Bactéries E. Coli avec facteur de. résistance

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bactéries E. Coli avec facteur de. résistance"

Transcription

1 Bactéries E. Coli avec facteur de résistance

2 But de l expérience : Pendant cette expérience nous allons tester la résistance de la bactérie E. Coli (Escherichia Coli) mâle, femelle, et du mélange mâles+femelles contre deux types d antibiotiques (STR, TC) ainsi que pour les deux en même temps (STR+TC). Cela nous permettras aussi de mesurer le transfert d un facteur de résistance contre la TETRACYCLINE à partire de la bactérie mâle jusqu'à la bactérie femelle, qui n en possède pas et seras alors immunisée contre la TC ainsi que contre la STREPTOMYCINE (STR) facteur de résistance qu elle possède déjà. Questions 1) Il ne peut pas s agire de mâles ayant reçu le gène chromosomique qui donne la résistance à STR. En effet, les femelles qui possèdent la défense STR ne sont pas capable de la transmettre aux mâles. Ceux-ci en revanche, possèdent des poils, si l un d eux se lie pendant un bref moment à une femelle, le mâle peux transmettre un bout de copie de ses gènes à la femelle, elle possède alors les caractéristiques du mâle ainsi que les siennes et peut donc, se défendre contre deux antibiotiques à la fois. Cependant, ce processus n est pas valable dans le sens inverse, car les femelles ne possède pas de poils et ne peuvent donc pas transmettre leurs gènes aux mâles. Le mâle ne pourra donc jamais posséder la résistance STR. 2) Il ne peut s agire de mâles ayant muté vers la résistance STR, car cette résistance n existe que chez les femelles. Celle-ci ne peuvent pas la transmettre aux mâles, ne possédant elles-mêmes pas de moyen de transmission contrairement aux poils creux des mâles. Les mâles ne sont pas capable non plus «d aspirer» les gènes de la femelle vers eux même. 3) Informations sur les étalements de bactéries effectués (voir croquis) Nous avons effectué trois étalements différents. Le premier dans une boîte contenant de l antibiotique TC ainsi que du STR. Le second dans une boîte contenant du TC et enfin le dernier dans une boîte contenant du STR. Le résultats obtenus sont les suivants : -Dans la première boîte, nous voyons que les bactéries femelles ainsi que les mâles n ont pas survécu. En revanche, les recombinants, c est-à-dire les femelles ayant reçu une partie de gènes mâles, ont survécu. En effet elles possèdent une résistance à l antibiotique STR et au TC qu elles ont obtenu grâce aux mâles. - Dans la seconde nous obtenons des bactéries mâles ainsi que des recombinants, femelles qui ont reçu la résistance TC de la part des mâles. Les bactéries femelles, qui n ont pas été en contacte avec des mâles, ne se sont pas développées car elles ne possède pas de défense contre l antibiotique TC. - Dans la dernière boîte, les bactéries femelles se sont développées. Nous voyons que les femelles dans la partie du mélange «mâles+femelles» et «femelles» se sont

3 développées. Les mâles ne peuvent se défendre contre l antibiotique STR, c est pourquoi nous n en trouvons pas dans la partie mâle. 4) Calcul des concentrations initiales A l aide des résultats obtenus après dilution, nous pouvons calculer les concentrations initiales de mâles, de femelles et de recombinants par [ml]. Pour ceci, il nous faut remettre à zéro toutes les dilutions et multiplier par 10 afin de trouver le résultat en [ml].par exemple, nous avons E. Coli mâles (Hfr), dilution= 1000 dans un milieu TC, nous voulons trouver une dilution=0 alors il nous faut faire le calcul suivant : = Nous avons fait de même pour toutes les dilutions et les avons classées dans un tableau, ci-dessous : Tableau du nombre de bactéries obtenues après dilution souche milieu souche milieu souche milieu Hfr TC Hfr+F- STR+TC Hfr+F- standard Hfr+F- TC Hfr+F- STR+TC Hfr+F- standard Hfr+F- TC Hfr+F- STR+TC Hfr+F- standard F- STR Hfr+F- STR+TC Hfr+F- standard Hfr+F- STR Hfr+F- STR+TC Hfr+F- standard Hfr+F- STR Hfr+F- STR+TC Hfr+F- standard Concentration des mâles par [ml] Hfr par [ml] Concentration des femelles F- par [ml] 2 Concentration des recombinants Hfr+F- par [ml] 6 5) Il est possible de mesurer les concentrations en mâles et en femelles sans confusion avec les recombinants car, on sait, grâce à notre croquis de référence, que dans le milieu TC, seuls les mâles et les recombinants survivent. Dans le milieu STR, seules les femelles et les recombinants survivent. On connaît la concentration des recombinants. Il nous faut seulement soustraire le nombre de bactéries «femelles et recombinants» avec le nombre de recombinants afin de trouver le nombre de femelles et de faire de même, pour le boîte mâles et recombinants.

4 ) Calcul de pourcentage de recombinants Pour cela, nous utilisons les résultats trouvé à la question 4) ; c est à dire les concentrations initiales de bactéries par [ml] Par rapport aux mâles : = 5.637% Par rapport aux femelles : = % Nous voyons que le pourcentage de recombinants par rapport aux femelles est plus faible que celui par rapport aux mâles. Nous pouvons donc en conclure que la différence entre les mâles et les recombinants est plus élevée que celle entre les femelles et les recombinants. 7) Dans les conditions naturelles, on trouve les trois types d individus, cela est contradictoire avec le processus de recombinaison. En effet, en regardant les résultats que nous avons obtenus, nous constatons que les recombinants survivent aux l antibiotiques TC+STR et nous savons aussi que selon les théories de Darwin, c est sont toujours l individu «le plus fort» qui survit, ainsi nous devrions conclure que les recombinants devraient être les seules bactéries existantes. Cependant, ce n est pas le cas. En effet, pour qu il y ait une transmission de gènes du mâle et la femelle, il faut un environnement très stable, dans les conditions naturelles cet environnement et inexistant. Le mâle à besoin d énormément de temps pour que ses gènes soient copiés et transférés jusqu'à la femelle(une centaine de minutes) cela permet donc aux femelles d exister car les mâles ne peuvent pas toujours leur transmettre leurs gènes. De plus, certains virus profitent des poils sexuels pour pénétrer dans les bactéries mâles, ils s y reproduisent et provoquent leurs morts, on ne trouve donc pas que des bactéries mâles. Le milieu naturel est donc très instable, il contient une quantité de dangers que chacune ces bactéries ne peuvent surmonter, c est pourquoi il existe trois types de E. Coli. 8) Le milieu standard est le milieu de référence, grâce à celui-ci, nous pouvons savoir ; premièrement si les bactéries survivent vraiment toutes contre certain antibiotiques, comme par exemple les femelles contre le STR ; deuxièmement nous pouvons savoir combien de femelles nous avons en tout en se référant aussi aux résultats obtenus à la fin de l expérience. Par exemple, en prenant le nombre de bactéries du milieu standard et en les soustrayant avec celle du milieu STR nous pouvons obtenir le résultat des bactéries mâles. C est donc notre milieu de base grâce au quel nous pouvons ensuite faire nos suppositions et qui nous sert de référence. C est le milieu pour lequel nous sommes plus ou moins (car il peut y avoir des erreurs, contamination, température ou autres) sur que toutes les bactéries se sont développées sans aucun décès. 9) Les mesures d hygiène sont essentielles, et tout à fait justifiées. En effet, nous l avons vu tout à l heure, les bactéries ont besoin d un milieu très stable pour pouvoir se développer. Pendant une expérience, nous cherchons des données précises, il nous faut donc un milieu le plus stable possible pour que nos chiffres soient eux aussi précis. Un manque d hygiène peut fausser tout une expérience, si un virus parvient à pénétrer dans l une des boîtes et parvient à contaminer les bactéries qui par la suite meurent, les données deviennent parfaitement erronées et peuvent nous induire en erreur. C est

5 l une des raison pour laquelle nous faisons l expérience à plusieurs et calculons ensuite la moyenne de tous nos résultats, l autre état d éviter les erreurs que nous avons pu commettre en calculant les bactéries ou d autres erreurs encore. Comptage des bactéries au microscope (mesures des concentrations bactériennes) Hfr 640 Hfr F F Les résultats obtenus diffèrent énormément selon les différents tubes ou les bactéries étaient contenues. Peut être que celle-ci se sont beaucoup mieux développées dans certaines pipettes et pas dans d autres. Observations et comparaisons et remarques des résultats obtenus Les résultats obtenus sur notre «Tableau du nombre de bactéries obtenues après dilution» sont parfois très différents. Ces variations sont dues aux taux d erreur que nous avons fait pendant toutes l expérience. Le manque hygiène, par exemple, est un facteur d erreur influent, les bactéries ont aussi pu êtres surchauffés lorsqu on les étalait dans les boîtes de pétri, car nous devions à chaque fois désinfecter notre râteau sous la flamme, il était donc encore chaud lorsqu on le mettait en contacte avec les bactéries. Une erreur que l on ne peut oublier, est celle du contage des bactéries à la fin de l expérience qui était tout à fait approximative, surtout dans les cas ou les bactéries n étaient pas très diluées. Nous pouvons à présent observer les résultats obtenus par rapport à nos résultats, qui correspondent aux chiffres en vert de la quinzième ligne. Sur le tableau ne figurent pas les dilutions effectuées, qui pour notre group étaient très grandes (voir tableau du cours avec les dilutions). Nous pouvons par exemple calculer les nombre de bactéries mâles en ce référant qu a nos résultats : (STR)-(STR+TC)= Hfr => = Le résultat correspond plus ou moins à celui écrit dans le tableau ( ) Le reste des résultats est environ le même que chez les autres. Nous voyons aussi que le nombre de bactéries présentes dans le milieu STR+TC est inférieur aux nombre de bactéries présentes dans le milieu STR, ceci correspond au croquis des boîtes que nous avons dessiné, en effet, dans le milieu STR+TC nous obtenons le nombre de bactéries femelles ainsi que les recombinants et dans le milieu STR+TC nous n obtenons que les recombinants. Les résultats correspondent donc à nos attentes. En conclusion Nous avons observé le comportement des bactéries E. Coli dans différents types d environnement et avons constaté que leur survie dépend du type de bactérie (mâle, femelle ou mâle+femelle) ainsi que de leur environnement (STR, TC, STR+TC). Nous avons aussi constaté que les bactéries sont capables de se transmettre du matériel génétique ce qui leurs permet par la suite de pouvoir combattre deux antibiotiques à la fois, au lieu d un seul, ici en l occurrence c est le mâle qui est capable de transmettre ses gènes à la femelle par l intermédiaire d un de ces poils creux.

6 Nous pouvons terminer en disant que nous avons trouvé des résultat assez pertinents, qui correspondent à nos attentes et aux résultats des autres groupes.

TD 5 : GÉNÉTIQUE BACTÉRIENNE Exercices et solutions

TD 5 : GÉNÉTIQUE BACTÉRIENNE Exercices et solutions TD 5 : GÉNÉTIQUE BACTÉRIENNE Exercices et solutions I - : TAUX DE MUTATION Soit une culture d'e.coli, sensible à la streptomycine, dont la dilution 10-7, étalée à raison de 0,1 ml sur un milieu gélosé

Plus en détail

«Gene recombination in Escherichia coli» J. Lederberg, E.L. Tatum, Nature, Vol 158, 19 octobre 1946

«Gene recombination in Escherichia coli» J. Lederberg, E.L. Tatum, Nature, Vol 158, 19 octobre 1946 22. La conjugaison Les bactéries se multiplient par fission binaire, de manière asexuée. Une cellule mère va donner deux cellules filles génétiquement identiques, ainsi le brassage génétique est pratiquement

Plus en détail

TP d étude de la complémentation et de la recombinaison de la région rii chez le bactériophage T4

TP d étude de la complémentation et de la recombinaison de la région rii chez le bactériophage T4 TP d étude de la complémentation et de la recombinaison de la région rii chez le bactériophage T4 I. Introduction A. Phage T4 1. Structure Ce TP a pour but d étudier la complémentation et la recombinaison

Plus en détail

commerciales D. LOCKER Professeur D. LOCKER des Universités Spécialité: PRGénétique UFR/Faculté des Sciences

commerciales D. LOCKER Professeur D. LOCKER des Universités Spécialité: PRGénétique UFR/Faculté des Sciences Les documents présentés dans ce cours sont issus : soit de travaux personnels soit de travaux présentés sur le web Ils Leur sont utilisation à l usage ne exclusif doit donner des étudiants lieu à aucune

Plus en détail

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE

THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE THEME 1 A EXPRESSION, STABILITE ET VARIATION DU PATRIMOINE GENETIQUE CHAPITRE 2 VARIABILITE GENETIQUE ET MUTATION DE L ADN I. LES MUTATIONS : DES MODIFICATIONS SPONTANEES DE L ADN TD : voir Annexe 1 Dans

Plus en détail

GENETIQUE BACTERIENNE

GENETIQUE BACTERIENNE Laboratoire de biologie/module de génétique. Dr Boudiaf Benaferi R. GENETIQUE BACTERIENNE 1-MORPHOLOGIE BACTERIENNE ET VIRALE : Morphologie bactérienne : La bactérie est un organisme unicellulaire constitué

Plus en détail

Introduction à la génétique des micro-organismes

Introduction à la génétique des micro-organismes 4 Introduction à la génétique des micro-organismes PLAN 4.1 Génétique bactérienne 4.2 Génétique des bactériophages 4.3 Test de complémentation ou test d allélisme fonctionnel 4.4 Test d allélisme structural

Plus en détail

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur

Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus. Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Chapitre 5 La génétique des bactéries et de leurs virus Des colonies bactériennes lac + et lac - sur un milieu contenant un colorant indicateur Travailler avec des micro-organismes Les procaryotes comprennent

Plus en détail

Thème 1 : La Terre dans l Univers, la Vie et l évolution du vivant. Partie 1 : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique

Thème 1 : La Terre dans l Univers, la Vie et l évolution du vivant. Partie 1 : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Thème 1 : La Terre dans l Univers, la Vie et l évolution du vivant Partie 1 : Expression, stabilité et variation du patrimoine génétique Chapitre 1 : La reproduction conforme de la cellule et la réplication

Plus en détail

Volume molaire. Tout d abord on utilise les relations suivantes pour calculer la densité :

Volume molaire. Tout d abord on utilise les relations suivantes pour calculer la densité : Groupe E : CROSET Elliott DUMOULIN Alexandre olume aire I. But de l expérience : Le volume aire est extensif, c'est-à-dire qu il varie en fonction de la composition et de l état. Nos expériences se dérouleront

Plus en détail

Titrage acides-bases

Titrage acides-bases Titrage acides-bases Peter Schmidhauser, Julien Racle groupe 12 3 mai 2004 1 Objectif Pour ces premiers travaux pratiques de chimie, nous avons eectué le titrage de deux solutions diérentes (HCl et CH

Plus en détail

Cellule de Malassez MT13287 MT Description du Produit. 1. Introduction

Cellule de Malassez MT13287 MT Description du Produit. 1. Introduction Cellule de Malassez MT13287 MT13288 Description du Produit 1. Introduction Cette technique permet d évaluer la concentration cellulaire d une suspension de levure à un instant donné : elle va permettre

Plus en détail

CHAPITRE 4 : L unicité des individus

CHAPITRE 4 : L unicité des individus DIVERSITE ET UNITE DES ÊTRES HUMAINS CHAPITRE 4 : L unicité des individus Ce que je sais : Juste après la fécondation, la cellule œuf formée commence à se multiplier pour donner un embryon. Chaque être

Plus en détail

Chapitre 4 : se protéger des maladies.

Chapitre 4 : se protéger des maladies. Chapitre 4 : se protéger des maladies. Qu est-ce qui peut nous rendre malades? I/ Les maladies sont souvent dues à des virus ou à des bactéries. DEFINITIONS : Micro-organismes = microbe = être vivant invisible

Plus en détail

CAPACITÉS MISES EN ŒUVRE o

CAPACITÉS MISES EN ŒUVRE o Partie du programme : Corps humain et santé Niveau : première Titre de la séance : variation génétique et résistance aux antibiotiques EXTRAIT DU PROGRAMME Des mutations spontanées provoquent une variation

Plus en détail

Génétique bactérienne : les échanges génétiques évolution, plasticité des génomes bactériens

Génétique bactérienne : les échanges génétiques évolution, plasticité des génomes bactériens Génétique bactérienne : les échanges génétiques évolution, plasticité des génomes bactériens L3 Agents infectieux Pr. Marie-Hélène NICOLAS-CHANOINE Bactérie = cellule procaryote Paramètre Protiste supérieurs

Plus en détail

MENDEL ET LA NAISSANCE DE LA GENETIQUE PAGES Question 1 : génotypes et proportion des plants produits par autofécondation d hybrides Aa

MENDEL ET LA NAISSANCE DE LA GENETIQUE PAGES Question 1 : génotypes et proportion des plants produits par autofécondation d hybrides Aa MENDEL ET LA NAISSANCE DE LA GENETIQUE PAGES 98 99 100 EXERCICE 1 PAGE 98 : LE RETOUR DES HYBRIDES AUX ESPECES SOUCHES Question 1 : génotypes et proportion des plants produits par autofécondation d hybrides

Plus en détail

STOCKAGE DES REACTIFS...

STOCKAGE DES REACTIFS... PROTOCOLE DÉTAILLÉ 1. INTRODUCTION. page 2 2. COMPOSITION DU KIT.. page 2 3. STOCKAGE DES REACTIFS... page 2 4. EQUIPEMENTS ET MATERIELS REQUIS (NON FOURNIS DANS LE KIT).. page 3 5. PRECAUTIONS D EMPLOI...

Plus en détail

INSTRUMENTATION ET MÉTHODES

INSTRUMENTATION ET MÉTHODES INSTRUMENTATION ET MÉTHODES * Gélose nutritive en Pétri (EMD) * Plateau (transport) * Anse de platine (petite et moyenne) * Brûleur et briquet * Bouillon stérile (BP) * Tubes pour milieu de culture en

Plus en détail

LA GENITIQUE BACTERIENNE

LA GENITIQUE BACTERIENNE LA GENITIQUE BACTERIENNE I- INTRODUCTION Les caractères d un individu ou d une cellule sont transmis de génération en génération, on dit qu ils sont héréditaires. Ces caractères sont stables mais de temps

Plus en détail

Bactériologie L3. CAPTURE DE PHAGES

Bactériologie L3. CAPTURE DE PHAGES Bactériologie L3. CAPTURE DE PHAGES 2. INTRODUCTION 2.1. Contexte théorique 1. OBJECTIFS - Isoler des phages d E. coli de l environnement. - Effectuer un dénombrement par dilutions en série. - Utiliser

Plus en détail

Exposé réalisé par: Afrouch Rajae, Hassanaïn Imane,

Exposé réalisé par: Afrouch Rajae, Hassanaïn Imane, Laboratoire de Microbiologie et Biologie Moléculaire Université Mohamed V - Agdal Faculté des Sciences B.P. 1014 - Rabat - MAROC Filière SVI - S6 Module de Génétique et Biologie Moléculaire M21 Elément

Plus en détail

Equipement laboratoire

Equipement laboratoire Français p 1 Accessoire «Microbiologie» Sérénit Version : 9007 Accessoire seul Accessoire en manipulation 1 Objectifs Cet accessoire permet d utiliser avantageusement le bec électrique Sérénit (réf. 701

Plus en détail

Leçon 10 Les suites réelles

Leçon 10 Les suites réelles Leçon 1 Les suites réelles Voici quelques suites de nombres a) 1 5,5 1 14,5 19 etc. b) 1 3 9 27 81 etc. c) 1 15 155 1555 15555 etc. Pour décrire ces suites, nous leur donnons des noms : (u n ) ou (v n

Plus en détail

Collège Calvin. Cours de Biologie 2 DF

Collège Calvin. Cours de Biologie 2 DF 2BI-dr Cours de Biologie 2 DF La biologie Le terme biologie est composé de deux mots d origine grecque: bios (la vie) et logos (l étude). Ce mot a été défini à la fin du XVIIIème siècle par le naturaliste

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Chapitre 2 : localisation de l information génétique

Chapitre 2 : localisation de l information génétique Chapitre 2 : localisation de l information génétique DEFINITION : Information génétique = ensemble des informations qui déterminent les caractères héréditaires des individus. Où se situe l information

Plus en détail

20 : Les bactériophages

20 : Les bactériophages 20 : Les bactériophages Les bactériophages (également dénommés phages) sont des virus qui infectent spécifiquement les bactéries. Ils ont été décrits pour la première fois par un chercheur anglais, Frederick

Plus en détail

ÉPREUVE PRATIQUE DE SVT-BIOTECHNOLOGIES SOUS-EPREUVE DE BIOTECHNOLOGIES

ÉPREUVE PRATIQUE DE SVT-BIOTECHNOLOGIES SOUS-EPREUVE DE BIOTECHNOLOGIES ÉPREUVE PRATIQUE DE SVT-BIOTECHNOLOGIES SOUS-EPREUVE DE BIOTECHNOLOGIES Le sujet comporte 7 pages numérotées de 1 à 7. Le temps prévu pour la réalisation du sujet est de 1h30. Aucun document n est autorisé.

Plus en détail

Sciences et technologies 8 e L organisation de la vie et les technologies Évolution et hérédité

Sciences et technologies 8 e L organisation de la vie et les technologies Évolution et hérédité Sciences et technologies 8 e L organisation de la vie et les technologies Évolution et hérédité Des biologistes supposent que les êtres vivants actuels sont tous issus d une forme de vie primitive, apparue

Plus en détail

Leçon n 10 Les statistiques en Seconde

Leçon n 10 Les statistiques en Seconde Leçon n 10 Les statistiques en Seconde Nous en parlons de plus en plus car c est une branche des mathématiques qui a bien poussé ces dernières années. Les statistiques sont utilisées en économie, en sciences

Plus en détail

Microbiologie BIOL La génétique microbienne: les mécanismes de la variation génétique

Microbiologie BIOL La génétique microbienne: les mécanismes de la variation génétique Microbiologie BIOL 3253 La génétique microbienne: les mécanismes de la variation génétique Reproduction sexuée et asexuée Contrairement aux organismes eucaryotes, les procaryotes n effectuent pas de reproduction

Plus en détail

Rapport de biologie : mutagenèse par l UV

Rapport de biologie : mutagenèse par l UV Rapport de biologie : mutagenèse par l UV But : Ce laboratoire a pour but de mettre en évidence l effet néfaste des rayons ultraviolets sur l ADN. Nous utilisons pour cela des levures modifiées génétiquement

Plus en détail

Mathématiques appliquées aux sciences sociales - Algèbre matricielle -

Mathématiques appliquées aux sciences sociales - Algèbre matricielle - CHAPITRE 4 LE RANG D UNE MATRICE... 2 I DEFINITIONS... 2 A Définition des sous-matrices... 2 B Définition du rang d une matrice... 3 II FORME NORMALE OU CANONIQUE D UNE MATRICE... 4 A Le principe... 4

Plus en détail

SY09 Rapport TP2 : Analyse factorielle d un tableau de distances, classification automatique

SY09 Rapport TP2 : Analyse factorielle d un tableau de distances, classification automatique UNIVERSITÉ DE TECHNOLOGIE DE COMPIÈGNE SY09 Rapport TP2 : Analyse factorielle d un tableau de distances, classification automatique CUNI Frédéric 21 avril 2015 Objectifs du TP : Le but de ce TP est l application

Plus en détail

Notre organisme face à l'environnement : le risque infectieux

Notre organisme face à l'environnement : le risque infectieux Notre organisme face à l'environnement : le risque infectieux! PLAN 1 Le risque infectieux A) Les micro-organismes organismes microscopiques très divers : les plus fréquents sont les bactéries et les virus

Plus en détail

GENETIQUE BACTERIENNE

GENETIQUE BACTERIENNE 3eme année médecine 2015-2016 GENETIQUE BACTERIENNE Dr LOUAIL/OUKID 1 OBJECTIFS DU COURS Connaitre l'object d étude de la génétique bactérienne. Définir la mutation et cité ces propriété,et ces conséquences

Plus en détail

Si seul le diviseur est multiplié par un nombre n, le quotient est divisé par n.car a=bxq or (nb)x n

Si seul le diviseur est multiplié par un nombre n, le quotient est divisé par n.car a=bxq or (nb)x n CORRECTION DES EXERCICES SUR MULTIPLICATION DIVISION Exercice 1 Le plus petit nombre entier positif obtenu en poursuivant de la même manière cette suite de soustractions est le reste de la division euclidienne

Plus en détail

FEUILLE REPONSE A RENDRE AVEC LA COPIE : NOM : PARTIE 1 : MAITRISE DES CONNAISSANCES QCM : 8 points

FEUILLE REPONSE A RENDRE AVEC LA COPIE : NOM : PARTIE 1 : MAITRISE DES CONNAISSANCES QCM : 8 points FEUILLE REPONSE A RENDRE AVEC LA COPIE : NOM : PARTIE 1 : MAITRISE DES CONNAISSANCES QCM : 8 points 1. Une mutation décalante par délétion est une mutation qui : enlève un nucléotide de l ARN messager

Plus en détail

TP 10 Initiation à la culture cellulaire. (Mise en place d une primo culture)

TP 10 Initiation à la culture cellulaire. (Mise en place d une primo culture) TP 10 Initiation à la culture cellulaire. (Mise en place d une primo culture) Les objectifs : - Apprendre à gérer un poste de travail sous PSM. - Connaître le fonctionnement d un PSM et d une hotte à flux

Plus en détail

BIOLOGIE BIOLOGIE SUJET. I. QUESTIONS À CHOIX MULTIPLE OU À COMPLÉTER (13 points sur 20)

BIOLOGIE BIOLOGIE SUJET. I. QUESTIONS À CHOIX MULTIPLE OU À COMPLÉTER (13 points sur 20) durée Durée : 2 heures. heures. SUJET I. QUESTIONS À CHOIX MULTIPLE OU À COMPLÉTER (13 points sur 20) Veuillez reporter sur votre copie d'examen le numéro de la question et répondez de façon précise en

Plus en détail

Chapitre VI : Génétique Bactérienne

Chapitre VI : Génétique Bactérienne Chapitre VI : Génétique Bactérienne La biologie moléculaire est née dans les laboratoires de microbiologistes étudiant des virus et des bactéries telles que E.coli. Ce sont des expériences avec des virus

Plus en détail

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation

Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation Partie II : Pratique du raisonnement scientifique et argumentation Exercice 2 : Résistance au SIDA (5 points) Certaines personnes régulièrement exposées au virus du sida (VIH) ne développent pourtant pas

Plus en détail

Connaissances et compétences visées. Vocabulaire. Activités suggérées

Connaissances et compétences visées. Vocabulaire. Activités suggérées L'élève doit savoir : Connaissances et compétences visées Savoir caractériser un solide. Appliquer les formules de volume pour des formes simples. Connaître les différentes unités et les convertir entre

Plus en détail

On cherche à déterminer si un même traitement utilisant l'antibiotique «A» sera adapté à ces deux malades.

On cherche à déterminer si un même traitement utilisant l'antibiotique «A» sera adapté à ces deux malades. TP7 : Variation génétique bactérienne et résistance aux antibiotiques Mise en situation et recherche à mener Deux personnes «X1» et «X2» présentent exactement les mêmes symptômes d'une maladie infectieuse.

Plus en détail

Mathématiques appliquées 30. Projet à l intention des élèves : Applications des fonctions exponentielles

Mathématiques appliquées 30. Projet à l intention des élèves : Applications des fonctions exponentielles Mathématiques appliquées 30 Projet à l intention des élèves : Applications des fonctions exponentielles Septembre 2003 Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination

Plus en détail

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40.

La mucoviscidose est une maladie génétique fréquente, provoquée par la mutation d un gène qui est présent sous cette forme chez une personne sur 40. CHAPITRE 5 : Variation génétique et santé (Le patrimoine génétique et le développement d une maladie ; les variations du génome et le développement d une maladie) Introduction : Le phénotype d un individu

Plus en détail

Partie C: protection de l organisme. Cours téléchargeable en ligne à l adresse:

Partie C: protection de l organisme. Cours téléchargeable en ligne à l adresse: Partie C: protection de l organisme Cours téléchargeable en ligne à l adresse: http://marina.miori.free.fr Introduction Dans notre environnement, vit une multitude de microbes (ou microorganismes) invisibles

Plus en détail

Exercices sur la sélection naturelle : corrigé

Exercices sur la sélection naturelle : corrigé 1 Exercices sur la sélection naturelle : corrigé 1/ Lisez le document suivant : a/ Quelle relation semble exister entre la couleur des phalènes et leur milieu de vie? En milieu rural, la phalène est de

Plus en détail

Antibiotique - Antibiorésistance

Antibiotique - Antibiorésistance Antibiotique - Antibiorésistance Bactérie - Antibiotique Résistances antibiotiques Aliment médicamenteux Bactéries Le corps humain est composé (ordre de grandeur): 10 13 à 10 14 cellules animales de plus

Plus en détail

Étude de cas. Myriam Maumy-Bertrand. 27 septembre IRMA, UMR 7501, Université de Strasbourg

Étude de cas. Myriam Maumy-Bertrand. 27 septembre IRMA, UMR 7501, Université de Strasbourg Étude de cas IRMA, UMR 7501, Université de Strasbourg 27 septembre 2013 Ce chapitre s appuie essentiellement sur le livre : 2 ème partie Théorie de l estimation Sommaire 1 Introduction 2 3 4 5 6 Le problème

Plus en détail

Le corps noir. 1-La loi de Wien

Le corps noir. 1-La loi de Wien Le corps noir Faculté des Sciences Physique Prénom Nom, Prénom Nom et Prénom Dans le cadre du Printemps des Sciences ayant cette année pour thème «la lumière», nous avons élaboré deux expériences portant

Plus en détail

Baccalauréat ST2S Métropole 8 septembre 2016

Baccalauréat ST2S Métropole 8 septembre 2016 Correction Baccalauréat ST2S Métropole 8 septembre 2016 une calculatrice est autorisée XRCIC 1 6 points Les périodes hivernales sont propices au développement de deux maladies : la gastro-entérite et la

Plus en détail

«Des pilules contre tous les microbes?» est un programme communautaire sur l utilisation judicieuse des antibiotiques.

«Des pilules contre tous les microbes?» est un programme communautaire sur l utilisation judicieuse des antibiotiques. «Des pilules contre tous les microbes?» est un programme communautaire sur l utilisation judicieuse des antibiotiques. 1 Nous sommes ici aujourd hui pour parler des microbes et de ce que vous pouvez faire

Plus en détail

ADDITION ET MULTIPLICATION

ADDITION ET MULTIPLICATION DES POINTS QUI EXPLOSENT CHAPITRE 3 ADDITION ET MULTIPLICATION La société adore utiliser le système de numération à base dix. Nous allons donc nous concentrer sur une machine pour un certain temps afin

Plus en détail

APPRENDRE A MESURER EN CHIMIE

APPRENDRE A MESURER EN CHIMIE APPRENDRE A MESURER EN CHIMIE L objectif de ce DVD est d être un outil au service du professeur et des élèves dans le cadre des programmes des classes de collège et de lycée pour la mise en oeuvre des

Plus en détail

Les Master-Minds dit aussi Carré Logique

Les Master-Minds dit aussi Carré Logique Les Master-Minds dit aussi Carré Logique Notation : Il est utile d adopter une convention pour noter au fur et à mesure les résultats de ses déductions. Nous vous proposons la suivante à inscrire directement

Plus en détail

LES VOIES DE TRANSMISSION DES INFECTIONS

LES VOIES DE TRANSMISSION DES INFECTIONS LES VOIES DE TRANSMISSION DES INFECTIONS 1 MICRO ORGANIMES (1) LA DOSE INFECTIEUSE Dépend : du nombre de micro-organismes présents de l espèce du micro-organisme de l hôte lui-même du mode de transmission

Plus en détail

Le calcul de l émission brute de l ammoniac se fait, comme l indique l EARL Bridault-Chevalier, à partir du tableau ci-dessous :

Le calcul de l émission brute de l ammoniac se fait, comme l indique l EARL Bridault-Chevalier, à partir du tableau ci-dessous : Dans le projet présenté par L EARL Bridault-Chevalier, le calcul de l émission brute de l ammoniac est erroné, aboutissant à une minoration conséquente de cette émission polluante. L énormité de l origine

Plus en détail

Corrigé du TD Dénombrements Bactériens

Corrigé du TD Dénombrements Bactériens Corrigé du TD Dénombrements Bactériens Introduction : Dénombrer les bactéries = donner le nombre de bactéries par unité de volume, très souvent par ml de culture analysée. Différentes applications du dénombrement

Plus en détail

KIT OBSERVATION DE CELLULES REF : KOBS A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée en page 2

KIT OBSERVATION DE CELLULES REF : KOBS A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée en page 2 KIT OBSERVATION DE CELLULES REF : KOBS : 0033 (0)169922672 : 0033 (0)169922674 : www.sordalab.com @ : sordalab@wanadoo.fr A RECEPTION DU COLIS : Vérifier la composition du colis indiquée en page 2 Stockage

Plus en détail

Magie mathématique. - Au voleur - Comment faire le tour de magie BUT : Trouver le chiffre «volé» par le spectateur.

Magie mathématique. - Au voleur - Comment faire le tour de magie BUT : Trouver le chiffre «volé» par le spectateur. Magie mathématique - Au voleur - Matériel : 1 ardoise 1 crayon effaçable Plusieurs cartons avec les chiffres de 1 à 9 BUT : Comment faire le tour de magie Trouver le chiffre «volé» par le spectateur. TOUR

Plus en détail

Q & A Polio Mars 2016

Q & A Polio Mars 2016 Q & A Polio Mars 2016 C est quoi la polio? La poliomyélite (polio) est une maladie infectieuse provoquant une paralysie définitive. Il n existe pas de traitement et la vaccination est le seul moyen de

Plus en détail

CHAPITRE 3 : NUTRITION ET CROISSANCE MICROBIENNE. I) Les besoins nutritifs

CHAPITRE 3 : NUTRITION ET CROISSANCE MICROBIENNE. I) Les besoins nutritifs CHAPITRE 3 : NUTRITION ET CROISSANCE MICROBIENNE I) Les besoins nutritifs La nutrition est un paramètre permettant l étude de bactéries. Leurs sources sont variables dans la nature, on peut observer des

Plus en détail

Chap.2 : Les chromosomes et l information génétique

Chap.2 : Les chromosomes et l information génétique Chap.2 : Les chromosomes et l information génétique Les acquis : Chaque individu présente les caractères de l'espèce avec des variations qui lui sont propres. C'est le résultat de l'expression de son programme

Plus en détail

Chapitre D. (ancien programme) (Nouveau programme)

Chapitre D. (ancien programme) (Nouveau programme) Chapitre D LA COMPLEXITE DES RELATIONS ENTRE GÈNES, PHÉNOTYPES ET ENVIRONNEMENT (ancien programme) DES GENES A LA REALISATION DES GENOTYPES (Nouveau programme) 1 Au cours du Chapitre A, nous avons vu que

Plus en détail

TD4 Microbiologie. 1. Transfer d'adn d'une cellule donneuse à une cellule receveuse par un bactériophage: c. transduction

TD4 Microbiologie. 1. Transfer d'adn d'une cellule donneuse à une cellule receveuse par un bactériophage: c. transduction # Andrew Tolonen (atolonen@genoscope.cns.fr) # mars 2014 TD4 Microbiologie Exercice 1: Associez les termes proposés aux définitions des questions. a. conjugaison b. transcription c. transduction d. transformation

Plus en détail

1- CHOIX DE LA METHODE DE DOSAGE

1- CHOIX DE LA METHODE DE DOSAGE 64 1- CHOIX DE LA METHODE DE DOSAGE Le principe du dosage microbiologique des antibiotiques est le meme quelque soit l antibiotique à doser, mais la méthodologie varie d un antibiotique à l autre. En effet,

Plus en détail

Cryoscopie. Chimie Physique I ... Etudes des propriétés colligatives dans le cas d un abaissement cryoscopique. 17 novembre 2004

Cryoscopie. Chimie Physique I ... Etudes des propriétés colligatives dans le cas d un abaissement cryoscopique. 17 novembre 2004 17 novembre 2004. Chimie Physique I Victor De Almeida Soheila Emamzadah dealmev0@etu.unige.ch Tél : 076 / 422.20.36 078 / 859.80.27 Cryoscopie.......... Etudes des propriétés colligatives dans le cas d

Plus en détail

THEME 2 : STABILITE ET VARIABILITE DES GENOMES ET EVOLUTION ROC. Liban 2011

THEME 2 : STABILITE ET VARIABILITE DES GENOMES ET EVOLUTION ROC. Liban 2011 THEME 2 : STABILITE ET VARIABILITE DES GENOMES ET EVOLUTION Leçon 3 : Méiose et Fécondation participent à la variabilité des individus ROC Liban 2011 Montrer comment la méiose est à l'origine de la diversité

Plus en détail

Introduction Rôle du laboratoire fondamental dans le choix d'une thérapeutique antibiotique Condition: isolement et identification de la bactérie incr

Introduction Rôle du laboratoire fondamental dans le choix d'une thérapeutique antibiotique Condition: isolement et identification de la bactérie incr REALISATION DE L ANTIBIOGRAMME Dr Roughyatou Ka Introduction Rôle du laboratoire fondamental dans le choix d'une thérapeutique antibiotique Condition: isolement et identification de la bactérie incriminée

Plus en détail

Séance 2 Cellule eucaryote et cellule procaryote

Séance 2 Cellule eucaryote et cellule procaryote Séance 2 Cellule eucaryote et cellule procaryote Activité 1 Caractéristiques des cellules eucaryotes et procaryotes Observer et caractériser les cellules eucaryotes et procaryotes. Cellule eucaryote Cellule

Plus en détail

QCM. Niveau : Troisième. Thème : Diversité et unité des êtres humains

QCM. Niveau : Troisième. Thème : Diversité et unité des êtres humains QCM Niveau : Troisième Thème : Diversité et unité des êtres humains Pour chaque question, il vous est donné quatre propositions A, B, C et D. Plusieurs propositions peuvent être exactes. Répondez en entourant

Plus en détail

Les bactéries et leurs moyens de communication

Les bactéries et leurs moyens de communication Les bactéries et leurs moyens de communication ULB Faculté de Médecine Département de Sciences Biomédicales Henrot Charlotte, Widomski Cyperian,Metz Candice, Nzemo Andy, Poncelet Antoine,Tchakounang Vanessa,

Plus en détail

PARTIE 3 : CORPS HUMAIN ET SANTE CH7 : VARIATION GENETIQUE ET SANTE (3 A 4 S.) I. LA MUCOVISCIDOSE, UN EXEMPLE DE MALADIE GENETIQUE :

PARTIE 3 : CORPS HUMAIN ET SANTE CH7 : VARIATION GENETIQUE ET SANTE (3 A 4 S.) I. LA MUCOVISCIDOSE, UN EXEMPLE DE MALADIE GENETIQUE : I. LA MUCOVISCIDOSE, UN EXEMPLE DE MALADIE GENETIQUE : Comment expliquer l origine d une maladie génétique récessive? ex : la mucoviscidose. Site de référence : Les SVT et moi, activité 1 livre p 320,

Plus en détail

Escherichia coli, définition, épidémiologie des résistances. Zahar JR. K Moumile. Service de microbiologie hygiène, CHU Necker Enfants malades.

Escherichia coli, définition, épidémiologie des résistances. Zahar JR. K Moumile. Service de microbiologie hygiène, CHU Necker Enfants malades. Escherichia coli, définition, épidémiologie des résistances. Zahar JR. K Moumile. Service de microbiologie hygiène, CHU Necker Enfants malades. Escherichia coli est l une des espèces bactérienne les plus

Plus en détail

Programme Séance Notion construite

Programme Séance Notion construite 1 2 Programme Séance Notion construite L organisme est constamment confronté à la possibilité de pénétration de microorganismes (bactéries et virus) issus de son environnement. Comment les microorganismes

Plus en détail

A RECEPTION DU COLIS :

A RECEPTION DU COLIS : Page 1/7 Kit effet des mutations sur le métabolisme Réf. MMAH A RECEPTION DU COLIS :! Vérifier la composition du colis indiquée! Stockage : Stocker les milieux de culture à +4 C (conservation 6 mois) Stocker

Plus en détail

Impact des radiations ionisantes sur une bactérie et son évolution

Impact des radiations ionisantes sur une bactérie et son évolution Impact des radiations ionisantes sur une bactérie et son évolution P. Micheau, A. Taravaud, G. Warrot, T. Hindré, M. Zampaolo, D. Sarramia V. Breton, L. Maigne, Thématique de recherche PCSV Créer un modèle

Plus en détail

LES ANTIBIOTIQUES AMIS OU ENNEMIS?

LES ANTIBIOTIQUES AMIS OU ENNEMIS? LES ANTIBIOTIQUES AMIS OU ENNEMIS? ICAFOC - Janvier 2003 Que sont les antibiotiques? Microorganismes (champignons, bactéries) Molécules antibiotiques Virus Bactéries Classification en 7 groupes Classification

Plus en détail

MUTAGÉNÈSE CHEZ UNE SOUCHE DE LEVURE

MUTAGÉNÈSE CHEZ UNE SOUCHE DE LEVURE THÈME : Universalité et variabilité de la molécule d'adn Niveau : Seconde MUTAGÉNÈSE CHEZ UNE SOUCHE DE LEVURE EXTRAIT DU BO: "La séquence des nucléotides au sein d'un gène constitue un message." Les allèles

Plus en détail

Leçon N 8 : La fonction ln (Logarithme népérien)

Leçon N 8 : La fonction ln (Logarithme népérien) Leçon N 8 : La fonction ln (Logarithme népérien) Dans les dernières leçons, nous allons voir des fonctions nouvelles qui seront utilisées dans les problèmes de BAC. La première est le logarithme népérien

Plus en détail

QUESTION. CE QUE NOUS PENSONS AVANT L EXPERIENCE Nos mains ne sont pas tachées, ni salies. Oui, elles sont propres!

QUESTION. CE QUE NOUS PENSONS AVANT L EXPERIENCE Nos mains ne sont pas tachées, ni salies. Oui, elles sont propres! L hygiène Fiche 1 Nos mains sont-elles propres? QUESTION CE QUE NOUS PENSONS AVANT L EXPERIENCE Nos mains ne sont pas tachées, ni salies. Oui, elles sont propres! EXPERIENCE Nous utilisons 3 boites de

Plus en détail

IMMUNITE ET SYSTEME IMMUNITAIRE :

IMMUNITE ET SYSTEME IMMUNITAIRE : IMMUNITE ET SYSTEME IMMUNITAIRE : INTRODUCTION : Quelles sont les différentes sortes de micro-organismes présents dans notre environnement? (Activité 1) Observation microscopique de différents microbes

Plus en détail

Annale : BRASSAGE GENETIQUE ET COMPORTEMENT DES CHROMOSOMES France métropole

Annale : BRASSAGE GENETIQUE ET COMPORTEMENT DES CHROMOSOMES France métropole Annale : BRASSAGE GENETIQUE ET COMPORTEMENT DES CHROMOSOMES France métropole Question : A partir du document et de vos connaissances, expliquer la diversité génétique des individus obtenus au 2 croisement

Plus en détail

Leçon 2 Les probabilités

Leçon 2 Les probabilités Leçon Les probabilités Le champ d application des probabilités est très large. Sciences et économie les utilisent beaucoup. En 1 re ES, il s agit de prendre contact avec le vocabulaire et les techniques

Plus en détail

Fiche d information (grand public)

Fiche d information (grand public) Fiche d information (grand public) Définitions Qu est-ce qu un antibiotique? Les antibiotiques, également appelés médicaments antimicrobiens, sont des médicaments capables d'inhiber la croissance des bactéries

Plus en détail

5. Conditionnement et conservation de l échantillon

5. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet E-IV-5V1 RECHERCHE ET DÉNOMBREMENT DES STAPHYLOCOQUES PATHOGÈNES et/ ou Staphylococcus aureus. FILTRATION SUR MEMBRANE Cette procédure décrit la méthode de recherche et de dénombrement des staphylocoques

Plus en détail

Newsletter Avril 2013

Newsletter Avril 2013 1. Introduction Le thème de ce bulletin d information nous permet de nous concentrer sur les fondements de l élevage : la génétique de base. En effet, que vous le vouliez ou non... c est également la base

Plus en détail

Numération écrite, numération orale avec Th2. VENDEIRA-MARECHAL, Céline, CONNE SIGRIST, François Daniel

Numération écrite, numération orale avec Th2. VENDEIRA-MARECHAL, Céline, CONNE SIGRIST, François Daniel Proceedings Chapter Numération écrite, numération orale avec Th2 VENDEIRA-MARECHAL, Céline, CONNE SIGRIST, François Daniel Reference VENDEIRA-MARECHAL, Céline, CONNE SIGRIST, François Daniel. Numération

Plus en détail

UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc

UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc UNIVERSITE MONTPELLIER II Sciences & Techniques du Languedoc Licence Biologie des Organismes Travaux Pratiques de Physiologie Animale : Détermination du volume sanguin chez le rat Le but de cette séance

Plus en détail

Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques

Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques Mécanismes de résistances des microorganismes aux antibiotiques Dr Gérald Vallet Centre Hospitalier de VERDUN 16èmes Journées Régionales d'hygiène et de Lutte contre les Infections Nosocomiales 12 et 13

Plus en détail

Classification des êtres vivants : notion de systématique bactérienne

Classification des êtres vivants : notion de systématique bactérienne Classification des êtres vivants : notion de systématique bactérienne I_ Pourquoi classer les êtres vivants? Le monde vivant est très diversifié, qu'il soit visible ou microscopique. C'est pourquoi une

Plus en détail

CELLULES GALVANIQUES Emilie Chappuis Bsc1

CELLULES GALVANIQUES Emilie Chappuis Bsc1 Genève, le 11.3.29 Cellules Galvaniques Groupe 9 Laboratoire du 4-6.2.29 CELLULES GALANIQUES Emilie Chappuis Bsc1 chappue1@etu.unige.ch 1.1 Les cellules galvaniques 1. RESUME Potentiel mesuré pour la demi-cellule

Plus en détail

TP 4 : le stockage du glucose dans les organes

TP 4 : le stockage du glucose dans les organes TP 4 : le stockage du glucose dans les organes Mise en situation et recherche à mener La glycémie varie au cours de la journée, au grès des apports de glucose et de son utilisation, mais elle est maintenue

Plus en détail

NUMERATION DÉCIMALE. L enseignement de la désignation des nombres entiers naturels doit prendre en compte les deux systèmes que nous utilisons :

NUMERATION DÉCIMALE. L enseignement de la désignation des nombres entiers naturels doit prendre en compte les deux systèmes que nous utilisons : DIDACTIQUE NUMERATION DÉCIMALE L enseignement de la désignation des nombres entiers naturels doit prendre en compte les deux systèmes que nous utilisons : Le système qui utilise des chiffres, donc écrit

Plus en détail

EXAMEN DE FIN D ÉTUDES SECONDAIRES. 1. Pigmentation du pelage chez les chats (2+2+6 pts.) Session 2016

EXAMEN DE FIN D ÉTUDES SECONDAIRES. 1. Pigmentation du pelage chez les chats (2+2+6 pts.) Session 2016 EXAMEN DE FIN D ÉTUDES SECONDAIRES Session 2016 ÉPREUVE ÉCRITE Branche : Section(s) : C N d ordre du candidat : Date de l épreuve : 23 mai 2016 Durée de l épreuve : 3 heures Question I: Génétique 1. Pigmentation

Plus en détail

Les virus et les bactéries

Les virus et les bactéries Les virus et les bactéries Les bactéries sont des procaryotes. Une cellule procaryote est plus petite et plus simple qu une cellule eucaryote. Les virus sont encore plus petits et plus rudimentaires. Les

Plus en détail

Chapitre 5 : La «sexualité» des bactéries, transferts horizontaux de gènes

Chapitre 5 : La «sexualité» des bactéries, transferts horizontaux de gènes Microbiologie Chapitre 5 : La «sexualité» des bactéries, transferts horizontaux de gènes Partie 1 : La conjugaison I. Introduction : les transferts horizontaux de gènes Chez les organismes supérieurs,

Plus en détail

CARACTERES, PROGRAMME GENETIQUE ET UNICITE DES INDIVIDUS. Fécondation : union spz et ovule = cellule-œuf qui en se divisant donnera 1 individu.

CARACTERES, PROGRAMME GENETIQUE ET UNICITE DES INDIVIDUS. Fécondation : union spz et ovule = cellule-œuf qui en se divisant donnera 1 individu. CARACTERES, PROGRAMME GENETIQUE ET UNICITE DES INDIVIDUS RAPPEL : Test Oral : correction ; Fécondation : union spz et ovule = cellule-œuf qui en se divisant donnera 1 individu. Comment expliquer les ressemblances

Plus en détail