Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne"

Transcription

1 Le point sur l ergométrie en 2012 dans le diagnostic de la maladie coronarienne Olivier Pantet a, Pierre Monney b, Nicole Aebischer b a Service de médecine intensive adulte (SMIA), CHUV, Lausanne b Service de cardiologie, CHUV, Lausanne Quintessence P L ergométrie est l examen de première intention en cas de suspicion de maladie coronarienne chez les patients à probabilité pré-test intermédiaire. P Un test d imagerie de stress sera préféré comme test initial en cas d altération de l ECG de base pouvant masquer une réponse ischémique à l effort, en cas d incapacité d effectuer un effort physique sur tapis roulant ou bicyclette et en cas de symptômes avec antécédent de revascularisation coronarienne. P L utilisation de scores cliniques (Morise simple score) aide le clinicien à reclasser le patient dans une catégorie de probabilité faible, intermédiaire ou élevée de maladie coronarienne au terme du test d effort. P Nombre de patients resteront en classe de probabilité intermédiaire après l ergométrie et nécessiteront un test d imagerie de stress. Une collaboration étroite avec le cardiologue est indispensable pour le choix et la réalisation du test le plus adapté à un patient particulier. P Chez les patients pour lesquels un diagnostic de maladie coronarienne a été retenu, une stratification pronostique (estimation de la mortalité annuelle) à partir des paramètres du test d effort est indispensable pour guider le traitement initial. Olivier Pantet Les auteurs ne déclarent aucun soutien financier ni d autre conflit d intérêt en relation avec cet article. Introduction Malgré les développements importants dans le domaine de l imagerie cardiaque, le test d effort conserve une place importante dans le diagnostic non invasif de la maladie coronarienne, en particulier pour les patients symptomatiques présentant une probabilité pré-test intermédiaire (15 85%). Sous réserve d un ECG de repos normal et d une capacité d effectuer un effort physique sur bicyclette ergométrique ou tapis roulant, l ergométrie reste le test diagnostique de première intention de par sa large disponibilité et son faible coût. Les tests d imagerie de stress ont une sensibilité supérieure à l ergométrie mais devraient être réservés aux patients pour lesquels une ergométrie n est pas praticable, dans les cas où la probabilité de maladie coronaire reste intermédiaire au terme de l ergométrie, et en cas d antécédent de revascularisation coronaire chirurgicale ou percutanée [1]. Bien que sa performance diagnostique soit moindre, l ergométrie reste le seul test qui puisse évaluer la capacité d effort et l adaptation hémodynamique du patient à l effort. Ces paramètres ont une valeur pronostique importante et doivent être pris en compte lors de chaque ergométrie. L objectif de cet article est de rappeler les principes d évaluation de la probabilité pré-test et post-test de maladie coronarienne à l aide de l ergométrie, sur la base (1) de la reproduction des symptômes à l effort, (2) de la réponse ECG, (3) de l adaptation hémodynamique à l effort et (4) de la phase de récupération. Les principes de la stratification pronostique par l ergométrie seront également évoqués. Nous rappellerons au préalable quelques principes pratiques essentiels au bon déroulement du test. Sécurité, contre-indications et critères d arrêt L ergométrie n est pas un examen dénué de risques. Toutefois, à condition d en respecter les contre-indications, les complications sont rares. On estime le risque de complication entraînant une hospitalisation à 1: tests (arythmie majeure 90,2%, infarctus aigu 0,04% et mort subite 0,01%) [2]. La majorité d entre elles surviennent durant la phase de récupération. Les contre-indications au test (tab. 1 p) doivent être passées en revue au cours d une brève anamnèse et d un examen clinique dirigés. On recherchera en particulier une anamnèse récente de douleurs thoraciques au repos, une consommation crescendo de nitroglycérine ou la présence d un souffle de sténose aortique à l auscultation. Il est également important de se remémorer les critères d arrêt du test d effort avant de commencer l examen. Rappelons que pour une ergométrie diagnostique, un test limité par les symptômes est préférable: le patient poursuit donc son effort tant qu il sent qu il peut continuer. Le rôle du médecin est de s assurer que la poursuite de l effort ne présente pas de risque accru de complication, et il n arrêtera prématurément le test que si l une des conditions listées sur les tableaux ci-contre devait apparaître [3] (tab. 1). Bien entendu, si le test vise à exclure une ischémie myocardique à l effort, l ECG de repos doit être exempt d anomalie pouvant perturber l interprétation d une réponse ischémique [3] (tab. 2 p). Estimation de la probabilité pré-test La probabilité pré-test s estime sur la base de l âge, du sexe et du caractère des douleurs thoraciques, à l aide des tables de Diamond et Forrester. Ces tables ont établi la prévalence de la maladie coronaire dans chacune des sous-populations à partir d observations angiographiques et de données d autopsie [4] (tab. 3 p). Alternativement, on utilise le score de Morise [5] qui prend additionnellement en compte les facteurs de risque cardio-vasculaires principaux ainsi que le status œstrogénique chez la femme. Ce score s est montré au moins 578

2 Tableau 1 Les contre-indications au test (tiré avec autorisation des guidelines ACC/AHA 2002 [3]). Contre-indications absolues Infarctus aigu (48 heures) Angor instable à haut risque Arythmies non contrôlées symptomatiques ou hémodynamiquement mal supportées Sténose aortique sévère symptomatique Insuffisance cardiaque symptomatique non contrôlée Embolie pulmonaire ou infarctus pulmonaire aigu Myocardite ou péricardite aiguë Dissection aortique aiguë Contre-indications relatives Sténose du tronc commun Sténose aortique modérée Désordre électrolytique, en particulier, les variations de la kaliémie, susceptibles de modifier la morphologie du ST Hypertension artérielle sévère (systolique >200 mm Hg et/ou diastolique >110 mm Hg) Tachyarythmies ou bradyarythmies Cardiomyopathie hypertrophique obstructive ou autres formes d obstruction dynamique à l éjection Handicap physique ou mental ne permettant pas un examen optimal Bloc atrioventriculaire de haut degré Indications absolues à stopper le test Chute de la pression artérielle de >10 mm Hg par rapport à la tension de départ, accompagnée d évidences d ischémie Angor modéré à sévère Symptômes centraux progressifs (ataxie, vertiges ou présyncope) Signes de mauvaise perfusion (cyanose ou pâleur) Difficultés techniques à monitorer l ECG ou la pression artérielle Désir du sujet de stopper Tachycardie ventriculaire soutenue Sus-décalage ST ( 1,0 mm) dans les dérivations autres que V1 ou avr, sans onde Q pré-existante Indications relatives à stopper le test Chute de le pression systolique de 10 mm Hg en l absence d évidence d ischémie Modification ST ou QRS tels que sous-décalage ST (>2 mm, horizontal ou descendant) ou modification marquée de l axe électrique Arythmies autres que la tachycardie ventriculaire soutenue, incluant extrasystoles ventriculaires polymorphes, triplets, tachycardie supraventriculaire, BAV du 2 e ou 3 e degré, bradyarythmies Fatigue, dyspnée, sibilances, crampes musculaires, claudication Développement d un bloc de branche gauche ou d un trouble de la conduction intra-ventriculaire ne pouvant être distingué d une tachycardie ventriculaire Angor progressif Réponse hypertensive (systolique >250 mm Hg et/ou diastolique >115 mm Hg) Tableau 2 Anomalies ECG rendant une ergométrie non interprétable (tiré avec autorisation des guidelines ACC/AHA 2002 [3]). Syndrome de pré-excitation Rythme électro-entraîné Bloc de branche gauche ou retard de la conduction intraventriculaire avec QRS >120 msec Sous-décalage ST de >1 mm sur l ECG de repos aussi précis que les tables de Diamond et Forrester (tab. 4 p). Analyse des réponses à l effort Angor durant le test d effort L angor d effort est corrélé à la présence et à l étendue de la maladie coronarienne, et il est important de relever à quel palier du test d effort et à quelle fréquence cardiaque les symptômes surviennent. L apparition d angor isolé à l effort a montré une valeur prédictive comparable à celle d un sous-décalage ST isolé et l association des symptômes et de l anomalie ECG à l effort a été corrélée une très haute prévalence (90%) de maladie coronarienne [6]. Au plan pronostic, l association des deux anomalies a été associée à un doublement de la mortalité à 5 ans par rapport à la présence d une modification ECG isolée à l effort, sans angor [7]. A l inverse, le registre CASS [8] montre que chez les patients avec maladie coronarienne traitée conservativement, le risque de décès ou d infarctus myocardique à 7 ans était similaire entre les patients souffrant d ischémie silencieuse et les patients présentant un sous-décalage ST symptomatique à l effort. Malgré les controverses concernant la valeur diagnostique et la prise en charge [9] de l ischémie silencieuse, un sousdécalage ST asymptomatique justifie des investigations complémentaires. Modifications ECG à l effort L ECG se modifie de façon physiologique à l effort. On peut notamment observer une réduction d amplitude de l onde R, une verticalisation de l axe QRS, un sousdécalage du point J et un raccourcissement de l espace QT [10]. Le sous-décalage du segment ST Un sous-décalage pathologique à l effort a les caractéristiques suivantes (fig. 1 x): Amplitude 01 mm (00,1 mv) mesurée 80 ms après le point J (ou 60 ms si FC >130/min) Morphologie horizontale ou descendante L apparition d un sous-décalage pathologique à l effort est associée à la présence d une sténose significative (>50%) sur au moins un tronc coronarien épicardique. L anomalie s observe le plus fréquemment dans les dérivations précordiales gauches (V4 V6), et la distribution des sousdécalages ne permet pas de localiser le territoire ischémique. Plus rarement, le sous-décalage ne se développe qu en phase de récupération (5 à 11% des tests anormaux); sa valeur diagnostique est alors égale à celle du sous-décalage survenant à l effort [11]. Le sus-décalage du segment ST Significatif s il dépasse 1 mm [12], le sus-décalage est une réponse peu fréquente à l effort. Il n a aucune valeur diagnostique dans les dérivations présentant des ondes Q pathologiques (zones d ancien infarctus). En l absence d ondes Q, il suggère une ischémie critique ou un spasme coronarien à l effort, et sa distribution sur l ECG 12 pistes permet de localiser la zone ischémique. Le sus-décalage est associé à un risque accru d arythmies ventriculaires 579

3 Tableau 3 Tables de Diamond-Forrester: prévalence de la maladie coronarienne selon l âge, le sexe et le caractère des douleurs (reproduction partielle [4] avec autorisation). Age Angor typique Angor atypique Non angineuse Pas de douleur Hommes % 22% 5% 2% % 46% 14% 6% % 59% 22% 10% % 67% 28% 12% Femmes % 4% 1% 0,3% % 13% 3% 1% % 32% 8% 3% % 54% 19% 8% Probabilité de maladie coronarienne: Haut risque: >84% Risque intermédiaire: 13 84% Bas risque: <13% Très bas risque: <5% Définition de l angor typique selon Forrester: Douleur ou inconfort rétro-sternal Provoqué par l effort ou l émotion Soulagé en <10 min par le repos ou la nitroglycérine Typique si 3 critères présents Atypique si 2 critères présents Non angineux si un seul critère présent Tableau 4 Score pré-test de Morise: probabilité basse de 0 à 8 points, intermédiaire de 9 à 15 points, haute >15 points (reproduction partielle [5] avec autorisation). Variable Définition Somme Age Homme Femme Status œstrogénique (uniquement pour les femmes) Angor anamnestique (selon Forrester) Diabète Hypercholestérolémie Hypertension <40 ans <50 ans ans ans ans 065 ans +9 Positif (pré-ménopause ou substitution) 3 Négatif +3 Typique +5 Atypique +3 Non angineux +1 Anamnèse et/ou ttt par diète, ADO ou insuline Anamnèse et/ou traitement médicamenteux Anamnèse et/ou traitement médicamenteux Tabagisme Actif ou ancien +1 Anamnèse familiale positive malignes et constitue une indication absolue à l arrêt du test. Isolé en avr, il est souvent considéré à part et ex- 1 er degré <60 ans: infarctus, PTCA, PAC ou MS Obésité BMI >27 kg/m 2 +1 Score total: clu des études traitant du sus-décalage ST à l effort [13]. Le sus-décalage en avr a été associé à la sténose du tronc commun ou de l IVA ostiale [14], et peut révéler une maladie multi-tronculaire, en particulier s il s accompagne d un sous-décalage en V5 [15]. Les blocs de branche et les arythmies L apparition à l effort d un bloc de branche gauche [16], droit, ou d un hémibloc est rare. Elle peut correspondre à une ischémie septale sévère, surtout si elle s accompagne d angor. Le diagnostic différentiel est celui d une altération des voies de conduction avec présence d un bloc lié à la fréquence. En cas de doute et par principe, un complément d investigations est recommandé. La présence d extrasystoles ventriculaires durant l effort est essentiellement corrélée à l âge du patient et une association avec la présence d ischémie n a pas pu être démontrée. En revanche, la présence d ESV multiples (>7 ESV/ min, doublets, triplets) durant les 5 premières minutes de la phase de récupération est associée à un pronostic légèrement plus défavorable à long terme. La tachycardie ventriculaire est une réponse rare. Elle peut être déclenchée par une ischémie transmurale (sus-décalage ST) mais elle peut également compliquer une hypotension à l effort. Elle est considérée comme une réponse ischémique jusqu à preuve du contraire (fig. 2 x). Les tachycardies supra-ventriculaires sont peu fréquentes, de l ordre de 6%, et ne sont pas associées à l ischémie myocardique. Elles annoncent toutefois un risque accru de fibrillation auriculaire dans le futur [17, 18]. Réponses physiologiques et hémodynamiques à l effort Evaluation de la capacité d effort La capacité d effort est exprimée en équivalents métaboliques (METs) et dépend principalement de l âge, du sexe et de l état d entraînement du patient. Un MET correspond à la consommation en oxygène d un individu au repos, soit 3,5 ml/kg/min. Des valeurs prédites de capacité d effort selon l âge et le sexe (en METs) ont été dérivées à partir de populations de références [19, 20] et s élèvent à (14,7 0,11 x âge) pour l homme et à (14,7 0,14 x âge) pour la femme. Une réduction de la capacité d effort est fortement corrélée à la mortalité [21]. La capacité d effort est jugée satisfaisante si >85% de la valeur prédite est atteinte. Adaptation chronotrope La fréquence cardiaque augmente rapidement dès les premières minutes de l effort, par inhibition du tonus vagal. Par la suite, l accélération est plus progressive, suivant la stimulation sympathique. La fréquence cardiaque maximale théorique (FCMT en batt/min) est estimée à 220 âge. La compétence chronotrope est la capacité d un sujet d atteindre sa FCMT. Elle s exprime en % de la FCMT ou par le calcul de l index chronotrope. Ce dernier se calcule à l aide de la formule suivante: Index chronotrope = (FC max FC repos) / (FCMT FC repos) 580

4 CURRICULUM A B Figure 1 A Exemple de sous-décalage du point J avec segment ST ascendant, physiologique à l effort. B Exemple de sous-décalage ST pathologique. Figure 2 Survenue d une tachycardie ventriculaire à 220/min au terme d un test d effort (FC 170/min) chez un patient sportif présentant des symptômes atypiques. Notez la présence d extrasystoles fréquentes (flèches), isolées ou en doublet avant l apparition de l arythmie. 581

5 La compétence chronotrope est satisfaisante si le sujet atteint >85% de la FCMT ou si l index chronotrope est >0,8 (>0,62 sous bêtabloqueurs) pour un effort subjectivement maximal. Dans le cas contraire, on parle d incompétence chronotrope. L incompétence chronotrope est associée à une mortalité plus élevée [22, 23]. Tableau 5a Score post-test de Morise pour les hommes (bas risque <40, intermédiaire de 40 à 60 et haut risque >60) (reproduction partielle [39, 40] avec autorisation). Variable Définition Somme Fréquence cardiaque maximale Moins de 100/min à 129/min à 159/min à 189/min à 220/min +6 Sous-décalage ST à l effort 1 à 2 mm +15 >2 mm +25 Age >55 ans +20 Angor anamnestique (selon Forrester) 40 à 55 ans +12 Typique +5 Atypique +3 Douleurs d origine non cardiaques +1 Hypercholestérolémie Anamnèse ou ttt médicamenteux +5 Diabète Anamnèse ou ttt médicamenteux +5 Angor durant l ergométrie Présent +3 Raison de l arrêt du test +5 Score total: Tableau 5b Score post-test de Morise pour les femmes (bas risque <37, intermédiaire de 37 à 57 et haut risque >57). Variable Définition Somme Fréquence cardiaque maximale Moins de 100/min à 129/min à 159/min à 189/min à 220/min +4 Sous-décalage ST à l effort 1 à 2 mm +6 >2 mm +10 Age >65 ans +25 Angor anamnestique (selon Forrester) 50 à 65 ans +15 Typique +10 Atypique +6 Douleurs d origine non cardiaques +2 Hypercholestérolémie Anamnèse ou ttt médicamenteux +10 Diabète Anamnèse ou ttt médicamenteux +10 Angor durant l ergométrie Présent +9 Raison de l arrêt du test +15 Status œstrogénique Positif (préménopause ou substitution) 5 Négatif +5 Score total: Adaptation tensionnelle En réponse à la stimulation sympathique et à l augmentation du débit cardiaque, la tension artérielle systolique augmente progressivement avec l effort alors que la tension artérielle diastolique ne varie pas [24]. En l absence de norme clairement établie, on s attend à une augmentation de la TA systolique d au moins 30 mm Hg pour une valeur absolue au pic d effort supérieure à 140 mm Hg. Si ces valeurs ne sont pas atteintes lors d un effort subjectivement maximal, l adaptation tensionnelle est jugée insuffisante, et identifie un pronostic plus défavorable [25, 26]. L hypotension à l effort est définie soit par une chute de la TA systolique de plus de 20 mm Hg après une augmentation initialement adéquate de la TA, soit par une chute de la TA systolique en-dessous de la valeur de repos [27]. Il s agit d une réponse très anormale indiquant l arrêt immédiat de l effort. Elle est associée à une mortalité accrue, à la présence d ischémie myocardique étendue et à un risque d arythmie ventriculaire en récupération [28 30]. L hypertension à l effort [31] est définie par une TA systolique au pic d effort supérieure à 210 mm Hg chez l homme ou 190 mm Hg chez la femme. Une augmentation de la TA diastolique de plus de 10 mm Hg à l effort représente également une réponse hypertensive. Bien que n étant pas prédictive d une mortalité accrue, l hypertension d effort semble indiquer un risque accru de développer une HTA de repos. Double produit Le double produit (TA systolique x FC) reflète la consommation d oxygène du myocarde et représente un indice du stress myocardique durant l épreuve d effort [32]. Les valeurs normales de DP ne sont pas clairement établie dans la littérature, mais on peut retenir en pratique les valeurs suivantes comme ordre de grandeur: Double produit (DP) adéquat si > au pic d effort Augmentation du DP adéquate si > [33] La valeur du DP permet une interprétation plus nuancée d une réponse ischémique à l ECG, un sous-décalage ST survenant à un faible DP (<20 000) correspondant probablement à une maladie coronaire plus sévère qu un sous-décalage survenant à DP élevé (>30 000) [34, 35]. L incapacité d augmenter le double produit > à l effort est associée à une augmentation de la mortalité [33]. Physiologie lors de la phase de récupération Fréquence cardiaque A l arrêt de l effort, la fréquence cardiaque redescend rapidement aux valeurs de repos avec l arrêt de la stimulation sympathique et la restauration du tonus vagal. Normalement, on s attend à une réduction de la FC de >22 bpm à 2 minutes en position assise [36]. La persistance d une FC élevée en récupération est associée à un pronostic plus défavorable. Tension artérielle systolique La TA systolique redescend rapidement à l arrêt de l effort. La persistance d une TA élevée en phase de récupération (de l ordre de >90% de la valeur de pic d effort après 3 minutes de récupération) a été corrélée à la présence d une maladie coronarienne. Toutefois, une valeur 582

6 seuil n a pas pu être établie, principalement en raison des difficultés à mesurer avec précision la TA au pic de l effort [37]. Interprétation des résultats Qualité globale et interprétabilité L interprétation d une ergométrie effectuée à but diagnostique implique qu un effort maximal a été fourni. Une ergométrie peut être jugée ininterprétable si le test a été interrompu prématurément (test sous-maximal), notamment en raison de douleurs articulaires, troubles de l équilibre, dyspnée ou collaboration insuffisante. Evaluation diagnostique de la maladie coronarienne Dans son interprétation la plus simple, l ergométrie diagnostique associe le développement d un sous-décalage ST pathologique à l effort à la présence de maladie coronaire. Cette interprétation binaire du test implique un risque non négligeable de faux diagnostics (faux positifs et faux négatifs). Une méta-analyse rapporte que la précision diagnostique de l ergométrie est modeste, avec une sensibilité moyenne de % et une spécificité de % [38] en utilisant la coronarographie comme référence diagnostique de la maladie coronarienne (présence de sténose de 050% sur 01 tronc coronarien). Au vu de ces limitations, le résultat de l ergométrie doit impérativement être interprété selon la probabilité prétest de maladie coronaire, en prenant en considération les paramètres non-ecg du test d effort. Plutôt que d exprimer le résultat de l ergométrie en «positif» ou «négatif», on reclassera les patients en 3 catégories de probabilité post-test, «faible», «intermédiaire» ou «élevée». Des scores d évaluation de la probabilité post-test ont été développés et validés sur de larges collectifs afin d aider le clinicien. Ils prennent en compte non seulement la réponse ECG et la survenue d angor à l effort, mais également l âge, les facteurs de risque cardio-vasculaires principaux et la fréquence cardiaque au pic. Ils ont montré une bonne capacité d identification et de stratification de la sévérité de la maladie coronarienne, tant dans les cohortes de dérivation que dans les cohortes de validation prospective, pour l homme [39] et pour la femme [40] (tab. 5 p). Tableau 6 Duke Trademill Score (bas risque 0+5, intermédiaire 10 à +4, haut risque 9 11). Duke Treadmill Score = Durée de l exercice 1 (5x sous-décalage ST 2 ) (4x angor d effort 3 ) 1 Durée de l exercice en minutes 2 Sous-décalage ST en millimètres (Noter 0 si <1 mm) 3 Angor d effort: Absent (0), Non limitant (1), Limitant l effort (2) Evaluation pronostique du test d effort L évaluation pronostique du patient est indissociable de l évaluation diagnostique durant un test d effort. Cette évaluation est indispensable dans l analyse décisionnelle pour décider de l agressivité du traitement de la maladie coronarienne. Les patients jugés à faible risque (<1% de mortalité par an) bénéficieront d un traitement médicamenteux initial tandis que les patients à risque élevé (>3% de mortalité par an) justifieront une revascularisation coronarienne d emblée [1]. De nombreux paramètres non-ecg du test d effort, tels que la capacité d effort, la compétence chronotrope ou l adaptation tensionnelle, ont été corrélés avec le risque de décès et sont utilisés pour évaluer le pronostic cardiovasculaire du patient. Le Duke Treadmill Score (DTS) est un score simple prenant en compte la durée de l exercice (en minutes du protocole de Bruce), la sévérité du sous-décalage ST et la survenue d angor à l effort; il a montré une bonne capacité à stratifier les patients en risque faible (survie 99% à 4 ans), intermédiaire (95% à 4 ans) et élevé (79% à 4 ans) de mortalité. Les recommandations américaines sur la pratique de l ergométrie préconisent un calcul systématique de ce score au terme de toute ergométrie [41] (tab. 6 p). Plus récent, le score de Cleveland fait intervenir les facteurs pronostiques indépendants les plus récemment identifiés, comme la réduction de la fréquence cardiaque ou la survenue d arythmie en phase de récupération. Ce score, validé sur plus de patients, s est montré légèrement supérieur au DTS dans la stratification pronostique [42]. Il est disponible en ligne uniquement à l adresse Eléments d analyse décisionnelle Le résultat du test d effort, après détermination de la probabilité post-test, doit être intégré dans un plan de prise en charge globale du patient [43]. Pour les patients à probabilité post-test élevée de maladie coronaire, la prévalence de maladie coronaire (01 vaisseau avec sténose 050%) est de l ordre de 80 à 95%. Un traitement d aspirine et d anti-angineux est recommandé et ces patients doivent être adressés au cardiologue. Une approche invasive par coronarographie est souvent préconisée dans cette population, en particulier si les symptômes surviennent à l effort léger et si l évaluation pronostique identifie le patient comme étant à risque élevé. Pour les patients à probabilité post-test faible, il est important de garder en mémoire que le risque de maladie coronaire significative n est pas nul. Dans cette catégorie de patients, en moyenne, la probabilité de maladie coronaire significative est de l ordre de 10 à 25% et la probabilité d une maladie pluritronculaire (02 troncs coronaires avec sténose 070%) de l ordre de 4%. L origine des douleurs est donc le plus probablement non coronaire et ces patients peuvent être rassurés, en particulier si l évaluation pronostique les classe à faible risque de mortalité (<1% par an). En cas de récidive, le jugement clinique fera décider de l indication à un test complémentaire [39]. Pour les patients à probabilité post-test intermédiaire ou en cas d ergométrie ininterprétable, le test d effort n a pas réussi à exclure une atteinte coronarienne significative. Un test complémentaire d imagerie de stress est 583

7 alors indiqué, comprenant essentiellement l IRM de perfusion, l échocardiographie de stress, ou la scintigraphie myocardique. Le choix de l examen le plus approprié dépendra des comorbidités du patient (insuffisance rénale, asthme, obésité morbide), des éventuelles contre-indications à l administration d adénosine, de dobutamine ou d atropine, des principes de radioprotection (éviction dans la mesure du possible d examens exposant le patient aux radiations), ainsi que de l expertise locale dans la réalisation de ces examens. Un avis cardiologique est nécessaire et, dans l intervalle, un traitement anti-angineux d épreuve peut être débuté. Conclusion L ergométrie est un examen simple, peu coûteux et très accessible. Il est le premier test diagnostique indiqué en cas de suspicion de maladie coronarienne, sous réserve d un ECG de repos normal et de la capacité du patient à fournir un effort physique sur tapis roulant ou sur bicyclette. Ses performances diagnostiques sont toutefois limitées et exigent une interprétation soigneuse des réponses ECG et non-ecg en fonction de la probabilité pré-test de maladie coronaire. L utilisation de routine de scores diagnostiques a montré son utilité dans la stratification de la probabilité post-test de maladie coronarienne. Nombre de patients conserveront une probabilité intermédiaire au terme du test d effort et nécessiteront à un examen complémentaire d imagerie de stress. Enfin, pour les patients pour lesquelles un diagnostic de maladie coronaire a été retenu, une stratification pronostique est indispensable car elle permet d orienter la stratégie thérapeutique. Correspondance: Dr Olivier Pantet Service de médecine intensive adulte (SMIA) CHUV CH-1011 Lausanne Olivier.Pantet[at]chuv.ch Références Vous trouverez la liste complète et numérotée des références dans la version en ligne de cet article sous 584

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone -

L'épreuve d'effort. Date de création du document : - Université Médicale Virtuelle Francophone - L'épreuve d'effort Date de création du document : 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Modalités de réalisation... 1 2 Indications...2 3 Contre-indications...3 4 Interprétation... 4 PRÉ-REQUIS

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique J. Valty Diagnostic des coronaropathies. Pronostic après infarctus du myocarde. Indications particulières. Risques de l épreuve d effort? 1- Épreuve positive : segment

Plus en détail

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues

Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde. Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Prise en charge des troubles du rythme en phase aiguë d infarctus du myocarde Z. Zerrouk Service de cardiologie CH-Martigues Points essentiels phase aiguë d IDM : deux priorités (1) éviter la mort subite

Plus en détail

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme

Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme Activité électrique du cœur - L électrocardiogramme 1 Nécessite des électrodes réceptrices en contact avec la peau Recueil facile et non invasif de l activité électrique globale du cœur, qui est alors

Plus en détail

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète.

Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. Ischémie myocardique silencieuse (IMS) et Diabète. A propos d un cas clinique, sont rappelés: - les caractères cliniques et pronostiques de l IMS chez le diabétique, - la démarche de l identification de

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE VAUDOIS Centre de la Résonance Magnétique Cardiaque (CRMC) du CHUV Directeur: Pr. J. Schwitter Protocole Titre : RMC de stress pharmacologique Définition Examen fonctionnel

Plus en détail

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie:

Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: Chez le patient coronarien, 4 examens possibles avant la coronarographie: - L Épreuve d effort d - L Échographie d effortd - L Échographie sous dobutamine - La Scintigraphie myocardique d effortd Sandrine

Plus en détail

Electrophysiologie cardiaque

Electrophysiologie cardiaque Electrophysiologie cardiaque L électrophysiologie concerne autant les indications d implantation d un pacemaker que les thérapies de resynchronisation cardiaque et les implantations de défibrillateur.

Plus en détail

Épreuve d effort électrocardiographique

Épreuve d effort électrocardiographique Épreuve d effort électrocardiographique Diagnostic des coronaropathies. Difficultés et indications limites. Indications non-coronaires : HTA, insuffisance cardiaque, aptitude contre-indications et risques.

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Paris Mise à jour 10-04-09

Paris Mise à jour 10-04-09 Rééducation du Coronarien et Sports en Montagne Dr. J.C. VERDIER Institut Cœur effort Santé Paris Mise à jour 10-04-09 Les réactions de l organisme àl altitude Définition biologique de l altitude 8000

Plus en détail

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice

L ELECTROCARDIOGRAMME. Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice L ELECTROCARDIOGRAMME Dr LANFRANCHI Hôpital Pasteur, Nice RECUEIL Dérivations périphériques ou frontales Dérivations précordiales (plan transversal) Quand un courant se dirige vers l endroit ou il est

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de

La conduite automobile est considérée comme un droit acquis lors de D O S S I E R Cœur et accidents de la voie publique M. LERECOUVREUX, F. REVEL Hôpital d Instruction des Armées de Percy, CLAMART. Contre-indications cardiovasculaires temporaires ou définitives à la conduite

Plus en détail

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence

Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence Les arythmies Attitude thérapeutique en urgence 16/05/2008 Dr Bernard Jadoul 1 Comment est le patient? Recherche de signes cliniques de gravité: Bas débit cardiaque (pâleur, sudations, extrémités froides,

Plus en détail

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS

CHAPITRE 8 Insuffisance cardiaque, par Y. Juillière o DÉFINITIONS ET CLASSIFICATIONS Smmaire CHAPITRE 1 Bilgie et physilgie cardivasculaire et de l hémstase, par J.-J. Mercadier BASES DE LA CARDIOLOGIE MOLÉCULAIRE APPROCHES GÉNÉTIQUES DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES DÉVELOPPEMENT DU SYSTÈME

Plus en détail

ECG en fonction de l Âge

ECG en fonction de l Âge Session ECG en fonction de l âge Guy Vaksmann Vendôme Cardio Clinique de la Louvière Lille Diapositive 1 ECG en fonction de l Âge Journées Lilloises d Anesthésie Réanimation et de Médecine d Urgence avril

Plus en détail

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches

LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches LIRE UN E.C.G. Formation sur le langage et la lecture d un ECG destinée aux techniciens ambulanciers de la région Chaudière-Appalaches Denise Hébert, chargée de projet UCCSPU Février 2006 Le langage et

Plus en détail

Dossier Médical de Base

Dossier Médical de Base Dossier Médical de Base (Tous Ages Tous Niveaux) Joueur : Nom :....Prénom :. Date de naissance : (Jour-Mois-Année). Club :... Poste : Caractéristiques : - Gardien de but - Défenseur - Milieu - Attaquant

Plus en détail

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1

Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 Risque cardiaque (en chirurgie non cardiaque) 1 SCORE DE GOLDMAN: Turgescence jugulaire (ou galop droit, correspond HTAP 18 mmhg) 11 IDM< 6 mois 10 Ryhtme non sinusal ou ESSV 7 >5 ESV /min 7 Age >70 ans

Plus en détail

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation

Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation GIT octobre 2011 Douleurs Thoraciques Stratégie d orientation Dr Thomas Loeb SAMU des Hauts de Seine 92 380 Garches Douleurs thoraciques Rappel Région richement innervée Douleurs thoraciques Rappel Région

Plus en détail

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite

Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Pathologies cardiaques et aptitude à la conduite Accidents liés à une pathologie cardiaque aigue (mortels et corporels) Pathologie cardiaque ischémique: 15% des accidents liés à une cause médicale Qui

Plus en détail

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de

Fréquence. Onde P (activation des oreillettes) Espace PR (debut onde P debut QRS; traversée : OD, NAV, faisceau de Fréquence 30-150-100-75-60-50-45-36-33-30... FC Normale : 50 à 100 bpm Bradycardie < 50 tachycardie > 100 Rythme régulier? Espace en 2 ondes R identiques (arythmie respiratoire normale). sinusal? Onde

Plus en détail

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires?

Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Stratégie diagnostique devant une douleur thoracique aiguë suspecte : quels examens complémentaires? Pr Christian Spaulding duction 2ics ite. Département de cardiologie Hôpital Européen Georges Pompidou,

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

LES MARQUEURS CARDIAQUES

LES MARQUEURS CARDIAQUES 1 LES MARQUEURS CARDIAQUES Les recommandations de la HAS 2010 (consensus formalisé sans groupe de cotation extérieur..) + Prescrire AMMPPU. Cycle Analyse des Recommandations. J.Birgé. 1 er février 2011

Plus en détail

Activité électrique cardiaque

Activité électrique cardiaque ECG ED 28/02/2011 Activité électrique cardiaque Onde P= dépolarisation auriculaire Intervalle PR =temps de conduction auriculo-ventriculaire QRS= dépolarisation ventriculaire Segment ST= repolarisation

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

L E.C.G. pour les nuls

L E.C.G. pour les nuls L E.C.G. pour les nuls Yannick GOTTWALLES La systole ventriculaire débute avec le QRS et s achève à la fin de l onde T. Elle englobe ainsi les phases de dépolarisation et de repolarisation des ventricules.

Plus en détail

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS

132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS 132 IV d BILAN ET TRAITEMENT POST INFARCTUS JM Fauvel 2009 Après un infarctus, diverses informations vont être nécessaires à la prise en charge du patient. C est l objet du bilan post infarctus. Il faut

Plus en détail

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE

ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE MALADIE CORONARIENNE STABLE Juillet 2015 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F 93218

Plus en détail

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013

MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft 9 mai 2013 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft 9 mai 2013 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l ECG Rappel critères ECG de l'ischémie Principe de monitoring per-op

Plus en détail

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant

CPU CASE. Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE Sexe : masculin Age : 36 ans Profession : plombier Antécédents : néant CPU CASE MOTIF DE CONSULTATION Douleur basi-thoracique gauche à type de construction survenant au repos sans irradiation

Plus en détail

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale

Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Recommandation en santé publique Fiche médecin traitant Dépistage et prévention des anévrismes de l aorte abdominale Novembre 2012 Préambule Objectifs de la fiche d information médecins Contexte Description

Plus en détail

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE

DÉFINITION, DIAGNOSTIC ET MÉTHODES DE MESURE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 15 DÉFINITION, ET MÉTHODES DE MESURE DÉFINITION - Quand parle-t-on d hypertension

Plus en détail

Pathologies et médicaments cardiovasculaires

Pathologies et médicaments cardiovasculaires Pathologies et médicaments cardiovasculaires 2 12 2015 F. Carré Hôpital Pontchaillou - Université Rennes 1-INSERM U 1099 Activité physique et espérance de vie chez le cardiaque Cohorte de Framingham 5209

Plus en détail

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX

Cœur et sports de raquette. Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Cœur et sports de raquette Dr Rémy DALL ANESE CARDIOLOGUE 68 rue du palais Gallien 33000 BORDEAUX Physiologie de l effort Débit cardiaque x 5 Augmentation volume éjection (VES) Augmentation fréquence cardiaque

Plus en détail

L électrocardiogramme (2)

L électrocardiogramme (2) L électrocardiogramme (2) UE CV, 9 octobre 2013 ECG normal Rythme sinusal Vitesse de déroulement: 25 mm/s Amplitude: 1 cm / 1 mv ECG - Analyse du rythme 1 ère étape: 3 critères fondamentaux 1- Fréquence:

Plus en détail

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY

AUDIT MEDICAL. Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY AUDIT MEDICAL Les indications des agents antiplaquettaires sont-elles respectées? 4 avril 2011 Julie GOEURY JUSTIFICATIONS ET BASES DE CE TRAVAIL Fréquence de prescription : 3 à 5% de la population française

Plus en détail

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique

La douleur thoracique. Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique La douleur thoracique Pr Hervé Le Breton, Département de Cardiologie, Pôle Thoracique, vasculaire et métabolique Vendredi 28 Octobre 2011 Cause fréquente de consultation et de recours aux services de soins

Plus en détail

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable

La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable La coronaropathie en 2010 Angor, syndrome coronaire aigu, infarctus du myocarde, stent acier, stent nu, stent actif, stent biorésorbable Pr PAGANELLI, Service de cardiologie CHU NORD 1 I) Angor Angor =

Plus en détail

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie

UN PATIENT QUI REVIENT DE LOIN. Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Abdelmalek AZZOUZ GRCI 29/11/2012 Service de Cardiologie A2 CHU Mustapha. Alger Centre. Algérie Mr A.A. âgé de 55ans. Facteurs de risque: Diabétique depuis 5ans. Antécédents: aucun. Fumeur 15paquets/année.

Plus en détail

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS

EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS EPREUVES D EFFORT INDICATIONS - PROTOCOLES J.C VERDIER INSTITUT CŒUR EFFORT SANTE PARIS SUPPORTS PHYSIOLOGIQUES: Les adaptations CARDIAQUE: Qc = V.E.S. x F.C. VASCULAIRE: Qc = T.A.moyenne / Résistances

Plus en détail

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D.

Conduite automobile et maladie cardiaque. Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Conduite automobile et maladie cardiaque Présenté par Jean-François Dorval, M.D. Maladie coronarienne Recommandation générales Patients avec maladie coronarienne athérosclérotique Recommandation spécifiques

Plus en détail

DOULEUR THORACIQUE. Pr Martial Hamon. Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux Centre Hospitalier Universitaire de Caen

DOULEUR THORACIQUE. Pr Martial Hamon. Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux Centre Hospitalier Universitaire de Caen DOULEUR THORACIQUE Pr Martial Hamon Service des Maladies du Cœur et des Vaisseaux Centre Hospitalier Universitaire de Caen Avenue Côte de Nacre 14033 Caen cedex INTRODUCTION La douleur thoracique est une

Plus en détail

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE ACTION NATIONALE DE SENSIBILISATION AU RISQUE CARDIOVASCULAIRE LE RISQUE CARDIOVASCULAIRE Commission nationale sport santé Qu est ce qu un accident cardio-vasculaire? Et quelle en est la cause? L athérosclérose

Plus en détail

Hypertension artérielle (item 130)

Hypertension artérielle (item 130) Cardiologie 17 Référence Hypertension artérielle (item 130) Recommandations de la Société Européenne d Hypertension Artérielle et de la Société Européenne de Cardiologie (2007). Contexte La morbi-mortalité

Plus en détail

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010

L'ISCHÉMIE CARDIAQUE. Dary Croft. Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 MONITORING PÉRI-OPÉRATOIRE DE L'ISCHÉMIE CARDIAQUE Dary Croft CHA-Hôpital Hôpital Enfant-Jésus Hôpital du St-Sacrement 18 Février 2010 Plan Épidémiologie en chir. non-cardiaque Aspects techniques de l

Plus en détail

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque

Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Question 4 : Stratégies globales multidisciplinaires concernant la prise en charge du coronarien qui doit être opéré d une chirurgie non cardiaque Coordinateurs : J. Machecourt (SFC) - V Piriou (SFAR)

Plus en détail

Mesure ambulatoire de la pression artérielle sur 24 heures

Mesure ambulatoire de la pression artérielle sur 24 heures Mesure ambulatoire de la pression artérielle sur 24 heures Niels Gobin a, Grégoire Wuerzner b, Bernard Waeber c, Michel Burnier b Département de Médecine, CHUV, Lausanne a Service de Médecine Interne,

Plus en détail

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence?

Quels examens minimaux de première intention réalisez-vous en urgence? Questions Dossier 1 : cas clinique Un homme de 76 ans est amené par les pompiers aux urgences de l hôpital pour malaise sur la voie publique. Il était en train de se promener à vélo lorsqu il a soudain

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

Angor d effort. 4 e année médecine Rotation /2016 ISM Copy Module de Cardiologie

Angor d effort. 4 e année médecine Rotation /2016 ISM Copy Module de Cardiologie 4 e année médecine Rotation 3 2015/2016 ISM Copy Module de Cardiologie Angor d effort Introduction L angine de poitrine est un syndrome douloureux thoracique en rapport avec une insuffisance du débit coronaire

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur. Les tests d effort. Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève

Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur. Les tests d effort. Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève Coeur et Diabète Comment investiguer le cœur Les tests d effort Juan Sztajzel Service de Cardiologie HUG Genève Introduction Chez patients atteints de diabète Risque de maladie coronarienne augmenté de

Plus en détail

Troubles du rythme jonctionnel

Troubles du rythme jonctionnel Définition Troubles du rythme jonctionnel Nés au niveau du N.A.V.A.T. ou dans le tronc du HIS, avec : Ondes P rétrogrades, avant, pendant ou après le QRS des QRS normaux ou élargis Extrasystole jonctionnelle

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

Item 197 : Douleur thoracique aiguë et chronique

Item 197 : Douleur thoracique aiguë et chronique Item 197 : Douleur thoracique aiguë et chronique Collège des Enseignants de Cardiologie et Maladies Vasculaires Date de création du document 2011-2012 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Conduite

Plus en détail

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV

Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Troubles de conduction auriculo-ventriculaire BAV Propriétés s générales g du NAV Partie nodale du NAV Conduction lente (témoin de l intervalle PR). Conduction décrémentielle. Faisceau de His et ses branches

Plus en détail

Intervenants. «Pourquoi un bilan cardiovasculaire chez le sportif?»

Intervenants. «Pourquoi un bilan cardiovasculaire chez le sportif?» 3 ème Table ronde Intervenants Mr François CARRE : Professeur des Universités, praticien hospitalier, Service exploration fonctionnelle-cardiologie et médecine du sport-chu Pontchaillou de Rennes «Pourquoi

Plus en détail

Motif de consultation «Je viens vous voir parce que cela fait déjà deux fois que j ai eu une douleur dans la poitrine.»

Motif de consultation «Je viens vous voir parce que cela fait déjà deux fois que j ai eu une douleur dans la poitrine.» ECC CARDIOLOGIE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE : Savoir faire l anamnèse d un patient avec une affection cardio-vasculaire : o Caractériser une douleur rétrosternale o Rechercher les symptômes d une insuffisance

Plus en détail

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation

L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt avec cette présentation Atelier VO2 Alain COHEN SOLAL «Biomarkersand HeartFailure»INSERM U942 Research Unit Lariboisière Hospital, Cardiology Department Paris Diderot University L auteur déclare n avoir aucun conflit d intérêt

Plus en détail

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie

Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Interprétation et conduite à tenir devant un trouble du rythme détecté par la télémétrie Le 19 novembre 2011 David HUCHETTE, Service de cardiologie et Soins Intensifs du CH de LENS INTRODUCTION La télémétrie

Plus en détail

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC

Les maladies cardiovasculaires chez la femme. Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Les maladies cardiovasculaires chez la femme Marie-Hélène LeBlanc, MD, FRCP(C), FACC Aucun conflit d intérêt à déclarer Objectifs 1. Particularité des différents facteurs de risque CV 2. Présentations

Plus en détail

Généralités Cardiologie du sport. Dr Richard AMORETTI

Généralités Cardiologie du sport. Dr Richard AMORETTI Généralités Cardiologie du sport Dr Richard AMORETTI Historique 1930 : PAUL CHAILLEY BERT CREE LA PHYSIOLOGIE DU SPORT 1950 : FERNAND PLAS CREE LA CARDIOLOGIE DU SPORT (premiers enregistrements ECG sur

Plus en détail

Anomalie de conduction dans une population pédiatrique i de dystrophie myotonique de Steinert Mise en contexte Atteinte cardiaque Anomalies de conduct

Anomalie de conduction dans une population pédiatrique i de dystrophie myotonique de Steinert Mise en contexte Atteinte cardiaque Anomalies de conduct Anomalie de conduction dans une population pédiatrique de dystrophie myotonique de Steinert t Anne Fournier, md Cardiologue pédiatre Lucie Caron, inf Clinique des maladies neuro-musculaires Centre de réadpatation

Plus en détail

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC

IMAGERIE CARDIAQUE. Dr Mickaël OHANA. Scanner NHC IMAGERIE CARDIAQUE Scanner Dr Mickaël OHANA NHC PLAN Anatomie Physiologie Scanner cardiaque Technique Dosimétrie Indications Exemple de la FA Recherche et développements ANATOMIE PLANS DE COUPE ANATOMIE

Plus en détail

Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie?

Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie? curriculum Altérations de la repolarisation à l ECG: toujours une coronaropathie? Lucien Weiss, Jean Jacques Perrenoud Service de médecine interne et de réhabilitation, Hôpital des Trois-Chêne, Thônex/Genève

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

INFARCTUS DU MYOCARDE Dr Patrick Dassier, HEGP

INFARCTUS DU MYOCARDE Dr Patrick Dassier, HEGP INFARCTUS DU MYOCARDE Dr Patrick Dassier, HEGP L'infarctus du Myocarde (IDM) est une nécrose plus ou moins étendue du myocarde par oblitération d'une artère coronaire. C est une urgence médicale. C est

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention

Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Maladies cardiovasculaires Facteurs de risque et prévention Présenté par Simon Bérubé, M.D. 8 avril 2008 Plan Les facteurs de risque Les habitudes de vie Signes et symptômes Prise en charge médicale, quand

Plus en détail

Apprendre à lire un ECG

Apprendre à lire un ECG Apprendre à lire un ECG Comme le disait Platon : «I am not perfect.» Le tracé ECG Sur du papier millimétré : - Horizontalement : vitesse de déroulement de la feuille = 2,5cm/s 1 mm = 0,04 s, un grand carreau

Plus en détail

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations)

Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Item 284 : Troubles de la conduction intracardiaque (Evaluations) Date de création du document 2011-2012 CAS CLINIQUE Scénario : Monsieur Julien C. 74 ans est admis pour «difficultés respiratoires». Les

Plus en détail

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus...

Sommaire. Préface... avant-propos... VII. Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... Sommaire Préface... V avant-propos... VII Sommaire des dossiers et cas cliniques... Sommaire des conférences de consensus... X XI Programme de cardiologie... XII Liste des abréviations autorisées... XIV

Plus en détail

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins.

MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT. 3) Interrogatoire minutieux du patient et des témoins. MALAISE, PERTE DE CONNAISSANCE DE L ADULTE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS : 1) Définition d une syncope et d une lipothymie. 2) Différencier une syncope ou une lipothymie d un vertige, d une hypoglycémie,

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

Intérêt d'un défibrillateur semi-automatique sur les terrains de Rugby

Intérêt d'un défibrillateur semi-automatique sur les terrains de Rugby Intérêt d'un défibrillateur semi-automatique sur les terrains de Rugby Dr Jean-Yves HOUZE,Comité territorial Périgord Agenais Introduction Le 5 mai 2007, lors d un match de rugby dans la catégorie «junior»,

Plus en détail

Les tachycardies supraventriculaires

Les tachycardies supraventriculaires Les tachycardies supraventriculaires Dr Thierry Verbeet CHU Brugmann 16 avril 2013 Séminaire Iris urgence Ia Généralités Monitoriser Ne pas paniquer, amener à l hôpital 02, trendelenbourg ECG 12 dérivations

Plus en détail

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE?

LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? LA DOULEUR THORACIQUE AIGUË UNE PLACE POUR LE SCANNER CARDIAQUE ET CORONAIRE? DR JÉRÔME CAUDRON IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL PRIVÉ DE L ESTUAIRE, LE HAVRE IMAGERIE MÉDICALE, HÔPITAL CHARLES NICOLLE, ROUEN

Plus en détail

La douleur thoracique atypique :

La douleur thoracique atypique : La douleur thoracique atypique : l évaluation est la clé Alain Vadeboncoeur, MD Présenté au 75 e Congrès de l Association des médecins de langue française du Canada, octobre 2003 Comment procéder à l évaluation?

Plus en détail

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte

compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte Influence des paramètres de non compaction ventriculaire gauche sur la fonction ventriculaire chez l adulte C. Defrance, K. Warin-Fresse, G. Fau, P. Guérin, B. Delasalle, P.D. Crochet La non compaction

Plus en détail

Pertes de connaissance inexpliquées

Pertes de connaissance inexpliquées De quoi parle-t-on? Pertes de connaissance inexpliquées es DC1, 2007 / 2008 Module cardio-vasculaire Terminologie populaire Malaise vagal Malaise vaso-vagal Syncope (vaso-vagale) Hypotension orthostatique

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose

Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose Professeur François SCHIELE Université de FRANCHE COMTE Service de Cardiologie 25000 BESANCON Module 9: 3 cas cliniques d athérosclérose L athérosclérose, les facteurs de risque, la prévention primaire

Plus en détail

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie

Département de médecine Service de cardiologie. Consultations générales - Cardiologie Consultations générales - Cardiologie Toutes les demandes de consultation autres que celles pour les cliniques surspécialisées. Responsable médical Dr Michel Nguyen Pour renseignement Agente administrative

Plus en détail

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège

Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Rythmologie cardiaque : comment explorer puis traiter? Pierre Mélon Service de Cardiologie CHU de Liège Définition Une arythmie est définie comme une anomalie de fréquence, une irrégularité de rythme ou

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière INTRODUCTION Quelques définitions 1. Pression artérielle Lorsque, dans le langage courant, on

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DE L EPREUVE D EFFORT

INTERET PRATIQUE DE L EPREUVE D EFFORT INTERET PRATIQUE DE L EPREUVE D EFFORT A.W. KEDRA Service d Explorations Fonctionnelles - Hôpital Lariboisière EPREUVE D EFFORT PLAN But de l épreuve d effort (E.E.) Matériel Méthode(s) Intérêt pratique

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES

CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES CENTRE DE RÉFÉRENCE DES MALADIES RYTHMIQUES HÉRÉDITAIRES Description clinique de la pathologie La dysplasie arythmogène du ventricule droit (DAVD) est une cardiomyopathie évolutive (maladie du muscle

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire

+ Composants de la réhabilitation pulmonaire + Composants de la réhabilitation pulmonaire Evaluations Réentraînement à l effort Education thérapeutique Intervention nutritionnelle Prise en charge psychosociale + Evaluations Initiale Epreuve d effort

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste

Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste Prise en charge du risque Cardio-Vasculaire (CV) par le médecin généraliste SAVEZ-VOUS QUE Les maladies CV restent un fléau? Elles sont la première cause de décès chez les adultes 25% des hommes sont à

Plus en détail

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs

Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Circulation Métabolismes. Item N 08.223-1 : Artériopathie oblitérante des membres inférieurs Référentiel : A. Définition L artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est définie comme l obstruction

Plus en détail