LP 01. Echelle et mesure des longueurs, de l atome aux galaxies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LP 01. Echelle et mesure des longueurs, de l atome aux galaxies"

Transcription

1 LP 01 Echelle et mesure des longueurs, de l atome aux galaxies Niveau : Seconde Prérequis : - Conversion d unité de longueur dans le système métrique - Thalès, puissance de 10 - Composition de l atome - Structure du système solaire Biblio : Tomasino, Parisi, Durandeau nouveau, Hecht, Dictionnaire de la physique (Taillet, Villain, Febvre), Perez Optique, BNM (Etalons et unité de mesure) Plan : I. Mesures de longueur 1. Définir une longueur 2. Mesure une longueur 3. Comparer des longueurs II. Echelle humaine 1. Ordres de grandeur 2. Mesures directes 3. Mesures indirectes III. Vers l échelle de l atome 1. Ordres de grandeur 2. Expérience historique de Franklin 3. Utilisation de la lumière IV. Vers l échelle des galaxies 1. Ordres de grandeur 2. Expérience historique d Erastothène 3. Télémétrie laser

2

3 Introduction : Physique, Chimie, Biologie = sciences qui ont pour but de décrire l univers. Pour pouvoir décrire et comparer des objets aussi différents que un atome et une planète : besoin d outils, et premier de ces outils = la longueur. I. Mesures de longueur 1. Définir une longueur * Définition : (Dictionnaire) Longueur = distance entre deux points considérés au même instant. Comment la définir de façon univoque? Unité = référence permettant d associer une valeur numérique à une grandeur physique. * Historique détaillé : (Hecht) Dans antiquité : définition à partir des parties du corps humains. Ex : Grande Pyramide construite en cubit = coude jusqu au doigt ; pied = longueur d une sandale ; pouce = épaisseur du pouce royal #Exp : mesure d un cahier en cubit pas pratique car variait selon les endroits et les personnes. Révolution française : dix millionième partie de la distance du Pôle Nord le long du méridien de Paris. Cette distance ne varie pas, mais l imprécision des mesures géographiques en font une définition trop arbitraire. En 1889 : distance entre deux traits fins gravés sur une barre d alliage platine-iridium (29 prototypes réalisés) Dégradation! En 1983 : 1 m = distance parcourue par la lumière en 1/ s dans le vide (idée : on peut mesurer le temps de façon beaucoup plus précise, et vitesse de la lumière = valeur fixée, exacte, donc définition du mètre plus précise) précision = précision de la seconde, à près)

4 Transition : obtention d un étalon de plus en plus bon, reste à s en servir! 2. Mesure d une longueur Mesurer une longueur = la comparer à une longueur de référence, qui donne son nom à l unité employée pour exprimer la mesure (Parisi p. 182) *Précision et incertitude Il est impossible d obtenir la valeur exacte d une grandeur (Parisi p. 194). La mesure ne fournit qu un encadrement de cette valeur, avec une certaine incertitude. Incertitudes dépendent de la qualité de l instrument de mesure, de la méthode utilisée par l expérimentateur, ainsi que de l expérimentateur lui-même. Erreur absolue La mesure donne X± X avec X valeur approchée et X incertitude ou erreur absolue, la mesure donne donc un encadrement de la valeur exacte. Plus la mesure est précise, plus X est petit. Erreur relative Pour savoir si une mesure est fiable, c'est-à-dire si on peut l utiliser : X/X * Notion de chiffres significatifs Définition : chiffres réellement accessibles par la mesure. Chiffres écrits en partant de la gauche à partir du premier chiffre différent de 0 (p195 Parisi, p314 Tomasino) Importance de la précision dans la vie de tous les jours : le technicien mesure afin d assurer l interchangeabilité des pièces et la sécurité des installations. Transition : on a vu comment déterminer des longueurs en m mais comment les comparer, est-ce qu il y a des unités adaptés : distance terre-soleil = m! 3. Comparer des longueurs * Multiples et sous-multiples du mètre - Pour faciliter l écriture et la comparaison, on peut également utiliser des multiples et sous-multiples adaptés. * Nécessité des puissances de 10 (Parisi p. 182) - Pouvoir situer une longueur sur l échelle des longueurs qui composent notre Univers, et de la comparer aux autres. On peut ainsi mémoriser facilement certaines tailles ou distances caractéristiques. - Ordre de grandeur d un nombre = la puissance de dix la plus proche de ce nombre - Pour le déterminer facilement : écriture scientifique = a.10 n, a entre 1 et 10, n entier relatif Alors si a entre 1 et 5, ordre de grandeur = n, si a entre 5 et 10, ordre de grandeur = n+1 ; - Pour comparer, si le quotient de deux longueurs est compris entre 1 et 10, alors elles sont du même ordre de grandeur. Si le quotient s exprime par a.10 n, alors elles sont différentes de n ordres de grandeur.

5 * Echelles humaines, microscopique, astronomique. Des atomes aux galaxies, les longueurs s échelonnent sur 41 ordres de grandeur : à m. Humaine (mm au km), de part et d autre astronomique et microscopique. Nos sens constituent nos premiers appareils de mesure. Dès le premier coup d œil jeté sur le monde, nous y délimitons plus ou moins arbitrairement des corps fait de matière.

6 II. Echelle humaine 1. Ordres de grandeur Commencer à remplir le transparent avec l échelle. 2. Mesures directes #Exp : comparer précision de la mesure de la longueur avec différents instruments : règle(s), pied à coulisse (Attention : précision à la demi-unité près = bêtises!). - pied à coulisse (mécanique et numérique) - Un double décimètre gradué en millimètre, et si possible un graduée en demi millimètre Instrument Longueur Incertitude (1 graduation) Erreur relative Pied à coulisse Un double décimètre Erreur relative : indique si la précision est fiable ou non. Ici le choix de l instrument est dicté par la précision désirée. Transition : on ne peut pas mesure la taille d un immeuble avec un décimètre 3. Mesures indirectes * Méthode utilisant les relations géométrique Méthode de la visée (Tomasino p191, Durandeau p32/33) ; #Exp :Avec décimètre, on mesure la porte. Incertitude (1 graduation) * Méthode utilisant une mesure de durée #Exp :Ultrasons Vson 340 m. s-1 à température ambiante et V = 2d/(t2-t1), donc d = Incertitude sur le temps due au placement des curseurs : on l estime. Ici incertitude de lecture Comparer avec la distance lue sur le support gradué en plastique (ou mesurée avec une règle ) Impérativement comparer la valeur obtenue avec celle de la mesure directe! La vitesse du son dépend de T!! Télémétrie! Ainsi pour mesure immeuble : télémétrie + visée Transition : à l échelle humaine, les mesures sont relativement aisées mais comment faire pour des échelles plus petites? III. Vers l échelle de l atome 1. Ordres de grandeur Continuer à remplir le transparent avec l échelle. Faire la remarque sur la structure lacunaire : si atome = stade de France, noyau = tête d épingle au

7 centre de ce stade 2. Expérience historique de Franklin * Une expérience historique : la goutte de B. Franklin #Exp :Franklin (Parisi p208, Tomasino p25) Transition : depuis, le développement de l optique a permis d obtenir d autres moyens de mesure beaucoup plus précis. 3. Utilisation de la lumière * Utilisation de la lumière : épaisseur d un cheveu #Exp :Diffraction d un laser par un cheveu Montrer comportement inhabituel de la lumière. Montrer que quand diamètre augmente, longueur de la tache centrale diminue => idée : tracer 1/a en fonction de L. Faire courbe étalonnage sur Regressi avec les barres d incertitude. Remarque : on peut comparer cette mesure à celle avec obtenue avec un microscope. Transition : il existe également des instruments de mesure adaptés * Instruments de mesure Loupe : jusqu à 10-3 m, microscope optique : jusqu au 10-6 m cellules, microbes ; microscope électronique : jusqu à 10-8 m molécules, microscope à force atomique ou à effet tunnel : jusqu à m nuage électronique des molécules ( Perez, Optique) Transition : passons à l autre extrême - IV. Vers l échelle des galaxies 1. Ordres de grandeur Continuer à remplir le transparent avec l échelle. Faire la remarque sur structure lacunaire : si soleil = pamplemousse, système solaire = ville de 10 km de diamètre = Paris 2. Expérience historique d Eratosthène * Dans l antiquité : Eratosthène Transparent en expliquant la vraie expérience + calcul (Tomasino p29) #Exp :Expérience d Erasthothène

8 3. Télémtrie Laser * Aujourd hui : télémétrie LASER (seulement si il y a le temps) Mesure de la distance Terre-lune en envoyant une impulsion laser sur des miroirs déposés sur la lune lors des missions Apollo. Le temps de l aller retour + vitesse lumière = 2 distances Terre-lune. (Tomasino p. 39, Durandeau nouveau p. 145)

9 Conclusion Schéma bilan récapitulant toutes les techniques de mesures Ouverture sur les messages de la lumière ou alors revenir sur l étalon du mètre! importance de bien mesurer le temps!

10 Questions : Comment a-t-on accès aux distances hors système solaire? Effet Dopler. Comment a-t-on accès aux dimensions du noyau? Expérience de Rutherford Pour l écho laser, qu est-ce qui réfléchit le laser sur la Lune? - pourquoi ne pas utiliser les ondes acoustiques pour déterminer le diamètre du cheveu? chercher adéquation entre le diamètre a à mesurer et la longueur d onde. La diffraction existe tout le temps, mais elle doit être observable : tache centrale ni trop petite, ni trop grande. Acoustique, frequence entre 20 et 160 khz, dc de 10-3 m à 10-4 m. La largeur de la tache centrale L= *D/a avec a de l ordre de 10-4 m donc L de l ordre du mètre : pas pratique. De plus, avec les ondes acoustiques, observations non aisées : déplacer un capteur - pourquoi évaluer l imprécision d un instrument de mesure à une demi-unité est faux? pas de graduation donc pas de lecture + une incertitude de chaque coté de l objet à mesurer. Donc idée de la demi graduation est fausse, incertitude = 2 graduations. - Mesure la moins précise pour Eratosthène? Comment faire simplement pour l améliorer? Mesure de la distance D (arc de cercle) car courbe et règle = droite. Utiliser un bout de ficelle. - Comment faire pour avoir les rayons de la lampe parallèle (Eratosthène)? lampe à l infini = lampe au foyer objet d une lentille convergente.

11 LP 02 Mesure du temps à partir de phénomènes astronomiques et de dispositifs construits pas l homme. Niveau : Seconde Prérequis : - Thalès, puissance de 10 - Mesure de longueur - Notion d ordre de grandeur - Incertitudes, chiffres significatifs Biblio : Tomasino vieux, Parisi vieux, Sirius, Audoin-Guinot (fondements de la mesure du temps), Hecht, Jandaly (histoire illustrée de la mesure du temps), Ray (la physique par les objets du quotidien), BNM (Etalons et unité de mesure) pour les détails plus poussés Plan : I. Comment mesurer un temps? 1. Les phénomènes périodiques 2. La seconde II. Les phénomènes périodiques astronomiques 1. Alternance jour-nuit 2. Les lunaisons 3. Les saisons 4. Le calendrier III. Les phénomènes périodiques créés par l homme 1. Les premières horloges 2. Les horloges mécaniques 3. Les horloges modernes

12 Introduction : Nous allons nous intéresser au cours de cette leçon au temps. Qu est-ce que le temps? C est une grandeur qui représente la mesure du déroulement des évènements. (Hecht) Temps notion familière On a le temps de faire qqc On essaie même de se l approprier. On se l approprie : «on prend le temps» On le module : «emploi du temps» répartir ce qu on va faire dans la journée Notion assez mal définie dans le quotidien. En physique, il faut bien définir. Evolution d un système, savoir de quoi on parle! On a des idées, des ordres de grandeurs Mois, année, jour, heure, Mal définie On dit «cinq minutes» mais représente des temps physiques très

13 différents! Comment peut-on mesurer le temps? On va voir comment avec les avancées scientifiques, les hommes ont su appréhender différents phénomènes pouvoir mesurer le temps, que ces phénomènes soient naturels ou créés par l homme. I. Comment mesurer un temps? 1. Position du problème On ne mesure pas un temps, mais une durée = intervalle de temps qui s écoule entre deux événements. Jamais mesure absolue, mais relative. Il va toujours falloir définir une origine des temps. Tomasino p. 108 : Pour les distances, il a fallu un étalon, le mètre. Pour le temps, pareil, étalon de durée. Cet étalon impose certaines conditions : phénomène régulier, qui se répète de la même façon, le même pour tout le monde. Ce qui nous amène à introduire la notion de phénomène périodique 2. Les phénomènes périodiques Définition : un phénomène est périodique s il se répète à lui-même au cours du temps. Dans la vie quotidienne : le feu tricolore. On le caractérise par la période T (la plus petite durée au bout de laquelle le phénomène se répète). Unité : la seconde. On associe la fréquence f : inverse de la période. (Nombre de fois qu un phénomène se répète par unité de temps). Unité : le Hertz. Ces phénomènes qui se répètent vont pouvoir constituer des étalons de durée. #Exp : Pendule simple Avec synchronie pour étudier l évolution : on voit périodicité, on mesure période. On augmente précision en prenant plusieurs périodes. Mais le pendule va s arrêter à cause des frottements, pas stable! Il faut étalon stable : la seconde. 3. La seconde Unité du système international A partir des raies caractéristiques d émission du Cesium 133. Mise en jeu de phénomènes très stables. (1s d incertitude sur 15 millions d années). Mesurés par une horloge atomique. Tomasino p. 108, Hecht : 1 seconde = durée de vibrations de l atome de Cesium 133, D autres unités plus pratique : minute = 60s, heure = 60 min = 3600 s. De la même manière qu on pouvait utiliser le km si plus pratique. Transition : Comment l homme en est-il arrivé à utiliser un spectre atomique pour mesurer le temps et puis tout le monde n a pas une horloge atomique au césium chez lui. Comment mesure-t-on le temps aujourd hui??? Retraçons le parcours historique de la mesure du temps. Les premiers phénomènes périodiques accessibles venaient du ciel Les Egyptiens et les Mésopotamiens étaient de grands observateurs du ciel et ils ont su très tôt utiliser les phénomènes périodiques astronomiques pour se repérer dans le temps.

14

15 II. Mesure du temps à partir de phénomènes astronomiques Le tout premier phénomène périodique que les hommes ont utilisé, c est l alternance jour-nuit. 1. L alternance jour-nuit * Observation Le soleil se lève et se couche de façon périodique. * Explication Naïvement, la première chose qu on pense, c est le soleil qui tourne (Aristote, ) mais en fait une autre explication, la terre tourne autour de son axe (Aristarque de Samos puis Copernic XVI) #Exp : Montage de la Terre et du Soleil Cette maquette ne représente pas du tout les ordres de grandeurs. #T : rappel du rayon de la Terre, Soleil, Lune et distances T-S, T-L mais faut bien une maquette qui rentre dans la salle! Gommette sur France. On fait tourner la Terre sur elle-même. On dit que c est le soleil qui se couche! -> référentiel, dépend de où on se place. * Définition du jour solaire Différence de temps entre deux passages successifs du soleil dans le plan méridien d observation. Plan méridien d observation = plan passant par les pôles et par le point d observation. Toutes les personnes sur le même méridien voit la même chose, ont la même perception d après la définition du jour. Jour solaire phénomène périodique, de période moyenne T = 24 h =86400 s. Il y a plus de 3000 ans, les Egyptiens ont divisé le jour et la nuit en 12 h égales. * Echelle de temps #T : remplissage de l échelle de temps Jour -> rotation de la Terre sur elle-même. Un des tous premiers étalons. Référence pendant milliers d années! Transition: Egalement observés le mouvement d un deuxième astre bien visible, la Lune. 2. Les lunaisons * Observation : L image de la lune change chaque nuit et de façon périodique -> lunaison. Mais on voit toujours la même face de la Lune. * Explication : La lune tourne également autour de la Terre. #Exp : Montage de la Terre et du Soleil Lune entre soleil et Terre, on voit rien, Lune pas éclairée -> nouvelle Lune Lune toujours la même face, on montre le quartier de Lune (moitié de la Lune éclairée) Lune derrière la Terre, éclairée par le Soleil -> pleine lune * Définition de la lunaison

16 Durée entre deux nouvelles lunes = 29,5 jours. * Echelle de temps #T : remplissage de l échelle de temps Mois -> lune tourne autour de la Terre Mais attention, on utilise jours, pas exact! Transition : Durée plus longue que le jour mais pas adapté pour l agriculteur regarde les saisons. Donc décalage vers l observation du soleil. 3. Les saisons * Observation : Différences d ensoleillement et de conditions météo qui se répètent. Solstices (maxima, minima), équinoxes (égalité). Saisons se répètent. Pas évident à repérer! Alors observation du lever du soleil. Le point de lever du soleil se décale mais assez pour que ce soit précis, alors lever héliaque de Sothis pris comme premier jour de l année par les Egyptiens (365 jours à 3000 ans avant JC!) = alignement Sothis-Soleil-Terre. Astronomes grecs aux alentours de 600 JC observent qu en fait 365 et ¼ jours! * Explication : La terre décrit un mouvement quasi-circulaire autour du soleil et axe polaire incliné. #Exp : Montage de la Terre et du Soleil On montre que la surface plus ou moins intensément éclairé. * Définition de l année Année tropique = durée entre deux équinoxes de printemps : 265,24 jours. Année sidérale = tour complet de la Terre autour du Soleil. L'année sidérale est 20 minutes et 24 secondes plus longue que l'année tropique moyenne. * Echelle de temps #T : remplissage de l échelle de temps Année -> Terre tourne autour du soleil Transition : Ce nombre de jours pas entier pose problème pour créer calendrier, nécessaire à organiser l emploi du temps 4. Le calendrier (Tomasino) * Calendrier julien Mois pas cool pour agriculture. Jules César demande de chercher un autre système qui respecte saison. Donc lunaison sacrifiée. Mais comme ¼, année bissextile. La période réelle est encore différente de 365 jours ¼. 11 min! 1 journée pour 128 ans. * Calendrier grégorien

17 Pape Grégroire XIII a décidé de changer le calendrier. Années bissextiles séculaires supprimées, sauf si leur millésime est divisible par 400. Il reste actuellement une erreur d'environ un jour sur ans, au lieu d'un jour sur 128 ans avec le calendrier julien. On est passé du 4 octobre -> 15 octobre pour pouvoir rattraper le retard. On voit la perception humaine du temps, qu on peut le maitriser. Ainsi nous utilisons toujours le calendrier grégorien pour fixer une date et se repérer dans le temps. Cependant, dans la journée, comme se repérer? Il faut une référence qui soit plus courte que le jour. On a bien divisé un jour en 24 h et jusqu à la moitié du XXe siècle, la seconde était tacitement 1/86400 du jour solaire moyen mais pas très précis! L homme a du créer ses propres dispositifs. Transition : En effet, si en apparence, les phénomènes astronomiques sont réguliers, en fait, il y a de nombreux autres phénomènes parasites. L homme a pu se rendre compte de ces «anomalies» grâce à des dispositifs ingénieux de mesure du temps. Mais la rotation de la Terre se ralentit très légèrement et les jours deviennent plus longs. Temps solaire vrai = 1h = 15 avec représentant l angle entre le demi-plan du méridien de l observateur et celui du soleil. Temps pas uniforme ; irrégularités déjà observées sous Ptolémée sont principalement dues à l ellipticité de l orbite terrestre et à l inclinaison de l axe de rotation terrestre sur l écliptique (plan de l orbite) ; inégalité de la rotation de la Terre. On va voir que l évolution de la précision a amené l homme à réétudier son étalon pour qu il réponde aux exigences que l on a vu au début de la leçon. III. Mesure du temps à partir de dispositifs créés par l homme (Tomasino) Aussi bien en Egypte, qu en Mésopotamie, ils sont utilisés par les prêtres pour organiser les rites religieux, dont les heures et les durées doivent être soigneusement réglées. 1. Les premières horloges a. Cadran solaire Les toutes premières horloges étaient bâties sur le jeu d ombres et de lumière. On peut obtenir une estimation de l heure d après la hauteur du Soleil dans le ciel, tout simplement, mais la méthode manque évidemment de précision. Une idée serait donc d utiliser un appareil gradué, mesurant la hauteur du Soleil sous forme d un angle par rapport à l horizon. Mais, dans la réalité, il n est pas possible de viser ainsi directement l astre du jour sans se brûler les yeux. Les Anciens ont donc rapidement compris l intérêt d une visée indirecte, exploitant la longueur de l ombre. Gnomons puis cadran solaire : très ancien, rudimentaire, problème de l évolution au cours de l année due à la position de la terre, définition du jour problématique. #T : Gnomon : angle varie avec position de la Terre car Terre penchée! #T : Cadran solaire : style parallèle à l axe de rotation de la Terre pour s affranchir du pb du gnomon. Ne marche pas le jour ni à temps couvert. Le déplacement de l ombre est trop lent pour mesurer avec précision des durées plus petites que l heure. Transition : il a fallu créer une méthode plus précise. * Clepsydre b. Systèmes à écoulement

18 #Exp : Clepsydre Clepsydre droite, on mesure h en fonction de t. Début linéaire puis ne marche plus à la fin. Ecoulement non linéaire. Débit diminue quand h diminue! Donc il faut vase de plus en plus étroit. La plus vieille clepsydre connue à ce jour a été retrouvée en Egypte, près du temple d Amon à Karnak et on remonte au XVe siècle avant JC. #T : Méthode des trois vases Une citerne pour que la hauteur d eau constante d un autre vase. D où le débit de celui-ci est constant et on mesure le temps dans une troisième. * Sablier On remplace eau par poudre solide. Plus régulier, mesures plus précises mais pour durées courtes. En plus ne gèle pas! Usage très répandu au XIVe siècle, utilisée par Christophe Colomb sur sa caravelle. Transition : Problème de il faut le remplir et ça ne va que pour des courtes durées. On devait arrêter le temps! Il a fallu créer une méthode plus précise. 2. Les horloges mécaniques Apparaissent à la fin du Moyen-âge (Tomasino) a. Pendule pesant * Principe : Galilée 1582 (Hecht) Si oscillation pas trop grande, période constante et ne dépend que de la longueur du fil et de l intensité de pesanteur. #Exp : Pendule simple (vrai) Avec chrono on mesure 10 périodes (passage par le centre) Incertitude sur le chrono, caméra mieux. On fait mesure avec deux masses différentes et pareil!! Dépend seulement de la longueur a priori. OU prendre le pendule pesant et changer la longueur. Période = étalon de durée! (l = 0,994 m, Jean Picard au XVIIe siècle) Transition : Mais amortissement progrès considérable au XVIIe s avec balancier!! b. Les horloges à balancier * Principe : Huygens Période augmente avec longueur du fil. Donc pour palier le ralentissement des pendules, on raccourcit le fil périodiquement. A chaque battement, le balancier libère d un cran une roue dentée qui est entraînée par la chute d un poids ; le balancier a donc un rôle régulateur. En même temps, le balancier reçoit une impulsion par l intermédiaire de la fourche f : son mouvement est entretenu. Erreur ne dépasse pas 10s par jour! Mais il faut remonter pendule!! en effet, le poids qui régule doit être remonté. Idée : rajouter un poids qui tombe à chaque passage du balancier et lui donne son énergie (impulsion) pour qu il reparte et ne s arrête pas à cause des frottements. 1920, les horloges ne dérivaient pas plus que de 5 millièmes de secondes par jour! (Tomasino, Hecht)

19 Transition : Pour les bateaux pas cool. En effet, les marins utilisaient les horloges pour déterminer leur longitude mais trop sensibles aux mouvements des vagues.

20 3. Les horloges modernes a. Les horloges électroniques à quartz * Principe : Phénomène périodique électrique. Tout d abord, le quartz, comme tous les matériaux cristallins, peut vibrer naturellement à certaines fréquences. C est ainsi qu on peut faire «chanter» un verre de cristal avec le doigt, en excitant justement une de ces fréquences naturelles, appelées aussi «fréquences propres». La valeur de ces fréquences dépend de la taille et de la forme du cristal. Tout cela est très comparable au cas du pendule simple qui lui aussi possède une fréquence propre d oscillation fonction de sa longueur : on peut exciter sa fréquence, par exemple quand on pousse la balançoire d enfant. Ensuite, on sait depuis les travaux des frères Curie dans les années 1880, que le quartz présente des propriétés «piézo-électriques» : quand le comprime, une tension électrique apparaît entre ses faces, et une tension inverse quand on l étire. Réciproquement, si on le soumet à une tension électrique, le cristal de quartz se comprime ou s étire, en fonction du signe de cette tension. L idée est de soumettre le cristal à une tension électrique alternativement positive et négative, de fréquence précisément égale à l une de ses fréquences propres : il entre «alors» en résonance, ce qui veut dire que l amplitude des oscillations mécaniques croît fortement (toujours l image de la balançoire d enfant). Mais comment faire pour trouver exactement la fréquence propre d oscillation? C est le principe du système «bouclé» : le quartz et l oscillateur électrique sont couplés de sorte qu ils se stabilisent mutuellement à la fréquence propre du quartz. (Jandaly) Détails mécaniques (Ray) #Exp : Démontage d une horloge à quartz #T : Image d une montre à quartz démontée (Ray) Comparaison horloge mécanique/électrique (Sirius p.128) 1928 première horloge à quartz par Warren Alvin Marrison (USA). Précision de 2 ms par jour. 1930, on mesure les variations de rotation de la terre avec! 1960, commercialisation De nos jours, 90% des montres sont à quartz avec une précision de 1 microseconde par jour! Quartz taillé en U (1 mm, 1cm), f=32768 Hz/2,/2,/2 15 fois divisé par deux. A la sortie du circuit, la tension électrique a ainsi une fréquence de 1 Hz exactement. Cette tension commande un petit moteur électrique qui entraîne les rouages de la montre. Transition : Dépend du cristal (température, pression atmosphérique, gravité, champ magnétique ou électrique ) b. Les horloges atomiques * Principe : Idée de Lord Kelvin en 1879 : on excite un atome, il se désexcite en réémettant une onde de période T, nouvelle base de temps. On compte le nombre de périodes : première horloge atomique au césium 133 (précision 1s sur 15 M années) 1967 : Définition de la seconde à partir de l horloge atomique au césium 133. L horloge atomique de référence est conservée à l observatoire de Paris. Les horloges atomiques modernes ne varient pas plus d une seconde en trois millions d années. (Hecht) Il y en a plusieurs car il faut réparation et on prend la moyenne. Ceci permet d avoir une mesure

21 continue et précise du temps. #T : Image d une horloge atomique (Ray) Conclusion Intérêt pratique d une détermination précise du temps maintenant possible grâce aux horloges atomiques : le GPS. Pour que le commandant d un navire connaisse sa position en mer avec précision, il faut que trois satellites GPS (Système Global de Positionnement) lui envoient des ondes radio. Ces ondes transportent chacune un signal d horloge, émis précisément au même instant. Les satellites étant situés à des distances différentes du navire, les signaux arrivent à des moments différents. A bord, le récepteur GPS les compare et, connaissant la vitesse des ondes, en déduit la position du navire. Au sol, des stations liées à des horloges atomiques contrôlent les signaux émis par les satellites. (Tomasino et Ray pour plus d infos)

22 Wikipedia En 1880 les physiciens français Pierre Curie et Jacques Curie découvrent l'effet piézoélectrique du quartz : celuici possède la capacité de générer des charges électriques à sa surface lorsqu'il subit des forces mécaniques. Cette capacité en fait un matériel très intéressant dans la constitution d'horloges. La première horloge a été inventée en 1927 par Warren Marrison 1. Elle était constituée de tubes électroniques et avait des dimensions comparables à celles d'un réfrigérateur tourné à l horizontal. La première montre-bracelet en quartz apparaitra en Le fonctionnement de l horloge à quartz est simple : tout choc sur un cristal engendre des vibrations mécaniques, d'amplitude maximale selon des directions particulières (axes mécaniques), lesquelles sont la cause de charges électriques variables. On obtient ainsi un oscillateur électrique dont la fréquence de vibration est propre au quartz lui-même. Ces vibrations, mises en forme et associées à un moteur synchrone, sont à l'origine du mouvement des aiguilles d'une montre. Mais le quartz à des inconvénients : en effet, la fréquence des oscillations n'est stable uniquement tant que le cristal conserve ses dimensions. Il faut donc lutter contre les phénomènes de dilatation dues aux variations de température en isolant le cristal. C est pour cela qu il n'est tout d'abord que conservé dans une horloge et plus tard dans une montre. Néanmoins la précision obtenue est dix fois plus grande que celle de la meilleure des montres mécaniques qui fut inventée précédemment (en 1675 par Isaac Thuret) : une seconde de retard en six ans. Il faut attendre G. Lippman pour mettre en évidence l'effet piézo-électrique inverse : les cristaux se déforment lorsqu'on les soumet à un champ électrique. Si cette "excitation" du quartz est permanente, il va vibrer à une fréquence très stable qui lui est propre et qui va dépendre de sa taille (dans les deux sens du terme). Il suffit de compter les vibrations pour les transformer en unité de temps voulue (seconde par exemple). Le résonateur à quartz est né. Pour les montres, la fréquence est un général de Hz. Un circuit intégré va diviser cette fréquence par 2 15 fois de suite et nous obtenons notre seconde. Quant à la précision d'un tel oscillateur, elle est de 1/1000 de seconde en 24 heures. C'est quand même nettement mieux que notre foliot du début, non? Les premières horloges à quartz virent le jour en et leur taille n'avait rien à envier aux premières horloges de clochers. La première montre à quartz à aiguilles est apparue en 1967 et la montre numérique est née en 1971.

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

3 Charges électriques

3 Charges électriques 3 Charges électriques 3.1 Electrisation par frottement Expérience : Frottons un bâton d ébonite avec un morceau de peau de chat. Approchonsle de petits bouts de papier. On observe que les bouts de papier

Plus en détail

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique 2 e BC 1 Champ électrique 1 Electricité L interaction électromagnétique a été évoqué dans la partie «Interactions fondamentales» en énonçant la loi de Coulomb, et en analysant des phénomènes macroscopiques

Plus en détail

Cours n 15 : Champ magnétique

Cours n 15 : Champ magnétique Cours n 15 : Champ magnétique 1) Champ magnétique 1.1) Définition et caractérisation 1.1.1) Définition Comme nous l avons fait en électrostatique en introduisant la notion de champ électrique, on introduit

Plus en détail

S 4 F. I) Définitions : 1) En statique et en dynamique :

S 4 F. I) Définitions : 1) En statique et en dynamique : Chapitre 1 : NOTION DE FORCE S 4 F I) Définitions : 1) En statique et en dynamique : Une force, ou action mécanique, peut être définie comme : - toute cause capable de déformer un objet (statique). Exemple

Plus en détail

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m.

La Mesure du Temps. et Temps Solaire Moyen H m. La Mesure du Temps Unité de temps du Système International. C est la seconde, de symbole s. Sa définition actuelle a été établie en 1967 par la 13 ème Conférence des Poids et Mesures : la seconde est la

Plus en détail

Chapitre 3: Dynamique

Chapitre 3: Dynamique Introduction Le mot dynamique désigne ou qualifie ce qui est relatif au mouvement. Il est l opposé du mot statique. Le mouvement d un point matériel est liée à son interaction avec le monde extérieur ce

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

Quelques généralités et faits historiques sur les

Quelques généralités et faits historiques sur les Quelques généralités et faits historiques sur les phénomènes électriques L. Villain 1 Notion de charge électrique 1.1 Historiques et principaux faits La notion fondamentale à la base de la description

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Un peu de mécanique Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

MOUVEMENTS ET FORCES

MOUVEMENTS ET FORCES 2 nd Cours sur les forces 1 MOUVEMENTS ET FORCES I - DESCRIPTION D'UN MOUVEMENT Pour étudier un mouvement, il faut commencer par préciser le système considéré, c'est-à-dire l'objet ou le point étudié.

Plus en détail

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel

Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Les phases de la Lune Description de la face visible de la Lune dans le ciel Nicolas Rambaux Nicolas.Rambaux@imcce.fr (Crédit : Antonio Cidadao) 1 Résumé Ce document décrit le mouvement de la Lune autour

Plus en détail

Oscillateurs et mesure du temps

Oscillateurs et mesure du temps Oscillateurs et mesure du temps Qu est-ce que le temps? «Qui pourra le définir [le temps]? et pourquoi l'entreprendre, puisque tous les hommes conçoivent ce qu'on veut dire en parlant du temps sans qu'on

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

TP N 1 : ÉLECTRISATION PAR FROTTEMENT

TP N 1 : ÉLECTRISATION PAR FROTTEMENT TP N 1 : ÉLECTRISATION PAR FROTTEMENT Introduction : Certaines substances, lorsqu on les frotte, sont susceptibles de provoquer des phénomènes surprenants : attraction de petits corps légers par une règle

Plus en détail

Gravitation universelle

Gravitation universelle Chapitre 7 Gravitation universelle Révision et Résumé Où commencer? En plus de l apprentissage du cours, que vous devez recopier, réciter, rerecopier, jusqu à en savoir la moindre virgule, refaites les

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb

CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb CHAPITRE IV : La charge électrique et la loi de Coulomb IV.1 IV.1 : La Force électrique Si on frotte vigoureusement deux règles en plastique avec un chiffon, celles-ci se repoussent. On peut le constater

Plus en détail

Electromagnétisme. Chapitre 1 : Champ magnétique

Electromagnétisme. Chapitre 1 : Champ magnétique 2 e BC 1 Champ magnétique 1 Electromagnétisme Le magnétisme se manifeste par exemple lorsqu un aimant attire un clou en fer. C est un phénomène distinct de la gravitation, laquelle est une interaction

Plus en détail

Cours préparatoires de physique

Cours préparatoires de physique Cours préparatoires de physique Août 2012 L. Dreesen LA DYNAMIQUE, LES LOIS DE NEWTON Août 2012 L. Dreesen 1 Table des matières Introduction Force La première loi de Newton La troisième loi de Newton La

Plus en détail

Forces et mouvement. Suite: la dynamique

Forces et mouvement. Suite: la dynamique Les forces Forces et mouvement Tout ce qui se passe dans l Univers est provoqué par des forces. Une force est une poussée ou une traction qui provoque le déplacement ou la rotation des objets. Il faut

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points)

ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) ARISTOTE, GALILÉE ET NEWTON (6 points) Pour cet exercice, l'utilisation de la calculatrice est autorisée Trois siècles avant notre ère, le célèbre savant grec Aristote affirmait qu "une masse d or, de

Plus en détail

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007

MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE. Debelle M 23 01 2007 MOUVEMENT de la LUNE sur la SPHERE Debelle M 23 01 2007 1 Dimensions de la Lune Rayon équatorial : 1740 km Masse : 7,348.10²² kg Distance Moyenne : 384403 km, (60 rayons terrestres) Densité moyenne : 3,34333

Plus en détail

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite

Galiléo. Galiléo : le système européen de positionnement par satellite Galiléo Voici quelques informations sur une situation concrète où le caractère relatif du temps est à prendre en compte. Plutôt que sur le système américain GPS, pourquoi ne pas travailler autour du système

Plus en détail

Soleil, Terre, Lune : phases, éclipses et marées

Soleil, Terre, Lune : phases, éclipses et marées Soleil, Terre, Lune : phases, éclipses et marées On a vu (fiche «Système solaire») comment définir les positions relatives de la Terre, du Soleil et des planètes. Pour le trio Soleil-Terre-Lune, on a également

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

CHAPITRE 2 : Interaction magnétique

CHAPITRE 2 : Interaction magnétique CHAPITRE 2 : Interaction magnétique Prérequis 1. L aiguille d une boussole possède : plusieurs pôles Nord et plusieurs pôles Sud, uniquement un pôle Nord et un pôle Sud, plusieurs pôles Nord ou plusieurs

Plus en détail

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses?

Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres des interférences lumineuses? Peut-on mesurer une variation de longueur de quelques nanomètres en utilisant des interférences lumineuses? Il a fallu attendre le début des années 1980 pour «voir» pour la première fois des atomes de

Plus en détail

1- Ce que pensent beaucoup d adultes

1- Ce que pensent beaucoup d adultes LE MOUVEMENT APPARENT DU SOLEIL SOUS NOS LATITUDES ET SES CONSEQUENCES 1- Ce que pensent beaucoup d adultes Avec un tel modèle on ne peut avoir la durée du jour deux fois plus longue le 21 juin que le

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Audioprothésiste / stage i-prépa intensif - 70 Chapitre 8 : Champ de gravitation - Satellites I. Loi de gravitation universelle : (

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

5 Principes de Newton

5 Principes de Newton 5 Principes de Newton En 1687, Newton 3 énonce ses fameuses trois lois fondamentales de la mécanique concernant les mouvements des corps. 5.1 Première loi de Newton : le principe d inertie Dans la section

Plus en détail

Comment mesure-t-on la masse des planètes?

Comment mesure-t-on la masse des planètes? Comment mesure-t-on la masse des planètes? Evidemment, les planètes ne sont pas mises sur une balance. Ce sont les mathématiques et les lois physiques qui nous permettent de connaître leur masse. Encore

Plus en détail

Univers : Détermination de distances dans le Système Solaire

Univers : Détermination de distances dans le Système Solaire Dossier de Physique Niveau 5 ème à 6 ème secondaire Univers : Détermination de distances dans le Système Solaire Bouquelle Véronique Faculté des Sciences Diffusé par Scienceinfuse, Antenne de Formation

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS

LLP. Seconde Univers TP Étude de mouvements ETUDE DE MOUVEMENTS ETUDE DE MOUVEMENTS I) OBSERVATION DU MOUVEMENT DE MARS Le mouvement de Mars dans le ciel a été observé depuis l Antiquité, notamment par les babyloniens. Les grecs avaient également observé le phénomène,

Plus en détail

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune?

Éclipse de Lune. qu est-ce qu une éclipse de lune? ACCUEIL Éclipse de Lune Frédéric Élie, août 2010 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures, est INTERDITE.

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

Calcul de la distance de la Lune par parallaxe

Calcul de la distance de la Lune par parallaxe Calcul de la distance de la Lune par parallaxe La Lune au 5 ème jour Sommaire Feuille de route p.3 I) Introduction 1) La Lune dans l Histoire p.4 2) Parallaxe de la Lune p.4 II) Expérience 1) Mise en situation

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

Test d auto-évaluation 2010

Test d auto-évaluation 2010 SwissPhO Olympiade Suisse de Physique 2010 Test d auto-évaluation 2010 Ce test permet aux intéressés d évaluer leurs capacités à résoudre des problèmes et de reconnaître des lacunes dans certaines notions.

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

I. Les oscillateurs mécaniques.

I. Les oscillateurs mécaniques. Chapitre 9 : Comment exploiter des phénomènes périodiques pour accéder à la mesure du temps? I. Les oscillateurs mécaniques. On appelle oscillateur (ou système oscillant) un système pouvant évoluer, du

Plus en détail

Oscillateurs et mesure du temps

Oscillateurs et mesure du temps Oscillateurs et mesure du temps Très tôt dans l histoire de l humanité, les phénomènes périodiques ont été utilisés pour mesurer le temps. Les premiers ont été les événements astronomiques puis, à mesure

Plus en détail

III Univers / IV. Le Sport

III Univers / IV. Le Sport III Univers / IV. Le Sport Mouvements et forces Exercice n 1 : Dynamomètre Exercice n 2 : Une petite voiture dans un train Un enfant est assis dans un train qui circule sur une voie rectiligne et horizontale.

Plus en détail

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire :

TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter. 1. Les lois de la mécanique céleste dans le système solaire : TD : les lois de Kepler et la détermination de la masse de Jupiter Objectif : calculer la masse de Jupiter en observant le mouvement de ses satellites et en utilisant la 3ème loi de Kepler 1. Les lois

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Electricité et magnétisme

Electricité et magnétisme Le champ magnétique Activité 1 a) O α S N s G n b) Bobine O s G n α I Document 1 Une petite aiguille aimantée suspendue par son centre de gravité G à un fil sans torsion est placée au voisinage d un aimant

Plus en détail

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France)

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) Pierre Thomas, ENS Lyon Observatoire de Lyon 384 000 km Voici les orbites de la Terre et de la

Plus en détail

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant :

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant : MAGNETISME 1) Les différentes sources de champ magnétique La terre crée le champ magnétique terrestre Les aimants naturels : les magnétites Fe 3 O 4 L acier que l on aimante Les électroaimants et circuits

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

HORLOGE ET MONTRE IN SITU : MÉCANIQUE 2

HORLOGE ET MONTRE IN SITU : MÉCANIQUE 2 IN SITU : MÉCANIQUE 2 HORLOGE ET MONTRE Réalisation : Toni Marin CNDP, le Département d Enseignement de la Generalitat de Catalunnya, 2000 Durée : 04 min 12 s Le film démarre par un historique chronologique

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 3. Pointage et suivi automatiques Les instruments sont portés par une monture équatoriale dite à l allemande dont chacun des deux axes est solidaire d une

Plus en détail

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent?

CAHIER D EXPERIENCES. Quand deux billes se rencontrent? CAHIER D EXPERIENCES 1 ere Experience : Quand deux billes se rencontrent? Matériel : Le pendule de Newton Webcam + ordinateur Eclairage Expérience : 1. lâcher de la bille 1, film de l expérience 2. lâcher

Plus en détail

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites

Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites I- Les trois lois de Kepler : Chapitre 9 : Applications des lois de Newton et Kepler à l'étude du mouvement des planètes et des satellites Les lois de Kepler s'applique aussi bien pour une planète en mouvement

Plus en détail

«De la modélisation à la maquettisation» ou «Comment passer du modèle en 3D à la maquette en 2D.»

«De la modélisation à la maquettisation» ou «Comment passer du modèle en 3D à la maquette en 2D.» ANIMATION SCIENCES DU 06/02/13 : «De la modélisation à la maquettisation» ou «Comment passer du modèle en 3D à la maquette en 2D.» Points des IO : (Annexe 1) Comprendre le phénomène d alternance du jour

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures

U 315 J. 5008 SESSION 2003. Filière MP PHYSIQUE. ENS de Paris. Durée : 6 heures U 315 J. 5008 SESSION 2003 Filière MP PHYSIQUE ENS de Paris Durée : 6 heures L usage de calculatrices électroniques de poche à alimentation autonome, non imprimantes et sans document d accompagnement,

Plus en détail

Comment distinguer l or d un métal jaune identique? Cette question. Est-ce bien de l or? À la découverte de la «balance de la sagesse»

Comment distinguer l or d un métal jaune identique? Cette question. Est-ce bien de l or? À la découverte de la «balance de la sagesse» CCYCLE 3 YCLE 3 Est-ce bien de l or? À la découverte de la «balance de la sagesse» Cécile de Hosson Éditions Le Pommier, 2009 Objectifs Chaque matériau possède sa propre masse volumique (rapport de la

Plus en détail

Chapitre 5 : Condensateurs

Chapitre 5 : Condensateurs 2 e B et C 5 Condensateurs 37 Chapitre 5 : Condensateurs 1. Qu est-ce qu un condensateur? a) Expérience de mise en évidence 1. Un électroscope est chargé négativement au moyen d'un bâton d'ébonite frotté

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux 1) Notion de moment d une force : Les effets d une force sur un solide dépendent de la position de la force par rapport au corps. Pour traduire avec précision les effets d une force, il est nécessaire

Plus en détail

Chapitre 7 - Relativité du mouvement

Chapitre 7 - Relativité du mouvement Un bus roule lentement dans une ville. Alain (A) est assis dans le bus, Brigitte (B) marche dans l'allée vers l'arrière du bus pour faire des signes à Claude (C) qui est au bord de la route. Brigitte marche

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

Partiel PHY121 Mécanique du point

Partiel PHY121 Mécanique du point Université Joseph Fourier Grenoble Licence Partiel PHY2 Mécanique du point Vendredi 23 mars 202 Durée h30 Calculatrices et documents non-autorisés Pour chaque question, 4 réponses sont proposées dont ou

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Les Cadrans Solaires

Les Cadrans Solaires Les Cadrans Solaires Travail de Maturité Michel Di Salvo 3M7 Gymnase Auguste Piccard Lundi 13 Novembre 006 Florentin Acker Table des matières Travail de maturité Michel Di Salvo Résumé - page Liste des

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle

Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle Physique, chapitre 3 : La gravitation universelle 1. Interaction gravitationnelle 1.1 Le système solaire Le système solaire est composé de l ensemble des astres autour du Soleil. Un étoile est une boule

Plus en détail

obs.4 Un modèle pour l œil exercices

obs.4 Un modèle pour l œil exercices obs.4 Un modèle pour l œil eercices Savoir son cours Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de l

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices

OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL exercices OBS.2 UN MODÈLE POUR L ŒIL eercices SAVOIR SON COURS ❶ Mots manquants Les rayons de lumière en provenance d un objet pénètrent dans l œil, traversent plusieurs milieu transparents et forment l image de

Plus en détail

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono!

Exercices. Sirius 1 ère S - Livre du professeur Chapitre 15. Champs et forces. Exercices d application. 5 minutes chrono! Exercices Exercices d application 5 minutes chrono 1. Mots manquants a. scalaire b. aimants/courants c. aiguille aimantée d. électrostatique. e. uniforme/ parallèles. f. la verticale/la Terre g. gravitation/la

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section i-prépa annuel - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa annuel - I. Vecteur champ magnétique : a) Détection : si l on saupoudre de limaille de fer un support horizontal au-dessous

Plus en détail

Forces et Interactions

Forces et Interactions Février 2013 Cours de physique sur les Forces et les Interactions page 1 1 Objectifs Forces et Interactions Le but de ce cours est d'introduire la notion de force et d'étudier la statique, c'est-à-dire

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1

Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST1 Chapitre 0-2 Introduction générale au cours de BCPST Extrait du programme I. Les grandeurs en sciences physiques Définition : une grandeur est une observable du système On peut la mettre en évidence a.

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES

PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES SESSION 2013 SECOND CONCOURS ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE PHYSIQUE - MATHÉMATIQUES Durée : 4 heures L usage des calculatrices de poche à alimentation autonome, sans imprimante et sans document d accompagnement

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 4 : Les ondes Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. IV- Les ondes Finalité du chapitre Pour

Plus en détail

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC

ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC ASTRONOMIE DE BASE ATELIERS DE VEGA par JMC -LES COORDONNEES GEOGRAPHIQUES - LES COORDONNEES HORIZONTALES - LA LUNETTE AZIMUTALE -COMPENSER LA ROTATION DE LA TERRE -ANGLE ARC - DISTANCE -VISEE DU PÔLE

Plus en détail

Jour sidéral, jour solaire Équation de temps

Jour sidéral, jour solaire Équation de temps 1 Jour sidéral, jour solaire 1.1 Durée du jour sidéral : Jour sidéral, jour solaire Équation de temps Observations: Lancer le logiciel et enlever l atmosphère. On voit alors les étoiles en plein jour.

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

Chapitre 7 : CHARGES, COURANT, TENSION S 3 F

Chapitre 7 : CHARGES, COURANT, TENSION S 3 F Chapitre 7 : CHARGES, COURANT, TENSION S 3 F I) Electrostatique : 1) Les charges électriques : On étudie l électricité statique qui apparaît par frottement sur un barreau d ébonite puis sur un barreau

Plus en détail

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance

LES RESISTANCES. Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance LES RESISTANCES Caractéristiques, rôle et utilisation de la résistance Le rôle de la résistance est de limiter le courant dans un circuit. Elle possède plusieurs caractéristiques technique : La valeur

Plus en détail

b- On peut donc électriser le plastique, l ébonite et le verre par frottement. Par contre le métal ne peut pas être électrisé par frottement.

b- On peut donc électriser le plastique, l ébonite et le verre par frottement. Par contre le métal ne peut pas être électrisé par frottement. Chapitre P1 : (TP-Cours) Les phénomènes d électrisation Introduction : Ce sont les anciens Grecs qui découvrirent les premiers phénomènes d électrisation, en constatant qu en frottant de l ambre jaune,

Plus en détail