Protection vaccinale du personnel en maternité

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protection vaccinale du personnel en maternité"

Transcription

1 Protection vaccinale du personnel en maternité Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée du Réseau Mater- Lyon 29 Septembre 2016 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations ( ) Déclaration Publique d Intérêt consultable sur Pas de conflit d intérêt sur le sujet exposé 1

2 Vaccination des professionnels de santé en maternité Double but: Protéger des personnes exposées aux maladies infectieuses du fait de leur exercice Éviter de contaminer ses patients, notamment les nouveau-nés Deux catégories de vaccins Obligatoires: BCG (étude, embauche), DTP (25, 45, 65 ans), hépatite B Recommandés: coqueluche, rougeole, varicelle, grippe La coqueluche Maladie liée à Bordetella pertussis Transmission aérienne (toux) en milieu familial en collectivités: établissements scolaires, milieu de soin ou milieu professionnel Risque de contamination d'autant plus important que : exposition prolongée et répétée se déroule en enceinte fermée de petite dimension le contaminateur se trouve dans une phase plus précoce de sa maladie (maxi phase catarrhale, nulle après 3 semaines ou 3/5j d antibiotique) 2

3 La vaccination a transformé l épidémiologie de la maladie La couverture vaccinale de 98% a fait disparaître la coqueluche de l enfant Deux pics persistent: L adulte: réservoir de la maladie Le petit nourrisson Pourquoi? La maladie n immunise que pour 12 à 15 ans Les vaccins ne protègent que pendant 8 ans Halperin SA. N Engl J Med 2007; 356; Tous les adultes sont potentiellement réceptifs à la coqueluche La stratégie du cocooning Stratégie consistant à essayer de protéger le nouveau-né/jeune né/jeune nourrisson par la vaccination de son entourage proche (initialement vaccination de la mère en post partum immédiat). Introduite en 2004, rendue possible par la mise à disposition dun d un vaccin comportant la valence coquelucheuse et adapté à l adulte (dtcap) 3

4 Pour qui et avec quoi? file:///c:/users/user/documents/downloads/hcspa _stratvacccoquelucheadulte%20(1).pdf Coqueluche: risque professionnel Étude Québec: 384 coqueluches: 8% chez personnel de santé (5% de la population) p RR majoré de 1,7 (De Serres G, et al. Morbidity of pertussis in adolescents and adults. J Infect Dis 2000 ; 182 : 174 9) USA: l incidence de la coqueluche est X 3 chez le personnel des urgences/ services moins exposés (Wright SW, et Incidence of pertussis infection in healthcare workers. Infect Control Hosp Epidemiol 1999;20: ) Recherche anticorps anti PT: 155 soignants de pédiatrie, 292 marins, 146 donneurs de sang: pas de différence (Riffelmann M, et al. Antibodies to pertussis antigens in pediatric health care workers. P I D J 2002; 21: 381-3) 4

5 Coqueluches nosocomiales 89 épisodes signalés (308 cas), 2 décès 17 épisodes dans des structures de soin moyenne-longue durée accueillant des personnes âgées 62% concernaient exclusivement les PS, 19% PS et patients Un soignant est à l origine de la contamination dans 56% des cas Belchior E, & al. BEH 2011; 35-36: Vaccinations coquelucheuse des PS les personnels soignants dans leur ensemble, y compris dans les établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Les personnes travaillant en contact étroit avec les nourrissons âgés de moins de 6 mois (maternité, service de néonatologie, service de pédiatrie) doivent être vaccinées en priorité ; les étudiants des filières médicales et paramédicales ; les personnels chargés de la petite enfance ; les nourrices, et personnes effectuant régulièrement du baby sitting Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales

6 Rappels de vaccination coquelucheuse en milieu professionnel les personnels concernés non antérieurement vaccinés contre la coqueluche ou n ayant pas reçu de vaccin coquelucheux depuis l enfance reçoivent une dose de vaccin dtcapolio en respectant un délai de 1 mois par rapport au dernier vaccin dtp. pour ces personnels, les rappels administrés aux âges de 25, 45, 65 ans comportent systématiquement la valence coquelucheuse (vaccin dtcapolio). Pour les personnes ayant déjà reçu une dose de vaccin coquelucheux à l âge adulte, le recalage sur le calendrier en cours se fera suivant les recommandations du calendrier vaccinal 2013 Les personnes ayant reçu un vaccin dtp peuvent recevoir le vaccin dtcap en respectant un délai de 1 mois Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales Couvertures vaccinales Guthmann JP, & al.couverture vaccinale des soignants travaillant dans les établissements de soins de France.Résultats de l enquête nationale Vaxisoins, BEH 2011;

7 Loulergue P, & al. Couverture vaccinale des étudiants en santé en stage dans les hôpitaux de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris en Enquête STUDYVAX. BEH 2011; Enquête pôle mère enfant HFME Lyon (Alina Puget ) Enquête par mail 11/ /2016 Services de Gyneco-obstétique et de Néonatologie: taux de réponse 42% 7

8 A jour? Opinion sur vaccination? 1 vaccin contenant la valence coquelucheuse à 25/ 45 ans/ 65 ans A interpréter avec prudence: déclaratif- confusions de vaccins Niveau de connaissance 8

9 Rougeole Epidémie de a fait plus de cas déclarés et en fait plus de cas Plus de la moitié des cas avaient > 15 ans hospitalisés Taux d hospitalisation chez l adulte: 31 à 38% 10 décès observés dont 7 chez des immunodéprimés. Age médian 23 ans Séroprévalence entre 6 et 29 ans: 8% non protégés. Réservoir de réceptifs: 1,5M (6-30a) Rougeoles nosocomiales Durant l épidémie de : 85 épisodes nosocomiaux rapportés 146 patients concernés 1 décès (immunodéprimé) Professionnels de santé impliqués dans 75% des épisodes Antona D, Lévy-Bruhl D, Baudon C, Freymuth F, Lamy M, Maine C, et al. Measles elimination efforts and outbreak,france. Emerg Infect Dis 2013;19:

10 Rougeole: recommandations chez les professionnels de santé Nés après 1980: 2 doses de vaccin trivalent Nés avant 1980 non vaccinés et sans antécédent de rougeole: 1 dose de vaccin trivalent: Professionnels de santé en formation, à l embauche ou en poste En priorité dans les services recevant des patients à risque (immunodéprimés) Pour les personnels dont les antécédents de vaccination ou de rougeole sont incertains, la vaccination peut être pratiquée sans qu un contrôle sérologique préalable soit systématiquement réalisé Vaccination contre indiquée pendant la grossesse Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales Loulergue P, & al. Couverture vaccinale des étudiants en santé en stage dans les hôpitaux de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris en Enquête STUDYVAX. BEH 2011;

11 Couverture vaccinale en milieu de soins Enquête de l APHP et chez les soignants des établissements de soins de France, 2009 (source : InVS, Geres, CIC-Cochin) Institut de Veille Sanitaire. Epidémie de rougeole en France. Données de la déclaration obligatoire en 2010 et données provisoires pour début La varicelle Maladie infectieuse ubiquitaire liée au VZV Hautement t contagieuse Transmission: Essentiellement aérienne (sécrétions respiratoires) Accessoirement cutanée Possible par aérosols Contagiosité maximale avant l éruption (5 jours) et au moins 5 jours après 11

12 Gravité particulière chez l adulte Les adultes comptent pour moins de 5% des cas de varicelle en France mais 25% des hospitalisations 75% des décès Mention particulière pour la femme enceinte: Risque personnel (pneumopathies) Risque fœtal (embryopathie) Risque néonatal: varicelle néonatale grave Varicelles nosocomiales Principalement dans les services de pédiatrie, d hématocancérologie et de réanimation. Les malades hospitalisés et le personnel soignant peuvent être soit la source soit les victimes Conséquences potentiellement graves chez les patients immunodéprimés. Les adultes ont un risque majoré de présenter des complications : pneumopathies et encéphalites (CDChttp:// ) Parmi les personnels hospitaliers 15 à 30% n ont pas d antécédents clairs de varicelle et parmi eux 10 à 50% n ont pas d anticorps 12

13 Vaccination varicelle et professionnels de santé Vaccination recommandée à l entrée en première année des études médicales et paramédicales (pas d antécédents de varicelle et la sérologie négative) Rattrapage pour l ensemble du personnel de santé sans antécédents de varicelle (sérologie négative), à l embauche ou à défaut déjà en poste, en priorité dans les services accueillant des sujets à risque de varicelle grave Survenue possible ( environ 2%) de varicelle vaccinale potentiellement transmissible: éviction de 10 jours en cas de rash généralisé. Vaccination à 2 doses espacées de 4 à 8 semaines ou 6 à 10 semaines selon le vaccin utilisé Contre indiquée chez la femme enceinte: s abstenir de démarrer une grossesse dans le mois qui suit chaque dose Calendrier des vaccinations et recommandations vaccinales Couvertures vaccinales Guthmann JP, & al. Couverture vaccinaledes soignants travaillant dans les établissements de soins de France.Résultats de l enquête nationale Vaxisoins, BEH 2011;

14 Grippe et professionnels de santé Sur-risque significatif d'infection grippale documentée chez les soignants (Kuster SP, & al. Incidence of influenza in healthy adults and healthcare workers: a systematic review and metaanalysis. PLoS One. 2011;6:e26239) Grippes nosocomiales: entre 2001 et 2010, 129 épisodes (1623 cas) rapportés à l InVS (Bonmarin I, & al. BEH 2011; 36-37). 48 patients hospitalisés décédés. Personnel impliqué dans 50% des cas et à l origine de l épisode dans la majorité des cas Vaccination recommandée pour les professionnels de santé et tout personnel en contact régulier et prolongé avec des personnes à risque de grippe sévère. Evolution de la CV grippe chez les personnels de santé 14

15 Couvertures vaccinales Guthmann JP, & al. Couverture vaccinale des soignants travaillant dans les établissements de soins de France.Résultats de l enquête nationale Vaxisoins, BEH 2011; Loulergue P, & al. Couverture vaccinale des étudiants en santé en stage dans les hôpitaux de l Assistance Publique-Hôpitaux de Paris en Enquête STUDYVAX. BEH 2011;

16 En conclusion Coqueluche, rougeole, varicelle, grippe sont des maladies graves pour les adultes avec un risque élevé de transmission aux soignés et des conséquences parfois dramatique en maternité Les vaccins existants sont efficaces et bien tolérés Malgré les recommandations les CV restent très insuffisantes Une mobilisation est nécessaire pour améliorer la CV de ces vaccins qui pourraient devenir obligatoires 16

Vaccinations: risques et idées reçues

Vaccinations: risques et idées reçues Vaccinations: risques et idées reçues Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée régionale de prévention du risque infectieux chez le nouveau né Lyon 18 Octobre 2016 Conflits d intérêt Président

Plus en détail

Politiques vaccinales entre recommandations et obligations. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Politiques vaccinales entre recommandations et obligations. Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Politiques vaccinales entre recommandations et obligations Professeur Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Journée annuelle du CClin Ouest- Rennes 19 Avril 2016 Conflits d intérêt Déclaration

Plus en détail

Quels vaccins pour les soignants?

Quels vaccins pour les soignants? Quels vaccins pour les soignants? M. DRUET-CABANAC JP. QUENEUILLE Service de Santé au Travail, CHU de Limoges 1 Infections liées aux soins Etablissements de soins Concentration de patients et de personnels

Plus en détail

La coqueluche en maternité

La coqueluche en maternité La coqueluche en maternité D.Floret Université Claude Bernard Lyon1 Hôpital Femme Mère Enfant Bron Président du Comité Technique des Vaccinations Journée Mater Sud Est- Lyon 25 novembre 2008 La coqueluche

Plus en détail

Être vacciné pour se protéger et protéger

Être vacciné pour se protéger et protéger Être vacciné pour se protéger et protéger Dr EMILIA FRENTIU Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 26.06.2014 Cadre général Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

Vaccination des professionnels de santé

Vaccination des professionnels de santé Vaccination des professionnels de santé Dr Elise Seringe ARLIN Ile de France Priorités pour les personnes responsables de la prévention du risque nosocomial? Evidente = mise en œuvre des moyens nécessaires

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

Vaccinations professionnelles

Vaccinations professionnelles Vaccinations professionnelles Daniel Lévy-Bruhl Institut de Veille sanitaire Journées du Réseau AES Sud-Est Lyon 15/12/09 Merci à Dominique Abiteboul Situation actuelle vaccination BCG Décret du 17 juillet

Plus en détail

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy

Être vacciné pour se. Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy 2012 Être vacciné pour se protéger et protéger Dr Sandrine HENARD Maladies infectieuses et tropicales CHU Nancy Cadre généralg Les vaccinations dans le milieu du travail sont régies par 2 réglementations

Plus en détail

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE

CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE SF2H - juin 2017 CONDUITE À TENIR AUTOUR D UN CAS DE VARICELLE Dominique Abiteboul, Marie-Cécile Bayeux-Dunglas Atelier GERES, SF2H Cas de varicelle à l hôpital La cadre du service vous signale qu un enfant

Plus en détail

PUBLIC SOS Médecins France - Vaccination contre la coqueluche : nouvelles recommandations pour les Samedi, 15 Mars :02

PUBLIC SOS Médecins France - Vaccination contre la coqueluche : nouvelles recommandations pour les Samedi, 15 Mars :02 PUBLIC SOS Médecins France - Vaccination contre la coqueluche : nouvelles recommandations pour les Le Haut Conseil de la santé publique a diffusé le 15 mars 2014 sur son site Internet un nouvel avis relatif

Plus en détail

Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012

Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012 Journées d Actualités Thérapeutiques Le 3 Décembre 2012 Dr Charlotte BIRON Infectiologue Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Responsable du Centre de Vaccinations Polyvalentes du CHU de Nantes

Plus en détail

Vaccinations des étudiants des professions paramédicales

Vaccinations des étudiants des professions paramédicales Vaccinations des étudiants des professions paramédicales Dr Joel LEROY Infectiologue Dr Nathalie FLORET Médecin hygiéniste Cpias Bourgogne Franche-Comté Pas de lien d intérêt avec cette présentation Introduction

Plus en détail

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1

Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP. Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Vaccinations: les nouvelles recommandations du HCSP Daniel Floret Professeur Emérite Université Claude Bernard Lyon1 Hygiène, Risques et Qualité chez la personne âgée- Lyon- 24 Septembre 2013 Conflits

Plus en détail

Vaccinations des soignants et des résidents des établissements de santé

Vaccinations des soignants et des résidents des établissements de santé Vaccinations des soignants et des résidents des établissements de santé Pr Jean Beytout Maladies infectieuses et tropicales CHU de Clermont-Fd Châtel-Guyon le 25/05/2018 Introduction La vaccination des

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

2.1 Coqueluche. Recommandations générales. Recommandations particulières

2.1 Coqueluche. Recommandations générales. Recommandations particulières 2.1 Coqueluche Recommandations générales La primovaccination (deux injections suivies d un rappel) est obligatoire chez l enfant depuis le 1 er janvier 2018. La vaccination contre la coqueluche est pratiquée

Plus en détail

Coqueluche nosocomiale :

Coqueluche nosocomiale : Coqueluche nosocomiale : Maladie : épidémio, ic, ttt Prévention I aire et II aire N. Floret & J. Leroy Journée annuelle des EOH & présidents de CLIN Besançon 14 décembre 2017 [ Données épidémiologiques

Plus en détail

Formation des correspondants en Hygiène 15 novembre 2018 Anne BRUNON- Marie-Noëlle DIAF-VANBECELAERE

Formation des correspondants en Hygiène 15 novembre 2018 Anne BRUNON- Marie-Noëlle DIAF-VANBECELAERE Formation des correspondants en Hygiène 15 novembre 2018 Anne BRUNON- Marie-Noëlle DIAF-VANBECELAERE AGENT PATHOGENE Bactérie: Bordetella pertussis et Bordetella parapertussis (bacille de Bordet-Gengou)

Plus en détail

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2)

LA POLITIQUE VACCINALE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE LE CALENDRIER VACCINAL LA POLITIQUE VACCINALE (2) LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique des vaccinations (CTV-HCSP), qui a pour mission de CALENDIER VACCINAL DES

Plus en détail

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE Dominique Abiteboul LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique

Plus en détail

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE. Dominique Abiteboul

CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE. Dominique Abiteboul CALENDIER VACCINAL DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ EN FRANCE Dominique Abiteboul LA POLITIQUE VACCINALE Est élaborée par le Ministère chargé de la santé S appuie principalement sur les avis du Comité technique

Plus en détail

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD

Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Maladies contagieuses transmissibles à l hôpital et en EHPAD Epidémiologie et conduite à tenir autour d un cas Dr JAFFUEL Sylvain Définitions Maladies infectieuses à transmission directe inter-humaine

Plus en détail

Vaccination et périnatalité» Volet anténatal Pr Philippe DERUELLE

Vaccination et périnatalité» Volet anténatal Pr Philippe DERUELLE Vaccination et périnatalité» Volet anténatal Pr Philippe DERUELLE Objectifs Repères pour la pratique Sources documentaires Edward Jenner (17 mai 1749-26 janvier 1823) Robert Thom/University of Michigan

Plus en détail

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt Vaccination des professionnels, patients, résidents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CClin Sud Est- Lyon- 17 Mars 2016 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le

Plus en détail

Rougeoles et Coqueluches nosocomiales

Rougeoles et Coqueluches nosocomiales Rougeoles et Coqueluches nosocomiales JR Zahar, MD, PhD Micobiologie Hygiène Hospitalière GHU Necker Enfants Malades, Université Paris Descartes Journées Nationales d Infectiologie, 15 Juin 2012, Tours

Plus en détail

COUVERTURE VACCINALE DES PROFESSIONNELS DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE: ETAT DES LIEUX

COUVERTURE VACCINALE DES PROFESSIONNELS DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE: ETAT DES LIEUX COUVERTURE VACCINALE DES PROFESSIONNELS DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE: ETAT DES LIEUX Dr MOUNCHETROU NJOYA IBRAHIM, CIRE ILE-DE-FRANCE, SPF RAPPEL DES RECOMMANDATIONS VACCINALES POUR LES PROFESSIONNELS DE

Plus en détail

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Marie Reine Mallaret Grenoble 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Vaccinations Moyen de prévention de 1 ère importance Maladies infectieuses,

Plus en détail

Cas de rougeole en établissement de santé. Quelle vaccination? Elisabeth Bouvet HAS

Cas de rougeole en établissement de santé. Quelle vaccination? Elisabeth Bouvet HAS Cas de rougeole en établissement de santé Quelle vaccination? Elisabeth Bouvet HAS Liens d intérêt Pas de lien d intérêt financier Présidente du comité technique des vaccinations Cas clinique Mme X, 25

Plus en détail

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1

Le nouveau calendrier vaccinal. Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Le nouveau calendrier vaccinal Daniel Floret Professeur émérite Université Claude Bernard Lyon1 Forum Médical Lyonnais- 28 septembre 2013 Conflits d intérêt Président du Comité Technique des Vaccinations/

Plus en détail

Le Calendrier vaccinal Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Le Calendrier vaccinal Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Le Calendrier vaccinal 2014 Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CEMI- Institut Pasteur Paris 4 Avril 2014 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le site du Haut Conseil

Plus en détail

Rougeole et périnatalité. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Rougeole et périnatalité. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Rougeole et périnatalité Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CEPIAS- Journée de prévention du risque infectieux chez le nouveau né- Lyon 18 Octobre 2018 Conflits d intérêt Ancien président (2007-2016)

Plus en détail

Haut Conseil de la santé publique

Haut Conseil de la santé publique AVIS relatif à l actualisation des recommandations vaccinales contre la rougeole pour les adultes 11 février 2011 Le (HCSP) a reçu le 4 février 2011 une saisine du Directeur général de la santé relative

Plus en détail

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé

Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé Signalements de cas groupés de coqueluche dans les établissements de santé JNI Dijon 13 au 15 juin 2007 I. Bonmarin, I. Poujol (Département des maladies infectieuses) Quelques clés sur le nosocomial Procédure

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 janvier 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 7 janvier 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 7 janvier 2009 VARIVAX, poudre et solvant pour suspension injectable. Vaccin varicelleux vivant Poudre en flacon + 0,5 ml de solvant en seringue préremplie sans aiguille

Plus en détail

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional

LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE. Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional LA VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Dr C.TACHON 1 er décembre 2016 CLIN Régional BIBLIOGRAPHIE Code de la santé publique: Article L.3111-1 et L.3111-4 Arrêté du 15 mars 1991 Arrêté du 6 mars 2007

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 juin 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 25 juin 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 25 juin 2008 VARILRIX, poudre et solvant pour solution injectable en seringue préremplie. Vaccin varicelleux vivant Poudre en flacon + solvant en seringue préremplie

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2. Information du 31 octobre 2017 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed2 Information du 31 octobre 2017 Prof. Pierre-Alexandre BART Directeur de l Ecole de médecine Pourquoi un plan de vaccination durant

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Epidémie de rougeole: Aspects cliniques et vaccination Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Rougeole au 21 ème siècle Il y a > 20 ans:

Plus en détail

Épidémie de rougeole dans la région Paca

Épidémie de rougeole dans la région Paca Incidence pour 100 000 habitants Épidémie de rougeole dans la région Paca Une épidémie de rougeole sévit en France depuis début 2008 et la circulation du virus s est intensifiée en début d année 2010.

Plus en détail

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Guadeloupe Saint-Martin Saint-Barthélemy C I R E A N T I L L E S Période : S- à S- N / Synthèse de la situation épidémiologique Guadeloupe

Plus en détail

POUR EVITER DE TOUSSER

POUR EVITER DE TOUSSER POUR EVITER DE TOUSSER SF2H 2018 E. Rouveix GERES Dans un service de dermatologie C est l hiver, Un interne, vacciné contre la grippe, commence à tousser vers la fin du mois du décembre : il s en souvient

Plus en détail

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME

Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle. RRH 2012 Dr DELHOMME Prévention des infections associées aux soins : La Varicelle RRH 2012 Dr DELHOMME Agent responsable : Virus Varicelle Zona (ou Varicelle Zoster Virus) Virus à ADN de la Famille Herpesviridae Réservoir

Plus en détail

Une épidémie dans un hôpital général

Une épidémie dans un hôpital général Une épidémie dans un hôpital général Au CHIC, après 3 cas groupés de coqueluche parmi des membres du personnel soignant (MPS), examen de tous les «tousseurs» Procédures diagnostiques Examen clinique et

Plus en détail

Epidémie de rougeole en France

Epidémie de rougeole en France Epidémie de rougeole en France Bilan de situation des cas survenus jusqu au 31 mars 2010* L interruption de la circulation endémique de la rougeole en 2010 est un des objectifs de l Organisation mondiale

Plus en détail

LES VACCINATIONS DES PERSONNELS DE SANTE

LES VACCINATIONS DES PERSONNELS DE SANTE LES VACCINATIONS DES PERSONNELS DE SANTE Dominique Salmon Ceron Pierre Loulergue DESC Maladies Infectieuses et tropicales Octobre 2014 1 La vaccination des personnels 2 OBJECTIFS de santé Protéger le soignant

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

Epidémiologie de la rougeole en France et en Europe

Epidémiologie de la rougeole en France et en Europe Epidémiologie de la rougeole en France et en Europe 27 ème Journée du GERES, Bichat, Paris, 15/03/2019 Denise Antona, Direction des maladies infectieuses Santé publique France Agent pathogène Le virus

Plus en détail

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination

Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination oc è s 3 s gs è 39l Maladies d enfance chez l adulte: quels sont les problèmes et pourquoi vacciner? Dr L. Senn, SMPH, CHUV Maladies d enfance chez l adulte prévenues par la vaccination Rougeole Oreillons

Plus en détail

Coqueluche. Aide mémoire et Conduite à tenir en milieu scolaire. Dr PAUGAM SMFE Rectorat CVS élargie 21/01/2010

Coqueluche. Aide mémoire et Conduite à tenir en milieu scolaire. Dr PAUGAM SMFE Rectorat CVS élargie 21/01/2010 Coqueluche Aide mémoire et Conduite à tenir en milieu scolaire Haut conseil de la santé publique Rapport relatif à la conduite à tenir devant un ou plusieurs cas de coqueluche (5 septembre 2008) Aide mémoire

Plus en détail

L épidémie de Rougeole La situation en Bretagne Intérêts et limites du signalement

L épidémie de Rougeole La situation en Bretagne Intérêts et limites du signalement L épidémie de Rougeole La situation en Bretagne Intérêts et limites du signalement Journée régionale de veille sanitaire 15 novembre 2011 - RENNES Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX Le contexte

Plus en détail

Rougeole Point épidémiologique Conduite à tenir en pratique

Rougeole Point épidémiologique Conduite à tenir en pratique Rougeole Point épidémiologique Conduite à tenir en pratique 7 ème journée prévention du risque infectieux en EHPAD 18/10/2018 Dr Maeva Lefebvre Maladies Infectieuses et Tropicales Centre de Prévention

Plus en détail

Risque épidémique hospitalier des maladies respiratoires à prévention vaccinale

Risque épidémique hospitalier des maladies respiratoires à prévention vaccinale Risque épidémique hospitalier des maladies respiratoires à prévention vaccinale Journée d information pour les représentants des usagers 22 novembre 2018 Agnès Gaudichon Grippe saisonnière Généralités

Plus en détail

Simplification du calendrier vaccinal

Simplification du calendrier vaccinal FMC Soirée Actualités RMC Vienne 12/12/2013 Simplification du calendrier vaccinal Cliquez Dr Anissa Bouaziz pour ajouter un texte Service de Médecine Interne Rhumatologie Maladies Infectieuses et Tropicales

Plus en détail

EVALUATION DE LA COUVERTURE VACCINALE DES PERSONNELS DE SANTÉ

EVALUATION DE LA COUVERTURE VACCINALE DES PERSONNELS DE SANTÉ EVALUATION DE LA COUVERTURE VACCINALE DES PERSONNELS DE SANTÉ COLLOQUE SÉCURITÉ DES VACCINS, 4 OCTOBRE 2016, V. BOUSQUET, L. FONTENEAU, JP. GUTHMANN, D. LEVY-BRUHL SANTÉ PUBLIQUE FRANCE CONTEXTE TRANSMISSION

Plus en détail

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier.

S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. S. FOURNIER-FAVRE Département de Pédiatrie CHRU Montpellier. La coqueluche. Haemophilus Influenzae B. Le Papilloma Virus. L hépatite B. La grippe. LA COQUELUCHE Bacille gram (bacille de Bordet et Gengou)

Plus en détail

JF Gehanno Service de médecine du travail et des maladies professionnelles & EA 4108 CHU Rouen. JNI page 1

JF Gehanno Service de médecine du travail et des maladies professionnelles & EA 4108 CHU Rouen. JNI page 1 Coqueluche nosocomiale JF Gehanno Service de médecine du travail et des maladies professionnelles & EA 4108 CHU Rouen JNI 2007 - page 1 Incidence aux USA entre 1922 et 2003 Hewlett, NEJM March 2005 JNI

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

VARICELLE PERINATALE

VARICELLE PERINATALE VARICELLE PERINATALE Séroprévalence VZV en France chez la femme en âge de procréer : 95-98% Incidence de la varicelle pendant la grossesse : 5 à 7 pour 10 000 grossesses ( estimation 20 à 30/an en Pays

Plus en détail

Immunisation post exposition

Immunisation post exposition Immunisation post exposition Thomas Hanslik Service de médecine interne, Hôpital Ambroise Paré UFR Médicale Paris Île-de-France Ouest Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Réseau Sentinelles,

Plus en détail

MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA SANTÉ @MinSoliSante Suis-je protégé contre la rougeole? La rougeole est une des maladies infectieuses les plus contagieuses Un malade peut contaminer jusqu à 20 personnes

Plus en détail

Calendrier des vaccinations 2013

Calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. État des connaissances : mars 2013 Calendrier des vaccinations 2013 Poi int sur les pr rincipales nouvea autés Le calendrier des vaccinations ou calendrier vaccinal, élaboré

Plus en détail

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE

MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE Direction Veille/Sécurité Sanitaire et Environnementale Département Veille et Alertes MISE AU POINT SUR LA ROUGEOLE La rougeole est surveillée par le réseau Sentinelles (Inserm U707) depuis 1985 et est

Plus en détail

Mise au point sur les recommandations vaccinales pour les professionnels de santé

Mise au point sur les recommandations vaccinales pour les professionnels de santé Mise au point sur les recommandations vaccinales pour les professionnels de santé Dr Jean-Noël François Médecin du travail CHU Toulouse Journées nationales d infectiologie Juin 2011 Vaccinations recommandées:

Plus en détail

VII/ VACCINATION ET CONTACT

VII/ VACCINATION ET CONTACT 17 novembre 2010 DCEM III VII/ VACCINATION ET CONTACT Docteur Nicolas HOGU Docteur Sébastien PILLET DERMG Université de Nice Sophia Antipolis Coqueluche Varicelle Diphtérie HBV HAV Méningocoque Rougeole

Plus en détail

Vaccination des femmes enceintes contre la grippe: l impact. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1

Vaccination des femmes enceintes contre la grippe: l impact. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 Vaccination des femmes enceintes contre la grippe: l impact Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 RICAI 12 décembre 2016 Conflits d intérêt Ancien président du CTV (2007-2016) DPI consultable sur

Plus en détail

Rougeole Expérience de l hôpital Trousseau (AP-HP)

Rougeole Expérience de l hôpital Trousseau (AP-HP) Rougeole Expérience de l hôpital Trousseau (AP-HP) Pr Mathie LORROT, Dr Béatrice SALAUZE Equipe Opérationnelle d Infectiologie Equipe Opérationnelle d Hygiène Hôpital Armand Trousseau Virus de la rougeole

Plus en détail

Cas clinique. D.Floret

Cas clinique. D.Floret Cas clinique D.Floret François, âgé de 2 ans, sans antécédent pathologique notable, gardé en crèche, vous consulte pour une éruption typique de varicelle dont les premiers éléments sont apparus la veille.

Plus en détail

Rougeole Situation épidémiologique en Rhône-Alpes

Rougeole Situation épidémiologique en Rhône-Alpes Rougeole Situation épidémiologique en Rhône-Alpes JRVS Lyon 23 juin 2011 Geneviève DENNETIERE Contagiosité et sévérité de la rougeole Un des virus les plus transmissibles et les plus contagieux de l ensemble

Plus en détail

Rougeole. Dynamique de l épidémie en France, e journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Aquitaine Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11

Rougeole. Dynamique de l épidémie en France, e journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Aquitaine Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11 2 e journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Aquitaine Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11 Rougeole Dynamique de l épidémie en France, 2008-2011 Denise Antona InVS, Saint-Maurice, France Faisabilité de

Plus en détail

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009

Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France. Enquête VAXISOIN, 2009 Couverture vaccinale chez les soignants des établissements de soins de France Enquête VAXISOIN, 2009 J-P Guthmann, L. Fonteneau, C. Ciotti, E. Bouvet, G. Pellissier, D. Lévy-Bruh, D. Abiteboul JNI, Toulouse,

Plus en détail

VACCINATIONS Actualités

VACCINATIONS Actualités VACCINATIONS Actualités D. Abiteboul Service de Santé au Travail Hôpital Bichat - Claude Bernard Paris GERES Actualités Nouveau calendrier vaccinal 2013 Arrêté du 2 août 2013 et Instruction du 21 janvier

Plus en détail

Actualités vaccinations. Pr Thierry May 20 Novembre 2010

Actualités vaccinations. Pr Thierry May 20 Novembre 2010 2010 Actualités vaccinations Pr Thierry May 20 Novembre 2010 Les nouvelles recommandations Méningocoque C Infections invasives à Pneumocoques Rougeole Hépatite B Grippes Autres Méningocoques Les cas d

Plus en détail

CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE

CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE CAS GROUPÉS DE COQUELUCHE A LA MATERNITE Solweig Gerbier Colomban Unité d Hygiène et Epidémiologie Groupement hospitalier Nord Journée MATER 29/09/2016 Le 17 mai 2013 La cadre du secteur salle d accouchements

Plus en détail

Promotion de la vaccination

Promotion de la vaccination Promotion de la vaccination ARS AQUITAINE 04.11.2015 Champs de compétences de l ARS Veille et sécurité sanitaire Thématiques transverses Permanence des soins Relations avec les usagers Contrôles ARS Organisation

Plus en détail

Kit de Formation Cas Cliniques Les Vaccinations autour de la Naissance

Kit de Formation Cas Cliniques Les Vaccinations autour de la Naissance Kit de Formation Cas Cliniques Les Vaccinations autour de la Naissance D après le calendrier des vaccinations et les recommandations vaccinales 2011 selon l avis du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

Plus en détail

Panorama des Infections Associées aux Soins (IAS) chez les professionnels

Panorama des Infections Associées aux Soins (IAS) chez les professionnels Panorama des Infections Associées aux Soins (IAS) chez les professionnels Dr L. SIMON CCLIN Est- CHU Nancy 22 èmes Journées Régionales d Hygiène et de Lutte contre les Infections Nosocomiales Nancy 26

Plus en détail

Epidémie de Rougeole en France : d une maladie de l Enfant à celle de l Adulte Jeune

Epidémie de Rougeole en France : d une maladie de l Enfant à celle de l Adulte Jeune 1 Maladies Infectieuses, 2 Laboratoire de Virologie, 3 Santé Publique, 4 CIRE-InVS, 5 Médecine du Travail, 6 Dermatologie, 7 Pédiatrie, Centre Hospitalier Universitaire, Clermont Ferrand, 8 National Laboratoire

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

Pourquoi les soignants doiventils se faire vacciner?

Pourquoi les soignants doiventils se faire vacciner? Pourquoi les soignants doiventils se faire vacciner? Christophe TRIVALLE christophe.trivalle@aphp.fr Vaccination grippale du personnel de santé travaillant au contact de personnes âgées Recommandée «pour

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse Varicelle et grossesse quelles stratégies de prévention? F. Rozenberg Service de Virologie Cochin-St Vincent de Paul 25 mars 2010 Varicelle 1. Primo-infection IgG IgM 1ère virémie J4-J5 2ème virémie J9-J10

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ SANTÉ Santé publique Protection sanitaire, maladies, toxicomanie, épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES _ Direction générale de la santé

Plus en détail

Liens d intérêts J. Gaudelus

Liens d intérêts J. Gaudelus 11 ème journée Jean-Gerard Guillet de Vaccinologie Clinique 13 avril 2018 Couverture vaccinale des adolescents en France Joël GAUDELUS Hopitaux universitaires Paris Seine Saint denis Pole Femme Enfant

Plus en détail

C est votre dernier mot?

C est votre dernier mot? Démarrer Avis du Public 50:50 A B C D C est votre dernier mot? La grippe pour moi c est A. Juste un nez qui coule C. Une maladie qui peut être grave B. L occasion de libérer des lits en EHPAD Dommage Suite

Plus en détail

Nouvelle grippe A(H1N1)2009

Nouvelle grippe A(H1N1)2009 Nouvelle grippe A(H1N1)2009 Point épidémiologique et campagne de vaccination Daniel Lévy-Bruhl, au nom de toute l équipe grippe de l InVS et des partenaires de la surveillance Institut de Veille Sanitaire

Plus en détail

Données provisoires à la date de l analyse

Données provisoires à la date de l analyse Epidémiologie de la rougeole en France en 2017 Actualisation des données au 12/02/2018 D. Antona, D Lévy-Bruhl. Santé publique France - Direction des maladies infectieuses J Dina, A Vabret, Centre national

Plus en détail

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME

UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME UNE ÉRUPTION MORBILLIFORME Société de Franche Comté de Médecine: le 16/12/10 C. Laresche, Dr A.S. Dupond Faucher Jeune fille de 16 ans Pas d ATCD mis à part une allergie au paracétamol HDLM: Hyperthermie

Plus en détail

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles

M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Publié le 20/07/2017 Indications des vaccinations en post-exposition M.-A. DOMMERGUES, Service de pédiatrie, Centre hospitalier de Versailles Le guide du Haut Conseil de santé publique pour l immunisation

Plus en détail

Vaccination et grossesse

Vaccination et grossesse Vaccination et grossesse Pr Odile Launay Fédération d infectiologie Hôpital Cochin DESC maladies infectieuses 14 octobre 2016 1 Vaccination Rappels vaccins vivants (atténués)/inertes Les vaccins vivants

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

Les recommandations vaccinales françaises en

Les recommandations vaccinales françaises en Les recommandations vaccinales françaises en 2019 Le guide BEH annuel semaine européenne de vaccination Alertes du HCSP durant l année /InVs /DGS http://www.sante.gouv.fr/vaccinations-vaccins-politique-vaccinale.html

Plus en détail

Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle

Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle Vaccination recommandée e aux personnels de santé: varicelle Odile Launay, Emmanuel Grimprel JNI 2008, atelier vaccination du personnel soignant Objectifs Conduite à tenir vis-à-vis du personnel soignant

Plus en détail

Couverture vaccinale et impact épidémiologique en France

Couverture vaccinale et impact épidémiologique en France Couverture vaccinale et impact épidémiologique en France Daniel Lévy-Bruhl, Santé publique France Regards croisés franco-québécois sur «l hésitation à la vaccination» 07/12/2017 2 COUVERTURE VACCINALE

Plus en détail

Données de déclaration obligatoire de la rougeole

Données de déclaration obligatoire de la rougeole Données de déclaration obligatoire de la rougeole Bilan de situation jusqu au mai * L interruption de la circulation endémique de la rougeole en est un des objectifs de l Organisation mondiale de la santé

Plus en détail

Vaccinations Grippe et Coqueluche chez la femme enceinte

Vaccinations Grippe et Coqueluche chez la femme enceinte Vaccinations Grippe et Coqueluche chez la femme enceinte Étude «GriCoVax» dans 4 maternités d Île-de-France 27 ème Journée du GERES Marie Lachâtre CIC Vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin/APHP Grippe

Plus en détail

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner?

23/09/2015 ARlin corse EHPAD INFO Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner? Qui vacciner? Contre quelles maladies? Quand vacciner? Pourquoi vacciner dans un EHPAD? Population âgée en augmentation : doublée de 1980 à 2000 et va tripler en 2030 ( 260 à > 900 millions

Plus en détail

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique

Surveillance des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Surveillance CIRE ANTILLES des pathologies saisonnières aux Antilles Martinique Période : S- à S- N / Synthèse de la situation épidémiologique Guadeloupe Saint-Martin Saint-Barthélemy Guadeloupe Epidémie

Plus en détail

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013

Questions-réponses. sur le calendrier des vaccinations Les principaux points à retenir du nouveau calendrier des vaccinations 2013 PROTÉGEONS-NOUS, VACCINONS-NOUS. Questions-réponses sur le calendrier des vaccinations 2013 Le calendrier des vaccinations 2013 introduit des modifications importantes pour l ensemble de la population

Plus en détail