Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007?"

Transcription

1 Point d information 4 décembre 2008 Etude sur les personnes en affection de longue durée : Quelles évolutions en 2007? A fin 2007, près de 10 millions de personnes en France étaient atteintes d une affection de longue durée (ALD) et prises en charge à 100% dans le cadre de cette maladie. Pour le Régime général seul, ce chiffre s élève à 8 millions d assurés, soit près d 1 assuré sur 7. Si la progression des effectifs en ALD a ralenti depuis 2006 (+3,6% en 2006 et +4,2% en 2007 contre une moyenne de +5,7% entre 1994 et 2004), elle demeure supérieure à celle de la démographie. Plusieurs facteurs sont connus : vieillissement de la population française qui devient plus exposée à ces pathologies chroniques ; amélioration des traitements et de la prise en charge permettant de vivre plus longtemps avec une affection chronique ; dépistage plus précoce Ainsi on observe que la mortalité cardiovasculaire a diminué de 15% entre 2000 et Maladies cardiovasculaires, tumeurs malignes et diabète représentent plus de 5,7 millions de malades, soit plus de 70% du total des assurés en ALD. Ces trois pathologies connaissent une croissance soutenue sur l année (supérieure à 6,4%) et participent ainsi à plus de 75% de l augmentation de la population en ALD. L étude menée par l Assurance Maladie offre ainsi une vision précise et actualisée des pathologies lourdes et chroniques en France et de leurs évolutions. Ces données permettent également de mieux comprendre l évolution des dépenses d assurance maladie et les moteurs de leur croissance. En effet, les soins liés aux affections de longue durée représentent 64% des dépenses de l Assurance Maladie et 90% de leur progression annuelle. L équilibre financier de l Assurance Maladie est ainsi confronté à cette croissance tendancielle de ses dépenses, compte tenu des évolutions en matière de santé : essor des pathologies chroniques, amélioration des modalités de soins, diffusion d innovations coûteuses Ce constat renforce la nécessité de rechercher une efficience maximale des dépenses de santé. Un objectif sur lequel l Assurance Maladie se mobilise avec l ensemble des acteurs du système de soins : développer la prévention des pathologies chroniques et de leurs complications, organiser et hiérarchiser le recours aux soins, fixer les tarifs à un niveau en adéquation avec le coût réel de production des actes, renoncer aux produits ou techniques dont le service médical est jugé insuffisant Pour plus d informations, voir Points de repère N 2 0 «Les personnes en affection de longue durée au 31 décembre 2007», Espace Statistiques et publications. Les assurés en affection de longue durée à fin 2007 Assurance Maladie 4 décembre

2 I Près d un assuré sur 7 en affection de longue durée Une croissance des effectifs ralentie depuis 2006 A fin 2007, près de 10 millions de personnes en France sont atteintes d une affection de longue durée (ALD) et prises en charge à 100% pour leur pathologie 1. Pour le Régime général seul, ce chiffre s élève à 8 millions d assurés, contre près de 7,7 millions à fin 2006 et environ 4 millions en Au total, le taux de patients bénéficiant d une prise en charge à 100% pour une ALD est de 14,2%, soit près d un assuré du Régime général sur 7. Depuis 2006, la croissance des effectifs en ALD enregistre un net ralentissement : +3,6% en 2006 et +4,2% en 2007, après une période marquée par des taux élevés : +5,7% par an en moyenne. Néanmoins, les effectifs d assurés en ALD continuent de progresser plus rapidement que la population du Régime général. Plusieurs facteurs expliquent ainsi cette hausse : - La population française vieillit et son espérance de vie augmente (2 à 3 mois chaque année), alors que les pathologies chroniques touchent en priorité les personnes de plus de 60 ans. - Grâce aux progrès techniques et aux politiques de santé publique, les maladies sont dépistées et traitées plus précocement mais aussi plus efficacement : on vit aujourd hui plus longtemps avec son affection de longue durée. - Les patients chroniques sont aujourd hui plus souvent bénéficiaires d une ALD, compte tenu des coûts élevés de traitements. L importance de l âge L âge moyen des personnes en ALD est de 61,6 ans (61,4 ans en 2006) mais il existe d importantes disparités selon les pathologies chroniques concernées : 70 ans en moyenne pour les maladies cardiovasculaires, 48 ans pour les pathologies psychiatriques de longue durée ou encore 82 ans pour la maladie d Alzheimer. Par ailleurs, le taux de personnes en ALD est très fortement lié à l âge : il atteint près de 25% de la population chez les ans pour croître très rapidement et atteindre plus de 75% des assurés à partir de 90 ans (cf graphique ci-dessous). Les populations masculines et féminines sont différentes en matière d affections de longue durée : à âge identique, les hommes sont davantage touchés par des pathologies chroniques et graves, notamment pour les maladies cardiovasculaires ou le diabète. Cependant, la population féminine étant plus importante dans les âges les plus élevés (plus de 80 ans notamment), on compte un nombre total de femmes en ALD plus important que d hommes. Enfin, en moyenne, un assuré en affection de longue durée a 1,2 pathologie exonérante. Ce chiffre tend à augmenter depuis plusieurs années (1,14 en octobre 2004). 1 Estimation Tous régimes d Assurance Maladie Les assurés en affection de longue durée à fin 2007 Assurance Maladie 4 décembre

3 Le dispositif des affections de longue durée : rappel Une affection de longue durée (ALD) exonérante est une maladie dont la gravité et/ou le caractère chronique justifie une prise en charge à 100% par l Assurance Maladie. Cette prise en charge à 100% est réservée aux soins et traitements liés à l affection de longue durée. Les traitements délivrés aux patients en ALD qui concernent une autre pathologie* sont remboursés aux taux habituels de l Assurance Maladie. Une liste répertorie les trente affections (ALD 30) ouvrant droit à une exonération du ticket modérateur. A cette liste s ajoute les affections graves caractérisées hors liste (ALD 31) et les polypathologies invalidantes (ALD 32). La loi du 13 août 2004 a rénové le dispositif : un protocole de soins est établi par le médecin traitant pour tout malade entrant en ALD. Ce protocole permet d améliorer : - la circulation de l information et la coordination des soins entre le médecin traitant et les médecins spécialistes qui suivent un patient en ALD - l information du malade sur les soins et des traitements pris en charge à 100% dans le cadre de sa maladie. * Hors ALD Les assurés en affection de longue durée à fin 2007 Assurance Maladie 4 décembre

4 II Quelles sont les principales pathologies concernées? Trois groupes de pathologies représentent plus de 70% du total des assurés en ALD et concernent, pour chacun d entre eux, plus d 1,5 million de malades 2. Maladies cardiovasculaires : Sous cette famille, sont réunies 5 ALD distinctes (hypertension artérielle sévère, maladie coronaire, insuffisance cardiaque grave, artériopathies chroniques, accident vasculaire cérébral invalidant). Au total, plus de 2,6 millions de personnes sont touchées par une maladie cardiovasculaire chronique dont près d 1 million traité pour une hypertension artérielle sévère. Les données de l Assurance Maladie montrent une croissance significative par rapport à 2006 (+6,4%), notamment pour les insuffisances cardiaques graves (+9,3%) et l hypertension artérielle sévère (+8,5%). A noter, en 2007, plus d un tiers de la croissance de la population en ALD est lié au groupe des maladies cardiovasculaires. L augmentation des effectifs en ALD pour maladies cardiovasculaires peut être mis en perspective avec les dernières données sur la mortalité en France : entre 2000 et 2004, la mortalité cardiovasculaire a diminué de 15%. Tumeurs malignes / cancers : L affection de longue durée «Tumeur maligne» (ALD 30) regroupe 1,6 million de personnes à fin 2007 (contre 1,5 million à fin 2006, soit une croissance annuelle de 6,5%). La principale pathologie demeure le cancer du sein chez la femme, avec plus de personnes. 1 er cancer chez l homme, l affection «tumeur maligne de la prostate» concerne, quant à elle, près de assurés. Les données de l Assurance Maladie révèlent une forte augmentation des personnes en ALD pour cette pathologie : +11,2% en 2007 et +11% en moyenne par an depuis Celle-ci s explique par un dépistage plus précoce. Il existe également pour les cancers une baisse de la mortalité entre 2000 et 2004 de 5%. Diabète : Le nombre de personnes en ALD pour diabète (type 1 et 2) atteint plus d 1,5 million de personnes à fin 2007, soit une hausse de 8,2% par rapport à Cette pathologie est celle, après les maladies cardiovasculaires, qui contribue le plus à la croissance de la population totale en ALD. A noter, le diabète de type 2 représente, à lui seul, plus d 1,3 million de personnes et se classe comme la 1 ère maladie en effectifs en France. La part des patients diabétiques en ALD a progressé, passant de 70% en 1998 à plus de 83% à fin De manière générale, le classement des ALD selon leurs effectifs a peu évolué en 2007 et ces dernières années. En parallèle des 3 principaux groupes de pathologies détaillés cidessus, on compte 17 ALD 30 ayant, pour chacune, une population inférieure à personnes. Les affections graves hors liste (ALD 31) et les polypathologies invalidantes (ALD 32) représentent plus de patients. 2 Ces chiffres concernent le Régime général seul. Les assurés en affection de longue durée à fin 2007 Assurance Maladie 4 décembre

5 III Près de deux tiers des dépenses concentrées sur les affections de longue durée Une dynamique principalement liée aux pathologies chroniques et lourdes Les dépenses de soins remboursées par l Assurance Maladie sont très concentrées et principalement liées aux affections de longue durée, qui nécessitent logiquement des soins longs et coûteux. Ainsi, si les patients en ALD représentent 14% des assurés, ils totalisent 64% des dépenses. Inversement, une large majorité de la population est peu consommatrice de soins. Au sein même des ALD, les dépenses sont concentrées sur un faible nombre de patients : en 2004, 5% des assurés en ALD représentaient 41,5% des dépenses remboursées aux patients dans cette situation. Cette situation illustre ainsi le fondement solidaire de l Assurance Maladie, qui garantit l accès aux soins de tous les assurés, tout au long de leur vie et quels que soient leur situation. Si l on observe la croissance des dépenses d assurance maladie, celle-ci est quasiexclusivement liée aux pathologies chroniques : les affections de longue durée représentant ainsi 90% de cette croissance 3. Ces données permettent ainsi de mieux comprendre la répartition et la dynamique des dépenses d assurance maladie : o D une part, l augmentation continue du nombre de patients en ALD (+3,8% par an d ici 2011), plus élevée que celle de la population globale, contribue à accroître «mécaniquement» les dépenses de santé (hausse estimée à +2,1% pan an). o D autre part, l amélioration des modalités de traitement (progrès techniques, innovations thérapeutiques, dépistage et traitement précoces, etc.) se répercute sur les dépenses.. Les dépenses de santé par patient en ALD En moyenne, les dépenses annuelles d un patient en ALD sont proches de euros 4, et se situent entre et euros par an pour les pathologies les plus fréquentes : près de pour les pathologies cardiovasculaires, plus de pour les cancers (tumeurs malignes), pour le diabète. Quelques pathologies peuvent atteindre des dépenses annuelles élevées : par pour les néphropathies chroniques, près de de pour les affections neurologiques et musculaires, la sclérose en plaques, les infections à VIH et la maladie d Alzheimer.. Pour mémoire, chaque assuré du régime général a perçu en 2006, en moyenne, de remboursements de soins. Ces chiffres illustrent là encore les valeurs fondatrices de l Assurance Maladie, assureur solidaire en santé. 3 Dépenses dans le champ de l ONDAM. 4 Données Les assurés en affection de longue durée à fin 2007 Assurance Maladie 4 décembre

Indicateur n 14 : Effectif de malades pris en charge au titre d une affection de longue durée (ALD30) et dépense associée

Indicateur n 14 : Effectif de malades pris en charge au titre d une affection de longue durée (ALD30) et dépense associée 55 Indicateur n 14 : Effectif de malades pris en charge au titre d une affection de longue durée (ALD30) et dépense associée Sous-indicateur n 14-1 : effectif annuel des maladies admises au bénéfice de

Plus en détail

Indicateur n 14 : Effectif de malades pris en charge au titre d une affection de longue durée (ALD30) et dépense associée

Indicateur n 14 : Effectif de malades pris en charge au titre d une affection de longue durée (ALD30) et dépense associée Indicateur n 14 : Effectif de malades pris en charge au titre d une affection de longue durée (ALD30) et dépense associée Sous-indicateur n 14-1 : Effectif annuel des maladies admises au bénéfice de l

Plus en détail

Age et dépenses de santé

Age et dépenses de santé Alberto Holly Professeur honoraire Institut d économie et management de la santé (IEMS) Université de Lausanne Les Journées de l Economie Lyon, 13 novembre 2009 Sommaire Introduction Relation entre âge

Plus en détail

Présentation de la Cartographie médicalisée des dépenses de santé

Présentation de la Cartographie médicalisée des dépenses de santé Communiqué de presse Paris, le 31 mai 2017 #recours aux soins #maladies chroniques #transition épidémiologique Présentation de la Cartographie médicalisée des dépenses de santé Afin de décrire au mieux

Plus en détail

Prise en charge des maladies chroniques en médecine générale : le point de vue de l Assurance Maladie

Prise en charge des maladies chroniques en médecine générale : le point de vue de l Assurance Maladie Prise en charge des maladies chroniques en médecine générale : le point de vue de l Assurance Maladie Module 17 DES de Médecine générale Les maladies chroniques Faculté de Médecine de Marseille Dr Julien

Plus en détail

Le vieillissement des Français et leur consommation médicale : un enjeu majeur pour l avenir du système de soins

Le vieillissement des Français et leur consommation médicale : un enjeu majeur pour l avenir du système de soins Point d information mensuel Le 4 septembre 2003 Le vieillissement des Français et leur consommation médicale : un enjeu majeur pour l avenir du système de soins La population vieillit rapidement. En 2003,

Plus en détail

Prise en charge des maladies chroniques en médecine générale : le point de vue de l Assurance Maladie

Prise en charge des maladies chroniques en médecine générale : le point de vue de l Assurance Maladie Prise en charge des maladies chroniques en médecine générale : le point de vue de l Assurance Maladie Module 17 DES de Médecine générale Les maladies chroniques Faculté de Médecine de Marseille Dr Julien

Plus en détail

En deux ans, le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant s est installé dans les mœurs

En deux ans, le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant s est installé dans les mœurs Point mensuel du 23 janvier 2007 En deux ans, le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant s est installé dans les mœurs Le parcours de soins coordonnés par le médecin traitant a été instauré

Plus en détail

Le médicament économiseur de coûts

Le médicament économiseur de coûts Le médicament économiseur de coûts Etude réalisée pour le LEEM Présentation du 17 octobre 2011 BIPE 2011 La question posée et les pistes de réponses La question posée par le LEEM au BIPE était : «Dans

Plus en détail

Les maladies chroniques à La Réunion et à Mayotte

Les maladies chroniques à La Réunion et à Mayotte Les maladies chroniques à La Réunion et à Mayotte LES AFFECTIONS LONGUE DURÉE (ALD) 103 000 personnes prises en charge pour une ALD 30 en 2014 Dont 31% pour diabète Dont 24% pour maladies cardiovasculaires

Plus en détail

Longue Durée et odontologie Article L du Code de Sécurité Sociale

Longue Durée et odontologie Article L du Code de Sécurité Sociale Exonération du ticket modérateur en rapport avec une Affection de Longue Durée et odontologie Article L 322.3 du Code de Sécurité Sociale 1 Une affection de longue durée exonérante est une maladie dont

Plus en détail

Cours 2 Dépenses de santé

Cours 2 Dépenses de santé Cours 2 Dépenses de santé L2 Santé société humanité, économie de la santé Année universitaire 2016-2017 Dr Anne-Laurence Le Faou MCU-PH Université Paris-Diderot Plan Introduction Les agrégats des comptes

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires en Aquitaine

Les maladies cardiovasculaires en Aquitaine Les maladies cardiovasculaires en Juillet 2011 Un document réalisé avec le soutien financier de l Agence régionale de la santé d Sommaire Avant propos 5 Contexte national 7 L ensemble des maladies cardiovasculaires

Plus en détail

La cartographie des pathologies et des dépenses. Conférence de presse. 31 mai 2017

La cartographie des pathologies et des dépenses. Conférence de presse. 31 mai 2017 La cartographie des pathologies et des dépenses Conférence de presse Couverture 31 mai 2017 Version 2012-2015 Mai 2017 Méthodologie - 3 grandes étapes structurantes Professeur Luc Barret, Médecin conseil

Plus en détail

Tendances du diabète et différences selon le sexe. Résumé de la surveillance du diabète au Manitoba

Tendances du diabète et différences selon le sexe. Résumé de la surveillance du diabète au Manitoba Tendances du diabète et différences selon le sexe Résumé de la surveillance du diabète au Manitoba Mai 2009 Tendances du diabète et différences selon le sexe au Manitoba Méthodes utilisées Ce rapport repose

Plus en détail

9-1 LA BIOLOGIE MEDICALE

9-1 LA BIOLOGIE MEDICALE 9-1 LA BIOLOGIE MEDICALE Selon les comptes de la santé, les dépenses totales d analyses de biologie médicale (4,2 Md en 2007) représentent 2,6% de la consommation de soins et biens médicaux. Les dépenses

Plus en détail

MALADIES CHRONIQUES EN Aquitaine

MALADIES CHRONIQUES EN Aquitaine ÉTUDE MALADIES CHRONIQUES EN une approche à travers les admissions en affection de longue durée (2008-2010) En France, les maladies chroniques touchent près de 20 % de la population et sont l une des causes

Plus en détail

Quoi, pourquoi, comment et qui rémunérer pour une action d éducation thérapeutique en activité libérale?

Quoi, pourquoi, comment et qui rémunérer pour une action d éducation thérapeutique en activité libérale? Quoi, pourquoi, comment et qui rémunérer pour une action d éducation thérapeutique en activité libérale? Yann Bourgueil IRDES Journée IPCEM 10 novembre 2006 Plan L importance des maladies chroniques et

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S RÉFORMES EN COURS

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S RÉFORMES EN COURS C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S RÉFORMES EN COURS Compléments d informations C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S LA CONVENTION MÉDICALE DU 25 AOÛT 2016 Page 2 La convention

Plus en détail

La cartographie des pathologies et des dépenses. Conférence de presse. 31 mai 2017

La cartographie des pathologies et des dépenses. Conférence de presse. 31 mai 2017 La cartographie des pathologies et des dépenses Conférence de presse Couverture 31 mai 2017 Version 2012-2015 Mai 2017 Méthodologie - 3 grandes étapes structurantes Professeur Luc Barret, Médecin conseil

Plus en détail

points de r e p e r e

points de r e p e r e o c t o b r e 2 0 0 6 - n u m é r o 3 points de r e p e r e COÛT DES TRENTE AFFECTIONS DE LONGUE DURÉE POUR L ASSURANCE MALADIE L étude porte sur plus de six millions de patients en ALD en 2004. Le remboursement

Plus en détail

Formation des internes en médecine générale. ETM - Protocole de soins

Formation des internes en médecine générale. ETM - Protocole de soins Formation des internes en médecine générale ETM - Protocole de soins Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 L exonération du ticket modérateur Définitions Le ticket modérateur est la part non

Plus en détail

Addiction DÉFINITION. L addiction : quand? Nicolas Brault. Voir les articles : Alcool, Cannabis, Tabac.

Addiction DÉFINITION. L addiction : quand? Nicolas Brault. Voir les articles : Alcool, Cannabis, Tabac. Nicolas Brault Addiction DÉFINITION Le mot «addiction» est un terme anglo-saxon, d origine latine, qui consiste selon le droit romain «à donner son corps en gage en réparation d une dette non payée»: c

Plus en détail

2,5 millions de personnes atteintes de diabète en France : Prise en charge des malades et dynamique des dépenses

2,5 millions de personnes atteintes de diabète en France : Prise en charge des malades et dynamique des dépenses Point d information 22 octobre 2009 2,5 millions de personnes atteintes de diabète en France : Prise en charge des malades et dynamique des dépenses La plupart des pays développés sont actuellement confrontés

Plus en détail

Quelques Résultats - Un changement des causes de décès est observé d une étape à une autre. En effet, les

Quelques Résultats - Un changement des causes de décès est observé d une étape à une autre. En effet, les Septième Conférence Africaine sur la Population Johannesburg Afrique du Sud, 30 Novembre 4 Décembre 2015. Dividendes démographiques en afrique : Perspectives, opportunités et défis Titre : La transition

Plus en détail

Quelles sont les maladies appelées «

Quelles sont les maladies appelées « J ai une maladie chronique : est-ce une affection de longue durée? Vous avez une affection de longue durée (ALD). Votre médecin va effectuer différentes formalités afin que la réalité de cette maladie

Plus en détail

GESTION DU RISQUE DIABETE

GESTION DU RISQUE DIABETE GESTION DU RISQUE DIABETE 1 Responsabilisation assurés Tiers payant et génériques Dans le cadre de l ALD le tiers payant n est dû que pour les génériques Si le patient s oppose à la substitution alors

Plus en détail

Introduction à la santé publique

Introduction à la santé publique Introduction à la santé publique Pr Pascal Astagneau Département de Santé publique Santé publique : définition - OMS 1952 «La science et l art de prévenir les maladies, de prolonger la vie et d améliorer

Plus en détail

L évolution de la mortalité...

L évolution de la mortalité... MINISTERE DE L EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES Préfectures de, et DIRECTIONS DE LA SANTE Service Études & Statistiques Antilles ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

La santé observée. Bilan de santé DANS LA HAUTE GARONNE. Décembre Dossier réalisé par : Observatoire Régional de la Santé de Midi Pyrénées

La santé observée. Bilan de santé DANS LA HAUTE GARONNE. Décembre Dossier réalisé par : Observatoire Régional de la Santé de Midi Pyrénées Lasantéobservée enmidipyrénées Bilandesanté DANSLAHAUTEGARONNE Décembre2009 Dossierréalisépar: ObservatoireRégionaldelaSantédeMidiPyrénées Le bilan de santé est réalisé à partir du suivi et des indicateurs

Plus en détail

Observation de la santé des Nazairiens

Observation de la santé des Nazairiens Observation de la santé des Nazairiens SYNTHESE Novembre 2013 Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Agence pour le développement durable de la région nazairienne Cette synthèse présente

Plus en détail

AFFECTIONS DE LONGUE DUREE LISTE ET CRITÈRES MÉDICAUX D ADMISSION

AFFECTIONS DE LONGUE DUREE LISTE ET CRITÈRES MÉDICAUX D ADMISSION AFFECTIONS DE LONGUE DUREE LISTE ET CRITÈRES MÉDICAUX D ADMISSION Avis 2007 Introduction En matière d affections de longue durée (ALD), la loi a confié trois missions à la HAS : donner un avis sur la liste

Plus en détail

agglomération côte basque adour éléments de cadrage complémentaires réalisés dans le cadre du contrat local de santé DÉMOGRAPHIE - ÉTAT DE SANTÉ

agglomération côte basque adour éléments de cadrage complémentaires réalisés dans le cadre du contrat local de santé DÉMOGRAPHIE - ÉTAT DE SANTÉ agglomération côte basque adour éléments de cadrage complémentaires réalisés dans le cadre du contrat local de santé DÉMOGRAPHIE - ÉTAT DE SANTÉ L'Agence régionale de santé (ARS) d'aquitaine et l'agglomération

Plus en détail

PROPOSITIONS DE L ASSURANCE MALADIE SUR LES CHARGES ET PRODUITS POUR L ANNEE 2011

PROPOSITIONS DE L ASSURANCE MALADIE SUR LES CHARGES ET PRODUITS POUR L ANNEE 2011 PROPOSITIONS DE L ASSURANCE MALADIE SUR LES CHARGES ET PRODUITS POUR L ANNEE 2011 CONSEIL CNAMTS DU 8 JUILLET 2010 INTRODUCTION... 3 1. LA CROISSANCE DES DEPENSES RESULTE D ABORD DES SOINS CONSECUTIFS

Plus en détail

SIMPLIFICATION de la gestion des ALD un outil : le PSE

SIMPLIFICATION de la gestion des ALD un outil : le PSE SIMPLIFICATION de la gestion des ALD un outil : le PSE Présentation URML 22 septembre 2016 1. C o n t e x t e ( s u i t e ) Simplification de la procédure d admission et de prolongation pour les Affections

Plus en détail

L'Évolution des maladies chroniques en

L'Évolution des maladies chroniques en L'Évolution des maladies chroniques en Auvergne-Rhône-Alpes NOVEMBRE 2016 Observatoire Régional de la Santé Rhône-Alpes 9, quai Jean Moulin - 69001 Lyon Tél. : 04 72 07 46 20 - Fax : 04 72 07 46 21 E-mail

Plus en détail

Santé et soins aux aînés en Nicole Ouellet, Ph. D., professeure Sciences infirmières, UQAR

Santé et soins aux aînés en Nicole Ouellet, Ph. D., professeure Sciences infirmières, UQAR Santé et soins aux aînés en 2030 Nicole Ouellet, Ph. D., professeure Sciences infirmières, UQAR Constat «La diversité observée à un âge avancé n est pas le fruit du hasard. Elle tient en grande partie

Plus en détail

Indicateurs de suivi de l AMO Rapport Annuel Global de l AMO

Indicateurs de suivi de l AMO Rapport Annuel Global de l AMO Indicateurs de suivi de l AMO Rapport Annuel Global de l AMO ANAM, le 01 Décembre 2015 Contexte PLAN AMO : Paramètres de couverture; R.A.G: Soubassement juridique. Indicateurs de suivi de l AMO Catégories

Plus en détail

Réseaux sociaux santé dans la prévention et l éducation thérapeutique des Français

Réseaux sociaux santé dans la prévention et l éducation thérapeutique des Français Réseaux sociaux santé dans la prévention et l éducation thérapeutique des Français 29 novembre 2016 Rapport 15 place de la République 75003 Paris À : De : Caroline DESAEGHER Nadia Auzanneau La méthodologie

Plus en détail

Accord-cadre relatif au bon usage des statines dans les établissements de santé

Accord-cadre relatif au bon usage des statines dans les établissements de santé Accord-cadre relatif au bon usage des statines dans les établissements de santé Vu le code de santé publique, notamment les articles L.6113-12, D.710-1 à D710-5 ; Vu l avis des représentants des professionnels

Plus en détail

Données sur le diabète

Données sur le diabète Données sur le diabète en Contexte national En 2013, la prévalence du diabète traité pharmacologiquement est de 4,7 % en, soit plus de 3 millions de personnes traitées pour un diabète. Depuis 2000, une

Plus en détail

Une répartition des décès différente selon l âge et le sexe. Figure 1 Répartition des décès par sexe et par groupes d âge en 2005 (INSERM CépiDC)

Une répartition des décès différente selon l âge et le sexe. Figure 1 Répartition des décès par sexe et par groupes d âge en 2005 (INSERM CépiDC) N 9 - Septembre 2008 Les causes de décès à La Réunion : État des lieux en 2005 et évolution La mortalité reflète les conditions de vie et d hygiène d un pays ou d une région. La nette amélioration des

Plus en détail

Formation des internes en médecine générale. Exonération du Ticket Modérateur ETM

Formation des internes en médecine générale. Exonération du Ticket Modérateur ETM Formation des internes en médecine générale Exonération du Ticket Modérateur ETM Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 Définitions Le ticket modérateur est la partie des dépenses à la charge

Plus en détail

V - Maladies chroniques

V - Maladies chroniques V- 1 - Les Affections de Longue duree... 82 V- 2 - La mortalite... 83 V- 3 - Les maladies cardiovasculaires... 85 V- 4 - LEs cancers... 88 V- 5 - LE diabete... 93 V- 6 - LEs maladies neurologiques... 96

Plus en détail

Convention médicale 2016/2021 : Quoi de neuf pour les patients?

Convention médicale 2016/2021 : Quoi de neuf pour les patients? Dossier de presse avril 2017 Convention médicale 2016/2021 : Quoi de neuf pour les patients? Contacts presse Caisse nationale d Assurance Maladie : Lucie Hacquin : 01 72 60 17 64 Dorian Goffe : 01 72 60

Plus en détail

LA POPULATION AGEE en Guadeloupe

LA POPULATION AGEE en Guadeloupe 16 ème congrès des fédérations hospitalières Antilles-Guyane LA POPULATION AGEE en Guadeloupe Sandrine PITOT Chef de projet Vanessa CORNELY Directrice Observatoire régional de la santé de Guadeloupe LE

Plus en détail

Les médicaments en boîte de trois mois : quel intérêt pour les patients et l Assurance Maladie?

Les médicaments en boîte de trois mois : quel intérêt pour les patients et l Assurance Maladie? Les médicaments en boîte de trois mois :? Point d information 26 janvier 2010 Les boîtes de médicament en grand conditionnement représentent 3 mois de traitement. Cette présentation issue de la réforme

Plus en détail

Protocoles de soins. Couverture. Service médical Alsace-Moselle Echelon local de Metz Protocoles de soins AMMPPU Dr Annick RAMBOUT 10/10/2007

Protocoles de soins. Couverture. Service médical Alsace-Moselle Echelon local de Metz Protocoles de soins AMMPPU Dr Annick RAMBOUT 10/10/2007 Protocoles de soins Couverture Protocoles de soins AMMPPU Dr Annick RAMBOUT 10/10/2007 Protocole de soins Comment optimiser le remplissage du protocole ALD 30 En janvier 2007, le ministre de la santé a

Plus en détail

Le dispositif des affections de longue durée a été

Le dispositif des affections de longue durée a été Les affections de longue durée La fréquence des 30 affections de longue durée Les patients pris en charge par le dispositif des ALD sont près de 8 millions. Ils sont atteints d une des 400 pathologies

Plus en détail

Le niveau des dépenses du régime général en Alsace-Moselle est-il impacté par l existence du régime local Alsace-Moselle?

Le niveau des dépenses du régime général en Alsace-Moselle est-il impacté par l existence du régime local Alsace-Moselle? Le niveau des dépenses du régime général en Alsace-Moselle est-il impacté par l existence du régime local Alsace-Moselle? La réponse à cette question passe par une analyse des dépenses de santé dans les

Plus en détail

Affections Longue Durée : Incidence 2014 et Prévalence au 31 décembre 2014

Affections Longue Durée : Incidence 2014 et Prévalence au 31 décembre 2014 Direction des Etudes des Répertoires et des Statistiques TABLEAU DE BORD octobre 2015 Affections Longue Durée : Incidence 2014 et Prévalence au 31 décembre 2014 www.msa.fr Octobre 2015 Tableau de bord

Plus en détail

L Agence régionale de santé d Ile de France. Académie nationale de pharmacie 26 janvier 2011 François Crémieux

L Agence régionale de santé d Ile de France. Académie nationale de pharmacie 26 janvier 2011 François Crémieux L Agence régionale de santé d Ile de France 26 janvier 2011 François Crémieux L Agence régionale de santé d Ile-de-France Les ARS Leurs missions L organisation en Ile-de-France Les Agences régionale de

Plus en détail

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011

UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 UE «Santé, Société, Humanité», Module Santé Publique DCEM1, janvier 2011 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : Concernant les cancers A. C

Plus en détail

Longue Durée et odontologie Article L 322.3 du Code de Sécurité Sociale

Longue Durée et odontologie Article L 322.3 du Code de Sécurité Sociale Exonération du ticket modérateur en rapport avec une Affection de Longue Durée et odontologie Article L 322.3 du Code de Sécurité Sociale Cours 2015 1 Une affection de longue durée exonérante est une maladie

Plus en détail

Haut Comité de la santé publique. La santé en France 2002

Haut Comité de la santé publique. La santé en France 2002 Haut Comité de la santé publique La santé en France 2002 1 Haut Comité de la santé publique Le rapport sur la santé en France en 2002 2 Les données de résultats : le bilan de santé des quatre classes d

Plus en détail

Maladie d Alzheimer, sa prévalence et les soins délivrés aux malades

Maladie d Alzheimer, sa prévalence et les soins délivrés aux malades Point d information 23 octobre 2008 Maladie d Alzheimer, sa prévalence et les soins délivrés aux malades En 2007, à l initiative du Président de la République un «Plan Alzheimer» a été conçu pour fédérer

Plus en détail

Maladies chroniques Aidons vos patients à agir pour leur santé

Maladies chroniques Aidons vos patients à agir pour leur santé Maladies chroniques Aidons vos patients à agir pour leur santé Le service d accompagnement pour mieux vivre avec une maladie chronique. Pour en savoir plus : 0811 709 709 Prix d un appel local depuis un

Plus en détail

Chap 2- Accès aux soins en France

Chap 2- Accès aux soins en France Chap 2- Accès aux soins en France 1- Accès aux soins et accessibilité : Définitions Accès : «présence ou à l'absence d'obstacles matériels ou économiques auxquels les populations peuvent se heurter pour

Plus en détail

Vue d'ensemble des maladies

Vue d'ensemble des maladies Contexte national Vue d'ensemble des maladies en Guadeloupe, à Saint-Martin et à Saint-Barthélemy En 2010, 1 464 248 personnes ont été admises en affection de longue durée (ALD) en France hexagonale. Les

Plus en détail

La santé observée. Bilan de santé DANS L ARIÈGE. Décembre Dossier réalisé par : Observatoire Régional de la Santé de Midi Pyrénées

La santé observée. Bilan de santé DANS L ARIÈGE. Décembre Dossier réalisé par : Observatoire Régional de la Santé de Midi Pyrénées Lasantéobservée enmidipyrénées Bilandesanté DANSL ARIÈGE Décembre2009 Dossierréalisépar: ObservatoireRégionaldelaSantédeMidiPyrénées Le bilan de santé est réalisé à partir du suivi et des indicateurs de

Plus en détail

Une estimation du coût du dispositif des affections de longue durée en soins de ville pour le régime général d assurance maladie

Une estimation du coût du dispositif des affections de longue durée en soins de ville pour le régime général d assurance maladie Une estimation du coût du dispositif des affections de longue durée en soins de ville pour le régime général d assurance maladie Audrey BAILLOT (DREES) 1 En 2009, 31,2 milliards d euros ont été remboursés

Plus en détail

L offre de soins en France. Béatrice CHEREL 16 février 2017

L offre de soins en France. Béatrice CHEREL 16 février 2017 L offre de soins en France Béatrice CHEREL 16 février 2017 Définition L offre de soins réunit toutes les organisations, institutions et ressources intervenant en matière de santé, de recherche ou de formation

Plus en détail

QUID DE LA PRESCRIPTION D ACTIVITÉ PHYSIQUE? DR L A M A R -TA N G U Y, H Ô P I TA L C O R E N T I N C E LTO N

QUID DE LA PRESCRIPTION D ACTIVITÉ PHYSIQUE? DR L A M A R -TA N G U Y, H Ô P I TA L C O R E N T I N C E LTO N QUID DE LA PRESCRIPTION D ACTIVITÉ PHYSIQUE? DR L A M A R -TA N G U Y, H Ô P I TA L C O R E N T I N C E LTO N 2 3 INACTIVITÉ PHYSIQUE Niveau insuffisant d AP d intensité modérée à élevée (inférieur à un

Plus en détail

Bulletin épidémiologique hebdomadaire Journée mondiale du diabète, 10 Novembre 2015

Bulletin épidémiologique hebdomadaire Journée mondiale du diabète, 10 Novembre 2015 Bulletin épidémiologique hebdomadaire Journée mondiale du diabète, 10 Novembre 2015 Coordination scientifique : Sandrine Fosse Edorh Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France Suivi du diabète

Plus en détail

La santé observée. Bilan de santé DANS LE TARN ET GARONNE. Décembre Dossier réalisé par : Observatoire Régional de la Santé de Midi Pyrénées

La santé observée. Bilan de santé DANS LE TARN ET GARONNE. Décembre Dossier réalisé par : Observatoire Régional de la Santé de Midi Pyrénées Lasantéobservée enmidipyrénées Bilandesanté DANSLETARNETGARONNE Décembre2009 Dossierréalisépar: ObservatoireRégionaldelaSantédeMidiPyrénées Le bilan de santé est réalisé à partir du suivi et des indicateurs

Plus en détail

Quartiers prioritaires

Quartiers prioritaires CARCASSONNE Quartiers La Conte-Ozanam/ / Le Viguier-Saint-Jacques/ / Quartiers prioritaires CARCASSONNE QUARTIERS de la politique de la Ville La Conte-Ozanam/ Le Viguier-Saint-Jacques/ / / POPULATION ET

Plus en détail

TPG - TD 1 et 2 Etudes de cas et exercices : économie, indicateurs de santé et épidémiologie. Livret étudiant

TPG - TD 1 et 2 Etudes de cas et exercices : économie, indicateurs de santé et épidémiologie. Livret étudiant POLE REGIONAL D ENSEIGNEMENT ET DE FORMATION AUX METIERS DE LA SANTE 74, voie du TOEC, TSA 40031 31059 Toulouse cedex 9 INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Téléphone : 05 61 32 41 00 Télécopie :

Plus en détail

Les maladies de l appareil circulatoire, nommées maladies cardio-vasculaires, sont pour

Les maladies de l appareil circulatoire, nommées maladies cardio-vasculaires, sont pour PATHOLOGIES Dans le thème «Pathologies» Mortalité générale et espérance de vie. Mortalité prématurée (avant 65 ans). Cancers : vue d ensemble. Cancer du poumon. Cancer du sein. Cancer du côlonrectum. Sida.

Plus en détail

Claire Perrin, L-ViS EA 7428 Responsable du Département APA-S Directrice du Master IGAPAS

Claire Perrin, L-ViS EA 7428 Responsable du Département APA-S Directrice du Master IGAPAS Claire Perrin, L-ViS EA 7428 Responsable du Département APA-S Directrice du Master IGAPAS Deux grandes transitions : Démographique : vieillissement de la population Épidémiologique : développement des

Plus en détail

1. L insuffisance rénale terminale en Belgique : état des lieux depuis 2003

1. L insuffisance rénale terminale en Belgique : état des lieux depuis 2003 RAPPORT COMMUN DU GNFB ET DU NBVN POUR LE COLLEGE DE NEPHROLOGIE ET DES CENTRES DE TRAITEMENT DE L INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE RAPPORT DE L ANNEE 2011 1. L insuffisance rénale terminale en Belgique :

Plus en détail

Beauvais. santé. l aire de. Présentation de l aire. Regard SITUATION 2009 SOMMAIRE

Beauvais. santé. l aire de. Présentation de l aire. Regard SITUATION 2009 SOMMAIRE SITUATION 29 Regard Présentation de l aire L aire de comprend la ville et le canton de. Au recensement de 26, on compte 62 138 habitants dans, soit une densité de 669,9 habitants au km². La densité de

Plus en détail

1. Suivi biologique réalisé en milieu libéral 1.1. Hémoglobine glyquée (HbA1c)

1. Suivi biologique réalisé en milieu libéral 1.1. Hémoglobine glyquée (HbA1c) Version 2/12/213 DIABÈTE EN DRÔME-ARDÈCHE Le suivi des patients diabétiques est approché dans ce chapitre par la proportion des patients diabétiques traités ayant bénéficié de remboursements relatifs aux

Plus en détail

Quartiers prioritaires de la politique de la Ville

Quartiers prioritaires de la politique de la Ville CARCASSONNE Quartiers La Conte-Ozanam/ Bastide Pont-Vieux/ Le Viguier-Saint-Jacques/ Grazailles/ Fleming La Reille Quartiers prioritaires de la politique de la Ville LIMOUX QUARTIER POPULATION ET TERRITOIRE

Plus en détail

Les ALD / Sommaire FIMG / DRSM Idf Dr Irène Bohn Les ALD / octobre 2015

Les ALD / Sommaire FIMG / DRSM Idf Dr Irène Bohn Les ALD / octobre 2015 Les ALD / Sommaire Définitions et réglementaires Les ALD exonérantes : En pratique : la demande d ALD Zoom sur l espace pro et le PSE La simplification administrative L ordonnance bizone Le suivi post

Plus en détail

Le risque arrêt de travail est-il cyclique? Sensible à l environnement économique?

Le risque arrêt de travail est-il cyclique? Sensible à l environnement économique? Le risque arrêt de travail est-il cyclique? Sensible à l environnement économique? Céline BLATTNER, actuaire associée 17 septembre 2009 Journées d étude de l Institut des Actuaires ACTUARIS est une société

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 31 mai 2017 Avis du Comité d alerte n 2017-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

Démographie. État de santé. Données financières. Offre en santé et accès aux soins. Politiques clés. Zoom cancer

Démographie. État de santé. Données financières. Offre en santé et accès aux soins. Politiques clés. Zoom cancer Démographie État de santé Données financières Politiques clés Offre en santé et accès aux soins Zoom cancer Démographie Une région attractive 5% de la population française soit 3 259 659 habitants en 2013

Plus en détail

Statistique de mortalité de l OFSP pour l année 2013

Statistique de mortalité de l OFSP pour l année 2013 Rapport 1 qualité Hôpital du Valais 2015 Statistique de mortalité de l OFSP pour l année 2013 L OFSP publie chaque année des statistiques de mortalité en rapport avec diverses maladies et opérations. Ces

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Edition 2017 ENVIRONNEMENT DE LA PROTECTION SOCIALE Le déficit du régime général En milliards d 2014 2015 Prévisions 2016 0,7 0,7 0,7-2,7-1,5-2,7-4,6-4,1-5,8-4,2-6,5-7,1-13,2-10,8-1

Plus en détail

10 ans de service et d évolution

10 ans de service et d évolution COMITE DE GESTION ET D ETUDES Assurance Maladie Obligatoire des Salariés Du Secteur Privé 10 ans de service et d évolution CASABLANCA, 29 MARS 2016 1 PLAN 1 BILAN QUALITATIF 2 BILAN CHIFFRÉ 3 4 AXES D

Plus en détail

Direction générale de l offre de soins. Le recensement des activités de télémédecine

Direction générale de l offre de soins. Le recensement des activités de télémédecine Direction générale de l offre de soins Le recensement des activités de télémédecine 1 1.1 Enjeux La connaissance des projets de télémédecine sur l ensemble du territoire est nécessaire à l ensemble des

Plus en détail

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012)

Couverture. Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) Couverture Échanges confraternels auprès des médecins généralistes sur le thème de la Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive (2012) BPCO : Problématique 1 Un enjeu de santé publique : contexte épidémiologique

Plus en détail

La formation. dans les très petites entreprises. en région LIMOUSIN. Prisme Limousin Jeanne Jimenez Fabien Dulcire 13 Cours Jourdan Limoges

La formation. dans les très petites entreprises. en région LIMOUSIN. Prisme Limousin Jeanne Jimenez Fabien Dulcire 13 Cours Jourdan Limoges La formation en région dans les très petites entreprises LIMOUSIN Prisme Limousin Jeanne Jimenez Fabien Dulcire 13 Cours Jourdan 87000 Limoges S O M M A I R E I. PROFIL DES ENTREPRISES ADHERENTES...2 A.

Plus en détail

5 - TERRITOIRE DE THIONVILLE

5 - TERRITOIRE DE THIONVILLE 5-38 5 - TERRITOIRE DE THIONVILLE Avec 217 855 habitants sur 897 kilomètres carrés, le TSP n 5 Thionville regroupe 9,4 % de la population de la région sur 3,8% de son territoire. La proportion de personnes

Plus en détail

Prévention du surpoids et de l obésité chez l enfant et l adolescent : l action de l Assurance Maladie auprès des médecins traitants et des assurés

Prévention du surpoids et de l obésité chez l enfant et l adolescent : l action de l Assurance Maladie auprès des médecins traitants et des assurés Point d information 21 octobre 2010 Prévention du surpoids et de l obésité chez l enfant et l adolescent : l action de l Assurance Maladie auprès des médecins traitants et des assurés Depuis plusieurs

Plus en détail

Le Pays du Périgord Noir

Le Pays du Périgord Noir Le Pays du Périgord Noir 78 018 La désertification médicale et paramédicale provoque une perte d attractivité des territoires. Il est nécessaire de conforter la présence des professionnels de santé en

Plus en détail

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires

Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés. Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Les Agoras Jeudi 8 Octobre 2015 Regards croisés Parcours de santé et affections cardio-vasculaires Intervenants : Dr Jean-Etienne Touze, cardiologue, réadaptation cardiaque, hôpital privé Clairval (Marseille)

Plus en détail

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires

Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Grands problèmes de santé en France: Les maladies cardio-vasculaires Marion ALBOUY-LLATY SF 1ère année 3 novembre 2009 1 Définitions Athérosclérose perte d'élasticité des artères due à la sclérose provoquée

Plus en détail

Assurance maladies graves. Second souffle enfant de 30 jours à 17 ans

Assurance maladies graves. Second souffle enfant de 30 jours à 17 ans Assurance maladies graves Second souffle enfant de 30 jours à 17 ans Second souffle enfant Protégez vos enfants en cas de maladies graves et donnez-vous les moyens de rester à leur chevet Advenant le cas

Plus en détail

LES LIVRETS DE L ÉVALUATION

LES LIVRETS DE L ÉVALUATION N 3 LES LIVRETS DE L ÉVALUATION ÉVALUATION DES DISPOSITIFS DE SANTÉ DISPOSITIFS EXPÉRIMENTAUX D ANNONCE DE MALADIES CHRONIQUES - ju in 20 15 2 Focus L annonce d une maladie grave chronique pour le patient

Plus en détail

Perspectives démographiques et espérance de vie. Définition

Perspectives démographiques et espérance de vie. Définition Perspectives démographiques et espérance de vie Définition Chaque année, le Bureau fédéral du plan établit en collaboration avec la Direction générale de la statistique des perspectives de population à

Plus en détail

Estimation du fardeau global des maladies pour les 55 ans et plus en Poitou-Charentes Approche de priorisation des problèmes de santé

Estimation du fardeau global des maladies pour les 55 ans et plus en Poitou-Charentes Approche de priorisation des problèmes de santé 30 mai 2017 Rencontres de Santé publique France Estimation du fardeau global des maladies pour les 55 ans et plus en Poitou-Charentes Approche de priorisation des problèmes de santé Julie DEBARRE Cette

Plus en détail

Etudes sur le système de financement de la santé

Etudes sur le système de financement de la santé Etudes sur le système de financement de la santé Commission Santé de l Institut des Actuaires Agenda 1. Présentation de la Commission santé de l IA 2. Eléments de contexte du système de santé 3. Présentation

Plus en détail

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures

Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures Liste des actions et activités soumises à l appel à candidatures ACTION 1 : Favoriser la prévention primaire 1. Organiser et renforcer des marches de santé 2. Mettre en place des évènements favorisant

Plus en détail

Bilan de 9 ans de régulation sur les différents postes de soins

Bilan de 9 ans de régulation sur les différents postes de soins Bilan de 9 ans de régulation sur les différents postes de soins 2005-2013 Juin 2013 Pour la 1 ère fois, est synthétisé l ensemble des économies réalisées par l assurance-maladie sur les différents postes

Plus en détail

ELLE PREND SOIN DE NOUS, PRENONS SOIN D ELLE.

ELLE PREND SOIN DE NOUS, PRENONS SOIN D ELLE. ELLE PREND SOIN DE NOUS, PRENONS SOIN D ELLE. DOSSIER DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE 12 SEPTEMBRE 2016 En cette rentrée 2016, les deux CPAM d Alsace et le Régime social des indépendants (RSI) lancent une

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES

EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES EPIDEMIOLOGIE DES MALADIES NON TRANSMISSIBLES Dr. Lakehal I. INTRODUCTION : la transition épidémiologique est une réalité dans beaucoup de régions dans le monde (particulièrement pays en développement).

Plus en détail

Qu est-ce que le syndrome d apnées du sommeil?

Qu est-ce que le syndrome d apnées du sommeil? Qu est-ce que le syndrome d apnées du sommeil? Lorsque vous êtes atteint de SAHOS (syndrome d apnées hypopnées obstructives du sommeil), votre sommeil est caractérisé par des pauses respiratoires répétées

Plus en détail

Education thérapeutique : Effet de mode? ou Terrain de jeu laissé à la dynamique des acteurs?

Education thérapeutique : Effet de mode? ou Terrain de jeu laissé à la dynamique des acteurs? Education thérapeutique : Effet de mode? ou Terrain de jeu laissé à la dynamique des acteurs? Dr jacques EYMIN secrétaire MG France Isère. o Aucun conflit d intérêt. Rapport OMS- Europe 1996: l ETP fait

Plus en détail