X, demandeur. entreprise. de son client, certains renseignements «notamment eu égard aux suites à donner à votre

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "X, demandeur. entreprise. de son client, certains renseignements «notamment eu égard aux suites à donner à votre"

Transcription

1 X, demandeur c. FINANCIÈRE SUN LIFE, entreprise L OBJET DU LITIGE : Le 13 février 2002, l avocat du demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir, au nom de son client, certains renseignements «notamment eu égard aux suites à donner à votre correspondance du 30 janvier 2002 qui lui réclame le remboursement intégral d un montant de 8 239,23 $», à savoir : Le dossier complet du demandeur, incluant, entre autres, les correspondances, déclarations de médecins, rapports médicaux et suivis médicaux; Le contrat collectif d assurances applicable au demandeur pour les années 2000, 2001 et L avocat demande également à l entreprise de préciser l allégation suivante qui est inscrite dans la lettre du 30 janvier 2002 : «Après investigation, il nous est maintenant clair que vos activités quotidiennes ne sont pas compatibles avec l invalidité alléguée.». L avocat demande enfin : «Sur quoi repose cette allégation» et il ajoute «Une collaboration et une transparence à ce sujet pourraient toujours contribuer à régler le dossier plus rapidement.».

2 2 L entreprise refuse de donner communication des renseignements demandés; l article 39 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1 est invoqué au soutien de ce refus le 22 février Le 20 mars 2002, le demandeur requiert l examen de la mésentente résultant de cette décision et prétend que la disposition invoquée par l entreprise ne s applique pas. LA PREUVE : Les parties indiquent que le contrat d assurance n est plus en litige mais que la précision qui est visée par la demande d accès et qui est détenue par l entreprise fait partie des renseignements qui demeurent en litige. L avocat de l entreprise dépose la lettre que M me Marie-Josée Potvin, spécialiste en gestion invalidité de l entreprise, a fait parvenir au demandeur le 12 juin 2001 concernant sa demande de prestations d invalidité de longue durée; M me Potvin y confirme que les renseignements détenus «ne justifient pas une invalidité à votre travail régulier.» et que, par conséquent, l entreprise ne poursuit pas le versement de ses prestations au-delà du 30 avril (E-1). L avocat dépose la lettre qu une avocate du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l alimentation et du commerce a fait parvenir à M me Potvin, le 27 juin 2001, au nom du demandeur qu elle dit représenter et en réaction à la décision de l entreprise de mettre fin au versement des prestations d invalidité du demandeur à compter du 30 avril 2001; l avocate y exprime son désaccord avec cette décision et, à cet égard, elle prend appui sur un rapport médical daté du 23 avril L avocate y indique que la décision de 1 L.R.Q., c. P-39.1.

3 3 l entreprise est donc manifestement mal fondée et qu à défaut par l entreprise de la modifier «dans les 10 jours de la réception des présentes» et d indemniser le demandeur conformément au contrat d assurance, elle intentera des procédures judiciaires (E-2). L avocat de l entreprise dépose un exemplaire de la lettre que sa cliente a fait parvenir au demandeur le 30 janvier L entreprise y fait état de son investigation sur les activités quotidiennes du demandeur et de l incompatibilité de ces activités avec l invalidité alléguée. L entreprise y exige aussi expressément le remboursement intégral de toutes les prestations qu elle a versées au demandeur pour la période du 22 septembre 2000 au 30 avril 2001, remboursement devant être effectué par chèque au montant de 8 239, 23$; elle met le demandeur en demeure de payer ce montant dans les 30 jours suivant la réception de cette lettre, paiement à défaut duquel elle entreprendra des procédures judiciaires contre lui (E-3). L avocat de l entreprise dépose enfin la demande d accès du 13 février 2002 (E-4) ainsi que le refus de l entreprise d acquiescer à cette demande d accès, daté du 22 février 2002 (E-5). Le représentant du demandeur admet la demande de prestations d invalidité faite à l entreprise par son client ainsi que le versement, par l entreprise, de prestations d invalidité au demandeur. Il admet également que les documents déposés par l avocat de l entreprise ont été échangés tels quels (E-1 à E-5). Il conteste la décision de l entreprise de refuser l accès aux renseignements demandés. Le demandeur, avance-t-il, n a pas l intention d intenter des procédures judiciaires contre l entreprise; il veut simplement connaître le contenu de son dossier afin de savoir si les renseignements qui le constituent sont pertinents ou encore périmés et, le cas échéant, s il y a lieu de les faire corriger ou supprimer. Il précise que le demandeur ne s est

4 4 aucunement engagé à ne pas intenter de procédures judiciaires contre l entreprise parce qu il ne connaît pas le contenu de son dossier. Le représentant du demandeur fait entendre M. Patrick Lavigne qui est à l emploi de l entreprise à titre d analyste principal des règlements, gestion invalidité, et qui témoigne sous serment. M. Lavigne confirme la mise en demeure qu il a adressée au demandeur le 30 janvier 2002 (E-3) et par laquelle l entreprise exige le remboursement intégral de toutes les prestations versées par elle concernant la période du 22 septembre 2000 au 30 avril 2001, soit un montant de 8 239, 23 $. M. Lavigne reconnaît qu aucune procédure judiciaire n était intentée le 30 janvier 2002; il rappelle qu une mise en demeure (E-2) avait cependant été adressée à l entreprise, au nom du demandeur, le 27 juin M. Lavigne reconnaît qu à la date de l audience, soit le 6 septembre 2002, aucune procédure judiciaire n a encore été intentée; il précise que deux mises en demeure ont cependant été adressées dans le dossier opposant le demandeur et l entreprise en ce qui concerne les prestations d invalidité du demandeur (E-2, E-3). Le demandeur témoigne sous serment. Il confirme les propos de son représentant. Il souligne vouloir prendre connaissance de son dossier. Il signale que l avocate du syndicat des Travailleurs et travailleuses unis de l alimentation et du commerce ne le représente plus et qu aucun grief n a été déposé.

5 5 L ARGUMENTATION : L avocat de l entreprise avance que la preuve démontre que des procédures judiciaires étaient imminentes entre les parties à la date de la demande d accès du 13 février 2002; à son avis, l entreprise pouvait refuser de donner au demandeur copie des renseignements demandés en vertu du 2 ième paragraphe de l article 39 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé : 39. Une personne qui exploite une entreprise peut refuser de communiquer à une personne un renseignement personnel la concernant lorsque la divulgation du renseignement risquerait vraisemblablement: 1 o de nuire à une enquête menée par son service de sécurité interne ayant pour objet de prévenir, détecter ou réprimer le crime ou les infractions à la loi ou, pour son compte, par un service externe ayant le même objet ou une agence d'investigation ou de sécurité conformément à la Loi sur les agences d'investigation ou de sécurité (chapitre A-8); 2 o d'avoir un effet sur une procédure judiciaire dans laquelle l'une ou l'autre de ces personnes a un intérêt. Il réfère à la décision rendue par la Cour du Québec dans un cas analogue à celui soumis à la Commission par le demandeur, décision 2 voulant que : «Pour déterminer si l on est en présence de procédures que l on s apprête à intenter, une mise en demeure peut constituer un indice valable, mais rien dans la loi ne l exige comme condition essentielle. Il est plus approprié d examiner l ensemble des circonstances de chaque cas que la seule présence ou non d une mise en demeure. En l espèce, la correspondance échangée entre les parties démontre clairement que les documents et les renseignements sont recherchés dans le cadre d une contestation de l intimée. Il était manifeste que les documents et renseignements recherchés risquaient vraisemblablement d avoir un effet sur une procédure judiciaire imminente entre les parties. La prétention de l intimée selon laquelle elle désirait obtenir les documents non pas pour poursuivre, mais uniquement pour 2 S.S.Q. c. Nadeau, J.E

6 6 déterminer ses droits ne change rien à la conclusion qui s infère de la preuve, à savoir que ces documents pouvaient avoir un effet sur une procédure imminente entre les parties. Il ne sert à rien de déterminer nos droits si nous n avons pas l intention de les exercer.» L avocat de l entreprise soutient qu il y a toujours menace de poursuites judiciaires de la part du demandeur contre l entreprise. Les recours qui peuvent être entrepris ne sont pas prescrits, signale-t-il. À son avis, le syndicat précité n est pas essentiel au dossier et le fait qu il ne représente plus le demandeur n est pas déterminant aux fins des procédures. L avocat de l entreprise souligne que la décision de sa cliente est justifiée en raison de la mise en demeure que le demandeur lui a adressée et parce que le recours du demandeur contre sa cliente n est pas prescrit. Selon l avocat, il est clair que le demandeur veut connaître le contenu de son dossier avant de décider s il peut aller plus loin. Le représentant du demandeur avance pour sa part que l article 5 de la Charte des droits et libertés de la personne de même que l article 3 du Code civil du Québec s appliquent à la demande d accès : 5. Toute personne a droit au respect de sa vie privée. 3. Toute personne est titulaire de droits de la personnalité, tels le droit à la vie, à l inviolabilité et à l intégrité de sa personne, au respect de son nom, de sa réputation et de sa vie privée. À son avis, le demandeur a droit de recevoir communication des renseignements personnels en litige en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé.

7 7 Selon lui, le 2 ième paragraphe de l article 39 de cette loi ne s applique pas, aucune procédure n ayant été intentée entre les parties, comme le confirme la preuve. Il avance que la preuve démontre notamment qu aucune procédure judiciaire n est imminente entre les parties et que le syndicat précité n est plus au dossier du demandeur. Il signale que le demandeur n a intenté aucune procédure judiciaire contre l entreprise et que le demandeur n a pas besoin des renseignements en litige aux fins de cette procédure. Selon lui, enfin, le refus de l entreprise n est pas justifié. DÉCISION : La Commission examine la légalité du refus de l entreprise tel qu il a été décidé le 22 février 2002 dans le contexte qui préexistait alors. La preuve démontre qu un litige existait déjà entre les parties à la date de la demande d accès du 13 février Ce litige résulte de deux décisions successives de l entreprise par lesquelles celle-ci indique au demandeur que, d une part, elle cesse de lui verser des prestations d invalidité et que, d autre part, elle exige le remboursement du montant des prestations d invalidité qu elle lui a versé durant une période déterminée; la première de ces décisions a provoqué l envoi d une mise en demeure par une avocate qui représentait le demandeur alors que la deuxième constituait une mise en demeure que l entreprise destinait au demandeur. La preuve démontre particulièrement que l état de santé du demandeur est, par opposition à l invalidité que le demandeur a déclarée ou rapportée à l entreprise et qui a été examinée par celle-ci, au cœur du litige préexistant entre les parties.

8 8 La preuve démontre que l avocat du demandeur a, par sa demande d accès datée du 13 février 2002 et soumise au nom de son client, directement réagi à la mise en demeure que l entreprise adressait à son client le 30 janvier précédent. La preuve établit spécifiquement que le recours par lequel le demandeur peut contester les décisions de l entreprise n est pas prescrit et qu il en est de même du recours que l entreprise peut exercer contre le demandeur. J ai pris connaissance des renseignements qui ont été demandés et dont la communication est refusée par l entreprise en vertu du 2 ième paragraphe de l article 39 de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé : 39. Une personne qui exploite une entreprise peut refuser de communiquer à une personne un renseignement personnel la concernant lorsque la divulgation du renseignement risquerait vraisemblablement: 1 o de nuire à une enquête menée par son service de sécurité interne ayant pour objet de prévenir, détecter ou réprimer le crime ou les infractions à la loi ou, pour son compte, par un service externe ayant le même objet ou une agence d'investigation ou de sécurité conformément à la Loi sur les agences d'investigation ou de sécurité (chapitre A-8); 2 o d'avoir un effet sur une procédure judiciaire dans laquelle l'une ou l'autre de ces personnes a un intérêt. Il s agit, essentiellement, de tous les renseignements personnels que détient l entreprise concernant le demandeur et qui se rapportent : À la demande motivée de prestations d invalidité soumise à l entreprise par le demandeur; au traitement détaillé et chronologique de cette demande par l entreprise; au versement périodique de prestations d invalidité au demandeur par l entreprise; à l arrêt motivé du versement de ces prestations;

9 9 à la demande, appuyée et motivée, de remboursement du montant payé au demandeur. À mon avis, les renseignements en litige constituent un ensemble d éléments de preuve que l entreprise utilisera vraisemblablement pour chercher à justifier, compte tenu du contexte qui existait avant la demande d accès et qui comprend les mises en demeure susmentionnées (E-2, E-3), ses décisions de mettre un terme au versement de prestations d invalidité au demandeur et d exiger de celui-ci le remboursement des prestations qui lui ont été versées. La preuve me convainc que la divulgation de ces éléments de preuve en réponse à la demande d accès du 13 février 2002 risquait vraisemblablement d avoir un effet sur une procédure judiciaire dans laquelle les deux parties avaient, et ont toujours, un intérêt. La décision de l entreprise est fondée en droit; la restriction invoquée au soutien de son refus l autorise à communiquer les documents en litige au demandeur ou à refuser de les lui communiquer. PAR CES MOTIFS, la Commission rejette la demande d examen de mésentente. Québec, le 31 octobre 2002 M e David W. Boyd Avocat de l entreprise M. Jean Pépin, stagiaire (M e Frédéric St-Jean) HÉLÈNE GRENIER Commissaire

10 10 Représentant du demandeur

Demandeur. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN EN MATIÈRE DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS (SECTEUR PRIVÉ).

Demandeur. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN EN MATIÈRE DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS (SECTEUR PRIVÉ). Dossier : 01 12 24 Date : 7 février 2003 Commissaire : M e Hélène Grenier X Demandeur c. SYNDICAT DES PROFESSIONNELLES ET DES PROFESSIONNELS DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC (SPGQ) Entreprise DÉCISION OBJET DEMANDE

Plus en détail

entreprise Le 5 avril 2002, la demanderesse s adresse à l entreprise pour obtenir une «copie

entreprise Le 5 avril 2002, la demanderesse s adresse à l entreprise pour obtenir une «copie X, demanderesse c. SSQ, SOCIÉTÉ D ASSURANCE-VIE INC., entreprise L OBJET DU LITIGE : Le 5 avril 2002, la demanderesse s adresse à l entreprise pour obtenir une «copie intégrale et complète» de son dossier,

Plus en détail

Demandeur AXA ASSURANCES INC. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

Demandeur AXA ASSURANCES INC. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 19 Date : 26 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X Demandeur c. AXA ASSURANCES INC. Entreprise DÉCISION OBJET DEMANDE D EXAMEN DE

Plus en détail

DÉCISION DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D ACCÈS À DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

DÉCISION DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D ACCÈS À DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 05 01 50 Date : 10 mars 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X Demandeur c. VILLE DE LAVAL Organisme DÉCISION OBJET DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR L ACCÈS

DÉCISION LA DEMANDE D'EXAMEN DE MÉSENTENTE SUR L ACCÈS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 14 22 Date : 20040824 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Assurances générales des Caisses Desjardins Entreprise DÉCISION L OBJET

Plus en détail

MICHEL WOLFE, demandeur, entreprise. Le 5 décembre 2000, M. Michel Wolfe écrit ce qui suit à Les Associés,

MICHEL WOLFE, demandeur, entreprise. Le 5 décembre 2000, M. Michel Wolfe écrit ce qui suit à Les Associés, 01 00 73 MICHEL WOLFE, demandeur, c. LES ASSOCIÉS, SERVICES FINANCIERS DU CANADA, entreprise. L'OBJET DU LITIGE Le 5 décembre 2000, M. Michel Wolfe écrit ce qui suit à Les Associés, Services financiers

Plus en détail

Demanderesse. Entreprise DÉCISION

Demanderesse. Entreprise DÉCISION Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 02 16 58 Date : 2004.07.28 Commissaire : M e Diane Boissinot [X], es qualité de titulaire de l autorité parentale sur sa fille mineure [Y] Demanderesse

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D'ACCÈS À DES DOCUMENTS

DÉCISION LA DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D'ACCÈS À DES DOCUMENTS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 04 14 95 Date : 12 septembre 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Ville de Laval Organisme public DÉCISION L OBJET DU LITIGE

Plus en détail

DUPONT, Sylvie. D r LOUISE MARCHAND. L'entreprise. buccal et maxillo-facial, afin d obtenir une copie de son «dossier intégral y

DUPONT, Sylvie. D r LOUISE MARCHAND. L'entreprise. buccal et maxillo-facial, afin d obtenir une copie de son «dossier intégral y DUPONT, Sylvie Demanderesse c. D r LOUISE MARCHAND L'entreprise Le 28 mai 1998, la demanderesse s adresse au D r Louise Marchand, chirurgien buccal et maxillo-facial, afin d obtenir une copie de son «dossier

Plus en détail

RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC

RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 08 97 Date : Le 14 août 2007 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Organisme DÉCISION LE LITIGE DEMANDE

Plus en détail

POLITIQUE CONCERNANT LA DÉFENSE DES MEMBRES POURSUIVIS AU CIVIL OU VICTIMES D ALLÉGATIONS DE NATURE CRIMINELLE

POLITIQUE CONCERNANT LA DÉFENSE DES MEMBRES POURSUIVIS AU CIVIL OU VICTIMES D ALLÉGATIONS DE NATURE CRIMINELLE CA-0405-014B POLITIQUE CONCERNANT LA DÉFENSE DES MEMBRES POURSUIVIS AU CIVIL OU VICTIMES D ALLÉGATIONS DE NATURE CRIMINELLE Adoptée par le Conseil d administration 2 novembre 2004 A. OBLIGATION LÉGALE

Plus en détail

Dossier : Date : 6 octobre Commissaire : M e Hélène Grenier. Demanderesse SECRÉTARIAT AU LOISIR ET AU SPORT. Organisme DÉCISION OBJET

Dossier : Date : 6 octobre Commissaire : M e Hélène Grenier. Demanderesse SECRÉTARIAT AU LOISIR ET AU SPORT. Organisme DÉCISION OBJET Dossier : 03 06 71 Date : 6 octobre 2003 Commissaire : M e Hélène Grenier X Demanderesse c. SECRÉTARIAT AU LOISIR ET AU SPORT Organisme DÉCISION OBJET DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D'ACCÈS [1] La demanderesse

Plus en détail

Organisme. Tiers DÉCISION. janvier L article 9 de la Charte des droits et libertés de la personne 1 ainsi que

Organisme. Tiers DÉCISION. janvier L article 9 de la Charte des droits et libertés de la personne 1 ainsi que Dossier: 00 04 02 GUIMOND, Marleine Demanderesse c. COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES Organisme LES TRANSPORTS MITIS INC. Tiers DÉCISION Le litige : L organisme refuse de donner communication d une lettre

Plus en détail

Demandeur. Organisme DÉCISION

Demandeur. Organisme DÉCISION Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 03 20 Date : Le 11 septembre 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. COMMISSAIRE À LA DÉONTOLOGIE POLICIÈRE Organisme DÉCISION OBJET

Plus en détail

Demandeur. Organisme DÉCISION

Demandeur. Organisme DÉCISION Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 03 05 02 Date : 20040521 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. VILLE DE BLAINVILLE Organisme DÉCISION L'OBJET DEMANDE DE RÉVISION [1] Le

Plus en détail

IL PICENO CAFÉ BISTRO. Demandeur. Organisme. Le 12 mai 2000, le demandeur s adresse à l organisme afin d obtenir copie

IL PICENO CAFÉ BISTRO. Demandeur. Organisme. Le 12 mai 2000, le demandeur s adresse à l organisme afin d obtenir copie 00 12 37 IL PICENO CAFÉ BISTRO Demandeur c. COMMUNAUTÉ URBAINE DE MONTRÉAL Organisme L OBJET DU LITIGE Le 12 mai 2000, le demandeur s adresse à l organisme afin d obtenir copie complète de la plainte déposée

Plus en détail

Demandeur. Organisme DÉCISION

Demandeur. Organisme DÉCISION Dossier : 03 04 01 Date : 20040105 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. CENTRE JEUNESSE DE MONTRÉAL Organisme DÉCISION L'OBJET DEMANDE DE RÉVISION [1] Le 13 février 2003, le demandeur veut obtenir

Plus en détail

Demandeur BCP LTÉE. Entreprise DÉCISION

Demandeur BCP LTÉE. Entreprise DÉCISION Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 14 29 Date : Le 11 décembre 2006 Commissaire : M e Jean Chartier X Demandeur c. BCP LTÉE Entreprise DÉCISION L OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE

Plus en détail

VILLE DE SAINTE-ANNE DE BEAUPRÉ, entreprise

VILLE DE SAINTE-ANNE DE BEAUPRÉ, entreprise VILLE DE SAINTE-ANNE DE BEAUPRÉ, demanderesse, c. KRONSTRÖM, DESJARDINS, entreprise L OBJET DU LITIGE : L entreprise s est adressée à la Ville de Sainte-Anne-de-Beaupré (la «Ville») le 15 juin 2001 afin

Plus en détail

Demandeur. Organisme DÉCISION

Demandeur. Organisme DÉCISION Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 03 06 65 Date : 20040520 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. MUNICIPALITÉ DE CONTRECŒUR Organisme DÉCISION L'OBJET DEMANDE DE RÉVISION

Plus en détail

DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE DE RECTIFICATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE DE RECTIFICATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Dossier : 02 16 48 Date : 5 janvier 2004 Commissaire : M e Hélène Grenier X Demandeur c. CRÉDIT MAZDA CANADA INC. Entreprise DÉCISION OBJET DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE DE RECTIFICATION DE

Plus en détail

Dossier : Date : Commissaire : Christiane Constant. André GIGNAC -et- Michel GIGNAC. Demandeurs. Ministère de la Sécurité publique

Dossier : Date : Commissaire : Christiane Constant. André GIGNAC -et- Michel GIGNAC. Demandeurs. Ministère de la Sécurité publique Dossier : 02 15 72 Date : 20030127 Commissaire : Christiane Constant André GIGNAC -et- Michel GIGNAC c. Demandeurs Ministère de la Sécurité publique Organisme DÉCISION OBJET DU LITIGE DEMANDE DE RÉVISION

Plus en détail

Loi visant la prestation continue de services médicaux d urgence

Loi visant la prestation continue de services médicaux d urgence DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 114 (2002, chapitre 39) Loi visant la prestation continue de services médicaux d urgence Présenté le 25 juillet 2002 Principe adopté le 25

Plus en détail

RIEL, LUCIE, entreprise

RIEL, LUCIE, entreprise RIEL, LUCIE, demanderesse c. GROUPE FAVREAU, entreprise L OBJET DU LITIGE : M me Riel s est adressée à l entreprise pour obtenir une copie complète de son dossier. L entreprise lui a communiqué une partie

Plus en détail

LINE NADEAU. Demanderesse VILLE DE LAVAL

LINE NADEAU. Demanderesse VILLE DE LAVAL 99 22 60 LINE NADEAU Demanderesse c. VILLE DE LAVAL Organisme public L OBJET DU LITIGE Le 29 novembre 1999, la demanderesse s adresse à l organisme afin : «[ ] de me permettre de lire en entier la lettre

Plus en détail

Dossier : Date : Commissaire : M e Christiane Constant M. X. Demandeur. CHSLD-CLSC Nord de l Île (Hôpital Notre-Dame-de-la-Merci)

Dossier : Date : Commissaire : M e Christiane Constant M. X. Demandeur. CHSLD-CLSC Nord de l Île (Hôpital Notre-Dame-de-la-Merci) Dossier : 02 15 08 Date : 20040219 Commissaire : M e Christiane Constant M. X c. Demandeur CHSLD-CLSC Nord de l Île (Hôpital Notre-Dame-de-la-Merci) Organisme public DÉCISION L'OBJET DU LITIGE LA DEMANDE

Plus en détail

DIRECTION DES ENQUÊTES SUR LES DIVULGATIONS

DIRECTION DES ENQUÊTES SUR LES DIVULGATIONS Justice Équité Respect Impartialité Transparence DIRECTION DES ENQUÊTES SUR LES DIVULGATIONS EN MATIÈRE D INTÉGRITÉ PUBLIQUE Conditions et modalités du service de consultation juridique Mai 2017 Table

Plus en détail

01 18 29 X, demandeur. entreprise. Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de

01 18 29 X, demandeur. entreprise. Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de X, demandeur c. BÉLAIR DIRECT, COMPAGNIE D ASSURANCE, entreprise L OBJET DU LITIGE : Le 17 octobre 2001, le demandeur s adresse à l entreprise pour obtenir «une copie de mon dossier complet» de même que

Plus en détail

professionnelles jusqu au bout. Le demandeur souligne qu il lui faut disposer de

professionnelles jusqu au bout. Le demandeur souligne qu il lui faut disposer de X ci-après appelé «le demandeur» c. CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE QUÉBEC ci-après appelé «l'organisme» Le 6 mars 2000, le demandeur s est adressé à l organisme afin d obtenir copie du dossier médical

Plus en détail

NAULT, Lucie. Organisme. Le 6 avril 2000, madame Nault s adresse à l organisme afin d obtenir «copie

NAULT, Lucie. Organisme. Le 6 avril 2000, madame Nault s adresse à l organisme afin d obtenir «copie NAULT, Lucie Demanderesse c. HOPITAL DU SACRÉ-CŒUR DE MONTRÉAL Organisme Le 6 avril 2000, madame Nault s adresse à l organisme afin d obtenir «copie intégrale de mon dossier médical relié à CSST 8 octobre

Plus en détail

LA TENUE D UN REGISTRE DES COMMUNICATIONS DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

LA TENUE D UN REGISTRE DES COMMUNICATIONS DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS LA TENUE D UN REGISTRE DES COMMUNICATIONS DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels prévoit l enregistrement

Plus en détail

ROCK POULIN, demandeur, entreprise. son client «[ ] la lettre dont lecture fut faite à une séance ordinaire du conseil

ROCK POULIN, demandeur, entreprise. son client «[ ] la lettre dont lecture fut faite à une séance ordinaire du conseil 01 09 12 ROCK POULIN, demandeur, c. CAISSE POPULAIRE DE SAINTE- MARGUERITE DE LINGWICK, entreprise. L'OBJET DU LITIGE Le 3 mai 2001, le procureur de M. Rock Poulin veut obtenir au nom de son client «[

Plus en détail

Orientations générales de la Commission des lésions professionnelles en matière de remises

Orientations générales de la Commission des lésions professionnelles en matière de remises Orientations générales de la Commission des lésions professionnelles en matière de remises 1. Contexte Les présentes orientations générales ont pour objet l utilisation optimale des ressources humaines

Plus en détail

PAUL-ANDRÉ VIAU, demandeur, entreprise. Leclerc inc. (l'«entreprise»), une demande, afin d obtenir une copie de son

PAUL-ANDRÉ VIAU, demandeur, entreprise. Leclerc inc. (l'«entreprise»), une demande, afin d obtenir une copie de son 01 05 18 PAUL-ANDRÉ VIAU, demandeur, c. ALIMENTATION GUY LECLERC INC., entreprise. L OBJET DU LITIGE M. Paul-André Viau formule, le 5 février 2001, auprès d'alimentation Guy Leclerc inc. (l'«entreprise»),

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE VISANT À FACILITER LA DIVULGATION D ACTES RÉPRÉHENSIBLES (PO-31)

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE VISANT À FACILITER LA DIVULGATION D ACTES RÉPRÉHENSIBLES (PO-31) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE VISANT À FACILITER LA DIVULGATION D ACTES RÉPRÉHENSIBLES (PO-31) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE VISANT À FACILITER LA DIVULGATION D ACTES RÉPRÉHENSIBLES

Plus en détail

ALAIN PINSONNEAULT, demandeur,

ALAIN PINSONNEAULT, demandeur, 00 15 57 ALAIN PINSONNEAULT, demandeur, c. RÉGIE INTERMUNICIPALE DE POLICE ROUSSILLON, organisme public. L OBJET DU LITIGE Le 12 juin 2000, M. Alain Pinsonneault, par l intermédiaire de son procureur,

Plus en détail

Demandeur. Organisme DÉCISION

Demandeur. Organisme DÉCISION Dossier : 02 17 67 Date : 20030828 Commissaire : M e Michel Laporte X Demandeur c. VILLE DE MONTRÉAL Organisme DÉCISION L'OBJET DEMANDE DE RÉVISION [1] Le 11 septembre 2002, le demandeur présente une demande

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 5 MAI 2011 C.10.0175.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0175.F V. G., demandeur en cassation, représenté par Maître Jacqueline Oosterbosch, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL

COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL COMMISSION DES RELATIONS DU TRAVAIL Dossier : AM-1000-9215 Cas : CM 2001-3744 Référence : 2005 QCCRT 0266 Montréal, le 11 mai 2005 DEVANT LA COMMISSAIRE : Andrée St-Georges, présidente Jean-Pierre Légaré

Plus en détail

Loi modifiant le Code de procédure civile

Loi modifiant le Code de procédure civile PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 31 (1999, chapitre 46) Loi modifiant le Code de procédure civile Présenté le 4 mai 1999 Principe adopté le 18 mai 1999 Adopté le 2 novembre

Plus en détail

M me N. G. M. A. G. DÉCISION

M me N. G. M. A. G. DÉCISION Dossier : 03 06 66 Date : 20040112 Commissaire : M e Christiane Constant M me N. G. et M. A. G. Demandeurs c. Hôpital Jean-Talon Organisme public DÉCISION L'OBJET DU LITIGE LA DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE

Plus en détail

99 21 43 Demandeur. Entreprise

99 21 43 Demandeur. Entreprise 99 21 43 BOYER, Martin Demandeur c. CASINO DE MONTRÉAL (SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC.) Entreprise Le 18 octobre 1999, monsieur Boyer s adressait au Casino de Montréal afin que lui soient remis : «tous

Plus en détail

PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX

PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX PROCÉDURE D EXAMEN DES PLAINTES EN MATIÈRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX Janvier 2011 Dernière mise à jour : 15 janvier 2014 Le Protecteur du citoyen, nommé en application de la Loi sur le Protecteur

Plus en détail

Commission d'accès à l'information du Québec. Dossier : Date : 2 août Commissaire : M e Hélène Grenier BAPTISTE RICARD-CHÂTELAIN

Commission d'accès à l'information du Québec. Dossier : Date : 2 août Commissaire : M e Hélène Grenier BAPTISTE RICARD-CHÂTELAIN Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 03 08 79 Date : 2 août 2004 Commissaire : M e Hélène Grenier BAPTISTE RICARD-CHÂTELAIN Demandeur c. MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

Plus en détail

JEAN-GUY SAVARD, demandeur,

JEAN-GUY SAVARD, demandeur, 01 12 33 JEAN-GUY SAVARD, demandeur, c. MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE, organisme public. L OBJET DU LITIGE Le 27 mai 2001, M. Jean-Guy Savard demande au ministère de la Sécurité publique (le «Ministère»)

Plus en détail

DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS

DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS Commission d'accès à l'information du Québec Dossier : 05 08 30 Date : 21 avril 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X Demandeur c. MICHEL CORNEAU, DÉTECTIVE PRIVÉ INC. Entreprise DÉCISION OBJET DEMANDE

Plus en détail

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents Adopté par le conseil des commissaires lors de sa séance du 16 juin 2010 par la résolution CC 2009-2010

Plus en détail

Politique sur le délai relatif au dépôt d une plainte en matière de représailles

Politique sur le délai relatif au dépôt d une plainte en matière de représailles Politique sur le délai relatif au dépôt d une plainte en matière de représailles Application des paragraphes 19.1(2) et (3) de la Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d actes répréhensibles

Plus en détail

Remboursement de versement excédentaire par un employeur dans un régime de retraite qui continue d exister

Remboursement de versement excédentaire par un employeur dans un régime de retraite qui continue d exister Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : Remboursement de versement excédentaire par un employeur dans un régime de retraite qui continue d exister

Plus en détail

Loi facilitant la divulgation d actes répréhensibles dans les organismes publics

Loi facilitant la divulgation d actes répréhensibles dans les organismes publics PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 87 Loi facilitant la divulgation d actes répréhensibles dans les organismes publics Présentation Présenté par M. Martin Coiteux Ministre

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit de la Commission des normes, de l équité, de la santé et de la sécurité du travail N/Réf. :

Objet : Plainte à l endroit de la Commission des normes, de l équité, de la santé et de la sécurité du travail N/Réf. : RECOMMANDÉ Montréal, le 28 juillet 2016 Maître Jean-François Paquet Responsable de l accès aux documents et de la protection des renseignements personnels Commission des normes, de l équité, de la santé

Plus en détail

RAPPORT D INSPECTION. Service de police de la Ville de Montréal. Dossier

RAPPORT D INSPECTION. Service de police de la Ville de Montréal. Dossier RAPPORT D INSPECTION Service de police de la Ville de Montréal Dossier 100 60 75 Mai 2013 Version Web, octobre 2013 Boris Perron Christine Doré TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE... 1 2. MANDAT D INSPECTION...

Plus en détail

SECTION VI ADAPTATION DES CONTRATS

SECTION VI ADAPTATION DES CONTRATS SECTION VI ADAPTATION DES CONTRATS GENERALITES Article 1 Champ d application 1. La section VI s applique si une ou les parties veulent recourir à un tiers dont la mission consiste à parfaire le contrat

Plus en détail

Entreprise DÉCISION. [1] Le 6 septembre 2006, la demanderesse, employée de l entreprise, transmet à cette dernière la demande suivante :

Entreprise DÉCISION. [1] Le 6 septembre 2006, la demanderesse, employée de l entreprise, transmet à cette dernière la demande suivante : Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 16 25 Date : Le 20 août 2007 Commissaire : M e Jean Chartier S T Demanderesse c. RETIREMENT RESIDENCES OPERATIONS (REIT) Entreprise DÉCISION OBJET

Plus en détail

Projet de loi n 74 (1996, chapitre 70)

Projet de loi n 74 (1996, chapitre 70) Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 29 janvier 1997, 129 e année, n o 4 553 DEUXIÈME SESSION TRENTE-CINQUIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n 74 (1996, chapitre 70) Loi modifiant la Loi sur les accidents

Plus en détail

demandeur organisme exécutif du Cégep de Victoriaville (le «Cégep»), copie du document «Prévisions

demandeur organisme exécutif du Cégep de Victoriaville (le «Cégep»), copie du document «Prévisions ROGER ST-AMANT, demandeur c. CEGEP DE VICTORIAVILLE, organisme L OBJET DU LITIGE : M. St-Amant demande, en qualité de membre du conseil d administration et du comité exécutif du Cégep de Victoriaville

Plus en détail

Procédure pour faciliter la divulgation d actes répréhensibles

Procédure pour faciliter la divulgation d actes répréhensibles Procédure pour faciliter la divulgation d actes répréhensibles Adoptée par le Conseil d administration le 8 novembre 2017 Divulgation d actes répréhensibles Procédure A) Réception des divulgations 1. Tout

Plus en détail

Demandeur. Organisme DÉCISION

Demandeur. Organisme DÉCISION Commission d accès à l information du Québec Dossier : 03 07 94 Date : 20040614 Commissaire : M e Michel Laporte SYNDICAT DES AGENTS DE LA PAIX EN SERVICES CORRECTIONNELS DU QUÉBEC Demandeur c. MINISTÈRE

Plus en détail

LA FERME GUY BERTHIAUME ET GUYLAINE LAMPRON INC.

LA FERME GUY BERTHIAUME ET GUYLAINE LAMPRON INC. 00 14 45 LA FERME GUY BERTHIAUME ET GUYLAINE LAMPRON INC. ci-après appelée la «demanderesse» c. MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ PUBLIQUE ci-après appelé l «organisme» Le 28 juin 2000, par l entremise de son procureur,

Plus en détail

Mots Clés : pension d invalidité - exploitant - membre de société - inaptitude totale

Mots Clés : pension d invalidité - exploitant - membre de société - inaptitude totale Mots Clés : pension d invalidité - exploitant - membre de société - inaptitude totale Résumé: L intéressé étant exploitant, membre de société, doit pour prétendre à une pension d invalidité des exploitants,

Plus en détail

MOTIFS DE LA DÉCISION RENDUE À L ÉGARD DE LA DEMANDE DU PÈRE CHARLES MACDONALD DE CLARIFIER LE FINANCEMENT

MOTIFS DE LA DÉCISION RENDUE À L ÉGARD DE LA DEMANDE DU PÈRE CHARLES MACDONALD DE CLARIFIER LE FINANCEMENT MOTIFS DE LA DÉCISION RENDUE À L ÉGARD DE LA DEMANDE DU PÈRE CHARLES MACDONALD DE CLARIFIER LE FINANCEMENT Le 1 er mai 2006, j ai rendu une décision confirmant la compétence de la Commission d appeler

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC TRIBUNAL ADMINISTRATIF DU QUÉBEC Section des affaires sociales En matière de sécurité ou soutien du revenu, d'aide et d'allocations sociales Date : 31 octobre 2012 Référence neutre : 2012 QCTAQ 10895 Dossier

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D'ACCÈS À DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

DÉCISION LA DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D'ACCÈS À DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 04 15 48 Date : 16 septembre 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demanderesse c. Ville de Laval Organisme public DÉCISION L OBJET DU LITIGE

Plus en détail

Plaignants. Intimés DÉCISION PRÉLIMINAIRE. exigé d eux des renseignements personnels ci-après décrits, concernant une

Plaignants. Intimés DÉCISION PRÉLIMINAIRE. exigé d eux des renseignements personnels ci-après décrits, concernant une PV 00 18 35 SYLVIE DUBÉ et DANIEL DUBREUIL, Plaignants c. DENIS CARIGNAN et MARLÈNE LACHANCE, Intimés DÉCISION PRÉLIMINAIRE LA PLAINTE Les plaignants, locataires, reprochent aux intimés, propriétaires,

Plus en détail

a pour fonction d énoncer l obligation générale qu ont les Etats de ne pas recourir à un mode de règlement des différends autre qu un moyen pacifique.

a pour fonction d énoncer l obligation générale qu ont les Etats de ne pas recourir à un mode de règlement des différends autre qu un moyen pacifique. ITLOS_F3-F4_6-64 7/5/04 9:59 AM Page 96 52 [Traduction] OPINION INDIVIDUELLE DE M. LE JUGE JESUS Il a été souvent soutenu par les parties aux différends portés devant ce Tribunal que la soumission de ces

Plus en détail

Section : PERSONNES HANDICAPÉES. N d enregistrement au TCI : HA09 ARRÊT DU 31 AOÛT 2011 PARTIES EN CAUSE DEVANT LA COUR

Section : PERSONNES HANDICAPÉES. N d enregistrement au TCI : HA09 ARRÊT DU 31 AOÛT 2011 PARTIES EN CAUSE DEVANT LA COUR COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N de répertoire : 0904231 Section : PERSONNES HANDICAPÉES N d enregistrement au TCI : 001399HA09

Plus en détail

Projet de loi n o 135 (2011, chapitre 2)

Projet de loi n o 135 (2011, chapitre 2) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 135 (2011, chapitre 2) Loi assurant la continuité de la prestation des services juridiques au sein du gouvernement et de certains organismes

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : G. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 10 Appel No : 2013-0054 ENTRE : G. G. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA

Plus en détail

Programme de remboursement volontaire

Programme de remboursement volontaire Programme de remboursement volontaire Loi visant principalement la récupération de sommes payées injustement à la suite de fraudes ou de manœuvres dolosives dans le cadre de contrats publics (chapitre

Plus en détail

MÉNARD, MARTIN, AVOCATS LE TRAITEMENT DES PLAINTES

MÉNARD, MARTIN, AVOCATS LE TRAITEMENT DES PLAINTES MÉNARD, MARTIN, AVOCATS WWW.VOSDROITSENSANTE.COM LE TRAITEMENT DES PLAINTES Par: Me Jean-Pierre Ménard, Ad. E. 1 LE TRAITEMENT DES PLAINTES (STRUCTURE DU RÉGIME DE PLAINTE) POUR TOUTES PLAINTES AUTRES

Plus en détail

POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE EN MATIÈRE DE SERVICES FACULTATIFS

POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE EN MATIÈRE DE SERVICES FACULTATIFS POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE EN MATIÈRE DE SERVICES FACULTATIFS 1.0 Déclaration de principes Le SERM a la ferme intention de prendre les moyens nécessaires pour assurer la meilleure défense des enseignantes

Plus en détail

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges Décision de la Chambre de Résolution des Litiges ayant siégé le 26 octobre 2006, à Zurich, Suisse dans la composition suivante: Slim Aloulou (Tunisie), Président Gerardo Movilla (Espagne), membre Joaquim

Plus en détail

M. X DÉCISION PRÉLIMINAIRE

M. X DÉCISION PRÉLIMINAIRE Dossier : 02 08 86 Date : 20031106 Commissaire : M e Christiane Constant M. X c. Demandeur Commissaire à la déontologie policière Organisme public DÉCISION PRÉLIMINAIRE L'OBJET DU LITIGE DEMANDE DE RÉVISION

Plus en détail

NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2014 QCCTQ 1463 DATE DE LA DÉCISION : DATE DE L AUDIENCE : , à Montréal

NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2014 QCCTQ 1463 DATE DE LA DÉCISION : DATE DE L AUDIENCE : , à Montréal NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2014 QCCTQ 1463 DATE DE LA DÉCISION : 20140609 DATE DE L AUDIENCE : 20170527, à Montréal NUMÉRO DE LA DEMANDE : 170902 OBJET DE LA DEMANDE : Évaluation du comportement d un conducteur

Plus en détail

GUY LEBLANC, demandeur,

GUY LEBLANC, demandeur, 02 05 65 GUY LEBLANC, demandeur, c. COMMISSION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL, organisme public. L'OBJET DU LITIGE Le 13 mars 2002, M. Guy Leblanc s adresse à la Commission de la santé et de

Plus en détail

3, rue Bécotte Téléphone : (819) Victoriaville (Québec) G6P 8K6 Télécopieur : (819) Courriel :

3, rue Bécotte Téléphone : (819) Victoriaville (Québec) G6P 8K6 Télécopieur : (819) Courriel : 3, rue Bécotte Téléphone : (819) 357-9297 Victoriaville (Québec) G6P 8K6 Télécopieur : (819) 357-4367 Courriel : sebf@tlb.sympatico.ca Adoption au Conseil des déléguées et délégués du 30 avril 1996 et

Plus en détail

Conditions générales (CGA) pour l assurance des responsabilités liées aux transports de marchandises

Conditions générales (CGA) pour l assurance des responsabilités liées aux transports de marchandises Conditions générales (CGA) pour l assurance des responsabilités liées aux transports de marchandises Assurance transport Dispositions de base (DB CGAR 2006) Edition 06.2006 8001449 08.08 Table de matières

Plus en détail

DÉCISION LA DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D'ACCÈS À DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

DÉCISION LA DEMANDE DE RÉVISION EN MATIÈRE D'ACCÈS À DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Commission d accès à l information du Québec Dossier : 04 17 89 Date : 12 octobre 2005 Commissaire : M e Christiane Constant X Demandeur c. Ministère de la Sécurité publique Organisme public DÉCISION L'OBJET

Plus en détail

Remboursement de versement excédentaire par un employeur

Remboursement de versement excédentaire par un employeur Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION: Remboursement de versement excédentaire par un employeur INDEX N O : R350-102 TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION

Plus en détail

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. Secrétariat général

Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents. Secrétariat général Règlement relatif à la procédure d examen des plaintes formulées par les élèves ou leurs parents ϖϖϖϖϖ Service: Secrétariat général Code d'identification: R. CC. 12 Numéro de résolution: CC: 124/06/10

Plus en détail

RÈGLES DE LA COUR PROVINCIALE DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE

RÈGLES DE LA COUR PROVINCIALE DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE RÈGLES DE LA COUR PROVINCIALE DE LA NOUVELLE-ÉCOSSE TABLE DES MATIÈRES Entrée en vigueur le 1 er janvier 2013 Règle 1 Dispositions générales 1.1 Objectif fondamental 1.2 Portée des règles 1.3 Définitions

Plus en détail

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. Ordonnance de référé du 19 septembre 2008

CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES. Ordonnance de référé du 19 septembre 2008 Recours 08/43 R CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES Ordonnance de référé du 19 septembre 2008 Dans l affaire enregistrée le 4 septembre 2008 au greffe de la Chambre de recours sous le n 08/43 R,

Plus en détail

AD-Enquêtes indépendantes-la 1ÉP f 1 épreuve f_V1

AD-Enquêtes indépendantes-la 1ÉP f 1 épreuve f_V1 DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 46 Loi concernant les enquêtes policières indépendantes Présentation Présenté par M. Robert Dutil Ministre de la Sécurité publique Éditeur

Plus en détail

Projet de loi n o 2 (2005, chapitre 12) Loi concernant l obtention et l exécution réciproques des décisions en matière d aliments

Projet de loi n o 2 (2005, chapitre 12) Loi concernant l obtention et l exécution réciproques des décisions en matière d aliments PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 2 (2005, chapitre 12) Loi concernant l obtention et l exécution réciproques des décisions en matière d aliments Présenté le 13 juin 2003 Principe

Plus en détail

POLITIQUE ET PROCÉDURE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT

POLITIQUE ET PROCÉDURE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT POLITIQUE ET PROCÉDURE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT SECTION I PRÉAMBULE Référer à la : POL 05-04 Préambule 1. La Politique et procédure visant à contrer le harcèlement (ci-après appelée la «présente

Plus en détail

Loi assurant le maintien des services pharmaceutiques au Québec

Loi assurant le maintien des services pharmaceutiques au Québec PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 186 (2001, chapitre 1) Loi assurant le maintien des services pharmaceutiques au Québec Présenté le 22 février 2001 Principe adopté le 22 février

Plus en détail

NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2013 QCCTQ 0176 DATE DE LA DÉCISION : NUMÉRO DE LA DEMANDE : 33804

NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2013 QCCTQ 0176 DATE DE LA DÉCISION : NUMÉRO DE LA DEMANDE : 33804 NUMÉRO DE LA DÉCISION : 2013 QCCTQ 0176 DATE DE LA DÉCISION : 20130122 DATE DE L AUDIENCE 20130121, entre Québec et Montréal (visioconférence) NUMÉRO DE LA DEMANDE : 33804 OBJET DE LA DEMANDE : Vérification

Plus en détail

Dumping et subventionnement

Dumping et subventionnement Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Dumping et subventionnement ORDONNANCE ET MOTIFS Enquête préliminaire de dommage n

Plus en détail

Plaignant. -et- Organisme DÉCISION

Plaignant. -et- Organisme DÉCISION Commission d accès à l information du Québec Dossier : PP 02 18 89 Date : Le 20 décembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X Plaignant -et- MINISTÈRE DE LA JUSTICE Organisme DÉCISION DÉCISION

Plus en détail

Ottawa, le vendredi 26 mai 1995 Appels n os AP et AP

Ottawa, le vendredi 26 mai 1995 Appels n os AP et AP Ottawa, le vendredi 26 mai 1995 Appels n os AP-92-210 et AP-92-211 ENTRE EU ÉGARD À des appels entendus le 26 octobre 1994 aux termes de l article 81.19 de la Loi sur la taxe d accise, L.R.C. (1985), ch.

Plus en détail

la demanderesse, l organisme, DION, JOHANNE les mis en cause DÉCISION

la demanderesse, l organisme, DION, JOHANNE les mis en cause DÉCISION Dossier n : 00 13 82 OSRAM SYLVANIA LTÉE la demanderesse, c. MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT l organisme, et DION, JOHANNE et BISSONNETTE, ANDRÉ les mis en cause DÉCISION Le 7 juin 2000, les mis en cause

Plus en détail

RÈGLEMENT (CE) N 2869/95 DE LA COMMISSION

RÈGLEMENT (CE) N 2869/95 DE LA COMMISSION RÈGLEMENT (CE) N 2869/95 DE LA COMMISSION du 13 décembre 1995 relatif aux taxes à payer à l Office de l harmonisation dans le marché intérieur (marques, dessins et modèles) LA COMMISSION DES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

SYNDICAT DE LA FONCTION PUBLIQUE DU QUÉBEC

SYNDICAT DE LA FONCTION PUBLIQUE DU QUÉBEC 01 09 25 SYNDICAT DE LA FONCTION PUBLIQUE DU QUÉBEC ci-après appelé «le demandeur» c. SOCIÉTÉ PARC-AUTO DU QUÉBEC ci-après appelé l «organisme» ou «la Société» OBJET DU LITIGE Le 27 avril 2001, le demandeur

Plus en détail

COUR DU QUÉBEC (Chambre civile) . c- REQUETE INTRODUCTIVE D'INSTANCE

COUR DU QUÉBEC (Chambre civile) . c- REQUETE INTRODUCTIVE D'INSTANCE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE CHICOUTIMI COUR DU QUÉBEC (Chambre civile) NO : COMMISSION DES NORMES DU TRAVAIL, personne morale de droit public légalement constituée en vertu du chapitre N-1.1

Plus en détail

Tiers DÉCISION. Le 5 juin 2001, la responsable de l accès aux documents de l organisme refuse

Tiers DÉCISION. Le 5 juin 2001, la responsable de l accès aux documents de l organisme refuse DOSSIER: 01 09 57 DAIGLE, Marthe Demanderesse c. VILLE DE SAINTE-CROIX Organisme public et FERME DES-ROY INC. Tiers DÉCISION Le 18 mai 2001, madame Daigle s adresse à l organisme afin d obtenir une copie

Plus en détail

Demandeur. -et- Tierces parties DÉCISION. Le 28 juillet 1999, le demandeur s adresse à l'organisme pour obtenir une copie

Demandeur. -et- Tierces parties DÉCISION. Le 28 juillet 1999, le demandeur s adresse à l'organisme pour obtenir une copie DOSSIER N o 99 16 02 ROSLIN, Alex Demandeur c. HYDRO-QUÉBEC Organisme public et SAMSON BÉLAIR DELOITTE ET TOUCHE -et- PRICE WATERHOUSE COOPERS Tierces parties DÉCISION L'OBJET DU LITIGE Le 28 juillet 1999,

Plus en détail

REMBOURSEMENT D IMPÔTS FONCIERS. Table des matières

REMBOURSEMENT D IMPÔTS FONCIERS. Table des matières chapitre R-20.1 Table des matières LOI SUR LE REMBOURSEMENT D IMPÔTS FONCIERS SECTION I DÉFINITIONS article 1. SECTION I.1 GÉNÉRALITÉS 1.1. SECTION II DROIT AU REMBOURSEMENT D IMPÔTS FONCIERS 2. SECTION

Plus en détail

ARRANGEMENT ADMINISTRATIF RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION DE LA CONVENTION SUR LA SÉCURITÉ SOCIALE CONCLUE

ARRANGEMENT ADMINISTRATIF RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION DE LA CONVENTION SUR LA SÉCURITÉ SOCIALE CONCLUE ARRANGEMENT ADMINISTRATIF RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION DE LA CONVENTION SUR LA SÉCURITÉ SOCIALE CONCLUE ENTRE LE GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG ET LA RÉPUBLIQUE DE POLOGNE En application de l article

Plus en détail

JONCAS, Adrienne. Organisme. Le 17 octobre 2000, madame Joncas s adresse à l organisme afin d obtenir le

JONCAS, Adrienne. Organisme. Le 17 octobre 2000, madame Joncas s adresse à l organisme afin d obtenir le JONCAS, Adrienne Demanderesse c. CENTRE DE SANTÉ DE LA BASSE CÔTE NORD Organisme Le 17 octobre 2000, madame Joncas s adresse à l organisme afin d obtenir le «rapport d évaluation qui a été acheminé au

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : Date : Le 16 janvier M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : X Demandeur

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : Date : Le 16 janvier M e Jacques Saint-Laurent. Commissaire : X Demandeur Commission d accès à l information du Québec Dossier : 04 10 96 Date : Le 16 janvier 2006 Commissaire : M e Jacques Saint-Laurent X Demandeur c. Société des alcools du Québec Organisme DÉCISION L OBJET

Plus en détail