des hommes, ritualistes. garantissant, les

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "des hommes, ritualistes. garantissant, les"

Transcription

1 Cultes et ritess en Grèce et à Romee Nicole Belayche, Directeur d études à l École pratique des hautes études, section des Sciences religieuses, Paris Anne-Françoise Jaccottet, Université de Genève, chargée de cours en Archéologie classique Dans une conception du monde où des dieux sont à la fois maîtres et garants de la destinée des hommes, qu elle soit individuelle ou communautaire, les cultes et les rites qui sont des medias et des modalités de la communication et du partage entre sphères divine et humaine sont vitaux et quotidiens. Aussi les systèmess religieux grec et romain sont-ils dits ritualistes. Les rites pratiqués par les Grecs et les Romains assurent la sauvegarde de la communauté humaine en garantissant, selon des normes variables, la bonne entente des dieux d et des hommes ce que les Romains appellent la paix des dieux. Ils disent tous comment on se représentait, en Grèce ou à Rome, l essence et la place des êtres humains, ainsi que l ordre du monde et de la société. Ils réactualisent et réaffirment une conception cosmique, fondement de d l identitéé de la communauté et de ses membres, dans et par leur pratique quasi quotidienne, et dans tous registres de la vie publique et privée. Pourtant, par-delà les constantes d un même ritualisme, rites grecs et romains se distinguent, car ils s inscrivent dans un ordre social, juridique même pour Rome, et dans un imaginaire sociétal et cosmique spécifiques à chacune des deux sphères culturelles. Au sein d une même société, les rites varient aussi au gré des divinités particulières invoquées, des d moments du calendrier religieux, de l endroit ou de la collectivité concernée. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LESS COLLECTIONSS DU LOUVRE» 1

2 Les images antiques représentent souvent des épisodes rituels, principalement des sacrifices, soulignant ainsi leur importance. Cependant ces images ne sont pas une reproduction photographique de la réalité mais un discours visuel qui révèle, par-delà ses composantes réalistes, la conception idéale du rite. Le rite effectue le lien entre hommes et dieux, symbolisé par l autel et le temple. Sur l autel, l offrande établit le contact entre les deux sphères. Célèbres ou modestes, tous les sanctuaires fonctionnent autour des mêmes éléments fondamentaux : un autel, une effigie cultuelle divine, des offrandes. Par-delà les différences entre les traditions cultuelles et rituelles grecques, étrusques ou romaines, l autel exprime le sacrifice, et plus largement les dévotions dues aux dieux par les hommes. Il est le lieu de la mise à mort des victimes car le sacrifice garantit la bonne entente avec les dieux, et la sauvegarde de la société et de la cité dans son ensemble. Dans le feu du bûcher allumé sur l autel brûlent les parts de la victime réservées aux dieux qui se nourrissent du fumet ainsi dégagé. Les broches au-dessus des flammes sont garnies de viande que les hommes vont se partager lors du banquet. Il existait aussi une dimension individuelle des pratiques religieuses comme l offrande dans un cadre «privé». Les rites fonctionnent comme des fondements de tous les moments de la vie grecque, des plus intimes aux plus officiels et publics. Le sacrifice est aussi la pratique centrale de la religion romaine d État. Sa représentation, stéréotypée est un discours visuel que les Romains diffusent sur la forme de relation qu ils entretiennent avec leurs dieux Le sacrifice a lieu devant le temple sous les yeux de la communauté du peuple romain. La communication avec le divin dépend du bon état de piété de tous les acteurs et des objets du rituel. C est ce qu expriment les guirlandes accrochées sur la façade du temple ainsi que les ornements de la victime, qui la déclarent pure pour le sacrifice. La procession à travers la Ville, qui précède le sacrifice, permet aux Romains de se mettre en scène. Sa représentation délivre un message d unité politique, d ordre social, de gravité et de piété. La religion romaine étant publique, tous les grands événements de la vie politique et sociale sont placés sous la protection des dieux. Tel est le cas du recensement. Un sacrifice conclut les opérations de recensement au cours duquel un porc, un bélier et un taureau sont offerts à Mars. Ils sont assommés par la hache du victimaire. La scène est très rarement représentée. En effet, la mise à mort n est qu anecdotique parce que la victime est déjà passée symboliquement dans la propriété des dieux. La consultation des entrailles par l haruspice suit la mise à mort de la victime. Elle précède le banquet sacrificiel, distribué aux citoyens. Grec ou romain, le sacrifice permet à la communauté humaine de se définir et de se constituer, sous l'œil des dieux. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 2

3 SCÈNE DE SACRIFICE, CRATÈRE EN CLOCHE Scène de sacrifice, Cratère en cloche Peintre du sacrifice du Louvre Dernier quart du IVe s av. J.-C. H : 0,320 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Sur ce cratère à figures rouges, pièce maîtresse du banquet et de sa convivialité, dans lequel on puisait le vin mélangé à l eau pour les convives, hommes et dieux se côtoient à des registres ou dans des positions différents. Poséidon, assis, se reconnaît à son trident ; au registre supérieur, Apollon tient son laurier. En revanche, les figures qui encadrent l autel l homme barbu debout sur la droite et le jeune homme couronné, main tendue au-dessus de l autel appartiennent clairement au monde des hommes. C est le rite qui effectue le lien entre hommes et dieux. Il est symbolisé par l autel et le temple soulignés par le rehaut blanc qui résument visuellement l expression de la piété et la dévotion. L offrande sur l autel établit le contact entre les deux sphères, ou le rétablit si l on se place dans la perspective du mythe prométhéen selon Hésiode. Les figures, divines et humaines, sont couronnées. C est un signe de la fête, d un moment hors du commun, distinct de la quotidienneté ; un moment circonscrit, comme est circonscrit le sanctuaire, souvent nommé temenos, ce qui renvoie à la notion de portion de territoire découpée et réservée. Le peintre a représenté toutes les figures, humaines comme divines, avec la même couronne soulignée de couleur claire, pour insister sur la communauté festive créée, pour le temps de la fête, entre homme et dieux. Qui pourrait dire, d ailleurs, si la figure identifiée comme Poséidon est bien le dieu qui assiste directement au sacrifice, ou bien son prêtre? L ambiguïté est entretenue. L image, et ses potentialités, donnent à voir tout l imaginaire du sacrifice et les fondements d un rite efficace. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 3

4 SANCTUAIRE RUSTIQUE, LÉCYTHE À FIGURES ROUGES Sanctuaire rustique, Lécythe à figures rouges Vers av. J.-C. H : 0,154 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Qu ils soient grandioses et célèbres dans tout le monde grec, ou modestes, campagnards et fréquentés par le seul voisinage direct, tous les sanctuaires fonctionnent religieusement autour des mêmes éléments fondamentaux : un autel pour les sacrifices, une effigie cultuelle divine, des offrandes. C est ce résumé fonctionnel que présente ce lécythe. Devant l autel en pierre et sculpté d une grecque, un pilier hermaïque (représentation d Hermès en forme de pilier) ithyphallique figure sans ambiguïté le dieu en tant qu effigie, et non en tant qu entité agissante présentifiée. Le caducée peint sur le côté identifie volontairement Hermès par l un de ses attributs. Au-dessus de l autel un pinax est suspendu : cette tablette de bois ou de terre cuite représente la mémoire d une offrande laissée par un fidèle, tout autant qu elle est un signe visuel pour dire la sacralité du lieu. Le bucrane (crâne de bœuf) à l extrême droite joue un rôle de symbole mémoriel de l efficience des rites sacrificiels pratiqués dans le sanctuaire. Nombreux devaient être ces sanctuaires «minimalistes», qui rythmaient le territoire et inscrivaient profondément la ritualité dans le paysage quotidien. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 4

5 HOMME DEVANT UN AUTEL, PLAQUE DE TERRE CUITE PEINTE Homme devant un autel, Plaque de terre cuite peinte, dites plaque Campana 3ème quart du VIe s av. J.-C. H : 1,24 m ; L : 0,59 m RMN Musée du Louvre/ Hervé Lewandowski L autel est bien le point de contact et d articulation entre hommes et dieux. Cœur nécessaire et efficace du sacrifice, il peut à ce titre figurer à lui seul le rite dans toute son efficience. Telle est l option visuelle, par focalisation, qu a choisie pour cette plaque de terre cuite provenant de Cerveteri un peintre étrusque du 3ème quart du VIe siècle avant notre ère. L image rappelle que l autel est une construction bien humaine, sur laquelle pourront être déposées et transformées, par le feu notamment, les offrandes. Aucun autel n est jamais présenté comme un don des dieux. C est aux hommes de l ériger pour créer les conditions du sacrifice et, donc, des bons rapports entre hommes et dieux. Qu il soit fait de briques polychromes comme ici, ou artistement sculpté dans le marbre, ou encore construit avec un amas de cailloux ou de gazon, seules comptent sa fonction et l efficacité des rites qui s y déroulent, La plaque évoque ces derniers par la présence d un officiant, par le feu qui brûle à sa surface et peut-être aussi par le lébès (bassin rituel) qui repose sur une colonnette disposée sur le rebord de l'autel. Par-delà les différences entre les traditions cultuelles et rituelles grecques, étrusques ou romaines, l autel est un espace du rite qui porte en lui suffisamment de sens pour exprimer, métonymiquement, le sacrifice, et plus largement les dévotions dues aux dieux par les hommes. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 5

6 SCÈNE DE LIBATION, PÉLIKÈ À FIGURES ROUGES Scène de libation, Pélikè à figures rouges, Peintre d Argos Vers av. J.-C. H : 0,305 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Même allumé, comme sur cette pélikè (type d amphore à panse), l autel n induit pas automatiquement un sacrifice sanglant, loin s en faut. La libation est un acte rituel central. De l œnochoé (vase à puiser et à verser le vin) que tient la femme à droite coule le divin breuvage dans une phiale tendue par l homme au-dessus de l autel. La phiale est une coupelle sans pied, d origine perse, que l on tient par le bord et par dessous, grâce à l omphalos («nombril») central, concave, où les doigts peuvent s accrocher. Si l œnochoé a de multiples emplois, dans les banquets notamment pour remplir la coupe des convives, la phiale est un ustensile réservé à l usage rituel. En passant de l œnochoé à la phiale puis à l autel allumé, le vin ainsi répandu acquiert un statut rituel qui donne tout son sens à l acte cultuel de la libation, ici en contexte domestique. Le couple représenté de part et d autre de l autel exprime le fondement familial au sens moderne du terme, de la société ; il évoque l oikos (la maisonnée) comme pivot et base de la cité. Le bon rapport entre les hommes et les dieux concerne la cité, autant par le biais de ses représentants officiels que par celui de tout citoyen dans le cadre de son oikos. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 6

7 ATHÉNA ET HÉRACLÈS, OENOCHOÉ À FIGURES ROUGES Athéna et Héraclès, Oenochoé à figures rouges Peintre des Niobides Vers 450 av. J.-C. H : 0,260 m 2000 Musée du Louvre /Marine Beck-Coppola Cette œnochoé représente sur une de ses faces, de part et d autre d un autel, un homme et une femme, lui tenant la phiale, elle l œnochoé, selon un schéma classique et récurrent des scènes de libation. Quelques éléments figuratifs font toutefois basculer la scène sur un plan différent. La femme est Athéna, reconnaissable à son casque et à sa lance ; l homme est Héraclès, comme l indiquent la peau de lion, l arc et le carquois qui l identifient. Au-delà des rapports étroits de patronage qui lient la déesse au héros, dans les mythes par exemple, le rite figuré, selon un schéma représentatif tout humain, est ainsi transposé au niveau héroïco-divin. Certes, Athéna la déesse «en personne» ou sa statue? ne verse pas le vin dans la phiale tenue au-dessus de l autel par Héraclès ; la libation, représentée en puissance dans et par les éléments figuratifs choisis, n en est pas moins affichée comme le lien privilégié avec le divin, quel que soit le statut respectif des figures en présence. Le bâton sur lequel s appuie Héraclès, signe caractéristique du citoyen honorable, renforce encore ce jeu sur les catégories. C est la toute-puissance du modèle rituel que le peintre a choisi d exprimer. L arbre placé derrière l autel se prête à deux niveaux de lecture : comme signe paysager, il dit, de façon minimaliste, la dimension «naturelle» des sanctuaires, extra-urbains, comme urbains bien souvent ; par son espèce c est un olivier, il redouble visuellement la présence d Athéna, «inventrice» de l olivier dont le prototype se trouve sur l Acropole d Athènes. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 7

8 SACRIFICE D UN PORC, COUPE À FIGURES ROUGES Sacrifice d un porc, Coupe à figures rouges Peintre d Epidromos Vers av. J.-C. D : 0,198 m RMN Musée du Louvre / Stéphane Maréchalle L autel est aussi le lieu de la mise à mort rituelle des victimes sacrificielles. La violence est clairement mise en scène dans ce médaillon de coupe. Si la mise à mort n est pas représentée, les éléments en présence sont suffisamment éloquents. La machaira, un couteau à forme caractéristique réservé à l égorgement rituel, tenue par le sacrificateur debout torse nu, est montrée ici prête à l emploi, dans une gestuelle dynamique sans équivoque. L autel de pierre porte sur sa face des traces de sang, soigneusement soulignées par le peintre. Le couteau rituel est rarement représenté sur les images grecques ; il n apparaît le plus souvent que dans des scènes de sacrifice déviant (sacrifice humain ou étranger). Sa présence rituelle indispensable est toutefois régulièrement sous-entendue par la figuration de la corbeille (kanoun) dans laquelle il est transporté, dissimulé sous des grains. Les traces de sang sur l autel sont en revanche très courantes sur les images, pour exprimer visuellement l effectivité du rite d égorgement et la fonctionnalité rituelle de l autel. Un porcelet, tenu par un jeune homme torse nu, est ici la victime du sacrifice. Chaque sacrifice est un cas particulier. Il a ses propres exigences, en matière de victime notamment. Un même dieu ne recevra pas les mêmes victimes selon la fête, le lieu, les circonstances, le règlement du sanctuaire. Des calendriers sacrificiels précis sont donc nécessaires au bon déroulement des divers rituels ; pour l observateur moderne, ils sont la marque du fonctionnement de ce que nous appelons le «polythéisme». MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 8

9 SCÈNE DE SACRIFICE À APOLLON, CRATÈRE À FIGURES ROUGES Scène de sacrifice à Apollon, Cratère à figures rouge Peintre de Pothos Vers av. J.-C. H : 0,332 m RMN Musée du Louvre/ Les frères Chuzeville Cette représentation du sacrifice met en scène différents moments du rituel. La «compression» temporelle vise à exprimer de façon synthétique l essence du sacrifice et son résultat, c est-à-dire la bonne entente des hommes et des dieux, garante de la sauvegarde de la société et de la cité dans son ensemble. L homme barbu debout à la gauche de l autel est le «maître de cérémonie» ; il est assisté dans son service rituel par un jeune homme, à droite, qui verse une libation sur l autel, et par un plus jeune garçon, à gauche derrière lui, qui tient au-dessus de la flamme des broches enfilées de parts de viande destinées au festin sacrificiel des hommes. Les trois classes d âges, pareillement couronnées, et représentant autant de statuts distincts, signifient la participation de la société dans son intégralité au rituel sacrificiel, par délégation représentative de ses composantes. Une figure imberbe debout tout à droite observe le rituel en cours. C est Apollon, destinataire du sacrifice, qu identifie la hampe de laurier qu il tient en main droite, et dont le laurier en pied figuré derrière l autel est un écho significatif. Est-ce le dieu en personne qui assiste à son sacrifice? Est-ce la statue de culte, présentée non comme telle mais de façon «vivante»? Ou bien est-ce le prêtre, un homme, qui revêt (comme cela est courant) la livrée du dieu pour officier comme garant du rituel effectué? Les potentialités de l image permettent de dépasser ces questions rationnelles pour insister plutôt sur l efficacité du rituel qui transcende la réalité du monde. L image exprime l ambiguïté constitutive d un discours sur la présence divine dans et par le rituel. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 9

10 SCÈNE DE SACRIFICE, OENOCHOÉ À FIGURES ROUGES Scène de sacrifice, Oenochoé à figures rouges Peintre de Craipalé Vers av. J.-C. H : 0,215 m RMN Musée du Louvre/ Hervé Lewandowski Le sacrifice est communication et partage, entre les hommes et les dieux tout d abord, bien que leurs parts respectives soient clairement distinguées. Sur cette scène peinte sur la panse d une œnochoé, dans le feu du bûcher allumé sur l autel brûlent déjà les parts de la victime (les os longs) réservées aux dieux qui se nourrissent du fumet ainsi dégagé. Les broches tenues au-dessus des flammes par un jeune assistant sont garnies d une partie des viandes (les viscères en général) que les hommes vont se partager lors du banquet, l autre partie étant bouillie dans des chaudrons (une opération qui est très rarement représentée). Ce partage de la victime entre les hommes et les dieux est aussi partage des parts comestibles entre les hommes au banquet, ainsi que partage du bénéfice du sacrifice par la communauté dans son ensemble, symbolisée par le citoyen appuyé sur son bâton à gauche. Les couronnes portées par les participants à la cérémonie sont un marqueur tangible du temps spécial que représente ce moment de partage au cours duquel se fonde et se refonde régulièrement la société des hommes face aux dieux. Au sacrifice sanglant et à la libation s ajoute enfin, ici, la prière ou l invocation, signifiée par le geste de la main gauche de l officiant principal, au moment de la libation. Aux actes s articulent les paroles, qui activent et parachèvent tout à la fois la communication et le partage induits par le rituel sacrificiel dans ses différentes composantes. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 10

11 ANTHESTÉRIES, OENOCHOÉ À FIGURES ROUGES Anthestéries, Oenochoé à figures rouges, (chous) Vers 430 av. J.-C. H : 0,082 m RMN Musée du Louvre/ Gérard Blot Les rites, et les éléments pratiques qui leur sont liés comme l autel et le pilier hermaïque à droite sur ce vase, marquent le paysage quotidien, en ville comme à la campagne, chez soi comme dans l espace public. Ils ponctuent aussi la vie des hommes dès l enfance. Ils les intègrent par degré à la société et les préparent à leur rôle futur de citoyens, actifs dans tous les registres de la vie publique, dont l aspect religieux est une composante essentielle. Cette image évoque la fête dionysiaque des Anthestéries, célébrée pendant trois jours vers la fin de notre mois de février à Athènes. Les enfants de trois ans environ y étaient fêtés lors du second jour des festivités, appelé significativement jour des Choes. Un vase miniature, le chous (pl. choes), sorte d œnochoé globulaire, leur était offert à cette occasion : il reprenait la forme des choes d une contenance légèrement supérieure à trois litres grâce auxquels les hommes rivalisaient ce jour-là dans un concours de boisson. Retrouvés en abondance dans des tombes d enfant, ces choes miniatures figurent le plus souvent de jeunes garçons avec un chariot, comme ici, ou d autres jouets, dans un espace ritualisé par la présence d éléments matériels comme un autel ou une effigie-pilier. L iconographie choisie, comme la fabrication même de ces vases miniatures, sont un signe de l intégration des enfants mâles, sortis des plus grands dangers des premiers temps de vie, à la vie sociale et citoyenne, dans et par sa dimension rituelle. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 11

12 MÉNADES RENDANT UN CULTE DIONYSIAQUE, STAMNOS À FIGURES ROUGES Ménades rendant un culte dionysiaque, Stamnos à figures rouges Peintre d Eupolis Vers av. J.-C. H : 0,390 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Si les rites sacrificiels peuvent se décliner selon un schéma commun et stéréotypé, les particularités sont tout autant constitutives de la pratique cultuelle antique, signes tangibles de l approche «polythéiste» des relations au divin, guidées par les circonstances. Sur ce stamnos (vase contenant du vin mélangé), l effigie de Dionysos est un montage éphémère : un pilier est habillé d un manteau et d une tête ou face du dieu. Au même Dionysos renvoie aussi le thyrse (devant lui) : cette hampe garnie de lierre est un de ses attributs, autant qu un objet lié au rituel proprement bachique, et un signe distinctif des bacchantes et bacchants. Le rite représenté semble double, à l image du dieu auquel il s adresse, à la fois dieu du panthéon à part entière et dieu toujours à part. Faisant face au dieu, une femme, significativement du côté du thyrse, lui présente respectueusement, dans un canthare, le vin pur qui est sa marque et son apanage : le rite est original et dionysiaque. Derrière l effigie divine, en revanche, est figurée une scène qui renvoie à un sacrifice parfaitement «traditionnel»: une autre femme tient le kanoun, la corbeille habituelle du sacrifice, en main gauche et une œnochoé contenant du vin mélangé destiné à une libation dans sa main droite. Aucun autel n est pourtant représenté, mais simplement une trapeza table à trois pieds utilisée notamment pour les banquets sur laquelle reposent la viande désossée issue de la victime sacrificielle et des pains. Ces signes évoquent la convivialité du banquet qui suit le sacrifice. Le sacrifice sanglant, bien que non représenté, est néanmoins présent, mais dans une temporalité distanciée. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 12

13 DÉPART DU GUERRIER, OENOCHOÉ À FIGURES ROUGES Départ du guerrier, Oenochoé à figures rouges Vers 410 av. J.-C. H : 0,226 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Les sacrifices, les libations et autres rites n étaient pas réservés aux seules fêtes religieuses, importantes ou plus modestes, inscrites aux calendriers sacrificiels. De nombreuses occasions, d ordre domestique notamment, donnaient lieu à des manifestations rituelles. Cette œnochoé représente le cas bien connu d un départ de guerrier, la guerre ayant été longtemps le quotidien des cités grecques. À gauche de l autel se tiennent deux femmes ; la plus proche tient la phiale et l œnochoé, les deux ustensiles nécessaires et suffisants au rite de libation. Face à elles, de l autre côté de l autel, un jeune homme en cuirasse, armé de deux javelines et coiffé d un pétase est un cavalier prêt à partir au combat. L arbre qui se dresse derrière l autel est garni de pinakes, ces tablettes votives qui contribuent à créer l ambiance sacrée du lieu autant qu elles en sont l expression. Cette libation familiale au moment du départ à la guerre d un membre de la maisonnée, exprime la place centrale des rites, à l intersection entre vie privée et société, et l articulation entre le microcosme de l oikos et le macrocosme de la cité. Les rites, dans leur diversité foncière et spécifique basée sur un «patron» commun reconnaissable, fonctionnent comme des fondements et des pivots de tous les moments de la vie grecque, des plus intimes aux plus officiels et publics. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 13

14 JEUNE FILLE FAISANT UNE LIBATION Jeune fille faisant une libation, figurine en terre cuite IIIe s av. J.-C. H : 0,160 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Tout de retenue, d intimité et de grâce, le geste rituel de cette jeune fille en terre cuite, retrouvée dans un tombeau de Myrina, ouvre vers la dimension individuelle des pratiques religieuses. A moitié agenouillée devant une vasque sur pied contenant diverses offrandes végétales (des fruits?), elle semble y verser le contenu d un récipient disparu. C est une dévotion d ordre personnel qui nous est donnée à voir dans cette fine statuette du type de Tanagra. Elle rappelle à la fois la multiplicité des formes que peut prendre la pratique rituelle et la variation constante de ses circonstances. L arc de ces occasions s étend de l hécatombe des grandes fêtes poliades qui met en branle tous les rouages, publics et domestiques, de la communauté jusqu à l offrande individuelle d une jeune fille dans un cadre «privé», de la libation familiale au moment du départ d un guerrier ou du dépôt à titre personnel d un ex-voto dans un sanctuaire campagnard jusqu à la participation communautaire à un sacrifice officiel et public. L ensemble de ces occasions rituelles, dans les formes variées qu elles connaissent, constitue le tissu religieux antique, aux mailles bien serrées, à la fois garant et fondateur de l ordre social dans son ensemble. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 14

15 SCÈNE DE SACRIFICE DEVANT UN TEMPLE Scène de sacrifice devant un temple, Monnaie de Domitien BnF BnF, Paris Le sacrifice (sacrificium) est la pratique centrale de la religion romaine d État. C est un rituel de communication qui, en rendant une offrande sacrée (sacrum facere), la fait passer du monde des hommes dans celui des dieux. Sa représentation, stéréotypée quel que soit le support de l image, est un discours visuel que les Romains diffusent sur la forme de relation qu ils entretiennent avec leurs dieux. Les codes iconographiques disent le caractère public du rite pratiqué par les représentants de l État pour la collectivité (respublica) et les conditions rituelles et pratiques de la cérémonie. Cette monnaie de l empereur Domitien, le dernier des empereurs de la dynastie flavienne (81-96), frappée par décision sénatoriale (S C dans le champ en bas), en figure deux étapes. À droite, l entrée en relation avec la divinité se fait très normalement par une libation par l encens et le vin. Nous sommes devant le temple, car le sacrifice a toujours lieu à l extérieur de façon à se faire sous les yeux de la communauté du peuple romain. Le magistrat public qui officie au nom de cette communauté c est ici l empereur debout, tête découverte selon le rite grec fait, avec une patère (large coupelle sans pied à usage rituel), la libation préliminaire sur l autel fumant qui est devant lui. Les deux musiciens qui lui font face représentent la pureté sonore nécessaire au bon déroulement de la communication. À gauche, deux autres assistants, dont le victimaire chargé de la mise à mort, se préparent à assommer le taureau qui a été «rendu sacré» par l immolatio, le rite (non représenté ici) qui l a fait entrer dans la propriété du dieu. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 15

16 PRÉPARATIFS D UN SACRIFICE Préparatifs d un sacrifice, Relief architectural Troisième quart du Ier s, premier quart du IIe s Marbre H : 1,72 m ; L : 2,11 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Ce fragment de relief, trouvé à Rome, montre de plus près les conditions rituelles nécessaires à une communication réussie avec les dieux. Elle passe d abord par un état de piété de la part de tous les acteurs et objets du rituel, proclamé ici visuellement sur le fronton du temple de gauche. Dans sa partie gauche sont gravés deux objets rituels utilisés pendant le sacrifice, l aspersoir et la louche nécessaire lors de la libation par le vin ; à droite les attributs de deux prêtres, le bâton de l augure (chargé d examiner la volonté des dieux) et le bonnet du flamine (prêtre d une divinité particulière) complètent la déclaration visuelle de pietas. La scène sacrificielle se passe à l extérieur, sub luce. L espace est symboliquement déclaré pur au moyen des guirlandes accrochées sur la façade du temple de droite. Au premier plan les acteurs du rituel sont tous les quatre couronnés de laurier, peut-être pour signifier qu il s agit d un sacrifice offert à l occasion du départ ou du retour de l empereur d une campagne militaire. Mais ils se distinguent par leur vêtement. À gauche, les deux personnages en toge dont le flutiste (tubicen) qui assure la pureté sonore de la cérémonie sont citoyens romains. À droite, poitrine découverte et bien musclés, sont figurés les appariteurs serviles, chargés de conduire, puis d abattre, la victime sacrificielle. Le taureau, victime de Jupiter, fait masse au centre de la composition. Affiché comme pur et valide pour le sacrifice par ses ornements - diadème en forme de pelte (bouclier ancré) et cornes et col enguirlandés -, il apparaît placide, comme un participant à part entière du rituel. Pourtant les muscles tendus et la veine gonflée de l esclave qui lui tient la bride indiquent assez la contrainte exercée sur lui. À ce stade préliminaire du sacrifice, la bête, qui n est pas encore consacrée pas encore «immolée» est figurée comme participant du monde des hommes. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 16

17 FRAGMENT DE L ARA PACIS Fragment de l Ara Pacis, relief architectural Entre 13 et 9 av. J.-C. Marbre H : 1,14 m ; L : 1,47 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Le sacrifice proprement dit est l aboutissement de cérémonies au déroulement complexe. Elles ont souvent commencé par une procession à travers la Ville, l Vrbs, qui permet à la communauté romaine de se mettre en scène face à elle-même. Ce fragment de relief provient de l Autel de la Paix (Ara Pacis). Sa construction fut décidée par le Sénat pour célébrer le retour victorieux d Auguste après ses campagnes de Gaule et d Espagne. Dans son «testament» (les Res gestae), le Princeps écrit que le Sénat «décréta que les magistrats, les prêtres et les vierges Vestales [ y] procéderaient à un sacrifice anniversaire» Sur le mur extérieur, donc bien visible, de l autel inauguré en 13 avant notre ère, est figurée une procession : elle rassemble, selon un ordre hiérarchique bien précis, Auguste lui-même accompagné de la famille impériale et des représentants des corps constitués, religieux (les prêtres des grands collèges sacerdotaux) et civils (les magistrats). L esthétique de la représentation délivre un message d unité politique, d ordre social, de gravité et de piété, toutes conditions nécessaires à l efficacité des cérémonies religieuses, donc à un avenir heureux, symbolisé par la main affectueuse posée sur la tête du plus petit enfant. L ambiance est calme, les visages conservés recueillis. Les participants, en famille (non identifiée ici), avancent dignement : les hommes portent la toge du citoyen et les femmes, des matrones, ont recouvert leur stola (sorte de robe) d un manteau. Tous, même les enfants, participent de la pureté rituelle indispensable, représentée avec les rubans qui retombent sur le dos de la femme à droite et de l enfant qui la suit, la couronne de laurier à la grecque dont l homme à droite a ceint sa tête, et le bouquet de laurier tenu par la femme (au centre) et le petit enfant (derrière elle) dans leur main gauche. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 17

18 AUTEL DIT DE DOMITIUS AHÉNOBARBUS RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Autel dit de Domitius Ahénobarbus, relief architectural Fin du IIe s av. J.-C. Marbre H : 0,80 m ; L : 5,60 m La religion romaine étant publique, tous les grands événements de la vie politique et sociale sont placés sous la protection des dieux dont on invoque la bienveillance. Ce qu on a longtemps appelé «l autel de Domitius Ahenobarbus», et qu on identifie plutôt désormais comme un piédestal, représente la cérémonie du recensement qui avait lieu tous les cinq ans sous le patronage du dieu Mars (la figure casquée à la droite de l autel). La scène se déroule sur son «champ», donc hors du pomerium (la limite sacrée de Rome), car l enregistrement des citoyens selon leur niveau de fortune (leur cens) déterminait l organisation de l armée romaine ; deux couples de fantassins en armes ponctuent la scène à droite et à gauche. Encadré de deux colonnes, l ensemble du bandeau condense des moments différents des opérations de recensement. La scène de gauche représente l enregistrement. Un greffier assis inscrit sur une tablette les indications de patrimoine que lui communique un citoyen, debout en toge, qui tient dans sa main gauche des documents écrits pour appuyer ses dires. D autres attendent leur tour ou s en retournent une fois le devoir accompli, comme, à l autre bout du bandeau, le cavalier venu avec son «cheval public», signe de son appartenance au deuxième ordre privilégié de l État, les chevaliers. Le magistrat chargé des opérations est le censeur, debout à la gauche de l autel. Il procède à la première étape du sacrifice concluant les opérations d enregistrement, la libatio. Son visage est tourné vers les trois bêtes qui vont être offertes à Mars. Comme pour les scènes de procession, l esthétique diffuse un message d ordre et de concorde, entre les hommes et entre les hommes et le dieu. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 18

19 LA PROCESSION, AUTEL DIT DE DOMITIUS AHÉNOBARBUS RMN Musée du Louvre/ Hervé Lewandowski La Procession, Autel dit de Domitius Ahénobarbus, (détail) relief architectural Fin du IIe s av. J.-C. Marbre Ce détail montre les animaux offerts à Mars lors du sacrifice qui conclut les opérations de recensement (le lustrum). Le sacrifice de trois bêtes le taureau/taurus, le bélier/ovis et le porc/sus (suovetaurile en ordre croissant) est propre à Mars. Les animaux sont représentés en procession, dans un ordre décroissant parfait pour l équilibre esthétique de la scène. Ils sont menés par des appariteurs serviles, reconnaissables à leur pagne et à leur poitrine découverte, couronnés pour indiquer leur pureté rituelle ; en arrière-plan, deux autres appariteurs portent palme et étendard. Avant d arriver à l autel, la procession sacrificielle a fait trois fois le tour de la communauté rassemblée, de façon à circonscrire le populus sur lequel on appelle la protection du dieu. Les bêtes sont conformes pour le sacrifice intègres et sans défaut apparent - comme l indiquent la bande d étoffe (le dorsuale) qui ceint le corps du taureau et le ruban à pompon attaché à son oreille. Malgré la masse puissante du taureau (qui renvoie un écho visuel à la taille de la divinité), l esclave a à peine besoin de le maintenir. Car, à l image de l ordre qui règne dans une procession humaine, les animaux aussi font partie de la communauté, tant qu ils n ont pas été marqués sur l échine par la mola salsa (une pâte faite de farine d épeautre, de sel et de sang) ce qui constitue l étape rituelle de l immolation qui les fait passer au plan du droit dans la propriété des dieux. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 19

20 LE SACRIFICE, AUTEL DIT DE DOMITIUS AHÉNOBARBUS RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Le Sacrifice, Autel dit de Domitius Ahénobarbus, (détail) relief architectural Fin du IIe s av. J.-C. Marbre Cet autre détail du monument dit de Domitius Ahenobarbus figure la scène centrale et principale du relief qui exprime symboliquement la relation entre Rome et ses dieux. Le sacrifice qui clôt les opérations du census est offert au dieu Mars qui patronne les activités militaires. Sa divinité est affirmée par une taille surhumaine, au point que le haut de son aigrette disparaît sous la limite supérieure du relief. La position de Mars, réputé père des jumeaux qui ont fondé Rome, est donc double. D un côté, debout à la droite de l autel symétriquement au censeur, il appartient à la communauté des Romains dont il est un dieu public ; mais, en tant que dieu, il en est ontologiquement un membre supérieur et extérieur, comme l indique aussi son pied gauche qui est le seul à dépasser le cadre du relief. Mars est représenté selon un canon traditionnel : en habit militaire, cuirassé et casqué, il tient la lance dans la main droite et appuie son avant-bras gauche sur un bouclier, lui-même appuyé sur l autel comme pour en déclarer la propriété. Face à lui le censeur, tête couverte conformément au rite romain, lui offre la libation préliminaire au sacrifice, rituel par lequel le dieu et les hommes sont mis en présence. L autel de pierre n est pas encore allumé pour la libation par l encens. Un enfant, un camillus de bonne famille, verse du vin dans une patère tenue par le magistrat-officiant, qui vérifie du regard une dernière fois que la procession du sacrifice arrive correctement à l autel. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 20

Colloque des enfants au musée d Aquitaine, Bordeaux

Colloque des enfants au musée d Aquitaine, Bordeaux Colloque des enfants au musée d Aquitaine, Bordeaux 23 avril 2004, Ecole David Johnston, Bordeaux, Classe de CM2 de Madame Manville " Les temples " Ecole David Johnston, Bordeaux, classe de CM2 de Madame

Plus en détail

Statue d Auguste dite «de Prima Porta» Fiche de synthèse Histoire des Arts

Statue d Auguste dite «de Prima Porta» Fiche de synthèse Histoire des Arts Statue d Auguste dite «de Prima Porta» Fiche de synthèse Histoire des Arts Nom : statue d Auguste dite de Prima Porta. Auteur : inconnu. Inspiration : Polyclète (sculpteur grec du Ve av. J. -C.) pour la

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Espace Education Art et Culture, 19, rue du Cambout, 57000 METZ, P.W. 2011 03 87 36 01 88 www.espace-eac.fr contact@espace-eac.fr LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Inaugurée en 1908, œuvre de l architecte

Plus en détail

Activité p. 32-33. 1) (Doc.1) De quelle cité partent les Grecs qui fondent Massalia? Où se situe-t-elle?

Activité p. 32-33. 1) (Doc.1) De quelle cité partent les Grecs qui fondent Massalia? Où se situe-t-elle? Activité p. 32-33 1) (Doc.1) De quelle cité partent les Grecs qui fondent Massalia? Où se situe-t-elle? 2) (Doc.4) Pour quelles raisons, les Phocéens quittent leur cité? 1) (Doc.1) De quelle cité partent

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

L Urbs, capitale de l Empire

L Urbs, capitale de l Empire L Urbs, capitale de l Empire template : le triomphe de Titus L Urbs est la capitale de l Empire romain. A quelle ville correspond l Urbs? Dans quel pays se trouve cette ville? Maquette du centre de l Urbs

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

Les foyers de la civilisation grecque

Les foyers de la civilisation grecque Les foyers de la civilisation grecque template : www.iliadeodyssee.com Voici une carte de l Europe politique aujourd hui Clique sur la Grèce La Grèce actuelle est un petit Etat européen Sous l Antiquité,

Plus en détail

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle MEXIQUE ETATS-UNIS Le drapeau mexicain Le fait qu elle le tienne dans sa main gauche indique qu elle préfère son pays d origine Le drapeau américain Il flotte dans la fumée des cheminées d usine C est

Plus en détail

Description du globe de mariée : un socle, un globe, un contenu complexe et personnalisé.

Description du globe de mariée : un socle, un globe, un contenu complexe et personnalisé. Description du globe de mariée : un socle, un globe, un contenu complexe et personnalisé. Le socle est de dimensions variables en fonction de l importance du décor et du volume du globe. Il est ovale,

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

---- ------- --- --------------------- -------------------

---- ------- --- --------------------- ------------------- Les principales cités de la Grèce antique - - - - - - a. Je complète les pointillés : Mer Egée, Mer Méditerranée, Delphes, Olympie et je colorie en vert les plaines. La fondation de Massalia (Marseille)

Plus en détail

Une Rentrée en Images

Une Rentrée en Images Une Rentrée en Images Arles, inscrite au Patrimoine mondial de l UNESCO, est fortement marquée par son histoire depuis l Antiquité. Dans le cadre de la «Rentrée en images», nous vous proposons un parcours

Plus en détail

Politique de l arbre. Mon arbre, le coeur de ma cité

Politique de l arbre. Mon arbre, le coeur de ma cité Politique de l arbre Mon arbre, le coeur de ma cité Mai 2009 TABLE DES MATIÈRES 1 CONTEXTE D ÉLABORATION DE LA POLITIQUE DE L ARBRE............ 3 1.1 Historique du développement urbain... 3 1.2 Tendance

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Versailles. et l antique

Versailles. et l antique Versailles et l antique 2 Lorsque Louis XIV décide en 1664 de faire agrandir le petit château construit par son père Louis XIII à Versailles, il a 26 ans. C est un jeune roi qui aime passionnément les

Plus en détail

L Urbs capitale de l Empire

L Urbs capitale de l Empire L Urbs capitale de l Empire template : le triomphe de Titus Rome est la capitale de l Empire romain : on l appelle l Urbs. Quels sont les principaux monuments de l Urbs? Les monuments du centre de l Urbs

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Cours 6 ème Partie 2 : La civilisation grecque Thème 1 : au fondement de la Grèce, cités, mythes, panhellénisme

Cours 6 ème Partie 2 : La civilisation grecque Thème 1 : au fondement de la Grèce, cités, mythes, panhellénisme Cours 6 ème Partie 2 : La civilisation grecque Thème 1 : au fondement de la Grèce, cités, mythes, panhellénisme THEME 2 : LA CIVILISATION GRECQUE. CHAPITRE 1 : AU FONDEMENT DE LA GRECE : CITES ET MYTHES

Plus en détail

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V.

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V. L EMPIRE ROMAIN étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle Détail du piédestal de la statue d Aponius Cherea (II siècle) musée archéologique de Narbonne Source : Service

Plus en détail

Le monde des morts Rites et monuments funéraires à Lattara.

Le monde des morts Rites et monuments funéraires à Lattara. Le monde des morts Rites et monuments funéraires à Lattara. Service Educatif du centre archéologique de Lattes/ADAL/ UFRAL Dossier pédagogique réalisé par S. Cazaux, professeur et A.Garnotel, archéologue

Plus en détail

Si le catalogue du musée est ordonné dans l ordre chronologique le musée est lui thématique.

Si le catalogue du musée est ordonné dans l ordre chronologique le musée est lui thématique. MUSEE EGYPTIEN DE MUNICH Le musée d art égyptien a été fondée en 1966 mais la collection remonte surtout à louis de Bavière (né en 1786 à Strasbourg, mort 1868 à Nice,qui a fait de Munich une capitale

Plus en détail

Le Culte moderne des monuments

Le Culte moderne des monuments Le Culte moderne des monuments aloïs riegl La Culte moderne des monuments sa nature et ses origines Traduit de l allemand par mat thieu dumont & arthur lochmann Éditions allia 16, rue charlemagne, paris

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

Intitulé de l activité

Intitulé de l activité Intitulé de l activité L origine des feux de la Saint-Jean Branche Histoire (Leçon adaptée pour les 3 e et 4 e années) Compétence(s) visée(s) / Objectif Socle de compétences : Formation historique 3.1.2.

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014

PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 PRÉSENTATION DU PROGRAMME 2014 10 ANS DE CULTURE CÉLÉBRÉ AVEC LA NATURE! Grâce à votre fidèle participation et celle de plus de 100 institutions culturelles, le programme Cultivez le Jour de la Terre célébrera

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques - 1 - Introduction Le but de ce dossier est de présenter la structure d une base de données permettant à une agence photographique

Plus en détail

(1) Le conseil municipal privilégie :

(1) Le conseil municipal privilégie : 2.13 PATRIMOINE ET CULTURE Préambule Les attraits historiques et culturels de Fredericton au nombre desquels il faut compter son emplacement, ses bâtiments, ses lieux, ses établissements culturels et son

Plus en détail

ARCHITECTURE D INTÉRIEUR - 1

ARCHITECTURE D INTÉRIEUR - 1 Noriyoshi Hasegawa ARCHITECTURE D INTÉRIEUR - 1 Maîtriser le croquis de présentation Cinquième tirage 2014, avec nouvelle présentation Sommaire Introduction... 4 Chapitre 1 Les styles de dessin... 13 Tout

Plus en détail

Ateliers pédagogiques St Michel d Aiguilhe

Ateliers pédagogiques St Michel d Aiguilhe Ateliers pédagogiques St Michel d Aiguilhe Atelier chapiteaux romans 7-12 ans Synthèse : Réalisation d un chapiteau sculpté «roman» en plâtre ou en terre glaise. Après une visite de la chapelle axée sur

Plus en détail

Par$e III : Rome. Thème 2 L EMPIRE : L EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION. Pourquoi l Empire romain a- t- il duré aussi longtemps?

Par$e III : Rome. Thème 2 L EMPIRE : L EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION. Pourquoi l Empire romain a- t- il duré aussi longtemps? Par$e III : Rome Thème 2 L EMPIRE : L EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION Pourquoi l Empire romain a- t- il duré aussi longtemps? 1 Thème 2 L EMPIRE : L EMPEREUR, LA VILLE, LA ROMANISATION CAPACITÉS Connaître

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Etape de visite n 9. La statue de l Ecce homo. Qu est-ce que c est?

Etape de visite n 9. La statue de l Ecce homo. Qu est-ce que c est? Etape de visite n 9 La statue de l Ecce homo. Qu est-ce que c est? Il s agit d une statue taillée dans du calcaire, presque grandeur nature (sa hauteur totale, avec le socle, est de 1,65 m). Elle a conservé

Plus en détail

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE :

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : 1. DANS LA PEAU D UN ARCHEOLOGUE Tu vas te glisser dans la peau d un archéologue pour

Plus en détail

Hola! Cette fois-ci je vous écris du Pérou, toujours sur les traces de mon amoureux mais également sur les traces des Incas!

Hola! Cette fois-ci je vous écris du Pérou, toujours sur les traces de mon amoureux mais également sur les traces des Incas! A Lima Le 1 er septembre 2012 Hola! Cette fois-ci je vous écris du Pérou, toujours sur les traces de mon amoureux mais également sur les traces des Incas! Titicaca entre le Pérou et la Bolivie. -même commencé

Plus en détail

Le voyage à Paris. Le jeudi 13 mars, nous sommes partis à Paris avec les élèves de 6ème1 et 6ème3. Nous avons pris le train à Strasbourg à 6h10.

Le voyage à Paris. Le jeudi 13 mars, nous sommes partis à Paris avec les élèves de 6ème1 et 6ème3. Nous avons pris le train à Strasbourg à 6h10. Le voyage à Paris Le jeudi 13 mars, nous sommes partis à Paris avec les élèves de 6ème1 et 6ème3. Nous avons pris le train à Strasbourg à 6h10. PARIS Paris devient la capitale de france en 1204 nommée

Plus en détail

HISTOIRE CINQUIÈME THÈME IV VERS LA MODERNITÉ THÈME 2 : L ÉMERGENCE DU «ROI ABSOLU»

HISTOIRE CINQUIÈME THÈME IV VERS LA MODERNITÉ THÈME 2 : L ÉMERGENCE DU «ROI ABSOLU» HISTOIRE CINQUIÈME THÈME IV VERS LA MODERNITÉ THÈME 2 : L ÉMERGENCE DU «ROI ABSOLU» PROPOSITION D ENTRÉE DANS CE THÈME L ENTRÉE ROYALE DE LOUIS XIII ÀPARIS EN 1628 (Allégorie de la prise de la Rochelle)

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Le foyer fiscal (cours)

Le foyer fiscal (cours) Le foyer fiscal (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 I La composition du foyer fiscal... 4 Le contribuable... 4 Les personnes à charge... 5 1 - En ce qui concerne les personnes

Plus en détail

La Financière agricole du Québec

La Financière agricole du Québec La Financière agricole du Québec Plan d action de développement durable 2013-2015 Table des matières Message du président-directeur général... 3 Orientation gouvernementale 1 : Informer, sensibiliser,

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

II- L'environnement matériel des séances d histoire

II- L'environnement matériel des séances d histoire Magali Chapelet-Guirriec - Pierrick Friquet Circonscription de Brest - Nord - Novembre 2012 Enseigner l'histoire en cycle 3 «Si nous voulons être les acteurs responsables de notre propre avenir, nous avons

Plus en détail

Euphrat & Tigris Le jeu de cartes

Euphrat & Tigris Le jeu de cartes Euphrat & Tigris Le jeu de cartes Matériel 16 chefs de 4 dynasties (4 Arcs, 4 Lions, 4 Taureaux, 4 Vases) 193 cartes Civilisation (40 Peuple (noir), 40 Marchés (vert), 65 Temples (rouge), 40 Fermes (bleu),

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011

COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 COMMISSION D ATTRIBUTION DES LOGEMENTS DE VOSGELIS REGLEMENT INTERIEUR DELIBERATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU 17 MAI 2011 1/ OBJET Le présent règlement a pour objet de préciser les règles d organisation

Plus en détail

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN

UTOPIA MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN UTOPIA : MA VILLE HIER, AUJOURD HUI ET DEMAIN Projet à destination des classes de cycle 3 des écoles élémentaires de Strasbourg Les objectifs : Permettre aux enfants de : Découvrir «activement» le Strasbourg

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

PLAN DE VISIBILITÉ DE LA VILLE DE SHERBROOKE LORS D APPUI AUX ORGANISMES

PLAN DE VISIBILITÉ DE LA VILLE DE SHERBROOKE LORS D APPUI AUX ORGANISMES PLAN DE VISIBILITÉ DE LA VILLE DE SHERBROOKE LORS D APPUI AUX ORGANISMES AOÛT 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. PRÉAMBULE... 3 2. OBJECTIFS DE LA POLITIQUE... 3 3. DÉFINITIONS... 3 4. PRINCIPES GÉNÉRAUX... 4

Plus en détail

LES GRANDS NUMISMATES

LES GRANDS NUMISMATES 15 LES GRANDS NUMISMATES François Joyaux JULES SILVESTRE (1841 1918) Jules Silvestre fut le premier grand spécialiste français de la numismatique extrême-orientale. Sa carrière militaire et administrative

Plus en détail

REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE

REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE Département de l AIN Commune de Bellegarde sur Valserine REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE Bilan de la concertation Document réalisé en 2014 par le bureau d études Go Pub La concertation a permis de recueillir

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr

Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Déchets : outils et exemples pour agir www.optigede.ademe.fr Fiche E13 Service de location et lavage de gobelets - SMTD BASSIN EST Monographie complète SMTD Bassin Est (Pyrénées Atlantiques) Année 1 du

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON

FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON PARTIE III (HISTOIRE) : ROME CHAP II : L EMPIRE ROMAIN FICHE DE PRÉSENTATION DE LA LEÇON Comment les empereurs ont-ils assuré-ils la stabilité et la paix de l Empire romain? Comment le modèle romain s

Plus en détail

Jouer et imaginer avec les ballons de baudruche

Jouer et imaginer avec les ballons de baudruche Séance 1 : Le M aura préalablement gonflé autant de ballons que d enfants. Faire asseoir les E en ronde au sol dans le calme. Le M annonce plusieurs séances avec les ballons de baudruche. Mise en garde

Plus en détail

Les Femmes Créoles de Joseph Savart

Les Femmes Créoles de Joseph Savart 1 Les Femmes Créoles de Joseph Savart Un tableau du musée Victor Schœlcher 2 Analyse de l œuvre : 1. Que représente le tableau? 2. Les différentes lignes du tableau 3. Les plans : le cadre d architecture

Plus en détail

DONS ET PRÊTS D ŒUVRES D ART À LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET CRÉATION, COMPOSITION ET MANDAT DU COMITÉ DES ŒUVRES D ART

DONS ET PRÊTS D ŒUVRES D ART À LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET CRÉATION, COMPOSITION ET MANDAT DU COMITÉ DES ŒUVRES D ART Cour Pimale Internationale Le Greffe - International Criminal Court - The Registry Administrative Instruction Instruction administrative Réf. ICC/AI/2015/003 Date : 18 mai 2015 DONS ET PRÊTS D ŒUVRES D

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de

Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de Le présent document a pour objet de définir les modalités d organisation de l élection des délégués du personnel (ou du C E) de Article 1 er : Effectif de l entreprise Nombre de sièges à pourvoir L effectif

Plus en détail

DATE ET LIEU DES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES

DATE ET LIEU DES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES Augustus Titre porté par les empereurs romains, par référence à la dignité accordée au premier d'entre eux, Auguste. NATURE : Sculpture TITRE : Auguste de Prima Porta AUTEURS : Inconnu DATE DE RÉALISATION

Plus en détail

ÉVOLUTION DE LA REPRÉSENTATION DE L'ESPACE

ÉVOLUTION DE LA REPRÉSENTATION DE L'ESPACE ÉVOLUTION DE LA REPRÉSENTATION DE L'ESPACE UN PROBLÈME, UNE MULTIPLICITÉ DE RÉPONSES Le problème est le suivant : Comment représenter un espace en 3 dimensions (hauteur, largeur et profondeur) sur une

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

La Présidence luxembourgeoise

La Présidence luxembourgeoise La Présidence luxembourgeoise Outre la conférence du 2 mai 2005, la Direction de la Consommation a assuré la présidence du groupe Conseil Protection et Information du consommateur dont les dossiers ont

Plus en détail

En ce qui concerne les marques figuratives, vous devez contrôler la similarité sur deux plans: qu est-il représenté?

En ce qui concerne les marques figuratives, vous devez contrôler la similarité sur deux plans: qu est-il représenté? En choisissant votre marque, vous devriez veiller à ce qu elle se distingue suffisamment de marques déjà enregistrées. Une marque peut en effet être exclue de la protection si elle risque d être confondue

Plus en détail

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation

Plateforme AnaXagora. Guide d utilisation Table des matières 1. PRESENTATION DE LA PLATE-FORME D APPRENTISSAGE ANAXAGORA... 3 2. ARCHITECTURE FONCTIONNELLE... 4 3. L APPRENTISSAGE... 5 3.1. L ESPACE DE TRAVAIL... 5 3.1.1. Le calendrier... 5 4.

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

NOM DE LA CAMPAGNE: Groupe Castel, film institutionnel

NOM DE LA CAMPAGNE: Groupe Castel, film institutionnel Nom de l entité déposante : 18-55 (société de production audiovisuelle et studio de création) Nom de l agence conseil ou de l annonceur : Café Crème NOM DE LA CAMPAGNE: Groupe Castel, film institutionnel

Plus en détail

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS

PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS PRESTATIONS DE SERMENT DES AVOCATS C est avec beaucoup de plaisir, monsieur le Bâtonnier FOUQUET, que j ai reçu, comme vous, monsieur le Premier Président, la nouvelle de ce que cette année, les jeunes

Plus en détail

Règlement concours photos «Qu est-ce que le patrimoine bornandin?»

Règlement concours photos «Qu est-ce que le patrimoine bornandin?» La Maison du Patrimoine 305 route de la patinoire 74450 Le Grand-Bornand Tel : +33 (0) 04 50 02 79 18 Email : contact-mdpb@patrimoine-bornandin.fr Règlement concours photos «Qu est-ce que le patrimoine

Plus en détail

- Pourquoi utilise-t-il de nombreuses animalisations tout au long de son livre?

- Pourquoi utilise-t-il de nombreuses animalisations tout au long de son livre? L animalisation Les animalisations sont présentes tout au long du roman «Les Misérables». C est un procédé stylistique qui permet de décrire un personnage avec les traits ou les caractéristiques propres

Plus en détail

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Partez à la découverte de la Cité Phocéenne avec la Société des Amis de l IMA Au cours d un weekend de 3 jours à Marseille, nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Le mariage en 27 questions

Le mariage en 27 questions Le mariage en 27 questions 1. Combien de temps faut-il pour préparer un mariage? L Église catholique demande aux fiancés de se présenter dans leur paroisse au moins un an avant la date souhaitée. Ceci

Plus en détail

Prise de position écrite de la Conférence fédérale des archives communales auprès de l Association des villes et communes allemandes

Prise de position écrite de la Conférence fédérale des archives communales auprès de l Association des villes et communes allemandes Prise de position écrite de la Conférence fédérale 1/6 Prise de position écrite de la Conférence fédérale des archives communales auprès de l Association des villes et communes allemandes Les archives

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Access XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Access XP Aide-mémoire Septembre 2003 Définitions de termes Base de données : Se compare à un énorme classeur ayant plusieurs tiroirs où chacun d eux contient des informations

Plus en détail

HISTOIRE EDUCATION CIVIQUE 2012-2013 M. PUECH

HISTOIRE EDUCATION CIVIQUE 2012-2013 M. PUECH NOM, Prénom Classe HISTOIRE EDUCATION CIVIQUE 2012-2013 M. PUECH Notre année de 6 e en histoire UNE CIVILISATION DE L ORIENT ANCIEN La Mésopotamie au III e millénaire avant Jésus-Christ XI e m. X e m.

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail

LES 7 SECRETS DE SORCIERS

LES 7 SECRETS DE SORCIERS Auteur : Michel MAGIE & SORCIERS LES 7 SECRETS DE SORCIERS www.magie-sorciers.com et www.devenir-sorciers.fr Michel Préface Lorsque l on pratique la magie, ou encore plus lorsque l on désire pratiquer

Plus en détail

ASSEMBLAGE COLLECTIF D ARTS APPLIQUÉS MAGAZINE ET ÉVÉNEMENT ANNUEL «TANZ-LA DANCE SUISSE», BERNE_1996-2000

ASSEMBLAGE COLLECTIF D ARTS APPLIQUÉS MAGAZINE ET ÉVÉNEMENT ANNUEL «TANZ-LA DANCE SUISSE», BERNE_1996-2000 Présentation Le collectif d arts appliqués «ASSEMBLAGE» est composé de collaborateurs spécialisés dans le graphisme, la communication visuelle, l architecture, l architecture d intérieur et le design.

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES

PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES PROGRAMME DE RECONNAISSANCE ET DE VALORISATION DES RESSOURCES HUMAINES, des communications et secrétariat général Novembre 2004 Révisé le 23 octobre 2006 Adopté au comité de direction du 25 octobre 2006

Plus en détail

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour Luc Baptiste Le village et enfin Bleu autour À Édith et Jean Baptiste, mes parents À mon fils Enki image C est une femme dure et triste qui marche dans la cour d un domaine, comme on dit en Allier. Une

Plus en détail

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités

Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Message à l élève À l école secondaire Eurêka Chacun a des droits Chacun a des responsabilités Cette école est ton école et tu es le premier responsable du climat de vie qui y règne. Tu as le droit d y

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

LETTRE DU PERSONNEL DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC AUX MEMBRES DE LA COMMISSION DE LA CULTURE

LETTRE DU PERSONNEL DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC AUX MEMBRES DE LA COMMISSION DE LA CULTURE LETTRE DU PERSONNEL DE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC AUX MEMBRES DE LA COMMISSION DE LA CULTURE ÉTUDE DU PROJET DE LOI NO 160 LOI CONCERNANT LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU QUÉBEC ET MODIFIANT CERTAINES

Plus en détail

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1

TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 TRAVAUX PERSONNELS ENCADRÉS (TPE) 1 1- LES CONDITIONS DE MISE EN OEUVRE PÉDAGOGIQUE DES TPE : LES DOCUMENTS DE RÉFÉRENCE 2- LES TPE : DES ENJEUX D ENCADREMENT FORTS* 3- QUELLE ÉVALUATION?* 1- LES CONDITIONS

Plus en détail

Vue aérienne (Source : Bing Maps)

Vue aérienne (Source : Bing Maps) DÉSIGNATION PATRIMONIALE Plan d urbanisme : Loi sur les biens culturels : Désignation patrimoniale fédérale : Bâtiment d intérêt patrimonial et architectural, situé dans un secteur de valeur intéressante

Plus en détail

La fonction communication en collectivité locale

La fonction communication en collectivité locale Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 2 ème partie La fonction communication en collectivité locale Organisation, missions, moyens et outils Introduction. Les quelques 4000 communes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail

DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 1954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ 7 COM CLT-/7.COM/CONF.0/5 Paris, le 7 novembre 0 Original anglais DEUXIÈME PROTOCOLE RELATIF À LA CONVENTION DE LA HAYE DE 954 POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ COMITÉ POUR

Plus en détail