VISITE ENERGIE Boulangerie VISITE ENERGIE. Document de synthèse. Date de la visite : 2013 Document n

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VISITE ENERGIE Boulangerie VISITE ENERGIE. Document de synthèse. Date de la visite : 2013 Document n"

Transcription

1 VISITE ENERGIE Document de synthèse Entreprise : Contact : Activité : -Pâtisserie Téléphone : Adresse : Date de la visite : 2013 Document n Ce document a été réalisé avec l appui technique du CNIDEP Opération régionale EE&A SLG- Mars 2013 Page 1 sur 22

2 INTRODUCTION Cette visite énergie a été réalisée dans le cadre de l opération régionale «Economies d Energie et Artisanat» pilotée par le réseau des Chambres de Métiers et de l Artisanat de Champagne-Ardenne. L opération a pour objectif d accompagner techniquement les entreprises artisanales dans leur recherche d amélioration de l efficacité énergétique de leurs activités. Le modèle de ce document ainsi que certaines statistiques et bonnes pratiques dans l artisanat, sont issus des travaux menés par le CNIDEP 1. Cette synthèse se découpe de la manière suivante : I. Etat des lieux II. Pistes d actions et préconisations pour réduire les consommations d énergie III. Aides pour aller plus loin Une fiche de suivi est jointe à ce document, que nous vous invitons à compléter et à nous retourner pour établir un meilleur suivi de cette étude. I. Etat des lieux L entreprise utilise principalement de l électricité et ponctuellement du gaz de ville pour la cuisson comme source d énergie. La répartition des coûts est proposée dans le tableau ci-dessous. Ainsi, d après les estimations fournies et sur la base des factures disponibles, le coût global énergétique est évalué à HT/an environ, soit 2,3% du chiffre d affaires annuel de l entreprise. L entreprise se situe ainsi largement dans la moyenne nationale puisque la part de l énergie est évaluée entre 4 et 5% selon l INBP 2 (étude 2010). Il convient néanmoins d être attentif à ce poste de dépense qui est en constante augmentation (augmentation des tarifs de l électricité). Estimation des consommations d'énergie (partie professionnelle) de l'année 2012 Nature Energie Quantité (kwh /an) Coût annuel des consommations ( HT/an) Usage Type d'abonnement Coût annuel de l'abonnement ( HT/an) Coût énergétique annuel ( HT/an) Consommations + abonnement Electricité ,00 Tout usage Gaz naturel ,00 Cuisson Jaune 90 kva 2 764,80 Total , , ,00 Note : données issues des estimations données par l'entreprise 1 Centre National d Innovation pour le Développement Durable et l Environnement dans les Petites entreprises. Pour plus de renseignements : 2 Institut National de la -Pâtisserie Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 2 sur 22

3 II. VISITE ENERGIE Identification des voies de progrès II.1 Points forts de l entreprise L entreprise a réalisé déjà de nombreux efforts pour limiter sa consommation énergétique : - Sensibilisation des employés, - Eclairage basse consommation, - Utilisation de la lumière naturelle, - Détartrage régulier du système d eau chaude, - Limitation de la consommation d eau du lave-vaisselle La consommation énergétique de l entreprise est raisonnable par rapport à la moyenne de la profession. Ceci est notamment dû au rendement de l entreprise et du rapport qui peut être fait entre sa taille et sa consommation énergétique. Les questions de l entreprise concernent principalement la rénovation de la toiture et de ce qui peut être possible en termes d énergie renouvelable. Par ailleurs, la prise en compte des consommations d énergie fait partie intégrante d une démarche d amélioration de l impact environnemental et de la maitrise des coûts, et cette visite énergie est une étape pour aider l entreprise à aller plus loin dans ce domaine. II.2 Voies de progrès Sur la base de la visite énergie effectuée, différentes voies de progrès sont proposées pour réduire les consommations en énergie de l entreprise. Ces voies de progrès sont classées en trois catégories : Catégorie JAUNE les actions pouvant être mises en place immédiatement Catégorie ORANGE les actions nécessitant un investissement faible et/ou des études simples de mise en œuvre Catégorie ROUGE les actions à approfondir, demandant des investissements conséquents et/ou des études complémentaires Elles permettent une économie d énergie sans nécessiter d investissement. Il s agit essentiellement d actions comportementales (sensibilisation et formation, bons gestes, suivi des consommations ). Il s agit d actions relatives aux processus d exploitation: maintenance, conduite des procédés, ou mise en place de matériels standards performants et peu coûteux. Avant d être mises en œuvre, ces actions demandent la plupart du temps une étude complémentaire telle qu un diagnostic énergétique approfondi, une validation auprès de professionnels experts (fabricant, fournisseur, installateur),. Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 3 sur 22

4 Thème n Actions Potentiel d'économies d'énergie (sources: ADEME, CNIDEP, ENERTECH) Remarques liées à la mise en œuvre Coût de la mise en œuvre 1.0 Mettre en place un tableau de suivi des consommations avec un indicateur de suivi représentatif de l'activité Voir le tableau proposé en annexe (ou par mail). Essayer d'en tirer votre profil de consommation afin d'en comprendre les éventuelles irrégularités. (voir annexe I) Coût zéro 1.1 Sensibiliser le personnel aux gestes économes (éclairage, éviter le fonctionnement à vide, limiter les veilles des appareils, entretien général du matériel, ) Variable, mais sur les veilles seulement : de 12 à 16% d'économies sur les consommations électriques du secteur tertiaire Sensibilisation du personnel en interne sur toutes les thématiques (éclairage, froid, chauffage, ), nombreux outils disponibles (voir annexe I) Coût zéro GESTION ET SUIVI DES CONSOMMATIONS ENERGETIQUES 1.3 Mettre en place un système de délestage électrique en cas de chauffage électrique afin d'optimiser l'abonnement électrique BLEU : 45 à 150 HT/an par tranche ou JAUNE : 15 à 45 HT/an par kva ou VERT : 15 à 35 HT/an par kva souscrit en moins Etude par un électricien ou EDF si le chauffage et l'eau chaude sont concernés (voir annexe I) Faibles coûts 1.4 Prendre en compte l'efficacité énergétique lors de l'achat de matériels et raisonner en coût global (achat, consommation, fin de vie) Variable Vérifier la présence du label "Energy star", les étiquettes énergie, Faibles coûts 1.7 Faire réaliser un pré-diagnostic ou un diagnostic énergie sur site par un bureau d'étude spécialisé Voir paragraphe «Analyse spécifique des préconisations» Contacter votre délégation régionale de l'ademe pour être conseillé et éventuellement obtenir une aide financière (ou ORAC/FISAC si présente) Investissements Opération régionale EE&A SLG- Mars 2013 Page 4 sur 22

5 2.0 Effectuer une maintenance régulière de vos installations (interne et/ou externe) Coût zéro CHAUDIERES ET CHAUFFERIES (EAU CHAUDE SANITAIRE, ) 2.6 Calorifuger correctement votre chaudière et votre réseau de distribution (50mm d'isolant) Contacter un professionnel Faibles coûts 2.8 Envisager le passage aux énergies renouvelables, récupération de chaleur par un chauffe-eau thermodynamique Jusqu'à 70% d'économies sur l'ecs (annonce fabricant contesté par le COSTIC) pour l'installation dans les règles de l'art d'un chauffe-eau thermodynamique Un bureau d'étude qualifié peut vous proposer une étude de faisabilité (combinable avec étude sur les énergies renouvelables). Subvention FREC possible (voir annexe II) Investissements AMBIANCE : CHAUFFAGE, VENTILATION et CLIMATISATION Dimensionner et optimiser correctement le réseau de ventilation Envisager une alternative à la climatisation pour le rafraîchissement d'air (chauffe-eau thermodynamique ou rafraîchissement à l'eau) Limitation de la climatisation Coût de fonctionnement de 8 à 10 fois moins élevé qu'une climatisation classique La modification doit être étudiée par un artisan qualifié. Subvention CRAM possible Investissements Investissements FROID 5.4 Réaliser une étude de faisabilité pour récupérer la chaleur sur les groupes froids en cas de besoin simultanés en chaud et froid Sur le préchauffage d'un chauffe-eau ECS, de 50 à 90% d'économies Etude subventionnée, CEE possible (voir annexe III) Investissements Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 5 sur 22

6 6.2 Remplacer les ampoules classiques par des lampes basses consommation (LBC ou fluo compactes ou tubes haut rendement T5 ou T8, spot LED au lieu de l'halogène) Retour sur investissement < 1 an Penser au coût global (durée de vie de h pour des LED) Faibles coûts ECLAIRAGE BATIMENTS Installer des programmateurs pour l'éclairage (interrupteurs crépusculaires ou des détecteurs de présence dans les lieux de passage) Choisir systématiquement des ballasts électroniques lors des rénovations ou dans les nouveaux bâtiments Optimiser l'éclairage naturel par l'ajout de puits de lumière lors de la réfection de la toiture Dresser un bilan technique des bâtiments et des défectuosités (fuites, ) Profiter de la réfection de vos toitures pour les isoler efficacement Coûts autours de 10, retour sur investissement < 2 ans 22% d'économies pour la pose de ballasts électronique Environ 20% d'économies sur l'éclairage 30% d'économies pour une toiture isolée Choix du matériel : consulter le site Subvention FREC et CEE possible (voir annexe IV) A combiner avec des travaux de toiture réalisé par un artisan couvreur. Subvention FREC possible CEE possible Estimation du coût : laine de verre : 30 /m² (voir annexe V) Faibles coûts Coût zéro Investissements Investissements Investissements ENERGIES RENOUVELABLES 14.2 Etude de faisabilité par un bureau d'étude qualifié Subvention FREC possible (voir annexe VI) Etudier la faisabilité technico-économique de la mise en place d'énergies renouvelables (bois-énergie, géothermie, solaire ) lors de vos projets d'agrandissement-modificationdéménagement Investissements Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 6 sur 22

7 II.3 Analyse spécifique des préconisations L entreprise a une problématique : la réfection de la toiture pour pallier les problèmes d étanchéité. Pour prendre en compte la globalité du potentiel de l entreprise, il sera nécessaire de faire appel à un cabinet d étude qui puisse proposer des solutions techniques prenant un maximum en compte les paramètres ci-dessous selon leurs faisabilités technico-économiques. L apport suffisant de lumière naturel La réfection de la toiture devra dans la mesure du possible apporter un maximum de lumière naturelle, à l instar des skydômes actuellement présents. Au-delà du confort pour travailler dans le fournil, les économies d énergie dégagées par la non utilisation de lumière artificielle ne sont pas négligeables. L éclairage en néon T5 à ballasts électroniques Les néons classiques T8 du fournil peuvent être remplacés par des T5 afin d engendrer des économies d énergie en fonctionnement : durée de vie plus longue et consommation diminuée. L isolation de la toiture Il serait pertinent de profiter de la réfection de la toiture pour l isoler efficacement : c est l endroit où la déperdition thermique est la plus importante (30%). Ne pas hésiter à consulter la liste des CEE disponibles et signifier à votre artisan de vouloir en bénéficier. Envisager l intégration d une ventilation double flux La ventilation est indispensable, il est nécessaire qu elle soit bien réalisée. Le confort thermique est en accru et limitation de la climatisation en été, apport de chaleur en hiver. Envisager de la récupération de chaleur sur groupe-froids Les groupes froids étant pour la plupart regroupés sur la toiture, une réflexion pourrait être faite pour récupérer la chaleur dégagée et pouvoir l utiliser dans le préchauffage d eau chaude sanitaire par exemple où le besoin est important. Envisager l installation de panneaux thermiques Une réflexion pourrait s engager quant à l installation de panneaux thermiques afin d alimenter en chaleur un ballon d eau chaude. Le ballon d eau chaude thermique permet de couvrir 50% des besoins en eau chaude sanitaire. Opération régionale EE&A SLG- Mars 2013 Page 7 sur 22

8 II.3 Economies envisageables Le potentiel d économies d énergie peut être estimé sur la base des chiffres fourni par l entreprise. A noter qu il s agit d une estimation théorique en prenant en compte des pourcentages moyens fourni par les différents partenaires (études ADEME, CNIDEP ou ENERTECH). Il ne s agit en aucun cas d une étude quantitative, mais d une indication théorique. Les calculs ci-dessous sont basés sur la répartition suivante : Répartition des consommations énergétiques annuelles totales par poste énergétique (Toutes énergies confondues et hors transports) Climatisation Aspiration 0,3% Froid 0,5% 8,5% ECS 1,2% Chauffage 4,9% Eclairage 3,4% Systèmes annexes 0,7% Procédés de fabrication/produ ction 80,6% Source : Etude INBP % THEMATIQUES économisable GESTION DE L'ENERGIE 1% EAU CHAUDE SANITAIRE 70% VENTILATION / CLIMATISATION 50% FROID 10% ECLAIRAGE 20% BATIMENTS 30% TOTAL Soit 5,1% de votre consommation totale kwh/an économisables kwh/an Le tableau ci-contre contre donne une estimation des économies qui peuvent être envisagées. Ainsi, potentiellement, en mettant en place les préconisations ci-dessus, il est possible d obtenir une économie théorique de 928 /an sans aucun ou avec un faible investissement. La consommation totale de l entreprise est de kWh/an, ce qui représente 15,1 teqco2. Les préconisations proposées pourraient ainsi éviter l émission de 0,76 tonnes de CO2 par an. Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 8 sur 22

9 III. Aides pour aller plus loin III.1 Aides techniques et financières Les préconisations décrites dans ce rapport peuvent faire l objet d un accompagnement de suivi dans le cadre de l opération régionale «Economies d Energie et Artisanat». Notamment, l accompagnement de suivi peut contenir : - l identification et la mise en relation de l entreprise avec des experts compétents, - l appui à la réalisation d études de faisabilité technique, - l appui au montage des dossiers de demandes d aides financières, - le suivi du projet jusqu à sa mise en œuvre (devis, validation travaux, ). Contacter l animateur régional «Economies d Energie et Artisanat». Par ailleurs, dans la limite des informations connues à ce jour, voici les aides financières existantes pour accompagner l entreprise dans ses investissements : Subvention FISAC de la ville d Epernay. Contacter la chargée de mission FISAC Elsa MIREAU (Tél : ). Une majoration de la prise en charge est envisageable en cas d utilisation de matériaux écologiques ou permettant une économie d énergie. Financement (Fonds FREC) d une partie des études de faisabilité technique (pour les actions requérant des études complémentaires de bureaux d étude, par exemple la réalisation d un diagnostique thermique ou d une étude sur les énergies renouvelables). Dispositif CEE (Certificat d Economies d Energie): ce dispositif s'adresse aux artisans qui souhaitent réaliser des travaux/rénovations énergétiques dans leurs bâtiments/équipements, et pour lesquels une opération standardisée «économies d énergie» est référencée. La liste des opérations standardisées est disponible sur (rubrique «bâtiment tertiaire» et «industrie»). Des incitations financières peuvent être obtenues lors de l achat de matériel/équipements performants, et doivent être fixées en amont des travaux avec les fournisseurs d énergie (EDF, GDF, TOTAL, ). Possibilités d amortissement accéléré exceptionnel sur 12 mois, en application de l'article 39 AB du code général des impôts. Cela concerne l achat de matériels destinés à économiser l'énergie ainsi que des équipements de production d'énergies renouvelables, tous les matériels concernés étant mentionnés sur une liste prédéfinie. Prêt Eco-Energie d OSEO (notamment pour les investissements liés à l éclairage ou au froid) : plus d informations sur Pour tout accompagnement dans les demandes d aides à l investissement, vous pouvez contacter un membre du service économique de la Chambre de Métiers et de l Artisanat de la Marne. Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 9 sur 22

10 III.2 Listes de professionnels qualifiés aux économies d énergie Concernant l isolation, la ventilation ou le chauffage, ne pas hésitez à se rapprocher des professionnels suivants : (Liste non exhaustive) Artisans qualifiés QUALIBAT proche de chez vous : Annuaire des Eco-artisans (professionnels artisans qualifiés en économies d énergie): Annuaire des Pros de la performance énergétique (entreprises professionnelles qualifiées en économies d énergie) : Conclusion La visite énergie réalisée auprès de la BOULANGERIE a identifiée un certain nombre d efforts déjà mis en œuvre par l entreprise. Cette étude propose des améliorations supplémentaires pour réduire les consommations énergétiques de l entreprise, notamment concernant les problématiques soulevées lors de la visite. Ainsi, une étude approfondie réalisée par un bureau d étude permettrait d envisager une approche globale dans la réfection de la toiture afin de prendre en compte l éclairage, l isolation et la mise en place d énergie renouvelable notamment. L importance du potentiel est ainsi mise en avant dans cette synthèse. A noter que la situation de cette boulangerie permet de bénéficier des enveloppes du FISAC de la ville d Epernay et de nombreux Certificats d Economies d Energie existants. Votre Chambre de Métiers et de l Artisanat reste à votre disposition pour vous accompagner dans la mise en œuvre des préconisations énoncées dans ce rapport, ou pour tout renseignement complémentaire sur cette étude. CONTACT : Samuel LE GOFF Chargé de mission régionale «Economies d énergie et Artisanat» Tél RESEAU DES CHAMBRES DE METIERS ET DE L ARTISANAT 68 boulevard Lundy REIMS Tél: Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 10 sur 22

11 ANNEXE I : SUIVI DES CONSOMMATIONS ET SENSIBILISATION Electricité cout elec HT Gaz naturel cout gaz HT Electricité cout elec HT Gaz naturel cout gaz HT Electricité cout elec HT Gaz naturel cout gaz HT Electricité cout elec HT Gaz naturel janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre TOTAL ANNUEL TOTAL kwh ou autre indicateur représentatif 0 de l'activité 0 0 TOTAL HT CHIFFRE D'AFFAIRE ENERGIE /CHIFFRE D'AFFAIRE #DIV/0! ENERGIE /CHIFFRE D'AFFAIRE #DIV/0! ENERGIE /CHIFFRE D'AFFAIRE #DIV/0! ENERGIE /CHIFFRE D'AFFAIRE #DIV/0! modifications notables en matière d'énergie (bâtiment, équipements, activité ) noter ici les nouveaux équipements, les modifications notables d'activité (préciser la puissance des appareils lorsque cela est possible) Tableau de bord Energie Entreprise : noter ici les nouveaux équipements, les modifications notables d'activité (préciser la puissance des appareils lorsque cela est possible) noter ici les nouveaux équipements, les modifications notables d'activité (préciser la puissance des appareils lorsque cela est possible) cout gaz HT noter ici les nouveaux équipements, les modifications notables d'activité (préciser la puissance des appareils lorsque cela est possible) suivi des consommations énergétiques mensuelles (année 2010) Electricité Gaz naturel suivi des consommations énergétiques année Electricité Gaz naturel suivi des couts énergétiques années cout elec HT cout gaz HT conso elec kwh janvier février mars avril mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre conso gaz kwh conso élec kwh conso gaz kwh Coûts élec HT Coûts gaz HT Opération régionale EE&A SLG- Mars 2013 Page 11 sur 22

12 En complément de cette étude, il est recommandé à l entreprise qu elle mette en place un suivi de ses consommations. Pour ce faire il est conseillé : d établir un tableau de bord pour le suivi de vos consommations énergétiques, à partir du feuillet de gestion fourni par EDF, du relevé de compteur, ou sur la base des factures d énergie (exemple fourni dans ce rapport pouvant être personnalisé) ; de prendre en compte les consommations énergétiques dans chaque projet d investissement de l entreprise (achat, rénovation, extension d activité ) : il est conseillé de noter au fur et à mesure les modifications effectuées dans l année en cours sur le tableau de bord ; de suivre les préconisations proposées dans cette étude : pour cela, une fiche de suivi est annexée à ce rapport pour vous permettre vous positionner par rapport aux préconisations données dans cette étude. Un exemple de tableau de bord vous est fourni dans ce rapport, il vous est proposé d y inscrire : à une fréquence régulière, ou lors de chaque réception de facture, le relevé de vos consommations en kwh (électricité et gaz), annuellement, totaliser chaque ligne annuellement, inscrire le cout total annuel hors taxes (additionner toutes les factures de l année ou reporter les chiffres du comptable) un indicateur de suivi représentatif de l activité de l entreprise : par exemple, le coût annuel de l énergie divisé par le chiffre d affaires annuel. Cet indicateur vous permet d évaluer les évolutions de votre facture énergétique compte-tenu de l activité de l entreprise. COMPORTEMENT Une des premières actions à mettre en place pour économiser de l énergie est la sensibilisation des usagers aux gestes économes permettant de réduire les gaspillages : - éteindre l éclairage quand il n est pas indispensable, - ne pas faire tourner les appareils à vide et couper les équipements en dehors des périodes de production, - limiter les ouvertures des portes et des ateliers l hiver, - prévenir toute fuite ou dysfonctionnement (fuite d air/eau, voyant d anomalie, ) - entretenir le matériel (Exemple : nettoyage/changement régulier des filtres, dépoussiérage, vérifications périodiques, ) Opération régionale EE&A SLG- Mars 2013 Page 12 sur 22

13 BUREAUTIQUE La bureautique concerne tous les équipements de bureau (téléphone, fax, photocopieur, ordinateur, imprimante ). Source : CNIDEP, 2004 Les mises en veille génèrent également des consommations électriques. Sur un appareil, la part des consommations en veille représentent en moyenne 10% des consommations d électricité annuelles (source : ADEME). Pour simplifier, les multiprises à interrupteur sont des solutions simples, peu coûteuses et efficaces : un seul interrupteur pour plusieurs appareils permet de couper les consommations en dehors des périodes de production. MACHINES DE PRODUCTION Source : CNIDEP, 2004 LE DELESTAGE ELECTRIQUE Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 13 sur 22

14 ANNEXE II : EAU CHAUDE SANITAIRE Le chauffe-eau thermodynamique Pour un chauffage de l eau chaude par récupération de chaleur (du fournil ou des groupes froids), il est possible de passer par l installation d un chauffe-eau thermodynamique, ou d une pompe à chaleur. Le chauffe-eau thermodynamique est un ballon avec une pompe à chaleur (PAC) intégrée sur le dessus de l appareil. La pompe à chaleur est un système qui récupère les calories de l air ambiant comme source d énergie pour réchauffer l eau. Fonctionnement d'un chauffe-eau thermodynamique La pompe à chaleur située sur le dessus du chauffe-eau utilise l énergie contenue dans l air en transformant les calories en énergie pour chauffer l eau du ballon. L air est aspiré, les calories contenues dans l air passent par l évaporateur où elles sont emprisonnées et transmettent leur énergie au fluide réfrigérant avant son arrivée dans le compresseur. Le fluide frigorigène est alors comprimé ce qui provoque l augmentation de sa température. Il passe ensuite au travers du condenseur et transmet sa chaleur à l eau contenue dans le ballon. Le fluide passe alors dans le détenteur, il perd sa chaleur pour repartir pour un nouveau cycle. Lorsque la pompe à chaleur n est pas suffisante pour produire toute l eau chaude sanitaire (ECS) demandée, une résistance électrique d appoint se met en marche. Se référer à la liste des installateurs qualifiés. Dans le cas où il est recommandé une étude de faisabilité, voir la rubrique «énergies renouvelables». Le chauffe-eau solaire combiné Chauffe-eau solaire combiné : couvre de 20 à 40% des besoins annuels. Adaptable uniquement avec un réseau de chauffage central Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 14 sur 22

15 ANNEXE III : FROID Dans les Chambres froides, limiter les apports de chaleur : Maintenance des groupes frigorifiques : Afin de ne pas augmenter l énergie nécessaire au refroidissement de la zone froide, les appareils frigorifiques ne doivent pas être situés dans une zone chaude et humide (zone de cuisson ou laverie). Eloigner les équipements de 5 à 10 cm du mur pour permettre une circulation de l air plus importante. Emplacement : Placer si possible les condensateurs des groupes frigorifiques à l extérieur, sous couverture : un réfrigérateur qui fonctionne dans une ambiance à 18 C au lieu de 23 C consomme 38% d énergie en mois. Les moteurs éviteront de surchauffer et dureront plus longtemps. Attention tout de même au bruit qui ne doit pas gêner le voisinage, et au givre qui peut se former sur les Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 15 sur 22

16 canalisations si les températures hivernales descendent trop bas : demandez conseil à votre frigoriste. Vider et débrancher ces appareils en cas d absence prolongée (vacances). Dégivrer une à deux fois par an. Vérifier l étanchéité du joint de porte (test avec une feuille de papier : coincez-là en travers de la porte : si celle-ci tombe lorsque vous refermez les portes, votre joint n est plus suffisamment étanche). Vérifier les fuites et l état du fluide frigorigène en contrôlant le voyant liquide ou par un contrôle annuel d étanchéité. La récupération de chaleur issue des groupes froids : Il est possible d installer une récupération de chaleur issue des compresseurs de groupe froids. Pour ce faire, il est nécessaire que les groupes soient situés dans un local fermé muni d une ventilation et d un échangeur de chaleur (type Pompe à Chaleur Air/Eau). La chaleur extraite des compresseurs peut être stockée dans un ballon d eau chaude, ou reprise par le système de chauffage de l entreprise. Un autre exemple de récupérateur intégré est actuellement à l étude par le CNIDEP pour vérifier et mesurer sa performance. Il s agit du modèle développé par Ridel Energy : Pour aller plus loin, une étude de faisabilité et de dimensionnement peut être cofinancée. Consulter la rubrique «énergie renouvelable» de ce rapport. Rappels réglementaires : contrôles annuels d étanchéité Outre l entretien et la maintenance des groupes recommandés pour maintenir les performances énergétiques des installations de froid, des contrôles réglementaires sont également obligatoires. Source : Centre Technique des Métiers de la Pâtisserie, 2010 Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 16 sur 22

17 Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 17 sur 22

18 ANNEXE IV : ECLAIRAGE Lors du remplacement des néons Préférer utiliser des ballasts électroniques et des tubes T5. Pour un même rendu d éclairement, les économies sont de 50% entre un tube T8 à ballast ferromagnétique et un tube T5 à ballast électronique : - une consommation réduite : le ballast électronique consomme deux à trois fois moins que le ballast ferromagnétique. - une qualité de lumière accrue : les lampes s allument instantanément, elles ne provoquent plus d effet stroboscopique (papillonnement), leur efficacité lumineuse est augmentée de plus de 20%. - une durée de vie des lampes accrue : une régulation de l alimentation augmente la durée de vie de la lampe de 50%. Le ballast électronique protège la lampe contre toute variation de tension ou court-circuit. - en fin de vie, une déconnection automatique supprime les effets de papillotement des tubes défaillants. Source : Syndicat de l Eclairage Lors des travaux d aménagement - Favoriser le choix de lampes ayant un rendement d efficacité lumineuse supérieur à 60 lumen/watt (flux lumineux émis par Watt d énergie consommé). - Cloisonner les zones d éclairage pour n allumer que les zones utiles. - Adapter les dimensionnements de l éclairage en fonction des apports en lumière naturelle et des besoins en éclairement (absence de zones d ombres, rendu des couleurs..). Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 18 sur 22

19 - Choisir quand cela est jugé utile des systèmes de gestion automatisés de l éclairage, permettent de générer des économies financières immédiates : détecteur de mouvement (avec extinction programmée), capteurs de luminosité associés à des ballasts électroniques à gradation (faisant évoluer les niveaux d éclairage artificiel en fonction des apports de lumière naturelle, ). la gestion de l éclairage Des systèmes de gestion automatisés de l éclairage peuvent être intéressants à mettre en place et permettent de générer des économies financières immédiates : détecteur de mouvement (avec extinction programmée), capteurs de luminosité associés à des ballasts électroniques à gradation (faisant évoluer les niveaux d éclairage artificiel en fonction des apports de lumière naturelle), contacteurs couplés à des ouvertures de portes, interrupteurs avec minuteurs Pour aller plus loin : voir page suivante le tableau comparatif des performances des lampes (éclairage intérieur et extérieur). Contacter l animateur «Economies d Energie et Artisanat» pour tout renseignement complémentaire. Source : Syndicat de l Eclairage L ajout de puits de lumière Pour favoriser l éclairage naturel, l installation de puits de lumière peut être fait : soit à l aide d un conduit de lumière naturelle lorsque les pièces ne possèdent pas d ouvertures sur l extérieur (photo de gauche). Dans ce cas, faire appel à un poseur spécialisé pour garantir les qualités d isolation acoustiques, thermiques, et d étanchéité, ainsi que le bon dimensionnement. soit intégré à la toiture (pose de lanterneaux ou de tôles Polycarbonate ondulées double peau incolore photo de droite) Contacts Eclairage performant : Il est recommandé de faire appel à un éclairagiste spécialisé en éclairage performant (conseils pour la sectorisation de votre éclairage, la gradation/détection de lumière si ajout de puits de lumière naturelle). Contact possible auprès de l animateur «Economies d Energie et Artisanat». Par ailleurs, les références des tôles translucides utilisées par un artisan-menuiserie pour l'apport en lumière naturelle (photo ci-dessus) sont : Tôles Polycarbonate Ondulé Double Peau incolore épaisseur 6mm. Revêtement blanc translucide type "serres". Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 19 sur 22

20 ANNEXE V : CHAUFFAGE ET ISOLATION Recommandations Dans les ateliers relativement bien isolés, où un grand volume d air est à chauffer, il est préférable d avoir des systèmes à air pulsé (générateurs d air chaud ou aérothermes). En revanche, pour les postes de travail situés dans des locaux peu isolés ou dans des zones réduites et bien délimitées, une meilleure efficacité consommations énergétique/confort est obtenue grâce à des panneaux rayonnants. Lorsque cela est possible et pour des locaux destinés à être chauffés en permanence, l isolation couplée à un système de régulation reste la meilleure solution de confort et d économies. Systèmes de régulation - L installation d une régulation de chauffage peut permettre d obtenir jusqu à 20% d économie d énergie. - Rappel des consignes de chauffage : Absence de plus de 2h, Température de consigne recommandée : 16 C Absence de plusieurs jours, Température de consigne recommandée : 12 à 14 C Exemples de régulation Opération régionale EE&A SLG- Avril 2013 Page 20 sur 22

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Bouchers-Charcutiers Traiteurs Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Boulangers Pâtissiers Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts de l énergie

Plus en détail

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables

Energies. D ambiance REFERENCES : ACTIONS MENEES : CONTACT : DESCRIPTION TECHNIQUE DES ACTIONS ENGAGEES : GAINS OU BENEFICES DEGAGES : renouvelables REFERENCES : Entreprise : ELEC-EAU 47 Rue de la petite vitesse 72300 Sablé sur Sarthe Tél. : 02 43 95 07 22 Effectif : 11 salariés Activité : Electricité, plomberie, chauffage et climatisation Energies

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 1 er août 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Chauffe-eau thermodynamique Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Ballon de stockage ( 300 l) chaude M o d e c h a u f f a g e Q k T k Pompe à chaleur Effet utile Pompe à chaleur pour chauffer

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE»

Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» Formation «Bâtiment durable : ENERGIE» PROGRAMME Lieu : BRUXELLES Pour tous, en fonction de l affectation du bâtiment : SOIT MODULE «DANS LE LOGEMENT INDIVIDUEL OU COLLECTIF < 10 UNITÉS)» (6 jours) SOIT

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités

XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09. Les énergies renouvelables : mythes et réalités Ludovic THIEBAUX ludovic@elan-herblay.fr XXVII ème rencontre du Sausseron Nesles la vallée le 14-11-09 Les énergies renouvelables : mythes et réalités L impact sur l environnement COMBUSTIBLE Émissions

Plus en détail

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir?

Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que dois-je savoir? COURS-RESSOURCES Production d eau chaude sanitaire thermodynamique, que Objectifs : / 1 A. Les besoins en eau chaude sanitaire La production d'eau chaude est consommatrice en énergie. Dans les pays occidentaux,

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX

ALFÉA HYBRID DUO FIOUL BAS NOX ALFÉA HYBRID BAS NOX POMPE À CHALEUR HYBRIDE AVEC APPOINT FIOUL INTÉGRÉ HAUTE TEMPÉRATURE 80 C DÉPART D EAU JUSQU À 60 C EN THERMODYNAMIQUE SOLUTION RÉNOVATION EN REMPLACEMENT DE CHAUDIÈRE FAITES CONNAISSANCE

Plus en détail

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud

Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud Saisie du système Héliopac sur le logiciel règlementaire U22win de Perrenoud SOMMAIRE I. GENERALITES... 2 1. Le système Héliopac... 2 2. Définition... 2 3. Méthodologie... 3 II. SAISIE DANS U22WIN D UN

Plus en détail

I. Etapes du service et procédés utilisés

I. Etapes du service et procédés utilisés I. Etapes du service et procédés utilisés Réception des vêtements Détachage des vêtements Nettoyage à sec des vêtements Lavage des vêtements Essorage des vêtements Séchage des vêtements Repassage des vêtements

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie Année 2012 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective SOLAIRE THERMIQUE Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective OBJECTIFS - Connaître le principe de fonctionnement d'une installation individuel CESI - Maitriser le principe de fonctionnement

Plus en détail

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne

Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne Incitants relatifs à l installation de pompes à chaleur en Région wallonne G. FALLON Energie Facteur 4 asbl - Chemin de Vieusart 175-1300 Wavre Tél: 010/23 70 00 - Site web: www.ef4.be email: ef4@ef4.be

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE 36% DE CRÉDIT D'IMPÔTS Loi de finance 2011 T.Flow Un système révolutionnaire 2 en 1 Seul

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état

Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Améliorer la performance énergétique, les aides de l'état Le secteur du bâtiment est un des plus grands consommateurs d'énergie et émetteurs de gaz à effet de serre. C'est donc sur ce secteur que s'est

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains

Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains 1 Pompes à chaleur gaz : retours de suivis terrains Juliette PROMELLE (GDF SUEZ) 2 ème Congrès Français des Pompes à Chaleur 10 installations instrumentées 2 Objectif : mesurer la performance de pompes

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS

Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? EFFICACITÉ POUR LES MAISONS Comment peut-on produire du chauffage et de l'eau chaude à partir de l'air? Découvrez la gamme Aquarea de Panasonic Pompe à chaleur Source Air CONÇUE POUR LES MAISONS Une pompe à chaleur Aquarea avec Source

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «ECLAIRAGE» Sources : syndicat de l éclairage et CNIDEP A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales L éclairage a pour vocation : - D assurer de bonnes conditions de travail,

Plus en détail

Conseil en Orientation Energétique

Conseil en Orientation Energétique Conseil en Orientation Energétique B A I L L A R G U E S Salle Claude PLAN + CCAS novembre 2008 Diagnostiqueur : Michaël GERBER Salle Bagouet Esplanade Charles de Gaulle 34 000 Montpellier T : 04 67 91

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole

L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION L éco-prêt à taux zéro individuel, en métropole Pour vous aider à financer les travaux de rénovation énergétique de votre logement L éco-prêt à taux zéro est un dispositif

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Le mode d emploi des appareils de mesure Quelques infos pour commencer Cette lettre d information est le mode d emploi des différents appareils de mesures mis à disposition dans le cadre du défi. Votre

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables.

EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Nos moyens humains et techniques Nos moyens humains : EDEN Ingénierie est un bureau d étude spécialisé en maîtrise de l énergie et intégration d énergies renouvelables. Notre équipe multi-technique et

Plus en détail

Economiser sur les groupes de froid

Economiser sur les groupes de froid Economiser sur les groupes de froid Mise à jour le 24/07/2009 La conservation de denrées alimentaires requiert une production de froid importante et constante, ce qui demande une grande quantité d énergie.

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie un

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009

EAU CHAUDE SANITAIRE. Espace INFO>ENERGIE 37. INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 EAU CHAUDE SANITAIRE HABITAT CHAUFFAGE Espace INFO>ENERGIE 37 INTERVENTION PRECARITE ENERGETIQUE ACTIONS SIMPLES TRAVAILLEURS SOCIAUX LE 26 Septembre 2009 L HABITAT L HABITAT DEPERDITION TOITURE: 30% Priorité

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible.

Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité. Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. lavage clim Programme européen de sensibilisation à l économie d électricité économie confort Résidences pour personnes âgées, économiser l énergie c est possible. froid veille éclairage +3 10 En 10 ans

Plus en détail

Chaleur et confort sans gaspillage

Chaleur et confort sans gaspillage Chaleur et confort sans gaspillage ++ Régulation et programmation pilotent le chauffage. Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans

Plus en détail

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o

LA RENOVATION ENERGETIQUE. atelier o LA RENOVATION ENERGETIQUE LA RENOVATION ENERGETIQUE 1. DIAGNOSTIC Pourquoi rénover? Que faut-il rénover? Comment s y prendre? 2. SOLUTIONS Remplacement du chauffage Capteurs solaires Isolation de l enveloppe

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

thermodynamiques installés?

thermodynamiques installés? Quelle est l efficacité des chauffe-eau thermodynamiques installés? L efficacité énergétique réelle des chauffe-eau thermodynamiques installés est sans aucun doute intéressante, notamment par rapport à

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE

EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE EFFICACITE ENERGETIQUE : COMMENT FAIRE BENEFICIER VOS ADHERENTS DE PRIMES CEE 03/11/2011 Présentation CertiNergy 1 Sommaire Le partenariat entre la Fédération de la Plasturgie et CertiNergy Le dispositif

Plus en détail

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B

Chauffage par pompe à chaleur. Construction neuve. Guide. des solutions durables CIAT N 08.54 B Chauffage par pompe à chaleur Construction neuve u n i v e r s a l c o m f o r t 0 810 810 142 Guide des solutions durables CIAT N 08.54 B Pompes à chaleur : faites le plein d avantages! Pompe à chaleur

Plus en détail

1) Campagnes de mesures

1) Campagnes de mesures campagnes de mesures 1) Campagnes de mesures P.1... - Mesures sur 1 an et 3 mois d assistance à la mise au point des installations CVC sur 30 logement à Joues les Tours (37) P.2... - Mesures sur 3 mois

Plus en détail