Tableau 1 : Valeurs normales de l hémoglobine chez les nouveau-nés. Taux d hémoglobine (g/l) moyen (- 2 ET) Prématuré De 1,0 à 1,5 kg

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tableau 1 : Valeurs normales de l hémoglobine chez les nouveau-nés. Taux d hémoglobine (g/l) moyen (- 2 ET) Prématuré De 1,0 à 1,5 kg"

Transcription

1 13 : PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ ET L ENFANT Kathryn Webert et Heather Hume Bien que la transfusion de produits sanguins chez le nouveau-né et les enfants en bas âge s apparente beaucoup à la transfusion de produits sanguins chez l adulte, les deux opérations comportent plusieurs particularités et différences importantes. Dans le présent chapitre, nous nous pencherons sur les principaux aspects propres à ce groupe de patients. Valeurs normales Les valeurs normales de l hémoglobine chez les nouveau-nés, les nourrissons et les enfants sont présentées dans les tableaux 1 et 2. En général, le taux d hémoglobine d un nouveau-né à la naissance est d environ 165 g/l et peut atteindre une valeur moyenne de 184 g/l au cours des 24 heures suivantes. Au cours des trois premiers mois de la vie, le taux d hémoglobine de tous les nourrissons accuse une diminution normale ou «physiologique»; il recule à une valeur de l ordre de 115 g/l; cette baisse est plus marquée chez les prématurés. Lorsqu ils ont atteint l âge de 12 ans, les enfants en bonne santé ont un taux d hémoglobine identique à celui des adultes. Tableau 1 : Valeurs normales de l hémoglobine chez les nouveau-nés Âge Taux d hémoglobine (g/l) moyen (- 2 ET) Prématuré De 1,0 à 1,5 kg De 1,5 à 2,0 kg 2 semaines 163 (117) 148 (118) 165 (125) 1 mois 109 (87) 115 (82) 140 (100) 2 mois 88 (71) 94 (80) 115 (90) 3 mois 98 (89) 102 (93) 115 (95) Enfant né à terme Par prématuré, on entend un enfant dont l âge gestationnel à la naissance était inférieur à 37 semaines. Les valeurs normales chez les prématurés dépendent de l âge gestationnel. Elles peuvent différer selon le laboratoire qui effectue les analyses. D après Nathan DG, Orkin SH, Ginsburg D, Look TA (eds). Nathan and Oski s hematology of infancy and childhood, 6th ed. W.B. Saunders Company, Philadelphia PA Reproduit avec la permission d Elsevier. Tableau 2 : Valeurs normales de l hémoglobine chez les nourrissons et les enfants Âge De 0,5 à 2 ans De 2 à 6 ans De 6 à 12 ans De 12 à 18 ans De 12 à 18 ans Plus de 18 ans Plus de 18 ans Sexe Les deux Les deux 125 (115) Les deux 135 (115) Féminin 140 (120) Masculin 145 (130) Féminin 140 (120) Masculin 155 (135) Taux d hémoglobine (g/l) moyen (- 2 ET) 120 (105) D après Nathan DG, Orkin SH, Ginsburg D, Look TA (eds). Nathan and Oski s hematology of infancy and childhood, 6th ed. W.B. Saunders Company, Philadelphia PA Reproduit avec la permission d Elsevier. 124

2 De la naissance à six mois, les concentrations de facteurs dépendants de la vitamine K (facteurs II, VII, IX et X) et des inhibiteurs de coagulation dépendants de la vitamine K (protéines C et S) sont plus faibles que chez l adulte (voir le tableau 3). À six mois, les concentrations de facteurs de coagulation, de facteurs de contact et d inhibiteurs de la coagulation naturels ont à peu près atteint les valeurs relevées chez l adulte. Tableau 3 : Valeurs normales obtenues aux épreuves de dosage et de dépistage des facteurs de coagulation chez les prématurés (de 30 à 36 semaines) et les enfants nés à terme Épreuve de coagulation ou dosage du facteur de coagulation Fibrinogène (g/l) Facteur II (U/ml) Facteur V (U/ml) Facteur VII (U/ml) Facteur VIII (U/ml) Prématuré (moyenne ± 2 ET) 2,43 + 0,93 Enfant né à terme (moyenne ± 2 ET) 0,45 (0,20 0,77) 0,48 (0,26 0,70) 0,88 (0,41 1,44) 0,72 (0,34 1,08) 0,67 (0,21 1,13) 0,66 (0,28 1,04) 1,11 (0,50 2,13) 1,00 (0,50 1,78) Moment d obtention des valeurs adultes 2,83 (1,67 3,99) Avant la naissance De 2 à 12 mois Avant la naissance De 2 à 12 mois Avant la naissance Facteur IX (U/ml) 0,35 (0,19 0,65) 0,53 (0,15 0,91) De 3 à 9 mois Facteur X (U/ml) 0,41 (0,11 0,71) 0,40 (0,12 0,68) De 2 à 12 mois Facteur XI (U/ml) 0,30 (0,08 0,52) 0,38 (0,10 0,66) De 1 à 2 mois Facteur XII (U/ml) 0,38 (0,10 0,66) 0,53 (0,13 0,93) De 9 à 14 jours Facteur XIII (U/ml) 0,70 (0,32 1,08) 0,79 (0,27 1,31) 3 semaines TP (s) 10,6 16,2 13,0 (10,1 15,9) 1 semaine TCA (s) 53,6 + 26,1 42,9 (31,3 54,5) De 2 à 9 mois RIN 0,61 1,7 1,00 (0,53 1,62) 1 semaine TT (s) 24,8 (19,2 30,4) 23,5 (19,0 28,3) Quelques jours 13 : Pratiques transfusionnelles chez le nouveau-né et l enfant Aphérèse thérapeutique Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés Remarque : À moins d indications contraires, les épreuves mentionnées sont biologiques. Toutes les valeurs font état de la moyenne avec un intervalle de confiance à 95 %. Les valeurs varient d un laboratoire à l autre selon les réactifs utilisés. Abréviations : écart type (ET); temps de prothrombine (TP); ratio international normalisé (RIN); temps de céphaline activée (TCA); temps de thrombine (TT). D après Nathan DG, Orkin SH (eds). Nathan and Oski s hematology of infancy and childhood, 5th ed. W.B. Saunders Company, Philadelphia PA Reproduit avec la permission d Elsevier. 125

3 13 : PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ ET L ENFANT Analyses prétransfusionnelles Le nouveau-né, qui, en matière de médecine transfusionnelle, est défini comme un enfant de moins de 4 mois, doit faire l objet d analyses prétransfusionnelles plus restreintes que les nourrissons plus âgés, les enfants et les adultes. Chez les nouveaunés, les analyses prescrites comprennent le groupage ABO et le typage Rh ainsi que la recherche d anticorps. Pour déterminer le groupe ABO d un nouveau-né, on se fonde uniquement sur le typage des globules rouges. On ne procède pas à un typage sérologique («contre-épreuve sérique»), car les anticorps ABO initialement présents après la naissance proviennent de la mère et non du nouveau-né. Si un nouveau-né de groupe ABO autre que le groupe O reçoit une transfusion de globules rouges de groupe ABO autre que O, il faut s assurer que les globules rouges sont compatibles avec les globules rouges du nouveau-né et sont soit compatibles avec le groupe ABO de la mère, soit compatibles avec les anticorps maternels présents dans le sérum (ou le plasma du nouveau-né). Il faut donc choisir le sang en tenant compte à la fois du groupe ABO du nouveau-né et des anticorps maternels présents dans le sang du nouveau-né. Devant la complexité de la détermination correcte du groupe ABO pour la transfusion de produits érythrocytaires à des nouveau-nés, bon nombre de services de transfusion emploient seulement des globules rouges du groupe O chez les nouveau-nés. On utilise un échantillon de sang prélevé chez le nouveau-né ou la mère pour effectuer une recherche d anticorps anti-érythrocytaires irréguliers. Au début, l origine de ces anticorps, s ils sont présents, sera maternelle et non néonatale. Comme le système immunitaire du nouveau-né n est pas mature, il n est pas nécessaire, si le résultat du dépistage initial est négatif, de procéder à un autre dépistage tant que le nourrisson n a pas quatre mois. En outre, si la recherche d anticorps produit un résultat négatif, il n y a pas lieu de réaliser une épreuve de compatibilité croisée chez ce groupe de patients; on peut se dispenser d une telle épreuve afin de diminuer les pertes sanguines d origine iatrogène. 126

4 Transfusion de produits érythrocytaires Receveurs nouveau-nés Indications pour la transfusion de globules rouges Les indications d une transfusion chez le nouveau-né ne sont pas les mêmes que chez l enfant et l adulte pour plusieurs raisons, dont le faible volume sanguin du nouveau-né, l anémie physiologique du nouveau-né, la production réduite d érythropoïétine endogène et l incapacité du nouveau-né à tolérer le moindre stress physiologique. Ces indications ont été largement étudiées, mais elles demeurent quelque peu controversées pour diverses raisons, notamment les suivantes : 13 : Pratiques transfusionnelles chez le nouveau-né et l enfant difficulté de déterminer le moment où un nouveau-né pourrait retirer des bienfaits d une transfusion, du fait de la variation des taux et du type d hémoglobine (HbF et HbA); difficulté d évaluer le nouveau-né relativement aux indications cliniques d une transfusion; absence de consensus sur le mode de définition de symptômes significatifs; possibilité que le taux d hémoglobine ou l hématocrite ne reflète pas avec exactitude le volume des produits érythrocytaires chez les prématurés ou les nouveau-nés malades. Aphérèse thérapeutique Dans le cadre de l étude Premature Infants in Need of Transfusion (PINT), achevée récemment, on a conclu qu il était prudent de restreindre les transfusions chez les nourrissons pesant moins de un kilogramme. Il existe diverses publications dans lesquelles on propose des lignes directrices sur l administration de produits érythrocytaires aux nouveau-nés. En général, on recommande de transfuser un nouveau-né dans les cas suivants : un nouveau-né accusant une perte sanguine aiguë représentant plus de 10 % de son volume sanguin; un nouveau-né stable ayant un taux d hémoglobine inférieur à 80 g/l et présentant des symptômes d anémie (apnée, bradycardie, tachycardie, perte de vigueur, faible gain de poids); un nourrisson souffrant d un syndrome de détresse respiratoire ou d une cardiopathie congénitale et ayant un taux d hémoglobine inférieur à 120 g/l (voir les tableaux 4 et 5). Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés 127

5 13 : PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ ET L ENFANT Tableau 4 : Lignes directrices relatives à la transfusion de globules rouges à des enfants de moins de 4 mois 1. Hémoglobinémie < 70 g/l avec numération réticulocytaire basse et symptômes d anémie * 2. Hémoglobinémie < 100 g/l chez un nourrisson : recevant de l O 2 à < 35 % sous cloche; recevant de l O 2 par canule nasale; sous ventilation spontanée en pression positive continue ou sous ventilation obligatoire intermittente avec ventilation mécanique à une pression moyenne < 6 cm d H 2 O; souffrant d apnée ou de bradycardie significative ; souffrant de tachycardie ou de tachypnée significative ; ayant un faible gain de poids #. 3. Hémoglobinémie < 120 g/l chez un nourrisson : recevant de l O 2 à > 35 % sous cloche; sous ventilation spontanée en pression positive continue ou sous ventilation obligatoire intermittente à une pression moyenne 6 à 8 cm d H 2 O. 4. Hémoglobinémie < 150 g/l chez un nourrisson : sous oxygénation extracorporelle sur oxygénateur à membrane (ECMO); souffrant d une cardiopathie cyanogène congénitale. * Tachycardie, tachypnée, piètre alimentation. Plus de 6 épisodes en 12 heures ou 2 épisodes en 24 heures nécessitant l utilisation d un sac et la ventilation à l aide d un masque pendant l administration de doses thérapeutiques de méthylxanthine. Fréquence cardiaque > 180 battements à la minute pendant 24 heures; fréquence respiratoire > 80 respirations à la minute pendant 24 heures. # Gain de < 10 kg/j observé sur une période de 4 jours pendant la réception de 100 kcal/kg/j. D après Roseff SD, Luban NLC, Manno CS. Guidelines for assessing appropriateness of pediatric transfusion. Transfusion 2002; 42: Remarque : Il existe des données contradictoires sur l utilité des signes cliniques pour l évaluation de la nécessité d une transfusion de produits érythrocytaires chez un prématuré. Tableau 5 : Lignes directrices de la Société canadienne de pédiatrie concernant l utilisation de produits érythrocytaires chez les nouveau-nés 1. un choc hypovolémique associé à une perte sanguine aiguë; 2. un hématocrite de 30 % à 35 % en cas de maladies extrêmes pour lesquelles la transfusion de globules rouges peut accroître l apport en oxygène aux organes vitaux; 3. un hématocrite entre 20 % et 30 % lorsque le nourrisson est gravement malade ou sur ventilation mécanique et que l apport en oxygène est compromis; 4. une chute d hématocrite (20 % ou moins) et signes et symptômes de l anémie. D après Paediatrics & Child Health, vol. 7, n o 8 (octobre 2002), Document de principe de la Société canadienne de pédiatrie (FN 02-02). Pour consulter la version intégrale de ce document, se rendre à Reproduit avec permission. 128

6 La dose habituelle de produits érythrocytaires est de 10 à 20 ml par kilogramme de poids corporel et dépend du produit utilisé et du volume que peut tolérer le nourrisson. En règle générale, on peut s attendre à ce que la transfusion d une unité de culot globulaire prélevé sur CPDA-1 à raison de 10 ml/kg ou d une unité de culot globulaire en AS-3 (ou tout autre additif) à raison de 15 ml/kg se traduise par une augmentation d environ 20 g/l du taux d hémoglobine du nourrisson. Le volume est plus élevé en ce qui concerne le culot globulaire conservé dans une solution additive en raison des différences d hématocrite des deux produits : le concentré prélevé sur CPDA-1 a un hématocrite d environ 0,75 l/l, tandis que le concentré conservé dans une solution additive présente un hématocrite d environ 0,55 l/l. Si du liquide surnageant est extrait de l unité de culot globulaire, la quantité de produit transfusé devra être réduite en conséquence. Âge du sang D aucuns ont suggéré d administrer à tous les nouveau-nés des produits érythrocytaires relativement frais (conservés depuis moins de cinq jours), et ce, pour deux raisons : 1) à cause de la teneur accrue en potassium plasmatique des globules rouges conservés pendant plus de cinq jours; et 2) en raison de la baisse du taux de 2,3-DPG des produits érythrocytaires soumis à une conservation prolongée. Ces considérations sont valides pour les nourrissons qui reçoivent un volume important de sang (plus de 20 ml/kg), car la teneur en potassium du sang conservé, lorsque ce dernier est administré rapidement, peut être mortelle pour un nouveau-né. Par contraste, les nourrissons à qui l on transfuse des volumes moindres (moins de 20 ml/kg) sur une période de trois ou quatre heures ne requièrent généralement pas de produits érythrocytaires frais. En fait, on a démontré dans plusieurs études l innocuité de l administration d une unité de culot globulaire frais (vieille de moins de cinq jours) à un nouveau-né et de l utilisation de parties aliquotes de cette même unité jusqu à sa date de péremption normale pour toutes les transfusions subséquentes de faibles volumes de produits érythrocytaires. Cette façon de faire est avantageuse, car elle contribue à diminuer l exposition du nourrisson au sang de multiples donneurs. Additifs Divers additifs peuvent être employés pour la conservation des produits érythrocytaires, dont l AS-3, l AS-1 et le SAGM. Le tableau 6 renferme la liste des ingrédients entrant dans ces solutions. Au Canada, l additif utilisé le plus souvent pour la conservation des produits érythrocytaires est l AS-3, et la solution anticoagulante est le CP2D (système Nutricel MD ). Lorsqu on a commencé à utiliser des additifs à la fin des années 80, on a exprimé des craintes au sujet de la sécurité de la transfusion de produits érythrocytaires conservés dans ces additifs à des nouveau-nés en raison des fortes concentrations de certains ingrédients (p. ex., adénine, dextrose ou mannitol). Cela dit, en général, les produits érythrocytaires conservés dans de l AS-3 ou d autres additifs sont réputés sans danger pour les nouveau-nés sans atteinte rénale qui reçoivent de faibles volumes de sang (soit moins de 20 ml/kg sur une période de trois à quatre heures). Bien que seulement quelques études cliniques de faible envergure aient été faites sur le sujet, plusieurs années d expérience confirment la chose. Chez les nouveau-nés qui reçoivent des transfusions massives, on suggère l administration de produits sanguins prélevés sur CPDA-1 ou dont on a éliminé l additif et dont le culot globulaire a été remis en suspension dans un milieu adéquat, comme une solution saline. 13 : Pratiques transfusionnelles chez le nouveau-né et l enfant Aphérèse thérapeutique Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés 129

7 13 : PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ ET L ENFANT Tableau 6 : Composition des additifs dans les unités de culot globulaire Volume (ml) Chlorure de sodium (mg) Dextrose (mg) Adénine (mg) Mannitol (mg) Citrate de sodium (mg) Acide citrique (mg) Phosphate monosodique (mg) CPDA 63 CPD/SAGM 100 CPD/AS CP2D/AS ,3 16, Aux fins de comparaison, on suppose un volume de sang prélevé de 450 ml, soit le volume actuellement utilisé à la Société canadienne du sang. Utilisation d érythropoïétine Il existe de nombreuses études contrôlées dans lesquelles on a évalué l utilisation de l érythropoïétine recombinante humaine (rhuepo) pour le traitement et la prévention de l anémie chez le prématuré. Les résultats de ces études varient en raison des populations de patients et des schémas posologiques; par conséquent, on ne s entend toujours pas sur la question de savoir si les prématurés souffrant d anémie pourraient bénéficier ou non de l administration de rhuepo. On a conclu dans une méta-analyse qu il était trop tôt pour formuler des recommandations fermes concernant l emploi de rhuepo chez des patients souffrant d anémie du prématuré. Dans certaines études, on a indiqué que l administration d érythropoïétine pourrait réduire le nombre de transfusions chez un nourrisson ayant un faible poids à la naissance. Cependant, on pourrait probablement maintenir l exposition du transfusé à des donneurs multiples à un niveau aussi faible en recourant à une unité d un donneur désigné administrée à l intérieur du délai de péremption de 35 ou de 42 jours, d une part, et en accordant une rigoureuse attention à la quantité de sang prélevée aux fins d analyses de laboratoire et en observant les lignes directrices transfusionnelles étayées par des données factuelles, d autre part. L administration d érythropoïétine chez les nouveau-nés devra faire l objet d autres études, et le rôle de cette substance sera probablement déterminé par des facteurs tels que les indications relatives à la transfusion, la capacité d assouplir les exigences transfusionnelles, la capacité de réduire l exposition au sang de multiples donneurs, d éventuels effets toxiques de l érythropoïétine et la rentabilité d une telle pratique. 130

8 Receveurs pédiatriques Les principes régissant la transfusion de globules rouges à des nourrissons de plus de quatre mois et à des enfants sont essentiellement les mêmes que chez l adulte (voir le tableau 7 et le chapitre 2, Les composants sanguins). En général, les enfants en bas âge ont un taux d hémoglobine plus faible que les adultes : chez un enfant de six mois, l hémoglobinémie moyenne se situe entre 95 et 115 g/l; chez un enfant de deux ans, elle varie de 115 à 125 g/l. On connaît mal les réponses physiologiques de l enfant à l anémie, mais on pense qu elles sont semblables à celles de l adulte. Tableau 7 : Lignes directrices relatives à la transfusion de produits érythrocytaires à des enfants de plus de quatre mois 13 : Pratiques transfusionnelles chez le nouveau-né et l enfant 1. Intervention chirurgicale d urgence chez un nourrisson souffrant d anémie préopératoire significative. 2. Anémie préopératoire lorsqu un autre traitement correcteur n est pas offert 3. Hémorragie peropératoire 15 % du volume sanguin total 4. Hématocrite < 24 % : en période périopératoire, en présence de signes et de symptômes d anémie; pendant une chimiothérapie ou une radiothérapie; dans le cas d une anémie congénitale chronique ou d une anémie symptomatique acquise. 5. Hémorragie aiguë accompagnée d une hypovolémie ne répondant pas à un autre traitement. 6. Hématocrite < 40 % avec : pneumopathie grave; oxygénation extracorporelle sur oxygénateur à membrane (ECMO). 7. Dépranocytose avec accident vasculaire cérébral; syndrome thoracique aigu; priapisme récurrent; manifestation préopératoire lorsqu une anesthésie générale est prévue. 8. Programmes de transfusion de longue durée dans les troubles de la production de globules rouges (comme les cas de ß-thalassémie majeure et d anémie de Blackfan- Diamond ne répondant pas au traitement). Aphérèse thérapeutique Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés D après Roseff SD, Luban NLC, Manno CS. Guidelines for assessing appropriateness of pediatric transfusion. Transfusion 2002; 42: Reproduit avec permission. 131

9 13 : PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ ET L ENFANT Cela dit, les nourrissons pourraient être moins aptes à supporter une perte sanguine rapide en raison de leur capacité limitée de réagir à l hypovolémie par une augmentation de la contractilité du myocarde. Cet élément est compliqué par le fait qu on peut sous-estimer la gravité d une hémorragie aiguë chez les enfants en bas âge (ainsi que chez les enfants plus âgés et les jeunes adultes). En revanche, les enfants sont rarement atteints d affections cardiovasculaires ou respiratoires sous-jacentes et, par conséquent, tolèrent bien un faible taux d hémoglobine, surtout si l anémie survient lentement. En général, il n existe pas de taux d hémoglobine unique indiquant qu une transfusion s impose, d où la nécessité de procéder à une évaluation clinique. La transfusion de produits érythrocytaires est principalement indiquée pour la prévention ou l atténuation de signes ou de symptômes d une oxygénation insuffisante des tissus. La dose de globules rouges est habituellement établie en fonction du poids de l enfant (c.-à-d. 10 ml/kg dans le cas d unités de culot globulaire prélevé sur CPDA-1 et 15 ml/kg en ce qui concerne les unités de culot globulaire en AS-3 ou dans un autre additif). Réduction de l exposition à de multiples donneurs On estime qu il est prudent de réduire l exposition au sang de multiples donneurs à la fois pour diminuer les risques d infection et les autres risques inhérents à la transfusion. On peut recourir à diverses stratégies pour limiter cette exposition, la plus importante étant l administration de transfusions seulement en cas d absolue nécessité. Chez les nouveau-nés qui doivent recevoir des transfusions de produits érythrocytaires, on convient généralement que le meilleur moyen de diminuer l exposition au sang de multiples donneurs est d utiliser une unité fournie par un donneur attitré raccordée à plusieurs sacs satellites ou d employer un dispositif de raccordement stérile. Vu la faible quantité de sang dont un nouveau-né a besoin lors de chaque transfusion, on peut administrer chez un même patient plusieurs transfusions à partir d une seule unité. Grâce à cette technique, on peut subvenir aux besoins transfusionnels de globules rouges de la plupart des prématurés à l aide de une ou, tout au plus, de deux unités de culot globulaire. 132

10 Don dirigé On parle de don dirigé lorsque le receveur ou, dans le cas d un enfant, le ou les parents du receveur choisit le donneur de composants sanguins. Quand on utilise des dons dirigés pour restreindre le nombre de donneurs auxquels un receveur est exposé, on peut considérer qu une telle pratique constitue une mesure de sécurité appropriée. Or, les dons dirigés sont souvent demandés par les parents d enfants (ou d autres patients) dans des situations où cette façon de faire n influe pas sur le nombre de donneurs auxquels le receveur est exposé. Bien que les dons dirigés d un parent à un enfant soient autorisés par la Société canadienne du sang, il n existe actuellement aucune preuve qu ils soient plus ou moins sûrs que les dons provenant de donneurs allogéniques anonymes réguliers. La fréquence globale des marqueurs de maladies transmissibles est plus grande chez les donneurs pour dons dirigés, y compris chez les parents, car il y a relativement plus de nouveaux donneurs chez les donneurs dirigés que chez les donneurs réguliers de la Société canadienne du sang, et les nouveaux donneurs (qu ils fassent des dons dirigés ou non) ont un taux plus élevé de résultats positifs aux tests de dépistage de marqueurs de maladies transmissibles que les donneurs réguliers. Donneurs désignés Les enfants qui doivent recevoir des transfusions itératives de culot globulaire durant une période prolongée peuvent bénéficier de la participation à un programme de donneurs désignés. Un tel programme comporte le recours à un nombre limité de donneurs (habituellement de trois à cinq) pour la préparation d unités de culot globulaire destinées à un patient en particulier. Ces donneurs peuvent englober les parents agissant à titre de donneurs pour dons dirigés, mais ils comprennent habituellement des donneurs allogéniques réguliers ou sont composés exclusivement de tels donneurs. Dans le dernier cas, si l unité n est pas administrée au receveur désigné pour une raison quelconque, elle peut être mise dans la réserve générale. Les programmes de donneurs désignés, a-t-on constaté, limitent efficacement le nombre de donneurs auxquels sont exposés des receveurs pédiatriques choisis de manière adéquate. 13 : Pratiques transfusionnelles chez le nouveau-né et l enfant Aphérèse thérapeutique Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés 133

11 13 : PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ ET L ENFANT Transfusions de plaquettes Receveurs nouveau-nés Comme chez l adulte, les transfusions de plaquettes sont indiquées pour la prévention ou la diminution des hémorragies associées à des troubles plaquettaires de nature quantitative ou qualitative chez l enfant. La décision de transfuser des plaquettes à un nourrisson ou à un enfant en bas âge doit être prise en fonction de la cause et de l histoire naturelle de la thrombocytopénie. Les lignes directrices en matière de transfusions plaquettaires chez les nourrissons et les enfants en bas âge sont essentiellement les mêmes que chez les adultes (voir le chapitre 2, Les composants sanguins). Il est raisonnable de penser que les nouveau-nés peuvent avoir besoin d une transfusion de plaquettes à un seuil plaquettaire plus élevé en raison d une plus forte propension aux hémorragies et, surtout, d un risque plus élevé d hémorragie intracrânienne. De plus, les prématurés ou les nourrissons présentant d autres comorbidités sont exposés à un risque accru d hémorragie. Bien qu il existe peu de données adéquates sur la question, on a publié, à partir de l opinion d experts, diverses lignes directrices sur le moment où la transfusion de plaquettes serait indiquée chez les nouveau-nés (voir le tableau 8). En général, on peut utiliser, à des fins de transfusion, un seuil plaquettaire de 20 x 10 9 /l chez les enfants nés à terme dont l état est stable, et un seuil légèrement plus élevé (de 30 à 50 x 10 9 /l) chez les prématurés. En cas d hémorragie ou de coagulation intravasculaire disséminée, on peut devoir fixer un seuil plus élevé. 134

12 Tableau 8 : Lignes directrices relatives à la transfusion de plaquettes à des nouveau-nés Seuils de transfusion plaquettaire pour la prévention des hémorragies 1. Nouveau-nés prématurés dont l état est stable et ayant une numération plaquettaire < 30 x 10 9 /l. 2. Nouveau-nés nés à terme dont l état est stable et ayant une numération plaquettaire < 20 x 10 9 /l. 3. Nouveau-nés prématurés malades* ayant une numération plaquettaire < 50 x 10 9 /l. 4. Préparation en vue d une intervention invasive (p. ex., ponction lombaire) ou d une intervention chirurgicale bénigne chez des nouveau-nés ayant une numération plaquettaire < 50 x 10 9 /l ainsi que d une intervention chirurgicale d importance chez des nouveau-nés ayant une numération plaquettaire < 100 x 10 9 /l. Seuils de transfusion plaquettaire chez les nouveau-nés ayant une hémorragie cliniquement significative 1. Nouveau-nés ayant une numération plaquettaire < 50 x 10 9 /l. 2. Nouveau-nés présentant un trouble qui accroît le risque d hémorragie (p. ex., coagulation intravasculaire disséminée ou autre coagulopathie significative) et ayant une numération plaquettaire < 100 x 10 9 /l. 3. Nouveau-nés ayant une anomalie plaquettaire significative établie (p. ex., thrombasthénie de Glanzmann) sans égard au nombre de plaquettes en circulation. *Par nouveau-nés prématurés malades, on entend les nourrissons ayant des antécédents d asphyxie périnatale, ayant un poids à la naissance extrêmement faible (< g) et devant recevoir une assistance respiratoire avec concentration de l oxygène inspiré supérieure à 40 %; ceux dont l état clinique est instable ou qui présentent des signes de sepsis; et ceux qui doivent faire l objet de nombreuses interventions invasives (p. ex., mise en place de cathéters à demeure). D après Blanchette VS, Rand M, Carcao MD, Hume H. Platelet transfusion therapy in infants and children. In: Kickler TS, Herman JH (eds). Current Issues in Platelet Transfusion Therapy and Platelet Alloimmunity. AABB Press, Bethesda MD, Reproduit avec permission. 13 : Pratiques transfusionnelles chez le nouveau-né et l enfant Aphérèse thérapeutique Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés On peut s attendre à ce que chaque unité de plaquettes augmente la numération plaquettaire de 10 à 15 x 10 9 /l/m 2. Les plaquettes sont habituellement administrées à des doses de 5 à 10 ml/kg, ce qui devrait accroître la numération plaquettaire d un enfant né à terme de 50 à 100 x 10 9 /l. Idéalement, on doit transfuser des plaquettes ABO compatibles. Si le plasma contenu dans les produits plaquettaires est incompatible avec les globules rouges du receveur, il faudrait réduire sa teneur en plasma afin de prévenir toute réaction transfusionnelle hémolytique. Purpura thrombopénique immunologique (PTI) de l enfant Les enfants atteints de PTI ne doivent recevoir une transfusion de plaquettes qu en cas d hémorragie abondante, car les plaquettes transfusées auront un délai de survie abrégé. 135

13 13 : PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ ET L ENFANT Transfusions de plasma Bien que les études sur la question soient limitées, les spécialistes sont généralement d avis que la transfusion de produits plasmatiques aux enfants doit obéir aux mêmes principes que ceux appliqués aux adultes (voir le chapitre 2, Les composants sanguins). Les nourrissons de moins de six mois présentent des taux moindres de facteurs de coagulation et d inhibiteurs de coagulation dépendants de la vitamine K (facteurs II, VII, IX et X, protéine C et protéine S). Par conséquent, ces facteurs peuvent s épuiser plus rapidement, de sorte qu il peut être raisonnable de transfuser du plasma à des enfants de moins de six mois plus tôt qu on le ferait chez des enfants plus âgés et des adultes. La transfusion de plasma chez un nouveau-né ou un enfant en bas âge est principalement indiquée pour remédier à une hémorragie consécutive à plusieurs déficits acquis en facteurs de coagulation. Dans la mesure du possible, la décision de transfuser du plasma doit être prise en fonction de la situation clinique et d analyses de laboratoire adéquates. La transfusion de plasma n est pas recommandée lorsque son unique but est de compenser une hypovolémie. Par ailleurs, on doit éviter de transfuser du plasma lorsqu on peut utiliser un produit plus sûr pour obtenir le même résultat thérapeutique. Par exemple, il est préférable d administrer des concentrés de facteurs recombinants viro-inactivés pour le traitement d un déficit isolé en facteur de coagulation. Le plasma est habituellement administré à raison d une dose de 10 à 15 ml/kg. On peut s attendre à ce que cette dose augmente de 20 % l activité des facteurs de coagulation chez un nourrisson sans consommation soutenue des facteurs de coagulation. Transfusion massive chez des nouveau-nés La transfusion massive de sang désigne le remplacement d une perte sanguine supérieure à un volume sanguin dans un délai de 24 heures. Le volume sanguin d un enfant né à terme est d environ 85 ml/kg et celui d un enfant prématuré est d environ 100 ml/kg. Chez le nouveau-né, on a généralement recours à une transfusion massive dans les cas suivants : circulation extracorporelle (CEC); oxygénation extracorporelle sur oxygénateur à membrane (ECMO); exsanguino-transfusion. 136

14 Circulation extracorporelle (CEC) Les nourrissons et les enfants en bas âge peuvent subir une CEC lors de la correction chirurgicale d anomalies cardiaques congénitales. Pendant la période périopératoire, ces enfants sont en général exposés à de nombreux produits sanguins. Durant l intervention chirurgicale, on administre de l héparine à l enfant; son taux d héparine est ajusté en fonction du temps de coagulation activée. Pendant l intervention, un volume de sang deux ou trois fois supérieur au volume sanguin du patient emprunte le circuit. Lors d une CEC, le patient a habituellement besoin d un volume d amorçage correspondant à une ou deux unités de sang total reconstitué (c.-à-d. du culot globulaire et du plasma frais congelé). Durant le passage dans le circuit, il peut y avoir activation des plaquettes et des neutrophiles, et consommation des facteurs de coagulation. Après la chirurgie, on doit fournir au patient l apport de produits sanguins nécessaires (culot globulaire, plaquettes, cryoprécipité) suivant les indications. Oxygénation extracorporelle sur oxygénateur à membrane (ECMO) L ECMO est une forme de CEC utilisant un oxygénateur à membrane à laquelle on a recours pour soutenir temporairement les nourrissons souffrant d insuffisance respiratoire ou cardiaque. En moyenne, la durée d utilisation de l ECMO est de 5 jours, mais il arrive, dans de rares cas, qu on l emploie pendant une période pouvant atteindre 28 jours. Lorsque l enfant est relié à un oxygénateur à membrane, on utilise deux unités de culot globulaire isogroupes (ou du groupe O) en guise de volume d amorçage. On suggère de réaliser une épreuve de compatibilité croisée de ces unités avec l échantillon du nourrisson afin de déceler des anticorps passifs susceptibles d être cliniquement significatifs. Une unité de culot globulaire isogroupe doit être accessible en tout temps au cas où le circuit aurait une défaillance et où il faudrait réamorcer le système en urgence. Afin de prévenir la coagulation du sang empruntant le circuit, on administre de l héparine aux nourrissons pendant l ECMO. En outre, il peut se produire des dysfonctionnements plaquettaires qualitatifs et quantitatifs; par conséquent, le risque de complications hémorragiques est élevé, et on recommande généralement de poursuivre les transfusions de plaquettes pour maintenir la numération plaquettaire au-dessus de 100 x 10 9 /l ou au-dessus de 150 x 10 9 /l chez les nouveau-nés présentant une hémorragie intracrânienne. 13 : Pratiques transfusionnelles chez le nouveau-né et l enfant Aphérèse thérapeutique Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés Utilisation de produits sanguins irradiés par des rayons gamma On a recours à l irradiation des produits sanguins cellulaires afin de réduire le risque de réaction du greffon contre l hôte associée à la transfusion. La dose d irradiation envoyée au plan médian du contenant devrait être de 25 Gy (2 500 rd), et la dose minimale livrée devrait être de 15 Gy à toute partie du contenant. Selon les lignes directrices sur l irradiation, le délai de conservation d unités de culot globulaire après leur irradiation ne doit pas dépasser 28 jours; le délai de conservation total ne peut dépasser le délai fixé pour les composants non irradiés. Dans les produits sanguins conservés après irradiation, on observe des taux de potassium plus élevés dans le liquide surnageant que dans les composants non irradiés conservés pendant la même période. Bien que cela ne pose pas de problème chez la plupart des patients, on devrait irradier les unités de culot globulaire destinées aux nouveau-nés et aux enfants en bas âge au moment de leur utilisation ou peu avant, ou enlever le liquide surnageant, surtout dans le cas de la transfusion de volumes importants. Le tableau 9 renferme les indications généralement admises de l irradiation gamma des produits sanguins destinés aux nouveau-nés et aux enfants en bas âge (voir aussi le chapitre 15, Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés). 137

15 13 : PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES CHEZ LE NOUVEAU-NÉ ET L ENFANT Tableau 9 : Indications des produits sanguins cellulaires irradiés par rayons gamma destinés aux enfants Transfusion intra-utérine Exsanguino-transfusion chez le nouveau-né * ECMO chez le nouveau-né Nourrissons ayant un faible poids à la naissance (< g) * Transfusion de granulocytes Patients présentant un syndrome d immunodéficience congénitale Receveurs d une greffe de cellules souches hématopoïétiques ou d un organe solide Patients atteints de la maladie de Hodgkin Patients suivant une chimiothérapie ou une radiothérapie * Transfusions de sang provenant d un parent biologique Composants sanguins HLA compatibles * Les transfusions dans ces situations ne sont pas indiquées dans toutes les lignes directrices. Utilisation de produits sanguins séronégatifs pour le cytomégalovirus (CMV) On peut réduire efficacement la transmission du CMV lors de la transfusion de produits érythrocytaires ou de plaquettes et à peu près dans la même mesure (risque résiduel de l ordre de 2 à 4 %) en utilisant exclusivement des composants séronégatifs pour le CMV ou des composants soumis à une réduction leucocytaire. En , la Société canadienne du sang a adopté la réduction leucocytaire systématique des unités de culot globulaire et de plaquettes, éliminant du coup l obligation d utiliser des composants séronégatifs pour le CMV dans beaucoup de situations où ces composants étaient auparavant employés. On ignore s il y a un avantage accru à fournir des composants séronégatifs pour le CMV dans un contexte de réduction leucocytaire systématique. En janvier 2000, la Société canadienne du sang et Héma-Québec ont organisé un congrès consensuel afin d aborder la question. De l avis majoritaire du groupe d experts réunis, on devrait continuer d utiliser des composants séronégatifs pour le CMV pour toutes les transfusions intra-utérines, de même que chez les patients séronégatifs pour le CMV dans les cas suivants : grossesse (avant le début du travail), greffe de cellules souches hématopoïétiques provenant d un donneur négatif pour les anti-cmv, possiblement les personnes infectées par le VIH et receveurs d une greffe d organe provenant d un donneur négatif pour les anti-cmv. Le groupe d experts n a pas recommandé l emploi courant de composants séronégatifs pour le CMV (outre la réduction leucocytaire) chez les receveurs de cellules souches hématopoïétiques autologues ou chez les nouveau-nés, peu importe leur état sérologique relatif au CMV. Pour ce qui est des concentrés de granulocytes, le seul moyen de fournir un produit comportant un faible risque de transmission du CMV est manifestement le recours à un donneur séronégatif pour le CMV. 138

16 Suggestions de lecture 1. Heddle NM, Kirpalani H, Whyte R, Anderson C, Asztalos E, Roberts R, Blajchman M. Identifying the optimal red cell transfusion threshold for extremely low birth weight infants: The premature in need of transfusion study. Transfusion 2004; 44 (Suppl):P1-030A: 1A. (résumé). 2. Blanchette VS, Kühne T, Hume H, Hellman J. Platelet transfusion therapy in newborn infants. Transfusion Medicine Reviews 1995; 3: Blanchette VS, Rand M, Carcao MD, Hume H. Platelet transfusion therapy in infants and children. In: Kickler TS, Herman JH (eds). Current issues in platelet transfusion therapy and platelet alloimmunity. AABB Press, Bethesda, MD, Blajchman MA, Goldman M, Freedman JJ, Sher GD. Proceedings of a consensus conference: Prevention of post-transfusion CMV in the era of universal leukoreduction. Transfusion Medicine Reviews 2001; 15: Crosby E, pour le Groupe de travail d experts. Lignes directrices sur la transfusion de globules rouges et de plasma aux adultes et aux enfants. Can Med Assoc J 1997; 156 (11 suppl): S1-S Comité d études sur le fœtus et le nouveau-né, Société canadienne de pédiatrie. Les transfusions de globules rouges chez le nouveau-né : Des directives révisées. Paediatrics & Child Health (8); Laupacis A, Brown J, Costello B, et al. Prevention of posttransfusion CMV in the era of universal WBC reduction: A consensus statement. Transfusion 2001; 41: Luban NLC. Massive transfusion in the neonate. Transfusion Medicine Reviews 1995; 3: Luban NLC, Strauss RG, Hume HA. Commentary on the safety of red cells preserved in extended-storage media for neonatal transfusions. Transfusion 1991; 31: Nathan DG, Orkin SH (eds). Nathan and Oski s hematology of infancy and childhood. WB Saunders Company, Philadelphia, PA Nathan DG, Orkin SH, Ginsburg D, Look TA (eds). Nathan and Oski s hematology of infancy and childhood, 6th ed. WB Saunders Company, Philadelphia, PA Roseff SD, Luban NLC, Manno CS. Guidelines for assessing appropriateness of pediatric transfusion. Transfusion 2002; 42: Simpson J, Kinsey S. Pediatric transfusion. Vox Sanguinis 2001; 81: : Pratiques transfusionnelles chez le nouveau-né et l enfant Aphérèse thérapeutique Composants sanguins négatifs pour les anti-cmv, irradiés et lavés 139

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION

FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION FICHE D INFORMATION AVANT UNE TRANSFUSION Madame, Monsieur, Si votre état de santé nécessite une transfusion sanguine, ce document est destiné à vous informer sur les avantages et les risques de la transfusion,

Plus en détail

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications

LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG L Etablissement français du sang LES DIFFERENTS PSL : qualifications, transformations et leurs indications Dr Anne-Lise MARACHET DIU Cancérologie/Hématologie EFS IDF- Site

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Guide des dons Sang, plasma, plaquettes... et vous, que donnerez-vous? Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors

Plus en détail

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER

ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER ANEMIE ET THROMBOPENIE CHEZ LES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER Dr Michael Hummelsberger, Pr Jean-Gabriel Fuzibet, Service de Médecine Interne, Hôpital l Archet, CHU Nice 1. ANEMIE L étiologie de l anémie

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE!

SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SAUVEZ UNE VIE... EN DONNANT LA VIE! SUIVEZ-NOUS SUR : BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDON DʼHÉMA-QUÉBEC Lire ce code avec un téléphone intelligent pour accéder à la page S inscrire à la banque de sang de

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

Sang, plasma, plaquettes...

Sang, plasma, plaquettes... Sang, plasma, plaquettes... Le don de sang, un geste incontournable En donnant votre sang, vous aidez par exemple une femme qui a perdu beaucoup de sang lors de son accouchement à reprendre des forces,

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE?

QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? QU EST-CE QUE LA PROPHYLAXIE? TABLES DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2014 La FMH encourage la traduction et la redistribution de

Plus en détail

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne

Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Neurofibromatose de Von Recklinghausen chez un nouveau-né exposé avec hémorragie intracrânienne Severe D. ; Vilcin L.D. ; Antoine J. ; Méridien E. ; BB C.N. de sexe masculin, pesant 2900 g à l admission,

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000

RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 RAPPORT D ACTIVITÉ 1999-2000 NOTRE MISSION HÉMA-QUÉBEC a pour mission de fournir à la population québécoise des composants, des dérivés et des substituts sanguins sécuritaires, de qualité optimale et en

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE

I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE I- L ÉTABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG ÎLE-DE- FRANCE, ACTEUR MAJEUR DE SANTÉ PUBLIQUE L Établissement Français du Sang, est l unique opérateur civil de la transfusion sanguine en France. Sa mission première

Plus en détail

Que sont les. inhibiteurs?

Que sont les. inhibiteurs? Que sont les inhibiteurs? TABLE DES MATIÈRES Publié par la Fédération mondiale de l hémophilie (FMH) Fédération mondiale de l hémophilie, 2010 La FMH encourage la redistribution de ses publications à des

Plus en détail

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse :

Dossier de presse. Le don de sang sur les lieux fixes de collecte. Juin 2013. Contact presse : Dossier de presse Le don de sang sur les lieux fixes de collecte Juin 2013 Contact presse : EFS Île-de-France Pôle Relations institutionnelles et communication d image Audrey Larquier : audrey.larquier@efs.sante.fr

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION

LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION LA TRANSFUSION EN SITUATION D EXCEPTION Expérience du service de santé des armées SFVTT-2010 A. SAILLIOL, E. PEYTEL Les situations d exception pour le SSA 1. Opérations militaires hors du territoire français

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches

ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches ROTARY INTERNATIONAL District 1780 Rhône-Alpes Mont-Blanc Don volontaire de cellules souches Le don de cellules souches Jean VIVIN 04/2013 1-Nature du problème : 2- Technique Les leucémies représentent

Plus en détail

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS

LE DIRECTEUR GENERAL DE LA SANTE LE DIRECTEUR DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS MINISTERE DE LA SANTE, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPEES Direction générale Paris, de la santé Sous direction de la politique des produits de santé (SD3) Sous direction de la qualité du système

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang

Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Information à un nouveau donneur de cellules souches du sang Pour des raisons de simplification, les dénominations masculines s appliquent également aux femmes. La transplantation de cellules souches du

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG

AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG CENTRE NATIONAL DE TRANSFUSION SANGUINE ---------------------------------- DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DE LA PROMOTION DU DON DE SANG AIDE MÉMOIRE DE PROMOTION DU DON DE SANG Pour vos dons et activités

Plus en détail

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder

Le don de cellules souches. M.Lambermont Pascale Van Muylder Le don de cellules souches M.Lambermont Pascale Van Muylder 1 Pourquoi avons-nous recours à la greffe de CSH? Certaines maladies causent la destruction ou un fonctionnement anormal de la moelle osseuse.

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT Les étapes du don de rein DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT concerner CHACUN le don du vivant 3 /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Exposé sur la Transfusion Sanguine

Exposé sur la Transfusion Sanguine Sommaire : I Histoire de la transfusion sanguine A/ Découverte des groupes sanguins B/ Premières transfusions sanguines C/ Les journées du sang II Les groupes sanguins A/ Les différents groupes B/ Déterminer

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants

Les nouveaux anticoagulants Les nouveaux anticoagulants Dabigatran le plus avancé : Inhibiteur direct de la thrombine. Rely 18000 patients. 2 prises 2 dosages. L'un plus efficace l'autre moins dangereux Rivaroxaban : Inhibiteur Xa.

Plus en détail

GUIDE DU DONNEUR. Protection santé SERVICE DU SANG

GUIDE DU DONNEUR. Protection santé SERVICE DU SANG GUIDE DU DONNEUR Protection santé SERVICE DU SANG Introduction 2 Pourquoi donner un peu de Sang? Avant toute chose, les dons de sang, de plasma ou de plaquettes contribuent à sauver des vies humaines.

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

Complications de la transfusion

Complications de la transfusion Complications de la transfusion Traditionnellement, les accidents transfusionnels sont décrits selon leur cause, immunologique, infectieuse, autre. Il est cependant plus didactique de les étudier selon

Plus en détail

TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS RECOMMANDATIONS

TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS RECOMMANDATIONS TRANSFUSION DE PLAQUETTES : PRODUITS, INDICATIONS RECOMMANDATIONS Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé, juin 2003 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1. LES DIFFÉRENTS PRODUITS PLAQUETTAIRES

Plus en détail

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005

Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Transfusion Sanguine et Produits dérivés du sang : indications, complication. Hémovigilance (178) Ph. De Micco Avril 2005 Objectifs pédagogiques : Expliquer les risques transfusionnels, les règles de prévention,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 3 septembre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 3 septembre 2008 PRIVIGEN 100 mg/ml, solution pour perfusion Flacon en verre de 50 ml (CIP: 572 790-7 Flacon en verre de 100 ml (CIP: 572 791-3) Flacon en verre de 200

Plus en détail

E04a - Héparines de bas poids moléculaire

E04a - Héparines de bas poids moléculaire E04a - 1 E04a - Héparines de bas poids moléculaire Les héparines de bas poids moléculaire (HBPM) sont un mélange inhomogène de chaînes polysaccharidiques obtenues par fractionnement chimique ou enzymatique

Plus en détail

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille

Guide de Mobilisation. de cellules souches pour mon. Autogreffe AVEC LE SOUTIEN DE. Carnet d informations et de suivi pour le patient et sa famille Guide de Mobilisation de cellules souches pour mon Autogreffe Carnet d informations et de suivi Carnets pour d informations le patient et sa et famille de suivi pour le patient et sa famille AVEC LE SOUTIEN

Plus en détail

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS

L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS L AUTOGREFFE QUELQUES EXPLICATIONS Le traitement de votre maladie nécessite une Chimiothérapie intensive. Cette chimiothérapie qui utilise de fortes doses de médicaments antimitotiques est plus efficace

Plus en détail

L incompatibilité immunologique érythrocytaire

L incompatibilité immunologique érythrocytaire Fiches techniques des Effets Indésirables Receveurs L incompatibilité immunologique érythrocytaire Qu est ce que l incompatibilité immunologique erythrocytaire et quels en sont les mécanismes physiopathologiques?

Plus en détail

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012.

Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. Maladie hémolytique du nouveau né. Dr Emmanuel RIGAL Unité d hématologie transfusionelle GENEVE Présentation du 13 janvier 2012. HISTORIQUE Période de DESCRIPTION : -Ictère, Anasarque 1609 Louyse BOURGEOIS

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON

Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Sommaire de la rubrique «Faire un don du sang» Site Internet des villes région Pays de la Loire FAIRE UN DON Page d accueil de la rubrique avec un point sur les besoins en sang de la région Page 2 Pourquoi

Plus en détail

Les greffes de cellules souches

Les greffes de cellules souches A qui en parler? Vous cherchez de l aide ou d autres informations? Vous avez besoin de parler? Vous cherchez des informations sur un type de cancer ou ses possibilités de traitement? Vous voulez savoir

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique

d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur F. P u e ch EXTRAIT d e s Mises à jour en Gynécologie et Obstétrique Publié le 10 décembre 2010 N o t a. Le

Plus en détail

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament :

En considérant que l effet anticoagulant du dabigatran débute dans les 2 heures suivant la prise du médicament : Informations sur le dabigatran (Pradaxa md ) Préambule : Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du dabigatran (Pradaxa md ). L

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct)

Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Test direct à l Antiglobuline (TDA ou Coombs direct) Mise en évidence par le réactif de Coombs polyspécifique d une fixation des anticorps (Igs) ou des fractions du complément (C3d) sur les hématies du

Plus en détail

Recueil des plaquettes/plasma sur UPP (Universal Platelet Protocol) à l EFS-Alsace Dr Frédéric BIGEY Congrès de la SFH 11/12/14

Recueil des plaquettes/plasma sur UPP (Universal Platelet Protocol) à l EFS-Alsace Dr Frédéric BIGEY Congrès de la SFH 11/12/14 Recueil des plaquettes/plasma sur UPP (Universal Platelet Protocol) à l EFS-Alsace Dr Frédéric BIGEY Congrès de la SFH 11/12/14 Principe Super-surge : dernier cycle de retraitement des plaquettes prélevées

Plus en détail

Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit

Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit Régime d assurance maladies graves Chèque-vie MD de base Guide du produit Le régime en bref Admissibilité Résident du Canada Âge à l expiration : 75 ans. Capital assuré : 25 000 $, âge à la souscription

Plus en détail

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06

Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro SPLIT 06/11/06 Les dispositifs médicaux de diagnostic in vitro Directive européenne 98/79/CE du 27/10/98 relative aux DMDIV OBJECTIFS Directive dite «Nouvelle approche» - Harmonisation des réglementations nationales

Plus en détail

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE

CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche Ministère de la santé et des sports CONCOURS DE L INTERNAT EN PHARMACIE Valeurs biologiques usuelles Edition de Novembre 2009 (6 pages) Conseil

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang

Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Dossier «Maladies du sang» Mieux les connaître pour mieux comprendre les enjeux liés au don de sang Maladies du sang Objectif de ce dossier Les demandes des médias portent régulièrement sur les usages

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

Sang de cordon en France : 20 ans après la première greffe, quel état des lieux?

Sang de cordon en France : 20 ans après la première greffe, quel état des lieux? Dossier de Presse 10 avril 2008 Sang de cordon en France : 20 ans après la première greffe, quel état des lieux? Contacts Presse - EFS : Jean-Marc Ouazan - 01 55 93 96 23 - The Desk : Laurence de la Touche

Plus en détail

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Algorithme d utilisation des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) Édition Conseil du médicament www.cdm.gouv.qc.ca Coordination Anne Fortin, pharmacienne Élaboration Conseil du médicament Fédération

Plus en détail

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin

Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté. Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Transplantation hépatique à donneur vivant apparenté Olivier Scatton, Olivier Soubrane, Service de chirurgie Cochin Introduction Le prélèvement d une partie du foie chez une personne «vivante» et apparentée

Plus en détail

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires?

Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires Qu est-ce qu une greffe de rein par échange de bénéficiaires? Le Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires. Notre

Plus en détail

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire

Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Endoscopie et traitement anticoagulant ou anti-aggrégant plaquettaire Recommandations en 2007 Yann le baleur DES Introduction 1 million de patients sous aspirine 300.000 patients sous anti-vitamine K (AVK)

Plus en détail

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express

Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Votre guide des définitions des maladies graves de l Assurance maladies graves express Ce guide des définitions des

Plus en détail

Bilan d Activité du Don de Plaquettes par cytaphérèse Sur une Période d une année au Service Hématologie EHS ELCC Blida.

Bilan d Activité du Don de Plaquettes par cytaphérèse Sur une Période d une année au Service Hématologie EHS ELCC Blida. Bilan d Activité du Don de Plaquettes par cytaphérèse Sur une Période d une année au Service Hématologie EHS ELCC Blida. L.Aribi, F.Kaouane, S.Oukid, C.Boucherit, M.K.Benlabiod, Y.M.Bouchakor, M.T.Abad

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008

Les anticoagulants. PM Garcia Sam Hamati. sofomec 2008 Les anticoagulants PM Garcia Sam Hamati sofomec 2008 1 Les anticoagulants sofomec 2008 point de vue HAS AVK = 13% des hospitalisations pour accidents iatrogènes 17 000 hospitalisations / an /France pas

Plus en détail

Assurance maladie grave

Assurance maladie grave ASSURANCE COLLECTIVE Le complément idéal à votre assurance collective Assurance maladie grave Votre partenaire de confiance. Assurance maladie grave La tranquillité d esprit à votre portée Les progrès

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé UN DON DE REIN DE

Plus en détail

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule

DEPISTAGE DES AFFECTIONS INFORMATION A L INTENTION DES ELEVEURS 18 JUIN 2010. Etude DEPARBOX RENALES CHEZ LE BOXER. Préambule Préambule Les maladies rénales chroniques sont des affections courantes dans l espèce canine. Le nombre de cas d insuffisance rénale chronique (IRC) chez des chiens de race Boxer semble être croissant

Plus en détail

PUIS-JE DONNER UN REIN?

PUIS-JE DONNER UN REIN? Registre de donneurs vivants jumelés par échange de bénéficiaires PUIS-JE DONNER UN REIN? Réponses aux questions que se posent les personnes souhaitant faire un don de rein non dirigé Vous vous posez beaucoup

Plus en détail

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM

RECOMMANDATION FINALE DU CCEM RECOMMANDATION FINALE DU CCEM DABIGATRAN ETEXILATE (Pradaxa Boehringer Ingelheim [Canada] Ltée) Indication : prévention de l AVC et de l embolie systémique chez le patient atteint de fibrillation auriculaire

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md )

Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Informations sur le rivaroxaban (Xarelto md ) et l apixaban (Eliquis md ) Préambule Ce document présente plusieurs informations utiles pour les prescripteurs afin de les aider lors de l utilisation du

Plus en détail

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013?

Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Anti-agrégants, anticoagulants et Endoscopie digestive Faut-il encore modifier nos pratiques en 2013? Christian Boustière, Marseille ANGIOPAS Essai de phase II randomisé multicentrique évaluant l efficacité

Plus en détail

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES

LES BONNES PRATIQUES TRANSFUSIONNELLES Les Bonnes Pratiques Transfusionnelles République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Santé, de la Population et de la Reforme Hospitalière Agence Nationale du Sang LES BONNES PRATIQUES

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE

INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE INAUGURATION LABORATOIRE DE THERAPIE CELLULAIRE 16 FEVRIER 2012 DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Cathy Josse 03 22 66 87 83 / 06 86 30 46 57 josse.cathy@chu-amiens.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE Le 16 février

Plus en détail

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique

Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Vous connaissez une personne qui souffre d insuffisance rénale chronique Donner un rein de son vivant peut concerner chacun. Cela s appelle le don du vivant. LE REIN, un organe indispensable à la vie l

Plus en détail

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique

Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Le parcours en greffe de cellules hématopoïétiques : greffe allogénique Introduction Cette brochure vise à vous familiariser avec la greffe de cellules hématopoïétiques (GCH). Elle présente en quelques

Plus en détail

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE

RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE RIVAROXABAN ET TESTS DE BIOLOGIE MEDICALE Ce texte est une mise au point d Octobre 2012, dont le contenu sera revu en fonction de l avancement des connaissances Rédacteurs : Isabelle Gouin-Thibault 1,

Plus en détail

Module Biologie Humaine S5 Cours d Hématologie du Pr Nouzha Bouamoud TD2

Module Biologie Humaine S5 Cours d Hématologie du Pr Nouzha Bouamoud TD2 Module Biologie Humaine S5 Cours d Hématologie du Pr Nouzha Bouamoud TD2 Hémoglobinopathies Drépanocytose, Thalassémie Anomalies du nombre de cellules sanguines Augmentation du nombre de cellules Maladie

Plus en détail

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant

Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Traitement de l insuffisance rénale chronique terminale: Place de la greffe de donneur vivant Pr Maryvonne Hourmant Service de Néphrologie-Immunologie clinique. CHU de Nantes Le constat Coût du traitement

Plus en détail

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI

Hémostase. Laboratoire d Hématologie Angers. Octobre 2012 Cours IFSI Hémostase Laboratoire d Hématologie Angers Octobre 2012 Cours IFSI Introduction (2) Activation simultanée de différentes fonctions biologiques spécifiques ayant des cinétiques différentes, et se succédant

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail