Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Risques infectieux en Hémodialyse. Cas pratique. Analyse. Méthode d analyse. Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives"

Transcription

1 Risques infectieux en Hémodialyse Cas pratique Analyse Démarche d analyse des causes et détermination d actions correctives Cas d infections nosocomiales virales Méthode d analyse 1. Description de l événement 2. Analyse générale des causes Actions proposées 1

2 Description de l événement Qu est-il arrivé? Survenue d une séroconversion pour le virus de l hépatite B chez trois patients d un centre de dialyse sur une période de deux mois. Les cas ont été identifiés à l occasion du bilan systématique effectué tous les quatre mois chez les patients. Description de l événement Qu est-il arrivé? Ce centre comporte des salles de quatre postes de dialyse Ces salles sont aménagées dans d anciennes chambres d un service de soins «classique» Les patients sont traités à poste et séances fixes Description de l événement Qu est-il arrivé? Une séance de 4 patients : - 1 porteur chronique du virus de l hépatite B - l enquête montre que deux des trois patients dialysés au cours des mêmes séances ont été contaminés par le virus du patient infecté connu. La troisième séroconversion nosocomiale avérée concerne une patiente dialysée dans la même salle mais au cours de la séance suivante. 2

3 Comment est survenu l événement? La cause probable des séroconversions est le non-respect des précautions standard : - hygiène des mains, port de gants - entretien des locaux dans le contexte de locaux peu adaptés et d un personnel mal formé. Causes générales, «immédiates» + causes latentes ayant favorisé l événement? Comment est survenu l événement? Analyses des causes latentes : - facteurs liés au patient - facteurs liés à l équipe et l organisation - facteurs liés aux pratiques - facteurs liés au contexte environnemental - facteurs liés au contexte institutionnel Facteurs patients Parmi les trois patients infectés deux n avaient pas été vaccinés contre l hépatite B et un était non répondeur au vaccin. Pendant la période de transmission, l hépatite B du patient source s est aggravée et il est décédé peu après. De ce fait, il était possiblement plus contaminant. 3

4 Facteurs liés à l équipe et à l organisation Les séances de dialyse regroupaient un patient infecté avec des patients non immunisés. Facteurs liés à l équipe et à l organisation Pour les temps à risque de branchement et de débranchement des abords vasculaires, l équipe travaillait en binôme infirmier/aide-soignant Mais l aide soignant s occupait le plus souvent de deux salles en même temps générant des allers et venues pendant ces phases à risque. Pratiques Les précautions standard étaient mal respectées en particulier le protocole d entretien des locaux qui n était pas appliqué. La désinfection des circuits des générateurs était assurée mais pas la désinfection des surfaces externes du générateur. 4

5 Pratiques Les précautions standard étaient mal respectées en particulier le protocole d entretien des locaux qui n était pas appliqué. La désinfection des circuits des générateurs était assurée mais pas la désinfection des surfaces externes du générateur. Contexte institutionnel Gestion des risques pas organisée Conflits entre les professionnels de l établissement Pas de volonté de la part du service de travailler avec l équipe d hygiène à la prévention du risque infectieux. Facteurs liés à l environnement Locaux exigus et peu adaptés à la gestion du risque infectieux en hémodialyse. 5

6 séquence des avant, pendant, après la séance quelles défaillances? quelles «barrières» en place auraient du prévenir ces défaillances? quelles «barrières» pourraient être envisagées pour éviter la reproduction de ces évènements? Barrières et Absence d organisation de la vigilance infectieuse dans la structure Problème de conflit institutionnel entre les différents partenaires de l institution Pas de mise en œuvre Contrôle de des recommandations l application des du CCLIN et de la recommandations du DDASS sur la vigilance CCLIN par la DDASS infectieuse faites à l occasion d un épisode épidémique précédent dans cet établissement Mise en place d un suivi et d une prévention des séroconversions virales dans les secteurs à risque Barrières et Existence de patients Absence de non vaccinés contre consensus médical l hépatite B dans un sur le sujet dans le service de dialyse service (choix médical et refus de patient) e stratégie de vaccination formalisée Un suivi clinique plus fréquent (mensuel) aurait éventuellement permis d éviter le troisième cas 6

7 Barrières et Dialyse simultanée de patients non immunisés et d un patient atteint Pas d analyse de risque Dialyse avec des patients immunisés seulement Ou sectorisation des patients hépatites B Barrières et Mauvaise application des précautions standard Locaux exigus Personnels peu sensibilisés et formés Aller et venue du personnel pendant les phases à risque Problème non pris en compte de façon adaptée lors du déménagement du service (transfert dans une unité de soins classique sans réaménagement majeur) Formation théorique et pratique avant la prise de fonction dans ce type de service à risque Elaboration de référentiels nationaux Conception de locaux de taille adaptés Sensibilisation de l encadrement et du personnel par le CLIN et l équipe d hygiène Organisation des soins plus stricte et travail en binôme Barrières et Entretien des locaux inadaptés entre deux séances de dialyse Sol nettoyé après l installation des patients, protocole d entretien des locaux protocole validé par le CLIN Pas de nettoyage de l adaptable servant à la préparation des soins, Mauvaise dilution du produit détergent désinfectant Contrôle de l application des procédures par le cadre soignant Formation du personnel Contrôle des pratiques par audit 7

8 Barrières et Entretien incomplet du générateur Pas d entretien des Utilisation du surfaces externes des générateurs, protocole du fabricant ne prévoyant que la désinfection interne du générateur protocole de maintenance des générateurs Actions à mettre en oeuvre Barrières et Actions Problème de conflit institutionnel entre les différents partenaires de l institution Pas de mise en œuvre Contrôle de Sensibilisation des des l application des partenaires à recommandations du recommandations du l importance des CCLIN et de la DDASS CCLIN par la DDASS vigilances sur la vigilance infectieuse faites à l occasion d un Mise en place d un épisode épidémique suivi et d une Mettre en place une précédent dans cet prévention des vigilance infectieuse établissement séroconversions virales dans les secteurs à risque Actions à mettre en oeuvre Barrières et Actions Absence de consensus médical sur le sujet dans le service consensus médical formalisé Un suivi clinique plus fréquent (mensuel) aurait éventuellement permis d éviter le troisième cas Réalisation d un protocole d application obligatoire par le chef de service d hémodialyse Possibilité d adjoindre une protection par immunoglobuline chez les patients non répondeurs Vaccination immédiate des deux patients du centre encore non vaccinés Mise en place d un suivi clinique mensuel 8

9 Actions à mettre en oeuvre Barrières et Actions Locaux exigus Personnels peu sensibilisés et formés Aller et venue du personnel pendant les phases à risque Problème non pris en compte de façon adaptée lors du déménagement du service (transfert dans une unité de soins classique sans réaménagement majeur) Formation théorique et pratique avant la prise de fonction dans ce type de service à risque Elaboration de normes nationales Conception de locaux de taille adaptés Sensibilisation de l encadrement et du personnel par le CLIN et l équipe d hygiène Organisation des soins plus stricte et travail en binôme Prise en compte institutionnelle des problèmes de prévention dans la conception de nouveaux locaux et dans l aménagement hospitalier Formation du personnel et évaluation des pratiques par l équipe d hygiène Elaboration d un guide national de bonnes pratiques d hygiène en hémodialyse Amélioration de l organisation des soins Actions à mettre en oeuvre Barrières et Actions Sol nettoyé après l installation des patients, protocole d entretien des locaux Pas de nettoyage de l adaptable servant à la préparation des soins, Contrôle de l application des Mauvaise dilution du procédures par le produit détergent cadre soignant désinfectant Révision du protocole et protocole validé par validation par le CLIN le CLIN Actions de formation Formation du personnel Contrôle des pratiques par audit Audit par équipe d hygiène Actions à mettre en oeuvre Barrières et Actions Pas d entretien des Utilisation du Réalisation d un surfaces externes des protocole de générateurs, protocole du fabricant ne prévoyant que la désinfection interne du générateur maintenance des générateurs protocole de maintenance des générateurs 9

10 Conclusion Démarche qualité et gestion des risques infectieux Procédures de prévention Suivi d indicateurs Infections liées à l abord vasculaire, AES Audits de pratiques Séroconversions : signalement et investigations Analyse des indésirables et risques d incidents («near incidents») Formation des professionnels Participation des patients 10

Retour d Expérience - Signalement d infections nosocomiales

Retour d Expérience - Signalement d infections nosocomiales Retour d Expérience - Signalement d infections nosocomiales Objectif : A partir d un événement signalé par un établissement de santé (via le dispositif créé par le décret n 2001-671 du 26 juillet 2001),

Plus en détail

Analyse de risques en Hémodialyse: vers une amélioration des pratiques, des soignants et des patients. SF2H Lille 2012

Analyse de risques en Hémodialyse: vers une amélioration des pratiques, des soignants et des patients. SF2H Lille 2012 Analyse de risques en Hémodialyse: H vers une amélioration des pratiques, des soignants et des patients 2012 L hémodialyse France: 31000 insuffisance rénale terminale 28000 dialysés (2/3) Nord Pas de Calais:

Plus en détail

Visite de risques : analyse des risques a priori

Visite de risques : analyse des risques a priori Centre de coordination Sud-Est de la lutte contre les infections nosocomiales & associées aux soins Visite de risques : analyse des risques a priori Elisabeth Laprugne-Garcia Cadre supérieur de santé en

Plus en détail

Justification du choix. Cadre de travail. Contexte. La survenue d un EIGAS : ECHOGRAPHIE ENDOCAVITAIRE : Un cri d ALARM!

Justification du choix. Cadre de travail. Contexte. La survenue d un EIGAS : ECHOGRAPHIE ENDOCAVITAIRE : Un cri d ALARM! Justification du choix ECHOGRAPHIE ENDOCAVITAIRE : Un cri d ALARM! Analyse d un EIGAS aux urgences gynécologiques La survenue d un EIGAS : Le RSI du SAU signale à l EOHH et à la GDR le cas d une patiente

Plus en détail

PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016

PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016 PROTECTION DES SOIGNANTS POUR LA PROTECTION DES PATIENTS: Résumé des échanges du colloque du GERES à Casablanca,10 et 11 Novembre2016 02 jours 05 sessions plénières 06 ateliers 120 participants 17 pays

Plus en détail

Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière. Epidémie de grippe dans des USLD : Analyse a posteriori selon la méthode ALARM

Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière. Epidémie de grippe dans des USLD : Analyse a posteriori selon la méthode ALARM 6 JUIN 2014 Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière Epidémie de grippe dans des USLD : Analyse a posteriori selon la méthode ALARM K. GUIGNERY-KADRI (1), S. MIAS (2), H. MARINI (2), S. LEMAITRE

Plus en détail

Qualité et sécurité de la réalisation des injections intra vitréennes. Evaluation des Pratiques Professionnelles EPP

Qualité et sécurité de la réalisation des injections intra vitréennes. Evaluation des Pratiques Professionnelles EPP Qualité et sécurité de la réalisation des injections intra vitréennes Evaluation des Pratiques Professionnelles EPP Protocole de visite de risque 2014 Table des matières Glossaire... 3 Introduction...

Plus en détail

ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM. Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN)

ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM. Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN) ANALYSE A POSTERIORI D UNE ÉPIDÉMIE DE GRIPPE EN USLD SELON LA MÉTHODE ALARM 1 Sandrine MIAS IDE hygiéniste (UPIN) Hygiène et prévention du risque infectieux en EMS Décembre 2013 LA GRIPPE o Maladie aiguë

Plus en détail

Démarche régionale d amélioration de la qualité des soins en auto-dialyse (UAD)

Démarche régionale d amélioration de la qualité des soins en auto-dialyse (UAD) Démarche régionale d amélioration de la qualité des soins en auto-dialyse (UAD) Audit observance Hygiène des mains en UAD E Seringe, F Boulot, N Godefroy (Arlin idf) Congrès Lille 2016 XVèmes rencontres

Plus en détail

ANNEXE III. Grilles d entretiens. Visite de risque et traitement des endoscopes non autoclavables - CCLIN SO - 09/09/2011 1

ANNEXE III. Grilles d entretiens. Visite de risque et traitement des endoscopes non autoclavables - CCLIN SO - 09/09/2011 1 ANNEXE III Grilles d entretiens Visite de risque et traitement des endoscopes non autoclavables - CCLIN SO - 09/09/2011 1 GRILLE N 1 ENTRETIEN AVEC LE CADRE DE SANTE DU SECTEUR EN CHARGE DU TRAITEMENT

Plus en détail

Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE

Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE Prévention du risque infectieux en endoscopie ANALYSE D UNE ÉPIDÉMIE H.N. BUI, V. MARIE 38 èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière Mars 2016 Indications de la fibroscopie bronchique en Réanimation

Plus en détail

RISQUES SPECIFIQUES A L HEMODIALYSE

RISQUES SPECIFIQUES A L HEMODIALYSE RISQUES SPECIFIQUES A L HEMODIALYSE 1 2 RISQUES LIES A L UTILISATION DE L ABORD VASCULAIRE Fistule Artério-Veineuse (FAV) Aiguilles creuses de gros calibre RISQUES LIES AU CIRCUIT EXTRA CORPOREL Projection

Plus en détail

Outils de gestion du risque infectieux : Analyses de scénario. C.Gautier ARLIN Aquitaine Janvier 2016

Outils de gestion du risque infectieux : Analyses de scénario. C.Gautier ARLIN Aquitaine Janvier 2016 Outils de gestion du risque infectieux : Analyses de scénario C.Gautier ARLIN Aquitaine Janvier 2016 Contexte Contexte «CIRCULAIRE N DGOS/PF2/2011/416 du 18 novembre 2011» impulser et coordonner la gestion

Plus en détail

Hygiène Stérilisation

Hygiène Stérilisation Formation des correspondants en hygiène hospitalière Répondre aux exigences de la circulaire DGS/DH n 6454 du 29 décembre 2000 relative à la prévention des infections nosocomiales dans les établissements

Plus en détail

Journée de sensibilisation "sécurisation circuit du médicament"

Journée de sensibilisation sécurisation circuit du médicament Journée de sensibilisation "sécurisation circuit du médicament" La gestion des risques en Ehpad : les infections associées aux soins - La poursuite du DARI Journées territoriales Novembre 2016 Janvier

Plus en détail

La visite de risque : une nouvelle approche de prévention du risque infectieux en réanimation

La visite de risque : une nouvelle approche de prévention du risque infectieux en réanimation XXIIIème Congrès National de la SF2H - Juin 2012 La visite de risque : une nouvelle approche de prévention du risque infectieux en réanimation A Lashéras-Bauduin, A Auffret, C Jeanne-Leroyer, F Binard,

Plus en détail

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS

DIAGNOSTIC HYGIENE Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL LES OBJECTIFS DIAGNOSTIC HYGIENE 2007 Centre Hospitalier Pierre Le Damany LANNION TRESTEL Réunion RRESO 13.12.2007 Valérie LE GRAND Infirmière hygiéniste LES OBJECTIFS Effectuer un bilan de l existant dans chaque service

Plus en détail

Fiches «réflexe» Organisation reposant sur 1 trio. Rappel : méthodologie d élaboration des outils d aide à la gestion des cas groupés en HND

Fiches «réflexe» Organisation reposant sur 1 trio. Rappel : méthodologie d élaboration des outils d aide à la gestion des cas groupés en HND Gestion de cas groupés d infections en EHPAD, expérience de la haute Normandie Rappel : méthodologie d élaboration des outils d aide à la gestion des cas groupés en HND Enquête 2008 : forte attente concernant

Plus en détail

EPP Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé

EPP Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé EPP Evaluation des Pratiques Professionnelles dans les établissements de santé Qualité et sécurité du traitement manuel des endoscopes souples non autoclavables en établissements de soins Protocole de

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsable des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Analyse de scénario. Analyse de scénario clinique et prévention du risque infectieux

Analyse de scénario. Analyse de scénario clinique et prévention du risque infectieux Analyse de scénario Outil innovant pour la gestion du risque infectieux 2014 E Laprugne-Garcia CClin Sud-Est et prévention du risque infectieux Analyse d évènements indésirables liés aux soins : expérience

Plus en détail

Les mesures d hygiène et la prévention du risque infectieux

Les mesures d hygiène et la prévention du risque infectieux Les mesures d hygiène et la prévention du risque infectieux Initiatives et expériences en pratique de médecine libérale Dr Thierry LABARTHE URPS Médecins Libéraux de Bretagne L hygiène d un lieu de soins,

Plus en détail

La cartographie des risques en balnéothérapie un outil de la gestion des risques en hygiène en SSR

La cartographie des risques en balnéothérapie un outil de la gestion des risques en hygiène en SSR La cartographie des risques en balnéothérapie un outil de la gestion des risques en hygiène en SSR Dr Isabelle Verheyde : Praticien anesthésiste réanimateur CH Roubaix Directrice médicale Réseau santé

Plus en détail

Hygiène des mains et précautions standard en HAD

Hygiène des mains et précautions standard en HAD Hygiène des mains et précautions standard en HAD C.RISSELET- Pharmacien, Président du CLIN P. COLOMBEL-IDE Correspondant Hygiène HAD N.LE MOAL- Directeur des soins En partenariat avec CoCLINNOR Soirée

Plus en détail

3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI)

3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI) Qualité et prévention 3. Surveillance, prévention et contrôle du risque infectieux (SPI) Introduction Les infections acquises au sein de l établissement, d origine plurifactorielle, sont susceptibles de

Plus en détail

Hygiène des mains, l affaire de tous: soignants - soignés

Hygiène des mains, l affaire de tous: soignants - soignés Hygiène des mains, l affaire de tous: soignants - soignés Journée annuelle de prévention des infections associées aux soins Paris Vendredi 30 juin 2017 1 Association pour le Développement de l Hémodialyse

Plus en détail

Cas groupés d infections en EHPAD

Cas groupés d infections en EHPAD Cas groupés d infections en EHPAD bilan des signalements 2010/2011 évaluation de l outil régional d aide à la gestion perspectives Séverine MESSELIER ARS Haute Normandie Arnaud MATHIEU Cire Normandie Denis

Plus en détail

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains

Les Précautions Standard. Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Les Précautions Standard Monica Attinger 4 ème journée romande de formation - 2 février 2007 Salle la Marive - Yverdon-les-Bains Au cours du temps 1847 Semmelweis instaure le lavage obligatoire des mains

Plus en détail

P.Battagliotti/ESPRI/HCL

P.Battagliotti/ESPRI/HCL Toilette du nouveau-né: né: audit des pratiques professionnelles et parentales en pouponnière P.Battagliotti/ESPRI/HCL 1 Contexte de l étude Toilette = acte de soin engendrant risque infectieux pour le

Plus en détail

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée

La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée La prévention du risque infectieux en HAD Pourquoi, comment? Les précautions standard et la prévention de la transmission croisée Sandra Perreau-Coudre 8 octobre 2013 BESANCON S A N T E S E R V I C E CLIN

Plus en détail

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire

Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Hygiène hospitalière et sécurité des patients en Côte d Ivoire Bilan des activités Esther et perspectives dans le cadre APPS Partenariat ESTHER- CHU de BORDEAUX- OMS De la thématique du VIH/SIDA à la prévention

Plus en détail

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD)

Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Infections associées aux soins IRA-GEA MESURES DE PREVENTION GESTION DES EPISODES EPIDEMIQUES en collectivité de personnes fragiles (EHPAD) Anne BETTINGER, CSH, ARLIN Alsace, Strasbourg Dr Olivier MEUNIER,

Plus en détail

Exemple de compte-rendu des résultats :

Exemple de compte-rendu des résultats : Evaluation de la maîtrise de la diffusion des bactéries multi-résistantes* dans les établissements de santé. * Staphylococcus aureus résistants à la méticilline, Enterobacteries productrice de béta-lactamase

Plus en détail

Contexte : PROPIN Contexte: bilan standardisé LIN. Comment intégrer la démarche d analyse des causes dans la gestion des IAS

Contexte : PROPIN Contexte: bilan standardisé LIN. Comment intégrer la démarche d analyse des causes dans la gestion des IAS JOURNEE ANNUELLE DE LA PREVENTION DES IAS ET DE LA QUALITE Lundi 25 juin 2012 Comment intégrer la démarche d analyse des causes dans la gestion des IAS Vanina AMBROGI CCLIN Paris-Nord Contexte : PROPIN

Plus en détail

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014

Journée d actualisation des assistants de prévention Accident d exposition au sang. Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 Journée d actualisation des assistants de prévention 2014 Accident d exposition au sang Dr I. Lorente - 17, 26 et 30 septembre 2014 1 - GÉNÉRALITÉS : MALADIES TRANSMISSIBLES PAR LE SANG Tout microbe présent

Plus en détail

LA PREVENTION DES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG ET FLUIDES BIOLOGIQUES (AES) EN DIALYSE. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013

LA PREVENTION DES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG ET FLUIDES BIOLOGIQUES (AES) EN DIALYSE. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013 LA PREVENTION DES ACCIDENTS AVEC EXPOSITION AU SANG ET FLUIDES BIOLOGIQUES (AES) EN DIALYSE C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013 Accident avec Exposition au Sang (AES) Tout contact percutané (piqûre,

Plus en détail

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST réalisée Centre par l ARLIN de Formation Midi-Pyrénées des Professions CCLIN Sud-Ouest de Santé en partenariat avec la Formation Permanente des Professions

Plus en détail

Prévention des infections en Ehpad et MAS

Prévention des infections en Ehpad et MAS Prévention des infections en Ehpad et MAS 13 ème journée régionale de formation 25 novembre 2008 Concilier gestion des risques liés au soins et développement durable Martine BLASSIAU Corinne FREMOND-LEJEUNE

Plus en détail

Visite de risque infectieux en hémodialyse. Observation Branchement/débranchement cathéter veineux central (CVC)

Visite de risque infectieux en hémodialyse. Observation Branchement/débranchement cathéter veineux central (CVC) Visite de risque infectieux en hémodialyse Observation Branchement/débranchement cathéter veineux central (CVC) s possibles 1. Absence de bijou chez l opérateur et l aide 2. Ongles courts et sans vernis

Plus en détail

Visite de risque infectieux en hémodialyse. Observation Branchement/débranchement fistule artério veineuse (FAV)

Visite de risque infectieux en hémodialyse. Observation Branchement/débranchement fistule artério veineuse (FAV) Visite de risque infectieux en hémodialyse Observation Branchement/débranchement fistule artério veineuse (FAV) s possibles 1. Absence de bijou chez l opérateur et l aide (si présente) 2. Ongles courts

Plus en détail

Prise en charge hospitalière d un patient atteint de la grippe - Conduite à tenir face à un soignant atteint de la grippe

Prise en charge hospitalière d un patient atteint de la grippe - Conduite à tenir face à un soignant atteint de la grippe Prise en charge hospitalière d un patient atteint de la grippe - Conduite à tenir face à un soignant atteint de la grippe Dr L. Simon PH Coordonnateur - CClin Est Octobre 2009 Le pire n est pas certain.mais

Plus en détail

Visite de risque infectieux en hémodialyse. Grille d entretien «Cadre de santé»

Visite de risque infectieux en hémodialyse. Grille d entretien «Cadre de santé» s possibles 1. En tant que cadre de santé depuis combien de temps travaillez-vous dans cette unité? 2. Avez-vous eu une formation spécifique en hémodialyse? 3. Combien avez-vous de postes de dialyse dans

Plus en détail

Démarche pluri-disciplinaire pour la maîtrise de la diffusion des agents infectieux transmissibles Exemple de la Tuberculose (TB)

Démarche pluri-disciplinaire pour la maîtrise de la diffusion des agents infectieux transmissibles Exemple de la Tuberculose (TB) Démarche pluri-disciplinaire pour la maîtrise de la diffusion des agents infectieux transmissibles Exemple de la Tuberculose (TB) C. BOURIGAULT, D LEPELLETIER Unité de Gestion du Risque Infectieux, Service

Plus en détail

La Vaccination contre l hépatite B des personnels de santé. D. Abiteboul ATELIER VACCINS JNI

La Vaccination contre l hépatite B des personnels de santé. D. Abiteboul ATELIER VACCINS JNI La Vaccination contre l hépatite B des personnels de santé Un jeune médecin péruvien de 24 ans va prendre en 2009 un poste de FFI en chirurgie dans votre hôpital. Il ne se souvient plus trop s il a été

Plus en détail

La lettre indique la classe de performance de l établissement. Les meilleurs résultats sont en vert et les moins bons en rouge.

La lettre indique la classe de performance de l établissement. Les meilleurs résultats sont en vert et les moins bons en rouge. INDICATEURS DE QUALITÉ EN MÉDECINE, CHIRURGIE, OBSTÉTRIQUE ET PSYCHIATRIE Hôpital Cochin Infections associées aux soins - Année 2015 A B C D E NR DI NC NA La lettre indique la classe de performance de

Plus en détail

Politique. Politique de prévention et contrôle des infections. N o d identification : PO-PS-SI.14

Politique. Politique de prévention et contrôle des infections. N o d identification : PO-PS-SI.14 Politique Politique de prévention et contrôle des infections N o d identification : PO-PS-SI.14 Procédure(s) associée(s) à la politique : PRO-PS-SI.004, PRO-PS-SI.005, PRO-PS-SI.011, PRO-PS-SI.022, PRO-PS-SI.023

Plus en détail

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique

Infections à streptocoque A en chirurgie plastique 2 e Journée régionale de veille sanitaire (JRVS) Artigues-près-Bordeaux, 8/12/11 Infections à streptocoque A en chirurgie plastique C. Gautier 1, R.Dutrech 1, A-G. Venier 2, C. Dumartin 2 1 Antenne Régionale

Plus en détail

Contexte démographique

Contexte démographique Programme de prévention du risque infectieux en établissements d hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) Drôme Dr Philippe BURLAT DDASS de la Drôme Contexte démographique 21%> 60 ans 8 % > 75

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte Circulaire DHOS/DGS du 26 Août 2009 relative au PROPIN 2009-2013 programme national de prévention des infections nosocomiales Objectif Renforcer

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en EHPAD : appui de l infirmière hygiéniste mobile en EHPAD, secteur de Nemours

Gestion du risque infectieux en EHPAD : appui de l infirmière hygiéniste mobile en EHPAD, secteur de Nemours Gestion du risque infectieux en EHPAD : appui de l infirmière hygiéniste mobile en EHPAD, secteur de Nemours 6 ème journée de formation destinée aux EHPAD d Ile de France, 2 avril 2015 C. LE GALL, IDE

Plus en détail

ETRE REFERENT EN HYGIENE

ETRE REFERENT EN HYGIENE PROGRAMME DE FORMATION INTER ETABLISSEMENTS 2016 ETRE REFERENT EN HYGIENE DUREE COUT NET PAR AGENT DATES LIEU GROUPE 4 journées, soit 28 heures de formation 210.00 par jour Soit 840.00 net session par

Plus en détail

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier de Valence

Plus en détail

Suite à la certification V2014 dans votre établissement, les experts visiteurs ont émis une réserve concernant le risque infectieux.

Suite à la certification V2014 dans votre établissement, les experts visiteurs ont émis une réserve concernant le risque infectieux. Suite à la certification V2014 dans votre établissement, les experts visiteurs ont émis une réserve concernant le risque infectieux. Ils estiment que vous n évaluez pas suffisamment les protocoles que

Plus en détail

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST

QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION OUEST Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire St Pierre et Miquelon QUESTIONNAIRES SUR LES INFECTIONS DU POST-PARTUM À STREPTOCOCCUS PYOGENES (STREPTOCOQUE DU GROUPE A BÉTA HÉMOLYTIQUE) DANS L INTER-RÉGION

Plus en détail

Analyse d un Évènement Indésirable Analyse du film Mr Lucien

Analyse d un Évènement Indésirable Analyse du film Mr Lucien Analyse d un Évènement Indésirable Analyse du film Mr Lucien 2012 Intérêt de l analyse des causes Objectifs Comprendre ce qui s est passé Identifier les dysfonctionnements survenus lors de la prise en

Plus en détail

Université Maghrébine d Hygiène et Sécurité soins 2014

Université Maghrébine d Hygiène et Sécurité soins 2014 Université Maghrébine d Hygiène et Sécurité soins 2014 Module 2 : Gouvernance et gestion du risque infectieux associé aux soins Thème: Gestion du risque infectieux associé aux soins et amélioration continue

Plus en détail

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP)

Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) XXV ème congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière (SF2H) Marseille 2014 Actualités du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) pour la Commission spécialisée «sécurité des patients» (CsSP),

Plus en détail

Radiographie au chevet en réanimation chirurgicale:

Radiographie au chevet en réanimation chirurgicale: Radiographie au chevet en réanimation chirurgicale: Evaluation du risque de transmission croisée Caroline FONDRINIER, Audrey MOUET, Xavier Le COUTOUR Hygiène hospitalière, CHU de Caen Juin 2015 Contexte

Plus en détail

Communiquer- Informer-Appliquer

Communiquer- Informer-Appliquer Communiquer- Informer-Appliquer Gastro-entérite Aigue en EHPAD Journée Interprofessionnelle 2012 Nathalie Armand - Équipe EHPAD Centre Hospitalier de Valence 1 Gastro-entérites Infections associées aux

Plus en détail

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT

PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT PRECAUTIONS COMPLEMENTAIRES CONTACT Ne s appliquent pas aux BMR responsables de traitements antibiotiques difficiles (ERG, C.Difficile, Staph aureus GISA/VISA ) pour lesquelles des recommandations spécifiques

Plus en détail

Réunion des hygiénistes para-médicaux de Bourgogne Franche-Comté

Réunion des hygiénistes para-médicaux de Bourgogne Franche-Comté Réunion des hygiénistes para-médicaux de Bourgogne Franche-Comté Informations diverses 21 mars 2017 Hygiénistes para-médicaux de BFC / réunion du 21 mars 2017 1 Evolution réseau C CLIN Arlin vs CPIAS C

Plus en détail

TIAC À NOROVIRUS MARS 2016 EOH

TIAC À NOROVIRUS MARS 2016 EOH TIAC À NOROVIRUS MARS 2016 EOH 1 SOMMAIRE 1. Description de la clinique 2. Chronologique de l évènement 3. Investigation 4. Actions correctives 2 1. DESCRIPTION DE L ÉTABLISSEMENT 3 320 LITS o 3 services

Plus en détail

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes

Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Gestion du risque infectieux en établissement de santé Retour d expérience et analyse des causes Dr J-M GUERIN Hôpital Lariboisière Paris Qu est ce que la gestion des risques? Connaissance et identification

Plus en détail

Surfaces des secteurs à risque : quels objectifs atteindre? Exemple d un lactarium

Surfaces des secteurs à risque : quels objectifs atteindre? Exemple d un lactarium Surfaces des secteurs à risque : quels objectifs atteindre? Exemple d un lactarium Dr LUX, Maternité Nancy Pharmacien - Président CLIN 1 Environnement Eaux Air Surfaces => leur contamination peut être

Plus en détail

Comment réaliser son DARI

Comment réaliser son DARI Evaluation du risque infectieux en EHPAD Comment réaliser son DARI (Document d Analyse du Risque Infectieux) Trouver et mettre en place une expertise en hygiène Docteur Françoise RUBAN-AGNIEL, Equipe d

Plus en détail

! " #! $ # % & " # # ' ( % $ " $ ( ) * " +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2

!  #! $ # % &  # # ' ( % $  $ ( ) *  +, - + ' ) + $$. / & 0 1 & 0 & $ 2 ! " #! $ # %&" # # ' ( % $ "$ ( ) * " +, -+ ')+ $$. / &01 &0&$ 2 ," " " $ $ " $ /$ %$ 23 " % $ ) 4 $ " )" $ 5" $ 67'8' /$ " $ " 4 / " "$ " $& 9 $ $ :44 4#4(4*; 9 4 3 & 4$"

Plus en détail

Expérience inter établissement mixte : Rôle de l infirmil

Expérience inter établissement mixte : Rôle de l infirmil Expérience du Réseau R inter établissement mixte : Rôle de l infirmil infirmière re hygiéniste C CLIN Ouest - 15 juin 2010 Journée inter-régionale - Rennes Prévention du risque infectieux en EHPAD J Le

Plus en détail

L arbre des causes appliqué à la préparation de l opéré. S. Malavaud Unité Opérationnelle d Hygiène CHU Toulouse-Rangueil

L arbre des causes appliqué à la préparation de l opéré. S. Malavaud Unité Opérationnelle d Hygiène CHU Toulouse-Rangueil L arbre des causes appliqué à la préparation de l opéré S. Malavaud Unité Opérationnelle d Hygiène CHU Toulouse-Rangueil Qu est-ce que la méthode de l arbre des causes Exemple d application à un cas clinique

Plus en détail

VISITE DE RISQUE INFECTIEUX EN CENTRE DE SANTÉ. Séminaire qualité sécurité 17 juin 2016

VISITE DE RISQUE INFECTIEUX EN CENTRE DE SANTÉ. Séminaire qualité sécurité 17 juin 2016 VISITE DE RISQUE INFECTIEUX EN CENTRE DE SANTÉ 1 Séminaire qualité sécurité 17 juin 2016 LA VISITE DE RISQUE, C EST QUOI? Issue des domaines de l assurance et de l industrie, méthode de repérage et d évaluation

Plus en détail

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins La 1 ère Université Maghrébine d hygiène et de sécurité des soins Sousse, 2-5 septembre 2012 Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins M.ERB

Plus en détail

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et

Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Prévention de la transmission croisée, rappel sur les précautions standard en Hygiène et Journées médecins coordonnateurs et cadres des EHPAD 2010 ARLIN Lorraine arlin@chu-nancy.fr Niveau 1: Le risque

Plus en détail

Contexte. Contexte. Evaluation des Pratiques Professionnelles sur la pose de cathéters veineux périphériques et manipulations de lignes veineuses

Contexte. Contexte. Evaluation des Pratiques Professionnelles sur la pose de cathéters veineux périphériques et manipulations de lignes veineuses Evaluation des Pratiques Professionnelles sur la pose de cathéters veineux périphériques et manipulations de lignes veineuses Diffusion et communication de bonnes pratiques Contexte CVP : Dispositif Médical

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD

LES PRECAUTIONS STANDARD LES PRECAUTIONS STANDARD A RESPECTER PAR TOUT LE PERSONNEL POUR TOUS LES PATIENTS ou RESIDENTS M. MARTEAU IDE hygiéniste Février 2014 1 DÉFINITION Selon le guide «100 recommandations pour la surveillance

Plus en détail

Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1)

Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1) Protocole de surveillance des cas groupés de grippe à nouveau virus grippal A(H1N1) 19 mai 2009 En parallèle de l identification des cas importés de grippe à nouveau virus, une recherche de cas groupés

Plus en détail

Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES

Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France. D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES Soignants infectés par VIH, VHC, VHB Gestion du risque en France D. Abiteboul Service de Santé au travail Hôpital Bichat-Claude Bernard Paris GERES Cas rapportés de TSS, 2008 Virus VIH VHC VHB Nombre épisodes

Plus en détail

Introduction. Prévention des infections en Établissements d Hébergementd pour Personnes Agées DépendantesD

Introduction. Prévention des infections en Établissements d Hébergementd pour Personnes Agées DépendantesD Prévention des infections en Établissements d Hébergementd pour Personnes Agées DépendantesD François PUISIEUX CHRU de LILLE et Université de Lille 2 Introduction Bien que 445 000 personnes âgées environ

Plus en détail

Les particularités de la grippe A

Les particularités de la grippe A La grippe A en EHPAD Fiche synthétique Les particularités de la grippe A La grippe A n est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière, mais le virus en cause est très différent des virus saisonniers.

Plus en détail

Précautions complémentaires contact

Précautions complémentaires contact Précautions complémentaires contact Quoi de plus par rapport aux précautions standard? N. Diguio Centre Hospitalier Emile Durkheim EPINAL 05/2013 Contexte Précautions standard Précautions complémentaires

Plus en détail

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015.

XXVI e Congrès National de la Société Française d Hygiène Hospitalière Tours, les 3, 4 et 5 Juin 2015. Dr PERRON Stéphanie Praticien en Hygiène Hospitalière CH SAUMUR (49) & Mme ABLAIN, Cadre de santé, service Gynécologie-Obstétrique Mme AMBLARD, Cadre Supérieur de Santé, service Gynécologie-Obstétrique

Plus en détail

LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013

LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT. C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013 LA MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX LIE A L ENVIRONNEMENT C. Dumartin Formation FELIN Mars 2013 PLAN A CONCEPTION DES LOCAUX B ENTRETIEN DES LOCAUX 1. ENTRETIEN DES SOLS ET SURFACES 2. ENTRETIEN DES EQUIPEMENTS

Plus en détail

Responsable scientifique Véronique SCHAEFFER, Maître de conférences, Faculté des sciences économiques et de gestion. Diplôme

Responsable scientifique Véronique SCHAEFFER, Maître de conférences, Faculté des sciences économiques et de gestion. Diplôme d université de qualité et gestion des risques dans les établissements de santé Manager la qualité et gérer les risques en établissement de santé Ce diplôme d université en formation continue se situe

Plus en détail

de surface Marie-Pierre Hirsch UHEH CHU Amiens 9ème Journée d'automne de l'ahp 19 septembre 2013

de surface Marie-Pierre Hirsch UHEH CHU Amiens 9ème Journée d'automne de l'ahp 19 septembre 2013 Intérêt des prélèvements de surface Marie-Pierre Hirsch UHEH CHU Amiens 1 Eau Air Surveillance de l environnementl dans les établissements de santé Flore naturellement présente en faible quantité Flore

Plus en détail

Rotavirus Prévention des infections nosocomiales à rotavirus :

Rotavirus Prévention des infections nosocomiales à rotavirus : Rotavirus Prévention des infections nosocomiales à rotavirus : Evaluation des pratiques dans un service de pédiatrie. Nathalie Chevallier EOH du C.H. Sud Essonne Dourdan-Etampes Virus responsable de gastro-entérites,

Plus en détail

Module 9. Contrôle et prévention des infections. Guide pédagogique de l'oms pour la sécurité des patients

Module 9. Contrôle et prévention des infections. Guide pédagogique de l'oms pour la sécurité des patients Module 9 Contrôle et prévention des infections 1 Objectifs d'apprentissage Démontrer les conséquences désastreuses de la mauvaise prévention et lutte contre les infections en milieux de soins Montrer aux

Plus en détail

Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1

Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1 Évaluation des pratiques de perfusion sous-cutanée ou hypodermoclyse au centre hospitalier de Niort en 2014 Florence BOUVIN, Infirmière EOH Niort 1 Présentation du CH de Niort Département des Deux-Sèvres

Plus en détail

Visite de risque infectieux en hémodialyse

Visite de risque infectieux en hémodialyse Visite de risque infectieux en hémodialyse GREPHH Visite de risque infectieux en hémodialyse 2016 Contexte de l élaboration de l outil Visite de risque/has 2012 Visite de risque infectieux Méthode de gestion

Plus en détail

Un peu de méthode. Un outil d EPP : l analyse de scénario. «Histoires» le plus souvent issues de cas cliniques réels 09/12/2013

Un peu de méthode. Un outil d EPP : l analyse de scénario. «Histoires» le plus souvent issues de cas cliniques réels 09/12/2013 JOURNEE de PREVENTION des RISQUES INFECTIEUX en RHONE-ALPES Mardi 19 novembre 2013, Novotel Bron (69) Un outil d EPP : l analyse de scénario Dr P. Michel Directeur Organisation, Qualité, Risques et Usagers

Plus en détail

MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE

MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE MAITRISE D UNE ÉPIDÉMIE D INFECTION NOSOCOMIALE : PLACE DU SERVICE D HYGIÈNE HOSPITALIÈRE 1 Dr Houyem SAID LATIRI Service de Prévention et de Sécurité des Soins CHU Sahoul CAS CLINIQUE Investigation d

Plus en détail

Visite de risque infectieux en hémodialyse

Visite de risque infectieux en hémodialyse Dans les tableaux ci-dessous, sont indiqués les références bibliographiques utilisées comme référentiel pour les principaux critères des grilles de recueil Grille d entretien «Infirmier» 4 Décret n 2002-1198

Plus en détail

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux

Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Prévention des infections dans les Etablissements Médico-Sociaux Dr Zoher KADI Responsable ARLIN Picardie Définitions Contamination Colonisation Infection Infection Associée aux Soins Formation des Référents

Plus en détail

Le nouveau dispositif de prévention des infections associées aux soins:

Le nouveau dispositif de prévention des infections associées aux soins: Le nouveau dispositif de prévention des infections associées aux soins: Les centres d appui pour la prévention des infections associées aux soins (CPias) le 30 juin 2017 Contexte Evolution du programme

Plus en détail

Analyse des causes d'une série d'iso après césarienne

Analyse des causes d'une série d'iso après césarienne Analyse des causes d'une série d'iso après césarienne AMBROGI V 1,2, AMIEL M 1, MALAVAUD S 2, VERDEIL X 2, AMIEL C 3, BERTAULT D 3. Jeudi 5 juin 2014 1 EOHH CH Lavaur 2 EOHH CHU Toulouse 3 Maternité CH

Plus en détail

SCIENCES BIOLOGIQUES ET MEDICALE U.E 2.10.S1 «Infectiologie, hygiène» 2 ECTS

SCIENCES BIOLOGIQUES ET MEDICALE U.E 2.10.S1 «Infectiologie, hygiène» 2 ECTS I.F.S.I St Quentin V2 SEPTEMBRE Promotion -2017 SCIENCES BIOLOGIQUES ET MEDICALE U.E 2.10.S1 «Infectiologie, hygiène» 2 ECTS Compétence : 3 «Accompagner une personne dans la réalisation de ses soins quotidiens»

Plus en détail

Epidémiologie du risque infectieux lié aux Accidents Exposant au Sang (AES) Mars 2016

Epidémiologie du risque infectieux lié aux Accidents Exposant au Sang (AES) Mars 2016 1 Epidémiologie du risque infectieux lié aux Accidents Exposant au Sang (AES) 2 Accident Exposant au Sang (AES) Définition (Circ. n DGS/DH/98/249 du 20 avril 1998) Tout CONTACT PERCUTANE (piqûre, coupure

Plus en détail

Accident d exposition au sang

Accident d exposition au sang Accident d exposition au sang 1. Définition : On définit comme accident avec exposition au sang tout contact percutané (piqûre, coupure) ou muqueux (œil, bouche) ou sur peau lésée (eczéma, plaie) avec

Plus en détail

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir

Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées. Objectif. A savoir Annexe 2 - GEA Annexe n 2-1 MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Prévention et gestion des gastro-entérites aiguës dans une collectivité de personnes âgées Objectif Prévenir ou contrôler une

Plus en détail

Programme sécurité des patients et risque infectieux

Programme sécurité des patients et risque infectieux Programme sécurité des patients et risque infectieux Expérience Francilienne E Seringe, Arlin Idf Enjeux La qualité des soins constitue: La première attente des usagers vis-à-vis du système de santé, Un

Plus en détail

Recommandations pour la prévention des risques infectieux professionnels des personnels soignants

Recommandations pour la prévention des risques infectieux professionnels des personnels soignants Recommandations spécifiques aux décideurs politiques, aux gestionnaires, aux professionnels de santé et aux préventeurs pour la prévention des risques infectieux professionnels des personnels soignants

Plus en détail