Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination"

Transcription

1 Thème 3 : Théorie de l agence et problèmes de coordination Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Thèmes de recherche initiaux : macroéconomie et business cycles Contexte : A l époque, un déterminant majeur des business cycles était la fluctuation des ventes de voitures neuves Sa question : pourquoi tant de variation des ventes de voitures neuves? Pourquoi les agents achètent des voitures neuves plutôt que des voitures d occasion? Son intuition : l asymétrie d information des parties au contrat joue un rôle clé Prix Nobel en Trente ans avant, son article est rejeté des trois meilleures revues académiques en économie : «If this paper was correct, economics would be different»

2 Thème 3 Thème : Théorie 2 : Les de l agence décisions et des problèmes consommateurs de coordination Concepts de base Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Marché des véhicules d occasion Asymétrie d information entre les parties au contrat sur la qualité du bien échangé Le «modèle» : 2 qualités possibles : bonne ou mauvaise Autant de mauvaises voitures que de bonnes sur le marché Prix unique (P) sur le marché (les vendeurs n ont pas les moyens de signaler la qualité du bien échangé) Les bonnes voitures sont valorisées par les agents 3000 Les mauvaises voitures sont valorisées par les agents1500

3 Thème 3 Thème : Théorie 3 : Les de l agence décisions et des problèmes consommateurs de coordination Concepts de base Les problèmes d information George A. Akerlof : The Market for «Lemons»: Quality Uncertainty and the Market Mechanism (QJE, 1970) Espérance d utilité : 0,5* ,5*3000 = 2250 A ce prix, les acheteurs savent que les vendeurs de véhicules de bonne qualité font des pertes Les acheteurs refusent de payer 2250 pour des véhicules de mauvaise qualité Le prix se fixe à 1500 et seuls les véhicules de mauvaise qualité sont vendues. Résultat : Phénomène d anti-séléction qui conduit à l éviction des véhicules de bonne qualité On montre même que s il existe des véhicules dangereux sur le marché (espérance d utilité inférieure à 1500 ) absence de transaction fermeture du marché

4 On conserve exactement les mêmes hypothèses que le modèle néoclassique sauf une : La symétrie de l information Les modèles d agence considèrent le plus souvent deux agents : L agent : partie qui détient de l information privée sur son type ou sur le bien ou le service qu il propose à l échange (employé, vendeur ) Le principal : partie qui ne détient pas l information sur l agent ou les caractéristiques du bien ou du service qu il propose à l échange (employeur, acheteur )

5 Deux types de problèmes : Ex ante, avant la signature du contrat : problèmes de sélection adverse ou d antisélection Ex post, après la signature du contrat : problèmes d aléa moral ou de risque moral

6 La sélection adverse : Problème d information qui survient lorsqu il y a «inobservabilité d une caractéristique inaltérable du bien échangé» (Cahuc, 1998) Le prix n est plus un parfait signal du bien échangé : plusieurs qualités pour un même prix Exemple : Akerlof (1970), The Market for Lemons Conséquence possibles, à défaut de solutions : Eviction des produits / services de bonne qualité du marché Fermeture du marché

7 Quelles solutions aux problèmes de sélection adverse?: Signaling (Spence [1974]) Screening (Rotschild et Stiglitz [1976]) Objectif : obtention d un équilibre séparateur et non mélangeant

8 Quelles solutions aux problèmes de sélection adverse?: Signaling (Spence [1974]) Principe : la partie informée envoie un signal sur la qualité du service / du bien proposé à l échange. Le signaling est à l initiative de la partie qui détient l information : l agent Il doit être plus coûteux a envoyer pour les agents qui proposent des biens /services de mauvaise qualité Exemples : diplômes, contrôle technique.

9 Quelles solutions aux problèmes de sélection adverse?: Screening (Rotschild et Stiglitz [1976]) Principe : la partie non informée propose différents types de contrats que les agents vont choisir en fonction de leur type Le screening est à l initiative de la partie qui détient pas l information : le principal Exemples : marché des assurances

10 Quelles solutions aux problèmes de sélection adverse?: Screening (Rotschild et Stiglitz [1976]) L exemple du marché des assurances : Deux types d agents (risque d assurance élevé/faible) Deux types de contrats proposés par le principal : Contrat 1 : Franchise élevée, prime faible Contrat 2 : Franchise faible, prime élevée Auto-sélection : Les agents à haut risque vont choisir le contrat 2 alors que les agents dont le risque est faible vont préférer le contrat

11 Important : On ne retrouve pas l optimum de premier rang. Les dispositifs de révélation de l information font toujours supporter un coût supplémentaire aux agents de «bons types». Ex pour le marché des assurances en information parfaite : les agents à bas risque devraient se voir proposé un contrat avec une prime faible et une indemnisation à 100% ne reconnait pas directement l existence des coûts de transaction, même s il existe des coûts d agence (ensemble des coût supportés par les agents pour mettre au point les dispositifs de révélation de l information)

12 L aléa moral (ou risque moral) Avantage informationnel qui intervient après la signature du contrat Proviennent du fait que les agents peuvent entreprendre des actions non observables par le principal Ex : l employeur n observe qu imparfaitement les efforts entrepris par un employé. Seul l employé sait exactement quels sont les efforts qu il a fourni. Il détient donc un avantage informationnel: il peut prétendre avoir fourni davantage d efforts que ce qu il a fait en réalité Les problèmes d agence n ont de conséquence que dans les situations où les intérêts de l agent et du principal sont contradictoires

13 L aléa moral (ou risque moral) Alea moral en action cachée : Le principal n observe qu imparfaitement le niveau d effort de l agent Recommandation de la théorie de l agence : proposer un contrat qui lie la rémunération de l agent a son niveau de production A défaut, l agent peut fournir un niveau d effort faible en prétextant que les mauvais résultats sont le résultat d aléas néfastes Le design du contrat dépend du degré d aversion au risque de l agent Le contrat maximiser l espérance d utilité de l agent sous deux contraintes : une contrainte d incitation et une contrainte de participation Dilemme incitation / assurance

14 L aléa moral (ou risque moral) Alea moral en information cachée : Le principal observe l action de l agent mais ne sait pas si elle est appropriée ou non Ex : relation patient médecin Une solution : principe de révélation de Myerson (1979) Proposer un contrat qui fasse en sorte que l agent soit indifférent entre dire la vérité et mentir. L agent annonce donc le vrai état de la nature. Problème : ces dispositifs sont très coûteux!

15 Les limites des incitations monétaires (non exhaustif) Output parfaitement observable et mesurable Output individualisable Output «objectif» Conflits potentiels entre les motivations extrinsèques et intrinsèques Peu applicable au travail en équipe (sensible au free-riding) Ces limites donnent toute leur importance à des motivations non monétaires : motivations organisationnelles

16 Quelques remarques conclusives : Des contrats complets, qui suffisent à la coordination des agents Des contrats théoriques plus complexes que ceux qu on observe en réalité La relation d agence se limite à un simple contrat (pas d autorité, pas de hiérarchie) Quid des dispositifs de contrôle organisationnels? Question du double risque moral (e.g. manipulation des critères d évaluation de la performance) Contrat de travail = contrat de long terme un moyen d obtenir sur la durée de l information sur le type de l agent et sur son niveau d effort Relation multi-agents et contrats fondés sur la performance relative

17 Quelques éléments de réponse aux questions du cas 3. Texte 1 & 2 1. En quoi la conjoncture économique peut-elle affecter l efficacite des rémunérations incitatives dans l entreprise? Baser la rémunération des agents sur des objectifs de performance peut s avérer problématique dès lors que, dans certaines périodes (crise, boom), l atteinte des objectifs n est plus corrélé aux efforts des agents. 2. Préciser les différences entre incitation monétaire et motivation au sein de l entreprise, et les formes qu elles peuvent prendre. Carrières, culture d entreprise, identification au groupe, identification à l objectif et aux valeurs de l entreprise peuvent compléter ou se substituer aux motivations purement monétaires. Des phénomènes de sélection adverse et d aléa moral peuvent voir le jour plus ou moins fréquemment selon les systèmes d incitations mis en place dans l entreprise

18 Quelques éléments de réponse aux questions du cas 3. Texte 3 Présenter les arguments en faveur et en défaveur des entretiens individuels d évaluation (EIE). Vous préciserez comment les EIE cherchent à répondre à des problèmes d agence. Discuter les conclusions de la note. Vous mettrez notamment en évidence que les problèmes d agence et les solutions apportées par les EIE peuvent être reliés à l incomplétude des contrats de travail. Stress vs. capacité pour les employés à expliciter leurs résultats. Dès lors que des dimensions de l effort des agents ne sont pas observables et ne sont pas totalement corrélées aux résultats observés par leur hiérarchie (asymétrie d information et impossibilité de mettre en place des contrats complets), il est utile pour l employé de transmettre de l information (non observable) à son Principal. Ce moment d écoute peut être perçu, par l employé, comme une indication de l attention portée par la hiérarchie à ses employés. On remarque que l EIE n est pas aussi fréquent pour les fonctions techniques «basiques» que pour les fonctions d encadrement plus complexe à évaluer (Cadre vs. ouvriers). Ce n est pas un hasard. Les problèmes d agence ne se posent pas avec la même acuité selon les entreprises (centralisées vs. décentralisées), les secteurs et les fonctions occupées par les employés.

19 Quelques éléments de réponse aux questions du cas 3. Question supplémentaire : 1. Donner une définition des problèmes d agence et expliquer en quoi ils génèrent des problèmes de coordination au niveau intra et inter-organisationnels? Ces problèmes d agence se retrouvent dès lors qu il y a un transfert du pouvoir de décision dans l entreprise et des asymétries d information. C est le cas dans certains contrats de travail, internes à l entreprise. Les problèmes d agence sont aussi présents dans les contrats interentreprise (Cf. cas des voitures d occasion dans l article d Akerlof 1970 présenté dans ces slides par la suite.)

Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4.

Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4. Quelques éléments de réponse aux questions du cas 4. Documents 1 & 2 (+ chapitres de référence) La définition selon laquelle «une entreprise est un lieu des contrats implicites entre des acteurs rationnels

Plus en détail

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché

Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Chapitre 4 La prise en compte de l informa6on dans le modèle de marché Microéconomie 2014/2015 Rappel Chapitre 1 Hypothèses du modèle canonique concurrence pure et parfaite: Atomicité des agents Biens

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

ECO 3.4 les asymétries d information

ECO 3.4 les asymétries d information ECO 3.4 les asymétries d information PARTIE ECO 3. La coordination par le marché 3.1 Qu'est-ce qu'un marché? 3.2 Comment un marché concurrentiel fonctionne t il? 3.3. Comment les marchés imparfaitement

Plus en détail

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information

Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Chapitre 3 La demande d assurance et les problèmes d information Objectifs du chapitre - Déterminer le partage de risque Pareto-optimal entre un assuré et un assureur. - Considérer l impact des coûts de

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts Paris Tech Stéphane Gallon s.gallon@amf-france.org https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 Séance 4 1 Microéconomie (statique) 1. Consommateur 2. Producteur

Plus en détail

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( )

A/. La théorie des marchés contingents ( ) ( ) MICROECONOMIE - 2 ème année de Sciences-Economiques Chapitre IV - Les défaillances du marché V. Les défaillances d'information [13/04/2001] En présence d'informations imparfaites, asymétriques (les agents

Plus en détail

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque

LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque. LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque LE RATIONNEMENT DU CREDIT Cours de Finance et Banque INTRODUCTION PARTIE I : RATIONNEMENT DE CREDIT ET ASYMETRIE DE L INFORMATION A- Le rationnement

Plus en détail

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché?

Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 octobre 2014 à 18:25 Chapitre 4 Quelles sont les principales défaillances du marché? Introduction Dans la réalité les marchés peuvent être défaillants dans le

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr Introduction Importance de l information

Plus en détail

Equilibres multiples sur le marché des lemons

Equilibres multiples sur le marché des lemons Equilibres multiples sur le marché des lemons JS Lenfant & M Paul December 11, 2 1 Le modèle On considère une économie dotée d un parc de voitures d occasion de taille y. Ce parc comprend deux types de

Plus en détail

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE

LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE LES PROBLEMES D ASYMETRIE D INFORMATION AU SEIN DE L ENTREPRISE Les relations au sein de l entreprise tendent à se complexifier depuis quelques années. L ouverture internationale multiplie en effet le

Plus en détail

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais

Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Cas Crédit Agricole - Crédit Lyonnais Thierry Pénard Mai 2004 Crédit Agricole-Crédit Lyonnais Le leader sur le marché bancaire français 9 100 agences avec deux réseaux différents 21 millions de clients

Plus en détail

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008

Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne. Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Chapitre 4- La nouvelle macroéconomie keynésienne Licence 3 - Université d Auvergne Christopher Grigoriou 2007-2008 Introduction Émergence dans les années 80s Recherche de fondements microéconomiques solides

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

L asymétrie d information

L asymétrie d information 1 L asymétrie d information L asymétrie d information permet d analyser des comportements et des situations courantes de l économie de marché. Le plus clair du temps, on constate que sur un marché, un

Plus en détail

Demande d assurance et prix de la dépendance dans un cadre bivarié

Demande d assurance et prix de la dépendance dans un cadre bivarié Demande d assurance et prix de la dépendance dans un cadre bivarié Franck Bien Arnold Chassagnon Manuel Plisson Chaire «Transitions démographiques, transitions économiques» Université Paris-Dauphine -

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information

Université des Sciences Sociales de Toulouse. TD3 L asymétrie d information Université des Sciences Sociales de Toulouse Année Universitaire 2008 2009 Micro-économie - Semestre 5 - Cours de Isabelle Dubec et Yolande Hiriart TD3 L asymétrie d information Exercice 1. Les affirmations

Plus en détail

Introduction : les relations verticales

Introduction : les relations verticales Introduction : les relations verticales Relations horizontales : entre firmes situées à un même niveau sur le marché. Concurrence, collusion, fusions... Relations verticales : plusieurs entreprises interviennent

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr Introduction Importance de l information

Plus en détail

Chapitre 3: L asymétrie d information

Chapitre 3: L asymétrie d information Chapitre 3: L asymétrie d information Introduction La sélection adverse: le modèle d Akerlof Self selection screening: le modèle de Stiglitz Signaling: le modèle de Spence 1 Introduction Qu'est-ce qu'il

Plus en détail

Information, Incertitude et Choix. Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet.

Information, Incertitude et Choix. Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet. Information, Incertitude et Choix Chapitres 36, 12, 13 et plus... Deux cours sur ce sujet. But de ces deux cours: Analyser comment le modèle de choix avec consommateur rationnel optimisant doit être modi

Plus en détail

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information Université de Cergy-Pontoise Licence d économie et de Gestion Parcours : Economie et finance, Economie et mathématiques. Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011 TD 4 : Asymétries d information

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

THEORIES DE LA FIRME

THEORIES DE LA FIRME Alexandre PELLATON CREGO (bâtiment 19) alexandre.pellaton@wanadoo.fr THEORIES DE LA FIRME I.A.E Montpellier Master 1 commun Année universitaire 2006/2007 Firme = F de Production Théorie néo-classique de

Plus en détail

5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète. . 2 T y 2 2 ) B. > (a 2 ) H. k y

5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète. . 2 T y 2 2 ) B. > (a 2 ) H. k y 5) Extension : Équilibre de Cournot Nash en information incomplète Supposons désormais que la firme 2 connaît avec perfection la fonction de coût de la firme, mais que celle - ci en revanche est imparfaitement

Plus en détail

Pourquoi donne t-on? Quelques apports de l économie comportementale

Pourquoi donne t-on? Quelques apports de l économie comportementale Pourquoi donne t-on? Quelques apports de l économie comportementale Marie Claire Villeval Directrice de recherche CNRS, GATE et CORTEX Les dons : un phénomène économique important Etats-Unis : 260 milliards

Plus en détail

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers?

La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? La liquidité des marchés : quels enjeux pour les Asset Managers? Fabrice Riva House of Finance Université d été de l Asset Management Université Paris-Dauphine 27 août 2015 Fabrice Riva Liquidité et Asset

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Les Marchés. Intervention du 29/03/2012- Sébastien Galanti

Les Marchés. Intervention du 29/03/2012- Sébastien Galanti Les Marchés Intervention du 29/03/2012- Sébastien Galanti 1 Plan 1- Rappels concurrence imparfaite, bien collectifs, externalités 2- Information imparfaite 3- Information asymétrique 4- Antisélection 5-

Plus en détail

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des

Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des Chapitre 2 - choix efficace et non-efficace des firmes Arnold Chassagnon Université Paris-Dauphine (LEDA-SDFi) DU1 - Université Paris-Dauphine, 2009-2010 1 Analyse positive - analyse normative 1 Objectif

Plus en détail

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé

TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé TARIFICATION EN ASSURANCE COMPLEMENTAIRE SANTE: il était une fois, un statisticien, un actuaire, un économiste de la santé Plan de l intervention 1 2 3 Généralités sur le fonctionnement de l assurance

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

Chapitre 6. Asymétrie d information

Chapitre 6. Asymétrie d information Chapitre 6 Défaillances de marché : les approches récentes Asymétrie d information Dans ce chapitre qui suit nous allons aborder des modélisations extrêmement récentes. Issues des travaux de recherche

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL :

LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : LES DECISIONS STRATEGIQUES ET ORGANISATIONNELLE A L INTERNATIONAL : ANALYSE CONCURRENTIELLE ET STRATEGIE MARKETING INTERNATIONAL : L entreprise a le choix entre 3 grands types de stratégie : La standardisation

Plus en détail

De l utilité du calcul économique public. R. Guesnerie

De l utilité du calcul économique public. R. Guesnerie De l utilité du calcul économique public R. Guesnerie Introduction. - Le titre : un clin d œil à Jules Dupuit (1844). Quelles justifications à mon intervention? Une familiarité ancienne avec le sujet.

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010

ENSAE, 1A Maths. Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr. Septembre 2010 Initiation à l économie ENSAE, 1A Maths Roland Rathelot roland.rathelot@ensae.fr Septembre 2010 Les ménages (2/2) La consommation agrégée des ménages : analyse macroéconomique Les ménages (2/2) La consommation

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition.

Introduction : La psychologie, une science qui a rapporté à l humanité depuis son apparition. Plan Introduction I. Application de la psychologie au domaine professionnel : Apparition de la psychologie du travail 1. définition : la psychologie du travail 2. historique. 3. Les domaines d intervention

Plus en détail

L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative.

L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative. L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative. L épreuve composée en SES peut s identifier à la réalisation d une tâche complexe nécessitant des compétences. Pour réaliser une tâche

Plus en détail

LE PRIX DE CESSION INTERNE

LE PRIX DE CESSION INTERNE LE PRIX DE CESSION INTERNE Introductio n Intérêt du sujet Le système du prix de cessions interne mesure les résultats économiques dégagés de chaque centres de responsabilité PROBLÉMATIQUE : Quel est le

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail

Les enjeux du partage des connaissances en coopétition. Sophie d Armagnac, Toulouse Business School

Les enjeux du partage des connaissances en coopétition. Sophie d Armagnac, Toulouse Business School Les enjeux du partage des connaissances en coopétition Sophie d Armagnac, Toulouse Business School 1 Référence document 08/10/2014 Projet «La Coopétition dans le secteur de l aéronautique et le secteur

Plus en détail

Economie Publique. Chapitre 4 : Régulation des marchés de l assurance. UFR d économie et de gestion, licence 3 e année Année universitaire

Economie Publique. Chapitre 4 : Régulation des marchés de l assurance. UFR d économie et de gestion, licence 3 e année Année universitaire Economie Publique Chapitre 4 : Régulation des marchés de l assurance UFR d économie et de gestion, licence 3 e année Année universitaire 2016-2017 Cours proposé par Clément Carbonnier Régulation des marchés

Plus en détail

A primer on Two-sided markets

A primer on Two-sided markets A primer on Two-sided markets 21 novembre 2014 Alexis Walckiers Autorité belge de la concurrence Ecares Université libre de Bruxelles 2 Introduction très riche programme de première année introduction

Plus en détail

Présentation d Equilibio-lab logiciel d évaluation de la santé et de la forme physique. www.equilibios.com

Présentation d Equilibio-lab logiciel d évaluation de la santé et de la forme physique. www.equilibios.com Présentation d Equilibio-lab logiciel d évaluation de la santé et de la forme physique www.equilibios.com Equilibio-lab Logiciel de biofeedback pour l'évaluation de la santé et de la forme physique. Equilibio-lab

Plus en détail

Astronautes dans les séjours spatiaux. Questions d assurance et de responsabilité. Considérations éthiques

Astronautes dans les séjours spatiaux. Questions d assurance et de responsabilité. Considérations éthiques Astronautes dans les séjours spatiaux Questions d assurance et de responsabilité Considérations éthiques Ici nous nous intéressons aux questions éthiques soulevées par la considération de l assurance des

Plus en détail

Le dossier patient informatisé

Le dossier patient informatisé Le dossier patient informatisé Source d information pour le RIM2? Dr B. Debande Directeur Information et Systèmes Directeur clinique Plan Préliminaires Quelques définitions Pourquoi informatiser Dossier

Plus en détail

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES 1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES Objectifs du chapitre : à la fin de ce chapitre, vous devrez savoir... expliquer ce qu est un «risque» différencier les techniques fondamentales (éviter/prévenir/absorber/transférer)

Plus en détail

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner?

«Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? «Une bonne thèse répond à une question très précise!» : comment l enseigner? Congrès du CNGE Angers Novembre 2008 Sébastien Cadier*, Isabelle Aubin**, Pierre Barraine* *Département de médecine générale

Plus en détail

L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative.

L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative. L épreuve composée en première ES : un exemple d évaluation formative. L épreuve composée en SES peut s identifier à la réalisation d une tâche complexe nécessitant des compétences. Pour réaliser une tâche

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales

chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales II. RELATIONS VERTICALES ENTRE FIRMES (2 ème partie) II.1 chaînes de monopole : intégration, externalités et contraintes verticales A Hypothèse : coûts de production nuls B1 B2 Demande globale : elle dépend

Plus en détail

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur.

I. Vous devez commencez par prendre l espérance de vie du vendeur. Vous voulez déterminer une rente viagère d un bien libre de toute occupation, une valeur d un bien occupé la vie durant du vendeur et la rente viagère correspondante : Vous devez intégrer de multiples

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii A partir des années 1980, la recherche de la BRI montre que la dynamique financière est radicalement

Plus en détail

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE.

LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. LE ROLE DES INCITATIONS MONETAIRES DANS LA DEMANDE DE SOINS : UNE EVALUATION EMPIRIQUE. Synthèse des travaux réalisés 1. Problématique La question D7 du plan d exécution du Programme National de Recherches

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

Reputation, Prix Limite et Prédation

Reputation, Prix Limite et Prédation Reputation, Prix Limite et Prédation Economie Industrielle Laurent Linnemer Thibaud Vergé Laboratoire d Economie Industrielle (CREST-INSEE) 13 et 20 janvier 2009 Linnemer - Vergé (CREST-LEI) Reputation,

Plus en détail

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques

Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques Chapitre 1 : Circuit économique, comptabilité nationale et équilibres macroéconomiques 1. Le circuit économique Circuit : Quelques définitions (1) Représentation de l économie basée sur des flux (ou circulation)

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

L analyse microéconomique propose une. État des lieux. de l analyse. économique. Les avancées de la nouvelle microéconomie.

L analyse microéconomique propose une. État des lieux. de l analyse. économique. Les avancées de la nouvelle microéconomie. de l analyse Les avancées de la nouvelle Longtemps cantonnée au modèle de concurrence parfaite, la théorie micro s est considérablement enrichie depuis les années 70 en prenant en compte les imperfections

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies

Dossier 6 : Manager la performance dans l organisation. Management des organisations et stratégies Ce dossier pourrait se situer en conclusion des différents thèmes de ce cours. En effet, on peut considérer que la performance est le résultat d une bonne pratique du management sous toutes ses déclinaisons.

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Analyse microéconomique

Analyse microéconomique Analyse microéconomique Manuels Perloff J., Microeconomics, 4th Edition Varian H., Introduction à la microéconomie Pindyck R. & Rubinfeld D., Microeconomics Mattei A., Manuel de microéconomie (bureau

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Manager les vendeurs

Manager les vendeurs Collection «Efficacité commerciale» RENÉ MOULINIER Manager les vendeurs, 2005. ISBN : 2-7081-3348-9 Sommaire Introduction... 1 Comment rendre plus performante votre force de vente?... 1 Comment rendre

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres 1 / 5 Préambule : Principes fondamentaux adoptés par Natixis Asset Management Natixis Asset Management en qualité de professionnel

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA L association ALIMA (The Alliance for International Medical Action) a été créée en juin 2009 avec pour objectif de produire des secours

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction :

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : «Que notre économie soit florissante et nos entreprises prospères ou que la conjoncture flirte avec la récession, les plans sociaux et les

Plus en détail

Jeu de la conso : 8 L'achat d'un véhicule d'occasion

Jeu de la conso : 8 L'achat d'un véhicule d'occasion Jeu de la conso : 8 L'achat d'un véhicule d'occasion Que prévoit la Loi sur la protection du consommateur (LPC) si j'achète mon véhicule d'un particulier? Comment protéger ce type d'achat? La Loi sur la

Plus en détail

Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA

Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA Section fédérale des Organismes Agricoles/MSA SECTION FEDERALE DES ORG. AGRICOLES Paris, le 25 mars 2014 Site Internet : www.fecfo-org-agricoles.fr Lettre circulaire n 12/2014 Aux Secrétaires des Syndicats

Plus en détail

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires

eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires eframe pour optimiser les reportings métiers et réglementaires TIME WINDOW DRIVEN REPORTING POUR DES ANALYSES ET DES RAPPORTS COMPLETS ET EXACTS, À TEMPS TOUT LE TEMPS www.secondfloor.com eframe pour optimiser

Plus en détail

FACULTE DE DROIT DE TANGER. Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

FACULTE DE DROIT DE TANGER. Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES FACULTE DE DROIT DE TANGER Support de Cours GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Pr. Omar BELKHEIRI* * Professeur d économie et de gestion - Faculté de Droit de Tanger * Responsable de l équipe de Recherche

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

CYCLE DE FORMATION LES PRINCIPAUX OUTILS DE LA GESTION D'ÉQUIPE

CYCLE DE FORMATION LES PRINCIPAUX OUTILS DE LA GESTION D'ÉQUIPE CYCLE DE FORMATION LES PRINCIPAUX OUTILS DE LA GESTION D'ÉQUIPE et contenus des cours G:\CFA Bis\Administratif et management\poge\modèles et procédures\a envoyer lors de la confirmation d'inscirption\2015-2016\

Plus en détail

GESTION des RESSOURCES HUMAINES

GESTION des RESSOURCES HUMAINES FACULTE DE DROIT DE TANGER Grands axes du cours (Approche par les processus GRH) Support de Cours GESTION des RESSOURCES HUMAINES Pr. Omar BELKHEIRI* I - II - III - IV - V - VI - VII - Définitions - Système

Plus en détail

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION

L INSPECTION PRÉACHAT DANS LE DOMAINE IMMOBILIER ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION POUR UNE MEILLEURE PROTECTION POUR LA QUALITÉ PANS LÀ CONSTRUCTION ÀSSOIÀTION PES CONSOMMATEURS DES ACHETEURS ET DES VENDEURS POUR UNE MEILLEURE PROTECTION IMMOBILIER DANS LE DOMAINE PRÉACHAT L INSPECTION L INSPECTION PRÉACHAT DANS

Plus en détail

Expertise, Indépendance et Performances Durables

Expertise, Indépendance et Performances Durables Expertise, Indépendance et Performances Durables Atelier «Gouvernance et engagement actionnarial» Chaire «Finance durable et Investissement Responsable» Gwenaël Roudaut Ecole Polytechnique 2 juillet 2012

Plus en détail

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA?

QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? QUI SONT LES AGENTS DE CONTRÔLE EN MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Qui sont les agents de contrôle en MSA? Des ressortissants de l Union Européenne Qui sont âgés de 22 ans révolus Qui présentent

Plus en détail

Les avancées de la nouvelle microéconomie

Les avancées de la nouvelle microéconomie Les avancées de la nouvelle microéconomie Pierre Cahuc, André Zylberberg To cite this version: Pierre Cahuc, André Zylberberg. Les avancées de la nouvelle microéconomie. Les Cahiers français, LES CAHIERS

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Marché de l assurance

Marché de l assurance Marché de l assurance Le marché de l assurance et ses spécificités Pourquoi un marché d assurance? Argument positif : Nécessité d institution(s) centralisée(s) pour que se réalise le partage optimal des

Plus en détail

De Jean-François Dauphin Département de l élaboration et de l examen des politiques

De Jean-François Dauphin Département de l élaboration et de l examen des politiques Bulletin du FMI SURVEILLANCE DES TAUX DE CHANGE Le FMI précise comment il surveillera les politiques économiques De Jean-François Dauphin Département de l élaboration et de l examen des politiques Le 12

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

InfoMaison No.40 NEGOCIATION DE COMMISSION

InfoMaison No.40 NEGOCIATION DE COMMISSION InfoMaison No.40 Est un dossier préparé pour Info-Immobilier-Rive-Nord (IIRN) à l intention de toutes les personnes intéressées par l immobilier et l immobilier résidentiel de la Rive-Nord du Grand Montréal

Plus en détail