RÉSUMÉ POLICY PAPER JANVIER 2015 DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : 30 ANS D EXPÉRIENCE ET DE PROGRÈS, POUR QUEL AVENIR?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RÉSUMÉ POLICY PAPER 124 26 JANVIER 2015 DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : 30 ANS D EXPÉRIENCE ET DE PROGRÈS, POUR QUEL AVENIR?"

Transcription

1 POLICY PAPER JANVIER 2015 DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : 30 ANS D EXPÉRIENCE ET DE PROGRÈS, POUR QUEL AVENIR? Jean Lapeyre ancien secrétaire général adjoint de la Confédération européenne des syndicats (CES) RÉSUMÉ Dans ce moment de crise qui n en finit pas et dans lequel l Europe sociale semble cruellement manquer, la place et le rôle des acteurs sociaux se posent avec acuité tant au niveau national qu au niveau européen. LA PLACE ET LE RÔLE DES ACTEURS SOCIAUX SE POSENT AVEC ACUITÉ TANT AU NIVEAU NATIONAL QU AU NIVEAU EUROPÉEN Si les relations professionnelles nationales se sont construites depuis plus de 100 ans de manière singulière dans chacun de nos pays, dans des contextes historiques, au travers des luttes et sous des formes différentes, le dialogue social européen lui, a vu le jour il y a juste trente ans, de manière volontaire, avec l ambition d être partie prenante de la construction européenne et c est une histoire bien singulière. Ce dialogue social s est constitué sur la stratégie de relance de l intégration européenne à partir de Au cours des six premières années, des évolutions institutionnelles importantes comme l Acte unique européen et la Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs ont accompagné un apprentissage de la négociation collective dans une dimension transnationale, une compréhension nécessaire des cultures spécifiques de chacun de nos pays pour les transcender dans une culture commune de relations professionnelles. Les années 1991 à 2000 ont permis aux acteurs sociaux de passer d un rôle de lobbies à un rôle de producteurs de normes sociales au travers de l accord du 31 octobre 1991, institutionnalisé par le Protocole social de Maastricht, puis par l engagement de négociations aboutissant à des accords interprofessionnels transformés pour certains, en législations communautaires et pour d autres, mis en œuvre par les partenaires sociaux nationaux. Dans cette même période, le dialogue social s élargit dans de nouveaux espaces au niveau des secteurs et des entreprises multinationales. À partir des années 2000, les partenaires sociaux développent une plus grande autonomie du dialogue social,en établissant leur propre programme de travail triannuel indépendamment du programme de la Commission européenne. Ils gagnent également plus de place dans la gouvernance de l Union européenne. La crise mondiale, le repli sur les problèmes nationaux et le manque d initiative sur la politique sociale par la Commission européenne affaiblissent, dans cette dernière période, le dialogue social européen. Faut-il désespérer ou au contraire agir pour une relance du dialogue social et de la qualité de ses résultats? Des pistes existent, qui concernent en premier lieu les partenaires sociaux mais aussi la Commission européenne. Elles sont évoquées dans la dernière partie de ce Policy Paper : consolidation des résultats du dialogue social ; structuration plus forte et plus autonome du dialogue social ; une «zone euro» du dialogue social ; l articulation de l espace européen et de l espace mondial ; complémentarité entre dialogue social et dialogue civil. 1 / 20

2 SOMMAIRE INTRODUCTION : naissance du dialogue social communautaire : une relance de la Communauté économique européenne par la réalisation du Marché unique sans le social? /1987 : initiation au dialogue social européen Fin des années 80 : des évolutions qui «révolutionnent» l espace social européen L Acte unique européen change la donne sur la politique sociale La Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs et le programme d action social stimulant du dialogue social 6 2. Des années 90 à aujourd hui : l évolution du dialogue social européen Un accord fondateur le 31 octobre 1991 et son intégration dans le protocole social de Maastricht /2000 : Le passage à l acte au niveau interprofessionnel et sectoriel Le niveau interprofessionnel Le niveau sectoriel L autonomisation du dialogue social, l implication dans la gouvernance et l ouverture de nouveaux champs d action La dimension transnationale du dialogue social au niveau des entreprises Les partenaires sociaux et la lutte contre l exclusion sociale La crise et le reflux du dialogue social interprofessionnel dans un contexte d affaiblissement de la négociation collective au niveau national Perspectives pour une relance du dialogue social européen dans la nouvelle phase de l Union européenne : problèmes posés et propositions Consolider les résultats du dialogue social et renforcer l efficacité d application des accords autonomes Vers une autonomie organisée du fonctionnement du dialogue social : un Secrétariat européen du dialogue social? Le moteur «euro» du dialogue social Diversifier les résultats, maîtriser et gérer les transitions vers une économie bas-carbone productrice d emplois et donner un appui aux accords-cadres internationaux Une meilleure complémentarité entre dialogue social et dialogue civil 18 CONCLUSION 19 2 / 20

3 INTRODUCTION est le 31 janvier 1985 que le dialogue social européen voyait le jour dans une réunion provoquée par C le président de la Commission européenne Jacques Delors et réunissant outre le président, quatre commissaires, le secrétaire général de la Commission, dix-huit dirigeants syndicaux et quinze représentants patronaux. Tout le monde était conscient que la Communauté économique européenne devait être relancée et qu il fallait mobiliser toutes les énergies et capacités dans une stratégie de progrès économique et social. La Commission devait contribuer par sa capacité d initiative ; les États membres par leurs capacités à décider la stratégie et les moyens de cette stratégie ; et les partenaires sociaux par leurs capacités à négocier et à mobiliser les entreprises et les travailleurs dans cet espace social européen. Les six premières années du dialogue social européen ont permis d établir les bases d un espace contractuel et d un engagement des partenaires sociaux dans la gouvernance de l UE. Les quatorze années suivantes ont vu la conclusion des premiers accords européens interprofessionnels et sectoriels, et la diversification du dialogue social au niveau des entreprises exerçant dans l espace européen. Ces dix dernières années ont été plus difficiles avec une Commission européenne affaiblie, réticente sous la pression des États membres à toute initiative sociale et un patronat tout à son credo de la dérégulation et de la réduction des charges. Après une période d extension à tous les niveaux interprofessionnel, sectoriel, d entreprises transnationales, le dialogue social semble donc marquer le pas sous le coup d un élargissement qui doit être digéré, d une crise qui n en finit pas, d un affaiblissement de la négociation collective, de l ampleur du chômage et de la précarité Le dialogue social européen a-t-il vécu ses plus belles heures? L analyse de son développement montre que les potentialités existent toujours, encore faut-il les stimuler et avoir la volonté de les exploiter! : naissance du dialogue social communautaire : une relance de la Communauté économique européenne par la réalisation du Marché unique sans le social? En 1984, la Communauté économique européenne (CEE) est totalement LES ARTISANS enlisée. Le cadre du Traité de Rome est à bout de souffle et a de plus de DE LA CONSTRUCTION plus de mal à fonctionner. La Commission Thorn, en fin de course, est bloquée sur les évolutions institutionnelles pourtant indispensables. Le Premier EUROPÉENNE BUTENT ministre britannique, Mme Thatcher, oppose son veto systématique à toute MOINS SUR LE QUE FAIRE évolution intégrative de l Europe et du budget communautaire ; nous sommes QUE SUR LE COMMENT dans la période triomphante de l ultra libéralisme portée par le duo Thatcher/ FAIRE Reagan. Le renouvellement de la Commission européenne permet de porter à sa présidence le Français Jacques Delors. Celui-ci, connaissant les difficultés, réalise avant le début de son mandat le tour de quelques capitales pour vérifier les conditions de relance de la CEE et les moyens de réussir car, comme il le déclare lui-même dans son discours d orientation au Parlement européen (PE) le 14 janvier 1985 : «les artisans de la construction européenne butent moins sur le "que faire" que 3 / 20

4 sur "comment le faire"» 1. L objectif sera celui de la réalisation du Marché unique et les trois grandes libertés de circulation des capitaux, des produits et des citoyens européens. Une date est fixée pour cette réalisation : La question qui se pose alors est de savoir comment mobiliser les citoyens et les acteurs sociaux pour réussir cette nouvelle étape alors que le «Livre blanc sur l achèvement du marché intérieur» du 14 juin 1985 ne contient rien sur le social. Les syndicats, au travers de la Confédération européenne des syndicats (CES), sont très réticents et le patronat est peu mobilisé par une approche socio-économique. Les tentatives précédentes de dialogue entre les syndicats et le patronat européen avaient abouti à des échecs ou à des impasses, tant au travers des conférences tripartites que du Comité permanent de l emploi. Si les syndicats sont réticents sur le grand marché tel qu il est présenté, les propos du président suscitent plus d intérêt, voire d espoir. Dans sa tournée des capitales avant son investiture, Jacques Delors avait d ailleurs pris soin de rencontrer quelques grands dirigeants syndicaux. Et pouvait-on faire un procès au président d avoir oublié le social alors que dans son discours du 14 janvier 1985 au PE, il avait déclaré : «Pour en revenir aux larges domaines couverts par les politiques de l emploi et du marché du travail, je voudrais dire que nous ne réussirons qu à deux conditions : que les réformes soient négociées par les partenaires sociaux, autrement dit que la politique contractuelle demeure une des bases de toute notre économie, et que soit recherché un minimum d harmonisation au niveau européen.» 2. Ce discours précède d ailleurs de peu la réalisation de la première réunion dite «de Val Duchesse» 3 où sont réunis, le 31 janvier 1985, par le président de la Commission, les dirigeants nationaux syndicaux et patronaux de la CES, de l UNICE (qui représente les confédérations patronales nationales du secteur privé) et du CEEP (entreprises publiques et participation publique). ENCADRÉ 1 Les partenaires sociaux européens Confédération européenne des Syndicats : 88 confédérations nationales de 37 pays et 10 fédérations professionnelles européennes. UNICE (devenue BusinessEurope en 2007) : 39 organisations patronales nationales de 33 pays. CEEP : 3 organisations européennes membres directs (European Broadcasting Union (EBU), European Hospital and Healthcare Employers Association (HOSPEEM) et European Federation of Education Employers (EFEE)) et 21 sections nationales. D autres acteurs viendront compléter ces trois acteurs initiaux. Tout d abord, l UEAPME, en accord avec l UNICE, représentant 80 organisations nationales d artisans et petites et moyennes entreprises de 27 pays. D autre part, sous l égide de la CES, le Comité de liaison des cadres regroupant Eurocadres (organisations de cadres appartenant à la CES) et la Confédération européenne des cadres CEC (dont le membre essentiel est la CGC française). Cette réunion, selon un document de la Commission, «fait apparaître un changement perceptible du climat psychologique» 4. Pour la première fois, les partenaires sociaux sont appelés, dixit le président Delors, à «se mobiliser en vue d une nouvelle étape de la construction européenne et d engager entre eux, au niveau de la Communauté, un dialogue sur les thèmes d intérêt communautaire» 5. Deux thèmes de réflexions sont mis en avant dans la discussion : le fonctionnement du marché du travail avec l organisation de la durée du travail d une part et l introduction de nouvelles technologies et leurs répercussions sociales d autre part. Le Sommet du dialogue social suivant, le 12 novembre 1985, fut précédé de nombreux contacts bi- ou tri-latéraux entre les partenaires sociaux et la Commission. La conclusion pratique en sera la mise en place de deux groupes de travail : le premier dit «macro-économie» devant élaborer un avis commun sur «la stratégie de 1. Intervention de Jacques Delors devant le Parlement européen le 14 janvier 1985 sur les orientations essentielles de l action envisagée par la nouvelle Commission (Débats du PE N 2-321/3 du ). 2. Ibidem. 3. Prieuré du 13 ème siècle dans la banlieue de Bruxelles, propriété de l État belge où se déroulent des réunions et colloques nationaux et internationaux. 4. Note d analyse interne de la Commission réalisée par Patrick Venturini, Conseiller Social du président et Carlo Savoini, Directeur à la DG V en charge du dialogue social (décembre 1988). 5. Cité par Jean Degimbe, ancien directeur général de la Commission dans son livre La politique sociale européenne : du Traité de Rome au Traité d Amsterdam (page 207), édité par l Institut syndical européen en / 20

5 coopération pour la croissance et l emploi» ; le second «Nouvelles technologies et dialogue social» rédigant lui un avis commun sur «les nouvelles technologies et dialogue social». La machine était lancée! À l heure actuelle, 77 textes ont été conclus au niveau du dialogue social interprofessionnel dont 3 accords ont été étendus sous forme de directives communautaires et plus de 300 textes au niveau des 41 Comités de dialogue social sectoriels (CDSS), dont 4 accords ont été étendus sous forme de directives communautaires. Mais comment en est-on venu à ce point de développement? /1987 : initiation au dialogue social européen Après la mise en place du dialogue social par Val Duchesse I et II, les deux groupes de travail mentionnés commencent effectivement à se réunir. Le groupe «Macro-économie» adoptera un texte, le 6 novembre 1986, en lien avec le Rapport économique annuel de la Commission pour la période 1986/1987. Un an plus tard, le groupe adoptera un autre avis commun, en liaison également avec le Rapport économique annuel 1987/1988 ; cet avis du 26 novembre 1987 donnera lieu à un message envoyé par les partenaires sociaux aux chefs d État et de gouvernement qui se réunissaient au Conseil européen des 4 et 5 décembre à Copenhague, première manifestation d une contribution commune des partenaires sociaux. L autre groupe de travail «Nouvelles technologies et dialogue social» adoptera un avis commun le 6 mars 1987 sur la formation et la motivation du personnel et sur l information/consultation dans le cadre de l introduction de nouvelles technologies dans l entreprise. Cet avis, dans son contenu information/consultation, continuera à être une référence dans les discussions ultérieures sur cette question dans les entreprises transnationales ainsi que sur le thème des restructurations. CETTE PREMIÈRE PHASE A POUR OBJET DE CRÉER UNE CULTURE COMMUNE DE NÉGOCIATION Cette première phase «exploratoire» du dialogue social européen a surtout comme objectif de créer une culture commune de négociation. Passer à un stade supranational de négociation suppose une connaissance et une compréhension des systèmes divers de relations sociales dans les différents pays européens, afin que les négociations supranationales soient un élément de progrès sans être un élément de perturbation ou d affaiblissement des négociations au niveau national, sectoriel ou/et territorial 6. Cette phase d initiation était donc indispensable même si les textes produits avaient peu d incidence de mise en œuvre au niveau national. On rencontrera d ailleurs cette difficulté de mise en œuvre autonome des accords européens dans les phases ultérieures car au départ du dialogue social européen, il y a clairement une divergence d objectifs entre l UNICE et la CES. Le patronat européen ne veut pas que le dialogue social et ses résultats puissent servir d appui à une réglementation législative ou contractuelle de la politique sociale communautaire, alors que la CES a une stratégie, parallèle à celle du président de la Commission, qui est de développer un véritable espace de négociation collective au niveau européen Fin des années 80 : des évolutions qui «révolutionnent» l espace social européen Quelques évolutions institutionnelles majeures vont faire évoluer rapidement le sens et le contenu du dialogue social européen en introduisant le vote à majorité qualifiée en matière sociale, en établissant un soutien institutionnel au dialogue social et en établissant une Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs ainsi qu un programme d action social. 6. Comprendre ce que dit un employeur suédois et dans quel contexte il le dit n est pas une évidence pour un syndicaliste grec ; le mot convention collective ne recouvre pas le même sens en Allemagne et en France. 7. Voir sur cette analyse et en général sur la construction du dialogue social l excellent ouvrage de Claude Didry et Arnaud Mias, Le moment Delors : les syndicats au cœur de l Europe sociale, Édition PIE-Peter Lang, Collection Travail et Société, n 48, / 20

6 L Acte unique européen change la donne sur la politique sociale Jusqu en 1986, les questions sociales étaient conditionnées par le vote à l unanimité au sein du Conseil. Lors des discussions sur la révision du Traité de Rome, la Commission allait proposer d introduire le vote à la majorité qualifiée pour de nombreux domaines concernant la politique sociale, notamment les conditions de vie et de travail, l égalité des chances, la formation professionnelle et l information/consultation des travailleurs. Toutefois, la Conférence intergouvernementale (CIG) chargée de la révision des Traités allait limiter les ambitions de la Commission en matière sociale, en décidant que la procédure de décision à la majorité qualifiée interviendrait uniquement pour les matières visant la protection de la santé et de la sécurité des travailleurs. Il faut cependant souligner que la rédaction des articles 118A et 118B allait ouvrir de nouveaux espaces de régulation sociale et conduire les partenaires sociaux à se poser le problème de l espace contractuel en alternative et/ou en complément de l espace législatif. Une lecture attentive de cet article 118A («Les États membres s attachent à promouvoir l amélioration, notamment du milieu de travail 8, pour protéger la sécurité et la santé des travailleurs et se fixent pour objectif l harmonisation, dans le progrès, des conditions existant dans ce domaine») permet, comme le conçoit alors Jacques Delors, d interpréter le concept de «milieu de travail» dans un sens «nordique», c est-à-dire plus large que la santé et sécurité au travail en intégrant les éléments de conditions et d organisation du travail. De plus, l article 118B de l Acte unique européen prévoit que «la Commission s efforce de développer le dialogue entre partenaires sociaux au niveau européen pouvant déboucher, si ces derniers l estiment souhaitable, sur des relations conventionnelles» puis l article 3 du Protocole social de Maastricht donne une priorité de consultation des partenaires sociaux sur les projets d initiatives sociales de la Commission et une capacité pour ceux-ci d engager une négociation sur le sujet concerné. Le nouvel article 118A du Protocole social du Traité de Maastricht prévoit que la Commission «prend toute mesure utile pour faciliter leur dialogue en veillant au soutien équilibrée des parties» La Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs et le programme d action social stimulant du dialogue social LA CHARTE EST UN OUTIL DE RÉFÉRENCE POUR LES COURS DE JUSTICE TANT NATIONALES QU EUROPÉENNE Dès juin 1988, le Conseil européen de Hanovre affirme l importance des aspects sociaux du Marché unique, ce qui donne l opportunité à Jacques Delors, dans une lettre conjointe avec le commissaire Manuel Marin, de demander le 9 novembre 1988 un avis au CESE sur le contenu possible d une «Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs», un avis qui sera adopté par une large majorité après des débats animés le 22 février. Jacques Delors, sur la base de cet avis et s appuyant sur le consensus fort du Comité économique et social européen (CESE) 10, fera préparer un projet de Charte qui sera par la suite adoptée au Sommet de Strasbourg le 9 décembre 1989 par tous les États membres, à l exception du Royaume-Uni 11, les chefs d État et de gouvernement prenant acte dans le même temps de l élaboration par la Commission d un Programme d action social assurant la mise en œuvre de la Charte. Cette Charte est d abord un acte politique, au travers d une Déclaration solennelle, mais elle va au-delà du symbolique : d abord par l existence conjointement du Programme d action comportant 47 propositions sociales dont 17 législatives, et ensuite comme outil de référence pour les Cours de justice tant nationales qu européenne. Cela, associé à la possibilité du vote à majorité qualifiée introduit par l Acte unique européen, a permis de débloquer par la suite le dialogue social et la politique sociale. 8. Surligné par l auteur. 9. Ces articles devenus 138 et 139 dans le Traité d Amsterdam seront intégrés dans le Traité de l Union européenne de 2009 sous les articles 152 et Il faut souligner l appui constant du Parlement européen à cette démarche. 11. Il faudra attendre 1998 et l arrivée de Tony Blair au pouvoir pour que le Royaume-Uni signe la Charte. 6 / 20

7 2. Des années 90 à aujourd hui : l évolution du dialogue social européen Pour passer à un stade de négociation dans l espace européen il fallait d abord que chacun puisse comprendre le système des autres et le fonctionnement des relations professionnelles dans les différents pays. De cette étape sortira un langage commun, une compréhension de la subsidiarité qui permet d établir des principes au niveau européen, tout en laissant une large autonomie nationale pour la mise en œuvre. L adoption de la Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs et d un Programme d action social va relancer l initiative législative sociale de la Commission, longtemps bloquée par le principe du vote à l unanimité. Les premières législations sociales découlant du Programme sont adoptées : établissement d un contrat de travail 12, congé maternité 13, aménagement du temps de travail 14, protection des jeunes 15, entre autres. La CES, qui avait toujours voulu que le dialogue social prenne une dimension contractuelle, lance alors l idée d une contribution des partenaires sociaux à la réforme du Traité pour ouvrir un espace de régulation négociée. Les employeurs comprennent alors que la politique du ni-ni (ni législation, ni négociation) est une ligne Maginot et que s ils ne veulent pas que toute la régulation se fasse par la loi, ils doivent effectivement admettre un espace de négociation au niveau européen Un accord fondateur le 31 octobre 1991 et son intégration dans le protocole social de Maastricht La deuxième étape du dialogue social se termine donc le 31 octobre 1991, UN ACCORD CONCLU par l adoption d un accord des partenaires sociaux sur leur implication PAR LES PARTENAIRES dans la politique et le droit communautaire. Cet accord constitue, selon les termes de la déclaration conjointe, «une contribution décisive aux chefs SOCIAUX PEUT OBTENIR d État et de gouvernement pour la définition du rôle que les partenaires sociaux UNE VALIDATION JURIDIQUE seront appelés à jouer dans le développement futur de la dimension sociale communautaire» 16. En décembre 1991, l adoption du Protocole social du Traité de ERGA OMNES Maastricht (à 11 sans le Royaume-Uni) reprend l accord des partenaires sociaux précité, qui situe ceux-ci comme des acteurs de la régulation avec une obligation de consultation par la Commission et la possibilité de suspendre l initiative législative le temps d une négociation sur le thème concerné. De plus, un accord conclu par les partenaires sociaux peut obtenir une validation juridique erga omnes par le Conseil sur proposition de la Commission. Il s agit là d une étape «révolutionnaire» du dialogue social européen. Les partenaires sociaux décideront alors de structurer leur dialogue en créant, en juillet 1992, de manière permanente, un Comité du dialogue social (CDS) qui prend ainsi le relai du Comité de pilotage mis en place précédemment. La mise en place du CDS a pour but : l organisation des travaux autour des thèmes de travail identifiés, le suivi et l évaluation des résultats et leurs prolongements, la transmission des résultats du dialogue social aux différentes instances et l information sur l évolution du dialogue social sectoriel /2000 : Le passage à l acte au niveau interprofessionnel et sectoriel La troisième étape du dialogue social européen se situe de 1991 à nos jours, avec le passage «à l acte» de la négociation européenne. 12. Directive 91/ Directive 92/ Directive 93/ Directive 94/ Déclaration conjointe des partenaires sociaux suite à l accord du 31 octobre / 20

8 Le niveau interprofessionnel Trois accords confédéraux ont déjà été conclus et sont devenus des législations européennes, sur le congé parental en , le travail à temps partiel en et les contrats à durée déterminée en Quatre accords autonomes ont été conclus : sur le télétravail en 2002, le stress en 2004, le harcèlement et la violence au travail en 2007 et les marchés du travail inclusifs en Cette troisième étape a connu quelques échecs, soit du fait de l incapacité des employeurs à ouvrir une négociation (sur l information et la consultation par exemple), soit par l échec des négociations engagées (notamment sur le travail temporaire, dont les négociations ont échoué après plus d un an de discussion et sur le temps de travail pour la révision de la Directive de 1991). L analyse de la transposition des accords autonomes par les voies nationales montre un résultat très inégal et parfois décevant. La volonté initiale voulait que la mise en œuvre par voie législative ou par voie contrac- LES ACCORDS AUTONOMES DOIVENT tuelle soit de valeur égale, en donnant des droits exigibles à tous les CONDUIRE À UNE travailleurs européens. Différentes évaluations faites tant par les partenaires OBLIGATION DE RÉSULTAT sociaux que par la Commission ont fait apparaître une grande inégalité de transposition des accords autonomes, voire une absence de prise en compte par DANS LA MISE EN ŒUVRE les partenaires sociaux de certains pays, ce qui en affaibli l efficacité et la légitimité par rapport à la législation (voir tableau 1 sur l état de la transposition de l accord sur le télétravail de 2002) 19. Il apparaît d autant plus important dans cette période que la valeur de la négociation et son résultat soient reconnus et effectifs dans leur application pour ne pas dévaloriser cette forme de régulation sociale. Il semble évident que les accords autonomes doivent conduire à une obligation de résultat dans la mise en œuvre, quel que soit le mode de transposition législatif ou contractuel Cet accord/directive, qui a créé un droit nouveau dans les États membres (Royaume-Uni, Irlande, Belgique, Luxembourg, Grèce), sera révisé en 2009 par les partenaires sociaux par un accord du 18 juin étendu par une directive du Conseil du 18 septembre Ce droit a amélioré la situation de 6 millions de travailleurs au Royaume-Uni et en Irlande. 19. Rapport sur la mise en œuvre de «l accord-cadre sur le télétravail» des partenaires sociaux, SEC(2008)2178, Document de travail de la Commission. 20. Voir Avis du CESE du 10 septembre 2014 (SOC/507) réalisé à la demande du Parlement européen sur la «structure et organisation du dialogue social dans le contexte d une véritable union économique et monétaire(uem)». Cet avis analyse la situation du dialogue social et propose un certain nombre d amélioration, particulièrement sur l efficacité des accords autonomes et l organisation du dialogue social. 8 / 20

9 Instruments chosen to implement the Framework Agreement on Telework TABLEAU 1 Instruments choisis pour mettre en place l accord-cadre sur le télétravail Instruments chosen* Countries Collective agreements at national level cross-industry extended by decree/binding erga omnes binding on signatory parties and their members FR, BE, LU, GR 1,2 and IS 1 IT sectoral DK 3 Agreements by social partners recommendations to lower bargaining levels FI and ES 2 Guidelines, recommendations Joint declarations addressed mainly to lower bargaining levels as well as companies and teleworkers addressed mainly to individual companies and teleworkers NL and SE 2 UK, IE 4, AT 5, LV 2 and NO 2 DE Model agreements proposed by social partners DE 5 and IE Legislation based on agreement between social partners PL after consultation of social partners HU, SK and CZ 6 no/little involvement of social partners PT and SI 6 no implementation yet/no information CY, EE, LT, MT, BG and RO Notes: * This table does not cover sector-specific or regional agreements reported by social partners which relate to a small number of sectors or regions only and which have sometimes been adopted prior to/without any reference to the Framework Agreement (e.g. DE, ES and AT). Furthermore, it does not cover individual company agreements on telework reported by social partners and adopted prior to or as follow-up to the Framework Agreement (e.g. NL, DE and ES). Incomplete or example-based reporting of individual instruments and the difficulty of identifying them in all Member States could distort the overall presentation. 1 Legal status not fully certain. 2 Mainly based on literal translation/translation in annex, i.e. little adaptation to national context. 3 Covers the industry, services, local, regional and national government sectors, is accompanied by guidelines and is supplemented by cross-industry agreement. 4 Implementation not finalised. 5 Unilateral instruments, i.e. not jointly adopted. 6 Partial implementation only. Source : Rapport sur la mise en œuvre de «l accord-cadre sur le télétravail» des partenaires sociaux, SEC(2008)2178, Document de travail de la Commission Le niveau sectoriel EN 49 EN La concertation sociale sectorielle a existé depuis longtemps dans les secteurs d activités faisant l objet de politiques communautaires fortes comme l agriculture/agro-alimentaire, les transports, la pêche ou le secteur de la chaussure. Mais dès le lancement du dialogue social interprofessionnel en 1985, le développement de la dimension sectorielle est un objectif prioritaire pour les syndicats, afin de pouvoir traiter concrètement les problèmes de conditions de travail, de formation, d égalité hommes/femmes, de santé et sécurité au travail 9 / 20

10 et surtout les mutations économiques et technologiques. La difficulté majeure est la différence de structuration entre la CES qui intègre la dimension professionnelle au travers des fédérations qui en sont membres et l UNICE, qui coordonne des organisations professionnelles indépendantes et dont beaucoup refusent encore au début des années 90 d assumer une compétence sociale. Le développement des Comités de dialogue social sectoriels (CDSS) sera pourtant extrêmement rapide (voir tableau 2) 21 mais obligera la Commission à reprendre les critères de représentativité proposés par les partenaires LES CDSS COUVRENT sociaux confédéraux eux-mêmes, afin d assurer la légitimité des acteurs syndicaux et patronaux des différents secteurs voulant créer d un commun accord 145 MILLIONS DE TRAVAILLEURS EN EUROPE un CDSS. Des études seront donc systématiquement réalisées par des instituts universitaires pour vérifier, dans chacun des pays et des secteurs, la légitimité de représentation et de négociation des syndicats et organisations d employeurs concernés. Ces comités couvrent actuellement 145 millions de travailleurs en Europe et concernent notamment des secteurs clés tels que le transport, l énergie, l agriculture, la construction, le commerce, la pêche, les services publics, la métallurgie et l éducation. Au niveau sectoriel, la négociation est devenue également une réalité avec les accords sur le temps de travail dans le secteur des transports ferroviaires, du transport maritime et du transport aérien, et bientôt dans le transport fluvial. Également dans le secteur des hôpitaux, les partenaires sociaux ont conclu un excellent accord sur la «prévention des blessures par objets tranchants dans le secteur hospitalier et sanitaire» qui a été validé par le Conseil sous forme de Directive. Par contre, un accord dans le secteur de la coiffure sur la santé/sécurité au travail (en particulier concernant les produits chimiques utilisés) est bloqué au Conseil pour sa validation juridique, un certain nombre d États menés par le Royaume-Uni s opposant à en faire une législation. 21. Commission européenne, Document de travail de la Commission, SEC(2010) / 20

11 Industrial Relations in Europe 2010 Dialogue social européen : 30 ans d expérience et de progrès, pour quel avenir? TABLEAU 2 Les Comités de dialogue Table 6.2: social European sectoriels (CDSS) social dialogue committees Cross-industry social dialogue committees Organisations representing workers Organisations representing employers Date of creation ETUC Liaison Committee Eurocadres and CEC Sectoral social dialogue committees BusinessEurope CEEP UEAPME Sectors Organisations representing workers Organisations representing employers Date of creation Agriculture EFFAT GEOPA/COPA 1999 Audiovisual UNI-MEI, EFJ, FIA, FIM EBU, ACT, AER, CEPI, FIAPF 2004 Banking UNI europa FBE, ESBG, EACB 1999 Central administrations TUNED EUPAN 2010 Chemical industry EMCEF ECEG 2004 Civil aviation ECA, ETF ACI-Europe, AEA CANSO, ERA, IACA, 2000 IAHA Cleaning industry UNI europa EFCI 1999 Commerce UNI europa EuroCommerce 1999 Contract catering EFFAT FERCO 2007 Construction EFBWW FIEC 1999 Education ETUCE EFEE 2010 Electricity EPSU, EMCEF Eurelectric 2000 Extractive industries (mines) EMCEF APEP, Eurocoal, Euromines 2002 Footwear ETUF:TCL CEC 1999 Furniture EFBWW UEA 2001 Gas EMCEF, EPSU Eurogas 2007 Horeca/tourism EFFAT Hotrec 1999 Hospitals EPSU Hospeem 2006 Inland waterways ETF EBU, ESO 1999 Insurance UNI europa CEA, BIPAR, ACME 1999 Live performance EAEA Pearle 1999 Local and regional governments EPSU CEMR 2004 Metal, engineering and technology-based EMF industries Ceemet 2010 Paper EMCEF CEPI 2010 Personal services UNI europa Coiffure EU 1999 Postal services UNI europa Chapter 6: European PostEurop social dialogue developments Private security UNI europa CoESS 1999 Professsional football EPFL, ECA FIFPro 2008 Railways ETF CER, EIM 1999 Road transport ETF IRU 2000 Sea fisheries ETF Europêche/Cogeca 1999 Sea transport ETF ECSA 1999 Shipbuilding Sectors Organisations representing EMF workers CESA Organisations representing employers 2003 Date of creation Steel EMF Eurofer 2006 Sugar EFFAT CEFS 1999 Tanning and leather ETUF:TCL Cotance 2001 Telecoms UNI europa ETNO 1999 Temporary agency work UNI europa Eurociett 1999 Textiles/clothing ETUF:TCL Euratex Woodworking EFBWW CEI-Bois Source : Commission européenne, Document de travail de la Commission, SEC(2010) / 20

12 2.3. L autonomisation du dialogue social, l implication dans la gouvernance et l ouverture de nouveaux champs d action Dans les années 90, les politiques de l emploi et la lutte contre l exclusion sociale deviendront des sujets majeurs et l ouverture de la Conférence intergouvernementale en 1996 pour la révision du Traité de Maastricht va entraîner des évolutions intéressantes. Il n est pas mineur de rappeler que vers la fin des travaux de cette CIG, la situation politique du Royaume-Uni et de la France avait changé avec l arrivée de Tony Blair et de Lionel Jospin comme Premier ministre de leur pays. Cette évolution politique permettra d une part au Royaume-Uni de ratifier la Charte communautaire des droits sociaux fondamentaux des travailleurs mais aussi d adopter la directive sur les comités d entreprises européens. Mais, d autre part, le Traité d Amsterdam allait intégrer le Protocole Social de Maastricht (seulement adopté jusqu alors par 11 des 12 États membres) et un nouveau Titre sur l emploi qui devait conduire par un accord anticipatif à la ratification du Traité d Amsterdam au Sommet extraordinaire de l emploi de Luxembourg les 14 et 15 novembre La mise en place de la Méthode ouverte de coordination (MOC) vient compléter les instruments de l Union pour avancer dans une démarche commune, sans avoir la nécessité de légiférer. Cette méthode deviendra malheureusement la méthode quasi-exclusive d action de la Commission, renvoyant aux États membres, au travers d un système de surveillance mutuelle, la réalisation des objectifs fixés en commun. Autant la MOC a son utilité sur certaines politiques de convergence ou de thèmes ne se prêtant pas à une législation, au moins dans un premier temps, autant elle a affaibli une véritable politique communautaire. Cela n est pas vraiment étonnant dans cette dernière période de dérégulation, où même la législation communautaire acquise est remise en cause au travers du programme REFIT qui, sous couvert de simplification et de rationalisation, vise à affaiblir une régulation sociale ou de santé/sécurité que les entreprises, et principalement les PME, jugent trop contraignante. La grande stratégie avancée par les organisations patronales est l autorégulation, qui permettrait aux entreprises d être juges et parties sans contrainte coercitive. On voit actuellement ce que donnent les codes de bonnes conduites et d autorégulation des rémunérations et avantages des dirigeants d entreprises! Mais pour revenir à cette période des années 90, la nécessité d intégrer les politiques économique, de l emploi et du social se pose rapidement face à des approches pas très cohérentes entre les différents Conseils des ministres de l Économie et des Finances d une part et des ministres de l emploi et des affaires sociales d autre part, ces derniers apparaissant souvent comme des parents pauvres face aux ministres des Finances. L UNION RECONNAÎT ET PROMEUT LE RÔLE DES PARTENAIRES SOCIAUX À SON NIVEAU Cette situation amènera les partenaires sociaux à adopter une contribution pour le sommet des chefs d État et de gouvernement réunis à Laeken en décembre Cette contribution pose le problème du rôle spécifique des partenaires sociaux dans la gouvernance européenne et de l articulation de la concertation tripartite sur la Stratégie de Lisbonne adoptée par les chefs d État et de gouvernement. Les partenaires sociaux font le constat que le Comité permanent de l emploi (CPE) auquel ils participent ne répond pas aux besoins de cohérence et de synergie entre les différents processus auxquels ils sont associés. Ils proposent donc de remplacer le CPE par un comité de concertation tripartite pour la croissance et l emploi qui se réunirait en lien avec les Conseils européens de printemps (ces derniers étant dédiés aux questions économiques et de l emploi). Cela se réalisera progressivement avant que l article 152 du Traité sur le fonctionnement de l UE adopté à Lisbonne et en vigueur depuis décembre 2009 n institutionnalise ce principe : «L Union reconnaît et promeut le rôle des partenaires sociaux à son niveau, en prenant en compte la diversité des systèmes nationaux. Elle facilite le dialogue entre eux, dans le respect de leur autonomie. Le sommet social tripartite pour la croissance et l emploi contribue au dialogue social». Dans cette contribution des partenaires sociaux au Conseil européen de Laeken apparaît également une autre proposition très importante, qui est d adopter «un programme de travail pour un dialogue social plus 12 / 20

13 autonome» et ils ajoutent : «Bien que décidé et mis en œuvre en toute autonomie, les partenaires sociaux auront à cœur que leur programme de travail apporte une contribution utile à la stratégie européenne pour la croissance et l emploi ainsi qu à la préparation de l élargissement de l Union européenne.» 22. UN PROGRAMME DE TRAVAIL POUR UN DIALOGUE SOCIAL PLUS AUTONOME Enfin, un autre élément va être important dans leur contribution, dans la perspective d un élargissement important de l UE avec des pays recouvrant une démocratie mais sans culture de relations sociales «Les partenaires sociaux européens attirent l attention des autorités publiques européennes sur le besoin urgent de développer, avec l aide des partenaires sociaux européens, un véritable programme intégré d assistance technique aux partenaires sociaux des pays candidats afin de favoriser le développement d organisations syndicales et patronales fortes, autonomes et capables de participer pleinement au dialogue social européen dès l adhésion de leur pays à l Union européenne.». Le premier programme de travail autonome sera adopté le 28 novembre 2002 pour la période 2003/2005. Les autres programmes suivront pour 2006/2008, 2009/2011 et 2012/2014. Ce dernier programme se termine actuellement avec l actualisation de l analyse conjointe des partenaires sociaux européens sur les défis auxquels les marchés du travail européens sont confrontés. Les partenaires sociaux ont commencé l élaboration du prochain programme de travail mais celui-ci sera certainement en lien avec les nouvelles orientations de la Commission. Pour en revenir à la gouvernance de l UE et à la concertation avec les partenaires sociaux, il faut mentionner un texte important conclu, dans le cadre du dialogue social et présenté au sommet social tripartite d octobre 2013, qui permet d améliorer les processus de consultation des partenaires sociaux tant nationaux qu européens. Cette déclaration conjointe 23 réclame principalement l amélioration des procédures de consultation des partenaires sociaux tant nationaux qu européens par les gouvernements, la Commission, le Conseil et le Parlement européen, en temps utile et de manière significative sur toutes les politiques affectant directement ou indirectement l emploi et le marché du travail. Elle insiste également sur l importance du dialogue social comme élément crucial du modèle social européen, l autonomie des partenaires sociaux et l implication de ceux-ci dans la définition de nouveaux indicateurs La dimension transnationale du dialogue social au niveau des entreprises Après plus de 20 ans et la première tentative du commissaire Vredeling en 1980 d établir des droits transnationaux d information et de consultation des travailleurs dans les entreprises multinationales et d obstruction des lobbies patronaux (Chambre de commerce américaine, European Round Table (associations des plus grandes entreprises européennes)...), une nouvelle proposition de la Commission est mise sur la table en La façon dont cette législation a été rédigée démontre qu il est possible de créer un cadre normatif européen dont les partenaires sociaux sont les réalisateurs principaux. Une tentative de négociation échoua sur ce sujet lourd d un contentieux avec les employeurs, mais les discussions n ont pas été inutiles car certains éléments «pré-négociés» par les partenaires sociaux seront utilisés dans la rédaction de la proposition législative. En particulier, le législateur laisse une large place préalable à la négociation de mise en place des comités d entreprises européens (CEE) avant l application imposée de critères contenus dans l annexe de la Directive. Cela a permis une mise en œuvre très dynamique et un démarrage très rapide des CEE bien ancré sur les réalités diverses des entreprises et sur les cultures de relations industrielles dans les différents États membres. La banque de données de l Institut syndical européen (ETUI) recense comités d entreprises européens qui concernent 987 sociétés multinationales. 22. Contribution commune des partenaires sociaux du 13 décembre 2001 transmise au Conseil européen de Laeken réuni les 14 et 15 décembre Déclaration conjointe des partenaires sociaux européens sur l implication des partenaires sociaux dans la gouvernance économique européenne du 24 octobre / 20

14 Il est également intéressant de mentionner la création du statut de société européenne. En mars 2014, la banque de données de l ETUI comptabilisait sociétés avec le statut de société européenne. Ce statut, établi par un règlement communautaire du 8 octobre 2001, est complété par une directive de la même date qui crée la possibilité de représentation des travailleurs dans les conseils de surveillance ou les conseils d administration et surtout des procédures d information et de consultation. La réalité est plutôt décevante avec seulement 51 sociétés européennes qui prévoient des droits à l information/consultation et 54 qui établissent des droits d information, de consultation et de participation. Dans une économie mondialisée, il est important de souligner que les CEE ont servi de point d appui à une extension vers des comités de groupes mondiaux et un dialogue social prolongé de l européen vers le mondial. En 2012, l IRES relevait 115 accords-cadres internationaux (ACI) conclus en particulier par 27 entreprises françaises et 21 entreprises allemandes et sur les 111 accords-cadres européens (ACE), 47 concernaient des entreprises françaises. En juillet 2008, la Commission publiait un document de travail sur «Le rôle des accords d entreprise transnationaux dans le contexte d une intégration internationale croissante» 24, où elle relevait «147 textes transnationaux conjoints dans 89 entreprises conclus pour la plupart depuis 2000, dont 88 conclus dans 42 entreprises, pour la plupart de très grande dimension, centrés ou développés sur l espace européen.». Ces accords couvraient environ 7,5 millions de travailleurs dans le monde. La question posée par la Commission, appuyée par le PE et le CESE, pouvait se résumer à examiner «avec les partenaires sociaux européens des propositions en vue d établir un cadre législatif sur une base volontaire». Les syndicats, avec la CES, y étaient totalement favorables ; à l opposé, les employeurs, avec BusinessEurope, y étaient totalement opposés! Cette discussion se poursuit pourtant notamment au sein du PE Les partenaires sociaux et la lutte contre l exclusion sociale La CES s est engagée dès le début des années 90 dans des actions conjointes avec des ONG de lutte contre l exclusion sociale et la pauvreté, avec des initiatives d aide aux sans-abris (initiative IGLOO avec la Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abris), avec le réseau européen anti-pauvreté (EAPN), et ensuite avec la plateforme des ONG sociales, en particulier sur la Charte des droits fondamentaux. Un travail est réalisé également avec la Fédération européenne des handicapés, en particulier sur l accès à l emploi. Les employeurs s organisent en 1995, non au travers de l UNICE mais d abord, à l appel du président de la Commission, par un engagement d une vingtaine de grandes entreprises qui se structurent dans l «European business against social exclusion» qui deviendra CSR-Europe. Dans le cadre du dialogue social, un accord a été conclu en mars 2010 sur «des marchés du travail inclusifs», ce qui marque la préoccupation commune des partenaires sociaux européens à travailler ensemble sur la question de l inclusion sociale La crise et le reflux du dialogue social interprofessionnel dans un contexte d affaiblissement de la négociation collective au niveau national NOUS VIVONS UNE PÉRIODE OPPORTUNE POUR TOUS LES DÉCONSTRUCTEURS DU DROIT Nous vivons une période très opportune pour tous les déconstructeurs du droit et, sous couvert de prétendues bonnes intentions, telles que l accès à l emploi des exclus, la fluidité du marché du travail, la simplification administrative, ou «better regulation» comme on dit à Bruxelles, nous assistons à un affaiblissement des droits et une dérèglementation du temps de travail. On allonge les possibilités de prester des heures supplémentaires comme en Lituanie ; on réduit le coût des heures supplémentaires comme au Portugal ; on étend les périodes de références comme en Pologne ou en Roumanie ; on simplifie 24. Document des services de la Commission, SEC(2008) / 20

15 les mesures de licenciements comme en Slovaquie, au Royaume-Uni, au Portugal, en Espagne, en Bulgarie ou en Estonie ; on affaiblit la représentation et l action syndicale et les instances tripartites ; on met en cause la négociation des salaires minimums. Enfin, sur ce sujet, il faut signaler une évolution notoire en Allemagne, où l apparition d un salaire minimum imposé est une véritable révolution qui montre malheureusement que les négociations salariales n ont pas su couvrir cette zone grise de l emploi sous payé et sous protégé développée par les réformes Hartz. Partout, finalement, se sont développées les inégalités et la précarité. Des mesures, qui pourraient s expliquer de manière conjoncturelle dans cette situation de crise, sont en fait une évolution radicale et une évolution voulue définitive du cadre de droits mais aussi d affaiblissement de la négociation collective et du taux de couverture des conventions collectives (voir graphique 1) 25. Cet affaiblissement quasi général de la négociation collective au niveau national est aussi un élément de l affaiblissement du dialogue social européen, couplé à un désengagement de la Commission européenne depuis 10 ans et à une absence de volonté du patronat européen de s engager dans un dialogue social plus qualitatif. GRAPHIQUE 1 Taux de couverture des conventions collectives dans l UE (ICTWSS database AIAS) Quelle est la situation actuelle du dialogue social dans l UE? Le dialogue social est en retrait suite à la crise, avec une chute concentrée dans la périphérie de la zone euro. Source : Taux de couverture des conventions collectives dans l UE , ICTWSS database, Amsterdam Institut for Advanced Labor Studies (AIAS). Il est extrêmement préoccupant de constater que les attaques contre le dialogue social dans plusieurs pays particulièrement touchés par la crise (Grèce, Portugal, Italie, Espagne, etc.) sont venues par la «Troïka», chargée de suivre ces pays et particulièrement par la Commission européenne, mettant en cause la liberté de négociation et le droit du travail. Le seul recours des syndicats de ces pays a été devant l Organisation internationale du travail (OIT) sur la base des conventions signées et ratifiées par leurs propres pays. L OIT est donc devenue le défenseur du modèle social européen par un défaut coupable de la Commission européenne. 25. Taux de couverture des conventions collectives dans l UE , ICTWSS database, Amsterdam Institut for Advanced Labor Studies (AIAS). 15 / 20

16 On constate également que la crise est en train de creuser les écarts entre nos pays membres Nord/Sud et Ouest/Est. L élément le plus dramatique est certainement le chômage et les migrations économiques qu il produit dans des pays en crise, qui voient leurs jeunes diplômés migrer vers des pays demandeurs d emplois qualifiés. Cette situation contribue à appauvrir les capacités de reprise des pays en crise. 3. Perspectives pour une relance du dialogue social européen dans la nouvelle phase de l Union européenne : problèmes posés et propositions UN SOMMET DU DIALOGUE SOCIAL AURA LIEU EN MARS 2015 La crise de l économie réelle continue à peser terriblement sur l emploi et les politiques sociales. La nouvelle Commission européenne, sous l impulsion de son président Jean-Claude Junker, peut créer une nouvelle dynamique de croissance et d emplois. Ses propositions vont dans le bon sens, même si le montant des investissements reste trop modeste par rapport aux besoins. Plus que jamais, l UE va devoir impliquer les partenaires sociaux dans cette nouvelle phase de relance. Jean-Claude Junker a décidé de réunir un Sommet du dialogue social en mars Un tel Sommet n avait plus eu lieu depuis 10 ans! Quelles propositions pour relancer et renforcer le dialogue social dans la période à venir? 3.1. Consolider les résultats du dialogue social et renforcer l efficacité d application des accords autonomes Les partenaires sociaux devraient «revisiter» l accord du 31 octobre 1991 pour approfondir les modalités actuelles de mise en œuvre des accords autonomes. Ils devraient définir de nouvelles règles pour assurer une application effective de leurs accords européens engageant non seulement les organisations européennes signataires mais aussi leurs membres statutaires. Une solution serait de créer un cadre juridique pour ce type d accords. Ce cadre juridique pourrait être géré par les partenaires sociaux dans une instance autonome capable d arbitrage et de conciliation (voir point 3.2). Ce cadre juridique pourrait permettre de rendre l accord effectif dans tous les pays au bout d un temps déterminé. On pourrait imaginer la rédaction suivante : «Les partenaires sociaux européens s assurent de la mise en œuvre d un accord européen au travers d une évaluation conjointe ou/et de la Commission. Cette évaluation vérifie que les transpositions nationales couvrent tous les travailleurs ou que les partenaires sociaux nationaux ont mis en place les dispositions nécessaires par voie d accord permettant d être à tout moment en mesure de garantir à tous les travailleurs les résultats imposés par l accord européen. En cas de carence, les partenaires sociaux européens peuvent demander à la Commission, dans les 3 ans, qui suivent l évaluation, l extension par voie de Directive de l accord concerné, pour application dans les pays où les partenaires sociaux n ont pas intégré l accord européen» Vers une autonomie organisée du fonctionnement du dialogue social : un Secrétariat européen du dialogue social? Le dialogue social interprofessionnel et sectoriel fonctionne avec un appui technique et financier de l UE (interprétation, financement des frais de déplacements et de séjours des participants employeurs et syndicats, 16 / 20

17 entre autres). La période est plutôt à la réduction des moyens de la Commission en terme de financement et de soutien en personnel pour suivre l ensemble des réunions et activités des comités de dialogue social interprofessionnel et sectoriel. Il y a nécessité à autonomiser le dialogue social, à pérenniser ses moyens, à suivre les accords et textes conclus et à assurer une capacité d arbitrage et d interprétation commune en cas de besoin, à développer une formation spécifique et conjointe des partenaires sociaux dans les nouveaux pays mais aussi pour créer une véritable culture européenne de relations sociales. L opération ne peut pas se réduire à simplement «externaliser» la gestion administrative et organisationnelle du dialogue social. Les partenaires sociaux ont toujours défendu avec force l autonomie du dialogue social tant du point de vue national qu européen. Ne serait-il pas opportun lors de cette nouvelle phase d envisager la création d une structure autonome tel qu un Secrétariat européen du dialogue social financé par l UE? Cet organisme pourrait gérer le développement et le fonctionnement du dialogue social interprofessionnel et professionnel. Il pourrait être le lieu d interprétation et d arbitrage des accords européens et un instrument de développement de la culture de dialogues sociaux au niveau européen par la formation conjointe Le moteur «euro» du dialogue social L élargissement rapide de l UE, légitime politiquement, a logiquement provoqué une période d intégration des acquis sociaux qui n est pas terminée pour des nouveaux pays développant leur démocratie politique et LA ZONE EURO sociale et réduisant leurs retards structurels. Cela est encore plus vrai au POURRAIT JOUER UN RÔLE niveau du dialogue social où la gestion des mutations et ajustements en MOTEUR DYNAMIQUE matière économique et sociale nécessite des partenaires sociaux organisés et capable de négocier aux différents niveaux de l entreprise, du territoire, des secteurs et de l interprofessionnel. Le président Junker a décidé de nommer un viceprésident ayant compétence à la fois sur l euro et sur le dialogue social. Cela est certainement important pour assurer une meilleure gouvernance associant les partenaires sociaux mais cela peut également être l opportunité de relancer le dialogue social dans cet espace «Euro» qui offre une zone de cohérence et de gestion commune économique et sociale. La zone euro pourrait jouer un rôle moteur dynamique et éviter une stagnation préjudiciable de la politique sociale législative et contractuelle. Face aux conséquences du développement des inégalités Nord/Sud et Est/Ouest, un observatoire des partenaires sociaux pourrait se mettre en place sur un certain nombre de points comme l emploi, les salaires ou les conditions de la mobilité transfrontalière afin de surveiller ces inégalités et les combattre à leurs niveaux Diversifier les résultats, maîtriser et gérer les transitions vers une économie bas-carbone productrice d emplois et donner un appui aux accords-cadres internationaux Le dialogue social a connu un développement interprofessionnel et sectoriel et même comme on l a vu au niveau des entreprises transnationales mais il pourrait encore s enrichir dans cet espace européen, par exemple au niveau des espaces géoéconomiques transfrontaliers (EURES est déjà un exemple impliquant les partenaires sociaux au niveau transfrontalier) 27. La CES organise déjà 45 comités syndicaux interrégionaux (CISR) qui regroupent les organisations syndicales régionales des confédérations nationales affiliées. La nécessité est claire de «coordonner les négociations collectives au niveau des entreprises transfrontalières et 26. Dans ses avis du 24 novembre 1994, du 29 janvier 1997 et dernièrement du 10 septembre 2014, le Comité économique et social européen (CESE) avait déjà évoqué l idée d un Secrétariat indépendant. Dans son dernier avis le CESE écrit que «l approfondissement de cette autonomisation pourrait conduire les partenaires sociaux, s ils le souhaitent, à expérimenter la mise en place d un Secrétariat permanent du dialogue social, composé de manière bipartite». 27. Fondé en 1993, EURES a pour vocation d offrir des informations, des conseils et des services de recrutement/placement aux travailleurs et aux employeurs, dans les régions transfrontalières ; il s appuie sur un réseau de plus de 850 conseillers. 17 / 20

18 de garantir que l ensemble des travailleurs soient couverts par la convention collective nationale du secteur concerné et que cette convention collective soit correctement appliquée» 28. On peut s interroger également sur l absence, dans les différentes instances du dialogue social, des coopératives et mutuelles exerçant dans le secteur marchand (à l exception du secteur bancaire et financier). Une place pourrait être offerte dans le dialogue social interprofessionnel pour les coopératives de production dans le secteur marchand organisées au niveau européen. La responsabilité sociale des entreprises (RSE) est un enjeu important même si elle est assumée de manière très inégale par les partenaires sociaux nationaux. La directive «relative à la publication d informations non financières et à la diversité» 29 du 15 novembre 2014 offre de nouvelles opportunités que les partenaires sociaux devront utiliser, en particulier aux niveaux des entreprises transnationales. Le développement durable dans le cadre de la transition vers une économie bas-carbone sera un sujet de plus en plus important dans le dialogue social pour «mettre la question écologique au service de l emploi» 30. Enfin, le développement des Comités d entreprises européens a ouvert un nouvel espace de dialogue social y compris au niveau mondial. Dans le cadre de la mondialisation, le dialogue social européen peut être un élément de régulation et de promotion des valeurs de notre modèle social européen : cohésion, progrès économique et social, justice sociale et solidarité. Les CEE doivent donc continuer à jouer un rôle moteur au niveau mondial et la Commission européenne doit proposer un cadre juridique optionnel pour les accords-cadres internationaux (ACI) qui permettrait d offrir un moyen de consolidation à ces ACI Une meilleure complémentarité entre dialogue social et dialogue civil Notre société est devenue plus complexe et les problèmes sociaux et environnementaux plus interdépendants entre l interne et l externe de l entreprise : intégration de la dimension territoriale dans le développement des IL FAUT RELIER LES entreprises ; transition vers une économie bas-carbone ; politique de développement durable associant les acteurs publics et associatifs ; l insertion des PROBLÈMES SOCIAUX AUX PROBLÈMES SOCIÉTAUX chômeurs de longue durée, en particulier par la mise en place de tutorat associant les travailleurs de l entreprise et le monde associatif luttant pour l insertion par l économique ; responsabilité sociale des entreprises en particulier par rapport aux entreprises sous-traitantes dans les pays en voie de développement Le dialogue social doit mettre en place les passerelles de travail commun entre l interne et l externe de l entreprise pour relier les problèmes sociaux aux problèmes sociétaux. 28. CES, Développement du rôle des CSIR dans le renforcement des coopérations transfrontalières en matière de négociations collectives, 21 octobre /95/UE, Journal officiel de l Union européenne. 30. Interview de Dominique Méda, sociologue, au journal Le Monde des 14/15 décembre / 20

19 CONCLUSION IL FAUT PORTER AU NIVEAU MONDIAL LES VALEURS DU MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN : JUSTICE SOCIALE ET SOLIDARITÉ Trente ans après la première réunion de Val Duchesse, l heure n est pas à la désespérance pour le dialogue social. La nouvelle Commission et le nouveau président de la Commission semblent plus conscients de l importance de la dimension sociale de la nouvelle phase de relance de l Union européenne, de même que les États membres en particulier ceux de la zone euro ont appris l importance d une gouvernance économique de la monnaie unique et doivent faire face aux conséquences sociales dramatiques de la crise. Le prochain Sommet du dialogue social européen du mois de mars, voulu par le président Juncker, sera décisif pour donner une nouvelle dynamique et avancer de nouvelles initiatives de la Commission, mais ce sont les partenaires sociaux eux-mêmes qui décideront de l avenir du dialogue social, par la qualité du contenu de leur prochain programme de travail 2015/2017 et de leur capacité à s engager sur des accords contraignants. Cette évolution qualitative du dialogue social européen sera aussi au niveau sectoriel et des entreprises multinationales pour porter au niveau mondial les valeurs du modèle social européen : justice sociale et solidarité. 19 / 20

20 : DONNER UN NOUVEL ÉLAN À L UE : VITE! Jacques Delors, António Vitorino et les participants au Comité européen d orientation 2014, Tribune Le Mot, Notre Europe Institut Jacques Delors, décembre 2014 UNE NOUVELLE FEUILLE DE ROUTE POUR L UE António Vitorino, Tribune Entretien pré-conseil européen, Notre Europe Institut Jacques Delors, décembre 2014 Sur les mêmes thèmes EUROSCEPTICISME OU EUROPHOBIE : PROTESTER OU SORTIR? Yves Bertoncini et Nicole Koenig, Policy paper No. 121, Notre Europe Institut Jacques Delors, novembre 2014 EMPLOIS, MOBILITÉ, INVESTISSEMENT SOCIAL : TROIS ENJEUX-CLÉS POUR L EUROPE SOCIALE Sofia Fernandes, Policy paper No. 120, Notre Europe Institut Jacques Delors, novembre 2014 QUELLE EUROPE SOCIALE APRÈS LA CRISE? Sofia Fernandes et Emmanuel Gyger, Synthèse d un séminaire d experts co-organisé avec la Fondation Gulbenkian, Notre Europe Institut Jacques Delors, février 2014 UNE DIMENSION SOCIALE POUR L UEM : POURQUOI ET COMMENT? Sofia Fernandes et Kristina Maslauskaite, Policy Paper No. 98, Notre Europe Institut Jacques Delors, septembre 2013 CONCURRENCE SOCIALE DANS L UE : MYTHES ET RÉALITÉS Kristina Maslauskaite, Études & Rapports No. 97, Notre Europe Institut Jacques Delors, juin 2013 Directeur de la publication : Yves Bertoncini La reproduction en totalité ou par extraits de cette contribution est autorisée à la double condition de ne pas en dénaturer le sens et d en mentionner la source Les opinions exprimées n engagent que la responsabilité de leur(s) auteur(s) Institut Jacques Delors ne saurait être rendu responsable de l utilisation par un tiers de cette contribution Version originale Institut Jacques Delors ISSN rue de Milan, F Paris Pariser Platz 6, D Berlin

REPRÉSENTATIVITÉ DES PARTENAIRES SOCIAUX ET COMITÉ D ENTREPRISE EUROPÉEN

REPRÉSENTATIVITÉ DES PARTENAIRES SOCIAUX ET COMITÉ D ENTREPRISE EUROPÉEN REPRÉSENTATIVITÉ DES PARTENAIRES SOCIAUX ET COMITÉ D ENTREPRISE EUROPÉEN E.Jahan emjahan@airfrance.fr - septembre 2008 1 LE DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN 2 LE DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN INTERPROFESSIONNEL Les

Plus en détail

Le thème de la formation dans le dialogue social européen

Le thème de la formation dans le dialogue social européen Le thème de la formation dans le dialogue social européen Philippe Pochet, Directeur général ETUI Christophe Degryse, Senior Researcher textes conjoints adoptés dans le dialogue social sectoriel européen

Plus en détail

Dialogue Social Suivi de la mise en œuvre de l Accord sur le Télétravail

Dialogue Social Suivi de la mise en œuvre de l Accord sur le Télétravail CES COMITE EXECUTIF Bruxelles, 9-10 juin 2004 Dialogue Social Suivi de la mise en œuvre de l Accord sur le Télétravail ETUC/EC163/MHA/SC/RB-01/06/2004 EUROPEAN TRADE UNION CONFEDERATION CONFEDERATION EUROPEENNE

Plus en détail

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010

Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Séminaire national NLAO «Les politiques locales d inclusion active» Lille, 23 novembre 2010 Antoine SAINT-DENIS, Commission européenne, DG Emploi, Affaires sociales, Egalité des chances 2 Antoine SAINT-DENIS

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale

Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale Accord sur la formation professionnelle tout au long de la vie dans l'economie Sociale 1 Préambule et principes de l accord 2 - Champ d application 3 Disposition d application immédiate 4 - Axes de progrès

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

ANNEXE. à la. proposition de décision du Conseil

ANNEXE. à la. proposition de décision du Conseil COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.4.2016 COM(2016) 174 final ANNEX 14 ANNEXE à la proposition de décision du Conseil relative à la conclusion du protocole d adhésion à l accord commercial entre l Union

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION NATIONALE INTERPROFESSIONNELLE POUR UNE MEILLEURE SECURISATION DE L EMPLOI Le 7 septembre 2012 Contact : ministère du Travail, de l emploi, de la formation professionnelle

Plus en détail

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ

Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Eurobaromètre Flash 345 ACCESSIBILITE RÉSUMÉ Terrain : Mars 2012 Publication : Décembre 2012 Cette étude a été commandée par la Commission européenne, Direction générale de la justice et coordonnée par

Plus en détail

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014

Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Tableau de bord de l Union de l innovation 2014 Le tableau de bord de l Union de l innovation pour la recherche et l innovation Synthèse Version FR Entreprises et industrie Synthèse Tableau de bord de

Plus en détail

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014

Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 1 Communication commune sur l application de l arrêt «IP Translator» v1.2, 20 février 2014 Le 19 juin 2012, la Cour a rendu son arrêt dans l affaire C-307/10 «IP Translator», répondant de la manière suivante

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

Structure et fonctionnement de la Zone euro

Structure et fonctionnement de la Zone euro Structure et fonctionnement de la Zone euro Dusan Sidjanski Introduction Les Etats membres de la Zone euro sont confrontés à un choix politique de grande portée : s engager dès que possible sur la voie

Plus en détail

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE

LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE LES NORMES INTERNATIONALES DU TRAVAIL ET LA DÉCLARATION DE PRINCIPES TRIPARTITE SUR LES ENTREPRISES MULTINATIONALES ET LA POLITIQUE SOCIALE GithaRoelans, Cheffe d unité Entreprises Multinationales, Département

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN

COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 25.11.2011 COM(2011) 832 final 2007/0229 (COD) COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN conformément à l'article 294, paragraphe 6, du traité sur le fonctionnement

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension

Livre vert sur les retraites. Le vieillissement démographique s accentue: 2008 et 2060. Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Livre vert sur les retraites Colloque Assuralia, «L Europe et le vieillissement: l avenir de nos pensions» Bruxelles, le 26 octobre 2010 Jung Lichtenberger Unité Assurance et Pension Le vieillissement

Plus en détail

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT

FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT FICHE 5 L INSTANCE DE COORDINATION DES CHSCT On attendait la création d un CHSCT central pérenne, sur le modèle des comités d établissements et du comité central d entreprise, finalement il faudra se contenter

Plus en détail

LE TELEGRAMME DU CEPLIS

LE TELEGRAMME DU CEPLIS LE TELEGRAMME DU CEPLIS Conseil Européen des Professions Libérales European Council of the Liberal Professions Europäischer Rat der Freien Berufe Le Conseil Européen des Professions Libérales 4 Rue Jacques

Plus en détail

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ----------------------------------------

A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- A V I S N 1.938 ----------------------- Séance du lundi 27 avril 2015 ---------------------------------------- Convention collective de travail n 118 du 27 avril 2015 fixant, pour 2015-2016, le cadre interprofessionnel

Plus en détail

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne

Pourquoi le Traité de. De Nice à Lisbonne Pourquoi le Traité de Lisbonne? De Nice à Lisbonne Le Traité de Nice Conclusion à Nice le 11 décembre 2000 Signature le 26 février 2001 1 er février 2003 Entrée en vigueur du traité 2000 2001 2002 2003

Plus en détail

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA

DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DG EAC, Unité Jeunesse - PEJA DRJSCS-MP Janvier 2012 ecdc.europa.eu L UNION EUROPEENNE (UE) et le CONSEIL DE L EUROPE (COE) UNION EUROPEENNE Supranational 27 Etats membres Bruxelles, Luxembourg Strasbourg

Plus en détail

La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives

La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives La mesure des «emplois vacants» : situation actuelle et perspectives DARES Département Métiers et Qualifications Sabine Bessière La mesure des «emplois vacants» Introduction Les objectifs du groupe de

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale 1

Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale 1 Note informative relative à la complémentarité des rapports et plans pauvreté produits régulièrement par les Régions, les Communautés et au niveau interfédéral mars 2009 Les différents rapports sont décrits

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE

DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE DISCOURS *** Seule la version prononcée fait foi *** Le 10 mars 2009 DÉBAT SUR L EUROPE SOCIALE ASSEMBLÉE NATIONALE, PARIS 10 MARS 2009 INTERVENTION DE PHILIPPE DE BUCK DIRECTEUR GÉNÉRAL DE BUSINESSEUROPE

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

Comité des hauts responsables de l inspection du travail (CHRIT) Résolution sur. Le rôle du CHRIT dans la stratégie communautaire

Comité des hauts responsables de l inspection du travail (CHRIT) Résolution sur. Le rôle du CHRIT dans la stratégie communautaire Comité des hauts responsables de l inspection du travail (CHRIT) Résolution sur Le rôle du CHRIT dans la stratégie communautaire pour la santé et la sécurité au travail 2007-2012 COMMISSION EUROPÉENNE

Plus en détail

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS

DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS DOCUMENT D ORIENTATION NEGOCIATION INTERPROFESSIONNELLE RELATIVE AU COMPTE PERSONNEL D ACTIVITE (CPA) ET A LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Novembre 2015 Les modes de production et les parcours

Plus en détail

Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale?

Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale? L Europe des salariés. Compétitivité et mobilité des travailleurs Détachement des travailleurs : un environnement juridique propice à la mise en concurrence sociale? Marion DEL SOL (IODE UMR CNRS 6262/Université

Plus en détail

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative.

Conférence Nationale du Sport. 20 novembre 2008. Discours de Guy Drut, Membre du CIO. Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. 1 Conférence Nationale du Sport 20 novembre 2008 Discours de Guy Drut, Membre du CIO Bravo Henri et encore merci pour cette belle initiative. L occasion qui est donnée aujourd hui de rassembler les différents

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux

Séminaire sur les nouvelles stratégies de négociations sociales et de partenariat avec les acteurs sociaux African Training and Research Centre in Administration for Development المركز اإلفريقي للتدريب و البحث اإلداري لإلنماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

ICARUS Les bonnes pratiques

ICARUS Les bonnes pratiques ICARUS Les bonnes pratiques Voici une liste des choses que nous pouvons faire pour rendre plus efficaces les actions syndicales sur les Comités d entreprise européens (CEE). 1 Actions possibles des représentants

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle

Institut national de la. propriété. Brevet unitaire et Juridiction unifiée. Besançon, le 8 octobre 2015. industrielle Institut national de la propriété Brevet unitaire et Juridiction unifiée Besançon, le 8 octobre 2015 industrielle Brevet unitaire et Juridiction unifiée I - Le contexte II - Le brevet européen à effet

Plus en détail

WS26 La protection des salariés

WS26 La protection des salariés WS26 La protection des salariés Session 1 La vision chinoise Les populations de travailleurs migrants/paysans s étant déplacées dans les villes pour travailler ont des droits très réduits. Comme ils n

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée

Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Accord-cadre CES, UNICE et CEEP sur le travail à durée déterminée Préambule Le présent accord illustre le rôle que les partenaires sociaux peuvent jouer dans la stratégie européenne pour l emploi, adoptée

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 18.11.2013 COM(2013) 798 final 2013/0390 (COD) Proposition de DIRECTIVE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL relative aux gens de mer, modifiant les directives 2008/94/CE,

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014

Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail. signé le 27 novembre 2014 Accord Européen du Groupe GDF SUEZ, Amélioration de la qualité de vie au travail signé le 27 novembre 2014 Jacques Mouton, GT du Secteur Electrique le 24 février 2015 à Bruxelles Présentation I II III

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/IP/CONF.1/2007/1 30 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général

Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général Les Services Sociaux et de Santé d Intérêt Général Droits fondamentaux versus marché intérieur? Préface de Vladimir Špidla Une contribution au débat communautaire Editions Bruylant, Bruxelles, novembre

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Dossier spécial. Y a-t-il une bataille autour du procureur européen?

Dossier spécial. Y a-t-il une bataille autour du procureur européen? Y a-t-il une bataille autour du procureur européen? Vincent Asselineau Avocat au Barreau de Paris, ancien membre du Conseil de l Ordre et du Conseil national des Barreaux, Expert français auprès du Conseil

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique 30 mars 2006 Introduction Le conseil d administration de l ERAFP a décidé,

Plus en détail

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II

A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II A propos des conclusions de l Informateur Didier Reynders, à Sa Majesté le Roi Albert II Bruxelles, le 1 er mars 2011 A propos des conclusions définitives de la mission d information de Didier REYNDERS

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

CHRONOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE

CHRONOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE CHRONOLOGIE DE LA CONSTRUCTION EUROPEENNE 1948 7-11 mai Congrès de La Haye : plus de mille délégués venus d'une vingtaine de pays européens discutent de nouvelles formes de coopération en Europe. Ils se

Plus en détail

APPEL D'OFFRES n 201004

APPEL D'OFFRES n 201004 APPEL D'OFFRES n 201004 CAHIER DES CHARGES POUR LA SOUS-TRAITANCE RELATIVE À L'EXPERTISE EXTERNE PROJET : «Dialogue social européen : Bilan et perspectives» 1. Objet du contrat. La CES souhaite lancer

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

ESS et politiques européennes

ESS et politiques européennes Denis Stokkink ESS et politiques européennes RTES 16 janvier 2015 Introduction - Présentation Pour la Solidarité Think & do tank européen / laboratoire d'idées et d'actions Devise : «Comprendre pour agir»

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015

Application provisoire des traités. Déclaration du Président du comité de rédaction, M. Mathias Forteau 4 août 2015 COMMISSION DU DROIT INTERNATIONAL Soixante-septième session Genève, 4 mai 5 juin et 6 juillet 7 août 2015 La version prononcée fait foi Application provisoire des traités Déclaration du Président du comité

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25

TABLE DES MATIÈRES. CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 TABLE DES MATIÈRES REMERCIEMENTS... 7 SOMMAIRE... 9 PRÉFACE... 11 LISTE DES ABRÉVIATIONS... 15 INTRODUCTION... 19 CHAPITRE PRÉLIMINAIRE L origine de l assurance protection juridique... 25 Naissance de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Article L. 432-1 du Code du travail

Article L. 432-1 du Code du travail Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus et syndicaux. Ce comité assume des attributions

Plus en détail

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi

Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Loi du 17 août 2015 relative au dialogue social et à l emploi Version 2 Fiche n 8 en entreprise Quelques éléments de contexte L objectif de simplification de la loi Rebsamen passait aussi par une rationalisation

Plus en détail

«partenaires sociaux, emploi et pauvreté» / travailleurs pauvres et qualité de l emploi l

«partenaires sociaux, emploi et pauvreté» / travailleurs pauvres et qualité de l emploi l Rencontre OSE - FEC Messages-cl clés s de la conférence «partenaires sociaux, emploi et pauvreté» / travailleurs pauvres et qualité de l emploi l / Stratégie Europe 2020 et réformes r structurelles Cécile

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail