Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 Tabledesmatieres 1 1Introductiongenerale 1.1Contextedel'etude Plandumemoire Lastructuredesalliagesordonnes 2.1Introduction L'elaborationdescouchesmincesd'alliagesordonnes Procedure Equipement CaracterisationstructuraleparrayonsX Lesoscillationsd'intensiteRHEED Leparametred'ordreetsadeterminationparrayonsX LatechniquedesrayonsX Larelaxationdescouchesdefer-palladium Lesmicromaclesobserveesparmicroscopieenchampproche Lesresultatsexperimentaux Lemicroscopeaeettunnel Lemicroscopeaforceatomique Lacongurationmagnetiqued'alliagesordonnes 2.4.3Lasurfacedel'echantillon Introduction Lescyclesd'hysteresis L'eetKerrmagneto-optique Modeles Resultatsexperimentaux...32

2 23.3Lesdomainesmagnetiquesal'equilibre...33 TABLEDESMATIERES 3.3.1Lacongurationetlatailledesdomainesenchampnul-Modeles Lemicroscopeaforcemagnetique Lesdomainesmagnetiqueshorsd'equilibre Lesdomainesmagnetiquesal'equilibre-Resultatsexperimentaux Lanucleationdesdomainespendantlacroissance Resultatsexperimentaux L'evolutionversl'equilibre Ladistributiondesdistancesobtenuepartraitementd'images44 4Lesechantillonsobtenusenmodecoucheparcouche 3.5Lalimited'ecritureauxtresfaiblesepaisseurs Introduction Caracterisationstructurale Lemodedecroissance\coucheparcouche(temps)" Lacongurationetlatailledesdomainesenchampnul Faibleanisotropieperpendiculaire LesdomainesmagnetiquesobservesparMFM Modelesmagnetiques Lescyclesd'hysteresis Lemodeledelarotationuniforme Lescyclesd'hysteresismesurespareetKerrmagneto-optique Comparaisondestroismethodesemployeespourlamesure descyclesd'hysteresis Lescyclesd'hysteresismesuresparVSM SQUID Discussion...72

3 TABLEDESMATIERES 5Proprietesenfonctiondumodedecroissance 3 5.2Laconstanted'anisotropied'ordredeux Introduction L'anisotropiemagnetiquedescouchesmincesdeFePdepitaxiessur 5.3.1LacroissancesurMgO...80 MgO Tdep^ot<350C-Lamiseenordre Coucheparcouche(RHEED) Comparaisondel'ensembledelaseried'echantillonselabores 5.3.4Lacroissancerugueuse ConclusionsurMgO...91 AAnnexes A.2Lafonctionelliptiquesinus-amplitudedeJacobi...97 A.1ResumedequelquesproprietesdesechantillonsdecritsdansceDiplomarbeit...97 A.4ProprietesinteressantesduFePd,duPdetduMgO...99 A.3Listedessymbols...98 A.4.2Lesparametresd le A.4.1LediagrammedephaseduFePdmassif...99 A.4.3AutresproprietesduFePdmassif...100

4 4Tabledesgures TABLEDESFIGURES 1.1Laphasedeplansalternes,L LaphaseL10etlaphase Echantillondeposesurunecouchetampondepalladium Lachambrededep^ot IntensiteRHEEDreechiesurlasurfacedel'echantillonpendantle 2.5Schemadugoniometreutilise...19 codep^otdeferetdepalladiuma350c Courbetheta/deuxthetatypiquedel'echantillonc350=Pd L'eetdelaconvolutiondelaformedelapointeaveclatopographie 2.7Courbed'amplitudeenfonctiondeladistanceparrapportal'echantillon22 2.9ImageparAFMdesmicromacles...24 desurfaceenafm ImageparAFMdesmicromaclesauneepaisseurdecoucheproche 2.11ImagedeSTMsousultravidedesmicromacles...26 del'epaisseurouapparaissentlesmicromacles Airesurlacourbedepremiereaimantationquirepresentel'energie 3.2Cyclesd'hysteresisenchampperpendiculairedel'echantillonc350=Pd32 necessairepouraimanterl'echantillon LacongurationdedomainesenvisageeparKittel Champcoercitifetremanencerelativeenfonctiondel'epaisseurde lacouchepourl'echantillonc350=pd LacongurationdedomainesenvisageeparKaplanetGehring Evolutiondelaphaseenfonctiondeladistancealasurfacede 3.7Schemaexplicatifdumodeentrelace...38 l'echantillon Imagesapresdesaimantation Tailledesdomainesenfonctiondel'epaisseurapresdesaimantation.39

5 TABLEDESFIGURES 3.10Tailledesdomainesenrepresentationsemi-logarithmiqueenfonction Latailledesdomainesapresdesaimantationauxfortesepaisseursen del'inversedel'epaisseurdelacouche Domainesenfonctiondel'epaisseurdelacoucheobservesparMFM.42 fonctiondel'epaisseurdelacouche Etapesdutraitementd'imagesurl'exempledel'imageobtenuea3;8nm Histogrammesobtenussurlesdomainessombres Histogrammesobtenussurlesdomainessombres Tailledesdomainesenfonctiondel'epaisseurdelacouchehorsd'equilibre 3.17RepresentationdeXenfonctiondel'epaisseurdelacouche...50 etal'equilibre Lalimited'ecritureauxfaiblesepaisseurs Lefonctionnementdumodedecroissance\coucheparcouche" Congurationenrubans IntensiteRHEEDetsignald'ouvertureetdefermeturedescachesen fonctiondutempspourl'echantillonc=c(temps)=pd L'epaisseurcritiquecalculeeparSukstanskiietPrimakenfonctionde 4.4Prold'aimantationproposeparKaczer CongurationdedomainesdefermetureproposeeparMurayama...60 l'anisotropiemagnetocristalline TailledesrubansobservesparMFMenfonctiondel'epaisseurdela 4.7RubansparallelesobservesparMFM Cyclesmodelesderotationuniformeadesanglesde0et20duchamp couche Ladenitiondesanglesutilisespourladescriptiondelarotation parrapportalanormaledel'echantillon Cycled'hysteresistypiquepouruneepaisseurinferieureal'epaisseur uniforme Cycled'hysteresistypiquepouruneepaisseursuperieureal'epaisseur critiquemesureparmoke...65 critiquemesureparmoke...65

6 64.13Aimantationquiparticipeausautal'origineenfonctiondel'epaisseur TABLEDESFIGURES 4.14Variationduchampcoercitifenfonctiondel'epaisseurdelacouche.67 delacouchemesureepareetkerrtransverse Cycled'hysteresistypiquepourlesepaisseursh38nmmesurepar 4.16Cyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairemesurespar eetkerrtransverse Cycled'hysteresismesureauSQUIDdansladirectionduchampappliquepourlemorceaud'echantillon VSM Cycled'hysteresismesureauSQUIDperpendiculairealadirection 4.19Representationdel'epaisseurcritiquecalculeeparSukstanskiietPrimaketdesechantillonsc350=Pdetc=c(temps)=Pdenfonctionde duchampappliquepourlemorceaud'echantillon Cyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairepourl'echantillon l'anisotropierelative Domainesdel'echantilloncX=PdobservesparMFM...79 cx=pd EchantillonsepitaxiessurMgO Lescyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairemesure 5.4Labouclederetroactionassocieeaumodedecroissancecouchepar parvsmdel'echantillonc/c(rheed)...83 couche(rheed) Lescyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairedesechantillons 5.7ImagesMFMpourTdep^ot=220Cet350CsurMgO...86 elaboresauxtemperaturesdedep^otinferieuresa350cmesurespar MFM RepresentationdeSukstanskiietPrimakpourlesquatreechantillons 5.8Constantesd'anisotropieenfonctionduparametred'ordrealongue elaboresatdep^ot distance ImageAFMal'airdel'echantillonc510=MgOetprolenhauteurz 5.11ImageAFMsousUHVdel'echantillonc510?=MgO...89 del'echantillonc510=mgo...88

7 TABLEDESFIGURES 5.12Lescyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairedel'echantillon7 5.13ImageMFMdel'echantillonc510=MgO...91 elaboreaunetemperaturededep^otde510cmesureparvsm Constanted'anisotropieenfonctionduparametred'ordrealongue 5.15RepresentationdeSukstanskii[1]pourlesechantillonsdeposeessur MgOetudiesdanscechapitre...93 distance...93 A.1Diagrammedephasebinairedusystemefer-palladium...99

8 8Listedestableaux LISTEDESTABLEAUX 4.1Comparaisondestroismethodesdemesuresemployees Constanted'anisotropieenfonctiondel'epaisseurdelacouchemesuree 4.3Resumedesproprietesobtenuesapartirdestroismethodesemplyees parvsm Directionsdefacileaimantationenfonctiondesconstantesd'anisotropie pourlamesuredescyclesd'hysteresis Constantesd'anisotropied'ordreunetdeuxpourtroisechantillons dedierentsdegresd'ordremesureesparlamethodedesaires...78 d'ordreunetdeux Parametred'ordredesechantillonsenfonctiondelatemperaturedu 5.3LaseriedeseptechantillonselaboressurMgOpourl'etudepresentee substratpendantledep^ot...83 danscechapitre Anisotropieenfonctiondelatemperaturededep^otdesechantillons 5.6Constantesd'anisotropieenfonctiondumodedecroissance...92 elaboresauxtemperaturesdedep^otinferieuresetegalesa350c mesureeparvsm...85

9 1 Introductiongenerale 9 Lesmateriauxmagnetiquespresententuneanisotropiedeformed'echantillon.Pour 1.1 Contextedel'etude lesechantillonsenformedecouchesminces,ceteettendaramenerl'aimantation del'echantillondansleplandelacouche.pourobtenirunaxedefacileaimantation perpendiculaireauplan,ilfautvaincrecetteanisotropiedeforme.lesmateriauxa depetitetaille.aujourd'hui,latailled'unbitestdel'ordredumicron.lataille anisotropieperpendiculairesontinteressantscommemediaspourl'enregistrement magnetiqueetmagneto-optique,carilspresententdesdomainesmagnetiquesstables L'aimantationpeut^etreredresseeparl'anisotropiemagnetocristalline.Lesgrenats nanometres. desdomainesal'equilibredansdescouchespeutatteindrequelquesdizainesde lacoucheetonteteetudiessoigneusementpourleuraimantationperpendiculaire. presententuneanisotropiemagnetocristallinequisutaredresserl'aimantationde Aveclapossibilited'elaborerdescouchesmincesepitaxies,desnouvellesfacons devaincrecetteanisotropiedeformeentrentenjeu.pardenitiondel'epitaxie,la couchedeposeecro^tdefaconcoherentesurlesubstrat,m^emesilesdeuxparametres d lenesontpasegaux.lechoixdusubstratpermetdoncd'imposerleparametre d ledansleplandelacouche.cependant,s'ilexisteundesaccordparametrique entrelacoucheetsonsubstrat,lescouchesepitaxieessontsoumisesadescontraintes. anisotropieperpendiculaire:l'eetmagneto-elastiquedevolume,l'anisotropied'interfacequipresentedeuxtermes,l'unlieauxcontraintesepitaxiales,etl'autre Liu[2]apumontrerqu'undep^otdequelquescouchesatomiquesdeFesurCu presenteuneanisotropieperpendiculairedufaitdel'anisotropied'interface.dans independantdescontraintes. Ceciconduit,danslescouchesmincesepitaxiees,ad'autresoriginespossiblesd'une magnetostrictiondevolumeredressel'aimantation[3].undep^otdecosurau(111) presenteuneanisotropieperpendiculairepouruneautreraison:unenouvellephase lesystemecu=ni=cu,uneanisotropied'interfaceeleveelieeauxcontraintesetla afacescentrees[4].cettephaseeststabliliseeparlescontraintesepitaxiales.pour tombedansleplandelacouchecarlaphasehexagonaledumassifappara^t,puis ducoestproduitequin'estpasstabledanslemateriaumassif-laphasecubique auxepaisseursencorepluselevees,l'anisotropiemagnetocristallinedecettephase hexagonaleredresseunepartiedel'aimantation[5]. lesdep^otsdecosuperieursaquelquescouchesatomiques,l'axefaciledumateriau dep^otsplusepaisonteteetudiespourleuranisotropieperpendiculaire(parexemple Desmulticouches,quipermettentdemaintenirunfortpoidsdesinterfacespourdes couches\ultimes"correspondentadesalliagesordonnes.cependantlareduction defeparexempleetunecoucheatomiquedept[7]onteteelabores.cesmultifaces,desmulticouchesaperiodededeuxcouchesatomiques,unecoucheatomique lesmulticouchesdecopt[6]).pouraugmenteraumaximuml'inuencedesinter-

10 delaperiodedesmulticouchesnecessitedesnouvellesmethodesd'elaboration.en 10 1INTRODUCTIONGENERALE epitaxieparjetsmoleculaires(molecularbeamepitaxy-mbe),chaqueinterface estcritiquepourlesmulticouchesaperiodededeuxcouchesatomiques. creeelorsdudep^otestsusceptibled'introduiredudesordredanslescouches.ceci z y Danslediagrammedephasebinairedusystemefer-palladium(annexeA.4.1),une noiretlesatomesdepalladiumsontrepresentesengrisclair. Fig.1.1:Laphasedeplansalternes,L10.Lesatomesdefersontrepresentesen x AuCu(I),existe(gure1.1).Engeneral,lorsdelafabricationdecetalliagesans phasedeplansalternesdeferetdepalladium,enmetallurgieappeleel10ou precautionsparticulieres,aucunedestroisdirectionsdel'espacen'estfavorisee,et unecoucheisotropeestcreeeparmelangedestroisvariantsdecettestructure:il plansdeferoudepalladiumsuitlesdirectionsx,yetz,cesontlestroisvariants. L'epitaxieparjetsmoleculairesparcontre,permetlafabricationd'unseulvariant, estpossibledetrouverdeszonesdansl'echantillonouladirectiond'empilementdes couche.(danscerapport,l'axeperpendiculairealacoucheseradenommez.) celuidontladirectiond'empilementdesplansestsuivantz,perpendiculaireala redressel'aimantation[8].cecinouspermetd'obteniruneanisotropieperpendiculairedansunegrandegammed'epaisseuretenparticulier,d'etudierlaconguratiomainesonteteetudiespargehanno[9]au-dessusd'uneepaisseurdecouchede5nm. desdomainesperpendiculairesquiresultentdel'anisotropieperpendiculaire.cesdo- Pourcompletercetteetude,nousnousinteressonsauxproprietesdecesdomaines auxtresfaiblesepaisseurs.auxepaisseurstresfaibles,l'equilibredelaconguration horsequilibrequin'avaientpu^etreobservesjusqu'apresent. magnetiqueestdicilementatteint.cecinouspermetd'observerdesetatsfortement Cettephase(L10)estconnuepouravoiruneanisotropiemagnetocristallineforte,qui epitaxieparjetsmoleculaires.ellenepresentepasd'anisotropieuniaxiale[10].il stableauxtemperatureselevees.cettephasepeutegalement^etrestabliliseepar L'alliagedeconcentration50=50defer-palladiumpresenteunephasedesordonnee estaussipossibledefabriquerdesalliagesd'ordreintermediaireetilestdoncessentielpournousdecontr^oleraumieuxledegred'ordrechimiquedansnoscouches.

11 Nousnousinteressonsal'anisotropiemagnetocristallineenfonctiondudegred'ordrechimiquedesalliages.Est-cequ'ilestpossibledereliersimplementlavaleurde l'ordrealonguedistancedesplansdeferetdepalladiumpurs? l'anisotropiemagnetocristallineaudegred'ordredansnoscouches?quelordrecree l'anisotropiemagnetocristalline,l'ordrelocaldespremiersvoisinsdanslamailleou 1.2Plandumemoire 11 etudiees.pourcontribueralaconnaissanceplusprofondedelastructuredescouches Labasedecetteetudeestlaconnaissancedelastructuredescouchesminces 1.2 Plandumemoire epitaxieesd'alliagesordonnes,nousavonseectueuneetudedelarelaxationde decrochementalasurface,cequinousapermisdelesvisualiserparmicroscopiea cescouches.cescouchesrelaxentparintroductiondemicromaclesquilaissentun etudedesdomainesmagnetiquesal'equilibre,etnousmontronsquelamemoire enfonctiondel'epaisseurdelacouche.auchapitretrois,nouspresentonsune Nousabordonsensuitel'etudedelacongurationmagnetiquedesalliagesordonnes forceatomique.cetteetudeserapresenteedanslechapitredeux. quegardelacoucheduprocessusdecroissance,permetl'observationdedomaines etudedeceslms,quipresententunordreinferieuraceluidescouchesdeposeesa descouchesatomiquesdeselementsferetpalladiumpur.nousallonspresenterune horsd'equilibre. L'epiaxieparjetsmoleculairesnouspermetegalementdedeposersuccessivement temperaturedesubstratelevee. Puisnousaborderonsl'etudedesalliagesmoinsbienordonnesenfonctiondumode desalliagesdeposessurunsubstratd'oxydedemagnesiumpourdierentsdegres decroissance.lechapitrecinqseradediealacomparaisondesproprietesmagnetiques d'ordre,l'epaisseurdecoucheetantxe.

12 12 2 Lastructuredesalliagesordonnes 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES Nousnoussommesproposesd'elaborerparepitaxieparjetsmoleculairesdesechantillons 2.1 defer-palladiumdelaphasel10formeedeplansalternesdeferpuretdepalladiumpur.lediagrammedephasedusystemefer-palladium(voirannexea.4.1) destemperaturesinferieuresa600c.auxtemperaturespluselevees,laphase deferetdepalladiumsurlessitesdureseaucubiqueafacescentrees. Introduction nousmontreque,alaconcentration0;5=0;5,cettephaseestlaplusstablepour desordonnee,eststable.cettephasepresenteunerepartitionaleatoired'atomes c a elementschimiquesdanslaphaseestrepresenteengrismoyen. atomesdepalladiumsontrepresentesengrisclair.lemelangealeatoiredesdeux Fig.2.1:LaphaseL10etlaphase.Lesatomesdefersontrepresentesennoir,les a a a CommeilestpossibledestabiliserlaphaseL10ainsiquelaphaseparepitaxie a parjetsmoleculairesetcommenousnousinteressonsaulienentrelesproprietes structuralesetmagnetiques,ilestessentielpourcetteetudedeconna^treaumieux contribueralaconnaissanceplusprofondedel'ordre,nousallonsetudierundefaut l'etatd'ordredenoscouches,etquelsdefautsysontpresent.danscechapitre,pour particulier,quiappara^tm^emedanslesalliagesordonnes,lesmicromacles Equipement L'elaborationdescouchesmincesd'alliagesordonnes electroniqued'unecibleal'aided'uncanonaelectrons.leselectronssontacceleres L'epitaxieparjetsmoleculaires(molecularbeamepitaxy-MBE)estbaseesurl'utilisationd'unuxd'atomesenregimeballistique,anqu'ilssedeposentdefacon coherentesurunsubstrat.dansnotrecas,ceuxestcreeparlebombardement parunehaute-tension,etdirigessurlacibleparunchampmagnetique.notreb^ati dembe(fourniparriber-gure2.2)estequipededeuxevaporateursabombardementelectroniquesquipermettentl'evaporationsimultaneededeuxelements.pour

13 2.2L'elaborationdescouchesmincesd'alliagesordonnes obtenirl'epitaxiedecouchespropres,ilestimportantd'abaisserlapressiondans 13 l'enceintejusqu'al'ultravide(uhv-10?7pa),carsinonlapollutiondelasurface pendantledep^otparlesatomesetmoleculesdugazresiduelseraittropimportante. Leuxd'atomesballistiquesvientsurl'echantillonsuivantlem^emeangle(20)que celuivuparunebalanceaquartzquimesurelesuxatomiques. Danslachambrededep^ot,unfour,montesurleporte-echantillon,nouspermet d'augmenterlatemperaturedusubstratpendantledep^ot.sousuhv,l'equilibre Unfaisceaud'electronsRHEED(reectedhigh-energyelectrondiraction)de40kV l'incertitudea30cvers400c. thermiqueestdicilementatteint.latemperaturedusubstratpendantledep^ot estevalueeapartirdelacalibrationcourant/temperaturedufour.nousestimons L'echantillonpeut^etremasqueparuncachepiloteparunmoteurpasapas.Nous peut^etreenvoyesurl'echantillonetlefaisceaureechipeut^etredirigeversunecran uorescent.cettemethodeseraexpliqueedansleparagraphe quelatemperature,laconcentration,etc.quiseproduiraitsinouselaborionsune nouspouvonsminimiserleseetsd'unchangementdesconditionsdedep^ottelles Ceciesttresimportantpourlesetudesenfonctiondel'epaisseurdelacouche,car nousservonsdececachepourfabriquerdesechantillonssousformedecoinsd'epaisseur. seried'echantillons.cecacheesttresprochedel'echantillon(1mm),tandisqueles sourcessontaunedistancede200mm.lazonedepenombreestalorsnegligeable parrapportalatailledel'echantillon.leborddececacheestaligneselonleplan deniparlesdeuxchargesetparl'echantillon,iln'yadoncpasd'eetd'ombre 2.2.2Procedure dierentielle. inferieuresa600c,nouspouvonsespererqu'elleseformespontanementaune D'unepart,commelaphaseL10estlaphased'energielaplusbasseauxtemperatures temperaturequiassureladiusion.d'oul'ideededeposerlesdeuxelementsen m^emetemps[11].d'autrepart,lacaracteristiquedel'epitaxieparjetsmoleculaire estdepouvoirdeterminerleparametred ledelacouchedeposeeparcelui dusubstrat.sionchoisitunsubstratquidiminuelescontraintesdanslaphase ordonneeparrapportalaphasedesordonnee,l'energiedueauxcontraintes,elle aussi,favoriselamiseenordre. Leparametred ledufer-palladiumdesordonne(a=0;380nm[12])estplus petitqueleparametred ledufer-palladiumordonne(tetragonal)dansleplan d leplusprochede0;385nmpourfavoriserlastructureordonnee.dansce (a=0;385nm[8]).ilsutdoncdechoisirunsubstratquipresenteunparametre ants,nousetudieronscependantd'autresmodesdecroissance.cetechantillonsera chapitrenousallonspresenterunechantillonepitaxiesurunsubstratdepalladium nommec-pourcodep^ot,puislatemperaturededep^otenc,et\=pd"pourle (a=0;389nm)aunetemperaturededep^otde350c.dansleschapitressuiv- substrat:c350=pd.gehannoamontrequeparcettemethodedesmonocristauxde fer-palladiumdegrandequalitesontobtenus[13].enparticulier,elleamontrepar

14 14 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES Cache motorisé Manipulateur canon RHEED Four échantillon balance à quartz Ecran fluorescent Cache 20 panneau refroidi évaporateur à bombardement Fig.2.2:Lachambrededep^ot électronique Charges microscopieelectroniqueentransmissionquepourdesdep^otsdefepdentrel'ambianteet350c,lesautresvariantspossiblesnesontpaspresents,c'estadireque z. Noscouchesmincessontdeposeessurdesmonocristauxd'oxydedemagnesium ladirectiond'empilementdesplansdeferetdepalladiumesttoujoursladirection stratsdoivent^etrenettoyessoigneusement,d'abordal'aided'untraitementchim- ique,puisparunrecuitsousultravidepourassurerledegazagedesadsorbats. d'orientation(001)(fournisparearthchemical-japon).l'anglemaximalentrela familledeplansperpendiculairea(001)etlasurfaceestinferieura0;5.cessub- unecouchetampondepalladium.cettecouchedoit^etresusammentepaissepour relaxertouteslescontraintesquiviennentdudesaccordparametriqueentrelemgo Dansunpremiertemps,unecouchedenucleationdechromeestdeposee.Puis environunedemi-heureavantdedeposerlacouched'alliagealatemperaturedesiree. cerecuit,ilestnecessaired'attendrelerefroidissementdel'echantillonpendant etlepd.deplus,pourlisserlasurface,nousrecuisonscettecouchetampon.apres L'echantillonc350=Pdestuncoinavecuneepaisseurvariantde0a110nmsurune depalladiumsurlesechantillons. l'airnousdeposons,apresretouralatemperatureambiante,unecoucheprotectrice couchesurunm^emeechantillon.poureviterl'oxydationdufepdapresremisea longueurde15mm.cecinouspermetd'etudierunegrandegammeenepaisseurde

15 2.2L'elaborationdescouchesmincesd'alliagesordonnes 15 couche de protection de Pd 0-110nm 2nm FePd couche tampon de Pd 100nm 2nm couche de nucléation de Cr epaisseurvarieentre0et110nm. Fig.2.3:Echantillonc350=Pddeposesurunecouchetampondepalladium.Son substrat de MgO 2.2.3Lesoscillationsd'intensiteRHEED Latechnique Nousdisposonsd'unappareillagedediractiond'electronsRHEED.Comptetenu del'angled'incidence(<5)etdel'energiedeselectrons(40kev),lamesureestsensibleuniquementauxpremiersplansatomiques.lareexiondeceselectronsnous n'yapasdemarchessurlasurface,elleestmaximale,siladensitedemarchesest renseignesurl'etatdelasurface:sonintensitedependdeladensitedemarches.s'il nelleparil^otsmonoatomiques,l'intensitedufaisceaurheedreechipresentedes maximale,l'intensitereechieestminimale.pendantunecroissancebidimension- Gehanno[13]aobserveundoublementdelaperiodedesoscillationsdeRHEED oscillations,dontchaqueperiodeestinterpreteecommerelieealavariationdela densitedemarchespendantlacroissanced'unecoucheatomique[14]. indicedelamiseenordredanslastructurel10pendantlacroissance. surcouchetampondepalladiuma350c.cedoublementestinterpretecommeune (parrapportacelleobtenuepouruncodep^otaleatoire)pendantlecodep^otdefepd LesoscillationsRHEEDenregistreespendantlacroissancedel'echantillonc350=Pd sontpresenteesicisurlagure2.4.avantquelesoscillationsproprementdites Resultatsexperimentaux tionestdueaudep^otsurunesurfaceimparfaite. Letempsnecessairealacompletiond'unecoucheatomiquedefer(depalladium debutent,unevariationirregulieredel'intensiterheedestobservee.cettevaria- resp.)aetecalibreauprealableat=6s.pendantlecodep^otdesdeuxelements, l'intensitedufaisceaurheedreechidevraitoscilleravecuneperiodede3s.mais laperioded'oscillationobserveeestde6senviron.

16 16 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES Hu.a.L Fig.2.4:IntensiteRHEEDreechiesurlasurfacedel'echantillonpendantle codep^otdeferetdepalladiuma350c.l'intensiterheedestpresenteeenordonneeenechellearbitraire.lepointzerodel'echelledutempsestchoisidefacon acequ'ilmarqueledebutdudep^ot.lesoscillationspresententuneperiodedouble temps HsL parrapportacelleobtenuepouruncodep^otaleatoire. Nousavonsmesurelaperioded'oscillationplusprecisementpourdeuxinstants: justeapresledebutdudep^otetapresledep^otd'unquartdel'epaisseurtotale d'alliagedeposesurcetechantillon(h25nm).audebutdudep^ot,laperiode del'oscillationestde6;2s.cecipourrait^etred^uauneerreurdeconcentrationde evolueejusqu'a6;1s.cecinouspermetd'estimerl'incertitudesurlaconcentration 3%aumaximum,indiquantqu'undeselements,appelonsle\A",estdeposeen concentrationde47%dansleplusmauvaiscas.laperiodeobserveenerestepas constanteenfonctiondutemps.apresledep^otd'unquartdelacouche,laperiodea del'alliagedeposea5% Leparametred'ordreetsadeterminationparrayonsX CaracterisationstructuraleparrayonsX L'ordrealonguedistancepeut^etrequantieal'aideduparametred'ordre: ouna(b)presenteletauxd'atomesdel'especeaquioccupentlesitedesatomesb danslastructurel10. S=nFe(Fe)?nFe(Pd)=nPd(Pd)?nFe(Pd) (2.1) Ceparametred'ordrepermetdemesurerl'ordrechimiquedelacouched'alliage,par rapportalareferencedudesordredelaphase:pourcettederniere,leparametre d'ordreestde0. Pourfairelelienentrecettedenitiondel'ordrealonguedistanceetl'intensite mesureeparrayonsx,nousconsideronslefacteurdestructure.ilnousdonnedeux

17 2.3CaracterisationstructuraleparrayonsX informations:lesreglesd'existencedesraiesetlavaleurdel'intensitemesureepour 17 lesdierentstypesderaies.alastructuredesalliagesdesordonnesdelaphase s'appliquentlesconditionsd'existencedesraiesdureseaucfc,alastructuredes alliagesordonnesl10s'appliquentlesconditionsdediractiondureseautetragonal abasecentree. alliageordonnealliagedesordonne Lesraiesquisonteteintesdanslastructurechimiquementdesordonnee,maisqui h+k=2n h+k=2n existentdanslastructureordonnee,sontparticulierementinteressantes,carleur h+l=2n intensitepermetdequantierledegred'ordredelacouche.enparticulier,pourles k+l=2n periodicitede1=2danscettedirectiondansl'espacereciproque. raies(00l),ledoublementdelaperiodicitespatialedansladirectionzmeneaune Ilsutd'ecrirelefacteurdestructuredesraiesfondamentalesetdesraiesde surstructurepourobtenirlelienentrel'intensitedesraiesmesureesparrayonsxet S: FFfond=4f0Fee?MFe+f0Pde?MPd2 FFsur=4S2f0Fee?MFe?f0Pde?MPd2 +4f00 Fee?MFe+f00 +4S2f00 Fee?MFe?f00 (2.2) oufx=f0x+if00 pourl'especex,e?mx,estinclut.cettemethodeaeteproposeeparcebollada[11]. Xestlefacteurdediusionatomique.LefacteurdeDebye-Waller (2.3) Ledesordredansnoscouchespeutvenirsoitdudesordred^uaucaracterealeatoire danslechapitre5,soitdedierentstypesdedefauts:lesmicromacles(quiseront duuxincidentquiestintroduitlorsdelacroissancehorsd'equilibre-cedesordre chimiquevientessentiellementd'unetemperaturededep^ottropbasse,etseradiscute 2.3.2Larelaxationdescouchesdefer-palladium discuteesdanscechapitre),lamosaqueetc. elastiqueemmagasineedanslacoucheacausedecescontraintesestproportionnelle Dufaitdelacroissancecoherenteenepitaxie,etdufaitdudesaccordparametrique del'ordrede1%),lescouchesepitaxieessontsoumisesadescontraintes.l'energie al'epaisseurdelacouche.al'epaisseurdecoucheoucetteenergiedevientsuperieure entrelescouchesetlesubstrat(pourfepdsurpdledesaccordparametriqueest al'energiedeformationd'unedislocationquirelaxelescontraintes,lacouchepeut relaxerparintroductiondecedefaut. Lesmetauxenstructurecubiqueafacescentreesglissentsurleursplansdensesf111g parpropagationdedislocations.deuxmecanismesderelaxationonteteobserves:la

18 18 dislocationpeutpresenterunvecteurdeburgersquiestunvecteurdereseau-12[110], 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES ouunefractiond'unvecteurdereseau-16[112].danslederniercas,cesglissements dedislocationspartiellesapparaissentsurdesplansatomiquesf111gsuccessifspour formerunezoneoulastructurecristallographiqueachange,lesmicromacles.ce or([15],[16]). Danslefer-palladiumsurpalladium,Gehanno[17]aobserveparmicroscopieelectronique modederelaxationaeteetudieenparticulierpourlacroissancedel'or-nickelsur atransmissioncederniertypederelaxation.commelesdislocationsquiproduisent lesmicromaclesontunvecteurdeburgersquin'estpasparalleleauplancristallographique(001),cesdislocationslaissentundecrochementalasurfacedel'echantillon, siellesapparaissentensurface. L'epaisseurcritiquedelarelaxationdependfortementduprocessusdenucleation desaccordparametriquequi,lui,dependdelaconcentrationetdelamiseenordre desdislocations,etdoncdelatemperaturededep^ot.elleestegalementfonctiondu del'alliagedepose. Legoniometreutiliseestungoniometreadeuxaxes.L'angled'incidenceestnomme 2.3.3LatechniquedesrayonsX dufaisceauutileestselectionneeparunmonochromateurengraphiteetunsysteme!,l'angleentrelefaisceauincidentetlefaisceaudetecteestnomme2.lefaisceau derayonsxestproduitparbombardementelectroniqued'uneanodeencu,l'energie defentes.lefaisceaudiracteparl'echantillonpassepardesfentesd'analyseetson intensiteestmesureeparledetecteur. Dansl'ensembledecerapport,nousavonseectuetroistypesdemesures: {Lescourbes\theta/deuxtheta",c'estadiredesbalayagesa!=,nous parametred lehorsduplan,c.pourameliorerlaresolutiondesmesures destineesadeterminerlapositionexactedesraiesperpendiculairesalasurface, permettentdesonderladirectionc?del'espacereciproqueetdedeterminerle {Lescartesd'intensitedansl'espacereciproquedesraiesobliquesnouspermettentdeconna^treleparametred ledansleplan,a.Nouseectuonspour celauneseriedebalayages!pourplusieursangles2.laloidebraggnous nousavonsfermelesfentesautantquepossiblesansperdretropd'intensite. {L'integrationdel'intensitetotaledesraiesnouspermetdeconna^treleparametre danslesdeuxdirections,carnousavonssupposeunestructuretetragonale)a permetdecalculerleparametred leparalleleauplan(quiestlem^eme partirdelaposition(!et)delaraie. faconaprendretoutel'intensitedelaraie,toutenevitantlefonddiusetles nousapprochonsledetecteurpourlesmesureretnousouvronslesfentesde d'ordre,s.commelesraiesdenoscouchespresententunecertainelargeur, raiesvoisines.unscande!variableet2xe(\rockingcurve")nouspermet ensuited'integrerlesraies.pourpouvoircomparerl'intensitedesraies(001) a(004),etpourlecalculdes,nousavonsbesoindetenircomptedufacteur

19 2.3CaracterisationstructuraleparrayonsX 19 monochromateur détecteur source fente de divergence fente d analyse ω Fig.2.5:Schemadugoniometreutilise. échantillon 2θ delorentz-polarisationetdel'eetdecouchemince.lesvaleursdesfacteurs dediusionatomiqueonteteextraitesdestablesinternationales.laprecision obtenuesurleparametred'ordreestdel'ordrede0;1.lasensibilitelimite cettemesureadesvaleursdessuperieuresa0;2?0;3(suivantlalargeurdes tellementfaiblesqu'ellesnecessitentdestempsdecomptageeleves. raies),carpourdesdegresd'ordreplusfaibles,lesraiesdesurstructuressont

20 Lesresultatsexperimentaux 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES couche.icinouspresentonsunecourbetypiqueobtenuesurcetechantillon. Nousavonsmesurelescourbes\theta/deuxtheta"enfonctiondel'epaisseurdela Lescourbes\theta/deuxtheta" Nouspouvonsdistinguerlesraies(002)dusubstratdeMgOetdelacouchetampon egalementdistinguerlesraies(002)dupdetdufepd.ceciestd^uaufaitque depalladium.ceciestpossible,carlesparametresd ledesdeuxmateriauxsont LaraieduMgOestnedufaitdesagrandequalitecristalline.Nouspouvons dierentsetcarlepalladiumestrelaxeetadoptesonparametred lenaturel. l'alliageordonnefer-palladiumesttetragonalavecc<a,etdeplusetiresurle quecpd.l'intensiteeleveedelaraiedesurstructure(001)dufer-palladiumestliee substratdoncaplatiselonl'axec.commeilconservelevolumetotaldesamaille, al'ordrechimiqueelevedanscettecouchemince. ildiminuesonparametred lehorsduplanc:cfepdestnettementpluspetit FePd(001)MgO(002)Pd(002) FePd(002) Hu.log.a.L Fig.2.6:Courbetheta/deuxthetatypiquedel'echantillonc350=Pd.Enordonnee Cespectrenouspermetdecalculerleparametred leperpendiculairedel'alliage palladiumestforteacausedelamiseenordredanslastructurel10. nousrepresentonslelogarithmeneperiendel'intensite.laraie(001)dufer- fer-palladium.leparametred ledufer-palladiumn'evoluequetreslegerement enfonctiondel'epaisseurdelacouche.pourlesfaiblesepaisseurs(h<40nm),ilest de0;365nmpouraugmenterjusqu'a0;367nm,savaleurau-dessusdeh=75nm. cependantpossiblequ'elletraduiselarelaxationdecontraintes. Cettevariationestalalimitedelaresolutioninstrumentalequenousestimonsde Nousavonsegalementmesureleparametred ledupalladiumpourverierqu'il legerevariationdelaconcentrationenfonctiondel'epaisseurdelacouche.ilest 0;001nmpourcettelargeurderaie.Lavariationobserveepourrait^etredueaune leparametred ledupalladiumindiquedanslalitterature. Leparametred'ordre abienrelaxe.pourtouteslesmesuresfaitessurcetechantillon,nousavonstrouve q

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz

Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz Anémomètre/Débimètre Massique Thermique TA Vitesse / Débit Air - Gaz Le capteur Massique est idéal pour la mesure de vitesse et de débit d air ou de gaz. Caractéristiques techniques - Mesure de vitesse

Plus en détail

2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 [Nm] 400 380 360 340 320 300 280 260 240 220 200 180 160 140 120 156 PS 143 PS [kw] [PS] 120 163 110 150 100 136 90 122 80 109 70 95 60 82 50 68 40 54

Plus en détail

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette).

Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Les UV ( lampe de Wood, basée sur la fluorescence ultra violette). Ce type de lumière a été découvert en 1801 par Ritten. Après des recherches par Stoke et Schumann entre 1862 et 1903 c'est en fin de compte

Plus en détail

1 2 3 4 5 6 7 9 11 11 B A B A 12 13 [Nm] 370 350 330 310 290 270 250 230 210 190 170 150 130 110 90 140 PS 115 PS 85 PS 70 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 RPM [kw] [PS] 110 150 100 136 90 122 80 109

Plus en détail

1 2 3 4 5 7 9 A B 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 [Nm] 370 350 330 310 290 270 250 230 210 190 170 150 130 110 90 140 PS 100 PS 125 PS 70 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 RPM [kw] [PS] 110 150 100 136

Plus en détail

2 3 4 5 A 6 7 8 9 [Nm] 370 350 330 [kw] [PS] 110 150 100 136 310 290 270 250 230 210 90 80 70 60 122 109 95 82 190 50 68 170 150 40 54 130 110 90 140 PS 100 PS 125 PS 30 20 41 27 70 1000 1500 2000 2500

Plus en détail

1 2 3 4 5 A 7 9 [Nm] 370 350 330 [kw] [PS] 110 150 100 136 310 290 270 250 230 210 90 80 70 60 122 109 95 82 190 50 68 170 150 40 54 130 110 90 140 PS 100 PS 125 PS 30 20 41 27 70 1000 1500 2000 2500 3000

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse)

Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) Equipement de l IS2M (Institut de Sciences des Matériaux de Mulhouse) L'IS2M dispose d'un ensemble permettant de faire de la spectroscopie XPS, cet appareillage comporte deux analyseurs ainsi qu'une chambre

Plus en détail

La révolution des microscopies en champ proche

La révolution des microscopies en champ proche La révolution des microscopies en champ proche Benjamin Grévin CR-CNRS UMR 5819 SPrAM CEA-CNRS-UJF CEA-Grenoble INAC/SPrAM Bactéries 1 à 10 microns Virus 20 à 450nm Rayon des atomes 0.1nm Distances inter-atomiques

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150

Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150 Epreuve de substitution Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150 RBFR / 9 989 161 923 / 06-10-2000 1. Matériel nécessaire 1.1. Contrôle des dimensions de la sonde: - Un pied à coulisse, échelon

Plus en détail

Introduction au Traitement d Images.

Introduction au Traitement d Images. Introduction au Traitement d Images. Andrés Romero Mier y Terán Laboratoire de Recherche en Informatique Université Paris-Sud XI andres.romero@lri.fr September 8, 2013 Acquisition: Capteurs Acquisition:

Plus en détail

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique

Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Caractérisation thermique à haute température de films fins par Radiométrie PhotoThermique Andrea CAPPELLA, Vincent SCHICK, Jean-Luc BATTAGLIA, Andrzej KUSIAK 1/27 Plan de l exposé Matériaux caractérisés

Plus en détail

Informations Techniques UPM Raflatac

Informations Techniques UPM Raflatac 29.05.2009 FRE 385 FLUOR GREEN 22 (code de vente) Papier sans bois revêtu d'une couche fluorescente. 29.05.2009 FRE 372 FLUOR LEMON 19 (code de vente) 29.05.2009 FRE 378 FLUOR ORANGE 20 (code de vente)

Plus en détail

L actu de la Centrale de

L actu de la Centrale de L actu de la Centrale de Technologie Universitaire IEF-MINERVE Centrale de Technologie Universitaire Volume 1, numéro 1 Printemps 2007 Microsystèmes Imageries Nanosciences Enseignement Recherche Valorisation

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

- Conditions d'accès et tarifs -

- Conditions d'accès et tarifs - Centre de Microscopie Confocale Multiphotonique - Conditions d'accès et tarifs - 1 - MATÉRIEL DISPONIBLE 2 - ACCÈS ET CONDITION D UTILISATION 3 - RESPONSABILITÉ DU CENTRE 4 - TARIFICATION 5 - SÉCURITÉ

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).

La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectrophotométrie Spectrophotométrie La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm). Spectre d'absorption

Plus en détail

Nano-dispositifs à l Observatoire de Paris

Nano-dispositifs à l Observatoire de Paris Nano-dispositifs à l Observatoire de Paris Roland Lefèvre - LERMA Colloque DIM ACAV 02 décembre 2015 Plan Contexte : recherche en astrophysique Centrale Technologique de l Observatoire de Paris (CTOP)

Plus en détail

Chimie analytique : Rapport de manipulation

Chimie analytique : Rapport de manipulation UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Chimie analytique : Rapport de manipulation Dosage de l éthanol dans un vin blanc 09/03/2010 Salmon Chloé de Bony Eric Baert Jonathan Depireux Romain Table des matières Introduction...

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

Plafonds. Plafonds. Isolation entre les solives, plafond sur lattes. Isolation entre les solives, plafond double peau

Plafonds. Plafonds. Isolation entre les solives, plafond sur lattes. Isolation entre les solives, plafond double peau Isolation entre les solives, plafond sur lattes entre chevrons, 100 mm Tasseau 48/24 mm Panneau de fibres de gypse, 10 mm F 30 B Plafonds Isolation entre les solives, plafond double peau entre chevrons,

Plus en détail

Compte rendu des analyses AFM réalisées sur 5 échantillons test

Compte rendu des analyses AFM réalisées sur 5 échantillons test Compte rendu des analyses AFM réalisées sur 5 échantillons test 1. Contexte En vue de l acquisition par la SF Fermat d un Microscope à Force Atomique (AFM), les analyses de cinq échantillons ont été réalisées

Plus en détail

Ekopolis!! Pôle!de!ressources!francilien!pour!l aménagement!et!la!construc6on!durables. Eclairage

Ekopolis!! Pôle!de!ressources!francilien!pour!l aménagement!et!la!construc6on!durables. Eclairage Ekopolis!! Pôle!de!ressources!francilien!pour!l aménagement!et!la!construc6on!durables Eclairage Risques et enjeux liés à la rénovation des bâtiments Bernard'PAULE Directeur(associé(Es.a(SA( Chargé(de(cours(Ecole(Polytechnique(Fédérale(de(Lausanne

Plus en détail

FlatBox. Système d Alarme de Sécurité GSM / Sans Fil

FlatBox. Système d Alarme de Sécurité GSM / Sans Fil FlatBox Système d Alarme de Sécurité GSM / Sans Fil www.secumax.fr F l a t B o x La sécurité à la portée de tous GSM / SMS / RFID Système d Alarme Tactile www.secumax.fr Caractéristiques Technologie ARM

Plus en détail

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température

Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température CEFRACOR 24 Octobre 2013 Analyse Thermogravimétrique couplée à l Emission Acoustique pour l étude de la corrosion d alliages à haute température Omar Al haj ; Véronique Peres ; Eric Serris ; Michel Cournil

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE Ce document a été réalisé à partir du dossier«sagascience: La celluleanimale» http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doscel/decouv/norm/global.htm. Les outils utilisés pour

Plus en détail

La solution verre pour vos façades. 13 Novembre 2014

La solution verre pour vos façades. 13 Novembre 2014 . La solution verre pour vos façades. 13 Novembre 2014 SOMMAIRE 1 PRESENTATION AGC 2 LA FABRICATION DU VERRE 3 ISOLATION THERMIQUE 4 CONTRÔLE SOLAIRE 5 ACOUSTIQUE 6 LES VITRAGES DE SECURITE 7 APPROCHE

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Cours IV: Le système de gestion de fichiers

Cours IV: Le système de gestion de fichiers Cours IV: Le système de gestion de fichiers Patrick MARTINEAU Ecole Polytechnique de l Université de Tours 64, Avenue Jean Portalis 37200 TOURS 1 er octobre 2008 P. Martineau (Polytech Tours) Cours IV:

Plus en détail

D2 PHASER Solutions pour la Diffraction

D2 PHASER Solutions pour la Diffraction Bruker AXS D2 PHASER Solutions pour la Diffraction think forward XRD Appareil de table compact tout-en-un Goniomètre haut de gamme de conception innovante Ordinateur/écran intégré Logiciel DIFFRAC.SUITE

Plus en détail

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge Conception de microsystèmes à base d actionneurs en SU8 pour la manipulation de micro-objets en milieu liquide et transfert vers un milieu quasi-sec * * * Annexes Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge soutenue

Plus en détail

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires

SIMS. Les techniques d analyse de surfaces : SIMS. Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires SIMS Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires La Spectroscopie de Masse d Ions Secondaires (SIMS) est une technique d analyse physico-chimique de l'extrême surface des matériaux. Elle est basée sur la

Plus en détail

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité

Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité GRENATS «CHANGE COULEUR» Quelques exemples Grenats «change couleur» avec le spectre d absorption et les cations 3d responsables de leur particularité Mécanisme Les grenats «change couleur» sont des grenats

Plus en détail

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard.

LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. LES CAPTEURS PLAN : MARTINO Mickaël Élève manipulateur Service de coronarographie, clinique Claude Bernard. GENERALITES : La radiologie standard a connu d importantes évolutions vers sa numérisation grâce

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud-

Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud- Compte Rendu -Di ractomètre et le logiciel Maud- FAWAZ Karim IUT de CAEN - Licence ATI 1 Contents 1 Le di ractomètre 3 1.1 Introduction.............................. 3 1.2 Fonctionnement d un di ractomètre................

Plus en détail

Cours S6. Formation d une image

Cours S6. Formation d une image Cours S6 Formation d une image David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Le miroir plan 1 1.1 Le miroir plan...............................................

Plus en détail

COUCHE DE FOND CROMAX MD PRO

COUCHE DE FOND CROMAX MD PRO COUCHE DE FOND CROMAX MD PRO GÉNÉRALITÉS DESCRIPTION Couche de fond hydrodiluable ultra-productive à un composant, à teneur conforme en COV de 3,5 lb/gallon (420 g/l), s'appliquant en continu en 1,5 couche

Plus en détail

Analyser des traces en solution par ICP: méthodes et environnement de travail

Analyser des traces en solution par ICP: méthodes et environnement de travail Analyser des traces en solution par ICP: méthodes et environnement de travail Rémi Losno, Sorbonne Paris Cité Université Paris Diderot Laboratoire Interuniversitaire des Systèmes Atmosphériques IPGP: Géochimie

Plus en détail

Détection et analyse de faux documents

Détection et analyse de faux documents Détection et analyse de faux documents Les lampes U.V. Incontournable pour tous contrôles de documents d identité ou monétaires, les lampes U.V. permettent de vérifier la fluorescence du papier et la présence

Plus en détail

Les peintures en poudre pour supports

Les peintures en poudre pour supports Les peintures en poudre pour supports thermosensibles Les peintures en poudre pour supports thermosensibles Les différentes technologies Poudres Basse Cuisson Poudres UV Les différentes finitions Grainé

Plus en détail

Objectifs du module : Connaître le fonctionnement d une balance. pesage Pouvoir entretenir une balance

Objectifs du module : Connaître le fonctionnement d une balance. pesage Pouvoir entretenir une balance UTILISATION MAINTENANCE ET VERIFICATION DES BALANCES Objectifs du module : Connaître le fonctionnement d une balance Savoir appliquer les Bonnes Pratiques de pesage Pouvoir entretenir une balance Etre

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

1: généralités; 2: l évaluation par l opérateur; 3: l analyse d image; 4: la densitométrie en absorbance et en fluorescence; 5: la conclusion.

1: généralités; 2: l évaluation par l opérateur; 3: l analyse d image; 4: la densitométrie en absorbance et en fluorescence; 5: la conclusion. L HPTLC est une méthode séquentielle, il est donc primordial de contrôler chaque étape. Cette session du 10 ème anniversaire va traiter de la dernière étape de la méthode qui justifie toutes les autres

Plus en détail

Dosage du carbone organique par combustion sèche après décarbonatation automatisée des sols

Dosage du carbone organique par combustion sèche après décarbonatation automatisée des sols Dosage du carbone organique par combustion sèche après décarbonatation automatisée des sols CARIA Giovanni, PROIX Nicolas, CIESIELSKI Henri Institut National de la Recherche Agronomique Laboratoire d analyses

Plus en détail

1. Verres de base...20

1. Verres de base...20 Lotte Plaza, Moscou SunGuard HP Royal Blue 4/29 Architecture: Mosproekt 2, Bureau Kolsnitsin....20. Histoire...20.2 Verre float...20.2. Coloration...22.2.2 Propriétés...23 Densité Elasticité Émissivité

Plus en détail

RT 2012 RT 2012. Réglementation thermique. structure en acier. Réglementation thermique. et bâtiments à

RT 2012 RT 2012. Réglementation thermique. structure en acier. Réglementation thermique. et bâtiments à Réglementation thermique RT 0 et bâtiments à structure en acier Réglementation thermique Textes, dates de mise en application et attestations Textes de référence : Décret n 00-69 du 6 octobre 00 relatif

Plus en détail

100% Swiss The highest in Quality & Technology

100% Swiss The highest in Quality & Technology 100% Swiss The highest in Quality & Technology Série 320XR Les balances semi-micro et d analyse Les balances semi-micro et d analyse de la série 320XR sont issues des toutes dernières technologies; elles

Plus en détail

1/7 Novembre 2015 PVC EXPANSE BLANC MKx

1/7 Novembre 2015 PVC EXPANSE BLANC MKx 1/7 PRESENTATION Les plaques de PVC expansé blanc sont idéales en usage intérieur et extérieur dans le domaine de la publicité, de la construction et de l industrie. Les plaques sont caractérisées par

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION. Testeur de chlore libre et total Brevet en instance. Modèle CL500

MANUEL D UTILISATION. Testeur de chlore libre et total Brevet en instance. Modèle CL500 MANUEL D UTILISATION Testeur de chlore libre et total Brevet en instance Modèle CL500 Présentation Toutes nos félicitations pour votre acquisition du testeur de chlore, modèle CL500. Premier de son genre,

Plus en détail

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique

MA. 100 S.T. 1.1. Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 100 S.T. 1.1 Détermination des solides totaux et des solides totaux volatils : méthode gravimétrique 2015-05-14 (révision 4) Comment fonctionne

Plus en détail

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG

Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG Techniques de microscopie pour la caractérisation des propriétés thermiques des matériaux inertes envisagés dans les RCG L. David 1, G. Carlot 2, S. Gomès 1, P. Garcia 2, M. Raynaud 1,T. Petit 2 1 INSA-Lyon,

Plus en détail

Nanociencia et Moletrónica

Nanociencia et Moletrónica F. Sehlan, A. Ramírez, E. Torres, A. Zehe 913 Internet Electronic Journal* Nanociencia et Moletrónica Mayo 2007, Vol. 5, N 1, pp. 913-920 Ánalyse des surfaces des couches épitaxiales isolantes de CaF 2

Plus en détail

Problèmes à installer / utiliser PROFIS

Problèmes à installer / utiliser PROFIS et des messages d erreur se produisent? 1) lors de l installation / mise à jour Lors d une 1 ère installation de PROFIS, le téléchargement doit être complet. Vérifier que la taille du fichier.exe téléchargé

Plus en détail

ALWAYS THE SAFE CHOICE! Appareils technologiques de mesure. www.burg.biz

ALWAYS THE SAFE CHOICE! Appareils technologiques de mesure. www.burg.biz ALWAYS THE SAFE CHOICE! Appareils technologiques de mesure www.burg.biz 65 Laser angulaire, Télémètre Laser angulaire CROSS PS 7510 Projette 2 lignes de laser dans un angle de 90 degrés. Idéal pour poser

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

Etiqueteuse linéaire. Composé de : 1 Bâti DESCRIPTION SPECIFICATIONS TECHNIQUES :

Etiqueteuse linéaire. Composé de : 1 Bâti DESCRIPTION SPECIFICATIONS TECHNIQUES : DESCRIPTION Etiqueteuse linéaire Composé de : 1 Bâti Dimension 1500 x 1360 x 1920 mm Structure aluminium Plan en acier inox AISI 304 Pieds antiglisse réglables en hauteur Cadre électrique avec ventilation

Plus en détail

Formation des Formateurs dans le contexte de la rénovation du Bac Professionnel

Formation des Formateurs dans le contexte de la rénovation du Bac Professionnel Formation des Formateurs dans le contexte de la rénovation du Bac Professionnel Formation des Formateurs: quel accompagnement? Les axes principaux : L adaptation aux évolutions technologiques des véhicules

Plus en détail

BEP SEID Système de détection intrusion

BEP SEID Système de détection intrusion Activité : Mise en œuvre de l alarme radio SIMON Conditions d exercice Moyens et Ressources @ Internet Logiciel Doc. PC Outillages Matériels On demande Vous êtes un technicien appartenant à la société

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

Electrothermie industrielle

Electrothermie industrielle Electrothermie industrielle K. Van Reusel 1/102 I. Chauffage par résistances 1. Des fours à résistances 2. Chauffage par conduction 3. Chauffage par rayonnement infrarouge II. Techniques électromagnétiques

Plus en détail

Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R)

Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R) Etude du vieillissement des disques optiques numériques (CD-R, DVD-R) Réunion du GIS-SPADON Le 30 Novembre 2012 LAM, Paris 1 Steeve COLLIN Contexte CD-R = support d archivage de nombreux organismes publics

Plus en détail

La puissance de l imagerie non mydriatique et de l efflorescence du fond d œil! Rétinographe numérique

La puissance de l imagerie non mydriatique et de l efflorescence du fond d œil! Rétinographe numérique La puissance de l imagerie non mydriatique et de l efflorescence du fond d œil! Rétinographe numérique Rétinographe numérique Équipé de toutes les fonctions du CR-2 en PLUS du mode d efflorescence du fond

Plus en détail

Préparation d échantillons. La gamme. ::: Clear Solutions in Sample Preparation

Préparation d échantillons. La gamme. ::: Clear Solutions in Sample Preparation Préparation d échantillons La gamme ::: Clear Solutions in Sample Preparation Multiwave PRO Le maîtrise de la préparation d'échantillons Le four à micro-ondes Multiwave PRO offre la solution dont vous

Plus en détail

Animateurs de la formation

Animateurs de la formation FNEBTP / CSNER F O R M A T I O N 2 0 1 1 : I N S T A L L A T I O N & M A I N T E N A C E D E S S Y S T È M E S P V Animateurs de la formation Rachid El Mokni Ingénieur rachid@khadamet.net Néji AMAIMIA

Plus en détail

La recherche d'indices par fluorescence

La recherche d'indices par fluorescence La recherche d'indices par fluorescence Ces sources d éclairage à haute intensité permettent, en fluorescence, la mise en évidence d indices qui ne sont pas visibles ou peu à l oeil nu. Ex : empreintes

Plus en détail

SUNTEST APPAREILS D ESSAIS AU XÉNON

SUNTEST APPAREILS D ESSAIS AU XÉNON SUNTEST APPAREILS D ESSAIS AU XÉNON Résistance à la lumière Résistance aux intempéries Photostabilité SUNTEST L APPAREIL STANDARD POUR EXPOSITION HORIZONTALE Le vieillissement aux intempéries est la réaction

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Solutions Portables pour l humidité

Solutions Portables pour l humidité Solutions Portables pour l humidité www.michell.com Solutions portables pour l humidité Principales caractéristiques Fonctionnement simplifié Aucune formation particulière n est nécessaire Temps de réponse

Plus en détail

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Partie 1 - Le microscope électronique en transmission (M.E.T.)

Plus en détail

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme.

TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. TP 8 Détermination de l activité spécifique d une enzyme. Les objectifs de cette séance : - Apprendre à faire une réaction enzymatique. - Adapter les manipulations de chimie en TP de biologie. - Savoir

Plus en détail

par micro-ondes SCP SCIENCE

par micro-ondes SCP SCIENCE SCP SCIENCE 47 Systèmes de digestion par micro-ondes SCP SCIENCE offre 3 types de systèmes de digestion par micro-ondes. NovaWAVE SA: un instrument qui peut effectuer jusqu à 12 digestions simultanément

Plus en détail

INFUSIONS MC Marquises contrastantes en polycarbonate Mode d assemblage et d installation

INFUSIONS MC Marquises contrastantes en polycarbonate Mode d assemblage et d installation INFUSIONS MC Marquises contrastantes en polycarbonate Mode d assemblage et d installation 1. DÉFINITION Les marquises contrastantes Infusions offrent un choix de 16 finis de métal ou de plastique transparent

Plus en détail

Rappel d un lot de réactif Wash Buffer II Utilisé sur les systèmes d Immunoanalyse Unicel DxI et DxC 880i Access

Rappel d un lot de réactif Wash Buffer II Utilisé sur les systèmes d Immunoanalyse Unicel DxI et DxC 880i Access TELECOPIE REPONSE Pouvez-vous retourner cette télécopie à : Beckman Coulter Int. S.A. A l attention de G. Sorde Fax N : 0848 850 810 Rappel d un lot de réactif Wash Buffer II Utilisé sur les systèmes d

Plus en détail

EXIGENCES TECHNIQUES POUR LES SYSTÈMES DE STOCKAGE SOUPLES EN TISSU (RÉSERVOIRS SOUPLES) ENVIRONNEMENT CANADA

EXIGENCES TECHNIQUES POUR LES SYSTÈMES DE STOCKAGE SOUPLES EN TISSU (RÉSERVOIRS SOUPLES) ENVIRONNEMENT CANADA EXIGENCES TECHNIQUES POUR LES SYSTÈMES DE STOCKAGE SOUPLES EN TISSU (RÉSERVOIRS SOUPLES) ENVIRONNEMENT CANADA Le 17 décembre 2009 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION Partie 1 PORTÉE Partie 2 DÉFINITIONS Partie

Plus en détail

Microscopies Électroniques

Microscopies Électroniques Microscopies Électroniques M2 Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Le microscope électronique en transmission

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

Programme des Formations

Programme des Formations 5 1 0 2 Programme des Formations Diagnostic sérologique des maladies auto-immunes P Theradiag est un centre de formation agréé Accréditation n 11 77 01 554 77 INNOVATION FOR BIOTHERAPIES La formation continue

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique

OPTIQUE GEOMETRIQUE SPÉ MP I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique I STIGMATISME DES SYSTEMES CATADIOPTRIQUES: 1 ) Cas du miroir parabolique n est plus sur l axe, il n y a plus très denses au voisinage d une courbe Pour un point à distance finie, il n y a plus stigmatisme:

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

GAMME UviLine 9100 & 9400

GAMME UviLine 9100 & 9400 Agro-alimentaire/Biotechnologie/Enseignement/Recherche/Santé/Industrie GAMME UviLine 9100 & 9400 Spectrophotomètres UV & Visible Une combinaison intelligente d innovations n Excellente précision de mesure

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

Le dispositif Anti-Skimming & Offre d essai

Le dispositif Anti-Skimming & Offre d essai Le dispositif Anti-Skimming & Offre d essai La sécurité est au cœur des produits Cennox La sécurité est au cœur des activités de Cennox ATM Parts. Nous concevons produits et solutions pour protéger nos

Plus en détail

Étude par microscopie électronique à haute

Étude par microscopie électronique à haute Sommaire Étude par microscopie électronique à haute résolution d agrégats de CoPt Nils Blanc - GDR Nano-alliages F. Tournus, T. Épicier (Laboratoire MATEIS - CLIME - INSA), V. Dupuis. Laboratoire de physique

Plus en détail

Détecteur à comptage de photons uniques, ultra-rapide, pour applications bio-photoniques A. Dominjon (1) (1) Institut de Physique Nucléaire de Lyon IN2P3/CNRS - Université de Lyon E. Chabanat (1), P. Depasse

Plus en détail

VENTILATION et REFROIDISSEMENT

VENTILATION et REFROIDISSEMENT VENTILATION et REFROIDISSEMENT DES SERRES Par Jean-Marc Boudreau Février 2004 1 REFROIDISSEMENT DES SERRES Ventilation Ombrage Refroidissement par évaporation d eau Possibilité de combinaison 2 SERRE REFROIDISSEMENT

Plus en détail

Disques durs et disques optiques

Disques durs et disques optiques Disques durs et disques optiques GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde (sculpture faite de vieux disques durs, source: http://www.wired.com/2009/12/hard-drives-sculpture/all/1)

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Process PolySens : Du Capteur au MicroSystème. Processus MicroSystème de l AIME. PolySens. Réalisation de capteurs multi-physiques à détection Tunnel

Process PolySens : Du Capteur au MicroSystème. Processus MicroSystème de l AIME. PolySens. Réalisation de capteurs multi-physiques à détection Tunnel Processus MicroSystème de l AIME PolySens Réalisation de capteurs multi-physiques à détection Tunnel (Jonction PN en Polysilicium de type Zener) 1 INTRODUCTION & PLANNING :... 2 2 SÉQUENCE DÉTAILLÉE DES

Plus en détail