SEMEIOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE Mesure de la Pression Artérielle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SEMEIOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE Mesure de la Pression Artérielle"

Transcription

1 SEMEIOLOGIE CARDIO-VASCULAIRE Mesure de la Pression Artérielle Plan de cours I-Principes généraux... 2 I-1.La mesure exacte : la pression artérielle «intravasculaire»... 2 I.1- La mesure indirecte : notion de «tension artérielle»... 2 II- Mesure de la PA... 2 II.1- La référence : méthode auscultatoire... 2 II.1.1-.L appareillage... 3 II.1.2-.Technique de la mesure... 3 II.2-.La nécessité d une mesure standardisée... 4 II.3 Résultats... 4 III- Les erreurs de mesure... 4 III.1- Erreurs dues à l appareillage... 5 III.2- Erreurs dues aux caractéristiques du sujet... 5 III.3- Erreurs imputables à l observateur... 6

2 Voir le cours de séméiologie : La PA et ses anomalies (Module Cœur et Poumons) I-Principes généraux I-1.La mesure exacte : la pression artérielle «intravasculaire» Le seul moyen de déterminer la véritable pression intra-artérielle est d introduire un capteur de pression (aujourd hui un manomètre électronique) dans une artère. Ce procédé (historiquement le premier) est dit sanglant, ou encore invasif. Il est désagréable pour le malade, et peut être dangereux. Aussi n est-il utilisé que rarement, lorsqu une exploration hémodynamique est requise (cathétérisme). Par contre, il est d usage courant en recherche animale. I.1- La mesure indirecte : notion de «tension artérielle» La paroi artérielle a une certaine déformabilité. Elle subit une distension cyclique sous l effet de forces latérales lors du passage de l ondée sanguine. Si l on exerce par voie externe avec un brassard pneumatique une contrepression sur le segment de membre dans lequel est situé une artère, la mesure de la pression régnant dans la poche du brassard renseigne sur la pression exercée simultanément par le sang sur la paroi artérielle sousjacente. Pour la distinguer d une véritable mesure de la PA, cette contrepression mesurée est appelée tension artérielle. C est elle qui est déterminée de façon usuelle en clinique. Travail personnel : Histoire de la mesure de la tension artérielle II- Mesure de la PA II.1- La référence : méthode auscultatoire Les sons de Korotkoff a) Principe. Le passage du courant sanguin dans un conduit rétréci induit des turbulences qui génèrent des sons. En conséquence, lorsque, après avoir gonflé le brassard placé autour du bras à une pression suffisamment forte, supposée supérieure à la PA, on le dégonfle lentement, l auscultation simultanée de l artère brachiale au pli du coude permet de distinguer trois périodes : période initiale (A) : aucun bruit n est perçu. Signification : le passage du sang est interrompu même en systole, l artère étant totalement écrasée par la contrepression externe. période intermédiaire (B) : des sons sont perçus. Signification : le sang arrive à se frayer un passage dans l artère rétrécie lorsque la PA est forte (ondée systolique), mais l artère se referme lors du relâchement diastolique. période finale (C) : l auscultation redevient muette. Signification : aucune turbulence n est produite car l artère est totalement béante, aussi bien en systole qu en diastole. Les caractéristiques auscultatoires des bruits engendrés durant la période B par les perturbations hémodynamiques définissent cinq phases successives. Les phases auscultatoires selon Korotkoff Les sons de Korotkoff sont caractéristiques de la période B, alors que, durant les périodes A et C, l artère brachiale, auscultée au pli du coude, demeure habituellement silencieuse. phase I : apparition de petits coups secs, d intensité croissante ; phase II : les bruits deviennent prolongés et intenses, soufflants ; phase III : les bruits deviennent encore plus intenses et vibrants ; phase IV : bruits devenant brusquement plus faibles et assourdis ; phase V : les bruits ont disparu. b) Application (consensus international). La comparaison de ces phases avec la pression intravasculaire a permis d établir les concordances suivantes :

3 Le passage du silence à la phase I définit la pression systolique (PAS). Le passage de la phase IV à la phase V définit la pression diastolique (PAD). II.1.1-.L appareillage a) Le sphygmomanomètre anéroïde (30 ). Imprécis et déréglable, mais commode et robuste. Il permet une mesure approximative, acceptable dans le cas d un médecin qui se déplace en visite. b) Le manomètre à colonne de mercure (60 ). Il constitue la méthode de référence. c) Les tensiomètres électroniques. Ils comportent une pompe électrique pour le gonflage et un dégonflage automatique. Selon le cas, un microphone ou un capteur des déplacements de la paroi artérielle assure la détermination de la PA. Leur coût va de 150 (lecture directe instantanée) à 3000 (enregistrements programmés et mémorisés). LES MESURES AUTOMATIQUES DE LA PA Des appareils électroniques permettant la mesure indirecte automatique de la PA ont été mis au point. Leur précision n est pas supérieure à celle du manomètre à mercure. Avantage : l absence d observateur réduit le stress lié à la prise de la PA (voir le cours de séméiologie). Inconvénient : du fait de la réduction de l effet blouse blanche, les chiffres normaux de la PA sont plus bas situés qu en cas d observateur. Ces valeurs «corrigées» sont pour l instant mal validées. Méthode automatique avec enregistrement. Elle est utilisée pour la surveillance répétitive (réanimation). Méthode semi-automatique. Elle commence à être utilisée en auto surveillance par les malades qui peuvent se payer un appareil relativement cher (150 à 300 ), non remboursé par la Sécurité sociale. Méthode automatique ambulatoire (Holter tensionnel). Elle est : - coûteuse (appareils > ) ; - réservée aux spécialistes ; - le plus souvent inutile. Bien qu ils représentent un luxe coûteux, les appareils automatiques commencent pourtant à supplanter les manomètres à mercure dans les hôpitaux, au nom du principe de précaution qui vise à interdire l emploi du mercure. Expression de la pression artérielle approchée et usuelle : le cm Hg. précise : le mm Hg. Officielle : le kpa (1 mm Hg = 0,1333 kpa) On ne peut pas mesurer la PA au mm Hg près sans un manomètre à colonne de mercure, ou sans un tensiomètre électronique préalablement étalonné grâce à un manomètre à colonne de mercure. II.1.2-.Technique de la mesure a) Lieu de mesure habituel : le bras Chez un sujet couché horizontalement, la PA est pratiquement la même à quelque endroit du corps que se situe la mesure sur les grosses artères. Par contre, si le sujet passe à la position verticale, la PA diffère selon qu elle est mesurée plus ou moins haut (membre supérieur ou inférieur - effet de la pesanteur) par rapport au point de référence, l atrium droit.1 Il est donc recommandé de conserver le 1 Certains tensiomètres électroniques relativement fiables, destinés au grand public, s installent autour du poignet et captent les sons de l artère radiale.

4 bras le long du corps pour mesure une PA représentative quelle que soit la position du sujet (assis, debout, couché ). b) Protocole. La détermination de la PA n est fiable qu à condition d un protocole irréprochable. Principales recommandations (Société Internationale d Hypertension Artérielle Les règles suivantes s appliquent quel que soit l appareil : Brassard totalement dégonflé au départ, serré sans jeu autour du bras ; Taille du brassard adaptée à celle du bras du sujet ; Bras soutenu au niveau du cœur ; Stéthoscope positionné à la saignée du coude, non recouvert par le brassard afin de ne pas comprimer l artère. Dégonflage régulier (2 à 3 mm Hg par seconde) et total ; 2 Temps de repos observé entre les mesures. II.2-.La nécessité d une mesure standardisée La PA varie d instant en instant. Pour réduire ses fluctuations naturelles d un contrôle à l autre, sa mesure doit être normalisée. Toute PA mesurée au repos ne constitue pas pour autant la PA de repos. Pour représenter la PA de référence, la mesure de la PA de repos doit : être effectuée par un médecin à l occasion d une consultation,3 avec un manomètre à colonne de mercure, par la méthode auscultatoire, chez un sujet au calme, détendu, au repos en position couchée depuis 10 minutes. PRISE DE LA PA : COUCHE OU ASSIS? Les recommandations internationales préconisent la position couchée. Cette règle doit être respectée strictement si elle est requise dans le cadre d un protocole de recherche clinique. En pratique courante, la position assise est souvent tolérée, avec des résultats peu différents. Il est fréquent qu un sujet se sente plus confortable dans cette position, ce qui réduit le surcroît tensionnel lié au stress. Par contre, le passage à la position debout induit des variations significatives de la PA (voir le cours de séméiologie). II- Résultats La PA de repos de la majorité des adultes dits normaux (c est-à-dire en bonne santé apparente) se situe entre 100/60 et 140/90 mmhg. III- Les erreurs de mesure Identifier une mesure erronée ; en reconnaître la cause ; en prévenir la répétition. 2 Ces manœuvres sont réglées automatiquement en cas d emploi d un tensiomètre électronique. 3 Médecin et non autre professionnel de santé : non par esprit de caste ou expression d une hiérarchie, mais parce que cela permet de standardiser aussi le biais dû à l observateur (voir plus loin : les effets du stress).

5 Les erreurs dites de mesure correspondent à une PA mesurée différente de la PA réelle du sujet au même instant. Même si les critères ci-dessus sont respectés, la détermination de la PA dépend en effet d une mesure ponctuelle, soumise à des artefacts. Les erreurs, faciles à commettre, sont liées à trois ordres de facteurs : III.1- Erreurs dues à l appareillage Des erreurs facilement évitables avec un peu d attention. - brassard mal serré ; brassard trop large ou trop étroit (respecter les normes : utiliser les brassards pour obèse, pour enfant) ; - manomètre anéroïde déréglé (perte de l étalonnage) ; - fuite d air (poire, tubulure) ; - prise d air obstruée ; colonne de mercure encrassée ; - cuve de mercure incomplètement remplie. III.2- Erreurs dues aux caractéristiques du sujet a) Trou auscultatoire Décrit par Gallavardin, ce phénomène consiste en la disparition transitoire des sons de Korotkoff, au cours des phases II et III. Si le brassard n a pas été gonflé au-delà de la phase I, on peut croire à une PA plus basse qu elle ne l est en réalité.4 b) Non repérage de la phase V Chez certains sujets, une hyperpulsatilité artérielle fait que les sons de Korotkoff sont audibles jusqu à zéro. Cette particularité traduit un état circulatoire dit hyperkinétique, constitué par une vasodilatation avec élévation du débit cardiaque. LES CIRCONSTANCES QUI S ACCOMPAGNENT D UN ETAT HYPERKINETIQUE enfants et sujets jeunes, émotifs (éréthisme cardiovasculaire) ; effort physique avec mesure consécutive immédiate, sans repos de récupération ; grossesse ; anémie ; hyperthyroïdie ; insuffisance aortique.5 En cas de bruits audibles jusqu à zéro, la phase IV est choisie pour mesurer la PAD. c) Influence du côté de la mesure Il peut exister une faible différence, réelle et physiologique, entre la PA des deux membres supérieurs. Par contre, une différence > 20 mm Hg doit faire évoquer une anomalie (obstacle artériel unilatéral par sténose ou compression). Pour garantir des conditions de mesure reproductibles d un examen à l autre, il est bon de choisir un des deux bras de façon définitive. 4 Pour ne pas sous-estimer la PAS, le gonflage doit atteindre une pression supérieure à la PA présumée, la disparition du pouls radial étant un guide utile. Se guider sur la disparition du pouls radial est la règle chez un sujet dont on ignore la PA. Le gonflage s effectue 30 mm au-dessus de cette disparition. Gonfler moins est source d erreur sur la PAS. Gonfler plus est inutilement douloureux. 5 Dans le cas de l insuffisance aortique, la PA diastolique est réellement effondrée, du fait de la régurgitation du sang vers le ventricule gauche.

6 d) Pseudohypertension par rigidité artérielle Chez certains sujets âgés, l artère brachiale athéromateuse est extrêmement indurée (médiacalcose), si bien qu elle ne se laisse pas occlure par la compression exercée par le brassard même si la pression de gonflage de celui-ci est poussée très haut, ce qui fait croire à tort à une HTA. La manœuvre d Osler (compression manuelle de l artère brachiale avec prise simultanée du pouls radial), décrite dès 1892, est utilisée pour détecter cet artefact. e) Pression diastolique non déterminable Un pincement excessif de la pression différentielle doit faire présumer une mesure erronée de la pression diastolique. Cette difficulté survient si les sons de Korotkoff sont affaiblis, ce qui est le cas dans les circonstances suivantes : Spasme artériel, déclenché par des mesures répétées. Traitement antihypertenseur, notamment en cas de baisse conjointe du débit cardiaque (bêtabloquant) ;6 Collapsus cardiovasculaire : le pouls est petit, filant, et la PA diastolique souvent non mesurable. Dans cette situation, la PA systolique est souvent mieux perçue par la palpation de l artère radiale que par l auscultation de l artère brachiale. LES RARES INDICATIONS DE LA METHODE PALPATOIRE La méthode palpatoire a une précision qui ne dépasse pas le cm Hg. Elle consiste à palper : - soit l artère brachiale, au bord inférieur du brassard : le pouls apparaît lors de la PAS, et redisparaît lors de la PAD (attention à ne pas prendre son propre pouls pour celui du sujet) ; - soit l artère radiale : on ne discerne que le moment de l apparition du pouls (PAS), car le pouls est perçu à l état normal, donc même lorsque le brassard est totalement dégonflé. Cette méthode approximative est utilisable en examen d orientation, ou lorsque la méthode auscultatoire est défaillante. III.3- Erreurs imputables à l observateur 7 La plupart des erreurs sont dues au médecin et non au malade. absence de mise au zéro ; dégonflage trop lent, trop rapide, par à-coups (molette trop vissée, bloquée) ; mesures répétées, temps de relaxation insuffisant (moins de 30 sec) ;8 erreur de parallaxe ; mauvaise vision, mauvaise audition ; compression de l artère brachiale par le stéthoscope placé sous le brassard, ou par une manche de chemise retroussée ; mesure approximative (arrondie sur les valeurs paires, le 0 ou le 5). La facilité de la mesure de la PA est une illusion trompeuse. N ajoutez pas vos propres erreurs à l incertitude naturelle de la valeur. 6 On peut demander au sujet d effectuer quelques brèves poignées de main (sans contraction soutenue), ce qui augmente le flux sanguin du membre supérieur et renforce les sons de Korotkoff, sans pour autant élever la PA. 7 L artefact décrit sous le nom d effet blouse blanche n est pas décrit ici car il ne s agit pas à proprement parler d une erreur de mesure. Le stress lié à l examen peut faire monter la PA par rapport aux chiffres habituels, mais il s agit d une élévation bien réelle de la PA (voir le polycopié de séméiologie : La PA et ses anomalies). 8 Le gonflage répété du brassard sans temps de repos entre chaque mesure est désagréable pour le sujet et, à la limite, douloureux, surtout si des pressions de gonflage fortes (200 mmhg et au-delà) sont atteintes. Ce geste peut induire une réaction psychologique de défense qui contribue à élever la PA.

7 La mesure de la PA ne supporte pas l imperfection. En pratique courante, chez un sujet normotendu, les imprécisions du moins légères de la mesure de la PA n ont qu une importance relative. Les erreurs deviennent dangereuses si elles ont pour conséquence de faire porter à tort un diagnostic d hypertension artérielle en cas de PA limite, ce qui peut inciter à instaurer un traitement inutile.9 Elles ne sont pas admissibles en cas de participation à un protocole de recherche clinique. Aucune étude épidémiologique ou thérapeutique n est possible sans détermination précise, exacte et reproductible de la PA.10 9 Qu il soit crédité d une PA de 120/ 80, et non de 110/70 mmhg, un sujet normotendu reste un sujet normotendu. C est a fortiori le cas si on ne dispose que d une valeur arrondie et donc inexacte (11/7 cm Hg et non 108/72 mmhg). Créditer par contre un sujet dont la PA réelle est de 14/9 cm Hg, d une valeur de 15/10 cm Hg peut faire porter à tort une indication thérapeutique. 10 Vous apprendrez vite à estimer grossièrement, au 1/2 cm Hg près, la PA avec un tensiomètre anéroïde. Déterminer avec précision la PA est beaucoup plus minutieux et surtout beaucoup plus lent.

CREATION D UNE CHAINE DE REFERENCE POUR

CREATION D UNE CHAINE DE REFERENCE POUR CREATION D UNE CHAINE DE REFERENCE POUR LA MESURE DE LA PRESSION ARTERIELLE La mesure de la pression artérielle par méthode auscultatoire au moyen d un sphygmomanomètre est l une des méthodes les plus

Plus en détail

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle.

Thème 2 : Corps humain, sport et santé. Chapitre 6 : La régulation nerveuse de la pression artérielle. Thème : Corps humain, sport et santé Chapitre : La régulation nerveuse de la pression artérielle. - La notion de pression artérielle : La pression artérielle (ou tension artérielle) correspond à la force

Plus en détail

Formation des enseignants. Le tensiomètre. Objet technique modélisable issu de l environnement des élèves

Formation des enseignants. Le tensiomètre. Objet technique modélisable issu de l environnement des élèves Le tensiomètre Objet technique modélisable issu de l environnement des élèves Un peu d'histoire C'est en 1628 que W. Harvey découvrit la circulation du sang. C'est pourtant seulement en 1730 que la pression

Plus en détail

Sachez mesurer vous-même votre tension

Sachez mesurer vous-même votre tension Fiche rédigée, en octobre 2000, par le service d hypertension artérielle de l hôpital européen Georges Pompidou (Paris), et le service de santé publique de la faculté Broussais Hôtel-Dieu (Paris). Ce texte

Plus en détail

Automesure de la tension artérielle

Automesure de la tension artérielle Automesure de la tension artérielle Pour mieux surveiller votre santé Illustration Imothep M.-S. Être bien informé, mieux se prendre en charge Souhaitez-vous mesurer vous-même votre tension? Comprendre

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. Sommaire. Tensiomètre automatique à brassard. Modèle CR4 Référence : CC5827200 (KP-7530)

MANUEL D UTILISATION. Sommaire. Tensiomètre automatique à brassard. Modèle CR4 Référence : CC5827200 (KP-7530) Sommaire MANUEL D UTILISATION FR Tensiomètre automatique à brassard Modèle CR4 Référence : CC5827200 (KP-7530)...1 A propos de..2 Explication des écrans..2 2 Installation/Remplacement des piles..2 Fixer

Plus en détail

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE

THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE THEME 2 : CORPS HUMAIN ET SANTE : L EXERCICE PHYSIQUE Introduction générale : L Homme, pour vivre, a besoin de se nourrir. La nutrition fait appel à différentes fonctions que sont l alimentation, la respiration

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Blood Pressure Monitor

Blood Pressure Monitor Mini Manual Inflate Blood Pressure Monitor Trilingual Instruction Guide MODEL UA-704 Tensiomètre mini Gonflage manuel Guide d'instructions trilingue UA-704 IMPORTANT INFORMATION S.v.p. lire ces informations

Plus en détail

Chapitre 7: Dynamique des fluides

Chapitre 7: Dynamique des fluides Chapitre 7: Dynamique des fluides But du chapitre: comprendre les principes qui permettent de décrire la circulation sanguine. Ceci revient à étudier la manière dont les fluides circulent dans les tuyaux.

Plus en détail

MESURER SA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE. La société québécoise D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

MESURER SA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE. La société québécoise D HYPERTENSION ARTÉRIELLE MESURER SA PRESSION ARTÉRIELLE À DOMICILE QU EST-CE QUE LA PRESSION ARTÉRIELLE? La pression artérielle est la force du sang circulant dans les artères lors de chaque contraction du cœur. La mesure de

Plus en détail

L'échographie cardiaque

L'échographie cardiaque L'échographie cardiaque Date de création du document : 2008-2009 PRÉ-REQUIS Sur quel principe physique est basée l'échographie cardiaque? L'utilisation des ultrasons est le principe physique sur lequel

Plus en détail

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle

La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle UEMPSfO - Physiologie Chapitre 4 : La pompe cardiaque, le débit cardiaque et son contrôle Professeur Christophe RIBUOT Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Surveillance de la pression Home Blood Pressure Monitoring

Surveillance de la pression Home Blood Pressure Monitoring Surveillance de la pression Home Blood Pressure Monitoring Chronic artérielle kidney disease à la chapter 3 Insuffisance Rénale Chronique Pré-dialyse IRC stades 1-3 La surveillance de la tension artérielle

Plus en détail

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Sommaire. Cher Client, Français

Sommaire. Cher Client, Français Sommaire Cher Client, Remarques importantes pour obtenir des résultats corrects..............................66 Votre tensiomètre : ses avantages.............67 Insertion/remplacement des piles..............68

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

L Automesure tensionnelle : quand, pour qui, comment, pourquoi?

L Automesure tensionnelle : quand, pour qui, comment, pourquoi? L Automesure tensionnelle : quand, pour qui, comment, pourquoi? B Duly-Bouhanick, J Guittard, T Battiston, J. Amar, B Chamontin Service de Médecine Interne et HTA, CHU Rangueil 1, Avenue J Poulhès, TSA

Plus en détail

La mécanique sous le capot

La mécanique sous le capot La mécanique sous le capot L ergonomie Comment éviter et diminuer les TMS aux membres supérieurs Pourquoi vos articulations vous font-elles souffrir? De nombreux travailleurs souffrent de troubles musculo-squelettiques

Plus en détail

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge

Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge Syndrome d Ischémie Musculaire d Effort (S.I.M.E.) ou Syndrome de loge 1. Données épidémiologiques du syndrome de loge chronique d effort de jambe - a. La prédominance masculine est très nette, allant

Plus en détail

FORCE Forme Opérationnelle Requise dans le Cadre de l Emploi

FORCE Forme Opérationnelle Requise dans le Cadre de l Emploi Fitness for Operational Requirements of CAF Employment FORCE Forme Opérationnelle Requise dans le Cadre de l Emploi MANUEL D INSTRUCTIONS FORCE 1 re ÉDITION Le 1 re avril 2014 REMERCIEMENTS La Direction

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test et programme préparatoire TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test et programme préparatoire INTRODUCTION 3 DIRECTIVES PRÉLIMINAIRES 3 TESTS PRÉLIMINAIRES 3 PROTOCOLE DU TEST TAP-PAR 4 STATION 1 4

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT LE STRETCHING 1 Maryse BECKERS LEDENT Maryse LEDENT est licenciée en éducation physique (ULg, prom. 1991). Elle occupe actuellement les fonctions d assistante dans le service de pédagogie des activités

Plus en détail

Hypertension artérielle. Des chiffres qui comptent

Hypertension artérielle. Des chiffres qui comptent Hypertension artérielle Des chiffres qui comptent REPÈRES 7 500 000 d hypertendus (15 à 20 % des adultes en 1990). La fréquence de l hypertension artérielle (HTA) augmente avec l âge. Mais sur 8 personnes

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

NeckTrack. Manuel d utilisation. www.healthylifefactory.com

NeckTrack. Manuel d utilisation. www.healthylifefactory.com NeckTrack Manuel d utilisation www.healthylifefactory.com NeckTrack Manuel d utilisation NeckTrack Dispositif gonflable de traction cervicale Profitez des bienfaits de la traction cervicale chez vous,

Plus en détail

Ergonomie Poste de Travail de Bureau

Ergonomie Poste de Travail de Bureau La prévention santé pour chacun Ergonomie Poste de Travail de Bureau Céline Jouve Ostéopathe Pierre-Jean Gallo CSL42 A l époque, on ne perdait pas de temps avec l ergonomie. POSITION 1. Réglage de la chaise

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

Articulaction Exercices pour le dos et le cou

Articulaction Exercices pour le dos et le cou Articulaction Exercices pour le dos et le cou Programme de prévention des blessures au travail Service de santé et sécurité au travail Centre Acti-Santé Programme d exercices pour le dos et le cou Les

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Module Soins Intensifs

Module Soins Intensifs Module Soins Intensifs Prise en charge du bds en soins intensifs De la surveillance clinique à l examen clinique. Ferron Fred SURVEILLANCE DU BDS EN SOINS INTENSIF:... comprend et explique en détail les

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT

GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT GUIDE D EXERCICES D ÉTIREMENT Page 17 ÉTIREMENTS SÉCURITAIRES Les étirements augmentent graduellement l élasticité des muscles et l amplitude des mouvements articulaires. Après la période de retour au

Plus en détail

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN

Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN Trucs et astuces N o 8.1 POUR RÉDUIRE LA FATIGUE VISUELLE LORS DU TRAVAIL À L ÉCRAN La fatigue visuelle figure souvent au premier plan parmi les manifestations physiques ressenties par les utilisatrices

Plus en détail

Enregistreurs de Pression Artérielle Ambulatoire

Enregistreurs de Pression Artérielle Ambulatoire Enregistreurs de Pression Artérielle Ambulatoire 90207-90217 Manuel de fonctionnement 070-0175-02 Rév. H 2005 Spacelabs Medical, Inc. Tous droits réservés. Le contenu de ce document ne peut être reproduit

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL

F3. NORMES TECHNIQUES RELATIVES A L ACCESSIBILITE AU CABINET MEDICAL Le pour les I - Les cheminements extérieurs Article 2 «[ ] Lorsqu une dénivellation ne peut être évitée, un plan incliné de pente inférieure ou égale à 5 % doit être aménagé afin de la franchir. Les valeurs

Plus en détail

Exercices pour lombalgiques

Exercices pour lombalgiques Exercices pour lombalgiques Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement, au moment où vous le désirez. Ils doivent être exécutés sur une surface dure (par

Plus en détail

AVERTISSEMENTS AUX ÉVALUATEURS...2

AVERTISSEMENTS AUX ÉVALUATEURS...2 - 1 - TABLE DES MATIÈRES AVERTISSEMENTS AUX ÉVALUATEURS...2 PROCESSUS D ÉVALUATION...3 1.1 GÉNÉRALITÉS... 4 1.2 INSTRUCTIONS PRÉLIMINAIRES À L INTENTION DES ÉVALUATEURS... 4 1.3 INSTALLATION DU LIEU D

Plus en détail

MODE D EMPLOI DU DROPER FIELD 1000

MODE D EMPLOI DU DROPER FIELD 1000 MODE D EMPLOI DU DROPER FIELD 1000 PROMOVET sarl ZAC de la Route de Beauraing, 1 08600 GIVET (France) info @ promovet.fr 1 / 10 Table des matières 1 Description du Droper Field 1000 2 2 Utilisation du

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

Tronc Artériel Commun

Tronc Artériel Commun Tronc Artériel Commun Cardiopathie congénitale conotroncale. 1.4% des cardiopathie congénitales. (1/10000) CIV Diagnostic anténatal Souvent associé à un 22q11. Anomalies associées Définition EMBRYOLOGIE

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

LE TRICEPS BRACHIAL (face postérieure du bras)

LE TRICEPS BRACHIAL (face postérieure du bras) LE TRICEPS BRACHIAL (face postérieure du bras) Origine : la longue portion : tubercule sous-glénoïdien de l omoplate. Le vaste externe : partie supérieure de la face postérieure de l humérus. Le vaste

Plus en détail

BLESSURES DE SURUTILISATION

BLESSURES DE SURUTILISATION INTRODUCTION Monsieur Sansouci est un fervent amateur de course à pied et de natation. Voulant participer à une course de 10 km dans quelques semaines, il a augmenté son volume d entraînement. Par contre,

Plus en détail

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE

LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE LABORATOIRE 4 OSCILLOSCOPE ET CIRCUIT DE REDRESSEMENT INTRODUCTION À L OSCILLOSCOPE QU EST-CE QU UN OSCILLOSCOPE... Un oscilloscope est un appareil permettant d analyser avec une grande précision le comportement

Plus en détail

Le Candidat paramédical Test d aptitude physique. Trousse d information. Élaboré et administré pour Ambulance Nouveau-Brunswick par

Le Candidat paramédical Test d aptitude physique. Trousse d information. Élaboré et administré pour Ambulance Nouveau-Brunswick par Le Candidat paramédical Test d aptitude physique Trousse d information Élaboré et administré pour Ambulance Nouveau-Brunswick par Le Candidat paramédical Test d aptitude physique Un partenariat entre LifeMark

Plus en détail

Les modalités cliniques de la mesure de la pression. Quels tensiomètres choisir? DÉCIDER

Les modalités cliniques de la mesure de la pression. Quels tensiomètres choisir? DÉCIDER Quels tensiomètres choisir? DÉCIDER Objectif : Choisir un appareil fiable pour mesurer la pression artérielle au cabinet médical ou à domicile. Avec la pratique de l automesure, l utilisation des manomètres

Plus en détail

Etirement des adducteurs

Etirement des adducteurs Etirement des adducteurs En cyclisme, les muscles adducteurs de la hanche sont principalement sollicités en montée, lorsque l on se met en danseuse. Consigne d étirement : debout, jambes écartées d environ

Plus en détail

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION

LE SCOPE 1 BUT 2 DOMAINE D APPLICATION Procédures en réanimation 29/10/2007 Page 1/7 Rédaction : IDE Séverine Marmilloud Vérification :IDE Thomé C. Chable J-B Approbation : Dr Sirodot Michel 1 BUT Moniteur permettant la surveillance continue

Plus en détail

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2

I. La perfusion par gravité : Dispositifs médicaux de perfusion en 2008. Session ide. Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 Session ide Dispositifs médicaux de perfusion en 2008 Hervé MENU 1, Muriel WALLARD 2 1 Pôle d Anesthésie Réanimation Hôpital Salengro 2 SAMU 59 CHRU Lille La perfusion est un acte courant dans tous les

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire

La chaîne de survie résume les étapes qui conditionnent la survie à l arrêt cardio-respiratoire Grâce au don du Rotary Club de Pont sur Yonne (http://www.rotary-pont-sur-yonne.com/), la commune dispose d un défibrillateur entièrement automatisé (DEA), en libre accès au magasin petit casino VIVAL,

Plus en détail

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol

Le stretching. 3 Le stretching. 1. Définition. 2. Répertoire gestuel. Etirements de la chaîne postérieure au sol 3 Le stretching 1. Définition Le stretching, traduction anglaise pour étirement est une technique de préparation du corps, de maintien ou de remise en forme basée sur l amélioration des amplitudes articulaires

Plus en détail

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR

LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR LES ETIREMENTS DU HANDBALLEUR Commentaires : Staff médical de l équipe de France A masculine Support : Anaïs THILLOU, Pôle de Toulouse Réalisation : Vincent GRIVEAU, CTR Midi- Pyrénées Les étirements :

Plus en détail

Entretenir la condition physique des seniors

Entretenir la condition physique des seniors Entretenir la condition physique des seniors Réalisation : A. TERLICOQ, Assistante Technique Département Oise, sous la direction de l équipe technique nationale, Fédération française EPMM Sports pour Tous

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

La pression. 1. Trois personnes qui ont le même poids, marchent sur une couche de neige fraîchement tombée

La pression. 1. Trois personnes qui ont le même poids, marchent sur une couche de neige fraîchement tombée Unité 3 LA PREION Un corps peut se déformer s il est soumis à une force pressante, c est-à-dire, une action de contact répartie sur sa surface. Ainsi, si on fixe une affiche sur un mur à l aide d une punaise,

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

OUTILS ÉDUCATIFS SUR L HYPERTENSION ARTÉRIELLE

OUTILS ÉDUCATIFS SUR L HYPERTENSION ARTÉRIELLE OUTILS ÉDUCATIFS SUR L HYPERTENSION ARTÉRIELLE 1 er OUTIL Qu est ce que l hypertension artérielle et pourquoi devrais je m en préoccuper? 2 e OUTIL Qu est ce que je peux faire contre la haute pression?

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire

LES ETIREMENTS. Notions de base. Sommaire LES ETIREMENTS Notions de base Sommaire Mise en garde Un minimum de connaissances anatomiques et physiologiques Choix des étirements : tableau synthétique Quelques exemples d'étirements fréquemment utiles:

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Cours de Tables / Ordinateur - 1

Cours de Tables / Ordinateur - 1 Cours de Tables / Ordinateur - 1 Cours de Tables / Ordinateur - 2 Cours de Tables / Ordinateur - 3 Ordinateurs de Plongée Introduction Principe de Fonctionnement Avantages et inconvénients Les différents

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Manuel de l ergonomie au bureau

Manuel de l ergonomie au bureau Manuel de l ergonomie au bureau 1 Manuel préparé par le Service environnement, santé et sécurité de l Université Concordia. Pour tout complément d information sur l ergonomie, les étirements et les autres

Plus en détail

des parties communes H.27

des parties communes H.27 des parties communes H.27 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux portes situées dans ou donnant sur les parties communes, des articles R.111-18 à R.111-18-3 du

Plus en détail

Considérée à tort comme un acte

Considérée à tort comme un acte Bien mesurer la pression artérielle Recommandations pour la pratique Nicolas POSTEL-VINAY Guillaume BOBRIE Unité d hypertension artérielle Hôpital européen Georges-Pompidou 20, rue Leblanc 75908 Paris

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Quand l hypertension fait perdre la tête Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Le mot

Plus en détail

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM FICHE PATIENT : LE POST PARTUM Le post partum est la période qui suit immédiatement un accouchement ; il s agit de la période comprise entre l expulsion du bébé et le retour des organes à un stade pré-gravidique.

Plus en détail

Dans ce chapitre : Sommaire 93

Dans ce chapitre : Sommaire 93 Dans ce chapitre : Les différents types de contractions musculaires 78 Contraction statique 78 Contraction dynamique 80 Contraction isométrique 80 Contraction auxotonique 80 Contraction isotonique 82 Contraction

Plus en détail

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test

TAP-PAR. Test d aptitudes physiques pour paramédics. Description du test TAP-PAR Test d aptitudes physiques pour paramédics Description du test INTRODUCTION Le travail de paramédic nécessite une capacité physique supérieure à celle de la population moyenne. En effet, ceux-ci

Plus en détail

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH Etirement spécifique à la pratique du basket 1 : Tension du cou.2 Durée : 14 minutes Penchez la tête d un côté. Gardez les épaules relâchées. Laissez

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

Etirements du sportif

Etirements du sportif Etirements du sportif Principales chaînes musculaires SP01 Un corps pour comprendre et apprendre Anne Le Rouzic Les exercices qui vont suivre nécessitent un échauffement musculaire préalable. Les étirements

Plus en détail

Répétez l exercice 10 à 15 fois, prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois.

Répétez l exercice 10 à 15 fois, prenez un repos d une ou deux minutes, puis répétez la séquence une deuxième fois. Épaule 67 I. Exercices pour une tendinite de l épaule Les exercices qui suivent visent à renforcer la musculature de votre épaule. Vous devez les faire au moins 2 fois par jour, tous les jours. Ils peuvent

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture

I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE. Exercice 1 : Posture 148 l e x a m e n m u s c u l o s q u e l e t t i q u e I. EXERCICES POUR LA CERVICALGIE CHRONIQUE Faites les exercices suivants au moins 2 fois par jour, tous les jours. Faites l effort de maintenir une

Plus en détail

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant.

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant. L'alliée de votre réussite mémo santé Chef d entreprise artisanale ATTENTION! LE BRUIT REND SOURD! Entreprises artisanales du bâtiment Le bruit est un son désagréable et gênant. Le son est le résultat

Plus en détail

LES ORDINATEURS DE PLONGEE

LES ORDINATEURS DE PLONGEE LES ORDINATEURS DE PLONGEE Les ordinateurs de plongée sont des calculateurs qui utilisent un algorithme (basé sur un modèle mathématique de charge et décharge du corps en azote) afin de déterminer les

Plus en détail

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons

COURS DE PLONGEE SOUS-MARINE MF1 FSGT III. LES ACCIDENTS. 4 masque. 2 poumons III. LES 1 Les accidents barotraumatiques (voir annexes page A4). En plongée, du fait de l augmentation de la pression (Loi de Mariotte), les cavités remplies d air peuvent nous poser des problèmes : La

Plus en détail

Pauses réparatrices. Votre santé avant tout

Pauses réparatrices. Votre santé avant tout Pauses réparatrices Votre santé avant tout Accordez davantage de place à l activité physique et à la détente dans votre journée de travail, vous augmenterez ainsi votre bienêtre et votre performance. Vous

Plus en détail