Les différentes politiques monétaires non conventionnelles : la BCE et la Fed

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les différentes politiques monétaires non conventionnelles : la BCE et la Fed"

Transcription

1 27 juillet 212 N. 524 Les différentes politiques monétaires non conventionnelles : la BCE et la Fed Depuis la crise de Lehman en septembre 28, les banques centrales ont étendu leurs actions à des politiques monétaires dites «non conventionnelles». Nous revenons dans ce papier sur les politiques menées par la Banque Centrale Européenne et la Réserve Fédérale américaine en expliquant les différences et les similitudes entre les deux politiques menées. Pour ce faire, nous revenons sur le fonctionnement des bilans des banques centrales et nous apportons un éclairage sur les différents mécanismes en jeu. RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Marie-Pierre Ripert

2 Des politiques conventionnelles aux politiques non conventionnelles La crise économique et financière de 28 a profondément bouleversé la gestion de la politique monétaire dans les grands pays développés. La faillite de Lehman Brothers a provoqué un gel du marché interbancaire qui peut être illustré par la forte hausse des écarts de taux entre les références interbancaires (Libor/Euribor) et les OIS (graphique 1), obligeant les banques centrales à fournir les liquidités directement aux banques. Par ailleurs, elles ont fortement abaissé leur taux d intérêt les portant à un niveau proche de zéro (graphique 2). Lorsque toutes les possibilités de baisse de taux ont été épuisées, les banques centrales ont continué d assouplir les conditions monétaires en augmentant la taille de leur bilan (graphiques 3 et 4), via la mise en place de nombreuses mesures au cours des dernières années. Si les politiques dites «non conventionnelles» ont pris des formes différentes en fonction des pays, elles ont toutes entraîné une forte hausse de la taille des bilans des banques centrales. Nous nous cantonnons ici aux politiques menées par la BCE et la Fed. Il faut souligner la différence d appréhension des politiques non conventionnelles de la part de la BCE et de la Fed. La BCE fait une distinction entre la politique de taux qui guide les variables macroéconomiques (croissance, inflation) et la politique non conventionnelle qui a pour objectif d éviter une crise de liquidité et d assurer la stabilité du système bancaire et financier. La Fed considère, quant à elle, que la politique non conventionnelle est le prolongement de la politique de taux de façon à assouplir davantage les conditions monétaires Graphique 1 Zone euro / Etats-Unis : écart de taux (pb) spread Libor/OIS 3M Graphique 2 Taux directeurs Taux objectif des Federal Funds (%) Taux directeur de la BoE (%) Taux refi de la BCE (%) Taux cible de la BNS (%) 25 spread Euribor/OIS 3M Source : Bloomberg, Natixis janv.-7 janv.-8 janv.-9 janv.-1 janv.-11 janv Graphique 3 Actif de la BCE (Md ) Actif de la BCE Titres détenus par la BCE Créances sur les banques Graphique 4 Etats-Unis: bilan de la Fed (Md$) Titres détenus fermement Total Actif Sources : BCE, Natixis Sources : Fed 4 1/7 1/8 1/9 1/1 1/ Flash

3 Les principales actions de la BCE Depuis la crise de 28, pour faire face aux problèmes de liquidité (gel du marché interbancaire), la BCE a alloué la liquidité de façon illimitée sur les opérations hebdomadaires de refinancement des banques mais également sur des opérations de plus long terme (3 mois, 6 mois). Son bilan a progressé de mi-28 à mi-211, passant de 145Md à environ 2Md (graphique 3). Elle a instauré le Securities Markets Programme (SMP) en mai 21 lorsque la Grèce subit ses premières attaques sur le marché. La BCE intervient alors pour acheter des titres grecs (elle en détient désormais environ 56 Md ) de façon à essayer d endiguer la hausse des taux d intérêt sur la dette publique grecque. Rappelons qu en théorie, la BCE n a pas le droit de monétiser les dettes publiques, c est-à-dire d utiliser la création monétaire pour acheter des titres souverains. L argument de la BCE pour justifier l existence du SMP est la nécessité d assurer la stabilité financière de la zone euro. Par ailleurs, la liquidité octroyée par les achats du SMP a été stérilisée, c est-à-dire que la BCE a retiré la liquidité via des «reprises de liquidités en blanc». L été 211 a marqué une rupture dans la politique menée par la BCE. L intensification de la crise grecque et sa contagion à de grands pays, en particulier l Espagne et l Italie, ont conduit la BCE à multiplier les actions entraînant une forte progression de la taille de son bilan (de 2Md mi-211 à 38Md actuellement). Elle a réactivé les achats du SMP, le programme passant de 74Md mi- 211 à 211Md actuellement (graphique 5). Elle a principalement acheté des titres espagnols et italiens tentant de calmer les tensions sur les taux souverains de ces pays. Elle a mis en place deux opérations d allocation illimitée de la liquidité à 3 ans pour les banques (en décembre 211 et février 212 pour des montants de respectivement 489Md et 529Md ) (graphique 6). Elle a baissé le taux des réserves obligatoires des banques permettant de libérer environ 1Md de liquidités dans les banques européennes. Elle a élargi les collatéraux acceptés pour les opérations de refinancement Graphique 5 Achats d'obligations souveraines via le Securities Markets Programme (EUR Mds) Achats - G - Total - D - Sources: Bloomberg, Natixis -5 mai-1 nov.-1 mai-11 nov.-11 mai-12 nov Graphique 6 Financement des banques européennes à la BCE (EUR Mds) Grèce Portugal Italie Irlande Espagne Sources: BC nationales Les principales actions de la Fed Au moment de la crise de 28, la Fed a mis en place plusieurs facilités de crédit de façon à pouvoir prêter des liquidités à d autres agents que les banques. Son bilan a augmenté fortement, passant de 94Md$ en août 28 à 2918Md$ actuellement. Après les mesures d urgence, la Fed s est lancée dans des politiques que l on peut qualifier de quantitatives même si Bernanke a toujours insisté sur la différence entre la politique américaine qu il qualifie de «credit easing» et celle menée par le Japon. En fait, la Fed a procédé à une augmentation de son bilan en agissant sur son actif alors que la politique de la BoJ consistait en un objectif de réserves (passif de la banque centrale). Pour autant, la politique de la Fed s apparente à une politique quantitative avec une très forte hausse des réserves des banques. Les grandes actions ont été les suivantes : Flash

4 Le «Quantitative easing 1» décidé début 29 (QE1) : la Fed a acheté 3Md$ de titres du Trésor, 125Md$ de titres de MBS et 2Md$ de titres d agences (graphique 7). Ces mesures visaient à soulager le marché des MBS et en corollaire le marché immobilier. Le QE2 (de fin 21 jusqu à juin 211) : la Fed a acheté pour 6Md$ de titres du Trésor et a réinvesti les liquidités des titres MBS arrivant à échéance en titres du Trésor. L opération twist (de novembre 211 à juin 212) : après les deux QE, certains membres au sein de la Fed ont commencé à s élever contre l idée d augmenter encore la taille du bilan : la Fed a donc décidé de modifier la structure de son bilan en vendant des titres du Trésor de maturités courtes pour acheter des titres plus longs, augmentant ainsi la duration de son portefeuille. Le but de cette opération était de maintenir les taux longs à un faible niveau de façon à soutenir l économie (graphique 8). Opération twist 2 (de juillet 212 à décembre 212) : extension du programme à hauteur de 267Md$. Jusqu à présent, les interventions de la Fed n étaient pas stérilisées, c est-à-dire que la Fed ne cherchait pas à reprendre la liquidité via des opérations spécifiques, comme peut le faire la BCE. Graphique 7 Fed : titres détenus fermement au bilan (Md$) Graphique 8 Etats-Unis : taux d'intérêt (%) Total titres Titres du Trésor M ortgage-backed securities QE1 QE Taux souverain 1 ans Taux d'intérêt hypothécaire Sources : Fed Sources : Natixis Quelles conséquences des politiques non conventionnelles sur le bilan des banques centrales? Pour mieux appréhender les différences entre les politiques menées par la BCE et la Fed, revenons rapidement sur la structure du bilan d une banque centrale (tableau 1). A l actif, les deux principaux postes sont les créances sur les banques et les titres détenus par la banque centrale. Au passif, il y a les billets en circulation qui constituent en temps normal la plus grande partie du passif et les réserves des banques. Normalement, les réserves des banques sont très faibles, correspondant principalement à leurs réserves obligatoires. L offre et la demande de liquidité doivent s équilibrer. Les besoins de liquidité du système bancaire correspondent à la somme des réserves obligatoires des banques et des facteurs autonomes (billets en circulation, ). L offre de liquidité correspond principalement aux opérations de refinancement et aux achats de titres. Tableau 1 Bilan simplifié d une banque centrale ACTIF Créances sur les banques (opérations de refinancement, prêts) Titres détenus fermement Total PASSIF Billets en circulation Réserves des banques Capital Total Flash

5 Les tableaux 2 et 3 présentent les bilans de la BCE et de la Fed au 2 juillet 212. La BCE a une taille de bilan plus élevée que la Fed avec un actif de 38Md contre 2918Md$ (soit 2411Md ) pour la Fed. Pour autant, avant la crise de 28, la taille du bilan de la BCE était de 145Md alors que celle de la Fed était de 94Md$. En d autres termes, le bilan de la Fed a beaucoup plus augmenté depuis mi-28. Tableau 2 Bilan de la BCE (Md ), 38Md, 2 juillet 212 ACTIF PASSIF Avoirs et créances en or 434 Billets en circulation 896 Créances en devises sur des non résidents 261 Engagements en euros envers des établissements de crédit liés aux opérations de politique monétaire 1 56 Créances en devises sur des résidents 52 Dont comptes courants 493 Créances en euros sur des non résidents 15 Dont facilité de dépôt 35 Concours en euros à des établissements Dont reprise de liquidités en blanc 211 de crédit de la zone euro liés aux opérations de politique monétaire Autres créances en euros sur des établissements Engagements en euros envers d autres de crédit résidents 179 résidents (APU) 158 Titres en euros émis par des résidents de la Engagements en euros envers zone euro dont le SMP 62 des non résidents 173 Créances sur des APU 3 Autres passifs 225 Autres actifs 263 Comptes de réévaluation 49 Capital et réserves 86 Total 3 8 Total 3 8 * les chiffres sont arrondis, la somme des postes n égale pas le total, Source : BCE Tableau 3 Bilan de la Fed (Md$), 2918Md$, 19 juillet 212 ACTIF PASSIF Titres détenus fermement Billets en circulation Dont titres du Trésor Reverse repo 9 Dont agences 91 Trésor, general account et SFP 99 Dont MBS 867 Repo Prêts 4 Bear Stearns, Citi 18 Autres actifs (swaps, or, ) 195 Autre passif et capital 75 Réserves des banques Total Total * les chiffres sont arrondis, la somme des postes n égale pas le total, Source : Fed Quelles différences dans les politiques menées par les deux banques centrales? La politique de la BCE a surtout consisté à octroyer la liquidité aux banques, se substituant au marché interbancaire gelé. Le gonflement de son bilan est donc en grande partie lié à la forte augmentation de la demande de liquidité de la part des banques lors des deux opérations de refinancement à 3 ans (allocation illimitée). La hausse du bilan s explique également par les achats de titres dont le montant passe de 1Md mi-28 à environ 6Md actuellement. Le SMP mis en place depuis mai 21 représente 211Md. La politique de la Fed, qualifiée de politique quantitative, s est principalement caractérisée par une augmentation de son actif via des achats fermes de titres du Trésor ou des titres de MBS. Flash

6 La différence entre les deux politiques réside dans le fait que la hausse du bilan de la BCE provient en grande partie de «l action» des banques (demande de liquidité aux VLTRO) alors que celle de la Fed découle de la volonté de cette dernière d acheter des titres. Par ailleurs, la Fed procède à des achats fermes de titres alors que la BCE octroie de la liquidité via des opérations de refinancement (collatéral). Par ailleurs les objectifs poursuivis par la BCE sont d éviter une crise de liquidité, d aider les banques et ainsi atténuer le risque de «credit crunch». De son côté, la Fed mentionne explicitement que ses actions visent à rendre les conditions monétaires plus accommodantes de façon à soutenir l économie (via la baisse des taux longs, le soutien aux marchés actions, ). La hausse des réserves des banques Lorsque les banques centrales octroient de la liquidité soit directement via des repos aux banques (BCE), soit via des achats de titres, cela provoque une hausse de leur actif. Mécaniquement, le passif de la banque centrale s ajuste du même montant (équivalence comptable, la demande de liquidité devant nécessairement équilibrer l offre de liquidité). En temps normal, il n y a pas d excès de liquidité et les réserves des banques ne sont constituées essentiellement que de réserves obligatoires. En revanche, lorsqu une banque centrale augmente l offre de liquidité, les banques peuvent ou non l utiliser mais de façon ultime, la liquidité va revenir à la banque centrale sous forme de dépôts des banques. Ainsi, le poste «réserves des banques» (comptes courants et facilité de dépôt) augmente de façon «mécanique» (graphiques 9 et 1) et ne signifie pas nécessairement que les banques n ont rien fait de la liquidité. En fait, le montant des réserves ne permet pas de savoir comment la liquidité est utilisée. Dans le cas de la zone euro, les banques qui viennent chercher de la liquidité à la BCE ne sont pas les mêmes que celles qui viennent la redéposer, la liquidité a donc bien circulé mais on manque d informations sur sa vitesse de circulation et son utilisation. Pour illustrer ce propos, prenons l exemple d une banque centrale (BC) augmentant ses créances sur les banques (opérations de repo). La banque A vient chercher la liquidité et s en sert pour rembourser un emprunt à la banque B. La liquidité va transiter de la banque A à la banque B et sera déposée par cette dernière à la BC. La banque B ne souhaite peut-être pas détenir de la liquidité excédentaire et peut l utiliser pour acheter des titres à la banque C. La liquidité va re-transiter de la banque B à la banque C qui la redéposera à la BC. Ainsi, le haut niveau des réserves des banques à la banque centrale n implique pas qu elles ne font rien de la liquidité. Ce point a d ailleurs été mis en avant récemment par B. Coeuré 1 de la BCE. Il est vrai pour autant que les politiques menées par la BCE et la Fed n ont pas provoqué une reprise du crédit. Si certaines banques se trouvent dans une logique de réduction de la taille de leur bilan impliquant un gel des crédits octroyés à l économie, la faiblesse de la demande semble être la raison principale à la baisse des crédits effectivement octroyés. Ainsi malgré l abondance de liquidités, les crédits à l économie ne repartent pas. Le canal du crédit, principal canal de transmission de la politique monétaire semble donc inopérant. 1 Discours B. Coeuré du 11/4/212 «Financer l économie de la zone euro : le rôle de la BCE». Flash

7 Graphique 9 BCE : engagements vis-à-vis des banques (Md ) Total Comptes courants Facilité de dépôt Reprises de liquidité en blanc Graphique 1 Fed : Réserves des banques (Md$) Sources : BCE Sources : Fed Les conséquences d un taux de dépôt à % La question de la rémunération des réserves excédentaires des banques fait débat actuellement avec la décision de la BCE de porter son taux de dépôt à % début juillet. Historiquement, la BCE rémunérait les réserves des banques à la facilité de dépôt 1pb en dessous du taux refi. Depuis 29, l écart n est plus que de 75pb. Lors de sa réunion du Conseil des Gouverneurs du 5 juillet, la BCE a décidé de porter le taux de dépôt à %. Faisant suite à cette baisse, les dépôts des banques à la facilité de dépôt ont reculé de 41Md la première semaine mais leurs réserves dans les comptes courants ont augmenté de 388Md. Puisque les dépôts ne sont plus rémunérés, il est indifférent de placer les liquidités sur le compte courant ou sur la facilité de dépôt. De son côté, traditionnellement la Fed ne rémunérait pas les réserves. C est lors de la crise de 28 que la Fed a instauré un intérêt sur les réserves des banques (IOR Interest On Reserves), de façon à instaurer un plancher pour les Fed funds. Flash

8 Les deux principaux objectifs de porter le taux de dépôt à % sont les suivants : Le premier est d inciter les banques qui ont des liquidités à les prêter à leurs homologues à la recherche de cash, en d autres termes de tenter de «dégeler» le marché interbancaire. Malheureusement, il est peu probable que cela soit suffisant pour que les banques se remettent à se prêter entre elles, le risque de contrepartie l emportant sur le rendement nul. Le deuxième est d encourager les banques à augmenter les crédits octroyés à l économie ou à placer leurs liquidités sur d autres actifs plus rémunérateurs. Puisque détenir des liquidités ne rapporte plus rien, les banques seraient ainsi incitées à augmenter les volumes des crédits ou à investir en titres. S il est trop tôt pour juger de l effet sur les crédits à l économie, les changements de stratégie des banques n étant pas visibles immédiatement, nous sommes pour autant très sceptiques sur l impact final. En effet, l affaiblissement des crédits octroyés dans la zone euro ces derniers mois résulte de la frilosité des banques à prêter mais également en grande partie de la faiblesse de la demande de la part des agents privés. Il est donc loin d être acquis que cela provoque une reprise du crédit. En revanche, la baisse du taux de dépôt à % a contribué au fort recul des taux courts sur de nombreuses dettes européennes, certaines banques se reportant sur des actifs un peu plus rémunérateurs. En conséquence, les taux courts sur les dettes bien notées sont passés en territoire négatif. Les alternatives pour trouver du rendement sur des maturités courtes (dettes périphériques, corporates) comportent évidemment un risque et dégradent également les ratios auxquels les banques doivent se conformer. Pour autant, des dettes considérées comme risquées ont également profité du mouvement, bénéficiant probablement du report d autres investisseurs à la recherche de rendement. Si des taux négatifs sont favorables pour le financement des Etats, le pendant de taux courts nuls, voire négatifs, est l effet défavorable sur les fonds monétaires qui se retrouvent dans une situation compliquée remettant en cause leur modèle économique. D ailleurs, certains fonds monétaires ont déjà annoncé qu ils fermaient les nouvelles souscriptions. Par ailleurs, des rendements négatifs envoient un signal pessimiste pouvant refléter des anticipations de risques de déflation de la part des investisseurs, ou même de façon extrême un pari des investisseurs sur l éclatement de la zone euro (via l appréciation des monnaies, le Deutschemark par exemple, venant compenser la perte en capital). Au total, il n est pas sûr que les effets positifs d un taux zéro dépassent les risques associés. Ce sont d ailleurs principalement les risques portant sur les fonds monétaires qui ont poussé la Réserve Fédérale américaine à maintenir jusqu à présent un taux de dépôt légèrement positif à,25%. Flash

9 Quelle efficacité des politiques menées? Il est toujours difficile d estimer précisément l efficacité des politiques monétaires mises en place car les effets peuvent être multiples, via les taux d intérêt, le taux de change, les marchés actions mais aussi l impact sur la confiance des agents. L idée que la politique monétaire est complètement inefficace car elle ne permet pas de faire repartir le crédit néglige le fait que les objectifs recherchés par les banques centrales peuvent être beaucoup plus vastes dans une période de crise que la seule recherche de relancer le crédit. Si les politiques menées ont échoué à faire repartir le crédit, elles ont eu cependant plusieurs impacts positifs : Les politiques monétaires menées depuis la faillite de Lehman ont atténué les crises de liquidité et ont évité une déstabilisation du système financier. La politique de la BCE a tenté de limiter les tensions sur certaines dettes souveraines avec un succès très relatif pour le moment et a sensiblement atténué le risque bancaire. La politique de la Fed a permis de faire baisser les taux longs à des niveaux très faibles permettant en corollaire une baisse des taux hypothécaires. Par ailleurs, cela a également soutenu les marchés actions et donc la richesse et la confiance des agents privés. Quels risques? Le risque le plus souvent mis en avant de la conduite de politiques monétaires très expansionnistes avec forte hausse du bilan est celui du retour de l inflation avec en toile de fond l idée du lien entre masse monétaire et inflation. Comme nous l avons mentionné précédemment, ce lien peut devenir très tenu lorsque l économie tourne en sous-capacités, ce qui est actuellement le cas en zone euro et aux Etats-Unis. En revanche, la progression de la base monétaire a un effet haussier sur le prix de certains actifs qui peut conduire à la création de bulles. Le principal risque que nous voyons à la hausse du bilan d une banque centrale est celui de la perte de confiance dans la monnaie. Se pose également le risque de pertes pour les banques centrales si les actifs achetés et portés au bilan perdent de la valeur. Il faut rappeler qu une banque centrale n a pas de passif exigible ce qui constitue une différence de taille par rapport aux banques commerciales. En théorie cependant les pertes en capital doivent conduire à une augmentation de capital de la banque centrale (notamment dans le cas de la BCE). Outre le risque inflationniste, la principale inquiétude de certains observateurs concernant les politiques menées est la capacité des banques centrales à en sortir suffisamment vite lorsque cela deviendra nécessaire, sans provoquer de choc. La réduction du bilan soulève un certain nombre de questions. Dans le cas de la Fed, elle consistera à vendre les titres détenus à l actif, des titres du Trésor et des titres de MBS. Ces ventes ne pourront pas se faire très rapidement car elles risqueraient de provoquer une forte hausse des taux. De son côté, la BCE devra réduire les créances sur les banques (limiter ses opérations d octroi de liquidité aux banques) et éventuellement vendre des titres souverains acquis via le SMP. Les créances sur les banques ont une maturité de trois ans (avec possibilité pour les banques de rembourser au bout d un an) ce qui limite la capacité d action de la BCE dans le court terme. La réduction des bilans des banques centrales ne pourra donc se faire que progressivement. Flash

10 Quelles perspectives pour les politiques monétaires? Depuis la crise de 28, si la question de la sortie des politiques monétaires non conventionnelles est souvent revenue sur le devant de la scène que ce soit en zone euro ou aux Etats-Unis, le débat a été rapidement éclipsé, à chaque fois, par la dégradation de l économie et/ou des marchés financiers. Du côté de la zone euro, la conduite de la politique monétaire va continuer d être guidée par le développement de la crise des dettes souveraines. L intensification de la crise pourrait en effet pousser la BCE à agir à nouveau. Rappelons que la BCE a déjà abaissé son taux repo de 25pb à,75% le 5 juillet. Une nouvelle baisse de taux n est pas exclue si les nouvelles conjoncturelles continuent de se détériorer ce qui devient de plus en plus probable. Elle pourrait également réactiver le SMP qui est en veille depuis plusieurs mois, en achetant des titres espagnols ou italiens de façon à détendre les taux d intérêt. Elle pourrait aussi remettre en place des allocations de liquidité à long terme. Du côté des Etats-Unis, la politique monétaire de la Fed dépendra de l évolution de la situation économique au cours des prochains mois. Une croissance encore faible nous semble être le scénario le plus probable avec des créations d emplois peu élevées et une stabilisation du taux de chômage. Parallèlement, l inflation va rester faible, en dessous de 2%. Dans ce contexte et avec la perspective que la politique budgétaire deviendra plus restrictive en 213 (expiration de plusieurs baisses d impôts), la Fed pourrait décider de mettre en place un QE3 assez prochainement (septembre?), une troisième vague d achats de titres du Trésor ou même de MBS. En tout état de cause, il semble très probable que la BCE et la Fed maintiennent leur politique de taux zéro et leurs politiques non conventionnelles pendant encore longtemps. En effet, alors que les politiques budgétaires deviennent plus restrictives (surtout dans la zone euro pour le moment), les autorités monétaires n ont guère d autres choix que de continuer à mener des politiques très expansionnistes de façon à éviter un trop fort resserrement du policy-mix 2. 2 Policy-mix : combinaison de la politique budgétaire et de la politique monétaire Flash

11 AVERTISSEMENT / DISCLAIMER Ce document et toutes les pièces jointes sont strictement confidentiels et établis à l attention exclusive de ses destinataires. Ils ne sauraient être transmis à quiconque sans l accord préalable écrit de Natixis. Si vous recevez ce document et/ou toute pièce jointe par erreur, merci de le(s) détruire et de le signaler immédiatement à l expéditeur. Ce document a été préparé par nos économistes. Il ne constitue pas un rapport de recherche indépendant et n a pas été élaboré conformément aux dispositions légales arrêtées pour promouvoir l indépendance de la recherche en investissement. En conséquence, sa diffusion n est soumise à aucune interdiction prohibant l exécution de transactions avant sa publication. La distribution, possession ou la remise de ce document dans ou à partir de certaines juridictions peut être limitée ou interdite par la loi. Il est demandé aux personnes recevant ce document de s informer sur l existence de telles limitations ou interdictions et de s y conformer. Ni Natixis, ni ses affiliés, directeurs, administrateurs, employés, agents ou conseils, ni toute autre personne accepte d être responsable à l encontre de toute personne du fait de la distribution, possession ou remise de ce document dans ou à partir de toute juridiction. Ce document et toutes les pièces jointes sont communiqués à chaque destinataire à titre d information uniquement et ne constituent pas une recommandation personnalisée d investissement. Ils sont destinés à être diffusés indifféremment à chaque destinataire et les produits ou services visés ne prennent en compte aucun objectif d investissement, situation financière ou besoin spécifique à un destinataire en particulier. Ce document et toutes les pièces jointes ne constituent pas une offre, ni une sollicitation d achat, de vente ou de souscription. Ce document ne peut en aucune circonstance être considéré comme une confirmation officielle d'une transaction adressée à une personne ou une entité et aucune garantie ne peut être donnée sur le fait que cette transaction sera conclue sur la base des termes et conditions qui figurent dans ce document ou sur la base d autres conditions. Ce document et toutes les pièces jointes sont fondés sur des informations publiques et ne peuvent en aucune circonstance être utilisés ou considérés comme un engagement de Natixis, tout engagement devant notamment être soumis à une procédure d'approbation de Natixis conformément aux règles internes qui lui sont applicables. Natixis n a ni vérifié ni conduit une analyse indépendante des informations figurant dans ce document. Par conséquent, Natixis ne fait aucune déclaration ou garantie ni ne prend aucun engagement envers les lecteurs de ce document, de quelque manière que ce soit (expresse ou implicite) au titre de la pertinence, de l exactitude ou de l exhaustivité des informations qui y figurent ou de la pertinence des hypothèses auxquelles elle fait référence. En effet, les informations figurant dans ce document ne tiennent pas compte des règles comptables ou fiscales particulières qui s appliqueraient aux contreparties, clients ou clients potentiels de Natixis. Natixis ne saurait donc être tenu responsable des éventuelles différences de valorisation entre ses propres données et celles de tiers, ces différences pouvant notamment résulter de considérations sur l application de règles comptables, fiscales ou relatives à des modèles de valorisation. De plus, les avis, opinions et toute autre information figurant dans ce document sont indicatifs et peuvent être modifiés ou retirés par Natixis à tout moment sans préavis. Les informations sur les prix ou marges sont indicatives et sont susceptibles d évolution à tout moment et sans préavis, notamment en fonction des conditions de marché. Les performances passées et les simulations de performances passées ne sont pas un indicateur fiable et ne préjugent donc pas des performances futures. Les informations contenues dans ce document peuvent inclure des résultats d analyses issues d un modèle quantitatif qui représentent des évènements futurs potentiels, qui pourront ou non se réaliser, et elles ne constituent pas une analyse complète de tous les faits substantiels qui déterminent un produit. Natixis se réserve le droit de modifier ou de retirer ces informations à tout moment sans préavis. Plus généralement, Natixis, ses sociétés mères, ses filiales, ses actionnaires de référence ainsi que leurs directeurs, administrateurs, associés, agents, représentants, salariés ou conseils respectifs rejettent toute responsabilité à l égard des lecteurs de ce document ou de leurs conseils concernant les caractéristiques de ces informations. Les opinions, avis ou prévisions figurant dans ce document reflètent, sauf indication contraire, celles de son ou ses auteur(s) et ne reflètent pas les opinions de toute autre personne ou de Natixis. Les informations figurant dans ce document n ont pas vocation à faire l objet d une mise à jour après la date apposée en première page. Par ailleurs, la remise de ce document n entraîne en aucune manière une obligation implicite de quiconque de mise à jour des informations qui y figurent. Natixis ne saurait être tenu pour responsable des pertes financières ou d une quelconque décision prise sur le fondement des informations figurant dans la présentation et n assume aucune prestation de conseil, notamment en matière de services d investissement. En tout état de cause, il vous appartient de recueillir les avis internes et externes que vous estimez nécessaires ou souhaitables, y compris de la part de juristes, fiscalistes, comptables, conseillers financiers, ou tous autres spécialistes, pour vérifier notamment l adéquation de la transaction qui vous est présentée avec vos objectifs et vos contraintes et pour procéder à une évaluation indépendante de la transaction afin d en apprécier les mérites et les facteurs de risques. Natixis est agréée par l Autorité de contrôle prudentiel (ACP) en France en qualité de Banque prestataire de services d investissements et soumise à sa supervision. Natixis est réglementée par l AMF (Autorité des Marchés Financiers) pour l exercice des services d investissements pour lesquels elle est agréée. Natixis est agréée par l ACP en France et soumise à l autorité limitée du Financial Services Authority au Royaume Uni. Les détails concernant la supervision de nos activités par le Financial Services Authority sont disponibles sur demande. Natixis est agréée par l ACP et régulée par la BaFin (Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht) pour l exercice en libre établissement de ses activités en Allemagne. Le transfert / distribution de ce document en Allemagne est fait(e) sous la responsabilité de NATIXIS Zweigniederlassung Deutschland. Natixis est agréée par l ACP et régulée par la Banque d Espagne (Bank of Spain) et la CNMV pour l exercice en libre établissement de ses activités en Espagne. Natixis est agréée par l ACP et régulée par la Banque d Italie et la CONSOB (Commissione Nazionale per le Società e la Borsa) pour l exercice en libre établissement de ses activités en Italie. Natixis ne destine la diffusion aux Etats-Unis de cette publication qu aux «major U.S. institutional investors», définis comme tels selon la Rule 15(a) (6). Cette publication a été élaborée et vérifiée par les économistes de Natixis (Paris). Ces économistes n'ont pas fait l'objet d'un enregistrement professionnel en tant qu'économiste auprès du NYSE et/ou du NASD et ne sont donc pas soumis aux règles édictées par la FINRA. This document (including any attachments thereto) is confidential and intended solely for the use of the addressee(s). It should not be transmitted to any person(s) other than the original addressee(s) without the prior written consent of Natixis. If you receive this document in error, please delete or destroy it and notify the sender immediately. This document has been prepared by our economists. It does not constitute an independent investment research and has not been prepared in accordance with the legal requirements designed to promote the independence of investment research. Accordingly there are no prohibitions on dealing ahead of its dissemination. The distribution, possession or delivery of this document in, to or from certain jurisdictions may be restricted or prohibited by law. Recipients of this document are therefore required to ensure that they are aware of, and comply with, such restrictions or prohibitions. Neither Natixis, nor any of its affiliates, directors, employees, agents or advisers nor any other person accept any liability to anyone in relation to the distribution, possession or delivery of this document in, to or from any jurisdiction. This document (including any attachments thereto) are communicated to each recipient for information purposes only and do not constitute a personalised recommendation. It is intended for general distribution and the products or services described therein do not take into account any specific investment objective, financial situation or particular need of any recipient. It should not be construed as an offer or solicitation with respect to the purchase, sale or subscription of any interest or security or as an undertaking by Natixis to complete a transaction subject to the terms and conditions described in this document or any other terms and conditions. Any undertaking or commitment shall be subject to Natixis prior approval and formal written confirmation in accordance with its current internal procedures. This document and any attachments thereto are based on public information. Natixis has neither verified nor independently analysed the information contained in this document. Accordingly, no representation, warranty or undertaking, express or implied, is made to the recipients of this document as to or in relation to the accuracy or completeness or otherwise of this document or as to the reasonableness of any assumption contained in this document. The information contained in this document does not take into account specific tax rules or accounting methods applicable to counterparties, clients or potential clients of Natixis. Therefore, Natixis shall not be liable for differences, if any, between its own valuations and those valuations provided by third parties; as such differences may arise as a result of the application and implementation of alternative accounting methods, tax rules or valuation models. In addition, any view, opinion or other information provided herein is indicative only and subject to change or withdrawal by Natixis at any time without notice. Prices and margins are indicative only and are subject to changes at any time without notice depending on inter alia market conditions. Past performances and simulations of past performances are not a reliable indicator and therefore do not predict future results. The information contained in this document may include the results of analysis derived from a quantitative model, which represent potential future events, that may or may not be realised, and is not a complete analysis of every material fact representing any product. The information may be amended or withdrawn by Natixis at any time without notice. More generally, no responsibility is accepted by Natixis, nor any of its holding companies, subsidiaries, associated undertakings or controlling persons, nor any of their respective directors, officers, partners, employees, agents, representatives or advisors as to or in relation to the characteristics of this information. The opinions, views and forecasts expressed in this document (including any attachments thereto) reflect the personal views of the author(s) and do not reflect the views of any other person or Natixis unless otherwise mentioned. It should not be assumed that the information contained in this document will have been updated subsequent to date stated on the first page of this document. In addition, the delivery of this document does not imply in any way an obligation on anyone to update such information at any time. Natixis shall not be liable for any financial loss or any decision taken on the basis of the information contained in this document and Natixis does not hold itself out as providing any advice, particularly in relation to investment services. In any event, you should request for any internal and/or external advice that you consider necessary or desirable to obtain, including from any financial, legal, tax or accounting advisor, or any other specialist advice, in order to verify in particular that the investment(s) described in this document meets your investment objectives and constraints and to obtain an independent valuation of such investment(s), its risks factors and rewards. Natixis is authorised in France by the Autorité de contrôle prudentiel (ACP) as a Bank Investment Services providers and subject to its supervision. Natixis is regulated by the AMF in respect of its investment services activities. Natixis is authorised by the ACP in France and subject to limited regulation by the Financial Services Authority in the United Kingdom. Details on the extent of our regulation by the Financial Services Authority are available from us on request. Natixis is authorised by the ACP and regulated by the BaFin (Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht) for the conduct of its business in Germany. The transfer / distribution of this document in Germany is done by / under the responsibility of NATIXIS Zweigniederlassung Deutschland. Natixis is authorised by the ACP and regulated by Bank of Spain and the CNMV for the conduct of its business in Spain. Natixis is authorised by the ACP and regulated by Bank of Italy and the CONSOB (Commissione Nazionale per le Società e la Borsa) for the conduct of its business in Italy. This research report is solely available for distribution in the United States to major U.S. institutional investors as defined by SEC Rule 15(a)(6). This research report has been prepared and reviewed by research economists employed by Natixis (Paris). These economists are not registered or qualified as research economists with the NYSE and/or the NASD, and are not subject to the rules of the FINRA Flash

Le niveau bas des taux d intérêt décourage t-il l épargne des ménages

Le niveau bas des taux d intérêt décourage t-il l épargne des ménages janvier N Le niveau bas des taux d intérêt décourage t-il l épargne des ménages Les pays de l OCDE ont mis en place des politiques monétaires avec des taux d intérêt très bas ; sauf dans les pays en difficulté

Plus en détail

Facteurs de production de croissance mobiles (recherche-développement) et immobiles (éducation)

Facteurs de production de croissance mobiles (recherche-développement) et immobiles (éducation) 6 septembre 2013 N. 613 Facteurs de production de croissance mobiles (recherche-développement) et immobiles (éducation) Nous regardons dans quelle mesure les gains de productivité (la croissance potentielle)

Plus en détail

Forte élasticité-prix des exportations en volume : le signe d'un grave problème (la faiblesse du niveau

Forte élasticité-prix des exportations en volume : le signe d'un grave problème (la faiblesse du niveau 20 mars 2013 N 215 Forte élasticité-prix des exportations en volume : le signe d'un grave problème (la faiblesse du niveau de gamme), mais aussi une claire opportunité : la baisse des coûts de production,

Plus en détail

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder :

Comment ces deux modèles de financement de l économie ont-ils résisté à la crise? Il faut regarder : janvier N 7 Financement des entreprises par les marchés aux États-Unis, financement des entreprises par les banques dans la zone euro : que nous a appris la crise? Les entreprises aux États Unis sont surtout

Plus en détail

Le ratio crédits/dépôts des banques

Le ratio crédits/dépôts des banques 1 avril 212 N 26 Le ratio crédits/dépôts des banques Les nouvelles règlementations des banques (ratio de liquidité en particulier) vont contraindre les banques à avoir un ratio crédits/dépôts voisin de

Plus en détail

Quand un pays a une dette publique trop élevée, il doit faire défaut : seule la forme du défaut peut être choisie

Quand un pays a une dette publique trop élevée, il doit faire défaut : seule la forme du défaut peut être choisie juillet N. Quand un pays a une dette publique trop élevée, il doit faire défaut : seule la forme du défaut peut être choisie RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS Un pays qui a une dette publique

Plus en détail

Ne pas oublier les dettes privées

Ne pas oublier les dettes privées 7 novembre 1 N. 71 Ne pas oublier les dettes privées L analyse de la solvabilité des pays en difficulté de la zone euro est souvent concentrée sur l analyse des dettes publiques : sera-t-il possible de

Plus en détail

Peut-il y avoir de la croissance sans crédit dans la zone euro?

Peut-il y avoir de la croissance sans crédit dans la zone euro? septembre 13 N 7 Peut-il y avoir de la croissance sans crédit dans la zone euro? De la seconde moitié des années 199 à la crise de 8, la croissance, aux Etats- Unis, en Europe, a été accompagnée par une

Plus en détail

Le maintien des excédents extérieurs de l Allemagne, la correction des déficits extérieurs

Le maintien des excédents extérieurs de l Allemagne, la correction des déficits extérieurs mars 1 N 8 Le maintien des excédents extérieurs de l Allemagne, la correction des déficits extérieurs de l Espagne et de l Italie se sont-ils faits au détriment des autres pays de la zone euro, dont la

Plus en détail

Etats-Unis : doit-on s inquiéter de la forte hausse des prêts étudiants?

Etats-Unis : doit-on s inquiéter de la forte hausse des prêts étudiants? novembre N 88 Etats-Unis : doit-on s inquiéter de la forte hausse des prêts étudiants? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteurs : Inna MUFTEEVA Thomas JULIEN Depuis le début de la crise, les ménages américains

Plus en détail

Les deux graphiques qui expliquent la crise de la zone euro

Les deux graphiques qui expliquent la crise de la zone euro 31 août 11 N 3 Les deux graphiques qui expliquent la crise de la zone euro Nous pensons que la crise de la zone euro est facilement expliquée avec deux graphiques : - les avoirs et les dettes extérieurs

Plus en détail

L immobilier est-il une bonne protection contre l inflation?

L immobilier est-il une bonne protection contre l inflation? août N L immobilier est-il une bonne protection contre l inflation? Beaucoup d investisseurs institutionnels ont accru leurs portefeuilles d immobilier (résidentiel et commercial), d une part en raison

Plus en détail

Le modèle américain et le modèle de la zone euro de financement des entreprises : lequel est préférable?

Le modèle américain et le modèle de la zone euro de financement des entreprises : lequel est préférable? avril 1 N. 7 Le modèle américain et le modèle de la zone euro de financement des entreprises : lequel est préférable? Les entreprises américaines se financent essentiellement sur le marché obligataire,

Plus en détail

Le "mystère du CAC 40" est-il durable?

Le mystère du CAC 40 est-il durable? 1 er mars 11 N. 17 Le "mystère du CAC " est-il durable? Les grandes entreprises cotées en (le CAC ) ont une situation et un comportement qui diffèrent totalement de celui des autres entreprises, ce qui

Plus en détail

L Espagne va plus mal qu en 2009 : quelles conséquences?

L Espagne va plus mal qu en 2009 : quelles conséquences? 1 septembre 1 N. 5 L Espagne va plus mal qu en : quelles conséquences? Après plus de ans de politiques d ajustement, la situation de l Espagne est plus mauvaise aujourd hui qu au début de la crise : le

Plus en détail

Taux de change euro-dollar : la seule chose qu on puisse prévoir est une forte volatilité

Taux de change euro-dollar : la seule chose qu on puisse prévoir est une forte volatilité 1 er septembre 1 N Taux de change euro-dollar : la seule chose qu on puisse prévoir est une forte volatilité Le taux de change euro-dollar a montré une très forte volatilité depuis le début de la crise,

Plus en détail

Echanges commerciaux avec la Chine : peut-on comprendre les différences entre les pays?

Echanges commerciaux avec la Chine : peut-on comprendre les différences entre les pays? mai 13 N 3 Echanges commerciaux avec la Chine : peut-on comprendre les différences entre les pays? Nous regardons les échanges commerciaux avec la Chine, des États-Unis, du, de l, de la, de l et du. Les

Plus en détail

Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre

Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre Juillet 1 N. 91 Sans un choc d offre massif, aucune possibilité que l économie française redémarre Les pays en difficulté de la zone euro souffrent de maux différents : par exemple explosion de la bulle

Plus en détail

Quels sont les problèmes avec les taux d endettement public élevés?

Quels sont les problèmes avec les taux d endettement public élevés? 15 février 13 N 154 Quels sont les problèmes avec les taux d endettement public élevés? Dans beaucoup de pays de la zone euro, le taux d endettement public va se stabiliser à un niveau extrêmement élevé,

Plus en détail

Un problème central pour la zone euro : il n y a plus aucun canal de transmission de la politique monétaire

Un problème central pour la zone euro : il n y a plus aucun canal de transmission de la politique monétaire janvier N Un problème central pour la zone euro : il n y a plus aucun canal de transmission de la politique monétaire La politique monétaire peut influencer l économie essentiellement au travers de trois

Plus en détail

23 décembre 2013 N 930

23 décembre 2013 N 930 3 décembre 13 N 93 Qu est ce qui est le plus dangereux dans les bilans des banques des pays du Sud de l Europe : les créances douteuses ou les détentions de dette publique? L Asset Quality Review de la

Plus en détail

Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen?

Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen? 19 septembre 211 N. 77 Le modèle américain de financement des entreprises est-il supérieur ou inférieur au modèle européen? Le modèle américain de financement des entreprises consiste en une forte désintermédiation

Plus en détail

D'ailleurs, ça sert à quoi une monnaie unique?

D'ailleurs, ça sert à quoi une monnaie unique? 11 mai 212 N. 332 D'ailleurs, ça sert à quoi une monnaie unique? Avant de définir les institutions de la zone euro, il serait bon de se poser une question simple : pourquoi construit-on des Unions Monétaires?

Plus en détail

Les allemands travaillent-ils plus que les européens du Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément

Les allemands travaillent-ils plus que les européens du Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément 3 mai 11 N. 1 Les allemands travaillent-ils plus que les européens Sud? Non, ils travaillent beaucoup moins, et pas plus intensément RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS La chancelière A. Merkel

Plus en détail

Le rôle stabilisant de l épargne des ménages dans le financement du budget de la France

Le rôle stabilisant de l épargne des ménages dans le financement du budget de la France novembre N. Le rôle stabilisant de l épargne des ménages dans le financement du budget de la France Au cours de la décennie passée, les ménages français ont dégagé une importante capacité de financement,

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE août 1 N 3 Un pays peut-il échapper à une crise économique, financière et immobilière quand la dette des ménages et les prix de l immobilier s écartent? La situation où la

Plus en détail

La crise de la zone euro peut durer 20 ans

La crise de la zone euro peut durer 20 ans Août 1 N. 3 La crise de la zone euro peut durer ans Ne croyez pas que la crise de la zone euro sera résolue rapidement. Pour que la zone euro sorte de la crise, il faudra à la fois : - que le secteur privé

Plus en détail

Where have profit margins fallen in France?

Where have profit margins fallen in France? Where have profit margins fallen in France? 1. It is well known that the profit margins of companies as a whole and of manufacturing industry as a whole have fallen in France. But, to refine the analysis,

Plus en détail

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS

FLASH PROBLÈMES STRUCTURELS PROBLÈMES STRUCTURELS RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 15 France Italie : ces deux pays peuvent légitimement avoir des préférences sociales différentes, mais il faut en assumer les conséquences dans une économie

Plus en détail

Que penser du marché du travail aux Etats-Unis?

Que penser du marché du travail aux Etats-Unis? 13 mai211 N. 357 Que penser du marché du travail aux Etats-Unis? Avec 244 emplois créés en avril, l amélioration du marché du travail gagne en intensité. En effet, malgré des données confuses, le passage

Plus en détail

BRICS : l enthousiasme a bien disparu

BRICS : l enthousiasme a bien disparu 1 mai 1 N 1 BRICS : l enthousiasme a bien disparu Triste sort que celui des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Ces pays présentés comme les grands pays à croissance forte de l avenir

Plus en détail

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib.

Crédit Agricole CIB. Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change. Paris, Jeudi 6 Février 2014. www.ca-cib. Crédit Agricole CIB Les 5èmes Rencontres des Professionnels des Marchés de la Dette et du Change Paris, Jeudi 6 Février 2014 www.ca-cib.com Le marché Euro PP Le développement du marché Euro PP Volumes

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Pays ayant un déficit extérieur chronique : dans quels cas y a-t-il danger? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Pays ayant un déficit extérieur chronique : dans quels cas y a-t-il danger? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juin 15 N 53 Pays ayant un déficit extérieur chronique : dans quels cas y a-t-il danger? Plusieurs pays ont un déficit extérieur chronique : Etats-Unis, Royaume-Uni, Brésil,

Plus en détail

Quel pays a le plus perdu en raison des politiques de l'offre mises en place par l'allemagne dans les années 2000?

Quel pays a le plus perdu en raison des politiques de l'offre mises en place par l'allemagne dans les années 2000? avril N. 7 Quel pays a le plus perdu en raison des politiques de l'offre mises en place par l'allemagne dans les années? Les politiques mises en place par l'allemagne depuis le début des années ont consisté

Plus en détail

How would exchange rates adjust if the euro were to break up?

How would exchange rates adjust if the euro were to break up? July 1, 212 - No. 467 How would exchange rates adjust if the euro were to break up? More and more financial institutions and multinationals want to hedge the exchange rate risk stemming from a possible

Plus en détail

1 Il serait très important de connaître le multiplicateur budgétaire pour les pays de la zone euro

1 Il serait très important de connaître le multiplicateur budgétaire pour les pays de la zone euro juillet 1 - N Patrick Artus Quelle est la taille du multiplicateur budgétaire? Les enseignements de la littérature. Un multiplicateur budgétaire très élevé pour les pays de la zone euro? 1 Il serait très

Plus en détail

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences?

L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? 24 octobre 211 N. 793 L inexorable désintermédiation du financement des entreprises de la zone euro : est-on prêt à en assumer les conséquences? Les entreprises de la zone euro sont aujourd hui essentiellement

Plus en détail

Where can we see wealth effects linked to the crisis?

Where can we see wealth effects linked to the crisis? 23 August 2 - No. Where can we see wealth effects linked to the crisis? In theory, household spending (their savings rate and housing investment) is linked to their property and financial wealth; corporate

Plus en détail

Que faut-il changer à la gouvernance de la zone euro? Quelques leçons de la crise des dettes souveraines

Que faut-il changer à la gouvernance de la zone euro? Quelques leçons de la crise des dettes souveraines Patrick Artus JOURNEES DE L'ÉCONOMIE LYON NOVEMBRE Que faut-il changer à la gouvernance de la zone euro? Quelques leçons de la crise des dettes souveraines La crise des dettes souveraines de la zone euro

Plus en détail

FLASH MARKETS. How does an expansionary monetary policy influence the economy s cost of financing? ECONOMIC RESEARCH

FLASH MARKETS. How does an expansionary monetary policy influence the economy s cost of financing? ECONOMIC RESEARCH MARKETS ECONOMIC RESEARCH August, - No. How does an expansionary monetary policy influence the economy s cost of financing? We look at how the expansionary monetary policy has affected the economy's cost

Plus en détail

Peut-on rétablir la confiance dans l Europe?

Peut-on rétablir la confiance dans l Europe? février N 97 Peut-on rétablir la confiance dans l Europe? Si l Europe est encore attrayante pour les pays d Europe Centrale, dans beaucoup de pays de l Union Européenne les citoyens sont de plus en plus

Plus en détail

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation.

La perception du profil de crédit de l émetteur affecte la valorisation de l obligation. Présentation Optimiser la gestion d un portefeuille obligataire Dans un contexte de rendements historiquement bas, RMG propose une stratégie de gestion de portefeuilles obligataires permettant d améliorer

Plus en détail

FLASH. Transmission de la politique monétaire par les cours boursiers

FLASH. Transmission de la politique monétaire par les cours boursiers ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 15 N 9 La Bourse comme instrument de la politique monétaire? Aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Japon, la hausse des cours boursiers a joué et joue encore un rôle

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE juillet 1 N 8 Peut-on imaginer la situation de la Grèce s il y a défaut, sortie de l euro et dévaluation? Nous essayons d imaginer la situation de la Grèce s il y a défaut

Plus en détail

In what ways do fiscal consolidations due to tax hikes differ from fiscal consolidations due to a reduction in government expenditure?

In what ways do fiscal consolidations due to tax hikes differ from fiscal consolidations due to a reduction in government expenditure? October 1 str, 1 - No. 7 In what ways do fiscal consolidations due to tax hikes differ from fiscal consolidations due to a reduction in government expenditure? In the past (since the early 1s) we have

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Quelles sont les ruptures économiques de moyen terme que les investisseurs doivent analyser? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Quelles sont les ruptures économiques de moyen terme que les investisseurs doivent analyser? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 1 juin 1 N Quelles sont les ruptures économiques de moyen terme que les investisseurs doivent analyser? Certaines ruptures économiques structurelles sont extrêmement importantes

Plus en détail

Attention à bien comprendre ce qu'est vraiment la monétisation

Attention à bien comprendre ce qu'est vraiment la monétisation 6 janvier 212 N. 12 Attention à bien comprendre ce qu'est vraiment la monétisation La monétisation de la dette, définie précisément, est une opération par laquelle la dette est remplacée par la monnaie

Plus en détail

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement

Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Présentation Gérer le risque de taux d intérêt d un immobilier de rendement Ce document présente une approche visant à évaluer le risque de taux d intérêt propre à chaque investissement immobilier et propose

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Les critiques à l encontre du SRM ne sont pas (entièrement) justifiées

Les critiques à l encontre du SRM ne sont pas (entièrement) justifiées 15 avril 14 N 9 Les critiques à l encontre du SRM ne sont pas (entièrement) justifiées Il y a trois conditions d optimalité pour un mécanisme de résolution des crises bancaires. Premièrement, il doit être

Plus en détail

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire,

FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, FATCA Retour d expérience FATCA sur les Sociétés de Gestion : règles d identification, reporting réglementaire, Laure Capron BNP Paribas Securities Services Responsable FATCA France 18 septembre 014 Table

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE. Quelles perspectives pour l emploi en France? RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE. Quelles perspectives pour l emploi en France? RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE 5 juin 15 N 456 Quelles perspectives pour l emploi en France? La poursuite d une hausse rapide du chômage en France conduit à s interroger sur les perspectives de l emploi

Plus en détail

A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de "banquefiction"

A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de banquefiction 2 juillet 213 N 487 A quoi ressemblera la banque de demain dans la zone euro? Un peu de "banquefiction" Nous partons d'une analyse positive et non normative : quelle est l'évolution la plus probable de

Plus en détail

Réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni : la feuille de route validée

Réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni : la feuille de route validée 20 février 2012 N. 154 Réforme du secteur bancaire au Royaume-Uni : la feuille de route validée En décembre dernier, le gouvernement publiait sa réponse à la réforme du secteur bancaire présentée trois

Plus en détail

Prix élevés de l immobilier résidentiel : état des lieux, conséquences, politiques économiques

Prix élevés de l immobilier résidentiel : état des lieux, conséquences, politiques économiques 29 novembre 213 N 86 Prix élevés de l immobilier résidentiel : état des lieux, conséquences, politiques économiques Nous partons de l état des lieux pour les prix de l immobilier résidentiel : dans quels

Plus en détail

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs

Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Paris 5 avril 2013 Swap: Utilisation et risques Approche de gestion pour les consommateurs Serge LESCOAT Associé INDAR ENERGY Conseiller en Investissements Financiers Membre du CNCIF Association agréé

Plus en détail

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S

P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S P R E T S P R E F E R E N T I E L S E T S U B V E N T I O N S D I N T E R Ê T S Il est courant pour les employeurs d octroyer à leurs employés des prêts préférentiels ou des subventions d intérêts. L économie

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Février 2015

Lettre Mensuelle. Février 2015 Lettre Mensuelle Février 2015 Aperçu des marchés financiers Performance de Janvier des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire L année 2015 commence sur les chapeaux de roues et les

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 29 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 22 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu les pertes accumulées face

Plus en détail

Le marché de l électricité aux Etats-Unis

Le marché de l électricité aux Etats-Unis 1 juin 211 N. Le marché de l électricité aux Etats-Unis Nous réalisons un tour d horizon du marché de l électricité aux Etats-Unis. Nous observons notamment que la production d électricité aux Etats-Unis

Plus en détail

Quelles sont les «richesses nettes» des pays?

Quelles sont les «richesses nettes» des pays? 9 mars 212 N. 196 Quelles sont les «richesses nettes» des pays? La richesse nette d un pays est la somme de son capital (productif, en logement, public) et de ses actifs extérieurs nets (s il a des actifs

Plus en détail

FLASH ECONOMICS. Is it possible to estimate China s actual growth rate? ECONOMIC RESEARCH

FLASH ECONOMICS. Is it possible to estimate China s actual growth rate? ECONOMIC RESEARCH ECONOMICS ECONOMIC RESEARCH July 22, 2 - No. 589 Is it possible to estimate China s actual growth rate? China has published a growth figure of 7% for the second quarter of 2. We seek to estimate China

Plus en détail

Etats-Unis : quelles perspectives pour le marché immobilier?

Etats-Unis : quelles perspectives pour le marché immobilier? avril N. Etats-Unis : quelles perspectives pour le marché immobilier? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteurs : Thomas JULIEN Inna MUFTEEVA Après presque ans de dépression, le marché immobilier offre aujourd hui

Plus en détail

Quelle est la bonne règle budgétaire?

Quelle est la bonne règle budgétaire? 18 août 11 N. 68 Quelle est la bonne règle budgétaire? RECHERCHE ECONOMIQUE Rédacteur : Patrick ARTUS A. Merkel et N. Sarkozy souhaitent que tous les pays de la zone euro mettent en place la «règle d or»,

Plus en détail

The "monetary trap" for OECD countries is a "distribution trap"

The monetary trap for OECD countries is a distribution trap April 8, 1 - No. The "monetary trap" for OECD countries is a "distribution trap" We look at the grouping of the United States, the United Kingdom, the euro zone and Japan. Among this group, income distribution

Plus en détail

Les taux de change sont-ils vraiment liés à l offre relative de monnaie?

Les taux de change sont-ils vraiment liés à l offre relative de monnaie? 13 février 213 N 145 Les taux de change sont-ils vraiment liés à l offre relative de monnaie? Une des raisons de l appréciation récente de l euro est l observation sur les marchés financiers de ce que

Plus en détail

Les migrations de l industrie européenne : une illustration par la cartographie

Les migrations de l industrie européenne : une illustration par la cartographie 8 février 2012 N. 110 Les migrations de l industrie européenne : une illustration par la cartographie L industrie européenne est depuis toujours très concentrée. 9 régions motrices, environ 3% du territoire,

Plus en détail

Etude sur la performance et l efficacité de la gestion d actifs de l Union Européenne. Résumé

Etude sur la performance et l efficacité de la gestion d actifs de l Union Européenne. Résumé Ref. Ares(2014)3233501-01/10/2014 Etude sur la performance et l efficacité de la gestion d actifs de l Union Européenne Résumé Etude réalisée pour la Commission Européenne (DG Marché Intérieur et Services)

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Septembre 2015

Lettre Mensuelle. Septembre 2015 Lettre Mensuelle Septembre 2015 Aperçu des marchés financiers Performance d Août des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire La volatilité est de retour en août et, l or et le pétrole

Plus en détail

SOMMAIRE. Un régime dont la pérennité et la soutenabilité sont garanties. L indemnisation par l Assurance chômage

SOMMAIRE. Un régime dont la pérennité et la soutenabilité sont garanties. L indemnisation par l Assurance chômage 1 SOMMAIRE L indemnisation par l Assurance chômage Une assurance relevant des partenaires sociaux Deux opérateurs publics chargés du recouvrement et du paiement des allocations Un régime dont la pérennité

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Mars 2014

Lettre Mensuelle. Mars 2014 Lettre Mensuelle Mars 2014 CSI 300 Brazil Bovespa UK 10Y USD/JPY Copper Nikkei EUR/CHF US IG Germany 10Y France 10Y EUR IG US 10Y Kospi IBEX 35 Spain 10Y HFRX Global EUR HY Municipal Bonds Brent EUR/USD

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée

L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée L intérêt de la gestion quantitative active dans une allocation diversifiée Jean François Bay, Directeur Général, Morningstar France 17 novembre 2011 Conférence QuantValley Ce document est réservé aux

Plus en détail

Assurance Vie & Capitalisation

Assurance Vie & Capitalisation Assurance Vie & Capitalisation > Porphyre Mai 2015 Titre de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance. Support en unités de compte d un contrat

Plus en détail

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4

La Banque de France. 1- Les activités de la Banque de France p. 3. 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 La Banque de France Sommaire 1- Les activités de la Banque de France p. 3 2- Le système européen de banques centrales (SEBC) p. 4 3- Les activités de la Banque et son organisation territoriale p. 5 4-

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Nikolay Gertchev Deuxième Université d automne de l économie autrichienne 5-7 Octobre 212, Troyes Eléments essentiels des systèmes bancaires contemporains

Plus en détail

Renminbi Cash Management

Renminbi Cash Management Facilitez vos activités avec la Chine Renminbi Cash Management La dynamique du marché chinois La Chine, 2 ème économie mondiale 1 er exportateur mondial 1 er fournisseur en Europe 2 ème acheteur en Europe

Plus en détail

Expliquer le taux de change /$

Expliquer le taux de change /$ 18 Novembre 211 N 851 Expliquer le taux de change /$ Nous partons de l analyse économétrique pour décomposer l évolution du taux de change /$ depuis 1999 entre les effets : - des taux d intérêt, de la

Plus en détail

Quelles conséquences si le niveau du PIB est durablement réduit dans la zone euro?

Quelles conséquences si le niveau du PIB est durablement réduit dans la zone euro? 7 février N 9 Quelles conséquences si le niveau du PIB est durablement réduit dans la zone euro? Il semble que la crise a deux effets qui s ajoutent sur le PIB de la zone euro : une perte de niveau de

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE

LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE 1 LES TROIS ETAGES DE LA POLITIQUE MONETAIRE DE LA BCE SOUS-TITRE FLASH 2 Les trois étages de la politique monétaire de la BCE En juin, la BCE devrait tirer sa dernière «cartouche» conventionnelle et démarrer

Plus en détail

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg

MEMENTO MARS 2014. www.bdo.lu. Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Convention tendant à éviter les doubles impositions entre l Allemagne et le Luxembourg Nouvelles règles au 1 er janvier 2014 MEMENTO MARS 2014 www.bdo.lu 1 5 Mars 2014 Nouvelle convention fiscale entre

Plus en détail

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance

Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Christine LAGARDE, Ministre de l Economie, de l Industrie et de l Emploi Le plan français pour assurer le financement de l économie et restaurer la confiance Lundi 13 octobre 2008 Dossier de presse Communiqué

Plus en détail

FLASH MARKETS. How much higher could European equities go? ECONOMIC RESEARCH

FLASH MARKETS. How much higher could European equities go? ECONOMIC RESEARCH MARKETS ECONOMIC RESEARCH April - No. How much higher could European equities go? The fall in the oil price, the quantitative easing programme and the euro s depreciation have driven up share prices in

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Lettre Mensuelle. Janvier 2015

Lettre Mensuelle. Janvier 2015 Lettre Mensuelle Janvier 2015 Aperçu des marchés financiers Performance de Décembre des Principaux Actifs Financiers Source: Bloomberg Commentaire Alors que le mois de décembre est traditionnellement un

Plus en détail

Maîtrisez vos liquidités et gérez vos risques

Maîtrisez vos liquidités et gérez vos risques Maîtrisez vos liquidités et gérez vos risques Cash Management Virtuel d ING Michel Rutte Global Principal Product Manager Paris 15 mars 2016 ING Wholesale Banking Cash management Virtuel: pourquoi? Les

Plus en détail

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR

La lettre de gage suisse. 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR La lettre de gage suisse 8050 Zurich, 16 octobre 2015, 0907, MR 1 Agenda Désirs d'un investisseur: Sûreté Émetteur actif, un marché liquide, bon prix 2 La lettre de gage suisse n'est pas un covered bond

Plus en détail

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable

Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable www.pwc.ch/academy Présentation des comptes des PME selon le nouveau droit comptable 31 mai 2013 Marc Secretan Table des matières 1. Vue d ensemble 2. Dispositions 3. Présentation des comptes a. Bilan

Plus en détail

Les "vrais" taux d'endettement des pays

Les vrais taux d'endettement des pays juillet N Les "vrais" taux d'endettement des pays Nous comparons les taux d'endettement publics, privés et totaux des Etats- Unis, de la zone euro, du, du. La comparaison entre les niveaux absolus des

Plus en détail

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE

FLASH ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE ÉCONOMIE RECHERCHE ÉCONOMIQUE septembre 1 N 73 Est-il utile de faire financer des investissements supplémentaires dans l UE (dans la zone euro) par des institutions européennes et pas par les budgets des

Plus en détail

Difficulté de réduction du déficit public et

Difficulté de réduction du déficit public et 9 avril N 8 Difficulté de réduction du déficit public et multiplicateur budgétaire élevé : le cas de la France ; il faudra, ex ante, réduire le déficit public de Mds en La faiblesse de la croissance en

Plus en détail

BCE RECHERCHE ECONOMIQUE

BCE RECHERCHE ECONOMIQUE 11 juin 1 N La BCE doit changer de philosophie de la politique monétaire : de la gestion de la liquidité des banques à la gestion du capital réglementaire des banques La BCE a choisi de mener la politique

Plus en détail

Partie II. Economie monétaire

Partie II. Economie monétaire Partie II Economie monétaire Partie II - Chapitre 3 L offre de monnaie II-3.a) Introduction Structure d économie monétaire hiérarchisée II-3.a) Introduction Modes de création monétaire Modes de création

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

De combien faudrait-il pouvoir baisser le coût du travail en France?

De combien faudrait-il pouvoir baisser le coût du travail en France? 12 avril 2013 N 2 De combien faudrait-il pouvoir baisser le coût du travail en? Nous nous demandons de combien il faudrait pouvoir baisser le coût du travail en pour rétablir une situation de compétitivité

Plus en détail