts dans les services de psychiatrie Les comorbidités

Plus en détail

Approche psychosociale. Écoute, empathie, soutien

Approche psychosociale. Écoute, empathie, soutien Approche psychosociale Écoute, empathie, soutien Approche psychosociale principes! Approche interdisciplinaire et collaborative avec le client et ses proches! Une seule et même équipe prend en charge le

Plus en détail

Les troubles concomitants et la schizophrénie: une stratégie nationale de sensibilisation

Les troubles concomitants et la schizophrénie: une stratégie nationale de sensibilisation Les troubles concomitants et la schizophrénie: une stratégie nationale de sensibilisation Définition du trouble concomitant Combinaison d un problème de santé mentale et d une dépendance ou d un abus de

Plus en détail

Education thérapeutique du patient

Education thérapeutique du patient Présentation du dispositif de réhabilitation Rhône Alpes Centre 2 juin 2016 Education thérapeutique du patient S.MANGIN (IDE) Dr M.BONAÏTI Département de réhabilitation psychosociale Définitions - Objectifs

Plus en détail

Restitution des ateliers Modérateur : Dr Jean-Pierre DAULOUEDE

Restitution des ateliers Modérateur : Dr Jean-Pierre DAULOUEDE Samedi 19 novembre 2016 10h30-11h30 Restitution des ateliers Modérateur : Dr Jean-Pierre DAULOUEDE Comorbidités psychiatriques : que nous révèle la partie immergée de l iceberg? Pr Amine BENYAMINA, Pr

Plus en détail

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire

la plupart des patients vivent dans la cité certains travaillent, le plus souvent en milieu protégé, parfois en milieu ordinaire Le handicap psychique : complémentarité des approches médicale et médico-sociale Jean-Marie Danion Plan Définition de la notion de handicap psychique Contexte historique de l émergence de cette notion

Plus en détail

Psychose chez le patient âgé

Psychose chez le patient âgé Psychose chez le patient âgé Gérontopsychiatrie Guy Léveillé, psychiatre, CHUM Angela Geloso, psychiatre, HLHL 18 janvier 2011 HLHL PLAN Généralités Épidémiologie Diagnostics possibles Historique Plan

Plus en détail

L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1

L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1 L alcool chez nos aînés en institution J E U D I 1 8 M A I 2 0 1 7 D O C T E U R E M I L I E M A U T R E T P S Y C H I A T R E 5 9 G 0 1 INTRODUCTION LE SUJET AGE QUI S ALCOOLISE Vulnérabilité du sujet

Plus en détail

Les traitements psychothérapiques et mesures psycho-éducatives dans le trouble bipolaire. Dr. Giachetti et col. Clinique Aufrery

Les traitements psychothérapiques et mesures psycho-éducatives dans le trouble bipolaire. Dr. Giachetti et col. Clinique Aufrery Les traitements psychothérapiques et mesures psycho-éducatives dans le trouble bipolaire. Dr. Giachetti et col. Clinique Aufrery Deuxième congrès s de la SOCIETE FRANCO- ALGERIENNE DE PSYCHIATRIE - Mai

Plus en détail

Table des matières. Abréviations 9

Table des matières. Abréviations 9 Abréviations 9 QUESTIONS Méthodologie 13 1. La relation médecin-malade dans le cadre du colloque singulier ou au sein d une équipe, le cas échéant pluri-professionnelle. La communication avec le patient

Plus en détail

Quelles Représentations soignantes pour quelles prises en charge de tabac en psychiatrie en 2016?

Quelles Représentations soignantes pour quelles prises en charge de tabac en psychiatrie en 2016? Quelles Représentations soignantes pour quelles prises en charge de tabac en psychiatrie en 2016? Dr R. SEMAL Service d addictologie, Pôle de psychiatrie Centre Hospitalier de Valenciennes, France. Liens

Plus en détail

Traitement des TB: entre théorie et pratique

Traitement des TB: entre théorie et pratique Traitement des TB: entre théorie et pratique Pr SEMAOUNE, Dr MAMMERI HOPITAL CENTRAL DE L ARMEE Introduction Avant l introduction du lithium, les neuroleptiques étaient l un des principaux agents disponibles

Plus en détail

UE 2.6 S2 : Processus psychopathologiques. Promotion HAMILTON Année 2015/2018 A.F / MB.G / P.K / C. Pa

UE 2.6 S2 : Processus psychopathologiques. Promotion HAMILTON Année 2015/2018 A.F / MB.G / P.K / C. Pa UE 2.6 S2 : Processus psychopathologiques. Compétence 4 : Mettre en œuvre des actions à visée diagnostique et thérapeutique. Promotion HAMILTON Année 2015/2018 A.F / MB.G / P.K / C. Pa Pré requis : UE

Plus en détail

Développement d un programme spécialisé dans le traitement de la phase précoce des troubles psychotiques

Développement d un programme spécialisé dans le traitement de la phase précoce des troubles psychotiques Programme TIPP Traitement et Intervention dans la Phase précoce des troubles Psychotiques Catherine Reymond Wolfer Infirmière cadre Section «E. Minkowski» Service de psychiatrie générale DP- CHUV Développement

Plus en détail

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris

Illustrations cliniques. Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique et social Département de Soins de Support INSTITUT CURIE, Paris FÉDÉRER Séminaire LA SHS RECHERCHE : Décisions, normes ET L INNOVATION et éthique dans MÉDICALE le cancer EN CANCÉROLOGIE Illustrations cliniques Sylvie Dolbeault, psychiatre Chef du Pôle Psycho-oncologique

Plus en détail

DEPISTAGE TARDIF DE LA SCHIZOPHRENIE CHEZ LES PATIENTS ADDICTS ET POLYDEPENDANTS

DEPISTAGE TARDIF DE LA SCHIZOPHRENIE CHEZ LES PATIENTS ADDICTS ET POLYDEPENDANTS Dr.Karine Bartolo PROTOX Service d Addictologie CHU Sainte Marguerite Marseille DEPISTAGE TARDIF DE LA SCHIZOPHRENIE CHEZ LES PATIENTS ADDICTS ET POLYDEPENDANTS . DEPISTAGE TARDIF DE LA SCHIZOPHRENIE CHEZ

Plus en détail

Expérience de prise en charge Maison d arrêt de Varces Isère

Expérience de prise en charge Maison d arrêt de Varces Isère Recommandations de prise en charge des hépatites B & C en milieu carcéral. Quels accès? Quels accompagnements? Expérience de prise en charge Maison d arrêt de Varces Isère Dr MN Hilleret CHU Grenoble Prométhée

Plus en détail

Dr Hejer HEMISSI Psychiatre, secteur 1

Dr Hejer HEMISSI Psychiatre, secteur 1 Dr Hejer HEMISSI Psychiatre, secteur 1 PLAN I- Introduction II- Critères diagnostiques DSM5 III- Prise en charge: modèle bio-psycho-social 1- Traitements pharmacologiques a- Traitements des épisodes thymiques

Plus en détail

Table des matières. - Présentation du cas 3. - Le patient 4. - Exercice 5. - Exercice : Les différents symptômes 6. - Exercice 7. - Un an après...

Table des matières. - Présentation du cas 3. - Le patient 4. - Exercice 5. - Exercice : Les différents symptômes 6. - Exercice 7. - Un an après... Schizophrénie Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Les différents symptômes 6 Exercice 7 Un an après... 8 Exercice : Objectifs Thérapeutiques 9 Exercice 10 Exercice

Plus en détail

Lien entre suicide et jeu pathologique Réflexion sur l utilisation des services

Lien entre suicide et jeu pathologique Réflexion sur l utilisation des services Lien entre suicide et jeu pathologique Réflexion sur l utilisation des services Monique Séguin Ph.D. Université du Québec en Outaouais Groupe McGill d études sur le suicide, Hôpital Douglas, Université

Plus en détail

Arrêter le traitement par benzodiazépines de la personne âgée : enjeux & réflexions. Daniel Antier, Pharmacien PU-PH CHRU de Tours

Arrêter le traitement par benzodiazépines de la personne âgée : enjeux & réflexions. Daniel Antier, Pharmacien PU-PH CHRU de Tours Arrêter le traitement par benzodiazépines de la personne âgée : enjeux & réflexions Daniel Antier, Pharmacien PU-PH CHRU de Tours 1 La consommation des BZD par les sujets âgés : données de la littérature

Plus en détail

Traitement intensif à domicile

Traitement intensif à domicile Traitement intensif à domicile Juin 2016 Histoire de cas Mise en contexte Mission Critères/contre-indications Phases du suivi Particularités d un suivi TIBD Quelques résultats Quelques pistes pour optimiser

Plus en détail

Retour sur le dispositif d enquête et comparaison des cotations par le MINI aux évaluations cliniques

Retour sur le dispositif d enquête et comparaison des cotations par le MINI aux évaluations cliniques Retour sur le dispositif d enquête et comparaison des cotations par le MINI aux évaluations cliniques Christine Chan Chee 1, Marie-Jeanne Guedj 2 1 Institut de Veille Sanitaire, 2 Hôpital Sainte Anne Contexte

Plus en détail

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA

Les facteurs de risque des céphalées. A. Belaid EHS CHERAGA Les facteurs de risque des céphalées A. Belaid EHS CHERAGA Introduction Les céphalées font partie des dix causes les plus fréquentes de consultation dans une pratique de médecine générale. Les céphalées

Plus en détail

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO-

La psychiatrie de secteur et le parcours de soins. UE.2.6 Compétence R.E NOTO- le parcours de soins UE.2.6 Compétence Introduction C est quoi? Le territoire national est découpé en zones géographiques appelées «secteurs». Le secteur est l organisation à l intérieur d un bassin de

Plus en détail

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité

Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Examiner le profil de santé des personnes consultant les services courants de santé : maladie physique chronique, trouble mental et comorbidité Identifier des conséquences à la présence de comorbidités

Plus en détail

Addiction aux médicaments psychotropes

Addiction aux médicaments psychotropes item 75 Addiction aux médicaments psychotropes (benzodiazépines et apparentés) 75 I. Introduction II. Épidémiologie III. Intoxication aiguë et usage à risque IV. Troubles addictologiques liés aux benzodiazépines

Plus en détail

L équipe santé mentale jeunesse du CSSSAM-N

L équipe santé mentale jeunesse du CSSSAM-N L équipe santé mentale jeunesse du CSSSAM-N Soins infirmiers en santé mentale jeunesse Présentation du guichet d accès SMJ Elvira Gallant inf.b.sc. 8 Mai 2008 1 Plan de la présentation 1. Plan d action

Plus en détail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail

GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER Comité de relecture. Groupe de travail GROUPES QUALITE PRISE EN CHARGE DE LA DEPRESSION DOSSIER DOCUMENTAIRE FEVRIER 2009 Groupe de travail René LE JEUNE Jean BATTINI Arnaud GANNE Jean-Yves HASCOET Comité de relecture Didier MYHIE Hervé LE

Plus en détail

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?»

«Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» «Je souffre de psychose, est-ce dangereux?» Dre Sophie L Heureux Membre du CE de l AQPPEP Psychiatre, Québec Clinique Notre-Dame des Victoires (IUSMQ) et CHAUQ Enfant-Jésus «Je souffre de psychose, est-ce

Plus en détail

ACTUALISATION DES SAVOIRS EN PSYCHIATRIE

ACTUALISATION DES SAVOIRS EN PSYCHIATRIE ACTUALISATION DES SAVOIRS EN PSYCHIATRIE Certaines situations de soins confrontent les soignants à des difficultés de compréhension ou d interprétation des comportements. Ces difficultés sont parfois associées

Plus en détail

PSYCHIATRIE PEDOPSYCHIATRIE URGENCES PSYCHIATRIQUES

PSYCHIATRIE PEDOPSYCHIATRIE URGENCES PSYCHIATRIQUES UE ECN en fiches Les Unités d Enseignement de l ECN en fiches Collection dirigée par L. LE PSYCHIATRIE PEDOPSYCHIATRIE URGENCES PSYCHIATRIQUES Astrid CHEVANCE Editions Vernazobres-Grego 99 bd de l Hôpital

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Équipes de liaison spécialisées en dépendance dans les urgences Expérience québécoise

Équipes de liaison spécialisées en dépendance dans les urgences Expérience québécoise Équipes de liaison spécialisées en dépendance dans les urgences Expérience québécoise D re Lise Archibald Québec Plan de la présentation Mise en contexte Historique des équipes de liaison et état de situation

Plus en détail

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION

RAPPORT PUBLIC D EVALUATION RAPPORT PUBLIC D EVALUATION Risperdal, comprimé pelliculé sécable, orodispersible et solution buvable (avril 2005) INTRODUCTION Le 2 mai 1995, les spécialités Risperdal 1, 2, 3 et 4 mg comprimés pelliculés

Plus en détail

Le coût des drogues illégales en Suisse

Le coût des drogues illégales en Suisse Le coût des drogues illégales en Suisse Claude Jeanrenaud Neuchâtel, juin 2006 Programme d étude sur les substances engendrant la dépendance Trois études réalisées pour l Office fédéral de la santé publique

Plus en détail

F. EL OMARI, N. TAREK, M. SABIR, J. TOUFIQ

F. EL OMARI, N. TAREK, M. SABIR, J. TOUFIQ Evaluation du traitement de substitution par la méthadone au Centre National de Traitement, de Prévention et de Recherche en Addictions de l Hôpital Arrazi de Rabat-Sale F. EL OMARI, N. TAREK, M. SABIR,

Plus en détail

5 millions de canadiens (1/7) vont éventuellement, au cours de leur vie, chercher à obtenir des soins pour un problème de santé mentale

5 millions de canadiens (1/7) vont éventuellement, au cours de leur vie, chercher à obtenir des soins pour un problème de santé mentale + 5 millions de canadiens (1/7) vont éventuellement, au cours de leur vie, chercher à obtenir des soins pour un problème de santé mentale + Mot de bienvenue Dr Jade Thériault, md FRCPC Psychiatre, CISSS-MC

Plus en détail

Les services d éd. évaluation & de traitement psychologiques. Michel Pellerin, psychologue Benoît t Pouliot, psychologue Le 8 juin 2012

Les services d éd. évaluation & de traitement psychologiques. Michel Pellerin, psychologue Benoît t Pouliot, psychologue Le 8 juin 2012 Les services d éd évaluation & de traitement psychologiques auprès s des jeunes à Domrémy my MCQ Michel Pellerin, psychologue Benoît t Pouliot, psychologue Le 8 juin 2012 Notre agenda Mieux connaître les

Plus en détail

«Troubles du comportement, conduites alimentaires, suicidaires» Dr E.Ponavoy Service de psychiatrie CHU Dijon

«Troubles du comportement, conduites alimentaires, suicidaires» Dr E.Ponavoy Service de psychiatrie CHU Dijon «Troubles du comportement, conduites alimentaires, suicidaires» Dr E.Ponavoy Service de psychiatrie CHU Dijon Conduites suicidaires Troubles du comportement alimentaire Troubles du comportement au cours

Plus en détail

Toxicomanie en Algérie: état actuel et perspectives. M. S. LAIDLI- Algérie

Toxicomanie en Algérie: état actuel et perspectives. M. S. LAIDLI- Algérie Toxicomanie en Algérie: état actuel et perspectives M. S. LAIDLI- Algérie Introduction L histoire de l irruption, la propagation et du développement de ce phénomène en Algérie: Avant 1992 Après 1992 Toxicomanie

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par arrêté du 31 mai 1999 (JO du 6 juin 1999)

AVIS DE LA COMMISSION. 26 juin Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par arrêté du 31 mai 1999 (JO du 6 juin 1999) COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 26 juin 2002 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 3 ans par arrêté du 31 mai 1999 (JO du 6 juin 1999) ZYPREXA

Plus en détail

Antipsychotiques et troubles métaboliques Etude prospective dans l inter région Nord ouest

Antipsychotiques et troubles métaboliques Etude prospective dans l inter région Nord ouest Antipsychotiques et troubles métaboliques Etude prospective dans l inter région Nord ouest Contexte clinique et scientifique Troubles métaboliques et santé : schizophrénie au devant des préoccupations

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 20 mars Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans

AVIS DE LA COMMISSION. 20 mars Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 20 mars 2002 Examen des spécialités inscrites pour une durée de trois ans par arrêté du 4 mai 1999 - (J.O. du 7 mai 1999) SOLIAN

Plus en détail

L intégration de travailleurs sociaux en GMF

L intégration de travailleurs sociaux en GMF L intégration de travailleurs sociaux en GMF TABLE LOCALE DE COORDINATION DES SERVICES MÉDICAUX, PROFESSIONNELS ET PHARMACEUTIQUES EN PREMIÈRE LIGNE 1 Adaptation d une présentation intitulée : L intégration

Plus en détail

Le traitement des troubles bipolaires

Le traitement des troubles bipolaires Le traitement des troubles bipolaires Annecy, le 7 avril 2012 Dr Niculescu Dan dr.niculescudan@gmail.com Objectifs de la présentation connaître les différentes types d interventions thérapeutiques dans

Plus en détail

La dépression majeure : comment s outiller pour mieux intervenir ensemble en première ligne!

La dépression majeure : comment s outiller pour mieux intervenir ensemble en première ligne! La dépression majeure : comment s outiller pour mieux intervenir ensemble en première ligne! Denise Aubé, INSPQ Clément Beaucage, DRSP de la Capitale-Nationale Arnaud Duhoux, INSPQ JBASM, 18 mai 2007 Objectif

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. Faculté de médecine et des sciences de la santé

UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE. Faculté de médecine et des sciences de la santé UNIVERSITÉ DE SHERBROOKE Faculté de médecine et des sciences de la santé Améliorer la détection et gestion de la dépression post-avc : Une évaluation participative Aisha Khan à été évalué par un jury composé

Plus en détail

Marie Bellemare François Gallant CIUSSS Mauricie/Centre-du-Québec. 20 octobre 2015

Marie Bellemare François Gallant CIUSSS Mauricie/Centre-du-Québec. 20 octobre 2015 Marie Bellemare François Gallant CIUSSS Mauricie/Centre-du-Québec 20 octobre 2015 Entente de partenariat entre les services externes de réadaptation en dépendance et les unités de soins psychiatriques

Plus en détail

Aspects de la santé mentale au Laos. Chantharavady Choulamany Chef-Adjoint du Service de Santé Mentale, Hôpital Mahosot 1

Aspects de la santé mentale au Laos. Chantharavady Choulamany Chef-Adjoint du Service de Santé Mentale, Hôpital Mahosot 1 Aspects de la santé mentale au Laos Chantharavady Choulamany Chef-Adjoint du Service de Santé Mentale, Hôpital Mahosot 1 Plan de la présentation 1. Situation mondiale de la santé mentale 2. Situation de

Plus en détail

Pourquoi l EM en psychiatrie?

Pourquoi l EM en psychiatrie? 20ème Rencontres du RESPADD 2015 - Paris - 26 juin 2015 Contexte et application Anne Gut-Fayand, Psychiatre a.gut@ch-sainte-anne.fr Emeric Languérand, Psychologue, Psychothérapeute e.languerand@ch-sainte-anne.fr

Plus en détail

Symposium sur l adhésion au traitement 6 novembre 2013

Symposium sur l adhésion au traitement 6 novembre 2013 Symposium sur l adhésion au traitement 6 novembre 2013 Comment l alliance thérapeutique et la collaboration interprofessionnelle peuvent contribuer à l adhésion au traitement du point de vue des proches

Plus en détail

REFUS SCOLAIRE ANXIEUX. PSYCHOMOTRICITE 2éme Annee PSYCHIATRIE andy paul - interne 05/03/2015

REFUS SCOLAIRE ANXIEUX. PSYCHOMOTRICITE 2éme Annee PSYCHIATRIE andy paul - interne 05/03/2015 REFUS SCOLAIRE ANXIEUX PSYCHOMOTRICITE 2éme Annee PSYCHIATRIE andy paul - interne 05/03/2015 HISTORIQUE 1913 : Jung, «Refus névrotique» d aller à l école. 1932 : Broadwin, variante de l école buissonnière

Plus en détail

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés

Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Modalités d arrêt des benzodiazépines et médicaments apparentés chez le patient âgés Recommandations professionnelles HAS Octobre 2007. Cycle recommandations AMMPPU - Les patients concernés patients âgés

Plus en détail

Partie 1. Points importants sur la psychiatrie pour comprendre la suite

Partie 1. Points importants sur la psychiatrie pour comprendre la suite Partie 1 Points importants sur la psychiatrie pour comprendre la suite Chapitre n 1 Troubles psychiatriques Item n 59 Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne

Plus en détail

La consommation de substances psychoactives chez les jeunes des écoles secondaires du Nord de Lanaudière

La consommation de substances psychoactives chez les jeunes des écoles secondaires du Nord de Lanaudière La consommation de substances psychoactives chez les jeunes des écoles secondaires du Nord de Lanaudière Résultats de l Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire (EQSJS) 2010-2011 André

Plus en détail

M. S. LAIDLI- Algérie

M. S. LAIDLI- Algérie Toxicomanie en Algérie: état actuel et perspectives M. S. LAIDLI- Algérie Introduction L histoire de l irruption irruption, la propagation et du développement de ce phénomène en Algérie : Avant 1992 Après

Plus en détail

Place du Service de Médecine légale et sociale du CHUGA En Gérontopsychiatrie

Place du Service de Médecine légale et sociale du CHUGA En Gérontopsychiatrie Mardi de Gérontopsychiatrie Place du Service de Médecine légale et sociale du CHUGA En Gérontopsychiatrie Pr V SCOLAN Présentation du service Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes Présentation

Plus en détail

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES

sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES Pour un autre regard sur les troubles mentaux Réalité du vécu contre les idées reçues 1 CENTRE HOSPITALIER ESQUIROL LIMOGES PASS Mobile Santé Mentale et Précarité 10 rue du petit tour 87000 Limoges 05

Plus en détail

Comment fonctionne la CNEDiMTS

Comment fonctionne la CNEDiMTS Comment fonctionne la CNEDiMTS L évaluation des dossiers de demande d inscription sous nom de marque sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables La Commission nationale d évaluation des dispositifs

Plus en détail

Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique. Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse

Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique. Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse Intérêt et spécificités de la prise en charge oncogériatrique Dr Stéphane GERARD, hôpital Garonne, Gérontopôle, CHU de Toulouse Le vieillissement La fragilité Questionnaire G8 L évaluation gériatrique

Plus en détail

1. Introduction. - La thérapie institutionnelle basée sur :

1. Introduction. - La thérapie institutionnelle basée sur : CMS Les Bruyères à Letra : Présentation et évolution du Centre Carole Mazoyer, Directrice du Centre, Malorie Monier et Michèle Munier, Psychologues (février 2008) 1. Introduction But de cette intervention

Plus en détail

Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le

Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le Pour un autre regard sur la santé mentale. Organisé par le Les SISM qu est-ce que c est? Créée en 1990, la Semaine d Information sur la santé mentale est un événement annuel qui s adresse au grand public,

Plus en détail

Troubles Psychiatriques et VIH Dr Gaël FOULDRIN

Troubles Psychiatriques et VIH Dr Gaël FOULDRIN Troubles Psychiatriques et VIH Dr Gaël FOULDRIN Pôle de Psychiatrie de Rouen Rive Droite CH du Rouvray et CHU C. Nicolle Psychologie médicale et VIH Particularités du fonctionnement psychique lors des

Plus en détail

L Annonce diagnostique en psychiatrie

L Annonce diagnostique en psychiatrie L Annonce diagnostique en psychiatrie 1 Dr DOMINIQUE JANUEL Chef de pole 93 G03 EPS DE VILLE EVRARD À ST DENIS 5 rue du Dr Delafontaine Saint Denis Définition Diagnostic : Identification d une maladie

Plus en détail

Étude nationale sur les comportements violents chez les schizophrenes

Étude nationale sur les comportements violents chez les schizophrenes Gaud MA DCEM4 Étude nationale sur les comportements violents chez les schizophrenes J Swanson et al article original, The archives general of psychiatry, mai 2006 Pour le grand public, les maladies mentales

Plus en détail

FACTEURS INFLUENÇANT LA COMPLIANCE AU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX CHEZ LES PATIENTS SCHIZOPHRÈNES

FACTEURS INFLUENÇANT LA COMPLIANCE AU TRAITEMENT MÉDICAMENTEUX CHEZ LES PATIENTS SCHIZOPHRÈNES OBSERVANCE THÉRAPEUTIQUE Bien qu un traitement continu par antipsychotiques soit toujours considéré comme la référence pour les patients souffrant de schizophrénie, bon nombre de ces patients font preuve

Plus en détail

Comment envisager les soins des troubles psychologiques et comportementaux des démences en médecine générale?

Comment envisager les soins des troubles psychologiques et comportementaux des démences en médecine générale? UNIVERSITE DE POITIERS Département de Médecine Générale Faculté de Médecine et de Pharmacie Comment envisager les soins des troubles psychologiques et comportementaux des démences en médecine générale?

Plus en détail

6ème Journée Régionale de Pharmacovigilance et d Addictovigilance, 6 octobre 2016 «Vigilances et Psychiatrie»

6ème Journée Régionale de Pharmacovigilance et d Addictovigilance, 6 octobre 2016 «Vigilances et Psychiatrie» 6ème Journée Régionale de Pharmacovigilance et d Addictovigilance, 6 octobre 2016 «Vigilances et Psychiatrie» Méthylphénidate et TDAH TDAH - Pathologie neurodéveloppementale, survenant enfance, qui s amende

Plus en détail

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles

Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Les nouveaux rôles des infirmières cliniciennes et praticiennes dans le suivi des clientèles Carole Mercier, inf., M.Sc. Directrice-conseil Direction des affaires externes et des statistiques sur l effectif,

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Première partie ÉPIDÉMIOLOGIE ET SÉMIOLOGIE

TABLE DES MATIERES. Première partie ÉPIDÉMIOLOGIE ET SÉMIOLOGIE TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 Définition de la boulimie 2 Principales conceptions psychopathologiques de la boulimie 3 Présentation de l'étude du Réseau de recherche clinique sur la boulimie 4 Présentation

Plus en détail

ACTION POIDS-SANTÉ PROTOCOLE D INTERVENTIONS MULTIDISCIPLINAIRES

ACTION POIDS-SANTÉ PROTOCOLE D INTERVENTIONS MULTIDISCIPLINAIRES /1 ACTION POIDS-SANTÉ PROTOCOLE D INTERVENTIONS MULTIDISCIPLINAIRES LOUISE PERRON, INFIRMIÈRE EN SANTÉ MENTALE, DÉPARTEMENT DE PSYCHIATRIE DE L HÔPITAL L ENFANT-JÉSUS, VILLE DE QUÉBEC, QUÉBEC Les nouvelles

Plus en détail

Analyser les disparités de prise en charge en psychiatrie : forces et faiblesses du système d information

Analyser les disparités de prise en charge en psychiatrie : forces et faiblesses du système d information www.irdes.fr Analyser les disparités de prise en charge en psychiatrie : forces et faiblesses du système d information Magali Coldefy Mission d information sur la santé mentale et l avenir de la psychiatrie

Plus en détail

Hospitalisation en Gérontopsychiatrie ou en Psychogériatrie. Docteur Amel Benzitoun Claire Lecornu, neuropsychologue

Hospitalisation en Gérontopsychiatrie ou en Psychogériatrie. Docteur Amel Benzitoun Claire Lecornu, neuropsychologue Hospitalisation en Gérontopsychiatrie ou en Psychogériatrie Docteur Amel Benzitoun Claire Lecornu, neuropsychologue Définitions La géronto-psychiatrie : La psychiatrie du sujet âgé Psycho-gériatrie Ambiguïté

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES DE SANTE MENTALE DE LA CORPORATION SANITAIRE DU PARC TAULÍ INTRODUCTION

EVALUATION DES SERVICES DE SANTE MENTALE DE LA CORPORATION SANITAIRE DU PARC TAULÍ INTRODUCTION EVALUATION DES SERVICES DE SANTE MENTALE DE LA CORPORATION SANITAIRE DU PARC TAULÍ. 1 1. INTRODUCTION Le Service de Santé Mentale du Parc Taulí est composé d un ensemble de dispositifs qui se regroupent

Plus en détail

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand

Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand Faculté de Médecine - Clermont-Ferrand DEPISTAGE DE LA BRONCHO-PNEUMOPATHIE CHRONIQUE OBSTRUCTIVE EN MEDECINE GENERALE PAR MINI-SPIROMETRIE ELECTRONIQUE ETUDE DE PREVALENCE parmi des patients à risque

Plus en détail

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS

Trouble bipolaire module 2 Toulouse Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé PARIS Trouble bipolaire module 2 Toulouse 2008 Docteur Christine MIRABEL Service du Professeur ROUILLON 100 rue de la Santé 75014 PARIS Partie 1 Les programmes TCC spécifiques au trouble bipolaire TABLEAU COMPARATIF

Plus en détail

Définitions. Prédiction vs. évaluation du risque. Pourquoi repérer le risque suicidaire - chez qui? ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE ECN : ITEM 44

Définitions. Prédiction vs. évaluation du risque. Pourquoi repérer le risque suicidaire - chez qui? ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE ECN : ITEM 44 ÉVALUATION DU RISQUE SUICIDAIRE ECN : ITEM 44 Pourquoi repérer le risque suicidaire - chez qui? Épidémiologie : Incidence annuelle du suicide : 10-30 / 100 000 (> 10 000 en France) 2% de la mortalité générale

Plus en détail

CIRCUIT DU MEDICAMENT ERREURS MEDICAMENTEUSES ET IATROGENESE.

CIRCUIT DU MEDICAMENT ERREURS MEDICAMENTEUSES ET IATROGENESE. CIRCUIT DU MEDICAMENT ERREURS MEDICAMENTEUSES ET IATROGENESE. INTRODUCTION Le circuit du médicament en milieu hospitalier. (photo) De façon schématique Beaucoup d intervenants, et de phases différentes

Plus en détail

REPERER LE TROUBLE DU DEFICIT DE L ATTENTION/HYPERACTIVITE (TDA/H) EN CONSULTATION D ADDICTOLOGIE

REPERER LE TROUBLE DU DEFICIT DE L ATTENTION/HYPERACTIVITE (TDA/H) EN CONSULTATION D ADDICTOLOGIE REPERER LE TROUBLE DU DEFICIT DE L ATTENTION/HYPERACTIVITE (TDA/H) EN CONSULTATION D ADDICTOLOGIE Les enjeux diagnostiques à partir de trois cas cliniques Genève, le 18 Octobre 2012 1 J. Cholet, M. Grall-Bronnec,

Plus en détail

LETTRE DU RESEAU ADDICTIONS

LETTRE DU RESEAU ADDICTIONS Diffusion électronique : 3242 ex. N 75 AVRIL 2014 LETTRE DU RESEAU ADDICTIONS ÉDITO par Mme le Dr Sylvie BRUN Depuis une quinzaine d années que de changements En 1996, il était une fois la création des

Plus en détail