Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1 Tabledesmatieres 1 1Introductiongenerale 1.1Contextedel'etude Plandumemoire Lastructuredesalliagesordonnes 2.1Introduction L'elaborationdescouchesmincesd'alliagesordonnes Procedure Equipement CaracterisationstructuraleparrayonsX Lesoscillationsd'intensiteRHEED Leparametred'ordreetsadeterminationparrayonsX LatechniquedesrayonsX Larelaxationdescouchesdefer-palladium Lesmicromaclesobserveesparmicroscopieenchampproche Lesresultatsexperimentaux Lemicroscopeaeettunnel Lemicroscopeaforceatomique Lacongurationmagnetiqued'alliagesordonnes 2.4.3Lasurfacedel'echantillon Introduction Lescyclesd'hysteresis L'eetKerrmagneto-optique Modeles Resultatsexperimentaux...32

2 23.3Lesdomainesmagnetiquesal'equilibre...33 TABLEDESMATIERES 3.3.1Lacongurationetlatailledesdomainesenchampnul-Modeles Lemicroscopeaforcemagnetique Lesdomainesmagnetiqueshorsd'equilibre Lesdomainesmagnetiquesal'equilibre-Resultatsexperimentaux Lanucleationdesdomainespendantlacroissance Resultatsexperimentaux L'evolutionversl'equilibre Ladistributiondesdistancesobtenuepartraitementd'images44 4Lesechantillonsobtenusenmodecoucheparcouche 3.5Lalimited'ecritureauxtresfaiblesepaisseurs Introduction Caracterisationstructurale Lemodedecroissance\coucheparcouche(temps)" Lacongurationetlatailledesdomainesenchampnul Faibleanisotropieperpendiculaire LesdomainesmagnetiquesobservesparMFM Modelesmagnetiques Lescyclesd'hysteresis Lemodeledelarotationuniforme Lescyclesd'hysteresismesurespareetKerrmagneto-optique Comparaisondestroismethodesemployeespourlamesure descyclesd'hysteresis Lescyclesd'hysteresismesuresparVSM SQUID Discussion...72

3 TABLEDESMATIERES 5Proprietesenfonctiondumodedecroissance 3 5.2Laconstanted'anisotropied'ordredeux Introduction L'anisotropiemagnetiquedescouchesmincesdeFePdepitaxiessur 5.3.1LacroissancesurMgO...80 MgO Tdep^ot<350C-Lamiseenordre Coucheparcouche(RHEED) Comparaisondel'ensembledelaseried'echantillonselabores 5.3.4Lacroissancerugueuse ConclusionsurMgO...91 AAnnexes A.2Lafonctionelliptiquesinus-amplitudedeJacobi...97 A.1ResumedequelquesproprietesdesechantillonsdecritsdansceDiplomarbeit...97 A.4ProprietesinteressantesduFePd,duPdetduMgO...99 A.3Listedessymbols...98 A.4.2Lesparametresd le A.4.1LediagrammedephaseduFePdmassif...99 A.4.3AutresproprietesduFePdmassif...100

4 4Tabledesgures TABLEDESFIGURES 1.1Laphasedeplansalternes,L LaphaseL10etlaphase Echantillondeposesurunecouchetampondepalladium Lachambrededep^ot IntensiteRHEEDreechiesurlasurfacedel'echantillonpendantle 2.5Schemadugoniometreutilise...19 codep^otdeferetdepalladiuma350c Courbetheta/deuxthetatypiquedel'echantillonc350=Pd L'eetdelaconvolutiondelaformedelapointeaveclatopographie 2.7Courbed'amplitudeenfonctiondeladistanceparrapportal'echantillon22 2.9ImageparAFMdesmicromacles...24 desurfaceenafm ImageparAFMdesmicromaclesauneepaisseurdecoucheproche 2.11ImagedeSTMsousultravidedesmicromacles...26 del'epaisseurouapparaissentlesmicromacles Airesurlacourbedepremiereaimantationquirepresentel'energie 3.2Cyclesd'hysteresisenchampperpendiculairedel'echantillonc350=Pd32 necessairepouraimanterl'echantillon LacongurationdedomainesenvisageeparKittel Champcoercitifetremanencerelativeenfonctiondel'epaisseurde lacouchepourl'echantillonc350=pd LacongurationdedomainesenvisageeparKaplanetGehring Evolutiondelaphaseenfonctiondeladistancealasurfacede 3.7Schemaexplicatifdumodeentrelace...38 l'echantillon Imagesapresdesaimantation Tailledesdomainesenfonctiondel'epaisseurapresdesaimantation.39

5 TABLEDESFIGURES 3.10Tailledesdomainesenrepresentationsemi-logarithmiqueenfonction Latailledesdomainesapresdesaimantationauxfortesepaisseursen del'inversedel'epaisseurdelacouche Domainesenfonctiondel'epaisseurdelacoucheobservesparMFM.42 fonctiondel'epaisseurdelacouche Etapesdutraitementd'imagesurl'exempledel'imageobtenuea3;8nm Histogrammesobtenussurlesdomainessombres Histogrammesobtenussurlesdomainessombres Tailledesdomainesenfonctiondel'epaisseurdelacouchehorsd'equilibre 3.17RepresentationdeXenfonctiondel'epaisseurdelacouche...50 etal'equilibre Lalimited'ecritureauxfaiblesepaisseurs Lefonctionnementdumodedecroissance\coucheparcouche" Congurationenrubans IntensiteRHEEDetsignald'ouvertureetdefermeturedescachesen fonctiondutempspourl'echantillonc=c(temps)=pd L'epaisseurcritiquecalculeeparSukstanskiietPrimakenfonctionde 4.4Prold'aimantationproposeparKaczer CongurationdedomainesdefermetureproposeeparMurayama...60 l'anisotropiemagnetocristalline TailledesrubansobservesparMFMenfonctiondel'epaisseurdela 4.7RubansparallelesobservesparMFM Cyclesmodelesderotationuniformeadesanglesde0et20duchamp couche Ladenitiondesanglesutilisespourladescriptiondelarotation parrapportalanormaledel'echantillon Cycled'hysteresistypiquepouruneepaisseurinferieureal'epaisseur uniforme Cycled'hysteresistypiquepouruneepaisseursuperieureal'epaisseur critiquemesureparmoke...65 critiquemesureparmoke...65

6 64.13Aimantationquiparticipeausautal'origineenfonctiondel'epaisseur TABLEDESFIGURES 4.14Variationduchampcoercitifenfonctiondel'epaisseurdelacouche.67 delacouchemesureepareetkerrtransverse Cycled'hysteresistypiquepourlesepaisseursh38nmmesurepar 4.16Cyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairemesurespar eetkerrtransverse Cycled'hysteresismesureauSQUIDdansladirectionduchampappliquepourlemorceaud'echantillon VSM Cycled'hysteresismesureauSQUIDperpendiculairealadirection 4.19Representationdel'epaisseurcritiquecalculeeparSukstanskiietPrimaketdesechantillonsc350=Pdetc=c(temps)=Pdenfonctionde duchampappliquepourlemorceaud'echantillon Cyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairepourl'echantillon l'anisotropierelative Domainesdel'echantilloncX=PdobservesparMFM...79 cx=pd EchantillonsepitaxiessurMgO Lescyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairemesure 5.4Labouclederetroactionassocieeaumodedecroissancecouchepar parvsmdel'echantillonc/c(rheed)...83 couche(rheed) Lescyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairedesechantillons 5.7ImagesMFMpourTdep^ot=220Cet350CsurMgO...86 elaboresauxtemperaturesdedep^otinferieuresa350cmesurespar MFM RepresentationdeSukstanskiietPrimakpourlesquatreechantillons 5.8Constantesd'anisotropieenfonctionduparametred'ordrealongue elaboresatdep^ot distance ImageAFMal'airdel'echantillonc510=MgOetprolenhauteurz 5.11ImageAFMsousUHVdel'echantillonc510?=MgO...89 del'echantillonc510=mgo...88

7 TABLEDESFIGURES 5.12Lescyclesd'hysteresisenchampparalleleetperpendiculairedel'echantillon7 5.13ImageMFMdel'echantillonc510=MgO...91 elaboreaunetemperaturededep^otde510cmesureparvsm Constanted'anisotropieenfonctionduparametred'ordrealongue 5.15RepresentationdeSukstanskii[1]pourlesechantillonsdeposeessur MgOetudiesdanscechapitre...93 distance...93 A.1Diagrammedephasebinairedusystemefer-palladium...99

8 8Listedestableaux LISTEDESTABLEAUX 4.1Comparaisondestroismethodesdemesuresemployees Constanted'anisotropieenfonctiondel'epaisseurdelacouchemesuree 4.3Resumedesproprietesobtenuesapartirdestroismethodesemplyees parvsm Directionsdefacileaimantationenfonctiondesconstantesd'anisotropie pourlamesuredescyclesd'hysteresis Constantesd'anisotropied'ordreunetdeuxpourtroisechantillons dedierentsdegresd'ordremesureesparlamethodedesaires...78 d'ordreunetdeux Parametred'ordredesechantillonsenfonctiondelatemperaturedu 5.3LaseriedeseptechantillonselaboressurMgOpourl'etudepresentee substratpendantledep^ot...83 danscechapitre Anisotropieenfonctiondelatemperaturededep^otdesechantillons 5.6Constantesd'anisotropieenfonctiondumodedecroissance...92 elaboresauxtemperaturesdedep^otinferieuresetegalesa350c mesureeparvsm...85

9 1 Introductiongenerale 9 Lesmateriauxmagnetiquespresententuneanisotropiedeformed'echantillon.Pour 1.1 Contextedel'etude lesechantillonsenformedecouchesminces,ceteettendaramenerl'aimantation del'echantillondansleplandelacouche.pourobtenirunaxedefacileaimantation perpendiculaireauplan,ilfautvaincrecetteanisotropiedeforme.lesmateriauxa depetitetaille.aujourd'hui,latailled'unbitestdel'ordredumicron.lataille anisotropieperpendiculairesontinteressantscommemediaspourl'enregistrement magnetiqueetmagneto-optique,carilspresententdesdomainesmagnetiquesstables L'aimantationpeut^etreredresseeparl'anisotropiemagnetocristalline.Lesgrenats nanometres. desdomainesal'equilibredansdescouchespeutatteindrequelquesdizainesde lacoucheetonteteetudiessoigneusementpourleuraimantationperpendiculaire. presententuneanisotropiemagnetocristallinequisutaredresserl'aimantationde Aveclapossibilited'elaborerdescouchesmincesepitaxies,desnouvellesfacons devaincrecetteanisotropiedeformeentrentenjeu.pardenitiondel'epitaxie,la couchedeposeecro^tdefaconcoherentesurlesubstrat,m^emesilesdeuxparametres d lenesontpasegaux.lechoixdusubstratpermetdoncd'imposerleparametre d ledansleplandelacouche.cependant,s'ilexisteundesaccordparametrique entrelacoucheetsonsubstrat,lescouchesepitaxieessontsoumisesadescontraintes. anisotropieperpendiculaire:l'eetmagneto-elastiquedevolume,l'anisotropied'interfacequipresentedeuxtermes,l'unlieauxcontraintesepitaxiales,etl'autre Liu[2]apumontrerqu'undep^otdequelquescouchesatomiquesdeFesurCu presenteuneanisotropieperpendiculairedufaitdel'anisotropied'interface.dans independantdescontraintes. Ceciconduit,danslescouchesmincesepitaxiees,ad'autresoriginespossiblesd'une magnetostrictiondevolumeredressel'aimantation[3].undep^otdecosurau(111) presenteuneanisotropieperpendiculairepouruneautreraison:unenouvellephase lesystemecu=ni=cu,uneanisotropied'interfaceeleveelieeauxcontraintesetla afacescentrees[4].cettephaseeststabliliseeparlescontraintesepitaxiales.pour tombedansleplandelacouchecarlaphasehexagonaledumassifappara^t,puis ducoestproduitequin'estpasstabledanslemateriaumassif-laphasecubique auxepaisseursencorepluselevees,l'anisotropiemagnetocristallinedecettephase hexagonaleredresseunepartiedel'aimantation[5]. lesdep^otsdecosuperieursaquelquescouchesatomiques,l'axefaciledumateriau dep^otsplusepaisonteteetudiespourleuranisotropieperpendiculaire(parexemple Desmulticouches,quipermettentdemaintenirunfortpoidsdesinterfacespourdes couches\ultimes"correspondentadesalliagesordonnes.cependantlareduction defeparexempleetunecoucheatomiquedept[7]onteteelabores.cesmultifaces,desmulticouchesaperiodededeuxcouchesatomiques,unecoucheatomique lesmulticouchesdecopt[6]).pouraugmenteraumaximuml'inuencedesinter-

10 delaperiodedesmulticouchesnecessitedesnouvellesmethodesd'elaboration.en 10 1INTRODUCTIONGENERALE epitaxieparjetsmoleculaires(molecularbeamepitaxy-mbe),chaqueinterface estcritiquepourlesmulticouchesaperiodededeuxcouchesatomiques. creeelorsdudep^otestsusceptibled'introduiredudesordredanslescouches.ceci z y Danslediagrammedephasebinairedusystemefer-palladium(annexeA.4.1),une noiretlesatomesdepalladiumsontrepresentesengrisclair. Fig.1.1:Laphasedeplansalternes,L10.Lesatomesdefersontrepresentesen x AuCu(I),existe(gure1.1).Engeneral,lorsdelafabricationdecetalliagesans phasedeplansalternesdeferetdepalladium,enmetallurgieappeleel10ou precautionsparticulieres,aucunedestroisdirectionsdel'espacen'estfavorisee,et unecoucheisotropeestcreeeparmelangedestroisvariantsdecettestructure:il plansdeferoudepalladiumsuitlesdirectionsx,yetz,cesontlestroisvariants. L'epitaxieparjetsmoleculairesparcontre,permetlafabricationd'unseulvariant, estpossibledetrouverdeszonesdansl'echantillonouladirectiond'empilementdes couche.(danscerapport,l'axeperpendiculairealacoucheseradenommez.) celuidontladirectiond'empilementdesplansestsuivantz,perpendiculaireala redressel'aimantation[8].cecinouspermetd'obteniruneanisotropieperpendiculairedansunegrandegammed'epaisseuretenparticulier,d'etudierlaconguratiomainesonteteetudiespargehanno[9]au-dessusd'uneepaisseurdecouchede5nm. desdomainesperpendiculairesquiresultentdel'anisotropieperpendiculaire.cesdo- Pourcompletercetteetude,nousnousinteressonsauxproprietesdecesdomaines auxtresfaiblesepaisseurs.auxepaisseurstresfaibles,l'equilibredelaconguration horsequilibrequin'avaientpu^etreobservesjusqu'apresent. magnetiqueestdicilementatteint.cecinouspermetd'observerdesetatsfortement Cettephase(L10)estconnuepouravoiruneanisotropiemagnetocristallineforte,qui epitaxieparjetsmoleculaires.ellenepresentepasd'anisotropieuniaxiale[10].il stableauxtemperatureselevees.cettephasepeutegalement^etrestabliliseepar L'alliagedeconcentration50=50defer-palladiumpresenteunephasedesordonnee estaussipossibledefabriquerdesalliagesd'ordreintermediaireetilestdoncessentielpournousdecontr^oleraumieuxledegred'ordrechimiquedansnoscouches.

11 Nousnousinteressonsal'anisotropiemagnetocristallineenfonctiondudegred'ordrechimiquedesalliages.Est-cequ'ilestpossibledereliersimplementlavaleurde l'ordrealonguedistancedesplansdeferetdepalladiumpurs? l'anisotropiemagnetocristallineaudegred'ordredansnoscouches?quelordrecree l'anisotropiemagnetocristalline,l'ordrelocaldespremiersvoisinsdanslamailleou 1.2Plandumemoire 11 etudiees.pourcontribueralaconnaissanceplusprofondedelastructuredescouches Labasedecetteetudeestlaconnaissancedelastructuredescouchesminces 1.2 Plandumemoire epitaxieesd'alliagesordonnes,nousavonseectueuneetudedelarelaxationde decrochementalasurface,cequinousapermisdelesvisualiserparmicroscopiea cescouches.cescouchesrelaxentparintroductiondemicromaclesquilaissentun etudedesdomainesmagnetiquesal'equilibre,etnousmontronsquelamemoire enfonctiondel'epaisseurdelacouche.auchapitretrois,nouspresentonsune Nousabordonsensuitel'etudedelacongurationmagnetiquedesalliagesordonnes forceatomique.cetteetudeserapresenteedanslechapitredeux. quegardelacoucheduprocessusdecroissance,permetl'observationdedomaines etudedeceslms,quipresententunordreinferieuraceluidescouchesdeposeesa descouchesatomiquesdeselementsferetpalladiumpur.nousallonspresenterune horsd'equilibre. L'epiaxieparjetsmoleculairesnouspermetegalementdedeposersuccessivement temperaturedesubstratelevee. Puisnousaborderonsl'etudedesalliagesmoinsbienordonnesenfonctiondumode desalliagesdeposessurunsubstratd'oxydedemagnesiumpourdierentsdegres decroissance.lechapitrecinqseradediealacomparaisondesproprietesmagnetiques d'ordre,l'epaisseurdecoucheetantxe.

12 12 2 Lastructuredesalliagesordonnes 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES Nousnoussommesproposesd'elaborerparepitaxieparjetsmoleculairesdesechantillons 2.1 defer-palladiumdelaphasel10formeedeplansalternesdeferpuretdepalladiumpur.lediagrammedephasedusystemefer-palladium(voirannexea.4.1) destemperaturesinferieuresa600c.auxtemperaturespluselevees,laphase deferetdepalladiumsurlessitesdureseaucubiqueafacescentrees. Introduction nousmontreque,alaconcentration0;5=0;5,cettephaseestlaplusstablepour desordonnee,eststable.cettephasepresenteunerepartitionaleatoired'atomes c a elementschimiquesdanslaphaseestrepresenteengrismoyen. atomesdepalladiumsontrepresentesengrisclair.lemelangealeatoiredesdeux Fig.2.1:LaphaseL10etlaphase.Lesatomesdefersontrepresentesennoir,les a a a CommeilestpossibledestabiliserlaphaseL10ainsiquelaphaseparepitaxie a parjetsmoleculairesetcommenousnousinteressonsaulienentrelesproprietes structuralesetmagnetiques,ilestessentielpourcetteetudedeconna^treaumieux contribueralaconnaissanceplusprofondedel'ordre,nousallonsetudierundefaut l'etatd'ordredenoscouches,etquelsdefautsysontpresent.danscechapitre,pour particulier,quiappara^tm^emedanslesalliagesordonnes,lesmicromacles Equipement L'elaborationdescouchesmincesd'alliagesordonnes electroniqued'unecibleal'aided'uncanonaelectrons.leselectronssontacceleres L'epitaxieparjetsmoleculaires(molecularbeamepitaxy-MBE)estbaseesurl'utilisationd'unuxd'atomesenregimeballistique,anqu'ilssedeposentdefacon coherentesurunsubstrat.dansnotrecas,ceuxestcreeparlebombardement parunehaute-tension,etdirigessurlacibleparunchampmagnetique.notreb^ati dembe(fourniparriber-gure2.2)estequipededeuxevaporateursabombardementelectroniquesquipermettentl'evaporationsimultaneededeuxelements.pour

13 2.2L'elaborationdescouchesmincesd'alliagesordonnes obtenirl'epitaxiedecouchespropres,ilestimportantd'abaisserlapressiondans 13 l'enceintejusqu'al'ultravide(uhv-10?7pa),carsinonlapollutiondelasurface pendantledep^otparlesatomesetmoleculesdugazresiduelseraittropimportante. Leuxd'atomesballistiquesvientsurl'echantillonsuivantlem^emeangle(20)que celuivuparunebalanceaquartzquimesurelesuxatomiques. Danslachambrededep^ot,unfour,montesurleporte-echantillon,nouspermet d'augmenterlatemperaturedusubstratpendantledep^ot.sousuhv,l'equilibre Unfaisceaud'electronsRHEED(reectedhigh-energyelectrondiraction)de40kV l'incertitudea30cvers400c. thermiqueestdicilementatteint.latemperaturedusubstratpendantledep^ot estevalueeapartirdelacalibrationcourant/temperaturedufour.nousestimons L'echantillonpeut^etremasqueparuncachepiloteparunmoteurpasapas.Nous peut^etreenvoyesurl'echantillonetlefaisceaureechipeut^etredirigeversunecran uorescent.cettemethodeseraexpliqueedansleparagraphe quelatemperature,laconcentration,etc.quiseproduiraitsinouselaborionsune nouspouvonsminimiserleseetsd'unchangementdesconditionsdedep^ottelles Ceciesttresimportantpourlesetudesenfonctiondel'epaisseurdelacouche,car nousservonsdececachepourfabriquerdesechantillonssousformedecoinsd'epaisseur. seried'echantillons.cecacheesttresprochedel'echantillon(1mm),tandisqueles sourcessontaunedistancede200mm.lazonedepenombreestalorsnegligeable parrapportalatailledel'echantillon.leborddececacheestaligneselonleplan deniparlesdeuxchargesetparl'echantillon,iln'yadoncpasd'eetd'ombre 2.2.2Procedure dierentielle. inferieuresa600c,nouspouvonsespererqu'elleseformespontanementaune D'unepart,commelaphaseL10estlaphased'energielaplusbasseauxtemperatures temperaturequiassureladiusion.d'oul'ideededeposerlesdeuxelementsen m^emetemps[11].d'autrepart,lacaracteristiquedel'epitaxieparjetsmoleculaire estdepouvoirdeterminerleparametred ledelacouchedeposeeparcelui dusubstrat.sionchoisitunsubstratquidiminuelescontraintesdanslaphase ordonneeparrapportalaphasedesordonnee,l'energiedueauxcontraintes,elle aussi,favoriselamiseenordre. Leparametred ledufer-palladiumdesordonne(a=0;380nm[12])estplus petitqueleparametred ledufer-palladiumordonne(tetragonal)dansleplan d leplusprochede0;385nmpourfavoriserlastructureordonnee.dansce (a=0;385nm[8]).ilsutdoncdechoisirunsubstratquipresenteunparametre ants,nousetudieronscependantd'autresmodesdecroissance.cetechantillonsera chapitrenousallonspresenterunechantillonepitaxiesurunsubstratdepalladium nommec-pourcodep^ot,puislatemperaturededep^otenc,et\=pd"pourle (a=0;389nm)aunetemperaturededep^otde350c.dansleschapitressuiv- substrat:c350=pd.gehannoamontrequeparcettemethodedesmonocristauxde fer-palladiumdegrandequalitesontobtenus[13].enparticulier,elleamontrepar

14 14 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES Cache motorisé Manipulateur canon RHEED Four échantillon balance à quartz Ecran fluorescent Cache 20 panneau refroidi évaporateur à bombardement Fig.2.2:Lachambrededep^ot électronique Charges microscopieelectroniqueentransmissionquepourdesdep^otsdefepdentrel'ambianteet350c,lesautresvariantspossiblesnesontpaspresents,c'estadireque z. Noscouchesmincessontdeposeessurdesmonocristauxd'oxydedemagnesium ladirectiond'empilementdesplansdeferetdepalladiumesttoujoursladirection stratsdoivent^etrenettoyessoigneusement,d'abordal'aided'untraitementchim- ique,puisparunrecuitsousultravidepourassurerledegazagedesadsorbats. d'orientation(001)(fournisparearthchemical-japon).l'anglemaximalentrela familledeplansperpendiculairea(001)etlasurfaceestinferieura0;5.cessub- unecouchetampondepalladium.cettecouchedoit^etresusammentepaissepour relaxertouteslescontraintesquiviennentdudesaccordparametriqueentrelemgo Dansunpremiertemps,unecouchedenucleationdechromeestdeposee.Puis environunedemi-heureavantdedeposerlacouched'alliagealatemperaturedesiree. cerecuit,ilestnecessaired'attendrelerefroidissementdel'echantillonpendant etlepd.deplus,pourlisserlasurface,nousrecuisonscettecouchetampon.apres L'echantillonc350=Pdestuncoinavecuneepaisseurvariantde0a110nmsurune depalladiumsurlesechantillons. l'airnousdeposons,apresretouralatemperatureambiante,unecoucheprotectrice couchesurunm^emeechantillon.poureviterl'oxydationdufepdapresremisea longueurde15mm.cecinouspermetd'etudierunegrandegammeenepaisseurde

15 2.2L'elaborationdescouchesmincesd'alliagesordonnes 15 couche de protection de Pd 0-110nm 2nm FePd couche tampon de Pd 100nm 2nm couche de nucléation de Cr epaisseurvarieentre0et110nm. Fig.2.3:Echantillonc350=Pddeposesurunecouchetampondepalladium.Son substrat de MgO 2.2.3Lesoscillationsd'intensiteRHEED Latechnique Nousdisposonsd'unappareillagedediractiond'electronsRHEED.Comptetenu del'angled'incidence(<5)etdel'energiedeselectrons(40kev),lamesureestsensibleuniquementauxpremiersplansatomiques.lareexiondeceselectronsnous n'yapasdemarchessurlasurface,elleestmaximale,siladensitedemarchesest renseignesurl'etatdelasurface:sonintensitedependdeladensitedemarches.s'il nelleparil^otsmonoatomiques,l'intensitedufaisceaurheedreechipresentedes maximale,l'intensitereechieestminimale.pendantunecroissancebidimension- Gehanno[13]aobserveundoublementdelaperiodedesoscillationsdeRHEED oscillations,dontchaqueperiodeestinterpreteecommerelieealavariationdela densitedemarchespendantlacroissanced'unecoucheatomique[14]. indicedelamiseenordredanslastructurel10pendantlacroissance. surcouchetampondepalladiuma350c.cedoublementestinterpretecommeune (parrapportacelleobtenuepouruncodep^otaleatoire)pendantlecodep^otdefepd LesoscillationsRHEEDenregistreespendantlacroissancedel'echantillonc350=Pd sontpresenteesicisurlagure2.4.avantquelesoscillationsproprementdites Resultatsexperimentaux tionestdueaudep^otsurunesurfaceimparfaite. Letempsnecessairealacompletiond'unecoucheatomiquedefer(depalladium debutent,unevariationirregulieredel'intensiterheedestobservee.cettevaria- resp.)aetecalibreauprealableat=6s.pendantlecodep^otdesdeuxelements, l'intensitedufaisceaurheedreechidevraitoscilleravecuneperiodede3s.mais laperioded'oscillationobserveeestde6senviron.

16 16 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES Hu.a.L Fig.2.4:IntensiteRHEEDreechiesurlasurfacedel'echantillonpendantle codep^otdeferetdepalladiuma350c.l'intensiterheedestpresenteeenordonneeenechellearbitraire.lepointzerodel'echelledutempsestchoisidefacon acequ'ilmarqueledebutdudep^ot.lesoscillationspresententuneperiodedouble temps HsL parrapportacelleobtenuepouruncodep^otaleatoire. Nousavonsmesurelaperioded'oscillationplusprecisementpourdeuxinstants: justeapresledebutdudep^otetapresledep^otd'unquartdel'epaisseurtotale d'alliagedeposesurcetechantillon(h25nm).audebutdudep^ot,laperiode del'oscillationestde6;2s.cecipourrait^etred^uauneerreurdeconcentrationde evolueejusqu'a6;1s.cecinouspermetd'estimerl'incertitudesurlaconcentration 3%aumaximum,indiquantqu'undeselements,appelonsle\A",estdeposeen concentrationde47%dansleplusmauvaiscas.laperiodeobserveenerestepas constanteenfonctiondutemps.apresledep^otd'unquartdelacouche,laperiodea del'alliagedeposea5% Leparametred'ordreetsadeterminationparrayonsX CaracterisationstructuraleparrayonsX L'ordrealonguedistancepeut^etrequantieal'aideduparametred'ordre: ouna(b)presenteletauxd'atomesdel'especeaquioccupentlesitedesatomesb danslastructurel10. S=nFe(Fe)?nFe(Pd)=nPd(Pd)?nFe(Pd) (2.1) Ceparametred'ordrepermetdemesurerl'ordrechimiquedelacouched'alliage,par rapportalareferencedudesordredelaphase:pourcettederniere,leparametre d'ordreestde0. Pourfairelelienentrecettedenitiondel'ordrealonguedistanceetl'intensite mesureeparrayonsx,nousconsideronslefacteurdestructure.ilnousdonnedeux

17 2.3CaracterisationstructuraleparrayonsX informations:lesreglesd'existencedesraiesetlavaleurdel'intensitemesureepour 17 lesdierentstypesderaies.alastructuredesalliagesdesordonnesdelaphase s'appliquentlesconditionsd'existencedesraiesdureseaucfc,alastructuredes alliagesordonnesl10s'appliquentlesconditionsdediractiondureseautetragonal abasecentree. alliageordonnealliagedesordonne Lesraiesquisonteteintesdanslastructurechimiquementdesordonnee,maisqui h+k=2n h+k=2n existentdanslastructureordonnee,sontparticulierementinteressantes,carleur h+l=2n intensitepermetdequantierledegred'ordredelacouche.enparticulier,pourles k+l=2n periodicitede1=2danscettedirectiondansl'espacereciproque. raies(00l),ledoublementdelaperiodicitespatialedansladirectionzmeneaune Ilsutd'ecrirelefacteurdestructuredesraiesfondamentalesetdesraiesde surstructurepourobtenirlelienentrel'intensitedesraiesmesureesparrayonsxet S: FFfond=4f0Fee?MFe+f0Pde?MPd2 FFsur=4S2f0Fee?MFe?f0Pde?MPd2 +4f00 Fee?MFe+f00 +4S2f00 Fee?MFe?f00 (2.2) oufx=f0x+if00 pourl'especex,e?mx,estinclut.cettemethodeaeteproposeeparcebollada[11]. Xestlefacteurdediusionatomique.LefacteurdeDebye-Waller (2.3) Ledesordredansnoscouchespeutvenirsoitdudesordred^uaucaracterealeatoire danslechapitre5,soitdedierentstypesdedefauts:lesmicromacles(quiseront duuxincidentquiestintroduitlorsdelacroissancehorsd'equilibre-cedesordre chimiquevientessentiellementd'unetemperaturededep^ottropbasse,etseradiscute 2.3.2Larelaxationdescouchesdefer-palladium discuteesdanscechapitre),lamosaqueetc. elastiqueemmagasineedanslacoucheacausedecescontraintesestproportionnelle Dufaitdelacroissancecoherenteenepitaxie,etdufaitdudesaccordparametrique del'ordrede1%),lescouchesepitaxieessontsoumisesadescontraintes.l'energie al'epaisseurdelacouche.al'epaisseurdecoucheoucetteenergiedevientsuperieure entrelescouchesetlesubstrat(pourfepdsurpdledesaccordparametriqueest al'energiedeformationd'unedislocationquirelaxelescontraintes,lacouchepeut relaxerparintroductiondecedefaut. Lesmetauxenstructurecubiqueafacescentreesglissentsurleursplansdensesf111g parpropagationdedislocations.deuxmecanismesderelaxationonteteobserves:la

18 18 dislocationpeutpresenterunvecteurdeburgersquiestunvecteurdereseau-12[110], 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES ouunefractiond'unvecteurdereseau-16[112].danslederniercas,cesglissements dedislocationspartiellesapparaissentsurdesplansatomiquesf111gsuccessifspour formerunezoneoulastructurecristallographiqueachange,lesmicromacles.ce or([15],[16]). Danslefer-palladiumsurpalladium,Gehanno[17]aobserveparmicroscopieelectronique modederelaxationaeteetudieenparticulierpourlacroissancedel'or-nickelsur atransmissioncederniertypederelaxation.commelesdislocationsquiproduisent lesmicromaclesontunvecteurdeburgersquin'estpasparalleleauplancristallographique(001),cesdislocationslaissentundecrochementalasurfacedel'echantillon, siellesapparaissentensurface. L'epaisseurcritiquedelarelaxationdependfortementduprocessusdenucleation desaccordparametriquequi,lui,dependdelaconcentrationetdelamiseenordre desdislocations,etdoncdelatemperaturededep^ot.elleestegalementfonctiondu del'alliagedepose. Legoniometreutiliseestungoniometreadeuxaxes.L'angled'incidenceestnomme 2.3.3LatechniquedesrayonsX dufaisceauutileestselectionneeparunmonochromateurengraphiteetunsysteme!,l'angleentrelefaisceauincidentetlefaisceaudetecteestnomme2.lefaisceau derayonsxestproduitparbombardementelectroniqued'uneanodeencu,l'energie defentes.lefaisceaudiracteparl'echantillonpassepardesfentesd'analyseetson intensiteestmesureeparledetecteur. Dansl'ensembledecerapport,nousavonseectuetroistypesdemesures: {Lescourbes\theta/deuxtheta",c'estadiredesbalayagesa!=,nous parametred lehorsduplan,c.pourameliorerlaresolutiondesmesures destineesadeterminerlapositionexactedesraiesperpendiculairesalasurface, permettentdesonderladirectionc?del'espacereciproqueetdedeterminerle {Lescartesd'intensitedansl'espacereciproquedesraiesobliquesnouspermettentdeconna^treleparametred ledansleplan,a.Nouseectuonspour celauneseriedebalayages!pourplusieursangles2.laloidebraggnous nousavonsfermelesfentesautantquepossiblesansperdretropd'intensite. {L'integrationdel'intensitetotaledesraiesnouspermetdeconna^treleparametre danslesdeuxdirections,carnousavonssupposeunestructuretetragonale)a permetdecalculerleparametred leparalleleauplan(quiestlem^eme partirdelaposition(!et)delaraie. faconaprendretoutel'intensitedelaraie,toutenevitantlefonddiusetles nousapprochonsledetecteurpourlesmesureretnousouvronslesfentesde d'ordre,s.commelesraiesdenoscouchespresententunecertainelargeur, raiesvoisines.unscande!variableet2xe(\rockingcurve")nouspermet ensuited'integrerlesraies.pourpouvoircomparerl'intensitedesraies(001) a(004),etpourlecalculdes,nousavonsbesoindetenircomptedufacteur

19 2.3CaracterisationstructuraleparrayonsX 19 monochromateur détecteur source fente de divergence fente d analyse ω Fig.2.5:Schemadugoniometreutilise. échantillon 2θ delorentz-polarisationetdel'eetdecouchemince.lesvaleursdesfacteurs dediusionatomiqueonteteextraitesdestablesinternationales.laprecision obtenuesurleparametred'ordreestdel'ordrede0;1.lasensibilitelimite cettemesureadesvaleursdessuperieuresa0;2?0;3(suivantlalargeurdes tellementfaiblesqu'ellesnecessitentdestempsdecomptageeleves. raies),carpourdesdegresd'ordreplusfaibles,lesraiesdesurstructuressont

20 Lesresultatsexperimentaux 2LASTRUCTUREDESALLIAGESORDONNES couche.icinouspresentonsunecourbetypiqueobtenuesurcetechantillon. Nousavonsmesurelescourbes\theta/deuxtheta"enfonctiondel'epaisseurdela Lescourbes\theta/deuxtheta" Nouspouvonsdistinguerlesraies(002)dusubstratdeMgOetdelacouchetampon egalementdistinguerlesraies(002)dupdetdufepd.ceciestd^uaufaitque depalladium.ceciestpossible,carlesparametresd ledesdeuxmateriauxsont LaraieduMgOestnedufaitdesagrandequalitecristalline.Nouspouvons dierentsetcarlepalladiumestrelaxeetadoptesonparametred lenaturel. l'alliageordonnefer-palladiumesttetragonalavecc<a,etdeplusetiresurle quecpd.l'intensiteeleveedelaraiedesurstructure(001)dufer-palladiumestliee substratdoncaplatiselonl'axec.commeilconservelevolumetotaldesamaille, al'ordrechimiqueelevedanscettecouchemince. ildiminuesonparametred lehorsduplanc:cfepdestnettementpluspetit FePd(001)MgO(002)Pd(002) FePd(002) Hu.log.a.L Fig.2.6:Courbetheta/deuxthetatypiquedel'echantillonc350=Pd.Enordonnee Cespectrenouspermetdecalculerleparametred leperpendiculairedel'alliage palladiumestforteacausedelamiseenordredanslastructurel10. nousrepresentonslelogarithmeneperiendel'intensite.laraie(001)dufer- fer-palladium.leparametred ledufer-palladiumn'evoluequetreslegerement enfonctiondel'epaisseurdelacouche.pourlesfaiblesepaisseurs(h<40nm),ilest de0;365nmpouraugmenterjusqu'a0;367nm,savaleurau-dessusdeh=75nm. cependantpossiblequ'elletraduiselarelaxationdecontraintes. Cettevariationestalalimitedelaresolutioninstrumentalequenousestimonsde Nousavonsegalementmesureleparametred ledupalladiumpourverierqu'il legerevariationdelaconcentrationenfonctiondel'epaisseurdelacouche.ilest 0;001nmpourcettelargeurderaie.Lavariationobserveepourrait^etredueaune leparametred ledupalladiumindiquedanslalitterature. Leparametred'ordre abienrelaxe.pourtouteslesmesuresfaitessurcetechantillon,nousavonstrouve q

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

1 2 3 4 5 6 7 9 11 11 B A B A 12 13 [Nm] 370 350 330 310 290 270 250 230 210 190 170 150 130 110 90 140 PS 115 PS 85 PS 70 1000 1500 2000 2500 3000 3500 4000 RPM [kw] [PS] 110 150 100 136 90 122 80 109

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C

Figure 1 : Diagramme énergétique de la photo émission. E B = hν - E C ANALYSE XPS (ESCA) I - Principe La spectroscopie XPS (X-Ray Photoelectron Spectroscopy) ou ESCA (Electron Spectroscopy for Chemical Analysis) est basée sur la photo émission. Lors de l'irradiation par

Plus en détail

Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150

Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150 Epreuve de substitution Exemplaire n Opacimètres BOSCH 3.110, 3.015 et BEA 150 RBFR / 9 989 161 923 / 06-10-2000 1. Matériel nécessaire 1.1. Contrôle des dimensions de la sonde: - Un pied à coulisse, échelon

Plus en détail

L actu de la Centrale de

L actu de la Centrale de L actu de la Centrale de Technologie Universitaire IEF-MINERVE Centrale de Technologie Universitaire Volume 1, numéro 1 Printemps 2007 Microsystèmes Imageries Nanosciences Enseignement Recherche Valorisation

Plus en détail

De la carte perforée à L atome...

De la carte perforée à L atome... bertrand kierren - LPM PSV LPS Orsay - 2006 http://www.lpm.u-nancy.fr/activite_surface/ De la carte perforée à L atome... CONQUETE À l échelle du nano Le nano monde 1 nm 1 μm 1 mm 1 m Les nano technologies

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

FlatBox. Système d Alarme de Sécurité GSM / Sans Fil

FlatBox. Système d Alarme de Sécurité GSM / Sans Fil FlatBox Système d Alarme de Sécurité GSM / Sans Fil www.secumax.fr F l a t B o x La sécurité à la portée de tous GSM / SMS / RFID Système d Alarme Tactile www.secumax.fr Caractéristiques Technologie ARM

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge

Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge Conception de microsystèmes à base d actionneurs en SU8 pour la manipulation de micro-objets en milieu liquide et transfert vers un milieu quasi-sec * * * Annexes Mémoire de Thèse de Matthieu Lagouge soutenue

Plus en détail

1: généralités; 2: l évaluation par l opérateur; 3: l analyse d image; 4: la densitométrie en absorbance et en fluorescence; 5: la conclusion.

1: généralités; 2: l évaluation par l opérateur; 3: l analyse d image; 4: la densitométrie en absorbance et en fluorescence; 5: la conclusion. L HPTLC est une méthode séquentielle, il est donc primordial de contrôler chaque étape. Cette session du 10 ème anniversaire va traiter de la dernière étape de la méthode qui justifie toutes les autres

Plus en détail

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique

Le pavillon. Électrothermie. Chauffage électrique PAGE 1 DE 10 SOUS / Objectif Énoncer les différents procédés de chauffage (direct et indirect). Énoncer les principes de fonctionnement. Identifier les éléments constitutifs. Savoir technologique visé

Plus en détail

Nanociencia et Moletrónica

Nanociencia et Moletrónica F. Sehlan, A. Ramírez, E. Torres, A. Zehe 913 Internet Electronic Journal* Nanociencia et Moletrónica Mayo 2007, Vol. 5, N 1, pp. 913-920 Ánalyse des surfaces des couches épitaxiales isolantes de CaF 2

Plus en détail

La recherche d'indices par fluorescence

La recherche d'indices par fluorescence La recherche d'indices par fluorescence Ces sources d éclairage à haute intensité permettent, en fluorescence, la mise en évidence d indices qui ne sont pas visibles ou peu à l oeil nu. Ex : empreintes

Plus en détail

INFUSIONS MC Marquises contrastantes en polycarbonate Mode d assemblage et d installation

INFUSIONS MC Marquises contrastantes en polycarbonate Mode d assemblage et d installation INFUSIONS MC Marquises contrastantes en polycarbonate Mode d assemblage et d installation 1. DÉFINITION Les marquises contrastantes Infusions offrent un choix de 16 finis de métal ou de plastique transparent

Plus en détail

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques

Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Caractérisations des nanomatériaux par microscopies électroniques Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Partie 1 - Le microscope électronique en transmission (M.E.T.)

Plus en détail

Enceinte de vieillissement accéléré QUV

Enceinte de vieillissement accéléré QUV Enceinte de vieillissement accéléré QUV La référence incontournable dans le domaine des essais de vieillissement Vos produits résistent-ils à l extérieur? Vérifiez rapidement par vous-même avec l enceinte

Plus en détail

Microscopies Électroniques

Microscopies Électroniques Microscopies Électroniques M2 Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Le microscope électronique en transmission

Plus en détail

Disques durs et disques optiques

Disques durs et disques optiques Disques durs et disques optiques GIF-1001 Ordinateurs: Structure et Applications, Hiver 2015 Jean-François Lalonde (sculpture faite de vieux disques durs, source: http://www.wired.com/2009/12/hard-drives-sculpture/all/1)

Plus en détail

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION

PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION PLATE-FORME DE MICROSCOPIE ÉLECTRONIQUE À TRANSMISSION Dr. Mohamed SENNOUR Responsable de la plate-forme JOURNÉE PLATES-FORMES EVRY, GÉNOCENTRE 25 juin 2013 Contexte et historique 2000 : constitution du

Plus en détail

GAMME UviLine 9100 & 9400

GAMME UviLine 9100 & 9400 Agro-alimentaire/Biotechnologie/Enseignement/Recherche/Santé/Industrie GAMME UviLine 9100 & 9400 Spectrophotomètres UV & Visible Une combinaison intelligente d innovations n Excellente précision de mesure

Plus en détail

Colonnes électroniques et ioniques - Détecteurs spécifiques associés : Etat de l'art présenté par les constructeurs Jeudi 2 décembre 2010

Colonnes électroniques et ioniques - Détecteurs spécifiques associés : Etat de l'art présenté par les constructeurs Jeudi 2 décembre 2010 Edité le 29/10/2010 Colonnes électroniques et ioniques - Détecteurs spécifiques associés : Etat de l'art présenté par les constructeurs Jeudi 2 décembre 2010 09h00-09h30 09h30-10h30 10h30-13h45 14h00-14h30

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

GAMME UVILINE 9100 & 9400

GAMME UVILINE 9100 & 9400 GAMME UVILINE 9100 & 9400 SPECTROPHOTOMÈTRES UV & VISIBLE NOUVEAU Sipper avec effet peltier Une combinaison intelligente d innovations EXCELLENTE PRÉCISION DE MESURE GRÂCE À UNE OPTIQUE HAUT DE GAMME Gain

Plus en détail

Rappel d un lot de réactif Wash Buffer II Utilisé sur les systèmes d Immunoanalyse Unicel DxI et DxC 880i Access

Rappel d un lot de réactif Wash Buffer II Utilisé sur les systèmes d Immunoanalyse Unicel DxI et DxC 880i Access TELECOPIE REPONSE Pouvez-vous retourner cette télécopie à : Beckman Coulter Int. S.A. A l attention de G. Sorde Fax N : 0848 850 810 Rappel d un lot de réactif Wash Buffer II Utilisé sur les systèmes d

Plus en détail

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche

La gravure. *lagravureparvoiehumide *lagravuresèche La gravure Après avoir réalisé l étape de masquage par lithographie, il est alors possible d effectuer l étape de gravure. L étape de gravure consiste à éliminer toutes les zones non protégées par la résine

Plus en détail

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech

BICNanoCat. Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs. Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech BICNanoCat Bombardement Ionique pour la Création de Nano Catalyseurs Denis Busardo Directeur Scientifique, Quertech ANR BICNanoCat DAS Concerné : Énergie Environnement Appel à projets : réduction des émissions

Plus en détail

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement

Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Une introduction aux modèles de perception et de raisonnement Courriel : {prenom.nom}@univ-lorraine.fr .. Lecture La perception humaine. . Lecture La perception humaine.. Partie 1. 1. La et les espaces

Plus en détail

COPY. Picture Style Editor Ver. 1.4 MODE D EMPLOI. Logiciel de création de fichiers de style d image. Contenu de ce mode d emploi

COPY. Picture Style Editor Ver. 1.4 MODE D EMPLOI. Logiciel de création de fichiers de style d image. Contenu de ce mode d emploi Logiciel de création de fichiers de style d image Picture Style Editor Ver..4 MODE D EMPLOI Contenu de ce mode d emploi Picture Style Editor est abrégé en PSE. Dans ce mode d emploi, les fenêtres utilisées

Plus en détail

101 Adoptée : 12 mai 1981

101 Adoptée : 12 mai 1981 LIGNE DIRECTRICE DE L OCDE POUR LES ESSAIS DE PRODUITS CHIMIQUES 101 Adoptée : 12 mai 1981 «Spectres d'absorption UV-VIS» (Méthode spectrophotométrique) 1. I N T R O D U C T I O N I n f o r m a t i o n

Plus en détail

Silhouette Studio Leçon N 2

Silhouette Studio Leçon N 2 Silhouette Studio Leçon N 2 Apprendre comment utiliser Ma Bibliothèque et la Boutique en Ligne Silhouette pour importer des nouveaux modèles. Matériels nécessaires Silhouette SD Feuille de transport colle

Plus en détail

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps

Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Microscopies plein champs 3D & 3D n couleurs+temps Dr Fabrice Cordelières, IR2 CNRS Institut Curie - Section de recherche/ CNRS UMR 146 Plateforme d'imagerie Cellulaire Bâtiment 112 - Centre universitaire

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Analyseur XRF portable DELTA

Analyseur XRF portable DELTA Analyseurs XRF portables Gamme DELTA Analyseur XRF portable DELTA pour les applications d identification positive des matériaux (PMI) Inspection non destructive et rapide pour les opérations de QA/QC,

Plus en détail

DELTA. Technologie XRF portable pour les applications PMI

DELTA. Technologie XRF portable pour les applications PMI Analyseur à fluorescence X DELTA Technologie XRF portable pour les applications PMI Identification des métaux et des alliages Contrôle et assurance qualité Sécurité et entretien Analyse exceptionnelle

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Bouchers-Charcutiers Traiteurs Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

Plaquette de présentation de la Plateforme ACOLAD

Plaquette de présentation de la Plateforme ACOLAD FACULTE DE THEOLOGIE CATHOLIQUE Plaquette de présentation de la Plateforme ACOLAD (http:://theocatho-ead..u-strasbg..fr) Formation à distance de la Faculté de Théologie Catholique et de l Institut de Droit

Plus en détail

Journée d étude «Nano : enjeux et risques» 24 avril 2015 Catherine HENRIST ULg-GreenMAT. Caractérisation et stabilisation des nanopoudres

Journée d étude «Nano : enjeux et risques» 24 avril 2015 Catherine HENRIST ULg-GreenMAT. Caractérisation et stabilisation des nanopoudres Journée d étude «Nano : enjeux et risques» 24 avril 2015 Catherine HENRIST ULg-GreenMAT Caractérisation et stabilisation des nanopoudres Journée d étude «Nano : enjeux et risques» 24 avril 2015 Catherine

Plus en détail

Modulaire. Précis. Efficace. www.stsindustrie.com

Modulaire. Précis. Efficace. www.stsindustrie.com Modulaire. Précis. Efficace. www.stsindustrie.com 2 STS: Solutions de Traitement de Surface STS: Solutions de Traitement de Surface Modulaire. Précis. Efficace STS vous offre des solutions sur mesure pour

Plus en détail

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE

SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE 18 CHAPITRE III SPECTROSCOPIE D ABSORPTION DANS L UV- VISIBLE La spectroscopie d absorption dans l UV et le visible est une méthode très commune dans les laboratoires. Elle est basée sur la propriété des

Plus en détail

DIAGNOSTIC SUBSTANCES DANGEREUSES AMIANTE & PCB

DIAGNOSTIC SUBSTANCES DANGEREUSES AMIANTE & PCB DIAGNOSTIC SUBSTANCES DANGEREUSES AMIANTE & PCB 6 OCTOBRE 2010 STEB Service de toxicologie de l'environnement bâti Samuel Martignier, ingénieur en environnement Page 1 Mission Contrôle des risques pour

Plus en détail

Table des matières ENVIRONNEMENT

Table des matières ENVIRONNEMENT ENVIRONNEMENT Présentation de Windows 7.................13 Démarrer Windows 7......................15 Quitter.................................15 Les fenêtres..............................16 Généralités............................17

Plus en détail

Bienvenue à la démonstration de Cisco WebEx TM Meeting Center

Bienvenue à la démonstration de Cisco WebEx TM Meeting Center Bienvenue à la démonstration de Cisco WebEx TM Meeting Center Agenda de la démonstration Objectif: Cette démonstration a pour objectif de vous permettre de programmer et de tenir une réunion à distance

Plus en détail

Déclarations Intrastat via One Gate

Déclarations Intrastat via One Gate 1. Déclarations Intrastat via One Gate (http://www.nbb.be/onegate) One Gate est un outil de déclaration de la Banque Nationale pour la déclaration électronique de rapports statistiques (parmi d autres).

Plus en détail

La puissance de la lumière! Rétinographe numérique

La puissance de la lumière! Rétinographe numérique La puissance de la lumière! Rétinographe numérique Le rétinographe numérique non mydriatique CR-2 n occupe que très peu d espace grâce à son design compact et léger qui ne compromet aucunement les technologies

Plus en détail

Mémoire. Présenté au. Pour obtenir le grade du MAGISTER Spécialité : Spectroscopie des Matériaux Solides. Par. Melle TOUAA ZAZA

Mémoire. Présenté au. Pour obtenir le grade du MAGISTER Spécialité : Spectroscopie des Matériaux Solides. Par. Melle TOUAA ZAZA Mémoire Présenté au Département de Physique Faculté des Sciences, Université Es-Sénia d Oran Pour obtenir le grade du MAGISTER Spécialité : Spectroscopie des Matériaux Solides Par Melle TOUAA ZAZA Caractérisation

Plus en détail

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier

Procédés plasmas à faisceau d ions. P.Y. Tessier Procédés plasmas à faisceau d ions P.Y. Tessier Institut des Matériaux Jean Rouxel, CNRS Groupe des plasmas et des couches minces Université de Nantes Plan Introduction Gravure par faisceau d ions Dépôt

Plus en détail

Les outils de la nanotechnologie:

Les outils de la nanotechnologie: Polytech-Lyon 5 ème année Chap. 3 : les outils des nanos Les outils de la nanotechnologie: Polytech-Lyon / Matériaux 5ème année (2013-2014) (1) Polytech-Lyon 5 ème année Chap. 3 : les outils des nanos

Plus en détail

swisspor Support de planification Plafond et sol Produits et services du groupe swisspor

swisspor Support de planification Plafond et sol Produits et services du groupe swisspor swisspor Support de planification Plafond et sol Produits et services du groupe swisspor Plafond et sol Support de planifications swisspor Table des matières Notions de base Sol de comble sur dalle en

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÊT D ÉQUIPEMENT RÉSOLUTION 2012-10-448

POLITIQUE DE PRÊT D ÉQUIPEMENT RÉSOLUTION 2012-10-448 POLITIQUE DE PRÊT D ÉQUIPEMENT RÉSOLUTION 2012-10-448 1. PRÉAMBULE La Ville de Malartic travaille en étroite collaboration avec les divers organismes récréatifs, culturels, sociaux et communautaires afin

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Cuves pour Spectrophotomètres

Cuves pour Spectrophotomètres Cuves pour Spectrophotomètres Tél : 01.45.12.90.80 Fax : 01.45.12.94.75 info@bioserv.fr Page 25 TRAYCELL Ultra Micro Cuve à Fibres Optiques La TrayCell Hellma est une ultra micro cuve à fibres optiques

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique.

Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Etude des nanofils en trois dimensions et à l échelle atomique par sonde atomique tomographique. Mike El Kousseifi K. Hoummada, F. Panciera, D. Mangelinck IM2NP, Aix Marseille Université-CNRS, Faculté

Plus en détail

Les appareillages des Spectrométrie optique

Les appareillages des Spectrométrie optique ATELIERS DE BIOPHOTONIQUE Les appareillages des Spectrométrie optique 1. Spectroscopies optiques conventionnelles Spectrophotomètre, Spectrofluorimètre, 2. Analyse Spectrale en Microscopie de fluorescence

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

L isolation toiture 29/04/2013 ISOLATION TOITURE ISOLATION TOITURE LE POURQUOI!... ISOLATION TOITURE L écran de sous toiture (E.S.T.

L isolation toiture 29/04/2013 ISOLATION TOITURE ISOLATION TOITURE LE POURQUOI!... ISOLATION TOITURE L écran de sous toiture (E.S.T. L énergie la moins chère est celle non consommée Plan de la présentation L isolation toiture Soirée d information 23 avril 2013 Guides Énergie Neupré Le pourquoi. Quelques notions techniques. La prime

Plus en détail

Notice d emploi Thermohygromètre et baromètre enregistreur de données PCE-THB 40

Notice d emploi Thermohygromètre et baromètre enregistreur de données PCE-THB 40 C/ Mayor, 53 - Bajo 02500 Tobarra Albacete-España Tel. : +34 967 543 548 Fax: +34 967 543 542 info@pce-iberica.es Notice d emploi Thermohygromètre et baromètre enregistreur de données PCE-THB 40 INDEX

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées

DREAL Corse. Version 2014. Atlas et catalogue de métadonnées Atlas et catalogue de métadonnées DREAL Corse Version 2014 Application conçue par la Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement dans le cadre de l Observatoire du Développement

Plus en détail

Base de Connaissances SiteAudit. Utiliser les Rapports Planifiés. Sommaire des Fonctionnalités. Les Nouveautés

Base de Connaissances SiteAudit. Utiliser les Rapports Planifiés. Sommaire des Fonctionnalités. Les Nouveautés Base de Connaissances SiteAudit Utiliser les Rapports Planifiés Avril 2010 Dans cet article: Sommaire des fonctionnalités Les nouveautés Planifier des rapports SiteAudit 4.0 fournit une nouvelle interface

Plus en détail

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air

Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Quelques bonnes raisons pour ne pas faire les mesures électriques par AFM à l'air Brice Gautier, Antoine Brugère, Wael Hourani, Octavian Ligor, Antonin Grandfond, Alexis Borowiak, David Albertini, Armel

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Boulangers Pâtissiers Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts de l énergie

Plus en détail

Résumé camp forestier février 2012

Résumé camp forestier février 2012 Résumé camp forestier février 2012 Lundi 13 février 2012 Visite du chantier de SOLIFOR, secteur Waco à Rivière aux Rats. SOLIFOR s est porté acquéreur des lots privés que possédait Abitibi Bowater lors

Plus en détail

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES

PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES PREPARATION AU TEST POUR L OBTENTION DU CERTIFICAT D APTITUDE- FLUIDES FRIGORIGENES Durée : 6 jours Public : Plombiers, Electriciens, Chauffagistes Pré-requis : avoir suivi une formation climatisation

Plus en détail

[ F ] Fig.1 enregistreur indicateur HD30.1 MicroSD Card. Entrée sonde HD30.S1- HD30.S2. MiniUSB Ethernet Alimentation chargeur batterie

[ F ] Fig.1 enregistreur indicateur HD30.1 MicroSD Card. Entrée sonde HD30.S1- HD30.S2. MiniUSB Ethernet Alimentation chargeur batterie [ F ] [ F ] Description Le HD30.1 est un instrument fabriqué par Delta Ohm pour l analyse spectrale de la lumière dans le champ visible et ultraviolette. L instrument a été conçu en conjuguant fl exibilité

Plus en détail

MANUEL DU PROPRIÉTAIRE Nº DE MODÈLES: 9PRA 12PRA

MANUEL DU PROPRIÉTAIRE Nº DE MODÈLES: 9PRA 12PRA CLIMATISEURS MOBILES Français MANUEL DU PROPRIÉTAIRE Nº DE MODÈLES: 9PRA 12PRA Avertissement: - Lisez ces instructions attentivement avant d installer et de faire fonctionner le climatiseur portable Bora.

Plus en détail

Comment procéder : 9 étapes simples pour installer un plan de travail préformé

Comment procéder : 9 étapes simples pour installer un plan de travail préformé Comment procéder : 9 étapes simples pour installer un plan de travail préformé L'installation de votre propre plan de travail vous donne l'opportunité de vous exprimer et d'économiser de l'argent. Pour

Plus en détail

Température du four trop basse Utiliser la bonne température: 370 F à 380 F (187 C à 193 C). Sur-mélangée Mélanger moins dans la première phase.

Température du four trop basse Utiliser la bonne température: 370 F à 380 F (187 C à 193 C). Sur-mélangée Mélanger moins dans la première phase. Guide de dépannage pour gâteaux GÂTEAUX AIDE-MÉMOIRE Un excès de graisse dans les moules provoque un affaisement du pourtour du gâteau. Plus haute est la température de cuisson, plus haut le gâteau bombera.

Plus en détail

VERRES A. Guidoum GC 2009 1

VERRES A. Guidoum GC 2009 1 VERRES A. Guidoum GC 2009 1 Plan 1. LES VERRES ORDINAIRES 2. INFLUENCE DE LA COMPOSITION SUR LES PROPRIETES 3. LES VERRES SPECIAUX 4. FABRICATION 5. ROLE DE LA VISCOSITE 6. TRAITEMENTS THERMIQUES DU VERRE

Plus en détail

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs

D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE C OMPTEUR DE FRANGES A FIBRE OPTIQUE. Détecteurs D ETECTEURS L UXMETRE SUR TIGE Capteur luxmètre à sonde détachable, idéal pour les expériences de polarisation, il permet de quantifier simplement et rapidement les principales sources et phénomènes lumineux.

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION

LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION LE RÔLE DE LA STATISTIQUE DANS UN PROCESSUS DE PRISE DE DÉCISION Sylvie Gervais Service des enseignements généraux École de technologie supérieure (sylvie.gervais@etsmtl.ca) Le laboratoire des condensateurs

Plus en détail

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009

CODEX ŒNOLOGIQUE INTERNATIONAL. Mesure de la viscosité COEI-2-VISCPE : 2009 DETERMINATION DE LA CAPACITE D'UNE PREPARATION ENZYMATIQUE A COUPER LES CHAINES PECTIQUES PAR LA MESURE DE LA VISCOSITE (OIV-Oeno 351-2009) 1. PRINCIPE On se propose ici de mesurer la quantité d'enzyme

Plus en détail

M1 - MP057. Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie

M1 - MP057. Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie M1 - MP057 Microscopie Électronique en Transmission Diffraction Imagerie Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan Le microscope électronique en transmission : - colonne,

Plus en détail

Principe et élaboration de poudre par atomisation gazeuse, granulométrie et traçabilité pour la fabrication additive.

Principe et élaboration de poudre par atomisation gazeuse, granulométrie et traçabilité pour la fabrication additive. Principe et élaboration de poudre par atomisation gazeuse, granulométrie et traçabilité pour la fabrication additive. Lucas DEMBINSKI Christian CODDET, Cécile LANGLADE Université de Technologie de Belfort-Montbéliard

Plus en détail

METHODES SPECTROMETRIQUES D'ANALYSE ET DE CARACTERISATION

METHODES SPECTROMETRIQUES D'ANALYSE ET DE CARACTERISATION METHO SPECTROMETRIQUES D'ANALYSE ET DE CARACTERISATION SPECTROPHOTOMETRIE UV-VIS Page 2 Page 3 SOMMAIRE 1. DOMAINES D APPLICATIONS... 5 1.1. LA COMPLÉMENTARITÉ AVEC LA SPECTROMÉTRIE IR... 5 1.2. LES LIMITES

Plus en détail

PLATEFORME CYTOMETRIE EN FLUX CHARTE D'UTILISATION

PLATEFORME CYTOMETRIE EN FLUX CHARTE D'UTILISATION 28/08/2015 PLATEFORME CYTOMETRIE EN FLUX CHARTE D'UTILISATION Présentation Description La plateforme de Cytométrie en flux installée à l hôpital Henri Mondor est équipée d un trieur et de deux analyseurs

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION

AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION Michel Senécal, agr. Centre de services horticoles du MAPAQ Laval Octobre 2006 Le semis des fleurs annuelles est une opération délicate où

Plus en détail

Estimation: intervalle de fluctuation et de confiance. Mars 2012. IREM: groupe Proba-Stat. Fluctuation. Confiance. dans les programmes comparaison

Estimation: intervalle de fluctuation et de confiance. Mars 2012. IREM: groupe Proba-Stat. Fluctuation. Confiance. dans les programmes comparaison Estimation: intervalle de fluctuation et de confiance Mars 2012 IREM: groupe Proba-Stat Estimation Term.1 Intervalle de fluctuation connu : probabilité p, taille de l échantillon n but : estimer une fréquence

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION (simplifié) DE LA CENTRALE LS-30

MANUEL D UTILISATION (simplifié) DE LA CENTRALE LS-30 MANUEL D UTILISATION (simplifié) DE LA CENTRALE LS-30 6 rue Philogène Lalande DES JARDINS - Doniambo - Dock E10 Tel: 26.22.29 Fax: 26.22.39 e-mail: info@prosystems.nc SOMMAIRE I. CLAVIER ET PANNEAU D AFFICHAGE...

Plus en détail

Your Detecting Connection. Manuel de l utilisateur. support@xchange2.net

Your Detecting Connection. Manuel de l utilisateur. support@xchange2.net Your Detecting Connection Manuel de l utilisateur support@xchange2.net 4901-0128-5 ii Table des matières Table des matières Installation... 4 Conditions d utilisation de XChange 2...4 Définir vos Préférences

Plus en détail

SERRURES & COMBINAISONS

SERRURES & COMBINAISONS SERRURES & COMBINAISONS Serrure A Clé Double Panneton Combinaison Mécanique - 105 - SERRURES ET COMBINAISONS «MECANIQUE» SERRURE : FF07PAG «degré B E A2P» Clé double Panneton, 10 gorges, serrure suivant

Plus en détail

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple

Contribution des faisceaux d ions à l élaboration de dispositifs pour l électronique souple Comité National Français de Radioélectricité Scientifique Section française de l Union Radio Scientifique Internationale Siège social : Académie des Sciences, Quai de Conti Paris Journées scientifiques

Plus en détail

Site Football Américain - Cahier des charges

Site Football Américain - Cahier des charges Site Football Américain - Cahier des charges Romain Dewaele et Jessica Rochat Méthodologie Pour réaliser ce cahier des charges, nous avons tout d abord eu un entretien avec le commanditaire de notre projet

Plus en détail

Système de vidéosurveillance pour Pocket PC

Système de vidéosurveillance pour Pocket PC Système de vidéosurveillance pour Pocket PC Version 0.1 TABLE DES MATIERES PRESENTATION ET MISE EN SERVICE... 3 1. Présentation du logiciel... 3 2. Préquis et compatibilité... 3 3. Installation du logiciel

Plus en détail

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement

Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Fiche d application : Systèmes de mesure ou d estimation des consommations en logement Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 30 mai 2013 1 Préambule L article 23 de l arrêté

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION de la plateforme Commune de Microscopie Electronique, CCMA, de la Faculté de Sciences de L Université de Nice-Sophia-Antipolis

CHARTE D UTILISATION de la plateforme Commune de Microscopie Electronique, CCMA, de la Faculté de Sciences de L Université de Nice-Sophia-Antipolis CHARTE D UTILISATION de la plateforme Commune de Microscopie Electronique, CCMA, de la Faculté de Sciences de L Université de Nice-Sophia-Antipolis SOMMAIRE 1- Présentation 2- Localisation et matériel

Plus en détail

Détecteur à fluorescence Agilent Infinity 1260

Détecteur à fluorescence Agilent Infinity 1260 Détecteur à fluorescence Agilent Infinity 1260 Manuel d'utilisation Agilent Technologies Avertissements Agilent Technologies, Inc. 2010-2012, 2013 Conformément aux lois nationales et internationales relatives

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail