Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost"

Transcription

1 Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006

2 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de Liquide : Colonnes à Plateaux Partie 3 : Mise en contact de Gaz et de Liquide : Colonnes à Garnissage

3 Partie 1 : Introduction Généralités La conception ou dimensionnement d un appareillage de mise en contact de phases en vue de la réalisation d un transfert de masse n intervient qu en dernier, après une suite d étapes s enchaînant avec logique telle que: ϖ Définition et quantification de l objectif recherché en termes de transfert (ou séparation) ϖ Sélection de la technique de séparation (les données thermodynamiques sont indispensables); ϖ Résolution des bilans matière et énergétique macroscopiques, c est à dire aux bornes d une boite représentant ce que sera la localisation physique de l appareillage au sein du flow-sheet du procédé; ϖ Détermination des conditions opératoires et d éventuelles grandeurs intensives et extensives internes. Alors seulement interviennent ϖ La sélection de la technologie en fonction des acquis précédents et de contraintes éventuelles ϖ le dimensionnement proprement dit pour atteindre les bornes macroscopiques établies avec prise en compte de contraintes additionnelles éventuelles. Seuls les dispositifs dits à contre-courants seront abordés par la suite. Les appareils de mise en contact de phases sont conçus pour répondre de la façon la plus efficace possible aux exigences telles que : assurer le transfert des quantités de matière requises, au meilleur coût, en incluant en outre des notions telles que : La sécurité et stabilité de fonctionnement ; La rapidité d exécution des étapes de démarrage et mise en régime ; La durée potentielle de fonctionnement (corrosion, maintenance,.). Dans tous les cas, la quantité de matière échangée au sein d un appareillage diphasique, notée N, peut être évaluée par N = Surface d échange * (différence de potentiel d échange)* coefficient d échange de matière Il ne faut alors pas s étonner que les appareils soient conçus pour offrir un maximum de surface d échange, compatible avec des conditions hydrodynamiques (débits circulants et leurs propriétés physicochimiques) donnant lieu à une faible résistance au transfert entre phases : hydrodynamique favorable. Dans le cas particulier des échanges de matière entre une phase gazeuse et une autre phase (liquide ou même solide) il est en plus primordial que la perte de charge côté gaz soit aussi modérée que possible afin d éviter des dépenses énergétiques rédhibitoires ou des conditions de pression incompatibles avec les échanges recherchés. Ainsi deux grandes classes ou familles de technologies ont principalement fait l objet d un développement, en fonction du mode de génération de la surface d échange nécessaire à l intensification des transferts de masse : Phase liquide dispersée en film sur interne Phase liquide dispersée en gouttes ϖ Action sur la phase liquide générant un écoulement en film: la phase liquide peut être répartie en film mince sur une surface solide de grande dimension ; cela donne lieu aux appareils dits à film. Selon la géométrie de la surface solide les appareils seront à film tombant ( généralement des plaques ou des tubes verticaux ) à garnissage ( matériaux de remplissage offrant une grande surface d étalement du liquide, comparable à une matrice macroporeuse) ; Action sur la phase liquide générant des gouttes : la phase liquide est dispersée par consommation énergétique en gouttes. Soit l énergie de dispersion est prélevée sur la phase liquide, ce qui conduit à des appareillages à pulvérisation ( type pomme de douche exploitant l énergie de pression du liquide ) soit l énergie est apportée par la phase gazeuse ( effet de friction et de cisaillement due à une vitesse du gaz importante ), conduisant à la famille des éjecteurs venturis à gaz moteur.

4 Phase gazeuse dispersée ϖ Action sur la phase gazeuse conduisant à la génération de bulles dans un milieu liquide continu : l énergie nécessaire à la création de surface est issue du gaz induisant une perte de charge. Les appareillages peuvent être à plateaux (l énergie nécessaire à la création de surface est issue du gaz induisant une perte de charge) ou du type venturi éjecteur à liquide moteur ( l énergie est prélevée sur la phase liquide qui subit une perte de pression). V L Schématisation d un venturi à gaz moteur aspirant et dispersant le liquide en gouttes L Schématisation d un venturi à liquide moteur alimenté par buse d injection o V Sans être réellement exhaustive, cette vision regroupe la quasi-totalité des technologies utilisées pour la mise en contact intime des phases liquide et gazeuse. Chacun de ces dispositifs de mise en contact de phase sous-entend des performances ou attendus spécifiques à l origine de leurs sélection. Quelle technologie? Il n y a pas de règles générales permettant de s orienter vers une technologie plutôt qu une autre. Par contre, un choix peut être dicté par des conditions de mise en œuvre spécifique à chaque cas d étude. Il sera noté à travers les deux parties suivantes que la phase gazeuse est soumise à une perte de charge plus ou moins importante en fonction de la technologie, de la dimension de l appareil laquelle est liée à l objectif de séparation envisagée. Globalement, il faut d ores et déjà retenir qu une colonne à plateaux induira, toutes choses égales par ailleurs, la perte de charge la plus grande puis par ordre décroissant, les colonnes à garnissage traditionnels, puis à garnissage moderne ou structuré puis les laveurs venturis et autres techniques à pulvérisation. Ces derniers dispositifs ne conduisent qu à un étage théorique dans leur modèle de base alors que les types précédents ne présentent pas cette limitation. Dès lors, la question se pose en termes d acceptabilité et sensibilité de la séparation à une variation de pression subie par le gaz à la traversée de la colonne sans oublier que la surpression, la compression d un gaz, la mise sous vide d un appareil sont onéreuses. Le choix sera alors facilité par les réponses aux questions telles que ci-dessous regroupées et la pratique que l on peut avoir du dimensionnement d équipement: L opération est-elle réalisée sous vide, à pression atmosphérique, sous pression supérieure à la pression atmosphérique? Une perte de charge est-elle supportable? De combien? ( Les schémas sont issus de Techniques de l Ingénieur, pages J et J )

5 Quel est le devenir de la phase gazeuse après traitement dans l appareil dimensionné? Recyclage? Evacuation à un évent? Poursuite dans le procédé? A-t-on besoin de nombreux étages théoriques pour assurer la séparation souhaitée? Les équilibres entre phases sont-ils sensibles à une variation de pression? Exemples de démarche : Pour une absorption, assurant le traitement par absorption physique d un gaz disponible à une pression donnée proche de la pression atmosphérique (ne pouvant être accrue à un coût modéré), opération d autant plus favorisée que la pression reste élevée, nécessitant n étages théoriques (n > quelques unités) réalisée avec des rapports de débits habituellement rencontrés Il est plutôt conseillé de s orienter vers une technologie à garnissage traditionnel Pour une absorption, assurant le traitement par absorption chimique d un gaz disponible à une pression élevée (exemple de l épuration de gaz naturel par absorption réactive), opération d autant plus favorisée que la pression reste élevée, nécessitant n étages théoriques (n > quelques unités) nécessitant un temps de séjour pas trop court pour atteindre un avancement suffisant des réactions réalisée avec des rapports de débits habituellement rencontrés Il est plutôt conseillé de s orienter a priori, tout en prenant en compte la dynamique de l absorption réactive, vers une technologie type plateaux Pour une distillation, dans des conditions classiques de débit, de pression, de nombre d étages théoriques, opération d autant plus favorisée que la pression reste faible, mais acceptant une variation de pression habituelle ne nécessitant pas un temps de séjour particulier, réalisée avec des rapports de débits habituellement rencontrés Pourquoi ne pas s orienter a priori vers une technologie type plateaux, très bien maîtrisée, fiable Pour une distillation, dans des conditions classiques de débit, de nombre d étages théoriques, opération à réaliser sous vide pour des raisons de sensibilité thermique des produits ou de difficultés de séparation, ne nécessitant pas un temps de séjour particulier, réalisée avec des rapports de débits inhabituels par suite du fonctionnement sous vide S orienter vers une technologie à garnissage traditionnel ou structuré

6 Pour une désorption de liquide dans des conditions classiques de débit pour ce type d opération, sans contrainte particulière de pression bien que le dégazage soit favorisé pour une faible pression, ne nécessitant pas un temps de séjour particulier, ne nécessitant qu un étage théorique ou guère plus Tenter une colonne à pulvérisation Chaque cas est à étudier avec sa problématique spécifique tenant compte des conditions opératoires, de la physico-chimie des phases, etc Il s agit donc de savoir comment dimensionner les technologies pour les mettre en œuvre dans toute une série de situations. Seuls les dispositifs à plateaux et à garnissages tout particulièrement utilisés dans l industrie seront évoqués par la suite.

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE)

TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT PAR ABSORPTION (LAVAGE) Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement par absorption sont les composés odorants et

Plus en détail

VERSION STANDARD. Opération unitaire Description sommaire Modules sur le flowsheet

VERSION STANDARD. Opération unitaire Description sommaire Modules sur le flowsheet VERSION STANDARD Opération unitaire Description sommaire Modules sur le flowsheet Mélangeur de courants Utilisé pour mélanger plusieurs courants en un courant sortant unique. Mélangeur statique Mélangeur

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com

Projet SETHER Appel à projets 2008. Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com Projet SETHER Appel à projets 2008 Adrien Patenôtre, POWEO Adrien.patenotre@poweo.com SETHER STOCKAGE D ELECTRICITÉ SOUS FORME THERMIQUE À HAUTE TEMPÉRATURE Partenaires : POWEO, SAIPEM, CEA, CNAM, GEMH,

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

TRAITEMENT BIOLOGIQUE

TRAITEMENT BIOLOGIQUE Référent : Service SEET Direction DPED ADEME (Angers) TRAITEMENT BIOLOGIQUE Juillet 2014 Les polluants concernés par la technique de traitement biologique sont les composés odorants et les Composés Organiques

Plus en détail

Agitation et Mélange Mesure de l énergie mise en œuvre pendant le pétrissage

Agitation et Mélange Mesure de l énergie mise en œuvre pendant le pétrissage Agitation et Mélange Mesure de l énergie mise en œuvre pendant le pétrissage VMI a entrepris depuis plusieurs années déjà des travaux de recherche sur le contrôle des différents paramètres de conduite

Plus en détail

Avis technique sur l analyse des causes et actions correctives engagées par VALE suite à la rupture de l effluent marin

Avis technique sur l analyse des causes et actions correctives engagées par VALE suite à la rupture de l effluent marin Avis technique sur l analyse des causes et actions correctives engagées par VALE suite à la rupture de l effluent marin Table des matières Introduction... 2 Analyse du document A... 2 Evénement... 2 Conception

Plus en détail

Transferts thermiques 1

Transferts thermiques 1 Transferts thermiques Introduction. Modes de transmission de la chaleur Conduction thermique. Loi de Fourier. Conductivité thermique Resistance thermique. Coefficient de transfert thermique La convection.

Plus en détail

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy.

AméliE_CO 2. Denis Roizard. Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349 Université de Lorraine Denis.Roizard@ensic.inpl-nancy. Amélioration de l Efficacité énergétique des centrales thermiques intégrant le captage de CO2 assisté par contacteurs AméliE_CO2 Denis Roizard Laboratoire Réactions et Génie des Procédés UPR CNRS 3349

Plus en détail

Les microréacteurs : Quelles opportunités pour les industries chimiques. Expérience IFP. IFP-Lyon 14 mars 2007

Les microréacteurs : Quelles opportunités pour les industries chimiques. Expérience IFP. IFP-Lyon 14 mars 2007 Les microréacteurs : Quelles opportunités pour les industries chimiques Expérience IFP C. Boyer P. Font IFP-Lyon 14 mars 2007 Les microréacteurs : quelles opportunités pour les industries chimiques, IFP-Lyon,

Plus en détail

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents

«Nouveaux» traitements pour polluants émergents «Nouveaux» traitements pour polluants émergents Valérie HEQUET Colloque IMT «Ressources naturelles et environnement» les 5 et 6 Novembre 2014, Paris Laboratoire GEPEA UMR CNRS 6144 Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

7 - CHOIX D UN DEBIMETRE

7 - CHOIX D UN DEBIMETRE 7 - CHOIX D UN DEBIMETRE Le choix d un débitmètre n est pas une chose simple. Pour faire un choix correct, il faut tenir compte d une multitude de paramètres. Il est donc nécessaire avant tout de définir

Plus en détail

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection

Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel. Phase : Faisabilité du projet d injection Principes et procédés d épuration du biométhane pour l injection dans les réseaux de gaz naturel Phase : Faisabilité du projet d injection Etape : Considérations générales 11 pages version 19/08/2011 Sommaire

Plus en détail

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur

Expl : Diagramme binaire isotherme idéal (miscibilité totale à l état liquide et à l état vapeur) L + V. Vapeur Thermodynamique 2 : Equilibres binaires 1. Introduction 1.1. Présentation - Mélange binaire = Mélange de deux constituants chimiques A 1 et A 2 ne réagissant pas ensemble (il n y a donc pas de variation

Plus en détail

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES

SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES MOOC Énergies Renouvelables SEMAINE 6 : GÉOTHERMIES Ce document contient les transcriptions textuelles des vidéos proposées dans la partie «La géothermie très basse température» de la semaine 6 du MOOC

Plus en détail

ProSimPlus HNO3 Résumé des nouvelles fonctionnalités, décembre 2008

ProSimPlus HNO3 Résumé des nouvelles fonctionnalités, décembre 2008 ProSimPlus HNO3 Résumé des nouvelles fonctionnalités, décembre 2008 Cette page présente un résumé des derniers développements effectués dans le logiciel ProSimPlus HNO3. Ceux-ci correspondent à de nouvelles

Plus en détail

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE TRONC COMMUN - Sujet TC-05 Page de garde Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET TRONC COMMUN Le dossier-sujet est constitué : De documents destinés à l

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre

PARTIE A GENIE CHIMIQUE. Du gaz de Lacq au soufre PARTIE A GENIE CHIMIQUE Du gaz de Lacq au soufre Plus de la moitié du soufre produit dans le monde provient du traitement des gaz naturels et des pétroles. En France, il est produit principalement à partir

Plus en détail

Fascicule de Travaux Pratiques

Fascicule de Travaux Pratiques Ministère de l'enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université de Sousse Institut Supérieur des Sciences Appliquées et de Technologie de Sousse Fascicule de Travaux

Plus en détail

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA

UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA UNIVERSITÉE KASDI MERBAH OUARGLA FACULTE DES SCIENCES APPLIQUÉES Département de Génie des Procédés Phénomènes de transferts Travaux pratiques de mécanique des fluides CHAOUCH Noura et SAIFI Nadia 2013

Plus en détail

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques

Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Différents diagrammes pour représenter les cycles thermodynamiques Diagramme de Clapeyron (ou diagramme P-v) P : Pression V : Volume Diagramme entropique (ou diagramme T-S) T : Température S : Entropie

Plus en détail

>AGITASER INGÉNIERIE APPLIQUÉE À L AGITATION ET AUX MÉLANGES

>AGITASER INGÉNIERIE APPLIQUÉE À L AGITATION ET AUX MÉLANGES >AGITASER depuis 1942 AGITADORES INGÉNIERIE APPLIQUÉE À L AGITATION ET AUX MÉLANGES Pompes Blagdon Pompes Ecolab Pompes manuelles Ezi-action Pompes centrifuges Ejecteurs et groupes sous vide Disques de

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

> Techniques séparatives particules / gaz Application aux particules fines, ultrafines et aux nanoparticules

> Techniques séparatives particules / gaz Application aux particules fines, ultrafines et aux nanoparticules Ecole des Mines de Nantes Jeudis de l Environnement 9 décembre 2010 > Techniques séparatives particules / gaz Application aux particules fines, ultrafines et aux nanoparticules Aurélie Joubert, Maitre-Assisante

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

Énergie - Matériel Thermique

Énergie - Matériel Thermique Énergie - Matériel Thermique Énergie...p. 119 à 121 Échangeurs de chaleur...p. 122 Exploitation des fours et des chaudières...p. 123 à 124 Eaux de réfrigération et froid industriel...p. 125 Énergie EMT

Plus en détail

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013

Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE. Journée technique du Cedre. Brest 14 novembre 2013 Présentation des projets de recherche BLOWOUT et METANE Journée technique du Cedre Brest 14 novembre 2013 1 Déroulement Fiches techniques Contexte Description technique Démonstration Questions 2 Fiches

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Fiche technique Interfilt Installations de filtration Filtres par gravité automatiques en PE-HD Série SK

Fiche technique Interfilt Installations de filtration Filtres par gravité automatiques en PE-HD Série SK Fiche technique Interfilt en PE-HD ProMinent Réf.: 987758 ProMinent Dosiertechnik GmbH 69123 Heidelberg Germany TM IT 002 06/04 F Interfilt Filtration avec le filtre par gravité automatique (SK) Quels

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Filtration. Schéma de principe de la filtration

Filtration. Schéma de principe de la filtration Filtration textes : R. Gregori, service gestion des fluides Photos/S. Elmosnino panneau 1 Le traitement de l eau est une des parties techniques parmi les plus importantes pour le bon fonctionnement d une

Plus en détail

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique :

Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Dans cette activité, nous allons identifier et modéliser les transferts thermiques dans une maison BBC puis effectuer un bilan énergétique : Maison BBC : Bâtiment Basse Consommation Lors de la vente ou

Plus en détail

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX

CHROMATOGRAPHE BTEX GC 5000 BTX FICHE PRODUIT - Le a été spécialement développé pour la surveillance en continu des polluants organiques dans l air ambiant dans la gamme C4-C12. L instrument se caractérise par son design compact et sa

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

DIRECTIONS ASSISTEES AUTOMOBILES

DIRECTIONS ASSISTEES AUTOMOBILES DOSSIER TECHNIQUE le 12 janvier 2006 SELD 1, Rue Marius Berliet 69720 SAINT BONNET DE MURE DIRECTIONS ASSISTEES AUTOMOBILES 1) DESCRIPTION TYPE D UNE DIRECTION ASSITEE AUTOMOBILE Une direction assistée

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes

Projet de Fin d Etudes Spécialité Génie Climatique et Energétique 5 ème année de formation Projet de Fin d Etudes FICHE DE LECTURE Etude : Modéliser les équipements thermiques usuels d une usine agroalimentaire type Elève :

Plus en détail

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE

Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Centre Universitaire LA CITADELLE 220, avenue de l Université B.P 5526 59379 DUNKERQUE CEDEX 1 GUIDE DES ETUDES LICENCE PROFESSIONNELLE Chimie Industrielle (anciennement : Industries chimiques et pharmaceutiques)

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A

MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A Concepteur de solutions et de services pour la recherche et le développement COAGULATION FLOCULATION - DECANTATION MANUEL D UTILISATION Coagulation Floculation - Décantation 07-1055A BP46 Route d Heyrieux

Plus en détail

QUATRIÈME PARTIE MÉTHODES D'ÉPREUVES APPLICABLES AU MATÉRIEL DE TRANSPORT

QUATRIÈME PARTIE MÉTHODES D'ÉPREUVES APPLICABLES AU MATÉRIEL DE TRANSPORT QUATRIÈME PARTIE MÉTHODES D'ÉPREUVES APPLICABLES AU MATÉRIEL DE TRANSPORT - 419 - TABLE DES MATIÈRES DE LA QUATRIÈME PARTIE Section Page 40. INTRODUCTION À LA QUATRIÈME PARTIE... 423 40.1 OBJET... 423

Plus en détail

Phénomènes dangereux et modélisation des effets

Phénomènes dangereux et modélisation des effets Phénomènes dangereux et modélisation des effets B. TRUCHOT Responsable de l unité Dispersion Incendie Expérimentations et Modélisations Phénomènes dangereux Description et modélisation des phénomènes BLEVE

Plus en détail

TD 1 CALCULS D ENERGIE

TD 1 CALCULS D ENERGIE TD 1 CALCULS D ENERGIE Exercice n 1 On désire élever la température d un chauffe-eau de 200 litres de 8 C à 70 C. On rappelle que la capacité thermique massique de l eau est de 1cal/ C/g. 1-1 Quelle est

Plus en détail

BCPST 2, Lycée JB Say, Paris PHYSIQUE-CHIMIE CAHIER DE TEXTE 2012/2013

BCPST 2, Lycée JB Say, Paris PHYSIQUE-CHIMIE CAHIER DE TEXTE 2012/2013 PHYSIQUE-CHIMIE CAHIER DE TEXTE 2012/2013 1 Semaine 1 : du Mardi 4 au Vendredi 7 Septembre 2012 Jeudi 06/09 (2h de cours en classe entière) Accueil rentrée : présentation générale (0h40) Cours (1h20) :

Plus en détail

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse

Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse DOSSIER D APPELS D OFFRES Acquisition et installation d un couplage chromatographie liquide haute pression et simple spectrométrie de masse Laboratoire Biomolécules et Biotechnologies Végétales Faculté

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE

Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE Devoir maison SSI Support d étude : BORNE ESCAMOTABLE PRESENTATION DEFINITION DU BESOIN A SATISFAIRE Déplacer une masse de m = 36 Kg à une vitesse V = 0,33 m/s, hauteur déployée 1m. SOLUTION MECANIQUE

Plus en détail

fiche 139 2210 flow technology by voegtlin flow technology Débitmètres à flotteur pour gaz et liquides instruments

fiche 139 2210 flow technology by voegtlin flow technology Débitmètres à flotteur pour gaz et liquides instruments fiche 139 2210 flow technology by voegtlin flow technology Débitmètres à flotteur pour gaz et liquides flow technology by voegtlin Bienvenue Voegtlin est spécialisé dans la conception et la fabrication

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur

Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Etude d un cycle frigorifique avec compresseur Cycle frigorifique Le principe de la pompe à chaleur est ancien (Thomson 1852), mais il a fallu attendre 1927 pour voir da première pompe à chaleur fonctionner

Plus en détail

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS

COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS COURS AVANCÉS EN SCIENCE ET TECHNOLOGIE DES PLASMAS Les universités membres de Plasma-Québec mettent à la disposition des étudiants de maîtrise et de doctorat une brochette de neuf cours avancés couvrant

Plus en détail

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante

Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution fertilisante XVIII èmes Rencontres Professionnelles Colmar, 15 décembre 2011 «Engrais minéraux issus de l organique : intérêts et limites» Unité de stripping d ammoniac à partir de digestat Valorisation en solution

Plus en détail

Groupe froid négatif Système de conservation de produits à température négative (A assembler ou Clé-en-main)

Groupe froid négatif Système de conservation de produits à température négative (A assembler ou Clé-en-main) Groupe froid négatif Système de conservation de produits à température négative (A assembler ou Clé-en-main) Le Groupe froid négatif en un clin d œil Sections Energétique. Points Forts & Activités Clés

Plus en détail

Mesure de débit non-intrusive d eau et des eaux usées

Mesure de débit non-intrusive d eau et des eaux usées Mesure de débit par ultrasons avec FLUXUS Mesure de débit non-intrusive d eau et des eaux usées Flexible. Economique. Sans risque de fuite. Approvisionnement en eau potable Surveillance du réseau et équilibrage

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR DOMOTIQUE U32 SCIENCES PHYSIQUES SESSION 2012 Durée : 2 heures Coefficient : 2 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices programmables,

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL SUJET SESSION 2009 France métropolitaine - Réunion BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE N 5 SCIENCES APPLIQUÉES ET TECHNOLOGIE Option : Agroéquipements Durée : 2 heures 30 Matériel(s) et document(s) autorisé(s)

Plus en détail

La nouvelle génération de tuyauterie gaz jusqu à 100 mbar

La nouvelle génération de tuyauterie gaz jusqu à 100 mbar DOC_TP_F_06/08 - page 1 certifié N 03-070-6 résistant Haute Température (HTB) temps de pose réduit de 50 à 80 % montage facile sans outillage spécial Le système de tuyauterie TracPipe avec les raccords

Plus en détail

METIERS DE L ELECTROTECHNIQUE

METIERS DE L ELECTROTECHNIQUE METIERS DE L ELECTROTECHNIQUE Baccalauréat Professionnel Electrotechnique Energie Equipements Communicants MESURES SUR DES APPLICATIONS PROFESSIONNELLES S01 CIRCUITS PARCOURUS PAR DU COURANT CONTINU GENERATEUR/RECEPTEUR

Plus en détail

Être Anticiper Innover. Une technologie dont on ne peut se passer

Être Anticiper Innover. Une technologie dont on ne peut se passer Être Anticiper Innover Une technologie dont on ne peut se passer Soyez assuré de la qualité et de la performance de nos produits Grâce à l ALPHA2, vous pouvez compter sur la qualité et la fiabilité reconnues

Plus en détail

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ

FLUIDISATION SOLIDE - GAZ 1 FLUIDISATION SOLIDE - GAZ I/ MISE EN EVIDENCE DU PHENOMENE DE FLUIDISATION On considère une couche de particules solides sphériques identiques reposant sur une grille poreuse horizontale à l'intérieur

Plus en détail

Vivadens C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n

Vivadens C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n C h a u d i è r e m u r a l e à C o n d e n s a t i o n ÉCONOMIES D ÉNERGIE EAU CHAUDE À VOLONTÉ ULTRA COMPACTE ET ULTRA LÉGÈRE LE MEILLEUR INVESTISSEMENT EN CONDENSATION L E SSE NTI E L DE LA CON DE

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

CONTRÔLE INDUSTRIEL et REGULATION AUTOMATIQUE

CONTRÔLE INDUSTRIEL et REGULATION AUTOMATIQUE Session 2012 BREVET de TECHNICIEN SUPÉRIEUR CONTRÔLE INDUSTRIEL et REGULATION AUTOMATIQUE E-3 SCIENCES PHYSIQUES U-31 CHIMIE-PHYSIQUE INDUSTRIELLES Durée : 2 heures coefficient : 2,5 Durée conseillée Chimie

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

Activité sur le Web : Recherche sur le Web La thermochimie des carburants pour fusées, page 513

Activité sur le Web : Recherche sur le Web La thermochimie des carburants pour fusées, page 513 Activité sur le Web : Recherche sur le Web La thermochimie des carburants pour fusées, page 513 Les fusées existent depuis plus longtemps qu on ne pourrait le croire. Au cours de l histoire, diverses formules

Plus en détail

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date

Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant. Présentateur Date Guide de SolidWorks Flow Simulation pour l enseignant Présentateur Date 1 Qu'est-ce que SolidWorks Flow Simulation? SolidWorks Flow Simulation est un logiciel d'analyse des écoulements de fluide et du

Plus en détail

Technologie des batteries

Technologie des batteries Page 1 sur 5 Contact Qui sommes nous Liens Solutions FAQ Nos produits Site conseil > Stockage énergie > Batterie > Technologie Energie&Informatique Votre compte Votre panier Commander Informatique embarquée

Plus en détail

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane

Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Chromatographie en phase gazeuse (CPG): Le 8 décembre 2011 Filières SVI S5 et STE Professeur SAALAOUI Ennouamane Principe Le principe de la séparation par C.P.G. consiste à partager l'échantillon à analyser

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

Solutions adhésives pour le secteur médical

Solutions adhésives pour le secteur médical Solutions adhésives pour le secteur médical 1962 Création de l entreprise par Pierre et Simonne GERGONNE, qui se spécialise dans la découpe de produits auto-adhésifs 1972 Construction d un nouveau site

Plus en détail

BEP METIERS DE L ELECTROTECHNIQUE DOSSIER PEDAGOGIQUE FOUR RADIANT électrique Page 1/7 FICHE DE TRAVAIL

BEP METIERS DE L ELECTROTECHNIQUE DOSSIER PEDAGOGIQUE FOUR RADIANT électrique Page 1/7 FICHE DE TRAVAIL DOSSIER PEDAGOGIQUE FOUR RADIANT électrique Page 1/7 FICHE CONTRAT : 6 heures Professeur : Travail en binôme NOM : Prénom : Classe : Ter BEP Date : Four radiant OBJECTIF: L élève doit être capable de valider

Plus en détail

Chapitre I : Premières notions Page 1/7 PREMIERES NOTIONS

Chapitre I : Premières notions Page 1/7 PREMIERES NOTIONS Chapitre I : Premières notions Page 1/7 PREMIERES NOTIONS Etymologiquement la Thermodynamique est la science des forces, des puissances (au sens commun de ces termes) liées à la chaleur. C est la partie

Plus en détail

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards

EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards EEC.11 - Conception de base en mécanique du bâtiment Compétences formulées en objectifs et standards Table des matières Code et titre de compétence Page 01UJ Analyser la fonction de travail...3 AE3A Analyser

Plus en détail

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1

Hélium superfluide. Applications aux procédés de Cryogénie. Physique des solides - 22 mai 2006 1 Hélium superfluide Applications aux procédés de Cryogénie Physique des solides - 22 mai 2006 1 Introduction L Hélium Z = 2. Point de fusion très bas. Chimiquement inerte. Deux isotopes naturels Physique

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. INERIS DRA- PREV décembre 2004-46059/tox_proc_colonnes à garnissage_0.doc

TABLE DES MATIERES. INERIS DRA- PREV décembre 2004-46059/tox_proc_colonnes à garnissage_0.doc TABLE DES MATIERES 1. PRESENTATION TECHNIQUE DU DISPOSITIF...2 1.1 Le phénomène d'absorption...2 1.2 But et performances des absorbeurs...2 1.3 Les types d absorbeurs...2 2. LES COLONNES À GARNISSAGE...3

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE SESSION 2009 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR MAINTENANCE INDUSTRIELLE La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté des raisonnements et la qualité de la rédaction

Plus en détail

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429

Fiche technique. Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Type AVTA. Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Fiche technique Vannes thermostatiques à eau de refroidissement Septembre 2002 DKACV.PD.500.A4.04 520B1429 Table des matières Page Introduction... 3 Caractéristiques techniques... 3 AVTA pour fluides neutres...

Plus en détail

ALLUMAGE ELECTRONIQUE Allumage 1/9

ALLUMAGE ELECTRONIQUE Allumage 1/9 ALLMAGE ELECTROIQE Allumage 1/9 I Schéma de l'installation E G M O Relais double Bobine d allumage jumo-statique Sonde T air Sonde T moteur Détecteur de cliquetis A Calculateur gestion moteur B Batterie

Plus en détail

Pensez durable. procédés de conversion thermochimique de biomasses et de déchets. torréfaction pyrolyse gazéification. www.biogreen-energy.

Pensez durable. procédés de conversion thermochimique de biomasses et de déchets. torréfaction pyrolyse gazéification. www.biogreen-energy. Pensez durable. procédés de conversion thermochimique de biomasses et de déchets torréfaction pyrolyse gazéification www.biogreen-energy.com Procédés de conversion thermochimique de biomasses et de déchets

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

Variantes du cycle à compression de vapeur

Variantes du cycle à compression de vapeur Variantes du cycle à compression de vapeur Froid indirect : circuit à frigoporteur Cycle mono étagé et alimentation par regorgement Cycle bi-étagé en cascade Froid direct et froid indirect Froid direct

Plus en détail

CONTENU DU DEVIS DE PERFORMANCE

CONTENU DU DEVIS DE PERFORMANCE CONTENU DU DEVIS DE PERFORMANCE GÉNÉRAL Qu il s agisse d un projet de construction d un nouveau bâtiment ou de rénovation d un bâtiment existant (dans ce cas, voir la partie Autres aspects), l Ordre dresse

Plus en détail

Arcoa 2. Pompe à chaleur monobloc inverter. Chauffage / ECS. tarifs p. 132. Chauffage / ECS en logement > pompes à chaleur

Arcoa 2. Pompe à chaleur monobloc inverter. Chauffage / ECS. tarifs p. 132. Chauffage / ECS en logement > pompes à chaleur en logement > pompes à chaleur 113 Fonctionnement air/eau réversible Puissance De 6 à 24 kw Technologie Inverter Modulation de 30 à 140 % Gaz frigorifique R410 a Arcoa 2 Pompe à chaleur monobloc inverter

Plus en détail

Hydraulique des terrains

Hydraulique des terrains Hydraulique des terrains Séance 3 : Hypothèses de l écoulement en conduite Guilhem MOLLON GEO3 2012-2013 Plan de la séance A. Cinématique d écoulement -Lignes caractéristiques -Vitesses et débits B. Hypothèse

Plus en détail

Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak

Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak Ecoulements multiphasiques TD1: tension de surface: Correction UMPC. NSF16. 2009-2010 Jérôme Hoepffner & Arnaud Antkowiak Ex1: Variation de la tension de surface et mouvements Film1: On chauffe la surface

Plus en détail

Technique du froid & composants frigorifiques

Technique du froid & composants frigorifiques 3ème Cours, 2006 Technique du froid & composants frigorifiques Mohammed YOUBI-IDRISSI Chargé de Recherche, Cemagref LICENCE PROFESSIONNELLE MANAGEMENT DE LA CHAÎNE DU FROID - TRANSPORT ET LOGISTIQUE Technologie

Plus en détail

DETAIL DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

DETAIL DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE DETAIL DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE EASYTAIRM 20 rue Angélina Faity 79000 NIORT N d enregistrement : 54 79 00883 79 Type d action de formation Intitulé de la formation «Les techniques de calculs appliquées

Plus en détail

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur

Exercices MathSpé PC 2012-2013. Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Chapitre T.6 : Les diagrammes binaires liquide-vapeur Exercice 1 : Le diagramme binaire isobare du mélange binaire formé par le propan-2-ol (noté 2) et du 2-méthylpropan-2-ol (noté 1) est donné ci-dessous.

Plus en détail

GAMME CR EXTRACTION / FILTER / POLLUTION CONTROL // TECHNOLOGY

GAMME CR EXTRACTION / FILTER / POLLUTION CONTROL // TECHNOLOGY GAMME CR EXTRACTION / FILTER / POLLUTION CONTROL // TECHNOLOGY www.mpfilter.fr Gamme CR PEOPLE / ENVIRONMENT / MACHINERY // TRIPLE PROTECTION 2 GAMME CR APPLICATION Les exigences de qualité toujours plus

Plus en détail

LE PROGRAMME EUROPEEN «MOTOR CHALLENGE PROGRAMME» MODULE DES SYSTEMES DE VENTILATION

LE PROGRAMME EUROPEEN «MOTOR CHALLENGE PROGRAMME» MODULE DES SYSTEMES DE VENTILATION COMMISSION EUROPEENNE DIRECTION GENERALE ENERGIE ET TRANSPORT Energies nouvelles et gestion de la demande Promotion des énergies renouvelables et gestion de la demande Bruxelles, le 1er janvier 2003 LE

Plus en détail

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22

Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 Climatisation / Critéres du fonctionnement normal R22 1. Schéma de l installation 2. Critéres du bon fontionnement CONDENSEUR Valeurs de référence Valeurs mesurées Evaporateur à air/condenseur à air θ

Plus en détail