Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant"

Transcription

1 Vaccination des enfants avec terrain particulier Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant

2 Vaccination des maladies chroniques? Risque : morbidité et mortalité plus élevées Évaluation bénéfice/risques du vaccin Principes : Ne jamais vacciner en période de poussée Vacciner avec l accord de l équipe assurant le suivi Les contre-indications Vaccination de l entourage

3 Asplénique et vaccination Vaccinations des patients aspléniques : - Pas de contre-indication vaccinale - Prévoir vaccination si possible avant splénectomie Vaccinations du calendrier vaccinal : - Pneumocoque - Méningocoque ACWY135 - Hib si non administré dans l enfance - Grippe

4 Asplénique et vaccination Recommandations actuelles Pharmactuel 2005, 38(2)

5 Asplénique et vaccination Quand vacciner? Splénectomie programmée : Vacciner au moins 15 jours avant la splénectomie Optimise la réponse vaccinale grâce aux lymphocytes B mémoires Splénectomie en urgence : Toujours vacciner dans les 30 jours qui suivent Post-opératoire immédiat avantage: protection plus précoce inconvénient: réponse vaccinale non optimale (discuté ) Entre 15 et 30 jours : Avantage : meilleure protection vaccinale Inconvénient : risque d oubli!!!

6 Déficits immunitaires congénitaux Contre-indications formelles : Déficits cellulaires sévères : BCG, ROR, Fièvre jaune Déficits humoraux substitues en Ig : Vaccination (vivants atténués) possible En post Greffe de MO : Seul le ROR est autorisé Vaccinations à faire : DIP Humoraux avec réponse T normale ( A, HIGM): Grippe, Coqueluche, Varicelle, Pneumocoque DICV : étudier la réponse aux polysaccharides ( Pneumo 23 puis dosage des sérotypes 1, 5 et 7) Bonne réponse : Vaccination par Prevenar, Pneumo 23, Hib Mauvaise réponse : Prevenar (14, 19, 23)

7 Immunodépression et vaccination Programme vaccinal à déterminer avec l équipe soignante Vacciner lorsque la réponse immunitaire est maximale Eviction des vaccins vivants tant que possible Vaccins tués ou inactivés : pas de risque particulier sauf inefficacité Vaccination de l entourage : varicelle, rougeole, oreillons, rubéole Grippe Nouveau-né mère VIH + : vaccins possibles sauf BCG Journal of Clinical Virology 39 (2007)

8 Immunoglobulines humaines et vaccination Syndrome de Kawasaki Risque d entraver la réponse immunitaire aux vaccins à virus vivants atténués Intervalle recommandé entre l administration d Ig et une vaccination : 3 à 11 mois selon le produit spécifique et la dose administrée La Grippe

9 Vaccination des greffés Allogreffes de moelle : le transfert d immunité s épuise souvent et la reconstruction immunitaire est perturbée par les phénomènes de réaction du greffon contre l hôte On attendra donc 12 mois avant de reprendre les vaccins inactivés et 24 mois pour les vaccins vivants Vaccinations pré-transplantation : Mise à jour des vaccinations anti-diphtérie tétanos-polio Vaccination contre HBV et VZV des enfants non immuns Vaccination contre le pneumocoque Vaccination contre le VHA des sujets en attente Si possible, vacciner : avant la transplantation Contre-indications des vaccinations dans les 6 mois post-transplantation Vaccinations de l entourage des enfants immunodéprimés +++

10

11

12 Vaccination adulte transplanté d organe solide Duchini A et al, Clin Microbiol Rev; 2003; 16(3),

13 Vaccination adulte transplanté d organe solide Duchini A et al, Clin Microbiol Rev; 2003; 16(3),

14 Vaccination adulte transplanté d organe solide Duchini A et al, Clin Microbiol Rev; 2003; 16(3),

15 Vaccination enfant greffé Élie Haddad Service de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré Paris, France

16 Vaccination enfant greffé Vaccinations et infections respiratoires chez l immunodéprimé Centre de Pneumologie et de Réanimation Respiratoire Hôpital Tenon Paris, France

17 Vaccination enfant greffé Élie Haddad Service de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Robert Debré Paris, France

18 Vaccination adulte transplanté d organe solide Immunizations and Infectious Diseases in Pediatric Liver Transplantation Suggested Accelerated Schedule for the Vaccination of Solid Organ Transplant Candidates LIVER TRANSPLANTATION 14: , 2008

19 Vaccination adulte transplanté d organe solide Les vaccins sont-ils moins efficaces chez les transplantés? Olivier Bouchaud Hôpital Avicenne Bobigny, France

20 Vaccination adulte transplanté d organe solide Indications chez le transplanté voyageur Olivier Bouchaud Hôpital Avicenne Bobigny, France

21 Vaccination adulte transplanté d organe solide

22 Vaccination transplanté Live Varicella Vaccine in Both Immunocompromised and Healthy Children Antibody titers measured as geometric mean of ELISA unit at baseline, and at 3 and 6 months after varicella vaccination of 31 compromised and 11 healthy children who were seronegative at baseline. Standard Archives of Medical Research 31 (2000) 85 87

23 Vaccination adulte transplanté d organe solide Varicella Zoster Virus Serostatus Before and After Kidney Transplantation, and Vaccination of Adult Kidney Transplant Candidates In recent years we observed 3 lethal primary varicella infections in adult kidney transplant recipients. Therefore, we wondered how many of our adult renal transplant patients were not protected against varicella zoster virus (VZV), and therefore were at risk for such a primary infection. We also studied the prevalence of VZV seronegativity in the adult patients on our waitlist for kidney transplantation. Finally, we vaccinated these seronegative patients with an attenuated live vaccine. Sera were obtained from 854 transplanted patients, and from 286 candidates on the waitlist for kidney transplantation. We observed that 2.1% of our renal transplant recipients and 3.2% of the patients on the waitlist were seronegative for VZV. We vaccinated 11 seronegative patients on the waitlist twice without side effects. In 7 of 11 patients this resulted in a positive serologic response. In conclusion, the prevalence of VZV seronegativity was low both in renal transplant recipients (2%) and in patients on the waitlist (3%). Vaccination of transplant candidates resulted in a moderate efficiency of 64%. Transplantation Proceedings, 38, (2006)

24 Conclusions Faible utilisation des vaccinations chez l immunodéprimé Mise à jour des vaccinations le plus tôt possible Vaccins vivants habituellement contre-indiqués Risque théorique d aggravation de la maladie sous-jacente? Evaluation du rapport bénéfice/risque pour chacun des vaccins et des indications Questions posées: Immunogénicité diminuée : évaluer la réponse post-vaccinale Diminution rapide des anticorps : réévaluer à distance pour proposer des rappels Penser à vacciner l entourage et le personnel soignant ++++ Nécessité de données complémentaires dans cette population

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant

Vaccination des enfants avec terrain particulier. Bouskraoui Mohammed  Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des enfants avec terrain particulier Bouskraoui Mohammed bouskraoui@yahoo.fr WWW.bouskraoui.net Pédiatrie A - Hôpital Mère-Enfant Vaccination des maladies chroniques Risque : morbidité et mortalité

Plus en détail

Vaccinations chez le transplanté rénal

Vaccinations chez le transplanté rénal Vaccinations chez le transplanté rénal Séminaire CCA Couchevel 2012 Emilie Girardot- CHU Toulouse Recommandations non transplantés 1 Rappels sur les vaccins Vaccins vivants atténués: Infection asymptomatique

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées et/ou aspléniques La vaccination en cas d immunodépression présente certaines particularités qui justifient des

Plus en détail

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires

3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques. Déficits immunitaires secondaires 3.5 Tableau des recommandations vaccinales spécifiques chez les personnes immunodéprimées ou aspléniques Nota bene : les vaccins spécifiquement recommandés sont des vaccins nécessaires pour les patients

Plus en détail

Quoi de neuf? Octobre 2014

Quoi de neuf? Octobre 2014 Vaccinations i chez les patients suivis en HGE Quoi de neuf? Octobre 2014 Rappel sur la vaccination Vaccin vivant atténué / Vaccin inactivé ou sous unitaire Immunité acquise : spécifique, mémoire immunologique

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 1 Prise en charge pratique des patients sous tocilizumab Conduite à tenir en cas de vaccination La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue, en l absence

Plus en détail

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017

Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE. Quoi de neuf 2017 Vaccination chez les patients adultes suivis en HGE Quoi de neuf 2017 Personnes immunodéprimées ou aspléniques exposées à un risque accru d infections sévères Contre-indications des vaccins vivants (sauf

Plus en détail

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille

Vaccination(s) et déficits immunitaires. Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Vaccination(s) et déficits immunitaires Eric Jeziorski Réunion IRIS Le 26 sept 2015, Marseille Introduction Vaccination de la population générale Médecine de population et non d individu Administration

Plus en détail

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien

La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien La vaccination anti-pneumococcique: Un ami qui vous veut du bien Dr Frédéric BASTIDES Commission Régionale des anti-infectieux. Praticien Hospitalier. Service de Médecine Interne et de Maladies Infectieuses-

Plus en détail

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015

Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 Vaccination chez les patients immunodéprimés DÉCEMBRE 2015 1 Généralités (1) Risque accru d infections et notamment infections sévères Risque de survenue de maladie vaccinale si vaccins vivants : Contre-indiqués

Plus en détail

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13

Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie. Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Vaccinations des enfants en onco- hématopédiatrie Phaktra SOK-FEDELE Journée POHO 05/12/13 Principes de la vaccination Protection active spécifique vis-à vis d un agent infectieux avant toute exposition.

Plus en détail

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant

Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vaccins à visée respiratoire chez l enfant Vincent Boisserie-Lacroix Vaccins abordés Pneumocoque Virus grippal Rappel coqueluche Prévenar13 Vaccin osidique conjugué à 13 valences Sérotypes 1, 3, 4, 5,

Plus en détail

Je teste mes connaissances sur la vaccination

Je teste mes connaissances sur la vaccination Je teste mes connaissances sur la vaccination CENTRE POLYVALENT DE SANTE UNIVERSITAIRE Adresse du site : www.docvadis.fr/cpsu Validé par le Comité Scientifique Médecine générale La vaccination est une

Plus en détail

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE

2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE 3. VACCINS RECOMMANDES : SITUATIONS / GROUPES A RISQUE Département de médecine communautaire de premier recours et des urgences Service de médecine de premier recours VACCINATIONS SOMMAIRE 1. INTRODUCTION 2. VACCINATIONS RECOMMANDÉES : POPULATION GÉNÉRALE

Plus en détail

Cas clinique vaccins et transplantation médullaire

Cas clinique vaccins et transplantation médullaire Cas clinique vaccins et transplantation médullaire D Salmon, E Grimprel Journées Nationales d Infectiologie 13 juin 2007 Maria 27 ans, institutrice, est hospitalisée pour une pneumopathie lobaire droite

Plus en détail

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin

Immunité Vaccinale. Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Immunité Vaccinale Pr Frédéric Batteux plateforme d immuno-monitoring vaccinal Hôpital Cochin Bases empiriques de la vaccination Observation empirique Une infection guérie protège de la maladie Vacciner

Plus en détail

AMID PACA OCTOBRE 2016 DR MP PINGANNAUD

AMID PACA OCTOBRE 2016 DR MP PINGANNAUD AMID PACA OCTOBRE 2016 DR MP PINGANNAUD Les patients suivis pour maladie de crohn ou rectocolite hémorragique sont la plupart du temps sous traitement medical Certains traitements peuvent être immunosuppresseur

Plus en détail

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014

Comment vacciner les immunodéprimés. Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Comment vacciner les immunodéprimés Pr Odile Launay Lyon, 18 septembre 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline bio : pas de rémunération Invitations

Plus en détail

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD

POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD POLITIQUE VACCINALE EN EHPAD XX/XX/XX Journée régionale de la lutte contre les infections nosocomiales ARLIN Languedoc-Roussillon 26 avril 2012 CARCASSONNE Dr Eric Schwartzentruber, ARS DT 11 Les particularités

Plus en détail

VACCINS ET VIH. Février 2014

VACCINS ET VIH. Février 2014 VACCINS ET VIH ADULTES Février 2014 COREVIH Centre et Poitou-Charentes CHRU de Tours 2 boulevard Tonnellé 37044 Tours cedex 9 Tél. : 02 34 37 89 94 Fax : 02 47 47 37 31 Email : corevih@chu-tours.fr I Généralités

Plus en détail

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations

Septembre DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Septembre 2016 DIP & Vaccination Éclairages, enjeux et recommandations Sommaire La vaccination, à quoi ça sert?...4 Un peu d histoire...5 Le vaccin, comment ça marche?...6 Le vaccin est-il compatible avec

Plus en détail

Vaccination au féminin

Vaccination au féminin CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Vaccination au féminin Journées Périnatales de Mayotte Novembre 2016 Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de Virologie du GH Hôpitaux

Plus en détail

Vaccination contre les infections invasives à méningocoques et populations particulières Quel(s) vaccin(s)? Quelles recommandations?

Vaccination contre les infections invasives à méningocoques et populations particulières Quel(s) vaccin(s)? Quelles recommandations? Vaccination contre les infections invasives à méningocoques et populations particulières Quel(s) vaccin(s)? Quelles recommandations? Odile Launay Infectiologie, Hôpital Cochin, Paris Populations à risque

Plus en détail

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin

Cancer et vaccins. Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Cancer et vaccins Pierre Loulergue CIC de Vaccinologie Cochin-Pasteur Hôpital Cochin Epidémiologie de la grippe et des infections à pneumocoques en oncologie Données US 1999-2000 Incidence des infections

Plus en détail

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours

VACCINATIONS. Amboise, le 10 septembre Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours VACCINATIONS Amboise, le 10 septembre 2012 Claire Hassen-Khodja, Interne de Santé Publique au CHU de Tours Historique Première vaccination humaine avec un virus atténué : contre la rage en juillet 1885

Plus en détail

VACCINATION DE l ADULTE ET TRAITEMENTS EN RHUMATOLOGIE. D.Alcaix

VACCINATION DE l ADULTE ET TRAITEMENTS EN RHUMATOLOGIE. D.Alcaix VACCINATION DE l ADULTE ET TRAITEMENTS EN RHUMATOLOGIE D.Alcaix POURQUOI VACCINER? Rhumatismes inflammatoires, maladies auto-immunes systémiques Augmentation incidence et sévérité des infections. Facteurs

Plus en détail

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin

Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Assurance Qualité Procédure de dispensation d un vaccin Nom de l entreprise : Remedeo SAS Adresse : 3, rue Louis le Grand 7500 Paris Personne à contacter dans l entreprise : Sandra Chasseloup : +33 (0)

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 13 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue,

Plus en détail

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION

Dre.Carol Mcconnery. Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION Dre.Carol Mcconnery Martine Lestage Agente de planification, de programmation et de recherche Direction de santé publique de l Outaouais VACCINATION 1 OBJECTIFS Suite de cette rencontre, les médecins de

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance immunitaire des patients atteints d un syndrome de DiGeorge

Recommandations pour la surveillance immunitaire des patients atteints d un syndrome de DiGeorge Page : 1/5 Date de creation: 17 02 2009 Auteurs : Sophie Dupuis-Girod 1 et Capucine Picard 2,3,4 Affiliation : 1-Service de génétique, Hôpital de l Hôtel-Dieu,1, place de l Hôpital, 69288 Lyon cedex 02

Plus en détail

Vaccinations en Item 143

Vaccinations en Item 143 Vaccinations en 2014 Item 143 Objectifs Appliquer le calendrier des vaccinations en France. Conseiller une vaccination adaptée en fonction du risque individuel et collectif. Argumenter les contre-indications

Plus en détail

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry)

«Actualités vaccinales» FMC du 05/03/08 - Dr BIAVAT (Espace de Santé Publique - CH Chambéry) Ne seront pas traitées dans ce chapitre, car ne relevant pas de recommandations de vaccination large et/ou systématique les vaccinations contre les pathologies suivantes : - varicelle - rotavirus - zona

Plus en détail

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS

Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS CALENDRIER VACCINAL Docteur Christophe Hommel, Centre de vaccinations internationales et Centre antirabique, Service des Maladies Infectieuses, HUS I. LE CALENDRIER VACCINAL 2014 A l exception de l assainissement

Plus en détail

Recommandations et vaccins pour l enfant voyageur immunodéprimé. Dr Thierry PISTONE Maladies Tropicales et du Voyageur CHU de BORDEAUX

Recommandations et vaccins pour l enfant voyageur immunodéprimé. Dr Thierry PISTONE Maladies Tropicales et du Voyageur CHU de BORDEAUX Recommandations et vaccins pour l enfant voyageur immunodéprimé Dr Thierry PISTONE Maladies Tropicales et du Voyageur CHU de BORDEAUX Conflits d intérêt Sanofi Pasteur MSD, GSK, Novartis, Pfizer MSD, BMS,

Plus en détail

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte

«Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte «Recommandations vaccinales autour de la grossesse» 2. Vaccination de la femme enceinte Pr Odile Launay Centre d investigation clinique de vaccinologie Cochin Pasteur GH Cochin-Hôtel Dieu, Université Paris

Plus en détail

Vaccinations des greffés d'organe (hors greffe CSH)

Vaccinations des greffés d'organe (hors greffe CSH) Vaccinations des greffés d'organe (hors greffe CSH) Benjamin Wyplosz Centre de vaccinations internationales Service de maladies infectieuses et tropicales CHU Bicêtre 1 Déclaration d intérêts de 2012 à

Plus en détail

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit

Les vaccins. Dr Matthieu Roustit Les vaccins Dr Matthieu Roustit Pharmacologie clinique Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Joseph Fourier, Grenoble Centre d Investigation Clinique Inserm CIC3, CHU de Grenoble Institut de

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION CARNET DE VACCINATION La vaccination, la meilleure protection Le présent carnet de vaccination est précieux. C est le seul document où sont consignés tous les vaccins reçus. Il est important de le conserver

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination 13 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique pas les vaccinations et la réponse obtenue,

Plus en détail

Plan national mis en place en 2005

Plan national mis en place en 2005 Rougeole et VIH La rougeole maladie Maladie infectieuse très contagieuse Principale cause de décès par maladie à prévention vaccinale Déclaration obligatoire (2005) Gravité / mortalité chez immunodéprimés

Plus en détail

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations

Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Vaccinations 2009 : Obligations et recommandations Dr Florence GAUTHIER-DAVID Service de médecine et santé au travail, CH de la Région d Annecy ANMTEPH Une évidence, deux objectifs en établissement de

Plus en détail

L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins

L. Becquemont Faculté de médecine Paris Sud Université Paris Sud. Vaccins Vaccins Exemples d Apport de la Vaccination aux USA Maladie Morbidité Morbidité % Réduction avant vaccination 2003 cas/an cas/an Variole 48164 0 100% Diphtérie 175885 1 99,99% Coqueluche 147271 8067 94,52%

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation Plan de la présentation rattrapage et mise à jour Introduction Quelques remarques Vaccinations recommandées de base Vaccinations recommandées complémentaires Vaccinations recommandées des groupes à risque

Plus en détail

Vaccination et Maladies Systémiques

Vaccination et Maladies Systémiques Vaccination et Maladies Systémiques Thomas Hanslik Service de médecine interne, Hôpital Ambroise Paré UFR Médicale Paris Île-de-France Ouest Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines Réseau Sentinelles,

Plus en détail

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012

Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Principales modifications apportées à l édition 2009 depuis la dernière mise à jour faite en novembre 2012 Généralités Les pages Sigles et acronymes ont été renommées Abréviations et sont maintenant divisées

Plus en détail

Conduite à tenir en cas de vaccination

Conduite à tenir en cas de vaccination Prise en charge pratique des patients sous rituximab 1 Conduite à tenir en cas de vaccination Evidence Based Medicine Recommandations officielles Avis des experts La polyarthrite rhumatoïde (PR) ne contre-indique

Plus en détail

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011

Le calendrier vaccinal en pratique. N Viget DUACAI 21/04/2011 Le calendrier vaccinal en pratique N Viget DUACAI 21/04/2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Calendrier 2011 BEH mars 2011 Rattrapage vaccinal BEH mars 2011 cocooning» Coqueluche Coqueluche Coqueluche Coqueluche

Plus en détail

Infections: conseils aux voyageurs-conseils au quotidien

Infections: conseils aux voyageurs-conseils au quotidien Infections: conseils aux voyageurs-conseils au quotidien Donatella Ciuffreda Centre de Vaccinologie et Immunotherapy Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, Lausanne Généralités De plus en plus de patients

Plus en détail

LA LETTRE D ACTUALITÉS

LA LETTRE D ACTUALITÉS LA LETTRE D ACTUALITÉS N 173 - Mai 2017 SOMMAIRE La vaccination en 2017 1. Les nouvelles recommandations du calendrier vaccinal p 2 2. Les adaptations face aux ruptures de stock p 6 3. Test de lecture

Plus en détail

Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux

Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux Calendrier Vaccinal 2014 quoi de neuf? Dr Jean Sarlangue Hôpital des Enfants, CHU Bordeaux 1 Déclaration de liens d intérêt avec les industries de santé en rapport avec le thème de la présentation (loi

Plus en détail

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales

Vaccination en Ehpad Actualité Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Vaccination en Ehpad Actualité 2016 Dr Jean-Baptiste EUZEN Service de Maladies Infectieuses et Tropicales Pourquoi vacciner en Ehpad? De plus en plus de personnes âgées Année % 65 ans 1901 8,5 1950 11,4

Plus en détail

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents

3. CALENDRIER VACCINAL 2009 TABLEAUX SYNOPTIQUES 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents 156 BEH 16-17 / 20 avril 2009 3.1 Tableau des recommandations vaccinales pour les enfants et les adolescents RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES RATTRAPAGE POPULATIONS PARTICULIÈRES ET À RISQUE Diphtérie (D), Tétanos

Plus en détail

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme:

Epilepsies & Vaccins. Journée des Associations JFE Toulouse. Protège notre organisme: Le système immunitaire Epilepsies & Vaccins Journée des Associations JFE Toulouse 10 novembre 2016 Protège notre organisme: Contre tous les intrus Tout ce qui menace son intégrité Elimine tous les intrus

Plus en détail

Vaccinations, je suis à jour

Vaccinations, je suis à jour Vaccinations, je suis à jour Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Adresse du site : www.docvadis.fr/malinf.sat.paris Validé par le Comité Scientifique Infectiologie et le Comité Scientifique

Plus en détail

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour?

Votre pharmacien vous informe CALENDRIER VACCINAL ANNEE Tout le monde a ses vaccinations à jour? CALENDRIER VACCINAL ANNEE 2013 Tout le monde a ses vaccinations à jour? Source : Bulletin Épidémiologique Hebdomadaire (BEH) n 14-15, 19 avril 2013 Votre pharmacien vous informe Tableau des vaccinations

Plus en détail

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents.

VACCINATIONS. Depuis 2013, il est recommandé de donner un rappel supplémentaire contre la coqueluche aux adolescents. VACCINATIONS Auteur : Expert : Relecteur : Dr. M. Grira,, HUG Dr. I. Guessous,, HUG Dr. N.-T. Tran,, HUG Algorithmes et relecture: M. Le Braz Mise en page: J. Caliri 2017 LES POINTS À RETENIR Depuis 2013,

Plus en détail

Vaccination de l adulte l d organe solide

Vaccination de l adulte l d organe solide Vaccination de l adulte l transplanté d organe solide Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 15 mai 2009 DIU transplantation, Lyon COCHIN SAINT-VINCENT

Plus en détail

Vaccination des aspléniques. Pr Jean Beytout Maladies infectieuses et tropicales Comité technique des vaccinations

Vaccination des aspléniques. Pr Jean Beytout Maladies infectieuses et tropicales Comité technique des vaccinations Vaccination des aspléniques Pr Jean Beytout Maladies infectieuses et tropicales Comité technique des vaccinations Déclaration d intérêt Pas d intérêt matériel sur les sujets abordés à l occasion de cette

Plus en détail

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2

Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Vaccination des professionnels de soins Plan pour les étudiants de BMed 2 Information du 25.09.2015 Catherine Lazor-Blanchet Giorgio Zanetti Service de Médecine Préventive Hospitalière Pourquoi un plan

Plus en détail

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion

15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre Vaccination. Périnatalité. ROUSSEAU Julie Promotion 15èmes Journées scientifiques du Réseau Sécurité Naissance 17 Novembre 2011 Vaccination & Périnatalité ROUSSEAU Julie Promotion 2006-2011 Politique vaccinale française Calendrier Vaccinal = ensemble des

Plus en détail

5 e année médecine Rotation /2017 ISM Copy Module de Pédiatrie. Vaccination

5 e année médecine Rotation /2017 ISM Copy Module de Pédiatrie. Vaccination 5 e année médecine Rotation 3 2016/2017 ISM Copy Module de Pédiatrie Vaccination Définition C est une préparation antigénique, qui, introduite dans l organisme d un sujet, réceptif à une maladie donnée,

Plus en détail

Y. Gillet (page 135) N. Maillard*, A. Buzyn*

Y. Gillet (page 135) N. Maillard*, A. Buzyn* Vaccination et transplantation Impact des immunosuppresseurs sur les réponses vaccinales N. Broeders, D. Abramowicz (page 127) La vaccination chez les greffés de cellules souches hématopoïétiques N. Maillard,

Plus en détail

J.P. DUBOIS (Lyon) P. HOFLIGER (Nice)

J.P. DUBOIS (Lyon) P. HOFLIGER (Nice) J.P. DUBOIS (Lyon) P. HOFLIGER (Nice) Voie sous-cutan cutanèe Recommandée pour les vaccins viraux vivants (rougeole, oreillons, rubéole, fièvre jaune, varicelle) et optionnelle pour certains vaccins polyosidiques

Plus en détail

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins

Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Les avancées thérapeutiques 2006 dans le domaine des vaccins Bertrand Alexandre Président du Comité Vaccins Leem 29 janvier 2007 1 Les vaccins : une contribution majeure à l éradication ou l atténuation

Plus en détail

Nouveautés des vaccins pédiatriques

Nouveautés des vaccins pédiatriques Nouveautés des vaccins pédiatriques Semaine de la vaccination Samedi 30 avril 2016 Dr Hugues Pflieger Conflits d intérêt Invitation à des réunions scientifiques par : Sanofi Pasteur MSD GlaxoSmithKline

Plus en détail

Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination

Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination Joël Gaudelus Robert Cohen Vaccination du Prématuré 2 ou 3 Doses en Primovaccination 1 Quelles sont les maladies à prévention vaccinales plus fréquentes ou plus graves chez les ex- prématurés? / Diphtérie

Plus en détail

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage

Marie Reine Mallaret. Grenoble. 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Marie Reine Mallaret Grenoble 7 ème journée des correspondants en hygiène hospitalière Jeudi 21 octobre 2010 Tain l Hermitage Vaccinations Moyen de prévention de 1 ère importance Maladies infectieuses,

Plus en détail

CONDITIONS MEDICALES D ADMISSION

CONDITIONS MEDICALES D ADMISSION Tél : 02 43 43 43 30 Fax : 02 43 43 24 41 CONDITIONS MEDICALES D ADMISSION Préoccupez-vous de remplir les conditions médicales INDISPENSABLES à l'entrée en Institut de Formation en Soins Infirmiers : "«L'admission

Plus en détail

Module 7 - Edition Item 76 version 01 du page 1 Copyright CMIT

Module 7 - Edition Item 76 version 01 du page 1 Copyright CMIT Module 7 - Edition 2004 - Item 76 version 01 du 02 01 2004 page 1 ITEM N 76 : VACCINATIONS : BASES IMMUNOLOGIQUES, INDICATIONS, EFFICACITE, COMPLICATIONS OBJECTIFS TERMINAUX I Appliquer le calendrier des

Plus en détail

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant

Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant Paul, 16 ans ½, vu aux urgences le 23 mars pour : Fièvre 38,5-39 C depuis 5 jours (18 mars) Conjonctivite Eruption maculo-papuleuse généralisée ayant débuté au visage il y a 48h (21 mars) Asthénie +++

Plus en détail

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1

Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année CAS CLINIQUE N 1 Nicolas Hogu Sébastien Pillet Année 2012-2013 CAS CLINIQUE N 1 Vous êtes médecin généraliste. Elodie et Sébastien, heureux parents d une petite fille, Lina, 7 mois, viennent vous consulter. Cette petite

Plus en détail

Questions-Réponses en Vaccinologie. Robert Cohen

Questions-Réponses en Vaccinologie. Robert Cohen 1 Questions-Réponses en Vaccinologie Robert Cohen InfoVac 10 ans déjà 2 3 Qui a dit ça? Lorsque tu fais quelque chose, sache que tu as contre toi -ceux qui veulent faire la même chose -ceux qui veulent

Plus en détail

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225

143. Vaccinations RÉPONSES P. 225 143. Vaccinations Connaître les différents types de vaccins et les modalités d administration Connaître le calendrier vaccinal pour la population générale Savoir programmer un rattrapage vaccinal Adapter

Plus en détail

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE

Introduction. Objectifs de la vaccination. Réglementation VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Introduction VACCINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTE Journées de l ARLIN 0 - Session Maladies transmissibles à l hôpital et en EHPAD Personnels hôpitaux et EHPAD : population exposée au risque biologique

Plus en détail

La prévention par la vaccination

La prévention par la vaccination La prévention par la vaccination Présentation aux partenaires sociaux. ARS Basse Normandie- Caen -24 octobre 2012- A. Bourges (interne Médecine générale) Dr SALAÜN Marie-Anne (chef de service CPMI- Caen)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE Commission Permanente Délibération n 45/CP du 20 avril 2011 modifiant la délibération n 168 du 5 août 1969 portant règlement d hygiène et de médecine scolaires et la délibération n

Plus en détail

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris

Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux. Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Nouvelles immunodépressions, nouveaux risques infectieux Pierre Loulergue Hôpital Cochin Paris Types d immunodépression Innée Déficits immunitaires héréditaires (>150 décrits) Acquise Liée à une maladie

Plus en détail

CARNET DE VACCINATION

CARNET DE VACCINATION Si vous trouvez ce carnet de vaccination, merci de contacter la personne aux coordonnées ci-après. CARNET DE VACCINATION www.carmiest.fr NOM... PRÉNOM.. DATE DE NAISSANCE... ADRESSE..... TÉLÉPHONE... DIPHTÉRIE

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE

RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN PÉDIATRIE Août 2005 I. PROMOTEURS Association française de pédiatrie ambulatoire (AFPA). Haute Autorité de santé (HAS). II. SOURCES Calendrier vaccinal 2005

Plus en détail

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie

Prévention du risque infectieux Place de la vaccination. COREVIH Haute Normandie Prévention du risque infectieux Place de la vaccination COREVIH Haute Normandie Transmission croisée hépatite B Belgique 2002: Femme de 83 ans en EHPAD hépatite B fulminante Enquête épidémiologique portant

Plus en détail

Vaccination et VIH. Dr. Florent Valour. Maladies infectieuses et tropicales Hospices Civils de Lyon

Vaccination et VIH. Dr. Florent Valour. Maladies infectieuses et tropicales Hospices Civils de Lyon Vaccination et VIH Dr. Florent Valour Maladies infectieuses et tropicales Hospices Civils de Lyon Centre International de Recherche en Infectiologie INSERM U1111 Université Claude Bernard Lyon 1 florent.valour@chu-lyon.fr

Plus en détail

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses

LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION. Printemps Médical de Bourgogne M Duong - Service des Maladies Infectieuses LES NOUVEAUX DEFIS DE LA VACCINATION Printemps Médical de Bourgogne 2013 M Duong - Service des Maladies Infectieuses LA RECRUDESCENCE DE LA COQUELUCHE EN FRANCE Aujourd hui : Transmission d adultes ou

Plus en détail

Trois missions coordonnées au sein d une même unité

Trois missions coordonnées au sein d une même unité Trois missions coordonnées au sein d une même unité Centre de Lutte Anti Tuberculeuse Unité de Prévention et de Dépistage CEGIDD (CDAG) Centre de Vaccination CVI 3 La vaccination dans les EHPAD Midi Pyr

Plus en détail

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive

Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Présenté par: F. BENDJELID Médecin spécialiste en épidémiologie et médecine préventive Centre Hospitalier Universitaire d Oran Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive Université d'oran 1 Ahmed

Plus en détail

révolus) 3 doses selon le schéma 0, 1 ou 2 mois, 1 dose si une seule dose vaccinale antérieure

révolus) 3 doses selon le schéma 0, 1 ou 2 mois, 1 dose si une seule dose vaccinale antérieure 3. Calendrier vaccinal 2013. Tableaux synoptiques 3.1 Tableau des vaccinations recommandées chez les enfants et les adolescents en 2013 Pour toute personne ayant déjà reçu un ou des vaccins avant la mise

Plus en détail

Les patients recevant une transplantation

Les patients recevant une transplantation Maladies transmissibles Recommandations pour la vaccination des patients receveurs de cellules souches hématopoïétiques Office fédéral de la santé publique (OFSP) et Commission fédérale pour les vaccinations

Plus en détail

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite

Contre quelles hépatites existe-t-il un. Il existe aujourd hui des vaccins contre les hépatites A et B. Pourquoi se faire vacciner contre l hépatite Hépatites : je comprends pourquoi et quand me faire vacciner 5 000 nouvelles contaminations par le virus de l hépatite B surviennent tous les ans en France, alors qu il existe un moyen sûr et efficace

Plus en détail

Questions et réponses relatives à l examen des vaccins monovalents et multivalents contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et/ou la varicelle

Questions et réponses relatives à l examen des vaccins monovalents et multivalents contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et/ou la varicelle 27 juin 2013 EMA/136606/2013 rev1 EMEA/H/A-31/1333 EMEA/H/C/000604/A20/45 EMEA/H/C/000622/A20/60 EMEA/H/C/000674/A20/52 Questions et réponses relatives à l examen des vaccins monovalents et multivalents

Plus en détail

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant

ENFANT. Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant ENFANT Mise à jour des vaccinations de l enfant, jusqu à 15 ans inclus, arrivant de l étranger adopté, réfugié, migrant D après le calendrier vaccinal 2015 1 drier vaccinal ARRIVAC 200x100 Mai 2015 v1.indd

Plus en détail

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS

Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Evolution du CALENDRIER VACCINAL FRANCAIS Pr. Jean Beytout Service des maladies infectieuses CHU de Clermont-Fd. Comité Technique des Vaccinations 1999-2005 Calendrier vaccinal DEFINITION Vaccinations

Plus en détail

Vaccin VZV-Vaccin Zona Données actuelles

Vaccin VZV-Vaccin Zona Données actuelles Vaccin VZV-Vaccin Zona Données actuelles Odile Launay Paris, 26 novembre 2014 Liens d intérêt Participation à des groupes de travail: sanofi pasteur MSD, GlaxoSmithKline bio : pas de rémunération Invitations

Plus en détail

CALENDRIER VACCINAL 2006 Pr Dominique Salmon

CALENDRIER VACCINAL 2006 Pr Dominique Salmon CALENDRIER VACCINAL 2006 Pr Dominique Salmon Infectiologie CHU Cochin Obligation-recommandation Obligatoires: DT:1952, polio :1965, BCG:1950 Recommandation:interprétation Intérêt comparée Obligation

Plus en détail

Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques : rapport HCSP 2012*

Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques : rapport HCSP 2012* Vaccinations des personnes immunodéprimées ou aspléniques : rapport HCSP 2012* PATIENTS VIVANT AVEC LE VIH Les personnes infectées par le VIH ont une sensibilité accrue à certaines infections. (ex pneumocoque,

Plus en détail

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009

vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 vaccinations des voyageurs (1/5) 2009 pour tous, quelle que soit la destination > Enfants (jusqu à 18 ans) Mise à jour des vaccinations incluses dans le calendrier vaccinal français, certaines pouvant

Plus en détail

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE

LA VACCINATION. UE Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE LA VACCINATION UE 2.5 - Processus inflammatoires et infectieux ASSELIE BAJAL CARNIER CAVALIER CHALBOT EGA LOUTOBY NALLAMOUTOU NANCY - SERALINE PLAN 1. Définition 2. Cadre législatif 3. Différents types

Plus en détail

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin

Aspects cliniques et vaccination. Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Epidémie de rougeole: Aspects cliniques et vaccination Véronique Joly et Odile Launay, SMIT, Hôpital Bichat, CIC de vaccinologie Cochin Pasteur, Hôpital Cochin Rougeole au 21 ème siècle Il y a > 20 ans:

Plus en détail