COMMENT RÉDUIRE LES FACTURES D ÉNERGIE EN INDUSTRIE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COMMENT RÉDUIRE LES FACTURES D ÉNERGIE EN INDUSTRIE"

Transcription

1 COMMENT RÉDUIRE LES FACTURES D ÉNERGIE EN INDUSTRIE Philippe Smekens Conseiller énergie à la CCIH Facilitateur URE process pour le SPW Séminaire «Halls et processus industriels à faible consommation d énergie» Dour - 28 novembre

2 Le prix de l énergie ne va pas diminuer Prix de l électricité lié au marché volatil du brent et du gaz Climat géopolitique tendu => déstabilisation du marché de l énergie Dépendance énergétique de l Europe => l Europe ne fixe pas les prix Peu de marge négociable (électron / molécule) : 40% de la facture Taxes/accises sur énergie/carburant : pas revus à la baisse! Frais de transport /distribution de l énergie : pas revus à la baisse! Sources d énergie énergie fossile classiques en voie d épuisement Nouvelles sources d énergie fossile sables bitumineux, gaz de schiste : à quel prix? Pas idéal pour l environnement! 2

3 Réduire les factures Groupement d achat d électricité et de gaz Un courtier en énergie propose Changement d opérateur (fournisseur d énergie) Changement du type/conditions de contrat d achat Traitement mensuel des factures Détection et rectification des erreurs de facturation Alarming en cas de surconsommation Statistique annuelle des consommations => diminution de qqs % des factures 3

4 Réduire les consommations d énergie Réduire Nos gaspillages d énergie Maintenance et Optimalisation de l outil de production (motorisation : pertes à vide, frottement, ) Chasse au pertes de calories (enveloppe, circuits caloporteurs, courants d air, purgeurs vapeur ) Maintenance et optimalisation de : ACO, Eclairage, groupes de froid/clim, chaudières, 4

5 Réduire les consommations d énergie Récupér les calories perdues l énergie potentielle Calories des fumées de chaudières Calories des condensats/vapeur flash Calories des compresseurs d air Calories des groupes de froid (désurchauffe) Transformation de l énergie potentielle de levage en énergie électrique 5

6 Réduire les consommations d énergie Utiliser l énergie solaire Inépuisable et gratuite Priorité à l éclairage naturel Chauffage des bâtiments Chauffage de l eau (solaire thermique : ECS) Production d électricité (PV) 6

7 Réduire les consommations d énergie Valoriser les déchets Production de biobio-énergie 7

8 Plus d informations? Guichet des facilitateurs URE process : Tél vert : 0800 / Mails : En vous remerciant pour votre attention Philippe Smekens (conseiller énergie CCIH) / Séminaire «Halls et processus industriels à faible consommation d énergie» Dour - 28 novembre

9 Missions du facilitateur URE process Conseiller Informer Former Suivre pré-checks énergétiques Cible : industrie avec processus de fabrication entreprise qui exploite des utilités énergétiques guichet, séminaires, documentation formation s en audit énergétique suivi de projets URE en cours (ACO, vapeur, froid, huile thermique) Territoire : Wallonie Service gratuit! 9

10 Pré-checks énergétiques (visite sur site) Une visite du conseiller énergie ne coûte rien mais peut rapporter gros! Comment réduire mes factures d énergie? Comment améliorer l'efficacité énergétique de mes bâtiments, de mon process? Quels seraient les partenaires spécialisés en URE, qui pourraient m apporter des solutions? Comment fixer mes priorités d investissements économiseurs d énergie? Puis-je disposer d'aide publiques en matière d'économie d'énergie? visite de 2 à 3 heures + commentaires rapport avec photos + conseils + documentation spécifique 10

11 Formations Journée d étude : sensibilisation à l URE, à l audit énergétique en Wallonie pour gestionnaires/directeurs de PMI et PME (2 ½ jours 8 entreprises maximum) Formation - Coaching énergie - Type court : Identifier les pistes d amélioration URE rentables et prioritaires Contrôler les résultats de ses investissements (ROI) pour responsables énergie/env PMI et PME (3 ½ jours 8 entreprises maximum) Formation - Coaching énergie - Type long : Comptabilité énergétique du site (bâtiment et process) Identifier les pistes d amélioration URE rentables et prioritaires Contrôler les résultats de ses investissements (ROI) pour responsables énergie/env PMI et PME 11

12 Comment lancer un projet URE Comprendre Suivre analyser / comparer ses consommations ses factures En interne Facilitateurs URE Bureau de projet Documentation, outils, séminaires, success stories Services Facilitateurs URE Mesurer Efficacité / retombées des investissements URE Comptabilité énergétique S informer Se faire aider Améliorer Investissements Pré-checks énergétiques Formations audit énergie Services Facilitateurs URE Audits énergie externes Incitants financiers 12

13 Information : incitants, documentation, outils, dossiers 13

14 Information : documentation Professionnels > Se documenter > Trimestriel Professionnels > Se documenter > "Réactif«Médiathèque 14

15 Outils : Conception et rénovation énergétique des bâtiments Professionnels > > Outils et logiciels > Energie + 15

16 Incitants financiers : cerise sur le gâteau DG04 : Primes énergie process / rénovation Régulation du froid et optimisation des cycles de dégivrage VEV sur les compresseurs, la ventilation et les pompes Electricité Eclairage : Gestion des installations électriques Chauffage : Aérothermes, générateurs d'air chaud à condensation et appareils rayonnants DG04 : Subventions AMURE (50% des frais - 75% si accord de branche) Audit énergétique pour évaluation pertinence investissement Audit énergétique pour élaboration d'un plan global d'action Mise en place d'un système de comptabilité énergétique DG06 : Aides à l'investissement Pour investissements sur process SPF : Déductions fiscales (20 à 50 % de l investissement) (si investissement > et si ROI >= 5ans) (13,5% de l investissement) Optimalisation du process (ex : combustion, chauffage, climatisation, éclairage, vev, comptabilité nrj, ) 16

17 Aides gratuites : Les facilitateurs > Citoyens > Demander conseil - FAQ > Un réseau de facilitateurs à votre service Guichets de l'énergie - "Facilitateurs résidentiels» Facilitateurs URE (process industriel, tertiaire, indépendants, non marchand) Facilitateur Cogénération Facilitateur Eolien Facilitateur Bois-Energie pour le service public Facilitateur Biomasse-Energie pour les Entreprises ( Biométhanisation et Bois-Energie ) Facilitateur Bois-énergie pour les ménages Facilitateur Hydro-Energie Facilitateur Biocarburants Facilitateurs Solaire Photovoltaïque Facilitateur Education-Energie Facilitateur Social Facilitateur Pompes à chaleur Facilitateurs Performance énergétique des bâtiments (PEB) 17

18 Réduire les quantités d énergie consommée Pistes / potentiels de réductions Optimalisation production/utilisation du froid Optimalisation production/utilisation de la vapeur Optimalisation production/utilisation de l air comprimé Optimalisation production/utilisation de l éclairage Optimalisation production/utilisation du chauffage Optimalisation de la force électromotrice par VEV Chasse aux gaspillages d énergie : ROI <1 an 18

19 Réduire les quantités d énergie consommée Froid. le saviez vous? Le froid peux représenter jusqu à 50% de la consommation électrique dans certains secteurs industriels (ex. agro-alimentaire) Une calorie de froid coûte 2 à 3 fois plus qu une calorie de chaud Configuration optimalisée du groupe de froid -> 40% d économie (bonne isolation des circuits, récupération des calories débit adapté à la demande, maintenance soignée, ) Choix judicieux du groupe de froid -> 40% d économie Retour sur investissement : 6 mois à 2 ans 19

20 Réduire les quantités d énergie consommée Vapeur le saviez vous? La vapeur coûte cher : 20 à 30 la tonne! Configuration optimalisée -> 43% d économie nrj Chaufferie : 10 % Retour condensats : 8% Distribution (purgeurs) : 3% Consommation : 7% Récupération vapeur Flash : 15% Isolation des circuits pertes au mètre courant non isolé : Retour sur investissement : 6 mois à 2 ans 20

21 Réduire les quantités d énergie consommée Air comprimé le saviez vous? L air comprimé représente 10 à 15 % de la facture d électricité Coût de l air comprimé : énergie : 75% investissement : 13 %, maintenance : 12 % Seuls 10% de l énergie consommée est utile, le reste 90% = chaleur! Les fuites <-> jusqu à 50 % de la consommation des groupes d ACO Récupération de chaleur Variation électronique Réduire la pression de 1 bar -> 70 % d économie d énergie -> 30 % d économie d énergie -> 6 % d économie d énergie Retour sur investissement : maximum 2 ans 21

22 Réduire les quantités d énergie consommée Eclairage le saviez vous? En industrie, l éclairage représente en moyenne En entreprise (tertiaire), l éclairage représente 15% de la facture 30% de la facture Énergétique 90% du coût de l éclairage est le fait de son usage (consommation et frais de maintenance) Amélioration / optimalisation -> 25 à 70% d économie d énergie -> - 50% de frais de maintenance Retour sur investissement : relamping : < 1 an relighting : en moyenne 5 ans 22

23 Réduire les quantités d énergie consommée Chauffage - isolation des circuits le saviez vous? Le chauffage et la clim peuvent représenter jusqu à 50% de la facture énergétique 1 m de tuyau de 1 pouce à 70 C non isolé = 53W de déperdition = 300 KWh/an de surconsommation 1 m de tuyau de 2 pouces à 70 C non isolé = 94 W de déperdition = 547 KWh/an de surconsommation Retour sur investissement isolation : quelques mois. 23

24 Réduire les quantités d énergie consommée Chauffage par rayonnement le saviez vous? Pour des grands espaces (hauteur : 5 à 15m) => 20 à 50% d économie d énergie consommée => Amélioration du confort du personnel => pas de circulation d air, de poussières => rapidité de sensation de chaud (1/4 h.) => Maintenance réduite => pas d arrêt de production Retour sur investissement : maximum 2 ans 24

25 Réduire les quantités d énergie consommée VEV - variateurs électroniques de vitesse le saviez vous? 70 % de l énergie électrique en industrie est utilisée par les moteurs 60 % de la force électromotrice pour la circulation de fluides 90 % du coût de fonctionnement d un moteur = conso électrique VENTILATION: POMPAGE: ENTRAÎNEMENT : COMPRESSEURS (air/froid) : -> 70 % d économie d énergie -> 50 % d économie d énergie -> 50 % d économie d énergie -> 30 % d économie d énergie Retour sur investissement : 1 à 2 ans 25

Les solutions «énergiconomes» les plus couramment mises en œuvre

Les solutions «énergiconomes» les plus couramment mises en œuvre Management de l énergie Les solutions «énergiconomes» les plus couramment mises en œuvre Motorisation Eclairage Chauffage Benjamin FAY Conseiller énergie CCI Landes 14 janvier 2016 Vapeur 1 Diagnostic

Plus en détail

* Outils et actions de la CCI en matière d efficacité énergétique. Direction Développement Durable CREA 10/12/14

* Outils et actions de la CCI en matière d efficacité énergétique. Direction Développement Durable CREA 10/12/14 * Outils et actions de la CCI en matière d efficacité énergétique Direction Développement Durable CREA 10/12/14 La CCI de Région Alsace Les CCI en Alsace La CCI de Région Alsace Approches Développement

Plus en détail

Action collective d économie d énergie. Diner/débat CECM Jeudi 10 Avril 2014

Action collective d économie d énergie. Diner/débat CECM Jeudi 10 Avril 2014 Action collective d économie d énergie Diner/débat CECM Jeudi 10 Avril 2014 Contenu de l accompagnement complet et clé en main La participation à l action collective permet aux entreprises de bénéficier

Plus en détail

Annexe I au formulaire de demande : ATTESTATION DE DEDUCTION FISCALE POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE

Annexe I au formulaire de demande : ATTESTATION DE DEDUCTION FISCALE POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE Annexe I au formulaire de demande : ATTESTATION DE DEDUCTION FISCALE POUR INVESTISSEMENTS ECONOMISEURS D ENERGIE Liste des immobilisations visées à l article 69, alinéa 1 er, 2 du Code des Impôts sur les

Plus en détail

Les Primes en Wallonie. Marchienne-au-Pont, le 27/11/2014 G. WÉGRIA

Les Primes en Wallonie. Marchienne-au-Pont, le 27/11/2014 G. WÉGRIA Les Primes en Wallonie Marchienne-au-Pont, le 27/11/2014 G. WÉGRIA Plan de présentation Les acteurs et outils du SPW Sources d informations Définitions Mécanismes d aide Déduction fiscale Aide à l investissement

Plus en détail

L'efficacité énergétique : facteur de compétitivité pour les entreprises

L'efficacité énergétique : facteur de compétitivité pour les entreprises L'efficacité énergétique : facteur de compétitivité pour les entreprises 15 novembre 2012 Présentation: Philippe VINCENT Votre contact (département 44): Samy GUYET samy.guyet@ademe.fr l ADEME en quelques

Plus en détail

Logements collectifs: La rénovation à haute performance énergétique

Logements collectifs: La rénovation à haute performance énergétique Séminaire Bâtiment Durable : Logements collectifs: La rénovation à haute performance énergétique 11/12/2015 Bruxelles Environnement L étude de conception énergétique: une étape importante dans le processus

Plus en détail

Rapport sur la politique énergétique au Sénat

Rapport sur la politique énergétique au Sénat Affaires générales Rapport sur la politique énergétique au Sénat 1. État des lieux : consommations totales en 2012 - non normalisées Électricité Gaz Eau kwh EURO kwh EURO m 3 EURO 2009 932 272 125 897,86

Plus en détail

Table Ronde Chaleur Fatale

Table Ronde Chaleur Fatale Table Ronde Chaleur Fatale DANJOU FREDERIC Responsable Maintenance et Energie QUIBEL NICOLAS Ingénieur Process _ Référent Energie FOIREST MICKAEL Chef de service - Energie 1 - Entreprise Familiale créée

Plus en détail

Le Service Facilitateur URE Process de la Wallonie est assuré par : 3j-Consult S.A. CCI Hainaut CCI Luxembourg belge.

Le Service Facilitateur URE Process de la Wallonie est assuré par : 3j-Consult S.A. CCI Hainaut CCI Luxembourg belge. Le Service Facilitateur URE Process de la Wallonie est assuré par : 3j-Consult S.A. CCI Hainaut CCI Luxembourg belge Présentation des différentes techniques de récupération d énergie sur processus Séminaire

Plus en détail

FORMATION DEREFEI (DEVENIR REFERENT ENERGIE EN INDUSTRIE) Module 2 : DEMARCHE ET METHODE DEROULE PEDAGOGIQUE

FORMATION DEREFEI (DEVENIR REFERENT ENERGIE EN INDUSTRIE) Module 2 : DEMARCHE ET METHODE DEROULE PEDAGOGIQUE FORMATION DEREFEI (DEVENIR REFERENT ENERGIE EN INDUSTRIE) Module 2 : DEMARCHE ET METHODE DEROULE PEDAGOGIQUE LES OBJECTIFS DE FORMATION Cette formation s adresse aux personnes qui occupent depuis peu ou

Plus en détail

A propos d Armstrong...

A propos d Armstrong... Solutions pour la Maintenance des réseaux vapeur A propos d Armstrong... Fondée en 1900 par Mr. Adam Armstrong Unités de fabrications: USA: Three Rivers, Michigan depuis 1905 Europe: Herstal, Belgique

Plus en détail

Les emplois verts en Wallonie. Témoignage

Les emplois verts en Wallonie. Témoignage Les emplois verts en Wallonie Témoignage d un conseiller énergie en entreprise 18 décembre 2008 Philippe Smekens 0495/14 47 85 philippe.smekens@ccih.be Emplois verts - témoignage d'un conseiller énergie

Plus en détail

BONILAIT PROTEINES PROJET SOLAIRE THERMIQUE

BONILAIT PROTEINES PROJET SOLAIRE THERMIQUE BONILAIT PROTEINES PROJET SOLAIRE THERMIQUE Plus d économies Plus d énergies renouvelables Moins de CO 2 Mars 2016 EDF OPTIMAL SOLUTIONS PRÉSENTATION FILIALE DE DALKIA (GROUPE EDF) CREEE EN 2008 SOCIÉTÉ

Plus en détail

Les pompes à chaleur au cœur de la transition énergétique

Les pompes à chaleur au cœur de la transition énergétique Les pompes à chaleur au cœur de la transition énergétique Benoit LEMAIGNAN Consultant Senior Carbone4 benoit.lemaignan@carbone4.com Merci qui? Merci l énergie! La transition énergétique, c est d abord

Plus en détail

( LYCEE PROFESSIONNEL ERIC TABARLY

( LYCEE PROFESSIONNEL ERIC TABARLY LYCEE PROFESSIONNEL ERIC TABARLY Performances environnementales à l issue de 3 ans de fonctionnement Lycée certifié «NF Bâtiments tertiaires Démarche HQE» à la construction Version simplifiée Consommations

Plus en détail

Développement durable. Gestion durable de l hôpital

Développement durable. Gestion durable de l hôpital Développement durable Gestion durable de l hôpital Gestion - Durable Action de gérer - Administrer pour son propre compte ou le compte d un autre - Gouverner Pour l hôpital : - Assurer la pérénité de son

Plus en détail

Association Technique Energie Environnement

Association Technique Energie Environnement Association Technique Energie Environnement Contrat de Performance Énergétique : Quels retours d expériences, quel périmètre, quelles démarches? Lycée Nicolas APPERT 6 décembre 2016 Sommaire Organisation

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN SHOW-ROOM A xxx Décembre 2010 MO : M. xxx Architecte : M xxx

CONSTRUCTION D UN SHOW-ROOM A xxx Décembre 2010 MO : M. xxx Architecte : M xxx Document initial : xxx 1 Sommaire 1. Introduction... 4 2. Besoin en chaleur du bâtiment... 4 3. Consommation de chauffage... 4 4. Estimation des consommations électriques... 5 5. Cogénération gaz... 6

Plus en détail

Innover. en mécanique

Innover. en mécanique Innover en mécanique m Institut technologique de mécanique Piloté par les industriels mécaniciens sous la tutelle de l État Page 2 Page 2 Régi par les articles L342.1 à L342.13 du code de la recherche

Plus en détail

Atelier d échanges n 5. Récupération de chaleur. Jeudi 16 juin h- 17h30. CCI MIDI PYRENEES 5, rue Dieudonné Costes, Blagnac

Atelier d échanges n 5. Récupération de chaleur. Jeudi 16 juin h- 17h30. CCI MIDI PYRENEES 5, rue Dieudonné Costes, Blagnac Atelier d échanges n 5 Jeudi 16 juin 2016 14h- 17h30 CCI MIDI PYRENEES 5, rue Dieudonné Costes, 31700 Blagnac Récupération de chaleur Atelier animé par Gilles MARTY, BET INSE 06-45-12-05-56 1 SOMMAIRE

Plus en détail

Centre de Secours Principal d EPAGNY

Centre de Secours Principal d EPAGNY Centre de Secours Principal d EPAGNY Présentation du site Année de construction : début du chantier Nov. 1999 Année de livraison : Avril 2002 Nombre de bâtiments : 3 Surface chauffée : 9540 m_ - Volume

Plus en détail

P32- Valoriser la chaleur basse température de la récupération à la pompe à chaleur. Programme

P32- Valoriser la chaleur basse température de la récupération à la pompe à chaleur. Programme Les techniques pour économiser l énergie dans le bâtiment industriel P32- Valoriser la chaleur basse température de la récupération à la pompe à chaleur Etienne de Montigny DTC sa Programme Au départ de

Plus en détail

Mécanisme d obligations en matière d efficacité énergétique. Séance d information Fedil 25 juillet 2017

Mécanisme d obligations en matière d efficacité énergétique. Séance d information Fedil 25 juillet 2017 Mécanisme d obligations en matière d efficacité énergétique Séance d information Fedil 25 juillet 2017 Base légale et règlementaire Lois modificatives du 19 juin 2015: Article 48bis de la loi modifiée

Plus en détail

Formation Technologies de production des utilités: air comprimé, vapeur, chaud/froid

Formation Technologies de production des utilités: air comprimé, vapeur, chaud/froid Formation Technologies de production des utilités: air comprimé, vapeur, chaud/froid État de l'art et leviers d'optimisation des énergies secondaires Formation présentielle Formation 2 jours - 14 h 1 541

Plus en détail

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service

LE GUIDE PRATIQUES DES BONNES. pour la rentabilité énergétique de votre site. Notre exigence à votre service LE GUIDE DES BONNES PRATIQUES pour la rentabilité énergétique de votre site Notre exigence à votre service À l heure où les énergies et ressources deviennent de plus en plus rares et onéreuses, bien les

Plus en détail

Les consommations énergétiques du CH Sainte-Marie en quelques chiffres EAU

Les consommations énergétiques du CH Sainte-Marie en quelques chiffres EAU Les consommations énergétiques du CH Sainte-Marie en quelques chiffres EAU 2006 76 906 m 3 par an = 212 m3 par jour 2013 42 194 m 3 par an = 115 m3 par jour baisse de 45 En France un foyer moyen consomme

Plus en détail

Mission de diagnostics énergétiques du patrimoine bâti ~ Des communes adhérentes au SYDESL ~

Mission de diagnostics énergétiques du patrimoine bâti ~ Des communes adhérentes au SYDESL ~ COMMUNE : TRAMAYES PAGE : 1 SUR 16 Commune de TRAMAYES FOUR A PAIN COMMUNE : TRAMAYES PAGE : 2 SUR 16 SOMMAIRE 1. GENERALITES...3 2. DESCRIPTIF...4 Présentation de l établissement...4 Caractéristiques

Plus en détail

Incitants financiers en matière d économie d énergie

Incitants financiers en matière d économie d énergie Incitants financiers en matière d économie d énergie «La PAE : bilans et perspectives» Namur 08.06.09 Carole PISULA DGO4 1 SOMMAIRE Aides Régionales Primes du Fonds Energie - Département de l Energie Primes

Plus en détail

SECURISATION ELECTRIQUE GRENELLE INTERDEPARTEMENTAL 21 JANVIER 2011

SECURISATION ELECTRIQUE GRENELLE INTERDEPARTEMENTAL 21 JANVIER 2011 SECURISATION ELECTRIQUE GRENELLE INTERDEPARTEMENTAL 21 JANVIER 2011 CONTEXTE : Évolution des consommations et objectifs attendus A partir de la consommation électrique globale du département prévue en

Plus en détail

Immeuble : CHEVILLARDE 16. Indice énergie SIA2031 (thermique + électrique)

Immeuble : CHEVILLARDE 16. Indice énergie SIA2031 (thermique + électrique) Immeuble : 0778 - CHEVILLARDE 16 Responsable gérance : Brolliet SA Novembre 2015 Synthèses ImmoLabel Résumé des étiquettes Valeurs de référence Surface énergétique(sre) 1244.69 Année de construction 1995

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation partielle et par phase

Formation Bâtiment Durable : Rénovation partielle et par phase Formation Bâtiment Durable : partielle et par phase Bruxelles Environnement du système de chauffage et d ECS Jonathan FRONHOFFS CENERGIE Objectifs de la présentation Avoir un aperçu des interventions possibles

Plus en détail

PROJET ECOTEC 21 - GESTION DE L ÉNERGIE -

PROJET ECOTEC 21 - GESTION DE L ÉNERGIE - PROJET ECOTEC 21 - GESTION DE L ÉNERGIE - Confort et régulation thermique Résidence Maréchal Juin Plan de la présentation 1. Projet Ecotec 21 2. Objectifs de l étude expérimental (site Maréchal Juin) 3.

Plus en détail

L histoire du gaz de réseau : une transition historique

L histoire du gaz de réseau : une transition historique Volume L histoire du gaz de réseau : une transition historique Ressource Vecteur Usages Charbon H 2 + CO Eclairage Cuisson Gaz naturel CH 4 Chauffage, ECS, Industrie Organisation Ressource centralisée

Plus en détail

Colloque "Bâtiments BBC neufs ou rénovés,

Colloque Bâtiments BBC neufs ou rénovés, Colloque "Bâtiments BBC neufs ou rénovés, LES CONDITIONS DU DÉPLOIEMENT DE LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE, LES PREMIERS ENSEIGNEMENTS DES CAMPAGNES DE MESURES REHABILITATION THERMIQUE DE 8 LOGEMENTS 288 RUE

Plus en détail

Fiches Techniques Industrie

Fiches Techniques Industrie Fiches Techniques Industrie Management de l énergie selon l ISO 50001 Réaliser sensibiliser mesurer communiquer diriger cibler planifier animer documenter externaliser expertiser efficient factory powered

Plus en détail

Proxy Delhaize à Tihange Jusqu au bout des économies d énergie

Proxy Delhaize à Tihange Jusqu au bout des économies d énergie Proxy Delhaize à Tihange Jusqu au bout des économies d énergie En 2010, M. Vanvinckenroye décide de réaliser d importants investissements pour agrandir le Proxy Delhaize à Tihange qu il vient de racheter

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS 3. MÉTHODE DE CALCUL PEFOMANCE ÉNEGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Cadre réglementaire... 3.1 Besoins nets d énergie pour le chauffage... 3.2 Priorité à la performance de l enveloppe... 3.3 Consommation d énergie

Plus en détail

Chaleur valorisable - Analyse du potentiel

Chaleur valorisable - Analyse du potentiel Chaleur valorisable - Analyse du potentiel Le 14 avril 2016 Xavier Cornet www.3j-consult.com 1. 3j-Consult 2. Introduction 3. Potentiel récupérable 4. Analyse des besoins 5. Faisabilité technique 6. Gains

Plus en détail

Chauffage et climatisation

Chauffage et climatisation Chauffage et climatisation BRISE Thomas Deville Facilitateur Bâtiment Durable Objectif(s) de la présentation Comprendre le fonctionnement d une installation de chauffage / d ECS / de refroidissement Reconnaître

Plus en détail

La part des différentes énergies dans la production et la consommation en Languedoc Roussillon

La part des différentes énergies dans la production et la consommation en Languedoc Roussillon La part des différentes énergies dans la production et la consommation en Languedoc Roussillon Formation Commissaires Enquêteurs du 17 mai 2011 Danye ABOKI DREAL Languedoc Roussillon Ingénieur en charge

Plus en détail

Âge du logement en Wallonie

Âge du logement en Wallonie Mesures en matière d énergie en Région wallonne ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Salon Roof city Le 15 janvier 2010 Âge du logement en Wallonie Sources : INS (données 2001) 1 Evolution des

Plus en détail

Code général des impôts, annexe 4. Version consolidée au 2 septembre 2011

Code général des impôts, annexe 4. Version consolidée au 2 septembre 2011 Code général des impôts, annexe 4 Version consolidée au 2 septembre 2011 Livre premier : Assiette et liquidation de l'impôt o Première partie : Impôts d'état Titre premier : Impôts directs et taxes assimilées

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ENAC. Bilan 2016

BILAN ENERGETIQUE DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ENAC. Bilan 2016 BILAN ENERGETIQUE DU PATRIMOINE IMMOBILIER DE L ENAC Bilan 2016 Consommations énergétiques de l ENAC Sommaire 1. Rappel des objectifs de réduction des consommations énergétiques 2. Consommation globale

Plus en détail

Conférence de presse du Ministre J-M. Nollet

Conférence de presse du Ministre J-M. Nollet Primes Energie 1 er mai 2010 Priorité à l isolation! Conférence de presse du Ministre J-M. Nollet Primes Energie : 1 er mai 2010 Triple objectif 1. Alléger structurellement la facture énergie renforce

Plus en détail

Chauffer Comme il faut, Quand il faut, Là où il faut

Chauffer Comme il faut, Quand il faut, Là où il faut Séminaire - Marquain 30 octobre 2014 «Eclairage et Chauffage des grands espaces» Chauffer Comme il faut, Quand il faut, Là où il faut Philippe Smekens conseiller énergie à la CCIH Facilitateur URE industrie

Plus en détail

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération

Par ners. We will be under the same roof. Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération Ingénierie des Procédés- Etudes Générales Audits Energétiques- Cogénération GUIDE COGENERATION Date : 01/2008 Rév. : 0 Par : PARTNERS 18, rue Nelson Mandela2045 L Aouina-Tunis Tél. : (00 216) 71 724 032/760

Plus en détail

Les Entreprises, l Energie (et l ADEME)

Les Entreprises, l Energie (et l ADEME) Les Entreprises, l Energie (et l ADEME) - L ADEME - Les aides aux Entreprises : - l aide à la décision Energie - le Bilan carbone - les aides aux EnR - autres soutiens Olivier GILLET ADEME Rhône-Alpes

Plus en détail

Présentation CCI 82 MONTAUBAN

Présentation CCI 82 MONTAUBAN Présentation CCI 82 MONTAUBAN 27.05.2010 SOMMAIRE Contexte But d un bilan énergétique Note méthodologique Réunion de lancement Questionnaire Visites et investigations Analyse des données Premières préconisations

Plus en détail

Introduction à la cogénération

Introduction à la cogénération Introduction à la cogénération Union Wallonne des Entreprises «90 minutes pour l environnement» Le 15 décembre 2016 La cogénération c est La cogénération c est: Produire une partie de la chaleur dont vous

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique des logements. Table ronde FRW Neufchâteau 15/06/2011

Améliorer la performance énergétique des logements. Table ronde FRW Neufchâteau 15/06/2011 Améliorer la performance énergétique des logements Table ronde FRW Neufchâteau 15/06/2011 Plan de l exposé Présentation des guichets de l énergie Qu est-ce que la «PEB»? Comment améliorer la PEB d un logement?

Plus en détail

Compte-rendu de Visite Maîtrise de l Energie

Compte-rendu de Visite Maîtrise de l Energie Compte-rendu de Visite Maîtrise de l Energie CLISSON METAL Visite du 18/0/010 Rapport réalisé par : Jean-Christophe DUNOT Chambre de Commerce et d Industrie des Deux Sèvres Opération réalisée avec le concours

Plus en détail

Système de Management de l énergie ISO Florence Huc ADEME

Système de Management de l énergie ISO Florence Huc ADEME Système de Management de l énergie ISO 50001 Florence Huc ADEME florence.huc@ademe.fr Présentation de l ISO 50001 «Systèmes de management de l énergie - Exigences et recommandations de mise en œuvre» ISO

Plus en détail

Logements collectifs: La rénovation à haute performance énergétique

Logements collectifs: La rénovation à haute performance énergétique Séminaire Bâtiment Durable : Logements collectifs: La rénovation à haute performance énergétique 11/12/2015 Bruxelles Environnement L importance du système de compensation des besoins de chaleur, une économie

Plus en détail

Récupérateurs de chaleur. L eau chaude gratuite par récupération totale de la chaleur rejetée par les groupes frigorifiques

Récupérateurs de chaleur. L eau chaude gratuite par récupération totale de la chaleur rejetée par les groupes frigorifiques Récupérateurs de chaleur L eau chaude gratuite par récupération totale de la chaleur rejetée par les groupes frigorifiques Pourquoi Boostherm? Les groupes frigorifiques produisent une grande quantité de

Plus en détail

REX de la mise en place de la Certification ISO Béarn Environnement 4 décembre 2014

REX de la mise en place de la Certification ISO Béarn Environnement 4 décembre 2014 REX de la mise en place de la Certification ISO 50001 Béarn Environnement 4 décembre 2014 Sommaire 1- Présentation de Béarn Environnement (BE) 2- Périmètre de certification ISO 50001 3- La démarche ISO

Plus en détail

L application de chaudières à condensation

L application de chaudières à condensation La conversion au gaz naturel d une chaufferie collective au mazout L application de chaudières à condensation KVBG ARGB Optimiser la performance énergétique avec chaudière à condensation au gaz naturel.

Plus en détail

Système de production de chaleur

Système de production de chaleur Système de production de chaleur Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Une installation de chauffage est composée par différents éléments : La génération (la chaudière), la distribution (les réseaux),

Plus en détail

Récupération de chaleur sur groupe de production de froid

Récupération de chaleur sur groupe de production de froid Certificats d économies d énergie Fiche de calcul n BAT-TH-39 Récupération de chaleur sur groupe de production de froid A- SECTEUR D'APPLICATION Bâtiments tertiaires : locaux de commerces de distribution

Plus en détail

COLLOQUE PROFESSIONNEL ECOBAT PARIS

COLLOQUE PROFESSIONNEL ECOBAT PARIS COLLOQUE PROFESSIONNEL ECOBAT PARIS ECOBAT - MARS 2010 1 ECOBAT Retour d experiences sur le label BBC-Effinergie Catherine BONDUAU Assises de l'énergie - Janvier 2010 2 Le niveau d exigence à atteindre

Plus en détail

CONSEILS AIR COMPRIMÉ ENTREPRISES. LES NOTIONS FONDAMENTALES Chiffres clés et explications sur l air comprimé

CONSEILS AIR COMPRIMÉ ENTREPRISES. LES NOTIONS FONDAMENTALES Chiffres clés et explications sur l air comprimé ENTREPRISES CONSEILS AIR COMPRIMÉ LES NOTIONS FONDAMENTALES Chiffres clés et explications sur l air comprimé LES PISTES D AMÉLIORATION Trois solutions envisageables LE CAS PRATIQUE Sources de Soultzmatt

Plus en détail

FREECOOLING DX FREECOOLING DX RÉCUPÉRATION DE CHALEUR TROP D ÉNERGIE GASPILLÉE, NUIT GRAVEMENT À LA PLANÈTE

FREECOOLING DX FREECOOLING DX RÉCUPÉRATION DE CHALEUR TROP D ÉNERGIE GASPILLÉE, NUIT GRAVEMENT À LA PLANÈTE FREECOOLING DX RÉCUPÉRATION DE CHALEUR FREECOOLING DX TROP D ÉNERGIE GASPILLÉE, NUIT GRAVEMENT À LA PLANÈTE Un acte responsable Une stratégie durable Gaspiller l énergie c est contribuer aux inévitables

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation

Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Formation Bâtiment Durable : Les techniques (chaleur, ventilation, ECS): conception et régulation Bruxelles Environnement Le choix des systèmes de production de chaleur et d ECS DISTRIBUTION ET ÉMISSION

Plus en détail

L eau chaude sanitaire, l URE, le solaire thermique et les énergies renouvelables

L eau chaude sanitaire, l URE, le solaire thermique et les énergies renouvelables L eau chaude sanitaire, l URE, le solaire thermique et les énergies renouvelables 1. La récupération sur l ECS (mesure URE) 2 DECOUVRIR : LA RECUPERATION DE CHALEUR La récupération de chaleur sur les eaux

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS)

Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Formation Bâtiment Durable : Conception et régulation des systèmes techniques (chaleur, HVAC, ECS) Bruxelles Environnement Le choix des systèmes de production de chaleur et d ECS DISTRIBUTION ET ÉMISSION

Plus en détail

Aéroport international de Genève Présentation GNI 16 nov. 2010

Aéroport international de Genève Présentation GNI 16 nov. 2010 1 Aéroport international de Genève Présentation GNI 16 nov. 2010 Les solution GTC/GTB appliquées à un site aéroportuaire Maîtrise des énergies 2 Contexte Statut: Etablissement Public Autonome 11,3 millions

Plus en détail

Concentration CO2 atmosphérique

Concentration CO2 atmosphérique Défis environnementaux L importance de se former ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Salon Roof city Le 16 janvier 2010 Concentration CO2 atmosphérique 1 Evolution des prix des énergie 2005-2010

Plus en détail

M. Christian Bohelay

M. Christian Bohelay Table ronde n 1 : Entreprises et Boucle énergétique de Pontivy M. Christian Bohelay T.B Stockage, TB Transport, TB Environnement Dirigeant Baud (56) T : 02 97 51 01 16 www.transports-bohelay.com 02/02/2016

Plus en détail

CONCOURS 2012 Bâtiments Basse Consommation d Énergie. Fabrice LAMOUREUX - Région Languedoc-Roussillon Réunion Club Énergies 34 du 9 février 2012

CONCOURS 2012 Bâtiments Basse Consommation d Énergie. Fabrice LAMOUREUX - Région Languedoc-Roussillon Réunion Club Énergies 34 du 9 février 2012 CONCOURS 2012 Bâtiments Basse Consommation d Énergie Fabrice LAMOUREUX - Région Languedoc-Roussillon Réunion Club Énergies 34 du 9 février 2012 OBJECTIF : EXPERIMENTER LES LABELS BATIMENT BASSE CONSOMMATION

Plus en détail

Diagnostic énergétique d établissements de santé

Diagnostic énergétique d établissements de santé Diagnostic énergétique d établissements de santé Florence LAVRARD Juin 2012 1 Sommaire Etat des lieux Les enjeux Le diagnostic énergétique? Obligations des établissements? Démarche Etat des lieux Etablissement

Plus en détail

La Maîtrise de l énergie

La Maîtrise de l énergie ENERGIES RENOUVELABLES La Maîtrise de l énergie la Maîtrise de l énergie Quoi de plus renouvelable que les consommations évitées Des enjeux significatifs Des temps de retour attractifs (6 mois à 2-3 ans

Plus en détail

Le reste du temps c est la RT élément par élément

Le reste du temps c est la RT élément par élément Le reste du temps c est la RT élément par élément RT Elément par Elément Les bâtiments existants résidentiels et non-résidentiels sont concernés par ces dispositions, à l'exception de ceux soumis aux mesures

Plus en détail

SÉMINAIRES DE FORMATION

SÉMINAIRES DE FORMATION SÉMINAIRES DE FORMATION TLV, agréé organisme de formation n 82690740369, propose : - Des séminaires sur les technologies de la vapeur Dans vos locaux Au siège de TLV France ( Région lyonnaise ) Au siège

Plus en détail

Modification de la loi sur l énergie

Modification de la loi sur l énergie Amt für Energie AfE Séance d information Modification de la loi sur l énergie Suissetec section fribourg Jeudi 30 janvier 2014 Serge Boschung Chef du service de l énergie Direction de l'économie et de

Plus en détail

Rénovation d une habitation familiale

Rénovation d une habitation familiale Situation actuelle Rez-de-chaussée Etage Rénover futé Mode d emploi et aides financières pour l entretien et la rénovation de ma maison www.renover-fute.ch 2 Situation actuelle Façade Nord Façade Sud Rénover

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE DU PROCESSUS D AUDIT ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS TERTIAIRES. par Valentin MULLER

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE DU PROCESSUS D AUDIT ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS TERTIAIRES. par Valentin MULLER GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE DU PROCESSUS D AUDIT ENERGETIQUE DES BÂTIMENTS TERTIAIRES par Valentin MULLER Tuteur institutionnel : N. GARTISER Encadré par Grégory SARMEO

Plus en détail

Plan global en efficacité énergétique. Session #3 d échanges et d information 10 avril 2002

Plan global en efficacité énergétique. Session #3 d échanges et d information 10 avril 2002 Plan global en efficacité énergétique Session #3 d échanges et d information Potentiel technico-économique d économies d énergie pour les petites et moyennes industries Régie de l énergie R-3473-2001 Demande

Plus en détail

Mardi 22 Novembre èmes rencontres de l entreprise éco-responsable. Sylvain CHATZ

Mardi 22 Novembre èmes rencontres de l entreprise éco-responsable. Sylvain CHATZ Mardi 22 Novembre 2011 2 èmes rencontres de l entreprise éco-responsable Sylvain CHATZ 3 rue du Pré Bénévix 74300 Cluses 04 50 34 79 48 06 33 33 44 49 L efficacité énergétique des bâtiments et des processus

Plus en détail

Bilan du chauffage de notre Basilique en 2013 (hiver modéré) en 2014 (hiver modéré) +16% d augmentation

Bilan du chauffage de notre Basilique en 2013 (hiver modéré) en 2014 (hiver modéré) +16% d augmentation Bilan du chauffage de notre Basilique 15 000 en 2013 (hiver modéré) 18 000 en 2014 (hiver modéré) +16% d augmentation Le résultat : Avez-vous eu chaud pendant les offices? Quelle sera la facture si l hiver

Plus en détail

Sommaire. L isolation des toitures

Sommaire. L isolation des toitures Cycle d information technique Energie et Rénovation L isolation des toitures ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie àla CCW Le 31 mars 2009 Sommaire 1. Energie et rénovation en RW 2. Règles de base pour

Plus en détail

SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 3 PRÉAMBULE CHAUFFERIES ET VECTEURS ÉNERGÉTIQUES... 11

SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 3 PRÉAMBULE CHAUFFERIES ET VECTEURS ÉNERGÉTIQUES... 11 SOMMAIRE REMERCIEMENTS... 3 PRÉAMBULE... 4 1. CHAUFFERIES ET VECTEURS ÉNERGÉTIQUES... 11 2. LES COMBUSTIBLES ET LEUR STOCKAGE... 13 2.1. Liste et caractéristiques des principaux combustibles... 13 2.2.

Plus en détail

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement

L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Comment améliorer la performance énergétique chez vous? en LIMOUSIN L Espace INFO ÉNERGIE de Limousin Nature Environnement Emilie RABETEAU Anthony BROC Jean Jaques RABACHE Conseiller INFO ÉNERGIE Qu est

Plus en détail

Présenté par Sami Maksoud ing. M.Ing. MBA, CMVP 22 février 2017

Présenté par Sami Maksoud ing. M.Ing. MBA, CMVP 22 février 2017 Efficacité énergétique: une solution clé en main Présenté par Sami Maksoud ing. M.Ing. MBA, CMVP 22 février 2017 Gaz Métro et les énergies renouvelables 2 Outils de rentabilité et d efficacité de Gaz Métro

Plus en détail

SUCCESS STORY. Optimisation énergétique d une installation d air comprimé chez Advanced Coating

SUCCESS STORY. Optimisation énergétique d une installation d air comprimé chez Advanced Coating SUCCESS STORY Optimisation énergétique d une installation d air comprimé chez Advanced Coating Introduction Advanced Coating, PME d une trentaine de personnes, est une entreprise active dans le traitement

Plus en détail

EHPAD La mémoire des Ailes MARCHEPRIME (33)

EHPAD La mémoire des Ailes MARCHEPRIME (33) EHPAD La mémoire des Ailes MARCHEPRIME (33) Localisation : Marcheprime (33) Capacité d accueil : 60 lits Surface totale de l établissement : 3 627 m² Besoins énergie chauffage : 429 MWh / an (RT 2005)

Plus en détail

Performance énergétique et thermique des bâtiments

Performance énergétique et thermique des bâtiments Performance énergétique et thermique des bâtiments recueil sur CD-ROM Référence : 3135311CD ISBN : 978-2-12-135311- Année d édition : 2010 Analyse Un diagnostic de Performance Energétique (DPE) est désormais

Plus en détail

Systèmes Solaires Combinés E. Feyens. Cercle du Lac 17/03/10

Systèmes Solaires Combinés E. Feyens. Cercle du Lac 17/03/10 Systèmes Solaires Combinés E. Feyens Cercle du Lac 17/03/10 PROGRAMME Introduction Principe de fonctionnement Produits Capteurs Accumulateurs Exemples Facteurs de dimensionnement Aspects financiers Introduction

Plus en détail

UREBA : UREBA UREBA. Des subventions pour l Utilisation Rationnelle de. l Energie dans les BAtiments. Base légale. Bénéficiaires

UREBA : UREBA UREBA. Des subventions pour l Utilisation Rationnelle de. l Energie dans les BAtiments. Base légale. Bénéficiaires : Des subventions pour l Utilisation Rationnelle de l Energie dans les BAtiments Octobre 2007 Base légale Arrêté du Gouvernement wallon du 10 avril 2003 relatif à l octroi de subventions aux personnes

Plus en détail

Intégration des Procédés

Intégration des Procédés Intégration des Procédés Centre de la technologie de l énergie de CANMET - Varennes Présentation générale Plan de la présentation 2 Problématiques industrielles Qu est-ce que l Intégration des Procédés

Plus en détail

Territoire de la province de Luxembourg. Bilan énergétique - potentiels - perspectives 2050

Territoire de la province de Luxembourg. Bilan énergétique - potentiels - perspectives 2050 Territoire de la province de Luxembourg Bilan énergétique - potentiels - perspectives 2050 Contenu de la présentation Co-construire une vision 100% Renouvelable Bilan énergétique Potentiels techniques

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Récapitulatif des principaux producteurs de chaleur Jonathan FRONHOFFS CENERGIE Objectifs

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil Avant de vous lancer dans l achat d un radiateur, voici les questions à vous poser : Quelle source d énergie utiliser? Vous pouvez opter pour la chaudière dite «à combustion» (gaz, bois ou fioul), un radiateur

Plus en détail

, ,24 D3 - Energie éolienne, hydro, biomasse, géothermique

, ,24 D3 - Energie éolienne, hydro, biomasse, géothermique G - Actions d'une fédération 1 66.660,00 A1 - Audit énergétique 8 15.668,50 5 5.811,25 2 863,00 C1 - Chaudière, générateur d'air chaud et aérotherme 87 68.071,92 98 153.640,87 C2 - Chauffe-eau instantané

Plus en détail

Air Comprimé Bien gérer pour mieux gagner

Air Comprimé Bien gérer pour mieux gagner Air Comprimé Bien gérer pour mieux gagner Atelier de triage, Gris Découpage, 54 CONNAÎTRE POUR AGIR Produits et procédés L Air Comprimé est un fluide universellement utilisé en milieu industriel. Ses qualités

Plus en détail

Bilan énergétique et Perspectives de la Province de Luxembourg

Bilan énergétique et Perspectives de la Province de Luxembourg Emissions potentiels et perspectives 2050 Bilan énergétique et Perspectives de la Province de Luxembourg - 2017 Co-construisons la transition Province à Energies Positives L engagement de nos territoires

Plus en détail

La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE. Part de l eau chaude sanitaire dans une maison individuelle rénovée BBC

La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE. Part de l eau chaude sanitaire dans une maison individuelle rénovée BBC La clé INSTALLATION D EAU CHAUDE OPTIMISEE Dans les bâtiments performants, la quantité d énergie utilisée pour la production de l eau chaude représente une part importante des besoins d énergie et, si

Plus en détail

Cadre réglementaire et administratif

Cadre réglementaire et administratif SESSION 3 Cadre réglementaire et administratif par Philippe Delaisse 1 SOMMAIRE :Feuille de route, programmes (Energie Intelligente), plans d actions, directives ; Politique wallonne : Plan pour la maîtrise

Plus en détail

L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE_

L AUDIT ÉNERGÉTIQUE DANS L INDUSTRIE_ 52 ENERGIE + INDUSTRIE REVUE TECHNIQUE LUXEMBOURGEOISE 4 2016 Depuis la signature du protocole de Kyoto jusqu aux récents accords de Paris, l Union Européenne n a cessé de fixer des objectifs toujours

Plus en détail

Géothermie résidentielle

Géothermie résidentielle Géothermie résidentielle Appuis financiers disponibles d'hydro-québec Présentation au Regroupement Technologique en Habitation du Québec (RTHQ), le 2 décembre 2008 Objet de la présentation Programmes "Clients

Plus en détail

CHAUFFAGE ET PETITE COGÉNÉRATION

CHAUFFAGE ET PETITE COGÉNÉRATION CHAUFFAGE ET PETITE COGÉNÉRATION Marion Denninger Groupe Eyrolles, 2012, ISBN : 978-2-212-13368-4 Sommaire Remerciements... 1 Avant-propos... 2 Introduction... 5 Chapitre 1 Principe et intérêts de la cogénération...

Plus en détail