Bilan 2007 à patients sur Hazebrouck 8 patients à 10 kms 54 patients entre 10 et 15 kms 17 patients au delà de 15 kms

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bilan 2007 à patients sur Hazebrouck 8 patients à 10 kms 54 patients entre 10 et 15 kms 17 patients au delà de 15 kms"

Transcription

1 Activité transfusionnelle de l HAD Flandre Lys de 2007 à 2012 Dr E.Baheu Médecin coordonnateur de l HAD Flandre Lys Journées de Rencontres régionales HAD et EPHAD Lille, mars

2 HAD publique de 30 places Bassin rural de habitants Rattachée au Centre Hospitalier d Hazebrouck Convention avec les 24 EHPAD du secteur Dépôt de sang urgence relais et PUI 2 Médecins coordonnateurs :les Drs B.Taisne et E.Baheu Ouverture en 2005 et début des transfusions en

3 Bilan 2007 à 2012 Transfusions pour 84 patients soit une moyenne de 14/an 404 poches de CGR et 24 de CPA, soit 5 poches /patient Indice de Karnovsky moyen à 40 Moyenne d âge 79 ans 50 patients palliatifs 30 patients en EHPAD Destruction de 2 culots : 1 pour défaut de VVP et 1 en raison du décès du patient Distance entre l HAD du lieu de transfusion 38 patients sur Hazebrouck 8 patients à 10 kms 54 patients entre 10 et 15 kms 17 patients au delà de 15 kms 3

4 Accidents transfusionnels Immunologique Incompatibilité ABO entre Ag donneurs et Ac receveurs 1 / , immédiat Infectieux Viral : VIH 1/ , VHC 1 / et VHB 1 / Infectieux 1/ (contamination bactérienne d une poche) Surcharge Poussée hypertensive OAP Métabolique Surcharge martiale si transfusions répétées Hypocalcémie (citrate) 4

5 Cadre légal Circulaire n 582 du 15 décembre 2003 «Acte infirmier sous responsabilité médicale» 5

6 Organisation Suite aux 2 groupes de travail suivant: Réunions INTS Paris groupe HAD Groupe travail ARS SROS HAD transfusion Organisation des transfusions à domicile ou en EHPAD sur 3 jours. 6

7 Processus transfusionnel en HAD Identification et information du patient :Médecin traitant ou de l EHPAD Prescription de PSL par un médecin : Médecin traitant ou coordonnateur de l EHPAD Médecin de l HAD valide les critères de transfusion en HAD et commande les PSL J1: Constitution du dossier patient HAD, du dossier transfusionnel et recherche d un dossier antérieur Prélèvements sanguins : recueil de la carte de groupe ABO ( 2 déterminations) des RAI de la NFS Commande des CGR qui sont délivrés au dépôt relais. Visite d admission par IDE coordinatrice de HAD J2 et J3 transfusion d une poche par jour, surveillance transfusionnelle retour des poches vides dans le circuit des DASRI au dépôt relais et clôture du dossier transfusionnel 7

8 Processus transfusionnel en HAD Réception des PSL et contrôle des produits reçus au dépôt Transport des PSL au domicile par IDE de l HAD dans un sac isotherme Médecin traitant ou de l EHPAD est prévenu du début de la transfusion Médecin coordonnateur est disponible Préparation du matériel par IDE Contrôle ultime pré transfusionnel Contrôle ultime de la concordance identité patient /PSL Contrôle ultime de la compatibilité en présence du patient avec une carte PTU IDE dispose d une mallette d urgence (SMD, Soluté de remplissage, Adrénaline ) IDE prend les constantes à 30 min après la transfusion et contacte les patients par téléphone de retour au dépôt. 8

9 Processus transfusionnel en HAD Début de la transfusion sous surveillance continue toutes les 15 minutes Traçabilité écrite immédiate CAT en cas d incident (arrêt si AI) et signalement de l accident transfusionnel Début lent : 5ml/min (30 gouttes/min) puis en selon la prescription (1 CGR : 90 min soit 60 gouttes /min) Purge de la tubulure avec Nacl 0,9% Surveillance post transfusion de 30 minutes et contact téléphonique de retour au dépôt Transfusion d un seul PSL par jour Retour des poches vides de PSL au dépôt et des cartes PTU Documents remis à la sortie, RAI à 1 mois 9

10 Avantages Confort du patient Eviter les transports Prise en charge globale Economies des transports et hospitalisations Sécurité transfusionnelle assurée par la procédure de délivrance Population vieillissante 10

11 Inconvénients Mise en place de la procédure organisationnelle lourde Chronophage en temps IDE Valorisation des transfusions insuffisante en HAD Cibler les indications 11

12 Indications, contre indications et précautions pour une transfusion en HAD Indications: Support transfusionnel Plutôt pour des patients ayant un OMS 3 à 4 ou IK < 60 (ambulatoire difficile) Délai d attente possible de 48-72H Contre indications : Hémodynamique instable Insuffisance cardiaque décompensée Urgences transfusionnelles Refus du patient 12

13 Indications, contre indications et précautions pour une transfusion en HAD Vérification du capital veineux Se limiter aux CGR Eviter les primo transfusions Vérifier le consentement du patient Précautions Si patient non communicant : prendre l avis du référent familial Si patient palliatif : Prendre l avis de la personne de confiance Décision médicale concertée (Collégialité loi Léonétti) Réévaluer l apport d une transfusion sur les symptômes tels que la dyspnée et l asthénie lors d une maladie palliative 13

14 TARIFICATION DES TRANSFUSIONS EN HAD Référence : Guide méthodologique de production des recueils d informations standardisés de l HAD version en vigueur au 1 er mars MODE DE PRISE EN CHARGE PRINCIPALE (MPP) MODE DE PRISE EN CHARGE ASSOCIE (MPA) INDICE DE KARNOFSKY (IK) GROUPE HOMOGENE DE PRISE EN CHARGE (GHPC) GROUPE HOMOGENE DE TARIF (GHT) 18 Transfusion sanguine 0 Pas de protocole associé Transfusion sanguine 04 Soins palliatifs ,60 18 Transfusion sanguine 04 Soins palliatifs ,56 18 Transfusion sanguine 04 Soins palliatifs ,31 18 Transfusion sanguine 04 Soins palliatifs ,60 14

15 Coût d une transfusion en HAD pour 1 poche de CGR 62,90 pour le transport Taux horaire IDE 31 soit 6 heures pour la transfusion de 2 poches Coût total de la transfusion de 2 poches de CGR 629 Tarification d une transfusion de 2 poches de CGR sur 3 jours Si MPP transfusion IK 50 seul 391,51 Si MPP transfusion et MPA soins palliatifs IK 20 maximum 883,8 et en moyenne 739 pour un IK

16 Conclusion Certaines études anglo-saxonnes tendent à monter que la pratique de la transfusion à domicile est possible et bénéfique. L hospitalisation à domicile pourrait ainsi être investie, y compris en EHPAD et en soins palliatifs lorsque l inconfort de l asthénie et de la dyspnée perturbent la qualité de vie essentiellement à cause de l anémie. Ce mode de prise en charge limite les transports des patients gériatriques poly pathologiques et assure une sécurité transfusionnelle comparable à une hospitalisation conventionnelle. 16

17 Mme L.Edmonde 85 ans Résidante de l EHPAD des monts de Flandres aux antécédents d insuffisance rénale chronique, de syndrome myélodysplasique et de démence à corps de Léwy. Découverte d une anémie à 7.1G/dl bien tolérée. Son état général est stable l IK est évalué à 40. Le médecin gériatre propose une transfusion mais la fille souhaite limiter les déplacements. Il est proposé une transfusion en EHPAD par l HAD. Elle a reçu 2 culots globulaires sur deux jours Pas d incident transfusionnel 17

RAPPELS L ACTE TRANSFUSIONNEL : DE LA RECEPTION A LA POSE. Préparation à la validation. UE 4.4 S4 Promotion

RAPPELS L ACTE TRANSFUSIONNEL : DE LA RECEPTION A LA POSE. Préparation à la validation. UE 4.4 S4 Promotion 1 RAPPELS L ACTE TRANSFUSIONNEL : DE LA RECEPTION A LA POSE Préparation à la validation. UE 4.4 S4 Promotion 2011-2014 2 MISE EN SITUATION Vous êtes IDE dans un service de soins intensifs de cardiologie.

Plus en détail

L acte transfusionnel

L acte transfusionnel L acte transfusionnel Françoise VALLA IDE E.I.H.H. CH Valence 2 ème journée régionale d Hémovigilance Lyon, le 19 Juin 2014 1 Objectifs pédagogiques Sécuriser l acte transfusionnel. Respecter les étapes

Plus en détail

PRELEVEMENTS PRE-TRANSFUSIONNELS

PRELEVEMENTS PRE-TRANSFUSIONNELS Fiche d auto-contrôle N 1 : PRELEVEMENTS PRE-TRANSFUSIONNELS VERIFICATION IDENTITE RENSEIGNEMENTS PRIS SUR ANTECEDENTS TRANSFUSIONNELS (transfusion récente? injection de gamma-anti-d.) ETIQUETAGE DES TUBES

Plus en détail

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX

HAD 43. Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Service d hospitalisation à domicile Service du Centre Hospitalier Emile ROUX Autorisation ARH Auvergne (Agence Régionale de l Hospitalisation) 23/10/07 attribuée au Centre Hospitalier Partenariat: Centre

Plus en détail

Acte transfusionnel. Dr G.Woimant EFS IdF Site Saint Vincent de Paul Cours IFSI Ste Anne Module Transfusion fév 2011

Acte transfusionnel. Dr G.Woimant EFS IdF Site Saint Vincent de Paul Cours IFSI Ste Anne Module Transfusion fév 2011 Acte transfusionnel Dr G.Woimant EFS IdF Site Saint Vincent de Paul Cours IFSI Ste Anne Module Transfusion fév 2011 Textes réglementaires Circulaire DGS/DHOS/AFSSAPS n 03/582 du 15 décembre 2003 relative

Plus en détail

L ACTE TRANSFUSIONNEL

L ACTE TRANSFUSIONNEL PROCEDURE DE Page n 1 sur 5 NOM FONCTION DATE CRÉATION Dr Monique Correspondante d Hémovigilance 2 avril 2005 MAIGNAN du Chu de Toulouse REDACTION Dr Marie-Pierre Correspondante d Hémovigilance 29/03/2010

Plus en détail

Circulaire DGS/DHOS/AFSSAPS N 03/582 N du 15 DEC 2003 relative à la réalisation r l acte transfusionnel

Circulaire DGS/DHOS/AFSSAPS N 03/582 N du 15 DEC 2003 relative à la réalisation r l acte transfusionnel ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG - ILE- DE- FRANCE Circulaire DGS/DHOS/AFSSAPS N 03/582 N de l acte Dr. Anne MERCADIER Site de la Pitié-Salpétrière 2013 Dr Anne Mercadier EFS Ile-de- France Site Pitié-Salpétrière

Plus en détail

CAS PRATIQUES : ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM

CAS PRATIQUES : ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM CAS PRATIQUES : ERRARE HUMANUM EST, PERSEVERARE DIABOLICUM V ème journée de transfusion pratique - Institut Montsouris - 06 octobre 2011 Prélèvement pour groupage sanguin Présenté par le Dr. Anne DAMAIS-CEPITELLI

Plus en détail

TRANSFUSION D URGENCE au SMUR

TRANSFUSION D URGENCE au SMUR TRANSFUSION D URGENCE au SMUR SAMU 06 1 INDICATIONS : EXCEPTIONNELLES (< 1% des interventions) Majorité sur SECONDAIRES. PRIMAIRES = EXTRÊME URGENCE SAMU 06 2 SECONDAIRES : Hémorragie Digestive Active.

Plus en détail

Date: Dr D. MAURIERE

Date: Dr D. MAURIERE Date: 13.10.2015 Dr D. MAURIERE Les complications de la transfusion ne sont pas uniquement liées à la qualité du produit lui-même, mais également - à sa diversité génétique ainsi que celle du receveur,

Plus en détail

LA TRANSFUSION SANGUINE EN URGENCE SAMU 11 SMUR URGENCES CESU CH A. GAYRAUD CARCASSONNE

LA TRANSFUSION SANGUINE EN URGENCE SAMU 11 SMUR URGENCES CESU CH A. GAYRAUD CARCASSONNE LA TRANSFUSION SANGUINE EN URGENCE SAMU 11 SMUR URGENCES CESU CH A. GAYRAUD CARCASSONNE PLAN Principes généraux transfusionnels L acte transfusionnel en 10 points. Particularités de l urgence transfusionnelle

Plus en détail

L Hospitalisation A Domicile

L Hospitalisation A Domicile L Hospitalisation A Domicile Outils de sécurisation du circuit du médicament lors de l administration d une chimiothérapie à domicile (AZACITIDINE) 11 février 2015 Mme Véronique VITTU (infirmière chef)

Plus en détail

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Accident d exposition au sang Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 1 - GÉNÉRALITÉS : MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Tout microbe présent

Plus en détail

PROCEDURE DE Page n 1 sur 5

PROCEDURE DE Page n 1 sur 5 PROCEDURE DE Page n 1 sur 5 CRÉATION REDACTION NOM FONCTION DATE Dr Monique Correspondante 2 avril 2005 MAIGNAN d Hémovigilance du CHU de Dr Marie-Pierre PUJOL Toulouse Correspondante d Hémovigilance du

Plus en détail

Les urgences en EHPAD

Les urgences en EHPAD Les urgences en EHPAD Vues par l équipe de l EHPAD et le médecin Co Dr Françoise Guillemette 23/06/15 Adef Résidences www.adef-residences.com 2 LA VRAIE QUESTION EST : Qu est qu une urgence en EHPAD?????????????

Plus en détail

Fiche technique des incidents graves (IG) Nature de l incident ayant motivé la déclaration Thésaurus n 87

Fiche technique des incidents graves (IG) Nature de l incident ayant motivé la déclaration Thésaurus n 87 Fiche technique des incidents graves (IG) Nature de l incident ayant motivé la déclaration Thésaurus n 87 Anomalie à l ETS - 1 Un seul choix est possible identification donneur prélèvement sang total prélèvement

Plus en détail

Evaluation des connaissances et pratiques en transfusion sanguine

Evaluation des connaissances et pratiques en transfusion sanguine R E H A L Réseau Experts Hémovigilance Aquitaine-Limousin Evaluation des connaissances et pratiques en transfusion sanguine QUESTIONNAIRE B Version du 04/04/2008 Qualité de la personne qui remplit le questionnaire

Plus en détail

LE TEST ULTIME. REALISATION Dr Michel Feissel EFS PM

LE TEST ULTIME. REALISATION Dr Michel Feissel EFS PM LE TEST ULTIME REALISATION Dr Michel Feissel EFS PM Pré test : QUELQUES ERREURS Comptez les 4 erreurs 3 erreurs LE TEST ULTIME RAPPELS: REGLEMENTATION REALISATION REGLEMENTATION 1er texte: 15 Décembre

Plus en détail

TRANSFUSION PRE-HOSPITALIERE

TRANSFUSION PRE-HOSPITALIERE TRANSFUSION PRE-HOSPITALIERE Enjeux et mise en œuvre O. Corfa, SAMU 29 CHRU Cavale Blanche, Brest Une procédure exceptionnelle pour des enjeux sociaux économiques importants Mise en œuvre rare, probablement

Plus en détail

Hémovigilance. Q. Verwacht Ph. Baele. Avril 2004

Hémovigilance. Q. Verwacht Ph. Baele. Avril 2004 Hémovigilance Q. Verwacht Ph. Baele Avril 2004 HEMOVIGILANCE Système de surveillance et d alerte depuis la collecte du sang jusqu au suivi du patient transfusé MISSIONS Collecter les effets inattendus

Plus en détail

L identitovigilance dans le processus transfusionnel

L identitovigilance dans le processus transfusionnel L identitovigilance dans le processus transfusionnel Dr Marie-France ANGELINI TIBERT Coordonnateur régional d hémovigilance Réunion - Mayotte Glossaire des sigles utilisés EI : Évènement Indésirable EIR

Plus en détail

TRANSFUSION de CGR en pré-hospitalier

TRANSFUSION de CGR en pré-hospitalier TRANSFUSION de CGR en pré-hospitalier Dr Nathalie Guinard CH St Malo Hémovigilante et responsable du dépôt d de délivranced Problématiques : - Préserver CGR O - / O + - Bonnes pratiques transfusionnelles

Plus en détail

GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS

GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS Faculté de Médecine d Alger Direction de la Pédagogie Formation Médicale Continue SOINS DE SUPPORT EN ONCOLOGIE GROUPES SANGUINS ET TRANSFUSIONS Pr M. Ramaoun Service d hématologie / CTS CHU Béni Méssous

Plus en détail

Journée régionale d hémovigilance normande

Journée régionale d hémovigilance normande Journée régionale d hémovigilance normande 1 ACTIVITE HEMOVIGILANCE REGIONALE Isabelle HERVE : CRHST Normandie 2 La transfusion en Normandie pour 214 : 1 sites EFS ( 6 PRL+DEL / 2 PRL /2 DEL) 13 542 prélèvements

Plus en détail

AUDIT DES PRATIQUES EN HEMOVIGILANCE. Centre Hospitalier de Charleville- Mézières / Unité Hémovigilance

AUDIT DES PRATIQUES EN HEMOVIGILANCE. Centre Hospitalier de Charleville- Mézières / Unité Hémovigilance AUDIT DES PRATIQUES EN HEMOVIGILANCE 1 CADRE LEGISLATIF : 1-1 Exigences liées à l acte transfusionnel 1-2 Exigences professionnelles 1-3 Exigences en matière de qualité 2 METHODOLOGIE RETENUE : L audit

Plus en détail

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014

Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Maladies chroniques : Cancers Amélioration de la qualité de vie, Quelles organisations et quels acteurs? Lille 23 septembre 2014 Les différents types de prise en charge des patients à domicile L hospitalisation

Plus en détail

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012

L HAD. Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 L HAD Dr Catherine Duchastelle Médecin coordonnateur HAD CH Jacques Lacarin, Vichy Antenne CH Thiers 03/03/2012 Définition Les structures d HAD permettent d assurer au domicile du malade, pour une période

Plus en détail

Montbéliard Strasbourg

Montbéliard Strasbourg Vesoul Besançon Belfort Montbéliard Strasbourg Colmar Lons-le-Saunier Mulhouse L acte transfusionnel Travail interrégional Alsace - Franche-Comté DRASS - ES - EFS Version 1-2008 Ont participé à la réalisation

Plus en détail

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André

Démarche éthique en (aux) urgences. Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Démarche éthique en (aux) urgences Isabelle Faure Adrienne Reix PH urgences Saint-André Le dilemme de l urgentiste.. Urgences vitales. Urgences «palliatives». Accompagnement de fin de vie. Prise de décision

Plus en détail

SECURITE EN TRANSFUSION

SECURITE EN TRANSFUSION SECURITE EN TRANSFUSION = sécurité des produits, sécurité des pratiques transfusionnelles, hémovigilance (né de l'affaire du «sang contaminé). Transfusion : en 2005 = environ 2 580 000 poches. I/ Risques

Plus en détail

AUVERGNE-LOIRE FORMATIONS EN TRANSFUSION SANGUINE A DESTINATION DES PERSONNELS DES DEPOTS DE SANG. Etablissement Français du Sang.

AUVERGNE-LOIRE FORMATIONS EN TRANSFUSION SANGUINE A DESTINATION DES PERSONNELS DES DEPOTS DE SANG. Etablissement Français du Sang. Etablissement Français du Sang AUVERGNE-LOIRE LE LIEN ENTRE LA GENEROSITE DES DONNEURS DE SANG ET LES BESOINS DES MALADES FORMATIONS EN TRANSFUSION SANGUINE A DESTINATION DES PERSONNELS DES DEPOTS DE SANG

Plus en détail

Correspondante. Toulouse. VERIFICATION Pr. Pierre Sié Président du CSTH 24/03/2010 APPROBATION Cellule

Correspondante. Toulouse. VERIFICATION Pr. Pierre Sié Président du CSTH 24/03/2010 APPROBATION Cellule PROCEDURE DE Page n 1 sur 6.! CRÉATION REDACTION NOM FONCTION DATE Dr Monique Correspondante 2 avril 2005 MAIGNAN d Hémovigilance du CHU de Dr Marie-Pierre PUJOL Dr Salima MARTINEZ Dr Mady CALOT Toulouse

Plus en détail

Identitovigilance et délivrance en UV dans un dépôt urgence-relais

Identitovigilance et délivrance en UV dans un dépôt urgence-relais Vème Journée Inter-Régionale d Hémovigilance du Nord de France 12 juin 2014 Identitovigilance et délivrance en UV dans un dépôt urgence-relais Corinne LORRIAUX Correspondant d hémovigilance CHU Amiens

Plus en détail

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy

Hospitalisation A Domicile. H A D à Bourbon-Lancy Hospitalisation A Domicile H A D à Bourbon-Lancy HAD à Bourbon-Lancy Réunion publique 24 avril 2014 L HAD à Bourbon-Lancy Convention entre la Maison médicale, Dr Vennetier, et l HAD du Centre hospitalier

Plus en détail

Législation de la transfusion sanguine

Législation de la transfusion sanguine Session Anesthésie Transfusion Législation de la transfusion sanguine Pascale Mizon Lille CHRU Diapositive 1 Actualités Réglementaires Diapositive 2 Nombreux textes réglementaires Constante évolution Loi

Plus en détail

La transfusion : un acte infirmier à haut risque

La transfusion : un acte infirmier à haut risque La transfusion : un acte infirmier à haut risque Véronique DENEYS Transfusion veronique.deneys@uclouvain.be 2 La sécurité et l efficacité de la transfusion dépendent de deux facteurs clés : 1. Un approvisionnement

Plus en détail

Evaluation des pratiques transfusionnelles en réanimation vasculaire et transplantation

Evaluation des pratiques transfusionnelles en réanimation vasculaire et transplantation Evaluation des pratiques transfusionnelles en réanimation vasculaire et transplantation A.Baret, AL.Botte, M.Kroll, V.Cerciat, S.Robert, C.Berthomé, Dr. A.Quinart, Dr.Neau-Cransac, Pr.Midy, Pr.Saric, Pr.Starzk

Plus en détail

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats

Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats Hémovigilance et sécurité transfusionnelle : incidents, accidents immédiats La Transfusion en France 3 millions de produits sanguins transfusés chaque année À 500 000 receveurs 1,5 millions de donneurs

Plus en détail

Anémie isovolémique en médecine d urgence

Anémie isovolémique en médecine d urgence Anémie isovolémique en médecine d urgence LE KHAC EMILIE INTRODUCTION Anémie (OMS) Définition 13 g/dl pour l homme 12 g/dl pour la femme L anémie aux urgences Découverte fréquente Liée directement ou indirectement

Plus en détail

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD

HAD et EHPA (D) Textes réglementaires. JOURNEES ARS : HAD et EHPAD HAD et EHPA (D) Textes réglementaires L intervention de l Hospitalisation à Domicile en EHPAD est possible depuis février 2007. Les textes législatifs réglementent prises en charge. et limitent les Bases

Plus en détail

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique :

L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : L HAD PsyDom 31 est GCS de moyens de droit privé de 30 places, regroupant 2 établissements de santé autorisés pour de l HAD psychiatrique : La structure d HAD du Centre Hospitalier Gérard Marchant (15

Plus en détail

Principaux accidents transfusionnels

Principaux accidents transfusionnels Principaux accidents transfusionnels Produits sanguins labiles : remplacement des constituants sanguins Pouvoir oxyphorique coagulation PY CRDIER DRU LVERN Concentrés erythrocytaires Plasma Plaquettes

Plus en détail

L Hémovigilance, bonnes pratiques de l IDE dans la transfusion C.ROUX IDE Hémovigilance CHU DIJON 29/02/2016

L Hémovigilance, bonnes pratiques de l IDE dans la transfusion C.ROUX IDE Hémovigilance CHU DIJON 29/02/2016 L Hémovigilance, bonnes pratiques de l IDE dans la transfusion C.ROUX IDE Hémovigilance CHU DIJON 29/02/2016 L HEMOVIGILANCE L HEMOVIGILANCE a étémise en place en 1994, c est c un élément important de

Plus en détail

Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) COLMAR

Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) COLMAR Michèle WALDVOGEL Responsable assurance qualité et gestion des risques GROUPE HOSPITALIER DU CENTRE ALSACE (GHCA) 68003 COLMAR Plan Présentation du Groupe Hospitalier du Centre Alsace Contexte et objectifs

Plus en détail

SAFETY TEST ABO LE CONTRÔLE ULTIME AU LIT DU MALADE

SAFETY TEST ABO LE CONTRÔLE ULTIME AU LIT DU MALADE SAFETY TEST ABO LE CONTRÔLE ULTIME AU LIT DU MALADE Sommaire Rappels des bonnes pratiques de la transfusion Définitions/Objectif Points clefs SAFETY TEST ABO Présentation du dispositif Technique d agglutination

Plus en détail

XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière

XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière XXII ème Congrès Société Française d Hygiène Hospitalière Catherine Faure, Béatrice Croze, Christia Gheno, Nathalie Armand, Marie-Claude Derbier, Mireille Roche, Joseph Hajjar. Lyon, 10 juin 2011. Centre

Plus en détail

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins

Douleur et cancer. Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Douleur et cancer Collège Auvergnat de Médecine d Urgence Le 03 Décembre 2013 Samia Belkhir Infirmière Urgences Moulins Introduction Evaluer et traiter la douleur : une priorité! Les soins génèrent de

Plus en détail

Unité d onco-hématologie pédiatrique IT version n 1 page 1/5

Unité d onco-hématologie pédiatrique IT version n 1 page 1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique IT 3.1.8.1 version n 1 page 1/5 Unité d onco-hématologie pédiatrique Administrer les Cellules Souches Hématopoïétiques en onco-pédiatrie Codification du document :

Plus en détail

Transfusion d un concentré de plaquettes sur un cathéter veineux central

Transfusion d un concentré de plaquettes sur un cathéter veineux central Oncologie-Hématologie Pédiatrique CHRU de Caen Fiche technique 12 Transfusion d un concentré de plaquettes sur un cathéter veineux central 1- principe de soin 2- Objectif Acte thérapeutique qui consiste

Plus en détail

Un lundi matin au laboratoire d Immunohématologie de l EFS :

Un lundi matin au laboratoire d Immunohématologie de l EFS : Défaillances en chaîne ayant conduit à la transfusion de deux concentrés globulaires incompatibles Dr Dominique Cottier Dr MF Leconte des Floris EFS BFC - Novembre 2015 Un lundi matin au laboratoire d

Plus en détail

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois

la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation en 2013 à domicile Assemblée Générale 2014 Pays d Artois la qualité de l hôpital, le confort de la maison L hospitalisation à domicile en 2013 Assemblée Générale 2014 Pays d Artois sommaire Définition de l hospitalisation à domicile 2 Les chiffres clés de l

Plus en détail

ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG - ILE- DE- FRANCE

ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG - ILE- DE- FRANCE ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG - ILE- DE- FRANCE HEMOVIGILANCE DU 2013 Dr Anne Mercadier EFS Ile-de- France Site Pitié-Salpétrière 1 ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG - ILE- DE- FRANCE L hémovigilance se

Plus en détail

Infos transfusion LA TRANSFUSION SANGUINE. Ce qu il est important de savoir. A quoi sert une transfusion sanguine, et

Infos transfusion LA TRANSFUSION SANGUINE. Ce qu il est important de savoir. A quoi sert une transfusion sanguine, et Infos transfusion LA TRANSFUSION SANGUINE Malgré les moyens mis en œuvre pour épargner les pertes sanguines, la réalisation d une intervention chirurgicale nécessite parfois la transfusion de produits

Plus en détail

EVALUATION DU RESPECT DES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

EVALUATION DU RESPECT DES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES EVALUATION DU RESPECT DES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Réunion Régionale R d Hémovigilance d du 8 décembre d 2009 DRASS d Alsace d Strasbourg Michèle Waldvogel Gestion des Risques - Coordinatrice des Vigilances

Plus en détail

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE?

ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? ATELIER DE SOINS PALLIATIFS LA COMPLEMENTARITE DE L HAD EN EHPAD, EST-CE POSSIBLE? 13/11/2013 1.Présentation de la CASSPA 49 ( Mme Christelle FOIN) Association «Loi 1901» -statuts déposés en 2009 Président

Plus en détail

KIT AES Optimisation de la prévention et de la prise en charge des AES en EMS en Franche-Comté

KIT AES Optimisation de la prévention et de la prise en charge des AES en EMS en Franche-Comté KIT AES Optimisation de la prévention et de la prise en charge des AES en EMS en Franche-Comté Journée des EMS en Franche-Comté 3 Novembre 2015 Dr Adeline FOLTZER Coordonnatrice médicale COREVIH Franche-Comté

Plus en détail

PR OPC 13 Page 1 sur 6. Indice de révision 01 Procédure de Prise en charge en Post Partum Date d application : 31 juillet 2008

PR OPC 13 Page 1 sur 6. Indice de révision 01 Procédure de Prise en charge en Post Partum Date d application : 31 juillet 2008 PR OPC 13 Page 1 sur 6 Indice de révision 01 Procédure de Prise en charge en Post Partum Date d application : 31 juillet 2008 Objet de la procédure Décrire les étapes de la prise en charge d une patiente

Plus en détail

Soins infirmiers en transfusion sanguine

Soins infirmiers en transfusion sanguine Soins infirmiers en transfusion sanguine Cours de Mme Grange et Mme Andrieux Le 10.12.2008 Constat actuel En France actuellement, il y encore des accidents transfusionnels malgré les efforts en hémovigilance.

Plus en détail

PERCEPTION ETHIQUE, DEONTOLOGIQUE ET JURIDIQUE DE LA TRANSFUSION SANGUINE EN COTE D IVOIRE. D

PERCEPTION ETHIQUE, DEONTOLOGIQUE ET JURIDIQUE DE LA TRANSFUSION SANGUINE EN COTE D IVOIRE. D PERCEPTION ETHIQUE, DEONTOLOGIQUE ET JURIDIQUE DE LA TRANSFUSION SANGUINE EN COTE D IVOIRE. D Konate S.; Sekongo Y.M. ; Abisse A.; Kouamenan S.; Yao K.D.; Kabore S.; N Guessan Centre National de Transfusion

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE UN ETABLISSEMENT D HAD ET UN ETABLISSEMENT SOCIAL OU MEDICO-SOCIAL NON MEDICALISE Vu les articles R. 6121-4-1 et D. 6124-311 du code de la santé publique, Vu l'article R.

Plus en détail

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE

RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE RÉSEAU TERRITORIAL DES URGENCES DE LA GIRONDE Comment améliorer les tensions dans les structures d urgence Dr Bénédicte Le Bihan- Dr Michel Thicoipe Le réseau territorial des urgences de Gironde : un axe

Plus en détail

Transfusion sanguine en pédiatrie. Yann Hamonic Anesthésie pédiatrique CHU Bordeaux

Transfusion sanguine en pédiatrie. Yann Hamonic Anesthésie pédiatrique CHU Bordeaux Transfusion sanguine en pédiatrie Yann Hamonic Anesthésie pédiatrique CHU Bordeaux Pourquoi? Quand? o Chirurgies à risque, Estimation des pertes, seuils transfusionnels, degré d urgence Combien? o Quantification

Plus en détail

Les Groupes Erytrocytaires La transfusion

Les Groupes Erytrocytaires La transfusion Les Groupes Erytrocytaires La transfusion IFSI La croix rouge Mai 2011 Dr karim Boudjedir INTRODUCTION Qu est qu un groupe sanguin? Qu est qu un groupe érythrocytaire? Combien sont-ils actuellement? Qu

Plus en détail

Retour d expérience de l hémovigilance sur l identitovigilance. Docteur Jean-Jacques CABAUD Coordination Régionale Hémovigilance

Retour d expérience de l hémovigilance sur l identitovigilance. Docteur Jean-Jacques CABAUD Coordination Régionale Hémovigilance Retour d expérience de l hémovigilance sur l identitovigilance Docteur Jean-Jacques CABAUD Coordination Régionale Hémovigilance La maîtrise de l identification l du patient est un facteur clé de la sécurité

Plus en détail

Place de l HAD en EHPAD

Place de l HAD en EHPAD Place de l HAD en EHPAD Mardi 13 octobre 2015 Rappels Quelques chiffres > En 1950, la population française était de 41,5 millions d'habitants, avec 6,7 millions de personnes âgées de plus de 60 ans soit

Plus en détail

HOSPITALISATION A DOMICILE

HOSPITALISATION A DOMICILE Formation proposée par Bien-être et santé en Baie le 4 février 2010 à Granville HOSPITALISATION A DOMICILE intervention du Dr Chantal DESPIERRES Médecin coordonnateur de l HAD du Pays de la Baie L'HAD

Plus en détail

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES

Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie. Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES Un PATIENT TRACEUR en traumatologie SAMU Urgences Orthopédie Dr LEJWI SAMU C. BOMPARD CSS URGENCES COPACAMU 2016 Patient traceur Pr Stéphanie GENTILE SSPIM Mme Anne-Claire DURAND SSPIM Dr Michael LEJWI

Plus en détail

Transfusion sanguine

Transfusion sanguine Transfusion sanguine Vérifier l ordonnance médicale au dossier Vérifier si le client a déjà reçu des produits sanguins( culot globulaire, plaquette, lasma, albumine ou immunoglobuline) Demander s il a

Plus en détail

LE CONTRÔLE PRÉ-TRANSFUSIONNEL ULTIME

LE CONTRÔLE PRÉ-TRANSFUSIONNEL ULTIME LE CONTRÔLE PRÉ-TRANSFUSIONNEL ULTIME Le Contrôle Ultime au Lit du Malade Pour augmenter la sécurité transfusionnelle en évitant les incompatibilités de groupe sanguin : Ayez le bon réflexe avec la Safety

Plus en détail

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support

TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support TéléPallia : la télémédecine au service des soins de support Dr Antoine Lemaire Responsable de Structure Equipe Mobile de Soins de Support & Palliatifs Chef de Pôle Cancérologie & Spécialités Médicales

Plus en détail

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015

Forum HAD. organisé par l ARS Poitou Charentes. le 5 novembre 2015 Forum HAD organisé par l ARS Poitou Charentes Poitiers le 5 novembre 2015 Intervention Mode d organisation de l HAD Intervenants Dr Nelly GRIMAUD, Médecin de l HAD Mutualiste 16 Ludovic GERBOU, IDE Libéral

Plus en détail

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT)

DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE 3EME NORD CONDITIONS D ADMISSION (A REMPLIR IMPERATIVEMENT) DOSSIER D ADMISSION EN LIT IDENTIFIE DE SOINS PALLIATIFS POLE DE GERONTOLOGIE CLINIQUE EME NORD Médecin référent : Dr Pinganaud A adresser au : Cadre de santé : Mme Perroy Service de court séjour gériatrique

Plus en détail

Administration et surveillancedu PSL

Administration et surveillancedu PSL Administration et surveillancedu PSL Note sur le cours de Mme Grange Le 18/11/2009 interet : amélioration de la fonction d'oxygenation çaire et tissulaire Améliorer la fct de coagulation (plaquettes-plasma)

Plus en détail

Pratique de la chimiothérapie en hématologie avec le C H LENS. Santé Services de La Région de Lens

Pratique de la chimiothérapie en hématologie avec le C H LENS. Santé Services de La Région de Lens Pratique de la chimiothérapie en hématologie avec le C H LENS Santé Services de La Région de Lens Point de départ Intervention de l HAD en CME au C H LENS Présentation du guide de codage, modes PEC Demande

Plus en détail

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES

PRADO PATHOLOGIES CHRONIQUES PRADO Le service d accompagnement à domicile après une hospitalisation PATHOLOGIES CHRONIQUES Volets insuffisance cardiaque et BPCO Dans le Jura (08/07/2016) Restreint 1 Permettre au patient de retourner

Plus en détail

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par

Et : - nom de l EHPAD (établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes), représenté par CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITÉS DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD /

CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD / CONVENTION DE COOPERATION, SERVICE HAD / "DestinataireCivilité" "DestinatairePrénom" "DestinataireNom" INFIRMIER(E) D EXERCICE LIBERAL ENTRE "NomHAD", au titre de son service d Hospitalisation à Domicile,

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application: 13/09/2012 Réf.: CMUB-039 Pagination : 1 de 11 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Protocole N 039 Rédacteurs Dr Chantal FRANCISCO, Dr Valérie HAMELIN, Dr Bénédicte

Plus en détail

Test ultime au lit du malade

Test ultime au lit du malade Test de compatibilité au laboratoire Test ultime au lit du malade AHU Houda Romdhane CRTS Sousse Interprétation et validation des tests immunohématologiques 20 Octobre 2016 Tabarka Introduction La sécurité

Plus en détail

L infirmier de recherche clinique

L infirmier de recherche clinique L infirmier de recherche clinique DIU FARC Séminaire 4 C.PARRAT 30 janvier 2014 Les missions de l hôpital public Le soin L enseignement et la formation La recherche = Mission de l infirmier de l hôpital

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE SSIAD (service de soins infirmiers à domicile) adresse : code postal et ville : Présidé par Représenté par Ci-après dénommé «SSIAD» d une part, ET L Hospitalisation à

Plus en détail

Année DF, NSE, CP, FR, GD

Année DF, NSE, CP, FR, GD Année 2010-2011 DF, NSE, CP, FR, GD Où sont localisés les antigènes du système ABO? Que définissent-ils dans le système ABO? Les antigènes du système ABO : Détectés au niveau de la membrane cellulaire

Plus en détail

ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique

ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique ARTICULATION Réseau Filière Gériatrique Expérience du Réseau VISage Une organisation intégrée dans le champ de la gériatrie Dr Anne-Marie AMMEUX- Mme Véronique CURT Genèse de l intégration sur le territoire

Plus en détail

LA TRANSFUSION SANGUINE. Dr Hamdi BOUBAKER

LA TRANSFUSION SANGUINE. Dr Hamdi BOUBAKER LA TRANSFUSION SANGUINE Dr Hamdi BOUBAKER Généralités C est un traitement qui consiste à injecter le sang ou plutôt l un de ses constituants provenant de sujets sains appelés Donneurs à des malades qui

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL

CONVENTION DE PARTENARIAT. Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE Le Réseau Dousopal 44 Bd Stanislas Girardin 76140 Le Petit Quevilly Représenté par le Docteur René LE, Président de l Association DOUSOPAL d une part, ET L Etablissement

Plus en détail

Organisation de la transfusion en urgence au bloc opératoire

Organisation de la transfusion en urgence au bloc opératoire Session Anesthésie Transfusion Sébastien Adamczyk Pôle d anesthésie-réanimation Hôpital Huriez CHRU LILLE Organisation de la transfusion en urgence au bloc opératoire Diapositive 1 Journées Lilloises d

Plus en détail

ETUDE RELATIVE AU COUT DES DEPOTS DE SANG

ETUDE RELATIVE AU COUT DES DEPOTS DE SANG ETUDE RELATIVE AU COUT DES DEPOTS DE SANG La conférence nationale des coordonnateurs régionaux d hémovigilance et de sécurité transfusionnelle (CNCRH) a effectué en 2015 une étude sur le coût des dépôts

Plus en détail

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Dr Claire AUDINET-BYHET Gériatre Dr Stéphanie ROCHON-EDOUARD Praticien

Plus en détail

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie?

EHPAD/USLD. Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? Quelles sont les ressources mobilisables dans les soins de support en oncogériatrie? EHPAD/USLD Table ronde 2ème journée d oncogériatrie du Centre Orléans La Source le 1 er décembre 2016 Dr Karine Barilleau

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE GUINGAMP. 17 rue de l Armor BP GUINGAMP

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE HOSPITALIER DE GUINGAMP. 17 rue de l Armor BP GUINGAMP ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE HOSPITALIER DE GUINGAMP 17 rue de l Armor BP 10548 22205 GUINGAMP Avril 2009 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS

TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS TERRITOIRE DE SANTE ROUEN-ELBEUF INTERVENTION DU RESEAU GRATUITE FINANCEE PAR L ARS Vous avez dit Soins Palliatifs Définitions Thérèse VANIER en 1976 «C est tout ce qui reste à faire quand il n y a plus

Plus en détail

La gestion de la délivrance en urgence vitale par l EFS Bourgogne Franche-Comté

La gestion de la délivrance en urgence vitale par l EFS Bourgogne Franche-Comté La gestion de la délivrance en urgence vitale par l EFS Bourgogne Franche-Comté Laurent Bardiaux Site de Besançon 1 LB 26/04/05 ❶ Rappels réglementaires ❷ Place de l urgence transfusionnelle dans l activité

Plus en détail

Contexte démographique

Contexte démographique Programme de prévention du risque infectieux en établissements d hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) Drôme Dr Philippe BURLAT DDASS de la Drôme Contexte démographique 21%> 60 ans 8 % > 75

Plus en détail

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient.

Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. Évaluation d un programme d éducation à la santé VIH: Apport de l expertise de l Unité Transversale d Éducation du Patient. AFDET 3 février 2012 HUSTACHE-MATHIEU L 1, ESSERT M 2 1 Service de maladies infectieuses

Plus en détail

TRANSFUSION EN GERIATRIE : Etat des Lieux au CHD Bischwiller

TRANSFUSION EN GERIATRIE : Etat des Lieux au CHD Bischwiller TRANSFUSION EN GERIATRIE : Etat des Lieux au CHD Bischwiller Dr M. SCHROTZENBERGER-BOOS Correspondant d Hémovigilance Centre Hospitalier Départemental de Bischwiller Présentation du CHD Bischwiller Centre

Plus en détail

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD

Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD Atelier E 10 présenté par le Dr Marie PECHARD 1 Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Nom du conférencier: Dr Marie PECHARD Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel en lien avec

Plus en détail

Rappels 3A IFSI Paul BROUSSE

Rappels 3A IFSI Paul BROUSSE Antigènes et anticorps du système ABO Système de groupe sanguin RH Groupes Antigènes (sur globule rouge) Anticorps (dans sérum/ plasma) Antigène D présent : Rh positif (85 %) / RH1 Antigène D absent :

Plus en détail

TRANSFUSION en S.M.U.R. MYTHE ou REALITE? Dr. Marc Fournier Assistance Public Hôpitaux de Marseille. SAMU 13.

TRANSFUSION en S.M.U.R. MYTHE ou REALITE? Dr. Marc Fournier Assistance Public Hôpitaux de Marseille. SAMU 13. TRANSFUSION en S.M.U.R. MYTHE ou REALITE? Dr. Marc Fournier Assistance Public Hôpitaux de Marseille. SAMU 13. LA REALITE EN PRIMAIRE Prise en charge transfusionnelle des PT au cours des 24 premières heures

Plus en détail

Peut-on transfuser un seul CGR? (chez l adulte)

Peut-on transfuser un seul CGR? (chez l adulte) Peut-on transfuser un seul CGR? (chez l adulte) Jeudi 20 mars 2008 Dr Jean VIAL Hémovigilance - HEH 1 Caractéristiques des CGR CGR déleucocyté issu de sang total unité adulte (Arrêté du 29 avril 2003 fixant

Plus en détail

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX

Nathalie DANJOU, Directrice. 16, rue Du Guesclin PERIGUEUX Nathalie DANJOU, Directrice 16, rue Du Guesclin 24000 PERIGUEUX 05.53.13.19.90 05.53.53.40.72 @ accueil@mdrs24.fr Groupement de Coopération Sanitaire (GCS) AUTORISE DEPUIS LE 05 OCTOBRE 2015 «LA MAISON

Plus en détail