Sommaire. Les Banques Alimentaires, un réseau au service des plus démunis

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Les Banques Alimentaires, un réseau au service des plus démunis"

Transcription

1 1

2 Sommaire Les Banques Alimentaires, un réseau au service des plus démunis Repères historiques Tout commença par un article Les premiers pas des Banques Alimentaires Le fonctionnement 4 Engagements Les chiffres 2013 Un fort maillage territorial Des femmes et des hommes Les partenaires associatifs Zoom sur La lutte contre le gaspillage alimentaire L équilibre nutritionnel L accompagnement Les ateliers cuisine Les épiceries sociales La Collecte Nationale de denrées alimentaires Contacts Fédération Française des Banques Alimentaires Laurence Champier : Solène Job 2

3 Repères historiques 1967 Création de la première Banque Alimentaire (Food Bank) aux Etats-Unis La pauvreté est particulièrement présente en France. Emmaüs et l Armée du Salut rétablissent les «Soupes de nuit» disparues depuis trente ans. Les médias parlent de «nouveaux pauvres» ; la pauvreté touche désormais des catégories de personnes que les associations n accueillaient pas auparavant. 13 mars 1984 Publication de la tribune l article de sœur Cécile Bigo dans La Croix intitulée «J ai faim». Cet article va faire réagir le monde associatif. (voir à la fin du dossier) 26 mai 1984 Réunion des responsables associatifs. Trente-cinq personnes participent à cette première réunion, dont Bernard Dandrel, où toutes les confessions sont représentées : catholiques, protestants, musulmans 20 juin 1984 Réunion dans les locaux d Emmaus, à Paris. L Armée du Salut, Emmaüs, le Secours Catholique, le Centre d action sociale protestant et l association L Entraide d Auteuil décident de créer une association et de l appeler «Banque Alimentaire de Paris et de l Île-de-France pour la lutte contre la faim». 31 juillet 1984 Les statuts sont rédigés. Bernard Dandrel est élu président. Michel Lefebvre, d Emmaüs, et Jacques Pierquin, de l Armée du Salut, sont vice-présidents. 24 octobre 1984 La Banque Alimentaire reçoit sa première promesse de don de produits. Novembre 1984 Première collecte auprès des particuliers sur les marchés et dans quelques magasins. 4 décembre 1984 La Banque Alimentaire de Paris et d Île-de-France (Bapif) ouvre ses portes à Arcueil, au 15 rue Jeanne d Arc. 1er octobre 1985 Première réunion des associations partenaires qui doit avoir lieu tous les ans. Novembre 1985 Première collecte officielle sur Paris soutenue par Jacques Chirac. Octobre 1986 Dépôt des statuts de la Fédération Nationale des Banques Alimentaires (devenue FFBA en 1989). 16 Banques Alimentaires sont alors en activité ou en passe de l être. 14 décembre 86 Première Collecte Nationale. Les 23 Banques organisatrices reçoivent 129 tonnes de denrées Fin Banques Alimentaires sont en activité ; 60 en Fin 2014 Ouverture de la 102 ème antenne 3

4 Tout commença par un article... 4

5 Les premiers pas des Banques Alimentaires Extrait du livre-mémoire de Bernard Dandrel : «Aider l Homme à se restaurer» Quel est le principe des Food Banks / Banques Alimentaires? C est en 1967 qu est née la première Banque Alimentaire aux États-Unis, à Phœnix, en Arizona. Le principe est simple : il s agit de collecter gratuitement des produits alimentaires consommables et de les distribuer, également gratuitement, à des associations caritatives qui aident les personnes en difficulté. En effet, les Banques Alimentaires ne donnent pas directement la nourriture aux personnes qui en ont besoin. Elles sont l intermédiaire entre les donateurs et les associations bénéficiaires. De plus, et c est important, elles fonctionnent sans argent, donc sans acheter. Les Banques Alimentaires n ont alors pas de compte en banque : elles font appel à la générosité d entreprises et de particuliers pour prendre en charge leurs coûts opérationnels. Comment a germé l idée d une Banque Alimentaire en France? C est en 1976 que tout commence. Bernard Dandrel, banquier de père en fils mais très attaché aux valeurs de charité, est interpellé par son épouse «Si tu mettais autant d ardeur au service des pauvres que pour ta clientèle bancaire, il y aurait moins de misère». Dans les années 80, la pauvreté est très présente et la demande porte principalement sur l aide alimentaire. Les médias s intéressent au sujet et La Croix va publier une tribune de sœur Cécile Bigo qui dénonce le scandale de la pauvreté qui cohabite avec le gaspillage de nourriture. Après la publication son article, elle se met en relations avec les responsables du monde associatif, dont Bernard Dandrel. Très vite, ils ont l idée d une Banque Alimentaire en France, sur le modèle des Food Banks américaines, d abord prévue à Marseille puis finalement à Paris. Trente-cinq personnes participent à une première réunion où toutes les confessions sont représentées : catholiques, protestants, musulmans Le fait de fonctionner sans argent est un concept novateur. Qu en pensent les partenaires de l époque? C est tellement innovant que des participants quittent la réunion en déclarant que cela peut «marcher» Outre-Atlantique, mais pas en France. C est trop utopique. On n a jamais vu une association organiser de cette façon-là, sans rien acheter et sans capitaux À la fin de cette première réunion, un petit groupe d une dizaine de personnes pense quand même que la création d une Banque Alimentaire peut être une réponse humaine et actuelle au problème de la faim dans notre pays. Ce groupe est «œcuménique» : il y a l Armée du Salut, Emmaüs, le Secours catholique, le Centre d action sociale protestant et l association L Entraide d Auteuil qui s occupe de jeunes en difficulté Et tous, ils décident de créer cette Banque Alimentaire en France. Cependant, certains doutent qu elle soit opérationnelle rapidement, mais qu il faut poser l acte de création maintenant. Bernard Dandrel souhaite qu elle ouvre rapidement, en prévision de l hiver En septembre 1984, il reste encore beaucoup à faire : trouver un entrepôt, solliciter des bénévoles, se procurer du matériel, mettre en place des moyens pour collecter les produits alimentaires La tâche est immense! 5

6 Les premiers pas des Banques Alimentaires (suite) Quel a été le rôle de la presse? En octobre, les événements se précipitent. Le Secours catholique rend publique une enquête sur le «mal-logement». Les médias s en font l écho. Jacques Chirac, alors maire de Paris, lance un appel au nom de l Association des maires des grandes de ville de France (AMGVF), invitant les pouvoirs publics à agir face à la détresse des gens. La presse prend le relais : elle met en avant le phénomène des «nouveaux pauvres», elle publie des interviews de responsables d associations sur ce qu ils comptent faire. C est ainsi qu est évoqué pour la première fois le projet de Banque Alimentaire. Le 24 octobre 1984, quelques jours après la parution de plusieurs articles sur le projet, Bernard Dandrel reçoit la visite d un des responsables d Unigrains, qui lui propose de fabriquer de mille cinq cents à deux mille pains chaque jour voire plus pour les distribuer dans les différents lieux d accueil à Paris! Huit jours après, le responsable de la société Vivagel l appelle pour lui proposer deux mille poissons surgelés Qu en est-il en province? La création quasi «militante» de la Banque Alimentaire de Paris et de l Île-de-France (Bapif) fait des émules et un mouvement de bonnes volontés s engage pour le développement des Banques Alimentaires sur tout le territoire français. À RTL, radio de grande écoute, Anne-Marie Peysson, dans son émission «Les Auditeurs ont la parole», parle aussi régulièrement des Banques Alimentaires. De ce fait, les gens nous appellent pour en savoir plus. Ils sont nombreux à vouloir créer une Banque Alimentaire dans leur ville. C est à Angers que la deuxième Banque Alimentaire voit le jour. Certes, chaque nouvelle banque se crée sur le modèle de la Bapif mais l expérience acquise à chaque étape est mise à profit pour la création suivante. L éthique originelle pas d achats de produits alimentaires, gratuité de la distribution aux associations, pas de dons financiers est, en quelque sorte, le patrimoine génétique des Banques Alimentaires. Quand a lieu la première collecte? Il y a déjà eu des collectes à la fin de l année Chaque semaine, la Bapif a organisé, dans des magasins différents, une collecte de denrées. En 1985, c est avec le soutien de la Mairie de Paris qu une première «grande» collecte est organisée. En effet, le chef de cabinet de Jacques Chirac, alors maire de Paris, nous propose d ouvrir les mairies d arrondissement pendant deux jours, en décembre, pour permettre aux Parisiens de déposer leurs dons alimentaires. Fortes du succès cette première «grande» collecte auprès du public, les Banques Alimentaires lancent une Collecte Nationale en1986. A qui sont distribués les premiers dons? Bien entendu, la Bapif assure la distribution de produits alimentaires auprès des associations qui sont à l origine de sa création mais aussi à d autres grandes associations comme la Croix-Rouge, le Secours populaire... Elle intervient aussi auprès de nombreuses structures confessionnelles (paroisses catholiques, temples protestants, mosquées, le Fonds social juif unifié, les centres de Solidarité musulmane ) et d associations spécifiques comme les Maisons de chômeurs, celles à l intention des Africains, des Asiatiques, ou qui s occupent d enfants, de jeunes, de femmes, de personnes âgées, de personnes handicapées, de malades, de sans-domicile-fixe 6

7 Les premiers pas des Banques Alimentaires (suite) Et la Banque Alimentaire fonctionne toute l année? En effet! Au moment de la création du réseau, l Abbé Pierre, le fondateur d Emmaüs, proche des Banques Alimentaires, expliquait que «distribuer des repas, l hiver, dans la rue, c est toujours déchirant, avec le sentiment d une espèce d hypocrisie quand on arrête les distributions à la fin de l hiver. Or, le problème de la faim n a pas disparu pour autant». Les Banques Alimentaires, présentent l avantage de poursuivre leur action après l hiver, pendant toute l année. Quels sont les critères qui déterminent alors la distribution aux associations qui vont faire appel à la Bapif? L engagement des associations vis-à-vis des bénéficiaires permet de leur délivrer un «agrément». Les fondateurs sont très attachés à la notion de «partage» et de «repas partagé», c est-à-dire l accueil de bénéficiaires dans des locaux où ils peuvent venir déjeuner ou dîner. D autres associations proposent des colis alimentaires aux familles démunies. Les fondateurs souhaitent que ce rendez-vous ne se limite pas à un simple don de nourriture. L aide alimentaire ne doit pas être un pis-aller, elle doit être un facilitateur qui permette de retrouver l harmonie du budget familial en attendant une amélioration de la situation personnelle. Ce moment privilégié doit se prolonger avec les bénéficiaires par un dialogue et un accompagnement qui leur permettent de reprendre confiance en eux afin d engager des démarches pour trouver un travail ou un logement, par exemple. Mais les bénéficiaires doivent être également au cœur de la réflexion sur l hygiène et l équilibre alimentaires : éducation au respect de la chaîne du froid, à la propreté, mais aussi, éveil au goût, initiation à la multiplicité des utilisations des produits alimentaires Et dans les autres pays européens? La notoriété de la première Banque Alimentaire française, puis celle de la Fédération nationale des Banques Alimentaires, dépasse les frontières de l Hexagone, et les principes fondateurs irriguent les canaux associatifs supranationaux pour essaimer, dès 1986, dans plusieurs pays européens où vont germer des initiatives identiques. Le 23 septembre 1986, se tient à Bruxelles, une assemblée générale constitutive qui proclame la création de la Fédération européenne des Banques Alimentaires. Aujourd hui, la Fédération européenne rassemble 256 Banques Alimentaires répartis dans 21 pays. En 2013, elles ont collectés tonnes de denrées, équivalant à 804 millions de repas, distribués à 5,7 millions de personnes, par l intermédiaire de associations et centres sociaux. Le projet associatif des Banques Alimentaires est-il toujours d actualité? Oui, plus que jamais! Les Banques Alimentaires collectent des produits consommables qui seraient jetés sans leur intervention. En quelque sorte, elles redonnent une seconde vie à ces produits et apportent une aide indispensable aux personnes démunies. L aide alimentaire est un soutien en nature qui permet aux personnes démunies de dégager un budget pour les autres charges incompressibles comme le loyer. 7

8 Le fonctionnement Depuis 30 ans, la spécificité de l action des Banques Alimentaires est de collecter gratuitement tout au long de l année et partout en France des produits alimentaires. Leurs principales sources gratuites d approvisionnement sont l industrie agro-alimentaire, la grande distribution, l Union européenne, l Etat, le grand public. Animées par des bénévoles avec la collaboration de salariés, les Banques Alimentaires prospectent, collectent, transportent, trient et stockent, l équivalent de tonnes de denrées, avant de les distribuer gratuitement aux associations. Les Banques Alimentaires créent ainsi un lien efficace entre les produits à donner et les personnes qui en ont besoin. 102 Banques Alimentaires et antennes maillent aujourd hui le territoire national Elles mènent cette mission en partenariat avec les 5300 associations et CCAS ayant signé une convention de partenariat avec elles. Associations 8

9 4 engagements «Prospecter et collecter des produits alimentaires, sans acheter, en privilégiant les denrées qui permettent une alimentation diversifiée, équilibrée et régulière et en participant à la lutte contre le gaspillage.» L originalité de cette approche et de cette diversification des approvisionnements, c est la gratuité. Les produits sont ensuite redistribués via des associations locales dans le département ou la région dans lesquels ils ont été collectés. Ces aliments sauvés de la destruction représentent chaque année environ tonnes de produits soit plus de la moitié de ce qui est distribué par les Banques Alimentaires. «Transporter, stocker et distribuer les denrées de manière équitable, dans le respect de la réglementation, notamment en matière d hygiène et de sécurité alimentaire.» Chaque Banque Alimentaire est équipée de matériel professionnel : véhicules frigorifiques, chambres froides, etc. De plus, au moins l un de ses collaborateurs a le statut de Responsable de l hygiène et de la sécurité alimentaire (obtenu suite à une formation de cinq jours agréée par l administration sanitaire). «Remettre ces denrées aux associations et CCAS (centre communal d action sociale) partenaires, dans le cadre d un engagement réciproque et durable.» Cet engagement est symbolisé par la convention de partenariat alimentaire. Il vise également à : Encourager les partenaires des Banques Alimentaires à développer un accompagnement social des personnes accueillies, décidé d un commun accord avec ces dernières (accompagnement individualisé vers une sortie de la précarité ; actions collectives porteuses de lien social). Inciter les Banques Alimentaires à réaliser des actions d appui auprès de leurs partenaires (formations, échange de pratiques, fourniture d outils, ). Pour la Banque Alimentaire tout comme l association, un seul et même objectif demeure : aider l homme à se restaurer. C est pourquoi, il existe un arsenal d actions de formation (écoute, accompagnement, ateliers, ) mis en place par les Banques Alimentaires au sein de leur réseau de partenaires. «S investir pour être reconnu en tant qu acteur local de la lutte contre l exclusion, dans le cadre d un engagement partagé avec l ensemble des autres intervenants.» Les Banques Alimentaires sont à l interface du politique, de l économique et du social. Elles agissent en partenariat avec une grande diversité d intervenants publics et privés. Elles deviennent ainsi un acteur local inséré dans le réseau qui se mobilise contre l exclusion et avec les personnes en situation précaire. 9

10 Les chiffres 2013 En 30 ans, les Banques Alimentaires ont distribué l équivalent de 3 milliards de repas 10

11 Un fort maillage territorial Il existe 102 Banques Alimentaires et antennes en France : la plupart sont départementales. Cette présence au plus près des besoins et des démunis fait des Banques Alimentaires, des acteurs locaux incontournables de la lutte contre l exclusion. La Fédération française des Banques Alimentaires qui les regroupe est une association caritative. Elle a pour mission de coordonner leurs actions, d animer le réseau et de les représenter auprès des pouvoirs publics et des partenaires au niveau national. 11

12 Des femmes et des hommes Dans le projet collectif des Banques Alimentaires il y a des hommes et des femmes qui travaillent ensemble au quotidien pour assurer la collecte et la distribution des denrées. Plus de personnes travaillent chaque jour à faire que la solidarité ne soit pas qu un simple mot. 90% de bénévoles Fin 2013, les Banques Alimentaires comptaient 4961 bénévoles dans tout le réseau. Une dizaine de Banques Alimentaires dépassent la centaine de bénévoles. Les bénévoles offrent de leur temps pour mener des missions très diverses avec le sentiment d y trouver un épanouissement personnel. Présents en nombre à tous les niveaux du réseau ils sont aussi ceux qui, au quotidien, sont au contact de la réalité de terrain. Lors de la collecte nationale de novembre, ce sont plus de bénévoles ponctuels qui sont venus «donner un coup de main» dans les magasins partenaires et pour le tri. Nous recrutons Pour mener à bien leur mission, les Banques Alimentaires cherchent toujours des centaines de bénévoles à travers toute la France : devenir-benevole Une mission soutenue par des salariés Le réseau compte aussi des salariés qui travaillent en synergie avec les bénévoles. Leur place est indispensable pour garantir la permanence, la pertinence et l efficience des actions menées. La conduite d un projet ambitieux doit pouvoir s appuyer sur des expertises souvent précises et pointues et sur des équipes stables de professionnels. En 2013, le réseau comptait 446 salariés dont 140 au titre de l insertion. Des formations indispensables pour le réseau Les Banques Alimentaires proposent des formations à leurs bénévoles et à leurs salariés dans différents domaines : Management Hygiène et Sécurité Alimentaire Prospection de denrées Comptabilité Informatique Logistique (certificats de cariste...) 12

13 Les partenaires associatifs Créées pour soutenir le tissu associatif déjà existant en lui permettant de se concentrer sur d autres sujets que l approvisionnement de denrées, les Banques Alimentaires ont noué des conventions de partenariat alimentaire avec 5300 associations et CCAS dont la mission est d accompagner les personnes démunies dans une démarche de (ré)insertion grâce à l accompagnement alimentaire. Des associations très différentes Selon la dernière enquête de l Institut CSA 49% des associations partenaires sont indépendantes, 25% sont des CCAS ou CIAS (centre communal ou intercommunal d action sociale) et 26% appartiennent à un réseau caritatif national. Les différents modes d accueil* les épiceries sociales (15%) : elles proposent un choix de denrées vendues à 10% de leur valeur et permettent aux bénéficiaires d être en situation de consommateurs et de gérer un budget, la distribution de paniers alimentaires équilibrés (76%) permet de créer du lien et de mobiliser les personnes sur des temps d animation collective, les repas partagés (11%) brisent l isolement, et réintègrent les personnes dans des rites sociaux, les accueils de jour (4%) offrent des petits déjeuners et l occasion de discuter, de se laver, de se poser, les maraudes (3%) permettent d aller à la rencontre des gens pour leur offrir une collation, rétablir un lien social, et proposer des hébergements d urgence par temps de grand froid. *Une association pouvant bien entendu pratiquer plusieurs de ces activités. Le soutien aux associations partenaires Les Banques Alimentaires travaillent étroitement avec leurs partenaires associatifs afin de mettre en place des actions d accompagnement des personnes via l alimentation, notamment les ateliers cuisine. Mais elles apportent également aux associations un soutien souvent indispensable : Formations à l écoute pour les bénévoles Formations à l hygiène et la sécurité, dispensées très largement, Soutien en logistique et en équipement, 13

14 Zoom sur La lutte contre le gaspillage alimentaire Que deviennent un yaourt ou des tranches de jambon lorsqu ils sont retirés des rayons des supermarchés? Grâce aux Banques Alimentaires, ils ont droit à une seconde vie. Encore consommables, ils sont sauvés de la destruction et redistribués à des personnes démunies. Une action quotidienne Les Banques Alimentaires sont surtout connues pour leur Collecte Nationale de denrées auprès du grand public le dernier week-end de novembre. Pourtant, 4931 bénévoles œuvrent tous les jours pour récupérer des produits qui, sans leur action, seraient jetés magasins sont ainsi visités tous les matins par les camions des Banques Alimentaires. Ce sont donc plus de tonnes de denrées par an (soit l équivalent de 100 millions de repas), dont tonnes issues de la grande distribution, qui sont distribuées aux associations partenaires du réseau. Une formidable chaine logistique En moins de 10h, c est une prouesse technique qui se répète chaque jour. Dès l aube, les bénévoles récoltent les produits frais ôtés des rayons mais propres à la consommation : fruits et légumes, produits carnés, produits laitiers, essentiels à l équilibre alimentaire. Ils les transportent dans les entrepôts des Banques Alimentaires, les enregistrent puis les trient selon les règles d hygiène et de sécurité les plus strictes. Ces produits sont aussitôt remis aux associations qui les redistribuent le jour même aux personnes accueillies. Un seul mot d ordre : la lutte contre le gaspillage alimentaire Depuis 30 ans, les Banques Alimentaires ont pour mot d ordre la lutte contre le gaspillage alimentaire. Aucune denrée n est achetée et 55 % des approvisionnements proviennent de produits sauvés : outre la grande distribution, l industrie agroalimentaire et les producteurs agricoles participent en donnant des articles présentant des défauts d emballage ou d étiquetage, des fruits et légumes mal calibrés ou des surplus. Une démarche ancienne mais toujours d actualité, dont le résultat pourrait être doublé, avec plus de moyens 14

15 Zoom sur L équilibre nutritionnel L équilibre alimentaire s adresse à tous, de la petite enfance à la vieillesse. Il est plus difficile à mettre en pratique par les personnes défavorisées : elles sont soumises à des contraintes budgétaires fortes et elles ont souvent un accès limité à l information nutritionnelle. Un objectif : la santé L équilibre alimentaire permet le maintien de la santé et prévient les maladies telles que l obésité, le diabète, les maladies cardio-vasculaires... Chez les personnes en situation de précarité, le risque de développer ces maladies est plus élevé : les contraintes budgétaires orientent les choix vers une alimentation déséquilibrée délaissant des aliments tels que les fruits, les légumes ou le poisson. Pour compenser ces déficits, il est donc essentiel que l aide alimentaire offerte soit équilibrée et d une très bonne qualité nutritionnelle. Une volonté publique Avec la mise en place du PNNS (Programme national nutrition santé) et du Programme Alimentation et Insertion, les pouvoirs publics ont montré leur souci de prendre mieux en compte les effets de l alimentation sur la santé. L étude Abena (étude sur l alimentation et l état nutritionnel des bénéficiaires de l aide alimentaire) parue en 2006 a mis en exergue les carences nutritives des personnes démunies et les conséquences sur leur santé (risques d obésité aggravée, maladies cardiovasculaires, ). Les Banques Alimentaires ont alors engagé une réflexion, corroborée par les observations réalisées dans leur propre réseau en liaison avec l unité mixte de recherche Inserm/Inra2. Recommandations de distribution spécifiques à l aide alimentaire mises en place dans le cadre du PNNS, en partenariat avec les Banques Alimentaires L approvisionnement : un défi Chaque Banque Alimentaire adapte tout au long de l année sa prospection de denrées et mutualise ses approvisionnements afin d améliorer la qualité et de rechercher l équilibre nutritionnel des denrées distribuées aux personnes accueillies par leurs associations partenaires. Un défi que relèvent les Banques Alimentaires : d une part en consolidant leurs partenariats avec les associations distributrices, et les acteurs de l agroalimentaire, et, d autre part, en proposant des actions d accompagnement individualisé aux personnes accueillies. 15

16 Zoom sur L accompagnement L alimentation est la première marche de l intégration sociale et du retour à l autonomie, les Banques Alimentaires le démontrent chaque jour en mettant au cœur de ses missions l inclusion sociale par l alimentation. L alimentation au cœur du lien social L aide alimentaire a une dimension vitale mais aussi sociale : les «rendez-vous alimentaires» permettent de construire une relation entre accueillant et personne reçue. Dépasser le sentiment d impuissance par des gestes simples du quotidien, retrouver des histoires de vie autour de la confection ou du partage d un plat, ce sont autant de signes premiers de l autonomie. Plus que pour d autres personnes, l alimentation peut être créatrice de liens sociaux. Rencontrer la personne dans son contexte de vie, c'est aussi connaître ses habitudes alimentaires, culinaires, c est lui reconnaître son identité, lui redonner sa capacité d initiative. Une vision à long terme pour le bien de tous Les Banques Alimentaires adhérent à l'idée selon laquelle la lutte contre la pauvreté consiste moins à répondre à des besoins qu'à augmenter des capacités. Elles ont conscience que l'accompagnement alimentaire tel qu'il est pratiqué aujourd'hui est d'abord une réponse à un besoin, mais elles souhaitent entraîner une évolution des modèles d'aide alimentaire pratiqués par leurs associations partenaires pour qu'elles inscrivent cette modalité d'accompagnement dans une dynamique de retour à l'autonomie des personnes concernées. Les Banques Alimentaires militent pour que l'alimentation et tout ce qui l'entoure fasse partie de la panoplie des outils utilisés efficacement par les associations. Les rencontres dans les associations d aide alimentaire introduisent une vraie légèreté dans les rapports humains alors que les situations sous-jacentes ont tout lieu d'être difficiles. 16

17 Zoom sur Les ateliers cuisine Dans le droit fil du programme «Alimentation-Insertion» et afin d apporter une réponse alimentaire plus qualitative, les Banques Alimentaires répondant aux attentes formulées par les associations ont mis en place un certain nombre d outils au rang desquels figurent la cuisinette mobile, les fiches recettes et un dépliant d informations nutritionnelles Objectif Recréer du lien social tout en faisant la promotion d une alimentation équilibrée et diversifiée, favorable à la santé en permettant aussi à la personne accueillie de s investir et de reprendre confiance en elle. Animés par une membre de la Banque Alimentaire, bénévole ou salarié, CESF (Conseiller en Economie Sociale et Familiale), diététicien ou cuisinier. Un outil majeur : la cuisinette mobile Mobile, solide et conforme aux normes les plus strictes, la conception de la cuisinette mobile répond parfaitement à cet objectif car les Banques Alimentaires peuvent ainsi accompagner les associations dans leur démarche palliant les difficultés inhérentes aux manques de moyens matériels de certaines - tout en valorisant le lieu d aide alimentaire. Une cinquantaine de cuisinettes mobiles ont été mises à disposition des Banques Alimentaires. La cuisinette est proposée, pour une certaine durée, aux associations la demandant et ayant bénéficié d une formation dans le cadre du programme «Alimentation et Insertion». Des outils pédagogiques Des outils ont été créés dans le cadre des ateliers cuisine : un classeur, support pratique de l animateur, un «kit recette» composé d un jeu de 50 recettes à réaliser sur place puis à domicile, des dépliants «Jouez la variété» et «Soyez attentif à l hygiène». 17

18 Zoom sur Les épiceries sociales Les Banques Alimentaires sont partenaires de 730 épiceries sociales. Elles accueillent environ bénéficiaires. Le fonctionnement des épiceries sociales Les locaux des épiceries sociales (ou solidaires) sont aménagés en rayonnages, comme dans une épicerie ou une superette, de manière à présenter les produits disponibles. Une épicerie sociale propose donc aux bénéficiaires un grand choix de produits, moyennant une petite participation financière. Les denrées sont vendues à très bas prix (en principe 10% du prix habituel). Les épiceries sociales s adaptent à leur environnement : outre les épiceries classiques, se développent des épiceries sociales pour les étudiants, pour les jeunes travailleurs, des épiceries itinérantes pour les communes isolées, pour les personnes à mobilité réduite, L épicerie sociale doit donc : répondre localement à un véritable besoin, exprimé par les partenaires institutionnels et associatifs. participer localement à la coordination de l aide alimentaire avec les autres partenaires. Le volet social Les bénévoles des épiceries sociales et solidaires ont à cœur de recevoir dignement ces personnes en difficulté, en leur offrant une écoute, un environnement le plus convivial possible, un café, et donc un accompagnement social pour apporter un peu de chaleur à la relation. Elles expliquent aussi comment cuisiner ou améliorer certaines denrées ou conserves, en donnant des recettes. Un "coin accueil" est souvent aménagé dans les locaux. Par ailleurs, le fait de payer les achats, même à un prix très modique, donne aux personnes reçues le sentiment d'être valorisées et de sortir de l assistanat pur et simple. On a ici une autre approche, ne plus être obligé d accepter «ce qu on nous donne». Une aide à la création Outre la fourniture de denrées alimentaires, les Banques Alimentaires soutiennent nombre d épiceries sociales dans leur aménagements et leurs équipements. Les Banques Alimentaires accompagnent également le processus de création de plusieurs dizaines d'épiceries sociales par an : recherche de locaux, négociation avec les institutionnelles, recherche de partenaires... Pour contribuer au développement des épiceries sociales, les Banques Alimentaires ont rédigé un guide pratique pas à pas pour créer, gérer, animer une épicerie sociale. Ce guide a reçu le 1 er prix, dans la catégorie Edition, du jury des Grands prix Communication & Entreprise

19 Zoom sur La Collecte Nationale de denrées alimentaires Un rendez-vous annuel de solidarité Chaque dernier week-end de novembre, les Banques Alimentaires et leur bénévoles ont rendez-vous avec les citoyens-consommateurs. La Collecte Nationale est un rendez-vous solidaire durant lequel tous les acteurs participent pour aider les plus précaires. En 2013, la Collecte Nationale a permis de collecter l équivalent de 25 millions de repas, grâce au soutien croissant des associations partenaires et des clubs service, de la grande distribution, des entreprises mécènes et des médias. Une ressource complémentaire Tous les jours, les Banques Alimentaires récupèrent des denrées consommables mais non commercialisables auprès de la grande distribution, des industriels et des producteurs. Afin de compléter ces dons quotidiens et de distribuer une alimentation diversifiée et la plus équilibrée possible, les Banques Alimentaires ont besoin de produits secs et de conserves. Lors de la Collecte Nationale, les bénévoles demandent donc en priorité des boîtes de conserves de fruits, de légumes ou de poisson, des féculents, des légumes secs mais aussi du café ou du chocolat. Un acte concret pour une efficacité de proximité Avec l appui de 7000 points de collecte, les Banques Alimentaires sont présentes dans toute la France. Chaque produit est redistribué dans le département où il a été collecté afin que cette aide «bénéficie» directement et localement aux personnes démunies. Les 5300 associations et CCAS partenaires du réseau peuvent ainsi aider les personnes démunies du département, de la ville, voire même du quartier où vivent les donateurs et assurer un accueil et un accompagnement de proximité et de qualité. 19

Collecte Automne Les 27, 28 et 29 Novembre 2015

Collecte Automne Les 27, 28 et 29 Novembre 2015 Collecte Automne Les 27, 28 et 29 Novembre 2015 Banque Alimentaire de Rouen et sa Région 165 Rue du Général de Gaulle 76770 LE HOULME Tél. 02.35.08.44.04 ba.rouen@barrouen.fr www.banquealimentaire.org

Plus en détail

LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE

LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE Concours de l Affiche d Or 11 ème édition LUTTE CONTRE LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE BRIEF & RÈGLEMENT À lire attentivement Toute affiche ne respectant pas l un des points de ce règlement ne pourra être retenue.

Plus en détail

APPEL des Banques Alimentaires

APPEL des Banques Alimentaires APPEL des Banques Alimentaires aux candidats à l élection présidentielle 2012 : VAINCRE l insécurité alimentaire en France. La faim n a pas de couleur politique. La France ne peut plus accepter l insécurité

Plus en détail

Pour assurer le renouvellement des installations et du matériel, la BABG a besoin de euros par an pendant 3 ans.

Pour assurer le renouvellement des installations et du matériel, la BABG a besoin de euros par an pendant 3 ans. Favoriser une alimentation de qualité et créatrice de lien pour les personnes en situation de précarité, tel est l engagement de solidarité de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de la Gironde qui fonctionne

Plus en détail

ANNEXE FINANCIÈRE 2015

ANNEXE FINANCIÈRE 2015 ANNEXE FINANCIÈRE 43 ANNEXE FINANCIÈRE 2015 Les Banques Alimentaires se sont construites autour de valeurs fortes : solidarité, partage, lutte contre le gaspillage alimentaire et gratuité. Cette dernière

Plus en détail

Le guide des parents. autrement RÉUSSIR. autrement. Pour RÉUSSIR

Le guide des parents. autrement RÉUSSIR. autrement. Pour RÉUSSIR Pour RÉUSSIR autrement Le guide des parents Union Nationale des Maisons Familiales Rurales 58, rue Notre-Dame de Lorette 75009 PARIS Tél : 01 44 91 86 86 Fax : 01 44 91 95 45 E-mail : unmfreo@mfrassofr

Plus en détail

PLANS D ACTIONS REGIONAUX POUR UNE POLITIQUE DE L OFFRE ALIMENTAIRE

PLANS D ACTIONS REGIONAUX POUR UNE POLITIQUE DE L OFFRE ALIMENTAIRE PLANS D ACTIONS REGIONAUX POUR UNE POLITIQUE DE L OFFRE ALIMENTAIRE Contexte Décret n 2008 1406 du 19 décembre relatif à l organisation et aux attributions des Directions Régionales de l Alimentation,

Plus en détail

MARSEILLE / Les "Restos du Coeur" et EDF intensifient leur partenariat

MARSEILLE / Les Restos du Coeur et EDF intensifient leur partenariat MARSEILLE / Les "Restos du Coeur" et EDF intensifient leur partenariat MARSEILLE / Jacques-Thierry MONTI, Directeur EDF Commerce Méditerranée et Délégué Régional EDF en PACA et Luc VÉZINET, Président des

Plus en détail

Dispositif de formation et d accompagnement méthodologique des intervenants de l aide alimentaire

Dispositif de formation et d accompagnement méthodologique des intervenants de l aide alimentaire Alimentation, santé et précarité : dispositif de formation et d accompagnement des intervenants de l aide alimentaire Dispositif de formation et d accompagnement méthodologique des intervenants de l aide

Plus en détail

La place d une démarche intégrée de formation des différents acteurs des collectivités territoriales

La place d une démarche intégrée de formation des différents acteurs des collectivités territoriales La place d une démarche intégrée de formation des différents acteurs des collectivités territoriales Colloque «Transversalité et nutrition dans les politiques territoriales» 17 mars 2009 CNFPT Pôles de

Plus en détail

Portrait des personnes accueillies et situation et attentes des associations et C.C.A.S. partenaires

Portrait des personnes accueillies et situation et attentes des associations et C.C.A.S. partenaires Portrait des personnes accueillies et situation et attentes des associations et C.C.A.S. partenaires - Synthèse de l'institut CSA - N 61377 Mai 6 22, rue du 4 Septembre BP 6571 7565 Paris cedex 2 Tél.

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DES BANQUES ALIMENTAIRES Gentilly, le 15 novembre 2002 N/Réf : BD/YB/JMD/MFQ

FEDERATION FRANCAISE DES BANQUES ALIMENTAIRES Gentilly, le 15 novembre 2002 N/Réf : BD/YB/JMD/MFQ FEDERATION FRANCAISE DES BANQUES ALIMENTAIRES Gentilly, le 15 novembre 2002 N/Réf : BD/YB/JMD/MFQ PREAMBULE La Fédération Française des Banques Alimentaires est une association qui a pour membres en NOVEMBRE

Plus en détail

Les CIAS, des appuis majeurs dans des territoires en pleine recomposition

Les CIAS, des appuis majeurs dans des territoires en pleine recomposition Quelques chiffres : CIAS estimés en 2014 Les CIAS, des appuis majeurs dans des territoires en pleine recomposition 18 octobre 2016 Les enjeux de l enquête Un contexte marqué par les incertitudes pour les

Plus en détail

Les missions du service civique

Les missions du service civique Annexe 1 Le service civique Le service dans civique le dans réseau le FNARS Les missions du service civique Qu est-ce qu une mission de service civique? Un engagement volontaire au service de l intérêt

Plus en détail

Groupement des Epiceries Sociales et Solidaires en Rhône-Alpes. Développement des approvisionnements des épiceries sociales et solidaires

Groupement des Epiceries Sociales et Solidaires en Rhône-Alpes. Développement des approvisionnements des épiceries sociales et solidaires Groupement des Epiceries Sociales et Solidaires en Rhône-Alpes Développement des approvisionnements des épiceries sociales et solidaires Mai 2013 Sommaire Le GESRA Les épiceries sociales et solidaires

Plus en détail

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS

PROJET DE DELIBERATION EXPOSE DES MOTIFS Direction de l'action Sociale, de l'enfance et de la Santé Sous Direction de l'insertion et de la Solidarité Bureau de l Insertion par le logement et de la Veille sociale 2015 DASES 394G : Participations

Plus en détail

Contribution de l Adie au SRDEII de la région Auvergne-Rhône Alpes

Contribution de l Adie au SRDEII de la région Auvergne-Rhône Alpes Contribution de l Adie au SRDEII de la région Auvergne-Rhône Alpes La contribution proposée par l Adie, au titre du microcrédit accompagné, souhaite mettre en avant le rôle très important de la création

Plus en détail

PYRÉNÉES-ATLANTIQUES - CHARTE DÉPARTEMENTALE. CHARTE DÉPARTEMENTALE ENTRE LES ACTEURS DE L AIDE ALIMENTAIRE des Pyrénées-Atlantiques

PYRÉNÉES-ATLANTIQUES - CHARTE DÉPARTEMENTALE. CHARTE DÉPARTEMENTALE ENTRE LES ACTEURS DE L AIDE ALIMENTAIRE des Pyrénées-Atlantiques PYRÉNÉES-ATLANTIQUES - CHARTE DÉPARTEMENTALE CHARTE DÉPARTEMENTALE ENTRE LES ACTEURS DE L AIDE ALIMENTAIRE des Pyrénées-Atlantiques Année 2014 PRÉAMBULE La présente charte s inscrit dans un principe d

Plus en détail

LE DISPOSITIF FAMILLE GOUVERNANTE

LE DISPOSITIF FAMILLE GOUVERNANTE FAMILLE Mars 2016 Définition et de «Famille-Gouvernante» Définition et Définition de «Famille Gouvernante» Née d une initiative associative, une réponse souple et concrète qui s est développée en s adaptant

Plus en détail

Dossier de presse. Dispositif Famille Gouvernante. UDAF de Loire-Atlantique. Contact presse : Quentin ROBION Tél

Dossier de presse. Dispositif Famille Gouvernante. UDAF de Loire-Atlantique. Contact presse : Quentin ROBION Tél Dossier de presse Dispositif Famille Gouvernante UDAF de Loire-Atlantique Contact presse : Quentin ROBION Tél. 02.51.80.30.05 info@udaf44.asso.fr www.udaf44.fr L UDAF 44, en général L Union Départementale

Plus en détail

générale l action sociale DGAS La Direction Des défis majeurs : La lutte contre les exclusions Les réponses à la dépendance

générale l action sociale DGAS La Direction Des défis majeurs : La lutte contre les exclusions Les réponses à la dépendance La Direction générale de l action sociale DGAS Des défis majeurs : La lutte contre les exclusions Les réponses à la dépendance 11, Place des Cinq Martyrs du Lycée Buffon 75696 Paris cedex 14 Tél : 01 40

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES MÉDICO-SOCIALES SESSION Épreuve pratique de communication en santé et action sociale

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES MÉDICO-SOCIALES SESSION Épreuve pratique de communication en santé et action sociale BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES MÉDICO-SOCIALES SESSION 2007 Épreuve pratique de communication en santé et action sociale Partie écrite : 2 heures Coefficient 3 L utilisation de la calculatrice n est

Plus en détail

Générations Mutualistes

Générations Mutualistes Générations Mutualistes Accompagner les familles tout au long de la vie Un réseau de 750 établissements et services mutualistes dans toute la France Un engagement au service du mieux-vivre de la personne

Plus en détail

Programme régional de l alimentation : Outils à disposition des collectivités

Programme régional de l alimentation : Outils à disposition des collectivités Programme régional de l alimentation : Outils à disposition des collectivités DRAAF Caroline Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées Quinio - mars 2016 Le Programme régional de l alimentation mars 2016 Thématiques

Plus en détail

Direction du Développement Economique, de l Emploi et de l Enseignement Supérieur

Direction du Développement Economique, de l Emploi et de l Enseignement Supérieur Direction du Développement Economique, de l Emploi et de l Enseignement Supérieur 2013 DDEEES 36 G / 2013 DASES 670 G Convention cadre avec l association Emmaüs Défi. Mesdames, Messieurs, PROJET DE DELIBERATION

Plus en détail

DEMANDE D ACCRÉDITATION

DEMANDE D ACCRÉDITATION DEMANDE D ACCRÉDITATION 1. COORDONNÉES DE L ORGANISME NOM DE L ORGANISME : ADRESSE DE CORRESPONDANCE RUE : VILLE : CODE POSTAL : TERRITOIRE COUVERT PAR L ORGANISME : _ TÉLÉPHONE : 819 - TÉLÉCOPIEUR : 819

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Banque Alimentaire du Havre et de la Pointe de Caux

DOSSIER DE PRESSE. Banque Alimentaire du Havre et de la Pointe de Caux DOSSIER DE PRESSE Responsable de l événement Responsable Communication Danielle Haspot Caroline Leblond 06 98 93 15 27 06 62 17 59 01 ba.havre.evenementiel@gmail.com ba766.communication@banquealimentaire.org

Plus en détail

Les femmes de l artisanat alimentaire au Sénégal : un défi pour la sécurité alimentaire L exemple du milieu urbain dakarois

Les femmes de l artisanat alimentaire au Sénégal : un défi pour la sécurité alimentaire L exemple du milieu urbain dakarois Les femmes de l artisanat alimentaire au Sénégal : un défi pour la sécurité alimentaire L exemple du milieu urbain dakarois Fatou Ndoye Yamoussoukro, Juin 2013 Contexte Depuis très longtemps le Sénégal

Plus en détail

Une méthode inédite de due diligence et d évaluation. A consulter en ligne, l Evaluation de notre «Cause témoin» : L Aide Alimentaire en France

Une méthode inédite de due diligence et d évaluation. A consulter en ligne, l Evaluation de notre «Cause témoin» : L Aide Alimentaire en France Une méthode inédite de due diligence et d évaluation A consulter en ligne, l Evaluation de notre «Cause témoin» : L Aide Alimentaire en France Une méthode inédite de due diligence et d évaluation L Aide

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants DE EJE

Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants DE EJE Référentiel professionnel pour le Diplôme d'état d'éducateur de jeunes enfants DE EJE Annexe de l arrêté du 16 novembre 2005 publié au bulletin officiel du ministère de l'emploi, de la cohésion sociales

Plus en détail

Dispositif pour personnes sans abri : centre d accueil de jour L Escale

Dispositif pour personnes sans abri : centre d accueil de jour L Escale 5.2. ACTION 26 INTITULÉ DE L ACTION Dispositif pour personnes sans abri : centre d accueil de jour L Escale 5.2.1. AXE(S) DE TRAVAIL : 3. Santé 5.2.2. THÉMATIQUES DU DIAGNOSTIC Thématique : Urgence sociale

Plus en détail

Contributions du CESE à la politique européenne du tourisme. Comité économique et social européen

Contributions du CESE à la politique européenne du tourisme. Comité économique et social européen Contributions du CESE à la politique européenne du tourisme Comité économique et social européen Introduction à la notion de tourisme Selon la définition établie par l Organisation mondiale du tourisme,

Plus en détail

CONSEIL DE QUARTIER BLANC SEAU. 5 mai 2011

CONSEIL DE QUARTIER BLANC SEAU. 5 mai 2011 CONSEIL DE QUARTIER BLANC SEAU Du 5 mai 2011 1 Thérèse KOZLOWSKI, Présidente du conseil de quartier, ouvre la séance et remercie les habitants et les participants pour leur présence. Elle rappelle ainsi

Plus en détail

LA GARANTIE JEUNES DANS LE GERS. Mission locale du Gers Garantie Jeunes 1

LA GARANTIE JEUNES DANS LE GERS. Mission locale du Gers Garantie Jeunes 1 LA GARANTIE JEUNES DANS LE GERS 1 LE CADRE REGLEMENTAIRE La préconisation du Conseil européen concernant l établissement d une «Garantie pour la jeunesse» du 22 avril 2013 qui recommande aux États membres

Plus en détail

Le programme national pour l'alimentation (PNA)

Le programme national pour l'alimentation (PNA) Le programme national pour l'alimentation (PNA) Margaux DENIS Direction générale de l alimentation 17 février 2016 Contexte et enjeux Durabilité des systèmes ; environnement Plus de 3 millions de personnes

Plus en détail

ATELIERS THEORIQUES ET PRATIQUES LA BIO, LA RESTAURATION COLLECTIVE, LES FILIERES REGIONALES

ATELIERS THEORIQUES ET PRATIQUES LA BIO, LA RESTAURATION COLLECTIVE, LES FILIERES REGIONALES COMPRENDRE DECOUVRIR APPRENDRE ECHANGER IMAGINER SE FORMER ATELIERS THEORIQUES ET PRATIQUES LA BIO, LA RESTAURATION COLLECTIVE, LES FILIERES REGIONALES A PRO BIO POLE DE RESSOURCES, DE PROMOTION ET DE

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION LE MANTEAU D AVENIR Un programme de solidarité nationale pour les 330.000 personnes sans domicile fixe, sans abris et très mal logées victimes du froid en hiver Le manteau d avenir

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉS DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE

RAPPORT D ACTIVITÉS DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE RAPPORT D ACTIVITÉS DU CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Année 2012 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE Les CCAS animent une action générale de prévention et de développement dans la commune, en liaison

Plus en détail

LA GRANDE EXCLUSION SOCIALE EN GARE. Club Europe 25 juin 2008

LA GRANDE EXCLUSION SOCIALE EN GARE. Club Europe 25 juin 2008 LA GRANDE EXCLUSION SOCIALE EN GARE Club Europe 25 juin 2008 La prise en charge de l errance en gare Préambule L errance : un phénomène né du chômage et de la précarité Le chômage, source de fragilisation

Plus en détail

Dispositif de formation et d accompagnement méthodologique

Dispositif de formation et d accompagnement méthodologique Appui au plan Alimentation et insertion - PAI Dispositif de formation et d accompagnement méthodologique pour les intervenants de l aide alimentaire Dispositif de formation et d accompagnement méthodologique

Plus en détail

DEMANDE D ACCRÉDITATION

DEMANDE D ACCRÉDITATION DEMANDE D ACCRÉDITATION 1. COORDONNÉES DE L ORGANISME NOM DE L ORGANISME : ADRESSE DE CORRESPONDANCE RUE : INTERSECTION: VILLE : CODE POSTAL : QUARTIER : TERRITOIRE COUVERT PAR L ORGANISME : TÉLÉPHONE

Plus en détail

Signature de la convention entre le Conseil Général de la Vendée et la Caisse d Allocations familiales

Signature de la convention entre le Conseil Général de la Vendée et la Caisse d Allocations familiales Signature de la convention entre le Conseil Général de la Vendée et la Caisse d Allocations familiales Mardi 2 avril 2013 à 17h30 Caisse d allocations familiales Le Conseil Général de la Vendée et la Caisse

Plus en détail

Les Inégalités sociales de santé : de quoi parle-t-on?

Les Inégalités sociales de santé : de quoi parle-t-on? Les Inégalités sociales de santé : de quoi parle-t-on? Atelier ISS et Nutrition Céline ANDRE-JEAN, conseillère technique IREPS Frédérique MOY, diététicienne Ressources Nutrition Précarité en région Atelier

Plus en détail

Charte du réseau Juin 2007

Charte du réseau Juin 2007 Charte du réseau Juin 2007 - 2 - SOMMAIRE page 5 Préambule page 7 II Les valeurs 1) la personne au cœur des préoccupations des professionnels 2) une éthique professionnelle 3) secret professionnel et confidentialité

Plus en détail

Leçon n 4 : L engagement associatif

Leçon n 4 : L engagement associatif Leçon n 4 : L engagement associatif Introduction : La France compte plus d un million d associations qui emploient 1,8 millions de salariés et auxquelles adhèrent environ 16 millions de personnes de plus

Plus en détail

Journée Alimentation et activité physique : Pour des politiques territorialisées. Déclinaison du Programme National pour l Alimentation en Rhône-Alpes

Journée Alimentation et activité physique : Pour des politiques territorialisées. Déclinaison du Programme National pour l Alimentation en Rhône-Alpes RÉFET Journée limentation et activité physique : our des politiques territorialisées Déclinaison du rogramme ational pour l limentation en Rhône-lpes F Direction Régionale de l limentation, de l griculture

Plus en détail

DIRECTEUR INSERTION/LOGEMENT

DIRECTEUR INSERTION/LOGEMENT Direction des Ressources Humaines DIRECTEUR M DIRECTEUR INSERTION/LOGEMENT POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction Générale Adjointe des Solidarités Service : Direction Insertion/Logement

Plus en détail

CHEF DU SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION

CHEF DU SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION Direction des Ressources humaines CHEF DU SERVICE DEVELOPPEMENT ET INNOVATION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction du Développement économique Service : Développement et innovation

Plus en détail

CAPUCINE BATAILLE 120 av du Général Leclerc Paris ssvp.fr

CAPUCINE BATAILLE 120 av du Général Leclerc Paris ssvp.fr 2 capucine.bataille@ 3 capucine.bataille@ La Société de Saint-Vincent-de-Paul est un réseau de charité de proximité, au service des personnes seules ou démunies. Elle est présente dans 150 pays avec 800

Plus en détail

Dossier de demande de subvention Fondation d entreprise Eiffage

Dossier de demande de subvention Fondation d entreprise Eiffage 28/09/2016 Dossier de demande de subvention Fondation d entreprise Eiffage Nom de l association : Date de dépôt du dossier : Sommaire Page 2 : Étapes et critères de sélection des projets Page 3 : Renseignements

Plus en détail

Secours Catholique. Partagez notre raison d être personnes accueillies. Accueillir. Accompagner. Développer

Secours Catholique. Partagez notre raison d être personnes accueillies. Accueillir. Accompagner. Développer Secours Catholique Partagez notre raison d être 1 600 000 personnes accueillies Accueillir pour répondre aux premiers besoins Accompagner pour restaurer les liens sociaux Développer pour renforcer les

Plus en détail

Isère : La Département de l Isère et sa politique agricole

Isère : La Département de l Isère et sa politique agricole La Département de l Isère et sa politique agricole Isère : Superficie : 7 431 km² Population : 1,225 millions d habitants Agriculture : 6300 exploitations agricoles ; SAU = 241000 ha 2000 agriculteurs

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF DE LA M.I.E.T.E

PROJET ASSOCIATIF DE LA M.I.E.T.E PROJET ASSOCIATIF DE LA M.I.E.T.E 2015-2017 POURQUOI? QU'EST CE QUE? QUELS OBJECTIFS POUR LE PROJET DE LA MIETE? QUELLES ACTIONS POUR? QUELS MOYENS D'ACTIONS POUR? Le projet associatif de la MIETE permet

Plus en détail

Être producteurcommerçant. un atout pour lutter efficacement contre le gaspillage alimentaire

Être producteurcommerçant. un atout pour lutter efficacement contre le gaspillage alimentaire Être producteurcommerçant : un atout pour lutter efficacement contre le gaspillage alimentaire Décembre 2015 Sommaire Le Groupement des Mousquetaires Un engagement global dans la lutte contre le gaspillage

Plus en détail

CHARTE DE QUALITÉ. pour l accueil des enfants de 0 à 6 ans dans leur diversité. Edition 2012

CHARTE DE QUALITÉ. pour l accueil des enfants de 0 à 6 ans dans leur diversité. Edition 2012 CHARTE DE QUALITÉ CHARTE DE QUALITÉ pour l accueil des enfants de 0 à 6 ans dans leur diversité Rédigée dans le cadre de la commission départementale de l accueil des jeunes enfants de l Isère Edition

Plus en détail

RESTITUTION DU DIAGNOSTIC

RESTITUTION DU DIAGNOSTIC RESTITUTION DU DIAGNOSTIC Projet culturel du Pays d Alby Service culture 10/12/2015 2 SOMMAIRE I) Un projet culturel pourquoi, comment? II) La démarche pour le Pays d Alby III) La restitution du diagnostic

Plus en détail

DES PROGRAMMES INNOVANTS POUR DES SOLUTIONS DURABLES DANS L INDUSTRIE ALIMENTAIRE

DES PROGRAMMES INNOVANTS POUR DES SOLUTIONS DURABLES DANS L INDUSTRIE ALIMENTAIRE DES PROGRAMMES INNOVANTS POUR DES SOLUTIONS DURABLES DANS L INDUSTRIE ALIMENTAIRE EST LA PLUS GRANDE BANQUE ALIMENTAIRE AU CANADA Grâce à son centre de récupération, de tri et de distribution de denrées

Plus en détail

Appel d offres Initiative Ile-de-France Agence de communication «Créatrices d Avenir» 2017

Appel d offres Initiative Ile-de-France Agence de communication «Créatrices d Avenir» 2017 Appel d offres Initiative Ile-de-France Agence de communication «Créatrices d Avenir» 2017 Nadège Hammoudi Responsable animation plateformes et communication Tél. : 01 44 90 87 02 nadege.hammoudi@initiative-iledefrance.fr

Plus en détail

Bafa Bafd. Formations. Un stage sur ma commune. Avec les Francas, devenez animateur ou directeur. de centre de loisirs et de vacances

Bafa Bafd. Formations. Un stage sur ma commune. Avec les Francas, devenez animateur ou directeur. de centre de loisirs et de vacances Avec les Francas, devenez animateur ou directeur de centre de loisirs et de vacances Un stage sur ma commune Formations Bafa Bafd www.bafabafd.com www.francas.asso.fr 1 Les Francas au service de l action

Plus en détail

V i v r e e n s e m b l e

V i v r e e n s e m b l e F V i v r e e n s e m b l e 98 Schéma directeur pour l autonomie et la participation des personnes handicapées à Paris > F - vivre ensemble Dans le programme d études, se référer aux études : Enfance handicapée

Plus en détail

L I D A I R E S U N A N I M E M E N T S O L I A N I M E M E N T S O L I D A I R E S U N A

L I D A I R E S U N A N I M E M E N T S O L I A N I M E M E N T S O L I D A I R E S U N A A N I M E M E N T S O L I D A I R E S U N A N I M E M E N T S O L I D A I R E S U N A N L I D A I R E S U N A N I M E M E N T S O L I A N I M E M E N T S O L I D A I R E S U N A L I D A I R E S U N A N

Plus en détail

État de situation de la sécurité alimentaire à Montréal-Nord

État de situation de la sécurité alimentaire à Montréal-Nord État de situation de la sécurité alimentaire à Montréal-Nord Présentée au Comité d action en sécurité alimentaire de Montréal-Nord 14 mai 2008 TABLE DES MATIÈRES 1. Mot de bienvenue 2. Contexte et mandat

Plus en détail

RAPPORT MORAL. Aussi, la participation des habitants est la pierre angulaire du Projet Centre Social.

RAPPORT MORAL. Aussi, la participation des habitants est la pierre angulaire du Projet Centre Social. RAPPORT MORAL 2012 a été l année du renouvellement de notre Projet de Centre Social. Les travaux de renouvellement du projet sont l'occasion de comprendre les défis et enjeux qui se présentent au centre

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION Sujet national pour l ensemble des Centres de gestion organisateurs CONCOURS EXTERNE DE RÉDACTEUR TERRITORIAL SESSION 2013 Des réponses à une série de questions portant sur L ACTION SANITAIRE ET SOCIALE

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATIONS. Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel

CATALOGUE DE FORMATIONS. Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel CATALOGUE DE FORMATIONS Construire une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel CONSTRUIRE une stratégie d accompagnement social qui s appuie sur la pédagogie du réel L IFccac

Plus en détail

Pôle Agroalimentaire Loire CONTRIBUTION SRDEII 2016

Pôle Agroalimentaire Loire CONTRIBUTION SRDEII 2016 Pôle Agroalimentaire Loire CONTRIBUTION SRDEII 2016 NOTRE RAISON D ETRE, PROMOUVOIR LA FILIERE ET METTRE EN RELATION LES ACTEURS : Du consommateur à l agriculteur en passant par les transformateurs et

Plus en détail

Le lien théorie pratique dans la formation des EJE Educateurs de jeunes enfants

Le lien théorie pratique dans la formation des EJE Educateurs de jeunes enfants Le lien théorie pratique dans la formation des EJE Educateurs de jeunes enfants Quels fondements? Quelle collaboration Ville de Lyon/ESSSE? Quelles modalités? 1- Contexte de la formation EJE à L ESSSE

Plus en détail

Prix Gauby-Lagauche, témoignages des partenaires CAISSE D EPARGNE LORRAINE CHAMPAGNE- ARDENNE

Prix Gauby-Lagauche, témoignages des partenaires CAISSE D EPARGNE LORRAINE CHAMPAGNE- ARDENNE Prix Gauby-Lagauche, témoignages des partenaires CAISSE D EPARGNE LORRAINE CHAMPAGNE- ARDENNE «L'engagement philanthropique est inscrit dans l'histoire des Caisses d'epargne depuis l'origine. Parmi les

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE

DOSSIER DE PRESSE Fédération des associations pour le don d organes et de tissus humains DOSSIER DE PRESSE 2 0 1 6 ( M i s e à j o u r : j u i n 2 0 1 6 ) www.france-adot.org SOMMAIRE Un mouvement de bénévoles au service

Plus en détail

Soutenir la culture gastronomique, les saveurs locales, la petite production à échelle humaine

Soutenir la culture gastronomique, les saveurs locales, la petite production à échelle humaine Soutenir la culture gastronomique, les saveurs locales, la petite production à échelle humaine Slow Food est une association née en Italie en 1986 et déclarée mouvement international à Paris en 1989. En

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL L ÉDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL L ÉDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL L ÉDUCATEUR DE JEUNES ENFANTS 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur de jeunes enfants exerce une fonction d accueil des jeunes

Plus en détail

pour la mise en place du Service d accueil familial de l Allier

pour la mise en place du Service d accueil familial de l Allier PARTENARIAT pour la mise en place du Service d accueil familial de l Allier APEAH - AVERPAHM - Croix Marine de l Allier 1 CONTEXTE Un schéma départemental PA-PH valorisant l accueil familial comme une

Plus en détail

ETUDE DE LA CONSOMMATION DE PRODUITS ALIMENTAIRES LOCAUX AU PAYS BASQUE

ETUDE DE LA CONSOMMATION DE PRODUITS ALIMENTAIRES LOCAUX AU PAYS BASQUE ETUDE DE LA CONSOMMATION DE PRODUITS ALIMENTAIRES LOCAUX AU PAYS BASQUE Dates Mai à Juin 2016 Mode de recueil Echantillon Questionnaire en face à face dans les centres villes de 12 communes du Pays Basque

Plus en détail

un mouvement citoyen

un mouvement citoyen un mouvement citoyen Lors d un voyage à Berkley en Californie, Damien Birambeau a vécu une expérience extraordinaire : le tout accessible. De retour en France, une obsession ne l a plus quitté : pouvoir

Plus en détail

Les objectifs du service civique

Les objectifs du service civique Direction régionale Jeunesse, Sports, Cohésion sociale d Auvergne Les objectifs du service civique Offrir à toute personne volontaire l opportunité de s engager, de donner de son temps à la collectivité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MIEUX HABITER ENSEMBLE FONDATION D ENTREPRISE SOMFY

DOSSIER DE PRESSE MIEUX HABITER ENSEMBLE FONDATION D ENTREPRISE SOMFY DOSSIER DE PRESSE MIEUX HABITER ENSEMBLE FONDATION D ENTREPRISE SOMFY MIEUX HABITER ENSEMBLE : UNE VOCATION POUR LA FONDATION En choisissant comme domaine d action la lutte contre le mal-logement, la Fondation

Plus en détail

MSA BEAUCE CŒUR DE LOIRE

MSA BEAUCE CŒUR DE LOIRE MSA BEAUCE CŒUR DE LOIRE Plan d Action Sanitaire et Sociale 2011-2015 www.msa-beauce-coeurdeloire.fr Ce plan : Un nouveau plan d action sanitaire et sociale pour les 5 années à venir 2011 2015 adopté lors

Plus en détail

Projet Associatif Les Capucins

Projet Associatif Les Capucins PROJET ASSOCIATIF 2014-2018 2 SOMMAIRE Préambule 5 Historique 6 Finalités 8 Missions 9 Valeurs 10 Membres 11 Orientations stratégiques 12 Conclusion 14 Glossaire 3 4 Préambule La nécessité de rendre autonome

Plus en détail

Concevoir une politique d'accueil de la petite enfance

Concevoir une politique d'accueil de la petite enfance détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Concevoir une politique d'accueil de la petite enfance Comprendre les enjeux actuels de la petite enfance L évolution des politiques nationales et institutionnelles

Plus en détail

Forum citoyen 16 novembre 2009 Qu est-ce qu une ville solidaire?

Forum citoyen 16 novembre 2009 Qu est-ce qu une ville solidaire? Forum citoyen 16 novembre 2009 Qu est-ce qu une ville solidaire? L action sociale : Un travail collectif Différents acteurs portent les politiques sociales et d insertion -L Etat -Le Conseil Général -La

Plus en détail

Fiche de poste. Chef de Division des Ressources Humaines Secrétariat Général. Structure de rattachement

Fiche de poste. Chef de Division des Ressources Humaines Secrétariat Général. Structure de rattachement Fiche de poste Intitulé du poste Structure de rattachement Missions principales Activités principales Chef de Division des Ressources Humaines Secrétariat Général Assurer la gestion des ressources humaines

Plus en détail

[ PROJET GÉNÉRATION ANS]

[ PROJET GÉNÉRATION ANS] DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Direction générale adjointe Jeunesse, Education, Sport et Vie Associative Direction Jeunesse Education Citoyenneté Mission Jeunesse [ PROJET GÉNÉRATION 11 25 ANS] PLAN GIRONDIN

Plus en détail

Emmaüs Cahors VERS DE NOUVEAUX HORIZONS

Emmaüs Cahors VERS DE NOUVEAUX HORIZONS Emmaüs Cahors VERS DE NOUVEAUX HORIZONS SOMMAIRE 1- Le mot du président.. p2 2- Emmaüs Cahors en dates.. p3 3- Emmaüs Cahors en chiffres..p4 4- Emmaüs Cahors : les activités économiques...p5 5- Emmaüs

Plus en détail

Table ronde régionale. «Manger local & Manger français en restauration collective»

Table ronde régionale. «Manger local & Manger français en restauration collective» Table ronde régionale «Manger local & Manger français en restauration collective» en présence de Stéphane Le Foll ministre de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la Forêt, Porte Parole du Gouvernement

Plus en détail

2015 D O S S I E R D E P R E S S E

2015 D O S S I E R D E P R E S S E 2015 DOSSIER DE PRESSE LE RESTO DU CŒUR VA AU-DELA DU REPAS CHAUD ET DE L ACCUEIL CHALEUREUX. IL OFFRE AUSSI LA POSSIBILITE AUX PERSONNES DEMUNIES DE SE REINSERER SOCIALEMENT. Nous comptons aujourd hui

Plus en détail

AIDE AUX SINISTRÉS : L IMPORTANCE D UN REGROUPEMENT D ORGANISMES HUMANITAIRES ET COMMUNAUTAIRES ROHCMUM

AIDE AUX SINISTRÉS : L IMPORTANCE D UN REGROUPEMENT D ORGANISMES HUMANITAIRES ET COMMUNAUTAIRES ROHCMUM AIDE AUX SINISTRÉS : L IMPORTANCE D UN REGROUPEMENT D ORGANISMES HUMANITAIRES ET COMMUNAUTAIRES ROHCMUM HISTORIQUE DU ROHCMUM L IMPORTANCE DU BÉNÉVOLAT B EN SÉCURITÉ CIVILE 1998, une année déterminante

Plus en détail

> A PROPOS DE L ASSOCIATION VESOS > CONTACTER L ASSOCIATION

> A PROPOS DE L ASSOCIATION VESOS > CONTACTER L ASSOCIATION D O S S I E R D E P A R T E N A R I A T S O M M A I R E > DEVENEZ PARTENAIRE DE VILLAGE D ENANTS SOS Préambule Pourquoi devenir partenaire? Comment devenir partenaire? Les bénéfices du partenariat Les

Plus en détail

I. Fiche synthétique. ESCDD de Die «ESPACES JEUNES 2006/2010» ans Projet pédagogique

I. Fiche synthétique. ESCDD de Die «ESPACES JEUNES 2006/2010» ans Projet pédagogique Contact : ESCDD Place de l Evêché 26 150 Die Tel : 04-75-22-20-45 Fax : 04-75-22-28-06 E.mail : arnaud.miceli@escdd.fr ESCDD de Die «ESPACES JEUNES 2006/2010» 13-18 ans Projet pédagogique Directeur ESCDD

Plus en détail

Union des huit syndicats départementaux d architectes de l Ile-de-France Affiliée à l Union Nationale des Syndicats Français d Architectes

Union des huit syndicats départementaux d architectes de l Ile-de-France Affiliée à l Union Nationale des Syndicats Français d Architectes 20 5 avril 2016 Union des huit syndicats départementaux d architectes de l Ile-de-France Affiliée à l Union Nationale des Syndicats Français d Architectes L UNSFA Ile-de-France (Union Nationale des Syndicats

Plus en détail

Appel à projets. «Expérimentation de dispositifs d hébergement de réfugiés chez les particuliers»

Appel à projets. «Expérimentation de dispositifs d hébergement de réfugiés chez les particuliers» Appel à projets «Expérimentation de dispositifs d hébergement de réfugiés chez les particuliers» I. Contexte et objectifs de l appel à projets Face à la crise migratoire sans précédent que connait l Europe

Plus en détail

Fonctionnement du Fonds VINCI

Fonctionnement du Fonds VINCI Fonctionnement du Fonds VINCI 1. Présentation Le Fonds VINCI soutient des projets d intérêt général. En créant le Fonds VINCI en Belgique, les entités fondatrices affirment leur volonté de participer à

Plus en détail

Les Restos du Cœur de Côte d Or

Les Restos du Cœur de Côte d Or Les Restos du Cœur de Côte d Or iège départemental : 9 Impasse de Reggio 21000 DIJO Tél 03 80 78 04 46 Courriel : ad21siege@restosducoeurorg «Aujourd hui, on n a plus le droit, ni d avoir faim, ni d avoir

Plus en détail

Revue de Projet du 6 décembre 2006

Revue de Projet du 6 décembre 2006 Samira BENMESSAOUD Claire DELANNOY Céline GARCON Marion HENINI Laurine LANDAIS Cristina OLARIU Angeline PRUVOST Cezo WOLKA Revue de Projet du 6 décembre 2006 Confronter nos idées afin d avancer le projet

Plus en détail

EDF, ENGAGÉ POUR LUTTER CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE

EDF, ENGAGÉ POUR LUTTER CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DOSSIER DE PRESSE EDF, ENGAGÉ POUR LUTTER CONTRE LA PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE 2 EDF SOLIDAIRE DE SES CLIENTS Depuis près de 30 ans, EDF travaille aux côtés des pouvoirs publics, des collectivités territoriales

Plus en détail

Banque Alimentaire de l Isère

Banque Alimentaire de l Isère Banque Alimentaire de l Isère Notre activité en 2015 Lutte contre le gaspillage, don, partage. Depuis 1987, la Banque Alimentaire de l Isère défend ces valeurs et participe à l aide alimentaire des plus

Plus en détail

Le service civique, ou comment faire émerger une société plus responsable!

Le service civique, ou comment faire émerger une société plus responsable! Le service civique, ou comment faire émerger une société plus responsable! En mars dernier le parlement français votait à l unanimité le texte de loi sur le service civique. En mai se fût la parution des

Plus en détail

Les membres et les équipes de l association, issus de tous les horizons, sont garants des valeurs de laïcité et de respect mutuel.

Les membres et les équipes de l association, issus de tous les horizons, sont garants des valeurs de laïcité et de respect mutuel. Héberger Accompagner Insérer www.asso2choseslune.org Projet associatif Adopté le 27 juin 2014 en Assemblée Générale Notre identité L association 2ChosesLune rassemble des hommes et des femmes désireux

Plus en détail

Collectivités et Nutrition jeudi NANTES LE PLUS VOLONTAIRE DES ENGAGEMENTS

Collectivités et Nutrition jeudi NANTES LE PLUS VOLONTAIRE DES ENGAGEMENTS Collectivités et Nutrition jeudi 28.11.2013 NANTES LE PLUS VOLONTAIRE DES ENGAGEMENTS Sommaire 1. Présentation générale du dispositif La loi du 10 mars 2010 relative au Service Civique Le pilotage du Service

Plus en détail

L exemple de l Athlétic Club Belle Beille Basket (Maine-et-Loire) a offre étoffée par le développement d un volet d actions

L exemple de l Athlétic Club Belle Beille Basket (Maine-et-Loire) a offre étoffée par le développement d un volet d actions MONOGRAPHIES PÉRENNISATION D EMPLOIS Diversification des activités dans un quartier sensible et renforcement du partenariat avec la municipalité L exemple de l Athlétic Club Belle Beille Basket (Maine-et-Loire)

Plus en détail

CDC Action solidarité Grand Plateau. Ensemble pour un développement juste, équitable et solidaire

CDC Action solidarité Grand Plateau. Ensemble pour un développement juste, équitable et solidaire CDC Action solidarité Grand Plateau Ensemble pour un développement juste, équitable et solidaire Situation sur le Grand Plateau 1/ Le Plateau: 6 ième arrondissement en terme de nombre de personne sous

Plus en détail