NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB Gif-sur-Yvette Cedex, France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE TECHNIQUE. CEA Saclay DETECS-LNHB 91191 Gif-sur-Yvette Cedex, France"

Transcription

1 NOTE TECHNIQUE CEA Saclay DETECS-LNHB Gif-sur-Yvette Cedex, France

2 Détermination des activités des éléments des chaînes naturelles dans un échantillon de phosphogypse dans le cadre d une comparaison AIEA Laurent FERREUX, Gérard MOUTARD, Thierry BRANGER SOMMAIRE 1. Introduction Problématiques des mesures d environnement Les faibles taux de comptage La correction d autoatténuation Traitement des chaînes naturelles Famille de l uranium Famille de l uranium Famille du thorium Conditions expérimentales Chaîne d acquisition Ensemble de mesure par spectrométrie γ à très bas bruit de fond Logiciel d acquisition et de traitement Géométrie de l échantillon Détermination du choix du matériau et des dimensions du conteneur de mesure Simulations ETNA Forme et dimensions du conteneur Solutions étalons Préparation des sources étalons Remplissage des conteneurs avec les solutions étalons Remplissage du conteneur avec l échantillon de phosphogypse Détermination de la teneur en eau du phosphogypse Etalonnage Conditions de mesure en sources liquides Résultats Détermination des coefficients d atténuation de la matrice Détermination de la correction d autoatténuation Détermination du coefficient d atténuation linéique du phosphogypse Principe Dispositif expérimental Résultats Mesure de l échantillon Conditions de mesures Acquisitions Spectre de mouvement propre Spectre de mesure Résultats et discussion

3 7.1 Activités obtenues Cohérence des résultats Famille de l uranium Famille de l uranium Famille du thorium Conclusions Références

4 1. Introduction Dans le cadre de l intercomparaison AIEA , chaque participant a reçu un échantillon d environ 250 g de phosphogypse prélevé à proximité d une usine de retraitement située à Gdansk (Pologne). L exercice consiste à déterminer les activités des radionucléides suivants : 40 K, 208 Tl, 210 Pb, 212 Pb, 214 Pb, 214 Bi, 226 Ra, 227 Ac, 228 Ra, 228 Ac, 230 Th, 231 Pa, 232 Th, 234 Th, 234 U, 235 U, 238 U et U(total). La mesure de l activité des éléments des chaînes naturelles dans des échantillons prélevés dans l environnement est un processus complexe car les activités mises en jeu sont très faibles. Même si la chaîne de mesure dispose d un système anti-cosmique permettant d avoir des limites de détection très basses, il est nécessaire de maîtriser parfaitement les différentes étapes menant à la détermination des activités. Une première étape importante est la réalisation de solutions étalons et la mise en place du phosphogypse dans son conteneur. Il est en effet impératif que ces diverses matrices soient le plus homogène possible. Trois matrices liquides étalons sont réalisées permettant de couvrir une gamme de mesure allant de 26 à 2090 kev, elles sont ensuite placées dans des conteneurs identiques à celui utilisé pour le phosphogypse. Une configuration identique entre les matrices étalons et l échantillon mesuré permet de limiter les sources d erreur. La seconde étape consiste à déterminer la différence d autoatténuation entre les deux matrices (étalons et phosphogypse) en mesurant le coefficient d atténuation linéique du phosphogypse. Enfin, environ un mois après le conditionnement c'est-à-dire une fois l équilibre rétabli entre le 226 Ra, le 222 Rn et ses descendants solides, les mesures sur l échantillon sont réalisées et le dépouillement des spectres est effectué en prenant en compte les corrections d autoatténuation précédemment établies. L étude est complétée par une analyse de la pertinence des résultats obtenus en fonction des propriétés chimiques différentes entre certains éléments comme les thoriums et les uraniums, des compositions isotopiques, des embranchements et des équilibres liés aux différentes chaînes. 2. Problématiques des mesures d environnement Au regard de la concentration de certains éléments dans l environnement, comme dans le sable ou dans des sédiments où l on peut trouver de 200 à 700 Bq.kg -1 de 40 K, de 30 à 50 Bq.kg -1 de 238 U, de 0,2 à 0,4 Bq.kg -1 de 235 U, de 60 à 100 Bq.kg -1 de 232 Th, les mesures sur des échantillons de l environnement sont des mesures de faibles taux de comptage. Cela implique un certain nombre de contraintes telles que la nécessité de disposer d une installation à très bas bruit de fond et, dans la mesure du possible, de positionner l échantillon près du détecteur. Toutefois, ceci nécessite une maitrise parfaite des corrections de coïncidences X γ et γ γ. De plus, il est souvent très difficile pour des échantillons provenant de l environnement de pouvoir faire les mesures dans des conditions strictement identiques aux conditions d étalonnage. Cela implique de faire des corrections comme dans notre cas où une correction liée aux différences d autoatténuation est prise en compte. 2.1 Les faibles taux de comptage Pour mesurer les faibles taux de comptage, il est impératif de disposer d une installation spécifique pour ce type de mesure comme l ensemble de mesure par spectrométrie γ très bas 4

5 bruit de fond disponible au LNHB et décrite au paragraphe 3.1. En effet, l installation doit avoir un mouvement propre aussi bas que possible dans la mesure où le signal à mesurer est très faible. Pour cela, il faut que l ensemble de détection puisse prendre en compte les deux composantes principales du mouvement propre de ce type d installation : - les émissions liées à la présence de radionucléides issus des chaînes naturelles et présents dans les matériaux entourant le détecteur, - le rayonnement cosmique responsable de nombreuses réactions (n,n ) et (n,γ) sur les différents constituants de l installation. Par ailleurs, pour les taux de comptage faibles, une autre difficulté consiste à définir les conditions géométriques de mesure de l échantillon. Cela concerne donc les dimensions du conteneur ainsi que la distance de mesure entre l échantillon et le détecteur. Ces paramètres sont étudiés au paragraphe 3.2. Il est important de trouver la meilleure adéquation possible entre les dimensions du conteneur, la distance échantillon-détecteur, la durée d acquisition et les problèmes de coïncidences vraies que l on rencontre lorsque les mesures se font trop près du détecteur. 2.2 La correction d autoatténuation Un autre problème qu il est nécessaire de prendre en compte pour des mesures sur des échantillons provenant de l environnement, est la spécificité de chaque échantillon. En effet, il est généralement impossible de disposer d un étalonnage obtenu dans des conditions strictement identiques à celle de l échantillon. Si l aspect géométrique est reproductible, il n en est pas de même des caractéristiques intrinsèques de l échantillon et notamment de sa nature et de sa densité. De ce fait, il est nécessaire d appliquer un facteur de correction lié aux différences d autoatténuation entre l échantillon et les sources étalons. Ce problème est abordé dans le paragraphe 5 de la présente note. 2.3 Traitement des chaînes naturelles L utilisation d une instrumentation dédiée aux mesures bas niveau ainsi que la prise en compte des corrections d autoatténuation permet d optimiser nos mesures. Toutefois, malgré de très bonnes conditions de mesure, tous les radionucléides ne sont pas décelables en raison de l absence d émission gamma ou d intensités d émission beaucoup trop faibles. Pour des mesures d échantillon provenant de l environnement, il existe trois familles radioactives naturelles qui sont celles de 238 U, 235 U et 232 Th, dont les caractéristiques sont détaillées cidessous. Le potassium 40, dont l activité est demandée, est un isotope naturel dont l abondance isotopique est de 0,0117 % du potassium naturel. Il se désintègre pour 89,14 % par émission béta moins vers le niveau fondamental de 40 Ca et par capture électronique vers 40 Ar, pour 10,66 % vers le niveau du 1460 kev et pour 0,20 % vers le niveau fondamental Famille de l uranium 238 La famille de 238 U, présentée sur la figure 1, contient 14 radionucléides et constitue la plus importante des trois familles. Parmi ces radionucléides, 6 ne sont pas décelables (couleur orange) en raison de l absence d émissions gamma ou en cas d intensités d émission très faibles. Cette famille contient 3 groupes, le groupe de l uranium, le groupe de 222 Rn et le groupe de 210 Pb. Compte tenu des propriétés chimiques différentes entre les thoriums et les uraniums, il est possible de rencontrer une rupture de chaîne au niveau des thoriums. Toutefois, les périodes courtes de 234 Th (24,1 jours) et de 234 Pa m (1,2 min) permettent un 5

6 retour rapide à l équilibre avec 238 U, mais ceci n est pas le cas de 234 U ni de 230 Th qui ont des périodes très longues. Il est donc possible d observer dans certain cas des activités différentes entre le précurseur, 238 U et ses descendants 234 U, 230 Th, 226 Ra, 210 Pb. Le 222 Rn, descendant du 226 Ra est un gaz qui diffuse lentement au travers des échantillons, et de ce fait provoque un déséquilibre radioactif avec ses descendants. Le choix d un conteneur étanche et de géométrie bien définie, permet après environ un mois de stockage dans un tel conteneur, de rétablir cet équilibre entre 226 Ra et ses descendants jusqu au groupe du 210 Pb. Les descendants de 222 Rn, 214 Pb et 214 Bi, présentent beaucoup d émissions gamma qui permettent de déterminer l activité du 222 Rn et de vérifier l équilibre radioactif retrouvé entre 226 Ra et les descendants du groupe de 222 Rn. Le 210 Pb est mesurable par spectrométrie gamma sur sa raie de 46,54 kev. Les autres radionucléides de la chaîne ont en général suffisamment de raies gamma pour pouvoir être déterminés correctement. Groupe de l uranium U Groupe du radon 222 Groupe du plomb 210 Figure 1 : Famille de l uranium 238 6

7 Famille de l uranium 235 La famille de 235 U est présentée sur la figure 2 et comporte 13 descendants. Tout comme la famille de 238 U, les uraniums et les thoriums présentant des propriétés chimiques différentes, on peut aussi avoir une rupture de chaîne entre 235 U et 231 Th au cours du temps, due à des lessivages successifs. Par conséquent, il est possible de ne pas trouver la même activité entre 235 U et 231 Pa et ses descendants. Compte tenu de la faible période de 231 Th (1,06 j), celui-ci revient rapidement à l équilibre radioactif avec son précurseur 235 U. Cette chaîne radioactive peut être, à l échelle géologique, regroupée en un seul groupe, le groupe de 231 Pa. Le 235 U est quant à lui rattaché au groupe des uraniums en raison de ses propriétés chimiques. La chaîne de 235 U peut donc être représentée de la façon suivante : Groupe du protactinium 231 Figure 2 : Famille de l uranium 235 Les radionucléides suivants : 227 Ac, 231 Th, 231 Pa, 223 Fr, 211 Bi, 211 Po et 207 Tl sont difficilement quantifiables par spectrométrie gamma, car ils possèdent des raies gamma avec des intensités d émissions très faibles ou bien interférant avec celles d autres radionucléides de mêmes énergies mais plus intenses ce qui implique une grande incertitude sur la capacité à déterminer leur activité. Il est alors possible que l on ne puisse donner qu une limite de détection pour ces radionucléides, les autres devant pouvoir être quantifiés plus précisément. 7

8 Famille du thorium 232 La famille de 232 Th contient 11 radionucléides ; parmi ceux-ci, 212 Po n est pas mesurable par spectrométrie gamma, car il n est pas émetteur gamma (voir figure : 3). Figure 3 : Famille du thorium 232 La chaîne radioactive naturelle de 232 Th ne présente qu un seul groupe. Même si leurs propriétés chimiques sont différentes, l ensemble des radionucléides se met rapidement à l équilibre, compte tenu des courtes périodes des descendants, comparativement aux échelles géologiques. De ce fait, cette chaîne est la plus simple à traiter, même si certains de ces radionucléides ne sont pas faciles à déterminer par spectrométrie gamma. Ces difficultés sont dues aux faibles intensités d émission gamma. C est le cas de 232 Th, 228 Ra, 228 Th, 224 Ra, 220 Rn et 216 Po. Pour ces radionucléides, on se contentera de donner une limite de détection. Pour les autres radionucléides mesurables, on s assurera qu ils sont à l équilibre radioactif, aux incertitudes près, y compris pour 208 Tl qui présente un rapport d embranchement de 35,93 % avec 212 Bi. 8

9 3. Conditions expérimentales 3.1 Chaîne d acquisition Ensemble de mesure par spectrométrie γ à très bas bruit de fond La chaîne d acquisition utilisée est un spectromètre gamma à très bas bruit de fond installé au LNHB en 2001 [1]. Ce spectromètre est constitué d un détecteur au germanium hyperpur (GeHP) associé à des modules d amplification et de codage conventionnels, et il est équipé d un blindage anti-cosmique. Les caractéristiques du détecteur GeHP sont les suivantes : - volume de 220 cm 3, - efficacité relative de 51,6 %, - résolution à 122 kev de 0,99 kev, - résolution à 1332,5 kev de 2,05 kev, - rapport pic sur Compton de 62,4 à 1332,5 kev. Ce détecteur est placé dans une chambre de mesure cylindrique (ø = 280 mm, H = 400 mm) en cuivre dont le blindage (Figure 4) est composé en partant de l intérieur vers l extérieur: - d une première paroi de plomb de très faible activité (A<10 Bq.kg -1 ) de 50 mm d épaisseur, - d un enveloppe de cadmium sélectionné (A<50 Bq.kg -1 ) de 3 mm d épaisseur (destinée à l atténuation des neutrons secondaires dus par le rayonnement cosmique), - d une deuxième paroi de plomb de très faible activité (A<50 Bq.kg -1 ) de 100 mm d épaisseur (150 mm pour la face en regard du sol). Figure 4 : Spectromètre gamma à bas bruit de fond équipé d un système anti-cosmique 9

10 La cellule de mesure est dotée d accès permettant d assurer la circulation d azote gazeux récupéré en sortie du Dewar associé au détecteur. Cette circulation permet d éviter la présence, autour du détecteur, du radon présent dans l air ambiant. Le château de plomb est prévu pour accepter sur chacune de ses faces, à l exception de celle en regard du sol, une plaque de détecteur scintillateur plastique permettant la détection du rayonnement cosmique. Un schéma de principe de la cellule est donné sur la figure 5. Figure 5 : Schéma de principe de la cellule anti-cosmique (cotes en mm) SPECTRES DE MOUVEMENT PROPRE COMPARATIFS AVEC ET SANS SYSTEME ANTICOSMIQUES AU SOUS-SOL DU LABORATOIRE BNM-LNHB LNE- ET EN SURFACE A OLEN (BELGIQUE) NOMBRE D'IMPULSIONS Spectre sans système anticosmiques mesuré en surface à Olen. --- Spectre sans système anticosmiques mesuré au sous sol à Saclay. --- Spectre avec système anticosmiques mesuré au sous-sol à Saclay. --- Spectre avec système anticosmiques + blindage de 4 mm de cuivre mesuré au sous-sol à Saclay. raies XK du Pb Temps de mesure : s ENERGIE (KeV) Figure 6 : Spectre de mouvement propre en fonction de différentes configurations 10

11 Les différentes caractéristiques citées précédemment, comme le blindage ou le système anticosmique, permettent de réduire sensiblement le fond continu et d éliminer de nombreux pics comme le montre l exemple donné sur la figure 6 pour une gamme d énergie comprise entre 0 et 120 kev Logiciel d acquisition et de traitement Le logiciel associé à l ensemble de mesure à très bas bruit de fond est Interwinner 5.0 [2]. Ce logiciel permet de gérer les acquisitions, de créer une table de radionucléides, d établir une courbe de rendement d absorption photoélectrique totale, de calculer une courbe d autoatténuation, de paramétrer les déconvolutions interactives, de réaliser un dépouillement automatique, etc. Lors de l utilisation de ce logiciel on s assure de la mise à jour des données concernant les différents radionucléides que l on recherche, au moyen de la base de données NUCLEIDE [3]. 3.2 Géométrie de l échantillon La première étape consiste à déterminer la meilleure géométrie de mesure, forme de l échantillon et distance source-détecteur, en fonction de la masse de phosphogypse fournie par l AIEA. Cela revient à optimiser la forme du conteneur en tenant compte de l angle solide de mesure et tout en choisissant une distance de mesure suffisante pour s affranchir des problèmes de coïncidences. Ces contraintes s ajoutent au fait que le taux de comptage doit être suffisant sur la chaîne de mesure anti-cosmique utilisée afin d avoir des durées d acquisition compatibles avec les contraintes d utilisation de la chaîne de mesure. Compte tenu de la densité du matériau (sorte de plâtre), proche de 1 g.cm -3, le volume du conteneur devait être d environ 200 cm 3 dans la mesure où l AIEA fournissait une masse d environ 250 g. En effet, le tassement de l échantillon étant fonction de l opérateur, il était nécessaire de prévoir une marge de sécurité quand aux dimensions du conteneur pour éviter de se retrouver avec un conteneur trop grand par rapport à la quantité de phosphogypse fournie. Le risque était de se retrouver avec une partie non comblée dans le conteneur ce qui aurait pour conséquence de favoriser la migration du radon dans cette partie, et par conséquent de rendre l échantillon hétérogène Détermination du choix du matériau et des dimensions du conteneur de mesure. La matière constituant le conteneur de mesure ne doit pas être naturellement radioactive. Elle ne doit pas fixer les radionucléides et doit être facilement usinable. Le matériau correspondant à ces critères et utilisé depuis de nombreuses années au laboratoire est le plexiglas. L implantation du détecteur GeHP dans le cryostat est donnée par le constructeur et est représenté ci-après, figure 7. La fenêtre d entrée en carbone a une épaisseur de 0,5 mm et un diamètre de 63,5 mm. Le support du détecteur en aluminium a une épaisseur de 1 mm autour du détecteur avec 3 renforts en aluminium d épaisseur 2,5 mm. Le capot en aluminium, de forme cylindrique, a un diamètre externe de 82,5 mm. La forme du conteneur de mesure sera par conséquent de forme cylindrique, avec un volume de l ordre de 200 cm 3. Afin de déterminer en première approximation, par une étude géométrique de l angle solide, le diamètre et la hauteur du conteneur les mieux adaptés à la mesure des faibles activités, nous réalisons une représentation graphique (voir figure 8 ci-après) du couple détecteur-conteneur. Positionnés à 2 mm l un de l autre, on fait varier la hauteur et le diamètre du conteneur avec pour critère un volume constant de 200 cm 3. Le graphique comporte 4 conteneurs de diamètre et de hauteur suivants : - diamètre : 78 mm hauteur : 41,8 mm 11

12 - diamètre : 90 mm hauteur : 31,3 mm - diamètre : 100 mm hauteur : 25,6 mm - diamètre : 110 mm hauteur : 21,0 mm Renfort Figure 7 : Schéma du détecteur GeHP fourni par le constructeur Ø : 11 0 m m Ø : 10 0 m m Ø : 9 0 m m Ø : 7 8 m m 64 mm 51 mm 4,5 mm 31,3 mm 21,0 mm 25,6 mm 41,8 mm épaisseur f enêtre : 0,5 mm Ø : 15 m m Ø : 66,0 m m Ø : 82,5 m m φ Figure 8 : Représentation graphique du couple détecteur-conteneur 12

13 La figure 8 montre, pour les différentes configurations de conteneur, les trajectoires les plus longues pouvant être parcourues par les photons pour atteindre le détecteur. Pour une distance donnée, l optimisation du rendement sera obtenue pour le meilleur compromis entre les critères suivants : - une faible autoatténuation dans l échantillon, c'est-à-dire une épaisseur d échantillon traversée la plus faible possible, - un angle solide adapté à la géométrie de mesure pour éviter les problèmes de perte de comptage sur le support en aluminium entourant la fenêtre d entrée du détecteur, - une épaisseur pour le fond du conteneur la plus faible possible afin d éviter une trop importante atténuation tout en pouvant supporter les contraintes liées à la mise en place du phosphogypse. La prise en compte de ces différents facteurs doit permettre d éviter une chute trop importante du rendement dans les basses énergies. Après étude, l optimisation de ces trois principaux critères semble converger vers un conteneur de diamètre 100 mm et de hauteur 2,56 mm (Voir figure 8). L épaisseur du fond du conteneur est la plus faible valeur assurant une bonne tenue mécanique sans déformation du fond du conteneur, lors du tassement de l échantillon. Par expérience, cette épaisseur est fixée à un 1 mm. Une validation est toutefois assurée au moyen du logiciel de calcul de transfert de rendement ETNA en étudiant la valeur du rendement pour différentes configurations de conteneur et cela à deux distances différentes Simulations ETNA Le logiciel ETNA [4] permet de calculer les facteurs de transfert de rendement de détection entre une géométrie d étalonnage et une géométrie de mesure. Il est ici utilisé pour déterminer les paramètres géométriques (rayon et épaisseur) de l échantillon permettant un rendement optimal. Le volume étant fixé à 200 cm 3, le rayon de la matrice varie pour notre étude de 3,5 cm à 8 cm et son épaisseur est adaptée en fonction de celui-ci. Pour tous les calculs, les parois du conteneur ont une épaisseur de 1 mm pour assurer une bonne tenue mécanique. Les conditions de simulations en cm sont répertoriées dans le tableau ci-après avec le nom donné à chaque simulation. Rayon (cm) 3,5 3,8 4 4,2 4,5 4,8 5 5,5 7 8 Surface (cm 2 ) 38,5 45,4 50,3 55,4 63,6 72,4 78, ,9 201,1 Epaisseur (cm) 5,20 4,41 3,98 3,61 3,14 2,76 2,55 2,10 1,30 0,99 Diamètre extérieur 7,2 7,8 8,2 8,6 9,2 9,8 10,2 11,2 14,2 16,2 (cm) NOM AIEA1 AIEA2 AIEA3 AIEA4 AIEA5 AIEA6 AIEA7 AIEA8 AIEA9 AIEA10 Tableau 1 : configurations des différentes simulations ETNA Pour chacune des configurations, le calcul est effectué pour un échantillon situé à 2 mm et 5 cm du détecteur pour des énergies variant entre 20 kev et 2 MeV. Par expérience, on peut considérer qu à partir de 5 cm on réduit la plupart des problèmes de coïncidences et il n est donc pas nécessaire de faire des simulations pour des distances plus éloignées du détecteur. Pour notre simulation, il a été considéré arbitrairement que le rendement d une source ponctuelle à 5 cm était de 1. On étudie alors le transfert de rendement pour les différentes 13

14 configurations nous intéressant afin de trouver laquelle donne le rendement le plus important. Les résultats obtenus à 2 mm sont présentés sur la figure 9 : Evolution du transfert de rendement à 2 mm 0,022 0,020 0,018 Transfert de rendement 0,016 0,014 0,012 0,010 0,008 0,006 AIEA1 AIEA2 AIEA3 AIEA4 AIEA5 AIEA6 AIEA7 AIEA8 AIEA9 AIEA10 0, Energie (kev) Figure 9 : Transfert de rendement simulé à 2 mm du détecteur pour les différentes configurations de conteneur La figure 9 regroupe les facteurs de transfert de rendement obtenus à partir d une source ponctuelle se situant à 5 cm du détecteur pour les différentes configurations présentées dans le tableau 1. Les résultats obtenus montrent, que pour une mesure à 2 mm du détecteur, la configuration AIEA8 présente le transfert de rendement le plus important et ceci quelle que soit l énergie. Les résultats obtenus pour les configurations AIEA7 et 6 sont très proches ce qui permet de déterminer un rayon optimal pour le conteneur entre 4,8 et 5,5 cm. Toutefois, ces conditions entraînent forcément des problèmes liés aux coïncidences vraies difficilement corrigeables et donc source d erreur. Une seconde simulation est alors réalisée à 5 cm, distance qui permet de s affranchir, à quelques pourcents près, des problèmes de coïncidences. Toutefois, ces études à 2 mm et à 5 cm permettent de voir l évolution du transfert de rendement en fonction de la distance. Les résultats à 5 cm sont présentés sur la figure

15 Evolution du transfert de rendement à 5 cm 0,007 0,006 Transfert de rendement 0,005 0,004 0,003 0,002 AIEA1 AIEA2 AIEA3 AIEA4 AIEA5 AIEA6 AIEA7 AIEA8 AIEA9 AIEA10 0, Energie (kev) Figure 10 : Transfert de rendement simulé à 5 cm du détecteur pour les différentes configurations de conteneur Les résultats obtenus montrent que pour une mesure à 5 cm du détecteur, les simulations AIEA8, 9 et 10 sont équivalentes. La configuration 10 est la meilleure jusqu à 60 kev ensuite la configuration 9 présente le meilleur transfert de rendement jusqu à 2 MeV. A 5 cm, les dimensions optimales du conteneur sont donc comprises entre 5,5 et 8 cm pour le rayon. Toutefois, comme cela était attendu, le fait de reculer de 2 mm à 5 cm, pour réduire significativement les corrections de coïncidences X γ, γ γ, abaisse le rendement d un facteur 3 environ. Ce compromis est nécessaire pour avoir une incertitude de mesure qui soit la plus faible possible Forme et dimensions du conteneur A partir des deux études menées précédemment, les dimensions finalement choisies pour le conteneur de phosphogypse sont présentées sur la figure 11 ci-après : Figure 11 : Dimensions du conteneur (cotes en mm) 15

16 Le rayon du conteneur est de 50 mm, pour une hauteur de remplissage de 25 mm, ce qui correspond au cas AIEA7. La géométrie du conteneur étant définie, la difficulté réside maintenant dans le remplissage de celui-ci avec, dans un premier temps les solutions étalons qui vont servir à l étalonnage du détecteur. Ensuite avec le conditionnement de l échantillon réalisé à partir du matériau fourni par l AIEA. Ces deux étapes sont détaillées dans les paragraphes suivants. 3.3 Solutions étalons Préparation des sources étalons Afin de pouvoir étalonner le détecteur sur la gamme d énergie souhaitée, trois conteneurs ont été préparés dans la même géométrie que celle utilisée pour l échantillon de phosphogypse à mesurer : - un conteneur avec un mélange 241 Am et 133 Ba, avec des activités massiques respectives de 25,1 Bq.g -1 et 21,1 Bq.g -1 à la date du 20/02/07, - un conteneur avec un mélange multi-gamma, issu de tests inter-laboratoires, PTI R52 préparé par le LNE-LNHB, (mélange de 57 Co 60 Co, 65 Zn, 85 Sr, 88 Y, 113 Sn et 124 Sb avec une activité massique totale de 1 Bq.g -1 ), - un conteneur avec du 210 Pb d activité massique 75,7 Bq.g -1 le 01/02/2002. Chaque conteneur est préalablement traité avec une solution d entraîneur selon la procédure suivante : - remplissage des conteneurs avec une solution d entraîneur, - stockage pendant 24 heures, - le conteneur est vidé et séché. Ce traitement permet la saturation des parois du conteneur en isotopes stables afin d éviter lors du remplissage l adsorption par les parois des isotopes radioactifs contenus dans l échantillon, ce qui pourrait compromettre l homogénéité de l échantillon et, par là même, la qualité des résultats. Pour le mélange 241 Am et 133 Ba, la composition de la solution d entraîneurs est de 10 µg.g 1 de EuCl 3 et de 39 µg.g -1 de BaCl 2,2H 2 O dans HNO 3 1M. Pour la solution issue de l exercice PTI R52, la solution d entraîneurs est un mélange à 10 µg.g -1 de chaque élément sous forme de sel (CoCl 2,6H 2 O ; YCl 3,6H 2 O ; SnCl 4,5H 2 O), de 11 µg.g -1 de strontium sous forme de SrCl 2,6H 2 O et de 26 µg.g -1 de zinc sous forme de ZnCl 2 dans HCl 2N. Pour la solution de 210 Pb, la solution d entraîneur est une solution de Pb(NO 3 ) 2 dont la concentration est de 20,7 µg.g -1 soit 13 µg.g -1 en plomb dans HNO 3 1M Remplissage des conteneurs avec les solutions étalons Chaque couvercle de conteneur est percé de deux trous, comme le montre la figure 12, avec un pas de vis pour permettre le remplissage de la solution. Celle-ci est introduite grâce à une pipette de 10 ml par l un des trous. Il faut que chaque conteneur soit complètement rempli sans bulle d air résiduelle pour obtenir un étalon parfaitement homogène. En fin de remplissage, la solution est introduite jusqu à effleurement de celle-ci au sommet des trous. La première vis est alors mise en place alors que dans le même temps le surplus de solution est prélevé grâce à une pipette. Lors du serrage de la vis, un joint en silicone est placé en dessous afin d assurer l étanchéité. 16

17 Une fois la première vis fixée, la seconde est vissée en prenant garde à ne pas laisser de bulle d air dans le conteneur. Tout comme pour la première vis, le surplus de solution est enlevé au fur et à mesure. L opération d étanchéité, au moyen du joint en silicone, est répétée sur la deuxième vis. L ensemble est laissé à sécher pendant 24 heures pour s assurer que les joints en silicone sont bien secs. Toutes les opérations de remplissage sont réalisées par pesées, les conteneurs étant pesés vides puis une fois remplis. La figure 12 montre les conteneurs étalons de la solution PTI R52 et du mélange 241 Am- 133 Ba. Figure 12 : Conteneurs remplis des solutions étalons PTI R52 et du mélange 241 Am- 133 Ba Les caractéristiques de remplissage des conteneurs se trouvent dans le tableau 2 suivant : Masse (g) Incertitude (g) Densité PTI R52 202,567 0,060 1, Am- 133 Ba 201,309 0,060 1, Pb 200,681 0,060 1,0001 Tableau 2 : Caractéristiques des conteneurs étalons Remplissage du conteneur avec l échantillon de phosphogypse Une vingtaine d étapes environ ont été nécessaires au remplissage du conteneur avec l échantillon de phosphogypse. A chaque étape, une petite quantité d échantillon est introduite avec une spatule dans le volume du conteneur (Figure 13a), et l ensemble est tassé grâce à un pilon métallique de diamètre inférieur au diamètre interne du conteneur (Figure 13b). 17

18 a) Remplissage du conteneur b) Tassement de l échantillon Figure 13 : Représentation des deux phases d une étape Le conteneur est entièrement rempli afin de ne pas laisser d espace vide pouvant entraîner une accumulation de 222 Rn dans cet interstice ce qui, comme pour les solutions étalons, poserait un problème d homogénéité de l échantillon. La Figure 14 montre le conteneur une fois rempli. Figure 14 : Conteneur rempli de phosphogypse Une fois le conteneur rempli de phosphogypse, la dernière étape consiste à mettre en place un couvercle plein fixé sur l ensemble au moyen de vis, l étanchéité étant assurée par un joint. La figure 11 montrant le schéma de principe du conteneur permet de visualiser la partie du couvercle s emboitant sur le conteneur assurant ainsi le tassement de l échantillon et par la même l absence d espace propice à la migration de 222 Rn. Le conteneur est pesé vide puis rempli pour déterminer la masse de phosphogypse introduite. Une masse de (203,336 ± 0,020) g de phosphogypse a été introduite dans le conteneur Détermination de la teneur en eau du phosphogypse Les résultats demandés par l AIEA devant être fournis pour de la masse sèche, il faut déterminer la teneur en eau de l échantillon une fois conditionné. Pour cette détermination, le protocole fourni par l AIEA a été suivi scrupuleusement. Trois fractions d environ 5 g d échantillon sont introduites dans des béchers, pesées et mis à l étuve pendant une nuit à 80 C. Après une nuit, les échantillons sont de nouveau pesés après refroidissement dans une boite en plexiglas contenant un dessiccant. La masse d eau évaporée est calculée par différence de pesées. Le rapport masse d eau sur masse d échantillon est ensuite calculé. Les résultats sont présentés dans le tableau 3 ci-après : 18

19 Masse d échantillon* (g) Masse d eau (g) Incertitude (g) Rapport 4,5294 0,0430 0,0006 9,5E-03 5,3576 0,0489 0,0006 9,1E-03 4,9289 0,0448 0,0006 9,1E-03 Moyenne 9,2E-03 Ecart-type 0,2E-03 Tableau 3 : Résultats obtenus sur les fractions de 5 g * les masses données dans le tableau sont les masses avant le passage à l étuve. Bien que cela ne soit pas demandé dans le protocole, la même opération est réalisée sur le conteneur et les résultats sont présentés dans le tableau 4 : Masse d échantillon (g) Masse d eau (g) Incertitude(g) Rapport 203,336 1,534 0,020 7,5E-03 Tableau 4 : Résultats obtenus sur l échantillon de phosphogypse Une petite différence entre la valeur moyenne du rapport trouvée pour les petites fractions et le rapport pour l échantillon complet peut être observée. Le phosphogypse absorbant l humidité ambiante, on peut expliquer cette différence par le fait que le conteneur est étanche alors que ce n est pas le cas des trois prélèvements qui se trouvaient à l air libre. 4. Etalonnage 4.1 Conditions de mesure en sources liquides Les sources étalons réalisées, il est possible d étalonner le détecteur. Chaque source est placée à trois distances différentes : contact, 5 cm et 8 cm. Pour les résultats, les spectres à 8 cm seront utilisés mais les deux autres acquisitions devraient permettre d observer les problèmes de coïncidences et l impact qu ils peuvent avoir sur les résultats en fonction de la distance. Le temps d acquisition à 8 cm est de 3 jours pour le mélange 241 Am- 133 Ba et pour la solution R52. La solution étalon de plomb a été mesurée pendant 5 jours. Le spectre obtenu pour la solution R52 est donné sur la figure 15 à titre d exemple : 19

20 Figure 15 : Spectre de la solution étalon du mélange R52 A ce stade, les trois spectres obtenus sont étudiés et le surfaçage des pics effectué. Ce surfaçage peut être réalisé automatiquement mais il est préférable de faire une vérification pic par pic et de faire un ajustement le cas échéant. 4.2 Résultats Dans un premier temps, il faut créer dans le logiciel Interwinner, pour chacune des solutions étalons, un fichier d activité spécifiant les caractéristiques des solutions étalons à la date de référence. Dans ce fichier, on indique le radionucléide que l on doit trouver dans le spectre ainsi que son activité avec l incertitude qui lui est associée. Sur la figure 16 est présenté le fichier réalisé pour le mélange R52. Figure 16 : fichier d activité du mélange R52 Le même processus est appliqué pour les deux autres solutions. Il est très important, lors de ces opérations, de vérifier la date de référence de chacun des fichiers d activité. En effet, le 20

21 logiciel qui utilise ces fichiers pour l étalonnage, recalcule la surface de chacun des pics des radionucléides de chaque solution étalon à la date de référence (celle indiquée dans le fichier d activité) de la solution étalon. Une fois ces opérations terminées, il faut établir la courbe de rendement de notre détecteur appelée dans Interwinner «courbe d efficacité». Pour cela il faut faire : Fichier Ouvrir courbe d efficacité nouvelle et donner un nom à la courbe de rendement que l on souhaite créer. Puis, il faut spécifier que l on souhaite utiliser les trois spectres que nous venons de réaliser. Pour cela, faire : Traitement Utiliser spectre Entrer le nom du spectre. A ce stade, le programme demande le fichier d activité correspondant au spectre que nous venons d appeler. Après avoir vérifié les données s affichant sur l écran et choisi une «nature de courbe» de type ln(eff)=p[ln(e)], il faut valider. Cette opération est à renouveler pour chacune des solutions étalons. La courbe de rendement qui se trace au fur et à mesure doit encore être affinée car certains points pris en compte sont complètement en dehors de la courbe de régression. En effet, les points à 1325,51 et à 1355,11 kev de 124 Sb ainsi que celui à 2734,09 kev de 88 Y ne peuvent s intégrer à la régression obtenue. Leur faible intensité d émission, synonyme d un faible nombre de coups sous le pic correspondant, explique l écart par rapport à la courbe obtenue. L expérience de ce type d étude incite à supprimer ces valeurs afin d éviter un décalage de la régression dans cette gamme d énergie. La courbe obtenue est représentée sur la figure 17 ci-après: Figure 17 : Courbe de rendement obtenue sur Interwinner Afin de pouvoir travailler sur toute la gamme de mesure qui nous intéresse, une extrapolation aux faibles énergies est effectuée pour bien prendre en compte la chute du rendement, ce qui au niveau du lissage a une très légère incidence sur les autres points de la courbe à des 21

22 énergies supérieures. De plus, nous avons aussi extrapolé à 3000 kev dans l optique de pouvoir mesurer la raie gamma à 2614 kev de 208 Tl. La régression obtenue pour notre courbe de rendement est de degré Détermination des coefficients d atténuation de la matrice Lorsque l échantillon est conditionné, après un mois de stockage, il va être mesuré dans des conditions géométriques strictement identiques aux conditions d étalonnage du détecteur puisque les solutions étalons liquides ont été spécialement préparées dans ce but (paragraphe 3.3). Comme nous l avons évoqué au paragraphe 2.2, même si l échantillon et les solutions étalons ont des densités très proches, il faut quand même tenir compte de la différence d autoatténuation lors des deux mesures. 5.1 Détermination de la correction d autoatténuation La détermination de l autoatténuation dans un échantillon s exprime de la manière suivante : 1 C aut = ( 1 exp( µ ( E) / ρ) ρ x) (1) µ ( E) / ρ ρ x ( ) Expression dans laquelle µ(e) est le coefficient d atténuation linéique de l échantillon exprimé en cm -1, ρ est la masse volumique de ce même échantillon en g.cm -3 et x son épaisseur en cm. La correction d autoatténuation devant permettre de réaliser des mesures sur l échantillon de phosphogypse après un étalonnage sur des solutions de HNO 3 ou de HCl étalons, il est nécessaire de faire le rapport des autoatténuations entre ces deux matrices. Le coefficient de correction pour une solution HCl s exprime alors comme suit : C corr = ( µ ( E) / ρ) ( µ ( E) / ρ) Sol Phos ( 1 exp( µ ( E) / ρ) Phos ρ x) ( 1 exp( µ ( E) / ρ) ρ x) Sol (2) Pour la solution étalon de HCl, la densité est de 1,033 g/cm 3. De plus, on sait qu il s agit d une solution à 2 mol.l -1 ce qui permet d en déduire la composition massique. A partir de celle-ci, il est possible d obtenir la courbe de µ(e)/ρ grâce au programme XCOM [5] ; cette courbe est représentée sur la figure 18. Les coefficients d atténuation massique, pour la gamme d énergie nous concernant, sont ainsi connus pour les solutions étalons. Au regard de l équation (2), la seule inconnue subsistant dans l équation est le coefficient d atténuation linéique du phosphogypse. Sa densité a été préalablement déterminée lors du conditionnement de l échantillon et est de 1,028 g.cm

23 10 1 µ en cm 2 /g 0,1 0, Energie en kev Figure 18 : Courbe des coefficients d atténuation massique des solutions étalons HCl 2N 5.2 Détermination du coefficient d atténuation linéique du phosphogypse Principe La détermination du coefficient d atténuation linéique d un échantillon se fait en utilisant la loi de Beer-Lambert qui est rappelée ci-dessous : I µ ( E ) x ( E) I ( E) e = 0 (3) Expression dans laquelle I 0 est le faisceau parallèle de photons incidents, I le flux de photons transmis à travers l échantillon, µ le coefficient d atténuation linéique que l on cherche à déterminer en cm -1 et x l épaisseur de l échantillon en cm. L expression de µ est donc la suivante : 1 I 0 ( E) µ ( E) = ln (4) x I E L incertitude-type associée à la mesure de µ(e), u(µ), est donnée par la loi de propagation des incertitudes appliquée à l équation (4) ce qui permet d obtenir l équation (5) suivante : ( ) 2 u ( µ ) 2 µ 2 2 ( x) 1 u ( I) u ( I ) 2 u = x I I I 0 0 ln I 0 (5) 23

24 Les mesures des sources étalons et du phosphogypse sont réalisées dans le même conteneur il faut donc s affranchir de celui-ci, c est pourquoi deux acquisitions sont réalisées comme le montre le schéma de principe ci-après : I S I S Conteneur vide I 0 Phosphogypse I a) 1 ère mesure b) 2 ème mesure Figure 19 : Schéma de principe de la détermination du µ du phosphogypse Ces deux étapes permettent de s affranchir de conteneur et de ne quantifier que l atténuation liée au phosphogypse. Les mesures sont réalisées pour plusieurs sources multi-gamma afin de pouvoir établir la courbe µ(e) pour le phosphogypse de manière similaire à celle obtenue sur XCOM pour les solutions étalons Dispositif expérimental Pour pouvoir obtenir la courbe µ(e) sur la gamme d énergie qui nous intéresse, nous avons utilisé quatre sources : - une source de 137 Cs n 206, - une source de 133 Ba n 17969, - une source de 241 Am n 518A, - une source de 152 Eu n Ces sources permettent de couvrir une gamme d énergie allant de 26,34 kev (pic de 241 Am) à 1408,01 kev (pic de 152 Eu). Le montage expérimental utilisé est présenté ci-dessous : Source Conteneur vide Collimateurs Détecteur Figure 20 : montage expérimental 24

25 Les collimateurs en plomb présents sur la figure 20 sont ceux utilisés pour 152 Eu. En effet, pour s assurer que le faisceau de photons arrivant sur l échantillon est parfaitement parallèle les collimateurs sont dimensionnés pour arrêter les photons diffusés. Dans ce cas précis, l épaisseur totale des collimateurs en plomb était de 6,8 cm ce qui arrête 98,2 % des photons de 1408,01 kev, énergie la plus élevée de 152 Eu. L ensemble des éléments utilisés est mis en place au moyen d un niveau à bulle pour s assurer du parallélisme du faisceau de photons. Le montage étant en place, seul le conteneur vide ou celui contenant le phosphogypse bouge. Une acquisition est effectuée pour les deux configurations avec chacune des sources utilisées, ce qui correspond à huit spectres Résultats Les résultats obtenus sont présentés dans le tableau ci-après. Le surfaçage des pics des différents spectres a été effectué au moyen du logiciel Maestro. N ont été retenus pour nos mesures que 20 pics présentant une statistique de comptage suffisante. Source Energie I (kev) 0 /I µ (cm -1 ) µ/ρ (cm 2.g -1 Incertitude Incertitude ) relative(%) absolue (cm -1 ) 241 Am 26,4 80,167 1,754 1,693 1,0 0, Eu 39,5 8,213 0,8423 0,8133 0,42 0, Eu 45,5 4,707 0,6196 0,5983 0,54 0, Ba 53,2 3,215 0,467 0,451 1,5 0, Am 59,5 2,437 0,3564 0,3441 0,45 0, Ba 80,9 1,777 0,2300 0,2221 0,53 0, Eu 122,8 1,502 0,1628 0,1573 0,73 0, Eu 244,7 1,376 0,1276 0,1232 3,2 0, Ba 276,4 1,349 0,1197 0,1156 2,7 0, Ba 302,9 1,318 0,1104 0,1066 1,7 0, Eu 344,3 1,314 0,1091 0,1054 1,6 0, Ba 356,0 1,303 0,1057 0,1021 0,95 0, Ba 383,9 1,287 0,1009 0,0974 2,3 0, Cs 661,7 1,231 0,0833 0,0804 0,84 0, Eu 778,9 1,212 0,0769 0,0743 2,4 0, Eu 867,4 1,190 0,0697 0,0673 5,6 0, Eu 964,1 1,184 0,0677 0,0654 2,2 0, Eu 1086,41 1,169 0,0625 0,0604 3,3 0, Eu 1112,1 1,174 0,0640 0,0618 2,4 0, Eu 1408,0 1,149 0,0555 0,0536 1,8 0,0010 Tableau 5: résultats obtenus pour le coefficient d atténuation linéique du phosphogypse Ces résultats permettent d obtenir la courbe présentée sur la figure 21 : 25

26 Figure 21 : Courbe des coefficients d atténuation massiques du phosphogypse La figure 22 compare les deux courbes des coefficients d atténuation massique de l acide chlorhydrique et du phosphogypse. Figure 22 : Superposition des courbes des coefficients d atténuation massiques 26

27 La superposition des deux courbes permet de mettre en évidence que, pour les énergies inférieures à 100 kev, le coefficient d atténuation du phosphogypse est beaucoup plus important que celui des solutions étalons ce qui entraîne une forte correction. Au delà de 100 kev, c est le coefficient d atténuation massique des solutions étalons qui est légèrement plus élevé que celui du phosphogypse mais la correction reste toujours inférieure à 1 %. La courbe de correction de l autoatténuation obtenue dans Interwinner est donc la suivante : Figure 23 : Courbe de correction de l autoatténuation obtenue sur Interwinner Remarque : Pour obtenir cette courbe il a fallu extrapoler la courbe donnant les coefficients d atténuation massique du phosphogypse jusqu à plus de 2600 kev afin de pouvoir par la suite, lors de l exploitation des résultats, utiliser la raie de 208 Tl à 2614,51 kev. Il faut souligner que cette raie n est pas la seule permettant de déterminer l activité de 208 Tl, mais elle nous permettra de valider les résultats obtenus avec des énergies plus faibles. 6. Mesure de l échantillon 6.1 Conditions de mesures Les mesures ont lieu environ un mois après le conditionnement de l échantillon afin que l équilibre de la chaîne de 238 U soit rétabli. En effet, avant le conditionnement de notre échantillon, le 222 Rn qui est un gaz s échappe et la chaîne n est plus à l équilibre. Notre matrice de phosphogypse, qui possède un joint d étanchéité et maintient le 222 Rn dans l échantillon, permet en attendant environ dix périodes du 222 Rn (3,82 jours) de rétablir l équilibre avec le 226 Ra. Des mesures sont réalisées dans différentes conditions : au contact, à 5 cm et à 8 cm. Comme prévu, les mesures effectuées au contact laissent apparaître des problèmes liés aux coïncidences. Les spectres à 8 cm sont donc utilisés pour fournir les résultats officiels à 27

28 l AIEA, et le dépouillement des spectres à 5 cm a permis de confirmer les résultats obtenus. Les temps de mesure pour les trois spectres à 8 cm sont de 838 h, 504 h et 520 h. 6.2 Acquisitions Spectre de mouvement propre Le spectre de mouvement propre a été réalisé sur une durée de 838 h qui est également la durée d acquisition du spectre réalisé à 8 cm. Figure 24 : Spectre du bruit de fond réalisé sur 838 heures Ce spectre permet de prendre en compte la contribution déjà existante de certains pics, inhérente à l installation Spectre de mesure Le spectre présenté sur la figure 25 est obtenu pour un temps de comptage de 838 h. Cet exemple montre la complexité du traitement de ce type de spectre dans la mesure où l on dénombre 182 raies ce qui implique un grand nombre d interférences entre les différents éléments des chaînes à étudier. 28

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Guide méthodologique pour l acceptation de déchets présentant une radioactivité naturelle dans les installations classées d élimination

Guide méthodologique pour l acceptation de déchets présentant une radioactivité naturelle dans les installations classées d élimination R A P P O R T Guide méthodologique pour l acceptation de déchets présentant une radioactivité naturelle dans les installations classées d élimination Partie 1 : Guide méthodologique DEI/SARG/2006-009 DIRECTION

Plus en détail

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE

- MANIP 2 - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE - MANIP 2 - - COÏNCIDENCES ET MESURES DE TEMPS - APPLICATION À LA MESURE DE LA VITESSE DE LA LUMIÈRE L objectif de cette manipulation est d effectuer une mesure de la vitesse de la lumière sur une «base

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E

LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON - A L G A D E LA RADIOACTIVITE NATURELLE RENFORCEE CAS DE LA MESURE DU RADON Sylvain BERNHARD - Marion DESRAY - A L G A D E Membre de l UPRAD, Union Nationale des Professionnels du Radon LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C 11 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 129 Chapitre 11: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les

Plus en détail

Mesures et incertitudes

Mesures et incertitudes En physique et en chimie, toute grandeur, mesurée ou calculée, est entachée d erreur, ce qui ne l empêche pas d être exploitée pour prendre des décisions. Aujourd hui, la notion d erreur a son vocabulaire

Plus en détail

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4

Comment suivre l évolution d une transformation chimique? + S 2 O 8 = I 2 + 2 SO 4 Afin d optimiser leurs procédés, les industries chimiques doivent contrôler le bon déroulement de la réaction de synthèse menant aux espèces voulues. Comment suivre l évolution d une transformation chimique?

Plus en détail

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1

TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité 1 TSTI 2D CH X : Exemples de lois à densité I Loi uniforme sur ab ; ) Introduction Dans cette activité, on s intéresse à la modélisation du tirage au hasard d un nombre réel de l intervalle [0 ;], chacun

Plus en détail

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation

Chapitre 6. Réactions nucléaires. 6.1 Généralités. 6.1.1 Définitions. 6.1.2 Lois de conservation Chapitre 6 Réactions nucléaires 6.1 Généralités 6.1.1 Définitions Un atome est constitué d électrons et d un noyau, lui-même constitué de nucléons (protons et neutrons). Le nombre de masse, noté, est le

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

TPG 12 - Spectrophotométrie

TPG 12 - Spectrophotométrie TPG 12 - Spectrophotométrie Travail par binôme Objectif : découvrir les conditions de validité et les utilisations possibles de la loi de Beer-Lambert I- Tracé de la rosace des couleurs Choisir un des

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie

Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Chapitre 5 : Noyaux, masse et énergie Connaissances et savoir-faire exigibles : () () (3) () (5) (6) (7) (8) Définir et calculer un défaut de masse et une énergie de liaison. Définir et calculer l énergie

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777)

Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) 1ère S Meine Flüssigkeit ist gefärbt*, comme disaient August Beer (1825-1863) et Johann Heinrich Lambert (1728-1777) Objectif : pratiquer une démarche expérimentale pour déterminer la concentration d une

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

TP 3 diffusion à travers une membrane

TP 3 diffusion à travers une membrane TP 3 diffusion à travers une membrane CONSIGNES DE SÉCURITÉ Ce TP nécessite la manipulation de liquides pouvant tacher les vêtements. Le port de la blouse est fortement conseillé. Les essuie tout en papier

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser

TP vélocimétrie. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser TP vélocimétrie Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité ATTENTION : le faisceau du Hélium-Néon utilisé dans cette salle est puissant (supérieur à 15 mw). Il est dangereux et peuvent provoquer des

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 2005

Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 2005 Evaluation des performances du spectromètre portable de fluorescence X Niton XL723S (au laboratoire et sur le terrain) BRGM/RP-53377-FR Avril 25 Evaluation des performances du spectromètre portable de

Plus en détail

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection Référence : LIST/DM2I/LNHB/14-0470/LdC-dr Saclay, le 10 octobre 2014 Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Plus en détail

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE

A retenir : A Z m n. m noyau MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE CP7 MASSE ET ÉNERGIE RÉACTIONS NUCLÉAIRES I) EQUIVALENCE MASSE-ÉNERGIE 1 ) Relation d'équivalence entre la masse et l'énergie -énergie de liaison 2 ) Une unité d énergie mieux adaptée 3 ) application 4

Plus en détail

Chape sèche FERMACELL

Chape sèche FERMACELL Chape sèche Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Chape sèche de haute qualité adaptée à divers domaines d utilisation,

Plus en détail

P17- REACTIONS NUCLEAIRES

P17- REACTIONS NUCLEAIRES PC A DOMICILE - 779165576 P17- REACTIONS NUCLEAIRES TRAVAUX DIRIGES TERMINALE S 1 Questions de cours 1) Définir le phénomène de la radioactivité. 2) Quelles sont les différentes catégories de particules

Plus en détail

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde.

A chaque couleur dans l'air correspond une longueur d'onde. CC4 LA SPECTROPHOTOMÉTRIE I) POURQUOI UNE SUBSTANCE EST -ELLE COLORÉE? 1 ) La lumière blanche 2 ) Solutions colorées II)LE SPECTROPHOTOMÈTRE 1 ) Le spectrophotomètre 2 ) Facteurs dont dépend l'absorbance

Plus en détail

Thème Le domaine continental et sa dynamique

Thème Le domaine continental et sa dynamique Thème Le domaine continental et sa dynamique 1 Chapitre I Caractérisation du domaine continental - I - Les caractéristiques de la lithosphère continentale 1) La nature de la croûte continentale Rappels

Plus en détail

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique.

Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. Utilisation d un tableur dans l exploitation des courbes de dosage spectrophotométrique. A METHODE DE LA GAMME D ETALONNAGE... 1 1. Saisie des valeurs... 1 2. Tracé de la gamme d étalonnage... 2 3. Modélisation

Plus en détail

USM Vision 1.2 Solution complète de contrôle pour soudures pour augmenter la productivité dans la fabrication des nouveaux tuyaux d usage industriel

USM Vision 1.2 Solution complète de contrôle pour soudures pour augmenter la productivité dans la fabrication des nouveaux tuyaux d usage industriel GE Measurement & Control NEW USM Vision 1.2 Solution complète de contrôle pour soudures pour augmenter la productivité dans la fabrication des nouveaux tuyaux d usage industriel 16/128 16/128 16/128 Scan

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire :

Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : Spectrophotométrie - Dilution 1 Dilution et facteur de dilution. 1.1 Mode opératoire : 1. Prélever ml de la solution mère à la pipette jaugée. Est-ce que je sais : Mettre une propipette sur une pipette

Plus en détail

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE

ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE 0-06 Novembre, 00, Sousse,Tunisie ESTIMATION DE LA HAUTEUR D UN LIT DE STOCKAGE DE L ENERGIE THERMIQUE UTILISANT UN MATERIAU A CHANGEMENT DE PHASE A. Benmansour A. Benzerdjeb Laboratoire de mécanique appliquée,

Plus en détail

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission

C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1re B et C C4 Réactions nucléaires, radioactivité et fission 30 C4: Réactions nucléaires, radioactivité et fission 1. Définitions a) Nucléides (= noyaux atomiques) Les nucléides renferment les nucléons:

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

GASMAN II MANUEL D UTILISATION

GASMAN II MANUEL D UTILISATION ANALYSE DETECTION SECURITE GASMAN II MANUEL D UTILISATION SOMMAIRE 1. INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------------------------- P 2 2. CARACTERISTIQUES DE L APPAREIL----------------------------------------------------

Plus en détail

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve

10. Instruments optiques et Microscopes Photomètre/Cuve 0. Instruments s et Microscopes GENERAL CATALOGUE 00/ Cuve à usage unique pour spectrophotomètre Cuve jetable, moulée en et en pour UV. Avec parois traitées Kartell ment pour une transparence optimale

Plus en détail

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226.

THE SEPARATION OF A TRACER FOR THE RADIOCHEM1CAL ANALYSIS OF RADIUM 226. CEA-R 2419 - BUTAYE Michel ISOLEMENT D'UN TRACEUR POUR L'ANALYSE RAJDIOCHIMIQUE DU RADIUM 226. 223 Sommaire.- Ce rapport décrit une méthode d'isolement du Ra à partir d'un minerai d'uranium et son utilisation

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA 3-1 : Physique Chapitre 8 : Le noyau et les réactions nucléaires Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Finalité du chapitre

Plus en détail

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX

Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX Chapitre n 6 MASSE ET ÉNERGIE DES NOYAUX T ale S Introduction : Une réaction nucléaire est Une réaction nucléaire provoquée est L'unité de masse atomique est une unité permettant de manipuler aisément

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1

CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Réf. : 13CSFL35 CARACTERISTIQUES GENERALES DES LEVURES DE BOULANGERIE 1 Mis à jour en Décembre 2012 Préambule Ce document a pour objet de fournir les caractéristiques générales des levures fraîches de

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution :

SP. 3. Concentration molaire exercices. Savoir son cours. Concentrations : Classement. Concentration encore. Dilution : SP. 3 Concentration molaire exercices Savoir son cours Concentrations : Calculer les concentrations molaires en soluté apporté des solutions désinfectantes suivantes : a) Une solution de 2,0 L contenant

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE

LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE LE COSMODETECTEUR : UN EXEMPLE DE CHAÎNE DE MESURE Enseignement : 1 ère STL Mesures et instrumentation Thème : Instrumentation : Instruments de mesure, chaîne de mesure numérique Notions et contenus :

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux

Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux Revue des Energies Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (2007) 47 52 Recuit sous hydrogène des couches du silicium poreux F. Otmani *, Z. Fekih, N. Ghellai, K. Rahmoun et N.E. Chabane-Sari Unité de Recherche

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

Isoler les gaines techniques

Isoler les gaines techniques ROCKplak - rockcalm est un complexe isolé en laine de roche mono densité rigide collé à 2 parements en plaque de plâtre 12,5 mm hydrofugé à bords amincis. ROCKCALM est un panneau de laine de roche mono

Plus en détail

Les ondes au service du diagnostic médical

Les ondes au service du diagnostic médical Chapitre 12 Les ondes au service du diagnostic médical A la fin de ce chapitre Notions et contenus SAV APP ANA VAL REA Je maitrise Je ne maitrise pas Signaux périodiques : période, fréquence, tension maximale,

Plus en détail

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie

application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie application de la psychrométrie par thermocouple en pédologie et en phytologie La mesure de 1* état énergétique de 1* eau contenue dans le sol et les tissus végétaux complète celle de la teneur en eau

Plus en détail

MONTAGE ET MODE D EMPLOI

MONTAGE ET MODE D EMPLOI MONTAGE ET MODE D EMPLOI et L appareil d alerte ultime avec détecteur pour Gaz liquide (propane/butane) et gaz naturel (méthane) Gaz narcotique. 1. GENERALITES Vous avez acheté un système d alarme KombiAlarm

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur

Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING. Guide du monteur Conseils pratiques Comment monter son installation REFRIGERATION AND AIR CONDITIONING Guide du monteur Contenu Page Comment monter son installation?...3 Procédé...3 Planification...3 Positionnement des

Plus en détail

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse

Mesures de PAR. Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Densité de flux de photons utiles pour la photosynthèse Le rayonnement lumineux joue un rôle critique dans le processus biologique et chimique de la vie sur terre. Il intervient notamment dans sur les

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7

SGN CLIENT SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 DIFFUSION LIMITEE AREVA SGN Page : 3 / 52 SOMMAIRE 1 OBJET ET CONTEXTE...6 2 PRESENTATION GENERALE DU STOCKAGE DE SEDIMENTS...7 2.1 PRESENTATION DU STOCKAGE...7 2.2 LES PRODUITS STOCKES...7 2.3 DONNEES

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE

PROPOSITION TECHNIQUE ET FINANCIERE Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Votre correspondant : Romain CRESSON INRA Transfert Environnement Avenue des Etangs Narbonne, F-11100, France Tel: +33 (0)4 68 46 64 32 Fax: +33 (0)4 68 42 51

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Thermographie sur les vitrages

Thermographie sur les vitrages Thermographie sur les vitrages Par Martin Veillette, ing. 28 décembre 2011 J ai été mandaté par Solution Thermos pour faire des essais sur plusieurs types de vitrages : double, triple, faible émissivité

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport.

TRANSPORT. Prendre toutes dispositions pour éviter que le reste du chargement vienne heurter l appareil au cours du transport. TRANSPORT L appareil est disposé dans le sens de la longueur dans le véhicule. Les galets doivent être démontés et peuvent être fixés à l envers sur les soubassements ou emballés dans un carton à l intérieur

Plus en détail

Fiable, sûr et économique Mesure de niveau par pression différentielle électronique avec cellules métalliques ou céramiques

Fiable, sûr et économique Mesure de niveau par pression différentielle électronique avec cellules métalliques ou céramiques Products Solutions Services Fiable, sûr et économique Mesure de niveau par pression différentielle électronique avec cellules métalliques ou céramiques Pression 2 Mesure de pression différentielle traditionnelle

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE

COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT. Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE COURS D ACOUSTIQUE DU DU BATIMENT Chapitre 1 : NOTIONS DE BASE Chapitre 2 : LES SOURCES DE BRUIT Chapitre 3 : ISOLATION ACOUSTIQUE DES PAROIS Chapitre 4 : ACOUSTIQUE DES LOCAUX CORRECTION ACOUSTIQUE Chapitre

Plus en détail

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie

Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation. d une mesure. Titre : mesure de concentration par spectrophotométrie Classe : 1 ère STL Enseignement : Mesure et Instrumentation THEME du programme : mesures et incertitudes de mesures Sous-thème : métrologie, incertitudes Extrait du BOEN NOTIONS ET CONTENUS Mesures et

Plus en détail

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00

MESURES DE DILATOMETRIE SUR DEUX NUANCES D ACIER INOX : 1.4542 ET 1.4057 le 04/01/00 1 EIDGENÖSSISCHE TECHNISCHE HOCHSCHULE LAUSANNE POLITECNICO FEDERALE DI LOSANNA SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY LAUSANNE DEPARTEMENT DE MICROTECHNIQUE INSTITUT DE PRODUCTION MICROTECHNIQUE CH - 1015

Plus en détail

33-Dosage des composés phénoliques

33-Dosage des composés phénoliques 33-Dosage des composés phénoliques Attention : cette manip a été utilisée et mise au point pour un diplôme (Kayumba A., 2001) et n a plus été utilisée depuis au sein du labo. I. Principes Les composés

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation

Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation TP Bleu comme un Schtroumpf Démarche d investigation Règles de sécurité Blouse, lunettes de protection, pas de lentilles de contact, cheveux longs attachés. Toutes les solutions aqueuses seront jetées

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS

TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS TRANSFERT DE CHALEUR ETUDE D'UN ECHANGEUR A PLAQUES ET JOINTS Manip n 9 Avril 2014 J. ALBET P. de CARO C. SAUDEJAUD 2 ème Année ATELIER INTER UNIVERSITAIRE DE GENIE DES PROCEDES Objectifs de la manipulation

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN

Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT/DOC Analyse spectrale : Spectroscopies IR et RMN Objectifs : Exploiter un spectre infrarouge pour déterminer des groupes caractéristiques Relier un spectre

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION FONDATIONS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES FONDATIONS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Déterminez la nature des fondations : matériaux utilisés (béton, blocs de béton, pierres) ;

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail