L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER"

Transcription

1 Mme Dicchi Hygiène L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER INTRODUCTION A)Objectifs B)Les différentes catégories de linge 1)Le linge propre 2)Le linge sale CONCLUSION

2 INTRODUCTION L'hygiène de l'environnement c'est : L'environnement de la personne malade avec tout ce qui concourt à la prise en charge du patient durant son hospitalisation. Chaque soignant a le devoir de respecter les règles d'hygiène dans l'administration : des soins l'utilisation des matériels la tenue des locaux des surfaces (sols, murs, paillasses, chariots, chaises... l'élimination des déchets solides et liquides résultant de ses actes professionnels les installations assurant l'alimentation, le traitement du linge, des déchets L'hygiène environnementale c'est aussi la prise en charge de : -l'eau qui circule à tous les niveaux de l'hôpital -l'atmosphère et l'air respiré par les patients des différents secteurs de soins II)Le linge hospitalier A)Objectifs *Citer les différentes catégories de linges utilisés *Différencier le linge propre du sale *Évaluer les risques du maniement du linge *Énumérer les différentes étapes de ramassage du linge sale et contaminé Dans des conditions normales de traitement, de manipulations et de stockage, le linge propre contient très peu de MO ou si c'est le cas peu pathogènes. B)Les différentes catégories de linge Il existe deux sortes de linge :

3 - Linge recyclable - Linge à usage unique -Linge recyclable linge hôtelier tenues du personnel linge chirurgical -Linge à usage unique changes protection pour la literie linge opératoire non tissé, stérile compléments des tenues de travail (calots, coiffe,s bottes, cagoules, masques, sur chaussures) Manipulation avec des mains propres Transport dans un véhicule nettoyé et désinfecté Traitement du linge en blanchisserie : produit microbiologiquement propre 1)Le linge propre En dotation journalière dans chaque service. Doit être livré et rangé dans des armoires hermétiques roulantes (blanchisserie). Linge propre et bien séché dans un emballage (thermofilm). Doit correspondre aux stricts besoins du patient. Le linge propre non utilisé doit demeurer dans la chambre. Une fois utilisé, le linge propre est considéré sale. Livré tous les jours par le blanchisseur prestataire, enveloppe plastifiée, thermo-soudée Stockage dans les unités de soins : chaque service dispose d'une dotation : -nettoyer et désinfecter régulièrement les armoires à linge propre -si stockage sur étagères, procéder idem Manipulation avec des mains propres! Le propre ne croise jamais le sale! 2)Le linge sale

4 Après contact avec le patient, sous l'effet de la chaleur et de l'humidité, la contamination microbiologique du linge survient dans un délais de 3, 6 à 8 heures. La flore commensale se reforme toutes les 4 heures. La flore transitoire est la flore qui se rajoute suite à toutes les activités de soins. Le type d'articles de linge sale, le nombre de lavage antérieurs et l'état clinique des patients constituent des facteurs influençant la contamination bactérienne. Risque de contamination car : -présence de micro-organismes pouvant survivre plusieurs heures voire plusieurs jours ->Risque de surinfection pour le malade ->Risque de surinfection pour le personnel ->Risque pour les visiteurs (linge nettoyage par les familles) Tout linge sale est potentiellement contaminé. Le linge souillé peut-être source de contamination au moment du ramassage. Le linge sale contaminé : aussi le linge en contact avec les patients atteints de maladies présentant un risque épidémique d'origine virale ou bactérienne. Les MO isolés du linge sale sont des bactéries d'origine : -cutanée (staphylocoques) -digestives (entérobactéries) -parfois multirésistantes aux ATB Ramassage du linge sale /! \ On distingue : contamination par des germes mêmes (banaux) dangereux pour les patients dits «fragilisés» contamination dangereuse pour les patients, le personnel et les visiteurs patients contaminés : SAC PLASTIQUE ROUGE HYDROSOLUBLE (biodégradable) - DOUBLE EMBALLAGE

5 => Ramasser et pré-trier (obligation légale) le linge sale dans la chambre du patient. Éviter de toucher sa tenue avec le linge sale (mettre sur-blouse recyclable ou jetable si possible) Manipuler le linge avec précaution (éviter propagation et dispersion des particules infectieuses : aérobiocontamination, manuportage, contact direct avec des surfaces) Évacuer le linge sale dans des sacs hermétiques, au maximum dans les 24 heures dans le service 72 heures admis pour les week-end et férié LE SOL EST SALE, RAMASSER L'OBJET UNE FOIS LE SOIN FINI! Port de gants pour toutes manipulations de linge souillé. Vérifier l'absence d'objets étrangers. Ne pas secouer (aérobiocontamination) et ne pas déposer le linge au sol. Toujours effectuer un lavage de mains à l'issue de la manipulation. Le linge est un élément de : CONFORT (literie, linge de table, linge de corps) CONTAMINATION -particules dans l'environnement -de personne à personne -de macération SOINS -préventif = prévention de la peau -curatif : pansement PREVENTION-CONTAMINATION de personne à personne Un circuit. Pourquoi? Manipulations : source non négligeable de risque infectieux

6 Le circuit permet de respecter des zones «sales» et des zones «propres». Le circuit est défini comme un itinéraire, un cheminement que doit suivre le linge. Respecter différentes étapes LE PROPRE NE CROISE JAMAIS LE SALE Ces étapes, c'est vous qui en êtes responsables. -Stockage du linge sale dans un local fermé -Local ventilé, équipé d'un point d'eau -Local nettoyé et désinfecté quotidiennement -Entretien du matériel (chariot et véhicule de transport) Le linge est toujours contaminé (germes cutanés, de l'environnement...). Il ne doit jamais être en contact avec la tenue professionnelle. Sa manipulation par le personne impose le port d'une tenue de protection (tablier plastifiée, gants à usage unique) Elle doit faire l'objet d'un geste précis et mesuré (ne pas secouer le linge pour limiter l'aérobiocontamination) et ne doit être associé à une autre activité (soins, distributions des médicaments ou repas). Une couleur pour : *taies, serviettes, torchons *draps, alèses *couvertures, dessus de lit, oreillers lavables SACS HYDRO-SOLUBLES RESERVE AU LINGE CONTAMINE Sacs remplis au 2/3 et correctement fermé Le linge sale est évacué à chaque changement d'équipe : -soit par le personnel -soit par une autre dédiée à cette tâche Toute manipulation de linge sale doit être suivie du lavage des mains. EAU + SAVON ou solution hydroalcoolique CONCLUSION

7 1.Le linge est un facteur de contamination 2.Il existe du linge recyclable et du linge à usage unique 3.Le linge propre se manipule avec des mains propres 4.Nécessité de respecter un circuit en fonction du linge (sale courant ou sale contaminé) 5.Le transport du linge sale contaminé est réalisé dans un double emballage (1er sac fermé en chambre) 6.Le respect du circuit de définir des zones «sale et propre» 7.Le propre ne croise jamais le sale Il faut respecter toutes les étapes du ramassage au traitement.

Rappel des fondamentaux

Rappel des fondamentaux Rappel des fondamentaux 08/09/09 Mme Tur Hygiène I. Introduction II. Réponses aux questions d hygiène I. Introduction Chaque année 10 000 personnes meurent des suites d une infection nosocomiale contractée

Plus en détail

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE

E. WARIN, CESF CHUN, EOHH IFAS GESTION DU LINGE E. WARIN, CESF CHUN, EOHH - 2017 IFAS GESTION DU LINGE INTRODUCTION Utilisation de linge dans tout l hôpital Tenues professionnelles Articles de literies et d hôtellerie Linge chirurgical Articles de ménage

Plus en détail

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste

HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT. FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste HYGIENE ET ENVIRONNEMENT DU PATIENT FORMATION ELEVES AIDES SOIGNANTES Melle Van de casteele IDE hygièniste L 'hygiène peut être définie comme un ensemble de méthodes visant à assurer le bien-être physique

Plus en détail

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire:

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire: Sommaire: Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS IFAS 2017. Module 6 CIDC Cadre formateur 1.Législation 2.Étude de cas Circuit du linge propre et 3.Le linge propre a. Stockage b. Du bon usage

Plus en détail

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION

PROTOCOLE GESTION ET TRAITEMENT DU LINGE SALE. Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Directeur 1 - OBJET 2 DOMAINE D APPLICATION Page 1 sur 5 Emetteur Référents Validateur Approbateur E. LAVOCAT Nadine EVEN Coordinatrice hôtelière Mireille KERHOUANT Agent social Françoise BARJONET Cadre de Santé E. LAVOCAT 1 - OBJET Les précautions

Plus en détail

HYGIENE ALIMENTAIRE. Soyons vigilant! CFPBNA

HYGIENE ALIMENTAIRE. Soyons vigilant! CFPBNA HYGIENE ALIMENTAIRE Soyons vigilant! L HYGIENE ALIMENTAIRE TIAC (toxi -infection alimentaire collective) A déclaration obligatoire lorsqu il existe au moins 2 cas groupés avec des manifestations similaires

Plus en détail

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015

MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX GESTION DU LINGE EN EMS. Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS. Vendredi 27 mars 2015 MAITRISE DU RISQUE INFECTIEUX ET GESTION DU LINGE EN EMS Réunion annuelle du Réseau de Correspondants en Hygiène des EMS Vendredi 27 mars 2015 CONTEXTE Vieillissement de la population, Augmentation du

Plus en détail

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Les Précautions Standard Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Au cours du temps 1847 Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Septembre 2015 Les précautions standard

Plus en détail

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire

Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Précautions Standard - hygiène des mains - tenue vestimentaire Eliane de LAPPARENT IDE Hygiéniste Service d Epidémiologie et d Hygiène Hospitalières - CHU DIJON Les précautions standard Septembre 2004

Plus en détail

Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées

Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées Hygiène pratique dans les structures d accueil, d hébergement et de soins pour les personnes âgées Quelle tenue pour faire quoi? 5 ème rencontre départementale de lutte contre les infections nosocomiales

Plus en détail

Réfection du lit et changement des draps. Dr. Kaouthar Beltaief Service des urgences Monastir

Réfection du lit et changement des draps. Dr. Kaouthar Beltaief Service des urgences Monastir Réfection du lit et changement des draps Dr. Kaouthar Beltaief Service des urgences Monastir 26.10.14 Introduction La sécurité sanitaire, la qualité des soins et la lutte contre les infections associées

Plus en détail

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016

FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 FORMATION DES NOUVEAUX CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE INTER-ETABLISSEMENT Jeudi 24 novembre 2016 PRECAUTIONS STANDARD BON USAGE DES GANTS Isabelle RABERIN - Infirmière hygiéniste Stéphanie GUINAND

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LES DECHETS HOSPITALIERS

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LES DECHETS HOSPITALIERS 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène A)Cadre législatif B)Les généralités C)Les objectifs du tri D)Définition E)Classification des déchets L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LES DECHETS HOSPITALIERS 1)Les déchets de

Plus en détail

Notions fondamentales en hygiène

Notions fondamentales en hygiène Notions fondamentales en hygiène UE 2.10 S1, Infectiologie, Hygiène 07/09/2012 IFSI CHU ANGERS NC- CV -JFB REPRESENTATIONS du mot HYGIENE Associer 3 mots au mot «hygiène» Hygiène _ Hygiène physique Hygiène

Plus en détail

Qu est-ce qu une BMR?

Qu est-ce qu une BMR? QUE FAIRE LORS D UNE DÉCOUVERTE D UN RÉSIDENT BMR? Yann Ollivier IDE hygiéniste ARLIN Nord Pas de Calais Qu est-ce qu une BMR? Une bactérie est multirésistante lorsqu elle n est plus sensible qu à un petit

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017

Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Prévention du risque infectieux en Ehpad: Quelques points essentiels Journée régionale 10 octobre 2017 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Cpias Ile-de-France Le lieu de soins et le risque infectieux

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

V A L I D A T I O N : M o d u l e 6. Mercredi 1 er octobre Consignes d examen

V A L I D A T I O N : M o d u l e 6. Mercredi 1 er octobre Consignes d examen Institut de Formation d Aides-Soignants (IFAS) Centre hospitalier Louis Giorgi Avenue de Lavoisier B.P. 184 84106 ORANGE Cedex Tél : 04.90.11.21.64 Fax : 04.90.11.21.65 E.mail : eas@ch-orange.fr V A L

Plus en détail

VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!»

VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!» VOUS AVEZ DIT «EXCRETA!!» 1 2 Les selles Principal réservoir de micro organismes : impose une gestion stricte des excréta pour limiter la transmission croisée. Tube digestif 10 9 10 11 bactéries/gr de

Plus en détail

Amélioration du tri du linge : au plus près des patients

Amélioration du tri du linge : au plus près des patients Amélioration du tri du linge : au plus près des patients XI e Journée régionale de prévention des infections associées aux soins ROUEN Jeudi 11 Avril 2013 Monique Picard - Unité de gestion du risque infectieux

Plus en détail

Indice Date Modifications 0 Création

Indice Date Modifications 0 Création Page : 1/7 Mots clés : Pratique d'hygiène pour les de plaie aiguë DESTINATAIRES - Cadres de Santé - Direction Qualité et Gestion des Risques - Pharmacie Centrale - Tous les médecins (par mail) - Service

Plus en détail

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe

Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe QUESTIONS HYGIENE Isolements : mesures générales et mesures spécifiques pour chaque type d'isolement et exemple de germe Question 10: Dans un service un patient est porteur de la gale, des précautions

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour :

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Objet : - Codifier le circuit du linge, - Préciser les modalités de tri et de stockage du linge sale. Résumé des modifications intervenues : Le code couleur

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015

Gestion des excréta. Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS. 20 mars 2015 Gestion des excréta Réunion annuelle du Réseau FAM et MAS 20 mars 2015 Les excréta : c est quoi? Les excréta : (Mot latin n. m. pl.xixème siècle. participe passé de excernere (voir Excrément) excrementum)

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

«En Janvier 2017, l hygiène se met au blanc!» Journée Colines 24 janvier 2017 Salle Etoile de Jade à Saint Brévin les Pins

«En Janvier 2017, l hygiène se met au blanc!» Journée Colines 24 janvier 2017 Salle Etoile de Jade à Saint Brévin les Pins «En Janvier 2017, l hygiène se met au blanc!» Les bonnes pratiques et recommandations pour la prise en charge du linge en institution Journée Colines 24 janvier 2017 Salle Etoile de Jade à Saint Brévin

Plus en détail

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND

Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC. Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Précautions complémentaires, Place réciproque des PS et des PC Journée Hôpital propre, Mai 2012 X. BERTRAND Historique Depuis l antiquité «mise en quarantaine» des patients contagieux pour éviter les épidémies

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

La tenue au bloc opératoire. Les règles comportementales

La tenue au bloc opératoire. Les règles comportementales La tenue au bloc opératoire Les règles comportementales Contexte Gestion des risques risque infectieux Démarche qualité, maîtrise des coûts Responsabilité des acteurs : code de la santé publique : articles

Plus en détail

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires

les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires les Précautions d hygiène Standard et Complémentaires Formation Diplôme d Etat d Infirmier(e) Unité d Enseignement 2.10 S1 Infectiologie et Hygiène Faculté de Versailles Saint-Quentin en Yvelines Dr Isabelle

Plus en détail

HYGIENE DES SOLS, DES SURFACES ET DES MAINS TRI DES DECHETS ET STERILISATION

HYGIENE DES SOLS, DES SURFACES ET DES MAINS TRI DES DECHETS ET STERILISATION UC 3 HYGIENE MODULE 3.2. ET 3.3. HYGIENE DES SOLS, DES SURFACES ET DES MAINS TRI DES DECHETS ET STERILISATION EVALUATION FORMATIVE A Nom Prénom : PROMOTION : 1. Cochez dans la liste ci-dessous les 2 pièces

Plus en détail

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes

22/11/2012. Notions générales. Modes de transmission. Transmission = transfert de microorganismes Prise en charge du patient à risque particulier au bloc opératoire (BMR ectoparasites tuberculose pulmonaire Clostridium difficile) Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie

Plus en détail

1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA GRIPPE AVIAIRE

1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA GRIPPE AVIAIRE 1 / 5 1. HYGIENE ET PROTECTION DU PERSONNEL SOIGNANT EN CONTACT RAPPROCHE AVEC UN PATIENT SUSPECT OU CONTAMINE PAR LA 1.1 La tenue de protection : elle est revêtue sur un pyjama en tissu. Les chaussures

Plus en détail

HYGIENE ET QUALITE DU LINGE / RABC FORMATION RABC

HYGIENE ET QUALITE DU LINGE / RABC FORMATION RABC FORMATION RABC Présentée par : Sylvie BARTHOD, infirmière hygiéniste Polyclinique de F.C. - 13/03/2011 1 Contenu : 1. Le malade 2. L analyse des risques 3. La norme EN 14065 4. Le circuit du lit au lit

Plus en détail

Petites scènes de la vie quotidienne

Petites scènes de la vie quotidienne 12 ème Journée du Réseau Régional d Hygiène de Basse-Normandie Protection des IAS chez les professionnels de santé, encore et toujours les précautions standard Petites scènes de la vie quotidienne Marie-Alix

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

Généralités. A l hôpital, la production moyenne par lit et par jour est de 4,5 Kg. Augmentation des coûts d élimination

Généralités. A l hôpital, la production moyenne par lit et par jour est de 4,5 Kg. Augmentation des coûts d élimination Gestion des déchets Généralités A l hôpital, la production moyenne par lit et par jour est de 4,5 Kg Augmentation des coûts d élimination Véritable problème de santé publique Définitions DECHET : Tout

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION AIDE-SOIGNANT. EVALUATION THEORIQUE NORMATIVE Questions Réponses Ouvertes Courtes Questions à choix multiples

INSTITUT DE FORMATION AIDE-SOIGNANT. EVALUATION THEORIQUE NORMATIVE Questions Réponses Ouvertes Courtes Questions à choix multiples INSTITUT DE FORMATION AIDE-SOIGNANT PROMOTION : 2006/2007 EVALUATION THEORIQUE NORMATIVE Questions Réponses Ouvertes Courtes Questions à choix multiples DATE : Jeudi 21 DECEMBRE 2006 DE : 11heures 15 à

Plus en détail

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques

LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé. Règles d hygiène. Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques LES PLAIES CHRONIQUES du sujet âgé Règles d hygiène Prévention du risque infectieux lors des soins de plaies chroniques Objectifs du soin Appliquer les bonnes pratiques afin de réduire le risque infectieux

Plus en détail

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène

REDACTION VERIFICATION APPROBATION. C. BOUCHET-EHRET C. BOUCHET-EHRET Sophie GEAY. Responsable qualité Pour la cellule Hygiène 1- OBJET : Décrire l ensemble des recommandations et pratiques d hygiène à respecter pour : - assurer la qualité des soins dispensés - améliorer la sécurité des patients et des soignants - diminuer le

Plus en détail

Précautions complémentaires contact

Précautions complémentaires contact Précautions complémentaires contact Quoi de plus par rapport aux précautions standard? N. Diguio Centre Hospitalier Emile Durkheim EPINAL 05/2013 Contexte Précautions standard Précautions complémentaires

Plus en détail

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT

MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT MICRO-ORGANISMES NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES DE TYPE CONTACT en établissements de santé Selon les recommandations 2009 de la SFHH «Prévention de la transmission croisée

Plus en détail

"La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu

La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec D.Landriu "La bonne gestion des excréta comme première arme contre le péril fécal" Journée EMS -Arlin Hte Normandie- Dec 2013- D.Landriu Définition Concerne les matières éliminées par l organisme les selles : réservoir

Plus en détail

Mots clés : Contamination / Linge / Lingerie / Risque infectieux / Tenue professionnelle / Vêtements

Mots clés : Contamination / Linge / Lingerie / Risque infectieux / Tenue professionnelle / Vêtements Référence : PT/LIN/002-B Page :Page 1 sur 6 Objet : - Codifier le circuit du linge, - Préciser les modalités de distribution et de rangement du linge propre dans les différents services concernés, - Prévenir

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES

LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES LES PRECAUTIONS STANDARD PREVENTION DES AES PRECAUTIONS STANDARD C est un ensemble de recommandations : Hygiène des mains Port de gants Tenue de protection : surblouse ou tablier, masques, lunettes Surfaces

Plus en détail

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité

L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité L hygiène corporelle et la transmission croisée: quelle prévention en collectivité Journée de formation hygiène Colines St-Brévin les Pins 26 janvier 2016 Ivana Novakova Infirmière Hygiéniste Arlin Ile-de-France

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HÔPITAL LOCAL

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HÔPITAL LOCAL ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HÔPITAL LOCAL 29 rue Saint Roch B.P 25 35 390 GRAND-FOUGERAY Avril 2010 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l

Plus en détail

Un point sur le détartrant

Un point sur le détartrant Un point sur le détartrant Pourquoi détartrer? Propreté visuelle Eviter la prolifération dupseudomonasaeruginosa Où et quand détartrer? WC : 1x par semaine.déterminer un jour dans le service Robinetteries

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

UE 2-10 INFECTIOLOGIE - HYGIENE. Circuit du linge. IFSI Pitié Salpêtrière Promotion 2014-2017. Mmes Charniot, Cougnoux, Pascher, Petit

UE 2-10 INFECTIOLOGIE - HYGIENE. Circuit du linge. IFSI Pitié Salpêtrière Promotion 2014-2017. Mmes Charniot, Cougnoux, Pascher, Petit UE 2-10 INFECTIOLOGIE - HYGIENE Circuit du linge Mmes Charniot, Cougnoux, Pascher, Petit IFSI Pitié Salpêtrière Promotion 2014-2017 Plan I- Rôle du linge dans l infection nosocomiale II- La responsabilité

Plus en détail

SPIN Référence : Mesures proposées pour la prise en charge d une parturiente. porteuse d une BHRe

SPIN Référence : Mesures proposées pour la prise en charge d une parturiente. porteuse d une BHRe Page : 1/6 Situation Description Conséquences Commentaires Gestion des patients contacts Situation 1 Situation 2 Situation 3 PS+PCC partiellement appliquées PS+PCC seules, mais parfaitement appliquées

Plus en détail

LE LINGE A L HOPITAL. Gestion du risque infectieux lié au linge lors des soins (hors bloc opératoire)

LE LINGE A L HOPITAL. Gestion du risque infectieux lié au linge lors des soins (hors bloc opératoire) LE LINGE A L HOPITAL Gestion du risque infectieux lié au linge lors des soins (hors bloc opératoire) 2016 PLAN Généralités Rôle du linge dans les IAS Gestion et entretien : les circuits du linge Cas particuliers

Plus en détail

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER :

HYGIENE LORS DES AUTOPSIES EN CHAMBRE MORTUAIRE. Date de validation : 30/11/2006 Visa Dr G. MALER : Page 1/6 I. OBJECTIFS Décrire les recommandations à appliquer lors des autopsies afin de réduire les risques de transmission d agents transmissibles conventionnels et non conventionnels dans la chambre

Plus en détail

REFECTION DES PANSEMENTS

REFECTION DES PANSEMENTS REFECTION DES PANSEMENTS Annie BRENET & Isabelle PONCET JUIN 2014 SOMMAIRE Objectifs Matériel Technique Recommandations MAI 2013 2 Objectifs Réaliser un pansement est un acte de soin qui consiste à appliquer

Plus en détail

HYGIÈNE DES MAINS : RETOUR D EXPÉRIENCE ICSHA EN EHPAD. Dr MANTION Benoit Equipe Mobile d Hygiène (EMH) Centre hospitalier de Narbonne et de Béziers

HYGIÈNE DES MAINS : RETOUR D EXPÉRIENCE ICSHA EN EHPAD. Dr MANTION Benoit Equipe Mobile d Hygiène (EMH) Centre hospitalier de Narbonne et de Béziers HYGIÈNE DES MAINS : RETOUR D EXPÉRIENCE ICSHA EN EHPAD Dr MANTION Benoit Equipe Mobile d Hygiène (EMH) Centre hospitalier de Narbonne et de Béziers 1 ICSHA? ICSHA = indicateur de consommation de solutions

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production]

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] DISP LILLE BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] Circuit du personnel AU VESTIAIRE 1. Retirer l ensemble des accessoires sur les mains, les poignets et le visage 2. S habiller en tenue de

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Les précautions standard Auteur : V.DENIZOT Public : Étudiants DU d Hygiène Hospitalière Besançon Version : janvier 2012 Années 80: endémie SIDA : protéger le personnel contre les infections d origine

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP MARCHE DE LOCATION ENTRETIEN DU LINGE FOYER D ACCUEIL MEDICALISE LES CABORNES 2016-2019 Marche réservé article 15 du CMP Janvier 2016 Article 1 er : objectifs

Plus en détail

Les précautions standard

Les précautions standard Ce quizz vous est proposé par L Équipe Opérationnelle d Hygiène Les précautions standard 1- C est vrai! «La désinfection des mains par friction est significativement plus efficace sur le plan microbiologique

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre

PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Journée Hygiène et Qualité des Soins 1 er octobre 2013 PRISE EN CHARGE D UN PATIENT PORTEUR DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE Catherine DENEUVE IDE hygiéniste Fécamp Martine THIERRY IDE hygiéniste Le Havre Respecter

Plus en détail

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR

BIO NETTOYAGE LORS D UN ISOLEMENT SEPTIQUE OU PROTECTEUR Page : 1 de 6 MISE A JOUR N version : 1 OBJET DE LA REVISION ET NATURE DES MODIFICATIONS RELECTURE ET MISE A JOUR LE 6 AOUT 2012 OBJET Décrire la technique de réalisation du bio nettoyage appliquée dans

Plus en détail

DASRI et assimilés. Signification : DASRI: Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux

DASRI et assimilés. Signification : DASRI: Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux DASRI et assimilés Signification : DASRI: Déchets d Activités de Soins à Risque Infectieux Définition : Tous déchets issus des activités de diagnostic, de suivi et de traitement préventif, curatif ou palliatif,

Plus en détail

Les DASRI en laboratoire d enseignement

Les DASRI en laboratoire d enseignement Séminaire des nouveaux formateurs 2RB Les DASRI en laboratoire d enseignement A. AFONSO Paris, 29 et 30 juin 2015 Les DASRI ou Déchets d Activité de Soins à Risque Infectieux 1. Définition 2. Gestion des

Plus en détail

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers

L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers L hygiène des véhicules sanitaires des sapeurs pompiers SOMMAIRE La désinfection simplifiée La désinfection courante La désinfection approfondie L hygiène des mains L antisepsie des mains Le matériel /

Plus en détail

Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD

Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD Etudes sur la prévention des infections associées aux soins (IAS) au sein des EHPAD Indications préalables au remplissage du questionnaire Ce questionnaire, auquel vous avez accepté de répondre, s inscrit

Plus en détail

En pratique? Contexte

En pratique? Contexte En pratique? journée régionale de formation en hygiene hospitalière Lorient 27.03.2013 Contexte INSTRUCTION N DGS/RI1/DGCS/2012/433 du 21 décembre 2012 relative aux conduites à tenir devant des infections

Plus en détail

Désinfection d un chariot de soins

Désinfection d un chariot de soins Désinfection d un chariot de soins UE 4.1 S.1 SOINS DE CONFORT ET DE BIEN ETRE IFSI DE ST DENIS PROMOTION 2011-2014 1 1 Généralités PLAN Définition Les différents types de chariots Le chariot le plus simple

Plus en détail

Les précautions complémentaires

Les précautions complémentaires Les précautions complémentaires Réunion des enseignants en instituts de formation des professionnels de santé Mardi 9 avril 2013 Amphithéâtre - Faculté de Médecine - Nancy De l isolement Aux précautions

Plus en détail

Plan. La flore cutanée La transmission manuportée Les conditions préalables à l hygiène des mains Les techniques d hygiène des mains

Plan. La flore cutanée La transmission manuportée Les conditions préalables à l hygiène des mains Les techniques d hygiène des mains Hygiène des mains 2 Plan La flore cutanée La transmission manuportée Les conditions préalables à l hygiène des mains Les techniques d hygiène des mains Le lavage simple Le lavage hygiénique ou antiseptique

Plus en détail

d une maman porteuse d une BHRe

d une maman porteuse d une BHRe Page : 1/5 Situation Description Conséquences Commentaires Situation 1 Situation 2 Situation 3 Situation 4 BB né par césarienne et transféré en réa directement. BB né par césarienne ayant eu un contact

Plus en détail

LE METIER D ASSISTANTE DENTAIRE. RISQUE ET PREVENTION

LE METIER D ASSISTANTE DENTAIRE. RISQUE ET PREVENTION LE METIER D ASSISTANTE DENTAIRE. RISQUE ET PREVENTION 1 Définition : Une assistante dentaire est une personne aidant un dentiste au fauteuil. Elle peut être formée soit par un dentiste, soit par une école

Plus en détail

RISQUES BIOLOGIQUES. Ë Les microbes sont des micro-organismes vivants tels que les bactéries,

RISQUES BIOLOGIQUES. Ë Les microbes sont des micro-organismes vivants tels que les bactéries, RISQUES BIOLOGIQUES Ë Les microbes sont des micro-organismes vivants tels que les bactéries, les virus, les champignons microscopiques, les parasites et les prions. Ë Ils sont présents chez tous les êtres

Plus en détail

Précautions complémentaires. mentaires

Précautions complémentaires. mentaires Précautions complémentaires mentaires Champ de l interventionl Historique Pourquoi des précautions complémentaires en plus des précautions standards? L application stricte des précautions «standard» pour

Plus en détail

GESTION DES DECHETS ET DU LINGE. Véronique Pelaud

GESTION DES DECHETS ET DU LINGE. Véronique Pelaud GESTION DES DECHETS ET DU LINGE Véronique Pelaud GESTION DES DECHETS ET DU LINGE En imagerie médicale m non interventionnelle, il n existe pas de circuits différenti rentiés s pour le propre et le sale.

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERS CCTP MARCHÉ PRESTATIONS DE BLANCHISSERIE 2017

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERS CCTP MARCHÉ PRESTATIONS DE BLANCHISSERIE 2017 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERS CCTP MARCHÉ PRESTATIONS DE BLANCHISSERIE 2017 Octobre 2016 Article 1 er : objectifs principaux de la prestation Le titulaire du marché s engage à réaliser le

Plus en détail

HYGIÈNE DES MAINS. Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016

HYGIÈNE DES MAINS. Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016 HYGIÈNE DES MAINS Agnès Martin Service Hygiène CH Beaune Année 2016 DÉFINITIONS Hygiène: Ensemble des règles et pratiques relatives à la santé (Petit Larousse) L hygiène hospitalière concerne la lutte

Plus en détail

Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 1 - IRA Annexe n 1-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des infections respiratoires aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir âgées A savoir

Plus en détail

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016

BMR, BHRe. Mesures d hygiène et de protection renforcées. Les recommandations Lundi 11 février 2016 BMR, BHRe Mesures d hygiène et de protection renforcées Les recommandations Lundi 11 février 2016 Béatrice HEDOUX QUEAU Cadre Hygiéniste, UHLIN Louis Mourier BMR / BHRe Des mesures adaptées - Densité de

Plus en détail

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD

Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène et Prévention du risque infectieux en EHPAD Hygiène des mains : La place des solutions hydro-alccoliques 1 «Outil de contact» Outil de travail Richesse en germes Vecteur d infections Transmission

Plus en détail

Transport SMUR / SAMU d une personne classée cas possible : fièvre Ebola vers l ESR / CHU de Rennes Version : 7

Transport SMUR / SAMU d une personne classée cas possible : fièvre Ebola vers l ESR / CHU de Rennes Version : 7 Service émetteur : SAMU 35 Date d application : 15 09 2014 Pages : 1/5 Principes généraux Sécuriser le transfert d une personne à risque infectieux (fièvre ou frissons) ayant effectué un voyage en Afrique

Plus en détail

Hygiène des mains et port de gants

Hygiène des mains et port de gants Hygiène des mains et port de gants Dr Agnès VINCENT 2 e Journée de Prévention du Risque Infectieux en FAM, MAS et IME 2 Octobre 2014 -Lyon Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales

Plus en détail

Dr E. Lafeuille AHU Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Hôpital de la Pitié-Salpétrière

Dr E. Lafeuille AHU Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Hôpital de la Pitié-Salpétrière Dr E. Lafeuille AHU Laboratoire de Bactériologie-Hygiène Hôpital de la Pitié-Salpétrière Mécanisme de résistance bactérienne: moyen de lutte mis en œuvre par la bactérie pour empêcher l action de l antibiotique

Plus en détail

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD»

RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» RIPHH «Prévention du risque infectieux en EHPAD» Travail de groupes Nîmes le 30 mars 2012 1 1ère situation Vous êtes IDE/AS, vous allez faire une toilette à un résident et refaire son lit. Vous réalisez

Plus en détail

Hygiène des locaux hospitaliers

Hygiène des locaux hospitaliers TRAVAIL COLLABORATIF GROUPE 7 CONSIGNES : Vous allez réaliser un travail collaboratif sur des situations cliniques. C est un travail de groupe que vous allez réaliser par l intermédiaire du chat "discussion

Plus en détail

Module 9. Contrôle et prévention des infections. Guide pédagogique de l'oms pour la sécurité des patients

Module 9. Contrôle et prévention des infections. Guide pédagogique de l'oms pour la sécurité des patients Module 9 Contrôle et prévention des infections 1 Objectifs d'apprentissage Démontrer les conséquences désastreuses de la mauvaise prévention et lutte contre les infections en milieux de soins Montrer aux

Plus en détail

PROTOCOLE MINISTÉRIEL PRÉHOSPITALIER

PROTOCOLE MINISTÉRIEL PRÉHOSPITALIER PROTOCOLE MINISTÉRIEL PRÉHOSPITALIER PROTOCOLE : PRISE EN CHARGE DES PATIENTS SUSCEPTIBLES DE PRÉSENTER UNE MALADIE RESPIRATOIRE SÉVÈRE (MRS) AUX : Techniciens ambulanciers paramédics (TAP) Premiers répondants

Plus en détail

QUIZZ N 1. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonne(s) réponse(s)

QUIZZ N 1. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonne(s) réponse(s) QUIZZ N 1 Madame E. Talonasarm, suite à une fracture, présente une escarre talonnière colonisée par un staphylocoque doré résistant à la méticilline (SARM). Lire les questions attentivement, puis choisir

Plus en détail

Hygiène des mains. V2.1

Hygiène des mains. V2.1 Hygiène des mains. V2.1 Grille de questions Nom... Prénom.. Date... Pourquoi Les mains sont naturellement porteuses de micro-organismes. Vrai Les mains peuvent se contaminer à partir (Plusieurs réponses

Plus en détail

PR SPI 07 Page 1 sur 5

PR SPI 07 Page 1 sur 5 PR SPI 07 Page 1 sur 5 Indice de révision 03 PRECAUTIONS STANDARD et prévention de la transmission manuportée des micro-organismes Date d application : 8 octobre 2012 Objet de la procédure Structures concernées

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en HAD, Besançon, 8 octobre 2013 Catherine Vincent IDE référent hygiène Odile Romanet cadre de santé

Prévention du risque infectieux en HAD, Besançon, 8 octobre 2013 Catherine Vincent IDE référent hygiène Odile Romanet cadre de santé Journée du RFCLIN et CCLIN-EST Prévention du risque infectieux en HAD, Besançon, 8 octobre 2013 Catherine Vincent IDE référent hygiène Odile Romanet cadre de santé Tri et circuit d élimination des déchets

Plus en détail

PROMOTION «HYGIÈNE DES MAINS

PROMOTION «HYGIÈNE DES MAINS PROMOTION «HYGIÈNE DES MAINS MAS FAM BARROUN Christelle, Infirmière Hygiéniste Unité de Prévention Des Risques Infectieux Associés Aux Soins EPSM des Flandres PREAMBULE LES MICRO ORGANISMES ET NOUS Nous

Plus en détail

SERPOSPACK ALS Ultra

SERPOSPACK ALS Ultra Page : 1/5 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE / PREPARATION ET DE LA SOCIETE / ENTREPRISE 1.1 Identification de la préparation : 1.2 Utilisation de la préparation : Enduit airless fin en pâte à projeter.

Plus en détail

CHUM-USPIN-EOHH-Juillet 2017-IDEH-K.BOZOUKLIAN

CHUM-USPIN-EOHH-Juillet 2017-IDEH-K.BOZOUKLIAN 1 GÉNÉRALITÉS (1) La peau normale est colonisée par des bactéries: 10 14 bactéries/être humains = 100 000 000 000 000 c est-à-dire 10 fois plus que le nombre de cellules humaines = RÔLE BARRIÈRE MAJEUR

Plus en détail

Hygiène Stérilisation

Hygiène Stérilisation Formation des correspondants en hygiène hospitalière Répondre aux exigences de la circulaire DGS/DH n 6454 du 29 décembre 2000 relative à la prévention des infections nosocomiales dans les établissements

Plus en détail

Recommandations pour le personnel de la DDI 2014

Recommandations pour le personnel de la DDI 2014 Hygiène Hospitalière Recommandations pour le personnel de la DDI 2014 S. BROWET INFIRMIERE HYGIENISTE Avril 2014 1.Rôle de l Hygiène Hospitalière Prévention des infections nosocomiales 5 à 7 % des hospitalisations

Plus en détail