Direction des routes Service expertise ETUDE DES MURS DE SOUTENEMENT EN MACONNERIE DE PIERRES SECHES. B. Villemus

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Direction des routes Service expertise ETUDE DES MURS DE SOUTENEMENT EN MACONNERIE DE PIERRES SECHES. B. Villemus"

Transcription

1 Direction des routes Service expertise ETUDE DES MURS DE SOUTENEMENT EN MACONNERIE DE PIERRES SECHES B. Villemus

2 INTRODUCTION Maçonnerie sans liant. Règles de l art essentielles. Technique ancestrale répandue à travers le monde. Régions démunies : mise en œuvre sans eau ni ciment Europe méditerranéenne : - préservation du patrimoine, de l environnement, des paysages... - absence de cadre technique suffisant pour établir des documents reconnus Connaissance scientifique nécessaire

3 QUELQUES DISPOSITIONS TECHNIQUES

4 PLAN DE LA DEMARCHE Etude théorique de la stabilité I - Stabilité externe Le mur en pierre sèche doit se comporter comme un monolithe Utilisation du cadre des murs poids II - Stabilité interne Conditions pour garantir le quasi-monolithisme du mur Coefficients de stabilité interne Etude expérimentale III - Essais en laboratoire Trois niveaux : - pierres - interfaces - maçonnerie elle-même (simplifiée) Résultats expérimentaux IV - Essais sur murs d échelle 1 en calcaire Validation du modèle V - Essais sur mur d échelle 1 en schiste Pierres plus élancées, mur plus régulier Vérification et enrichissement des résultats

5 Etude théorique de la stabilité I - STABILITE EXTERNE 1 - Hypothèses mur γm H coin de rupture de Coulomb R remblai ϕr γr V M O Fondations rigides. Problème plan (transversalement au mur). Cadre des murs-poids pour un mur monolithe (faibles déplacements). Torseur M,V et H des efforts en O (milieu de la base) - R : résultante - V : composante verticale - H : composante horizontale - M : moment résultant Excentricité par rapport à O : e=m/v

6 I - STABILITE EXTERNE 2 - Stabilité au renversement Excentricité relative : k =excentricité/base Règle du «tiers central» : k < 1/6 Fondation rigide : k < 1/4 Rupture certaine : k > 1/2 R R O e=b/6 B k=1/2 k=1/4 O B

7 II - STABILITE INTERNE 1 - Problématique R O e=b/2 B Limites du comportement quasi-monolithique du mur Modes probables de rupture interne découplés : glissement interne renversement interne Coefficients de stabilité correspondants

8 II - STABILITE INTERNE 3 - Glissement interne sens positif y=0 V chargement H H V (cm=0) H=V.tan(ϕM) α ω Θ=ω-α ω y y Fg(y,ω )= α=0 V(y,ω ).tan(ϕ M ω ) H(y,ω ) Glissement selon la stratification? Cinématique enrichie : glissement potentiel incliné de ω ω peut s expliquer par l existence de Θ (rotation locale) Fg ne prend pas en compte la perturbation géométrique Rupture certaine pour : Fg (y, ω) < 1

9 III - ESSAIS DE LABORATOIRE 2 - Essais de cisaillement b - Essais de cisaillement inter-lits V H u V H V hauteur du mur H poussée du remblai u déplacement horizontal du lit de pierre soumis à V et H

10 IV - ESSAIS DE CHARGEMENT DE MURS EN TAILLE REELLE (CALCAIRE) 1 - Mise au point a - Principe Collaboration entre maçons, associations, collectivités territoriales, ministères. Construction des murs selon les règles de l art avec la pierre calcaire de St-Gens. Chargement par pression d eau (distribution connue). Instrumentation : capteurs et stéréophotogrammétrie. b - Objectifs Faire varier la géométrie des murs Faire varier l inclinaison des lits de pierres

11 2 - Construction des murs et caractéristiques b=1,2m f1=15% h=4m b=0,6m b=0,9m b=0,65m f1=15% mur 1 f1=12% mur 2 α=0 mur 3 α=0 longueur (m) mur 4 α=0 α=-4,5 mur 1 mur 2 mur 3 mur épaisseur B en pied (m) 0,9 0,9 1,8 0,9 pierres : γs (kn/m3) 21,0 21,0 21,0 21,0 γm (kn/m3) 15,4 15,0 15,7 16,0 vides 25% 27% 24% 23% indice des vides e 0,33 0,37 0,32 0,30 remarques h=2m pierres humides pierres humides

12 3 - Chaîne de mesure a - Principe Voie 11 déplacement horizontal u hauteur d eau hw Voie 10, h10=360cm Voie 9, h9=238,5cm mur en pierres sèches Voie 8, h8=146,5cm «mur 3» Voie 7, h7=75,5cm Voie 6, h6=55,5cm Voie 5, h5=38cm Voie 4, h4=21cm Voie 0 Voie 1 Voie 2 Voie 3 alimentation +10V continu pont de jauge acquisition avec ESAM

13 4 - Résultats bruts de la stéréophotogrammétrie

14 d - Evolution du profil du parement externe position verticale y des cibles de mesures par rapport à la fondation (cm) initial k=0,1 140 k=1/6 120 k=0, k=0, position horizontalex / à l'arrière du mur (cm) 200

15 f - Etude des mesures stéréophotogrammétriques

16 6 - Bilan de la mesure cinématique du mur 3 a - Méthode expérimentale Faibles déplacements : mesures par capteur et par stéréophotogrammétrie identiques. Grands déplacements : 15% de différence et conservation de l allure de la déformée. méthodes complémentaires et fiables b - Résultats Domaine de comportement quasi-monolithique (pour k<1/4) Rupture par glissement interne qui ne coïncide pas avec la stratification : ω=11,5 (α=0 ) - non visible sur les modèles réduits - explicable par l existence d une rotation locale: Θ=ω-α

17 V - ESSAIS DE CHARGEMENT DE MURS EN TAILLE REELLE (SCHISTE) 1 - Principe Continuité de la campagne expérimentale précédente Construction des murs selon les règles de l art avec le schiste de «Galta» 2 - Objectifs Vérifier les résultats déjà obtenus pour une maçonnerie différente : - pierres plus élancées, moins résistantes, moins frottantes - maçonnerie plus régulière Enrichir les données expérimentales

18 3 - Construction du mur et caractéristiques b=1,16m b=1,2m f1=15% f1=15% h=4m h=4,25m mur 3 mur 5 α=0 α=-8,5 mur 3 mur 5 longueur (m) 3 2 épaisseur B en pied (m) 1,8 0,9 pierres : γs (kn/m3) 21,0 26,5 γm (kn/m3) 15,7 18,0 vides 24% 32% indice des vides e 0,32 0,47 assises α=0 α=-8,5

19 capteurs (milieu de la face avant) mesure manuelle (côté droit face arrière) mesure manuelle (côté gauche face arrière) y (cm) y (cm) b - Evolution du profil du parement externe état initial kr=0, kr= kr=0, kr=0,301 (état final) x (cm) u (mm) à l'état final 300

20 c - Stéréophotogrammétrie

21 e - Etude des mesures stéréophotogrammétriques

22

23

24

25 5 - Comparaison du modèle avec l expérience pour le mur 5 a - Calculs chargement limite : hw= 3,62m premier plan de glissement assises : α = - 8,5 glissement interne oui deuxième plan de glissement renversement non non k 0,31 0,31 Fr(h,0) 1,50 1,50 Fg(h- 0.1, α) 1,21 1,21 oui hauteur/fondation hg=15cm angle d inclinaison/horizontale ω=0 0,99 Fg(h-hg, α) hg=30cm Θ= ω - α Θ=8,5 Θ=11 Θ des murs en calcaire Θ=10,5 (mur 3 et 4) Θ=11 (théorique) (mur 1 et 2) ω=2,5 0,96 b - Résultats Adéquation des coefficients de stabilité Le glissement interne ne coïncide pas avec la stratification L interprétation donne une rotation locale de même ordre de grandeur que pour les murs calcaires

26 CONCLUSION a - Modèle de calcul Rustique, basé sur le calcul des murs poids Conditions de stabilité interne spécifiques : - renversement - glissement incliné de ω (différent de la stratification) b - Expérience Adéquation des coefficients de stabilité du modèle Plan de glissement interne différent de la stratification nécessité de prendre en compte l inclinaison ω du glissement potentiel - ω non prévisible a priori mais limité par la technologie constructive (boutisses, ) - interprétation : Θ = ω-α 10 Méthode expérimentale: - mesure des déplacements fiable et complémentaire (stéréo capteurs) - mesure des forces cohérente (efforts globaux) - distribution différente de l hypothèse classique c - Perspectives Analogie avec les matériaux granulaires (anisotropie et forte densité) Prédiction de ω

NOTE DE CALCUL MUR EN AILE

NOTE DE CALCUL MUR EN AILE NOTE DE CALCUL MUR EN AILE A- DESCRIPTION DE L OUVRAGE Hauteur totale Cohésion Coefficient de poussée de terre Angle de frottement interne Parement lisse Différence épaisseur du voile Poids volumique des

Plus en détail

Calcul du mur armé Données d'entrée

Calcul du mur armé Données d'entrée Calcul du mur armé Données d'entrée Projet Date : 0.08.006 Paramètres (saisie pour l'étude actuelle) Matériaux et normes Structures en béton : Coefficients EN 99-- : Maçonnerie armée : Calcul des murs

Plus en détail

Murs de soutènement Mécanique des sols appliquée - Murs de soutènement - Janvier

Murs de soutènement Mécanique des sols appliquée - Murs de soutènement - Janvier Murs de soutènement 1 Plan du cours 1. Présentation des principaux types d ouvrages et choix d une solution 2. Modélisation et dimensionnement des ouvrages 3. Rappels Poussée-butée 4. Exemple d application

Plus en détail

COMPORTEMENT D UNE FONDATION SUPERFICIELLE SUR SOL RENFORCE PAR COLONNES MIXTES : ETUDE EXPERIMENTALE

COMPORTEMENT D UNE FONDATION SUPERFICIELLE SUR SOL RENFORCE PAR COLONNES MIXTES : ETUDE EXPERIMENTALE COMPORTEMENT D UNE FONDATION SUPERFICIELLE SUR SOL RENFORCE PAR COLONNES MIXTES : ETUDE EXPERIMENTALE Présentée par: Serge LAMBERT Thèse d Hana SANTRUCKOVA dirigée par: Pierre FORAY Co encadrée par Stéphane

Plus en détail

Exemples de calculs sismiques Exemple de mur de soutènement (énoncé) T. Mary

Exemples de calculs sismiques Exemple de mur de soutènement (énoncé) T. Mary MURS_Seisme_Enonce Journées techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Exemples de calculs sismiques Exemple de mur de soutènement (énoncé)

Plus en détail

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire 2007-2008 Mécanique des sols et des roches Contrôle des connaissances 2 (Séance du 18 février 2008) CORRIGÉ Exercice 1. Résistance au cisaillement

Plus en détail

Fondations et murs. Journée technique PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE. Olivier MALASSINGNE DLR Saint Brieuc. CETE Ouest

Fondations et murs. Journée technique PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE. Olivier MALASSINGNE DLR Saint Brieuc. CETE Ouest Journée technique PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Fondations et murs Olivier MALASSINGNE DLR Saint Brieuc CETE Ouest Centre d'études Techniques de l'équipement Ouest Fondations et murs Choix du site

Plus en détail

Qualité des calculs par éléments finis

Qualité des calculs par éléments finis Qualité des calculs par éléments finis 16 mars 2011 Philippe Mestat (Ifsttar) Qu est-ce qu un bon modèle de calcul? Qu est-ce qu un modèle correct? Qualité des données Qualité du logiciel Cohérence des

Plus en détail

ANNEXE 8 Introduction au dimensionnement d un massif

ANNEXE 8 Introduction au dimensionnement d un massif ANNEXE 8 Introduction au dimensionnement d un massif 1. Introduction Le but de cette partie est d expliquer les méthodes utilisées pour permettre de calculer et de réaliser un massif dans les conditions

Plus en détail

Principes de stabilité interne et de dimensionnement

Principes de stabilité interne et de dimensionnement Principes de stabilité interne et de dimensionnement Alain GUILLOUX & Fahd CUIRA, TERRASOL (a.guilloux@terrasol.com et f.cuira@terrasol.com ) Journée d étude SBGIMR Namur 10/03/2015 Les techniques de Clouage

Plus en détail

Murs de soutènement. Gilles VALDEYRON CEREMA Département Laboratoire de Bordeaux. Fonctionnement des murs, écrans et parois

Murs de soutènement. Gilles VALDEYRON CEREMA Département Laboratoire de Bordeaux. Fonctionnement des murs, écrans et parois Murs de soutènement Fonctionnement des murs, écrans et parois Gilles VALDEYRON CEREMA Département Laboratoire de Bordeaux Date_Titre de la présentation 1 SOMMAIRE Un peu de théorie Les murs poids (murs

Plus en détail

TONDEUSE ROBOT RL500 TP 2-CI7-E4-3

TONDEUSE ROBOT RL500 TP 2-CI7-E4-3 Problématique : Transmettre une puissance suffisante aux roues motrices pour gravir et tondre une pente de 15 tout en conservant une vitesse de déplacement de 0,5 m/s (performances annoncées dans la notice

Plus en détail

Méthodes de calcul en stabilité des pentes

Méthodes de calcul en stabilité des pentes ENTPE cours Mécanique des sols 2 Méthodes de calcul en stabilité des pentes R.M. Faure Principes de base Une partie mobile du sol glisse sur une partie fixe Le frottement est défini par la loi de Coulomb

Plus en détail

ZAC ALPHONSE GUERIN VERIFICATION DE LA STABILITÉ DU MUR MAÇONNÉ

ZAC ALPHONSE GUERIN VERIFICATION DE LA STABILITÉ DU MUR MAÇONNÉ VERSION 1 NOVEMBRE 2012 ZAC ALPHONSE GUERIN VERIFICATION DE LA STABILITÉ DU MUR MAÇONNÉ Rapport SIÈGE SOCIAL PARC DE L'ILE - 15/27 RUE DU PORT 92022 NANTERRE CEDEX Agence de RENNES : 1 rue du Général de

Plus en détail

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie

Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Dimensionner les ouvrages en maçonnerie Marcel Hurez Nicolas Juraszek Marc Pelcé AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-381011-7 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12280-0 Symboles et notations A

Plus en détail

DURA Armature de poinçonnement et la norme SIA 262 révisée Juin 2013

DURA Armature de poinçonnement et la norme SIA 262 révisée Juin 2013 Plus en performance. Plus en valeur. DURA Armature de poinçonnement et la norme SIA 262 révisée Juin 2013 Sommaire Vue d ensemble du système DURA Bases de la norme de dimensionnement révisée (SIA 262:2013)

Plus en détail

Caractérisation des matériaux traités du matelas. Essais en centrifugeuse avec des matelas traités

Caractérisation des matériaux traités du matelas. Essais en centrifugeuse avec des matelas traités Caractérisation des matériaux traités du matelas Essais en centrifugeuse avec des matelas traités Umur Salih OKYAY Paris, le 04/10/2011 1 Ordre de la présentation Caractérisation des matériaux traités

Plus en détail

JOURNEE TECHNIQUE Les ponts en maçonnerie Du diagnostic àla réparation

JOURNEE TECHNIQUE Les ponts en maçonnerie Du diagnostic àla réparation Direction Territoriale Ouest JOURNEE TECHNIQUE Les ponts en maçonnerie Du diagnostic àla réparation ADSTD Fonctionnement des ouvrages en maçonnerie Bernard JACQUIER - Cerema/ Direction Territoriale Centre

Plus en détail

JOURNEE TECHNIQUE Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation

JOURNEE TECHNIQUE Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation Direction Territoriale Ouest JOURNEE TECHNIQUE Les ponts en maçonnerie Du diagnostic à la réparation ADSTD DIAGNOSTIC DE COMPORTEMENT ET D ETAT Jean-Pierre LEVILLAIN Ingénieur conseil - JPLCONSEIL L OUVRAGE

Plus en détail

Fonctionnalités du logiciel

Fonctionnalités du logiciel Fonctionnalités du logiciel Octobre V. Bernhardt 2013 Une entreprise du groupe Page 1 1 Sommaire Introduction Les principaux types de données Les principaux types de résultats Quelques exemples Page 2

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M-013

AVIS TECHNIQUE M-013 AVIS TECHNIQUE M-013 Mur de soutènement MUR CAISSON EN ACIER Fournisseur : ARMTEC Février 2009 Révisé mars 2012 AVIS TECHNIQUE M-013 MUR CAISSON EN ACIER 2 1.0 IDENTIFICATION 1.1 Présentation 1.1.1 Renseignements

Plus en détail

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire 2008-2009 Mécanique des sols et des roches Contrôle des connaissances 2 (Séance du 2 février 2009) CORRIGÉ Exercice 1. Résistance au cisaillement et

Plus en détail

2. CALCUL DES POUSSÉES SUR UN MUR DE SOUTÈNEMENT

2. CALCUL DES POUSSÉES SUR UN MUR DE SOUTÈNEMENT 2. CALCUL DES POUSSÉES SUR UN MUR DE SOUTÈNEMENT Le présent paragraphe concerne uniquement le principe de calcul des poussées, en partant de caractéristiques du terrain données qui peuvent, selon le type

Plus en détail

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches

École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire Mécanique des sols et des roches École Nationale des Ponts et Chaussées Année scolaire 2009-2010 Mécanique des sols et des roches Partie 1. Stabilité d un bloc rocheux Contrôle des connaissances 2 (Séance du 8 février 2010) N CORRIGÉ

Plus en détail

Introduction à l Eurocode 8 partie V

Introduction à l Eurocode 8 partie V Introduction à l Eurocode 8 partie V Page 1/26 Composition Eurocode 8 partie V choix du site et des sols de fondation reconnaissance et études géotechniques systèmes de fondation Fondations superficielles

Plus en détail

1ère partie : Problématique Durée : 0h15 mn. 2ème partie : Expérimentation Durée : 2h25 mn. 3ème partie : Entretien avec le jury Durée : 0h20 mn

1ère partie : Problématique Durée : 0h15 mn. 2ème partie : Expérimentation Durée : 2h25 mn. 3ème partie : Entretien avec le jury Durée : 0h20 mn Ce sujet se décompose en 3 parties : 1ère partie : Problématique Durée : 0h15 mn Cette problématique donne lieu au choix d une méthode que ous derez justifier sur le document réponse fourni. Vous derez

Plus en détail

INTRODUCTION A L EC3

INTRODUCTION A L EC3 INTRODUCTION A L EC3 L EC1993.1.1 = directives pour la vérification des sections et des éléments dans les bâtiments ; Calculs aux états limites avec la méthode des coefficients partiels sur base de combinaisons

Plus en détail

5. PRÉDIMENSIONNEMENT

5. PRÉDIMENSIONNEMENT 5. PRÉDIMENSIONNEMENT 5.1. INTRODUCTION Le calcul complet d un mur de soutènement est une œuvre assez laborieuse, le dimensionnement de l ouvrage et ses vérifications demandant une succession de calculs

Plus en détail

ETUDE D UN SOL DE FONDATION

ETUDE D UN SOL DE FONDATION 1 - INTRODUCTION Dans le cadre d une opération de construction de plusieurs bâtiments, il a été estimé que la charge la plus importante à transmettre au sol est d environ 3000 kn sous un poteau. Une reconnaissance

Plus en détail

des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure

des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Application à la pierre des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Plan de la présentation Présentation des Eurocodes Eurocode0 et Eurocode1 Eurocode6 Paramètres

Plus en détail

des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure

des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Application à la pierre des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Plan de la présentation Présentation des Eurocodes Eurocode0 et Eurocode1 Eurocode6 Paramètres

Plus en détail

Comportement au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton. Méthode de calcul simplifiée

Comportement au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton. Méthode de calcul simplifiée au feu des systèmes de plancher mixte acier-béton simplifiée Objectif de la méthode de calcul 2 3 Contenu de la présentation en situation d incendie dalles en béton armé à 20 C Modèle de dalle Modes de

Plus en détail

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1.1 Données de base 1.1.1 Principes Norme pour les calculs géotechniques : EN 1997-1:2008 Norme pour les calculs béton armé : NF EN 1992-1-1/NA:2007 Forme de la semelle

Plus en détail

F. Cuira Octobre Norme NF P = norme nationale d application de l EC7 pour la justification des écrans de soutènement

F. Cuira Octobre Norme NF P = norme nationale d application de l EC7 pour la justification des écrans de soutènement FOXTA Journée de lancement FOXTA/K-Rea v3 19 Octobre 2011 Logiciel K REA v3 Prise en compte des vérifications ELU selon la norme «Ecran» (NF P 94 282) Fahd Cuira F. Cuira Octobre 2011 Page 1 Cadre général

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M-026

AVIS TECHNIQUE M-026 AVIS TECHNIQUE M-026 Murs de soutènement MONUMENTAL Fournisseur : Techo-bloc inc. Septembre 2011 Révision avril 2012 AVIS TECHNIQUE M-026 MONUMENTAL 2 1.0 IDENTIFICATION 1.1 Présentation 1.1.1 Renseignements

Plus en détail

OAu pied. Matériaux et techniques, désordres et interventions MUR. Jean Coignet Laurent Coignet. Groupe Eyrolles, 2006 ISBN

OAu pied. Matériaux et techniques, désordres et interventions MUR. Jean Coignet Laurent Coignet. Groupe Eyrolles, 2006 ISBN Ou pied du MUR Matériaux et techniques, désordres et interventions Jean Coignet Laurent Coignet Groupe Eyrolles, 2006 ISN 978-2-212-11057-9 Structure des murs et appareillages La structure d une maçonnerie

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M 018

AVIS TECHNIQUE M 018 AVIS TECHNIQUE M 018 Mur de soutènement TERRATREL À PAROI VERTICALE Fournisseur : Société Terre Armée ltée Février 2010 Révision : Juillet 2013 AVIS TECHNIQUE M 018 TERRATREL À PAROI VERTICALE 2 1.0 PRÉSENTATION

Plus en détail

Les couches de forme traitées pour les lignes ferroviaires à grande vitesse

Les couches de forme traitées pour les lignes ferroviaires à grande vitesse Les couches de forme traitées pour les lignes ferroviaires à grande vitesse Journée technique du 8 avril 2013 «Traitement et amélioration des sols aux liants ou additifs» SNCF IGLGERI 08 avril 2013 SOMMAIRE

Plus en détail

Rapport de fondations Talren 4 Dénébola Exercice de cours

Rapport de fondations Talren 4 Dénébola Exercice de cours Rapport de fondations Talren 4 Dénébola Exercice de cours Sciences de la Terre Année scolaire 2010 2011 ST5 FABRE Vincent / GARCIA Guillermo Sommaire 1. EXERCICE DE COURS (Butons)... 2 1.1 Répartition

Plus en détail

SOMMAIRE SOMMAIRE 1 1

SOMMAIRE SOMMAIRE 1 1 SOMMAIRE 1 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION...5 1.1 Objet...5 1.2 Domaine d application...5 1.3 Contenu et utilisation...9 1.4 Conception de la fondation, vérification du sol et résistance des fixations dans

Plus en détail

Transformations du milieu continu

Transformations du milieu continu Transformations du milieu continu Extensome trie mesures du de placement relatif de deux points 2/75 Extensome trie mesures du de placement relatif de deux points 3/75 Mesures de champ mesures de champs

Plus en détail

Chapitre 6 POUSSÉE ET BUTÉE - MURS DE SOUTÈNEMENT. . la contrainte effective verticale (sur une facette horizontale) est σ v

Chapitre 6 POUSSÉE ET BUTÉE - MURS DE SOUTÈNEMENT. . la contrainte effective verticale (sur une facette horizontale) est σ v Chapitre 6 POUSSÉE ET BUTÉE - MURS DE SOUTÈNEMENT 6.1 - ÉTAT DES SOLS AU REPOS A la profondeur z sous un remblai indéfini :. la contrainte effective verticale (sur une facette horizontale) est σ v = γ.z.

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M 019

AVIS TECHNIQUE M 019 AVIS TECHNIQUE M 019 Mur de soutènement TERRATREL TALUS VÉGÉTAL Fournisseur : Société Terre Armée ltée Février 2010 Révision : Juillet 2013 AVIS TECHNIQUE M 019 TERRATREL TALUS VÉGÉTAL 2 1.0 PRÉSENTATION

Plus en détail

TD 7 : CI-5 MODÉLISER LES ACTIONS MÉCANIQUES PUIS PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFORMANCES DE SYS- TÈMES SOUMIS À DES ACTIONS MÉCANIQUES STATIQUES.

TD 7 : CI-5 MODÉLISER LES ACTIONS MÉCANIQUES PUIS PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFORMANCES DE SYS- TÈMES SOUMIS À DES ACTIONS MÉCANIQUES STATIQUES. TD 7 : CI-5 MODÉLISER LES ACTIONS MÉCANIQUES PUIS PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFORMANCES DE SYS- TÈMES SOUMIS À DES ACTIONS MÉCANIQUES STATIQUES. Exercice 1 : E.P.A.S Le véhicule porteur de l E.P.A.S. doit

Plus en détail

Christian Lassure La pierre sèche, mode d emploi

Christian Lassure La pierre sèche, mode d emploi Christian Lassure La pierre sèche, mode d emploi Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-12224-4 II Remonter un mur de soutènement / La préparation du chantier La préparation du chantier Brèche donnant

Plus en détail

Révision sur les Fondations Superficielles

Révision sur les Fondations Superficielles Révision sur les Fondations Superficielles Problème 1 La figure ci-dessous présente les conditions des sols et de la géométrie pour une semelle simple. On vous demande de dimensionner la largeur de cette

Plus en détail

Exemple d application du EN : Poutre mixte

Exemple d application du EN : Poutre mixte Exemple d application du EN 1994-1: Poutre mixte P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF Il s agit de vérifier la résistance au

Plus en détail

Les ponts en maçonnerie du diagnostic à la réparation

Les ponts en maçonnerie du diagnostic à la réparation Les ponts en maçonnerie du diagnostic à la réparation Fonctionnement des ouvrages en maçonnerie Sébastien NEIERS / Cerema Direction Territoriale Est / DOA NANCY, 24 septembre 2015 1 Matériaux constitutifs

Plus en détail

Projet BASIC essais de flambage sur murs. Prof. Dr. Daia Zwicky itec HEIA-FR HES-SO

Projet BASIC essais de flambage sur murs. Prof. Dr. Daia Zwicky itec HEIA-FR HES-SO Projet BASIC essais de flambage sur murs Prof. Dr. Daia Zwicky itec HEIA-FR HES-SO UFPB Assemblée d automne Novembre 2014 Projet BASIC Bétons Alternatifs et Systèmes Intégrés pour la Construction Objectives

Plus en détail

Code_Aster. SSNV233 Essai de torsion avec la loi de Mohr- Coulomb

Code_Aster. SSNV233 Essai de torsion avec la loi de Mohr- Coulomb Titre : SSNV233 Essai de torsion avec la loi de Mohr-Cou[...] Date : 22/10/2013 Page : 1/6 SSNV233 Essai de torsion avec la loi de Mohr- Coulomb Résumé : On réalise un essai de torsion avec la loi de Mohr-Coulomb.

Plus en détail

NOTE DE CALCUL D UN DALOT 3x4.00x4.00m

NOTE DE CALCUL D UN DALOT 3x4.00x4.00m NOTE DE CALCUL D UN DALOT 3x4.00x4.00m A- DESCRIPTION DE L OUVRAGE Epaisseur de la dalle : Epaisseur du radier : Epaisseur des voiles : Hauteur piédroits : Largeur roulable : Largeur chargeable : Nombre

Plus en détail

COMPORTEMENT DES SENSORS CÉRAMIQUES

COMPORTEMENT DES SENSORS CÉRAMIQUES Page 1/5 Note Technique - NT 02 COMPORTEMENT DES SENSORS CÉRAMIQUES Ce document à pour but de décrire le comportement typique des Sensors de Pression Céramiques de CiTy Sensors basés sur la Technologie

Plus en détail

Aménagements de cours d eau

Aménagements de cours d eau Mesures de protection des rives Eléments linéaires Eléments décomposés Murs de protection Mur de soutènement aval Mur-poids Mur plié Mur en blocs Paroi moulée Enrochements Empierrements Epis Epis en blocs

Plus en détail

Règles particulières aux constructions en bois

Règles particulières aux constructions en bois Eurocode 8 EN1998-1 Chapitre 8 Règles particulières aux constructions en bois Le bois Un bon matériau de structure pour construire en zone sismique léger => forces sismiques faibles bonne résistance en

Plus en détail

SIMULATION DU COMPORTEMENT AU SÉISME DES RÂTELIERS DE STOCKAGE DE COMBUSTIBLE

SIMULATION DU COMPORTEMENT AU SÉISME DES RÂTELIERS DE STOCKAGE DE COMBUSTIBLE SIMULATION DU COMPORTEMENT AU SÉISME DES RÂTELIERS DE STOCKAGE DE COMBUSTIBLE Fabien Grange 1, Nicolas Besson 2, Alexandre Foucault 1 1 : EDF R&D, 1 Avenue du général de Gaulle, 92140 Clamart 2 : EDF SEPTEN,

Plus en détail

Mécanique du solide - Chapitre 1 : Décrire et caractériser le mouvement d un solide

Mécanique du solide - Chapitre 1 : Décrire et caractériser le mouvement d un solide Mécanique du solide - Chapitre 1 : Décrire et caractériser le mouvement d un solide Problématique : Quelles sont les grandeurs cinématiques et cinétiques associées à un solide en mouvement? Comment les

Plus en détail

Comment déterminer la hauteur du théâtre gallo-romain d Alésia : Une méthode venant du génie civil

Comment déterminer la hauteur du théâtre gallo-romain d Alésia : Une méthode venant du génie civil Comment déterminer la hauteur du théâtre gallo-romain d Alésia : Une méthode venant du génie civil Résumé La géométrie du théâtre gallo-romain d Alésia est relativement bien connue en plan. Les gradins

Plus en détail

ELINGAGE. On parle de système d élingage car il s agit d un ensemble constitué des élingues, d une pièce d arrimage et parfois d un palonnier.

ELINGAGE. On parle de système d élingage car il s agit d un ensemble constitué des élingues, d une pièce d arrimage et parfois d un palonnier. ELINGAGE 1 INTRODUCTION L élingage est l interface entre la grue est l élément à lever. Ce système doit être dimensionné pour être capable de lever les éléments sans les briser. Cela peut influer sut la

Plus en détail

Robot humanoïde Darwin

Robot humanoïde Darwin Robot humanoïde Darwin CI4 : Mettre en œuvre une démarche de modélisation de la cinématique d un mécanisme réel dans le but d obtenir une loi de mouvement caractéristique. À l issue des TP ce Centre d

Plus en détail

Analyse des aspects de stabilité dans les exploitations à ciel ouvert

Analyse des aspects de stabilité dans les exploitations à ciel ouvert Analyse des aspects de stabilité dans les exploitations à ciel ouvert Faouzi HADJ-HASSEN - Fontainebleau SOMMAIRE 1. Introduction Position du problème Angle général du talus 2. Description des modes de

Plus en détail

TP DE TECHNOLOGIE TP N 3 : ÉTUDE DES PINCES DE MAINTIEN. T Sciences de l Ingénieur DURÉE : 2H00 OBJECTIFS

TP DE TECHNOLOGIE TP N 3 : ÉTUDE DES PINCES DE MAINTIEN. T Sciences de l Ingénieur DURÉE : 2H00 OBJECTIFS TP DE TECHNOLOGIE TP N 3 : ÉTUDE DES PINCES DE MAINTIEN T Sciences de l Ingénieur DURÉE : 2H00 OBJECTIFS Mettre en évidence, grâce à l ensemble PINCE de cordeuse, les paramètres qui agissent sur l existence

Plus en détail

Robot humanoïde DARwIn-OP

Robot humanoïde DARwIn-OP Robot humanoïde DARwIn-OP CI2 : Modéliser, valider et vérifier le comportement d un système multiphysique asservi. À l issue des TP de ce Centre d Intérêt, les compétences acquises doivent vous permettre

Plus en détail

Hôtel, diagnostic sismique. Analyses modale, Pushover, Analyse transitoire

Hôtel, diagnostic sismique. Analyses modale, Pushover, Analyse transitoire Hôtel, diagnostic sismique Analyses modale, Pushover, Analyse transitoire 10 9 8 7 PS92 (élastique) PS92 (dimensionnement q=3,5) PS69 (élastique) PS69 (dimensionnement q=4) Sa (m/s ) 6 5 4 3 2 1 0 0,0

Plus en détail

FONDATIONS SUPERFICIELLES

FONDATIONS SUPERFICIELLES TASSEMENT Le tassement d une structure est le résultat de la déformation du sol de fondation. On peut distinguer les phénomènes suivants : Déformations élastiues (rapide); Changement de volume conduisant

Plus en détail

SOLLICITATION DE CISAILLEMENT

SOLLICITATION DE CISAILLEMENT Terminale S.T.I. 1 / 8 IV. CISAILLEMENT. 4.1. Définition. Une poutre subit une sollicitation de pur lorsqu'elle est soumise à deux forces de liaison égales et directement opposées dont le support est contenu

Plus en détail

Sollicitations simples :

Sollicitations simples : Conservatoire National des Arts et Métiers Région Centre-Val de Loire Ecole de calculs IN2P3 2015 La théorie des poutres Sollicitations simples : o o o o Traction-compression Cisaillement Torsion Flexion

Plus en détail

Le Calcul des tunnels

Le Calcul des tunnels Le Calcul des tunnels Philippe Autuori Michel Pré Hervé Thiébaut 1 2ème Séance La méthode convergence confinement: élasto-plasticité La méthode du solide composite Stabilité de front 2 La méthode convergence

Plus en détail

GRUE PORTUAIRE Résumé de correction Présentation

GRUE PORTUAIRE Résumé de correction Présentation Date : Nom Prénom : GRUE PORTUAIRE Résumé de correction Présentation La plupart des grues portuaires poursuivent le même but : limiter et éviter le levage des charges L'objectif, une fois la charge sortie

Plus en détail

Pratique de l eurocode 2

Pratique de l eurocode 2 Pratique de l eurocode 2 Jean Roux AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-273211-3 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12044-8 Table des matières Avant-propos... 1 1. Présentation des eurocodes et

Plus en détail

ANNEXES : Annexe 1 p.11

ANNEXES : Annexe 1 p.11 1 A - GENERALITES p.3 B CAS D UN SOL COMPRESSIBLE UTILISATION D UN REMBLAI ALLEGE p.3 I - DETERMINATION DU VOLUME D ALLEGEMENT NECESSAIRE p.3 I-1 En réfection p.4 I-2 Cas d un ouvrage neuf p.4 II - GEOMETRIE

Plus en détail

TD 4 - CI-3 : PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFOR-

TD 4 - CI-3 : PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFOR- TD 4 - CI-3 : PRÉVOIR ET VÉRIFIER LES PERFOR- MANCES DYNAMIQUES ET ÉNERGÉTIQUES DES SYSTÈMES. Exercice 1 : Dispositif de mesure d un moment d inertie Un solide (S 2 ) de révolution d axe (G, z 0 ) roule

Plus en détail

L OUVRIER DE LA CONSTRUCTION. Un ouvrier de la construction doit pouvoir exécuter TROIS types de travaux :

L OUVRIER DE LA CONSTRUCTION. Un ouvrier de la construction doit pouvoir exécuter TROIS types de travaux : L OUVRIER DE LA CONSTRUCTION Un ouvrier de la construction doit pouvoir exécuter TROIS types de travaux : Tout ouvrier de la construction doit utiliser un EQUIPEMENT PERSONNEL : Pour des travaux particuliers,

Plus en détail

itech Rue de Vincennes Montreuil France Tel : Fax :

itech Rue de Vincennes Montreuil France Tel : Fax : : itech - 2011 12-16 Rue de Vincennes 93100 Montreuil France Tel : +33 1 48 70 47 41 Fax : +33 1 48 59 12 24 cesar-lcpc@itech-soft.com www.cesar-lcpc.com 1. INTRODUCTION 1.1. Objectifs du didacticiel

Plus en détail

CENTRE D INTÉRÊT CI1

CENTRE D INTÉRÊT CI1 Fil suivi par le chariot MAQUETTE D UN CHARIOT FILOGUIDÉ CENTRE D INTÉRÊT CI1 DOSSIER D ÉTUDE Activités proposées Système «Chariot filoguidé» CI1 Page 1 sur 7 CONTEXTE D UTILISATION DE CE SYSTÈME Voici

Plus en détail

JUSTIFICATION DU DIMENSIONNEMENT DES MURS INCLINÉS ET TALUS RAIDIS EN SOLS RENFORCÉS PAR NAPPES GÉOSYNTHÉTIQUES - PROJET DE NORME

JUSTIFICATION DU DIMENSIONNEMENT DES MURS INCLINÉS ET TALUS RAIDIS EN SOLS RENFORCÉS PAR NAPPES GÉOSYNTHÉTIQUES - PROJET DE NORME JUSTIFICATION DU DIMENSIONNEMENT DES MURS INCLINÉS ET TALUS RAIDIS EN SOLS RENFORCÉS PAR NAPPES GÉOSYNTHÉTIQUES - PROJET DE NORME DESIGN JUSTIFICATION OF GEOSYNTHETIC SHEETS REINFORCED INCLINED RETAINING

Plus en détail

AVIS TECHNIQUE M 008

AVIS TECHNIQUE M 008 AVIS TECHNIQUE M 008 Mur de soutènement TERRAMESH Fournisseur : Maccaferri Canada Ltée Mars 2014 AVIS TECHNIQUE M 008 TERRAMESH 2 1.0 PRÉSENTATION 1.1 Description du mur Le mur TERRAMESH est un ouvrage

Plus en détail

AFIX Ter Woestijne 13 B-8310 St-Kruis Brugge Tel: 0(032) 9 / Fax: 0(032) 9 /

AFIX Ter Woestijne 13 B-8310 St-Kruis Brugge Tel: 0(032) 9 / Fax: 0(032) 9 / AFIX Ter Woestijne 13 B-8310 St-Kruis Brugge Tel: 0(032) 9 / 381.61.01 Fax: 0(032) 9 / 381.61.00 http://www.afixgroup.com NOTE DE CALCUL ECHAFAUDAGE EN 12810 5N SW09 / 257 H2 A - LA HAUTEUR = 24,,50 M

Plus en détail

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2

Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Jean-Louis Granju Introduction au béton armé selon l Eurocode 2 Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465375-1 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13528-2 Table des matières Avant-propos... 1 Remerciements...

Plus en détail

Structures des chaussées souples

Structures des chaussées souples Structures des chaussées souples Cas types de dimensionnement méthode française Laurent Porot Bitume Québec Formation technique 23, 24 et 25 novembre 2010 Hypothèses Structure conventionnelle Structure

Plus en détail

«Approches expérimentale et numérique du dimensionnement d une couche de sol renforcée par géosynthétiques sur cavités potentielles»

«Approches expérimentale et numérique du dimensionnement d une couche de sol renforcée par géosynthétiques sur cavités potentielles» Journée technique CFMS-CFG «Les Géosynthétiques et leurs applications» «Approches expérimentale et numérique du dimensionnement d une couche de sol renforcée par géosynthétiques sur cavités potentielles»

Plus en détail

Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure

Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Application à la pierre des Eurocodes 6 et 8 Mardi 24 Juin 2008 Présenté par S. Teboul Chargé d étude structure Plan de la présentation Présentation des Eurocodes Eurocode0 et Eurocode1 Eurocode6 Paramètres

Plus en détail

(a) (b) 2- Calculez le moment de force résultant par rapport à l'axe de rotation situé au centre du disque.

(a) (b) 2- Calculez le moment de force résultant par rapport à l'axe de rotation situé au centre du disque. 1 Exercices chapitre 3 1- Calculez le moment des forces suivantes par rapport au point O. 100 N (a) O 30 cm (b) O 30 cm 30 100 N 2- Calculez le moment de force résultant par rapport à l'axe de rotation

Plus en détail

PROBLEMES PLANS. Q1-1 Déterminer, par application du principe fondamental de la statique à l ensemble

PROBLEMES PLANS. Q1-1 Déterminer, par application du principe fondamental de la statique à l ensemble Michel Agullo 1 PROBLEMES PLANS Exercice 1 : Equilibre d une échelle On considère une échelle double en contact en C et D avec le sol Les 2 branches 1 et 2 sont articulées en O par une liaison pivot et

Plus en détail

Calcul sur bâtiment en maçonnerie. Calcul sur bâtiment en maçonnerie Données : Calcul sur bâtiment en maçonnerie Masse sujette à action sismique:

Calcul sur bâtiment en maçonnerie. Calcul sur bâtiment en maçonnerie Données : Calcul sur bâtiment en maçonnerie Masse sujette à action sismique: Maison individuelle à murs en maçonnerie chaînée, comportant deux planchers à dalle pleine en béton armé. Les plans de cette maison sont donnés ci-après. WB1/21 : MFL WB2/21 : MFL Données : Blocs de maçonnerie

Plus en détail

Exemple d application du EN-1-2: Poteau mixte partiellement enrobé de béton sous charge axiale centrée

Exemple d application du EN-1-2: Poteau mixte partiellement enrobé de béton sous charge axiale centrée Exemple d application du EN-1-2: Poteau mixte partiellement enrobé de béton sous charge axiale centrée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany

Plus en détail

Module 1. Connaissances de base

Module 1. Connaissances de base MASTERE SPECIALISE TUNNELS et OUVRAGES SOUTERRAINS De la conception à l exploitation Module. Connaissances de base.2. Comportement mécanique des sols Denis BRANQUE ENTPE CONNAISSANCES DE BASES: Comportement

Plus en détail

Mécanique du Solide et des Matériaux

Mécanique du Solide et des Matériaux Mécanique du Solide et des Matériaux Examen du 7 février 006 : 13h30 17h00 Promotion 13 Avertissement La plupart des résultats étant donnés dans les énoncés, la notation tiendra compte de la qualité des

Plus en détail

Club CDOA Méditerranée

Club CDOA Méditerranée Cete Méditerrané e Club CDOA Méditerranée Réunion du 18 septembre 2003 à Digne 1 Ordre du jour - Matinée de 9H30 à 12H - Les questions à faire remonter à F Maréchal - Les principaux logiciels de calculs

Plus en détail

Ingénierie SNCF - LCPC

Ingénierie SNCF - LCPC Ingénierie SNCF - LCPC Comportement de massifs en sol renforcé par armatures métalliques sous voie ferrée, études expérimentales et numériques Laurent Soyez IG Département OA LCPC Division MSRGI Ouvrages

Plus en détail

ESSAI DE CISAILLEMENT SUR UN SOL PULVERULENT Norme NF P

ESSAI DE CISAILLEMENT SUR UN SOL PULVERULENT Norme NF P UE3 MODULE G2 Travaux pratiques de géotechnique - Page 1 / 8 SUR UN SOL PULVERULENT Norme NF P 94-071-1 A. BUT DE L ESSAI : Il s agit de déterminer expérimentalement la courbe intrinsèque d un sol pulvérulent

Plus en détail

Application BAEP 1 Instabilités élastiques Calcul d un poteau au flambement

Application BAEP 1 Instabilités élastiques Calcul d un poteau au flambement Application BAEP Instabilités élastiques Calcul d un poteau au flambement On considère un poteau carré de 6 cm de côté en béton C5. Les efforts à l ELU qui s appliquent sur ce poteau sont N = 3,MN et M

Plus en détail

Notes de cours : Physique de l état condensé. Jean-Baptiste Théou

Notes de cours : Physique de l état condensé. Jean-Baptiste Théou Notes de cours : Physique de l état condensé Jean-Baptiste Théou 30 novembre 2009 Table des matières 1 Rappel des notions de base en électromagnétisme 3 1.1 Les équations de Maxwell dans le vide en régime

Plus en détail

Module G2 Cours 2 Cisaillement, poussée - butée

Module G2 Cours 2 Cisaillement, poussée - butée Les ouvrages partiellement enterrés subissent la poussée des terres. Ce cours présente les différentes façon d évaluer cette poussée. Voici des exemples d ouvrages soumis à la poussée des terres MUR DE

Plus en détail

Cours de construction Les appareillages

Cours de construction Les appareillages Cours de construction Les appareillages Nom : CGO Prénom : Les appareillages 1 largeur (b) hauteur (h) La brique La panneresse La boutisse ELEVATION - VUE DE FACE VUE DE GAUCHE La face plate PLAN - VUE

Plus en détail

- 1 - PCSI-MPSI. 2ème Période. Modélisation cinématique des mécanismes. Statique du solide. D.Feautrier

- 1 - PCSI-MPSI. 2ème Période. Modélisation cinématique des mécanismes. Statique du solide. D.Feautrier - 1 - PCSI-MPSI 2ème Période Modélisation cinématique des mécanismes Statique du solide D.Feautrier - 2 - Méthode d analyse d un mécanisme Partie 1 Méthode d analyse d un mécanisme 1.1 Modélisation des

Plus en détail

Maîtrise de l eurocode 2

Maîtrise de l eurocode 2 Maîtrise de l eurocode 2 Jean Roux AFNOR et Groupe Eyrolles, 2009. ISBN AFNOR : 978-2-12-273212-0 ISBN Eyrolles : 978-2-212-12160-5 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... 1 1. Présentation des eurocodes et

Plus en détail

STATIQUE ET RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX COURS Statique et résistance des matériaux

STATIQUE ET RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX COURS Statique et résistance des matériaux - 1 - CÉGEP DE TROIS-RIVIÈRES DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE PLAN DE COURS STATIQUE ET RÉSISTANCE DES MATÉRIAUX COURS 203-901 3-2-3 Statique et résistance des matériaux CONCENTRATION : SCIENCES PURES ET APPLIQUÉES

Plus en détail

Les assemblages entre éléments d une structure doivent être modélisés par une liaison appui simple, articulation ou encastrement.

Les assemblages entre éléments d une structure doivent être modélisés par une liaison appui simple, articulation ou encastrement. 1 I SYSTEME PORTEUR I 1 Définition : L architecte dessine l intérieur et l extérieur d un bâtiment et envoie les plans à un bureau d études. Le travail de ce bureau d études est alors de définir à partir

Plus en détail

Développement d un macroélément 3D. pour l analyse du comportement. sismique des fondations superficielles

Développement d un macroélément 3D. pour l analyse du comportement. sismique des fondations superficielles Développement d un macroélément 3D pour l analyse du comportement sismique des fondations superficielles Par: Youssef Abboud (IFSTTAR GERS) Sous la direction de: Jean-François Semblat (IFSTTAR GERS) et

Plus en détail

Sols grossiers renforcés pour ouvrages en site instable

Sols grossiers renforcés pour ouvrages en site instable Sols grossiers renforcés pour ouvrages en site instable (exemple des ouvrages de protection contre les risques naturels) J.M. Tacnet (Cemagref Grenoble - ETNA) Ph. Gotteland (Lirigm - UJF Grenoble) A.

Plus en détail