Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dépistage des IST chez la femme. Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016"

Transcription

1 Dépistage des IST chez la femme Enseignement optionnel «Mère- Enfant» Pr. C. Mathieu Université de Bordeaux Octobre 2016

2 IST Chlamydia Trachomatis Gonocoque Mycoplasma genitalium Syphilis Herpès génital Infection à HPV Hépatite B Infection à VIH

3 FAUT-IL DÉPISTER? À QUI PROPOSER LE DÉPISTAGE? COMMENT DÉPISTER? IST bactériennes IST virales: HPV, HIV, hépatite B, Herpès

4 % C trachomatis Hommes : % positifs Femmes : % positives gonocoque Recrudescence des IST Nécessité d un dépistage syphilis

5 Circonstances du dépistage À la demande du patient Lors d une consultation pour motif gynécologique même en l absence de signes cliniques et a fortiori s il y a des signes évocateurs d une infection génitale haute ou basse Lors d une première consultation après évaluation des situations à risque

6 Infection à C. trachomatis 1 ère maladie bactérienne sexuellement transmissible dans les pays industrialisés prévalence estimée entre 2 et 10 % chez les sujets jeunes. Asymptomatique (50% H, 90% F) Complications : salpingite, stérilité, GEU, transmission HIV facilitée, persistance HPV? Curable Facile à diagnostiquer

7 Infection à C trachomatis (Renachla)

8 Infection à C trachomatis (Renachla) 2014

9 Bordeaux : juin 2011-décembre 2011 Dépistage de l infection à C trachomatis D après les données du Dr B de Barbeyrac Service Sexe Nombre CT+ (%) CDAG CIDDIST F H (11,2) 72 (6,2) CPEF IVG F (9,9) Maternité F enceinte (2.5)

10 Facteurs de risque d infection à C trachomatis Age ans (2,7%) ans (3,6%) Niveau d éducation élevé (1%) bas (12,5%) Orientation sexuelle Nombre de partenaires hétéro (2,6%) homo-bi (13%) 0-1 (2,4%) 2 (13,1%) Dernier partenaire principal (2%) nouveau (8,4%)

11

12 B de Barbeyrac Prélèvements - IST C. trachomatis Prélèvements non invasifs : tests d amplification (10 à 20 ml) 1 er jet d urine (Homme /Femme) Autoprélèvement vulvovaginal Prélèvements urogénitaux classiques Ecouvillons floqués (Copan) Endocol (urèthre) Anus Milieu de transport 2SP J Clin Microbiol 2996, 44, ; Sex Transm Dis 2005, 32, 725-8/ 33, 407_15 ; Sex Tranqm Dis 2003, 30, / 345-7

13 Sérologie C trachomatis - IgG chez l adulte - suppression de la recherche des IgA - Indications limitées suspicion d infection haute, bilan d infertilité

14 Traitement de l infection à C. Trachomatis en situation de dépistage Azithromycine : Zithromax 1 g monodose ou Doxycycline : Vibramycine 100 mg x2 /J, 7J Traitement du / des partenaire(s) Rapports sexuels protégés Chercher les autres IST : hépatite B,HIV syphilis, gonocoque

15 Prise en charge de l infection à C. trachomatis Contrôle thérapeutique A 6 semaines du traitement (pas avant) visite de contrôle à 3 12 mois En cas d échec de traitement (10-15%) -recommencer le même ou prolonger 10 à 14 j avec la doxycycline

16 Infection à GONOCOQUE Recrudescence depuis 1995 et résistances bactériennes Contamination sexuelle Incubation de 2-5 jours Gonococcie féminine souvent peu parlante mais responsable d infections génitales hautes Recherche sur prélèvement endocervical ou urétral pour examen direct et culture: prélèvement au laboratoire PCR

17 Gonocoque (Resist)

18 Gonocoque (Resist) 2014

19 Bordeaux : juin 2011-décembre 2011 Dépistage de l infection à gonocoque D après les données du Dr B de Barbeyrac Service Sexe Nombre NG+(%) CDAG CIDDIST F H (1,0) 23 (1,9) CPEF IVG F (3,2) Maternité F enceinte

20 Infection à GONOCOQUE Traitement de la cervicite ou de l urétrite Ceftriaxone (Rocephine ) 500 mg en IM ou Cefixime (Oroken ) 400 mg 1 prise orale Si CI aux βlactamines Spectinomycine (Trobicine ) 2 g en IM ou ciprofloxacine (Uniflox ) 500 mg per os avec contrôle bactériologique car résistance ++ Traitement anti-chlamydia systématique Traitement du(des) partenaire(s) Sérologies HIV, syphilis, hépatite B et C

21 Gonocoque (Renago)

22 Mycoplasmes et Ureaplasma Mycoplasma hominis et Ureaplasma urealyticum Pathogénie controversée chez la femme Infections non considérées comme des IST Pathogénie au dessus de 10 4 UCC Parfois associées aux anaérobies (vaginose) Traitement Cyclines, macrolides pendant 15 jours (et pour UU les Fluoroquinolones) de la vaginose notamment si récidive (avec métronidazole 7 à 10 jours)

23 Mycoplasma genitalium Le plus petit microorganisme capable de s auto-reproduire Urétrites, cervicites, salpingites Dg : PCR sur prélèvement endocervical Traitement minute: azithromycine 250mgX4 Ou azithromycine 500mg J1 et 250mg/j de J2 à J5

24 Bordeaux : juin 2011-décembre 2011 Dépistage de l infection à M genitalium D après les données du Dr B de Barbeyrac Service Sexe Nombre MG+(%) CIDDIST F H (8) 7 (4) CPEF IVG F (4) Maternité F enceinte (0.8)

25 Syphilis (HAS mai 2007) Augmentation du nombre de cas depuis 1999 Facteurs de risque: orientation sexuelle et statut VIH+ Pas de données sur certaines populations à risque potentiel Syphilis congénitale mal évaluée

26 Syphilis récentes (Resist)

27 Syphilis récentes (Resist) 2014

28 Syphilis: évolution des motifs de consultation (Resist)

29 Dépistage de la syphilis acquise(1) Hommes ayant des RS non protégés avec des hommes (fellation comprise) Travailleurs du sexe (RS non protégés ) Personnes ayant des RS non protégés avec travailleurs du sexe Lors du dg d une autre IST Personnes ayant des RS non protégés avec plusieurs partenaires par an

30 Dépistage de la syphilis acquise(2) Migrants en provenance de pays d endémie(afrique, Asie, Europe de l Est, Amérique du Sud) Incarcération Viol Rythme du dépistage: au minimum une fois par an

31 Dépistage de la syphilis congénitale Au cours de la grossesse: 1 er trimestre Au 3 ème trimestre si RS non protégés avec un nouveau partenaire pour l un des membres du couple Avant ou après l accouchement si non fait auparavant ATCD de FCS ou d enfants morts-nés

32 Comment dépister? Test tréponémique (TT) TPHA, TPPA, FTA-ABS Elisa IgG ou IgG/IgM HAS 2015: pas de test non tréponémique (TNT) en dépistage (VDRL, RPR) mais TNT si TT positif

33

34 CONCLUSION Progression de la prévalence des IST penser à les dépister Identifier le, la ou les partenaire(s) contaminé(s) ou contaminateur(s), leur proposer un dépistage ou un traitement probabiliste En cas de dépistage positif: sérologie VIH,TPHA - VDRL, sérologie d hépatite B Insister sur les risques de recontamination Pas de rapports non protégés pendant la période du traitement Éduquer le patient sur les infections sexuellement transmissibles.

Cas cliniques IST adolescents. JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS

Cas cliniques IST adolescents. JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS Cas cliniques IST adolescents JM BOHBOT Institut FOURNIER - PARIS Qques chiffres! Nb de partenaires déclarés par les adolescentes de moins de 19 ans : 2.2! En 2010, 90 % des 15-24 ans déclarent avoir utilisé

Plus en détail

Le Point sur les IST. C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy

Le Point sur les IST. C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy Le Point sur les IST C. Mézan de Malartic - P. Judlin Pôle de la Femme - CHU de Nancy Introduction Les Infections sexuellement transmissibles (IST) sont un enjeu de santé publique partout dans le monde,

Plus en détail

Actualités dans les IST

Actualités dans les IST Actualités dans les IST Nouvelles recommandations thérapeutiques - 22 juin 2017 - Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Bordeaux USC-EA 18 es JNI, 3671 Saint-Malo, Infections

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL- Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus HPV Herpes simplex virus 1 et 2 HSV Virus de l hépatite B et C Virus de l

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des IST Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing 12 mai 2016 Gr IDIST de la SFD Taper

Plus en détail

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme

Recommandations de bonnes pratiques cliniques. Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Recommandations de bonnes pratiques cliniques Diagnostic, traitement et suivi des uréthrites aiguës de l homme Comité d Infectiologie de l Association Française d Urologie Cliquez pour modifier le style

Plus en détail

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr)

AEMIP Association des Enseignants de Microbiologie et d Immunologie des Facultés de Pharmacie (www.aemip.fr) Fiche SYNDROME AEMIP 2015 Infections sexuellement transmissibles bactériennes Auteurs : Matthieu Eveillard, Anne Doléans-Jordheim, Alban Le Monnier, Nadège Bourgeois-Nicolaos Présentations cliniques et

Plus en détail

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing

Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Quel bilan proposer chez les patients asymptomatiques? 11 avril 2013 V Baclet SUMIV CH Tourcoing Valérie 18 ans Vie sexuelle depuis 1 an et demi Pas de préservatif car «avait confiance» Son nouveau partenaire

Plus en détail

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch

Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Dépistage des IST : qui, quand, comment? Dr David Zucman Hôpital Foch Pourquoi dépister les IST? C est quoi les IST, quels sont leurs risques? Les IST sont des infections sexuellement transmissibles Virus:

Plus en détail

Fiches de prescriptions biologiques (1)

Fiches de prescriptions biologiques (1) Fiches de prescriptions biologiques (1) Devant une urétrite chez l homme : 2) Urines : PCR Chlamydia trachomatis sur le 1er jet. 3) Faire pratiquer ce jour au laboratoire* : Prélèvement urétral : examen

Plus en détail

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016

Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016 Dr Hervé MAHOUN - Biologiste BIOSAGA d après la présentation du Dr Anne EBEL-Biomnis du 28 janvier 2016 Virus Papillomavirus : HPV Herpes simplex virus : HSV Virus de l hépatite B : VHB Virus de l immunodéficience

Plus en détail

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION

LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE 5. PRÉVENTION Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours LES URETRITES SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. ETIOLOGIE 3. CLINIQUE ET DIAGNOSTIC 4. STRATÉGIE

Plus en détail

Actualités dans le diagnostic des IST

Actualités dans le diagnostic des IST Actualités dans le diagnostic des IST Bertille de Barbeyrac Centre National de Référence des chlamydiae 4ème réunion du groupe de prévention de la SPLIF Jeudi 29 mars 2012 Site Villemin C. trachomatis

Plus en détail

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles

Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles Actualités 2016 sur les recommandations de prise en charge des Infections Sexuellement Transmissibles T Isabelle Alcaraz-Morelle Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur CH Tourcoing

Plus en détail

Chlamydiae et mycoplasmes en pathologie urogénitale: données actuelles

Chlamydiae et mycoplasmes en pathologie urogénitale: données actuelles Chlamydiae et mycoplasmes en pathologie urogénitale: données actuelles Cécile Bébéar*, Bertille de Barbeyrac Laboratoire de Bactériologie EA3671 Infections humaines à mycoplasmes et à chlamydiae CNR des

Plus en détail

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe

IST. Chaque jour : > 1 million de nouvelle infection. La plupart des IST ne donnent aucun signe NGUYEN NL 06/12/16 IST En 2013 l OMS estimait à 500 millions de personnes infectées par les 4 IST curables (gono, chlam, syp, trich). Si on y ajoute les infection virales : 1,5 milliard personnes infectées

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie URÉTRITE MASCULINE Ph. Gerhardt, N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Infections génitales. 24 septembre 2009

Infections génitales. 24 septembre 2009 Infections génitales Infections génitales chez l homme symptomatiques Bas appareil : urétrite Haut appareil prostatite, orchiépididymite Infections / agents Signes cliniques : Urétrite (IST) forme aigue

Plus en détail

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST)

Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Les Infections Sexuellement Transmissibles (IST) Dr Denis FERON CIDDIST (Centre d Information de Dépistage et de Diagnostic des IST) CH Eure-Seine (Vernon) MST-IST même combat La blennorragie gonococcique

Plus en détail

Données actualisées sur les IST

Données actualisées sur les IST Données actualisées sur les IST Guy La Ruche, Alice Bouyssou, Gilles Delmas, Betty Basselier InVS/DMI/VIC 25 novembre 2 Syphilis récente Réseau de cliniciens (RésIST) Syphilis primaire, secondaire et latente

Plus en détail

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible

Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Généralité Item n 95 : Infections sexuellement transmissible Épidémiologie Les IST : VIH, syphilis, gonococcie, chlamydiose, herpès génitale, VHB, HPV,... FDR : femme, PD, 1 er rapport précoce, partenaires

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F59 F63 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item 95 Maladies sexuellement transmissibles

Plus en détail

Infections Sexuellement Transmises chez les homosexuels masculins infectés par le VIH

Infections Sexuellement Transmises chez les homosexuels masculins infectés par le VIH Infections Sexuellement Transmises chez les homosexuels masculins infectés par le VIH H Voinchet, D Neau, S Lawson-Ayayi, B de Barbeyrac, M-E Lafon, C Bebear, H Fleury, JM Ragneau 1997 Gonococcies en France

Plus en détail

Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme

Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme Les IST en 2014 : diagnostic, suivi, prévention de la transmission et des complications à long terme Marseille 05 Novembre 2014 Anne Ebel-Biomnis Ivry sur Seine ACNBH 43 ème Colloque National des Biologistes

Plus en détail

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à

c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à c/. Recherche de Mycoplasma hominis Le diagnostic se fait par culture et titrage de germe A. Ecouvillon pour prélèvement au niveau de l endocol (à privilégier) En rouge : extrémité détachable à conserver

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION

Module 7 - Edition Item 89 page 1 Copyright CMIT ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS INTRODUCTION Module 7 - Edition 2006 - Item 89 page 1 ITEM N 89 : INFECTIONS GENITALES DE L HOMME. ECOULEMENT URETRAL OBJECTIFS I. Diagnostiquer une infection génitale de l homme II. Argumenter l attitude thérapeutique

Plus en détail

Actualités sur les infections sexuellement transmissibles

Actualités sur les infections sexuellement transmissibles Actualités sur les infections sexuellement transmissibles Séminaire de formation SFLS - 1 er octobre 2015 Dr Fatima YASSIR-ORIA CIDDIST HEH & Croix Rousse Lyon - Pr Christian CHIDIAC Service de Dermatologie

Plus en détail

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles

Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Recommandations diagnostiques et thérapeutiques pour les Maladies Sexuellement transmissibles Section MST/SIDA de la Société Française de Dermatologie INFECTION A CHLAMYDIA TRACHOMATIS N. Dupin, M. Janier,

Plus en détail

Dr N. AKOUM CHI Elbeuf- Louviers-Val de Reuil Service des Urgences

Dr N. AKOUM CHI Elbeuf- Louviers-Val de Reuil Service des Urgences PREVENTION/DEPISTAGE VIH, HEPATITES VHB VHC, IST LA DONNE CHANGE! Point épidémiologique en France et en Région Mardi 4 Novembre 2014 Dr N. AKOUM CHI Elbeuf- Louviers-Val de Reuil Service des Urgences 1

Plus en détail

La a d onne e c hange g Novembre 2014

La a d onne e c hange g Novembre 2014 Novembre 2014 La donne change IST -Chaque année 500 millions de personnes dans le monde contractent une IST parmi chlamydia, gonocoque, syphilis, trichomonase - 530 millions de personnes atteintes de HSV2-290

Plus en détail

Bulletins des réseaux de surveillance

Bulletins des réseaux de surveillance Données au 31 décembre 2012 L organisation de la surveillance (IST) et les contacts des personnes en charge de cette surveillance sont consultables sur le site de l Institut de veille sanitaire : http://www.invs.sante.fr/dossiers-thematiques/maladies-infectieuses/vih-sida-ist/infectionssexuellement-transmissibles-ist/comment-surveiller-les-ist.

Plus en détail

séminaire IST-Swissfamilydocs

séminaire IST-Swissfamilydocs séminaire IST State of the ART L Toutous Trellu* & Anca Paschoud** 1 *Service de dermatologie et service des maladies infectieuses ** Chargée d enseignement à la faculté de médecine de Genève 2 Cas 1 Jeune

Plus en détail

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST

Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST Le rôle de l IDE dans la prise en charge des IST (INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES) S. Decock IDE, S. Maesen IDE, Dr V. Baclet Service Universitaire des Maladies Infectieuses et du Voyageur (SUMIV)

Plus en détail

1. DIAGNOSTIC POSITIF

1. DIAGNOSTIC POSITIF Module 7 - Edition 2004 - Item 95 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 95 : MALADIES SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie,

Plus en détail

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue

TRACHOMATIS. Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue INFECTIONS àchlamydia TRACHOMATIS Dr VEXIAU-ROBERT Gynécologue EPIDEMIOLOGIE des INFECTIONS à CHLAMYDIAE TRACHOMATIS EN FRANCE Infection àchlamydiae trachomatis urogénitale : La plus fréquente en France

Plus en détail

BILAN DE LA SURVEILLANCE DES IST ET DU VIH EN NORMANDIE

BILAN DE LA SURVEILLANCE DES IST ET DU VIH EN NORMANDIE 1 CIRE / InVS RÉGIONS BASSE-NORMANDIE ET HAUTE-NORMANDIE 17 Bulletin de veille sanitaire - N 17 / Décembre 15 BILAN DE LA SURVEILLANCE DES IST ET DU VIH EN NORMANDIE Page 2 Page 7 Page 9 Arnaud Mathieu,

Plus en détail

Les IST représentent un problème

Les IST représentent un problème réalités en gynécologie-obstétrique # 172_Mars/Avril 214 Épidémiologie des infections sexuellement transmissibles RÉSUMÉ : Les infections sexuellement transmissibles (IST) restent un problème de santé

Plus en détail

Epidémiologie des IST et réseaux de surveillance

Epidémiologie des IST et réseaux de surveillance Epidémiologie des IST et réseaux de surveillance Charles CAZANAVE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU de Bordeaux Introduction - IST = problème majeur de Santé publique. Fréquence en augmentation.

Plus en détail

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles Delphine VIRIOT, Nelly FOURNET, Ndeindo NDEIKOUNDAM, Florence LOT Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses 8ème journée

Plus en détail

Prise en charge précoce IST et VIH Vaccin HPV. Santé sexuelle. F.J.Timsit CeGIDD Hôpital St Louis Paris

Prise en charge précoce IST et VIH Vaccin HPV. Santé sexuelle. F.J.Timsit CeGIDD Hôpital St Louis Paris Prise en charge précoce IST et VIH Vaccin HPV Santé sexuelle F.J.Timsit CeGIDD Hôpital St Louis Paris Prise en charge précoce VIH et IST Double objectif Traiter tôt dans l intérêt du patient Rompre la

Plus en détail

Dépistage de l infection à Chlamydia trachomatis

Dépistage de l infection à Chlamydia trachomatis Dépistage de l infection à Chlamydia trachomatis Bertille de Barbeyrac CNR des infections à Chlamydia Laboratoire de Bactériologie Professeur Christiane Bébéar CHU - Bordeaux Caractéristiques de l infection

Plus en détail

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine

Dépistage. Nouvelles recommandations Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Dépistage Nouvelles recommandations 2010 Pr Jean-Marie LANG Président COREVIH Alsace 8 mars 2011 Coordination Régionale de lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine Enjeux du

Plus en détail

Situation épidémiologique des infections sexuellement transmissibles en France (Gonoccocies, infection à Chlamydia, syphilis, LGV)

Situation épidémiologique des infections sexuellement transmissibles en France (Gonoccocies, infection à Chlamydia, syphilis, LGV) Situation épidémiologique des infections sexuellement transmissibles en France (Gonoccocies, infection à Chlamydia, syphilis, LGV) Anne Gallay 1, Pascal Chaud 2 1 Unité VIH IST Hépatites (B, C), DMI, Institut

Plus en détail

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro

Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro Unité Enseignement Mère Enfant Gynéco Uro N 158.Infections sexuellement transmissibles (IST) : gonococcies, chlamydioses - Diagnostiquer et traiter une gonococcie, une chlamydiose, - Connaître les principes

Plus en détail

Les IST bactériennes

Les IST bactériennes Les IST bactériennes Pr Ag Med Selim ASLI Service de Microbiologie Hôpital militaire principal d instruction de Tunis Faculté de Pharmacie de Monastir Cas clinique N 1 Femme de 28 ans. Consulte pour leucorrhées

Plus en détail

Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE

Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE Pr Ag. W. Achour Centre National de greffe de Moelle Osseuse INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES EN DEHORS DU SIDA : CAS CLINIQUE A la fin juillet 2010, un jeune homme hétérosexuel, d une vingtaine

Plus en détail

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice : le germe 5. - Prélèvements biologiques 6. - Exercice 7. - Analyses biologiques 8

Table des matières. Introduction 3. - Le patient 4. - Exercice : le germe 5. - Prélèvements biologiques 6. - Exercice 7. - Analyses biologiques 8 Gonococcie Table des matières Introduction 3 - Le patient 4 - Exercice : le germe 5 - Prélèvements biologiques 6 - Exercice 7 - Analyses biologiques 8 - Exercice 9 - Analyses biologiques 10 - Exercice

Plus en détail

Dépister les infections à CT/NG Une vraie nécessité face à l absence de symptômes

Dépister les infections à CT/NG Une vraie nécessité face à l absence de symptômes Dépister les infections à CT/NG Une vraie nécessité face à l absence de symptômes L absence de symptômes ne signe pas l'absence d'infection Les IST bactériennes les plus répandues au monde 12,13,19 : Chlamydiose/Gonococcie

Plus en détail

DANS LES CeGIDD : MIEUX CIBLER, MIEUX TRAITER

DANS LES CeGIDD : MIEUX CIBLER, MIEUX TRAITER DU DÉPISTAGE AUX TRAITEMENTS DANS LES CeGIDD : MIEUX CIBLER, MIEUX TRAITER Sommaire Recommandations des dépistages p 3 Dépistage du VIH et de la Syphilis p 4 Traitement de la Syphilis p 6 Hépatite B :

Plus en détail

Infections sexuellement transmissible

Infections sexuellement transmissible Infections sexuellement transmissible Définition Infections transmises lors de relations sexuelles, qu elles soient génitale, anal ou oro-génital. Les symptômes observés sont de différents types, dont

Plus en détail

Epidémiologie des IST en France et en Europe

Epidémiologie des IST en France et en Europe Epidémiologie des IST en France et en Europe Delphine VIRIOT, Nelly FOURNET, Ndeindo NDEIKOUNDAM, Florence LOT Institut de veille sanitaire, Département des maladies infectieuses Journée de lutte contre

Plus en détail

Généralités. Bactéries à développement intracellulaire obligatoire

Généralités. Bactéries à développement intracellulaire obligatoire Chlamydia Généralités Bactéries à développement intracellulaire obligatoire = > Importance de l hypersensibilité retardée => Nécessité de cultures cellulaires pour les cultiver => Utilisation d antibiotiques

Plus en détail

Données actualisées sur les IST

Données actualisées sur les IST Données actualisées sur les IST Ndeindo NDEIKOUNDAM, Delphine VIRIOT, Nelly FOURNET, Ouassila HANNACHI, Charly RAMUS, Florence LOT InVS/DMI/VHIT Réunion «Journée mondiale de lutte contre le SIDA» 23 novembre

Plus en détail

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE

INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE INFECTIONS VAGINALES ET GROSSESSE DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL leucorrhée physiologique de la femme enceinte: Modifications vaginales PH plus acide Muqueuses violacées Augmentation la sécrétion vaginale et

Plus en détail

Urétrites et cervicites non compliquées : stratégie diagnostique et thérapeutique de prise en charge

Urétrites et cervicites non compliquées : stratégie diagnostique et thérapeutique de prise en charge FICHE MÉMO Urétrites et cervicites non compliquées : stratégie diagnostique et thérapeutique de prise en charge RAPPORT D ÉLABORATION Octobre 2015 La méthode d élaboration des fiches mémo est une méthode

Plus en détail

Traitement de l infection à Gonocoque: une Impasse Annoncée

Traitement de l infection à Gonocoque: une Impasse Annoncée Traitement de l infection à Gonocoque: une Impasse Annoncée Dr Asma FERJANI REKIK Service de Microbiologie Dr Wissem HACHFI Service de Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse Cas Clinique Un homme

Plus en détail

Chlamydiae et grossesse

Chlamydiae et grossesse Chlamydiae et grossesse Joël MUHLSTEIN 1,2, Chrysoula ZACHAROPOULOU 2, Émile DARAI 2, Frédérique GUILLET-MAY 1 1 Maternité Régionale de Nancy, Pôle Gynécologie Obstétrique et Reproduction, 10 rue du Dr

Plus en détail

Infections utéro-annexielles

Infections utéro-annexielles Cours de DES 18/05/2007 Epidémiologie : En augmentation depuis 20 ans car augmentation de IST 100 000 cas par an en France Incidence : 10 à 13/1000 femmes de 15 à 39 ans Facteurs de risques Notions générales

Plus en détail

LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Karine Faure PU- PH Maladies Infec5euses Service de ges5on du Risque Infec5eux Vigilances et Infec5ologie Unité des Maladies Infec5euses CHRU Lille Groupe de

Plus en détail

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles (IST) en France

Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles (IST) en France Epidémiologie des infections sexuellement transmissibles (IST) en France Anne Gallay, Alice Bouyssou, Betty Basselier, Véronique Goulet Département des maladies infectieuses Unité VIH IST - VHC 19 novembre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 1 er juin 2000 (JO du 3 juin 2000) ENOXOR 200 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

URETROBALANITES. Dr Michel LUCAT

URETROBALANITES. Dr Michel LUCAT URETROBALANITES Dr Michel LUCAT URETROBALANITES GERMES LES PLUS FREQUENTS Fonc9on du recrutement des pa9ents : consult d urologie ou dispensaire Globalement: Mycoplasmes Chlamydias Gonocoques Gardnerella

Plus en détail

Collège de Gynécologie CVL

Collège de Gynécologie CVL Chlamydia trachomatis & mycoplasmes génitaux dans les infections génitales ; apport des nouveaux outils diagnostiques Philippe Lanotte Service de Bactériologie-Virologie, CHRU de Tours & UMR1282, Infectiologie

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé 2 DÉPISTAGE DU VIH EN POPULATION GÉNÉRALE > Près du tiers des personnes

Plus en détail

Infections sexuellement transmissibles et leurs secrets

Infections sexuellement transmissibles et leurs secrets Infections sexuellement transmissibles et leurs secrets Dr Thanh Dang Dr Marie-José Ruiz Formation continue 30 avril 2009 Le frottis cervical d une femme enceinte de son 2ème enfant révèle un Chlamydia

Plus en détail

Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES Le 13/6/2011 R. Abdelmalek TRAITEMENT DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES INTRODUCTION Infections fréquentes, «honteuses» Sous-diagnostiquées Complications aigues et chroniques Prise en charge globale,

Plus en détail

LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES

LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES LES INFECTIONS CERVICO VAGINALES Épidémiologie pratique Diagnostic clinique et examens Déclaration Attitude partenaire Vaccins Information ÉPIDÉMIOLOGIE Nosologie : localisation

Plus en détail

VIH/SIDA et autres IST

VIH/SIDA et autres IST VIH/SIDA et autres IST Christine JACOMET Jean Marc ROYE RéIVHAPS www.corevih-auvergne-loire.org VIH/SIDA- Synthèse récente 1/3 des patients non dépistés (soit 50 000 sur 150 000) Environ 7000-8000 nouveaux

Plus en détail

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme

Généralités. Nombreuses espèces commensales, certaines seulement sont pathogènes pour l Homme Mycoplasma Bactéries ubiquitaires, fragiles Classe des Mollicutes Généralités Dépourvues de paroi => Ne prennent pas la coloration de Gram => Résistance naturelle aux ß-lactamines Grande affinité pour

Plus en détail

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13

N. Gonorrhoeae. Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 N. Gonorrhoeae Françoise Jauréguy Service de Bactériologie, Virologie, Hygiène Hôpital Avicenne, UFR SMBH Paris 13 Introduction Agent de la blennorragie, de la gonoccie ou encore gonorrhée Cocci à Gram

Plus en détail

ATELIER : IST LAURENCE LEGOUT, SERVICE D INFECTIOLOGIE CH ALPES LEMAN, CONTAMINES SUR ARVE

ATELIER : IST LAURENCE LEGOUT, SERVICE D INFECTIOLOGIE CH ALPES LEMAN, CONTAMINES SUR ARVE ATELIER : IST LAURENCE LEGOUT, SERVICE D INFECTIOLOGIE CH ALPES LEMAN, CONTAMINES SUR ARVE JEDI, annecy 2014 1 OBSERVATION N 1 Théodore, 23 ans, employé d une entreprise de décolletage, marié, 1 enfant

Plus en détail

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne)

Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Infections aigües génitales basses «aux urgences» (chez une femme en période d activité ovarienne) Professeur Roland Quentin Département de Microbiologie Médicale et Moléculaire, EA 3854 «Bactéries et

Plus en détail

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 Dr Geneviève BECK-WIRTH Centre Hospitalier de Mulhouse Novembre 2012 1 ÉPIDÉMIOLOGIE 2012 2 3 4 5 6 7 8 9 DES RECOMMANDATIONS 10 11 DES ENJEUX

Plus en détail

J'ai peut être une IST,

J'ai peut être une IST, J'ai peut être une IST, Infection Sexuellement Transmissible : que faire? Ces maladies correspondent à des infections transmises au moment des rapports sexuels. Lorsqu elles sont traitées à temps, elles

Plus en détail

FORUM du COMITE d INFECTIOLOGIE. «Antibioprophylaxie - Urétrite» Document de synthèse

FORUM du COMITE d INFECTIOLOGIE. «Antibioprophylaxie - Urétrite» Document de synthèse FORUM du COMITE d INFECTIOLOGIE «Antibioprophylaxie - Urétrite» Document de synthèse 102 ème Congrès Français d Urologie Vendredi 21 novembre 2008 LES CANDIDURIES : PARTICULARITÉS CLINIQUES, MICROBIOLOGIQUES

Plus en détail

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles

Mycoplasma genitalium,, un agent émergent autres maladies sexuellement transmissibles Mycoplasma genitalium,, un agent émergent responsable d urétrites et autres maladies sexuellement transmissibles Cécile M. Bébéar, B. de Barbeyrac, G. Carcenac, M. Clerc, S. Pereyre, et C. Bébéar Laboratoire

Plus en détail

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre)

Item 95 Maladies sexuellement transmissibles : infections urogénitales à gonocoque et Chlamydia trachomatis (en dehors de la maladie de Nicolas-Favre) Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A57 A61 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item

Plus en détail

Actualités sur le diagnostic microbiologique des IST

Actualités sur le diagnostic microbiologique des IST Actualités sur le diagnostic microbiologique des IST Dr Agathe GOUBARD CNR des gonocoques 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi

Plus en détail

Gonococcie urogénitale

Gonococcie urogénitale Ceftriaxone en premier choix probabiliste, avec azithromycine contre les Chlamydia Du fait d une co-infection par Chlamydia trachomatis dans un tiers des cas, le traitement simultané des deux infections

Plus en détail

ACTIVITES D UNE SAGE- FEMME DE PMI EN CPEF. Cécile Wallart, PMI de la Vienne (86), CPEF de Châtellerault Journées de l ANSFT 9 et 10 juin 2016 ARRAS

ACTIVITES D UNE SAGE- FEMME DE PMI EN CPEF. Cécile Wallart, PMI de la Vienne (86), CPEF de Châtellerault Journées de l ANSFT 9 et 10 juin 2016 ARRAS ACTIVITES D UNE SAGE- FEMME DE PMI EN CPEF Cécile Wallart, PMI de la Vienne (86), CPEF de Châtellerault Journées de l ANSFT 9 et 10 juin 2016 ARRAS Un peu de géographie Nous sommes là La Vienne CPEF Châtellerault

Plus en détail

Enquête sur les pratiques de dépistage des infections à Chlamydia trachomatis en CIDDIST et CDAG. Dr Karl FELTGEN CDAG/CIDDIST du Département D

Enquête sur les pratiques de dépistage des infections à Chlamydia trachomatis en CIDDIST et CDAG. Dr Karl FELTGEN CDAG/CIDDIST du Département D Enquête sur les pratiques de dépistage des infections à Chlamydia trachomatis en CIDDIST et CDAG Dr Karl FELTGEN CDAG/CIDDIST du Département D de Seine-Maritime Dépistage de l infection l à Chlamydia trachomatis

Plus en détail

DU Thérapeutiques anti-infectieuses - 16 mars 2016 Grenoble Claire Guglielminotti

DU Thérapeutiques anti-infectieuses - 16 mars 2016 Grenoble Claire Guglielminotti DU Thérapeutiques anti-infectieuses - 16 mars 2016 Grenoble Claire Guglielminotti INPES 2013 Gonocoque bonjour : «Quelles sont vos cibles privilégiées?» «Je vous en prie, appelez-moi Gono!» «Je m intéresse

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES HAUTES

INFECTIONS GENITALES HAUTES Rédacteurs : L. GERMAIN, H. GUEYE CHU MARTINIQUE MFME Service Gynécologie Obstétrique INFECTIONS GENITALES HAUTES Vérificateurs : B. SCHAUB Ref : Créé le : 12/03/2015 Version du 29/05/15 Approbateurs :

Plus en détail

ÉVALUATION D UN DISPOSITIF DE DÉPISTAGE DES IST EN MILIEU UNIVERSITAIRE

ÉVALUATION D UN DISPOSITIF DE DÉPISTAGE DES IST EN MILIEU UNIVERSITAIRE SIUMPPS Centres de santé des étudiants ÉVALUATION D UN DISPOSITIF DE DÉPISTAGE DES IST EN MILIEU UNIVERSITAIRE A.Mathieu 1, I. Alcaraz 2, M. Valette 2,E. Senneville 2 1.SIUMPPS Service Inter Universitaire

Plus en détail

IST. Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg

IST. Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg IST Dr Christian CHARTIER CIDDIST Strasbourg SFLS, 14 novembre 2013, Strasbourg De Vénus. V.... aux IST Maladies vénériennesv Dermato-vénéréologie ologie Maladies sexuellement transmissibles ou MST Infections

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG

FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG UNIVERSITE LILLE 2 DROIT ET SANTE FACULTE DE MEDECINE HENRI WAREMBOURG Année : 2016 THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Evaluation des pratiques de prise en charge des infections génitales

Plus en détail

(IST, ex MST) Eric Senneville. Service Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital DRON - Tourcoing Formathon 2005

(IST, ex MST) Eric Senneville. Service Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital DRON - Tourcoing Formathon 2005 LE POINT SUR LES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST, ex MST) Eric Senneville Service Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur Hôpital DRON - Tourcoing Formathon 2005 Plus de 20

Plus en détail

Principales IST. Épidémiologie, transmission, clinique, diagnostic, traitement. Formation TROD COREVIH LCA 03 février 2016

Principales IST. Épidémiologie, transmission, clinique, diagnostic, traitement. Formation TROD COREVIH LCA 03 février 2016 Principales IST Épidémiologie, transmission, clinique, diagnostic, traitement Formation TROD COREVIH LCA 03 février 2016 Dr C. COQUET Coordinateur CeGIDD Reims-Épernay Épidémiologie VIH-SIDA : 6000 à 6500

Plus en détail

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été.

Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Votre patiente, Miranda, est une étudiante de 20 ans qui rentrera chez elle dans les prochains jours pour occuper un emploi d été. Elle a des relations sexuelles avec un nouveau partenaire depuis environ

Plus en détail

LES INFECTIONS URINAIRES Introduction Epidémiologie Diagnostic clinique Physiopathologie Diagnostic bactériologique LES INFECTIONS GENITALES

LES INFECTIONS URINAIRES Introduction Epidémiologie Diagnostic clinique Physiopathologie Diagnostic bactériologique LES INFECTIONS GENITALES Les infections urinaires de l adulte et l enfant (ECN, Module 7: N 93) Les infections génitales de la femme et l homme (Module 7: N 88, N 89, N 95, Module 13 :N 343) LES INFECTIONS URINAIRES Introduction

Plus en détail

Infections urogénitales liées aux Chlamydia et aux mycoplasmes

Infections urogénitales liées aux Chlamydia et aux mycoplasmes Progrès en Urologie (1997), 7, 132-136 Infections urogénitales liées aux Chlamydia et aux mycoplasmes Sophie FOURMAUX, Christiane BEBEAR Laboratoire de Bactériologie, Hôpital Pellegrin, Bordeaux RESUME

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 95 page 1 Copyright CMIT ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS.

Module 7 - Edition Item 95 page 1 Copyright CMIT ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. Module 7 - Edition 2008 - Item 95 page 1 ITEM N 95 : INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES : GONOCOCCIE, CHLAMYDIOSE, SYPHILIS. OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une gonococcie, une IST à Chlamydia

Plus en détail

Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing

Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing Pathologie anale quand évoquer une IST? 7 juin 2012 V Baclet Service universitaire de maladies infectieuses CH DRON CIDDIST Tourcoing Mr Y 45 ans ATCD d urétrite gonococcique Décrit un prurit anal glaires

Plus en détail