Évaluation de l'incertitude de mesure par une méthode statistique ("méthode de type A") Voir cours d'instrumentation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Évaluation de l'incertitude de mesure par une méthode statistique ("méthode de type A") Voir cours d'instrumentation"

Transcription

1 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / Instuments de mesues Eeu et incetitude su la mesue d'une gandeu Ce qui suit découle des pesciptions du IPM (ueau Intenational des Poids et Mesues, Fance), epises pa le NIST (National Institute of Standads and Technology, US). Eeu systématique ou de manipulation Quelques considéations théoiques simples faites à popos du mesuage à effectue pemettent d'appécie l'ode de gandeu du ésultat auquel on peut s'attende : cela pemet souvent d'élimine les ésultats de mesue abeants, dûs à des appaeils défectueux ou à des manipulations eonées (potocole expéimental mal conçu, eeu de câblage, etc...). Une mesue coecte, c'est-à-die exempte d'eeu systématique, est dite "juste". Nombe de chiffes significatifs d'une donnée - En généal, un ésultat de mesue donné avec 3 chiffes significatifs suffit pou les mesues odinaies en électicité. Ce niveau de pécision coespond d'une pat à la pécision d'un appaeil de mesue couant ; d'aute pat au niveau du buit électonique (en généal ) qui se supepose à la gandeu mesuée. - Il est conseillé d'effectue les calculs intemédiaies avec un nombe de chiffes significatifs plus élevé (les calculatices font cela sans poblème), pou évite les aondis de calcul. Pa conte il faut ensuite aondi le ésultat final au même nombe de chiffes significatifs que celui adopté los de la mesue initiale. - Un ésultat ne peut pas ête plus pécis que la moins pécise des mesues qui a pemis son calcul. - Une incetitude est donnée avec au plus deux chiffes significatifs et n'est jamais écite avec une pécision plus gande que le ésultat. Évaluation de l'incetitude de mesue pa une méthode statistique ("méthode de type ") Voi cous d'instumentation Évaluation de l'incetitude de mesue su une mesue unique ("méthode de type ") La mesue x d'une gandeu X (ou "mesuande") n'est jamais exacte, mais connue à une eeu ±ε pès. On appelle encadement l'intevalle [x min, x max ] = [x ε, x + ε]. En oute, cette connaissance su l'eeu possible est elle-même incetaine, ce qui implique une incetitude su la pécision estimée de la mesue. Cette incetitude est déduite d'une loi de pobabilité que l'opéateu se donne a pioi, à pati des infomations dont il dispose su la situation expéimentale (pécision des appaeils de mesue, potocole de mesuage, natue aléatoie ou non du mesuande, capabilité de l'opéateu, etc). Le calcul s'effectue en quate étapes : - Étape 1 : estimation des eeus de mesue a) cas d'un appaeil analogique à aiguille : - lectue de x : si l'échelle de gaduation compote N divisions, et si la lectue indique n divisions, alos : x = n calibe N - eeu ε : elle est fonction de la classe de l'appaeil : ISN

2 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / ε = classe calibe 100 0,5 10 Exemple : calibe 10V ; 00 divisions ; classe 0,5 ; mesue : U = 5,5 V ε = = 0,05 V 100 b) cas d'un appaeil numéique à affichage digital : - lectue de x : pou un appaeil à k digits (k = 5 pa ex.), le digit de poids fot n'est souvent que patiellement utilisé (pa ex. il ne peut pende que les valeus 0 ou 1). On dit que l'appaeil affiche k 1 digits et demi (pou k = 5 pa ex. : 4 digits 1/). - eeu ε : elle est fonction de la pécision p de l'appaeil (expimée en %) dépendant du calibe employé, et d'un nombe n fixé de digits : ε = p.x n Exemple : p = 0,5% ; n = 4 ; mesue : U = V ε = 5,485 x 0,005 +0,0004 0,07 V c) autes cas : estimation de l'eeu pa encadement. Pou tout aute type de mesue (pa ex. : mesuage au pied à coulisse, mesuage à l'aide d'un oscillogaphe, etc), on estime les limites x min et x max de la valeu mesuée, dont on déduit : x = x max + x min x min x x max ε = x max x min ε X = x ± ε Exemples : - mesues de la tension, de la péiode, de la phase d'un sinusoïdal su l'écan d'un oscilloscope. Dans ce cas, les eeus sont d'oigine paamétique (espectivement : pécision de l'amplification veticale, de la base de temps, de la synchonisation) ou gaphiques (notamment : épaisseu de la tace, ajustement coect de sa position su l'écan pa appot au éticule). Manifestement, les secondes sont pépondéantes pa appot aux pemièes, ce qui impose d'estime l'eeu pa encadement. - mesue de la féquence de ésonance d'un système électique du second ode à l'aide d'un voltmète et d'un féquencemète. Il est clai que cette mesue est plus ou moins pécise selon que la coube de ésonance est plus aiguë ou au contaie plus "molle" : il peut ête délicat, dans ce denie cas, de défini coectement les extémités de l'intevalle d'encadement de la mesue. Solution : change de méthode de mesue! - on applique aussi ce type de aisonnement aux composants maqués. Pa exemple, une ésistance = 1000 Ω de catégoie de pécision 1% est telle que 990 Ω 1010 Ω, avec ε = 10 Ω. - Étape : calcul de l'incetitude-type (ou "écat-type") On suppose que la loi de pobabilité est unifome (ou "ectangulaie"), c'est-à-die que la pobabilité pou que l'intevalle [x min, x max ] contienne la "vaie" valeu de la gandeu X est égale à 1 (pas de valeu possible en dehos de cet intevalle), et que, écipoquement, toutes les valeus ente x min et x max sont éputées a pioi équipobables. Dans ce cas, on monte que l'incetitudetype vaut : σ = ε 3 loi ectangulaie : x min x max la "vaie" valeu de x a 100% de chances de se touve dans cet intevalle, avec une même pobabilité su tout l'intevalle ISN

3 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 3 - Étape 3 : cas d'une gandeu composée Cette étape ne concene que les gandeus dépendant de plusieus vaiables (pa ex., une ésistance R = U / I mesuée pa la méthode volt-ampèemétique). Une méthode simple et suffisamment fiable consiste à calcule les bones de l'intevalle d'encadement de la gandeu inconnue à pati des bones des intevalles d'encadement des gandeus qui la composent. Pou l'exemple cité, connaissant les intevalles [u min, u max ] et [i min, i max ], il vient : [ min, max ] = u min, u max i max = max + min ε = max min R = ± ε i min Une méthode plus igoueuse consiste à utilise un calcul que nous ne détailleons pas ici, qui aboutit notamment aux fomules suivantes : somme algébique : poduit ou appot : g = a 1 x 1 ± a x ±... σ g = a 1 σ 1 + a σ +... g = x 1 x x 3 σ g g = σ 1 x + σ 1 x + σ 3 x 3 - Étape 4 : calcul de l'encadement pou un taux de confiance donné En dehos des impécisions dûes à l'appaeillage ou à la lectue des indications, de nombeux facteus peuvent affecte une mesue : buit électonique, paasites de type CEM, influence de la tempéatue, etc. Ces facteus sont aléatoies. On suppose cette fois que la loi de pobabilité de la distibution des eeus qu'ils entaînent est gaussienne. On peut seulement die que la "vaie" valeu de x a statistiquement plus de chance de se touve ves le milieu de l'intevalle [ x min, x max ] que su ses bods. Mais cette valeu peut aussi se touve en dehos de cet intevalle avec une pobabilité non nulle! On monte que l'incetitude x vaut : On note : x = σ avec une pobabilité p = 68% x = σ avec une pobabilité p = 95% x =,57σ avec une pobabilité p = 99% où p est le taux de confiance. X = (x ± x) p% loi gaussienne : (σ : écat-type) σ σ Cela signifie, avec p = 68% pa ex. : il y a envion chances su 3 (/3 0,68) pou que la gandeu X ait une valeu compise dans l'intevalle [x σ, x + σ]. la "vaie" valeu de x a 95% de chances de se touve dans l'intevalle [-σ,+σ] Cette denièe étape n'est pas obligatoie : dans une situation de mesuage simple et bien maitisée, comme pa ex. la mesue de la féquence d'un péiodique stable à l'aide d'un féquencemète numéique, il n'y a pas de aison a pioi de mette en doute l'indication founie pa l'appaeil de mesue, à la pécision de celui-ci pès. Dans ce cas, il est ecommandé de s'aête à l'étape 1 (ou à l'étape 3 si la gandeu est composée). ISN

4 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 4 Mesue des tensions : voltmète Rappels des notations (cf 11) altenatif sinusoïdal avec péiodique de sinusoïdal pu composante continue fome quelconque u(t) U U min, U max Signal péiodique mplitude valeus minimale, maximale U PEK valeu cête U PEK = U max U pp ou u^ mplitude cête à cête (Peak-to-peak) U pp = U max U min <u> ou u ou U DC valeu moyenne ou composante continue < u > = 1 T u(t) dt U eff ou U RMS ou U C+DC valeu efficace vaie (RMS) U eff = < u > u ac (t) Composante altenative u ac (t) = u(t) <u> U C valeu efficace de la composante altenative U C = < u ac > Théoème : U eff =UDC +UC T 0 Mesue en couant continu - Sens de banchement : Rappel : potentiel d'extémité : V ddp U = V V V : potentiel d'oigine Le sens de banchement de l'appaeil maque l'oientation de la flèche epésentative de la ddp (COM potentiel d'oigine, potentiel d'extémité). éseau U + : ouge COM (commun) : noie bones d entée du voltmète Indications du voltmète : U = +1V ; U > 0 U = V ; U < 0 Choix du calibe : toujous commence les mesues pa le calibe le plus élevé. - Mesue de <u> = U DC Tout multimète, quel qu'il soit, mesue en position DC la composante continue d'un en calculant sa valeu moyenne : u <u> ISN

5 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 5 Mesue en couant altenatif - Mesue de U eff avec un multimète "RMS vai" (Tue RMS) Instument : - multimète analogique feomagnétique (symbole : ) - multimète numéique RMS vai, couplage "C+DC" (entée C, commutateu en position C+DC) : exécute l'algoithme de calcul de la valeu efficace : u u <u> u CV + - cicuit intégé de mesue de valeu efficace vaie (convetisseu RMS/CC) : même calcul. Exemple : D636 de nalog Devices Vin Vs Vout 00Ω valeu absolue & diviseu mioi de couant 10kΩ 10kΩ Ω +Vs 470kΩ +Vs -Vs 500kΩ - Mesue de U eff avec un multimète "RMS" altenatif uniquement Instument : - multimète numéique RMS vai, couplage "C" (entée C, commutateu en position C) : un tel multimète élimine tout d'abod la composante continue du pa filtage passe-haut et ne mesue que la valeu efficace de sa composante altenative, selon l'algoithme pécédent : u u <u> u C'est à l'opéateu, apès avoi mesué <u> en couplage DC, de calcule U eff à l'aide de la elation U eff = U DC + U C - Mesue de U eff avec un multimète non RMS Instument : - multimète analogique magnétoélectique. Symbole: - multimète analogique - multimète numéique non RMS Un tel appaeil ne sait mesue (en couplage C) que la valeu efficace d'un puement sinusoïdal. Pou cela, il éalise les opéations suivantes : u u <u> O, dans le cas d'un puement sinusoïdal, on sait que : ISN

6 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 6 U eff = U max et < u > = U max (val. moyenne du edessé) U eff 1,11 < u > π la valeu moyenne du edessé est multipliée pa 1,11 pou affiche la valeu efficace de la composante altenative sinusoïdale. pou les autes signaux péiodiques, non sinusoïdaux, il faut multiplie la valeu lue pa un facteu coectif qui tient compte de la fome du. On donne ci-dessous la valeu de ce teme coectif pou dives signaux et pou diveses mesues. Il est évident que cette méthode est limitée aux signaux simples, et qu'elle n'est pas applicable dans le cas généal. Fome d'onde d'entée sinus RMS C+DC Facteu multiplicatif pou la convesion des mesues Comp. DC cête à cête Fome d'onde d'entée appot cycl. a = 0,5 RMS C+DC Comp. DC cête à cête ed alt 1,000 0,000,88 appot cyclique a 1,74 0,900 1,800 0,450 0,450 0,450 a(1 a) (1 a) a(1 a) ed 1 alt,375,138 3,359 caé 1,83 0,817,566 1,040 0,000 3,600 0,900 0,000 1,800 ISN

7 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 7 Mesue des couants : ampèemète, pince ampèemétique Mesue en DC Le sens de banchement de l'appaeil maque l'oientation du conducteu (le conducteu est oienté de la bone ves la bone COM). I + : ouge éseau bones d entée de l ampèemète COM (commun) : noie Indications de l'ampèemète : I = +1 ; I > 0 sens de ciculation de I (de ves ) oientation du conducteu I = ; I < 0 sens de ciculation de I (de ves ) oientation du conducteu Choix du calibe : toujous commence les mesues pa le calibe le plus élevé. Mesue en C : idem voltmète Pince ampèemétique Utilisation : mesue d'un couant sans coupue du cicuit. Mesue de fotes intensités. Pincipes de fonctionnement : - en altenatif uniquement : tansfomateu d'intensité de appot m = N = I 1 = U. Ici, le N 1 I U 1 conducteu cental dans lequel cicule le couant à mesue constitue le pimaie, donc N 1 = 1 m > 1. Un tel tansfomateu, où I < I 1 et U > U 1, est appelé "tansfomateu d'intensité". Un ampèemète C feme le cicuit secondaie (donc U = 0). Le secondaie d'un tansfomateu d'intensité doit toujous ête cout-cicuité. Sinon, si I 0, la tension secondaie peut ête tès élevée à vide, d'où isque d'échauffement du cicuit, de claquage, voie d'électocution (cf C1 p 19)... - en altenatif et en continu : cellule à effet Hall (cf C31). Il s'agit d'une sonde semiconductice sensible au champ magnétique céé pa le couant I qui pacout le conducteu cental. Losque cette sonde est pacouue pa un couant i pependiculaie à, on monte qu'une ddp V popotionnelle à et donc à I appaaît su les faces latéales de la cellule. secondaie cicuit magnétique I sonde V i ISN

8 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 8 Mesue des puissances : wattmète Pincipe de mesue : cicuit couant ("gos fil") I U cicuit tension ("fil fin") pplication : I U Choix des calibes : toujous commence les mesues pa les calibes les plus élevés. Mesues de puissance en égime tiphasé avec neute 1 sans neute 1 P = P 1 + P + P 3 (P = 3P 1 si égime équilibé) 3 N P = P + P Q = 3 P P Le signe de Q dépend de la natue de la chage (Q > 0 si chage inductive, Q < 0 si chage capacitive) Pince multifonction (METRIX MX 40) La éféence de tension (entée COM) est la phase su laquelle se fait la mesue du couant : COM Compteu d'énegie Le compteu d'énegie mesue l'énegie consommée pa l'utilisateu du éseau EDF : = P a.t. Cette énegie est popotionnelle à la puissance active consommée (kuicosϕ) et est en généal expimée en -h. Dans tous les cas, EDF factue l'énegie consommée active, mais : - taif "vet" (usage industiel moyenne tension) : EDF factue aussi l'énegie éactive (à l'aide d'un compteu d'énegie éactive) si le facteu de puissance cosϕ est inféieu à 0,98 ( tgϕ = 0,4). - taifs "bleu" (usage domestique) et "jaune" (usage industiel petite puissance basse tension) : pas de compteu d'énegie éactive, mais un limiteu d'intensité (disjoncteu) taé à la puissance appaente souscite pa l'abonné losque le couant dépasse la valeu maxi, le disjoncteu coupe le cicuit, et l'utilisateu doit inteveni pou efeme celui-ci apès avoi effectué l'allègement de la chage. En cas de dépassements top féquents, l'utilisateu est donc obligé de souscie un abonnement de puissance plus gande. ISN

9 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 9 Mesue des impédances : ohmmète, pont d'impédance, RLCmète Ohmmète : pincipe : R V Mesue de tempéatue pa sonde ésistive Soit la ésistance des fils de mesue (on suppose que cette ésistance est la même su chaque fil) Mesue fils au pont de heatstone l'équilibe : (R s + )R = R 0.R R s = R 0 R s sonde l R 0 E R U R eeu de mesue dûe à la ésistance des fils. On limite < 1à Ω l < 100 m Mesue 3 fils au pont de heatstone l'équilibe : (R s + )R = (R 0 + )R R s = R 0 R s (ésistance du 3ème fil sans influence su le ésultat) R 0 E R U R eeu de mesue compensée seulement au voisinage de l'équilibe. On limite < 10Ω l < 500 m Mesue 4 fils pa souce de couant R s (ésistance des fils sans influence su la mesue) V Ponts de heatstone en altenatif ou "pont d'impédances" Calcul généal identique au pont en continu : il suffit de emplace les ésistances pa des impédances. Les ésultats numéiques sont obtenus en calculant sépaément patie éelle et patie imaginaie de Z = R s + jx s à pati de l'équation d'équilibe : Z 1.Z 4 = Z.Z 3 (cf 1 p 4). ISN

10 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 10 Mesue de dipôle capacitif en epésentation séie : pont de Sauty séie Z = R s + 1 jc s ω : R s = p q C s = q p c p Z? V e q c Mode opéatoie (mesue manuelle) : 1 ) Choisi une valeu simple du appot p/q (puissance de 10) ) Mette à zéo. Recheche la valeu de c qui minimise l'indication du voltmète. 3 ) Régle pou obteni le "minimum minimoum" indiqué pa le voltmète. 4 ) Éventuellement, etouche légèement la valeu de c. N : à cause du buit électonique, le minimum définitif que l'on atteint est aement nul. Mesue de dipôle inductif en epésentation séie : pont de Maxwell p e Z? R Z = R s + jl s ω : s = pq L s = pqc c V q Mode opéatoie : 1 ) Choisi une valeu simple du poduit pq (puissance de 10) ) Rende infinie. Recheche la valeu de c qui minimise l'indication du voltmète. 3 ) Régle pou obteni le "minimum minimoum" indiqué pa le voltmète. 4 ) Éventuellement, etouche légèement la valeu de c. RLCmète. C'est un pont d'impédances automatique éunissant les méthodes de mesue des dipôles R, L et C. ISN

11 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 11 Mesues chonométiques Féquencemète Utilisé en haute féquence. La base de temps génèe un temps T fixé (pa exemple une seconde). On compte le nombe de péiodes du pendant T. La pécision de la mesue dépend de la pécision de T. T = 1 s mise en fome & base de temps base de temps f = N Hz compteu H RZ mémoie / affichage Péiodemète Utilisé en basse féquence. Une base de temps (un oscillateu à quatz) génèe un temps T fixé (pa exemple une milliseconde). On mesue pa comptage des intevalles T le temps écoulé pendant une péiode du (pa exemple ente deux fonts montants). T = N ms base de temps & mise en fome mise en fome base de temps T = 1 ms H compteu RZ mémoie / affichage Mesue de appot cyclique Mesue éalisée pa comptage (péiodemète) ou pa filtage passe-bas (extaction de la valeu moyenne du ) Diect : Invese : t ON η = t ON T t OFF η = t OFF T T T Phasemète Pincipe d'un phasemète à OU Exclusif : 180 mise en fome mise en fome 180 mesue de appot cyclique convesion % / ISN

12 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 1 Obsevation et mesue des signaux : oscilloscope, système d'acquisition Réglages : quel que soit l'oscilloscope, on touve pesque toujous les églages suivants : visualisation 1 M / menu / pint 100% 90% 3 autoset 4 5 luminosité contaste 7 6 focus 10% 8 0% amplification veticale base de temps déclenchement 9 position 16 9 position 17 position 1 niveau V/div VR CL LT DEC + XY V/div VR CL s/div VR CL 3 4 UTO MNU monocoup RZ C 1 0 DC pf 1 MΩ C 0 DC pf 1 MΩ 0 X 1 X X 5 X10 X50 NORML ZOOM 5 LT EXT 6 EXT ON OFF t V cuseus ON OFF mémoie numéique 33 enegistement lectue masse fiche coaxiale NC éventuellement, sonde atténuatice appot 10:1 câble coaxial l douille Ø4mm masse fiche Ø4mm l ISN

13 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 13 Visualisation : 1. Mache / êt.. Menu "utilisateu" pou églages pesonnalisés, initialisation liaison séie ves PC, impession Initialisation automatique de l'affichage des taces (détecte les signaux pésents en et et ègle automatiquement l'amplification, la base de temps, la synchonisation,...). utoset en anglais. 4. Luminosité des taces. vant de commence, toujous véifie le églage de luminosité : l'écan este désespéément vide si la luminosité est faible, voie nulle! 5. Contaste (écans LCD uniquement). 6. Netteté des taces. 7. Écan avec éticule gadué (en généal, une division = un cm). 8. Lignes pointillées tacées su l'écan, pemettant de mesue le temps de montée d'une impulsion ente 10 et 90% de sa valeu finale, apès avoi positionné la tace ente les lignes 0% (minimum) et 100% (maximum). Nécessite en généal d'agi su 11. mplification veticale : 9. Réglages de la position veticale des taces. 10. Choix de l'amplification veticale (en V/division) : échelle des odonnées. 11. Position VR (vaiable) amplification veticale églable ente deux positions de 10. vant de commence, toujous véifie que le commutateu est en position CL (calibé) 1. DC : entée nomale ; C : composante altenative uniquement ; 0 (ou GND : gound) : masse Un oscilloscope s'utilise en généal en couplage DC. L'entée C ne set que dans cetains cas paticulies (exemple : examen de l'ondulation ésiduelle d'un continu, mesue de déphasage,...) 13. Entée coaxiale (douille NC). Su un appaeil de table, la masse de l'entée est eliée à la tee de l'alimentation électique de l'oscilloscope. 14. Impédance d'entée. 15. Invesion de signe du voie. 16. Tace uniquement, ou uniquement, ou et altenativement, ou et avec découpage (anglais CHOP : choppe), ou +, ou en fonction de ( en odonnée, en abscisse : figue de Lissajous...). Remaque : on peut aussi affiche en choisissant + apès avoi actionné 15. Pou affiche deux taces simultanément, on choisit généalement le mode DEC, sauf en haute féquence où le mode LT devient nécessaie pou évite de voi appaaîte le découpage des taces. Mais, pou des aisons de confot visuel, le mode LT est à poscie en basse féquence. ase de temps : 17. Réglage de la position hoizontale des taces. 18. Choix de la base de temps (en s, ms ou µs/division) : échelle des abscisses. 19. Position VR (vaiable) base de temps églable ente deux positions de 18. vant de commence, toujous véifie que le commutateu est en position CL (calibé) 0. Zoom (ou gossissement) ; pafois assué pa une ème base de temps, plus apide. vant de commence, toujous véifie que le commutateu est en position x1 (pas de zoom) ISN

14 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 14 Synchonisation : 1. Niveau (anglais level) de déclenchement (anglais tigge) : détemine le début de la tace (su le bod gauche de l'écan), losque le atteint ce niveau de tension. font montant niveau début du balayage de l'écan niveau début du balayage de l'écan font descendant En mode manuel (commutateu 3 en position MNU), la stabilisation de la tace n'est possible que si V min < niveau < V max (V min et V max étant les valeus cête du ).. Détemine si le début de la tace est coissant (font montant) ou décoissant (font descendant) 3. Synchonisation automatique, manuelle (pa 1), ou unique (un seul balayage de l'écan) 4. Remise à zéo apès un balayage unique (3 en position monocoup, anglais single sweep) 5. Synchonisation d'apès voie, ou, ou altenativement et, ou extene (pa 6) En mode de synchonisation altenativement pa et, tout se passe comme si l'on avait deux oscilloscopes sépaés (un pa voie). L'avantage de ce mode de synchonisation est de pouvoi affiche deux signaux asynchones (signaux indépendants sans elation de phase ente eux). L'inconvénient de ce mode est, pécisément, de ne pas especte, en généal, la difféence de phase qui existe ente deux signaux synchones avant de commence, toujous véifie que le commutateu n'est pas en position LT. 6. Entée de synchonisation extene pa un toisième, ni ni. Ex : éseau 50Hz. Cuseus : 5. Mache / aêt de l'affichage des cuseus su l'écan. 6. Choix ente cuseus veticaux (mesues d'intevalles de temps) et cuseus hoizontaux (mesues de tensions) 7. Choix ente déplacement d'un seul cuseu ou des deux à la fois. 8. Déplacement des cuseus. Mémoie numéique : 9. Mache / aêt de la mémoie numéique (si l'oscilloscope est numéique...). 30. Enegistement (anglais SVE) 31. ffichage du (ou des) denie(s) enegistement(s) (anglais RECLL) Check List Liste des églages et véification à effectue avant de commence : 1) Connecte un su la voie, apès avoi véifié que sa tension cête n'excède pas la tension maximale admissible su cette voie. ) Luminosité (4) en position maxi, potentiomètes position veticale (9) en milieu de couse 3) mplifications veticales et base de temps calibées (11 et 19 su CL), 4) Entées en couplage DC (1), et commutateu (16) su DEC 5) Zoom non actionné (0 en position NORML) 6) Synchonisation en mode automatique (3 su UTO), su la voie (5) 7) Mémoie numéique desactivée (31 su OFF) 8) Éventuellement : faie un autoset (3) 9) Véifie les églages poposés pa l'autoset. Modifie si nécessaie. ISN

15 G. Pinson - Physique ppliquée Mesues - 16 / 15 nalyseu de specte Un analyseu de specte pemet de visualise un péiodique (en généal complexe) en fonction de la féquence. Il en existe plusieus types : - nalyseu analogique : batteie de filtes passe-bandes (cf 6), ou écepteu hétéodyne (équivalent à un écepteu adio, qui, pa constuction, "analyse" le pésent su son antenne). Existe notamment pou les tès hautes féquences. - nalyseu numéique : acquisition numéique du, puis calcul du specte pa tansfomée de Fouie (FFT : cf 4). Matéiellement, existe sous tois fomes : appaeil spécialisé, bloc FFT adjoint à un oscilloscope, ou système d'acquisition su PC (cf 17). nalyseu de specte de éseau (ou "analyseu d'énegie") : c'est un analyseu F spécialisé dans la mesue des hamoniques de couant (ou éventuellement de tension) pésents su un éseau de distibution 50 Hz. Pou un donné, on définit : - valeu efficace vaie totale (RMS) : I eff = I n eff n=1 - taux d'hamonique amené au fondamental ( nome IEEE) : (I neff : val. eff. de l'hamonique de ang n) n= THD = I 1eff - facteu de distosion ou taux d'hamonique amené à la valeu efficace totale du (nome CEI) D = n= I n eff I n eff I eff = n= n=1 I n eff I n eff N : D toujous < 100%. Exemple : i(t) = 100( sin x 0,5sin 3x + 0,4sin5x 0,34sin 7x + 0,11sin9x) avec x = π50t amplitude / 100 kπ specte en % Hz Fondamental n = 1 ; 50 Hz n = 3 ; 150 Hz n = 5 ; 50 Hz n = 7 ; 350 Hz n = 9 ; 450 Hz ISN Ieff () 88, I cête () 37,0 THD 74,4% D 59,7% H1 () 70,7 100,0% H3 () 35,4 50,0% H5 () 9,7 4,0% H7 () 4,0 34,0% H9 () 7,8 11,0%

INITIATION A LA MESURE ----

INITIATION A LA MESURE ---- INITIATION A LA MSUR ---- Le but de ce TP est : - de mesue la foce électomotice et la ésistance intene d'une pile, - d'évalue, en tenant compte des incetitudes de mesue et des caactéistiques de l'appaeil

Plus en détail

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables

Leçon Force normale. L applet Force normale simule les forces qui s exercent sur un bloc qui se déplace verticalement. Préalables Leçon Foce nomale L applet Foce nomale simule les foces qui s execent su un bloc qui se déplace veticalement. Péalables L élève devait connaîte les concepts d accéléation et de foce, et le lien qui existe

Plus en détail

A. Étude d une installation électrique domestique

A. Étude d une installation électrique domestique Banque «go Véto» - 3 PHYSIUE Duée : 3 h 3 L usage d une calculatice est autoisé pou cette épeuve Il sea tenu le plus gand compte dans la notation de la qualité de la édaction Si, au cous de l épeuve, un

Plus en détail

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode

Séance de TP n 2 du jeudi 10 décembre 2009. Manipulation Pré-requis Montages liés. Electrocinétique, modulation d amplitude diagramme de bode Tavaux Patiques Pépaation à l agégation intene de Sciences Physiques 009-010 Séance de TP n du jeudi 10 décembe 009 Manipulation Pé-equis Montages liés Etude d un cicuit passif passe bas application à

Plus en détail

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0.

où «p» représente le nombre de paramètres estimés de la loi de distribution testée sous H 0. 7- Tests d austement, d indépendance et de coélation - Chapite 7 : Tests d austements, d indépendance et de coélation 7. Test d austement du Khi-deux... 7. Test d austement de Kolmogoov-Sminov... 7.. Test

Plus en détail

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30

Microéconomie B Interrogation du Mercredi 24 Novembre 2010 Durée : 1h30 Univesité Pais Ouest Nantee La Défense Année univesitaie 010-011 UFR SEGMI L Economie-Gestion Micoéconomie B Inteogation du Mecedi 4 Novembe 010 Duée : 1h30 Aucun document n est autoisé et les calculatices

Plus en détail

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME

Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Chap. 6 PROBLEMES D'ELECTROMAGNETISME Poblème 1 Condensateu en égime vaiable (extait de l'examen S3SMPE 2002-2003) On considèe un condensateu plan à amatues ciculaies, de ayon a, distantes de d, alimenté

Plus en détail

Système d ouverture de porte de TGV

Système d ouverture de porte de TGV Le sujet se compose de : TD MP-PSI REVISION CINEMATIQUE Système d ouvetue de pote de TGV 6 pages dactylogaphiées ; 2 pages d annexe ; 2 pages de document éponse Objet de l étude Le tanspot feoviaie, concuencé

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2004-2005 Devoi n 6 CONVERSION DE PUISSANCE Une alimentation de d odinateu de bueau est assez paticulièe, elle doit founi des tensions de +5, +12, 5 et 12 volts avec une puissance moyenne de quelques

Plus en détail

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable

Quantité de mouvement Les systèmes de masse variable 3 ème os DYNAMIQUE Théoie Quantité de mouvement Les systèmes de masse vaiable Intoduction À pati du Moyen Âge, on s'est endu compte que la vitesse ne suffisait pas à explique toutes les caactéistiques

Plus en détail

Equipement Electrique

Equipement Electrique Equipement Electique TEEM 1 èe Année Equipement Electique, TEEM 1 ee année, uno FRAÇO 1 ntoduction 2 Le pogamme * Champ magnétique, flux, induction électomagnétique, chages électiques et foces * La machine

Plus en détail

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508

COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 TSI Sciences Industielles GM DL N 1 COMPRESSEUR DE CLIMATISATION AUTOMOBILE SANDEN 508 1.MISE EN SITUATION : L étude ci-apès pote su un compesseu de climatisation de véhicule automobile de maque SANDEN.

Plus en détail

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015

CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 CONCOURS INTERNE POUR LE RECRUTEMENT D INGENIEUR(E)S DES TRAVAUX DE LA METEOROLOGIE SESSION 2015 ************************************************************************************************* EPREUVE

Plus en détail

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance

STATIQUE. Actions mécaniques extérieures = Actions Mécaniques de contact + Actions Mécaniques à distance STTIQUE 1.- Quel est l objectif de la statique? Pou étudie les conditions d équilibe des solides indéfomables. Remaques : - Un solide est considéé indéfomable tant que les défomations estent faibles. -

Plus en détail

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions

Chapitre 5 Les condensateurs 1. Définitions hapite 5 Les condensateus. Définitions a. ondensateu. Si on elie chacune des bones + et - d une pile (ou aute souce de difféence de potentiel) à un conducteu, on obtient un condensateu. Les deux conducteus

Plus en détail

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S

F O R C E C E N T R A L E C O N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I O N A U X O R B I T E S C I R C U L A I R E S MECA NI QUE L yc ée F.B UISS N PTS I MUVEMENT D UNE PARTICULE SUMISE A UNE F R C E C E N T R A L E C N S E R V A T I V E. A P P L I CA T I N A U X R B I T E S C I R C U L A I R E S PRELUDE Dans ce chapite,

Plus en détail

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE

Spé 2008-2009 Devoir n 8 OPTIQUE Spé 8-9 Devoi n 8 OPTIQUE ETRALE PSI 8 A Pou que deux ondes poduisent des inteféences, il faut qu elles soient cohéentes, c est-à-die igoueusement synchones Pou obteni expéimentalement cette condition

Plus en détail

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT

Projet expérimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT Magistèe de Physique Fondamentale 2007-2008 Pojet expéimental de Physique Statistique ETUDE D UN JET TURBULENT 1 DESCRIPTION DU PROJET... 2 1.1 OBJECTIFS... 2 1.2 MODE DE TRAVAIL... 2 2 LES JETS TURBULENTS...

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6

TRAVAUX DIRIGÉS DE M 6 D M 6 Coection PCSI 1 013 014 RVUX DIRIGÉS DE M 6 Execice 1 : Pemie vol habité (pa un homme) Le 1 avil 1961, le commandant soviétique Y Gagaine fut le pemie cosmonaute, le vaisseau spatial satellisé était

Plus en détail

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit

ENONCE SUJET. Usage de la calculatrice interdit CONCOURS COMMUN 2006 DES ECOLES DES MINES D ALBI, ALES, DOUAI, NANTES Epeuve spécifique de Sciences Industielles pou l Ingénieu Filièe PCSI, option PSI Vendedi 12 mai 2006 de 8h00 à 12h00 Instuctions généales

Plus en détail

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C.

CHAPITRE 1 SUITES. 1. On dit plus simplement suite réelle si K = R et complexe si K = C. CHAPITRE 1 SUITES Les suites sont un objet fondamental à la fois en mathématiques et dans l application des mathématiques aux autes sciences. Nous veons dans ce cous et les tavaux diigés dives exemples

Plus en détail

MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM

MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM MODELISATION DES COUPLAGES EN CHAMP PROCHE DES COMPOSANTS DE FILTRES CEM S. angui*, K. Bege *, B. Vincent*, E. Clavel**, R. Peussel*, C. Vollaie* (*) : Laboatoie Ampèe UMR CNRS 5005, Ecole Centale de Lyon,

Plus en détail

Chaînes énergétiques

Chaînes énergétiques Chapite 7 Chaînes énegétiques Découvi Activité expéimentale n 1 Comment fonctionne une voitue utilisant une pile à combustible? Expéience n 1 Au niveau des ésevois, on obseve la fomation de bulles : des

Plus en détail

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques.

Créer un observatoire de la concurrence. Créer un observatoire de la concurrence. Démarche. ntérêt. C aractéristiques. Cée un obsevatoie de la concuence poblématique I Quelle est l'étendue d'un maché? Quelle pat du maché, une entepise peut-elle espée pende? Quels sont les atouts des entepises pésentes su le maché? ntéêt

Plus en détail

BACCALAUREAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BALISE MARITIME. Construction Mécanique

BACCALAUREAT SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES. Étude d un Système Technique Industriel BALISE MARITIME. Construction Mécanique BCCLURET SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES Spécialité génie électonique Étude des Systèmes Techniques Industiels BLISE MRITIME Constuction Mécanique Duée Conseillée 1h30 Lectue du sujet : 5mn Patie

Plus en détail

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom

ANTENNES INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE TOULOUSE SUPPORT DE COURS ENONCE DE TRAVAUX DIRIGES. 5 ème Année Réseau et Télécom INSTITUT NATIONAL DS SCINCS APPLIQUS D TOULOUS 5 ème Année Réseau et Télécom ANTNNS SUPPORT D COURS NONC D TRAVAUX DIRIGS Alexande Boye alexande.boye@insa-toulouse.f www.alexande-boye.f Antennes Octobe

Plus en détail

Exercices : 19 - Champ électrostatique

Exercices : 19 - Champ électrostatique 1 Execices : 19 - Champ électostatique Sciences Physiques MP 2015-2016 Execices : 19 - Champ électostatique A. Calculs de champ et de potentiel 1. Théoème de supeposition Une sphèe de ayon b pote une chage

Plus en détail

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE Table de smboles Recheche : opéation fondamentale données : éléments avec clés Tpe abstait d une table de smboles (smbol table) ou dictionnaie Objets : ensembles d objets avec

Plus en détail

CONSTANTES DIELECTRIQUES

CONSTANTES DIELECTRIQUES 9 E7 CONTANTE DIELECTRIQUE I. INTRODUCTION Dans cette expéience, nous étuieons es conensateus et nous éiveons les popiétés e iélectiques tels que l'ai et le plexiglas. II. THEORIE A) Conensateus et iélectiques

Plus en détail

FINANCE Mathématiques Financières

FINANCE Mathématiques Financières INSTITUT D ETUDES POLITIQUES 4ème Année, Economie et Entepises 2005/2006 C.M. : M. Godlewski Intéêts Simples Définitions et concepts FINANCE Mathématiques Financièes L intéêt est la émunéation d un pêt.

Plus en détail

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE

ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE ARBRES BINAIRES DE RECHERCHE Table de smbole Recheche : opéation fondamentale données : éléments avec clés Tpe abstait d une table de smboles (smbol table) ou dictionnaie Objets : ensembles d objets avec

Plus en détail

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d

M F. F O Unité: [m. N] La norme du moment de force peut se calculer en introduit le bras de levier d Chapite 2: But: connaîte les lois auxquelles doit obéi un cops solide en équilibe. Ceci pemet de décie la station debout ainsi que les conditions nécessaies pou teni une tasse dans la main, souleve une

Plus en détail

Directives. Confidentiel une fois rempli

Directives. Confidentiel une fois rempli 200, chemin Sainte-Foy Québec (Québec) G1R 5T4 ENQUÊTE SUR L ADOPTION DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE PAR LES ENTREPRISES QUÉBÉCOISES Coige le nom et l'adesse s'il y a lieu Nom Adesse Municipalité Povince Code

Plus en détail

L'OSCILLOSCOPE. 60 MHz 1 GS/s. Zone des menus. Menu contextuel

L'OSCILLOSCOPE. 60 MHz 1 GS/s. Zone des menus. Menu contextuel L'OSCILLOSCOPE. FONCTION DE L'OSCILLOSCOPE. L'oscilloscope permet le tracé, sur le repère orthonormé d'un écran, de la courbe représentative d'une fonction v = f(t) - v est l'amplitude instantanée du signal

Plus en détail

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel )

Serveur vidéo IP. caméras analogiques PC serveur. PC Client 1. Serveur de stockage ( optionnel ) Sony RealShot Manage V3 Info Poduit Mas 2005 RealShot Manage V3.0 Logiciel de gestion des caméas IP MJPEG, MPEG-4, Audio, il sait tout enegiste! Une nouvelle vesion du logiciel RealShot Manage de Sony

Plus en détail

Exemples d antennes (9)

Exemples d antennes (9) Exemples d antennes (9) II. Le pincipe des images : Pemet de considée le cas de souces placées au dessus d un sol qui peut ête assimilé à un conducteu pafait (en BF : σ >> ωε ). a) Cas d une antenne filaie

Plus en détail

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM.

CIRCULAIRE N 02/04. Elle précise les méthodes de valorisation des titres de capital et des titres de créances contenus dans les actifs de l OPCVM. Rabat, le 02 juillet 2004 CIRCULIRE N 02/04 RELTIVE UX CONDITIONS D ÉVLUTION DES VLEURS PPORTÉES À UN ORGNISME DE PLCEMENT COLLECTIF EN VLEURS MOBILIÈRES OU DÉTENUES PR LUI La pésente ciculaie vient en

Plus en détail

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs)

Démarche)Qualité)pour)Améliorer)la)Communication) Pluridisciplinaire)entre)les)Jeunes)Chercheurs) Démache)Qualité)pou)mélioe)la)Communication) Pluidisciplinaie)ente)les)s)Checheus) Sommaie)! Intoction!...!1! 1.!Desciption!de!la!poblématique!...!1! 1.1.#Contexte#de#la#communication#ente#les#jeunes#s#...#1#

Plus en détail

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE

CHAPITRE II MAGNETOSTATIQUE Chapite : Magnétostatique CAPTRE MAGNETOTATQUE Une chage électique immobile cée un champ électique seulement; Une chage en mouvement (un couant) cée un champ électique et un champ magnétique. Définition

Plus en détail

Le Véhicule Hybride du LAMIH

Le Véhicule Hybride du LAMIH Le Véhicule Hybide du LAMIH Une éalisation collective Le pojet véhicule hybide a été éalisé pa une équipe tansvesale du LAMIH egoupant des automaticiens et des mécaniciens. Leus domaines de echeche sont

Plus en détail

Informations Techniques A7 A141. Roulements à Billes à Gorge Profonde. Roulements à Billes à Contact Oblique. Roulements à Billes Auto-Aligneurs

Informations Techniques A7 A141. Roulements à Billes à Gorge Profonde. Roulements à Billes à Contact Oblique. Roulements à Billes Auto-Aligneurs ROULEMENTS Pages Infomations Techniques A7 A141 Infos Tech. Roulements à Billes à Goge Pofonde B4 B45 Roulements à Billes à Contact Oblique Roulements à Billes Auto-Aligneus Roulements à Rouleaux Cylindiques

Plus en détail

Votre mission : Utiliser le logiciel de messagerie électronique Thunderbird

Votre mission : Utiliser le logiciel de messagerie électronique Thunderbird Vote mission : Utilise le logiciel de messageie électonique Thundebid BUTS DE LA MISSION : - Ouvi le logiciel de messageie électonique Découvi son inteface Configue un compte mail Lie / Envoye / Recevoi

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONDUCTION - - 53 - - [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU CONDUCION - - 53 - - [J. Bau], [006], INSA de Lyon, tous doits ésevés INSA de LYON Dép. Génie Civil et Ubanisme 3GCU INRODUCION - 56 CHAPIRE - 57 GENERALIES

Plus en détail

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées.

La mécanique des fluides est l étude du comportement des fluides (liquides et gaz) et des forces internes associées. I- PREAMBULE : La mécanique des fluides est l étude du compotement des fluides (liquides et gaz) et des foces intenes associées. Elle se divise en statique des fluides, l étude des fluides au epos, qui

Plus en détail

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier

Monnaie et finance 1 : Les marchés financiers. Sommaire. 1.1. L équilibre financier. Chapitre 1 : Le système financier Monnaie et finance 1 : Les machés financies Sommaie hapite 1 : Le système financie hapite 2 : Le maché des actions hapite 3 : Le maché obligataie hapite 4 : Le maché des poduits déivés Bibliogaphie : 1.

Plus en détail

Grille de lecture Échantillonnage et analyse des sols pollués

Grille de lecture Échantillonnage et analyse des sols pollués Santé envionnement Gille de lectue Échantillonnage et analyse des sols pollués Sommaie Intoduction 2 1. Éléments de cadage de la conception d une campagne de mesues dans les sols 3 1.1 Étape 1 : définition

Plus en détail

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications

Analyse et Conception d une Nouvelle Structure de Coupleur Squared-Coax-to-Microstrip pour des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Communication Science & technologie N 9. Janvie 2011 COST Analyse et Conception d une Nouvelle Stuctue de Coupleu Squaed-Coax-to-Micostip pou des Applications Hautes Puissances en Télécommunications Naseddine

Plus en détail

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4

SOMMAIRE F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.2 FORMATION... 4 F.2.1 NATURE DES FORMATIONS... 4 F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS SOMMAIRE F MODULE F PRESTATIONS ET MISSIONS... 1 F.1 SERVICES EXTERIEURS... 2 F.1.1 CATEGORIES DE SERVICES VISES... 2 F.1.2 SERVICES PERMANENTS... 2 F.1.3 SERVICES PONCTUELS...

Plus en détail

Chapitre II- Lois fondamentales de la magnétostatique

Chapitre II- Lois fondamentales de la magnétostatique 1 hapite - Lois fondamentales de la magnétostatique Aucune des lois fondamentales citées ici ne sea démontée. Elles constituent des faits d expéience taduits dans un fomalisme mathématique, apué au fil

Plus en détail

Gérard Debionne dimanche 20 mai 2012. Quasar 95. La Mesure de G. Présentation : 18 mai 2012

Gérard Debionne dimanche 20 mai 2012. Quasar 95. La Mesure de G. Présentation : 18 mai 2012 Géad Debionne dimanche 0 mai 01 Quasa 95 La Mesue de G Pésentation : 18 mai 01 La mécanique céleste pemet de calcule les mouvements des planètes autou d une étoile en unités elatives. Pou avoi des valeus

Plus en détail

Chapitre I. Description des milieux continus

Chapitre I. Description des milieux continus Chapite I Desciption des milieu continus OBJET Ce chapite est consacé à la desciption des milieu continus. On intoduia les notions fondamentales de desciption du mouvement au sens de Lagange et d Eule,

Plus en détail

Votre mission : Réaliser un publipostage avec OpenOffice

Votre mission : Réaliser un publipostage avec OpenOffice Vote mission : Réalise un publipostage avec OpenOffice BUTS DE LA MISSION : Cée une base de données avec OpenOffice Calc Cée une lette-type avec OpenOffice Wite Insée les champs de la base de données dans

Plus en détail

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS NOTICE D UTILISATION Vous venez d acquéi un système de sécuité DAITEM adapté à vos besoins de potection et nous vous en emecions. Quelques pécautions L installation

Plus en détail

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire

11.5 Le moment de force τ (tau) : Production d une accélération angulaire 11.5 Le moment de foce τ (tau) : Poduction d une accéléation angulaie La tige suivante est soumise à deux foces égales et en sens contaie: elle est en équilibe N La tige suivante est soumise à deux foces

Plus en détail

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S)

III Enonce du principe fondamental de la statique (ou P.F.S) Rèf : st Pincipe fondamental de la statique STI G.E. I Hypothèse de la statique En statique, les solides sont supposés géométiquement pafaits, indéfomables, homogènes et isotopes. Géométie : les aspéités,

Plus en détail

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées.

Exercices sur le chapitre «Les combustions» Exercice n 1 : Lire l extrait de texte ci-dessous avant de répondre aux questions posées. Execices su le chapite «Les combustions» Execice n 1 : Lie l extait de texte ci-dessous avant de éponde aux questions posées. Essence et envionnement De nombeuses activités humaines sont susceptibles de

Plus en détail

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin

GESTION DES STOCKS. Plan du cours. 1. Le rôle des stocks en gestion de production. 2. Le problème de Wagner-Whitin Cous ADP-CGP2 GESTION DES STOCKS Plan du cous 1. Le ôle des stocs en gestion de poduction 2. Le poblème de Wagne-Witin 3. La quantité économique optimale et les politiques déivées 4. Modèle de gestion

Plus en détail

LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES

LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES PSI Bizeux Ch. T4 : Phénomènes de diffusion - 36 - Etude de deux phénomènes de diffusion : LA DIFFUSION THERMIQUE & LA DIFFUSION de PARTICULES 1. LA DIFFUSION : UN MODE DE TRANSFERT SANS MOUVEMENT MACROSCOPIQUE

Plus en détail

CHAPITRE VI : Le potentiel électrique

CHAPITRE VI : Le potentiel électrique CHPITRE VI : Le potentiel électiue VI. 1 u chapite III, nous avons vu ue losu'une foce est consevative, il est possible de lui associe une énegie potentielle ui conduit à une loi de consevation de l'énegie.

Plus en détail

DiaDent Group International

DiaDent Group International www.diagun.co.k DiaDent Goup Intenational Dispositif de compactage sans fil à chaleu intégée Copyight 2010 DiaDent Goup Intenational www.diadent.com Dispositif de compactage sans fil à chaleu intégée w

Plus en détail

ε ε Le champ électrique E et la densité de puissance moyenne sont reliés par :

ε ε Le champ électrique E et la densité de puissance moyenne sont reliés par : 1. UNIT Réalisez les convesions suivantes : P = dbm.1 W V = mv 86 dbµv G = 7 db 7 dbi et 4.85 dbd Lp = -3 db.5 (pete de popagation expimée en appot de puissance sotante su puissance entante). GRANDURS

Plus en détail

La Portance ou comment tuer un mythe.

La Portance ou comment tuer un mythe. La Potance ou comment tue un mythe. I Intoduction : Intenet est un outil meveilleux qui devait pemette de popage à tous la science sans bouge de chez soi puisque a pioi la science existait avant Intenet,

Plus en détail

Mathématiques appliquées à la topographie - niveau 1

Mathématiques appliquées à la topographie - niveau 1 VILLE DE LIEGE INSTITUT DE TRAVAUX PUBLICS Enseignement de pomotion sociale Mathématiques appliquées à la topogaphie - niveau 1 Notes de cous povisoies Jean-Luc Becke Tigonométie plane Mathématiques appliquées

Plus en détail

VOYAGE A PARIS. 1- Musée des Arts et Métiers : CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur(e) Devoir de Vacances

VOYAGE A PARIS. 1- Musée des Arts et Métiers : CPGE / Sciences Industrielles pour l Ingénieur(e) Devoir de Vacances Devoi de Vacances VOYAGE A PARIS Los du voyage à Pais des étudiants de PCSI du lycée Bizeux, nous avons visité ente aute le musée des Ats et Méties ainsi que le palais de la découvete. Nous allons pa la

Plus en détail

RTK - AUTOGUIDAGE. L évolution technique en. Pourquoi RTK et pas GPS ou DGPS Pour certains travaux? L AUTOGUIDAGE : un métier.

RTK - AUTOGUIDAGE. L évolution technique en. Pourquoi RTK et pas GPS ou DGPS Pour certains travaux? L AUTOGUIDAGE : un métier. RTK - AUTOGUIDAGE 1. Pésentation apie u pincipe RTK 2. Les applications e l autoguiage Objectifs: - Pécision, L AUTOGUIDAGE : un métie à pat entièe pou sevi l agicultue - Simplicité - Facilité - Compatibilité

Plus en détail

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère.

Lycée Clemenceau. PCSI 1 - Physique. PCSI 1 (O.Granier) Lycée. Clemenceau. Le champ magnétique. Le théorème d Ampère. Lcée lemenceau S 1 - hsique Lcée lemenceau S 1 O.Ganie Le champ magnétique Le théoème d Ampèe Olivie GRANER Lcée lemenceau S 1 - hsique Énoncé du théoème d Ampèe Le théoème d Ampèe est «l équivalent» du

Plus en détail

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production

La Surveillance Industriel Dynamique par les Systèmes Neuro-Flous Temporels : Application à un système de Production SETIT 2009 5 th Intenational Confeence: Sciences of Electonic, Technologies of Infomation and Telecommunications Mach 22-26, 2009 TUNISIA La Suveillance Industiel Dynamique pa les Systèmes Neuo-Flous Tempoels

Plus en détail

APPROCHE DESCRIPTIVE DES ÉCOULEMENTS ; RÔLE DE LA VISCOSITÉ. NOTION DE COUCHE LIMITE.

APPROCHE DESCRIPTIVE DES ÉCOULEMENTS ; RÔLE DE LA VISCOSITÉ. NOTION DE COUCHE LIMITE. CASSIFICATION DS ÉCOUMNTS APPOCH DSCIPTIV DS ÉCOUMNTS ; Ô D A VISCOSITÉ NOTION D COUCH IMIT Objectifs Connaîte l expession de la foce de taînée execée su un cops solide en mouement ectiligne unifome dans

Plus en détail

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI)

Mécanique du point : forces Newtoniennes (PCSI) écanique du oint : foces Newtoniennes (PCSI Question de cous On admet que, losqu'il est soumis à une foce Newtonienne F K u, la tajectoie d'un cos est lane et décite a mc K +e cosθ où C θ est une constante

Plus en détail

Analyse hygrothermique d une structure tubulaire multicouche

Analyse hygrothermique d une structure tubulaire multicouche IM - ovembe Analyse hygothemique d une stuctue tubulaie multicouche A. Hocine (,. Boutiba (, F. Kaa Achia ( ( Dépatement de mécanique, Univesité Hassiba Benbouali hlef Email : hocinea_dz@yahoo.f, adhwane_cm@yahoo.f

Plus en détail

Robot industriel IRB.60

Robot industriel IRB.60 Noguet - Lycée Blaise Pascal Colma - Robot industiel IRB - D apès Mécanique 1 P. Agati ED. Dunod - 24/02/05-1/5 EXERCICES D APPLICATION CINEMATIQUE Chapite 4 : Etude du mouvement ciculaie 1. Pésentation

Plus en détail

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES

VALORISATION D INVESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES CLUB FINANCE ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE 03 ALORISATION D INESTISSEMENTS ET D ACTIONS PAR OPTIONS REELLES LES ETUDES DU CLUB N 98 DECEMBRE

Plus en détail

Thèse. Docteur de l Université Henri Poincaré, Nancy-I

Thèse. Docteur de l Université Henri Poincaré, Nancy-I FACULTE DES SCIENCES U.F.R Sciences & Techniques : S.T.M.I.A Ecole Doctoale : Infomatique-Automatique-Electotechnique-Electonique-Mathématique Dépatement de Fomation Doctoale : Electotechnique-Electonique

Plus en détail

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS

SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS SYSTÈME D ALARME ET PRODUITS TRANSMETTEURS NOTICE D UTILISATION Vous venez d acquéi un système de sécuité DAITEM adapté à vos besoins de potection et nous vous en emecions. Quelques pécautions L'installation

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE

SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE Floin CIUPRINA Petu V. NOŢINGHER SCIENCE DES MATERIAUX DE L ELECTROTECHNIQUE TRAVAUX PRATIQUES ET EXERCICES UNIVERSITATEA POLITEHNICA BUCUREŞTI Facultatea de Electotehnică Floin CIUPRINA Petu NOŢINGHER

Plus en détail

La réforme des régimes de retraite en Europe: le point de vue de l actuaire

La réforme des régimes de retraite en Europe: le point de vue de l actuaire La éfome des égimes de etaite en Euope: le point de vue de l actuaie Stasboug, 7 octobe 2010 Pofesseu Piee DEVOLDER UCL, Belgique Agenda 1. Le défi des etaites en Euope 2. Répatition ou capitalisation

Plus en détail

Cours n 5 Optique géométrique Réfraction

Cours n 5 Optique géométrique Réfraction Cous n 5 Optique géométique Réfaction La tansmission de l infomation dans les fibes optiques à haut débit et le guidage des ayons lumineux dans ces denièes est une conséquence du phénomène de éfaction

Plus en détail

de bois sont installées et sont invisibles une fois la construction terminée.

de bois sont installées et sont invisibles une fois la construction terminée. GUIDE D UTILISATION Il existe deux types de scellants utilisés pou la constuction et l entetien des maisons de bois ond ou pou le evêtement de bois ond : Les scellants extéieus - Pema-Chink, (s hamonisant

Plus en détail

Chapitre 6: Moment cinétique

Chapitre 6: Moment cinétique Chapite 6: oment cinétique Intoduction http://www.youtube.com/watch?v=vefd0bltgya consevation du moment cinétique 1 - angula momentum consevation 1 - Collège éici_(360p).mp4 http://www.youtube.com/watch?v=w6qaxdppjae

Plus en détail

La troisième loi de Newton

La troisième loi de Newton 6 CHAPITRE La toisième loi de Newton CORRIGÉ DES EXERCICES Execices SECTION 6. La loi de l action et de la éaction 6.. Pou se déplace los de leus soties dans l espace, les astonautes se sevent de populseus

Plus en détail

N : 1P-016 FERHANI K., Université de Guelma, Algérie ETUDE EXPERIMENTALE DE L ABSORPTION CAPILLAIRE DES BETONS AUTO-PLAÇANTS

N : 1P-016 FERHANI K., Université de Guelma, Algérie ETUDE EXPERIMENTALE DE L ABSORPTION CAPILLAIRE DES BETONS AUTO-PLAÇANTS ETUDE EXPERIMENTALE DE L ABSORPTION CAPILLAIRE DES BETONS AUTO-PLAÇANTS FERHANI Kamel 1, CHERAIT Yacine 2 1 Doctoant/Post Gaduant, Laboatoie LGCH, Univesité de Guelma, fe23000@gmail.com 2 Maîte de Conféences,

Plus en détail

Roulements à billes et à rouleaux

Roulements à billes et à rouleaux Fo New Technology Netwok R copoation Roulements à billes et à ouleaux CAT. NO. 222-VIII/F Manuel technique A- Roulements à billes à goges pofondes B- Roulements miniatues B- 1 Roulements à billes à contact

Plus en détail

Année universitaire 2012/2013

Année universitaire 2012/2013 Année univesitaie 1/13 Examen Electomagnétisme PEIP Aix-Maseille Univesité 15 janvie 13 5 poblèmes - ecto veso / Duée e l épeuve heues alculettes stanas autoisées / Fomulaie Page A4 autoisée 1. (4pts Quate

Plus en détail

Analyse Discriminante Décisionnelle

Analyse Discriminante Décisionnelle 1 Anayse Disciminante Décisionnee Anayse Disciminante Décisionnee Résumé Une vaiabe quaitative Y à m modaités est modéisé pa p vaiabes quantitatives X j, j = 1,..., p. L objectif est a pévision de a casse

Plus en détail

Permis de feu. Travail par point chaud. r Soudage r Brasage. r Découpage r Tronçonnage. r Meulage r Autres. r Poste à souder r Tronçonneuse

Permis de feu. Travail par point chaud. r Soudage r Brasage. r Découpage r Tronçonnage. r Meulage r Autres. r Poste à souder r Tronçonneuse Pemis de feu Tavail pa point chaud Patage vote engagement Ce document doit ête établi avant tout tavail pa point chaud (soudage, découpage, meulage, ) afin de péveni les isques d incendie et d explosion

Plus en détail

Gestion de versions incertaines de documents XML

Gestion de versions incertaines de documents XML Gestion de vesions incetaines de documents XML Mouhamadou Lamine Ba, Talel Abdessalem, Piee Senellat Institut Mines-Télécom Télécom PaisTech ; CNRS LTCI 46 Rue Baault, 75013 Pais, Fance fist.last@telecom-paistech.f

Plus en détail

Pour obtenir le grade de. Arrêté ministériel : 7 août 2006

Pour obtenir le grade de. Arrêté ministériel : 7 août 2006 THÈSE Pou obteni le gade de DOCTEUR DE L UNIVERSITÉ DE GRENOBLE Spécialité : Infomatique Aêté ministéiel : 7 août 2006 Pésentée pa Luc Michel Thèse diigée pa Fédéic Pétot et encadée pa Nicolas Founel pépaée

Plus en détail

Présentation d une méthode d analyse sensorielle des baies de raisin. Principe, méthode, interprétation

Présentation d une méthode d analyse sensorielle des baies de raisin. Principe, méthode, interprétation Aticle pau dans : Revue Fançaise d Oenologie, N 183, pages 10-13, ju illet/août 2000. Pésentation d une méthode d analyse sensoielle des baies de aisin. 1. Intoduction Pincipe, méthode, intepétation Jacques

Plus en détail

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement

Modélisation des actions mécaniques Statique des solides indéformables Puissance et rendement Modélisation des actions mécaniques, statique des solides indéfomables, puissance et endement Les actions mécaniques. Définition On appelle action mécanique toute cause susceptible de : 4modifie le mouvement

Plus en détail

TP oscilloscope et GBF

TP oscilloscope et GBF TP oscilloscope et GBF Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : ce travail a pour buts de manipuler l oscilloscope et le GBF. A l issu de celui-ci, toutes les fonctions essentielles

Plus en détail

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE

CHAPITRE 1 L ÉLECTROSTATIQUE L électostatique Chapite 1 CHAPITE 1 L ÉLECTOSTATIQUE 1.1 Intoduction La chage est une popiété de la matièe qui lui fait poduie et subi des effets électiques et magnétiques. On distingue : - l'électostatique

Plus en détail

Principes du traitement pharmacologique Dix-sept considérations dans le choix du traitement pharmacologique du TDAH 209

Principes du traitement pharmacologique Dix-sept considérations dans le choix du traitement pharmacologique du TDAH 209 Chapite 7: TRAITEMENT PHARMACOLOGIQUE DU TDAH Pincipes du taitement phamacologique Dix-sept considéations dans le choix du taitement phamacologique du TDAH 209 1. Âge et vaiations individuelles 2. Duée

Plus en détail

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA

Université 08 mai 1945 Guelma - Algérie. cours de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES ) par. Hisao FUJITA YASHIMA Univesité 8 mai 1945 Guelma - Algéie cous de MODELISATION DE LA PHYSIQUE DES FLUIDES pofessé pa Hisao FUJITA YASHIMA 29-21 - Le cous a été dédié à des modèles mathématiques de phénomènes atmosphéiques

Plus en détail

guide de qualité d accès aux commerces Perpignan, une ville accessible aux citoyens handicapés

guide de qualité d accès aux commerces Perpignan, une ville accessible aux citoyens handicapés guide de qualité d accès aux commeces infomations à l usage des commeçants pepignanais Pepignan, une ville accessible aux citoyens handicapés Pepinyà, una ciutat accessible als ciutadans minusvàlids Un

Plus en détail

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

L'atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique L'atome et la mécanique de Newton : Ouvetue au monde quantique Lod Kelvin affime en 1892 que "tous les concepts de la physique sont déteminés, et qu'il n'y a plus qu'à touve quelques décimales supplémentaies

Plus en détail

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs

Moments partiels crédibilistes et application à l évaluation de la performance de fonds spéculatifs Moments patiels cédibilistes et application à l évaluation de la pefomance de fonds spéculatifs Alfed MBAIRADJIM M. 1 & Jules SADEFO K. 2 & Michel TERRAZA 3 1 LAMETA- Univesité Montpellie 1 et moussa alf@yahoo.f

Plus en détail

Guide de l acheteur de logiciel de Paie

Guide de l acheteur de logiciel de Paie Note pespicacité Pivilégie les essouces humaines Guide de l acheteu de logiciel de Paie Table des matièes Intoduction Tendances écentes de Paie L automation de Paie avec libe-sevice pou employés Analyse

Plus en détail

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables

SOMMAIRE. ATRACOM-Centrafrique Manuel de Procédures Administratives Financiers et Comptables ATRACOM-Centafique Manuel de Pocédues Administatives Financies et Comptables G MODULE G GESTION DE LA TRESORERIE SOMMAIRE G MODULE G GESTION DE LA TRESORERIE... 1 G.1 COMPOSANTES DE LA TRESORERIE... 2

Plus en détail

THEORIE DU CHAMP ELECTROMAGNETIQUE

THEORIE DU CHAMP ELECTROMAGNETIQUE Chapite : lectostatiue Cous de A.Tilmatine THOI DU CHAMP LCTOMAGNTIQU Cous édigé pa : D. TILMATIN AMA Faculté des sciences de l Ingénieu, univesité de sidi-bel-abbès. INTODUCTION Il existe tois égimes

Plus en détail

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1

OPTIQUE ONDULATOIRE. 1. Les équations de propagation de E r et B r en vide: r r. r E (1) t 1 OPTIQUE ONDULATOIRE Le caactèe ondulatoie de la luièe a été énoncé pou la peièe fois pa C. Huygens (678). Il a été ensuite lageent développé pa A. Fesnel (8) et elié plus tad, en 876, à l électoagnétise

Plus en détail