Les types de coût et les analyses économiques en médecine. Philippe Garnerin, Direction de l analyse médico-économique 24 septembre 2013

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les types de coût et les analyses économiques en médecine. Philippe Garnerin, Direction de l analyse médico-économique 24 septembre 2013"

Transcription

1 Les types de coût et les analyses économiques en médecine Philippe Garnerin, Direction de l analyse médico-économique 24 septembre 2013

2 Plan de la présentation Les analyses économiques La construction des coûts par cas

3 Les analyses économiques

4 But des analyses aide à la décision : yaka yapaka comment dépenser mieux lorsque les ressources humaines et matérielles sont limitées (arbitrages) santé versus éducation prévention versus traitement de la maladie coronarienne pilules de deuxième versus de troisième génération analyses économiques

5 patient Différentes perspectives hôpital / soignant assureur Etat / société analyses économiques

6 Coûts et prix le prix : somme exigée / obtenue en échange d un bien ou d un service le coût : somme correspondant la valeur des ressources consommées pour produire le bien ou le service analyses économiques

7 Coûts directs et indirects directs directement en rapport avec l intervention personnel consommables pour les fonctions métier, support et administratives indirects induits par l intervention et supportés par le patient, l entreprise, la société, (arrêt de travail, incapacité, décès ) analyses économiques

8 Coûts fixes et variables fixes coûts nécessaires à la conduite de l intervention quel que soit le nombre de personnes concernées variables coûts liés à la conduite de l intervention pour chaque personne concernée analyses économiques

9 Différents types d analyse évaluatio n d une ou plusieurs options évaluation simultanée des conséquences et des coûts non conséquences seules coûts seuls oui non description partielle description globale oui comparaison partielle - minimisation des coûts comparaison globale - coûts efficacité - coûts utilité - coûts bénéfices analyses économiques

10 analyses économiques Les analyses économiques comparatives

11 Minimisation des coûts (1/2) comparer les coûts d intervention dont les résultats sont identiques exemple : patients âgés admis en soins aigus avec un bon potentiel de réhabilitation analyses économiques

12 analyses économiques Minimisation des coûts (2/2)

13 Coûts efficacité (1/2) comparer les coûts et les résultats d interventions portant sur le même problème pour la même population de patients : unité de mesure spécifique exemple : analyses économiques

14 Coûts efficacité (2/2) par naissance trisomique évitée : - mesure de la transparence de la nuque : test intégral (# dosages à # moments durant la gestion) analyses économiques

15 Coûts utilité (1/4) comparer les coûts et les résultats d interventions traitant de problèmes de santé différents : unité de mesure «universelle» : vie sauvée, année de vie gagnée, Qaly (quality-adjusted life-year), exemple : analyses économiques

16 analyses économiques Coûts utilité (2/4)

17 Coûts utilité (3/4) Qaly valeurs 1 : une année de vie en bonne santé 0 : décès <0 : une année de vie pire que la mort estimation analyses économiques échelles : SF36, EQ-5D trade-off : contre combien d années de vie en bonne santé êtes-vous prêt à échanger dix années de vie en mauvaise santé? ex : 0.69 QALY pour une cécité suite à une rétinopathie diabétique

18 analyses économiques Coûts utilité (4/4)

19 Coûts bénéfice (1/2) comparer les coûts et les résultats d interventions traitant de problèmes différents : unité de mesure «universelle» : $,, estimation en $,, de l impact de l intervention willingness to pay capital humain assurances-décès dommages et intérêts analyses économiques

20 Coûts bénéfice (2/2) BMJ 2008;336:202 analyses économiques

21 analyses économiques Analyse de sensibilité

22 La construction des coûts par cas

23 construction des coûts par cas Principe de base la comptabilité de gestion

24 Coûts primaires et secondaires primaires coûts budgétairement liés à l activité secondaires coûts non budgétairement liés à l activité mais hérités par déversement (coûts des fonctions support et administratives) construction des coûts par cas

25 Importance de la traçabilité de l activité et de la cohérence du SI construction des coûts par cas

26 Description fine de l activité notamment médicale «seule l activité facturée doit faire l objet d un relevé» faux : les relevés d activité sont l élément essentiel de la construction des coûts construction des coûts par cas

27 Respect du principe des sections homogènes activité activité charges activité charges + charges - activité charges construction des coûts par cas charges

28 Problème de la dispersion des coûts Interventions sur l'humérus, le tibia, le péroné et la cheville, avec intervention multiple, intervention bilatérale, procédure complexe ou diagnostic complexe 196 cas construction des coûts par cas

29 Conclusion aide à la décision objective les conséquences de chacune des options difficultés liées à la détermination de l utilité (Qaly) et de la valeur des états de santé importance de l imprécision sur les résultats de l analyse

Pharmaco-économie. UE6 Cadre juridique du médicament. Ndeye Coumba NDIAYE UMR INSERM U 1122 IGE-PCV

Pharmaco-économie. UE6 Cadre juridique du médicament. Ndeye Coumba NDIAYE UMR INSERM U 1122 IGE-PCV Pharmaco-économie UE6 Cadre juridique du médicament Ndeye Coumba NDIAYE UMR INSERM U 1122 IGE-PCV Pharmaco-économie 1. Contexte 2. Définition et Objectifs 3. Les coûts 4. Les différents types d études

Plus en détail

Evaluation économique en santé:quelques points. Pharmaceutiques Nationales, 20 avril 2011 Gérard de Pouvourville 1

Evaluation économique en santé:quelques points. Pharmaceutiques Nationales, 20 avril 2011 Gérard de Pouvourville 1 Evaluation économique en santé:quelques points d approfondissement 20èmes Journées Pharmaceutiques Nationales, Alger, les 20 et 21 avril 2011 20 avril 2011 Gérard de Pouvourville 1 Objectif de la présentation

Plus en détail

Economie du médicament

Economie du médicament Economie du médicament PHARMACO-ECONOMIE Dr :Kirati Le douloureux calcul de la valeur de la vie Les Britanniques ont inventé Qaly «Quality Adjusted Life Year». Des méthodes de calcul pour évaluer ce que

Plus en détail

ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE

ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE ETUDES DE PHARMACO-ECONOMIE ETUDES DE PHARMACO -EPIDEMIOLOGIE 1 Etudes pré AMM Etudes post-amm Etudes servant de base au SMR, à l ASMR. Etudes d efficience Ventes Etudes pharmaco-épidémiologiques Pots

Plus en détail

Statines Au Grand Age : Etude «SAGA»

Statines Au Grand Age : Etude «SAGA» Statines Au Grand Age : Etude «SAGA» Evaluation médico-économique et impact sur la mortalité de l arrêt des statines à 75 ans et plus : essai clinique pragmatique Genèse de l étude Plus de deux ans de

Plus en détail

Travaux préliminaires et questions méthodologiques. Equipe Prospere

Travaux préliminaires et questions méthodologiques. Equipe Prospere Appariement des données de l Observatoire de la Médecine Générale et des données de l Assurance Maladie Travaux préliminaires et questions méthodologiques Equipe Prospere (Caroline Allonier, Philippe Boisnault,

Plus en détail

Comparaison de l EQ-5D et du SF-6D chez les patients souffrant de polyarthrite débutante: Résultats de la cohorte ESPOIR

Comparaison de l EQ-5D et du SF-6D chez les patients souffrant de polyarthrite débutante: Résultats de la cohorte ESPOIR 4 conférence d Epidémiologie Clinique 2010 Comparaison de l EQ-5D et du SF-6D chez les patients souffrant de polyarthrite débutante: Résultats de la cohorte ESPOIR Cécile GAUJOUX-VIALA 1 2 3 4 Anne-Christine

Plus en détail

INFORMATION EN SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ ET SOINS CHIFFRES-CLÉS

INFORMATION EN SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ ET SOINS CHIFFRES-CLÉS INFORMATION EN SANTÉ PUBLIQUE SANTÉ ET SOINS CHIFFRES-CLÉS ÉDITION 216 INTRODUCTION Pour cette deuxième édition, le Service de la santé publique et Statistique Vaud se réjouissent de vous présenter le

Plus en détail

SANTÉ ET SOINS CHIFFRES-CLÉS

SANTÉ ET SOINS CHIFFRES-CLÉS CE DOCUMENT VOUS PRÉSENTE LES CHIFFRES-CLÉS DU SYSTÈME DE SANTÉ VAUDOIS. Le canton de dispose d un système de soins performant regroupant une grande diversité d acteurs. Médecins de famille et spécialistes,

Plus en détail

Dépistage du Cancer ColoRectal : Étude coût-efficacité

Dépistage du Cancer ColoRectal : Étude coût-efficacité Dépistage du Cancer ColoRectal : Étude coût-efficacité 23 octobre 2008 Ken Haguenoer Interne de Santé Publique Service d Information Médicale, d Épidémiologie et d Économie de la Santé Plan 1. Éléments

Plus en détail

Les stratégies d utilisation de l information pronostique pour prescrire une chimiothérapie dans le cancer du sein sont-elles coût-efficaces?

Les stratégies d utilisation de l information pronostique pour prescrire une chimiothérapie dans le cancer du sein sont-elles coût-efficaces? Les stratégies d utilisation de l information pronostique pour prescrire une chimiothérapie dans le cancer du sein sont-elles coût-efficaces? Julia Bonastre et Serge Koscielny Introduction Le taux de rechute

Plus en détail

Introduction à l'économie de la santé

Introduction à l'économie de la santé Introduction à l'économie de la santé Prof. Jie Chen Health Technology Assessment & Research Center Fu Dan University 4 th March, 2004 Aperçu Économie et services de soins de santé Quelques concepts économiques

Plus en détail

Evaluation et acceptabilité des systèmes

Evaluation et acceptabilité des systèmes Evaluation et acceptabilité des systèmes Evaluation du risque routier et valeur de la vie humaine Luc Baumstark, Université Lumière Lyon2 «Le prix des vivants»! Des coûts à la révélation des préférences

Plus en détail

Pour une plus grande transparence dans un système décentralisé : une perspective suédoise

Pour une plus grande transparence dans un système décentralisé : une perspective suédoise Pour une plus grande transparence dans un système décentralisé : une perspective suédoise Nina Rehnqvist Directrice générale adjointe Comité national de la santé et de la protection sociale, Suède Les

Plus en détail

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale

Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale Congrès belgo-vietnamien de médecine générale médecine familiale novembre 2005 Médecine familiale et approche communautaire Prof. Marc VANMEERBEEK Département universitaire de médecine générale Université

Plus en détail

Modélisation, essais cliniques, exploitation des bases de données et recours à la littérature : mise en perspective et limites en contexte hospitalier

Modélisation, essais cliniques, exploitation des bases de données et recours à la littérature : mise en perspective et limites en contexte hospitalier Insérer ici le logo de votre institution Modélisation, essais cliniques, exploitation des bases de données et recours à la littérature : mise en perspective et limites en contexte hospitalier Pr Laurent

Plus en détail

RÉSULTATS ENQUÊTE EN LIGNE. Somme-nous des médecins numériques?

RÉSULTATS ENQUÊTE EN LIGNE. Somme-nous des médecins numériques? RÉSULTATS ENQUÊTE EN LIGNE Somme-nous des médecins numériques? Caractéristiques de la population P.2 Caractéristique générale des répondants Base : intégralité des répondants (222) Nombre total de répondants

Plus en détail

Adaptations du fichier des coûts par cas en vue des relevés SwissDRG 2017 et 2018

Adaptations du fichier des coûts par cas en vue des relevés SwissDRG 2017 et 2018 Adaptations du fichier des coûts par cas en vue des relevés SwissDRG 2017 et 2018 Version du 04.01.2017 Changements marqués jaune 2016 SwissDRG SA, Berne, Suisse Indexe 1. REMARQUES PRÉLIMINAIRES... 2

Plus en détail

SIGNALEMENT, TRAITEMENT ET ANALYSE D UN EVENEMENT INDESIRABLE LIE A L ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS

SIGNALEMENT, TRAITEMENT ET ANALYSE D UN EVENEMENT INDESIRABLE LIE A L ADMINISTRATION DES MEDICAMENTS Référence : PR/PHAR/ 008- A Page : Page 1 sur 8 Objet : Cette procédure a pour objet de définir les modalités de signalement, d enregistrement et de traitement d un événement indésirable lié à l administration

Plus en détail

Fiche descriptive de l indicateur de qualité et de sécurité des soins «Qualité de la lettre de liaison à la sortie» (QLS) en MCO

Fiche descriptive de l indicateur de qualité et de sécurité des soins «Qualité de la lettre de liaison à la sortie» (QLS) en MCO Fiche descriptive de l indicateur de qualité et de sécurité des soins «Qualité de la lettre de liaison à la sortie» (QLS) en MCO Définition Justification Cet indicateur évalue la qualité de la lettre de

Plus en détail

INTRODUCTION. Nous vous en souhaitons une bonne lecture. D r Stéfanie Monod Cheffe du Service de la santé publique

INTRODUCTION. Nous vous en souhaitons une bonne lecture. D r Stéfanie Monod Cheffe du Service de la santé publique INFORMATION EN SANTé PUBLIQUE Santé et soins chiffres-clés édition 214 INTRODUCTION Le Service de la santé publique et Statistique Vaud se réjouissent de vous présenter aujourd hui le fruit d une nouvelle

Plus en détail

Faculté de Médecine Comité des thèses Année Lecture critique d un article médical

Faculté de Médecine Comité des thèses Année Lecture critique d un article médical Faculté de Médecine Comité des thèses Année 2012 Lecture critique d un article médical Pourquoi une lecture critique? La lecture critique est indispensable: Abondance de la littérature scientifique Lecture

Plus en détail

- DECLARATION DE SINISTRE - "ASSURANCE ANNULATION DE VOYAGE" INFORMATIONS GENERALES

- DECLARATION DE SINISTRE - ASSURANCE ANNULATION DE VOYAGE INFORMATIONS GENERALES INFORMATIONS GENERALES Emetteur de la carte: CRELAN SA BOULEVARD S. DUPUIS 251 1070 BRUXELLES Le traitement de votre dossier est possible après réception de sinistre dûment complété, des notes de frais

Plus en détail

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 2 juillet 2007;

Vu le rapport d auditorat de la Banque Carrefour de la sécurité sociale du 2 juillet 2007; CSSS/07/133 1 DÉLIBÉRATION N 07/045 DU 4 SEPTEMBRE 2007 RELATIVE À L ECHANGE DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL ENTRE, D UNE PART, LE SERVICE PUBLIC FÉDÉRAL SÉCURITÉ SOCIALE ET, D AUTRE PART, LES CAISSES

Plus en détail

Projet SCORE. Grille des emplois-référence. 0. Management. 1. Protocole. 2. Légistique. 3. Ordre et sécurité publique. 4. Justice. 5.

Projet SCORE. Grille des emplois-référence. 0. Management. 1. Protocole. 2. Légistique. 3. Ordre et sécurité publique. 4. Justice. 5. 0. Management 0140 Manager I 0141 Organisation et administration 0142 Santé 0143 Logistique technique 0150 Manager II 0151 Organisation et administration 0152 Santé 0153 Ordre et sécurité publique 0154

Plus en détail

Déclaration de sinistre

Déclaration de sinistre Déclaration de sinistre Assurance pour voyages et vacances pour frais d annulation et bagages Le présent formulaire doit être rempli par la personne assurée ou son représentant légal. Les réponses aux

Plus en détail

La maitrise médicalisée des dépenses : évaluation médicoéconomique

La maitrise médicalisée des dépenses : évaluation médicoéconomique La maitrise médicalisée des dépenses : évaluation médicoéconomique et accès au marché Benoit DERVAUX Faculté de Médecine, CHRU de Lille Eléments de contexte Resserrement des contraintes budgétaire (au

Plus en détail

Études des effets réseau de la télémédecine : cas de la périnatalité

Études des effets réseau de la télémédecine : cas de la périnatalité Études des effets réseau de la télémédecine : cas de la périnatalité Nabil Nassiri*, Abdelhak Nassiri** *LUSSI, ENST-Bretagne **ICI, UBO Projet E-santé (Premier séminaire : 10 octobre 2006) 1 Problématique

Plus en détail

Sur- ou sous-médicalisation?

Sur- ou sous-médicalisation? Marc Vanmeerbeek Département de Médecine générale, Université de Liège Belgique LA PRÉVENTION MÉDICALISÉE EST-ELLE NÉFASTE POUR NOS PATIENTS? Et à quelles conditions leur serait-elle bénéfique? Sur- ou

Plus en détail

Transports et sauvetages

Transports et sauvetages Forum «Sauvetage» 2010 Transports et sauvetages dans le domaine de la LAMal et de la LAA 1 Orateur Vincent Augustin, docteur en droit Avocat Responsable du secrétariat santésuisse de Coire 2 Sommaire 1.

Plus en détail

I.N.A.M.I. Institut National d'assurance Maladie-Invalidité

I.N.A.M.I. Institut National d'assurance Maladie-Invalidité I.N.A.M.I. Institut National d'assurance Maladie-Invalidité Soins de Santé Circulaire OA n 2014/17 du 10 janvier 2014 3910/1346 En vigueur à partir du 1 janvier 2014 Abroge circulaire n 2013/444 du 20

Plus en détail

Un enjeu universel. Un objectif : susciter l intérêt des décideurs nationaux

Un enjeu universel. Un objectif : susciter l intérêt des décideurs nationaux 2 Un enjeu universel. Un objectif : susciter l intérêt des décideurs nationaux Une posture politique : un argumentaire macroscopique de nature économique 3 Le mémoire du SIDIIEF : Tendances internationales

Plus en détail

GESTION DU RISQUE DIABETE

GESTION DU RISQUE DIABETE GESTION DU RISQUE DIABETE 1 Responsabilisation assurés Tiers payant et génériques Dans le cadre de l ALD le tiers payant n est dû que pour les génériques Si le patient s oppose à la substitution alors

Plus en détail

Statines Au Grand Age :

Statines Au Grand Age : Statines Au Grand Age : Etude «SAGA» Evaluation médico-économique et impact sur la mortalité de l arrêt des statines à 75 ans et plus : essai clinique pragmatique Réunion de mise en place Justification

Plus en détail

TPG - TD 1 et 2 Etudes de cas et exercices : économie, indicateurs de santé et épidémiologie. Livret étudiant

TPG - TD 1 et 2 Etudes de cas et exercices : économie, indicateurs de santé et épidémiologie. Livret étudiant POLE REGIONAL D ENSEIGNEMENT ET DE FORMATION AUX METIERS DE LA SANTE 74, voie du TOEC, TSA 40031 31059 Toulouse cedex 9 INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Téléphone : 05 61 32 41 00 Télécopie :

Plus en détail

Qu est-ce qu un hôpital ou une structure de santé promoteur de santé?

Qu est-ce qu un hôpital ou une structure de santé promoteur de santé? Qu est-ce qu un hôpital ou une structure de santé promoteur de santé? François Martin, Centre hospitalier de Dreux Séminaire «Devenir hôpital ou structure de santé «Devenir 13 novembre hôpital 2014 ou

Plus en détail

PRATIQUE DE GESTION SUR LES COURS À DOMICILE

PRATIQUE DE GESTION SUR LES COURS À DOMICILE 1.0 FONDEMENT La présente pratique de gestion a comme fondement l article 1 de la Loi sur l instruction publique, l article 17 du régime pédagogique de l éducation préscolaire et de l enseignement primaire

Plus en détail

Cout du dépistage organisé du CCR

Cout du dépistage organisé du CCR Cout du dépistage organisé du CCR Docteur Anne Calazel - Toulouse AG du CREGG 25 et 26 Septembre 2009, Disneyland Resort Paris Politique du dépistage Dépistage = diagnostic d une maladie inconnue Le pronostic

Plus en détail

ORGANISATION DU SYSTÈME DE SANTE EN FRANCE. Pierre GORCY ARS BFC

ORGANISATION DU SYSTÈME DE SANTE EN FRANCE. Pierre GORCY ARS BFC ORGANISATION DU SYSTÈME DE SANTE EN FRANCE Pierre GORCY ARS BFC Une approche globale de la santé Santé publique : - promotion de la santé & prévention - santé-environnement - veille, crise et alerte sanitaire

Plus en détail

Case Management forfait médecin, première heure

Case Management forfait médecin, première heure 601-CGIAM Case Management forfait médecin, première heure 200.00 CHF - - Discussion de cas complexes sur invitation de l assureur avec le case team et éventuellement d autres personnes impliquées, au cabinet

Plus en détail

Les protocoles thérapeutiques. Aspects juridiques et rôle des différents acteurs

Les protocoles thérapeutiques. Aspects juridiques et rôle des différents acteurs Les protocoles thérapeutiques Aspects juridiques et rôle des différents acteurs Avertissement Cette présentation n est pas l œuvre d un spécialiste dans le domaine Les idées émises n engagent que leur

Plus en détail

La prescription de soins infirmiers

La prescription de soins infirmiers Formation des internes en médecine générale La prescription de soins infirmiers Direction régionale du Service médical PACA-C n 1 La prescription d actes infirmiers Deux cas : La prescription d actes médicaux

Plus en détail

LES DISPOSITIFS MÉDICAUX Une nouvelle loi & La consécration d un monopole

LES DISPOSITIFS MÉDICAUX Une nouvelle loi & La consécration d un monopole LES DISPOSITIFS MÉDICAUX Une nouvelle loi & La consécration d un monopole Dr. Adil EL HAJLI Pharmacien Inspecteur/DESS/MBA UNITE DES DISPOSITIFS MEDICAUX DIRECTION DU MEDICAMENT ET DE LA PHARMACIE Centenaire

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Représentant de BMO Banque de Montréal : Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Prénom Timbre de la succursale domiciliataire

Plus en détail

LE PATIENT ACTEUR DYNAMIQUE DE SON DOSSIER MÉDICAL

LE PATIENT ACTEUR DYNAMIQUE DE SON DOSSIER MÉDICAL LE PATIENT ACTEUR DYNAMIQUE DE SON DOSSIER MÉDICAL Jean Calop Pharmacien, professeur émérite à l UFR de pharmacie de Grenoble Ancien responsable du pôle pharmacie du CHU de Grenoble Philippe Menthonnex

Plus en détail

Éducation thérapeutique. maladies chroniques

Éducation thérapeutique. maladies chroniques Éducation thérapeutique et prise en charge des patients porteurs de maladies chroniques Quels modèles médico-économiques en présence? Maladies chroniques États-unis et maladies chroniques 120 millions

Plus en détail

Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme

Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme Le Cadre de Dépenses à Moyen Terme Présentation et principes généraux Pierre Demangel Définition du CDMT Un processus transparent de planification financière et de préparation du budget Visant à allouer

Plus en détail

DEMANDE D ASSURANCE INVALIDITÉ PARTIE 1 IDENTIFICATION PARTIE 2 DÉCLARATION DU RÉCLAMANT. Nom : No. de police : Prénom : No. de certificat : Adresse :

DEMANDE D ASSURANCE INVALIDITÉ PARTIE 1 IDENTIFICATION PARTIE 2 DÉCLARATION DU RÉCLAMANT. Nom : No. de police : Prénom : No. de certificat : Adresse : DEMANDE D ASSURANCE INVALIDITÉ Gestion de l invalidité, 1610, rue Bellefeuille, suite 201, Trois-Rivières (Québec) G9A 6H7 PARTIE 1 IDENTIFICATION Nom : No. de police : Prénom : No. de certificat : Adresse

Plus en détail

D.U. Chef de projet - IRC. «Audits et Inspections»

D.U. Chef de projet - IRC. «Audits et Inspections» D.U. Chef de projet - IRC «Audits et Inspections» URC Groupe Hospitalier F.Widal Lariboisière Saint Louis 1 Préparation d un audit ou d une inspection 2 Préparation d un audit ou d une inspection à la

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Représentant de BMO Banque de Montréal : Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Prénom Timbre de la succursale domiciliataire

Plus en détail

L évaluation médico-économique dans le processus de décision hospitalier : l expérience québécoise. Thomas Poder UÉTMIS - CHUS

L évaluation médico-économique dans le processus de décision hospitalier : l expérience québécoise. Thomas Poder UÉTMIS - CHUS Insérer ici le logo de votre institution L évaluation médico-économique dans le processus de décision hospitalier : l expérience québécoise Thomas Poder UÉTMIS - CHUS Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

RESPONSABILITE IDE ET TRACABILITE en HAD

RESPONSABILITE IDE ET TRACABILITE en HAD RESPONSABILITE IDE ET TRACABILITE en HAD JEUDI 2 OCTOBRE 2014 HAD SOINS et SANTE S.BERLIOZ PILOT CADRE DE SANTE D,U, EXPERTISE EN DROIT ET EN SOINS IFROSS 2005 La profession infirmière Elle est protégée

Plus en détail

Diane Baldovini SAU Adultes CHU Nord 22 mars 2013 COPACAMU

Diane Baldovini SAU Adultes CHU Nord 22 mars 2013 COPACAMU Épidémie de rougeole : Analyse descriptive et comparative des patients Rroms et non Rroms admis à l Assistance Publique des Hôpitaux de Marseille entre le 1 er octobre 2010 et le 30 septembre 2011 Diane

Plus en détail

Règles et définitions pour la facturation des cas selon SwissDRG

Règles et définitions pour la facturation des cas selon SwissDRG Règles et définitions pour la facturation des cas selon SwissDRG Version de la demande tarifaire du 30.06.2009 Etat: Après la séance-workshop du 07.04.2009 Prise en compte du procès verbal de la séance

Plus en détail

Journée Étude «FEMMES» G R O S S E S S E

Journée Étude «FEMMES» G R O S S E S S E Journée Étude «FEMMES» 1 G R O S S E S S E 2 0 0 9-2 0 1 0 Les vaccinations Rappel coqueluche Avant la grossesse Varicelle en cas d absence d ATCD et après contrôle de la sérologie Rubéole Sérologie toxoplasmose

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves hypothécaire Assurance-crédit Contrat n o 57904

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves hypothécaire Assurance-crédit Contrat n o 57904 Représentant de BMO Banque de Montréal Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves hypothécaire Assurance-crédit Contrat n o 57904 Prénom Timbre de la succursale domiciliataire

Plus en détail

RELATION MEDECIN MALADE. Dr SERHANE.R

RELATION MEDECIN MALADE. Dr SERHANE.R RELATION MEDECIN MALADE RELATION MEDECIN MALADE INTRODUCTION Le contrat médical : basé sur la confiance Information et consentement du malade La déontologie médicale Le secret médical I - LE CONTRAT MEDICAL

Plus en détail

Démarche anticipée : L expérience de l équipe Toulonnaise. Mme ARSONNEAU Valérie IDE Coordinatrice CH Toulon

Démarche anticipée : L expérience de l équipe Toulonnaise. Mme ARSONNEAU Valérie IDE Coordinatrice CH Toulon Démarche anticipée : L expérience de l équipe Toulonnaise Mme ARSONNEAU Valérie IDE Coordinatrice CH Toulon Qu est ce que la démarche anticipée? La recherche de la non opposition au don d organes avant

Plus en détail

Mode de rémunérations des professionnels de santé

Mode de rémunérations des professionnels de santé Mode de rémunérations des professionnels de santé Brigitte Dormont Université Paris Dauphine Séminaire forfait à la pathologie, Paris,14 janvier 2010 Les paiements des fournisseurs de soins : variable

Plus en détail

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 21 décembre 2005

CONCLUSIONS COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION. 21 décembre 2005 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 21 décembre 2005 Nom : Modèles et références : Fabricant et demandeur : Données disponibles : Service Attendu (SA) : Indications

Plus en détail

Economie de la Santé en Oncologie: Où en sommes nous?

Economie de la Santé en Oncologie: Où en sommes nous? Economie de la Santé en Oncologie: Où en sommes nous? Isabelle BORGET Pharmacien économiste de la santé MCU-PH Institut Gustave-Roussy & Université Paris-Sud Mardi 29 Janvier 2013 TOURS 1 Introduction

Plus en détail

Le système de santé belge et le rôle de l INAMI. Thomas Rousseau 7 novembre 2016

Le système de santé belge et le rôle de l INAMI. Thomas Rousseau 7 novembre 2016 Le système de santé belge et le rôle de l INAMI Thomas Rousseau 7 novembre 2016 1. INTRODUCTION Les principales caractéristiques du système de soins de santé en Belgique Une assurance universelle, solidaire

Plus en détail

agglomération côte basque adour éléments de cadrage complémentaires réalisés dans le cadre du contrat local de santé DÉMOGRAPHIE - ÉTAT DE SANTÉ

agglomération côte basque adour éléments de cadrage complémentaires réalisés dans le cadre du contrat local de santé DÉMOGRAPHIE - ÉTAT DE SANTÉ agglomération côte basque adour éléments de cadrage complémentaires réalisés dans le cadre du contrat local de santé DÉMOGRAPHIE - ÉTAT DE SANTÉ L'Agence régionale de santé (ARS) d'aquitaine et l'agglomération

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Représentant de BMO Banque de Montréal : Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Prénom Nom de famille Timbre de

Plus en détail

Les biologistes médicaux en première ligne dans la prévention de la maladie rénale

Les biologistes médicaux en première ligne dans la prévention de la maladie rénale Les biologistes médicaux en première ligne dans la prévention de la maladie rénale PREVENTION DE LA MALADIE RENALE LE CONSTAT RAPPEL DE QUELQUES CHIFFRES 42 500 patients dialysés 33 500 patients greffés

Plus en détail

Clarifications et exemples de cas concernant les. Règles et définitions pour la facturation des cas selon SwissDRG

Clarifications et exemples de cas concernant les. Règles et définitions pour la facturation des cas selon SwissDRG Clarifications et exemples de cas concernant les Règles et définitions pour la facturation des cas selon SwissDRG Version 3.4 du 1 er novembre 2016 En cas de besoin, de nouvelles clarifications et de nouveaux

Plus en détail

Lecture Critique d'un article médical scientifique : Préparation ECN 2015

Lecture Critique d'un article médical scientifique : Préparation ECN 2015 CONFERENCE CONDENSEE THEMATIQUE DU 25/09/2014 Lecture Critique d'un article médical scientifique : Préparation ECN 2015 P François, J Labarère, A Seigneurin TD 1 (25/09/2014) 1. Article 1 : Accès à une

Plus en détail

«Bien être pour bien soigner» 17 mars Souffrance des soignants à l hôpital : Etat des lieux Causes Axes de prévention

«Bien être pour bien soigner» 17 mars Souffrance des soignants à l hôpital : Etat des lieux Causes Axes de prévention «Bien être pour bien soigner» 17 mars 2015 Souffrance des soignants à l hôpital : Etat des lieux Causes Axes de prévention Dr Olivier Robert Hôpital Edouard Herriot HCL Enquête de satisfaction au travail

Plus en détail

ROYAUME DE BELGIQUE Base légale : AR 2/04/2003. Formulaire de déclaration anticipée relative à l euthanasie

ROYAUME DE BELGIQUE Base légale : AR 2/04/2003. Formulaire de déclaration anticipée relative à l euthanasie ROYAUME DE BELGIQUE Base légale : AR 2/04/2003 Formulaire de déclaration anticipée relative à l euthanasie Rubrique I. Données obligatoires A. Objet de la déclaration anticipée Monsieur/Madame (*) (nom

Plus en détail

I. DOCUMENT DE PRESENTATION

I. DOCUMENT DE PRESENTATION Appel à projets : Utilisation des TIC (Technologies de l Information et de la Communication) pour l amélioration du diagnostic et de la prise en charge des maladies de peau en Afrique Appel à projets ouvert

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES CRISES ÉPILEPTIQUES DE L ENFANT: LA RENCONTRE DU CHAMP SANITAIRE ET DE L ÉCOLE

PRISE EN CHARGE DES CRISES ÉPILEPTIQUES DE L ENFANT: LA RENCONTRE DU CHAMP SANITAIRE ET DE L ÉCOLE PRISE EN CHARGE DES CRISES ÉPILEPTIQUES DE L ENFANT: LA RENCONTRE DU CHAMP SANITAIRE ET DE L ÉCOLE Sandrine Bourguignon Stratégique Santé Colloque IRIAF Niort 23 mai 2013 L auteur déclare effectuer des

Plus en détail

Le coût des drogues illégales en Suisse

Le coût des drogues illégales en Suisse Le coût des drogues illégales en Suisse Claude Jeanrenaud Neuchâtel, juin 2006 Programme d étude sur les substances engendrant la dépendance Trois études réalisées pour l Office fédéral de la santé publique

Plus en détail

LE ROLE DE L INFIRMIER DANS L EDUCATION DU PATIENT. Claudine ZAFFRAN JNI 10 Juin 2010

LE ROLE DE L INFIRMIER DANS L EDUCATION DU PATIENT. Claudine ZAFFRAN JNI 10 Juin 2010 LE ROLE DE L INFIRMIER DANS L EDUCATION DU PATIENT Claudine ZAFFRAN JNI 10 Juin 2010 En quoi l éducation thérapeutique peut être une question d actualité? Dans quelle mesure le rôle de l IDE dans cette

Plus en détail

Notions de base en économie de la santé

Notions de base en économie de la santé 19 octobre 2016 Master 2 Sciences du Médicament UE Market access Notions de base en économie de la santé Géraldine LEGUELINEL Pharmacien Praticien attaché QUIZZ de 8 questions Organisation Répartition

Plus en détail

Le système de soins santé et l assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Michel Vigneul 14 octobre 2015

Le système de soins santé et l assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Michel Vigneul 14 octobre 2015 Le système de soins santé et l assurance soins de santé en Belgique : une introduction Michel Vigneul 14 octobre 2015 LE SYSTEME DES SOINS DE SANTE EN BELGIQUE 1. UNE COMPARAISON ENTRE LE MAROC ET LA BELGIQUE

Plus en détail

Chap 2- Accès aux soins en France

Chap 2- Accès aux soins en France Chap 2- Accès aux soins en France 1- Accès aux soins et accessibilité : Définitions Accès : «présence ou à l'absence d'obstacles matériels ou économiques auxquels les populations peuvent se heurter pour

Plus en détail

AVERTISSEMENT page 3 LE MÉTIER D ORTHOPÉDISTE-ORTHÉSISTE. DES PIEDS À LA TÊTE pages 4 et 5. COMPÉTENCE DE L ORTHOPÉDISTE-ORTHÉSISTE page 6

AVERTISSEMENT page 3 LE MÉTIER D ORTHOPÉDISTE-ORTHÉSISTE. DES PIEDS À LA TÊTE pages 4 et 5. COMPÉTENCE DE L ORTHOPÉDISTE-ORTHÉSISTE page 6 SOMMAIRE AVERTISSEMENT page 3 LE MÉTIER D ORTHOPÉDISTE-ORTHÉSISTE DES PIEDS À LA TÊTE pages 4 et 5 COMPÉTENCE DE L ORTHOPÉDISTE-ORTHÉSISTE page 6 L ENSEIGNEMENT EN ORTHOPÉDIE-ORTHÈSE pages 7 et 8 POIDS

Plus en détail

LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN

LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN LE COUT DES INFECTONS NOSOCOMIALES PLAN I- INTRODUCTION II- CARACTERISTIQUES DES COUTS III- COMMENT MESURER LES COUTS - Coût de la lutte - Coût des conséquences - Méthodologie - Coût Global des IN IV-

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE BAR SUR SEINE : Fax :

CENTRE HOSPITALIER DE BAR SUR SEINE : Fax : CENTRE HOSPITALIER DE BAR SUR SEINE 10110 : 03.25.38.38.38 Fax : 03.25.38.38.00 1- Structuration autour le l hôpital de Bar sur Seine. Difficultés actuelles. 2- Quelques exemples tirés de notre pratique.

Plus en détail

GESTION DU RISQUE MALADIE

GESTION DU RISQUE MALADIE www.en3s.fr FORMATION CONTINUE CYCLE 2015 GESTION DU RISQUE MALADIE Comprendre, s'approprier la stratégie, les enjeux, le fonctionnement des acteurs du monde de la santé pour optimiser sa gestion du risque.

Plus en détail

Identitovigilance et Système d information en psychiatrie DR CLAUDE MARESCAUX

Identitovigilance et Système d information en psychiatrie DR CLAUDE MARESCAUX Identitovigilance et Système d information en psychiatrie DR CLAUDE MARESCAUX M É D E C I N R E S P O N S A B L E D U D I M C E N T R E H O S P I T A L I E R L E V I N A T I E R, B R O N, D É P A R T E

Plus en détail

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique.

Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Attentes économiques et éléments de mesure pour les projets d intégration clinique. Jean Lachaine, professeur agrégé, Faculté de pharmacie, Université de Montréal Pourquoi avoir des critères économiques

Plus en détail

ATIH Service CIM MF 24 juin2016

ATIH Service CIM MF 24 juin2016 9èmes journées d information médicale du Grand Sud Réforme du financement SSR Etat des lieux des outils information médicale ATIH Service CIM MF 24 juin2016 Etat des lieux des outils Information médicale

Plus en détail

Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles

Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles Demandez conseil à votre pharmacien. A. Spinewine, F. Van Bambeke Unité de Pharmacologie cellulaire et moléculaire UCL, Bruxelles Les acteurs du traitement médicamenteux PATIENT MEDECIN PHARMACIEN La pharmacothérapie,

Plus en détail

PMSI MCO & Épidémiologie. J.O.S.E. Nantes, 8 septembre 2011 C. Dely, P. Bercelli DIM, CHBS Lorient

PMSI MCO & Épidémiologie. J.O.S.E. Nantes, 8 septembre 2011 C. Dely, P. Bercelli DIM, CHBS Lorient PMSI MCO & Épidémiologie J.O.S.E. Nantes, 8 septembre 2011 C. Dely, P. Bercelli DIM, CHBS Lorient Problématique : PMSI MCO et épidémiologie?[1] Utilisation à des fins épidémiologiques? Oui mais quelles

Plus en détail

UE SANTE SOCIETE HUMANITE

UE SANTE SOCIETE HUMANITE UE SANTE SOCIETE HUMANITE Module Santé Publique DCEM1, 2 ème Session, juin 2012 Ce sujet comporte 5 pages et 20 QCM. Le nombre de réponses correctes peut varier de 1 à 5. 1 QCM 1 : La prévention secondaire

Plus en détail

Objectifs des Systèmes Informatiques du C.H.U. Constantine

Objectifs des Systèmes Informatiques du C.H.U. Constantine SYSTEME D INFORMATION EN GESTION MEDICALE Présenté par: Dr. Mohamed-Khireddine KHOLLADI Objectifs des Systèmes Informatiques du C.H.U. Constantine Améliorer la prise en charge des malades Evaluer les activités

Plus en détail

Améliorer la prise en charge des plaies chroniques. 18 mars 2015

Améliorer la prise en charge des plaies chroniques. 18 mars 2015 Améliorer la prise en charge des plaies chroniques 18 mars 2015 Améliorer la prise en charge en ville des plaies chroniques Un processus de soins étudié dans le Rapport sur l évolution des Charges et Produits

Plus en détail

La démarche éthique à l AURA. Le point, 2 ans après la création du CCE

La démarche éthique à l AURA. Le point, 2 ans après la création du CCE La démarche éthique à l AURA Le point, 2 ans après la création du CCE A l échelle de l établissement (1) L AURA est une association à but non lucratif Son activité, de 1967 à ce jour, a été dévolue à l

Plus en détail

L Agence régionale de santé d Ile de France. Académie nationale de pharmacie 26 janvier 2011 François Crémieux

L Agence régionale de santé d Ile de France. Académie nationale de pharmacie 26 janvier 2011 François Crémieux L Agence régionale de santé d Ile de France 26 janvier 2011 François Crémieux L Agence régionale de santé d Ile-de-France Les ARS Leurs missions L organisation en Ile-de-France Les Agences régionale de

Plus en détail

DECLARATION DE SINISTRE «ASSURANCE ANNULATION DE VOYAGE» (page 1 de 5) Numéro de police :

DECLARATION DE SINISTRE «ASSURANCE ANNULATION DE VOYAGE» (page 1 de 5) Numéro de police : (page 1 de 5) INFORMATIONS GENERALES Emetteur de la carte : Beobank NV/SA Boulevard Général Jacques 263g B -1050 Bruxelles - Belgique Compagnie d assurances : Cette police est assurée et souscrite par

Plus en détail

Annonce d un cas d incapacité de travail (formulaire employeur)

Annonce d un cas d incapacité de travail (formulaire employeur) Annonce d un cas d incapacité de travail (formulaire employeur) Pages 1 et 2: à remplir par l employeur de la personne assurée Employeur Entreprise Case postale Personne de contact Rue, n Téléphone NPA,

Plus en détail

ENTRE BISMARCK ET BEVERIDGE, L AVENIR DE l ASSURANCE MALADIE EN BELGIQUE. Prof. A. De Wever

ENTRE BISMARCK ET BEVERIDGE, L AVENIR DE l ASSURANCE MALADIE EN BELGIQUE. Prof. A. De Wever ENTRE BISMARCK ET BEVERIDGE, L AVENIR DE l ASSURANCE MALADIE EN BELGIQUE PLAN I. Histoire de l Assurance Maladie II. Coût de la Santé 2012 III. Sécurité Sociale IV. Quelles sont les meilleures perspectives

Plus en détail

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904

Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Représentant de BMO Banque de Montréal : Demande de règlement au titre de l assurance contre les maladies graves pour marge de crédit Assurance-crédit Contrat n o 57904 Prénom Nom de famille Timbre de

Plus en détail

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon

L évaluation médico-économique. Les études microéconomiques. Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon L évaluation médico-économique Les études microéconomiques Julien GUIGNET CHU/CH Montmorillon Arbitrage et Aide à la décision (1) Ressources limitées du secteur sanitaire Nécessité de faire des choix Développement

Plus en détail

UE 1.2 SUPPORT CM BUDGET DE LA SANTE, DEPENSES NATIONALES ET CONSOMMATION L ECONOMIE DE LA SANTE : UNE BRANCHE SPECIFIQUE DE L ECONOMIE

UE 1.2 SUPPORT CM BUDGET DE LA SANTE, DEPENSES NATIONALES ET CONSOMMATION L ECONOMIE DE LA SANTE : UNE BRANCHE SPECIFIQUE DE L ECONOMIE UE 1.2 SUPPORT CM BUDGET DE LA SANTE, DEPENSES NATIONALES ET CONSOMMATION L ECONOMIE DE LA SANTE : UNE BRANCHE SPECIFIQUE DE L ECONOMIE LA SANTE RELEVE-T-ELLE DE L ECONOMIE Economie : du grec «oikos» (la

Plus en détail

ASSURANCE COLLECTIVE- DEMANDE DE REMBOURSEMENT JUSTIFICATION ET DECLARATION MEDICALE

ASSURANCE COLLECTIVE- DEMANDE DE REMBOURSEMENT JUSTIFICATION ET DECLARATION MEDICALE ASSURANCE COLLECTIVE- DEMANDE DE REMBOURSEMENT JUSTIFICATION ET DECLARATION MEDICALE Prière de compléter la rubrique I, de faire compléter la rubrique III par le médecin traitant et de renvoyer le formulaire

Plus en détail

GUIDE de PROCEDURE COMPTACOUT SOMMAIRE

GUIDE de PROCEDURE COMPTACOUT SOMMAIRE GUIDE de PROCEDURE COMPTACOUT SOMMAIRE ***** I - INTRODUCTION : II - MISE EN PLACE DE COMPTACOUT dans la collectivité : A Etape 1 : Identifier le budget déchet B Etape 2 : Définition et mise en place de

Plus en détail

Gestion de l assurance soins de santé appliquée dans le secteur infirmier. Patrick Verliefde Services des soins de santé INAMI

Gestion de l assurance soins de santé appliquée dans le secteur infirmier. Patrick Verliefde Services des soins de santé INAMI Gestion de l assurance soins de santé appliquée dans le secteur infirmier Patrick Verliefde Services des soins de santé INAMI Le 8 mars 2017 1 Thèmes 1. Soins infirmiers à domicile en Belgique 2. Budget

Plus en détail