des hommes, ritualistes. garantissant, les

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "des hommes, ritualistes. garantissant, les"

Transcription

1 Cultes et ritess en Grèce et à Romee Nicole Belayche, Directeur d études à l École pratique des hautes études, section des Sciences religieuses, Paris Anne-Françoise Jaccottet, Université de Genève, chargée de cours en Archéologie classique Dans une conception du monde où des dieux sont à la fois maîtres et garants de la destinée des hommes, qu elle soit individuelle ou communautaire, les cultes et les rites qui sont des medias et des modalités de la communication et du partage entre sphères divine et humaine sont vitaux et quotidiens. Aussi les systèmess religieux grec et romain sont-ils dits ritualistes. Les rites pratiqués par les Grecs et les Romains assurent la sauvegarde de la communauté humaine en garantissant, selon des normes variables, la bonne entente des dieux d et des hommes ce que les Romains appellent la paix des dieux. Ils disent tous comment on se représentait, en Grèce ou à Rome, l essence et la place des êtres humains, ainsi que l ordre du monde et de la société. Ils réactualisent et réaffirment une conception cosmique, fondement de d l identitéé de la communauté et de ses membres, dans et par leur pratique quasi quotidienne, et dans tous registres de la vie publique et privée. Pourtant, par-delà les constantes d un même ritualisme, rites grecs et romains se distinguent, car ils s inscrivent dans un ordre social, juridique même pour Rome, et dans un imaginaire sociétal et cosmique spécifiques à chacune des deux sphères culturelles. Au sein d une même société, les rites varient aussi au gré des divinités particulières invoquées, des d moments du calendrier religieux, de l endroit ou de la collectivité concernée. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LESS COLLECTIONSS DU LOUVRE» 1

2 Les images antiques représentent souvent des épisodes rituels, principalement des sacrifices, soulignant ainsi leur importance. Cependant ces images ne sont pas une reproduction photographique de la réalité mais un discours visuel qui révèle, par-delà ses composantes réalistes, la conception idéale du rite. Le rite effectue le lien entre hommes et dieux, symbolisé par l autel et le temple. Sur l autel, l offrande établit le contact entre les deux sphères. Célèbres ou modestes, tous les sanctuaires fonctionnent autour des mêmes éléments fondamentaux : un autel, une effigie cultuelle divine, des offrandes. Par-delà les différences entre les traditions cultuelles et rituelles grecques, étrusques ou romaines, l autel exprime le sacrifice, et plus largement les dévotions dues aux dieux par les hommes. Il est le lieu de la mise à mort des victimes car le sacrifice garantit la bonne entente avec les dieux, et la sauvegarde de la société et de la cité dans son ensemble. Dans le feu du bûcher allumé sur l autel brûlent les parts de la victime réservées aux dieux qui se nourrissent du fumet ainsi dégagé. Les broches au-dessus des flammes sont garnies de viande que les hommes vont se partager lors du banquet. Il existait aussi une dimension individuelle des pratiques religieuses comme l offrande dans un cadre «privé». Les rites fonctionnent comme des fondements de tous les moments de la vie grecque, des plus intimes aux plus officiels et publics. Le sacrifice est aussi la pratique centrale de la religion romaine d État. Sa représentation, stéréotypée est un discours visuel que les Romains diffusent sur la forme de relation qu ils entretiennent avec leurs dieux Le sacrifice a lieu devant le temple sous les yeux de la communauté du peuple romain. La communication avec le divin dépend du bon état de piété de tous les acteurs et des objets du rituel. C est ce qu expriment les guirlandes accrochées sur la façade du temple ainsi que les ornements de la victime, qui la déclarent pure pour le sacrifice. La procession à travers la Ville, qui précède le sacrifice, permet aux Romains de se mettre en scène. Sa représentation délivre un message d unité politique, d ordre social, de gravité et de piété. La religion romaine étant publique, tous les grands événements de la vie politique et sociale sont placés sous la protection des dieux. Tel est le cas du recensement. Un sacrifice conclut les opérations de recensement au cours duquel un porc, un bélier et un taureau sont offerts à Mars. Ils sont assommés par la hache du victimaire. La scène est très rarement représentée. En effet, la mise à mort n est qu anecdotique parce que la victime est déjà passée symboliquement dans la propriété des dieux. La consultation des entrailles par l haruspice suit la mise à mort de la victime. Elle précède le banquet sacrificiel, distribué aux citoyens. Grec ou romain, le sacrifice permet à la communauté humaine de se définir et de se constituer, sous l'œil des dieux. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 2

3 SCÈNE DE SACRIFICE, CRATÈRE EN CLOCHE Scène de sacrifice, Cratère en cloche Peintre du sacrifice du Louvre Dernier quart du IVe s av. J.-C. H : 0,320 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Sur ce cratère à figures rouges, pièce maîtresse du banquet et de sa convivialité, dans lequel on puisait le vin mélangé à l eau pour les convives, hommes et dieux se côtoient à des registres ou dans des positions différents. Poséidon, assis, se reconnaît à son trident ; au registre supérieur, Apollon tient son laurier. En revanche, les figures qui encadrent l autel l homme barbu debout sur la droite et le jeune homme couronné, main tendue au-dessus de l autel appartiennent clairement au monde des hommes. C est le rite qui effectue le lien entre hommes et dieux. Il est symbolisé par l autel et le temple soulignés par le rehaut blanc qui résument visuellement l expression de la piété et la dévotion. L offrande sur l autel établit le contact entre les deux sphères, ou le rétablit si l on se place dans la perspective du mythe prométhéen selon Hésiode. Les figures, divines et humaines, sont couronnées. C est un signe de la fête, d un moment hors du commun, distinct de la quotidienneté ; un moment circonscrit, comme est circonscrit le sanctuaire, souvent nommé temenos, ce qui renvoie à la notion de portion de territoire découpée et réservée. Le peintre a représenté toutes les figures, humaines comme divines, avec la même couronne soulignée de couleur claire, pour insister sur la communauté festive créée, pour le temps de la fête, entre homme et dieux. Qui pourrait dire, d ailleurs, si la figure identifiée comme Poséidon est bien le dieu qui assiste directement au sacrifice, ou bien son prêtre? L ambiguïté est entretenue. L image, et ses potentialités, donnent à voir tout l imaginaire du sacrifice et les fondements d un rite efficace. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 3

4 SANCTUAIRE RUSTIQUE, LÉCYTHE À FIGURES ROUGES Sanctuaire rustique, Lécythe à figures rouges Vers av. J.-C. H : 0,154 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Qu ils soient grandioses et célèbres dans tout le monde grec, ou modestes, campagnards et fréquentés par le seul voisinage direct, tous les sanctuaires fonctionnent religieusement autour des mêmes éléments fondamentaux : un autel pour les sacrifices, une effigie cultuelle divine, des offrandes. C est ce résumé fonctionnel que présente ce lécythe. Devant l autel en pierre et sculpté d une grecque, un pilier hermaïque (représentation d Hermès en forme de pilier) ithyphallique figure sans ambiguïté le dieu en tant qu effigie, et non en tant qu entité agissante présentifiée. Le caducée peint sur le côté identifie volontairement Hermès par l un de ses attributs. Au-dessus de l autel un pinax est suspendu : cette tablette de bois ou de terre cuite représente la mémoire d une offrande laissée par un fidèle, tout autant qu elle est un signe visuel pour dire la sacralité du lieu. Le bucrane (crâne de bœuf) à l extrême droite joue un rôle de symbole mémoriel de l efficience des rites sacrificiels pratiqués dans le sanctuaire. Nombreux devaient être ces sanctuaires «minimalistes», qui rythmaient le territoire et inscrivaient profondément la ritualité dans le paysage quotidien. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 4

5 HOMME DEVANT UN AUTEL, PLAQUE DE TERRE CUITE PEINTE Homme devant un autel, Plaque de terre cuite peinte, dites plaque Campana 3ème quart du VIe s av. J.-C. H : 1,24 m ; L : 0,59 m RMN Musée du Louvre/ Hervé Lewandowski L autel est bien le point de contact et d articulation entre hommes et dieux. Cœur nécessaire et efficace du sacrifice, il peut à ce titre figurer à lui seul le rite dans toute son efficience. Telle est l option visuelle, par focalisation, qu a choisie pour cette plaque de terre cuite provenant de Cerveteri un peintre étrusque du 3ème quart du VIe siècle avant notre ère. L image rappelle que l autel est une construction bien humaine, sur laquelle pourront être déposées et transformées, par le feu notamment, les offrandes. Aucun autel n est jamais présenté comme un don des dieux. C est aux hommes de l ériger pour créer les conditions du sacrifice et, donc, des bons rapports entre hommes et dieux. Qu il soit fait de briques polychromes comme ici, ou artistement sculpté dans le marbre, ou encore construit avec un amas de cailloux ou de gazon, seules comptent sa fonction et l efficacité des rites qui s y déroulent, La plaque évoque ces derniers par la présence d un officiant, par le feu qui brûle à sa surface et peut-être aussi par le lébès (bassin rituel) qui repose sur une colonnette disposée sur le rebord de l'autel. Par-delà les différences entre les traditions cultuelles et rituelles grecques, étrusques ou romaines, l autel est un espace du rite qui porte en lui suffisamment de sens pour exprimer, métonymiquement, le sacrifice, et plus largement les dévotions dues aux dieux par les hommes. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 5

6 SCÈNE DE LIBATION, PÉLIKÈ À FIGURES ROUGES Scène de libation, Pélikè à figures rouges, Peintre d Argos Vers av. J.-C. H : 0,305 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Même allumé, comme sur cette pélikè (type d amphore à panse), l autel n induit pas automatiquement un sacrifice sanglant, loin s en faut. La libation est un acte rituel central. De l œnochoé (vase à puiser et à verser le vin) que tient la femme à droite coule le divin breuvage dans une phiale tendue par l homme au-dessus de l autel. La phiale est une coupelle sans pied, d origine perse, que l on tient par le bord et par dessous, grâce à l omphalos («nombril») central, concave, où les doigts peuvent s accrocher. Si l œnochoé a de multiples emplois, dans les banquets notamment pour remplir la coupe des convives, la phiale est un ustensile réservé à l usage rituel. En passant de l œnochoé à la phiale puis à l autel allumé, le vin ainsi répandu acquiert un statut rituel qui donne tout son sens à l acte cultuel de la libation, ici en contexte domestique. Le couple représenté de part et d autre de l autel exprime le fondement familial au sens moderne du terme, de la société ; il évoque l oikos (la maisonnée) comme pivot et base de la cité. Le bon rapport entre les hommes et les dieux concerne la cité, autant par le biais de ses représentants officiels que par celui de tout citoyen dans le cadre de son oikos. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 6

7 ATHÉNA ET HÉRACLÈS, OENOCHOÉ À FIGURES ROUGES Athéna et Héraclès, Oenochoé à figures rouges Peintre des Niobides Vers 450 av. J.-C. H : 0,260 m 2000 Musée du Louvre /Marine Beck-Coppola Cette œnochoé représente sur une de ses faces, de part et d autre d un autel, un homme et une femme, lui tenant la phiale, elle l œnochoé, selon un schéma classique et récurrent des scènes de libation. Quelques éléments figuratifs font toutefois basculer la scène sur un plan différent. La femme est Athéna, reconnaissable à son casque et à sa lance ; l homme est Héraclès, comme l indiquent la peau de lion, l arc et le carquois qui l identifient. Au-delà des rapports étroits de patronage qui lient la déesse au héros, dans les mythes par exemple, le rite figuré, selon un schéma représentatif tout humain, est ainsi transposé au niveau héroïco-divin. Certes, Athéna la déesse «en personne» ou sa statue? ne verse pas le vin dans la phiale tenue au-dessus de l autel par Héraclès ; la libation, représentée en puissance dans et par les éléments figuratifs choisis, n en est pas moins affichée comme le lien privilégié avec le divin, quel que soit le statut respectif des figures en présence. Le bâton sur lequel s appuie Héraclès, signe caractéristique du citoyen honorable, renforce encore ce jeu sur les catégories. C est la toute-puissance du modèle rituel que le peintre a choisi d exprimer. L arbre placé derrière l autel se prête à deux niveaux de lecture : comme signe paysager, il dit, de façon minimaliste, la dimension «naturelle» des sanctuaires, extra-urbains, comme urbains bien souvent ; par son espèce c est un olivier, il redouble visuellement la présence d Athéna, «inventrice» de l olivier dont le prototype se trouve sur l Acropole d Athènes. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 7

8 SACRIFICE D UN PORC, COUPE À FIGURES ROUGES Sacrifice d un porc, Coupe à figures rouges Peintre d Epidromos Vers av. J.-C. D : 0,198 m RMN Musée du Louvre / Stéphane Maréchalle L autel est aussi le lieu de la mise à mort rituelle des victimes sacrificielles. La violence est clairement mise en scène dans ce médaillon de coupe. Si la mise à mort n est pas représentée, les éléments en présence sont suffisamment éloquents. La machaira, un couteau à forme caractéristique réservé à l égorgement rituel, tenue par le sacrificateur debout torse nu, est montrée ici prête à l emploi, dans une gestuelle dynamique sans équivoque. L autel de pierre porte sur sa face des traces de sang, soigneusement soulignées par le peintre. Le couteau rituel est rarement représenté sur les images grecques ; il n apparaît le plus souvent que dans des scènes de sacrifice déviant (sacrifice humain ou étranger). Sa présence rituelle indispensable est toutefois régulièrement sous-entendue par la figuration de la corbeille (kanoun) dans laquelle il est transporté, dissimulé sous des grains. Les traces de sang sur l autel sont en revanche très courantes sur les images, pour exprimer visuellement l effectivité du rite d égorgement et la fonctionnalité rituelle de l autel. Un porcelet, tenu par un jeune homme torse nu, est ici la victime du sacrifice. Chaque sacrifice est un cas particulier. Il a ses propres exigences, en matière de victime notamment. Un même dieu ne recevra pas les mêmes victimes selon la fête, le lieu, les circonstances, le règlement du sanctuaire. Des calendriers sacrificiels précis sont donc nécessaires au bon déroulement des divers rituels ; pour l observateur moderne, ils sont la marque du fonctionnement de ce que nous appelons le «polythéisme». MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 8

9 SCÈNE DE SACRIFICE À APOLLON, CRATÈRE À FIGURES ROUGES Scène de sacrifice à Apollon, Cratère à figures rouge Peintre de Pothos Vers av. J.-C. H : 0,332 m RMN Musée du Louvre/ Les frères Chuzeville Cette représentation du sacrifice met en scène différents moments du rituel. La «compression» temporelle vise à exprimer de façon synthétique l essence du sacrifice et son résultat, c est-à-dire la bonne entente des hommes et des dieux, garante de la sauvegarde de la société et de la cité dans son ensemble. L homme barbu debout à la gauche de l autel est le «maître de cérémonie» ; il est assisté dans son service rituel par un jeune homme, à droite, qui verse une libation sur l autel, et par un plus jeune garçon, à gauche derrière lui, qui tient au-dessus de la flamme des broches enfilées de parts de viande destinées au festin sacrificiel des hommes. Les trois classes d âges, pareillement couronnées, et représentant autant de statuts distincts, signifient la participation de la société dans son intégralité au rituel sacrificiel, par délégation représentative de ses composantes. Une figure imberbe debout tout à droite observe le rituel en cours. C est Apollon, destinataire du sacrifice, qu identifie la hampe de laurier qu il tient en main droite, et dont le laurier en pied figuré derrière l autel est un écho significatif. Est-ce le dieu en personne qui assiste à son sacrifice? Est-ce la statue de culte, présentée non comme telle mais de façon «vivante»? Ou bien est-ce le prêtre, un homme, qui revêt (comme cela est courant) la livrée du dieu pour officier comme garant du rituel effectué? Les potentialités de l image permettent de dépasser ces questions rationnelles pour insister plutôt sur l efficacité du rituel qui transcende la réalité du monde. L image exprime l ambiguïté constitutive d un discours sur la présence divine dans et par le rituel. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 9

10 SCÈNE DE SACRIFICE, OENOCHOÉ À FIGURES ROUGES Scène de sacrifice, Oenochoé à figures rouges Peintre de Craipalé Vers av. J.-C. H : 0,215 m RMN Musée du Louvre/ Hervé Lewandowski Le sacrifice est communication et partage, entre les hommes et les dieux tout d abord, bien que leurs parts respectives soient clairement distinguées. Sur cette scène peinte sur la panse d une œnochoé, dans le feu du bûcher allumé sur l autel brûlent déjà les parts de la victime (les os longs) réservées aux dieux qui se nourrissent du fumet ainsi dégagé. Les broches tenues au-dessus des flammes par un jeune assistant sont garnies d une partie des viandes (les viscères en général) que les hommes vont se partager lors du banquet, l autre partie étant bouillie dans des chaudrons (une opération qui est très rarement représentée). Ce partage de la victime entre les hommes et les dieux est aussi partage des parts comestibles entre les hommes au banquet, ainsi que partage du bénéfice du sacrifice par la communauté dans son ensemble, symbolisée par le citoyen appuyé sur son bâton à gauche. Les couronnes portées par les participants à la cérémonie sont un marqueur tangible du temps spécial que représente ce moment de partage au cours duquel se fonde et se refonde régulièrement la société des hommes face aux dieux. Au sacrifice sanglant et à la libation s ajoute enfin, ici, la prière ou l invocation, signifiée par le geste de la main gauche de l officiant principal, au moment de la libation. Aux actes s articulent les paroles, qui activent et parachèvent tout à la fois la communication et le partage induits par le rituel sacrificiel dans ses différentes composantes. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 10

11 ANTHESTÉRIES, OENOCHOÉ À FIGURES ROUGES Anthestéries, Oenochoé à figures rouges, (chous) Vers 430 av. J.-C. H : 0,082 m RMN Musée du Louvre/ Gérard Blot Les rites, et les éléments pratiques qui leur sont liés comme l autel et le pilier hermaïque à droite sur ce vase, marquent le paysage quotidien, en ville comme à la campagne, chez soi comme dans l espace public. Ils ponctuent aussi la vie des hommes dès l enfance. Ils les intègrent par degré à la société et les préparent à leur rôle futur de citoyens, actifs dans tous les registres de la vie publique, dont l aspect religieux est une composante essentielle. Cette image évoque la fête dionysiaque des Anthestéries, célébrée pendant trois jours vers la fin de notre mois de février à Athènes. Les enfants de trois ans environ y étaient fêtés lors du second jour des festivités, appelé significativement jour des Choes. Un vase miniature, le chous (pl. choes), sorte d œnochoé globulaire, leur était offert à cette occasion : il reprenait la forme des choes d une contenance légèrement supérieure à trois litres grâce auxquels les hommes rivalisaient ce jour-là dans un concours de boisson. Retrouvés en abondance dans des tombes d enfant, ces choes miniatures figurent le plus souvent de jeunes garçons avec un chariot, comme ici, ou d autres jouets, dans un espace ritualisé par la présence d éléments matériels comme un autel ou une effigie-pilier. L iconographie choisie, comme la fabrication même de ces vases miniatures, sont un signe de l intégration des enfants mâles, sortis des plus grands dangers des premiers temps de vie, à la vie sociale et citoyenne, dans et par sa dimension rituelle. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 11

12 MÉNADES RENDANT UN CULTE DIONYSIAQUE, STAMNOS À FIGURES ROUGES Ménades rendant un culte dionysiaque, Stamnos à figures rouges Peintre d Eupolis Vers av. J.-C. H : 0,390 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Si les rites sacrificiels peuvent se décliner selon un schéma commun et stéréotypé, les particularités sont tout autant constitutives de la pratique cultuelle antique, signes tangibles de l approche «polythéiste» des relations au divin, guidées par les circonstances. Sur ce stamnos (vase contenant du vin mélangé), l effigie de Dionysos est un montage éphémère : un pilier est habillé d un manteau et d une tête ou face du dieu. Au même Dionysos renvoie aussi le thyrse (devant lui) : cette hampe garnie de lierre est un de ses attributs, autant qu un objet lié au rituel proprement bachique, et un signe distinctif des bacchantes et bacchants. Le rite représenté semble double, à l image du dieu auquel il s adresse, à la fois dieu du panthéon à part entière et dieu toujours à part. Faisant face au dieu, une femme, significativement du côté du thyrse, lui présente respectueusement, dans un canthare, le vin pur qui est sa marque et son apanage : le rite est original et dionysiaque. Derrière l effigie divine, en revanche, est figurée une scène qui renvoie à un sacrifice parfaitement «traditionnel»: une autre femme tient le kanoun, la corbeille habituelle du sacrifice, en main gauche et une œnochoé contenant du vin mélangé destiné à une libation dans sa main droite. Aucun autel n est pourtant représenté, mais simplement une trapeza table à trois pieds utilisée notamment pour les banquets sur laquelle reposent la viande désossée issue de la victime sacrificielle et des pains. Ces signes évoquent la convivialité du banquet qui suit le sacrifice. Le sacrifice sanglant, bien que non représenté, est néanmoins présent, mais dans une temporalité distanciée. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 12

13 DÉPART DU GUERRIER, OENOCHOÉ À FIGURES ROUGES Départ du guerrier, Oenochoé à figures rouges Vers 410 av. J.-C. H : 0,226 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Les sacrifices, les libations et autres rites n étaient pas réservés aux seules fêtes religieuses, importantes ou plus modestes, inscrites aux calendriers sacrificiels. De nombreuses occasions, d ordre domestique notamment, donnaient lieu à des manifestations rituelles. Cette œnochoé représente le cas bien connu d un départ de guerrier, la guerre ayant été longtemps le quotidien des cités grecques. À gauche de l autel se tiennent deux femmes ; la plus proche tient la phiale et l œnochoé, les deux ustensiles nécessaires et suffisants au rite de libation. Face à elles, de l autre côté de l autel, un jeune homme en cuirasse, armé de deux javelines et coiffé d un pétase est un cavalier prêt à partir au combat. L arbre qui se dresse derrière l autel est garni de pinakes, ces tablettes votives qui contribuent à créer l ambiance sacrée du lieu autant qu elles en sont l expression. Cette libation familiale au moment du départ à la guerre d un membre de la maisonnée, exprime la place centrale des rites, à l intersection entre vie privée et société, et l articulation entre le microcosme de l oikos et le macrocosme de la cité. Les rites, dans leur diversité foncière et spécifique basée sur un «patron» commun reconnaissable, fonctionnent comme des fondements et des pivots de tous les moments de la vie grecque, des plus intimes aux plus officiels et publics. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 13

14 JEUNE FILLE FAISANT UNE LIBATION Jeune fille faisant une libation, figurine en terre cuite IIIe s av. J.-C. H : 0,160 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Tout de retenue, d intimité et de grâce, le geste rituel de cette jeune fille en terre cuite, retrouvée dans un tombeau de Myrina, ouvre vers la dimension individuelle des pratiques religieuses. A moitié agenouillée devant une vasque sur pied contenant diverses offrandes végétales (des fruits?), elle semble y verser le contenu d un récipient disparu. C est une dévotion d ordre personnel qui nous est donnée à voir dans cette fine statuette du type de Tanagra. Elle rappelle à la fois la multiplicité des formes que peut prendre la pratique rituelle et la variation constante de ses circonstances. L arc de ces occasions s étend de l hécatombe des grandes fêtes poliades qui met en branle tous les rouages, publics et domestiques, de la communauté jusqu à l offrande individuelle d une jeune fille dans un cadre «privé», de la libation familiale au moment du départ d un guerrier ou du dépôt à titre personnel d un ex-voto dans un sanctuaire campagnard jusqu à la participation communautaire à un sacrifice officiel et public. L ensemble de ces occasions rituelles, dans les formes variées qu elles connaissent, constitue le tissu religieux antique, aux mailles bien serrées, à la fois garant et fondateur de l ordre social dans son ensemble. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 14

15 SCÈNE DE SACRIFICE DEVANT UN TEMPLE Scène de sacrifice devant un temple, Monnaie de Domitien BnF BnF, Paris Le sacrifice (sacrificium) est la pratique centrale de la religion romaine d État. C est un rituel de communication qui, en rendant une offrande sacrée (sacrum facere), la fait passer du monde des hommes dans celui des dieux. Sa représentation, stéréotypée quel que soit le support de l image, est un discours visuel que les Romains diffusent sur la forme de relation qu ils entretiennent avec leurs dieux. Les codes iconographiques disent le caractère public du rite pratiqué par les représentants de l État pour la collectivité (respublica) et les conditions rituelles et pratiques de la cérémonie. Cette monnaie de l empereur Domitien, le dernier des empereurs de la dynastie flavienne (81-96), frappée par décision sénatoriale (S C dans le champ en bas), en figure deux étapes. À droite, l entrée en relation avec la divinité se fait très normalement par une libation par l encens et le vin. Nous sommes devant le temple, car le sacrifice a toujours lieu à l extérieur de façon à se faire sous les yeux de la communauté du peuple romain. Le magistrat public qui officie au nom de cette communauté c est ici l empereur debout, tête découverte selon le rite grec fait, avec une patère (large coupelle sans pied à usage rituel), la libation préliminaire sur l autel fumant qui est devant lui. Les deux musiciens qui lui font face représentent la pureté sonore nécessaire au bon déroulement de la communication. À gauche, deux autres assistants, dont le victimaire chargé de la mise à mort, se préparent à assommer le taureau qui a été «rendu sacré» par l immolatio, le rite (non représenté ici) qui l a fait entrer dans la propriété du dieu. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 15

16 PRÉPARATIFS D UN SACRIFICE Préparatifs d un sacrifice, Relief architectural Troisième quart du Ier s, premier quart du IIe s Marbre H : 1,72 m ; L : 2,11 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Ce fragment de relief, trouvé à Rome, montre de plus près les conditions rituelles nécessaires à une communication réussie avec les dieux. Elle passe d abord par un état de piété de la part de tous les acteurs et objets du rituel, proclamé ici visuellement sur le fronton du temple de gauche. Dans sa partie gauche sont gravés deux objets rituels utilisés pendant le sacrifice, l aspersoir et la louche nécessaire lors de la libation par le vin ; à droite les attributs de deux prêtres, le bâton de l augure (chargé d examiner la volonté des dieux) et le bonnet du flamine (prêtre d une divinité particulière) complètent la déclaration visuelle de pietas. La scène sacrificielle se passe à l extérieur, sub luce. L espace est symboliquement déclaré pur au moyen des guirlandes accrochées sur la façade du temple de droite. Au premier plan les acteurs du rituel sont tous les quatre couronnés de laurier, peut-être pour signifier qu il s agit d un sacrifice offert à l occasion du départ ou du retour de l empereur d une campagne militaire. Mais ils se distinguent par leur vêtement. À gauche, les deux personnages en toge dont le flutiste (tubicen) qui assure la pureté sonore de la cérémonie sont citoyens romains. À droite, poitrine découverte et bien musclés, sont figurés les appariteurs serviles, chargés de conduire, puis d abattre, la victime sacrificielle. Le taureau, victime de Jupiter, fait masse au centre de la composition. Affiché comme pur et valide pour le sacrifice par ses ornements - diadème en forme de pelte (bouclier ancré) et cornes et col enguirlandés -, il apparaît placide, comme un participant à part entière du rituel. Pourtant les muscles tendus et la veine gonflée de l esclave qui lui tient la bride indiquent assez la contrainte exercée sur lui. À ce stade préliminaire du sacrifice, la bête, qui n est pas encore consacrée pas encore «immolée» est figurée comme participant du monde des hommes. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 16

17 FRAGMENT DE L ARA PACIS Fragment de l Ara Pacis, relief architectural Entre 13 et 9 av. J.-C. Marbre H : 1,14 m ; L : 1,47 m RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Le sacrifice proprement dit est l aboutissement de cérémonies au déroulement complexe. Elles ont souvent commencé par une procession à travers la Ville, l Vrbs, qui permet à la communauté romaine de se mettre en scène face à elle-même. Ce fragment de relief provient de l Autel de la Paix (Ara Pacis). Sa construction fut décidée par le Sénat pour célébrer le retour victorieux d Auguste après ses campagnes de Gaule et d Espagne. Dans son «testament» (les Res gestae), le Princeps écrit que le Sénat «décréta que les magistrats, les prêtres et les vierges Vestales [ y] procéderaient à un sacrifice anniversaire» Sur le mur extérieur, donc bien visible, de l autel inauguré en 13 avant notre ère, est figurée une procession : elle rassemble, selon un ordre hiérarchique bien précis, Auguste lui-même accompagné de la famille impériale et des représentants des corps constitués, religieux (les prêtres des grands collèges sacerdotaux) et civils (les magistrats). L esthétique de la représentation délivre un message d unité politique, d ordre social, de gravité et de piété, toutes conditions nécessaires à l efficacité des cérémonies religieuses, donc à un avenir heureux, symbolisé par la main affectueuse posée sur la tête du plus petit enfant. L ambiance est calme, les visages conservés recueillis. Les participants, en famille (non identifiée ici), avancent dignement : les hommes portent la toge du citoyen et les femmes, des matrones, ont recouvert leur stola (sorte de robe) d un manteau. Tous, même les enfants, participent de la pureté rituelle indispensable, représentée avec les rubans qui retombent sur le dos de la femme à droite et de l enfant qui la suit, la couronne de laurier à la grecque dont l homme à droite a ceint sa tête, et le bouquet de laurier tenu par la femme (au centre) et le petit enfant (derrière elle) dans leur main gauche. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 17

18 AUTEL DIT DE DOMITIUS AHÉNOBARBUS RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Autel dit de Domitius Ahénobarbus, relief architectural Fin du IIe s av. J.-C. Marbre H : 0,80 m ; L : 5,60 m La religion romaine étant publique, tous les grands événements de la vie politique et sociale sont placés sous la protection des dieux dont on invoque la bienveillance. Ce qu on a longtemps appelé «l autel de Domitius Ahenobarbus», et qu on identifie plutôt désormais comme un piédestal, représente la cérémonie du recensement qui avait lieu tous les cinq ans sous le patronage du dieu Mars (la figure casquée à la droite de l autel). La scène se déroule sur son «champ», donc hors du pomerium (la limite sacrée de Rome), car l enregistrement des citoyens selon leur niveau de fortune (leur cens) déterminait l organisation de l armée romaine ; deux couples de fantassins en armes ponctuent la scène à droite et à gauche. Encadré de deux colonnes, l ensemble du bandeau condense des moments différents des opérations de recensement. La scène de gauche représente l enregistrement. Un greffier assis inscrit sur une tablette les indications de patrimoine que lui communique un citoyen, debout en toge, qui tient dans sa main gauche des documents écrits pour appuyer ses dires. D autres attendent leur tour ou s en retournent une fois le devoir accompli, comme, à l autre bout du bandeau, le cavalier venu avec son «cheval public», signe de son appartenance au deuxième ordre privilégié de l État, les chevaliers. Le magistrat chargé des opérations est le censeur, debout à la gauche de l autel. Il procède à la première étape du sacrifice concluant les opérations d enregistrement, la libatio. Son visage est tourné vers les trois bêtes qui vont être offertes à Mars. Comme pour les scènes de procession, l esthétique diffuse un message d ordre et de concorde, entre les hommes et entre les hommes et le dieu. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 18

19 LA PROCESSION, AUTEL DIT DE DOMITIUS AHÉNOBARBUS RMN Musée du Louvre/ Hervé Lewandowski La Procession, Autel dit de Domitius Ahénobarbus, (détail) relief architectural Fin du IIe s av. J.-C. Marbre Ce détail montre les animaux offerts à Mars lors du sacrifice qui conclut les opérations de recensement (le lustrum). Le sacrifice de trois bêtes le taureau/taurus, le bélier/ovis et le porc/sus (suovetaurile en ordre croissant) est propre à Mars. Les animaux sont représentés en procession, dans un ordre décroissant parfait pour l équilibre esthétique de la scène. Ils sont menés par des appariteurs serviles, reconnaissables à leur pagne et à leur poitrine découverte, couronnés pour indiquer leur pureté rituelle ; en arrière-plan, deux autres appariteurs portent palme et étendard. Avant d arriver à l autel, la procession sacrificielle a fait trois fois le tour de la communauté rassemblée, de façon à circonscrire le populus sur lequel on appelle la protection du dieu. Les bêtes sont conformes pour le sacrifice intègres et sans défaut apparent - comme l indiquent la bande d étoffe (le dorsuale) qui ceint le corps du taureau et le ruban à pompon attaché à son oreille. Malgré la masse puissante du taureau (qui renvoie un écho visuel à la taille de la divinité), l esclave a à peine besoin de le maintenir. Car, à l image de l ordre qui règne dans une procession humaine, les animaux aussi font partie de la communauté, tant qu ils n ont pas été marqués sur l échine par la mola salsa (une pâte faite de farine d épeautre, de sel et de sang) ce qui constitue l étape rituelle de l immolation qui les fait passer au plan du droit dans la propriété des dieux. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 19

20 LE SACRIFICE, AUTEL DIT DE DOMITIUS AHÉNOBARBUS RMN Musée du Louvre / Hervé Lewandowski Le Sacrifice, Autel dit de Domitius Ahénobarbus, (détail) relief architectural Fin du IIe s av. J.-C. Marbre Cet autre détail du monument dit de Domitius Ahenobarbus figure la scène centrale et principale du relief qui exprime symboliquement la relation entre Rome et ses dieux. Le sacrifice qui clôt les opérations du census est offert au dieu Mars qui patronne les activités militaires. Sa divinité est affirmée par une taille surhumaine, au point que le haut de son aigrette disparaît sous la limite supérieure du relief. La position de Mars, réputé père des jumeaux qui ont fondé Rome, est donc double. D un côté, debout à la droite de l autel symétriquement au censeur, il appartient à la communauté des Romains dont il est un dieu public ; mais, en tant que dieu, il en est ontologiquement un membre supérieur et extérieur, comme l indique aussi son pied gauche qui est le seul à dépasser le cadre du relief. Mars est représenté selon un canon traditionnel : en habit militaire, cuirassé et casqué, il tient la lance dans la main droite et appuie son avant-bras gauche sur un bouclier, lui-même appuyé sur l autel comme pour en déclarer la propriété. Face à lui le censeur, tête couverte conformément au rite romain, lui offre la libation préliminaire au sacrifice, rituel par lequel le dieu et les hommes sont mis en présence. L autel de pierre n est pas encore allumé pour la libation par l encens. Un enfant, un camillus de bonne famille, verse du vin dans une patère tenue par le magistrat-officiant, qui vérifie du regard une dernière fois que la procession du sacrifice arrive correctement à l autel. MÉDIA DOSSIERS DU LOUVRE «DIEUX, CULTES ET RITUELS DANS LES COLLECTIONS DU LOUVRE» 20

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V.

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V. L EMPIRE ROMAIN étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle Détail du piédestal de la statue d Aponius Cherea (II siècle) musée archéologique de Narbonne Source : Service

Plus en détail

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC

FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON. PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC FICHE DE PRESENTATION DE LA LEÇON Ziggourat d Ur en Irak aujourd hui (source : internet). PREMIERE PARTIE : L ORIENT ANCIEN AU IIIe MILLENAIRE AVANT JC Comment sont organisées les premières civilisations

Plus en détail

Sommaire DOSSIER DE PRESSE. Communiqué de presse 3. Renseignements pratiques 4. Présentation 5. Parcours 7. Publication 12

Sommaire DOSSIER DE PRESSE. Communiqué de presse 3. Renseignements pratiques 4. Présentation 5. Parcours 7. Publication 12 DOSSIER DE PRESSE Sommaire Communiqué de presse 3 Renseignements pratiques 4 Présentation 5 Parcours 7 Publication 12 Autour de la présentation 13 Richelieu 28 octobre 2013 I 31 octobre 2015 COMMUNIQUÉ

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

ESPACE VIVRE PEDAGOGIQUE A LA ROMAINE L ESPACE PEDAGOGIQUE

ESPACE VIVRE PEDAGOGIQUE A LA ROMAINE L ESPACE PEDAGOGIQUE ESPACE VIVRE PEDAGOGIQUE A LA ROMAINE L ESPACE PEDAGOGIQUE Le musée propose un espace pédagogique à disposition des enseignants et de leurs élèves. Il aborde plusieurs thématiques en relation avec l espace

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

REVUE BELGE ET DE SIGILLOGRAPHIE. PUBLIÉE DJRE.CTEURS: - 1929 - QUATRE-VINGT-UNIEME ANNEE BRUXELLES. PALAIS DES ACADf.MIES

REVUE BELGE ET DE SIGILLOGRAPHIE. PUBLIÉE DJRE.CTEURS: - 1929 - QUATRE-VINGT-UNIEME ANNEE BRUXELLES. PALAIS DES ACADf.MIES REVUE BELGE DE NUMISMATIOUE ET DE SIGILLOGRAPHIE. PUBLIÉE SOUS LES AUSPICES DE LA SOCIÉTÉ ROYALE DE ndmismatioue DJRE.CTEURS: MM. VrCTOR TOURNEUR ET MARCEL HOC - 1929 - QUATRE-VINGT-UNIEME ANNEE BRUXELLES

Plus en détail

Thème : La civilisation grecque. Chapitre n 1 Au fondement de la Grèce : cités, mythes, panhellénisme

Thème : La civilisation grecque. Chapitre n 1 Au fondement de la Grèce : cités, mythes, panhellénisme Thème : La civilisation grecque Chapitre n 1 Au fondement de la Grèce : cités, mythes, panhellénisme 1 Point de départ : C est quoi un Grec? Introduction : Dans l Antiquité, la Grèce est formée d une multitude

Plus en détail

LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE

LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE LES MOSAIQUES DU CREDIT AGRICOLE Au I er siècle après Jésus-Christ, la ville romaine d Arles (photo ci-dessous) est entourée de remparts. Elle comporte de grandes rues principales appelées Cardo et Decumanus.

Plus en détail

L ORIENT ANCIEN. Sculptures du jardin de Babylone. Roi de Mésopotamie

L ORIENT ANCIEN. Sculptures du jardin de Babylone. Roi de Mésopotamie L ORIENT ANCIEN Sculptures du jardin de Babylone Roi de Mésopotamie I] L Ecriture pour compter et conter. Introduction : a) L Ecriture est née vers -3500, au milieu du IVème millénaire avant notre ère

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie Maquette à construire La domus de Vieux Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie 2005 Service Départemental d Archéologie du Calvados, édition 2005. Présentation de la domus de Vieux

Plus en détail

THEME 2 : MONDE ANTIQUE

THEME 2 : MONDE ANTIQUE 16 CHAPITRE DEUX: CITOYENNETÉ ET EMPIRE A ROME (I-III SIÈCLE AP JC). CHAPITRE DEUX : CITOYENNETÉ ET EMPIRE À ROME AU Ie - IIIe SIECLES AP J.C. INTRODUCTION CARTE DE L EMPIRE AU II AP JC. 1 / Quelle est

Plus en détail

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE

L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE L'ENTREPRISE À L'ŒUVRE Rapprocher la culture et le monde du travail en offrant aux salariés une rencontre au quotidien avec l art, tel est le but de L Entreprise à l œuvre, opération organisée sous l égide

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

SEQUENCE II- AU FONDEMENT DE LA GRÈCE : CITÉS, MYTHES, PANHELLÉNISME. Problématique générale: Sur quoi repose l unité du monde grec?

SEQUENCE II- AU FONDEMENT DE LA GRÈCE : CITÉS, MYTHES, PANHELLÉNISME. Problématique générale: Sur quoi repose l unité du monde grec? SEQUENCE II- AU FONDEMENT DE LA GRÈCE : CITÉS, MYTHES, PANHELLÉNISME Problématique générale: Sur quoi repose l unité du monde grec? SÉANCE1-ETUDE DE CAS- LA FONDATION D UNE NOUVELLE CITÉ, MASSALIA Prob:

Plus en détail

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem.

Vieu X. à Vieux. Il y a bien longtemps... Il y a bien long. Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien longtemps... bien longtem. Il y a bien long Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... Il y a bien longtemps... a bien longte Il y a bien lon longtemps... Il y a bien longtemps... Il

Plus en détail

Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants).

Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants). Rappels sur l Antiquité («conducteur» pour les enseignants). J utilise avec les élèves le manuel CE2 Histoire Géographie édité par Les ateliers Hachette (j adore cette collection). Les illustrations ci

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN

RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN KIT RITUELLIQUE N 4 DISPOSITION DES BOUGIES BOUGIE BLANCHE 1 BOUGIE NOIRE 2 BOUGIE ROUGE 3 BOUGIE MARRON 4 BOUGIE BLEUE MARINE 5 BOUGIE CELESTE 6 GRANDES BOUGIES

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le

Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le Témoignages recueillis lors de nos rencontres VATICAN II à Richebourg et Laventie. Le 22/10/2012. I Souvenirs. - d un grand renouveau dans l Eglise- l église. Les chrétiens aspiraient à ce renouveau. On

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte

*L'écriture en Mésopotamie et en Égypte *L'écriture en Mésopotamie et en Égypte -4000 à -3000 Le calculi L agriculture est une activité économique très importante en Mésopotamie. Cependant, le territoire n est pas riche en ressources naturelles

Plus en détail

omain une Anubis, le dieu d un Représenter r des l enfantement. Incarnant

omain une Anubis, le dieu d un Représenter r des l enfantement. Incarnant Représenter les dieux en Égypte et dans le monde gréco-ro omain Françoise Dunand, Professeure émérite d histoire des religions à l Université de Strasbourg, Spécialiste des cultes de l Égypte hellénistique

Plus en détail

La religion au temps des Romains. Annabelle Heugas 4eme A 2005-2006

La religion au temps des Romains. Annabelle Heugas 4eme A 2005-2006 La religion au temps des Romains Annabelle Heugas 4eme A 2005-2006 SOMMAIRE Introduction I Le rôle de la religion dans la société romaine (V av J.C J.C) L Univers des Dieux L héritage grec Influences orientales

Plus en détail

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Cette Bible a été trouvée près de la Mer Morte, non loin de Jérusalem. Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Plus en détail

II. Quels sont les aspects de la pax romana? 1. En quoi la paix romaine permet le commerce du vin gaulois?

II. Quels sont les aspects de la pax romana? 1. En quoi la paix romaine permet le commerce du vin gaulois? II. Quels sont les aspects de la pax romana? 1. En quoi la paix romaine permet le commerce du vin gaulois? 1. Doc. 4 : Quelles régions de la Gaule romaine produit du vin au IIe siècle? Doc. 4. La production

Plus en détail

sculpteur livret-jeu 7-12 ans

sculpteur livret-jeu 7-12 ans livret-jeu 7-12 ans Livret de l'apprenti sculpteur Wawayou a 10 ans. Il est né en Côte d Ivoire. Il voudrait devenir sculpteur, comme son grand-père. Es-tu prêt à l accompagner sur les traces des grands

Plus en détail

Trois portes, trois époques : de la porte défensive à la porte monumentale

Trois portes, trois époques : de la porte défensive à la porte monumentale Les portes de Nancy Victime de la guerre de cent ans, des attaques répétées du royaume de France et du Duché de Bourgogne, la ville de Nancy est menacée et occupée à plusieurs reprises. Ainsi, du XI e

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS POUR SE COSTUMER EN ROMAIN OU ROMAINE

QUELQUES CONSEILS POUR SE COSTUMER EN ROMAIN OU ROMAINE QUELQUES CONSEILS POUR SE COSTUMER EN ROMAIN OU ROMAINE La femme romaine : La femme porte une tunique de lin ou de laine pourvue de manches longues. De couleur blanche, elle est souvent portée sans rien

Plus en détail

Bas-reliefs Statues, Torses & Bustes

Bas-reliefs Statues, Torses & Bustes Bas-reliefs Statues, Torses & Bustes Fabricant depuis 1850 Réf. 7618-01-06 Atelier Menchior sprl Rue Fabrique à l huile 75 B-4430 Liège, Belgique Téléphone :../32 (04) 226 16 03 Téléfax :../32 (04) 226

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

Tête féminine, dîte "Tête Warren". Marbre de Paros Museum of Fine Arts, Boston. Boston

Tête féminine, dîte Tête Warren. Marbre de Paros Museum of Fine Arts, Boston. Boston Tête féminine, dîte "Tête Warren". Marbre de Paros Museum of Fine Arts, Boston. Museum of Fine Arts, Boston Bacchus indien. Plâtre Collection Rodin, La Mort d Athènes ou lamentation sur l'acropole. Marbre

Plus en détail

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 I. Origine et Protagonistes Cette légende fut narrée pour la première fois par Homère, un poète grec du 9 e siècle avant J.-C. ayant écrit l Iliade

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE :

ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : ENQUETE AUTOUR DE LA CATHEDRALE NORD NIVEAU DE DIFFICULTE 2 (5P-6P) NOM ET PRENOM DE L ENQUETEUR : DATE DE L ENQUETE : 1. DANS LA PEAU D UN ARCHEOLOGUE Tu vas te glisser dans la peau d un archéologue pour

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Dossier Médias Année 2012

Dossier Médias Année 2012 Dossier Médias Année 2012 Mise à jour le 02 mars 2013 Association LUERN Association Loi 1901 enregistrée le 12 août 2008 et reconnue d Intérêt Général le 8 octobre 2008 Siège Social : Maison du Patrimoine

Plus en détail

les Afin Louvre, qui en centre ou cartels. accueillir leurs l éclairage XIX d accrochage, sont

les Afin Louvre, qui en centre ou cartels. accueillir leurs l éclairage XIX d accrochage, sont Présenter un objet, accrocher un tableau, les ateliers muséographiques du Louvre Michel Antonpietri, directeur adjoint à laa Direction Architecture, Muséographie, Technique, Architecte responsable de la

Plus en détail

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine rue du Palais Trévoux Dossier IM01000652 réalisé en 1991 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Jourdan

Plus en détail

PARTIE 2: LA CIVILISATION GRECQUE CHAP. 1: AU FONDEMENT DE LA GRECE: CITES, MYTHES, PANHELLENISME

PARTIE 2: LA CIVILISATION GRECQUE CHAP. 1: AU FONDEMENT DE LA GRECE: CITES, MYTHES, PANHELLENISME PARTIE 2: LA CIVILISATION GRECQUE CHAP. 1: AU FONDEMENT DE LA GRECE: CITES, MYTHES, PANHELLENISME A- Le monde grec des cités et des colonies : Problématiques : Qu est-ce qu une cité grecque? Où sont installées

Plus en détail

MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE

MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE Université d Oran Es SENIA Faculté Des Sciences Economiques, des Sciences de Gestion et des Sciences Commerciales MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE MONSIEUR BENCHIKH Maître de Conférence

Plus en détail

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros PRESENTS : - KISS Jocelyne et VENCESLAS Biri de l institut

Plus en détail

Compréhension de lecture

Compréhension de lecture o Coche pour indiquer si les phrases sont es ou o Paul et Virginie sont assis sur des fauteuils très confortables. o Virginie a une robe à pois. o Paul boit un café fumant dans une tasse rouge. o Virginie

Plus en détail

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385.

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385. Fête célébrée le 17 mars (March 17th) par les Irlandais pour honorer SaintPatrick, un missionnaire qui a converti l Irlande au christianisme. ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers

Plus en détail

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour

Luc Baptiste. Le village et enfin. Bleu autour Luc Baptiste Le village et enfin Bleu autour À Édith et Jean Baptiste, mes parents À mon fils Enki image C est une femme dure et triste qui marche dans la cour d un domaine, comme on dit en Allier. Une

Plus en détail

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU?

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? Le fair-play est une notion bien souvent employée à tort et à travers. Associée surtout au vocabulaire sportif, elle s applique aujourd hui à de multiples situations,

Plus en détail

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2

«POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 «POUR NOUS IL L A FAIT PÉCHÉ» Sur II Corinthiens V, 20 - VI, 2 (V, 20) C est pour Christ que nous sommes en ambassade, puisque c est Dieu qui appelle par nous. Nous vous (le) demandons pour Christ, réconciliez-vous

Plus en détail

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres?

Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Conseils déco express Comment éclairer une pièce, décorer vos murs, habiller vos fenêtres? Textes rédigés pour le site www.mmatravodeco.com Reportage : projet de décoration Bambù, Paris 14 e Photos : Béatrice

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Georges BORGEAUD La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir Dans Echos de Saint-Maurice, 1966, tome 64, p. 18-22 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Souvenir

Plus en détail

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans

été 1914 dans la guerre 15/02-21/09/2014 exposition au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans été 1914 Nancy et la Lorraine dans la guerre exposition 15/02-21/09/2014 au Musée Lorrain livret jeune public 8/12 ans 1 3 2 4 5 6 7 9 8 1870-1914 : une guerre attendue? Août 1914 : partis pour un été

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

LE SANCTUAIRE REPRÉSENTÉ EN FRAGMENTS : UN ASPECT DE L ICONOGRAPHIE TALISMANIQUE

LE SANCTUAIRE REPRÉSENTÉ EN FRAGMENTS : UN ASPECT DE L ICONOGRAPHIE TALISMANIQUE LE SANCTUAIRE REPRÉSENTÉ EN FRAGMENTS : UN ASPECT DE L ICONOGRAPHIE TALISMANIQUE Dans son ouvrage The Palace of Minos, Arthur Evans présentait une catégorie de sceaux qu il considérait comme ayant une

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1

Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Comment le Chat et la Souris sont venus au monde Conte populaire du Vietnam Partie 1 Ngoc-hoang, l empereur de Jade, le dieu suprême des cieux, vivait dans son royaume céleste où il possédait un palais

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck

L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck > Exposition L art contemporain du Sri Lanka à la fondation Mona Bismarck Entretien avec Chandra Rajakaruna de la fondation Mona Bismarck À l occasion des festivités organisées pour le 60 e anniversaire

Plus en détail

La liberté guidant le peuple,

La liberté guidant le peuple, La liberté guidant le peuple, (Huile sur toile, 1831, 2,60 x 3,25 m) d Eugène Delacroix XIXè Cette toile d Eugène Delacroix évoque la Révolution de Juillet 1830, dite «les 3 glorieuses», à laquelle il

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 711 SÉNAT SECONDE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 15 septembre 2010 PROPOSITION DE LOI visant à limiter la production de viande provenant d animaux abattus

Plus en détail

SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16

SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16 SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16 La rubrique des Safety Officers Les signes à connaître Le

Plus en détail

30 minutes 10 ans+ de 2-4 joueurs

30 minutes 10 ans+ de 2-4 joueurs 30 minutes 10 ans+ de 2-4 joueurs But du Jeu : L Astrolabe, ce magnifique instrument astronomique et astrologique permet de représenter le mouvement des astres sur la voûte céleste. Les joueurs, en le

Plus en détail

DIDON. Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres.

DIDON. Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres. DIDON Après l'assassinat de son mari Sychée, Didon part fonder Carthage sur de nouvelles terres. Didon construisant Carthage. William Turner, 1815. 155,5 cm x 23,2 cm L'oeuvre: Le beau se déplace donc

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

III Les Sumériens ont inventé l écriture

III Les Sumériens ont inventé l écriture Qui a inventé l écriture? III Les Sumériens ont inventé l écriture Au IV e millénaire avant Jésus-Christ, les Sumériens, habitants de Mésopotamie, se mirent à tracer les plus anciens signes d écriture

Plus en détail

LES FEUX D HABITATION À PARIS

LES FEUX D HABITATION À PARIS BRIGADE DE SAPEURS-POMPIERS DE PARIS LES FEUX D HABITATION À PARIS I GÉNÉRALITÉS En France, les feux tuent environ 800 personnes chaque année, soit 1 décédé pour 77 500 habitants. Sur le secteur de la

Plus en détail

Tous semblables et tous différents

Tous semblables et tous différents Chap. 1 Tous semblables et tous différents I. Caractères communs et caractères propres Caractère commun : Caractère normalement possédé par tous les êtres humains. On parle aussi d'attribut humain. Caractère

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Les monuments aux morts du canton de Montbrison

Les monuments aux morts du canton de Montbrison Les monuments aux morts du canton de Montbrison Copyrights Dossier IA42001303 réalisé en 2008 Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général de la Loire

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

Au temps des grands parents

Au temps des grands parents SEANCE 6 Evaluation SEANCE 5 La vie quotidienne d autrefois SEANCE 4 L école d autrefois SEANCE 3 Objets du présent et du passé (2) SEANCE 2 Objets du présent et du passé (1) SEANCE 1 Le temps qui passe

Plus en détail

Livre blanc des. tendances culinaires

Livre blanc des. tendances culinaires Livre blanc des tendances culinaires La communion de ce soir est l expression, à notre manière, et selon les approvisionnements de ces tendances. Mais la nature est abondante. Il faut développer la connaissance

Plus en détail

PROGRAMME DEVELOPPEMENT EPREUVE PROPULSION «BALLET»

PROGRAMME DEVELOPPEMENT EPREUVE PROPULSION «BALLET» 3 sept 2009 PROGRAMME DEVELOPPEMENT La validation de l épreuve «Propulsion» implique la validation de deux parties d épreuve : propulsion «ballet» et propulsion «technique». La nageuse ayant validé une

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

Votre Mariage Château de Mont Vert

Votre Mariage Château de Mont Vert Votre Mariage Château de Mont Vert 1 Le mariage est et le voyage de découv le plus important q l homme puisse en prendre. Un mar heureux est une lon conversation qui se toujours trop brève Quand on aime

Plus en détail

LA CATHEDRALE DE METZ

LA CATHEDRALE DE METZ LA CATHEDRALE DE METZ UNE VUE GENERALE DEPUIS LA PLACE DE LA COMEDIE 1) Complétez le croquis ci-dessous en dessinant la silhouette de la cathédrale : 2) Répondez aux questions : a) Combien de tours peut-on

Plus en détail

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame F 3 20.01 du 11 octobre 2000 (Entrée en vigueur : 20 octobre 2000) Le CONSEIL D ETAT de la République et canton de Genève, vu l article 40

Plus en détail

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié.

Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Pourquoi venir en classe verte dans l Oise? Parce que notre département proche de Paris possède un patrimoine historique très riche et varié. Quelques exemples de visites et découvertes : Chantilly (22

Plus en détail

Réaménagement de la place d Armes Idée maîtresse et proposition d aménagement Présentation à la Table de concertation 12 avril 2010 (révision 21 juin

Réaménagement de la place d Armes Idée maîtresse et proposition d aménagement Présentation à la Table de concertation 12 avril 2010 (révision 21 juin Réaménagement de la place d Armes Idée maîtresse et proposition d aménagement Présentation à la Table de concertation 12 avril 2010 (révision 21 juin 2010) PLAN DE PRÉSENTATION 1. CONTEXTE 2. RETOUR ÉLÉMENTS

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud

Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Les Éditions du patrimoine présentent Le palais de Saint-Cloud Par Bernard Chevallier Collection «Regards» > La résurrection en images du palais incendié en 1870 > Les superbes clichés du reportage photographique

Plus en détail

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 -

TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - TU VAS VISITER : Pour toi, qu est ce qu une ferme? - 1 - LA FERME Qui travaille sur la ferme? le facteur l agriculteur le crémier Nommes les 4 saisons, et dessine un arbre pour chacune d elle. Qu est-ce

Plus en détail

Domaine National de Saint-Cloud

Domaine National de Saint-Cloud Domaine ational de Saint-Cloud Pour commencer... Sensibiliser l enfant à l idée qu il existe des types de jardins très différents: jardin à la française, jardin à l anglaise, jardin potager et bien d autres

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Programme spécialement étudié pour Destination Demain

Programme spécialement étudié pour Destination Demain Programme spécialement étudié pour Destination Demain Les Cyclades Jour 1: Paris Athènes Rendez-vous des participants à l aéroport de Paris. Assistance aux formalités d enregistrement. Décollage en direction

Plus en détail

La Villa Arnaga lauréat du Prix de 10 000 euros de la Fondation du Patrimoine. Communiqué de synthèse

La Villa Arnaga lauréat du Prix de 10 000 euros de la Fondation du Patrimoine. Communiqué de synthèse La Villa Arnaga lauréat du Prix de 10 000 euros de la Fondation du Patrimoine Communiqué de synthèse La à Cambo-les-Bains a reçu lundi 25 juin 2012 à Lyon, le prestigieux prix de la Fondation du Patrimoine

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

A propos du spectacle

A propos du spectacle A propos du spectacle En 2002, j ai découvert les masques balinais lors d un stage d acteurs avec la compagnie l Entreprise. Fascinée par la force de ce langage, j ai voulu remonter à la source En mars

Plus en détail

Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe.

Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe. BOUVET Rachel ANIMATION PASTORALE mars 2004 DENAIS Mélisa GOUGER Anne-Sophie Bâtir des séances pédagogiques visant à développer l intériorité dans la classe. Introduction : Nous avons choisi ce thème car

Plus en détail

SOMMAIRE. Écritures cunéiformes 3. Écritures hiéroglyphiques 7. Le scribe 8. Pierre de Rosette 9. Les alphabets 10. Écriture idéographique 12

SOMMAIRE. Écritures cunéiformes 3. Écritures hiéroglyphiques 7. Le scribe 8. Pierre de Rosette 9. Les alphabets 10. Écriture idéographique 12 PLANCHE D ÉCRITURES SOMMAIRE Écritures cunéiformes 3 Écritures hiéroglyphiques 7 Le scribe 8 Pierre de Rosette 9 Les alphabets 10 Écriture idéographique 12 Ecriture monumentale 13 Enluminure 14 Écritures

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

TEMPS DÉVOLU À LA TACHE PROPOSÉE ICI DANS SA GLOBALITÉ : 1 mois.

TEMPS DÉVOLU À LA TACHE PROPOSÉE ICI DANS SA GLOBALITÉ : 1 mois. ÉVALUATION de la séquence disponible sur HÉLIOS Académie de Grenoble http://helios.fltr.ucl.ac.be/ MYTHES EN PEINTURES La phrase simple en latin Cruauté et générosité des dieux V. Mestre Gibaud et M. Vinson

Plus en détail

pour les plus petits

pour les plus petits pour les plus petits U N D E R N I E R 5-6H = 3-4P VE Petit guide actif pour découvrir le monde du verre cycle 2 degrés avec RR Plexiglas E Salut! Plexiglas, c est moi. Daniel Stevan 2015 U N D E R N I

Plus en détail

Cette toile d Eugène Delacroix évoque la Révolution de Juillet.

Cette toile d Eugène Delacroix évoque la Révolution de Juillet. La liberté guidant le peuple Cette toile d Eugène Delacroix évoque la Révolution de Juillet. L'insurrection populaire du 27, 28 et 29 juillet 1830, à Paris, renverse Charles X, dernier roi bourbon de France

Plus en détail

Sabine Collé-Balp formateur arts plastiques IUFM Célestin Freinet La Seyne sur mer Académie de NICE

Sabine Collé-Balp formateur arts plastiques IUFM Célestin Freinet La Seyne sur mer Académie de NICE L objet et l oeuvre 6 Statut de l objet Entrée Référence Caractéristiques Vocabulaire Illustration L objet comme constituant de l œuvre en 2D Schwitters Relief 1923 Centre G Pompidou Collage Collage L

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

II La naissance de l écriture 1) De l idée et des mots aux signes

II La naissance de l écriture 1) De l idée et des mots aux signes II La naissance de l écriture 1) De l idée et des mots aux signes Tablette pictographique en calcaire, Mésopotamie, vers 3500-2900 av. J-C. Tablette cunéiforme en argile, Mésopotamie, vers 2350 av. J-C.

Plus en détail