Dans l hôpital Dans le service

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dans l hôpital Dans le service"

Transcription

1 Dans l hôpital Dans le service

2 LE CIRCUIT DU LINGE A L HOPITAL Principe du circuit: 1) Evaluer: risque encouru (patient, personnel, environnement, linge propre). 2) Mettre en œuvre les dispositions suivantes: Eviter toute dissémination de micro-organismes contenus dans le linge sale. Protéger le linge propre de toute contamination.

3 Circuit du linge 12 ETAPES : 1. collecte du linge 2. conditionnement du linge sale 3. évacuation et le stockage du linge 4. collecte et le transport du linge sale vers la blanchisserie 5. réception du linge sale à la blanchisserie 6. tri des articles sales

4 c Blanchisserie hospitalière

5 ;

6 7. lavage 8. finition du linge propre Circuit du linge 9. stockage et préparation des livraisons de linge propre 10. répartition du linge propre livré, si lingerie relais 11.répartition du linge propre 12. réception et stockage du linge propre ans le service utilisateur

7 LE CIRCUIT DU LINGE DANS LE SERVICE I. LE LINGE SALE Définition linge sale : tout linge déconditionné, utilisé ou non, étant en contact avec l environnement hospitalier Lieux de production: - Chambre du malade - Bloc opératoire, secteurs interventionnels

8 LE CIRCUIT DU LINGE DANS LE SERVICE II. MANIPULATION LINGE SALE - Vérifier systématiquement l absence d objets étrangers - Ne pas porter le linge contre soi (tablier jettable) - Porter des gants à usage uniques(non stériles) si sang et/ou liquide biologique - Manipulation avec des gestes mesurés

9 LE CIRCUIT DU LINGE DANS LE SERVICE - Évacuer le linge sale dans des sacs, en respectant le tri du linge, immédiatement après le retrait (pas de dépôt intermédiaire) - Linge propre entré dans la chambre du malade est considéré comme sale, même si non utilisé.

10 LE CIRCUIT DU LINGE DANS LE SERVICE III. CONDITIONNEMNT DU LINGE SALE: Collecté dans des sacs disposé sur un chariot Couleur sac = famille d article Jamais d autre type sac (ex: poubelle) Sac: remplissage maxi = 2/3 Chariot de linge reste toujours à l extérieur de la chambre Chariot nettoyé et désinfecté chaque jour

11 Collectédans des sacs disposésur un chariot

12 LE CIRCUIT DU LINGE DANS LE SERVICE IV. EVACUATION ET STOCKAGE DU LINGE SALE Sacs remplis au 2/3 sont fermés et évacué vers local de stockage intermédiaire du service Jamais stocké dans d autre lieu Lors de leur transport, sac jamais traîné par terre stockage intermédiaire du service: nettoyage journalier

13 LE CIRCUIT DU LINGE PROPRE Traitement du linge sale: en blanchisserie, grâce au produits, température méthode de séchage/ repassage = produit microbiologiquement propre. Le linge est considéré comme propre s il n a jamais été en contact avec: le patient, son environnement direct ou une source de contamination (sol )

14 LE CIRCUIT DU LINGE PROPRE V. RECEPTION ET STOCKAGE LINGE PROPRE DANS LE SERVICE Linge propre: conditionné sous film plastique, réceptionné dans le service (vérifie le contenu et range) dans la lingerie du service lingerie du service = seul lieu de stockage du linge propre Lingerie: bio nettoyage journalier

15 LE CIRCUIT DU LINGE PROPRE Lingerie du service, gérée par aide-soignant, sous la responsabilité du cadre Lieu de stockage: linge à usage unique +linge textile propre

16 LE CIRCUIT DU LINGE PROPRE Règles de gestion,sécurité et hygiène doivent être respectées: - Estimation des besoins - Respect du rangement - Manipulation du linge avec des mains propres - Respect des consignes de sécurité incendie

17 LE CIRCUIT DU LINGE PROPRE VI. DE LA LINGERIE DU SERVICE AU SECTEUR DE SOINS Répartition du linge propre sur des chariots de linge Le linge déposé sur ce chariot, ne doit jamais retourner dans la lingerie = bonne évaluation des besoins.

18 LE CIRCUIT DU LINGE PROPRE

19 RESUME SOURCE CONTAMINATION: Linge utilisé = potentiellement contaminé Linge souillé = source de contamination (manipulation) Aérobiocontamination - Mains du personnel - Contact linge souillé/surfaces

20 RESUME Linge livré, conditionné sous film plastique Linge défilmé non utilisé, retourne à la blanchisserie Linge propre manipulé avec mains propres Besoin évalué correctement (linge entrédans chambre = linge sale, même si non utilisé) Pas de stockage sauvage

21 RESUME PRECAUTIONS STANDARDS: Collecte linge sale : chariot, pas de dépôt sur surface Sacs linge sale : fermés, stockés/local (pièce sale) Linge propre et sale, jamais mélangé, pas stocké dans la même pièce. Chariot nettoyé et désinfecté 1 x/jour

22 transport du linge sale sur l hôpital

23 RESUME Port de gants si linge souillé Hygiène des mains, ou (FHA) friction hydro alcoolique après chaque manipulation de linge sale Rappel : le port de gants n évite pas l hygiène des mains Un soin une paire de gants

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C

l indispensable LE CIRCUIT DU LINGE Le linge. Le changement Contexte réglementairer plus en plus exigeant A -B -C Le linge. LE CIRCUIT DU LINGE l indispensable Hygiène du linge et méthode m R-R A -B -C 16/05/13 le circuit du linge/c- 16/05/13 le circuit du linge/c- Le changement Un contexte réglementaire r de plus

Plus en détail

La gestion du linge en EMS

La gestion du linge en EMS La gestion du linge en EMS Quelles mesures mettre en place? Journée Cclin Est / ARLIN Lorraine 6 Novembre 2014 K. Guerre Introduction (1) Rôle primordial dans le confort et la protection des résidents

Plus en détail

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer

COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer COMMENT AMELIORER LA QUALITÉ ET LA GESTION DES RISQUES DE LA FONCTION LINGE HOSPITALIÈRE? Bertrand Locherer La démarche qualité appliquée à l établissement «test» 1) Le contexte Dégradation des résultats

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES

LES DIFFERENTES ETAPES LES DIFFERENTES ETAPES DE LA DEMARCHE R.A.B.C Etape 1 : Dresser la liste de tous les dangers microbiologiques associés à chacune des étapes, puis dresser la liste de toutes les mesures de contrôle destinées

Plus en détail

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel?

L entretien en radiologie conventionnelle. Comment procède t on? Radiologie conventionnelle. Quel mobilier et matériel? L entretien en radiologie conventionnelle Il existe plusieurs sortes d entretiens à l hôpital Selon le service, le risque infectieux, la zone à entretenir et les actes effectués, l entretien sera différent.

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire:

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire: Sommaire: Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS IFAS 2017. Module 6 CIDC Cadre formateur 1.Législation 2.Étude de cas Circuit du linge propre et 3.Le linge propre a. Stockage b. Du bon usage

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

FICHE DE POSTE DE TRAVAIL. Sommaire :

FICHE DE POSTE DE TRAVAIL. Sommaire : Sommaire : poste N 1 : gestion des produits lessiviels (poudre ou liquide)..1 poste N 2 : contrôle entrée linge sale et tri.2 poste N 3 : chargement lavage.3 poste N 4 : déchargement et orientation......4

Plus en détail

Audit Précautions standard

Audit Précautions standard Audit Précautions standard Présentation de l audit Contexte PROPIN (programme national de prévention des infections nosocomiales) 2009-2013 Objectif Renforcer la prévention du risque infectieux soignants/soignés

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Le changement

LE CIRCUIT DU LINGE. Le changement LE CIRCUIT DU LINGE 4 ème journée e de formation et d information Prévention du risque infectieux en EHPAD Le changement Le contexte réglementaire r est de plus en plus exigeant.. Circulaire inter ministérielle

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/006-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques, biologiques, chimiques et physiques lors des opérations d épluchage, lavage et désinfection des légumes terreux,

Plus en détail

PRECAUTIONS STANDARDS

PRECAUTIONS STANDARDS JOURNEE DE FORMATION D AUTOMNE DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE HOSPITALIERE PRECAUTIONS STANDARDS Marc PHILIPPO, PH Hygiène Hélène ZANOVELLO, IDE Hygiène 28/10/2014 1 OBJECTIFS Prévention des AES: lors de

Plus en détail

CNFPT. Délégation Rhône-Alpes Lyon. Génie technique. Itinéraire "Chargé de propreté des locaux"

CNFPT. Délégation Rhône-Alpes Lyon. Génie technique. Itinéraire Chargé de propreté des locaux CNFPT Délégation Rhône-Alpes Lyon Génie technique Itinéraire "Chargé de propreté des locaux" 25 septembre 2015 ITINÉRAIRES OU CYCLES CHARGÉE/CHARGÉ DE PROPRETÉ DES LOCAUX CODE I1Q07 CONSEILLER FORMATION

Plus en détail

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection

FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE FORMATION BIONETTOYAGE. Produits utilisés pour la détergence et la désinfection A. CHATELAIN Cadre hygiéniste Produits utilisés pour la détergence et la désinfection Les produits utilisés en établissement de soins participent à la prévention et la lutte contre les infections nosocomiales.

Plus en détail

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime.

QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. QUIZZ N 2 Un résidant en EHPAD présente une BMR dans les urines : un Escherichia coli résistant au céfotaxime. Lire les questions attentivement, puis choisir la lettre correspondant à la ou les bonnes

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE A L HÔPITALL

LE CIRCUIT DU LINGE A L HÔPITALL LE CIRCUIT DU LINGE A L HÔPITALL UE 2.10 Semestre 1 «INFECTIOLOGIE-HYGIENE» Hervé OLEON Cadre de Santé Formateur IFSI Saint-Louis Objectifs pédagogiquesp A l issue l de ce cours, l él étudiant sera capable

Plus en détail

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS?

Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage QUELLES RECOMMANDATIONS? 3 ème Journée Régionale de formation et d information destinée aux EHPAD HYGIENE ET PREVENTION DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD Jeudi 17 Novembre 2011 CHU de ROUEN Pratiques d hygiène en EHPAD: le bionettoyage

Plus en détail

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé

Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Réseau des Hygiénistes du Centre Antenne Régionale de Lutte contre les Infections Nosocomiales Support de Formation PRECAUTIONS STANDARD destiné aux professionnels de santé Version 2013 1 ère Partie CONNAISSANCES

Plus en détail

Offre de formation. itinéraire Agent polyvalent-e d entretien en charge des activités de nettoyage des locaux. https://inscription.cnfpt.

Offre de formation. itinéraire Agent polyvalent-e d entretien en charge des activités de nettoyage des locaux. https://inscription.cnfpt. 2015 Offre de formation itinéraire Agent polyvalent-e d entretien en charge des activités de nettoyage des locaux Inscription en ligne aux stages https://inscription.cnfpt.fr/ Délégation régionale Basse-Normandie

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

Mini Guide des Bonnes pratiques en blanchisserie selon la norme EN 14065 et le système RABC,

Mini Guide des Bonnes pratiques en blanchisserie selon la norme EN 14065 et le système RABC, , Mini Guide des Bonnes pratiques en blanchisserie selon la norme EN 14065 et le système RABC, Electrolux Professional Mini guide Photo Denis Paillard - Tous droits cédés à Electrolux Laundry Systems France

Plus en détail

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009

Les Précautions. «Standard» Denis Thillard. Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD 24 novembre 2009 Les Précautions «Standard» Denis Thillard 24 novembre 2009 Les précautions standard Ce sont des règles r de base à appliquer: Par tous les professionnels Pour tous les résidentsr Tous les jours l hygiène

Plus en détail

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER?

PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? PANSEMENTS ET SOINS DE PLAIES : QUELLES PRECAUTIONS DE BASE A RESPECTER? Isabelle JOZEFACKI IDE HYGIENISTE UPIN DESP Le 17 novembre 2011 3 ème journée régionale de formation destinée aux EHPAD Moyens de

Plus en détail

SYSTEME G. La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins

SYSTEME G. La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins SYSTEME G La Blanchisserie Spécial Maisons de Repos et Soins 05-02-2014 SYSTEME G LA REPONSE AUX SOUCIS DU SECTEUR Le système G: l application aux maisons de repos de la philosophie de Automatic Industries

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients

LES GANTS. Pour la protection de tous, personnel et patients LES GANTS Pour la protection de tous, personnel et patients Mettre des gants, pourquoi? L efficacité de la désinfection des mains par lavage ou par friction est limitée : Avant un geste nécessitant une

Plus en détail

Procédure Gestion du linge MCO et EHPAD

Procédure Gestion du linge MCO et EHPAD Procédure Gestion du linge MCO et EHPAD Référence BM :#Référence unique# Ref. Service :#Référence autre##référence client# Version : 02 Centre Hospitalier de Hyères Qualité Nombre de pages : 5 1. OBJET

Plus en détail

STOP à la Transmission des microorganismes!

STOP à la Transmission des microorganismes! STOP à la Transmission des microorganismes! M.E Gengler Vendredi 25 Avril 2014 Vous avez ditstandard? Voici les «Précautions Standard» ou PS Les Précautions Standard : la Loi Respectez les «précautions

Plus en détail

Nom / prénom : Tél. : E-mail :

Nom / prénom : Tél. : E-mail : Domaine : Risques HPCI Catégorie : Secteur : Centre de charges Surveillance sanitaire année Etablissement concerné : Si multisite, site concerné : Si multisite, prière de remplir 1 fiche par site Personne

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES)

CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Pour la santé au travail CONDUITE A TENIR EN CAS D ACCIDENT AVEC EXPOSITION AU SANG (AES) Risques d AES Piqûre Coupure Projection sur visage yeux peau lésée Avec l aimable autorisation des sociétés SITA

Plus en détail

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER

L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER 09.01.09 Mme Dicchi Hygiène L'HYGIENE ENVIRONNEMENTALE : LE LINGE HOSPITALIER INTRODUCTION A)Objectifs B)Les différentes catégories de linge 1)Le linge propre 2)Le linge sale CONCLUSION INTRODUCTION L'hygiène

Plus en détail

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne

Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Audit des pratiques d hygiène en établissements médico-sociaux: l expérience de la région Champagne-Ardenne Véronique Bussy-Malgrange Martine Blassiau Journée interrégionale de formation CClin-Est-Resclin,

Plus en détail

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux (181) La gestion des déchets de soins médicaux dans les laboratoires médicaux reste une question sensible

Plus en détail

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :...

FICHE ETABLISSEMENT. A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Feuille n FICHE ETABLISSEMENT A remplir par l EOH (praticien ou IDE hygiéniste) Nom de la personne qui remplit le questionnaire :... Date : / / Nom de l établissement : CCLIN de rattachement Code établissement

Plus en détail

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1

L hygiène des mains. N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 L hygiène des mains N.ROUAH/I.POGGIOLI - Sept 2013 1 Un peu d histoire I. Introduction La première pratique remonte au milieu du XIXème siècle, lorsque le Dr Semmelweiss le demande aux étudiants en médecine

Plus en détail

Activité 3 : Aider la personne dans les actes de la vie quotidienne et repérer les modifications d'état

Activité 3 : Aider la personne dans les actes de la vie quotidienne et repérer les modifications d'état FICHE METIER et PASSERELLES AGENT DE SERVICE HOSPITALIER - ASH Domaines : Qualité, Hygiène, Sécurité, Environnement - Sous domaine : Hygiène Code fiche du répertoire des métiers de la fonction publique

Plus en détail

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE

LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE LES PRECAUTIONS STANDARD EN HOSPITALISATION A DOMICILE CONTEXTE (I) Les précautions standard ont pour but d éviter la transmission des infections nosocomiales à la fois aux patients et aux soignants. Elles

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Désinfection, stérilisation. Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Désinfection, stérilisation Formation élèves aides soignantes IFAS Prémontré Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste Formation élèves aidessoignants Melle Van de casteele Delphine IDE Hygiéniste

Plus en détail

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE

PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE PREVENTION DE LA TRANSMISSION DES BMR A DOMICILE Liliane GUILLORET**, Mireille LAMBERT*, ** Coordinatrice de SSIAD, Infirmière re hygiéniste *PH responsable EOHH, Président du CLIN HOPITAL LOCAL MONTFORT

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

PROTOCOLE ALLAITEMENT

PROTOCOLE ALLAITEMENT PROTOCOLE ALLAITEMENT Vous allaitez votre enfant, sachez que ce n est pas incompatible avec son accueil en crèche ; un lieu spécifique est aménagé pour l allaitement si vous le désirez. Si vous choisissez

Plus en détail

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients Martine Blassiau Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009 Gestion du risque infectieux associé aux soins

Plus en détail

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS

Entretien (nettoyage et/ou désinfection) de l'environnement direct des locaux et des lieux de vie des pennsionaires en EMS SOMMAIRE Définition des niveaux de risque page 2 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à faible risque page 3 Plan de nettoyage d une chambre de pensionnaire à risque élevé page 4 Plan de nettoyage

Plus en détail

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux

Formation Initiale du personnel. A l hygiène et à l entretien des locaux Formation Initiale du personnel A l hygiène et à l entretien des locaux Formation initiale à l hygiene et l entretien des locaux 1.Principes d hygiène fondamentaux 1.1. Notions de base sur les salissures:

Plus en détail

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour :

TRI ET STOCKAGE DU LINGE SALE Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Date de validation : 05/07/2007 Date de remise à jour : Référence : PT/LIN/003-B Page :Page 1 sur 7 Objet : - Codifier le circuit du linge, - Préciser les modalités de tri et de stockage du linge sale. Résumé des modifications intervenues : Le code couleur

Plus en détail

SEPTEMBRE 2011 LINGERIE BLANCHISSERIE GUIDE DE PRÉVENTION. Evaluation des risques professionnels

SEPTEMBRE 2011 LINGERIE BLANCHISSERIE GUIDE DE PRÉVENTION. Evaluation des risques professionnels SEPTEMBRE 2011 LINGERIE BLANCHISSERIE GUIDE DE PRÉVENTION Evaluation des risques professionnels INTRODUCTION Ce guide est un outil pour prévenir les risques professionnels dans les lingeries/blanchisseries

Plus en détail

Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents

Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents Rencontre avec l expert Gestion des excréta, Gestion des effluents Hélène PADOVANI, Marseille Infirmière hygiéniste Dr Karine BLANCKAERT, Lille Praticien hygiéniste 1 LA MISE À DISPOSITION DES PHA EST

Plus en détail

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène.

- sur des mesures préventives correspondant à des Bonnes Pratiques d Hygiène. Les tableaux suivants ont pour objectifs de définir les moyens de maîtrise à chaque étape du processus de l abattage jusqu au conditionnement et à la livraison, en fonction des dangers sanitaires identifiés

Plus en détail

CONCOURS D AGENT TECHNIQUE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT 2006. (concours externe, interne et troisième voie) Spécialité : LINGERIE

CONCOURS D AGENT TECHNIQUE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT 2006. (concours externe, interne et troisième voie) Spécialité : LINGERIE Centres de Gestion de la Jeudi 7 décembre 2006 Fonction Publique Territoriale de la région Bretagne Centre organisateur : CDG 35 CONCOURS D AGENT TECHNIQUE DES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT 2006 (concours

Plus en détail

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider

Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène. N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène N. Khouider Des précautions standard aux précautions complémentaires d hygiène Les précautions complémentaires d hygiène Transmission

Plus en détail

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement

Hygiène de base. Formation 20.. Cours pour Etablissement Hygiène de base Formation 20.. Cours pour Etablissement Objectifs du cours Découvrir le vocabulaire spécifique à l hygiène Expliquer les mécanismes physiopathologiques d une infection Nommer les agents

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production]

BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] DISP LILLE BONNES PRATIQUES D HYGIENE [Cuisine de production] Circuit du personnel AU VESTIAIRE 1. Retirer l ensemble des accessoires sur les mains, les poignets et le visage 2. S habiller en tenue de

Plus en détail

La restauration en maison de repos

La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos La restauration en maison de repos! Un métier spécifique de plus en plus pointu au niveau de:! La sécurité alimentaire.! La gestion de la qualité.! L Optimisation des

Plus en détail

LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE MESSIEURS LES DELEGUES DE LA SANTE PUBLIQUE DANS LES WILAYAS, PREFECURES ET PROVINCES DU ROYAUME

LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE MESSIEURS LES DELEGUES DE LA SANTE PUBLIQUE DANS LES WILAYAS, PREFECURES ET PROVINCES DU ROYAUME MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE N 40 236 DE/10 2 NOVEMBRE 1994 LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE MESSIEURS LES DELEGUES DE LA SANTE PUBLIQUE DANS LES WILAYAS, PREFECURES ET PROVINCES DU ROYAUME A J ai l

Plus en détail

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des Points critiques pour leur maîtrise SOMMAIRE : I. HACCP II. Origine exacte des plats préparés et livrés en liaison froide III. Présentation de

Plus en détail

Prévention de la transmission des agents infectieux

Prévention de la transmission des agents infectieux PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION CROISÉE DES MICRO-ORGANISMES Précautions standard et complémentaires Elisabeth Laprugne-Garcia CClin Sud-Est 29/04/2015 Prévention de la transmission des agents infectieux

Plus en détail

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif

Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif Nos formations dédiées aux secteurs Sanitaire, Social, Médico-Social, Associatif adaptables au dispositif DPC (conformément aux orientations nationales) La liste des formations énumérées ci-après est indicative

Plus en détail

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris

La maîtrise de l hygiène du linge. Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris La maîtrise de l hygiène du linge Docteur Fabien Squinazi Directeur du Laboratoire d hygiène de la ville de Paris De nouvelles maladies apparaissent, les germes s adaptent, des épidémies de maladies que

Plus en détail

III) LA CHAINE INFECTANTE

III) LA CHAINE INFECTANTE III) LA CHAINE INFECTANTE 3.1. LA FLORE NORMALE DE L HOMMEL Cutanée Oropharyngée Intestinale : gastrique, colique, fécale Génitale 3.2. UNE INFECTION, C EST C QUOI? Définition du dictionnaire Petit Larousse

Plus en détail

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels :

Aide à domicile. Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : AIDE A DOMICILE Aide à domicile Recommandations du Service de Santé au Travail : Principaux risques professionnels : L évaluation des risques (décret du 05 nov. 2001) doit être une démarche collective

Plus en détail

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine

Hygiène au cabinet. Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Hygiène au cabinet Formation Prévention des infections associées aux soins Dr POIRIER Émilie ARLIN Lorraine Environnement : air/eau Aération quotidienne des locaux Point d eau dans chaque salle de consultation

Plus en détail

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits)

Infections liées aux soins. Guide de prévention (extraits) Infections liées aux soins Guide de prévention (extraits) Technique du lavage des mains Mouiller Savonner Rincer Sécher par tamponnement Fermer le robinet avec l essuie-mains Indications du lavage des

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE La toilette. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE La toilette. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE La toilette Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 Soin d hygiène quotidienne, Facteur de bien-être physique et moral, La toilette se révèle un moment

Plus en détail

La gestion de la propreté et de la manutention des produits

La gestion de la propreté et de la manutention des produits COLEACP: 40 ANNEES AU SERVICE DU DEVELOPPEMENT Principes généraux d hygiène La gestion de la propreté et de la manutention des produits 4 Le COLEACP met cette brochure à disposition des producteurs et

Plus en détail

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES :

PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : 1 PRÉCAUTIONS COMPLÉMENTAIRES : AUDIT DU GREPHH: PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DU RÉSEAU D HYGIÈNE CHOLETAIS-SAUMUROIS Murielle Chapu & Agnès Petiteau, IDE Hygiènistes Audit National 2 Audit proposé sur 3

Plus en détail

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD.

3/ DOMAINES D APPLICATION Soins réalisés au domicile du patient, sur prescription médicale, dans le cadre d une prise en charge en HAD. DOMAINE : SOINS N version : 1 PROTOCOLE PLEURX : SURVEILLANCE ET DRAINAGE Rédaction / date Validation / date Approbation / date Diffusion / date Actualisation / date 20/03/09 CLIN 26/03/10 Dr Le Moulec

Plus en détail

LES PRECAUTIONS «STANDARD»

LES PRECAUTIONS «STANDARD» LES PRECAUTIONS «STANDARD» ANTENNE NPC DU CCLIN PARIS NORD 28 MAI 2009- HYGIENE EN EHPAD Ghislaine LEMAIRE IDEH CH BAILLEUL HYGIENE EN EHPAD Respecter la vocation des établissements pour personnes âgées

Plus en détail

Questions d hygiène du linge. XIe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Rouen le 11 avril 2013

Questions d hygiène du linge. XIe JOURNEE REGIONALE DE PREVENTION DES INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS Rouen le 11 avril 2013 Questions d hygiène du linge LE LE CENTRE CENTRE DE DE TRAITEMENT TRAITEMENT TEXTILE TEXTILE HOSPITALIER HOSPITALIER Une structure de coopération interhospitalière performante au service des patients de

Plus en détail

Gestion des déchets Elimination du linge

Gestion des déchets Elimination du linge Gestion des déchets Elimination du linge 10 ème journée romande de formation en hygiène pour les soins chroniques, Yverdon-les-Bains Delphine Scalia ISC- HUG Cas concret 1 Mme G, 90 ans, diabète non insulino-dépendant,

Plus en détail

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites

Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites Le retraitement des dispositifs médicaux dans les petites structures Circuits et locaux, approche économique Circuit: «La marche en avant» Utilisation Distribution Pré-désinfection Stockage Nettoyage-désinfection

Plus en détail

Bio nettoyage au bloc opératoire

Bio nettoyage au bloc opératoire Bio nettoyage au bloc opératoire Béatrice CROZE Infirmière hygiéniste Service d hygiène et d épidémiologie novembre 2012 Le bio nettoyage au bloc L impression omniprésente de travailler dans l urgence

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE

FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE FEDERATION REGIONALE DES PEDIATRES NEONATOLOGUES RESPECT DES PRECAUTIONS STANDARD TENUE DES PROFESSIONNELS, DES FAMILLES EN NEONATALOGIE 1 Objet Décrire les bonnes pratiques sur l utilisation de la tenue

Plus en détail

Les déchets hospitaliers

Les déchets hospitaliers Les déchets hospitaliers C est l ensemble des sous-produits des activités de soins. L établissement est responsable de l élimination des déchets. Les points importants sont le tri à la source et l approche

Plus en détail

FICHE N 1 LA TENUE DU PERSONNEL

FICHE N 1 LA TENUE DU PERSONNEL 1- Hygiène personnelle indispensable 2- Cheveux propres et attachés FICHE N 1 LA TENUE DU PERSONNEL Objectif : Protéger le patient et le soignant en évitant la propagation des micro-organismes. 3- Port

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >>

LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> LES RISQUES BIOLOGIQUES DANS LA COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS >> Qui est concerné? les équipages de collecte, les agents de nettoyage des bennes, les techniciens de maintenance, toute personne

Plus en détail

CHU DE REIMS PÔLE DE BIOLOGIE MEDICALE ET PATHOLOGIE

CHU DE REIMS PÔLE DE BIOLOGIE MEDICALE ET PATHOLOGIE CHU DE REIMS PÔLE DE BIOLOGIE MEDICALE ET PATHOLOGIE MANUEL des PRELEVEMENTS 45, Rue Cognacq-Jay 51092 REIMS Cedex 03 26 78 39 52 03 26 78 38 82 pgillery@chu-reims.fr ST-PRA-MANU-PRLV V04 - Octobre 2015

Plus en détail

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI

Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Règlement de sécurité pour l utilisation des chapelles de chimie au CMI Nocif Comburant Corrosif Toxique Inflammable CMI - 2008 Introduction Des produits chimiques de différents degrés de danger sont utilisés

Plus en détail

Life Sciences. Les bonnes pratiques de culture cellulaire

Life Sciences. Les bonnes pratiques de culture cellulaire Life Sciences Les bonnes pratiques de culture cellulaire Les bonnes pratiques en culture cellulaire EPI (Equipement de protection individuel) Porter des gants pour manipuler des cellules Changer les gants

Plus en détail

L évaluation. Contrôle en Cours de. Formation CAP ATMFC

L évaluation. Contrôle en Cours de. Formation CAP ATMFC L évaluation en Contrôle en Cours de Formation CAP ATMFC C.C.F. EN MILIEU FAMILIAL EP 1 SERVICES AUX FAMILLES Coefficient 7 (6 + 1 pour la VSP) METHODOLOGIE EXPLICATIONS 1 situation d évaluation OU QUAND

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

FICHE DE POSTE AGENT TECHNIQUE POLYVALENT

FICHE DE POSTE AGENT TECHNIQUE POLYVALENT DEPARTEMENT DE LA GUYANE REPUBLIQUE FRANCAISE ----- Liberté-Egalité-Fraternité DIRECTION GENERALE de la SOLIDARITE et de la PREVENTION SERVICE LOGISTIQUE FICHE DE POSTE AGENT TECHNIQUE POLYVALENT Domaine

Plus en détail

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé

Prescription > dispensation > Administration > Gestion des produits de santé Page 1 sur 6 Décembre Définition : Définir les règles de gestion des médicaments dans les unités de soins, au regard de la réglementation de qualité et pour garantir sa qualité et son effet thérapeutique.

Plus en détail

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015

Les équipements de protection individuels. Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les équipements de protection individuels Support du service hygiène CH Saint-Quentin Présenté par Valentine CUVELIER le 11/09/2015 Les E.P.I (équipements de protection individuels) Le bon usage des gants

Plus en détail

GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENT AU BLOC OPERATOIRE

GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENT AU BLOC OPERATOIRE Noms= Date= GRILLE D AUTO EVALUATION DES SOINS LES PLUS FREQUENT AU BLOC OPERATOIRE SOINS Niveau de maîtrise Connaissances en hygiène Savoir s habiller en tenue de bloc Savoir se laver les mains hygiéniquement

Plus en détail

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012

LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 LA NORME RABC EN BLANCHISSERIE NOYONS SEPTEMBRE 2012 SOMMAIRE La norme RABC, qu est-ce que c est? Les grandes lignes La blanchisserie et la Fonction linge - incidences sur l application de la méthode Les

Plus en détail

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques

Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques HYGIENE & SECURITE Entretien des locaux Utilisation de produits chimiques Irritations, brûlures, allergies, maladies, l utilisation de produits chimiques lors de l entretien des locaux expose les agents

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Place des PHA en EHPAD

Place des PHA en EHPAD Place des PHA en EHPAD Prévention du risque infectieux en EHPAD 2 ème Journée inter-régionale de formation et d information Rennes 15 juin 2010 Prévention du risque infectieux en EHPAD Mesures concernant

Plus en détail

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE

RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE RISQUE INFECTIEUX EN MATERNITE 1 Introduction 822 000 naissances en 2012 14 124 à la Réunion (2011) Infections nosocomiales en maternité Mères bébés Fréquence variable selon le mode d accouchement et le

Plus en détail

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement

HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Les règles d 'hygiène dans la réalisation d un pansement HYGIENE et ASEPSIE les principes de base exemple : réalisation d un pansement Objectif Règles visant à prévenir les risques de transmission croisée

Plus en détail

Convention pour le traitement et la location du linge.

Convention pour le traitement et la location du linge. CN/BLC/SQ/01 - C Page 1 sur 10 Convention pour le traitement et la location du linge. N.I.: «Année»/«initiales du rédacteur»/«numéro» L objet de cette convention concerne la prise en charge de la prestation

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007

ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI CLINIQUE DU PARC LYON. 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ADDITIF AU RAPPORT DE SUIVI 2 ÈME PROCÉDURE CLINIQUE DU PARC LYON 86, boulevard des Belges 69006 LYON NOVEMBRE 2007 ACC01_F042_A Page 1 sur 11 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court..

GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. GASTRO-ENTERITE, une histoire qui court.. Nous allons vous raconter une histoire qui s est passée dans un hôpital de la Loire. Le samedi 30 novembre 2012, dans le service C3 service de SSR accueillant

Plus en détail

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES

DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES DISPOSITIFS MÉDICAUX RÉUTILISABLES PRISE EN CHARGE ET TRAITEMENT KA. Dinh-Van, Pharmacienne Centre Médicochirurgical de Kourou 27 mars 2013 Semaine guyanaise de lutte contre les infections associées aux

Plus en détail