Calcul du facteur solaire de combinaisons protection solaire - vitrage

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Calcul du facteur solaire de combinaisons protection solaire - vitrage"

Transcription

1 Division Energie et Bâtiment Calcul du facteur solaire de combinaisons protection solaire - vitrage Comparaison des méthodes normalisées simplifiée et détaillée Auteurs : Guillaume Lethé, Gilles Flamant 27 Octobre 2011 Ce rapport a été rédigé dans le cadre des activités de l Antenne Normes Energie et climat intérieur et avec le soutier financier du SPF Economie

2 Contenu 1. OBJET DE L ETUDE REFERENCES NORMATIVES CARACTERISTIQUES DES VITRAGES ET DES PROTECTIONS SOLAIRES VITRAGES PROTECTIONS SOLAIRES CALCUL DU FACTEUR SOLAIRE SELON LA METHODE SIMPLIFIEE CALCUL DU FACTEUR SOLAIRE SELON LA METHODE DETAILLEE LOGICIEL DE CALCUL ET HYPOTHÈSES CONDITIONS AUX LIMITES RÉSULTATS CONCLUSIONS ANNEXE : DÉTAIL DES RÉSULTATS DES CALCULS SELON LA MÉTHODE DÉTAILLÉE /14

3 1. OBJET DE L ETUDE Dans ce rapport, nous soumettons au lecteur les résultats d une étude qui a consisté à comparer deux méthodes de calcul du facteur solaire (valeur g) de différentes combinaisons de vitrages et de protections solaires de type store déroulant. Les calculs ont été effectués selon une méthode simplifiée (norme EN ) d une part et selon une méthode détaillée (normes EN et ISO 15099) d autre part. Quatre systèmes de protections solaires parallèles au vitrage ont été évalués : store clair ou foncé placé en face intérieure ou extérieure au vitrage. 2. REFERENCES NORMATIVES EN A1/AC Dispositifs de protection solaire combinés à des vitrages - Calcul du facteur de transmission solaire et lumineuse - Partie 1 : Méthode simplifiée (2008) EN AC Dispositifs de protection solaire combinés à des vitrages - Calcul du facteur de transmission solaire et lumineuse - Partie 2 : Méthode de calcul détaillée (2006) ISO Thermal performance of windows, doors and shading devices Detailed calculations (2003) EN Fermetures et stores confort thermique et lumineux caractérisation des performances et classification (2005). 3. CARACTERISTIQUES DES VITRAGES ET DES PROTECTIONS SOLAIRES 3.1 Vitrages A l annexe A de la norme EN sont mentionnés 4 vitrages de référence, dont les compositions sont décrites ci-dessous : Vitrage A : simple vitrage clair 4 mm Vitrage B : double vitrage clair 4/12/4 avec remplissage à l air Vitrage C : double vitrage 4/16/4 avec un coating basse émissivité en face 3 et remplissage à l argon Vitrage D : double vitrage 4/16/4 réfléchissant avec un coating basse émissivité en face 2 et remplissage à l argon L annexe de la norme donne les caractéristiques thermiques et photométriques globales du vitrage complet et de chacune des couches (verre et lame de gaz) de ces vitrages (voir Tableau 1). 3/14

4 Vitrage U [W/m²K] g [-] e [-] e [-] e' [-] vitrage A vitrage B vitrage C vitrage D Tableau 1 : caractéristiques thermiques et photométriques des vitrages de la norme EN14501 Comme les données spectrales ne sont pas mentionnées dans la norme et que le calcul du facteur solaire selon la méthode détaillée requiert la connaissance des données photométriques spectrales, 4 autres vitrages (ci-après dénommés A*, B*, C* et D*) qui ont des caractéristiques thermiques et photométriques globales proches de celles des 4 vitrages de référence de la norme EN 14501, ont été choisis. Les caractéristiques globales de ces vitrages sont données dans le tableau ci-dessous : Vitrage U [W/m²K] g [-] e [-] e [-] e' [-] vitrage A* vitrage B* vitrage C* vitrage D* Tableau 2 : caractéristiques thermiques et photométriques des vitrages considérés dans cette étude 3.2 Protections solaires Dans le cadre de cette étude, deux protections solaires de type toile ont été considérées. La première correspond à un tissu clair peu absorbant, avec des coefficients de transmission et de réflexion relativement élevés. La seconde correspond à un tissu foncé très absorbant, avec des coefficients de transmission et réflexion faibles. Dans les tableaux et graphiques qui suivent, nous dénommons ces tissus respectivement «light» et «dark». Le tableau ci-dessous mentionne seulement les valeurs globales de transmission et réflexion des deux tissus considérés mais ces données sont issues des valeurs spectrales qui ont été mesurées préalablement à l aide d un spectrophotomètre. Les valeurs globales des caractéristiques photométriques sont utilisées pour le calcul selon la méthode simplifiée tandis que les valeurs spectrales sont utilisées pour le calcul selon la méthode détaillée. type e,n-h e,n-dif e,n-n e,n-h e',n-h v,n-h v,n-dif v,n-n v,n-h v ',n-h uv OF Dark 7.8% 1.1% 6.8% 11.3% 11.2% 7.7% 0.8% 6.9% 12.2% 12.1% 7.4% 6.9% Light 19.2% 14.9% 4.3% 68.1% 68.5% 18.3% 13.8% 4.5% 76.8% 77.4% 5.0% 4.5% Tableau 3 : caractéristiques photométriques des protections solaires considérées 4/14

5 Les valeurs suivantes sont données : Transmission lumineuse : normal-hémisphérique v,n-h + normal-diffus v,n-dif + normal-normal v,n-n Transmission énergétique : normal-hémisphérique e,n-h + normal-diffus e,n-dif + normal-normal e,n-n UV : transmission normal-hémisphérique dans le domaine UV v,n-h (resp. ' v,n-h ): réflexion lumineuse normal-hémisphérique de la face orientée vers le soleil (resp. vers l intérieur) e,n-h (resp. ' e,n-h ): réflexion énergétique normal-hémisphérique de la face orientée vers le soleil (resp. vers l intérieur) OF : coefficient d ouverture ( Openness Factor ) 4. CALCUL DU FACTEUR SOLAIRE SELON LA METHODE SIMPLIFIEE Le Tableau 4 et le Tableau 5 mentionnent le facteur solaire de la combinaison protection solaire + vitrage calculé selon la méthode simplifiée EN , en utilisant les caractéristiques globales des vitrages de référence (A, B, C et D) et celles des vitrages (A*, B*, C* et D*). On constate que les facteurs solaires relatifs aux vitrages A*, B*, C* et D* tels que calculés selon la norme sont très proches de ceux relatifs aux vitrages A, B, C et D. De manière à pouvoir comparer de manière précise les facteurs solaires selon les méthodes simplifiée et détaillée, ceux-ci sont donnés avec 3 décimales au Tableau 5. Type Applic. Vitrage A Vitrage B Vitrage C Vitrage D Light ext Light int Dark ext Dark int Tableau 4 : Facteur solaire de la combinaison protection solaire & vitrage selon la méthode simplifiée (vitrages A, B, C et D) Type Applic. Vitrage A* Vitrage B* Vitrage C* Vitrage D* Light ext Light int Dark ext Dark int Tableau 5 : Facteur solaire de la combinaison protection solaire & vitrage selon la méthode simplifiée (vitrages A*, B*, C* et D*) 5/14

6 La Figure 1 suivante montre les mêmes résultats pour les vitrages A*, B*, C* et D* sous forme graphique. Figure 1 : Facteur solaire de la combinaison protection solaire & vitrage selon la méthode simplifiée (vitrages A*, B*, C* et D*) 5. CALCUL DU FACTEUR SOLAIRE SELON LA METHODE DETAILLEE 5.1 Logiciel de calcul et hypothèses Le calcul du facteur solaire selon la méthode détaillée a été réalisé à l aide du logiciel WIS v3.01. Les hypothèses suivantes ont été considérées : caractéristiques photométriques spectrales de la protection solaire et du vitrage. incidence normale du rayonnement solaire par rapport au plan vertical formé par la protection solaire, conformément à la norme EN une réflexion complètement diffuse du tissu de la protection solaire et une transmission incluant une composante diffuse et une composante directe, de manière à pouvoir réaliser le calcul le plus précis possible (voir norme ISO 15099). 5.2 Conditions aux limites Conditions de référence et conditions d été Deux ensembles de conditions ont été considérés, tels que décrits dans la norme EN : a) conditions de référence : elles doivent être utilisées pour la comparaison de produits et pour le calcul des apports solaires moyens pendant la période de chauffage b) conditions d été : ces conditions aux limites sont représentatives de conditions plus extrêmes. Elles sont à utiliser pour l évaluation du confort et pour les calculs de charge de refroidissement. 6/14

7 Vitrage Le vitrage est supposé être en position verticale, d une hauteur de 1 m et d une largeur de 1 m. Pour des tailles de vitrage limitées, l effet sur le facteur solaire d une variation de hauteur et de largeur du vitrage est faible. Protection solaire La protection solaire est placée parallèlement au vitrage, à une distance de 5 cm de celui-ci. L effet sur le facteur solaire d une variation de la distance d écart entre le vitrage et la protection solaire intérieure est faible. Ventilation de la lame d air entre la protection solaire et le vitrage Le facteur solaire a été déterminé pour différentes conditions de ventilation de la lame d air entre la protection solaire et le vitrage : a) protection solaire non ventilée b) protection solaire ventilée naturellement, pour laquelle on suppose l ouverture supérieure fermée et les ouvertures latérales et inférieure complètement ouvertes L effet du taux de ventilation sur le facteur solaire a été évalué spécifiquement pour la combinaison des différentes protections solaires et (uniquement) du vitrage C*. 5.3 Résultats Les figures 2 à 5 mentionnent, pour chaque protection solaire, le facteur solaire (valeur g) de la combinaison protection solaire & vitrage calculé selon la méthode détaillée pour chaque vitrage, chaque condition (référence / été) et chaque type de ventilation envisagés. Pour la facilité de comparaison entre méthode simplifiée et détaillée, est également indiquée sur les figures la valeur du facteur solaire calculée selon la méthode simplifiée EN Les tableaux 6 à 9 (voir annexe) mentionnent par ailleurs les différentes composantes du facteur solaire : la composante directe (c est-à-dire la fraction du rayonnement solaire incident traversant directement la protection solaire et le vitrage) et la composante indirecte (dite secondaire), qui elle-même se subdivise en 3 sous-composantes : facteur de rayonnement thermique (ir), facteur de convection (conv) et facteur de ventilation (ventil). Comme mentionné ci-dessus, dans le but de faciliter la comparaison entre différents produits, la norme préconise d utiliser les conditions de référence pour le calcul du facteur solaire. Le vitrage classiquement utilisé est le vitrage C, un double vitrage 4/16/4 avec un coating basse émissivité en face 3 et remplissage à l argon. La Figure 6 donne les résultats pour les 4 protections solaires, pour ce vitrage C* et pour les conditions de référence avec ventilation naturelle, et ce afin de permettre une première comparaison des méthodes de calculs selon la méthode simplifiée et la méthode détaillée. Les résultats obtenus selon la méthode détaillée de la norme EN (figures 2 à 5 cidessous) montrent que : Pour une protection solaire extérieure, le facteur solaire est toujours plus petit lorsque la lame d air entre la protection solaire et le vitrage est ventilée, ce qui est logique puisque la ventilation favorise le transfert de chaleur vers l espace (intérieur ou extérieur) où est située la toile. Pour une protection solaire intérieure, le facteur solaire 7/14

8 est, tout aussi logiquement, toujours plus grand lorsque la lame d air entre la protection solaire et le vitrage est ventilée. Le facteur solaire est toujours plus petit dans les conditions de référence que dans les conditions d été, ce qui s explique par le fait que le coefficient de transfert thermique par convection à l extérieur (h c,e ) est plus élevé sous les conditions de référence que sous les conditions d été. Ce constat est valable aussi bien pour une protection solaire extérieure qu intérieure. Les différences obtenues sur le facteur solaire pour les conditions d été d une part et les conditions de référence d autre part sont d autant plus marquées que la protection solaire est absorbante. De même, l effet de la variation de la ventilation de la lame d aire entre vitrage et protection solaire est d autant plus élevé que la protection solaire est absorbante. Ce constat est valable aussi bien pour une protection solaire extérieure qu intérieure. En outre, l effet est plus marqué quand le vitrage est peu isolant thermiquement (valeur U élevée). La comparaison entre la méthode simplifiée et la méthode détaillée nous apprend que : La méthode simplifiée donne des valeurs de facteur solaire plus élevées (parfois significativement) que la méthode détaillée, sauf dans le cas de la protection solaire extérieure peu absorbante («Light») où la correspondance entre les deux méthodes est bonne (voir point suivant). Pour une protection solaire extérieure non absorbante (Figure 2), il existe une bonne correspondance (écart inférieur à 0.02) entre les facteurs solaires calculés selon les deux méthodes, quelles que soient les conditions aux limites utilisées. Pour une protection solaire extérieure absorbante (Figure 4), la correspondance est bonne seulement pour les conditions d été et sans ventilation de la lame. De manière générale, cette dernière constatation est logique puisque ces conditions se rapprochent le plus des hypothèses sous-jacentes à la méthode simplifiée. Pour une protection solaire intérieure (qu elle soit absorbante ou non), l écart entre méthode simplifiée et méthode détaillée est le plus limité pour les conditions d été et avec ventilation (calcul détaillé). Cet écart sur les valeurs de facteur solaire est de l ordre de 0.02 à 0.04 (en valeur absolue) pour les protections solaires considérées dans cette étude, à l exception de la protection solaire «light» associée avec le vitrage réfléchissant D* (Figure 3). Dans le cas particulier du vitrage D* associé à une toile intérieure «light», l écart entre les méthodes simplifiée et détaillée est élevé, la méthode simplifiée surestimant le facteur solaire de l ordre de Cela s explique en partie par le caractère sélectif du vitrage D* ; un calcul basé sur les propriétés globales (tel qu adopté dans la norme EN ) surestime dans ce cas le facteur solaire de la combinaison vitrage & protection solaire. De plus, l effet du coefficient de réflexion élevé de la protection solaire intérieure est traité de manière imparfaite dans la méthode simplifiée. 8/14

9 Facteur solaire [-] Facteur solaire [-] Protection solaire extérieure "Light" Méthode simplifiée (EN ) C. référence - non ventilé (méthode détaillée) C. référence - ventilé (méthode détaillée) C. été - non ventilé (méthode détaillée) C. été - ventilé (méthode détaillée) Vitrage A* Vitrage B* Vitrage C* Vitrage D* Figure 2 : Facteur solaire protection solaire extérieure «light» Protection solaire intérieure "Light" Méthode simplifiée (EN ) C. référence - non ventilé (méthode détaillée) C. référence - ventilé (méthode détaillée) C. été - non ventilé (méthode détaillée) C. été - ventilé (méthode détaillée) Vitrage A* Vitrage B* Vitrage C* Vitrage D* Figure 3 : Facteur solaire protection solaire intérieure «light» 9/14

10 Facteur solaire [-] Facteur solaire [-] Protection solaire extérieure "Dark" Méthode simplifiée (EN ) C. référence - non ventilé (méthode détaillée) C. référence - ventilé (méthode détaillée) C. été - non ventilé (méthode détaillée) C. été - ventilé (méthode détaillée) Vitrage A* Vitrage B* Vitrage C* Vitrage D* Figure 4 : Facteur solaire protection solaire extérieure «dark» Protection solaire intérieure "Dark" Méthode simplifiée (EN ) C. référence - non ventilé (méthode détaillée) C. référence - ventilé (méthode détaillée) C. été - non ventilé (méthode détaillée) C. été - ventilé (méthode détaillée) Vitrage A* Vitrage B* Vitrage C* Vitrage D* Figure 5 : Facteur solaire protection solaire intérieure «dark» 10/14

11 Figure 6 : Facteur solaire synthèse des résultats pour le vitrage C* Influence du débit d air entre la protection solaire et le vitrage Avant d aborder l influence du débit d air entre la protection solaire et le vitrage rappelons ici que les résultats mentionnés plus haut ont été obtenus dans deux cas bien distincts : protection solaire non-ventilée et protection solaire ventilée naturellement, pour laquelle on suppose l ouverture supérieure fermée et les ouvertures latérales et inférieure complètement ouvertes. L effet d une variation du taux de ventilation sur le facteur solaire a été évalué plus en détail pour les 4 protections solaires associées au vitrage C*. A la Figure 7, on observe que le facteur solaire des protections solaires absorbantes («dark») est, logiquement, plus sensible au taux de ventilation. On voit également qu au-delà de 10 dm³/s (par mètre courant de vitrage), l impact de la ventilation sur le facteur solaire devient faible. Notons également que le taux de ventilation naturelle obtenu par calcul pour les cas discutés plus haut se situe entre 7 et 10 dm³/s par mètre courant de vitrage et se situe donc dans la partie pour laquelle l influence du taux de ventilation n est pas négligeable. 11/14

12 Figure 7 : Facteur solaire - vitrage C* - influence de la ventilation (conditions d été) 6. CONCLUSIONS Les méthodes de calcul utilisées peuvent donner des valeurs de facteur solaire sensiblement différentes pour un système vitrage-protection solaire, en fonction des hypothèses de calcul considérées. Il est donc essentiel d utiliser des hypothèses de calcul standardisées si l on désire comparer des protections solaires entre elles sur une base identique. La méthode simplifiée, décrite dans la norme EN , est une méthode conservative permettant de calculer des valeurs approximatives et qui ont généralement tendance à se trouver du côté de la sécurité pour l'estimation des charges de refroidissement (surestimation du facteur solaire). La présente étude a montré que les valeurs de facteur solaire obtenues par cette méthode simplifiée sont donc presque toujours (et parfois sensiblement) supérieures à celles obtenues par la méthode détaillée, décrite dans la norme EN Dans le cas des protections solaires extérieures, la correspondance entre méthode simplifiée et détaillée est cependant bonne dans le cas de toiles claires et pour les autres toiles en conditions d été et sans ventilation de la lame d air entre protection solaire et vitrage. Pour une protection solaire intérieure, l écart entre méthode simplifiée et méthode détaillée est le plus limité avec les conditions d été et avec ventilation (pour le calcul détaillé). Cet écart sur les valeurs de facteur solaire est de l ordre de 0.02 à 0.04 (en valeur absolue) pour les protections solaires considérées dans cette étude, à l exception de la protection solaire claire («light») associée au vitrage réfléchissant D*. Dans ce dernier cas, l écart entre les deux méthodes est élevé, la méthode simplifiée surestimant le facteur solaire de l ordre de 0.10 pour chacune des conditions envisagées ; une estimation précise du facteur solaire requiert dans cette situation l utilisation de la méthode détaillée de la norme EN /14

13 ANNEXE : détail des résultats des calculs selon la méthode détaillée g direct conv ventil ir Vitrage A* Référence non ventilé Référence ventilé Eté non ventilé Eté ventilé Vitrage B* Référence non ventilé Référence ventilé Eté non ventilé Eté ventilé Vitrage C* Référence non ventilé Référence ventilé Eté non ventilé Eté ventilé Vitrage D* Référence non ventilé Référence ventilé Eté non ventilé Eté ventilé Tableau 6 : Facteur solaire- protection solaire extérieure «Light» g direct conv ventil ir Vitrage A* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Vitrage B* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Vitrage C* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Vitrage D* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Tableau 7 : Facteur solaire- protection solaire intérieure «Light» 13/14

14 g direct conv ventil ir Vitrage A* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Vitrage B* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Vitrage C* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Vitrage D* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Tableau 8 : Facteur solaire- protection solaire extérieure «Dark» g direct conv ventil ir Vitrage A* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Vitrage B* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Vitrage C* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Vitrage D* Référence non-ventilé Référence ventilé Eté non-ventilé Eté ventilé Tableau 9 : Facteur solaire- protection solaire intérieure «Dark» 14/14

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide

Solar Heating System Factsheet (SHSF) - Dossier guide Solar eating System Factsheet (SSF) - Dossier guide Les Factsheets (feuille de données) publiés sur la page Internet de SPF résument les résultats des tests des systèmes solaires pour la production d eau

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Origines. Données techniques 0104

Origines. Données techniques 0104 vitrages hautes performances Origines Données techniques 0104 Demande de documentation INTERPANE Vitrage France Mégazone de Moselle Est Parc d'activité de Farébersviller F 57455 Seingbouse Tél: +33 (0)

Plus en détail

Vente - Location Aménagement Self stockage Evénementiel

Vente - Location Aménagement Self stockage Evénementiel Vente - Location Aménagement Self stockage Evénementiel RESOTAINER Choisissez le spécialiste du conteneur maritime capable, depuis 1947, de répondre à toutes les demandes. Vente, location, aménagement,

Plus en détail

Les enjeux. 20 % de déperditions d énergie en moins l hiver* L enjeu «Énergie» L enjeu «Lumière»

Les enjeux. 20 % de déperditions d énergie en moins l hiver* L enjeu «Énergie» L enjeu «Lumière» Les enjeux L enjeu «Énergie» 20 % de déperditions d énergie en moins l hiver (par rapport à une fenêtre Tout Confort 2012)*. 2 fois moins de déperditions d énergie en remplacement d une fenêtre de plus

Plus en détail

VII. TABLEAUX RÉCAPITULATIFS DES PERFORMANCES. 1 Introduction 542 2 Tableaux récapitulatifs 544

VII. TABLEAUX RÉCAPITULATIFS DES PERFORMANCES. 1 Introduction 542 2 Tableaux récapitulatifs 544 VII. TABLEAUX RÉCAPITULATIFS DES PERFORMANCES 1 Introduction 542 2 Tableaux récapitulatifs 544 2.1 Planibel clair, Clearvision, Linea Azzurra 545 2.2 Planibel coloré 546 2.3 Thermobel 546 2.4 Thermobel

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut

Rosemont- La Petite-Patrie. Îlots de chaleur urbains. Tout. savoir! ce qu il faut Rosemont- La Petite-Patrie Îlots de chaleur urbains Tout savoir! ce qu il faut Qu est-ce qu un îlot de chaleur? Un îlot de chaleur désigne une élévation localisée des températures, particulièrement des

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup

SOLAIRE BALLERUP LA VILLE CONTEXTE. (Danemark) Ballerup SOLAIRE BALLERUP (Danemark) Utiliser l énergie solaire thermique avec un système de stockage de chaleur classique à accumulation et à régulation sur une longue période est une des alternatives les plus

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LUMIÈRE NATURELLE BIEN-ÊTRE ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL 1 Lumière naturelle SOMMAIRE Introduction La lumière naturelle est essentielle Les effets sur la santé et le bien-être Les effets sur la sécurité et performance

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Correction ex feuille Etoiles-Spectres.

Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Correction ex feuille Etoiles-Spectres. Exercice n 1 1 )Signification UV et IR UV : Ultraviolet (λ < 400 nm) IR : Infrarouge (λ > 800 nm) 2 )Domaines des longueurs d onde UV : 10 nm < λ < 400 nm IR : 800

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

Coulissant. Confort 160 : le coulissant très grandes dimensions. Sapa Building System

Coulissant. Confort 160 : le coulissant très grandes dimensions. Sapa Building System Coulissant Confort 160 : le coulissant très grandes dimensions Sapa Building System Confort 160 : le coulissant très grandes dimensions Avec un design judicieusement élaboré, Confort 160 est un système

Plus en détail

MODÉLISATION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT

MODÉLISATION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT MODÉLISATION NUMÉRIQUE DANS LE BÂTIMENT Perrenoud, Pléiades et Design Builder Francesco Formica Grontmij BEFS SOMMAIRE I. Périmètre II. Entrées : acquisition et temps de mise en œuvre III. Sorties : résultats

Plus en détail

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire.

Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Performances énergétiques de capteurs solaires hybrides PV-T pour la production d eau chaude sanitaire. Patrick DUPEYRAT 1,2*, Yu BAI 3,4, Gérald KWIATKOWSKI 5, Gilles FRAISSE 3 Christophe MENEZO 2,3 et

Plus en détail

Manuel de validation Fascicule v4.25 : Thermique transitoire des structures volumiques

Manuel de validation Fascicule v4.25 : Thermique transitoire des structures volumiques Titre : TTLV100 - Choc thermique dans un tuyau avec condit[...] Date : 02/03/2010 Page : 1/10 Manuel de Validation Fascicule V4.25 : Thermique transitoire des structures volumiques Document : V4.25.100

Plus en détail

Commission d évaluation : REALISATION du 14 octobre 2014

Commission d évaluation : REALISATION du 14 octobre 2014 Commission d évaluation : REALISATION du 14 octobre 2014 65 St Barnabé, (13) Rédacteur : Jérôme Solari / Clara Foussat 1 - Bâtiment tertiaire bioclimatique à l entrée du village de Saint Barnabé à Marseille.

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique?

Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Pourquoi étudier l aérosol atmosphérique? Impact Climatique Impact sanitaire Les particules atmosphériques sont avant tout étudiées pour leurs impacts sur le climat et sur la santé humaine. 39 Réchauffement

Plus en détail

Protection thermique d été. Facteurs d influence et méthodologie de planification.

Protection thermique d été. Facteurs d influence et méthodologie de planification. Protection thermique d été. Facteurs d influence et méthodologie de planification. La protection thermique d été prend de l importance. L homme a pris conscience que notre train de vie actuel est en partie

Plus en détail

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique

Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Principes généraux de la modélisation de la dispersion atmosphérique Rémy BOUET- DRA/PHDS/EDIS remy.bouet@ineris.fr //--12-05-2009 1 La modélisation : Les principes Modélisation en trois étapes : Caractériser

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Système multicouche raccords à sertir et tubes

Système multicouche raccords à sertir et tubes Système multicouche raccords à sertir et tubes 4BONNES RAISONS DE CHOISIR LES SOLUTIONS 4GAMMES COMPLÉMENTAIRES 1 L EFFICACITÉ : pour répondre à toutes les configurations Avec les solutions multiconnect,

Plus en détail

Rayonnements dans l univers

Rayonnements dans l univers Terminale S Rayonnements dans l univers Notions et contenu Rayonnements dans l Univers Absorption de rayonnements par l atmosphère terrestre. Etude de documents Compétences exigibles Extraire et exploiter

Plus en détail

PDS (Plaque de Distance de Sécurité)

PDS (Plaque de Distance de Sécurité) PDS (Plaque de Distance de Sécurité) La plaque de distance de sécurité est prévue pour respecter la distance règlementaire entre le conduit et son environnement direct. Elle peut être utilisée pour toutes

Plus en détail

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003

Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air Edition mai 2003 CONFERENCE DES SERVICES CANTONAUX DE L'ENERGIE KONFERENZ KANTONALER ENERGIEFACHSTELLEN Aide à l'application Preuve du besoin de réfrigération et/ou d humidification de l air 1. Contexte Une série d'aides

Plus en détail

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE

TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE TACOTHERM DUAL PIKO MODULE THERMIQUE D APPARTEMENT MULTI CONFIGURABLE COMBINEZ VOTRE STATION INDIVIDUELLE Le module thermique d appartement TacoTherm Dual Piko s adapte parfaitement à toutes les configurations

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

Pose avec volet roulant

Pose avec volet roulant Pose avec volet roulant Coffre volet roulant Coulisse MONTAGE 2 PERSONNES MINIMUM La quincaillerie 4,2 x 25 Les outils (x 10) 3,5 x 9,5 (x 10) (x 1) (x 4) 3 2 1 (x 1) (x 4) 7 1 Positionnez les coulisses

Plus en détail

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques Copropriété du SENS UNIQUE Maintenance Exploitation Télégestion Etat des lieux : LE SENS UNIQUE 10 bâtiments - 137 logements Années de

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Application des technologies de pointe pour la durabilité et autosuffisance des populations isolées

Application des technologies de pointe pour la durabilité et autosuffisance des populations isolées Application des technologies de pointe pour la durabilité et autosuffisance des populations isolées 28 octobre 2014 Catalin Harnagea, Riad Nechache, Jennifer Macleod, and Federico Rosei Institut National

Plus en détail

ACTIV HOME. Confort et bien-être, naturellement, tout simplement, toute l année. www.bubendorff.com LAMES ORIENTABLES ACTIV HOME /LAMES ORIENTABLES

ACTIV HOME. Confort et bien-être, naturellement, tout simplement, toute l année. www.bubendorff.com LAMES ORIENTABLES ACTIV HOME /LAMES ORIENTABLES ACTIV HOME LAMES ORIENTABLES SEPTEMBRE 2012 *selon conditions de garanties commerciales en vigueur sur le site internet www.bubendorff.com, hors marque Nelto. * Confort et bien-être, ACTIV HOME /LAMES

Plus en détail

Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB - Marconi

Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB - Marconi Réalisation d'un dépôt de tramways pour la STIB Marconi Résumé de la note explicative «CO 2 neutralité» Version du 16 avril 2009 STIB Société des Transport Intercommunaux de Bruxelles Direction générale

Plus en détail

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen

Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur. Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Accumulateur combiné au service de la chaleur solaire et des pompes à chaleur Michel Haller, Robert Haberl, Daniel Philippen Présentation Avantages de la combinaison pompe à chaleur et chaleur solaire

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

Les règles d or de la. con struction écologique. Rénover l habitat. écologique économique climatiquement. en énergie sain durable

Les règles d or de la. con struction écologique. Rénover l habitat. écologique économique climatiquement. en énergie sain durable Les règles d or de la con struction écologique Rénover l habitat écologique économique climatiquement neutre peu gourmand en énergie sain durable Le Centre suisse d études pour la rationalisation de la

Plus en détail

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès!

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès! Devenez Expert Tertiaire Somfy Et engagez vous sur la voie du succès! Valorisez votre savoir-faire et vos compétences avec l appui des chargés d affaires tertiaire Somfy qui s engagent à vos côtés. Votre

Plus en détail

Étude sur l efficacité des bâtiments

Étude sur l efficacité des bâtiments Étude sur l efficacité des bâtiments Quelle est l influence des systèmes de gestion de l éclairage et de protection solaire sur la consommation d énergie d un immeuble de bureaux Janvier 2012 Les mesures

Plus en détail

Bien choisir vos vitrages de façades

Bien choisir vos vitrages de façades Bien choisir vos vitrages de façades Appuyez-vous sur des spécialistes! 4 Choisissez le verre selon son esthétique et ses possibilités de transformation! 5 Sélectionnez un vitrage aux performances adaptées!

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

COMMUNE DE SELLES SAINT DENIS REHABILITATION ET REMISE AUX NORMES D UNE BOUCHERIE- CHARCUTERIE 41 300 SELLES SAINT DENIS

COMMUNE DE SELLES SAINT DENIS REHABILITATION ET REMISE AUX NORMES D UNE BOUCHERIE- CHARCUTERIE 41 300 SELLES SAINT DENIS COMMUNE DE SELLES SAINT DENIS REHABILITATION ET REMISE AUX NORMES D UNE BOUCHERIE- CHARCUTERIE 41 300 SELLES SAINT DENIS Lot n 03 Menuiseries Aluminium - Serrurerie Sté d ARCHITECTURE BOITTE Agence de

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

MENUISERIES PVC FENÊTRES ET PORTES-FENÊTRES A LA FRANCAISE, OSCILLO-BATTANTES ET A SOUFFLET SOFTLINE 70 MD

MENUISERIES PVC FENÊTRES ET PORTES-FENÊTRES A LA FRANCAISE, OSCILLO-BATTANTES ET A SOUFFLET SOFTLINE 70 MD MENUISERIES PVC FENÊTRES ET PORTES-FENÊTRES A A FRANCAISE, OSCIO-BATTANTES ET A SOUFFET SOFTINE 70 MD e CSTB atteste que les produits, mentionnés en annexe, sont conformes à des caractéristiques décrites

Plus en détail

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments Janvier 2015 Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments (CITE, TVA à taux réduit, Eco-PTZ) INTRODUCTION La loi de finances pour 2015 introduit un certain nombre de mesures

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

ACTIV HOME. Confort et bien-être, naturellement, tout simplement, toute l année. www.bubendorff.com LAMES ORIENTABLES ACTIV HOME /LAMES ORIENTABLES

ACTIV HOME. Confort et bien-être, naturellement, tout simplement, toute l année. www.bubendorff.com LAMES ORIENTABLES ACTIV HOME /LAMES ORIENTABLES ACTIV HOME LAMES ORIENTABLES MARS 2012 *selon conditions de garanties commerciales en vigueur sur le site internet www.bubendorff.com, hors marque Nelto. * Confort et bien-être, ACTIV HOME /LAMES ORIENTABLES

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE

P.L.U. Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Commune du Département de l'oise P.L.U Plan Local d'urbanisme PRESCRIPTION D'ISOLEMENT ACOUSTIQUE AU VOISINAGE DES INFRASTRUCTURES TERRESTRES DOCUMENT OPPOSABLE Document Établi le 20 septembre 2013 Le

Plus en détail

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie.

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. 4.0 Contrôles /4 4 e enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. RPPEL de 0. Wikipédia 2/2 Dans le chapitre : XX e siècle : ( 4.0 mythe paroxysme ) sous la photo d un

Plus en détail

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET?

Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Comment agir sur le bilan environnemental d une bouteille PET? Décembre 2010 En 2009, Eco-Emballages, ELIPSO et Valorplast se sont associés pour conduire une étude d évaluation des impacts environnementaux

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

T. BONNARDOT 17/12/2010

T. BONNARDOT 17/12/2010 CYTHELIA Conseil & Expertise La Maison ZEN 350, route de la traverse 73 000 MONTAGNOLE Tel +33 (0) 4 79 25 31 75 www.cythelia.fr SARL au capital de 140 000 - RCS Chambéry B 393 290 937 - APE 7219 Z RT

Plus en détail

io-homecontrol de Somfy pour protection solaire

io-homecontrol de Somfy pour protection solaire io-homecontrol de Somfy pour protection solaire e x c l u s i v i t é Pour ceux qui exigent le meilleur pour leur maison et terrasse! i o - h o m e c o n t r o l d e S o m f y p o u r p r o t e c t i o

Plus en détail

GSE AIR SYSTEM V3.0 L indépendance énergétique à portée de mains

GSE AIR SYSTEM V3.0 L indépendance énergétique à portée de mains AÉROVOLTAÏQUE V3.0 L indépendance énergétique à portée de mains Photos non contractuelles www.gseintegration.com L'alliance des économies d'énergie et du confort thermique Édito L énergie solaire est indispensable

Plus en détail

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires

La combinaison. naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE. Informations préliminaires La combinaison naturelle DAIKIN ALTHERMA HYDRIDE POMPE À CHALEUR CHAUFFAGE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Informations préliminaires 2 Le futur c'est maintenant 3 et le futur est plus respectueux de l'environnement,

Plus en détail

Pack Prélèvements Confort et Confort Plus

Pack Prélèvements Confort et Confort Plus Pack Prélèvements Confort et Confort Plus Guide clients Page 1-00/00/00 Systèmes de Paiement & Flux Ce guide clients vous est offert par votre Conseiller Crédit Agricole pour vous permettre de vous approprier

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête

LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1. Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 6/4/08 11:53 AM Page 1 Construire vert ne devrait pas être un casse-tête LOG 8869 Residential Brochure_FR:Layout 1 2 6/4/08 11:53 AM Page 2 LOG 8869 Residential

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Humidimètre sans contact avec mémoire + Thermomètre IR

Humidimètre sans contact avec mémoire + Thermomètre IR Manuel d utilisation Humidimètre sans contact avec mémoire + Thermomètre IR Modèle MO295 mbar GPP RH% 01 MEM STORE MO295 Introduction Nous vous félicitons d avoir fait l acquisition de l humidimètre Extech

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures

Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures Etude sur les cadres règlementaires et leur efficacité à encourager les entreprises à améliorer leur efficacité énergétique et sur les mesures complémentaires nécessaires Synthèse Avril 2015 Pourquoi

Plus en détail

1. Généralités FR.TBLZ242.140328

1. Généralités FR.TBLZ242.140328 FR.TLZ242.140328 Instructions d'installation Sonde de temp. amb. TLZ1242, pour inst. e, IP20/ Sonde de temp. ext. TLZ1243, pour inst. extérieure, IP54 GOLD/OMPT 1. Généralités onçue pour un montage, la

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Livret de formules. Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP

Livret de formules. Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP Version 2: 13.11.2014 Livret de formules Calcul Professionnel Boulangère-Pâtissière-Confiseuse AFP Boulanger-Pâtissier-Confiseur AFP Economie d entreprise Boulangère-Pâtissière-Confiseuse CFC Boulanger-Pâtissier-Confiseur

Plus en détail

Priorités de calcul :

Priorités de calcul : EXERCICES DE REVISION POUR LE PASSAGE EN QUATRIEME : Priorités de calcul : Exercice 1 : Calcule en détaillant : A = 4 + 5 6 + 7 B = 6 3 + 5 C = 35 5 3 D = 6 7 + 8 E = 38 6 3 + 7 Exercice : Calcule en détaillant

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE V-SYS ULTRA - FLEXI - ON FLOOR - ON TOP. www.systovi.com FABRIQUÉ EN FRANCE

SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE V-SYS ULTRA - FLEXI - ON FLOOR - ON TOP. www.systovi.com FABRIQUÉ EN FRANCE SOLAIRE PHOTOVOLTAÏQUE ULTRA - FLEXI - ON FLOOR - ON TOP www.systovi.com FABRIQUÉ EN FRANCE PANNEAUX LE CHOIX ET LA QUALITÉ MADE IN FRANCE Notre gamme propose des produits qui combinent puissance et esthétique,

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable ACOUSTIQUE Bruxelles Environnement ISOLATION ACOUSTIQUE DES FAÇADES Debby WUYTS, Ir CSTC-WTCB GUIDANCE ÉCO-CONSTRUCTION ET DÉVELOPPEMENT DURABLE 2 mai 2013 Formation mise

Plus en détail

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout!

Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! Votre Stratégie Énergétique, Performante et Écologique, avec cette petite flamme en plus qui change tout! «Nous n héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l empruntons à nos enfants» Antoine de Saint-Exupéry

Plus en détail

GUIDE DE RENOVATION AG.PLASTICS

GUIDE DE RENOVATION AG.PLASTICS GUIDE DE RENOVATION AG.PLASTICS Les solutions pour votre rénovation coupoles l voûtes l plaques synthétiques l panneaux de façades l plaques ondulées l gouttières composites l toitures l... 1.6 Avant la

Plus en détail

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Introduction Il se dit beaucoup de choses sur les habitudes de recherche des internautes

Plus en détail

Eau chaude Eau glacée

Eau chaude Eau glacée Chauffage de Grands Volumes Aérothermes Eau chaude Eau glacée AZN AZN-X Carrosserie Inox AZN Aérotherme EAU CHAUDE AZN AZN-X inox Avantages Caractéristiques Carrosserie laquée ou inox Installation en hauteur

Plus en détail

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B

Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B Contrôle de la convection profonde par les processus sous-nuageux dans LMDZ5B C. Rio, J.-Y. Grandpeix, F. Hourdin, F. Guichard, F. Couvreux, J.-P. Lafore, A. Fridlind, A. Mrowiec, S. Bony, N. Rochetin,

Plus en détail

Les portes intérieures

Les portes intérieures Les portes intérieures TECHNOLOGIE 2è DEGRE Wilmotte Bernard Institut Saint-Joseph de Saint Hubert Généralités 2 Description 2 Relevé des dimensions 3 Les genres de portes 3 Systèmes de suspension ou de

Plus en détail

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL.

Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Par: Michel Morin, coordonnateur à l énergie et à l entretien. Président du comité d énergie régional LLL. Pierre Lefrancois, B.ing., consultant en gestion d énergie. Plan de la présentation La commission

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

CATALOGUE FORMATION CONTINUE

CATALOGUE FORMATION CONTINUE CATALOGUE FORMATION CONTINUE 3ème trimestre 2014 SOMMAIRE INFORMATIQUE BUREAUTIQUE 4 COMMERCIAL VENTE 5-6 COMPTABILITE GESTION 7-8 JURIDIQUE SECURITE 9 SE FORMER, MODE D EMPLOI 10-12 BULLETIN D INSCRIPTION

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail