table des matières 6.1. Les maladies infectieuses

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "table des matières 6.1. Les maladies infectieuses"

Transcription

1 les maladies ifectieuses table des matières 6.1. Les maladies ifectieuses Tableau des vacciatios 6.2. L hygièe e collectivité Pourquoi les recommadatios e matière d hygièe sot-elles ecore d actualité? L hygièe e cas de maladie Mesures géérales d hygièe à reforcer e cas de maladies trasmissibles 6.3. Le rôle des iterveats das ue collectivité d efats 6.4. Le rôle du médeci traitat : la déclaratio obligatoire de certaies maladies trasmissibles 6.5. Mesures spécifiques Le rôle du médeci scolaire Le rôle des directios d école 6.6. Mesures et poits d attetio e dehors de l école 6.7. Mesures particulières à predre par maladie ifectieuse Tableau récapitulatif Descriptio des maladies ifectieuses reprises das l Arrêté 1. Coqueluche p Diphtérie p Gale p Gastro-etérites p Hépatites virales p Impétigo p Méigite à méigocoques p Oreillos p Poliomyélite p Poux p Rougeole p Rubéole p Scarlatie p Teiges p Tuberculose pulmoaire cotagieuse p Varicelle et zoa p Quelques maladies ifectieuses fréquetes e collectivité et o soumises à déclaratio obligatoire 17. Cytomégalovirus p Herpès labial p Molluscum cotagiosum p Mooucléose ifectieuse p Verrue plataire et athlete s foot p. 92 Aexes : Arrêté royal du 1 er mars 1971 relatif à la prophylaxie des maladies trasmissibles (MB 23 avril 1971). La Fédératio Walloie- Bruxelles travaille à l élaboratio d u décret qui actualisera ce texte. Arrêté du Gouveremet de la Fédératio Walloie-Bruxelles du 14 juillet 2011, relatif aux mesures de prévetio des maladies trasmissibles das le milieu scolaire et étudiat. a les maladies ifectieuses ifectieuses les modes de cotamiatio Le risque de cotamiatio e cas d ifectio peut être très importat das ue collectivité d efats. Les raisos e sot ombreuses. L homme, et plus particulièremet le petit efat, sert de réservoir aux microbes resposables des ifectios habituellemet recotrées. La source de cotamiatio déped du repaire du microbe e cause : tatôt il est préset das l air expiré et surtout das les gouttelettes émises lors de la toux, de l éteruemet, de la parole ; tatôt il est préset das les sécrétios : salive, crachats, urie, sueur, matières fécales pricipalemet ; parfois, le microbe se trasmet par cotact cutaé : croûtes, squames, vésicules ; efi, la trasmissio peut se faire égalemet par le sag. La cotamiatio peut être : directe, d homme à homme (exemples : la grippe, la rougeole); idirecte, sas cotact avec u malade (exemple : le tétaos); pour certais microbes, à la fois directe et idirecte. Pour qu u microbe cotamie quelqu u, il faut qu il passe par ue porte d etrée : ue muqueuse : respiratoire (le ez, la bouche...), géitale, digestive, cojoctivale (l œil)...; la peau, à la faveur d ue blessure, d ue brûlure ou d ue piqûre d isecte ; ue ioculatio directe das la circulatio saguie par ue serigue cotamiée, ue trasfusio de sag ou de plasma, ue morsure. L école (et les autres collectivités d efats), e raiso du grad ombre d idividus présets, est u milieu particulièremet favorable à la trasmissio de maladies de persoe à persoe. Elle peut égalemet être le lieu propice à ue itervetio lorsqu il y a plusieurs cas de maladie pour éviter la trasmissio de celle-ci à d autres 67

2 Les champigos Les maladies dues aux champigos sot appelées mycoses. E gééral, les champigos ifectet la peau et les muqueuses (buccales, géitales). Leur apparitio est favorisée par la dimiutio des défeses de otre peau (par exemple e cas d eczéma, de peau irritée et moite), mais égale a les maladies ifectieuses milieux. O compred aisi l importace des mesures prévetives à mettre e œuvre pour lutter cotre l extesio des maladies ifectieuses e collectivité. les agets ifectieux Le terme «microbes» recouvre les bactéries, les virus, certais champigos et certais parasites. La recotre d u de ces agets ifectieux avec ue persoe réceptive peut causer l apparitio d ue maladie ifectieuse. Les siges de la maladie ifectieuse, sa gravité, so traitemet variet selo le microbe e cause et l état de saté du récepteur. Les bactéries Les bactéries sot des cellules vivates. Certaies sot utiles à l orgaisme (celles du tube digestif, par exemple, qui aidet à la digestio), d autres sot pathogèes (le bacille de Koch, resposable de la tuberculose). Lorsqu ue bactérie agresse l orgaisme, les défeses aturelles luttet cotre l ifectio. Parfois, le recours à u atibiotique est écessaire. Les atibiotiques itervieet das le mécaisme de multiplicatio des bactéries. Certaies affectios (le cacer, le sida), certais traitemets (la chimiothérapie, les corticoïdes...) dimiuet les capacités de défese de l orgaisme et favoriset les ifectios. Les virus Les virus sot des microbes beaucoup plus petits que les bactéries. Ils e peuvet survivre qu à l itérieur d ue cellule vivate. Ils peuvet être agressifs, mais la plupart du temps le corps s e débarrasse tout seul. Certais sot toutefois plus agressifs et plus dagereux. Des médicamets spécifiques permettet de lutter efficacemet cotre certais virus (par exemple, cotre l herpès). Les atibiotiques sot, par cotre, iefficaces. les maladies ifectieuses : quels agets ifectieux? LES BACTERIES LES VIRUS LES CHAMPIGNONS LES PARASITES La coqueluche Les hépatites Le pied d athlète La gale La diphtérie Le molluscum Les teiges Les poux Le tétaos La poliomyélite Le ver solitaire La fièvre typhoïde Certaies gastro-etérites Les oxyures Certaies gastro-etérites La rougeole Les tiques L impétigo Certaies méigites La tuberculose Les ifectios à streptocoques bêta hémolytique du groupe A (y compris la scarlatie) Certaies méigites La rubéole Le sida La varicelle Les verrues Le zoa La mooucléose Les oreillos ifectieuses 68

3 a les maladies ifectieuses met lors de la prise d atibiotiques ou lors de certaies maladies, comme le diabète. Das quelques cas plus rares de maladie affaiblissate, les champigos peuvet evahir d autres parties du corps (les poumos par exemple). Les parasites Les parasites sot des micro-orgaismes plus ou mois agressifs. Ils evahisset le corps e tout ou e partie. D autres, comme le ver solitaire, les oxyures, sot des parasites, qui se loget uiquemet das le tube digestif (les oxyures, par exemple, peuvet costituer ue cause d appedicite). quels sot les moyes de défese de otre corps? La peau et les muqueuses formet ue première barrière aturelle cotre les microbes. La peau e peut remplir so rôle protecteur lorsqu elle est abîmée : éraflure, plaie... Les muqueuses sot le revêtemet des cavités aturelles et des orgaes creux du corps : la bouche, les appareils digestif, respiratoire et géital. Elles produiset des sécrétios qui cotribuet à limiter le développemet de microbes idésirables : les larmes des yeux, le mucus des aries, la salive de la bouche... Lorsque des microbes réussisset à frachir ces remparts extérieurs et péètret das le sag ou les tissus du corps, ils doivet faire face aux défeses iteres. Les globules blacs formet l armée des défeseurs. Comme toutes les armées, elle est costituée de différets types de combattats : les lymphocytes T et B... Il existe ue grade variété de lymphocytes, et les mécaismes de l immuité sot très complexes. O peut, e simplifiat, dire que les lymphocytes représetet la «mémoire» du système immuitaire. Chaque microbe est idetifiable par u élémet caractéristique de sa membrae : l atigèe. Dès le premier cotact, les lymphocytes T sot capables d idetifier les atigèes des microbes et de mettre e mémoire le sigalemet des atigèes recotrés. Ce sigalemet est idispesable pour créer ue arme spécifique cotre eux : les aticorps fabriqués par les lymphocytes B. Dès qu ils recotret les evahisseurs, les lymphocytes T doet immédiatemet leur sigalemet aux lymphocytes B. Ceux-ci sythétiset des aticorps spécifiques qui permettet le plus souvet de les élimier et de fourir ue «réserve» dot le modèle est de toute faço gardé e mémoire. Lors d u cotact ultérieur, ces aticorps viedrot se fixer sur les atigèes et mettrot e route u processus de destructio de l evahisseur. C est pourquoi, e souveir des différetes recotres avec le système immuitaire, de petites quatités d aticorps, propres à chaque microbe recotré, cotiuet à circuler das le sag. Ces aticorps spécifiques sot la preuve qu il y a eu ue réactio du système immuitaire et que la persoe est immuisée. Des modalités de défese de otre corps découlet deux grads moyes de protectio cotre les maladies ifectieuses : d ue part, éviter les cotacts avec les agets ifectieux et, d autre part, préparer le système immuitaire à se défedre cotre toute agressio. La vacciatio permet de fabriquer aticipativemet des aticorps. Ces armes spécifiques sot créées à partir de l ijectio das le corps d ue quatité cotrôlée d atigèes redus ioffesifs ou o virulets. Vaccier, c est doc agir pour éviter l apparitio de maladies ifectieuses présetat parfois des complicatios graves. Actuellemet, le programme de vacciatio de la Fédératio Walloie-Bruxelles précoise de se protéger cotre 13 maladies au cours de l eface et l adolescece. Il s agit de la poliomyélite, de la diphtérie, du tétaos, de la coqueluche, des ifectios ivasives à peumocoques et à hæmophilus de type b, des ifectios à méigocoque C et à rotavirus, de l hépatite B, de la rougeole, de la rubéole, des oreillos et du papillomavirus humai. La vacciatio est ue protectio à la fois idividuelle et collective : grâce à cette protectio, la trasmissio de certaies maladies, comme la rougeole par exemple, peut être iterrompue voire totalemet supprimée. Voici le caledrier vaccial de la Fédératio Walloie-Bruxelles, tel que proposé e Pour plus d iformatios, vous pouvez cosulter le site ifectieuses 69

4 Caledrier de vacciatio 2011 Recommadé par la Commuauté fraçaise Poliomyélite Diphtérie Tétaos Coqueluche Haemophilus ifluezae de type b Hépatite B Méigocoque C Peumocoque Rougeole Rubéole Oreillos RRO Hexavalet 8 semaies 2 mois 12 semaies 3 mois Nourrissos 16 semaies 4 mois Rotavirus (vacci oral) ( ) Papillomavirus (HPV) Efats et adolescets 12 mois 15 mois 5-6 as as as as Ce caledrier est susceptible d être modifié au fil des as. Votre médeci pourra évetuellemet l adapter à votre efat, hésitez pas à discuter vacciatios avec lui. Recommadé à tous et gratuit Recommadé à tous, remboursé mais pas gratuit Rattrapage si pas ecore effectué à cet âge Vacci combié (ue seule ijectio) Recommadé aux jeues filles et gratuit (3 doses) Certais de ces vaccis peuvet être coseillés à d autres âges, e foctio de l état de saté idividuel. La découverte de la péicillie et des atibiotiques aisi que les premières vacciatios autorisaiet tous les espoirs das la lutte cotre les maladies ifectieuses. L optimisme s est, hélas, doublé à tort d u setimet de sécurité. Ue maladie ifectieuse telle que la tuberculose fait u retour iquiétat das certaies zoes urbaies. D autres, comme la diphtérie, la méigite à méigocoques, peuvet aujourd hui ecore s avérer mortelles. Trete ouvelles maladies ifectieuses ot été idetifiées das le mode au cours de ces 20 derières aées. Le sida figure, bie etedu, parmi elles, mais il y e a d autres comme les hépatites C et E, la peumoie atypique, etc. La résistace aux atibiotiques, apparue au cours de ces 20 derières aées, représete u autre dager pour la saté humaie. Certais atibiotiques familiers sot deveus partiellemet i b l hygièe e collectivité ifectieuses L hygièe et ses règles coservet ue place prioritaire das la prévetio des maladies ifectieuses. Pour bie compredre l actio à meer au sei des collectivités, il faut savoir que la prévetio des maladies ifectieuses revêt trois grads aspects : l hygièe géérale, avec ses pricipes élémetaires à appliquer e toute circostace (pour plus d iformatios, cosulter le chapitre «Techiques d hygièe»); e cas de maladie, des mesures spécifiques (hygièe reforcée et évictio) pour réduire le risque d épidémie ; les vacciatios, qui assuret à l efat ou à l adulte qui s e occupe ue protectio efficace cotre u certai ombre de maladies. Les mesures précoisées e trouverot toutefois leur pleie efficacité que moyeat ue collaboratio étroite etre tous les iterveats. E ce ses, les parets doivet être correctemet iformés de l importace des mesures d hygièe das la prévetio des maladies et de la écessité d appliquer certaies mesures spécifiques (dot parfois l évictio temporaire de leur efat) e cas de maladie cotagieuse. Cette démarche cotribuera à développer u climat d échage, de cofiace et de resposabilité etre les iterveats. pourquoi les recommadatios e matière d hygièe sotelles ecore d actualité? 70

5 b l hygièe e collectivité ifectieuses efficaces otammet du fait d ue mauvaise utilisatio. Par ailleurs, des mesures d hygièe élémetaires comme le lavage des mais peuvet très efficacemet empêcher la trasmissio d agets pathogèes. l hygièe e cas de maladie La coduite à teir das ce domaie compred, d ue part, les mesures prévetives habituelles d hygièe géérale mesures décrites das le chapitre «Techiques d hygièe» et, d autre part, u certai ombre d actios particulières, telles que la vacciatio par exemple, afi de pouvoir miimiser le risque de développemet d ue épidémie ou ediguer celle-ci lorsqu elle surviet. L actio varie selo le mode de trasmissio et le germe e cause ; elle est habituellemet poctuelle et limitée das le temps. Mais elle doit être l occasio de cotrôler le respect des mesures d hygièe géérale qui sot idispesables das ue collectivité. mesures géérales d hygièe à reforcer e cas de maladies trasmissibles (extrait de l Arrêté du Gouveremet de la Fédératio Walloie-Bruxelles du 14 juillet 2011 relatif aux mesures de prévetio des maladies trasmissibles das le milieu scolaire et étudiat) Mesures géérales de prévetio, pour rappel Etretie régulier des locaux au savo et à l eau. Etretie quotidie des saitaires et des cuisies. Das les saitaires, mise à dispositio de papier toilette, d eau courate, de savo liquide et de serviettes e papier pour le séchage des mais. Hygièe des mais. Mesures spécifiques aux trasmissios par voie respiratoire Appredre aux efats à tousser et éteruer de maière hygiéique. Appredre aux efats à se moucher correctemet. Assurer ue boe aératio des locaux. Lavage des mais fréquet, surtout après cotact avec des sécrétios respiratoires. Mettre à dispositio des mouchoirs e papier jetables. Mesures spécifiques aux trasmissios par voie féco-orale Utiliser du savo liquide pour se laver les mais et des serviettes jetables pour les sécher, surtout avat de maipuler de la ourriture et après avoir été à selles. Eviter l échage de matériel (ex. gobelets, couverts, etc.). Etreteir régulièremet les saitaires. L etretie des saitaires e égligera pas le lavage à l eau et au savo des poits suivats : les poigées des portes, les robiets, les boutos de la chasse d eau et le sol. Etretie des cuisies. Hygièe alimetaire das les cuisies. Mesures spécifiques aux trasmissios par voie hématogèe (par voie saguie) Lorsque des muqueuses ou de la peau lésée sot souillées par du sag (d ue persoe porteuse d ue maladie à trasmissio par voie saguie), ou lorsque surviet ue plaie par morsure, avertir immédiatemet le médeci scolaire. Ne pas faire saiger la lésio souillée par le sag mais appliquer les mesures suivates : Ricer à l eau courate Désifecter Laisser les atiseptiques agir deux miutes Couvrir par u pasemet stérile. Ricer vigoureusemet à l eau les projectios saguies sur les muqueuses asale et buccale. Ricer à l eau claire ou au sérum physiologique les projectios sur les yeux. De maière géérale, éviter les cotacts cutaés et muqueux avec du sag. Toujours recouvrir les blessures des mais du soigat par u sparadrap hydrofuge. Revêtir des gats lors de sois ou lors de cotacts avec du sag. Nettoyer et désifecter les mais (avat et après tout soi), le matériel et les zoes souillés (e ce compris les textiles et literies). Elimier les pasemets souillés das des sacs etreposés à l abri des évetratios. Evacuer les sacs avec les déchets usuels. Elimier les aiguilles das des collecteurs prévus à cet effet, et dot l élimiatio est prise e charge par le persoel médical ou ifirmier. Mesures spécifiques aux trasmissios par voie directe Éviter les échages de vêtemets, e particulier les boets et les écharpes. Prévoir u espacemet suffisat des porte-mateaux. Ne pas coiffer les efats avec la même brosse ou le même peige. Eviter l échage d essuies. Hygièe cutaée. Hygièe des mais. Ogles coupés court. Pour plus de précisios sur les techiques d hygièe, vous pouvez cosulter le chapitre 2 «hygièe». 71

6 c le rôle des iterveats face à ue maladie ifectieuse das ue collectivité d efats Quelle que soit la collectivité d efats das laquelle l iterveat exerce so activité, plusieurs règles de base sot de mise. Le resposable de la collectivité et les iterveats (aimateurs, eseigats, béévoles...) doivet : Mettre e place les mesures uiverselles d hygièe (idividuelle, des locaux, de l alimetatio...). Assurer la prise e charge de l efat malade par des persoes qualifiées. Tout efat malade ou idisposé doit être isolé du groupe et e peut être laissé sas surveillace. Si l efat paraît sérieusemet idisposé : demader aux parets de veir le chercher ou le recoduire chez eux, avec u accompagateur. Si la situatio est plus grave, cosulter sas tarder u médeci ou appeler le 112 (voir chapitre «Faire face aux bosses et bobos»). Iformer les resposables de l efat (parets, tuteur...). Iformer le resposable de la collectivité, et, das le cas d ue école, iformer le médeci scolaire référet s il s agit d ue maladie trasmissible reprise das l Arrêté (ou e cas de doute). E foctio de la maladie, predre les mesures pour éviter la propagatio de la maladie, e collaboratio avec le médeci (soit le médeci qui assure la prise e charge de l efat, das le cas d activités telles que les camps de vacaces, soit le médeci scolaire das le cas d ue école). Deux Arrêtés régisset la questio de la gestio des maladies ifectieuses : L Arrêté royal du 1 er mars 1971 relatif à la prophylaxie des maladies trasmissibles (MB 23 avril 1971). La Fédératio Walloie- Bruxelles travaille à l élaboratio d u décret qui actualisera ce texte. L Arrêté du Gouveremet de la Fédératio Walloie-Bruxelles du 14 juillet 2011 relatif aux mesures de prévetio des maladies trasmissibles das le milieu scolaire et étudiat d le rôle du médeci traîtat : la déclaratio obligatoire de certaies maladies trasmissibles ifectieuses La déclaratio obligatoire a u rôle d alerte. Elle permet d avertir rapidemet le médeci ispecteur de la Directio de la Surveillace du Miistère de la Fédératio Walloie-Bruxelles. Celui-ci peut alors predre des mesures prophylactiques utiles pour limiter la propagatio de la maladie. La déclaratio obligatoire est égalemet ue des sources qui alimetet le recueil de doées visat à suivre l évolutio des maladies. Le médeci ispecteur evoie les iformatios, redues aoymes, à l Istitut scietifique de saté publique (ISP) qui les compilera avec les déclaratios veat des réseaux de surveillace des laboratoires (labo-vigies) et des médecis setielles afi de suivre et d aalyser l évolutio globale des germes et des maladies. La surveillace des maladies trasmissibles et l alerte e cas d épidémie e Fédératio Walloie- Bruxelles s iscrivet das u cadre plus large aux iveaux europée et iteratioal. Pour plus d iformatios sur cet aspect, vous pouvez lire le Flash 3 de «Saté e Commuauté fraçaise» dispoible sur qui doit déclarer? Tout professioel de la saté qui a coaissace d u cas suspect ou cofirmé d ue des maladies à déclaratio obligatoire, c est-à-dire : e premier lieu, le médeci qui soige le malade (médeci gééraliste, médeci PSE); le laboratoire qui a dépisté ou cofirmé u cas de maladie trasmissible. Il y a pas de problème si le malade est déclaré à deux reprises. commet et à qui déclarer? La déclaratio des maladies trasmissibles à la Directio de la Surveillace de la Saté de la Fédératio Walloie-Bruxelles (acieemet Commuauté fraçaise) se fait de différetes maières : Immédiatemet par téléphoe ( ) : lorsque la maladie pred d emblée ue forme épidémique ; lorsqu e raiso des circostaces, le malade costitue u dager exceptioel pour l etourage. E dehors de ces circostaces d urgece saitaire, d autres modalités sot proposées : Via (oglet «déclaratio obligatoire des maladies trasmissibles») via le logiciel e lige ; celui-ci permet de déclarer rapidemet et de maière sécurisée les maladies trasmissibles à déclaratio obligatoire. À chaque déclaratio de maladie ecodée écessitat ue actio immédiate (comme la méigite à méigocoques par exemple), le logiciel evoie automatiquemet u SMS au médeci ispecteur de garde. Le médeci ispecteur peut alors immédiatemet assurer le suivi. Par courriel : Via u formulaire «papier» qui repred la ature de la maladie, l idetité, la professio, l âge, le sexe et les coordoées du malade. Ce formulaire doit être evoyé das les 24 heures qui suivet la costatatio du cas à la 72

7 d le rôle du médeci traîtat : la déclaratio obligatoire de certaies maladies trasmissibles Directio de la Surveillace de la Saté de la Fédératio Walloie-Bruxelles. Par fax au Pour la Régio de Bruxelles Capitale, e dehors du milieu scolaire, les déclaratios sot à faire auprès de l Ispectio d Hygièe de la Commissio Commuautaire Commue au ou par GSM que déclarer? Les maladies à déclarer sur base du texte de loi de 1971 sot ombreuses. Les actios egedrées par l alerte sot différetes selo les maladies. Certaies sot plus essetielles à déclarer que d autres. Les actios à mettre e œuvre e cas d épidémie de gale ou de SARS e sot évidemmet pas les mêmes. Dès lors, afi de faciliter la tâche des déclarats, la Directio de la Surveillace de la Saté de la Fédératio Walloie-Bruxelles propose ue liste des maladies qu il coviet de déclarer e priorité. Lorsque le médeci déclare ue de ces maladies, il doit fourir u certai ombre d iformatios : ature de la maladie et divers reseigemets cocerat le patiet. Si la déclaratio s effectue via le logiciel de déclaratio e lige, chaque médeci peut disposer d u accès sécurisé et a la possibilité de cosulter et de modifier ses doées, si écessaire. Das les collectivités d efats, la déclaratio des maladies doit se faire, soit parce qu il y a des itervetios urgetes à predre, soit parce qu elles fot l objet d ue prévetio vacciale et qu il est importat de déceler les quelques rares cas qui surviedraiet, soit efi parce que des mesures socio-prophylactiques doivet être evisagées. Citos les maladies les plus courammet recotrées e collectivité d efats et qui doivet être déclarées e priorité au médeci ispecteur (d après «Les maladies à déclarer e priorité au médeci ispecteur de la Commuauté fraçaise» article paru das le Flash 3 «Saté e Commuauté fraçaise», jui 2009). Itoxicatios alimetaires : collectives, lorsqu elles touchet au mois deux persoes durat la même jourée ou das ue même istitutio ou das ue même famille, etc. présetat ue gravité exceptioelle e termes de ombre de persoes ifectées ou de gravité des symptômes. Maladies évitables par la vacciatio : coqueluche, rougeole, rubéole cogéitale, poliomyélite (virus sauvage ou vaccial), diphtérie, tétaos. Ifectios bactériees ivasives : ifectios ivasives à méigocoques, suspectes ou cofirmées (ex. méigite ou septicémie) ifectios ivasives à Hæmophilus ifluezae (ex : méigite) La tuberculose active (BK+) e mesures spécifiques ifectieuses À l école, il existe des mesures spécifiques et règlemetaires pour la prise e charge des maladies ifectieuses. Les rôles de la directio d école, par exemple, sot cadrés (voir page 74). E outre, il existe des services spécialisés pour la promotio de la saté : les services PSE et les CPMS (voir descriptio des missios page 13). Chaque service ou cetre chargé de la promotio de la saté doit commuiquer à l établissemet scolaire les coordoées du médeci scolaire référet. Pour répodre aux situatios d urgece saitaire, le service de médecie scolaire (service PSE ou CPMS) orgaise u dispositif d itervetio dispoible 24 heures sur 24. Il e commuique les modalités aux établissemets scolaires dot il a la tutelle. rôle du médeci scolaire Il est de : décider des coduites à teir e cas d urgece saitaire et e avertir les établissemets et les parets, l élève majeur ou l étudiat ; commuiquer aux parets, à l élève majeur ou à l étudiat, par l itermédiaire des directios d écoles, les modalités permettat de sigaler la surveue d ue maladie doat lieu à des dispositios spécifiques ; doer aux élèves, aux étudiats, aux parets, aux autorités et au persoel scolaire, les coseils e vue de réduire la propagatio des affectios cotagieuses, tat das l établissemet qu e dehors de celui-ci ; predre toutes les mesures prophylactiques, idividuelles ou géérales, e cas de maladie ifectieuse ; si écessaire, orgaiser et assurer le suivi de la recherche des sources de cotamiatio auprès des élèves et des 73

8 e mesures spécifiques ifectieuses membres du persoel, et das les locaux scolaires ; collaborer, le cas échéat, avec le médeci du travail e charge du persoel de l établissemet scolaire. Le médeci scolaire doit appliquer les mesures reprises das l Arrêté du Gouveremet de la Fédératio Walloie-Bruxelles du 14 juillet 2011 relatif aux mesures de prévetio des maladies trasmissibles das le milieu scolaire et étudiat, qui coceret ciq aspects : 1. le malade, c est-à-dire l élève ou le membre du persoel de l école ; 2. les autres élèves ou les membres du persoel ayat u cotact régulier avec le malade ; 3. l iformatio à trasmettre aux élèves et aux parets ; 4. les mesures géérales d hygièe ; 5. la déclaratio au médeci ispecteur d hygièe et l échage évetuel d iformatios avec le médeci du travail. Sauf avis cotraire, ces dispositios sot applicables à tous les iveaux d eseigemet materel, primaire, secodaire et supérieur o uiversitaire. Les cas o prévus doivet être soumis par le médeci scolaire ou l ifirmière au médeci resposable du service PSE ou du cetre PMS de la Fédératio Walloie-Bruxelles. Chaque école doit bééficier d u médeci resposable (désigé par le service PSE ou le cetre PMS de la Fédératio Walloie-Bruxelles) pour la prévetio. rôle des directios d école Nous repreos ci-dessous ue sythèse des mesures géérales à appliquer e matière de prévetio des maladies trasmissibles Dispositios géérales 1. Le chef de l établissemet scolaire doit revoyer à ses parets tout efat qui paraît sérieusemet idisposé, e le faisat accompager. Tout efat malade ou idisposé doit être isolé de sa classe et e peut être laissé sas surveillace. Lorsqu u efat a été raccompagé ou est abset pour cause de maladie, le chef de l établissemet scolaire s equiert, sas tarder, auprès des parets si l affectio dot l efat est atteit est cotagieuse et trasmissible. 2. Le chef de l établissemet scolaire est teu d alerter le médeci scolaire, dès qu il a coaissace d ue maladie trasmissible chez u élève, chez u membre du persoel scolaire ou das leur etourage familial. À cet effet, chaque chef d établissemet a reçu, du service PSE ou du cetre PMS de la Fédératio Walloie-Bruxelles, la liste des maladies trasmissibles à déclaratio obligatoire. 3. Le médeci scolaire, e collaboratio avec l ifirmière, pred les mesures idividuelles ou collectives d ordre prophylactique ou prévetif. Il les trasmet à la directio, qui veille à leur applicatio. 4. Exceptioellemet, ue mesure de fermeture d école peut être prise, e accord avec les services compétets des Miistres chargés de l Eseigemet et de la Saté. Cette mesure est prise par les médecis ispecteurs de la Fédératio Walloie-Bruxelles. Quelle attitude adopter face à u efat ou u membre du persoel malade? Coseiller au membre du persoel ue cosultatio chez so médeci traitat. Préveir les parets de l efat et le revoyer à so domicile e le faisat raccompager, coseiller de predre l avis du médeci traitat. Si l état de l efat est alarmat, appeler pour ue visite immédiate u médeci ou le 112. Le chapitre «Faire face aux bosses et bobos» vise à doer ue série de coseils pratiques pour répodre au mieux à certais «accidets» susceptibles de se produire das toute commuauté de jeues de 3 à 18 as. Quelle attitude adopter face à u efat ou u membre du persoel abset? S iformer si le malade est atteit d ue maladie ifectieuse. Das l affirmative ou das le doute : Cosulter les pages suivates pour plus d iformatios. Préveir le médeci scolaire. Lui trasmettre les iformatios recueillies. Il predra les mesures idividuelles ou collectives d ordre prophylactique ou prévetif. Appliquer les mesures prescrites par le médeci scolaire. N oubliez pas Les iformatios recueillies au cours des démarches doivet évidemmet être traitées das le souci de la cofidetialité et du respect de la vie privée de chaque efat. 74

9 f mesures et poits d attetio e dehors de l école E dehors de l école, durat les activités extra - scolaires, il existe pas de réglemetatio spécifique pour la prise e charge des maladies ifectieuses, comme il e existe das le mode scolaire. Néamois, ue série de dispositios géérales peuvet être rappelées. La règle de base reste le bie-être de l efat. Face à u efat malade (fièvre, vomissemets, diarrhée...), il est importat : d assurer ue prise e charge adaptée (voir chapitre «Faire face aux bosses et bobos») et de demader u avis médical si écessaire; de revoyer idéalemet l efat chez lui pour que ses parets puisset assurer la prise e charge médicale; d iformer les parets lorsqu u efat présete u problème de saté : ce qui s est passé, ce qui a été fait, si u avis médical a été demadé, ce qu il faut faire... Il faut égalemet trasmettre ces iformatios à la persoe qui pred l efat e charge, au momet de passer le relais à u autre iterveat ou à la persoe qui viet chercher l efat. Si ue maladie ifectieuse est déclarée, les orgaisateurs doivet être préveus afi de mieux se préparer aux dispositios médicales qui pourraiet être prises. Si u ecadrat ou u membre du persoel est malade, il faut lui coseiller de cosulter u médeci et d iformer la structure d accueil si la maladie est ifectieuse. Certais aspects plus spécifiques au milieu scolaire sot égalemet développés; ils coceret les mesures à predre par ue directio d école face à chacue des maladies décrites. Pour plus de précisios cocerat le milieu scolaire, vous trouverez les mesures particulières à predre das l Arrêté du Gouveremet de la Fédératio Walloie-Bruxelles du 14 juillet 2011 relatif aux mesures de prévetio des maladies trasmissibles das le milieu scolaire et étudiat (voir p. 71). Ces mesures coceret la commuicatio vers le médeci scolaire et les mesures géérales d hygièe à reforcer e foctio de la maladie et de so mode de trasmissio. g mesures particulières à predre par maladie ifectieuse Les pages suivates présetet des élémets descriptifs des maladies et de leurs coséqueces. Vous y trouverez égalemet quelques explicatios cocerat les mesures géérales d hygièe à reforcer e foctio de la maladie et de so mode de trasmissio. Tableau des pages 76 et 77 Descriptio des maladies ifectieuses reprises das l Arrêté du Gouveremet de la Fédératio Walloie-Bruxelles du 14 juillet 2011, relatif aux mesures de prévetio des maladies trasmissibles das le milieu scolaire et étudiat ifectieuses 75

10 g mesures particulières à predre par maladie ifectieuse Avertir le Évictio Iformatio des efats/parets et du persoel médeci (décisio du médeci scolaire) (à l iitiative du médeci scolaire) scolaire Coqueluche OUI 5 jours à dater du début Iformatios sur la maladie de l atibiothérapie et les évetuelles mesures à predre Si refus de traitemet, 3 semaies Diphtérie OUI OUI jusqu à guériso cliique Iformatios sur la maladie et les évetuelles mesures à predre Gale OUI NON si correctemet traitée Si épidémie, iformatios sur la maladie et les évetuelles mesures à predre Gastro-etérites Si plusieurs cas Évictio jusqu à guériso Si épidémie, iformatios sur la maladie ou forme sévère et les mesures à predre Hépatite A OUI 14 jours miimum à partir du Iformatios sur la maladie et les possibilités début des symptômes de vacciatio Impétigo OUI si problème NON si correctemet traitée Iformatios sur la maladie de traitemet et les évetuelles mesures à predre Méigites à méigocoques OUI OUI jusqu à la la guériso cliique Iformatios sur la maladie et les modalités d applicatio des mesures à predre Oreillos OUI Évictio jusqu à guériso Iformatios sur la maladie, la vacciatio et les évetuelles mesures à predre Poliomyélite OUI 30 jours miimum Rappel de la recommadatio de vacciatio Pédiculose (Poux) OUI si problème NON ou d ue durée de 3 jours Iformatio des élèves/parets et du persoel de traitemet maximum si pédiculose persistate Rougeole OUI Évictio jusqu à guériso Iformatios sur la maladie, la vacciatio et les évetuelles mesures à predre Rubéole OUI Évictio jusqu à guériso Iformatios sur la maladie, la vacciatio et les évetuelles mesures à predre Cytomégalovirus Iformer la NON Iformatios pour les femmes eceites médecie du travail Scarlatie OUI 24h à compter du début du traitemet Iformatios sur la maladie par atibiotiques et les évetuelles mesures à predre Teiges du cuir chevelu OUI NON si correctemet traitée Iformatios sur la maladie et les évetuelles mesures à predre Verrues plataires et athlete s foot NON Désifectio des pieds avat et après la baigade Tuberculose OUI OUI durat la période de cotagiosité Iformatio sur le dépistage Varicelle OUI OUI Iformatio sur la maladie et les mesures à predre chez les persoes immuodéprimées ifectieuses 76

11 Mesures spécifiques d hygièe e foctio Prise e charge de l etourage Déclaratio obligatoire du mode de trasmissio Trasmissio respiratoire Atibioprophylaxie et vacciatio pour ceux qui OUI das les 24h présetet ue vacciatio icomplète ou iexistate Trasmissio respiratoire Atibioprophylaxie OUI Maladie cutaée à trasmissio directe Si épidémie, dépistage NON + si épidémie, iformatio au médeci du travail Trasmissio féco-orale Evetuellemet, dépistage et recherche E cas de situatio épidémique des sources de cotamiatio exceptioelle Trasmissio féco-orale Evetuelle recommadatio de vacciatio et OUI recherche de source de cotamiatio Tous les cas o familialemet apparetés + service de médecie du travail Maladie cutaée à trasmissio directe Aucue NON Trasmissio respiratoire Atibioprophylaxie pour les persoes ayat eu des OUI das les 24h cotacts à haut risque durat les 10 jours urgece de saté publique précédat la maladie (évictio de 10 jours, si refus) - vacciatio évetuelle Aucue Vacciatio pour ceux qui présetet ue OUI das les 24h vacciatio icomplète ou iexistate Hygièe stricte des mais et des saitaires Évictio de 30 jours sauf si vaccié OUI urgece de saté publique Maladie cutaée à trasmissio directe Si écessaire, pla cocerté NON d actios éducatives et sociales Aucue Vacciatio pour ceux qui présetet ue vacciatio OUI das les 24h icomplète ou iexistate Aucue Vacciatio pour ceux qui présetet ue vacciatio Au médeci du travail par l itermédiaire icomplète ou iexistate de l établissemet Hygièe stricte des mais Au médeci du travail par l itermédiaire de l établissemet Trasmissio respiratoire Pas d atibioprophylaxie NON Maladie cutaée à trasmissio directe Surveillace attetive - évetuel dépistage NON Désifectio régulière des salles NON de gymastique et des douches Trasmissio respiratoire Dépistage systématique et surveillace spécifique OUI Trasmissio respiratoire Pas de mesures spécifiques NON ifectieuses 77

12 1 la coqueluche La coqueluche est ue maladie ifectieuse provoquée par ue bactérie. Elle est extrêmemet cotagieuse et particulièremet grave pour les efats de mois de 2 as. Elle peut même s avérer mortelle (surtout avat l âge d u a). La période d icubatio (etre 7 et 14 jours) se maifeste pricipalemet par u baal écoulemet asal, des larmoiemets, u maque d appétit. La fièvre est rare ou légère. La phase suivate, dite «paroxystique» dure de 2 à 4 semaies. L efat tousse de faço répétée et chaque quite se termie gééralemet par ue ispiratio prologée et bruyate de so aigu, évoquat le chat du coq. Les quites peuvet parfois doer lieu à des vomissemets. Chez des efats ou adolescets partiellemet vacciés, les symptômes sot atypiques, avec pricipalemet ue toux persistat plus de 21 jours. Les épidémies de coqueluche sévisset surtout au pritemps et e hiver. Actuellemet, les recommadatios de la Fédératio Walloie-Bruxelles sot de vaccier les efats dès l âge de 2 mois, puis à 3, 4 et 15 mois. U rappel est doé à 5-6 as, puis à as. L admiistratio d ue dose uique de dtpa est égalemet recommadée, quels que soiet les atécédets de vacciatio (complète ou icomplète) cotre la coqueluche, pour les adultes qui ot pas reçu de rappel de dtpa à l âge de 14 à 16 as et qui sot e cotact avec des ourrissos o ou isuffisammet vacciés (< 12 mois). Il s agit du pricipe de la vacciatio dite familiale ou cocoo, à savoir : futurs ou jeues parets, grads-parets et leurs cotacts familiaux proches, aisi que le persoel soigat e pédiatrie, materité et das les milieux d accueil de la petite eface. mode de trasmissio Très cotagieuse, la coqueluche se trasmet de faço directe par les particules de salive qu expulse le malade à l occasio d ue quite de toux. Quelles sot les complicatios possibles? Les quites de toux peuvet persister pedat des mois. Chez les très jeues efats, les quites de toux peuvet provoquer des apées, voir u arrêt respiratoire. La complicatio la plus courate chez les efats est l otite moyee. Mais d autres complicatios sot possibles : la peumoie, l ecéphalite, les covulsios, l apée et les hémorragies de l œil. d hygièe spécifiques à predre? Les mesures d hygièe doivet être appliquées e foctio du mode de trasmissio respiratoire (voir récapitulatif p. 71). e présece d u cas de coqueluche das votre école? Préveez le médeci scolaire. E effet, lorsqu u cas se déclare das ue classe, les autres élèves réceptifs risquet fort d être cotamiés. ifectieuses 78

13 2 la diphtérie La diphtérie appelée autrefois le croup est ue affectio bactériee cotagieuse. L ifectio se caractérise par la présece de fausses membraes au iveau de la gorge et du laryx. Elle apparaît après la période d icubatio de 2 à 7 jours et peut gêer la respiratio jusqu à provoquer l étouffemet. Des ausées, des vomissemets, des frissos, des maux de tête et de la fièvre sot très souvet présets. La vacciatio des efats s effectue dès l âge de 2 mois, puis à 3, 4 et 15 mois. La diphtérie est actuellemet e recrudescece das les régios européees de l Est. Aussi, u rappel de vacciatio est recommadé à l âge de 5-6 as, puis à as (vacci combié cotre la diphtérie, le tétaos et la coqueluche -dtpa- dosage adapté à l adulte), puis à vie tous les 10 as (vacci combié cotre la diphtérie, le tétaos -dt). mode de trasmissio La cotagio se fait via les sécrétios salivaires de l idividu ifecté, directemet ou par l itermédiaire d objets cotamiés. quelles sot les complicatios possibles? La toxie produite par la bactérie peut occasioer des lésios au cœur et etraîer des paralysies. La diphtérie est parfois mortelle. d hygièe spécifiques à predre? Les mesures d hygièe doivet être appliquées e foctio du mode de trasmissio respiratoire (voir récapitulatif p. 71). Das les classes materelles, veillez à désifecter les jeux et autres matériels scolaires que l efat aurait pu porter à la bouche. e présece d u cas de diphtérie das votre école? Préveez immédiatemet le médeci scolaire. La diphtérie costitue ue urgece de saté publique et doit être déclarée sas délai au médeci foctioaire ispecteur de l hygièe. U dispositif d itervetio d urgece a été istauré à cet effet. Ce système de commuicatio permaet avec les services PSE et les cetres PMS de la Fédératio Walloie-Bruxelles permet d agir e dehors des heures d ouverture des services de saté scolaire et des écoles. 3 la gale La gale est ue ifectio cutaée, parasitaire, cotagieuse, due à u acarie. Elle est béige et est pas liée à u maque d hygièe. L ifectio se caractérise par u élémet : le sillo. Ce sillo est ue galerie que le parasite creuse sous la couche corée de la peau. La femelle fécodée y dépose ses œufs. Les larves écloset e quelques jours et se cocetret autour des follicules pileux. Les lésios iflammatoires sièget avec prédilectio sur la face palmaire des doigts, à la face atérieure des poigets, aux plis des coudes et das les creux axillaires. Le visage peut aussi être atteit. Il existe u traitemet efficace cotre la gale sous forme de crème. Ue seule applicatio suffit e gééral. La gale est ue affectio qui provoque des démageaisos, surtout la uit. Ces démageaisos peuvet d ailleurs se poursuivre jusqu à trois semaies après le traitemet. mode de trasmissio La gale se trasmet aisémet par cotact direct avec le sujet ifesté (par exemple, lorsque les efats dormet esemble). La dissémiatio peut aussi être idirecte par l itermédiaire des vêtemets ou de la literie. L icubatio est de deux à six semaies. quelles sot les complicatios possibles? Les lésios de grattage favoriset la surifectio bactériee. d hygièe spécifiques à predre? Il faut appliquer les mesures d hygièe applicables e cas de maladie cutaée à trasmissio directe (voir récapitulatif p. 71) Veillez à la désifectio des liges, des vêtemets et de la literie des élèves e iterat. Lessiver à 60 ou passer le lige au séchoir est ue méthode efficace pour élimier les acaries. Veillez aussi à la désifectio des istallatios sportives, des vestiaires, des douches, des salles de repos. (Attetio aux échages de tee-shirt!) Les chies galeux et autres aimaux domestiques (chats, lapis...) sot cotagieux pour l homme. e présece d u cas de gale das votre école? Préveez simplemet le médeci scolaire. Il y a pas d évictio à coditio qu il s agisse d ue gale commue correctemet traitée. ifectieuses 79

14 4 les gastro- etérites Les gastro-etérites sot essetiellemet d origie virale (40 à 50 %) ou bactériee (20 à 25 %). Les bactéries le plus fréquemmet e cause sot les colibacilles, les salmoelles et les staphylocoques. Les gastro-etérites se révèlet par des ausées ou des vomissemets, ue diarrhée de gravité variable et ue gêe abdomiale. Les pertes hydro-électrolytiques qui s esuivet peuvet avoir de graves coséqueces chez les jeues efats. mode de trasmissio Les sources d ifectio sot très variées : l igestio d alimets cotamiés, le cotact de persoe à persoe, les aimaux, la cosommatio d eaux cotamiées lors d activités de plei air, etc. quelles sot les complicatios possibles? La persistace des vomissemets et de la diarrhée peut etraîer ue déshydratatio sévère avec état de choc. d hygièe spécifiques à predre? Il faut appliquer les mesures d hygièe applicables e cas de maladie à trasmissio féco-orale (voir récapitulatif p. 71) Veillez à l hygièe stricte des mais, des istallatios saitaires et des cuisies. Isistez auprès du persoel coceré sur : l importace du port des gats lorsqu o maipule les alimets ; la écessité d u récurage régulier des toilettes ; la désifectio des sols. e présece d u cas de gastro-etérite ifectieuse das votre école? Recommadez à l élève ou au membre du persoel atteit de cosulter so médeci. Iformez le médeci scolaire. Celui-ci décidera des mesures à predre et recherchera d évetuelles sources de cotamiatio. 5 les hépatites virales Les hépatites virales sot des maladies du foie causées par des virus. O parle d hépatites A, B, C, D ou E, selo le virus e cause. L hépatite A et l hépatite B comptet parmi les maladies ifectieuses les plus répadues. La grade majorité des hépatites virales de l efat sot causées par le virus A. Les symptômes sot variés : ue fièvre, des céphalées, ue aorexie, ue grade fatigue, des ausées, des vomissemets, des douleurs abdomiales, ue diarrhée... L ictère est pas toujours préset et est d importace variable. Il se traduit par la coloratio jaue de la peau et des muqueuses. Il s accompage de selles pâles et d uries de couleur brue. Il dure mois de 4 semaies. L hépatite A est la seule visée par l Arrêté du Gouveremet de la Fédératio Walloie- Bruxelles. l hepatite a mode de trasmissio L hépatite A est très cotagieuse et se trasmet par l eau, les mais et les alimets souillés. quelles sot les complicatios possibles? Das la très grade majorité des cas, l hépatite A guérit sas séquelles. Ue rechute das les 10 ou 12 semaies qui suivet est possible. L évolutio fatale (hépatite fulmiate) est extrêmemet rare. d hygièe spécifiques à predre? Il faut appliquer les mesures d hygièe applicables e cas de maladie à trasmissio féco-orale (voir récapitulatif p. 71) Veillez e toutes circostaces à l hygièe stricte des mais, des istallatios saitaires et des cuisies. E effet, la prévetio de la trasmissio de l hépatite A passe par l appretissage des règles élémetaires d hygièe, otammet le lavage des mais avat de mager et après s être redu aux toilettes, la désifectio des W.C., etc. e présece d u cas d hépatite A das votre école? Préveez immédiatemet le médeci scolaire. Celui-ci pourrait recommader l admiistratio d ue vacciatio aux efats et aux membres du persoel e cotact direct avec le malade, spécialemet e iterat. Si plusieurs cas devaiet se préseter das l école edéas le mois, le médeci scolaire peut demader qu il y ait ue equête cocerat l hygièe alimetaire, l hygièe des cuisies et des istallatios saitaires. Iformez égalemet la médecie du travail e vue d u évetuel dépistage parmi les persoes maipulat des derées alimetaires. ifectieuses 80

15 6 l impétigo L impétigo est ue affectio de la peau, fréquete chez le petit efat. C est ue maladie cotagieuse due à des bactéries comme le staphylocoque ou le streptocoque. L impétigo se caractérise par l apparitio de «cloques d eau». Ces cloques se rompet ou se dessèchet rapidemet, formet des croûtes jauâtres et se multipliet par auto-cotamiatio. Mais elles e laisset pas de cicatrices. L impétigo est dit «bulleux». La bulle est blache et hémisphérique lorsque l aget ifectieux est u staphylocoque doré. Elle est peu visible et à bords irréguliers quad il s agit d u streptocoque. L impétigo streptococcique du visage evahit volotiers le cuir chevelu. L état gééral peut être altéré. Attetio, l impétigo e doit pas être cofodu avec l herpès (voir page 90). mode de trasmissio Les lésios sot cotagieuses et les bactéries se trasmettet pricipalemet par cotact direct. e présece d u cas d impétigo das votre école? L élève ou le membre du persoel atteit peut fréqueter l école à coditio que l affectio soit traitée et que les lésios soiet sèches. À défaut de traitemet, préveez le médeci scolaire; l élève sera évicé jusqu à guériso cliique. La priorité est d assurer e urgece ue prise e charge adéquate de l efat et d avertir ses parets. Esuite, le resposable devra se reseiger jusqu à obteir cofirmatio du diagostic et predre coseil auprès du médeci e charge de l efat quat à la écessité d i 7 les méigites à méigocoques Les méigites sot des iflammatios des méiges du cerveau. Elles sot dues à des virus ou à des bactéries. Les maux de tête, les vomissemets et la fièvre e sot les symptômes pricipaux. D autres, tels des troubles de la cosciece (obubilatio, coma) sot possibles. Ue raideur de la uque empêchat la flexio de la tête e avat, ue exagératio de la sesibilité et le fait de e pas supporter la lumière sot d autres siges fréquets. Face à ces siges, hésitez pas à appeler le 112. Les maux de tête, l irritabilité, etc. se retrouvet bie sûr das d autres maladies comme la grippe. Les méigites virales représetet la majeure partie des méigites. De ombreux virus peuvet e être resposables. Avat la vacciatio RRO gééralisée, les oreillos e étaiet la cause la plus fréquete. Les méigites bactériees e sot pas des maladies très courates. Elles peuvet être dues à différets germes. Parmi les bactéries resposables des méigites, les méigocoques sot les plus dagereux. L ifectio à méigocoques peut être ivasive (septicémie) et évoluer de maière foudroyate. ifectieuses mode de trasmissio La trasmissio du méigocoque (bactérie) a lieu lors de cotacts directs, de persoe à persoe, e particulier lors de la dispersio des gouttelettes de salive émaat de l oro-rhiopharyx (bouche, ez, pharyx), lors de la toux, l éteruemet, les baisers, le partage immédiat de vaisselle fraîchemet souillée. La trasmissio du méigocoque écessite des cotacts logs, fréquets et/ou rapprochés. Elle peut doc avoir lieu, d ue part, etre le malade et les membres directs de sa famille et, d autre part, etre le malade et toute persoe avec laquelle il y a eu ce type de cotact. La trasmissio s effectue durat la période d icubatio (de 2 à 10 jours, e moyee 7 jours). Certaies commuautés (crèches, écoles gardiees, caseres, iterats, pesios, séjours parascolaires, maisos de repos...) sot à haut risque de trasmissio. Qu eted-o par cotact à haut risque? Ces cotacts coceret les persoes qui fot partie de l etourage familial proche du malade vivet sous le même toit que le malade ot des cotacts itimes ou rapprochés avec le malade (échage de baisers, de brosses à dets, partage de couverts, cotacts physiques répétés, partage de mouchoirs, du même lit, participatio à des activités sportives de groupe, proximité physique...) fot partie d ue classe d élèves de l eseigemet materel ou spécialisé das laquelle u cas est déclaré quelles sot les complicatios possibles? La méigite bactériee peut être très grave et écessite ue atibiothérapie d urgece, cotrairemet aux méigites virales dot le proostic est bo das l esemble. La gravité des méigites à méigocoques diffère aussi selo l âge du malade. La prudece est spécialemet de rigueur das l eseigemet materel. L ifectio à méigocoques peut être ivasive (septicémie) et évoluer de maière foudroyate (même sas siges de méigite). d hygièe spécifiques à predre? Il faut appliquer les mesures d hygièe applicables e cas de maladie à trasmissio respiratoire (voir récapitulatif p. 71) e présece d ue suspicio de méigite (hors cotexte scolaire)? 81

16 7 les méigites à méigocoques ifectieuses former les autres parets et d istaurer ou o u traitemet prophylactique chez les cotacts à haut risque (otio à détermier avec le médeci). Si le médeci précoise l admiistratio d ue atibioprophylaxie, celle-ci doit être istaurée rapidemet (das u délai de heures) et cosiste e gééral e ue dose uique de ciproxie (atibiotique). Le resposable iformera au plus vite les parets des efats aisi que les ecadrats qui étaiet présets aux activités das les 10 jours précédat l apparitio de la maladie et qui ot été e cotact rapproché avec le malade, afi qu ils puisset predre rapidemet les dispositios adéquates. U certificat médical attestat de la prise du médicamet leur sera demadé. Si des parets refuset de cosulter et/ou d admiistrer le traitemet à leur efat, celui-ci sera évicé pour ue période de dix jours. E cas de séjour e iterat, u médeci peut assurer le traitemet prophylactique des efats et membres du persoel pour autat que les parets aiet été iformés et aiet marqué leur accord. E cas de refus, il leur sera demadé de veir rechercher leur efat. Si le diagostic de méigite bactériee est cofirmé, les parets des autres efats accueillis (e faisat pas partie des cotacts à haut risque) serot iformés sas tarder, si possible via u documet adapté. L objectif est d augmeter la vigilace des parets et la rapidité du diagostic de leur médeci, afi d istaurer sas tarder le traitemet adéquat avec évictio de l efat. Cette démarche permet de limiter les risques idividuels et la propagatio d u efat à l autre. Cette iformatio décrira les symptômes évoquat ue méigite et les icitera à cosulter sas tarder s ils e repèret chez leur efat. Elle compredra égalemet les coordoées d ue persoe de référece qui pourra répodre à leurs questios (de préférece u médeci ou ue ifirmière). Si l iformatio à propos de la maladie est fodametale, le devoir de discrétio (voir le secret professioel) reste de mise cocerat l efat ou la persoe qui a itroduit cette maladie das la collectivité. E cas de rumeur o cofirmée par la suite, ue iformatio précise peut éviter des démarches iutiles aisi que l ecombremet de services d urgeces. Il est importat d iformer l esemble du persoel de la collectivité et de lui doer des recommadatios précises das ce cotexte particulier : mesures à predre e cas de fièvre, de maux de tête chez u efat, reforcemet des mesures d hygièe... e présece d u cas de méigite (ou d ue rumeur) das votre école? Préveez immédiatemet le médeci scolaire car les méigites dues au méigocoque costituet ue urgece de saté publique. U dispositif d itervetio d urgece a été istauré à cet effet. Ce système de commuicatio permaet avec les services PSE et les cetres PMS de la Fédératio Walloie- Bruxelles permet d agir e dehors des heures d ouverture des services de saté scolaire et des écoles. Dès qu u cas de méigite à méigocoque est avéré, le médeci scolaire prescrira ue atibioprophylaxie pour les élèves ayat eu des cotacts à haut risque avec le malade durat les 10 jours précédat la maladie. Lorsque survieet au mois deux cas (de familles différetes) das le même établissemet, sur ue période de mois d u mois, l atibioprophylaxie sera étedue à toute la classe et tous les groupes d activités das lesquels se sot déclarés les cas. La vacciatio postexpositio est alors précoisée et doit couvrir le sérogroupe. L atibioprophylaxie doit être admiistrée le plus rapidemet possible (das les 24-48h). Au-delà de 10 jours après la surveue du cas, l atibioprophylaxie e s applique plus. E cas de refus, sigifié par écrit, de l atibioprophylaxie proposée, l élève sera évicé pour ue période de 10 jours. Lorsque les parets le souhaitet ou que la situatio d urgece le écessite, u médeci de leur choix autre que le médeci scolaire peut admiistrer l atibioprophylaxie appropriée. Das ce cas, ils devrot produire u certificat attestat de l observace de l atibioprophylaxie pour que l élève puisse fréqueter l école. Sas ce certificat, l élève sera évicé pour ue période de 10 jours. faut-il iformer les parets? oui, dès la suspicio du premier cas, le médeci scolaire proposera ue iformatio adaptée. Il s agit d ue urgece saitaire. Les parets et élèves serot iformés quat à la maladie et aux modalités d applicatio des mesures. Les parets des élèves qui seraiet absets depuis 10 jours ou mois, au momet de la surveue du cas, doivet impérativemet être cotactés et recevoir égalemet l iformatio. oubliez pas Soyez particulièremet attetifs aux abseces d élèves. Iformez-vous auprès des parets des raisos de l absece. 82

17 8 les oreillos Les oreillos, cotrairemet à ce que leur om suggère, ot rie à voir avec les oreilles. Il s agit, e fait, d ue ifectio des glades parotides. Ces glades sot situées sous la mâchoire et devat le lobe de l oreille et produiset la salive. La maladie provoque u goflemet de ces glades et les red douloureuses. La tuméfactio se costitue e 2 à 3 jours et est bie visible si o regarde l efat par derrière. L efat est fébrile et a perdu l appétit. La fièvre est élevée. Il existe u vacci cotre les oreillos, combié aux vaccis cotre la rougeole et la rubéole (RRO). Il est actuellemet recommadé aux efats à l âge de 12 mois. Ue deuxième dose est recommadée vers as. mode de trasmissio La cotagiosité est faible. Elle est essetiellemet directe par les gouttelettes de salive émises lors de la parole ou de la toux. L efat est cotagieux 1 semaie avat le début des symptômes et 9 jours après l apparitio des premiers siges. quelles sot les complicatios possibles? Les complicatios survieet chez 4 % des malades. Eviro 1 efat sur 100 fait ue méigoecéphalite. L orchite (iflammatio d u ou des deux testicules) cosécutive aux oreillos cocere 1 cas sur 100 mais etraîe que très raremet ue stérilité. Il existe égalemet des cas d ovarite, de pacréatite, de prostatite, d atteites des reis, du cœur ou des glades lacrymales. d hygièe spécifiques à predre? Il y a pas de mesures d hygièe spécifiques à recommader, seule la vacciatio peut être proposée. e présece d u cas d oreillos das votre école? Préveez le médeci scolaire. Ce derier pourra évetuellemet recommader l admiistratio du vacci RRO aux efats o ecore vacciés ou de faço icomplète, pour protéger la collectivité. oubliez pas Iformez le persoel eseigat que la vacciatio est vivemet recommadée et que le vacci cotre les oreillos est combié à celui cotre la rougeole aisi qu à celui cotre la rubéole (RRO). 9 la poliomyélite La poliomyélite est ue maladie cotagieuse provoquée par u virus qui s attaque aux cetres erveux, otammet la moelle épiière. Elle peut etraîer de graves paralysies. La maladie est actuellemet bie maîtrisée das otre pays grâce à la vacciatio. Celle-ci est d ailleurs obligatoire e Belgique depuis La vacciatio des efats s effectue dès l âge de 2 mois, puis à 3, 4 et 15 mois. Ue attestatio doit être remise avat l âge de 18 mois à l admiistratio commuale. Actuellemet, près de 98 % des efats sot vacciés. mode de trasmissio Très cotagieuse, l ifectio se trasmet par cotact direct (salive, sécrétios respiratoires, mais souillées) et par l eau et les alimets cotamiés. quelles sot les complicatios possibles? Les paralysies, les atteites respiratoires et les séquelles à log terme fot toute la gravité de la poliomyélite et justifiet la lutte cotre elle par la vacciatio. d hygièe spécifiques à predre? Il faut appliquer les mesures d hygièe applicables e cas de maladie à trasmissio féco-orale (voir récapitulatif p. 71) Rappelez les règles élémetaires cocerat l hygièe des mais et veillez à l hygièe des istallatios saitaires. Iformez le persoel eseigat que la vacciatio, voire ue vacciatio de rappel, est vivemet recommadée. e présece d u cas de poliomyélite das votre école? Préveez immédiatemet le médeci scolaire. La poliomyélite est ue urgece de saté publique et doit être déclarée sas délai au médeci foctioaire ispecteur de l hygièe. Ce système de commuicatio permaet avec les services PSE et les cetres PMS de la Fédératio Walloie- Bruxelles permet d agir e dehors des heures d ouverture des services de saté scolaire et des écoles. ifectieuses 83

18 10 les poux Trois sortes de poux sot resposables de lésios cutaées érythmato-papuleuses très prurigieuses. Ce sot les poux de la tête (seuls e cause chez l efat), les poux du corps et les morpios (pédiculose du pubis). Ils fot partie des parasites. Les poux de la tête sot très prolifiques, adoret la chaleur et sot très préveats pour leur progéiture puisqu ils collet littéralemet leurs œufs sur les cheveux. Les letes se découvret e regardat les cheveux à proximité du cuir chevelu. Les poux sot mobiles et se remarquet e écartat les cheveux das les zoes chaudes et humides du crâe, au iveau de la uque, des tempes et sous la frage. L efat atteit de pédiculose de la tête se gratte la tête et la uque. ifectieuses mode de trasmissio Les poux se reproduisat extrêmemet vite (ue femelle pod 100 à 300 œufs e 6 semaies), l ifectio est très cotagieuse. La trasmissio des poux est favorisée par les échages de peiges, de brosses et de boets. Les poux e sautet pas... quelles sot les complicatios possibles? Le prurit etraîe des lésios de grattage qui peuvet se surifecter. Les «traitemets prévetifs» e servet à rie et peuvet etraîer des lésios allergiques du cuir chevelu et des siges de toxicité. e présece de poux das votre école? Iformez les parets des élèves et les membres du persoel. Il existe aucu moye de préveir l apparitio des poux. Par cotre, le traitemet de la pédiculose se fait e famille. Au moidre cas, tous les membres de la famille doivet être cotrôlés. E cas de pédiculose chroique, le service de médecie scolaire predra les cotacts écessaires pour la mise e œuvre du traitemet et d u pla cocerté d actios éducatives et sociales das la collectivité. Il y a pas d évictio systématique des élèves atteits de pédiculose (letes et poux). Seuls les élèves atteits de pédiculose persistate pourrot être évicés par le médeci scolaire, pour ue durée maximale de 3 jours. oubliez pas La prophylaxie des poux repose sur des mesures simples d hygièe, la surveillace des cheveux par les parets et les istituteurs. Demadez aux eseigats d être attetifs à ce problème. Veillez à fourir aux élèves la possibilité de rager idividuellemet leurs effets vestimetaires persoels. U sac idividuel e tissu peut être evisagé, à coditio de subir u etretie fréquet. Des sacs e plastique, régulièremet reouvelés, costituet ue boe alterative. Faites régulièremet etreteir le petit matériel scolaire, à savoir les étoffes qui garisset les fauteuils et les matelas (coussis, housses, appuie-têtes) et qui fot partie du mobilier scolaire das les sectios materelles, les salles de séjour ou les salles de relaxatio. La lessive à chaud (60 ), le ettoyage à sec ou le passage au séchoir suffiset gééralemet à élimier les poux. E cas de portage chroique das certaies classes, élaborez et mettez e place u pla cocerté d actios éducatives et sociales das la commuauté scolaire. Les poux e sot pas e exclusivité das les écoles. Toutes les collectivités peuvet malheureusemet recotrer u problème de poux. C est ue problématique délicate car elle crée parfois des stigmatisatios de certais efats et de leur famille. Das la plupart des cas, ue fois le traitemet etamé, les efats e sot plus cotagieux. O peut très bie imagier d iformer les parets du problème à la fi de la jourée, de réaliser le traitemet le soir et d accueillir l efat le ledemai pour participer aux activités. L exclusio automatique des efats présetat des poux pour ue période détermiée a doc pas toujours de ses. Il s agira plutôt de costruire u dialogue costructif avec les parets pour que la prise e charge et le traitemet de l efat soiet efficaces et o stigmatisats. Le traitemet précoisé est : Peigage des cheveux mouillés avec peige à poux. Traitemet local avec u pédiculicide : shampoig à base de Pyrethrioïdes, lotio à base de Malathio. À répéter après 8 jours. Autres mesures à predre Évictio de 24 heures si pédiculose massive. Retour après traitemet. Dépistage soigeux et réguliers (loupe, peige fi). Nettoyage des peiges, brosses Lavage du lige + boet, vestes (oreillers) à 50. Les messages-clés sot les suivats : La pédiculose est surtout gêate e raiso des démageaisos qu elle provoque et de la cotagiosité importate, mais elle est pas dagereuse e soi. Le dépistage et l applicatio correcte du traitemet sot très importats pour augmeter les chaces d éradicatio. Le diagostic de la pédiculose repose sur la présece de poux vivats. Les letes viables (à mois d 1 cm du cuir chevelu) sot difficiles à recoaître et e costituet pas u bo critère diagostique. Seules les persoes chez lesquelles des poux ot effectivemet été trouvés doivet être traitées. 84

19 11 la rougeole La rougeole est la plus commue des maladies ifectieuses spécifiques de l efat. C est ue affectio virale très cotagieuse. Elle demeure l ue des plus grades causes de mortalité ifatile das le tiers mode. Elle est e effet très grave chez les efats mal ourris et immuodéprimés. Au début, l efat perd l appétit, tousse, présete de la fièvre, u écoulemet asal, ue cojoctivite et u malaise gééral. Il est très grogo, pleure pour u rie. Le premier sige spécifique de la maladie (le sige de Köplik) est la présece d u semis de petites taches blaches, grosses comme ue tête d épigle, à la face itere des joues. Trois ou quatre jours plus tard, le sige de Köplik disparaît pour être remplacé par l éruptio typique de l affectio. Il s agit de maculopapules e relief de quelques millimètres de diamètre, qui cofluet e larges plages mais laisset toujours etre elles des itervalles de peau saie. L éruptio débute sur le visage, derrière les oreilles, et s éted progressivemet pour couvrir tout le corps. Au cours de cette phase éruptive, la fièvre reste élevée, la toux et les écoulemets persistet. L efat est très fatigué. La fièvre disparaît lorsque l éruptio s efface. La covalescece s éted sur ue dizaie de jours, l efat restat fatigué. La rougeole peut doer de graves complicatios eurologiques. Il existe u vacci cotre la rougeole, combié aux vaccis cotre la rubéole et les oreillos (RRO). Il est actuellemet recommadé aux efats à l âge de 12 mois. Ue deuxième dose est recommadée vers as. L Orgaisatio Modiale de la Saté vise l élimiatio de la rougeole de la zoe européee. La Belgique doit atteidre, das ce cotexte, ue couverture vacciale pour les deux doses de RRO de plus de 95 %. mode de trasmissio La rougeole se trasmet pricipalemet par projectio de gouttelettes à partir du ez, de la gorge et de la bouche d ue persoe se trouvat à la phase iitiale de la maladie ou au début de l éruptio. La cotamiatio est parfois idirecte e raiso de la persistace du virus das l air ou sur ue surface cotamiée. quelles sot les complicatios possibles? Les complicatios de la rougeole sot le plus souvet des otites. Il arrive toutefois que la maladie se complique d ue peumoie ou, plus raremet, d ue ecéphalite (1 cas sur 1000). d hygièe spécifiques à predre? Il y a pas de mesures d hygièe spécifiques à recommader, seule la vacciatio peut être proposée. e présece d u cas de rougeole das votre école? Préveez immédiatemet le médeci scolaire. Ce derier pourra évetuellemet recommader l admiistratio précoce du vacci RRO (das les 72 heures suivat l apparitio du premier cas) aux élèves dot l historique vaccial serait icomplet ou iexistat. oubliez pas Iformez le persoel eseigat que la vacciatio est vivemet recommadée et que le vacci cotre la rougeole est combié à celui cotre la rubéole aisi qu au vacci cotre les oreillos (RRO). ifectieuses 85

20 12 la rubéole La rubéole est ue ifectio virale béige, qui passe souvet iaperçue. L efat a que peu ou pas de fièvre, parfois pas d éruptio. Quad il y a éruptio, les boutos sur le visage et le corps sot très fis et plutôt roses. Les gaglios de la uque sot goflés. Cette ifectio se voit surtout à la fi de l hiver et au pritemps. L efat ifecté peut trasmettre la maladie ue semaie avat le début de l éruptio et jusqu à ue semaie après sa disparitio. Il existe u vacci cotre la rubéole, combié aux vaccis cotre la rougeole et les oreillos. Il est actuellemet recommadé aux efats à l âge de 12 mois. Ue deuxième dose est recommadée vers as. mode de trasmissio La maladie est provoquée par u virus dissémié par des gouttelettes aéroportées ou par u cotact étroit. quelles sot les complicatios possibles? La maladie e présete pas de dager e soi pour l efat qui e est atteit. Le dager de la rubéole réside das la cotamiatio d ue femme eceite o immuisée. So efat pourrait être atteit de malformatios cogéitales. d hygièe spécifiques à predre? Il y a pas de mesures d hygièe spécifiques à recommader, seule la vacciatio peut être proposée. e présece d u cas de rubéole das votre école? Préveez immédiatemet le médeci scolaire. La vacciatio par le vacci trivalet RRO (rougeole - rubéole - oreillos) sera recommadée aux élèves dot l historique vaccial est icomplet ou iexistat. oubliez pas Iformez le persoel eseigat que la vacciatio est vivemet recommadée et que le vacci cotre la rubéole est combié à celui cotre la rougeole aisi qu au vacci cotre les oreillos (RRO). Le persoel scolaire, e début de grossesse, doit être averti du risque et se voir recommader ue cosultatio auprès du médeci traitat. Sigalez le cas à la médecie du travail, afi que les mesures écessaires puisset être prises pour les femmes eceites. Ue évetuelle évictio, maiteue jusqu à 21 jours après la déclaratio du derier cas de rubéole, est possible. 13 la scarlatie Le streptocoque bêta hémolytique de type A est pricipalemet resposable d agie. La scarlatie est ue maladie éruptive cotagieuse de l efat de plus de 3 as. Elle est due à la toxie de certais streptocoques de type A. Les symptômes de la maladie sot ue fièvre élevée, de petits boutos rouges très fis et très serrés redat la peau rugueuse au toucher et ue forte agie. L efat est très abattu. Sa lague est «dépapillée» et a ue couleur de framboise. mode de trasmissio La trasmissio du streptocoque a lieu lors de cotacts directs, de persoe à persoe, e particulier lors de la dispersio des gouttelettes de salive émaat de l oro-rhiopharyx (bouche, ez, pharyx), lors de la toux, de l éteruemet, des baisers, du partage immédiat de vaisselle fraîchemet souillée. quelles sot les complicatios possibles? Ue ifectio à streptocoque bêta hémolytique de type A, pas ou mal soigée, peut occasioellemet etraîer des complicatios réales, articulaires et cardiaques graves. d hygièe spécifiques à predre? Il faut appliquer les mesures d hygièe applicables e cas de maladie à trasmissio respiratoire (voir récapitulatif p. 71) e présece d u cas de scarlatie das votre école? Préveez le médeci scolaire. ifectieuses 86

Fiche n 1: Précautions standard Prévention de la transmission des agents infectieux. Ventilateurs, climatiseurs

Fiche n 1: Précautions standard Prévention de la transmission des agents infectieux. Ventilateurs, climatiseurs 14/10/2010 11:31 Page 1 Fiches de précoisatio des mesures d hygièe das les lieux de vie des efats Ces fiches ot été élaborées par u groupe de travail de professioels du départemet du Rhôe e collaboratio

Plus en détail

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone

relatif à la transmission d ordres par fax et téléphone Règlemet Télé-Equity relatif à la trasmissio d ordres par fax et téléphoe (Cliets de détail) 02541 Pour des raisos d efficacité et de rapidité, le Cliet peut trasmettre ses ordres par fax et/ou téléphoe

Plus en détail

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir

Ce que les Afro-Américains atteints de diabète ou d hypertension artérielle doivent savoir Ce que les Afro-Américais atteits de diabète ou d hypertesio artérielle doivet savoir Faites-vous examier pour les maladies réales Natioal Kidey Disease Educatio Program Que puis-je faire pour garder mes

Plus en détail

Accueil chez l assistante maternelle

Accueil chez l assistante maternelle Accueil chez l assistate materelle 2 Ce livret a été réalisé par u groupe d assistates materelles idépedates qui se réuisset régulièremet pour réfléchir à leurs pratiques professioelles. Ce groupe est

Plus en détail

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002

Annuaire Professionnel des NTIC. Présentation aux Membres du Club.Sénat.fr Octobre 2002 Auaire Professioel des NTIC Présetatio aux Membres du Club.Séat.fr Octobre 2002 NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION DEVENEZ RESPONSABLE DE THEME OU SPECIALISTE DE LA PREMIERE

Plus en détail

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée

Guide pour la petite entreprise : Rudiments de la protection de la vie privée Commissariat à la protectio de la vie privée du Caada LPRPDE Guide pour la petite etreprise : Rudimets de la protectio de la vie privée Miser sur la protectio de la vie privée Ue gestio adéquate des préoccupatios

Plus en détail

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1

Questions Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Questios Chapitre 2 L approche statistique de la réalité 1 Expliquer la otio de variable et défiir les différets types de variables Décrire les échelles de classificatio et trasformer les doées pour passer

Plus en détail

Sommaire. Edito. Préface. Bien vivre en ville avec un chien Le ramassage individuel Les espaces chiens Les interventions des services municipaux

Sommaire. Edito. Préface. Bien vivre en ville avec un chien Le ramassage individuel Les espaces chiens Les interventions des services municipaux Sommaire Edito Préface Bie vivre e ville avec u chie Le ramassage idividuel Les espaces chies Les itervetios des services muicipaux A l école de la vie caie Où promeer so chie L idetité du chie So alimetatio

Plus en détail

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles

Été 2007 l Numéro 1. Division des enquêtes spéciales. Un mot de la rédactrice... 2. ELNEJ disponible en ligne!... 2. Coup d oeil sur les cycles Été 2007 l Numéro 1 Divisio des equêtes spéciales U mot de la rédactrice... 2 ELNEJ dispoible e lige!... 2 Coup d oeil sur les cycles.. Cycle 6...3.. Cycle 7...3.. Cycle 8... 3 Faits saillats.. La dispositio

Plus en détail

omme dans tous les milieux de vie, une

omme dans tous les milieux de vie, une la gestio des sois 1 itroductio omme das tous les milieux de vie, ue C équipe d aimatio peut être ameée à devoir gérer des icidets de saté plus ou mois importats. Il faudra être capable de predre les boes

Plus en détail

Merci à Dolorès Dupuis pour nous avoir permis d utiliser sa photo.

Merci à Dolorès Dupuis pour nous avoir permis d utiliser sa photo. 1 La sclérodermie est ue maladie mécoue et chroique diagostiquée chez eviro quatre persoes par 10000 habitats. O estime qu il y a plusieurs milliers de persoes qui souffret de sclérodermie au Québec. Elle

Plus en détail

Réf. : 126-114015-DE. Nouvelle agence nationale de santé publique

Réf. : 126-114015-DE. Nouvelle agence nationale de santé publique Réf. : 126-114015-DE 2016 Nouvelle agece atioale de saté publique Le 25 septembre 2014, la miistre chargée de la Saté m a cofié ue missio de préfiguratio e vue de la créatio d ue agece atioale de saté

Plus en détail

6. r e n f o r c e m e n t P o s i t i f

6. r e n f o r c e m e n t P o s i t i f 6. r e f o r c e m e t P o s i t i f La faço dot o offre u reforcemet positif est plus importate que la quatité. (traductio libre) B.F. Skier Nous avos tous besoi de reforcemet positif. Que ous e soyos

Plus en détail

Divisée en compartiments pour ranger le matériel de premiers secours exigé par la réglementation.

Divisée en compartiments pour ranger le matériel de premiers secours exigé par la réglementation. FICHE NUMÉRO 2 Trousse de premiers secours A. Das les Établissemets «L employeur doit muir so établissemet d u ombre adéquat de trousses. Les trousses doivet être situées das u edroit facile d accès, situées

Plus en détail

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS

PERFORMANCE CONTACT vous présente son LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS PERFORMANCE CONTACT vous présete so LOGICIEL de PRISE de RENDEZ-VOUS OBTENEZ sas effort LES RENDEZ-VOUS que vous SOUHAITEZ SIMPLICITÉ ET EFFICACITÉ Spécialisée das la prise de redez-vous depuis de ombreuses

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.communaute-urbaine-alencon.fr

GUIDE PRATIQUE. www.communaute-urbaine-alencon.fr GUIDE PRATIQUE XEDE SÉJOU TA R s r u e g r e b é h s e d à l attetio www.commuaute-urbaie-aleco.fr sommaire 1. Qu est-ce que la taxe de séjour? 3 2. Qui peut istaurer la taxe de séjour? 3 3. Quelle peut

Plus en détail

CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE. «Sport & Entreprises : un enjeu de performance économique et sociale»

CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE. «Sport & Entreprises : un enjeu de performance économique et sociale» CLUB ENTREPRISES FRANCE OLYMPIQUE «Sport Etreprises : u ejeu de performace écoomique et sociale» LE COMITÉ NATIONAL OLYMPIQUE ET SPORTIF FRANÇAIS, ACTEUR RÉFÉRENT ET D AVANT-GARDE Le Comité Natioal Olympique

Plus en détail

Quand BÉBÉ VOYAGE. Guide pratique sur les précautions à prendre

Quand BÉBÉ VOYAGE. Guide pratique sur les précautions à prendre Quad BÉBÉ VOYAGE Guide pratique sur les précautios à predre Vous partez bietôt pour u log voyage avec votre jeue efat. Quelques précautios sot à predre avat, pedat le déplacemet et durat votre séjour.

Plus en détail

Votre compte Manuvie Un peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN

Votre compte Manuvie Un peut continuer à travailler... même lorsque vous ne le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN Votre compte Mauvie U peut cotiuer à travailler... même lorsque vous e le pouvez pas L ASSURANCE CRÉDIT MANUVIE UN Sas reveu, auriez-vous ecore ue maiso? Si vous avez des dettes à rembourser, ue blessure

Plus en détail

Une action! Un message!

Une action! Un message! Ue actio! U message! Cotact Master est u service exclusif de relaces automatiques de vos actes vers vos cliets, par SMS, messages vocaux, e-mails, courrier... Il se décleche lorsque vous réalisez ue actio

Plus en détail

CAS. Santé et diversités: comprendre et pratiquer les approches transculturelles. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

CAS. Santé et diversités: comprendre et pratiquer les approches transculturelles. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i CAS Certificate of Advaced Studies Certificat de formatio cotiue Saté et diversités: compredre et pratiquer les approches trasculturelles octobre 2016 > jui 2017 f o r m a t i o e c o u r s d e m p l o

Plus en détail

Situations particulières Le diabète du sujet âgé

Situations particulières Le diabète du sujet âgé Situatios particulières Le diabète du sujet âgé Les hypoglycémies chez les persoes âgées diabétiques type 2 traitées par Sulfamides hypoglycémiats Tout patiet âgé diabétique de type 2 sous traitemet Sulfamides

Plus en détail

Les infections des voies urinaires

Les infections des voies urinaires Les ifectios des voies uriaires L A F O N D A T I O N C A N A D I E N N E D U R E I N 1 Les ifectios des voies uriaires Commet le système uriaire foctioe-t-il? Le système uriaire compred les reis, les

Plus en détail

G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES. www.hepvs.ch. e a p. r e nd. n e.

G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES. www.hepvs.ch. e a p. r e nd. n e. t e x t e a p s b p z f y l r e d e r e FORMATION INITIALE POUR LES CLASSES ENFANTINES ET PRIMAIRES G U I D E DE LA CANDIDATE ET DU CANDIDAT 2016 u r r e c d i d m La Haute Ecole Pédagogique du Valais

Plus en détail

Diplôme de formation continue diploma of Advanced Studies. Qualité et sécurité des soins: dimensions managériales

Diplôme de formation continue diploma of Advanced Studies. Qualité et sécurité des soins: dimensions managériales DAS-qualite-sois16-17.qxp_Mise e page 1 01/02/2016 09:37 Page1 DAS Diplôme de formatio cotiue diploma of Advaced Studies Qualité et sécurité des sois: dimesios maagériales septembre 2016 > octobre 2017

Plus en détail

Intervalles de fluctuation et de confiance

Intervalles de fluctuation et de confiance Chapitre 9 Itervalles de fluctuatio et de cofiace Sommaire 9.1 Itervalle de fluctuatio................................... 157 9.1.1 Quelques rappels..................................... 157 9.1.2 Itervalle

Plus en détail

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO

STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO Des résultats du Programme de réductio des risques STRATÉGIE DE REMPLACEMENT DE LUTTE CONTRE LA PUNAISE TERNE DANS LES FRAISERAIES DE L ONTARIO 1. Cotexte La puaise tere Lygus lieolaris (figure 1) est

Plus en détail

Divorce et séparation

Divorce et séparation Coup d oeil sur Divorce et séparatio Être attetif aux besois de votre efat Divorce et séparatio «Les premiers mois suivat u divorce ou ue séparatio sot très stressats. Votre patiece, votre cohérece et

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Commet utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ Survol du compte Mauvie U La majorité des Caadies gèret leurs fiaces comme suit : 1. Ils déposet leur reveu et autres actifs à court

Plus en détail

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement

Fiche standardisée pour plan tarifaire mobile à prépayement Fiche stadardisée pour pla tarifaire mobile à prépayemet Opérateur Mobile Vikigs Pla tarifaire 10 Date de derière mise à jour 27/05/2015 Date de limite de validité Ne s applique pas Valeur de recharge

Plus en détail

RECOMMANDATIONS DEPARTEMENTALES 2015

RECOMMANDATIONS DEPARTEMENTALES 2015 ACCUEILS COLLECTIFS DE MINEURS RECOMMANDATIONS DEPARTEMENTALES 2015 Directio départemetale de la cohésio sociale Service Sport, jeuesse, vie associative et politique de la ville 10 rue Claudius Buard-

Plus en détail

Estimations et intervalles de confiance

Estimations et intervalles de confiance Estimatios et itervalles de cofiace Estimatios et itervalles de cofiace Résumé Cette vigette itroduit la otio d estimateur et ses propriétés : covergece, biais, erreur quadratique, avat d aborder l estimatio

Plus en détail

Une liste de contrôle A pour Checklist les planificateurs for Planners

Une liste de contrôle A pour Checklist les planificateurs for Planners Ue liste de cotrôle A pour Checklist les plaificateurs for Plaers Lutte cotre le choléra et la dyseterie épidémique Ue liste de cotrôle pour les plaificateurs BASICS (Basic Support for Istiutioalizig Child

Plus en détail

Après les années MEP, les années mis. Pour ma mutuelle, je sais où je vais

Après les années MEP, les années mis. Pour ma mutuelle, je sais où je vais 2013 / 2014 Après les aées MEP, les aées mis Pour ma mutuelle, je sais où je vais Bieveue das vos aées mis Vos études sot termiées, il vous faut doc passer de votre mutuelle étudiate à ue mutuelle spécialisée

Plus en détail

l hépatite C chronique

l hépatite C chronique Sois primaires de l hépatite C chroique Guide de référece professioel 2009 QUI DEVRAIT FAIRE L OBJET D UN DÉPISTAGE DU VIRUS DE L HÉPATITE C (VHC)? (1) Quicoque ayat des COMPORTEMENTS À RISQUE /DES EXPOSITIONS

Plus en détail

Les émotions. Mon corps, espace d intimité. Le corps. Mes relations. Mon corps, espace d intimité 07/10/2014

Les émotions. Mon corps, espace d intimité. Le corps. Mes relations. Mon corps, espace d intimité 07/10/2014 Vie affective et sexuelle des persoes hadicapées metales Particularités et spécificités Les émotios De ombreuses PDM éprouvet des difficultés à compredre les émotios qu elles ressetet, à les exprimer de

Plus en détail

CAS. Management de l énergie. janvier septembre 2016. Avec le soutien de FACULTE DES SCIENCES INSTITUT DES SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT

CAS. Management de l énergie. janvier septembre 2016. Avec le soutien de FACULTE DES SCIENCES INSTITUT DES SCIENCES DE L ENVIRONNEMENT CAS Certificat de formatio cotiue Certificate of Advaced Studies Maagemet de l éergie javier septembre 2016 f o r m a t i o m o d u l a i r e e c o u r s d e m p l o i Avec le soutie de Office fédéral

Plus en détail

B) CHAÎNES DE SOLIDES

B) CHAÎNES DE SOLIDES Chaîes de solides B) CHAÎNES DE SOLIDES Objectifs Cette théorie a pour but d'aalyser les comportemets statique et ciématique d'u mécaisme à partir d'u modèle défii par le schéma ciématique du mécaisme.

Plus en détail

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( )

La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte un total de 5 exercices. ( ) ( ) ( ) Aée 01-013 Mathématiques Décembre 01 Durée : 3 heures BAC blac N 1 La calculatrice est autorisée. Le sujet comporte u total de 5 exercices. Les élèves e suivat pas l eseigemet de spécialité traiterot les

Plus en détail

hygiène est un ensemble de principes et de pratiques ayant pour but de préserver et d améliorer la santé.

hygiène est un ensemble de principes et de pratiques ayant pour but de préserver et d améliorer la santé. l hygièe 1 techiques d hygièe hygièe est u esemble de pricipes et de pratiques ayat pour but de préserver et d améliorer la saté. L hygièe des locaux L applicatio des règles d hygièe a ue place essetielle

Plus en détail

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en

Le chef d entreprise développe les services funéraires de l entreprise, en Le chef d etreprise développe les services fuéraires de l etreprise, e assurat lui-même tout ou partie des activités de vete et e ecadrat directemet le persoel techique et commercial et d exploitatio.

Plus en détail

La maladie rénale chronique

La maladie rénale chronique La maladie réale chroique Qu est-ce que cela veut dire pour moi? Natioal Kidey Disease Educatio Program La maladie réale chroique: l essetiel Vous avez été iformé(e) que vous êtes atteit(e) de la maladie

Plus en détail

École de technologie supérieure

École de technologie supérieure École de techologie supérieure Mat 165-04 Algèbre liéaire et aalyse vectorielle A-015 Michel Beaudi michel.beaudi@etsmtl.ca Liste d exercices à faire e T.P./Caledrier des évaluatios Itroductio au cours

Plus en détail

à l intention du personnel enseignant aux élèves de maternelle (4-5 ans)

à l intention du personnel enseignant aux élèves de maternelle (4-5 ans) Guide pédagogique sur le thème de la prévetio des icedies à l itetio du persoel eseigat aux élèves de materelle (4-5 as) Service de sécurité icedie de Motréal 2010 Illustratios : Roxae Fourier, Lise Moette

Plus en détail

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe

La France, à l écoute des entreprises innovantes, propose le meilleur crédit d impôt recherche d Europe 1/5 Trois objectifs poursuivis par le gouveremet : > améliorer la compétitivité fiscale de la Frace > péreiser les activités de R&D > faire de la Frace u territoire attractif pour l iovatio Les icitatios

Plus en détail

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel

Extrait du Guide Pratique des Représentants du Personnel Extrait du Guide Pratique des Représetats du Persoel Partie 5 - Moyes mis à dispositio des ititutios représetatives du persoel 5-4 Les heures de délégatio et la liberté de déplacemet A) Les heures de délégatio

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE

DOSSIER TECHNIQUE AMIANTE Dossier établi pour le compte de : DDFIP RHONE ALPES Adresse: Serv.Exéc. Des DP : FAC0000069, CNTFE, CS 80168 53102 MAYENNE CEDEX Date de visite : 07 octobre 2014 Coclusio : Das le cadre de la missio décrit

Plus en détail

Thérapies basées sur la mentalisation (TBM) Session d initiation et ateliers pratiques

Thérapies basées sur la mentalisation (TBM) Session d initiation et ateliers pratiques F O R M AT I O N C O N T I N U E U N I V E R S I TA I R E Thérapies basées sur la metalisatio (TBM) Sessio d iitiatio et ateliers pratiques PARIS mercredi 11 > samedi 14 javier 2017 f o r m a t i o e c

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES

GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES GUIDE METHODOLOGIQUE INDUSTRIES, OUVREZ VOS PORTES SOMMAIRE Les visites d etreprises : pourquoi ouvrir ses portes?.... 8 1.1 Des motivatios variées pour les etreprises... 8 1.2 Les freis à l ouverture

Plus en détail

comment faire face? définition du responsable

comment faire face? définition du responsable des bosses et bobos aux premiers secours commet faire face? Bie heureusemet, les activités proposées aux efats e collectivité se déroulet la plupart du temps sas accroc i accidet. Efats comme resposables

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjoit de directio F/H Votre formatio BTS Hôtellerie-restauratio BTS Maagemet des uités commerciales BTS Assistat de gestio PME-PMI Licece Maagemet d uités de restauratio Vos missios Vous aimez, formez

Plus en détail

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

mômes en santé la santé en collectivité pour les enfants de 3 à 18 ans édition 2012 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles mômes e saté la saté e collectivité pour les efats de 3 à 18 as éditio 2012 avec le soutie de la Fédératio Walloie-Bruxelles préface O ffrir u cadre sai et sécurisat, favorable à la saté et à l épaouissemet

Plus en détail

session S initier à la simulation avec patient simulé/standardisé 14, 15 et 28 avril 2016 F o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i

session S initier à la simulation avec patient simulé/standardisé 14, 15 et 28 avril 2016 F o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i sessio fo r m a t i o co t i u e u i ve r s i t a i re S iitier à la simulatio avec patiet simulé/stadardisé 14, 15 et 28 avril 2016 F o r m a t i o e c o u r s d e m p l o i Directio Dresse Elisabeth

Plus en détail

eduscol Ressources pour le lycée général et technologique

eduscol Ressources pour le lycée général et technologique eduscol Ressources pour le lycée gééral et techologique Ressources pour la classe de secode géérale et techologique Méthodes et pratiques scietifiques Thème sciece et prévetio des risques d'origie humaie

Plus en détail

Catalogue Formations 2016

Catalogue Formations 2016 Catalogue Formatios 2016 3 ÉDITO Depuis plus de 20 as, Microsept commercialise ue offre complète e matière d aalyses, formatios et coseils, afi de garatir la qualité de vos produits das les domaies alimetaires,

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Les etreprises ot souvet besoi de moyes de fiacemet à court terme : elles ot alors recours aux crédits bacaires (découverts bacaires

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES Juin 1997

COMMUNIQUÉ DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES Juin 1997 COMMUNIQUÉ DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES Jui 1997 RÉFORME MAJEURE DANS LE DOMAINE DE LA FIXATION ET DU TRAITEMENT FISCAL DES PENSIONS ALIMENTAIRES Le mode de fixatio et la fiscalité des pesios alimetaires

Plus en détail

Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Le Plan HACCP

Paquet Hygiène, Plan de Maîtrise Sanitaire : Le Plan HACCP PLAN DE MAITRISE SANITAIRE -3- Paquet Hygièe, Pla de Maîtrise Saitaire : Le Pla HACCP Après avoir cosidéré les BPH, abordos maiteat le Pla HACCP E préambule, rappelos quelques défiitios : dager : aget

Plus en détail

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé?

Comment les Canadiens classent-ils leur système de soins de santé? Novembre Les sois de saté au Caada, c est capital bulleti o 4 Commet les Caadies classet-ils leur système de sois de saté? Résultats du sodage iteratioal du Fods du Commowealth sur les politiques de saté

Plus en détail

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs

Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Codes détecteurs et correcteurs d erreurs Lorsque des doées umériques sot stockées ou trasmises, des perturbatios (par exemple électromagétiques) peuvet les edommager. Les codes détecteurs et correcteurs

Plus en détail

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ

PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ PLAN D ORGANISATION RÉGIONALE DE SÉCURITÉ CIVILE du SAGUENAY LAC-SAINT-JEAN MISSION SANTÉ Adopté par le coseil d admiistratio le jr/ms/2004 AVANT-PROPOS Pour le réseau de la saté et des services sociaux

Plus en détail

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers)

Chap. 5 : Les intérêts (Les calculs financiers) Chap. 5 : Les itérêts (Les calculs fiaciers) Das u cotrat de prêt, le prêteur met à la dispositio de l empruteur, à u taux d itérêt doé, ue somme d arget (le capital) qu il devra rembourser à ue certaie

Plus en détail

Suggestions d activités d animation de la lecture du magazine

Suggestions d activités d animation de la lecture du magazine Suggestios d activités d aimatio de la lecture du magazie 7A D epuis 2005, le Cetre fraco-otarie de ressources pédagogiques élabore et produit ue ressource qui répod aux besois et aux champs d itérêt des

Plus en détail

Quel métier pour demain Avec un BTS

Quel métier pour demain Avec un BTS Quel métier pour demai Avec u BTS Dessiateur-projeteur CAO-DAO (e bureau d'études ou bureau des méthodes). Techico-commercial à haut iveau de techicité. Cotrôle-sécurité (orgaismes de certificatio). Services

Plus en détail

Orange Cyberdefense Information presse janvier 2016

Orange Cyberdefense Information presse janvier 2016 Orage Cyberdefese Iformatio presse javier 2016 Sommaire p5 p7 p10 p13 Itroductio Cotexte Orage Cyberdefese protège les actifs des etreprises La répose d Orage : ue gamme de solutios pour sécuriser les

Plus en détail

Demandes de prêt REER FAQ

Demandes de prêt REER FAQ Demades de prêt REER FAQ Commet soumettre des demades de prêt REER e lige 1. Commet puis-je accéder à l outil e lige? Pour accéder à l outil e lige, redez-vous à l adresse mauvie.ca/pretreer. Etrez votre

Plus en détail

a prise en charge d enfants ou de jeunes au sein de structures collectives implique le fait d assurer leur sécurité et leur bien-être.

a prise en charge d enfants ou de jeunes au sein de structures collectives implique le fait d assurer leur sécurité et leur bien-être. la prise e charge des efats e collectivité 1 cadre législatif la prise e charge des efats e collectivité a prise e charge d efats ou de jeues L au sei de structures collectives implique le fait d assurer

Plus en détail

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation

Lignes directrices applicables aux régimes de capitalisation Solutios Retraite collectives Liges directrices applicables aux régimes de capitalisatio RÉPONDEZ AUX EXIGENCES ÉNONCÉES DANS LES LIGNES DIRECTRICES GRÂCE AUX EXCELLENTS OUTILS DE LA FINANCIÈRE MANUVIE

Plus en détail

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition

Définir sa problématique, son besoin. Présélectionner son agence conseil en communication. Organiser une compétition sommaire Défiir sa problématique, so besoi Pourquoi faire u brief (cahier des charges)? Présélectioer so agece coseil e commuicatio Quel type d agece coseil recherchez-vous? Vous avez trouvé l agece coseil

Plus en détail

Questions pour un champion en ligne

Questions pour un champion en ligne Questios pour u champio e lige Le jeu télévisé QPUC préseté sur FR3 et aimé par Julie Lepers existe aussi e variate «e lige». U jeu «e lige» se déroule aisi : Six iterautes disputet ue première mache dite

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX DU PATRIMOINE DES INSTITUTIONS MUSÉALES ET DES ARCHIVES. Les archives au Québec, des ressources documentaires à découvrir

ÉTAT DES LIEUX DU PATRIMOINE DES INSTITUTIONS MUSÉALES ET DES ARCHIVES. Les archives au Québec, des ressources documentaires à découvrir ÉTAT DES LIEUX DU PATRIMOINE DES INSTITUTIONS MUSÉALES ET DES ARCHIVES cahier 6 Les archives au Québec, des ressources documetaires à découvrir Pour tout reseigemet cocerat l'isq et les doées statistiques

Plus en détail

CAS. Médecine subaquatique et hyperbare. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i. janvier décembre 2016 FACULTÉ DE MÉDECINE

CAS. Médecine subaquatique et hyperbare. f o r m a t i o n e n c o u r s d e m p l o i. janvier décembre 2016 FACULTÉ DE MÉDECINE CAS Certificat de formatio cotiue Certificate of Advaced Studies Médecie subaquatique et hyperbare javier décembre 2016 f o r m a t i o e c o u r s d e m p l o i FACULÉ DE MÉDECINE Comité directeur Directeur

Plus en détail

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne

Donnez une nouvelle dimension à votre gestion. Gagnant sur toute la ligne Doez ue ouvelle dimesio à votre gestio Gagat sur toute la lige 74 Bd des Etats-Uis 60200 COMPIEGNE Tél. 03 44 86 36 36 Pour augmeter votre retabilité et réduire vos frais fiaciers, itroduisez cette souris

Plus en détail

trouve ton équilibre

trouve ton équilibre trouve to équilibre www.bee-secure.lu FR Trouver so équilibre Es-tu allé à u cocert ou à la piscie récemmet? A quad remote ta derière recotre avec des amis? Combie de temps passes-tu sur les réseaux sociaux?

Plus en détail

ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé

ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé Décembre 2007 Série techique 07-116 Essais de performace de récupérateurs de chaleur des eaux domestiques au CCTR fåíêççìåíáçå La récupératio de la chaleur des eaux domestiques est

Plus en détail

L art de l implantologie dentaire

L art de l implantologie dentaire SYSTEMES CAO/FAO INSTRUMENTS SYSTEMES D HYGIENE POSTES DE TRAITEMENT SYSTEMES DE RADIOGRAPHIE L art de l implatologie detaire Solutio implataire itégrée Votre guide pour implater e toute sécurité. Pla

Plus en détail

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation

Chap. 6 : Les principaux crédits de trésorerie et leur comptabilisation 1 / 9 Chap. 6 : Les pricipaux crédits de trésorerie et leur comptabilisatio Le cycle d exploitatio des etreprises (achats stockage productio stockage vetes) peut etraîer des décalages de trésorerie plus

Plus en détail

Gérer les applications

Gérer les applications Gérer les applicatios E parcourat les rayos du Widows Phoe Store, vous serez e mesure de compléter les services de base de votre smartphoe à travers plus de 10 000 applicatios. Gratuites ou payates, ces

Plus en détail

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC

Kaizen & Kanban. Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club industrielle AIAC Kaize & Réalisé par : ELBARAKA Abdelkader Club idustrielle AIAC Itroducti o Itroductio: vidéo Kai ze coclusio 1 Itroducti o Kai ze La méthode du coclusio 2 Itroducti o Kai ze A- Les types d étiquettes

Plus en détail

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS

ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS Idice de Révisio Date de mise e applicatio B 01/09/2014 Cahier Techique 1 ASSOCIATION POUR LA CERTIFICATION DES MATERIAUX ISOLANTS 4, aveue du Recteur-Poicarré, 75782 Paris Cedex 16 Tel. 33.(0)1.64.68.84.97

Plus en détail

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE

SIDEX, soutien individualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX, soutie idividualisé aux démarches à l export pour les PME/TPE SIDEX est ue aide spécifiquemet destiée aux PME et TPE fraçaises. Souple et très simple d accès, elle leur permet de fialiser u projet

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 4 UNVERSTE MONTESQUEU BORDEAUX V Licece 3 ère aée Ecoomie - Gestio Aée uiversitaire 2006-2007 Semestre 2 Prévisios Fiacières Travaux Dirigés - Séaces 4 «Les Critères Complémetaires des Choix d vestissemet»

Plus en détail

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers.

Renseignements et monitoring. Renseignements commerciaux et de solvabilité sur les entreprises et les particuliers. Reseigemets et moitorig. Reseigemets commerciaux et de solvabilité sur les etreprises et les particuliers. ENSEMBLE CONTRE LES PERTES. Reseigemets Creditreform. Pour plus de trasparece. Etreteir des rapports

Plus en détail

Pourquoi une réforme de la protection des données dans l Union est-elle nécessaire?

Pourquoi une réforme de la protection des données dans l Union est-elle nécessaire? Pourquoi ue réforme de la protectio des doées das l Uio est-elle écessaire? La directive européee de 1995 relative à la protectio des doées a marqué u jalo das l histoire de la protectio des doées à caractère

Plus en détail

Le SyStème mag. Nettoyage du sol

Le SyStème mag. Nettoyage du sol FR Le SyStème mag Nettoyage du sol Le Système Mag Cocept U pour tout! Ue chose qui avait ecore jamais existé: avec le Système Mag le support est adapté à tous les modèles de frages. Aisi, il est possible

Plus en détail

AUX PROJETS. Soutenue par la Ville d'illkirch-graffenstaden. Service Jeunesse

AUX PROJETS. Soutenue par la Ville d'illkirch-graffenstaden. Service Jeunesse BOURSE Illkirch-Graffestade AUX PROJETS JEUNES Souteue par la Ville d'illkirch-graffestade Service Jeuesse 2 rue des Soeurs 67400 Illkirch-Graffestade Tél. 03 88 66 80 18 / 06 99 07 64 18 Cadre réservé

Plus en détail

ODSE. un projet de loi dangereux pour la santé des étrangers. Le projet de loi sur l immigration et l intégration fait peser une menace

ODSE. un projet de loi dangereux pour la santé des étrangers. Le projet de loi sur l immigration et l intégration fait peser une menace observatoire du droit à la saté des étragers u projet de loi dagereux pour la saté des étragers aalyse du projet de loi sur l immigratio et l itégratio 2006 par l ODSE www.odse.eu.org - odse@lalue.org

Plus en détail

U NITÉ 1: GESTION PERSONNELLE

U NITÉ 1: GESTION PERSONNELLE U NIT 1: GESTION PERSONNELLE Pla d évaluatio RAG A : Bâtir et maiteir ue image de soi positive 39 RAG B : Iteragir de faço efficace et positive avec autrui 39 RAG C : voluer et croître tout au log de sa

Plus en détail

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html

Le Sphinx. Enquêtes, Sondages. Analyse de données. Internet : http://www.lesphinxdeveloppement.fr/club/index.html Equêtes, Sodages Aalyse de doées Le Sphix! Iteret : http://www.lesphixdeveloppemet.fr/club/idex.html Lagarde J. Aalyse statistique de doées, Duod. Réaliser vos equêtes Questioaire Traitemets et aalyses

Plus en détail

ArcGIS. Le Système d Information Géographique universel

ArcGIS. Le Système d Information Géographique universel Le Système d Iformatio Géographique uiversel Le Système d Iformatio Géographique uiversel d Esri est u système destié aux persoes qui veulet s appuyer sur ue iformatio géographique précise pour predre

Plus en détail

MODÉ L I S A T I O N. Avec le soutien de

MODÉ L I S A T I O N. Avec le soutien de INNOVATION & EXPÉRIMENTATION 3 MODÉ L I S A T I O N Avec le soutie de SOMMAIRE I. GENÈSE DU PROJET... 2. FONCTIONNEMENT DU DISPOSITIF... 3. ACTEURS DU PROJET ET GOUVERNANCE... 4. PUBLIC CIBLE... 5. MOYENS

Plus en détail

Infections sexuellement. Cliquez Module 7pour modifier le style des sous-titres du masque Nice

Infections sexuellement. Cliquez Module 7pour modifier le style des sous-titres du masque Nice Ifectios sexuellemet Cliquez Module 7pour modifier le style des sous-titres du masque Nice Itroductio Ifectios car souvet asymptomatiques. Fléau das les pays pauvres : 250 millios/a. Stérilité tubaire.

Plus en détail

Chèque Isolation. Le Petit Guide Pratique du. Des questions? Contacter l Espace Info Energie du Conseil Général des Pyrénées-Orientales 04.68.85.82.

Chèque Isolation. Le Petit Guide Pratique du. Des questions? Contacter l Espace Info Energie du Conseil Général des Pyrénées-Orientales 04.68.85.82. Le Petit Guide Pratique du Chèque Isolatio Des questios? Cotacter l Espace Ifo Eergie du Coseil Gééral des Pyréées-Orietales 04.68.85.82.18 www.cg66.fr > L Accet Catala de la République Fraçaise Le mot

Plus en détail

Vivre avec une rétinopathie diabétique

Vivre avec une rétinopathie diabétique Vivre avec ue rétiopathie diabétique 2 Bieveue Nous sommes heureux de vous proposer «Votre guide persoel sur la rétiopathie diabétique», u ouvel outil coçu pour vous aider à mieux compredre la rétiopathie

Plus en détail

RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE

RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE RÉSULTATS DU SONDAGE SUR LA SATISFACTION DE LA CLIENTÈLE Cetre de saté et de services sociaux des Pays-d e-haut 30 javier 2013 Table des matières 1. Présetatio du rapport... p.5 1.1. Cosidératios prélimiaires...

Plus en détail

Maintien et insertion dans l emploi de travailleurs en situation de handicap dans les entreprises de Travaux Publics

Maintien et insertion dans l emploi de travailleurs en situation de handicap dans les entreprises de Travaux Publics Maitie et isertio das l emploi de travailleurs e situatio de hadicap das les etreprises de Travaux Publics Guide de boes pratiques 2012 Maitie et isertio das l emploi de travailleurs e situatio de hadicap

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Qu est-ce que l Écoomie sociale et solidaire? Coopératives Etreprises sociales Scop Fiaceurs sociaux Scic CAE Mutuelles Coopératives d etreprises

Plus en détail

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain

le billet vert Autocall EUR/USD investir n Profiter d une possible appréciation du dollar américain ivestir Autocall EUR/USD Feu vert pour le billet vert Profiter d ue possible appréciatio du dollar américai U coupo uique évetuel de 8% brut la 1 re aée à 40% brut la 5 e aée U capital garati à 100% à

Plus en détail

Création et développement d une fonction audit interne*

Création et développement d une fonction audit interne* Créatio et développemet d ue foctio audit itere* Ue démarche e 10 étapes [ Sommaire] Dix étapes pour réussir... 7 Étapes 1 à 4 Défiitio du cadre d itervetio... 9 1 Idetifier les attetes des parties preates...

Plus en détail

Chat-fou du Nord. Déclaration du gouvernement en réponse au programme de rétablissement. Ministère des Richesses naturelles et des Forêts

Chat-fou du Nord. Déclaration du gouvernement en réponse au programme de rétablissement. Ministère des Richesses naturelles et des Forêts Miistère des Richesses aturelles et des Forêts Chat-fou du Nord Déclaratio du gouveremet e répose au programme de rétablissemet Photo : Joseph R. Tomelleri LA PROTECTION ET LE RÉTABLISSEMENT DES ESPÈCES

Plus en détail