Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Caractérisation de l interface Si/SiO 2 par mesure C(V)"

Transcription

1 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) Introduction p I Effet de champ à l interface Si/SiO p Fonctionnement d une capacité MOS p Principe de la meure (V) p 4 Réumé de la partie I p 8 II Extraction de paramètre à partir de la meure (V) p 9 Méthode du max / min p 9 Méthode du / p 0 Méthode de la fonction de Maerjian p 0 III Travail à effectuer au cour du TP p ANNEXE : hare à l interface d un emiconducteur en réime de p déertion/inverion faible. ANNEXE : Fonction de Maerjian. p ANNEXE : Valeur de quelque contante phyique utile. p

2 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) Introduction La meure (V) et une technique oriinale mie au point dè le début de année 60 pour caractérier le capacité Métal Oxyde Semiconducteur (MOS). Se avantae ont multiple : Il ait d une méthode relativement imple à mettre en œuvre, rapide, peu coûteue et non detructive (contrairement aux meure phyique telle que l obervation au microcope électronique à tranmiion). On peut donc l utilier pour faire du tet tatitique (c et à dire ur un rand nombre de compoant et pa eulement ur une ou deux tructure). Elle permet d obtenir un rand nombre d information ur le caractéritique électrique de la tructure tel que le niveau de dopae du ubtrat, l épaieur d yde, la tenion de bande plate, la tenion de euil, et le caractéritique de défaut de l interface Si/SiO tel que le denité de pièe d interface et le concentration de chare piéée dan l yde. ontrairement aux meure électrique traditionnelle (meure tatique de courant continu en fonction de la tenion), on peut l utilier ur de capacité MOS et pa eulement ur de tranitor MOS. Elle permet donc de éparer la caractériation de la capacité MOS de celle du tranitor MOS, c et-à-dire de meurer le paramètre de l interface Si/SiO an paer par l étude du tranport le lon du canal. Mai, comme toute le meure électrique, pour obtenir le maximum d information, il faut confronter le meure avec de modèle phyique. La validité de réultat dépend donc non eulement de la meure elle-même, mai aui et urtout de la procédure d extraction utiliée pour remonter aux paramètre que l on ouhaite meurer. Aujourd hui comme hier, la meure (V) et extrêmement utiliée dan l indutrie de la microélectronique : pour mettre au point une technoloie donnée (en particulier pour comparer de façon qualitative le avantae ou inconvénient de procédé d ydation, de dopae de la rille ou du ubtrat etc). En particulier, la meure (V) trouve éalement un rand reain d intérêt pour la caractériation de tructure MOS à diélectrique de rille alternatif à forte permittivité (Hih K) pour calibrer le modèle dit compact (type SPIE) utilié pour la imulation de circuit. I Effet de champ à l interface Si/SiO Fonctionnement d une capacité MOS : Une capacité MOS (voir chéma fiure ) et contituée : d une électrode conductrice de commande (appelée rille) réaliée en aluminium ou le plu ouvent en polyilicium fortement dopé, d un iolant (appelé iolant de rille), obtenu le plu ouvent par ydation de la urface de ilicium, d un ubtrat de ilicium dopé. Une telle tructure fonctionne de la façon uivante : en polariant l électrode de commande, on vient appliquer une différence de potentiel V à l interface à la urface du ubtrat, an pour autant donner lieu à un courant, râce à l iolant. e champ électrique va commander l état de chare à l interface Si/SiO. En effet, conidéron un ubtrat dopé P par exemple (ervant à la réaliation de tranitor NMOS, c et-à-dire de tranitor MOS à canal d électron) : il et électriquement neutre à

3 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) l équilibre, bien que beaucoup plu riche en trou qu en électron. Sa concentration de chare écrit : - ρ0 = e ( Na + n 0 p0 ) = 0 avec p0 >> n 0 Na - déine la concentration de dopant accepteur ionié, n 0 la concentration d électron et p 0 la concentration de trou. Si la rille et polariée poitivement par rapport au ubtrat, le champ à l interface Si/SiO va diminuer localement la concentration en trou et aumenter celle d électron. Dan ce ca, la concentration de chare à l interface ρ S era néative. Tant que la concentration d électron à l interface n S retera nélieable devant celle d accepteur ionié Na -, on aura : ρ e et le ca dan le réime dit de déertion et d inverion faible. Mai pour une tenion V upérieure à une valeur limite appelée tenion de euil V T, la concentration d électron à la urface deviendra upérieure à celle d accepteur ionié, on a alor : ρ e n avec n Na - >> Na (V > V T ) e réime appelle le réime d inverion forte. Si on applique une tenion V néative, c et l invere qui e produit : on aumente localement la concentration de trou, la denité de chare devient alor poitive à l interface: ρ e p et le réime d accumulation. Enfin, remarquon que l état de chare nulle à l interface n et pa obtenu pour une tenion de rille nulle. En effet, à caue eentiellement de la différence entre le travaux de ortie de matériaux de rille et du ubtrat, pour une tenion de rille nulle, il y a déjà un champ électrique interne préent à l interface (un peu comme le champ interne à l interface d une jonction pn). Pour obtenir une chare nulle, il faut donc annuler ce champ électrique interne. eci et obtenu pour une valeur particulière de la tenion de rille appelée tenion de bande plate V FB. Elle vaut environ V pour une capacité NMOS contituée d un ubtrat P et d une rille N + en polyilicium. GRILLE V ISOLANT V imae TEM du tructure MOS en coupe (d aprè Buchanan, IBM J Re Vol 4 n May 999) SUBSTRAT ρ S 0 ρ = 0 V S Fiure : Vue en coupe d une tructure MOS et a repréentation chématique La relation entre la chare totale Q (par unité de urface) dan le ubtrat à l interface crée à partir du potentiel V peut être calculée à partir d approche imple, en modéliant la dépendance de

4 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) concentration n et p en fonction du potentiel électrique. Le réultat d un tel calcul et repréenté fiure. On peut donc réumer l influence de la tenion de rille ur l état de chare à la urface du ilicium par le tableau ci deou : Tenion de Grille V < V FB V FB < V < V T V T < V Potentiel de urface V <0 V >0 V >0 Nature du réime Accumulation Déertion Inverion forte oncentration de ρ e p > 0 - ρ e Na ρ e n chare HARGE (/m - ) HARGE (/m - ) POTENTIEL DE SURFAE V S (V) POTENTIEL DE SURFAE V S (V) Fiure : hare totale à l interface du ilicium en fonction du potentiel de urface appliqué V pour un ubtrat dopé P (avec Na = cm - (trait plein) et Na = 0 7 cm - (pointillé) ) Enfin, la tenion de rille et reliée de la façon uivante au potentiel de urface (voir fiure ) V (V ) = V + V + V (V ) FB i.e. c et la omme de troi terme : de la chute de potentiel interne V FB, de la chute de potentiel aux borne de l yde V, et de la chute de potentiel dan le ubtrat V. (Remarquon que pour V =0, ce qui correpond à la condition dite de «bande plate», on a bien V =V FB ). En appliquant le théorème de Gau à tout le volume du ubtrat, et en remarquant qu en nélieant la préence de chare fixe dan l yde, on peut montrer que : Q (V ) V (V ) = où et la capacité par unité de urface de l yde : principe de la meure (V) Pour une capacité à électrode métallique, donc parfaitement conductrice, on fait l hypothèe que le chare accumulée aux borne de la capacité occupent une zone d épaieur nélieable. Dan ce ca, on peut montrer que la chare accumulée Q aux armature de la capacité et reliée à la tenion appliquée par la relation uivante : Q = m U ette capacité m ne dépend pa de la tenion appliquée et vaut, i on nélie le effet de bord : ε S m = e S et la ection de armature, e l épaieur de l iolant qui épare le armature, et ε la permittivité diélectrique du milieu iolant. Si U et une tenion continue, il n y a pa de courant qui travere la ε = t 4

5 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) capacité, elle et donc équivalent à un circuit ouvert. Pour meurer m, il faudrait meurer Q connaiant U. Le plu imple d un point de vue expérimental conite non pa à meurer Q directement, mai à meurer une variation de Q, c et-à-dire un courant. eci obtient en faiant varier U dan le temp (oit au cour d un réime tranitoire, oit en appliquant une tenion alternative). On meure alor une capacité dynamique, qui, dan le ca particulier d une capacité à électrode métallique et éale à la capacité tatique m. Une tructure MOS e comporte bien comme une capacité : il ait d un circuit ouvert et la tenion appliquée V fait varier la chare Q aux armature. La eule différence avec la capacité à armature métallique réide dan le fait que la relation entre Q et V n et pa en énéral linéaire, à caue de la nature non parfaitement conductrice du ubtrat. omme précédemment, pour étudier expérimentalement la dépendance de Q en fonction de V, on préfère meurer une variation de Q. Pour cela, deux type de technique ont poible : le meure d impédance en courant alternatif à partir d un «LR meter» (technique la plu couramment employée) ou bien le meure dite «quai tatique», où on meure la répone tranitoire (ie dan le temp) à une rampe de courant. hacune de méthode a e avantae et inconvénient. Meure (V) à l aide d un «LR meter» ( parfoi appelé éalement (V) haute fréquence) : ette méthode de meure conite à appliquer une tenion V alternative : V (t) = V + V(t) avec V(t) = δv co ( ωt) 0 (V 0 et une tenion continue (qui ert à polarier la capacité), et V(t) une variation alternative de tenion, de faible amplitude δv autour de cette valeur moyenne V 0 ) et à meurer l impédance Z de la tructure à partir du courant de polariation i(t). On peut relier cette impédance Z à la relation Q (V). En effet, en utiliant la notation complexe, on a : j ω t Q (V (t)) Q (V ) + (V ) δv e 0 0 i δv et uffiamment faible pour que le développement limité oit correct. Le courant traverant la tructure et donc : d[ Q (V(t))] jωt i(t) = (V ) δv jω e dt 0 (Le ine moin et préent à caue de convention adoptée ur la fiure ) i V - Q MOS (V ) Q Fiure : Schéma électrique idéal d une capacité MOS et l impédance Z vaut donc : Z(V 0, ω) = V(t) i(t) = (V 0 ) j ω 5

6 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) On a donc bien une dépendance en fréquence du type capacitive ( ie Z = ( j ω ) ), à condition de définir la capacité MOS de la tructure comme : (V ) = (V ) MOS 0 0 ompte tenu de la dépendance de Q avec V 0, le ine moin uffit à arantir que a dérivée MOS oit une randeur trictement poitive. On peut montrer en outre que cette capacité différentielle peut e décompoer en deux capacité en érie : La capacité de l yde et la capacité du ubtrat, éale à : =. On a donc : d V MOS Limitation de meure (V) à l aide d un «LR meter» = Dan le principe, la meure de l impédance de la tructure permet donc de remonter directement à a capacité différentielle, c et-à-dire à e variation de chare Q autour d une tenion de polariation V 0. Dan la pratique, il faut néanmoin prendre en compte pluieur autre effet phyique, en particulier : l impédance érie paraite, qui auf à bae fréquence (f<50 Hz) ou haute fréquence (f > MHz), e limite à une réitance érie R S. le temp de répone de porteur à la ollicitation électrique. En effet, l analye précédente n et en toute riueur correcte que i le variation temporelle du inal V (t) ont uffiamment lente, pour que la chare Q coté emiconducteur ait le temp de établir. Le réitance érie ne ont pa toujour nélieable, urtout i on polarie la capacité en utiliant la face arrière de la plaquette. ependant, on peut facilement extraire expérimentalement la réitance érie de la tructure en remarquant que pour de haute fréquence (qq khz), l impédance (j ω ) devient petite devant R S. D autre part, lorque le potentiel de urface varie, la chare Q doit varier éalement avant de rejoindre un état d équilibre. Mai cette répone n et évidemment pa intantanée. En réime d accumulation, faire varier la chare inifie modifier la concentration de porteur majoritaire (ici le trou parce que l on conidère de ubtrat de type P). e chanement e produit par de mécanime de tranport claique : le défaut ou l excè de porteur énère un champ électrique local et donc un courant de porteur majoritaire, qui va rétablir l équilibre, et ceci pendant un temp caractéritique de l ordre du temp de répone diélectrique τ D : ε τ = avec D σ σ = q µ p p σ et la conductivité de la couche d accumulation. Plu le milieu et conducteur, plu il va réair rapidement à la modification du potentiel de urface. De manière énérale, à l exception de ubtrat faiblement dopé, ce temp de réaction de porteur majoritaire et toujour trè petit devant le temp caractéritique de variation du potentiel appliqué, ici par exemple la période du inal alternatif. On peut donc conidérer la chare d accumulation ou de déertion toujour à l équilibre quand on fait varier la tenion appliquée. En revanche, ceci n et plu vrai pour le porteur minoritaire. En effet, dan ce ca, le mécanime qui limite le temp de répone de couche d inverion faible ou forte n et plu la conduction de porteur minoritaire, mai leur énération. En l abence de lumière, la énération de porteur minoritaire et due aux phénomène de recombinaion de porteur majoritaire ur de pièe préent en volume dan la zone déertion ou à l interface. En conéquence, ce mécanime de énération ont plu efficace en préence d une rande quantité de défaut et à haute + 6

7 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) température. A température ambiante, le temp de répone de porteur minoritaire varie de pluieur econde à quelque dizaine de millieconde (en préence de nombreux pièe «efficace»).sauf dan un réime de trè bae fréquence (qq Hz) ou la meure et difficile, ce temp de répone et bien trop lon pour permettre à la couche d inverion de répondre à la ollicitation alternative du inal. Pour meurer la capacité en réime d inverion, il faut donc : oit travailler à de fréquence extrêmement faible (de l ordre du Hz voir inférieure). eci n et pa poible en meure alternative (la meure du courant à ce fréquence ouffrent trop du bruit ou de capacité paraite), on utilie donc une autre technique : le meure (V ) dite quaitatique. oit faire la meure (V) non pa ur de capacité, mai ur de tranitor, où le contact ource et drain peuvent fournir le porteur minoritaire. 8 APAITE (0-8 F/cm ) t =500 Å Na = 0 7 m - V fb V t a c b TENSION DE GRILLE (V) Fiure 4 : Simulation de courbe (V) haute fréquence La fiure 4 réume le type de meure (V) que l on peut obtenir : a ) i le temp caractéritique de variation du inal et plu lon que le temp de répone de porteur minoritaire (ou i on réalie une meure de type quai tatique), b ) i le temp de répone de porteur minoritaire et plu lon que le temp caractéritique du inal ( pour V > V FB, on parle de réime de déertion profonde), c ) le temp de répone de porteur minoritaire et plu lon que le temp caractéritique du inal, mai la tenion de rille varie de l inverion ver l accumulation et en préence de lumière. 7

8 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) Réumé de la partie I : Effet de champ à l interface Si/SiO Etat de chare à la urface d un emiconducteur : En polariant une capacité MOS avec une tenion de rille V, on vient induire une différence de potentiel V et une chare Q dan le ubtrat emiconducteur. Suivant le valeur de V, et donc de V, on peut obtenir différent état de chare côté ubtrat. Pour une capacité réaliée ur ubtrat P, on peut obtenir : une accumulation de trou pour V <V FB un réime de déertion ou d inverion faible pour V FB <V <V T un réime d inverion forte (accumulation d électron en urface) pour V >V T Théorie de la meure (V) Pour caractérier ce tructure, on fait varier dan le temp la tenion V appliquée, de façon à faire varier la chare Q aux borne de la capacité et meurer aini le courant de déplacement aini induit. On peut procéder de deux façon : oit en appliquant une tenion alternative et en meurant l impédance de la tructure (meure (V) haute fréquence) oit en impoant de rampe de tenion et en meurant le courant en réime tranitoire (meure (V) quai tatique). Dan le deux ca, on meure une capacité différentielle donnée par : (V ) = (V ) MOS 0 0 où V 0 et la tenion de polariation de la tructure. On a éalement : = + avec = et V (V ) = V d V MOS FB + V Q (V En meurant MOS (V ), on doit donc pouvoir extraire de information ur Q (V ), c et à dire ur le caractéritique de l effet de champ et du emiconducteur. Réciproquement, i on ait modélier Q (V ), on peut calculer à l aide de équation précédente le courbe MOS (V ). En réime de déplétion / inverion faible (voir annexe ), on a par exemple : Q = - e Na ε V Temp de répone de porteur : Il faut un certain temp au ubtrat pour rejoindre a ituation d équilibre quand on applique une variation de potentiel. e temp de répone et trè rapide pour le porteur majoritaire (urtout i le ubtrat et trè conducteur), mai trè lon pour le porteur minoritaire. En conéquence, il n et quaiment pa poible de meurer la capacité de la chare d inverion par meure (V) haute fréquence ur de capacité MOS à température ambiante. Pluieur facteur entrent cependant en line de compte : la lumière, qui énère de paire électron-trou, la température qui favorie le mécanime de énération, la qualité du ubtrat et de l interface, car le pièe favorient la recombinaion. La (V) en inverion peut cependant être meurée : ur de tranitor (le porteur minoritaire ont fourni par le contact ource et drain) par la méthode de meure appelée meure (V) quai-tatique. ) 8

9 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) II Extraction de paramètre à partir de la meure (V) Le but de l extraction de paramètre et de pouvoir etimer le plu préciément poible le randeur caractéritique de la capacité MOS à partir de meure. Pour ce faire, il faut donc comparer le réultat expérimentaux avec le modèle phyique. On recherche en énéral de procédure d extraction le plu imple poible, afin que le traitement de meure ne néceite pa de temp de calcul exceif. Si tel et le ca, il era alor poible d extraire le paramètre d un rand nombre de compoant et donc de pouvoir faire un traitement tatitique de meure. e procédure d extraction néceitent de connaître préciément la urface S de la capacité meurée. ette urface S et oit connue à partir du maque du circuit, oit par meure au microcope optique. En effet, la meure (V) et en énéral réaliée ur de capacité de rande urface (typiquement 00 µm par 00 µm) afin de maximier le inal électrique meuré. Dan la uite, on appellera par abu de lanae «capacité» de randeur /S qui ont en fait de capacité par unité de urface (typiquement F/cm ). Méthode du max / min La technique d extraction la plu imple conite à procéder de la façon uivante : On meure la valeur maximale max de la courbe (V). elle-ci et apprimativement éale à la capacité intrinèque de l yde. Puique = ε /t, on en déduit l épaieur d yde t. On meure la valeur minimale min de la courbe (V). Si on n et pa en réime de déertion profonde, en inverion forte, le potentiel de urface et fixé aux alentour de Φf, donné par: kt Na ε e Na Φ f (Na) = ln( ). On a donc : = +, avec min = (voir e n i min min 4 Φf (Na) annexe ) onnaiant min, on peut déterminer Na à l aide de la courbe min (Na) ci deou : 0 - APAITE A Φ f ( F/m ) DOPAGE Na (cm - ) 0 9 Fiure 5 : apacité pour un potentiel de urface V éal à Φ f en fonction du dopae Na Si l on connaît le dopae, on peut calculer la capacité en condition de bande plate FB par la ε ε k T formule : FB = avec LD =. La capacité totale en bande plate et donc éale à : L Na e D 9

10 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) FB = +. onnaiant FB, on peut donc en déduire la tenion de bande plate V FB. FB Méthode du / La méthode du / conite comme on nom l indique à tracer la courbe de / en fonction de la tenion de rille. En réime de déplétion, on peut montrer en utiliant le équation de l annexe que / uit une loi linéaire donnée par : = + (V V ) (V ) Na e ε FB On peut donc déduire de cette courbe (voir Fiure 6) la tenion de bande plate et le niveau de dopae moyen. 8 V fb V t / (en0 6 F - m 4 ) 6 4 t =500 Å Na = 0 7 m - Déertion profonde / BF TENSION DE GRILLE (V) Fiure 6 : Simulation d une courbe / en fonction de la tenion de rille. La droite en pointillée repréente la loi théorique attendue. Méthode de la fonction de Maerjian La méthode du max / min comme celle du / ont relativement imprécie, parce qu elle néceitent toute le deux de connaître a priori la valeur de. Or max ne correpond pa tout à fait à, et ceci en particulier pour le tructure MOS à yde ultra mince, dan lequel le effet quantique et l effet de champ dan le rille en poly ilicium rendent particulièrement difficile la meure et l extraction de. Il et néanmoin poible d extraire Na et V FB an connaître, en utiliant la fonction Y d de Maerjian. ette fonction et définie comme : Y = d On peut montrer (voir annexe ) que cette fonction et rioureuement éale à : Y =, c et à dire qu elle ne dépend pa ni de V, ni de. Si on utilie l apprimation de déertion totale, on peut montrer que la fonction Y préente un plateau pour V FB <V <V T, dont la valeur et donnée par : Y = min q ε Na i De la même façon, pour V =V FB, on peut montrer que Y prend pour valeur Y mim Y = = q ε Na i 0

11 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) On peut donc de cette façon en déduire V FB. Partie théorique : III Travail à effectuer au cour du TP On aura tout intérêt à commencer à chercher le répone à cette partie avant la éance de TP. ) ommentaire de la Fiure 4 : Expliquez en aidant de équation et de la Fiure, l allure de la courbe a. Préciez le différente partie de la courbe: accumulation, déertion, inverion faible, inverion forte. Expliquez le différence entre la courbe b et la courbe a. Expliquez le différence entre la courbe b et la courbe c. ) Méthode d extraction de paramètre par la technique du / : Démontrez à l aide de réultat de l annexe, qu en réime de déertion / inverion faible, on a : = + (V V ) (V ) Na e ε FB ) Méthode de la fonction de Maerjian : Démontrez qu en réime de déertion / inverion faible, on a : Y min = q ε Na 4 ) omparaion de différente méthode d extraction : D aprè vou, quel ont le avantae et inconvénient de chaque méthode? Partie pratique : ) Meurer à partir du LR meter pour f = MHz le courbe (V) : de l accumulation ver l inverion en abence de lumière. de l accumulation ver l inverion en préence de lumière. de l inverion ver l accumulation en abence de lumière. ) ommenter l influence de la lumière et du en du balayae en tenion de rille ur vo réultat expérimentaux. 4 ) Extraire le paramètre, t, Na, et V FB par la méthode du max / min. Quelle courbe faut il utilier pour extraire ce paramètre dan le meilleure condition? 5 ) Extraire le paramètre Na et V FB par la méthode de Maerjian. 6 ) omparez le réultat de différente méthode d extraction. 7 ) (Poible ur un de banc de meure eulement) : étudier l impact de la fréquence f de meure ur ce réultat. i

12 TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) ANNEXE : hare à l interface d un emiconducteur en réime de déertion/inverion faible. En réime de déertion/inverion faible, la concentration de chare et dominée uniquement par le impureté ioniée Na -. Il et donc poible d obtenir de relation mathématique imple décrivant la variation de la chare totale Q à l interface Si/SiO en fonction du potentiel de urface V. e relation eront utile pour mettre en place de procédure imple d extraction de paramètre. Dan un emi-conducteur de type P, la concentration de chare ρ en un point x et donnée de façon énérale comme : - ρ (x) = e ( Na (x) + n(x) p(x)). En réime de déertion/inverion faible, la concentration de chare et dominée par la - contribution de impureté ioniée, oit ρ (x) e Na (x). On uppoera éalement la concentration d impureté ioniée Na - contante en tou point de la zone de déertion et éale au dopae moyen Na. La principale difficulté pour modélier ce phénomène et que l on ne peut pa obtenir, rioureuement parlant, un réime de déertion en tou point. En effet, loin de l interface, le emiconducteur retrouve a neutralité électrique, (ρ=0) et on ort donc du cadre de l apprimation - déertion/inverion faible où ρ( x) e Na La méthode la plu imple pour traiter ce problème (appelée apprimation de la déplétion totale) conite à uppoer que la tranition entre le réime où ρ ( x) e Na et celui où ρ( x) = 0 et abrupte, oit : ρ(x) e Na pour x < W ρ(x) = 0 pour x W W et la lonueur de la zone de déertion/inverion faible, qui dépend évidemment de champ appliqué. ette apprimation donnera évidemment de réultat aez roier au voiinae de x = W. En revanche, la relation entre Q et V pourra être etimée de façon aez atifaiante. La chare totale Q et tout implement éale à : Q = + 0 ρ(x) dx = -e Na W Mai pour connaître comment varie Q avec le potentiel de urface V, il faut avoir comment varie W avec V, oit réoudre l équation de Poion : d V ρ(x) = dx ε d V e pour x<w, aprè une première intération, on trouve : = Na x + A dx ε La contante A peut être etimée en remarquant qu en x = W, le champ électrique /dx et nul, oit : d V e = Na (x - W) dx ε e La econde intération donne : V(x) = Na (x - W) + B ε La différence de potentiel entre x= 0 et x=w et éale au potentiel de urface, oit :

13 V e = V(x = 0) V(x = W) = ε TP aractériation de l interface Si/SiO par meure (V) Na W ε V On trouve donc que : W(V ) = e Na Plu V et fort, plu W et rand, et plu le dopae et élevé, plu la zone de déertion/inverion faible et réduite. La chare à l interface Q vaut donc Q = -e Na W = - e Na ε V ANNEXE : Fonction de Maerjian d La fonction Y de Maerjian définie comme : Y = et rioureuement éale d à: Y =, c et à dire et indépendante de. Elle n et fonction eulement de propriété de chare du emiconducteur. En effet, on a : D autre part, on a donc d V d d Y = = or V = +, donc : Y = d Q = V + V (où Q FB déine la chare totale côté ubtrat) = +, puique =. On peut donc exprimer la fonction Y comme : Y = d = Or =, d où le réultat Y = + d V d d - = = d ANNEXE : Valeur de quelque contante phyique utile ε o = F/m ε = ε o ε =.9 ε o e= k T= 6 mev n i (à 00 K) = m - + d -

Les sondes d oscilloscopes

Les sondes d oscilloscopes Le onde d ocillocope /6 I Decription Il exite troi grande catégorie de onde: - Le onde paive (, L, C, atténuatrice ou non, avec de rapport d atténuation de,, ou (Sonde X, X, X, X. - 2 Le onde active, qui

Plus en détail

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS)

Capacité Métal-Isolant-Semiconducteur (MIS) apacité Métal-solant-Semiconducteur (MS) 1-onstitution Une structure Métal-solant-Semiconducteur (MS) est constituée d'un empilement de trois couches : un substrat semiconducteur sur lequel on a déposé

Plus en détail

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION

TP6 : ALIMENTATION A DECOUPAGE : HACHEUR SERIE ET CONVERTISSEUR STATIQUE ABAISSEUR DE TENSION P6 : ALIMNAION A DCOUPAG : HACHUR SRI CONVRISSUR SAIQU ABAISSUR D NSION INRODUCION Le réeau alternatif indutriel fournit l énergie électrique principalement ou de tenion inuoïdale de fréquence et d amplitude

Plus en détail

Travaux Pratiques d Electronique d Instrumentation I & II

Travaux Pratiques d Electronique d Instrumentation I & II TP1 : Caractériation de l ampliop réel (Chapitre I du cour d électronique d intrumentation) Le but de cette éance de TP et de d illutrer quelque caractéritique de l ampliop réel à traver l étude d un montage

Plus en détail

Précipitation - Produit de solubilité

Précipitation - Produit de solubilité Précipitation Produit de olubilité A Introduction : Lor de l addition de certain ion ( O H, Cl,...) dan une olution contenant de cation métallique, nou contaton qu il apparaît une phae olide. L apparition

Plus en détail

Changement de fréquence, effet Doppler

Changement de fréquence, effet Doppler N 804 BULLETIN DE L'UNION DES PHYSICIENS 869 Changement de fréquence, effet Doppler par Yve BAIMA, André JORANDON, Sylvie MORLEN et Marc VINCENT Lycée La Martinière Monplaiir - 69372 Lyon Cedex 08 RÉSUMÉ

Plus en détail

Etude de cas sur la mémoire non volatile

Etude de cas sur la mémoire non volatile Etude de cas sur la mémoire non volatile 1. Introduction Objectif Le but de cette étude de cas est de montrer comment une information peut être mémorisée de façon durable et conservée même sans alimentation.

Plus en détail

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1

Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. E.N.P.C. module B.A.E.P.1. Jean Marc JAEGER Setec TPI. ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 Béton armé et précontraint I VERIFICATIONS E.L.S. Jean Marc JAEGER Setec TPI E.N.P.C. module B.A.E.P.1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 1 ENPC Module BAEP1 Séance 3 2 3. ETATS LIMITES DE SERVICE : Définition

Plus en détail

Progressons vers l internet de demain

Progressons vers l internet de demain Progreon ver l internet de demain COMPRENDRE LA NOTION DE DÉBIT La plupart de opérateur ADSL communiquent ur le débit de leur offre : "512 Kb/", "1 Méga", "2 Méga", "8 Méga". À quoi ce chiffre correpondent-il?

Plus en détail

ÉVALUATION DE L INCERTITUDE EN UTILISANT LES SIMULATIONS DE MONTE CARLO

ÉVALUATION DE L INCERTITUDE EN UTILISANT LES SIMULATIONS DE MONTE CARLO ÉVALUATION DE L INCERTITUDE EN UTILISANT LES SIULATIONS DE ONTE CARLO. Déenfant *, N. Ficher *, B. Blanquart **, N. Bédiat** *Laboratoire national de métroloie et d eai (LNE) ** Centre Technique de Indutrie

Plus en détail

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes

Optique. LEYBOLD Fiches d expériences de physique P5.6.2.1. 0706-Gan/Hag. Vitesse de la lumière Mesure avec des impulsions lumineuses courtes Optique Vitee de la lumière Meure avec de impulion lumineue courte LEYBOLD Fiche d expérience de phyique Détermination de la vitee de la lumière dan l air à partir de la ditance parcourue et du temp de

Plus en détail

I- Moteur asynchrone triphasé

I- Moteur asynchrone triphasé I- Moteur aynchrone triphaé 1-contruction et principe de fonctionnement Le moteur aynchrone et formé : - Stator la partie fixe du moteur. Il comporte troi bobinae (ou enroulement) qui peuvent être couplé

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Analyse de l état des flux de trésorerie

Analyse de l état des flux de trésorerie École de Haute Étude Commerciale Analye de l état de flux de tréorerie Document pédagogique rédigé par Louie St-Cyr et David Pinonneault Copyright 1997. Réviion 2000. École de Haute Étude Commerciale (HEC),

Plus en détail

Commande d un système linéaire.

Commande d un système linéaire. PSI Brizeux Ch. E4: Commande d un ytème linéaire - Le ocillateur à boucle de réaction 43 CHAPITRE E4 Commande d un ytème linéaire. Le ocillateur à boucle de réaction On peut claer le ytème en deux catégorie

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

CHAPITRE III. Les instruments de mesure. Manipulation de l oscilloscope et du GBF L OSCILLOSCOPE

CHAPITRE III. Les instruments de mesure. Manipulation de l oscilloscope et du GBF L OSCILLOSCOPE ISTS ERE NNEE CHPITRE III TRU PRTIQUES Le intrument de meure Manipulation de l ocillocope et du GBF L OSCILLOSCOPE. INTRODUCTI : Le circuit électrique qui vou ont familier comprennent eentiellement un

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Amplificateur opérationnel

Amplificateur opérationnel lycée Ibn Taymia Année 009-010 PSI A.BADI Amplificateur opérationnel 8 1 5 Table de matiere 1 aractéritique 1.1 Préentation.......................................... 1. Polariation..........................................

Plus en détail

Chapitre IV: Transformateur monophasé

Chapitre IV: Transformateur monophasé . réentation : Un tranformateur et un convertieur tatique, alternatif/alternatif, de l énergie électrique. l permet d adapter une ource à une charge. l et contitué de deux bobinage enroulé ur le même circuit

Plus en détail

Exercice : Calcul des délais dans une réseau

Exercice : Calcul des délais dans une réseau Exercice : Calcul de délai dan une réeau L objectif principal de cet exercice et de comprendre le calcul du délai de bout en bout d un meage (délai de tranfert) dan un réeau en terme de : - délai de tranmiion

Plus en détail

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité

Paramètres clés pour la conception d une machine pentaphasée à aimants à double polarité SYPOSIU DE GENIE ELECTRIQUE (SGE 4) : EF-EPF-GE 04, 8-0 JUILLET 04, ENS CACHAN, FRANCE Paramètre clé pour la conception d une machine pentaphaée à aimant à double polarité Huein ZAHR,, Franck SCUILLER,

Plus en détail

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction

Athénée Royal de Pepinster. Electrotechnique. La diode à jonction La diode à jonction I Introduction La diode est le semi-conducteur de base. Son fonctionnement est assimilable à celui d un interrupteur qui ne laisse passer le courant que dans un seul sens. C est la

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Circulation thermohaline et variation de la salinité

Circulation thermohaline et variation de la salinité Circulation thermohaline et variation de la alinité Mie en évidence de variation de la concentration de la olution lor du changement d état de l eau de mer à l aide d une meure phyique : celle de la conductimétrie.

Plus en détail

Devoir surveillé du Vendredi 26 Mars 2010 (durée impartie = 2h00)

Devoir surveillé du Vendredi 26 Mars 2010 (durée impartie = 2h00) IU DE GENOBLE MESUES PHYSIQUES DS Electroniqe d'intrmentation I (SP3 9 /6 Nom : Prénom : Deoir reillé d Vendredi 6 Mar (drée impartie h Docment non atorié alclatrice atoriée Partie : Le filtrage paif (7

Plus en détail

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des

Il existe depuis longtemps dans nos sociétés une tendance à utiliser des sigles pour abréger des ghhhf hhfhhj gbbj bghh hfhh bbb bbghhhf ;y dpi L'IDENTIFICATION DES SYMBOLES Chapitre 3 CHAPITRE 3 L IDENTIFICATION DES SYMBOLES Il exite depui longtemp dan no ociété une tendance à utilier de igle pour

Plus en détail

Platine d expérimentation MicroMAG : à la découverte de la machine synchrone autopilotée

Platine d expérimentation MicroMAG : à la découverte de la machine synchrone autopilotée Platine d expérimentation MicroMAG : à la découverte de la machine ynchrone autopilotée. NOGAREDE, D. HARRIEY, Y. LEFEVRE, F. PIGACHE ertrand.nogarede@laplace.univ-tle.fr INPT/ENEEIHT, 2 rue Camichel,

Plus en détail

Filtrage des signaux déterministes à temps continu

Filtrage des signaux déterministes à temps continu Chapitre 3 : La tormée de Laplace Filtrage de ignaux déterminite à temp continu I. Introduction En électronique, on a beoin de traiter de ignaux provenant de diérente ource (capteur de température, ignaux

Plus en détail

DIODES ET TRANSISTORS

DIODES ET TRANSISTORS 73 E4 DIODE ET TRANITOR I. INTRODUTION Dans cette expérience, nous allons étudier deux éléments qui sont à la base de la majorité des montages électroniques modernes; la diode et le transistor. es éléments

Plus en détail

TRANSISTORS A EFFET DE CHAMP DE TYPE MOS. Réalisation d une résistance active de valeur moyenne

TRANSISTORS A EFFET DE CHAMP DE TYPE MOS. Réalisation d une résistance active de valeur moyenne TRANITOR A EFFET E CHAMP E TYPE MO MO de type N à enrichissement du canal Fonctionnement et équations MO de type N à appauvrissement du canal Fonctionnement et équations ilan : Comparaison entre les deux

Plus en détail

Les transistors à effet de champ.

Les transistors à effet de champ. Chapitre 2 Les transistors à effet de champ. 2.1 Les différentes structures Il existe de nombreux types de transistors utilisant un effet de champ (FET : Field Effect Transistor). Ces composants sont caractérisés

Plus en détail

Emplois dans le secteur agricole : caractéristiques et évolution

Emplois dans le secteur agricole : caractéristiques et évolution Octobre 2014 Emploi dan le ecteur agricole : caractéritique et évolution Direction régionale de l alimentation, de l agriculture, et de la Forêt Service Régional pour l Information Statitique et Economique(SRISE)

Plus en détail

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE

ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE. Mensualisation du kilométrage annuel avec KILOMENE ETAT D AVANCEMENT DE LA RECHERCHE Menualiation du étrage annuel avec KILOMENE 98MT33 S. Laarre (INRETS-DERA, Arcueil) L. Jaeger (LOI, Colmar) P. A. Hoyau (INRETS-DERA, Arcueil) Synthèe de la recherche

Plus en détail

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ

TRANSISTORS bipolaires, MOS et à effet de champ TRANSSTORS bipolaires, MOS et à effet de champ Deux transistors sont principalement utilisés en électronique : le transistor bipolaire et le transistor MOS. Dans une proportion moindre, on trouvera également

Plus en détail

UNIVERSITE D ELOUED DEPARTEMENT D'ELECTROTECHNIQUE

UNIVERSITE D ELOUED DEPARTEMENT D'ELECTROTECHNIQUE tranformateur 1- Contitution Un tranformateur comprend un circuit magnétique contitué de pluieur tôle ferromagnétique en forme de "E" et de "I" aemblée «tête-bêche». Ce tôle ont recouverte d un verni iolant

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

CONTACT MÉTAL SEMI- CONDUCTEUR. Diode Schottky

CONTACT MÉTAL SEMI- CONDUCTEUR. Diode Schottky 1 CONTACT MÉTAL SEMI- CONDUCTEUR Diode Schottky 2 Contact Métal/SC: diode Schottky Plusieurs applications: Interconnexions Contact Ohmique Diode à barrière Schottky Survol des jonctions Isolant/SC Comparaison

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance

Circuits RL et RC. Chapitre 5. 5.1 Inductance Chapitre 5 Circuits RL et RC Ce chapitre présente les deux autres éléments linéaires des circuits électriques : l inductance et la capacitance. On verra le comportement de ces deux éléments, et ensuite

Plus en détail

LE BRUIT COMPOSANTS ELECTRONIQUES

LE BRUIT COMPOSANTS ELECTRONIQUES LE BRUIT DANS LES COMPOSANTS ELECTRONIQUES Richard HERMEL LAPP Ecole d électronique INP3 : Du détecteur à la numérisation Cargèse Mars 004 Sommaire Introduction Sources physique du bruit Influence des

Plus en détail

Intitulée Etude et Synthèse des Caractéristiques de Réseaux d antennes Imprimées Supraconductrices dans la Bande Millimétrique

Intitulée Etude et Synthèse des Caractéristiques de Réseaux d antennes Imprimées Supraconductrices dans la Bande Millimétrique REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MENTOURI - CONSTANTINE FACULTE DES SCIENCES DE L'INGENIEUR DEPARTEMENT D'ELECTRONIQUE

Plus en détail

I. ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DES SEMICONDUCTEURS

I. ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DES SEMICONDUCTEURS 1 I. ÉLÉMENTS DE PHYSIQUE DES SEMICONDUCTEURS Définition Un semi-conducteur est un solide qui est isolant au zéro absolu et conducteur à la température ambiante. Propriétés Dans un semi-conducteur, tout

Plus en détail

Directive concernant l'utilisation de sedex

Directive concernant l'utilisation de sedex Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la tatitique OFS Diviion Regitre Office fédéral de la tatitique (OFS), fournieur de pretation de edex 21.05.2014 Directive concernant l'utiliation

Plus en détail

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12

Concours Centrale-Supélec 2005 7/12 Problème - type centrale Partie - Couplage des phénomènes de conduction thermique et électrique en régime linéaire. Étude d un réfrigérateur à effet Peltier Le but de cette partie est de montrer que, dans

Plus en détail

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité PREPARATION (à rédiger avant de venir en TP) Il s agit de trouver une méthode pour mesurer la capacité C d un condensateur, en étudiant

Plus en détail

Énergies renouvelables. 55 personnes. Pose de panneaux solaires photovoltaïques Economie financière. Achat d un véhicule hybride pour le commercial

Énergies renouvelables. 55 personnes. Pose de panneaux solaires photovoltaïques Economie financière. Achat d un véhicule hybride pour le commercial Page1 Proceu Énergie renouvelable Autre Date de création : 05/01 Date de mie à jour : 01/03/2010 Verion n 2 Créateur : Thibault CHARLES : Pôle Technique Odyée 2 Route de la Roche ur Yon 85220 COEX : 02

Plus en détail

I- SITUATION PROBLEME

I- SITUATION PROBLEME I- SITUATION PROLEME 1-Le flash classique d un appareil photo. Le flash augmente la luminosité pendant un court instant au moment où "l'obturateur" de l appareil photo s'ouvre. Le flash est alimentée par

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you.

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.lifeinsuranceinsights.com/life-insurance-2/what-will-your-hobby-cost-you. Erwan, d une mae de 65 kg, fait un aut de Bungee. Il tombe de 0 m avant que la corde du bungee commence à étirer. Quel era l étirement maximal de la corde i cette dernière agit comme un reort d une contante

Plus en détail

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création

La lettre. La Gestion des filiales dans une PME : Bonnes Pratiques et Pièges à éviter. Implantations à l étranger : Alternatives à la création Doier : Getion d entreprie 42 La Getion de filiale dan une PME : Bonne Pratique et Piège à éviter Certaine PME ont tout d une grande. entreprie. A commencer par la néceité d avoir de filiale. Quel ont

Plus en détail

J AUVRAY Systèmes Electroniques

J AUVRAY Systèmes Electroniques LE TRANITOR MO Un transistor MO est constitué d'un substrat semiconducteur recouvert d'une couche d'oxyde sur laquelle est déposée une électrode métallique appelée porte ou grille (gate).eux inclusions

Plus en détail

Notice TPA EFFET PHOTOTHERMIQUE

Notice TPA EFFET PHOTOTHERMIQUE Notice TPA EFFET PHOTOTHERMIQUE Réumé L'effet photothermique et l'élévation de température aociée à aorption d'énerie d'un flux lumineux en réime non tationnaire (modulé ou pulé). La façon dont cette élévation

Plus en détail

Notions sur l électrochimie des semi-conducteurs

Notions sur l électrochimie des semi-conducteurs Notions sur l électrochimie des semiconducteurs UE 824 Électrochimie et énergie Cours de É. Mahé 4h I.BASES DE L ÉLECTROCHIMIE DES SEMI CONDUCTEURS 1 Couple rédox, énergétique à l interface 2 Équilibre

Plus en détail

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels

Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Montages non linéaires à amplificateurs opérationnels Partie théorique I. omparateur L utilisation la plus simple d un amplificateur opérationnel (AOP) en montage non-linéaire est le comparateur. Deux

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

Le défi. reseau-cdls-cls.ca

Le défi. reseau-cdls-cls.ca an 1 nce La cieo techn de en moue pratiq Le défi Concevoir un appareil qui doit enclencher une cacade d évènement. Le dernier évènement era le lancer d un projectile le plu prè poible d une cible. 15 0

Plus en détail

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes

La diode. Retour au menu. 1 La diode : un dipôle non linéaire. 1.1 Diode idéale. 1.2 Diode réelle à semi-conducteur. 1.3 Association de diodes etour au menu La diode 1 La diode : un dipôle non linéaire 1.1 Diode idéale 1.2 Diode réelle à semi-conducteur C est un dipôle électrique unidirectionnel dont les bornes sont l anode (A) et la cathode

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE

ÉTAT DES LIEUX STATISTIQUE EN AQUITAINE CONTRIBUTION DU GROUPE «COOPÉRATIVES, MUTUELLES ET ASSOCIATIONS DE L ÉCONOMIE SOCIALE» Cette contribution à la note de conjoncture du CESER propoe dan une première partie une approche tatitique du ecteur

Plus en détail

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs

TD n 1 : Dopage des semiconducteurs TD n 1 : Dopage des semiconducteurs Exercice 1 : Silicium intrinsèque : On s intéresse au Silicium dans cet exercice On considère le semiconducteur intrinsèque 10 3 qui a une densité n i = 10 cm à T=300K

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL ELE2302 : CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SOLUTIONNAIRE CONTRÔLE MI-SESSION

ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL ELE2302 : CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SOLUTIONNAIRE CONTRÔLE MI-SESSION ELE2302 Circuits électroniques Solution contrôle, Hiver 2006 Durée : 2h00 Feuilles manuscrites et calculatrices autorisées ÉCOLE POLYTECHNIQUE DE MONTRÉAL ELE2302 : CIRCUITS ÉLECTRONIQUES SOLUTIONNAIRE

Plus en détail

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere

Module d Electricité. 2 ème partie : Electrostatique. Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere Module d Electricité 2 ème partie : Electrostatique Fabrice Sincère (version 3.0.1) http://pagesperso-orange.fr/fabrice.sincere 1 Introduction Principaux constituants de la matière : - protons : charge

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Calcul de la taille d un échantillon

Calcul de la taille d un échantillon Calcul de la taille d un échantillon Pr. A. ILIADIS LaboratoiredePharmacocinétique U.F.R. de Pharmacie, Univerité de la Méditerranée iliadi@pharmacie.univ-mr.fr http://pharmapk.pharmacie.univ-mr.fr/ Réumé

Plus en détail

SOURCE DE TENSION ET SOURCE DE COURANT

SOURCE DE TENSION ET SOURCE DE COURANT 59 E1 SOUCE DE TENSON ET SOUCE DE COUNT.- BUT DE L'EXPEENCE Les sources de tension et de courant sont des modèles que l'on ne rencontre pas dans la nature. Néanmoins, toute source d'énergie électrique

Plus en détail

Les régimes périodiques (Chap 2)

Les régimes périodiques (Chap 2) Les régimes périodiques (Chap 2)! Révisé et compris! Chapitre à retravaillé! Chapitre incompris 1. Propriétés des grandeurs physiques : La période T, est le plus petit intervalle de temps, au bout duquel

Plus en détail

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes

Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes PHYS-F-314 Electronique Chapitre II Les semi-conducteurs et les diodes G. De Lentdecker & K. Hanson 1 Rappels de la structure atomique Table des matières Semi-conducteurs (intrinsèques et extrinsèques)

Plus en détail

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 4 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Redressement d une tension I. Objectifs Redressement d une tension alternative par le moyen de diodes. Transformation

Plus en détail

CHAPITRE I INTRODUCTION GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II

CHAPITRE I INTRODUCTION GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II INTRODUCTION INTRODUCTION PRÉSENTATION: Profeeur : ourad Karray, ing, Ph.D Local : C2-2047 Tél : 821-8000 (62120) Courriel : mourad.karray@uherbrooke.ca Fonction : Profeeur, ingénieur Expérience : Géotechnique

Plus en détail

Guide de configuration d'une classe

Guide de configuration d'une classe Guide de configuration d'une clae Viion ME Guide de configuration d'une clae Contenu 1. Introduction...2 2. Ajouter de cour...4 3. Ajouter de reource à une leçon...5 4. Meilleure pratique...7 4.1. Organier

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps 2010 N 10-06- 05 Mi à jour le 15 juin 2010 L e D o i e r d e l a D o c 1. Définition Sommaire 2. Modification iue du décret n 2010-531 3. Principe du compte épargne temp Bénéficiaire potentiel Alimentation

Plus en détail

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling

Ecole Supérieure de Biotechnologie de Strasbourg. Electronique C.Ling IV.) la technologie électronique numérique. 4.) Introduction: Deux technologie électronique cohabitent : l'analogique et le numérique ou technologie digitale. Le numérique et plu récent, on développement

Plus en détail

TECHNIQUES DE MESURE EN HAUTE TENSION

TECHNIQUES DE MESURE EN HAUTE TENSION ours de A. Tilmatine HAPITE IX TEHNIQES DE MESE EN HATE TENSION I) VOLTMETE ELETOSTATIQE Il fonctionne suivant le principe de la force d attraction électrique F e entre deux charges. G M B P Le disque

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

1 Conducteurs et semi-conducteurs

1 Conducteurs et semi-conducteurs Séance de Spécialité n o 20 Diode et redressement Mots-clefs «conducteurs» et «semi-conducteurs». 1 Conducteurs et semi-conducteurs Les semi-conducteurs sont des matériaux qui ont une conductivité électrique

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1

Projet. Courbe de Taux. Daniel HERLEMONT 1 Projet Courbe de Taux Daniel HERLEMONT Objectif Développer une bibliothèque en langage C de fonction relative à la "Courbe de Taux" Valeur Actuelle, Taux de Rendement Interne, Duration, Convexité, Recontitution

Plus en détail

Electronique d Instrumentation I

Electronique d Instrumentation I TP Electronique d Intrumentation I (SP3 0809) 2/15 Sommaire Travaux Pratique aktham.afour@ujfgrenoble.fr Electronique d Intrumentation I TP1: aractériation de l ampliop réel gain et bande paante en BF

Plus en détail

Transistor bipolaire

Transistor bipolaire Transistor bipolaire I. Introduction : Le transistor fait partie des composants que l'on retrouve sans exception dans toutes les applications de l'électronique. Amplification de tension, amplification

Plus en détail

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S

TS 35 Numériser. Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S FICHE Fiche à destination des enseignants TS 35 Numériser Type d'activité Activité introductive - Exercice et démarche expérimentale en fin d activité Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences

Plus en détail

1. TRANSISTOR BIPOLAIRE

1. TRANSISTOR BIPOLAIRE Inventé en 1948 par les Américains J. Bardeen, W. Brattain et W. Shockley, le transistor est un composant à semi-conducteur qui remplit deux fonctions vitales en électronique: celles d'amplificateur (c'est

Plus en détail

Modélisation électrique

Modélisation électrique Institut National des Sciences Appliquées de Toulouse Rapport de TP Modélisation électrique de la commande de charge dans l automobile Simon Bouvot Alexis Ferte

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

é to ntes! de nos Les bioscience au ssibles Musée Armand-Frappier www.musee-afrappier.qc.ca Merci aux partenaires du Musée

é to ntes! de nos Les bioscience au ssibles Musée Armand-Frappier www.musee-afrappier.qc.ca Merci aux partenaires du Musée Le biocience au de no Levequephoto.com coeur... vie ible e c c a, e t n a n n é to nte! et paionna if t a c u d é e m m Progra 1 1 0 2 0 1 0 2 Muée Armand-Frappier Merci aux partenaire 531, boul. de Prairie,

Plus en détail

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie

Impact de l éolien sur le réseau de transport et la qualité de l énergie Journée du Club EEA «Ouverture de marché de l'électricité», 15 et 16 mar 26, Supélec, Gif-ur-Yvette 1 Impact de l éolien ur le réeau de tranport et la qualité de l énergie B. Robyn 1,2, A. Davigny 1,2,

Plus en détail

TP Échantillonnage Conversion analogique numérique

TP Échantillonnage Conversion analogique numérique TP Échantillonnage Converion analogique numérique I. Intérêt de la converion analogique numérique II. Introduction à l échantillonnage II.1. Principe II.2. Filtre anti repliement II.3. Mouvement apparent

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

Conditions Générales de Vente. Clients professionels

Conditions Générales de Vente. Clients professionels Condition Vente Client profeionnel _dipoleelectroniqueprofeionnel PAGE 1/6 PREAMBULE Conformément a la loi en vigueur, le préente condition générale de la ociété DIPOLE, SARL au capital de 15.000, dont

Plus en détail

VOITURE ELECTRIQUE : LA CHARGE SANS CONTACT

VOITURE ELECTRIQUE : LA CHARGE SANS CONTACT Epreuve commune de TIPE Session 2012 Ariel SHEMTOV - 25269 VOITURE ELECTRIQUE : LA CHARGE SANS CONTACT I. PRESENTATION DU MONTAGE ETUDE THEORIQUE 1) Dispositif, lois physiques régissant son fonctionnement

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

Chapitre 4 : Identification

Chapitre 4 : Identification Chapitre 4 : Identification 1- Généralités - Identification en boucle ouverte.1 Méthodologie. Méthode directe : confrontation de la réponse théorique et expérimentale.3 Méthode de Strejc.4 Méthode de Broida.5

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS

Région de saturation V GS4 V GS3 V GS2 V GS1 -V DS Transistor MO - introduction à la logique Transistor MO - introduction à la logique I. PARTI THORIQU I.1. Constitution et fonctionnement du transistor MO Un transistor MO (Metal Oxyde emiconducteur) est

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

Marges de stabilité et performances des systèmes linéaires asservis

Marges de stabilité et performances des systèmes linéaires asservis UV Cour 5 Marge e tabilité et performance e ytème linéaire aervi ASI 3 Contenu! Robutee e la tabilité " Notion e robutee e la tabilité " Marge e tabilité marge e gain et e phae! Performance e ytème aervi

Plus en détail

Sous la direction de Rémy Fabbro. Présentée le jeudi 24 avril 2003 par Cédric Mas

Sous la direction de Rémy Fabbro. Présentée le jeudi 24 avril 2003 par Cédric Mas Sou la direction de Rémy Fabbro Préentée le jeudi 4 aril 003 par Cédric Ma PLAN DE LA PRESENTATION Introduction au proceu de découpe, état de l art Partie I : THEORIE DE LA DECOUPE LASER Mie en place du

Plus en détail