Assurance de qualité dans l officine

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assurance de qualité dans l officine"

Transcription

1 Assurance de qualité dans l officine Nous aborderons ici les points essentiels de l assurance de la qualité qui concernent la fabrication d une préparation magistrale depuis la réception des matières premières jusqu à la dispensation du médicament au patient. A) Assurance de la qualité précédant la fabrication: matières premières Les principales sources d approvisionnement des matières premières sont décrites dans le Manuel pratique du pharmacien suisse (rebaptisé depuis pharmanuel) de 2002/03, p. 340 [202]. Le contrôle d identité des matières premières certifiées constitue la condition de base pour la fabrication. Il existe depuis 1992 une convention entre la SSPh et la maison Hänseler AG qui précise qu il n est plus indispensable de réaliser une analyse complète de la matière première, mais qu il est cependant nécessaire d effectuer comme auparavant un contrôle d identité de celle ci (p.ex. par une méthode de screening telle que proposée par la SSPh [203]). Points à retenir [204]: N utiliser si possible que des matières premières certifiées (avec certificat d analyse); adapter les quantités achetées aux besoins. Effectuer chaque fois un contrôle d identité; documenter le numéro de lot, le type d examen et la date ainsi que la décision de libération. Ne pas mélanger les nouveaux lots avec les anciens Eviter les récipients de stockage intermédiaires Conserver dans les emballages originaux. L eau [206], [207]: Du point de vue de la qualité microbiologique, l eau est certainement la matière première la plus importante pour les médicaments aqueux. L Aqua purificata peut être utilisée pour les préparations non stériles. L eau purifiée peut être obtenue par distillation, par échange d ions, par osmose inverse. La qualité microbiologique de l eau purifiée, qui n est d ailleurs pas définie dans la plupart des pharmacopées et qui peut varier selon la technique utilisée, doit être considérée de manière très critique. Il serait en particulier quasi impossible de fabriquer un onguent respectant l exigence de 100 germes/g avec de l eau obtenue par échange d ions (eau déminéralisée), car cette dernière dépasse en règle générale cette limite [205]. Les techniques suivantes peuvent être mises en œuvre afin d obtenir de l eau purifiée utilisable: La porter à ébullition pendant 5 minutes ou la chauffer pendant 10 minutes à 80 C (les spores ne sont pas détruites). Pratiquer une filtration stérilisante via un filtre hydrophile 0.2μm. Effectuer quotidiennement une distillation ou utiliser l eau dans un délai de 24 heures - ou la stocker stérilement dans des flacons pour perfusion. Acheter de l eau stérile. Millipore (Zoug), Christ AG (Aesch, Bâle) ou Skan AG (Allschwil, Bâle) proposent des installations de production d eau à petite échelle. Ces 1

2 installations font intervenir la plupart du temps une combinaison de différentes techniques avec une filtration de germes ou une ultrafiltration terminale. Ici aussi, un traitement initial de l eau est en règle générale nécessaire. B) Assurance de la qualité lors de la fabrication Du fait que la taille des locaux de l officine est souvent limitée et que plusieurs activités doivent souvent y être menées en parallèle, des mesures spécifiques doivent être prises [201]. S assurer de la propreté des appareils et des machines (désinfection comprise). Eviter les contaminations croisées en particulier lors de l utilisation de produits générant des odeurs et de la poussière. Identifier de manière claire et sûre les matières premières, les produits finis ainsi que les produits intermédiaires. Eviter les mélanges de différents lots, ne pas remettre les produits non utilisés dans les emballages de stockage. Documenter chaque fabrication selon les exigences en vigueur: attribuer les numéros de lots, protocoler la fabrication, protocoler les contrôles lors de défecture (y compris l étiquetage et les contrôles finaux), inscrire les numéros de lot des matières premières sur les protocoles de fabrication à des fins de traçabilité. Remplir et identifier séparément chaque médicament; stocker séparément les étiquettes imprimées et les articles de conditionnement (risque de confusions). Mesures d hygiène pour l obtention d une préparation pauvre en germes [207], [208], [209]: Une préparation pauvre en germes peut déjà simplement être obtenue en appliquant la vieille règle «propre, sec et froid». La mise en œuvre d un plan qui définit l hygiène personnelle, celle des locaux et celle des machines constitue un élément essentiel. Séparer les zones de fabrication et de remplissage des autres. Respecter l hygiène personnelle: se laver les mains au savon liquide, puis se désinfecter à l alcool ou au Sterillium ; revêtir une blouse propre. Travailler sur une place de travail propre (nettoyage à l isopropanol 70% ou à l éthanol 70%). Nettoyer les équipements de la même manière. N utiliser que des matières premières conformes aux exigences en vigueur (eau!). Réaliser la fabrication sans interruption. Eviter l incorporation d air. Eviter les contaminations (postillons, toux; ne pas parler). Recouvrir les produits intermédiaires. Remplir et conditionner dans les meilleures conditions (contamination). C) Assurance de la qualité après de la fabrication (remplissage) 2

3 Une fois la fabrication terminée, les tâches suivantes doivent encore être réalisées: l étiquetage de la préparation, les contrôles finaux ainsi que le conseil lors de la dispensation au patient. Même si dans le cas d une préparation magistrale aucun contrôle final n est exigé, la vérification des matières premières utilisées ainsi que de la fiche de pesées devrait être effectuée, ainsi qu un contrôle visuel de l emballage et de l étiquette. Dans le cas de la défecture, ces contrôles doivent aussi être protocolés. Etiquetage: Selon le chapitre Etiquetage de la PhH 10 [231], les dispositions suivantes sont valables: «L étiquetage doit être effectué de manière à rendre l indetification univoque possible et à faire clairement apparaître toutes les informations pertinentes pour la qualité. Le cas échéant, les indications destinées spécifiquement au patient sont à compléter avant de lui remettre le produit ; le choix de la langue doit en outre être fait en fonction de l utilisateur». Le chapitre Etiquetage de la PhH 10 [231] contient des indications encore plus précises: «Un étiquetage sans équivoque, qui permet une indentification univoque du contenue et qui indique clairement la qualité du produit,» Pour l étiquetage destiné au patient, les critères suivants sont à respecter selon la PhH 10: type de médicament: instructions particulières concernant la prise (remarque: instructions concernant l utilisation). catégorie de remise (A à E), stupéfiant.(remarque: moins pertinent pour les préparations topiques) type de traitement. traitement au long cours (remarque: traitement intermittent) patients/proches en charge du patient: besoins du patient (enfants, personnes âgées, etc.) fiabilité et sécurité informations concernant la posologie si elles diffèrent des instructions posologiques usuelles Ces critères sont ensuite expliqués en détail: dénomination, indication de l origine de la composition (p.ex. PhH 10) forme d administration (p.ex. badigeon) quantité contenue (p.ex. 50g) déclaration des principes actifs par leur nom et quantité (p.ex. 5mg/g) indication des excipients à déclaration obligatoire (patients allergiques) déclaration de la teneur en éthanol pour les médicaments à usage interne conditions de stockage (p.ex. «A l abri de la lumière») identification du point de remise (fabrication à façon: indiquer aussi le fabricant) numéro de lot date de péremption (selon le format: jour/mois/année, p.ex ) 3

4 durée d utilisation; pour les préparations dont la durée d utilisation après l ouverture est limitée; pour les préparations à utiliser dans les 24 h suivant l ouverture: indication temporelle précise mode d emploi / posologie autres informations importantes (p.ex. «Ne pas avaler», «Agiter avant l emploi», remarques concernant le stockage, etc.) Pour les préparations semi-solides pour application cutanée, la Ph.Eur. 6.3 [230] exige les compléments suivants: nom(s) du ou des agents conservateurs contenus dans la préparation le cas échéant, indication de la stérilité de la préparation L ordonnance sur les exigences relatives aux médicaments (OEMéd) [232] contient également dans son annexe 1 des exigences concernant les «Textes et données devant figurer sur les récipients et le matériel d emballage». L ordonnance sur les médicaments (Heilmittelverordnung (HMV)) [229] du canton de Zurich exige par ailleurs que les données suivantes soient mentionnées sur les médicaments: Conformément à l ordonnance sur les médicaments, l étiquetage des médicaments des catégories de remise A et B doit permettre l identification du point de remise. Le nom du patient doit figurer sur les médicaments fabriqués selon une formule magistrale. La date de la remise doit figurer sur les médicaments fabriqués selon une formule magistrale. Si l ordonnance du médecin le prévoit, d autres données doivent figurer sur le médicament. Sachant qu il est impossible de faire figurer sur une étiquette l ensemble de ces informations, les indications suivantes devraient néanmoins être disponibles pour assurer la sécurité, le traitement et sa qualité: désignation sans équivoque (nom de la préparation) avec description du ou des principes actifs et des excipients à déclaration obligatoire, mode d emploi, numéro de lot / date de fabrication en cas de préparation magistrale, date de péremption en clair et si nécessaire durée d utilisation, si nécessaire directives de stockage, origine (adresse de la pharmacie). La liste des excipients à déclaration obligatoire, classés d après leur numéros E ainsi que les exigences relatives à la déclaration des excipients sur l emballage selon Swissmedic peuvent être utiles pour l indication des excipients concernés. 4

5 Au vu des directives susmentionnées concernant l étiquetage, les indications de la date de péremption et / ou de la durée d utilisation sont donc essentielles. La directive couramment donnée «pour usage immédiat» ne suffit donc pas! Dans le présent livre, nous avons donc particulièrement veillé à fournir des données de stabilité afin de pouvoir donner aussi souvent que possible une date de péremption. Au cas où la conservation d une préparation magistrale ne serait toutefois pas connue, les délais d utilisation pourraient faire office de date de péremption, en particulier pour les préparations aqueuses, non conservées et donc à risque microbiologique. Dans tous les cas, les informations les plus importantes, en particulier les directives d utilisation, devraient être fournies au patient lors de la dispensation et du conseil qui l accompagne. 5

Atelier: Système de traçabilité. Isabelle Constantin

Atelier: Système de traçabilité. Isabelle Constantin Atelier: Système de traçabilité Isabelle Constantin Séminaire MAS 10 avril 2014 Déroulement de l atelier Partie théorique Constitution de 2 groupes Analyse par groupes de cas pratiques Mise en commun Discussion

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Ordonnance de l Institut suisse des produits thérapeutiques. sur les exigences relatives à l autorisation de mise sur le marché des médicaments

Ordonnance de l Institut suisse des produits thérapeutiques. sur les exigences relatives à l autorisation de mise sur le marché des médicaments Ordonnance de l Institut suisse des produits thérapeutiques sur les exigences relatives à l autorisation de mise sur le marché des médicaments (Ordonnance sur les exigences relatives aux médicaments, OEMéd)

Plus en détail

10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses

10èmes Journées du GERPAC, 5 Octobre 2007, Mol, Belgique Règles de BPF de médicaments Cytostatiques en petites quantités suisses Règles de Bonnes Pratiques Règles de de Fabrication de médicaments Bonnes Pratiques cytostatiques de Fabrication en petites de médicaments quantités cytostatiques suisses en petites quantités Dr. Farshid

Plus en détail

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION

CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 CHAPITRE 4 : DOCUMENTATION PRINCIPE Une bonne

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur.

Les points suivants seront/pourront être vérifiés et les documents correspondants sont donc à préparer pour la venue de l auditeur. Guide pour la préparation de l audit ECOCERT Référentiels Cosmétiques ECOCERT et/ou COSMOS Les modifications apportées à ce document sont identifiées par un trait vertical dans la marge TS017(GC-COS)v03

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT ALVOGYL, pâte pour usage dentaire 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Lidocaïne... 5,00 g Eugénol... 15,00 g Pour 100

Plus en détail

Etiqueter correctement les produits chimiques selon le SGH

Etiqueter correctement les produits chimiques selon le SGH Etiqueter correctement les produits chimiques selon le SGH Nouvel étiquetage relatif aux dangers des produits chimiques : informations importantes destinées aux fabricants et aux importateurs SGH les nouveaux

Plus en détail

Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers

Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers Autres dispositions de la directive 2011/62/UE et points divers Inspection des établissements pharmaceutiques évolution de la réglementation Virginie RIBEIRO Chef du pôle IPPLF 2 Direction de l inspection

Plus en détail

Préparation en salle blanche. C. Pirlot Département Pharmacie

Préparation en salle blanche. C. Pirlot Département Pharmacie Préparation en salle blanche C. Pirlot Département Pharmacie En bref 1. Contexte 2. Définition et classification 3. Utilité 4. Fonctionnement 5. Locaux et contrôles 6. Implications dans le travail 7. Conclusions

Plus en détail

FORMATION INTERNE DU PERSONNEL. P. Samptiaux Pharmacien responsable version AQ.AA-BRI FORM PS ind 01-01/02/06

FORMATION INTERNE DU PERSONNEL. P. Samptiaux Pharmacien responsable version AQ.AA-BRI FORM PS ind 01-01/02/06 O2 DISTRIBUTION DE L OXYGENE A USAGE MEDICAL FORMATION Marina GERVAIS Pharmacien Responsable ALAIR & AVD Version PS-01 01/02/06 Oxygène: médicament L Oxygène est un médicament : - il appartient donc AU

Plus en détail

maison-et-compagnie.com

maison-et-compagnie.com FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Nom de la préparation : CREME NETTOYANTE PLAQUES VITROCERAMIQUES ET INDUCTIONS 1 IDENTIFICATION DE LA PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ Nom du produit : CREME NETTOYANTE PLAQUES

Plus en détail

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites structures Circuits et locaux, approche économique Circuit: «La marche en avant» Utilisation Distribution Pré-désinfection Stockage Nettoyage-désinfection

Plus en détail

Exigences internationales harmonisées pour la certification d un lot

Exigences internationales harmonisées pour la certification d un lot 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 Exigences internationales harmonisées pour la certification d un

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de management de

Plus en détail

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle

UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle UTZ Certified Chaîne de Traçabilité Liste de contrôle Pour le Cacao Version 3.1, Juin 2012 Introduction La liste de contrôle UTZ Certified est un outil pour les organisations à évaluer leur performance

Plus en détail

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010

Gestion de la qualité,, BPL et BPF. Lncpp/cecomed 2010 Gestion de la qualité,, BPL et BPF Lncpp/cecomed 2010 GESTION DE LA QUALITE La gestion de la qualité est un large concept qui couvre tout ce qui peut, individuellement ou collectivement, influencer la

Plus en détail

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES Septembre 2007 La présente publication a été élaborée avec l appui financier

Plus en détail

FICHES DE DONNES DE SECURITE Selon le règlement CE 1907/2006 modifié par le règlement UE n 453/2010

FICHES DE DONNES DE SECURITE Selon le règlement CE 1907/2006 modifié par le règlement UE n 453/2010 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/MELANGE ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE 1.1 Identification de la substance/ mélange Nom de la substance/mélange : OXYDOR 1.2 Utilisations identifiées pertinentes de la substance

Plus en détail

Ordonnance de l Institut suisse des produits thérapeutiques sur les exigences relatives à l autorisation de mise sur le marché des médicaments

Ordonnance de l Institut suisse des produits thérapeutiques sur les exigences relatives à l autorisation de mise sur le marché des médicaments Ordonnance de l Institut suisse des produits thérapeutiques sur les exigences relatives à l autorisation de mise sur le marché des médicaments (Ordonnance sur les exigences relatives aux médicaments, OEMéd)

Plus en détail

Bonnes pratiques de fabrication 10.2 Ph Helv 10.2

Bonnes pratiques de fabrication 10.2 Ph Helv 10.2 Introduction à la formulation Cours de pharmaceutique 2ème Année de Master en Pharmacie Préparation des médicaments en petites quantités Section des Sciences pharmaceutiques 1 Bonnes pratiques Bonnes de

Plus en détail

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé Page 1 sur 6 Décembre Définition : Définir les règles de gestion des médicaments dans les unités de soins, au regard de la réglementation de qualité et pour garantir sa qualité et son effet thérapeutique.

Plus en détail

FICHE SUISSE. Il n y a pas d équivalence avec le Cahier des charges de Biosuisse.

FICHE SUISSE. Il n y a pas d équivalence avec le Cahier des charges de Biosuisse. FICHE SUISSE REFERENTIEL L Ordonnance SUISSE (Règlement bio national) ET Cahier des Charges privé : Biosuisse EQUIVALENCE AVEC LE RÈGLEMENT CE? Il existe une équivalence entre le règlement Bio européen

Plus en détail

«Calcul»: réparti sur les trois lieux de formation

«Calcul»: réparti sur les trois lieux de formation «Calcul»: réparti sur les trois lieux de formation Les trois lieux de formation enseignent le calcul. En priorité, ce sujet est néanmoins traité à l officine où il est quotidiennement exercé et appliqué.

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES

LES DIFFERENTES ETAPES LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE R.A.B.C Etape 1 : Dresser la liste de tous les dangers microbiologiques associés à chacune des étapes, puis dresser la liste de toutes les mesures de contrôle destinées

Plus en détail

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE

CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE CONTROLE ET SECURITE DES MEDICAMENTS DE MICRO-IMMUNOTHERAPIE LABO LIFE Les médicaments de Micro-Immunothérapie Labo Life sont notifiés en tant que médicaments homéopathiques auprès de différentes instances

Plus en détail

Chaîne de production des médicaments

Chaîne de production des médicaments Chaîne de production des médicaments GPAO : Aspects légaux et pharmaceutiques 2 Principe de base Une préparation n est entreprise que si la pharmacie possède les moyens appropriés pour la réaliser et la

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE)

DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) DOSSIER DE DEMANDE D AGREMENT D UN ETABLISSEMENT A TERRE (en trois exemplaires à déposer auprès du PIE) 1. NOTE DE PRESENTATION DE L ENTREPRISE 1.1. Organisation générale 1.1.1. Lettre de demande d agrément

Plus en détail

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet

Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile. Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet Recherche d un logiciel de préparation magistrale non stérile Catherine Lenoir en collaboration avec Marie-Astrid Cochet AFPHB Meux, 25 novembre 2010 Plan de l exposé Introduction Intérêt d un programme

Plus en détail

MODULE DE FORMATION DES ASC EN GESTION DE STOCK DE MEDICAMENTS GUIDE DU STAGIAIRE

MODULE DE FORMATION DES ASC EN GESTION DE STOCK DE MEDICAMENTS GUIDE DU STAGIAIRE MODULE DE FORMATION DES ASC EN GESTION DE STOCK DE MEDICAMENTS GUIDE DU STAGIAIRE 1 INTRODUCTION : Le présent manuel de formation a été élaboré en vue de renforcer les outils de formation existants dans

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux

Prêt et dépôt de dispositifs médicaux Prêt et dépôt de dispositifs médicaux En pratique, quelles situations? (1/3) Dispositifs médicaux Réutilisables Ancillaires Équipements Usage unique Implantable Prêt Dépôt Date - 2 En pratique, quelles

Plus en détail

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil Réf. : Date : 03/07/2012 Allaitement maternel en structure d'accueil Pôle : Pilotage et coordination Thème : Alimentation Allaitement maternel et mode d accueil L allaitement maternel en crèche ou chez

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT DERMOPHIL INDIEN LEVRES, bâton pour application cutanée 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Salol... 1,00 g Baume du

Plus en détail

PHARMACIE - NIVEAU 2

PHARMACIE - NIVEAU 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION PHARMACIE

Plus en détail

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des Points critiques pour leur maîtrise SOMMAIRE : I. HACCP II. Origine exacte des plats préparés et livrés en liaison froide III. Présentation de

Plus en détail

Dans l hôpital Dans le service

Dans l hôpital Dans le service Dans l hôpital Dans le service LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes:

Plus en détail

NOTICE. ALODONT, solution pour bain de bouche Chlorure de cétylpyridinium/chlorobutanol hémihydraté/eugénol

NOTICE. ALODONT, solution pour bain de bouche Chlorure de cétylpyridinium/chlorobutanol hémihydraté/eugénol NOTICE ANSM - Mis à jour le : 14/06/2011 Dénomination du médicament Encadré ALODONT, solution pour bain de bouche Chlorure de cétylpyridinium/chlorobutanol hémihydraté/eugénol Veuillez lire attentivement

Plus en détail

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Ordonnance du 9 mars 00 concernant les fournisseurs de soins (OFS) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 6 novembre 999 sur la santé ; Sur la proposition de la Direction de la santé et des

Plus en détail

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE CUISINE ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES

CERTIFICAT D APTITUDE PROFESSIONNELLE CUISINE ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES ANNEXE I REFERENTIEL DES ACTIVITES PROFESSIONNELLES 5 DEFINITION Le titulaire du certificat d'aptitude professionnelle CUISINE est apte à remplir immédiatement la fonction de commis de cuisine dans le

Plus en détail

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL I - Instructions pour la pré-désinfection / nettoyage manuel, décontamination et des adaptateurs RISKONTROL. Avertissements: Ne pas utiliser de laine d acier ou des produits de nettoyage abrasifs. Eviter

Plus en détail

NOTICE. HEXTRIL 0,1 POUR CENT, bain de bouche, flacon Hexetidine

NOTICE. HEXTRIL 0,1 POUR CENT, bain de bouche, flacon Hexetidine Page 1 sur 6 NOTICE ANSM - Mis à jour le : 21/02/2011 Dénomination du médicament HEXTRIL 0,1 POUR CENT, bain de bouche, flacon Hexetidine Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser

Plus en détail

Conditionnement du matériel d injection disponible dans les distributeurs automatiques en Ville de Lausanne

Conditionnement du matériel d injection disponible dans les distributeurs automatiques en Ville de Lausanne Service : Service de la santé publique Division : Médecin cantonal et pharmacien cantonal Date : 1 er mai 2007 Rapport au Chef du département de la santé et de l action sociale (DSAS) Conditionnement du

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT CUIVRE-OR-ARGENT OLIGOSOL, solution buvable en flacon 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Gluconate de cuivre... 22,50

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

GUIDE DES BONNES PRATIQUES PHARMACEUTIQUES OFFICINALES

GUIDE DES BONNES PRATIQUES PHARMACEUTIQUES OFFICINALES GUIDE DES BONNES PRATIQUES PHARMACEUTIQUES OFFICINALES TABLE DES MATIERES A. INTRODUCTION B. GLOSSAIRE C. PRINCIPES DE BASE D. EXIGENCES DE BASE E. DOMAINES D APPLICATION F. PRINCIPES ET REGLES GENERALES

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Politiques et procédures. Annie Favreau B. Pharm. Ms Sc.

Politiques et procédures. Annie Favreau B. Pharm. Ms Sc. Politiques et procédures Annie Favreau B. Pharm. Ms Sc. Plan Définition Pourquoi? Comment? Pièges à éviter P&P exigées par OPQ Exemples Outils Références 2 Définition Une politique est un énoncé formel

Plus en détail

NOTICE. MERCRYL, solution pour application cutanée Chlorure de benzalkonium/digluconate de chlorhexidine

NOTICE. MERCRYL, solution pour application cutanée Chlorure de benzalkonium/digluconate de chlorhexidine NOTICE Dénomination du médicament Encadré MERCRYL, solution pour application cutanée Chlorure de benzalkonium/diluconate de chlorhexidine Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser ce médicament.

Plus en détail

Chapitre premier : Dispositions générales :

Chapitre premier : Dispositions générales : CAHIER DES CHARGES RELATIF A L ORGANISATION DE L EXPLOITATION DES ETABLISSEMENTS DE GROSSISTES-REPARTITEURS EN PHARMACIE Chapitre premier : Dispositions générales : Article premier : Le présent cahier

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Nom / prénom : Tél. : E-mail :

Nom / prénom : Tél. : E-mail : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Surveillance sanitaire année Etablissement concerné : Si multisite, site concerné : Si multisite, prière de remplir 1 fiche par site Personne

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa

Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006. Dr Joël Keravec MSH/RPM Plus - Brésil et représentant le Globa éminaire pour les onsultants Francophones - estion des Approvisionments et des Stocks pour VIH, la TB et le Paludisme Assurance Qualité des Médicament s Dakar, Sénégal 5-9 Mars 2006 Dr Joël Keravec MSH/RPM

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques 4.2.

Plus en détail

Référentiel d activités

Référentiel d activités Référentiel d activités Activités 1 - Délivrance de médicaments et de dispositifs médicaux. 2 - Réalisation des opérations d'approvisionnement et de gestion au sein de la pharmacie à usage intérieur et

Plus en détail

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion)

Traçabilité. Plan. Module Vigilance et traçabilité. Dr Pascal BONNABRY, CC. (discussion) (discussion) Module Vigilance et traçabilité Traçabilité Plan 08h30-09h00 09h00-09h20 09h20-10h00 Apports théoriques Stupéfiants (discussion) Retrait de lot (discussion) Traçabilité Définition «Aptitude à retrouver

Plus en détail

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie SÉCURITÉ DES JOUETS Garantir aux enfants une protection maximale Commission européenne DG Entreprises et industrie Fotolia Orange Tuesday L Union européenne (UE) compte environ 80 millions d enfants de

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SÉCURITÉ selon 1907/2006/CE, Article 31. FG6360-362 Black Box - Black Carnauba Blend Wax

FICHE DE DONNEES DE SÉCURITÉ selon 1907/2006/CE, Article 31. FG6360-362 Black Box - Black Carnauba Blend Wax FICHE DE DONNEES DE SÉCURITÉ selon 197/26/CE, Article 31 FG636-362 Black Box - Black Carnauba Blend Wax 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE Nom du produit Société

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

Base de planification et d évaluation en officine

Base de planification et d évaluation en officine Assistante en pharmacie CFC Assistant en pharmacie CFC / Base de planification et d évaluation en officine Version juillet 2007 Prénom, nom Pharmacie Début de la formation initiale Fin de la formation

Plus en détail

NOTICE. SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE MAYOLY SPINDLER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol

NOTICE. SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE MAYOLY SPINDLER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol NOTICE ANSM Mis à jour le : 30/05/2014 Dénomination du médicament Encadré SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE MAYOLY SPINDLER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol Veuillez lire attentivement cette notice avant d

Plus en détail

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE

FORMATION HYGIENE. (D après méthode HACCP) EN INDUSTRIE AGROALIMENTAIRE 1. Objectif : Comprendre les enjeux de la maîtrise de l hygiène dans votre entreprise «Agroalimentaire» (Fabrication, conditionnement, logistique, ) Savoir identifier les risques spécifiques à votre activité

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux WTC III Boulevard Simon Bolivar, 30 B-1000 Bruxelles Tél. 02

Plus en détail

Guide pour le jury CQP

Guide pour le jury CQP Guide pour le jury CQP CPNEIS 26 06 2012 - Page 1 sur 23 Sommaire 1. Le rôle du jury dans le processus CQP.3 2. Règles déontologiques pour le fonctionnement du jury...4 3. Production : guide pour le jury

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

Il est recommandé de ne pas utiliser un savon acide (l'acidité favorisant la multiplication de certains champignons).

Il est recommandé de ne pas utiliser un savon acide (l'acidité favorisant la multiplication de certains champignons). NOTICE Mis à jour : 01/09/2009 Dénomination du médicament FAZOL, crème Encadré Veuillez lire attentivement cette notice avant de prendre ce médicament. Elle contient des informations importantes pour votre

Plus en détail

ANNEXE 3 QUESTIONNAIRE D IDENTIFICATION ET D INFORMATION SUR LES FOURNISSEURS DE PRODUITS MÉDICAUX (MODÈLE)

ANNEXE 3 QUESTIONNAIRE D IDENTIFICATION ET D INFORMATION SUR LES FOURNISSEURS DE PRODUITS MÉDICAUX (MODÈLE) ANNEXE 3 QUESTIONNAIRE D IDENTIFICATION ET D INFORMATION SUR LES FOURNISSEURS DE PRODUITS MÉDICAUX (MODÈLE) NOTE EXPLICATIVE Le présent questionnaire est destiné à l identification des candidats, à l information

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 5 1. Définition : Aux fins de la présente politique, «administration de médicaments» correspond à la conservation et à la manipulation sécuritaires de médicaments d ordonnance ; à

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Designation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues :

Résumé des modifications intervenues : Référence : PR /PHA/001-A Page : Page 1 sur 11 Objet : Préciser : - les règles de stockage des substances vénéneuses et des médicaments stupéfiants, - indiquer les modalités de détention, de mise à disposition

Plus en détail

NOTICE. SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE GIFRER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol

NOTICE. SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE GIFRER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol NOTICE ANSM - Mis à jour le : 12/11/2013 Dénomination du médicament Encadré SUPPOSITOIRE A LA GLYCERINE GIFRER NOURRISSONS, suppositoire Glycérol Veuillez lire attentivement cette notice avant d utiliser

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT FEUILLE DE SAULE TOUT PRET DURILLON 40 g/100 g, emplâtre adhésif 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Acide salicylique...

Plus en détail

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011

Assistant en pharmacie CFC / Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 Procédure de qualification TRAVAUX PRATIQUES Assistant en pharmacie CFC / Directive Assistante en pharmacie CFC Valable à partir de 2011 TRAVAIL PRATIQUE IMPOSÉ 1. INSTRUCTIONS (OBLIGATOIRES) 1.1. Répartition

Plus en détail

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi

MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE. Astrid Demarchi MODALITES DE PRISE EN CHARGE DU LAVAGE Astrid Demarchi Soins Prédésinfection Lavage Stockage Retraitement des dispositifs médicaux stériles Désinfection Stérilisation Emballage Contrôles Le lavage est

Plus en détail

CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Plasturgie Assemblage parachèvement finitions Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification DESIGNATION DU METIER OU DES COMPOSANTES DU METIER EN LIEN AVEC LE CQP Le titulaire

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité?

Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité? Comment conserver les produits phytopharmaceutiques en toute sécurité? Attention, tout nouveau local de stockage devra directement être conforme à l ensemble des exigences présentées dans ce document Actuellement

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT DELIBERATION N 2014-55 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR FINALITE

Plus en détail

MARQUE NF TUBES ET ACCESSOIRES POUR RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EN POLYETHYLENE (PE) ET POLYPROPYLENE (PP)

MARQUE NF TUBES ET ACCESSOIRES POUR RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EN POLYETHYLENE (PE) ET POLYPROPYLENE (PP) MARQUE NF TUBES ET ACCESSOIRES POUR RESEAUX DE TELECOMMUNICATION EN POLYETHYLENE (PE) ET POLYPROPYLENE (PP) EXIGENCES D'ASSURANCE QUALITE EN REFERENCE A LA NORME NF EN ISO 9002 (août 1994) DISPOSITIONS

Plus en détail

Convoyeurs Pneumatiques APPLICATIONS

Convoyeurs Pneumatiques APPLICATIONS Convoyeurs Pneumatiques APPLICATIONS Convoyeurs pneumatiques pour poussières et granulés Pourquoi utiliser un convoyeur pneumatique? Les convoyeurs pneumatiques Nilfisk-CFM ont été conçus pour le transfert

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT XYLOCONTACT, crème pour usage dentaire 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Lidocaïne... 7,48 g Pour 100 g de crème pour

Plus en détail

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier

Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Contrôles bactériologiques des productions pharmaceutiques en milieu hospitalier Dominique Blanc Division autonome de médecine préventive hospitalière Centre Hospitalier Universitaire Vaudois CHUV/DAMPH/Cours/DB/Ctrl_bac_productions_pharm.ppt

Plus en détail

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments

Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Sensibilisation des opérateurs à l hygiène des aliments Le respect des bonnes pratiques d hygiène de fabrication, par chaque opérateur, constitue le préalable à toute démarche de maîtrise de la sécurité

Plus en détail

Préparation du matériel propre pour les pièces d hébergement

Préparation du matériel propre pour les pièces d hébergement Livret Animalier 1 Préparation du matériel propre pour les pièces d hébergement Réception du matériel sale : Cages : - vider et rincer les cages sales et les disposer dans la machine à laver - sortir les

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

1. Renseignements sur l établissement. Cabinet dentaire :... Rue et numéro :... NPA / Lieu :... Téléphone :... Courriel :...

1. Renseignements sur l établissement. Cabinet dentaire :... Rue et numéro :... NPA / Lieu :... Téléphone :... Courriel :... Commission d hygiène du cabinet dentaire et de la protection de l environnement CHPE Secrétariat Postgasse 19 Case postale 3000 Berne 8 Téléphone : 031 310 20 80 Télécopie : 031 310 20 82 Courriel : info@sso.ch

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Page : 1/8 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DE LA SOCIETE/ENTREPRISE Identification de la préparation Utilisation de la préparation Identification de la Société / Entreprise Adresse : Eosine

Plus en détail

CAMPAGNE D INSPECTION 2008-2009 REPARATION ET MAINTENANCE DES ENDOSCOPES

CAMPAGNE D INSPECTION 2008-2009 REPARATION ET MAINTENANCE DES ENDOSCOPES Direction de l Inspection et des Etablissements Département Inspection en Contrôle du Marché Unité Inspection des Dispositifs Médicaux Rédacteurs : Jean-Christophe BORN et Laurent BAUVAL CAMPAGNE D INSPECTION

Plus en détail

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE.

STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. STATUT JURIDIQUE DES MEDICAMENTS ET AUTRES PRODUITS DE SANTE. I) Définition du médicament. «On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou

Plus en détail

1. Check-list instruments obligatoires

1. Check-list instruments obligatoires 1. Check-list instruments obligatoires L Annexe 3 de l AR fournit la liste des appareils et instruments obligatoires à tout moment en officine. La possibilité de délégation de certaines préparations ne

Plus en détail

Systèmes de distribution robotique des médicaments d ordonnance

Systèmes de distribution robotique des médicaments d ordonnance Systèmes de distribution robotique des médicaments d ordonnance Vos patients comptent sur vous, à titre de pharmacien, pour les conseiller en matière de médicaments. Le manque de temps peut compromettre

Plus en détail