L#at/mole g/cm. 3 nmilieu. #at /cm A g/mole QP = Tableau 7.1 Types d'interactions particules - matière

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L#at/mole g/cm. 3 nmilieu. #at /cm A g/mole QP = Tableau 7.1 Types d'interactions particules - matière"

Transcription

1 Chapitre 7 interactions radiations - matière 7-1 Chapitre 7 : interactions des radiations avec la matière 7.1 Types d'interactions Radiations Comment détecter les radiations α β γ p n d? Comment s'en protéger? Matière Pour détecter une radiation, il faut tout d'abord que celle-ci INTERAGISSE dans un milieu détecteur = matière (sous forme gazeuse, liquide ou solide). Nous considèrerons ce milieu comme pur, caractérisé par un nombre atomique Z, un nombre de masse A, une masse volumique ρ un nombre d'atomes par unité de volume donné par : 3 N Av ρ L#at/mole g/cm O 3 nmilieu = #at /cm A g/mole NM Il faut distinguer le type de particules - radiations à détecter et en connaître les propriétés: charge(ze) et masse m [unité de masse = MeV/c 2 ]; elles peuvent se classer comme suit: légères Tableau 7.1 Types d'interactions particules - matière Particules chargées Particules neutres lourdes Neutrons Photons p + d + α ++ ion n+ e + e n γ (& RX) Proton m = 938 Deuton m = 1876 m e = 0,511 [MeV/c 2 ] m = 940 m = 0 Alpha m = 3727 Interactions EM: Ionisations Excitations Interactions EM: ionisations excitations rayt. freinage QP = Interaction nucléaire dif. élastique capture Interaction EM effet photoélectrique diffusion Compton création de paires e + e 7.2 Particules chargées lourdes Ionisations et excitations Lorsqu une particule p chargée traverse un milieu, elle subit des chocs élastiques et inélastiques au cours desquels la particule perd une partie de son énergie cinétique (elle ralentit). Lors d'un choc inélastique, l interaction la plus probable est une interaction électromagnétique entre la particule et un électron des atomes ou molécules du milieu traversé : soit une excitation (eq.7.1) ou une ionisation (eq.7.2) de l'atome ou molécule : p + X X + p (7.1) + p + X X + p + e (7.2) (7.1) l'atome excité se désexcite en émettant des photons : X UV visible IR. (7.2) production directe de paires ion positif X + et électron

2 Chapitre 7 interactions radiations - matière Perte d'énergie cinétique par unité de longueur ralentissement Lors d'un choc, une particule (de masse M) perd une partie de son énergie cinétique. La valeur maximum de l'énergie cédée lors d'un choc avec un électron de masse m e vaut : 4me M E m M E me M E cin = 2 cin0 4 cin0 (7.3) b e + g par exemple, un proton de 5 MeV peut communiquer au maximum 10 kev à un électron. Globalement (collisions élastiques + inélastiques), on définit la perte d'énergie (sous-entendre énergie cinétique) par unité de longueur de/, quantité aussi appelée pouvoir de ralentissement 1. La perte de/ est proportionnelle à N et Z du milieu ( pour obtenir un grand de/, pour arrêter les radiations : utiliser un milieu dense un solide); de/ est proportionnelle au carré de la charge de la particule et décroît en 1/β 2 où β = vc = vitesse relative de la particule. - de - de 2 n milieu, Zmilieu zpart, 1 2 β (7.4) Dépendance en fonction de la charge de la particule et de sa VITESSE : sa MASSE n'intervient pas! : le graphe de/ en fonction de β est identique pour toutes les particules de même charge. La figure ci-dessous présente une courbe générale de "de/ en fonction de l'énergie cinétique"(ici normalisée en masse au repos). On constate que, après une augmentation, la perte d'énergie diminue jusqu'à atteindre un minimum (ionisation minimale du milieu) correspondant à une énergie cinétique valant environ 2 fois la masse au repos de la particule ( 2 GeV dans le cas du proton). 1 Ou encore désigné par le terme TEL : transfert d'énergie linéique. On parle aussi de DLI : densité linéique d'ionisation qui correspond au nombre d'ionisations produites par unité de longueur.

3 Chapitre 7 interactions radiations - matière Parcours Le parcours ("range" en anglais) peut se définir comme la distance parcourue par la particule entre le point d'entrée dans la matière et le point d'arrêt (E cinétique = 0). Il dépend de l'énergie cinétique initiale de la particule : z z z 1 R 0 R de de 0 de = = = F I de f E E E H K = b 0g (7.5) Exemple : particule α de 10 MeV : R air = 10 cm (figure de gauche) R Al = 0,006 cm on se protége assez facilement des α (fort ralentissement) La figure de droite compare les parcours de 2 groupes de particules : {p d t} chargées une fois et {α 3 He} chargées 2 fois : on voit que le parcours est plus petit si la charge de la particule augmente. dans chaque groupe, on voit que le parcours est d'autant plus petit que la masse de la particule est grande.

4 Chapitre 7 interactions radiations - matière Electrons & positrons Electrons et positrons produisent les mêmes interactions électromagnétiques dans la matière. Ils perdent leur énergie par ionisation et excitation sensiblement de la même façon que les particules chargées lourdes, avec cependant 3 différences importantes : - la perte d'énergie par ionisation doit être traitée de façon spéciale puisque les masses de la particule incidente et de l'électron-cible sont identiques - alors que le parcours des particules chargées lourdes peut être décrit par une droite; les électrons pouvant subir des déviations importantes de leur trajectoire par collisions élastiques, leur parcours est assimilé à une ligne brisée - les particules aussi légères que les électrons (et positrons) peuvent perdre une partie de leur énergie par émission de rayonnement (appelé rayonnement de freinage) Ionisations et excitations De même charge en valeur absolue, électrons et protons auront même de/ en fonction de β ma c MAIS en fonction de E = β f 2 cin : les courbes sont distinctes pour e et p. 2 pour une même valeur de E cin : m de < m β > β < e p e p e de p dans le cas des électrons, le minimum de la courbe s'obtient pour une énergie cinétique de 1 MeV alors qu'il était de 2 GeV pour les protons : cette différence s'explique bien par le rapport des masses : m p /m e = 2000.

5 Chapitre 7 interactions radiations - matière rayonnement de freinage ou "bremsstrahlung" Toute particule chargée rapide peut perdre une partie de son énergie en interagissant avec le champ coulombien des noyaux du milieu traversé car elle y est soumise à une accélération et est déviée de sa trajectoire initiale. Ce phénomène s'accompagne d'émission de photons 2 dits photons de freinage et on parle d'émission d'un rayonnement de freinage (dont le terme allemand "bremsstrahlung" est souvent employé), ce qui se traduit par une perte d'énergie cinétique pour la particule tel que : - de 2 - de 2 1 Z milieu z (7.6) m E part,, 2 cin rf rf On constate que la masse des particules intervient ici (en 1/m 2 ) le rayonnement de freinage est important pour des électrons (ou positrons). comme de de e p m m p e 2 = F H G I K J = : pas de RF à considérer pour les protons Exemple dans le plomb, l'énergie perdue par des électrons (ou positrons) par rayonnement de freinage devient égale à celle perdue par ionisation pour des énergies 10 MeV. NB Lors de l'émission de rayonnement, l'énergie de l'électron (ou positron) est diminuée de l'énergie hν du photon émis suivant la conservation de l'énergie et sa direction de propagation est modifiée suivant la conservation de l'impulsion. Ce rayonnement est continu et se situe dans le domaine des rayons X Parcours La notion de parcours est ici plus "floue". En effet, par collisions élastiques avec les atomes du milieu traversé (diffusion coulombienne), les électrons & positrons sont fortement déviés sans pratiquement perdre d'énergie leur trajectoire est une suite de tronçons, surtout aux faibles énergies, où les angles de diffusion peuvent devenir extrêmement importants leur parcours est toujours inférieur à la longueur de la trajectoire. on définit un R max = parcours maximum que les électrons peuvent avoir. 2 Toute particule chargée soumise à une accélération / décélération émet un rayonnement ou onde électromagnétique.

6 Chapitre 7 interactions radiations - matière 7-6 Exemple : particule β de 4 MeV : R air = 20 m R Al 1 cm R avec Z milieu on peut se protéger assez facilement des β Formule empirique du parcours max: 0, , Rcm = E MeV 3 c h ρ g/ cm Phénomène supplémentaire pour les positrons : l'annihilation matière - antimatière Les positrons, antiparticules des électrons (même masse, charge électrique et propriétés magnétiques opposées), vont interagir avec un électron du milieu : il se produira une annihilation e + e avec émission de 2 photons γ. Ce phénomène se produit le plus souvent lorsque le positron a perdu son énergie cinétique quand il est au repos : (7.7) e + + e γ + γ Par conservation de l'énergie, E avant = E après 2 m e c 2 = 1,022 MeV = Eγ + Eγ chaque photon a une énergie de 511 kev. Par conservation de l'impulsion, les 2 photons sont émis dos à dos : NB Il se produit plus rarement une émission de 3 photons. e + e γ γ

7 Chapitre 7 interactions radiations - matière photons Généralités Lorsqu'un faisceau de photons γ (ou X) traverse un milieu, son intensité décroît en fonction de l épaisseur traversée suivant une loi exponentielle : -µ x Ix af =Ie 0 (7.8) avec µ : coefficient d absorption linéique [cm 1 ] x : l épaisseur de milieu traversé [cm] L'absorption de ce faisceau de photons = absorption du rayonnement γ est due à trois effets : l effet photoélectrique (Eγ 100 kev) Les particules chargées produites lors de ces interactions primaires sont alors l effet Compton (Eγ 1 MeV) enregistrées dans le milieu détecteur via leurs ionisations ou excitations la création de paires e + e (Eγ >> 1 MeV). subséquentes. ATTENTION : Les interactions des photons avec la matière sont fondamentalement différentes de celles des particules chargées (processus d'ionisation ou excitations) car dans les interactions des photons, ceux-ci sont complètement absorbés ( & ) OU diffusés à grand angle ( ) impossible de définir un parcours pour des photons.

8 Chapitre 7 interactions radiations - matière Effet photoélectrique γ + atome ion + + e Dans ce cas un photon d énergie hν 0 = E γ interagit avec un des électrons liés de l'atome et si l énergie du photon est plus grande que E b (énergie de liaison de l'électron dans l atome) alors l'électron sera expulsé avec une énergie cinétique égale à la différence E γ E = E b cin. La loi donnant la probabilité d'effet photoélectrique (section efficace σ ou coefficient d'absorption µ) en fonction de l'énergie des photons présente des discontinuités pour les valeurs correspondant aux énergies de liaison des différents électrons de l'atome. La probabilité d'effet photoélectrique diminue rapidement en fonction de E γ =hν, particulièrement aux énergies comprises entre 100 et 500 kev. Pour une énergie hν donnée, la probabilité d'effet photoélectrique varie d'un matériau à l'autre comme Z 5. NB L'effet photoélectrique est suivi de fluorescence X ou de l'émission d'un électron Auger :

9 Chapitre 7 interactions radiations - matière Effet Compton γ + e γ + e C est la diffusion élastique d un photon par un électron libre (un électron pour lequel l'énergie de liaison est négligeable par rapport à l énergie hν 0 du photon incident). Une partie de cette énergie est cédée à l électron initialement au repos et l autre partie se retrouve sous la forme d un photon diffusé d énergie hν hν 0. Photon diffusé Photon initial E γ0 électron T cin = Eγ 0 Eγ Comme il s'agit d'un choc élastique, les lois de conservation de l'impulsion et de l'énergie cinétique s'appliquent. ϕ θ E γ Création de paires e + e γ + noyau e + + e + noyau Si un photon a une énergie supérieure à 2m e c 2 (1,022 MeV), lorsqu'il passe dans le champ coulombien d un noyau, il existe une certaine probabilité pour que le photon se matérialise en donnant naissance à une paire électron-positron. L excès d énergie se retrouve sous la forme d énergie cinétique de l'électron et du positron: avec E cin + E cin : énergie cinétique de l électron ; : énergie cinétique du photon. 2 + Eγ = 2 mec + Ecin + E NB Il n'y a aucun changement de l'état du noyau ou de ses électrons atomiques si ce n'est que le noyau absorbe une partie de l'impulsion du photon. La production de paires ne peut avoir lieu dans le vide car l'énergie et l'impulsion ne seraient pas conservés (on parle d'énergie cinétique de recul et d'impulsion de recul du noyau). cin Contribution des 3 effets Comparaison de l'absorption dans différents matériaux la meilleure protection contre les γ : le plomb

10 Chapitre 7 interactions radiations - matière Neutrons Les neutrons ne portant pas de charge électrique N'INTERAGISSENT PAS de façon ELECTROMAGNETIQUE avec la matière. Ils ne peuvent interagir que via des RÉACTIONS NUCLÉAIRES = interactions avec les noyaux des atomes ou molécules du milieu détecteur. Rappel σ (n, n) = section efficace la plus importante, pas de seuil (n, n') = choc inélastique avec noyau excité seuil (n, γ) = capture radiative, pas de seuil (n, p) (n, d) (n, t) (n, α) = calculer Q de la réaction pour savoir si il y a un seuil; pour détecter des neutrons, il faut des réactions nucléaires comme leur σ est 1/ leur vitesse, pour les absorber, il faut d'abord les ralentir Diffusion élastique n + X n + X ralentissement Les neutrons subissent des chocs élastiques avec les noyaux du milieu et sont ainsi ralentis : à chaque choc, ils perdent une partie de leur énergie cinétique. Pour ralentir au mieux des neutrons, il faut réaliser des chocs neutron noyau de masse similaire E cin des neutrons élevé, surtout si il se produit un choc central car (formule 7.3): 4mn M E m M E cin elast = 2 cin0 si M m n : E cin E cin0 + b n g on emploie des milieux contenant des protons (=noyaux H) : des milieux hydrogénés (H paraffine). Ce milieu ralentisseur s'appelle modérateur dans la description des réacteurs. ATTENTION: un bon modérateur ralentit fortement sans absorber. le neutron devient thermique c-à-d en équilibre thermique avec le milieu ambiant : E cin kt 0,025eV la vitesse la plus probable 2,2 km/s (dans les calculs, on le suppose au repos!) NB principe de la bombe à neutrons : les neutrons passent à travers les blindages mais interagissent avec l'eau (des tissus).

11 Chapitre 7 interactions radiations - matière Réactions nucléaires absorption ou capture des neutrons Ces réactions sont d'autant plus probables que les neutrons sont lents. Exemples : 1/ 113 Cd (n, γ) 114 Cd La section efficace totale du cadnium naturel, pour des neutrons d'énergie dans le domaine de l'ev, est pratiquement due au 113 Cd / 0 n + 5 B 3Li + 4 2α + 2,78MeV la détection des neutrons se fait via les particules α émises dans les réactions nucléaires sur bore; ces particules chargées vont ioniser le milieu détecteur on mesurera leur nombre et leur de/. Comment absorber un flux de neutrons comment s'en protéger? Après les avoir ralentis, les neutrons sont absorbés via des réactions nucléaires sur des éléments présentant une grande section efficace de capture radiative : le cadnium Cd est un des meilleurs absorbants grâce à la réaction de capture radiative (n, γ). Pour les neutrons thermiques, σ t σ a = 2550 barns (cf. Fig de droite). Lors de l'absorption d'un flux important de neutrons, on a parfois intérêt à éviter les réactions de capture radiative qui entraînent l'émission de γ d'énergie élevée. Il est alors préférable d'utiliser une réaction (n, α) sur bore telle que celle présentée en exemple. ATTENTION : pour une protection efficace, il ne faut pas oublier de se protéger des particules secondaires (α, γ, ) 3! 3 Comme il existe de l'ionisation indirecte via les noyaux arrachés, principalement des protons en milieu biologique le "de/" ou TEL correspondant est élevé; il peut être mis à profit en radiothérapie par neutronthérapie.

12 Chapitre 7 interactions radiations - matière 7-12 En résumé : Tableau 7.2 Ionisation spécifique Portée Air Tissus biologiques Aluminium Résumé des interactions du point de vue radioprotection α β n γ Très élevée moyenne Très variable faible Très faible 3 9 cm µm 5 µm Moyenne 1 20 m 0,1 3 cm 0,03 1 cm Très variable m 0 1 m Très élevée > 100 m > 30 cm > 10 cm Blindage papier Z faible, plastique eau Plomb La détection des radiations, le monitoring, s'effectue au moyen de détecteurs spécifiques ( TP). Exemples de moniteurs de radiations Stylo-dosimètres et moniteur protatif appareillage pour la détection des neutrons Ref.

Chapitre 4 Interaction rayonnement-matière

Chapitre 4 Interaction rayonnement-matière Chapitre 4 Interaction rayonnement-matière 1 Interaction Particule-Matière 1.1 Généralités et définitions 1.2 Cas des particules lourdes 1.3 Cas des particules légères 1.4 Rayonnement de freinage (Bremsstrählung)

Plus en détail

Cargèse 25 au 31 mars 2007

Cargèse 25 au 31 mars 2007 Cargèse 5 au 31 mars 007 Ecole des techniques de base des détecteurs Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris 1 La détéction des neutres Les neutres Photons Effet photoélectrique Effet

Plus en détail

Chapitre 5: Interaction des neutrons avec la matière

Chapitre 5: Interaction des neutrons avec la matière Chapitre 5: Interaction des neutrons avec la matière 1 Contenu Introduction Mécanismes d interaction Sections efficaces d interaction Modération et parcours des neutrons Pour plus de détails voir cours

Plus en détail

Interaction Rayonnement Matière

Interaction Rayonnement Matière Interaction Rayonnement Matière Objectifs : Comprendre la physique des interactions des rayonnements ionisants avec la matière. Faire le lien avec la radioprotection et la dosimétrie J.P. Cussonneau, Enseignant

Plus en détail

INTERACTIONS RAYONNEMENT MATIERE. Dr. CHAKOURI M.

INTERACTIONS RAYONNEMENT MATIERE. Dr. CHAKOURI M. 1 INTERACTIONS RAYONNEMENT MATIERE Dr. CHAKOURI M. 3 DEFINITION Tout phénomène se produisant lorsqu un rayonnement traverse un milieu quel qu il soit. Se manifeste par des échanges d énergies. La présence

Plus en détail

2. Les modalités de l'imagerie Médicale. utilisant des rayonnements. utilisant des rayonnements Modalités utilisant des rayonnements X et gamma

2. Les modalités de l'imagerie Médicale. utilisant des rayonnements. utilisant des rayonnements Modalités utilisant des rayonnements X et gamma 2. Les modalités de l'imagerie Médicale Dr J.M. Rocchisani CHU de Bobigny. 93. J.M. Rocchisani Imagerie Médicale par Rayonnements 1 2. Les modalités de l'imagerie Médicale Modalités X et gamma Physique

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr 1 SOMMAIRE Partie A : Interaction des Particules non chargées avec la matière

Plus en détail

Chapitre III Les photons X et γ

Chapitre III Les photons X et γ Chapitre III Les photons X et γ E.VIENT 1 Interaction des photons avec la matière Interactions "catastrophiques" : Modification radicale de la trajectoire et de l'énergie Disparition complète Probabilité

Plus en détail

Chapitre IV : Rayonnements-Matière

Chapitre IV : Rayonnements-Matière Chapitre IV : Interactions Rayonnements-Matière 1 SOMMAIRE I) Généralités et définitions II) Interactions des Photons avec la matière IV-1) Effet Compton IV-2) Effet Photoélectrique IV-3) Création de paire

Plus en détail

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie

Bases physiques et biologiques de la radiothérapie Bases physiques et biologiques de la radiothérapie L3 : UE cancérologie Pr I. Peretti Service de Biophysique et Médecine Nucléaire CHU Lariboisière Université Paris 7 1. Les rayonnements utilisés en médecine

Plus en détail

Plan. Electronique et système d acquisition. I. Interaction particule-matière. 1) Particules lourdes chargées. 2) Particules légères chargées

Plan. Electronique et système d acquisition. I. Interaction particule-matière. 1) Particules lourdes chargées. 2) Particules légères chargées Plan I. Interaction particule-matière 1) Particules lourdes chargées 2) Particules légères chargées 3) Photons 4) Neutrinos II. Reconstruction des traces chargées III. Détection des photons IV. Identification

Plus en détail

UE 3A : Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude

UE 3A : Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude UE 3A : Organisation des appareils et des systèmes : Aspects fonctionnels et méthodes d étude MODULE 1: Etats de la matière et leur caractérisation MODULE 2: Méthodes d'étude en électrophysiologie jusqu'à

Plus en détail

Ecole «techniques de base du détecteur» Cargèse Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris

Ecole «techniques de base du détecteur» Cargèse Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris Ecole «techniques de base du détecteur» Cargèse Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris Introduction Les systèmes expérimentaux Les interactions des particules chargées Les interactions

Plus en détail

Interactions avec la matière

Interactions avec la matière Tutorat Santé Lyon Sud UE3 Interactions avec la matière Cours du Professeur F. GIAMMARILE L ensemble des cours du Professeur F. GIAMMARILE fait habituellement l objet de 7 QCMs au concours. Le présent

Plus en détail

ATTÉNUATION ET ABSORPTION D'UN FAISCEAU DE PHOTONS PAR LA MATIÈRE.

ATTÉNUATION ET ABSORPTION D'UN FAISCEAU DE PHOTONS PAR LA MATIÈRE. ATTÉNUATION ET ABSORPTION D'UN FAISCEAU DE PHOTONS PAR LA MATIÈRE. 1. Atténuation liée à la propagation du faisceau dans le vide Lorsqu une source émet un rayonnement, cette émission se fait souvent dans

Plus en détail

La dosimétrie. Dosimétrie interne. Principales grandeurs dosimétriques Dosimétrie externe. Les dosimètres. I. Les différentes expositions II. III. IV.

La dosimétrie. Dosimétrie interne. Principales grandeurs dosimétriques Dosimétrie externe. Les dosimètres. I. Les différentes expositions II. III. IV. La dosimétrie I. Les différentes expositions II. III. IV. Principales grandeurs dosimétriques Dosimétrie externe Dosimétrie interne V. Mesure des doses de rayonnements Les dosimètres III - Dosimétrie externe

Plus en détail

2. Les modalités de l'imagerie Médicale utilisant des rayonnements

2. Les modalités de l'imagerie Médicale utilisant des rayonnements 2. Les modalités de l'imagerie Médicale utilisant des rayonnements Dr J.M. Rocchisani CHU de Bobigny. 93. 1/14 2. Les modalités de l'imagerie Médicale utilisant des rayonnements Modalités utilisant des

Plus en détail

La dosimétrie. Rôle fondamental en radioprotection, radiothérapie et en situations accidentelles. Dr Michelle Dabadie - Université de Bordeaux

La dosimétrie. Rôle fondamental en radioprotection, radiothérapie et en situations accidentelles. Dr Michelle Dabadie - Université de Bordeaux La dosimétrie La dosimétrie a pour but de mesurer la quantité d énergie déposée dans un matériau ou un tissu vivant lors d une exposition à des rayonnements ionisants. Indispensable pour prévoir les effets

Plus en détail

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique.

Physique Subatomique. Techniques Expérimentales de la Physique. Université Joseph Fourier Grenoble 1 L3 physique, 2011-2012 Techniques Expérimentales de la Physique Physique Subatomique guillaume.pignol@lpsc.in2p3.fr 1 Chapitre 1 Généralités 1.1 Le monde subatomique

Plus en détail

NT UE3. ELECTROPHYSIOLOGIE Rayonnements X et γ

NT UE3. ELECTROPHYSIOLOGIE Rayonnements X et γ NT UE3 ELECTROPHYSIOLOGIE Rayonnements X et γ 1_ Origine des RX produits par le tube: 1_ Origine des RX produits par le tube:rayonnement de freinage 1_ Origine des RX produits par le tube:rayonnement

Plus en détail

6 Les neutrons et leurs interactions

6 Les neutrons et leurs interactions 6 Les neutrons et leurs interactions Les neutrons sont nécessaires au fonctionnement des réacteurs nucléaires. Les collisions de ces particules provoquent les fissions qui engendrent la chaleur dans les

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr I. Production des rayons : Historique : les rayons ont été découverts par

Plus en détail

Physique quantique. , d étant la distance entre les deux masses. , d étant la distance entre les deux masses.

Physique quantique. , d étant la distance entre les deux masses. , d étant la distance entre les deux masses. Physique quantique 15 CHAPITRE Jusqu'au début du XX ème siècle, la physique s'est développée dans le cadre de la mécanique créée par Newton. Connaître, à un instant donné, la position du corps et toutes

Plus en détail

Partie II: Interactions des rayonnements ionisants avec la matière

Partie II: Interactions des rayonnements ionisants avec la matière Partie II: Interactions des rayonnements ionisants avec la matière 1 Chapitre 1: Interaction des particules chargées avec la matière: Considération de base 2 Introduction Différents types de rayonnements

Plus en détail

PHQ503 Physique Nucléaire

PHQ503 Physique Nucléaire PHQ503 Physique Nucléaire 29 décembre 2008 Autiwa 2 TABLE DES MATIÈRES Table des matières 1 Généralitées 4 1.1 Terminologie........................................... 4 1.2 Unité................................................

Plus en détail

Principes & Techniques de la détection

Principes & Techniques de la détection Ecole IN2P3 Technique de base des Détecteurs Cargèse, 8 au 12 Avril 2013 Principes & Techniques de la détection Joël Pouthas LPC-ENSICAEN (Anciennement IPN Orsay et GANIL) pouthas@lpccaen.in2p3.fr 1 -

Plus en détail

MASC 3 ème partie : Microscopies

MASC 3 ème partie : Microscopies MASC 3 ème partie : Microscopies Programme : Microscopies électroniques (et techniques associées) Microscopie à force atomique Format : 6 cours, 5 TD, 2 TP Fascicule MASC 3 : Microscopies Microscopies

Plus en détail

Cours 6. Perte d énergie des électrons et positrons

Cours 6. Perte d énergie des électrons et positrons Cours 6 Perte d énergie des électrons et positrons 1 Les électrons et les positrons sont légers, donc : La formule Bethe-Bloch doit être modifiée masse de la particule incidente = masse de la particule

Plus en détail

Cargèse 25 au 31 mars 2007

Cargèse 25 au 31 mars 2007 Cargèse 5 au 3 mars 007 cole des techniques de base des détecteurs Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNH, Paris Pascal Vincent LPNH Cargèse 5 au 3 mars 007 Rappel Pascal Vincent LPNH Cargèse

Plus en détail

BIOPHYSIQUE / RADIOACTIVITE

BIOPHYSIQUE / RADIOACTIVITE BIOPHYSIQUE / RDIOCTIVITE Connaissances essentielles du cours Découverte par Becquerel en 898 Résulte de la désintégration de noyaux instables avec émission de particules et d énergie Le noyau. Un noyau

Plus en détail

TD 13 CAP PACES intéraction onde matière. Intéraction onde matière. E ph = h

TD 13 CAP PACES intéraction onde matière. Intéraction onde matière. E ph = h Structure des rayonnements Intéraction onde matière Pour notre présentation, on considérera le modèle corpusculaire de la lumière, le modèle ondulatoire s appliquant préférentiellement aux phénomènes de

Plus en détail

Chapitre 4: Interaction des photons avec la matière

Chapitre 4: Interaction des photons avec la matière Chapitre 4: Interaction des photons avec la matière 1 Contenu Introduction Effet Compton Effet photoélectrique Création de paire Coefficients d atténuation 2 Considérations de base Les photons sont classifiés

Plus en détail

Points essentiels. Historique. Historique. L expérience de Rutherford. Les types d émission radioactives 8/10/10. Historique de la radioactivité

Points essentiels. Historique. Historique. L expérience de Rutherford. Les types d émission radioactives 8/10/10. Historique de la radioactivité Points essentiels Historique de la radioactivité La désintégration alpha L effet tunnel (section facultative) La désintégration bêta La désintégration gamma 1 Historique Historique Figure 4-3 Dec 1904

Plus en détail

Microscopies Électroniques

Microscopies Électroniques Microscopies Électroniques Polycopié A Interaction rayonnement - Matière Nicolas Menguy Institut de Minéralogie et Physique des Milieux Condensés Plan du cours A - Interaction rayonnement - Matière B -

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section i-prépa LS1 - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Partie exercices exercice 1 : Le coefficient d absorption linéique du Plomb

Plus en détail

Chapitre 2 Les rayonnements d'intérêt biomédical

Chapitre 2 Les rayonnements d'intérêt biomédical Chapitre 2 Les rayonnements d'intérêt biomédical 1. Introduction 2. Rayonnement corpusculaire 2.1 Les particules chargées 2.2 Les particules non chargées 3. Les ondes électromagnétiques 3.1 Définitions

Plus en détail

Diplôme de Technicien Supérieur en Imagerie Médicale et Radiologie Thérapeutique

Diplôme de Technicien Supérieur en Imagerie Médicale et Radiologie Thérapeutique Diplôme de Technicien Supérieur en Imagerie Médicale et Radiologie Thérapeutique Durée : 3 heures Coefficient : 3 Session 2004 L utilisation de la calculatrice est autorisée Le sujet comporte 8 pages dont

Plus en détail

TD 2 BIOPHYSIQUE Photon Niveaux d énergie dans un atome Interaction matière-rayonnement Radioactivité Dosimétrie

TD 2 BIOPHYSIQUE Photon Niveaux d énergie dans un atome Interaction matière-rayonnement Radioactivité Dosimétrie TD 2 BIOPHYSIQUE Photon Niveaux d énergie dans un atome Interaction matière-rayonnement Radioactivité Dosimétrie Exercice 1 Effet photoélectrique On considère les résultats d une expérience sur l effet

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé / L0 Santé - Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr 1 Données générales : é é é è..,.. é :,. ;,. exercice 1 : a) Calculer,

Plus en détail

Spectroscopie & spectrométrie optique

Spectroscopie & spectrométrie optique Tutorat Santé Lyon Sud UE3 Spectroscopie & spectrométrie optique Cours du Professeur C.HOUZARD L ensemble des cours du Professeur C.HOUZARD fait habituellement l objet de X QCMs au concours. Le présent

Plus en détail

Réactions nucléaires PHYSIQUE

Réactions nucléaires PHYSIQUE PHYSIQUE Réactions nucléaires I) Introduction Détection à l aide d un compteur Les interactions au niveau de l atome ne sont plus suffisantes pour assurer la cohésion du noyau, il se désintègre. Un compteur

Plus en détail

La structure atomique. Chimie 11

La structure atomique. Chimie 11 La structure atomique Chimie 11 L'atome Un atome est constitué d'électrons qui gravitent autour d'un noyau. Le noyau est composé de protons et de neutrons. Stabilité : nombre de protons = nombre d'électrons

Plus en détail

Cargèse 25 au 31 mars 2007

Cargèse 25 au 31 mars 2007 Cargèse 25 au 31 mars 2007 Ecole des techniques de base des détecteurs Pascal Vincent Université Pierre et Marie Curie LPNHE, Paris 1 Les systèmes de détection 2 Types de détecteurs On peut les classer

Plus en détail

TUTORAT UE3A Biophysique CORRECTION Annales 2013/2014 Semaine du 16/11/2015

TUTORAT UE3A Biophysique CORRECTION Annales 2013/2014 Semaine du 16/11/2015 TUTORAT UE3A 2015-2016 Biophysique CORRECTION Annales 2013/2014 Semaine du 16/11/2015 QCM n 1 : A, B, E A Vrai Ces deux grandeurs physiques font partie des 7 grandeurs de bases du SI qui sont : la longueur

Plus en détail

LA DOSIMETRIE. Dr M. CHAKOURI

LA DOSIMETRIE. Dr M. CHAKOURI LA DOSIMETRIE Dr M. CHAKOURI INTRODUCTION L interaction des rayonnements avec la matière aboutit à un transfert et dépôt d énergie dans la matière. Ce phénomène regroupe plusieurs extensions dans la pratique

Plus en détail

İNTRODUCTİON A LA PHYSİQUE QUANTİQUE

İNTRODUCTİON A LA PHYSİQUE QUANTİQUE TaleS / P15 İNTRODUCTİON A LA PHYSİQUE QUANTİQUE 1/ LA DUALİTÉ ONDE-PARTİCULE : Activité 15.1 a Dualité onde-particule de la lumière : Les phénomènes de diffraction et d interférences s expliquent par

Plus en détail

Christophe CHAMPION Laboratoire de Physique Moléculaire et des Collisions Université de Metz

Christophe CHAMPION Laboratoire de Physique Moléculaire et des Collisions Université de Metz Christophe CHAMPION Laboratoire de Physique Moléculaire et des Collisions Université de Metz E = h CLASSIFICATION DES RAYONNEMENTS Rayonnements électromagnétiques/rayonnements particulaires Rayonnements

Plus en détail

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ

Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS. * hυ hυ Rayons Rayons X Ultra-violets Infra-rouges Micro-ondes Ondes radio 1 Chapitre I PHENOMENE DE FLUORESCENCE ORIGINE ET PROCESSUS Définitions * hυ hυ La fluorescence ou luminescence est l émission d énergie

Plus en détail

Le rayonnement (2) Applications astrophysiques du rayonnement du corps noir Notions de spectroscopie L'atome d'hydrogène L'effet Doppler

Le rayonnement (2) Applications astrophysiques du rayonnement du corps noir Notions de spectroscopie L'atome d'hydrogène L'effet Doppler Le rayonnement (2) Applications astrophysiques du rayonnement du corps noir Notions de spectroscopie L'atome d'hydrogène L'effet Doppler 1 Le rayonnement de corps noir Rappels : Propriétés essentielles

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE. Dr CHAKOURI M. 2013/2014

LA RADIOACTIVITE. Dr CHAKOURI M. 2013/2014 1 LA RADIOACTIVITE Dr CHAKOURI M. 2013/2014 2 OBJECTIFS Utiliser la loi de décroissance et loi de filiations radioactives Calculer l activité, période, constante radioactive. Convertir les unités en radioactivité.

Plus en détail

La radioactivité alpha est l émission spontanée d une particule lourde chargée par un radionucléide donnant naissance à un nucléide plus léger.

La radioactivité alpha est l émission spontanée d une particule lourde chargée par un radionucléide donnant naissance à un nucléide plus léger. La radioactivité alpha est l émission spontanée d une particule lourde chargée par un radionucléide donnant naissance à un nucléide plus léger. RADIOACTIVITÉ ALPHA Radioactivité alpha Equation de la réaction

Plus en détail

Les techniques expérimentales. II - Les Interactions rayonnement - matière

Les techniques expérimentales. II - Les Interactions rayonnement - matière Les techniques expérimentales II - Les Interactions rayonnement - matière 1 PLAN Introduction : quelques rappels sur des notions de base I Interactions électrons-matière en mécanique classique : l électron

Plus en détail

A1. Nature des rayonnements

A1. Nature des rayonnements n A1. Nature des rayonnements α β γ ev 10 6 Naturels Artificiels p β + X UV 10 3 Accélérateurs IR µ-onde RF 1 10-3 10-6 US onde radio Corpuscules Photon Origine des rayonnements alpha, beta, gamma Vallée

Plus en détail

Interaction des rayonnements ionisants avec la matière

Interaction des rayonnements ionisants avec la matière Interaction des rayonnements ionisants avec la matière Interactions des particules chargées lourdes Interactions des particules chargées légères Interactions des photons avec la matière Sept - Nov 2009

Plus en détail

Sommaire Avant-propos Grandeurs et unités fondamentales de la dosimétrie externe

Sommaire Avant-propos Grandeurs et unités fondamentales de la dosimétrie externe Sommaire Avant-propos... xiii 1 Grandeurs et unités fondamentales de la dosimétrie externe... 1 1.1 Grandeurs dosimétriques... 2 1.1.1 Dose absorbée totale et transfert linéique d énergie... 2 1.1.2 Grandeurs

Plus en détail

Résumé du cours précédent

Résumé du cours précédent MET Résumé du cours précédent En mode diffraction, on observe directement une coupe plane du RR Deux modes image : - champ clair : contraste relié au pouvoir diffusant en chaque point - champ sombre :

Plus en détail

Matière microscopique : une description quantique est nécessaire

Matière microscopique : une description quantique est nécessaire Chapitre 3 Matière microscopique : une description quantique est nécessaire I Spectres d absorption et d émission (observation de la lumière émise ou absorbée par une espèce chimique donnée) 1) xpériences,

Plus en détail

Les rayonnements particulaires

Les rayonnements particulaires Les rayonnements particulaires Rappel sur les particules élémentaires Il existe Deux grandes familles de particules élémentaires, la plus grande est celle des Fermions. Cette famille comporte 12 particules

Plus en détail

Atomistique. Structure du noyau Représentation et configuration électronique Classification périodique des éléments

Atomistique. Structure du noyau Représentation et configuration électronique Classification périodique des éléments Atomistique Structure du noyau Représentation et configuration électronique Classification périodique des éléments BARBIER Olivia GUESSOUM Salah L2 Médecine Les particules élémentaires I. Les constituants

Plus en détail

Master 1 Information, Signal, Image, Instrumentation. Caméras CCD & Imagerie numérique

Master 1 Information, Signal, Image, Instrumentation. Caméras CCD & Imagerie numérique Master 1 Information, Signal, Image, Instrumentation Caméras CCD & Imagerie numérique PLAN DU COURS I Notions sur les semi-conducteurs et interactions rayonnement-matière 1 Bandes d énergie, semi-conducteurs

Plus en détail

La matière est constituée à partir d atomes.

La matière est constituée à partir d atomes. La matière est constituée à partir d atomes. Généralités Un atome est formé d un noyau central chargé positivement et de Z électrons de charge négative qui sont en mouvement incessant et désordonné autour

Plus en détail

Chapitre 8 : la radioactivité et les transformations nucléaires

Chapitre 8 : la radioactivité et les transformations nucléaires Chapitre 8 : la radioactivité et les transformations nucléaires I Stabilité et instabilité des noyaux Rappels sur le noyau : nombre de nucléons : nombre de masse : nombre de protons : numéro atomique ou

Plus en détail

CHAP VII : PHYSIQUE NUCLEAIRE

CHAP VII : PHYSIQUE NUCLEAIRE 1 CHAP VII : PHYSIQUE NUCLEAIRE I- INTRODUCTION ET RAPPEL 2 1) Le noyau 2 2) L'unité de masse atomique: uma 3 II- LE DÉFAUT DE MASSE 3 III- L ÉNERGIE DE LIAISON 3 1) L énergie de liaison par nucléon 4

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE 3. RADIOACTIVITE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE 3. RADIOACTIVITE DEUG SCIENCES Sciences de la vie TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE ème année UE3 Physique 3. RADIOACTIVITE I. Matériel 1 compteur C.R.A.B. et 4 écrans d aluminium d épaisseur 5 mm. L'appareil C.R.A.B., destiné

Plus en détail

C1 Ondes et particules : supports d information. En AP N 19, 22 et 26 P.22-27

C1 Ondes et particules : supports d information. En AP N 19, 22 et 26 P.22-27 C1 Ondes et particules : supports d information En AP N 19, 22 et 26 P.22-27 L échelle logarithmique permet de réduire l échelle des valeurs caractérisant les séismes possibles. a ) Qualités : -Très grande

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX DE LA SPECTROSCOPIE

PRINCIPES GENERAUX DE LA SPECTROSCOPIE Chapitre I PRINCIPES GENERAUX DE LA SPECTROSCOPIE I - DEFINITION La spectroscopie est l étude du rayonnement électromagnétique émis, absorbé ou diffusé par les atomes ou les molécules. Elle fournit des

Plus en détail

Interactions des rayonnements avec la matière

Interactions des rayonnements avec la matière UE3-1 : Biophysique Chapitre 2 : Interactions des rayonnements avec la matière Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Imagerie Médicale : Fondements. Biophysique des radiations

Imagerie Médicale : Fondements. Biophysique des radiations Imagerie Médicale : Fondements Biophysique des radiations Master 2 MultiMedia : Image et Son Numériques Pascal Desbarats (desbarats@labri.fr) IMF : Biophysique des radiations p.1 Biophysique des radiations

Plus en détail

8 Combustible, modérateur et gestion du réacteur

8 Combustible, modérateur et gestion du réacteur 8 Combustible, modérateur et gestion du réacteur On appelle masse critique, la quantité de matière tout juste suffisante pour engendrer une réaction en chaîne auto-entretenue. En amoncelant une petite

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR CHIMISTE. Sciences physiques

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR CHIMISTE. Sciences physiques BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR CHIMISTE Sciences physiques SESSION 2016 Durée : 2 heures Coefficient : 3 Matériel autorisé : Sont autorisées toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices

Plus en détail

Physique. Chapitre 3 : Interactions Matière-Rayonnement. Eva PEBAY-PEYROULA

Physique. Chapitre 3 : Interactions Matière-Rayonnement. Eva PEBAY-PEYROULA Physique Chapitre 3 : Interactions Matière-Rayonnement Eva PEBAY-PEYROULA MED@TICE PCEM1 - Année 2006/2007 Faculté de Médecine de Grenoble - Tous droits réservés. III-1 Les mécanismes physiques III-2 Les

Plus en détail

Tomographie par émission de positons : marquage au fluor 18

Tomographie par émission de positons : marquage au fluor 18 Tomographie par émission de positons : marquage au fluor Par sa demi-vie et ses caractéristiques physico-chimiques, le fluor permet de marquer des molécules d intérêt biologique et d obtenir des radiopharmaceutiques

Plus en détail

lumière polychromatique : plusieurs radiations ; exemple : mercure

lumière polychromatique : plusieurs radiations ; exemple : mercure Chapitre 3 : Sources de lumières colorées I. Différentes sortes de sources sources chaudes : étoile, lampe à filament, feu sources froides : laser, lampe à économie d'énergie, tube fluorescent rappel :

Plus en détail

L ATOME. 1.2 Composition d un noyau atomique Le noyau est composé de nucléons : les protons et les neutrons.

L ATOME. 1.2 Composition d un noyau atomique Le noyau est composé de nucléons : les protons et les neutrons. L ATOME 1. Description de l atome 1.1 Le modèle de l atome L atome est constitué d un noyau central de diamètre de l ordre de 10-14 m, chargé positivement, autour duquel gravite un cortège électronique.

Plus en détail

Université P. & M. CURIE (Paris VI) Année universitaire 2002/03 D.E.U.G. SCM 1 ère année. EXAMEN DE CHIMIE 1 Septembre 2003 (durée: 2h 30)

Université P. & M. CURIE (Paris VI) Année universitaire 2002/03 D.E.U.G. SCM 1 ère année. EXAMEN DE CHIMIE 1 Septembre 2003 (durée: 2h 30) Université P. & M. CURIE (Paris VI) Année universitaire 2002/03 D.E.U.G. SCM 1 ère année EXAMEN DE CHIMIE 1 Septembre 2003 (durée: 2h 30) Toutes les parties sont indépendantes - Calculatrices interdites

Plus en détail

PRINCIPES GENERAUX DE LA SPECTROSCOPIE

PRINCIPES GENERAUX DE LA SPECTROSCOPIE Chapitre I PRINCIPES GENERAUX DE LA SPECTROSCOPIE I - DEFINITION La spectroscopie est l étude du rayonnement électromagnétique émis, absorbé ou diffusé par les atomes ou les molécules. Elle fournit des

Plus en détail

Chapitre 4 : Rayonnements et particules

Chapitre 4 : Rayonnements et particules 1. Définitions Chapitre 4 : Rayonnements et particules Un rayonnement (ou radiation) est l émission ou la transmission d'énergie transportée par une onde électromagnétique (ou OEM) ou une particule (proton,

Plus en détail

Interaction lumière-matière (le terme «interaction» indique une rencontre donnant lieu à un échange d énergie)

Interaction lumière-matière (le terme «interaction» indique une rencontre donnant lieu à un échange d énergie) Interaction lumière-matière (le terme «interaction» indique une rencontre donnant lieu à un échange d énergie) A- Sources de lumière Présenter différentes sources de lumières, mettre en œuvre dans la mesure

Plus en détail

TP de radioactivité. Rappels Radioprotection Applications de la radioactivité Expériences L énergie nucléaire Chambre à brouillard

TP de radioactivité. Rappels Radioprotection Applications de la radioactivité Expériences L énergie nucléaire Chambre à brouillard TP de radioactivité Rappels Radioprotection Applications de la radioactivité Expériences L énergie nucléaire Chambre à brouillard Rappels TP de radioactivité Notations Masse atomique Numéro atomique A

Plus en détail

Chapitre 3 : Les sources de lumières colorées (p. 45)

Chapitre 3 : Les sources de lumières colorées (p. 45) PARTIE 1 - OBSERVER : COULEURS ET IMAGES Chapitre 3 : Les sources de lumières colorées (p. 45) Compétences attendues : Distinguer une source polychromatique d une source monochromatique caractérisée par

Plus en détail

5 DECROISSANCE ET PRODUCTION DES RADIONUCLEIDES

5 DECROISSANCE ET PRODUCTION DES RADIONUCLEIDES 5 DECROISSANCE ET PRODUCTION DES RADIONUCLEIDES Cette section contient une brève revue des faits intéressants sur la radioactivité, i.e. le phénomène de décroissance nucléaire, et sur les réactions nucléaires,

Plus en détail

LES RAYONNEMENTS ÉLECTROMAGNÉTIQUES & PARTICULAIRES. Dr CHAKOURI M.

LES RAYONNEMENTS ÉLECTROMAGNÉTIQUES & PARTICULAIRES. Dr CHAKOURI M. 1 LES RAYONNEMENTS ÉLECTROMAGNÉTIQUES & PARTICULAIRES Dr CHAKOURI M. 2 PLAN INTRODUCTION DESCRIPTION DU REM CONSTITUTION DU REM CLASSIFICATION DES REM RAYONNEMENT PARTICULAIRE UTILISATION DES RAYONNEMENTS

Plus en détail

Lorsque les ondes électromagnétiques rencontrent la matière

Lorsque les ondes électromagnétiques rencontrent la matière Chapitre 4 Lorsque les ondes électromagnétiques rencontrent la matière Suivre le diaporama passé en cours ou en TD I Les ondes électromagnétiques 1) Définition Rappeler la définition d une onde progressive.

Plus en détail

CHIMIE : (7 points) Exercice n 1: (4 points)

CHIMIE : (7 points) Exercice n 1: (4 points) Prof : Barhoumi Ezzedine Classe : 4 ème Math Lycée De Cebbala - Sidi Bouzid - Tunisie DEVOIR DE SYNTHESE N 3 BAC BLANC 215 Durée : 3 heures Coefficient : 4 CHIMIE : (7 points) Exercice n 1: (4 points)

Plus en détail

Chapitre VI. Introduction. Lois de conservation

Chapitre VI. Introduction. Lois de conservation Chapitre VI COLLISIONS VIA Introduction Nous étudierons au chapitre VII le mouvement de deux points matériels tout au long de leur interaction Dans le cas de deux corps M et M quelconques (p ex deux solides

Plus en détail

RAPPORT DE LABORATOIRE SPECTROSCOPIE GAMMA PAR DETECTEURS A SCINTILLATIONS.

RAPPORT DE LABORATOIRE SPECTROSCOPIE GAMMA PAR DETECTEURS A SCINTILLATIONS. But du laboratoire : RAPPORT DE LABORATOIRE SPECTROSCOPIE GAMMA PAR DETECTEURS A SCINTILLATIONS. Calibrer notre dispositif expérimental en utilisant des spectres connus de 137 Cs et de 6 Co. Déterminer

Plus en détail

5. Spectroscopies en faisceau d électrons

5. Spectroscopies en faisceau d électrons 5. Spectroscopies en faisceau d électrons Faisceau incident d électrons Microanalyse par sonde électronique (Electron Probe Micronalysis, EPM) Spectroscopie de pertes d énergie des électrons (Electron

Plus en détail

Émission lumineuse. 1. Transitions énergétiques dans les atomes

Émission lumineuse. 1. Transitions énergétiques dans les atomes Émission lumineuse par Gilbert Gastebois Constante de Boltzmann k = 1,380 650 3 10-23 J/K Constante de Planck h = 6,626 068 74 10-34 J.s Vitesse de la lumière c = 299 792 458 m/s 1. Transitions énergétiques

Plus en détail

La physique électrique

La physique électrique Introduction La physique décrit les phénomènes naturels observables dans tous les milieux, que ce soit mécanique, nucléaire, thermique, cosmique, électriques, ou autre. Des relations mathématiques permettent

Plus en détail

Spectre d émission et spectre d absorption de quelques éléments chimiques

Spectre d émission et spectre d absorption de quelques éléments chimiques AS: 009/010 PROF : Mr BECHA Adel ( prof principal) 4 eme Sciences exp, maths et technique Matière : Sciences physiques www.physique.ht.cx SERIE D EXERCICES Objet : : Les spectres atomiques ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Bases biophysiques de l utilisation des rayonnements dans les professions de santé

Bases biophysiques de l utilisation des rayonnements dans les professions de santé UE3-1 : Biophysique Chapitre 1 : Bases biophysiques de l utilisation des rayonnements dans les professions de santé Professeur Jean-Philippe VUILLEZ Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier

Plus en détail

LA RADIOACTIVITE. 1. Le noyau de l atome 1.1 Composition d un noyau atomique Le noyau est composé de nucléons : les protons et les neutrons.

LA RADIOACTIVITE. 1. Le noyau de l atome 1.1 Composition d un noyau atomique Le noyau est composé de nucléons : les protons et les neutrons. L RDIOCTIVITE. Le noyau de l atome. Composition d un noyau atomique Le noyau est composé de nucléons : les protons et les neutrons. On appelle nombre de masse le nombre de nucléons d'un noyau, et nombre

Plus en détail

Chapitre 7 La radiation

Chapitre 7 La radiation Chapitre 7 La radiation - 7.1 la désintégration radioactive - Radioactivité une propriété que possède une substance d émettre des particules et/ou des rayons de haute énergie. - Rayonnement l émission

Plus en détail

APPLICATION DE LA SPECTROSCOPIE ELECTRONIQUE AUX COMPOSES DE COORDINATION

APPLICATION DE LA SPECTROSCOPIE ELECTRONIQUE AUX COMPOSES DE COORDINATION 1 APPLICATION DE LA SPECTROSCOPIE ELECTRONIQUE AUX COMPOSES DE COORDINATION CHAPITRE I SPECTROSCOPIE ELECTRONIQUE I - INTRODUCTION Dans une molécule, les transitions électroniques ont lieu dans la région

Plus en détail

Chapitre 11 : Atomes et solides

Chapitre 11 : Atomes et solides Chapitre : Atomes et solides Exercices E. La valeur du module du moment cinétique orbital d un électron dépend de la valeur du nombre quantique orbital. (a) Pour l état 3, selon le tableau., les nombres

Plus en détail

EPREUVE DE BIOPHYSIQUE I ET BIOSTATISTIQUES 2 ème SESSION 2003

EPREUVE DE BIOPHYSIQUE I ET BIOSTATISTIQUES 2 ème SESSION 2003 UNIVERSITE CADI AYYAD Année Universitaire 2002-2003 FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE 1 ère Année MARRAKECH EPREUVE DE BIOPHYSIQUE I ET BIOSTATISTIQUES 2 ème SESSION 2003 Pr. M. KEBBOU feuille réponse

Plus en détail

Chapitre II. Modèles classiques de Rutherford et de Bohr. Université Cadi Ayyad Faculté Polydisciplinaire Safi. Département de Chimie

Chapitre II. Modèles classiques de Rutherford et de Bohr. Université Cadi Ayyad Faculté Polydisciplinaire Safi. Département de Chimie Université Cadi Ayyad Faculté Polydisciplinaire Safi Département de Chimie Chapitre II Modèles classiques de Rutherford et de Bohr Pr. M. El HIMRI Octobre 2015 Pr. H. ANANE Questions: Comment sont répartis

Plus en détail

Cours n 16 : Physique quantique

Cours n 16 : Physique quantique Cours n 16 : Physique quantique 1) Nature corpusculaire de la lumière La lumière peut être vue sous deux aspects : ondulatoire et corpusculaire. Dans ce chapitre nous allons étudier l aspect corpusculaire.

Plus en détail

Isospin et particules

Isospin et particules Cours 2 Isospin et particules Introduction à la physique nucléaire Master MREE, Printemps 2017 Pr. Mohammed Benjelloun Introduction Particules Introduction à la physique nucléaire Master MREE, Printemps

Plus en détail

Travail et énergie potentielle Électrostatique

Travail et énergie potentielle Électrostatique Travail et énergie potentielle Électrostatique Exercice 90 Une charge q = 10-7 C se déplace en ligne droite, de A vers B, dans un champ électrique uniforme E r, d intensité E = 600 V/m, tel que (,E) AB

Plus en détail