Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assurance. Le contrôle interne. des établissements de crédit et des entreprises d investissement"

Transcription

1 Assurance Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement

2

3 Sommaire Les enjeux du contrôle interne 5 Le rôle prépondérant de la Direction Générale et du Conseil d Administration 7 Les caractéristiques d ensemble du système à mettre en place 8 Les différentes natures de risques couvertes par le règlement 12 Les outils à systématiser ou à développer par nature de risque 13 Tableau récapitulatif des documents et rapports à produire 16

4 Les événements majeurs ayant impacté la sphère économique et financière au cours des dernières années, tels que les difficultés d évaluation des risques inhérents aux subprimes ou les problèmes de transparence mis en exergue par les affaires Kerviel et Madoff, ont démontré l utilité des procédures de contrôle au sein des établissements assujettis et les risques encourus en cas de défaillance. De fait, le contrôle interne est devenu l une des préoccupations majeures des autorités de tutelle bancaires, et des contreparties concernées : banques et entreprises d investissement, mais également investisseurs, agences de notations, États, etc. Ainsi, le règlement 97-02, qui définit les exigences en matière de contrôle interne applicables aux établissements de crédit et aux entreprises d investissement (ci-après les établissements assujettis), et ses modifications successives ont une opportunité pour les établissements assujettis de réexaminer l ensemble de leur dispositif de contrôle interne, pour s assurer non seulement qu il satisfait bien aux nouvelles exigences, mais également qu il répondra demain à leur besoin de développement et de positionnement concurrentiel.

5 Les enjeux du contrôle interne Renforcer la sécurité des activités bancaires Le secteur bancaire de par la nature particulière de ses activités (importance des innovations techniques et financières conduisant à la création de produits de plus en plus sophistiqués, concurrence accrue pesant sur la rentabilité des établissements, volume élevé des opérations, très forte internationalisation des échanges impliquant de manière croissante les pays émergents, influence majeure des hedge funds et autres intervenants sur des segments peu ou moins réglementés, etc.) a vu l ensemble de ses risques s accroître et s élargir au cours des dernières décennies. Pour les autorités de tutelle, la maîtrise de ces risques (risque de crédit, risque de marché, risque global de taux d intérêt, risque d intermédiation, risque de règlement, risque de liquidité, risque de non-conformité et risques opérationnels) passe par la mise en place d un système efficace et performant de contrôle interne. Ce système constitue un instrument de gestion indispensable au bon fonctionnement et à la sécurité tant des établissements de crédit que des entreprises d investissement et le complément nécessaire de normes prudentielles quantitatives. Sur le plan de la réglementation bancaire française, le contrôle interne est ainsi devenu un complément indispensable du contrôle prudentiel quantitatif, fondé notamment sur les limites de surveillance imposées par les ratios prudentiels. On notera que cette évolution n est pas particulière à la France mais qu elle reflète une tendance générale des systèmes de surveillance dans les pays du G20. Prendre exemple sur les meilleures pratiques internationales Les dispositions prévues par ce règlement s inspirent à la fois : Des meilleures pratiques relevées dans un certain nombre d établissements assujettis français ou étrangers ; Et des réflexions menées au sein des instances bancaires internationales (pour exemple, le Comité de Bâle). Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Octobre 2010 PricewaterhouseCoopers 5

6 Améliorer la compétitivité des banques françaises Selon les autorités de tutelle, l expérience montre que la qualité du contrôle interne est un facteur discriminant pour expliquer les performances individuelles des établissements assujettis, leur degré de résistance aux difficultés et leur rapidité de réaction et de mise en œuvre des mesures correctrices lorsqu une défaillance se produit (erreur stratégique, concentration excessive et mal maîtrisée des engagements ou des risques, etc.). Fixer un corps de règles de référence pour les autorités de contrôle Les dispositions retenues dans le règlement ne constituent, dans l esprit des autorités de tutelle, qu un corps de règles de base permettant de s assurer, lors d éventuels contrôles, que les établissements ont bien mis en place dans ce domaine une infrastructure minimum. Les établissements assujettis restent libres de développer toute procédure ou tout système prenant plus complètement en compte leurs spécificités afin de répondre au mieux à leurs propres besoins de gestion. Élargissement aux entreprises d investissement L application du règlement a été étendue aux entreprises d investissement autres que les sociétés de gestion de portefeuille et aux entreprises exerçant une activité de compensation (art. 1). Le régulateur a ainsi mis en place des règles minimales de mesure et de surveillance des risques inhérents à la fourniture de services d investissement. Ces règles s imposeront à l ensemble des prestataires de services d investissement, exerçant le même métier et cela quel que soit leur statut (entreprise d investissement ou établissement de crédit), aux compensateurs et aux compagnies financières. Octobre 2010 Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement 6 PricewaterhouseCoopers

7 Le rôle prépondérant de la Direction Générale et du Conseil d Administration Le règlement insiste sur le rôle prépondérant que doivent jouer la Direction Générale et le Conseil d Administration dans la mise en place d un système de contrôle interne efficace et performant. Par ailleurs, si la création d un comité d audit n a pas été rendue obligatoire, ce dernier constitue clairement aux yeux des autorités de tutelle un moyen tout à fait approprié pour renforcer le contrôle que le Conseil d Administration se doit d exercer sur l ensemble des activités de l établissement. Le schéma ci-dessous, établi par nos soins, précise la répartition des responsabilités en matière de contrôle interne entre la Direction Générale et le Conseil d Administration telle que définies dans le règlement. (1) C'est-à-dire de "l'organe exécutif" au sens du règlement (art. 4). (2) C'est-à-dire de "l'organe délibérant" au sens du règlement (art. 4). (3) Ces limites peuvent également être fixées, le cas échéant, par l organe délibérant (art. 33). (4) Une seule fois par an s'il existe un comité d'audit (art.38). (5) À partir desquels sera élaboré le programme de missions de l'année (art. 9). (6) Concerne à la fois les risques de marché et le risque de taux d'intérêt global (voir pages 7 et 8). (7) Sur le contenu et les destinataires de ces rapports (voir pages 12 et 13). (8) Le responsable du contrôle interne est chargé de veiller à la cohérence et à l efficacité du contrôle interne. Il doit rendre compte de sa mission à la Direction Générale «organe exécutif (et au Comité d audit) qui elle-même en informe le Conseil d Administration organe délibérant» (art. 8). (9) Au minimum une fois par an. (10) L arrêté du 14 janvier 2009 prévoit la création d un comité d audit, chargé du suivi du processus d élaboration de l information financière et du suivi du contrôle légal des comptes annuels et comptes consolidés. À noter que les membres de ce comité ne peuvent être des membres de l organe exécutif. Responsabilités spécifiques de la Direction Générale (1) Surveillance des risques : Définition et/ou réexamen annuel des limites globales par nature de risques (3) Suivi trimestriel du respect de ces limites à partir d états de synthèse adaptés Appréciation des risques de l entreprise par rapport à ses fonds propres et à ses résultats en cas de fortes variations (stress scenarios) (6) Analyse a posteriori de la rentabilité des opérations (sur base au moins semestrielle) Information régulière du Conseil d Administration sur les résultats du contrôle interne (rapports sur le contrôle interne et la surveillance (7) et (8) des risques) Transmission sans délai à l ACP des incidents significatifs au regard des critères et seuils arrêtés par le Conseil d Administration Responsabilité partagée Évaluation et contrôle périodique de l efficacité des politiques, des dispositifs et des procédures mis en place au titre du contrôle interne (5) Fixation des objectifs annuels de contrôle interne (5) Responsabilités spécifiques du Conseil d Administration (2) Définition des critères et seuils de significativité permettant d identifier les incidents devant être portés à sa connaissance Définition des principes de la politique de rémunération Examen de l activité et des résultats du contrôle interne : Deux fois par an (4) À partir d états de synthèse adaptés Destinataire des rapports annuels sur le contrôle interne et la surveillance des risques (7) et le plan de continuité d exploitation (9) Création du Comité d audit (10) Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Octobre 2010 PricewaterhouseCoopers 7

8 Les caractéristiques d ensemble du système à mettre en place Définition du contrôle interne Le règlement présente une définition élargie de la notion de contrôle interne, en fixant pour ce dernier quatre types d objectifs différents (art. 5) : Qualité et fiabilité (conditions d évaluation, d enregistrement, de conservation et de disponibilité) de l information comptable et financière ; Conformité des opérations, de l organisation et des procédures internes aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur, aux normes et usages professionnels et déontologiques et aux orientations de l organe exécutif ; Qualité des systèmes de reporting, d information et de communication ; Respect des décisions de la Direction Générale. Qualité et fiabilité de l'information comptable et financière Conformité aux dispositions législatives et réglementaires Couverture de l ensemble des activités de l entreprise assujettie Le système de contrôle mis en place doit couvrir : L ensemble des activités de l entreprise assujettie (art. 10) ; Les opérations réalisées par les succursales (art. 10) ; Les opérations portant sur des nouveaux produits (art. 11-1) ; Les activités des entreprises contrôlées de manière exclusive ou conjointe (art. 2 et 11) ; Ainsi que les activités essentielles externalisées auprès de prestataires tiers. Peuvent donc ainsi être visées certaines sociétés, qui ne relèvent pas du secteur bancaire, et qui n entrent pas habituellement dans le champ de compétence des règlements bancaires (sociétés d assurance par exemple). Qualité des systèmes de reporting et d'information Objectifs du contrôle interne Respect des décisions de la Direction Générale Adaptation à chaque type d entreprise assujettie et aux entreprises contrôlées Il est de la responsabilité de chaque entreprise assujettie d adapter son système de contrôle interne (art. 1 et 2) aux éléments suivants : La nature et au volume de ses activités ; Sa taille ; Ses implantations ; Les différents risques auxquels elle est exposée ; Et, pour les établissements surveillés sur une base consolidée, l organisation du groupe et à la nature des entreprises contrôlées. Octobre 2010 Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement 8 PricewaterhouseCoopers

9 L entreprise assujettie doit veiller à la mise en place de moyens suffisants et adaptés aux activités, à la taille et aux implantations de l entreprise, qu il s agisse (art. 9) : De moyens humains (nombre et qualification des personnes qui participent au fonctionnement du système de contrôle) ; Ou de moyens techniques (outils de suivi et méthodes d analyse des risques). Mise en évidence de deux niveaux de contrôle L établissement doit mettre en place deux niveaux de contrôle (art. 6) : Un contrôle permanent au sein de chaque entité opérationnelle, effectué d une part via certains agents exclusivement dédiés à cette fonction et également par d autres agents exerçant des activités opérationnelles. Et un contrôle périodique qui permet de vérifier l efficacité des dispositifs de contrôle permanent. Chaque nomination des responsables de ces deux fonctions doit en outre faire l objet d une communication interne et externe. Indépendance des différentes fonctions L organisation retenue doit permettre d assurer une stricte indépendance (art. 7) : Au sein des entités opérationnelles, entre les différentes fonctions clés que représentent l initiation des opérations, leur validation comptable, leur règlement et la surveillance des risques qui y sont attachés ; Entre chaque unité opérationnelle et le contrôle de deuxième niveau. Le respect d une stricte indépendance entre les différentes entités opérationnelles peut notamment reposer sur l existence de rattachements hiérarchiques différents jusqu à un niveau suffisamment élevé (art. 7) tels que les organes dirigeants, auxquels est effectué un reporting régulier en matière d activité. Nouvelles fonctions de contrôle Instauration d un contrôle de la conformité L établissement doit procéder à la désignation d un responsable de la conformité, doté d une réelle indépendance à l égard des structures opérationnelles. Celui-ci participe ensuite à la : Définition et formalisation de procédures spécifiques d examen et des procédures d approbation des nouveaux produits ; Mise en place d un système de déclaration des dysfonctionnements, de plans d actions correctives et d un processus de veille réglementaire ; Formation de l ensemble du personnel aux procédures de contrôle de la conformité. Mise en place d une filière Risques La mise en place d une filière Risques «spécifique» a été rendue obligatoire via l arrêté du 19 janvier Un responsable de la filière, dont le nom est communiqué à l ACP, doit ainsi veiller à la cohérence, l efficacité et aux moyens de la politique de gestion des risques de l établissement. Il participe notamment à l élaboration d un recueil de pratiques regroupant le dispositif de surveillance des risques et la tolérance aux différents risques. En outre, la surveillance des risques est renforcée par la mise en place de : Une cartographie des risques permettant d avoir une approche globale de ceux-ci par entité et par ligne métier ; Des systèmes d analyse et de mesure des risques «transversaux» ; Un suivi des risques dans le cadre des opérations sur les nouveaux produits et nouvelles activités. Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Octobre 2010 PricewaterhouseCoopers 9

10 Dispositif du Lutte contre le blanchiment Les principaux axes du dispositif de lutte anti-blanchiment à mettre en place au sein des établissements assujettis ont été défini par l arrêté du 29 octobre Ces mesures rentrent dans le périmètre d analyse du contrôle interne, impliquant les trois niveaux de contrôle suivants : Les intervenants opérationnels doivent être formés aux risques de blanchiment et avoir accès aux procédures en vigueur au sein de l établissement visant à répondre à ces risques ; Le contrôle permanent met en place un suivi des connaissances disponibles concernant les contreparties de l établissement assujetti, et leurs relations sur les marchés ; Le contrôle périodique centralise les différentes anomalies significatives constatées au regard du profil de la clientèle par les cellules anti-blanchiment. Renforcement du contrôle des activités externalisées L établissement assujetti définit quelles sont ses prestations essentielles, eu égard à ses propres spécificités. Les prestations essentielles regroupent notamment les opérations de banque (au sens de l article L du code monétaire et financier), les services d investissement ainsi certaines opérations connexes et autres prestations de services présentant un effet significatif sur la maîtrise des risques. Sur ces prestations essentielles (qui peuvent nécessiter un agrément spécifique ou non), l objectif est ensuite d appliquer un dispositif de contrôle interne renforcé tel qu il s appliquerait si la prestation n était pas externalisée. Contrôle de la politique de rémunération Chaque établissement assujetti doit instaurer un Comité des rémunérations comportant notamment une majorité de membres indépendants, en vertu des dispositions de l arrêté du 3 novembre Outre la publication d un rapport annuel sur les rémunérations (transmis à l ACP), ce nouvel organe est le garant de la bonne exécution des textes en vigueur en matière de rémunérations, dont les récentes évolutions indiquent que : Les personnels chargés de valider les opérations doivent être rémunérés de manière indépendante des opérationnels eux-mêmes ; Les critères de rémunération variable des opérationnels doivent intégrer l ensemble des risques encourus et leurs coûts respectifs. Dans cette optique, il convient d appliquer un versement différé pour une part significative de cette rémunération ; La rémunération variable distribuée au sein d un établissement doit pouvoir être réduite en cas de résultats défavorables, et ne doit pas empêcher un établissement de renforcer ses fonds propres. Mise en place d un Plan de Continuité d activité Dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan, l établissement s assure notamment que ses ressources humaines, immobilières, techniques et financières font l objet d une appréciation régulière au regard des risques liés à la continuité d activité. Un rapport est transmis, à ce sujet et au moins une fois par an, au comité d audit. Respect de la piste d audit Pour l élaboration de leur information comptable et financière, les entreprises assujetties doivent respecter un ensemble de procédures, appelé «Piste d audit», dont les 3 composantes sont les suivantes (art. 12) : Reconstitution de l ordre chronologique des opérations ; Justification par inventaire (piste d audit statique) : «toute information doit pouvoir être justifiée par une pièce d origine à partir de laquelle il doit être possible de remonter par un cheminement ininterrompu au document de synthèse et réciproquement» ; Justification par les flux (piste d audit dynamique) : «l évolution des soldes d un arrêté à l autre doit pouvoir être expliqué par la conservation des mouvements ayant affecté les postes comptables». Octobre 2010 Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement 10 PricewaterhouseCoopers

11 Limites internes La surveillance et la maîtrise des risques (risques de crédit, de marché, de taux d intérêt global, d intermédiation, de règlement et de liquidité) doivent reposer sur : Un système de limites globales, fixées par la Direction Générale (organe exécutif) et, le cas échéant, par le Conseil d Administration (organe délibérant) et tenant compte du niveau de fonds propres de l établissement (art. 33) ; Des procédures qui permettent de s assurer que ces mêmes limites sont effectivement et en permanence respectées (par exemple, création d un «Comité des risques») (art. 34 et 35). L entité concernée par le respect des limites agit d une part en amont des éventuels dépassements, en analysant les causes d éventuels non-respects de limites et en informant les intervenants opérationnels concernés, mais également en aval via la réalisation d actions correctrices. Conclusion : développement d une «culture» de contrôle interne À notre avis, la mise en place des différents éléments du système de contrôle interne décrits ci-avant suppose le développement d une «culture» de contrôle interne au sein de chaque établissement. Tous les membres d une entreprise assujettie ont en effet un rôle à jouer dans le domaine du contrôle interne. CA* Comité d'audit Direction Générale Responsable du Contrôle interne Fixation de limites globales, revues au moins annuellement Fixation de limites "opérationnelles" Inspection générale et/ou Audit interne Contrôle des Contrôles - Contrôle de deuxième niveau Information annuelle du Conseil d'administration sur le respect des limites (1) LIMITES INTERNES : FIXATION ET SUIVI Contrôle du respect permanent des limites opérationnelles et globales * Conseil d Administration Ensemble du personnel Contrôles permanents au sein des unités opérationnelles Information trimestrielle de la Direction Générale sur le respect des limites et/ou les risques de dépassement En cas de dépassement, information des personnes responsables et mise en place d'actions correctives (1) Cette information doit figurer dans le rapport annuel sur la mesure et la surveillance des risques (voir p. 11) Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Octobre 2010 PricewaterhouseCoopers 11

12 Les différentes natures de risques couvertes par le règlement Les différents outils à mettre en place sont présentés et détaillés dans le règlement par type de risque (voir définitions rappelées ci-dessous), comme le montre le schéma ci-contre : (1) Risque de crédit : «risque encouru en cas de défaillance d une contrepartie ou de contreparties considérées comme un même bénéficiaire au sens de l article 3 du règlement n 93-05» (art. 4-e). (2) Risque de marché, y compris le risque de change (art. 4-f). Il s agit donc du risque de taux d intérêt, du risque sur actions et du risque de règlement contrepartie liés au portefeuille de négociation, ainsi que du risque de change sur l ensemble du bilan et du hors-bilan (à l exception des éléments structurels). (3) Risque de taux d intérêt global : «risque encouru en cas de variation des taux d intérêt du fait de l ensemble des opérations de bilan et de horsbilan, à l exception, le cas échéant, des opérations soumises aux risques de marché» (art. 4-g). (4) Risque de liquidité : «risque pour l établissement de ne pas pouvoir faire face à ses engagements ou de ne pas pouvoir dénouer ou compenser une position en raison de la situation du marché» (art. 4-h). (5) Risque de règlement : «risque encouru, notamment dans les opérations de change, au cours de la période qui sépare le moment où l instruction de paiement d un instrument financier vendu ne peut plus être annulée unilatéralement et la réception définitive de l instrument acheté ou des espèces correspondantes» (art. 4-i). (6) Risque d intermédiation : «risque de défaillance d un donneur d ordres ou d une contrepartie à l occasion d une transaction sur instruments financiers dans laquelle l entreprise assujettie apporte sa garantie de bonne fin» (art. 4-m). (7) Risque Opérationnel : «risque résultant d insuffisances de conception, d organisation et de mise en œuvre des procédures d enregistrement dans le système comptable et plus généralement dans les systèmes d information de l ensemble des événements relatifs aux opérations de l établissement» (art. 4-j). Mise en place de deux types de systèmes : système de mesure des risques et des résultats (10) / système de surveillance et maîtrise des risques (11) Mise en place de moyens adaptés à la maîtrise (12) de ces deux risques Détermination et suivi d un niveau de sécurité souhaitable Risque de crédit (1) Risque de marché (2) Risque de taux d'intérêt global (3) Risque de liquidité (4) Risque de règlement (5) Risque d'intermédiation (6) Risque opérationnel, y compris le risque juridique (7) Risque de non-conformité (8) Risque informatique (9) (7b) Risque juridique : «risque de tout litige avec une Bis contrepartie résultant de toute imprécision, lacune ou insuffisance de nature quelconque susceptible d être imputable à l établissement au titre de ses opérations» (art. 4-k). (8) Risque de non-conformité : «risque de sanction judiciaire, administrative ou disciplinaire, de perte financière significative ou d atteinte à la réputation, qui naît du non-respect de dispositions propres aux activités bancaires et financières». (9) Risque informatique : cette notion n est pas définie par le règlement. (10) Les caractéristiques de ces systèmes sont détaillées dans le règlement pour l ensemble des risques visés : crédit, marché, taux d intérêt global, liquidité et règlement, intermédiation. (11) Il s agit notamment de la mise en place de limites internes (art. 32 à 36). (12) Cette notion n est pas précisée par le règlement. Octobre 2010 Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement 12 PricewaterhouseCoopers

13 Les outils à systématiser ou à développer par nature de risque Risque de crédit Élaboration d un système de rating Le développement d un système de notation interne doit permettre d attribuer à chaque contrepartie un niveau de risque matérialisant sa probabilité de défaillance. Ce système sera utilisé, non seulement lors de l octroi du crédit, mais également à chaque revue trimestrielle des encours. Tarification des crédits Toute nouvelle opération de crédit doit être tarifée à partir d une analyse prévisionnelle des charges et produits, directs et indirects, la plus exhaustive possible et portant notamment sur les éléments suivants (art. 20) : Coûts opérationnels ; Coûts de refinancement ; Coûts liés au risque de défaillance de la contrepartie ; Coûts de rémunération des fonds propres. L organe exécutif doit procéder au moins semestriellement, à une analyse a posteriori de la rentabilité des opérations de crédit (art. 20). Dossiers de crédit Chaque dossier doit notamment comprendre des informations (art. 19) : Sur la situation financière du débiteur (qu il soit particulier ou entreprise) ; Sur ses actionnaires et ses dirigeants (s il s agit d une entreprise) ; Et dans tous les cas, sur les garanties reçues. Ce dossier doit être complété au moins trimestriellement si la créance est impayée ou douteuse, ou si le risque ou les volumes concernés sont «significatifs». Procédures de délégation Pour les opérations jugées importantes ou ayant une nature particulière (art. 21) : Les décisions d octroi de prêt doivent être prises par au moins deux personnes ; Et les dossiers de crédit doivent être analysés par une unité spécialisée indépendante des entités opérationnelles. Analyse et stratification des encours Les encours (bilan et hors bilan) doivent pouvoir faire l objet d une stratification par (art. 18) : Niveau de risque ; Secteur économique ; Zone géographique. L identification doit se faire par contrepartie et par groupe de contreparties (notion de «même bénéficiaire»), permettant ainsi d appréhender et de contrôler le risque de concentration au moyen de procédures documentées. Revue trimestrielle des garanties et des provisions Tous les trimestres, il doit être procédé à une analyse globale de la qualité des encours. Cette analyse doit notamment se faire à partir d une évaluation récente des garanties (détermination du risque résiduel) et peut conduire, pour les encours significatifs, à modifier le niveau de risque attribué à la contrepartie. Cela peut également entraîner un déclassement en créances douteuses et/ou une modification du taux de provisionnement (art. 24). Risque de marché Évaluation quotidienne des positions Pour toutes les opérations de change et les opérations portant sur le portefeuille de négociation réalisées pour compte propre, le système mis en place doit permettre d effectuer, au moins quotidiennement (art. 25) : L enregistrement de ces opérations et le calcul des résultats ; La détermination des positions globales et des positions par instruments ; La mesure des risques (voir ciaprès) et la bonne adéquation des fonds propres de l établissement assujetti à ces mêmes risques. Calcul d une Value At Risk (VAR) Si l activité de marché est significative, la mesure des risques qui lui sont liés doit se traduire par Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Octobre 2010 PricewaterhouseCoopers 13

14 le calcul quotidien d une Value-At- Risk (notion de «perte potentielle maximale») (art. 26). Cette notion est définie (art. 4-l) comme «la mesure de l impact le plus défavorable sur les résultats de variations des conditions de marché intervenant sur une période donnée et avec un niveau de probabilité déterminé». Développement de programmes de scénarios de crise (stress test) Les entreprises assujetties doivent veiller à évaluer, de façon régulière, les risques qu elles encourent sur leur portefeuille de négociation au cas où ce dernier aurait à subir de fortes perturbations du marché (art. 27). Rapprochement mensuel du résultat comptable et du résultat de gestion Au moins une fois par mois, les établissements doivent être en mesure pour toutes les opérations qui font encourir des risques de marché (art. 13, c) : De rapprocher le résultat comptable et le résultat de gestion ; D expliquer les écarts constatés. Évaluation de l impact potentiel sur les Fonds Propres Les entreprises assujetties doivent être en mesure de communiquer à l ACP l impact sur leurs fonds propres d un changement soudain et inattendu des taux d intérêt relativement à leurs activités autres que de négociation (sur la base d hypothèses déterminées par l ACP). Risque de taux d intérêt global Évaluation du risque de taux d intérêt global Chaque établissement assujetti doit être en mesure d évaluer périodiquement, lorsqu il est significatif, le risque de taux d intérêt global résultant de l ensemble de ses opérations de bilan et de hors-bilan (à l exception, éventuellement, des opérations générant un risque de marché) (art. 28). Développement de programmes de scénarios de crise (stress test) De la même façon que pour le suivi des risques de marché (voir ci-avant), les entreprises assujetties doivent veiller à évaluer, de façon régulière, les risques qu ils encourent en cas de fortes perturbations du marché (art. 30). Risque de règlement Évaluation du risque de règlement L entreprise assujettie doit veiller à appréhender l exposition à ce type de risque en distinguant les différentes phases du processus de règlement, en particulier (art. 31) : L heure limite pour annuler unilatéralement une opération ; La réception définitive des fonds (chez le correspondant) ; La constatation de la réception définitive de ces fonds (ou de l impayé) chez l établissement. Les procédures mises en place doivent permettre aux entreprises assujetties de connaître leur exposition actuelle et future au risque de règlement à mesure qu elles concluent de nouvelles opérations et en tenant compte des opérations en cours. Ces dispositions s appliquent à toutes les entreprises assujetties. Des dispositions spécifiques et complémentaires pour les «prestataires» sont prévues à l article 31-1 et sont précisées ciaprès. Risques de liquidité et de règlement Prestataires assujettis Ces dispositions ne s appliquent qu aux prestataires de services d investissement qui apportent leur garantie de bonne fin à l occasion de transactions sur instruments financiers et aux personnes morales mentionnées à l art du Code monétaire et financier («prestataires») (art. 31-1). Évaluation des risques de liquidité et de règlement Chaque prestataire doit disposer d un système de mesure des risques de liquidité et de règlement découlant de l exécution de services d investissement ou de compensation permettant (art. 31-1) : D appréhender en date de règlement l intégralité des flux de trésorerie et de titres, en prenant en considération en particulier les flux certains ou prévisibles d espèces ou de titres liés à des opérations à terme ou à des instruments financiers à terme ; D identifier pour les différents instruments financiers et pour chaque système de règlementlivraison utilisé, les différentes phases du processus de règlement et de livraison ; D assurer la surveillance des opérations jusqu à leur date de règlement effectif, notamment en cas de retard ou d impayés ; De mesurer les ressources titres ou espèces aisément mobilisables permettant de Octobre 2010 Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement 14 PricewaterhouseCoopers

15 respecter les engagements pris à l égard des contreparties, dans le respect des règles de ségrégation des actifs ; Un suivi journalier des opérations ayant entraîné des suspens et un suivi de l apurement dans les plus brefs délais de ces derniers. Lorsque les opérations sont traitées par un système de règlement-livraison comportant des règlements définitifs en cours de journée, le système de mesure doit identifier les flux prévisionnels de titres ou d espèces en cours de journée, de façon à tenir compte des heures limites pour l annulation unilatérale des ordres. Développement de programmes de scénarios de crise (stress test) Les prestataires doivent veiller à évaluer au moins une fois par an, de façon régulière, les risques de liquidité et de règlement qu ils encourent en cas de fortes perturbations du marché ou dans l hypothèse de la défaillance d un donneur d ordres (art ). Risque d intermédiation Prestataires assujettis Ces dispositions ne s appliquent qu aux prestataires de services d investissement qui apportent leur garantie de bonne fin à l occasion de transactions sur instruments financiers et aux personnes morales mentionnées à l art du Code monétaire et financier (art. 30-1). Évaluation du risque d intermédiation Chaque prestataire doit disposer d une procédure de sélection et de mesure des risques d intermédiation permettant (art. 30-1, 1 et 2 ) : D appréhender les engagements à l égard des donneurs d ordre et des contreparties ; De recenser par donneur d ordres les garanties constituées sous forme de dépôts d espèces ou d instruments financiers. Les procédures d engagement des opérations doivent être formalisées notamment lorsqu elles sont organisées sous forme de délégations. L appréciation du risque sur chaque donneur d ordres doit tenir compte : D éléments relatifs à la situation financière de ce dernier ; Des caractéristiques des opérations qu il transmet. Suivi des opérations Chaque prestataire doit disposer d un système de suivi des opérations d intermédiation permettant notamment (art. 30-1, 3 ) : D enregistrer sans délai les opérations déjà réalisées et d enregistrer comme positions pour compte propre les opérations non immédiatement imputées au compte du donneur d ordres ; De calculer quotidiennement la valeur de marché des positions des donneurs d ordres et des instruments financiers apportés en garantie par ces derniers ; De suivre quotidiennement les erreurs dans la prise en charge et l exécution des ordres ; ces positions doivent être considérées comme des risques de marché pris pour compte propre ; D établir la chronologie des opérations ; D évaluer a posteriori les positions prises en cours de journée. Développement de programmes de scénarios de crise (stress test) De la même façon que pour le suivi des risques de marché et du risque de taux d intérêt global (voir ci-avant), les prestataires doivent veiller à évaluer, au moins une fois par an, leurs risques en cas de forte variation des paramètres de marché ou de la défaillance des donneurs d ordres. Risque informatique Niveau de sécurité et contrôles Les systèmes d information et de communication doivent être adaptés au niveau de sécurité informatique fixé par la Direction Générale et faire l objet de contrôles périodiques sur (art. 14) : Le niveau de sécurité qu ils offrent et, le cas échéant, la mise en œuvre d actions correctrices ; L existence de procédures de secours informatique (backup) permettant d assurer la continuité de l exploitation en cas de difficultés graves de fonctionnement. Risque opérationnel Les établissements se doivent de mettre en place des systèmes adaptés d analyse et de mesure des risques opérationnels (arrêté du 14 janvier 2009). Ces systèmes doivent en particulier prévoir les critères et les seuils permettant d identifier comme significatifs les incidents relevés par les procédures de contrôle interne (les critères et seuils sont communiqués à l ACP). Le règlement précise que toute fraude est réputée significative si elle entraîne une perte ou un gain brut supérieur à 0.5 % des fonds propres (uniquement si ce montant est supérieur à ). En cas d incidents significatifs, l organe exécutif est chargé d en informer sans délai la commission bancaire. Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Octobre 2010 PricewaterhouseCoopers 15

16 Tableau récapitulatif des documents et rapports à produire Nature et contenu des documents ou rapports Date de remise (1) Destinataires Organe exécutif Organe central Manuels de procédures (Règlement 97-02, art. 40, al. 1) - modalités d enregistrement, de traitement et de restitution des informations - schémas comptables - procédures d engagement des opérations Document précisant les moyens destinés à assurer le bon fonctionnement du contrôle interne - différents niveaux de responsabilité - attributions dévolues et moyens affectés au fonctionnement des dispositifs de contrôle interne - règles qui assurent l indépendance de ces dispositifs - procédures relatives à la sécurité des systèmes d information et de communication - description des systèmes de mesures des risques - description des systèmes de surveillance et de maîtrise des risques - description du mode d organisation de la gestion de trésorerie dans le cadre de l exécution des services d investissement ou de compensation et des conditions dans lesquelles est suivie la trésorerie prévisionnelle - plan de continuité d exploitation Rapports établis suite aux contrôles effectués par les établissements (Règlement 97-02, art. 41) - Contrôles effectués dans le cadre des dispositifs visés au b de l article 6 (c est-à-dire par exemple, à notre avis, rapports d inspection, rapport sur la politique de rémunération, etc.) Rapport annuel sur le contrôle interne du Groupe (4) (Règlement 97-02, art. 42) - inventaire des enquêtes réalisées (insuffisances relevées, mesures correctrices) - modifications significatives réalisées dans le domaine du contrôle interne (prise en compte de l évolution des activités et des risques) - conditions d application des procédures mises en place pour les nouvelles activités - contrôle interne des succursales à l étranger - principales actions projetées dans le domaine du contrôle interne - en annexe : conventions et opérations conclues avec les dirigeants et actionnaires principaux N/A (document permanent) N/A (document permanent) N/A (documents ponctuels) Mise à disposition, à leur demande Mise à disposition, à leur demande Communication obligatoire 30 avril Supervision (3) Communication obligatoire Octobre 2010 Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement 16 PricewaterhouseCoopers

17 Organe délibérant et comité d audit ACP et Commissaires aux Comptes Recommandations et suggestions de l ACP Mise à disposition, à leur demande Mise à disposition, à leur demande Mise à disposition, à leur demande Mise à disposition, à leur demande Communication à leur demande Tenus à leur disposition Communication obligatoire Structure proposée (2) : I. Présentation synthétique du Contrôle Interne de 2 e niveau (organigramme, nom et coordonnées du responsable, rattachement hiérarchique du responsable, autres fonctions éventuellement exercées par le responsable, dates auxquelles l organe délibérant a examiné l activité et les résultats du contrôle interne). II. Modifications intervenues dans le domaine du contrôle interne III. Conditions d application des procédures mises en place pour les nouvelles activités (description des nouvelles activités et des risques y afférant, présentation des procédures définies, modalités de mise en œuvre du contrôle) IV. Principales actions projetées dans le domaine du contrôle interne (tant dans l organisation que dans les méthodes utilisées) V. Organisation du contrôle interne des succursales et des filiales à l étranger (description synthétique de la nature et de la fréquence des «reportings», modalités de suivi et de contrôle des opérations réalisées dans le cadre de la libre prestation de services). VI. Enquêtes réalisées par les équipes de contrôle interne (cycle de contrôle, insuffisances relevées) Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Octobre 2010 PricewaterhouseCoopers 17

18 Nature et contenu des documents ou rapports Date de remise (1) Destinataires Organe exécutif Organe central Rapport annuel sur la mesure et la surveillance des risques (Règlement 97-02, art. 43) - enseignements principaux qui peuvent être dégagés des mesures de risques auxquels est exposé l établissement ainsi que, le cas échéant, le groupe pour les établissements et les compagnies financières surveillées sur une base consolidée (notamment répartition des encours de crédit par niveau de risque, par secteur économique et zone géographique, et analyse de la rentabilité des opérations de crédit) - décisions prises en matière de fixation de limites et conditions dans lesquelles les limites fixées sont respectées - les hypothèses retenues dans le cadre du contrôle de la liquidité des prestataires de services d investissement - les hypothèses retenues pour le développement de programmes de scénarios de crise 30 avril Supervision (3) Communication obligatoire Octobre 2010 Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement 18 PricewaterhouseCoopers

19 Organe délibérant et comité d audit ACP et Commissaires aux Comptes Communication obligatoire Recommandations et suggestions de l ACP Structure proposée (2) : I. Présentation synthétique des Risques : (description des principales activités exercées, présentation des principaux risques générés par ces activités) II. Risque de crédit - relevés de la répartition globale par ensemble de contreparties - éléments d information sur la gestion du risque (prise de garantie, collatéraux) et modalités de révision des dossiers de crédit - description des limites d engagement fixées - modalités et périodicité de leur révision - modalités et périodicité de leur révision - dépassements éventuels de ces limites, les procédures suivies pour autoriser ces dépassements et les mesures prises pour les régulariser - éléments d analyse de la rentabilité prévisionnelle des opérations de crédit pris en compte lors de la décision d engagement - modalités et périodicité de l analyse par l organe exécutif de la rentabilité des opérations de crédit III. Risque de marché - description synthétique des limites fixées et périodicité de la révision des limites fixées - dépassements éventuels des limites observés au cours du dernier exercice - procédures suivies pour autoriser ces dépassements - mesures mises en place pour les régulariser - description des scénarios de stress et de leurs principales conclusions - analyse des écarts entre les résultats comptables et leurs résultats de gestion IV. Risque de taux d intérêt global - description synthétique des limites fixées et périodicité de la révision des limites fixées - présentation de la méthode d évaluation et de surveillance utilisée par l établissement - résultats de cette méthode précisant l impact d une variation des taux sur les résultats et les fonds propres V. Risque de règlement VI. Risque d illiquidité VII. Autres risques, y compris opérationnels (à compléter en fonction des risques identifiés par l établissement : risques liés aux systèmes d information, risque juridique, fiscal, etc.). Annexes relatives à : - la sécurité des moyens de paiement - les hypothèses utilisées pour établir le tableau de trésorerie, et analyse de l évolution des impasses calculées dans les tableaux de trésorerie établis au cours de l exercice (relatives au risque d illiquidité) Le contrôle interne des établissements de crédit et des entreprises d investissement Octobre 2010 PricewaterhouseCoopers 19

20 «Les informations contenues dans cette publication ne peuvent en aucun cas être assimilées à des prestations de services ou de conseil rendues par leurs auteurs ou éditeurs. Aussi, elles ne peuvent être utilisées comme un substitut à une consultation rendue par une personne professionnellement compétente. Cette publication est la propriété de PricewaterhouseCoopers Audit. Toute reproduction et /ou diffusion, en tout ou partie, par quelque moyen que ce soit est interdite sans autorisation préalable. PricewaterhouseCoopers Audit (2010). Tous droits réservés».

Gouvernance et contrôle interne Table ronde

Gouvernance et contrôle interne Table ronde Gouvernance et contrôle interne Table ronde Conférence ASSFOR 10 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22

Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 Norme comptable relative au contrôle interne et l organisation comptable dans les établissements bancaires NC22 OBJECTIF 01. La Norme Comptable NC 01 - Norme Comptable Générale définit les règles relatives

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Organisation du dispositif de maîtrise des risques

Organisation du dispositif de maîtrise des risques Organisation du dispositif de maîtrise des risques Conférence EIFR 18 décembre 2014 Marie-Agnès NICOLET Regulation Partners Présidente fondatrice 35, Boulevard Berthier 75017 Paris marieagnes.nicolet@regulationpartners.com

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Les missions du comité d audit

Les missions du comité d audit AUDIT COMMITTEE INSTITUTE FRANCE Les missions du comité d audit Aide mémoire kpmg.fr Sommaire Réglementation... 3 Exemples de bonnes pratiques... 6 Suivi de l efficacité des systèmes de contrôle interne

Plus en détail

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière

Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Charte de contrôle interne de Fongépar Gestion Financière Sommaire : 1 Avant propos... 2 1.1 Objet de la Charte... 2 1.2 Le cadre règlementaire... 2 2 Organisation du dispositif de contrôle interne...

Plus en détail

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement

Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement Le 13 novembre 2013 Position de l ACPR relative à l application du règlement n 97-02 à l intermédiation en opérations de banque et en services de paiement 2013-P-01 Document de nature explicative La présente

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité"

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction conformité BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 49/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative à la fonction "conformité" Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier.

1.2 Convocation des administrateurs Conformément à l article 17 des statuts, les administrateurs ont été convoqués par courrier. Société Anonyme au capital de 36 659 280 Siège social : 20, rue de l'arc de Triomphe - 75017 PARIS 378 557 474 RCS PARIS RAPPORT DU PRESIDENT DIRECTEUR GENERAL ETABLI EN APPLICATION DU DERNIER ALINEA DE

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE

CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE CAHIER DES CHARGES RELATIF A LA TENUE CONSERVATION DES COMPTES EN VALEURS MOBILIERES APPLICABLE AUX SOCIETES FAISANT APPEL PUBLIC A L EPARGNE Article 1 : La société (émetteur ou intermédiaire en bourse

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS

Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS Société anonyme au capital 1 351 434 Siège social : 3 rue La Boétie 75008 PARIS 352 042 345 RCS PARIS ANNEXE AU RAPPORT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION A L'ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE DU 24 AVRIL 2007 RELATIVE

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT N 2006-19. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

CIRCULAIRE AUX ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT N 2006-19. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Tunis le 28 novembre 2006 CIRCULAIRE AUX ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT N 2006-19 Objet : Contrôle Interne. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, Vu la loi n 58-90 du 19 septembre 1958 portant création

Plus en détail

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels

Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux réglementaires et prudentiels Secrétariat général de la Commission bancaire Maîtrise des risques sur le système d information des banques : Enjeux Forum des Compétences 7 décembre 2005 Pierre-Yves Thoraval Secrétaire général adjoint

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

CHARTE du COMITE de DIRECTION

CHARTE du COMITE de DIRECTION CHARTE du COMITE de DIRECTION INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 III. COMPOSITION... 3 IV. LE PRÉSIDENT DU COMITÉ DE DIRECTION & LE CEO... 3 V. FONCTIONNEMENT... 4 1. Planning, ordre

Plus en détail

Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit

Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit Lettre circulaire relative aux termes de référence de la mission des commissaires aux comptes au sein des établissements de crédit Vu la loi n 34-03 relative aux établissements de crédit et organismes

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de contrôle interne

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts

Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Politique de Gestion des Conflits d Intérêts Rédigé par : Olivier Ramé Signature : Autorisé par : Olivier Ramé (RCCI) Signature : Date de création : 23/03/2012 Diffusé le : 26/03/2012 auprès de : Collaborateurs

Plus en détail

05/03/2012. Document public. labanquepostale-am.fr

05/03/2012. Document public. labanquepostale-am.fr Politique de Best Execution 05/03/2012 Document public La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15 Société de gestion de portefeuille ayant obtenu l agrément

Plus en détail

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE

BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SUPERVISION DES ETABLISSEMENTS BANCAIRES ET FINANCIERS ET STABILITE FINANCIERE INSTITUTION : DATE DE CONTROLE : SUPERVISEUR : PERSONNES INTERROGEES : RESUME DES

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie

Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie Recommandation sur le recueil des informations relatives à la connaissance du client dans le cadre du devoir de conseil en assurance vie 2013-R-01 du 8 janvier 2013 1 Contexte Pour la commercialisation

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE

INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE INSTRUCTION N 007 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA GOUVERNANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du 07 mai 2002 relative à la constitution,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres 1 / 5 Préambule : Principes fondamentaux adoptés par Natixis Asset Management Natixis Asset Management en qualité de professionnel

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Politique de meilleure exécution et de sélection des intermédiaires

Politique de meilleure exécution et de sélection des intermédiaires Politique de meilleure exécution et de sélection des intermédiaires Date de mise à jour : 01 janvier 2013 Préambule Conformément à l article L. 533-18 du Code monétaire et financier consécutif à la transposition

Plus en détail

Le 19 avril 2013 - ANGERS

Le 19 avril 2013 - ANGERS Le 19 avril 2013 - ANGERS 2 > Sommaire 1. Cadre réglementaire 2. Cadre de délégation 3. Périmètre d intervention du Comité d'audit 4. Rôle du Comité d Audit 5. Coordination et planification des travaux

Plus en détail

Fonds pour l adaptation

Fonds pour l adaptation Fonds pour l adaptation Conseil du Fonds pour l adaptation Deuxième réunion Bonn, 16-19 juin 2008 AFB/B.2/10 22 mai 2008 Point 6h) de l ordre du jour FONCTIONS ET ATTRIBUTIONS DE L ADMINISTRATEUR DU FONDS

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID)

LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR LES MARCHÉS D INSTRUMENTS FINANCIERS (MIFID) POUR UNE MEILLEURE PROTECTION DE L INVESTISSEUR SOMMAIRE DES SERVICES FINANCIERS PLUS TRANSPARENTS 3 LES PRINCIPAUX THÈMES VISÉS

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du comité de direction et d évaluation des risques du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Attributions, obligations et responsabilités du Comité de direction et d évaluation

Plus en détail

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion?

IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? IFRS 8 Les secteurs opérationnels, un enjeu de communication financière et de comptabilité de gestion? Lionel ESCAFFRE Commissaire aux Comptes Professeur associé à l Université d Angers Chercheur associé

Plus en détail

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne

Covéa Finance Charte de l Audit et du Contrôle Interne CHARTE D AUDIT ET DE CONTROLE INTERNE DE COVÉA FINANCE DEFINITION DU CONTROLE INTERNE Le contrôle interne est un dispositif défini et mis en œuvre par les dirigeants et les personnels des sociétés, qui

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit.

Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Rapport prévu aux articles 43-1 et 43-2 du Règlement CRBF 97-02 modifié relatif au contrôle interne des établissements de crédit. Politique et pratiques de rémunération des collaborateurs dont les activités

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS

POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS POLITIQUE DE GESTION DES CONFLITS D INTERÊTS Nom : Politique de gestion des conflits d intérêts Création : 21 février 2008 Mise à jour : 26/ Février 2008 Mise à jour : 21 Octobre 2009 Mise à jour : 22

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Décembre 2014 Dispositif de mesure de la qualité de service de la Lettre prioritaire et de la Lettre verte Travaux d amélioration de la mesure mis en œuvre suite à l audit mené en 2013 par le cabinet Ernst

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN

Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne. Jean François MALLEN Valorisez vos missions d audit grâce à l évaluation du contrôle interne Conférence animée par Carole SENELIS Jean François MALLEN SOMMAIRE INTRODUCTION APPROCHE PAR LES RISQUES CONCLUSION QUESTIONS ET

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant

Evaluation des risques et procédures d audit en découlant Evaluation des risques et procédures d audit en découlant 1 Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 2 Présentation NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Les NEP 315, 320, 330, 500 et 501 ont fait l objet

Plus en détail

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2)

LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) LOI n 2014-288 du 5 mars 2014 «relative à la formation professionnelle, à l emploi et à la démocratie sociale» : les impacts (2) Le Parlement a adopté, le jeudi 27 février, une loi dont l article 30 procède

Plus en détail

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection

Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection Annexe à l avis de marché NICC /2011/DIR/A8 Critères de sélection PROCEDURE NEGOCIEE AVEC PUBLICITE PREALABLE POUR UNE MISSION DE CONSEIL ET D APPUI EN MATIÈRE DE L'ÉLABORATION D'UN CADRE GÉNÉRAL CONCERNANT

Plus en détail

DIRECTIVE TRANSVERSALE. CONTRÔLE PÉRIODIQUE DE L ACCOMPLISSEMENT DES TÂCHES (ART 22 LIAF) EGE-02-34_v1

DIRECTIVE TRANSVERSALE. CONTRÔLE PÉRIODIQUE DE L ACCOMPLISSEMENT DES TÂCHES (ART 22 LIAF) EGE-02-34_v1 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Groupe interdépartemental LIAF DIRECTIVE TRANSVERSALE CONTRÔLE PÉRIODIQUE DE L ACCOMPLISSEMENT DES TÂCHES (ART 22 LIAF) Domaine : Subventions (LIAF) Date : 07.03.2011 Entrée

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts

Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts Politique de prévention, de détection et de gestion des conflits d intérêts Octobre 2015 Validée par Mr Christophe Issenhuth 1 TABLE DES MATIERES I. CADRE GENERAL DU DISPOSITIF DE GESTION DES CONFLITS

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

Exigences en matière d expérience pratique des CPA

Exigences en matière d expérience pratique des CPA Exigences en matière d expérience pratique des CPA Mon emploi est-il admissible aux fins du stage avec vérification de l expérience? La période d acquisition de l expérience pratique admissible peut commencer

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs les actionnaires, En application des dispositions de l article L. 225-37, alinéa 6, du Code de commerce,

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES

MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES 1 BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE SBS MISE EN PLACE DE LA SUPERVISION BASEE SUR LES RISQUES I. INTRODUCTION La supervision bancaire évolue de façon dynamique. La récente crise financière internationale

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers

Algérie. Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Plan de comptes bancaires et règles comptables applicables aux banques et aux établissements financiers Règlement de la Banque d n 92-08 du 17 novembre 1992 Le Gouverneur de la Banque d, Vu la Loi n 88-01

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

Exercice clos au 31/03/2004 Rapport du Président du Conseil d Administration sur le Contrôle Interne

Exercice clos au 31/03/2004 Rapport du Président du Conseil d Administration sur le Contrôle Interne Exercice clos au 31/03/2004 Rapport du Président du Conseil d Administration sur le Contrôle Interne En application des dispositions de l'article L.225-37 du Code de commerce, je vous rends compte dans

Plus en détail

Politique d Exécution Covéa Finance

Politique d Exécution Covéa Finance Politique d Exécution Covéa Finance 1. Cadre règlementaire et périmètre d application En application de la directive des Marchés d Instruments Financiers (MIF), il est demandé à Covéa Finance de prendre

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

CIRCULAIRE CSSF 11/508

CIRCULAIRE CSSF 11/508 COMMISSION de SURVEILLANCE du SECTEUR FINANCIER Luxembourg, le 15 avril 2011 A toutes les sociétés de gestion de droit luxembourgeois au sens du chapitre 15 de la loi du 17 décembre 2010 concernant les

Plus en détail

M A N U E L Q U A L I T É

M A N U E L Q U A L I T É M A N U E L Q U A L I T É 1. CONTEXTE 1.1. Présentation de la Fondation Agropolis Fondation est une Fondation de coopération scientifique créée en février 2007. La Fondation dispose de dotations apportées

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services

Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers. Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services Offre des dépositaires pour les fonds immobiliers Jean-Pierre Jacquet Responsable produit pour les fonds alternatifs BNP Paribas Securities Services 08/01/2014 Dépositaire de fonds immobilier : une solide

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LES INSTRUMENTS DE PREVENTION DES CRISES ET LES VULNERABILITES DANS L'UMOA INTRODUCTION La solidité et la stabilité du système bancaire constituent une

Plus en détail

Réclamations de la Clientèle

Réclamations de la Clientèle Réclamations de la Clientèle Fiche processus: Traitement des réclamations de la clientèle Vue d'ensemble Domaine Gestion de fortune et gestion de la société Nom du processus Traitement des réclamations

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com.

Solvency II. Contexte et enjeux de la réforme. Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com. Solvency II Contexte et enjeux de la réforme Pour obtenir la présentation complète, écrire à : insight@sia-conseil.com Juin 2006 Sommaire Introduction Tour d horizon de Solvency II La gestion des risques

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE

RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE RAPPORT DE TRANSPARENCE ÉTABLI EN APPLICATION DE L ART. R.823-21 DU CODE DE COMMERCE EXERCICE CLOS LE 31 DÉCEMBRE 2014 À JOUR AU 30 MARS 2015 SOMMAIRE Introduction 2 I Présentation du Cabinet 1. Le Cabinet

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GROUPAMA BANQUE

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES GROUPAMA BANQUE PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) GROUPAMA BANQUE Société Anonyme au capital de 120 825 712 euros. Siège social : 67, rue Robespierre, 93100 Montreuil. 572

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 2007-05 DU 4 MAI 2007 Relatif aux règles comptables applicables aux établissements et services privés sociaux et médico-sociaux relevant de l article R. 314-1

Plus en détail

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014

LE FINANCEMENT PARTICIPATIF. Réunion du 19 juin 2014 LE FINANCEMENT PARTICIPATIF Réunion du 19 juin 2014 SOMMAIRE Le financement participatif 1. Définition 2. Les risques encourus 3. L ordonnance du 30 mai 2014 1. Définition Historique Le crowdfunding ou

Plus en détail

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie

Le co-commissariat aux comptes. Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Le co-commissariat aux comptes Commentaire de la norme de l ordre des experts comptables de Tunisie Sommaire 1- Désignation 2- Définitions 3- Interventions des co-commissaires aux comptes 4- Conclusion

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON

AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON AVENIR FINANCE Société anonyme au capital de 1.253.160 Siège Social à LYON (69009) - 57 rue de Saint Cyr 402 002 687 RCS LYON RAPPORT DU PRESIDENT A L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 1er JUIN 2004 SUR

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité.

Récapitulatif: Du 30 Mars au 10 Avril 2015. Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Du 30 Mars au 10 Avril 2015 Récapitulatif: Rapports de l OICV sur les plans de continuité d activité. Mise à jour de la liste des Contreparties Centrales autorisées en Europe. Lancement d un projet conjoint

Plus en détail