Calcul de l incertitude d une chaîne de mesure de transformateurs de courant

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Calcul de l incertitude d une chaîne de mesure de transformateurs de courant"

Transcription

1 Lieu de stage : Trench Switzerland & France 16 rue du Général Cassagnou BP F SAINT-LOUIS Cedex Tuteur entreprise : 24, boulevard de la victoire Strasbourg cedex Responsable de stage : Eddie SMIGIEL Christian BERHNARD Calcul de l incertitude d une chaîne de mesure de transformateurs de courant Stagiaire : Ping YU Filière : Génie électrique option énergie Date de la soutenance : Le 15 juin 2011

2 Fiche d objectifs Sous la demande de plus en plus pressante des clients de la société Trench France, la direction à pris la décision de faire accréditer les plateformes d'essais par le COFRAC, suivant la norme ISO/CEI (prescriptions générales concernant la compétence des laboratoires d étalonnage et d essais) qui sert à définir les exigences des compétences des laboratoires d étalonnages et d essais. Cette accréditation sera mise en place pour les mesures de précision de rapport de transformation des réducteurs de mesures (transformateurs de courant et de tension). Le projet est de réaliser la mise en place de la documentation, tel que les instructions de mesure, spécification, notes de service, et de préparer le dossier de calcul de incertitudes de la chaîne de mesure des laboratoires d'essai, etc. 2

3 Introduction Mon stage de 5ème année «génie électrique» s est déroulé dans l entreprise TRENCH France SAS pour une durée de vingt semaines (du 14 Février au 3 Juillet). Durant cette période j ai travaillé avec les ingénieurs et techniciens dans le laboratoire d essai sur le projet de calcul des incertitudes dans la chaîne de mesure. Vous trouverez dans ce rapport les différentes étapes de mon travail afin d atteindre mes objectifs. Nous verrons dans un premier temps la présentation de l entreprise TRENCH France SAS, puis nous nous intéresserons aux missions réalisées. Introduction In order to accomplish my senior year of INSA Strasbourg Electrical Engineering, I have landed an internship in the company TRENCH FRANCE SAS from February 14 th to July 3 th During this period, I have worked with the engineers and technicians in the test laboratory together for the uncertainty of the measurement equipments project. I will show you, in this report, those different stages of my work. First, we will have an overview of the company TRENCH France SAS, and then we will focus on the missions that I have done. 3

4 Remerciement Je tiens à remercier la société Trench France SAS, le directeur de la société Trench M. EHRET Jean-Michel et particulièrement mon tuteur le responsable de la plateforme d essais M.BERHNARD Christian, pour m'avoir accueilli et permis d'effectuer mon stage dans les meilleures conditions durant une durée de 20 semaines. Je tiens aussi à remercier le responsable du service qualité M.MALLET, ainsi que tout le personnel de la plateforme d essai et de montage qui m ont accompagné et avec qui j'ai travaillé, pour les connaissances et les conseils qu'ils m'ont apporté, ainsi que pour l expérience dont j'ai pu bénéficier. Je remercie aussi tous les autres membres de la société qui m'ont aidé durant cette période et qui m'ont donné tous les renseignements nécessaires à la réalisation de mes projets, ainsi qu'au bon déroulement de mon stage. 4

5 Sommaire Fiche d objectifs... 2 Introduction... 3 Remerciement Généralités Le groupe Trench Trench France Historique L'entreprise actuelle Organigramme général TSF Les Moyens techniques et installations Les Moyens humains Activités de Trench Suisse-France Les Produits Les essais de routine dans le laboratoire de test : Mon stage : Mes missions : Mon planning : Présentation du transformateur de courant : La norme ISO/CEI Pourquoi la norme 17025? Comment obtenir un laboratoire accrédité ISO17025? Le fonctionnement de la chaîne de mesure de précision d un transformateur de courant : Part I: Record of performance Description du pont de mesure de précision Description du comparateur de courant Description de la charge électronique Partie II : Incertitude Etape 1 : Spécifier le mesurande Etape 2 : Identifier toutes les sources d incertitudes Etape 3 : Quantification des composants d incertitudes à l aide des différentes méthodes Etape 4 : Calcul de l incertitude composée Appliquer les méthodes dans notre cas : Ce que ce stage m a apporté : Conclusion : Bibliographie : Table de figure :

6 1. Généralités Trench France est un producteur en France, d appareillage de moyenne à très haute tension, tels que condensateurs, transformateurs de mesure, inductances... Il fait la gamme complète de produits destinés au transport et à la distribution de l'électricité sous haute-tension. 1.1 Le groupe Trench Chiffre d affaire du groupe Trench en 2009 : 490 M Le groupe trench se compose de 11 sites de production pour un effectif de 2700 personnes : Canada : Produits bobinés et produits de réseaux (3 sites) Brésil : Produits bobinés Chine : Produits de réseaux (2 sites) Grande Bretagne : Traversées Autriche : Produits bobinés Allemagne : Produits de réseaux Italie : Produits de réseaux France/Suisse : Produits de réseaux 1.2 Trench France Historique Emil Haefely, le fondateur de la société a été l'inventeur de nombreux procédés qui ont fortement contribué au développement de l'industrie électrotechnique au début du siècle. La société fondée en 1904 à Bâle (Suisse) a rapidement étendu son activité aux domaines des condensateurs, des transformateurs de mesure, des traversées et des équipements destinés aux essais haute tension et très haute tension. En 1921 fut créée à Saint-Louis (France) la Compagnie Française des Procédés Haefely dénommée Haefely SA jusqu'en En 1994, la société est devenue la propriété d'un groupe multinational anglais BBA. En 1997, le groupe BBA a cédé le capital et l'ensemble des activités de Haefely Trench au groupe anglais CVC. La raison sociale était Haefely Trench SA. En 1999, Trench France SA est devenue la nouvelle raison sociale. En 2000, les activités de Trench France SA et de Trench Switzerland AG ont été réunies sous une même Direction. Cette unité s'appelle Trench Suisse-France (TSF). 6

7 Louis. En 2001, transfert des activités de production de Bâle sur le site de Saint- En 2004, Trench Suisse-France devient une filiale de la division PTD (3.66 milliards ) du groupe SIEMENS L'entreprise actuelle Trench Suisse-France est l'entité de gestion qui regroupe Trench France SAS (capital de Euros) et Trench Switzerland AG (capital de CHF). Elle emploie environ 270 personnes et réalise un chiffre d'affaire de M (2009).Trench Suisse-France est une société du groupe Trench rattachée à la division ENERGY de Siemens Organigramme général TSF Fig1 : L organigramme général 7

8 1.2.4 Les Moyens techniques et installations Terrain : surface totale du site à Saint-Louis est m² Surface couverte m² (dont m² d'ateliers) Fig2 : Le plan du site Les équipements de chaque département : a) Département Réducteurs de mesure 2 machines pour le bobinage des transformateurs du type VT-T1 1 machine pour le bobinage des transformateurs TMC 1 machine pour le bobinage des transformateurs du type VT-T11 1 convoyeur pour le montage des transformateurs 8 autoclaves séchages partie active 2 autoclaves séchages + imprégnation 6 stations d'imprégnation huile automatique (têtes multiples) 3 stations de traitement de l'huile 2 postes à souder SAF-MIG + 1 robot de soudure 1 poste de contrôle d étanchéité 1 cabine de peinture 1 four pour partie active 1 four pour retraitement des appareils 20 postes de scellement 8

9 b) Département Traversées 6 machines enroulement fuseau papier imprégné huile 2 machines enroulement fuseau papier bakélisé 9 autoclaves (séchage - imprégnation) 3 stations de remplissage huile automatique (têtes multiples) 2 stations de traitement de l'huile 1 poste à souder SAF-MIG 1 manipulateur (pour traversées du type FdV) 2 cabines de peinture c) Département Produits Spéciaux 7 machines pour le bobinage des éléments capacitifs (salle climatisée) 3 presses hydrauliques (compression éléments capacitifs) 7 autoclaves (séchage - imprégnation) 2 stations imprégnation huile synthétique semi-automatique (20 postes de remplissage) 1 station imprégnation huile minérale semi-automatique (12 postes de remplissage) 4 stations de traitement de l'huile 1 four séchage éléments capacitifs 2 fours pour essai d'étanchéité 1 cabine de peinture 1 automate de soudure TIG/MIG d) Atelier Bâle 1 machine pour le bobinage des tores pour LPCT 2 fours 1 station de remplissage-pompage SF6 1 machine de production de shunt 1 installation pour le mélange des moulages polyuréthanes e) Principaux équipements de contrôle, de mesure et d'essais 1 laboratoire d'analyse chimique 1 local pour le contrôle des composants achetés 9 plates-formes d'essais électriques : mesure diélectrique AC : maxi 1.3 MV CC : maxi 400 kv Tension de choc : jusqu'à 2.6 MVolts mesure de précision Tension AC : maxi 1.0 MV Courant AC : maxi 5000 A f) Informatique L'étude et la conception des produits sont réalisées à l'aide d'un logiciel de DAO (ME10). 9

10 La documentation interne (normes, plans, procédures et instructions, procès verbal d'essai électrique...) est accessible à tous les collaborateurs équipés d'un PC au travers d'un réseau type intranet appelé Web-Access. Un système de gestion globale des données et informations (MOVEX) type "Enterprise Ressources Planning" permet d'optimiser la gestion des ressources & des flux des domaines : ventes et marketing logistique (achat/stockage) production finances Aire de stockage des porcelaines Fig3: Une ligne de production des transformateurs Les Moyens humains Le personnel est formé directement au poste de travail sous la tutelle d'une personne confirmée. Les audits internes sont effectués par des personnes formées et habilitées. Les agents de fabrication sont en autocontrôle. Les procédés spéciaux tels que la soudure MIG aluminium ou des contrôles d'étanchéité imposent que le personnel ait satisfait à une qualification interne ou par un organisme habilité. 10

11 Les mesures et essais électriques sont sous la responsabilité de techniciens formés et expérimentés Activités de Trench Suisse-France L'activité de Trench Suisse-France consiste en : la conception, la production et la commercialisation d'équipements électriques pour les réseaux haute tension. assurer le soutien technique auprès des clients et des appareils après mise en service Les Produits Les différents produits chez TRENCH France SAS: a) Les réducteurs de mesure : transformateur de courant (TC) Fig4 : Transformateur de courant du type IOSK 72.5 kv à 550 kv 11

12 transformateur de tension inductive et capacitif Fig5 : Transformateur de tension transformateur combiné de tension et de courant du type coaxial et juxtaposés : Fig6 : Transformateur Combiné de tension et de courant 12

13 b) Les traversées pour : alternateur générateur de type FdV murale transformateur de puissance c) Les produits spéciaux chez Trench : Fig7 : Les traverées Condensateurs : réservoir d'énergie et de filtrage de couplage pilote diviseurs de tension résistifs, et / ou capacitifs haute tension (Type RC- VT) Les essais de routine dans le laboratoire de test : Mon stage s est déroulé dans une plateforme d essai qui sert à tester le bon fonctionnement de chaque transformateur de courant et de tension afin de contrôler que ses performances soit conforment aux normes. Il y a trois types d essais de routine qui peut être testé dans la plateforme d essais : les essais diélectriques en haute tension, en basse tension et les mesure de précision. Essai diélectrique Haute Tension Mesure de Décharges Partielles Mesure de Capacité et de Tan δ 13

14 Essais diélectriques Basse Tension entre secondaires et terre entre spires (un transformateur de courant) entre enroulements secondaires Mesure de précision des tores (Transformateur de courant) des enroulements (Transformateur de tension) de l appareil complet (Transformateur combiné de courant et de tension) Principaux essais de type Pour tous les produits, il faut passer des tests de type: l Essai diélectrique (sous pluie si Um 300kV), choc de manœuvre (sous pluie si Um 300 kv), choc de foudre, l essai d'échauffement et l essai mécanique...il y a aussi des tests supplémentaires pour les différents types de transformateurs : Transformateur de courant: Essai de tenue au court-circuit primaire Précision des tores Transformateur de tension : Essai de court-circuit secondaire Transformateur de tension capacitif : Ferro-résonance 14

15 2. Mon stage : 2.1 Mes missions : Mon projet chez Trench France est de mettre en œuvre avec les ingénieurs et les techniciens de la plateforme d essai toute la documentation de l accréditation ISO/CEI Ce travail se scinde en deux grandes parties, l une technique, l autre qui couvre l assurance qualité. Je suis en charge de la partie technique. Il faut donc : Préparer les documents pour réaliser l accréditation ISO (Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d étalonnages et d essais). Calcul de l incertitude dans la chaîne de mesure des transformateurs de courant. Mise en place des instructions et des fiches de vie de tous les appareils de mesures de précision des transformateur (transformateurs de courant et de tension) dans une plateforme d essais pour faire accréditer celle-ci par le COFRAC (comité français accréditation), suivant la norme CEI La partie la plus conséquente est le calcul de l incertitude. Je vais détailler les différentes étapes et les méthodes pour réaliser ce calcul dans ce rapport. 2.2 Mon planning : Avec l aide de M.BERHNARD Christian (le responsable du laboratoire de test, et également la personne qui a suivi mon travail tout au long de ce stage), j ai réalisé le planning. Il est important, avant de commencer, pour un projet de cette ampleur de planifier les différentes étapes. S1 et S2 : Passer l accueil sécurité, visiter le site, comprendre le sujet du stage, chercher la documentation, lire toutes les normes concernant les mesures de précision. S3 S8 : Identifier tous les erreurs possibles à l aide de la méthode «5M», faire les mesures sur un transformateur de courant avec les différents paramètres d incertitudes dans la mesure. S9 et S10 : Calculer les incertitudes suivi du guide ICE 115 et GUM S11 S20 : Rédiger le rapport du projet de fin d étude S12 S14 : Faire les mesures de précision S14 S19 : Réaliser le dossier de calcul des incertitudes et les documents annexes. S20 : Préparation de la soutenance 15

16 2.3 Présentation du transformateur de courant : «Un transformateur de courant est un transformateur de mesure dans lequel le courant secondaire est, dans les conditions normales d'emploi, pratiquement proportionnel au courant primaire et déphasé par rapport à celui-ci d'un angle approximativement nul pour un sens approprié des connexions. Un transformateur de courant doit être raccordé à une charge de faible impédance. Sa précision est a son maximale quand son secondaire est en courtcircuit. Il est très précis si la charge connectée est de puissance (au courant nominal) inférieure à une puissance limite c est à dire une puissance de précision. Au secondaire, hors de la charge, une tension élevée peut apparaître aux bornes du transformateur de courant ; on ne doit donc pas laisser un transformateur de courant connecté à un secondaire ouvert.»-wikipédia Les différentes parties d un transformateur de courant : Fig8 : Représentation d un transformateur de courant 16

17 Il est utilisé pour mesurer les forts courants électriques. Il sert à adapter entre le courant élevé circulant dans un circuit électrique (circuit primaire) (courant élevé) et l'instrument de mesure (circuit secondaire) qui sont prévus pour mesurer des courants de l'ordre de l'ampère. Le principe de fonctionnement et la structure d un transformateur de courant : Fig9 : La structure d un transformateur Le rapport de transformation est l une des caractéristiques les plus importante d'un transformateur de courant, il est souvent exprimé sous la forme 600 A/1 A, c'est-à-dire 600A au primaire dans le circuit électrique et 1 A au secondaire dans le circuit de mesure. Donc dans notre cas, la barre primaire est le circuit primaire du transformateur de courant qui a n 1 =1 spire et le circuit secondaire qui est bobiné autour du tore comme dans le schéma ci-dessus égale à n 2 spires. A l aide de la formule du transformateur, si on a le courant du secondaire égale à 1 A, le courant qui traverse dans la barre primaire est égale à n 2 A. Souvent sur la plaquette d un transformateur de courant, il est gravé 600/1, c'est-à-dire que le courant primaire est 600A et le courant dans le secondaire est 1A. Ma mission est de calculer les incertitudes dans les chaînes de mesure de précision des transformateurs et les documents d instruction des instruments de mesure dans le but d obtenir l accréditation. Il y a deux chaînes de mesure de précision : une sert à mesurer les transformateurs de courant l autre sert à mesurer 17

18 les transformateurs de tension. Je suis en charge de calculer les incertitudes dans le système de mesure pour un transformateur de courant. 2.4 La norme ISO/CEI ISO est une norme internationale (publié par l'organisation internationale de normalisation) qui spécifie les exigences concernant la compétence pour effectuer des essais et des étalonnages. Il y a 15 exigences de gestion et 10 exigences techniques. Ces exigences sont les lignes directrices de ce qu un laboratoire doit pouvoir présenter pour obtenir cette accréditation. ISO s'applique à toutes les organisations effectuant des tests et des étalonnages. Elle s'applique à tous les laboratoires, indépendamment du nombre de personnel ou de l'étendue de la portée des essais et l activité d'étalonnage visés par cette norme internationale. Cette norme doit être utilisée par les laboratoires qui élaborent leur système de management pour la qualité ainsi que les activités administratives et techniques. Elle peut également être utilisée par des clients dans des laboratoires, les autorités réglementaires et les organismes d'accréditation engagés dans des activités de confirmation ou de reconnaissance de la compétence des laboratoires. Cette norme n'est pas destinée à être utilisée comme référentiel pour la certification des laboratoires. 2.5 Pourquoi la norme 17025? De manière générale, l utilisation des systèmes de management est de plus en plus importante, elle conduit à la nécessité grandissante d assurer que les laboratoires qui font partie d organisation plus grandes ou qui offrent d autre prestations puissent fonctionner selon un système de management de la qualité. La validation des résultats d essai et d étalonnage d un pays à l autre devrait être facilitée si les laboratoires se conforment à cette norme internationale et s ils ont cette l accréditation auprès d organismes prenant part à des accords de reconnaissance avec des organismes équivalant qui utilisent cette norme dans d autre pays. La norme ISO/CEI 17025, comporte deux grandes parties : l exigence relatives au management et l exigence technique. Je suis en charge de la partie technique. Pour prouver la conformité à cette norme afin d obtenir l accréditation par la comite française d accréditation, il faut satisfaire aux exigences de ces deux points. 18

19 C est pour assurer aux clients la bonne délivrance des résultats d essais ou d étalonnage, ainsi que des prestations conformes à leur besoins. 2.6 Comment obtenir un laboratoire accrédité ISO17025? Un laboratoire doit documenter un système de gestion de la qualité. Un manuel de qualité documenté est une exigence fondamentale sur la voie de l'accréditation des laboratoires. En outre, les procédures de gestion de la qualité doivent être établies de façon à ce que le système soit maintenu. Une fois que le système est documenté il doit être mis en œuvre dans le laboratoire. Il accompagnera également la demande du laboratoire d'accréditation. La période de mise en œuvre nécessitera plusieurs mois pour établir les dossiers que l'organisme d'accréditation examinera à un audit d'accréditation. Enfin, le laboratoire est soumis à l'évaluation ISO par un organisme d'accréditation qui est certifié pour effectuer l'accréditation des laboratoires. 2.7 Le fonctionnement de la chaîne de mesure de précision d un transformateur de courant : La chaîne de mesure est constituée de plusieurs parties : Le transformateur de courant étalon, le transformateur d essai et deux machines de mesure. Le principe de cette chaîne de mesure est de comparer les deux courant secondaires du transformateur de mesure étalon et un transformateur de courant en essai à l aide du pont de mesure TETTEX 2767 (instrument de mesure automatique des transformateurs courant) et d une charge électronique TETTEX type En changeant la valeur de charge dans le circuit de mesure, on peut visualiser la stabilité d un transformateur de courant en essai. Les deux transformateurs de courant sont alimentés en série avec une source de courant variable qui peut être contrôlée par le banc de test. Un instrument sert à ajouter une charge dans le circuit du transformateur en test. Et un deuxième instrument (pont de mesure) est utilisé pour relever l erreur d amplitude et le déphasage dû TC en test en comparant les deux courants secondaires des transformateurs. 19

20 Source de courant alternatif variable Comparateur de courant étalon Transformateur de courant en test Pont de mesure Fig10 : Schéma bloc du circuit de mesure On doit relever 2 grandeurs mesurées à l aide du pont de mesure TETTEX 3691: l erreur de rapport, différence d amplitude entre les transformateurs de courant étalon et en essai et le déphasage entre le courant primaire et le courant secondaire en régime établi et à la fréquence nominale du réseau (50Hz, 60Hz). Il faut vérifier par comparaison la conformité des résultats obtenus par rapport aux normes, spécifications et documents de référence. 20

21 Théoriquement les erreurs de rapport et le déphasage du transformateur étalon sont négligeables. Mais due à l imperfection des appareils liés aux influences de l environnement, ces valeurs sont entachées d erreurs. Il est donc nécessaire de définir l incertitude de mesure dans la chaîne. Une autre partie de mon projet de fin d étude est de réaliser un dossier «Record of performance» qui comporte les spécifications des machines utilisées dans la chaîne de mesure de précision. Je vais commencer à vous présenter cette partie pour que l on puisse comprendre le fonctionnement de l ensemble de la chaîne de mesure. 3. Part I: Record of performance Record of performance: Il faut donc noter toutes les spécifications techniques des instruments dans la chaîne de mesures de précision. Il y a 3 parties principales : la charge électronique de type TETTEX 3691, le comparateur de courant étalon de type TETTEX 4764 et le pont de mesure de précision de type Présentation de la composition de la chaîne de mesure de la précision du courant : Objet : chaîne de mesure de précision des transformateurs de courant Fabricant : TETTEX Instruments N de série : Comparateur de courant 4764 Pont de mesure de précision 2767 La charge de courant électronique 3691 L ensemble des ces machines forme la chaîne de mesure qui est utilisé pour mesurer l erreur d amplitude et le déphasage entre les transformateurs de courant en essai et étalon. Le fonctionnement de cette chaîne de mesure a été présenté dans la deuxième partie de ce rapport. Je commence à présenter le fonctionnement de chaque machine séparément. 3.1 Description du pont de mesure de précision Description générale : Objet : Fabricant : Pont de mesure de précision TETTEX Instruments 21

22 Type : Pont de mesure de précision 2767 Fig11 : Automatic instrument transformer test set Type 2767 Cette machine peut mesurer de précision d un transformateur de tension ou d un transformateur de courant, selon son branchement. Spécification technique de pont de mesure de précision : X-input (transformateur d essai) : Courant nominal du secondaire : I SXR Maximum intervalle d opération : 1 210%I SXR N-input (transformateur d étalon) : Courant nominal du secondaire : I SNR Maximum intervalle d opération : 1 210%I SNR Le facteur limite de fonctionnement du pont: Pour 0,5 k 2 (précision max.) Pour 2 k 10 (précision tendue) Valeur limite d entrée: Pour le courant primaire : 50mA 1000kA Pour le courant secondaire : 50mA 5A 22

23 Il y a quatre afficheurs situé sur le panneau de ce transformateur d essai automatique instrument : RATIO ERROR, PHASE ANGLE et EXCITATION. L afficheur au milieu indique les instructions pour les opérateurs et l affichage des messages erreur. On peut relever directement les valeurs d erreur d amplitude en% et le déphasage en min à l aide de ce pont. 3.2 Description du comparateur de courant Le schéma électrique du comparateur de courant : Fig12 : Schéma électrique du comparateur de courant Description générale : Objet : Comparateur de courant Fabricant : TETTEX Instruments N de série : Comparateur de courant

24 Fig13 : Comparateur de courant Les erreurs d un transformateur de courant standard dépendent de la charge. Le flux magnétique dans le tore va créer une force électromotrice qui alimente le courant secondaire dans la charge. Mais cet inconvénient peut être éliminé par ce comparateur de courant type Un circuit indicateur mesure le flux magnétique dans le tore quand le courant est régulé par le circuit de compensation, ce qui assure le flux dans le tore autour de zéro. Dimensions et plaque signalétique du comparateur de courant Intervalle de courant : Secondaire : 1-8A Primaire : 5 500A A Précision: Erreur de précision dans l intervalle de % IN: ± % Déphasage: ± 0.05 min Fréquence : Hz L intervalle de A sont produits par 2 or 1 tours. Secondaire: 1-5 A Output: max. 5 VA Alimentation: 115/230 V, 50/60Hz, 20VA Les rapports entre les positions des interrupteurs et la valeur de courant primaire du comparateur de courant : 24

25 3.3 Description de la charge électronique La spécification de la charge électronique : Puissance variable: 0.1 à 75 VA Facteur de puissance : 0.5 à 1 25

26 Intervalle opération : 1 à 200% In Fréquence des essais de tension : 48Hz à 62Hz Précision : 1% Fig14 : Charge de courant électronique Tettex type 3691 Cette charge est utilisée pour tester l efficacité des instruments des transformateurs de courant. Quand il est utilisé avec le pont de mesure de type 2767, cette charge peut être intégrée dans un système d essai contrôlé par un PC. Il y a trois afficheurs en haut sur cet appareil : le premier pour la puissance apparente, le second pour le facteur de puissance et le dernier pour l affichage du courant au secondaire. La charge électronique peut être remplacée par une charge passive traditionnelle : la résistance et l inductance. La plupart des charges standards nationales et internationales ou les besoins spécifiques des clients peuvent être réglés par cette charge électronique. Le placement des machines de mesure : 26

27 paroi paroi Fig15 : Le placement des machines de mesure Pour obtenir l accréditation ISO17025, il est aussi nécessaire de définir le placement des chaque appareil de mesure pour minimiser l influence de champ magnétique entre eux. Pour avoir le niveau de sécurité exigé, il faut séparer les parties sous tension des opérateurs à l aide d une paroi. 27

28 4. Partie II : Incertitude Dans cette deuxième partie, je vais présenter la démarche pour évaluer l incertitude dans notre système. Démarche pour l estimation de l incertitude des mesures et des résultats d essais : A l aide de la guide FD X , on peut trouver la démarche pour l estimation de l incertitude des mesures qui peut être appliqué dans l estimation de notre chaîne de mesure. 28

29 Fig16 : Diagramme pour estimer l incertitude Afin de réaliser le dossier de calcul de l incertitude, nous avons simplifié la démarche de l estimation de cette incertitude de la norme FD X à l aide des étapes suivantes : Etape 1 : Spécifier le mesurande Etape 2 : Identifier toutes les sources d incertitudes Etape 3 : Quantification des composants d incertitudes à l aide des différentes méthodes. Etape 4 : Calcul de l incertitude combinée à la loi de propagation de l incertitude 4.1 Etape 1 : Spécifier le mesurande Lorsqu on réalise un mesurage, la première étape consiste à spécifier le mesurande, c est-à-dire la grandeur à mesurer. Le mesurande dans notre cas est de mesurer l erreur de rapport E (%) et de déphasage ε (min) qui doivent conformer aux différentes normes. Ici il nous faut préciser deux définitions dans ce rapport : Mesurage : Une série d opérations ayant pour but de déterminer la valeur d une grandeur. Mesurande : Grandeur particulière soumise à mesurage 4.2 Etape 2 : Identifier toutes les sources d incertitudes Il y a plusieurs méthodes pour identifier les incertitudes dans une chaîne de mesure de précision, j ai choisi d utiliser la méthode des «5M», plus facile à mettre en œuvre. La méthode «5M» est : Méthode, Moyen, Milieu, Main d œuvre et Matière. Suivant ces cinq lignes, je cherche les causes d erreurs possibles dans le système de mesure. Les causes d erreurs possibles dans notre chaine de mesure à l aide de cette méthode «5M» sont répertorié ci dessous: 29

30 Méthode Nombre de mesure Durée de mesure Ordre de mesure Moyen Résistance interne Section du câble Stabilité d affichage de la machine Nombre points de mesure Justesse Dérive Milieu Banc de test Incertitude des appareils Fréquence de la source d alimentation Pression Température Hygrométrie Mesurande Reproductibilité Variation sur le résultat Habileté de l opérateur Expérience Vieillissement Stabilité dans la journée Main d'œuvre Connaissance (précision) Matière Après avoir analysé toute les incertitudes dans la chaîne de mesure de précisons, je peux supprimer certaines causes qui ont moins d influence que les autres paramètres. Nombre de mesure (stabilité de mesure) La section du câble (valeur de résistance insignifiante) La durée de mesure (stabilité de mesure) Nombre de points de mesure La stabilité d affichage de la machine La pression (le paramètre qui ne varie pas beaucoup dans la plateforme d essais) Habileté, expérience, stabilité dans la journée et connaissance (très peu d impact lié à l opérateur) Le vieillissement des instruments de mesure (calibration) 30

31 4.3 Etape 3 : Quantification des composants d incertitudes à l aide des différentes méthodes Il faut distinguer deux types d'incertitudes : Erreurs systématiques : elle modifie toujours le résultat de la même manière. Comme le vieillissement des composants ou encore le réglage du zéro des appareils, etc. Donc l'erreur systématique est une déviation, par rapport à la valeur la plus précise pouvant être mesurée, qui possède la même valeur à chaque fois que la mesure est effectuée. La moyenne d erreur systématique est différent de zéro donc le mesurage donne une valeur qui s éloigne toujours de la véritable valeur. L erreur systématique n est pas une variable aléatoire, elle peut être difficile à trouver comme une erreur de parallaxe pour la lecture d un résultat (bille d un débitmètre, aiguille). L'erreur systématique intervient dans la notion de justesse : pour qu une méthode d'analyse soit juste il faut éliminer l'erreur systématique. Il est alors possible de corriger les valeurs mesurées en leur ajoutant une correction compensant pour l'erreur systématique.cette correction se réalise le plus souvent grâce à des étalons qui ne doivent pas contenir eux-mêmes une erreur. En règle générale, on peut conclure que l erreur systématique n est jamais évaluée car elle est : - Soit inconnue, - Soit connue et donc corrigée. Erreurs accidentelles : répéter les mesures, calculer la moyenne et évaluer l'incertitude en utilisant la statistique. Par exemple : température, humidité, pression atmosphérique, Lorsqu'on répète plusieurs fois le mesurage d'une grandeur physique ou chimique constante, on a généralement différentes valeurs plus ou moins différente (et qui sont souvent distribuées suivant une loi normale, voir plus loin) : à partir de cette "population" (résultats des mesurages), on va pouvoir estimer la qualité du mesurage et faire un certain nombre de tests. Ces deux types d'erreurs peuvent être illustrés par le schéma suivant : 31

32 Par définition, la valeur moyenne de l erreur aléatoire est nulle et la valeur moyenne de l erreur systématique est non nulle. Souvent, les erreurs accidentelles suivirent une distribution normale. Cette hypothèse de distribution normale est valable dans 99% des cas, provient du fait que plusieurs sources indépendantes contribuent à cette erreur. Or le Théorème Central Limite nous démontre qu'une combinaison linéaire de nombre suffisamment grand de variables de distributions quelconques tend vers une distribution normale. Donc pour le résultat final, nous avons l équation suivante : Résultat = valeur vraie + erreur systématique + erreur aléatoire Nous devons d abord établir quelques définitions dans cette étape : Incertitudes absolues et relatives L incertitude absolue: Si une grandeur vraie est u et la valeur mesurée est u 0, Δu est l incertitude absolue. Le résultat peut s'écrire: u ± Δu (u et Δu ont la même unité de mesure). Incertitude relative: il est souvent exprimé en pourcentage, et le résultat est toujours suivi de son incertitude. Incertitude relative = (incertitude absolue) / résultat 32

33 Les méthodes pour calculer les incertitudes : Il existe deux méthodes pour évaluer les incertitudes : le type A et le type B. Type A : dans le cas de plusieurs mesures indépendantes, l incertitude se calcule à l aide de l écart-type : Cette estimation de la variance ainsi que sa racine carrée appelée écart type expérimental, caractérisent la variabilité des valeurs observées ou leur dispersion autour de leur moyenne. La valeur moyenne des n mesures : La variance de la moyenne est donnée par : Écart type: Incertitude sur la moyenne : L évaluation de type A est calculée à l aide d une série d observations répétées qui utilisent des méthodes statistiques, on utilise cette méthode pour calculer l incertitude sur la répétabilité. 33

34 Type B : Pour les grandeurs n'ont pas été obtenue à partir d'observations répétées, on applique la méthode de type B. Il y a quatre méthodes principales pour calculer les incertitudes du type B : Loi normale : On peut appliquer cette loi dans le cas d une grande partie des mesures, on peut estimer l'erreur donc l incertitude due à des phénomènes aléatoires par une série de n mesures: u 1, u 2,, u i,, u n Lorsque le nombre des mesures indépendantes, si n augmente, la distribution des mesures tend vers une courbe gaussienne qui montre dessous. Si l incertitude suit la loi normale, alors on peut trouver une expression suivante : K est l incertitude du rapport d'étalonnage : si k=2, on aura un intervalle de confiance à 95% et si l Incertitude du rapport d'étalonnage k=3, on aura un intervalle de une confiance à 99%. 34

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE

POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE BELAC 2-003 Rev 1-2014 POLITIQUE ET LIGNES DIRECTRICES EN MATIERE DE TRACABILITE DES RESULTATS DE MESURE Les versions des documents du système de management de BELAC telles que disponibles sur le site

Plus en détail

Guide de lecture de la révision 06 du document LAB REF 02

Guide de lecture de la révision 06 du document LAB REF 02 Introduction : Le document LAB REF 02 «Exigences pour l accréditation des laboratoires suivant la norme NF EN ISO/CEI 17025» est un document essentiel à la fois pour les laboratoires accrédités et candidats

Plus en détail

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012

ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 ELEC2753 Electrotechnique examen du 11/06/2012 Pour faciliter la correction et la surveillance, merci de répondre aux 3 questions sur des feuilles différentes et d'écrire immédiatement votre nom sur toutes

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES

CAPTEURS - CHAINES DE MESURES CAPTEURS - CHAINES DE MESURES Pierre BONNET Pierre Bonnet Master GSI - Capteurs Chaînes de Mesures 1 Plan du Cours Propriétés générales des capteurs Notion de mesure Notion de capteur: principes, classes,

Plus en détail

SCP SCIENCE. ISO 9001:2000 & ISO/IEC 17025:1999 Mise en place chez SCP SCIENCE. Intérêt pour les utilisateurs.

SCP SCIENCE. ISO 9001:2000 & ISO/IEC 17025:1999 Mise en place chez SCP SCIENCE. Intérêt pour les utilisateurs. ISO 9001:2000 & ISO/IEC 17025:1999 Mise en place chez. Intérêt pour les utilisateurs. Sommaire de la présentation Introduction Etalons et raccordement Présentation de l ISO 9001:2000 Présentation de l

Plus en détail

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS Chapitre 7 MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS I- MESURE DES TENSIONS : I-1- Généralités : Pour mesurer la tension UAB aux bornes d un récepteur, il faut brancher un voltmètre entre les points A et B (

Plus en détail

EXIGENCES GÉNÉRALES pour les MACHINES d'ess.ai des M.A

EXIGENCES GÉNÉRALES pour les MACHINES d'ess.ai des M.A ORGANISATION INTERNAT! NA E DE MÉTROLOGIE LÉGALE BUREAU INTERNATIONAL DE MÉTROLOGIE LÉGALE 11, RUE TURGOT- 75009 PARIS- FRANCE Téléphone: 33 (1) 878.12.82 et 285.27.11 Télex: SVPSV 660870 F ATTN OIML RECOMMANDATION

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Bouteilles récipients-mesures

Bouteilles récipients-mesures RECOMMANDATION OIML R 96 INTERNATIONALE Edition 1990 (F) Bouteilles récipients-mesures Measuring container bottles OIML R 96 Edition 1990 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE DE MÉTROLOGIE LÉGALE INTERNATIONAL

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

MODULE 3. Performances-seuils. Les appareils de mesure. Appareils de mesure Choix et utilisation. L élève sera capable

MODULE 3. Performances-seuils. Les appareils de mesure. Appareils de mesure Choix et utilisation. L élève sera capable MODULE 3. Les appareils de mesure. Performances-seuils. L élève sera capable 1. de choisir un appareil de mesure ; 2. d utiliser correctement un appareil de mesure ; 3. de mesurer courant, tension et résistance.

Plus en détail

Cartes de contrôle. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes. Programme

Cartes de contrôle. Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes. Programme Les petits déjeuner du Réunion n 7 du Club de Laboratoires Accrédités Cartes de contrôle Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, échanges d auditeurs internes Vendredi 21

Plus en détail

OIML R 65 RECOMMANDATION. Édition 2000 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE INTERNATIONAL ORGANIZATION

OIML R 65 RECOMMANDATION. Édition 2000 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE INTERNATIONAL ORGANIZATION RECOMMANDATION INTERNATIONALE OIML R 65 Édition 2000 (F) Système de mesure de force des machines uniaxiales d essai des matériaux Force measuring system of uniaxial material testing machines OIML R 65

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES D ÉLECTROTECHNIQUE

TRAVAUX PRATIQUES D ÉLECTROTECHNIQUE IUT de Saint-Nazaire Département Mesures-Physiques TRAVAUX PRATIQUES D ÉLECTROTECHNIQUE TP.1 : Sécurité électrique TP.2 : Mesures sécurisée sur une installation monophasée TP.3 : Electromagnétisme TP.4

Plus en détail

Journées Techniques 2013 Métrologie Casablanca - MAROC - du 22 au 24 avril 2013

Journées Techniques 2013 Métrologie Casablanca - MAROC - du 22 au 24 avril 2013 PROGRAMME GENERAL SESSION : «Incertitudes de mesure - Applications pratiques» : Georges BONNIER Date : Lundi 22 Avril SESSION : «Statistiques pour la mesure : cartes de contrôles, comparaisons interlaboratoires»

Plus en détail

BANC D ETALONNAGE BASSE PRESSION GPC

BANC D ETALONNAGE BASSE PRESSION GPC Fiche de Données Techniques BANC D ETALONNAGE BASSE PRESSION GPC Répond à tous les besoins d étalonnage, de vérification et d ajustage Etalonnage sur site ou en laboratoire Mesure précise et sans dérive

Plus en détail

Des outils pour la qualité de vos analyses...

Des outils pour la qualité de vos analyses... Des outils pour la qualité de vos analyses... Nos prestations de métrologie - en toute confiance... Des outils adaptés à vos contraintes Votre société est accréditée ou doit respecter des exigences normatives

Plus en détail

Choix des instruments de mesure

Choix des instruments de mesure Amélioration des processus grâce à une gestion des techniques de mesure L'évaluation des valeurs d un processus est plus qu uniquement l'intégration du capteur et la lecture des indications. Afin de faire

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

DEMANDE D'ACCREDITATION DES LABRATOIRES D ESSAIS ET D ETALONNAGES

DEMANDE D'ACCREDITATION DES LABRATOIRES D ESSAIS ET D ETALONNAGES DEMANDE D'ACCREDITATION DES LABRATOIRES D ESSAIS ET D ETALONNAGES 1 CARACTERISTIQUES ET PRESENTATION GENERALES DE L'ORGANISME 1-1 - Caractéristiques Générales 1.1.1 -Dénomination :. 1.1.2 - Sigle :.. 1.1.3

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp)

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) LSM 2 - Mesures physiques - Instrumentation Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) Les circuits étudiés jusqu'ici sont des circuits passifs constitués de résistances, condensateurs inductances

Plus en détail

Certification de produits

Certification de produits Certification de produits Eric ROUAIX Bureau Veritas Sommaire Introduction à Bureau Veritas Définition et principes de lévaluation de conformité Les enjeux de la certification Quid de la certification

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

CONTROLE DE NIVEAU MULTIPOINTS / OU 4 20 MA SÉRIE MPS SNI SNIA

CONTROLE DE NIVEAU MULTIPOINTS / OU 4 20 MA SÉRIE MPS SNI SNIA CONTROLE DE NIVEAU MULTIPOINTS / OU 4 20 MA SÉRIE MPS SNI SNIA Le système se compose d un contrôleur de niveau MPS intégrant de 1 à 5 modules associés à une électronique SNIA, avec une indication par leds

Plus en détail

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS.

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS. Chez Gentec-EO, depuis plus de 40 ans, nous comprenons que l essence même de notre métier est l exactitude. Il n existe pas de demi-mesure : nos appareils mesurent avec exactitude ou ils ne mesurent pas

Plus en détail

MESURES D'HUMIDITE DE L'AIR - INITIATION

MESURES D'HUMIDITE DE L'AIR - INITIATION MESURES D'HUMIDITE DE L'AIR - INITIATION REFERENCE H01 Être capable de mettre en œuvre des instruments de mesure de l'humidité de l'air (choix de la technologie, méthode de mesure, préconisations d emploi,

Plus en détail

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION

ESSAIS DE COMPARAISON INTERLABORATOIRES CAMPAGNE 2010 ESSAIS SUR ENROBES BITUMIMEUX RAPPORT D EVALUATION LPEE/LNM LABORATOIRE PUBLIC D ESSAIS ET D ETUDES LABORATOIRE NATIONAL DE METROLOGIE Km 7, Route d El Jadida OASIS Casablanca Maroc- Fax +212.522 98-25-72 Tél.+212.522 48-87-28/29/27 E.mail : berrada@lpee.ma

Plus en détail

Accréditation des laboratoires

Accréditation des laboratoires 5 Séminaire des CNR Accréditation des laboratoires J.-C. Piffaretti Interlifescience &900 Massagno, Suisse Paris, 28 mai 2009 Accréditation??? -mais qu'est-ce qu'ils ont encore inventé pour nous embêter!

Plus en détail

M9920. Description de fonctionnement. Régulateur ph/mv

M9920. Description de fonctionnement. Régulateur ph/mv MOSTEC AG Systèmes de mesure et de régulation électroniques CH-4410 Liestal, Switzerland TÉL. +41 61 921 40 90 FAX +41 61 921 40 83 Internet: www.mostec.ch E-Mail: info@mostec.ch Description de fonctionnement

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES

DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Administration des Laboratoires Procédure DETERMINATION DE L INCERTITUDE DE MESURE POUR LES ANALYSES CHIMIQUES QUANTITATIVES Date de mise en application

Plus en détail

Centre Technique des Industries Mécaniques et Electriques - CETIME

Centre Technique des Industries Mécaniques et Electriques - CETIME Centre Technique des Industries Mécaniques et Electriques - CETIME ROLE DU CETIME DANS LA MISE EN ŒUVRE DE L ACAA TUNIS 15 Juin 2009 Hamadi TRIGUI Coordinateur PCE 1 Introduction Le CETIME : Ces prestations

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Varset Direct. Batteries fixes de condensateurs basse tension Coffrets et armoires. Notice d utilisation. Armoire A2

Varset Direct. Batteries fixes de condensateurs basse tension Coffrets et armoires. Notice d utilisation. Armoire A2 Varset Direct Batteries fixes de condensateurs basse tension Coffrets et armoires Notice d utilisation Coffret C1 Coffret C2 Armoire A2 Réception DB110591 Présentation Varset Direct est une batterie fixe

Plus en détail

Sommaire II. III. IV. VI.

Sommaire II. III. IV. VI. 1 Sommaire I. II. III. IV. V. VI. Généralités Paramètres métrologiques Etalonnage et vérification Exploitation des résultats ATOL-GPI et la 21 CFR part 11 Les technologies utilisées 2 I. Généralités 1.

Plus en détail

C T 2 M - C e n t r e d e s C r e u s e t s - R o u t e d e L a n ç o n - 1 3 2 5 0 - S A I N T C H A M A S

C T 2 M - C e n t r e d e s C r e u s e t s - R o u t e d e L a n ç o n - 1 3 2 5 0 - S A I N T C H A M A S 2016 C T 2 M - C e n t r e d e s C r e u s e t s - R o u t e d e L a n ç o n - 1 3 2 5 0 - S A I N T C H A M A S Tél. 04 90 50 90 14 Fax 04 90 50 89 63 www.ct2m.fr MG1 - Métrologie par la pratique (3,5

Plus en détail

RACCORDEMENT D UNE PRODUCTION DECENTRALISEE EN HTA ETUDE DE LA PROTECTION DE DECOUPLAGE

RACCORDEMENT D UNE PRODUCTION DECENTRALISEE EN HTA ETUDE DE LA PROTECTION DE DECOUPLAGE Référentiel technique RACCORDEMENT D UNE PRODUCTION DECENTRALISEE EN HTA ETUDE DE LA PROTECTION DE DECOUPLAGE HISTORIQUE DU DOCUMENT Indice Nature de la modification Date publication V1.1 Création 28 février

Plus en détail

Notice d utilisation

Notice d utilisation Notice d utilisation Pression Température Humidité Vitesse d air Débit d air Combustion Banc d étalonnage basse pression GPS Nouveau Le banc d étalonnage GPS permet de répondre à tous les besoins de vérifications

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE

NORME INTERNATIONALE NORME INTERNATIONALE CEI 61000-4-15 Edition 1.1 2003-02 Edition 1:1997 consolidée par l'amendement 1:2003 PUBLICATION FONDAMENTALE EN CEM Compatibilité électromagnétique (CEM) Partie 4: Techniques d essai

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC

I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC Généralités 3 I/ PRESENTATION GENERALE DE LA QUALITE : LES CONCEPTS QUALITE EN DIAGNOSTIC La multiplicité des acceptations de la notion de Qualité est source de bien de malentendus et de réticences associées

Plus en détail

Liste des prestations Laboratoire: Débit

Liste des prestations Laboratoire: Débit Institut fédéral de métrologie METAS CH-3003 Bern-Wabern, 30. juin 2015 Liste des prestations Laboratoire: Débit Valable dès le: 01.06.2015 Le laboratoire Débit de METAS étalonne (ou vérifie) avec la plus

Plus en détail

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005

Guide technique Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 Vérification périodique des enregistreurs de température conformément aux dispositions du règlement CE 37/2005 2/11 Contenu 1. CONTEXTE REGLEMENTAIRE ET DEFINITION... 3 1.1 Contexte réglementaire... 3

Plus en détail

Système de Management par la Qualité

Système de Management par la Qualité Système de Management par la Qualité Rapport Technique Référence Rédigé par MAN-01 Jérémie Dhennin Nombre de pages 9 Le 23 juillet 2015 Diffusion non restreinte ELEMCA SAS / RCS Toulouse 790 447 866 425,

Plus en détail

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU

VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU VALIDATION DE METHODES QUALITATIVES EN CONTINU IX E JOURNÉES PROFESSIONNELLES DE L AFTLM PARIS Informations pré requises Type de flexibilité Méthodes «fournisseurs» (portée flexible standard A), dites

Plus en détail

Expériences avec un oscilloscope numérique

Expériences avec un oscilloscope numérique Expériences avec un oscilloscope numérique Pratiques Expériences Certaines figures et textes sont tirés de l excellent DICTIONNAIRE de PHYSIQUE EXPERIMENTALE, tome4, L électricité, Jean-Marie Donnini,

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 Travaux pratiques d électronique, première séance Circuits passifs S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 1 Révision 1. Explorez le protoboard avec le voltmètre. Faites un schéma des connexions. 2. Calibrez

Plus en détail

La qualité dans les organismes de formation

La qualité dans les organismes de formation Conception Henri HELL 12/2011 Présentation ISO 29990 Conception Henri HELL 30/11/2011 La qualité dans les organismes de formation Henri HELL Ingénieur d Action Régionale Auditeur QSE et automobile Délégation

Plus en détail

Présentation des usines France Transfo

Présentation des usines France Transfo Présentation des usines France Transfo Reconnue et appréciée au plan international, la compétence de France Transfo s exporte aujourd hui dans plus de 80 pays. En effet, durant les 15 dernières années,

Plus en détail

Capacimètre (microfarad)

Capacimètre (microfarad) Capacimètre (microfarad) Modèle NCM-20 MANUEL DE L UTILISATEUR, DE L OPÉRATEUR ET D ENTRETIEN Numéro de pièce 150N-26249 Capacimètre NCM-20 MANUEL DE L UTILISATEUR 1. GÉNÉRALITÉS... 3 1.1 Introduction...

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

Cours de Machines Electriques

Cours de Machines Electriques Cours de Machines Electriques. Transformateurs monophasés Chapitre : Transformateurs.. Principe de fonctionnement des transformateurs monophasés Il existe plusieurs sortes de transformateurs (voir cours

Plus en détail

La métrologie : «maîtrise des processus de mesure»

La métrologie : «maîtrise des processus de mesure» La métrologie : «maîtrise des processus de mesure» Gilles CALCHERA ingénieur métrologue au Centre International en Recherche Agronomique pour le Développement les 7,8 et 9 mai 2007 à Tunis Objectifs 1

Plus en détail

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5

UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 UTILISATION DE PLANS ET DEVIS MODULE 5 Les précisions d éléments de contenu A. Repérer des éléments sur des plans : d installations électriques; d architecture; de climatisation; de plomberie. Les dessins

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE

AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE AMELIORATION DE LA FIABILITE D UN MOTEUR GRÂCE AU TEST STATIQUE ET DYNAMIQUE Le test statique est un moyen très connu pour évaluer les moteurs électriques. Cependant, si un moteur ne peut pas être arreté,

Plus en détail

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques

Plan du cours. 1. Généralités sur l analyse chimique. 2. Préparation de l échantillon. 3. Analyse des métaux. 4. Analyse des polluants inorganiques Plan du cours 1. Généralités sur l analyse chimique 2. Préparation de l échantillon 3. Analyse des métaux 4. Analyse des polluants inorganiques 5. Analyse des polluants organiques 6. Assurance qualité

Plus en détail

Etalonnage en régime dynamique des capteurs de pression

Etalonnage en régime dynamique des capteurs de pression Etalonnage en régime dynamique des capteurs de pression Les mesures de pression dans les cylindres d un moteur thermique pour étudier les phénomènes de combustion, dans une presse d injection pour étudier

Plus en détail

Méthodes statistiques

Méthodes statistiques Méthodes statistiques Référence : 3210321CD ISBN : 978-2-12-210321-0 Année d édition : 2014 Analyse 5 normes phares : NF ISO 3534-3 (juin 2013) Statistique - Vocabulaire et symboles - Partie 3 : plans

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux WTC III Boulevard Simon Bolivar, 30 B-1000 Bruxelles Tél. 02

Plus en détail

Identifier les sources d erreur lors d une pesée

Identifier les sources d erreur lors d une pesée Discipline : Mesure et instrumentation Intitulé de la séance : D'après : Objectifs Objectifs : Identifier les différentes sources d erreur par le diagramme 5M Identifier les sources d erreur lors d une

Plus en détail

Document ressource de métrologie

Document ressource de métrologie éduscol Ressources pour le cycle terminal STL Spécialité biotechnologies Document ressource de métrologie Définitions de base, acceptabilité de valeurs mesurées et expression dʼun résultat de mesure Document

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Parmi elles, deux ont accédé à un statut véritablement mondial et sont aujourd hui entièrement intégrées à l économie mondiale :

Parmi elles, deux ont accédé à un statut véritablement mondial et sont aujourd hui entièrement intégrées à l économie mondiale : Norme ISO ISO signifie International Standards Organization. Il s agit de l organisation internationale de normalisation, qui chapeaute tous les organismes de normalisation nationaux et internationaux.

Plus en détail

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 8 avril 2011 N 1001/ANSSI/SR NOR : PRM D 1 2 0 1 2 9

Plus en détail

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL

G345-01 CHARGEUR DE BATTERIE UNIVERSEL GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 - Sujet G345-01 Page de garde BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET GROUPEMENTS 3, 4 ET 5 Le dossier-sujet

Plus en détail

International Laboratory Accreditation Cooperation. Les avantages de l accréditation. global trust. Testing Calibration Inspection

International Laboratory Accreditation Cooperation. Les avantages de l accréditation. global trust. Testing Calibration Inspection International Laboratory Accreditation Cooperation Les avantages de l accréditation La reconnaissance de la compétence en matière d essais L accréditation représente une reconnaissance officielle pour

Plus en détail

OSCILLOSCOPES Numériques

OSCILLOSCOPES Numériques OSCILLOSCOPES Numériques La partie pratique de ce TP, effectuée en salle de TP, sera divisée en trois parties. Les deux premières parties sont consacrées respectivement au couplage et à la synchronisation

Plus en détail

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE

INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE INTRODUCTION AU MANAGEMENT QUALITE 1 Sommaire 1 Historique, 2 Établissement des normes, 3 Qu est ce que les normes ISO 9000? 4 Objectifs de la norme ISO 9000, 5 Situation d utilisation de la norme, 6 Schéma

Plus en détail

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE TRONC COMMUN - Sujet TC-05 Page de garde Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET TRONC COMMUN Le dossier-sujet est constitué : De documents destinés à l

Plus en détail

COUP DE PROJECTEUR Précision de mesure

COUP DE PROJECTEUR Précision de mesure Traçabilité de la puissance RF à Le présent article, émanant de l institut national de métrologie allemand (Physikalisch-Technische Bundesanstalt PTB), montre comment la mesure «Puissance haute fréquence»,

Plus en détail

ISO 9001:2015 mode d emploi

ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 est une norme qui établit les exigences relatives à un système de management de la qualité. Elle aide les entreprises et organismes à gagner en efficacité

Plus en détail

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier 27 ème Colloque CORATA IBS MARSEILLE le 16 Septembre 2010 Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier Professeur Henri PORTUGAL LABORATOIRE CENTRAL Biochimie Hématologie Hôpital Sainte Marguerite

Plus en détail

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE Mise en application 15/12/2008 Administration compétente Service responsable Destinataires

Plus en détail

I] ETUDE STATISTIQUES SIMPLE

I] ETUDE STATISTIQUES SIMPLE INTRODUCTION Scilab (contraction de Scientific Laboratory) est un logiciel libre, développé à l'inria Rocquencourt. C'est un environnement de calcul numérique qui permet d'effectuer rapidement toutes les

Plus en détail

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc

Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc Bienvenue au Forum des entreprises certifiées TÜV Cert au Maroc La version 2008 de la norme ISO/DIS 9001 (Draft International Standard) Plan Plan d élaboration de l ISO9001:2008 Objectifs Présentation

Plus en détail

Codes normalisés de l OCDE pour les essais officiels de tracteurs agricoles et forestiers MANUEL QUALITÉ

Codes normalisés de l OCDE pour les essais officiels de tracteurs agricoles et forestiers MANUEL QUALITÉ Codes normalisés de l OCDE pour les essais officiels de tracteurs agricoles et forestiers MANUEL QUALITÉ AVERTISSEMENT Le présent document est une version à jour de AGR/CA/T(99)21 préparée par le Secrétariat

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI NOMENCLATURE EN METROLOGIE DES GRANDEURS ELECTRIQUES, MAGNETIQUES ET TEMPORELLES Document LAB INF 26 Révision 00 - Juillet 2010 Section Laboratoires SOMMAIRE 1. OBJET DU DOCUMENT... 3 2. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Plus en détail

GUIDE D AUDIT - LABOROUTE

GUIDE D AUDIT - LABOROUTE GUIDE D AUDIT - LABOROUTE Tableau de validation du document Rédigé par Approuvé par Géré par Nom Eric BLANC Thierry KRETZ Fonction Responsable qualité Président du Comité Opérationnel Eric BLANC Responsable

Plus en détail

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014 NORME INTERNATIONALE ISO/IEC 25051 Deuxième édition 2014-02-15 Ingénierie du logiciel Exigences de qualité pour le logiciel et son évaluation (SQuaRE) Exigences de qualité pour les progiciels et instructions

Plus en détail

Laboratoire N 3. Etude des machines asynchrones triphasées à cage d écureuil

Laboratoire N 3. Etude des machines asynchrones triphasées à cage d écureuil Chapitre 3 Laboratoire N 3 Etude des machines asynchrones triphasées à cage d écureuil 1. But du travail L étude des machines asynchrones à cage d écureuil. 2. Les indications pour l exécution du travail

Plus en détail

Enseignement supérieur Formation professionnelle Services entreprises

Enseignement supérieur Formation professionnelle Services entreprises Enseignement supérieur Formation professionnelle Services entreprises BUREAU D ÉTUDE ÉTHODES PRODUCTION MAINTENANCE Formation des salariés Conseil en entreprise QUALITÉ Électricité Automatisme Informatique

Plus en détail

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques

CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques CHAPITRE IX : Les appareils de mesures électriques IX. 1 L'appareil de mesure qui permet de mesurer la différence de potentiel entre deux points d'un circuit est un voltmètre, celui qui mesure le courant

Plus en détail

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu

M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu FR M-Sens 2 Mesure d humidité en ligne et en continu Information Produit Humidité 13.47 % SWR engineering Messtechnik GmbH Emploi M-Sens 2 est conçu spécialement pour déterminer le taux d humidité des

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la Santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la Santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le N/Réf. : CODEP-NAN-2014-058629 Centre d'oncologie St-Yves 11 rue du Docteur Joseph Audic BP n 39 56001 VANNES Cedex Objet Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Sciences et technologie industrielles

Sciences et technologie industrielles Sciences et technologie industrielles Spécialité : Génie Energétique Classe de terminale Programme d enseignement des matières spécifiques Sciences physiques et physique appliquée CE TEXTE REPREND LE PUBLIE

Plus en détail

Charge de sortie applicable. 30 A de 180 à 528 Vc.a. G3PA-430B 10 A de 24 à 240 Vc.a. G3PA-210B-VD* 20 A de 24 à 240 Vc.a.

Charge de sortie applicable. 30 A de 180 à 528 Vc.a. G3PA-430B 10 A de 24 à 240 Vc.a. G3PA-210B-VD* 20 A de 24 à 240 Vc.a. RELAIS STATIQUE I Relais compact avec radiateur intégré Réduction de la taille du relais grâce à une conception optimale du radiateur Montage par vis ou sur rail DIN Réduction du câblage lors du montage

Plus en détail

Type text here to show as banner at foot of each page. SYSTEME DE CABLE 36 kv ECONOMIQUE POUR LE RESEAU BELGE. J. Becker NEXANS BENELUX S.A.

Type text here to show as banner at foot of each page. SYSTEME DE CABLE 36 kv ECONOMIQUE POUR LE RESEAU BELGE. J. Becker NEXANS BENELUX S.A. SYSTEME DE CABLE 36 kv ECONOMIQUE POUR LE RESEAU BELGE J. Becker NEXANS BENELUX S.A. F. Musique ELECTRABEL S.A. RESUME Pour aborder avec confiance et réalisme le marché dérégulé, les Compagnies de Distribution

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU OU METTANT EN COMMUN DES MOYENS GEN PROC 10 Révision 03 CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail