Il n y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Il n y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va"

Transcription

1 CREATION D ENTREPRISE INTRODUCTION «Il n y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait où il va» disait Sénèque. Cette citation, encore d actualité, nous incite à nous intéresser à ce qui est attendu de tout créateur d entreprise : des résultats probants qui rendraient compte des efforts et de la pertinence des choix, dans un premier temps phase conceptuelle et de la finalité de tout projet création de richesse même si nous évoluons dans une conjoncture aussi serrée que celle que nous vivons, une conjoncture enfantée par une mondialisation dont les contours sont tout aussi flous qu insaisissables. Un monstre aux tentacules multiples dont l efficace, pour servir ses propres concepteurs qui profitent déjà de ses retombées, cloisonne les esprits et contraint à l immobilisme à défaut de servir de stater pour l émergence d une nouvelle dynamique, une sorte d antidote pour propulser les nations en voie de développement. Dans ces conditions, les pays comme le nôtre, doivent faire de leurs entreprises des instruments d aide au développement pour s écarter un tant soit peu de l adage qui veut que : «il n y as pas de pays sousdéveloppés, mais il y a des pays mal gérés». Des efforts collectifs et une réelle prise de conscience à tous les niveaux sont les conditions nécessaires pour s inscrire dans une perspective d évolution certaine. C est à ce titre que la libération des énergies individuelles alliée à l effort de l Etat de faire de l entrepreneuriat «un compter sur soi» semble être ce faisceau lumineux projeté devant soi et la réalisation cette capacité à pouvoir suivre graduellement cet itinéraire tracé sans trop s y écarter pour faire de l entité dont les promoteurs ont la charge, une source permanente de création de richesse. Dans ce cadre et pour agir efficacement, il y a cette attente de dégager plus de ressources qu il n en ait consommées. D ailleurs, n est-ce pas là la finalité de toute entreprise car le surplus de valeur dégagé assure la pérennité de l entité et déclenchera cette synergie collective pour une amélioration constante des résultats qui ne fera qu engendrer un mieuxêtre collectif. 1

2 Mais il est toujours difficile d allier ce désir d accomplissement aux résultats attendus sans que préalablement il y ait un certain nombre d études préalables qui rendraient compte de l évolution de la situation et surtout de la pertinence des choix. Dans le langage courant, nous traitons souvent de l efficacité et de l efficience des organisations. Rien de plus normal puisque les mêmes préoccupations animent aussi bien les pourvoyeurs de fonds (apporteurs de capitaux), que les travailleurs car l entreprise constitue une source de revenus qu ils souhaitent intarissable. Pour garantir cette pérennité et prémunir les intérêts des uns et des autres, la rigueur est le maître-mot adapté et la prise de conscience dans cette phase cruciale de notre développement un credo car ils permettent d asseoir des règles qui sont autant de leviers indispensables pour: - rendre compte de la bonne utilisation des moyens dégagés - assurer un fonctionnement continu et harmonieux de l organisation. L observation des règles de gestion n est pas seulement l apanage du premier décideur. Désormais, la gestion incombe à tous les échelons intermédiaires car l utilisation des moyens s effectue aux différents niveaux hiérarchiques. C est à ce titre qu il faille assurer un suivi permanent pour faire des rapprochements continus entre les capacités installées, les objectifs fixés et leurs réalisations. ETAPES DE CREATION Toute création d entreprise obéit à un certain nombre d étapes. Il s agit, en effet, de suivre un cheminement tout aussi logique qu obligatoire partant de l idée au projet et à l entreprise. Ce cheminement comprend plusieurs étapes dont certaines relèvent du respect des lois et règlements en vigueur. Il ne s agit point d un champ d expérimentation mais d observation d une chronologie d opérations dictée par : le souci de réussite la recherche d efficacité et de qualité une progression continue dans le processus de création. 2

3 La réalisation d un projet se fait donc selon une chronologie rigoureusement établie et planifiée car ne dit-on pas «que celui qui ne planifie pas planifie déjà sa perte». Si nous venions à circonscrire ces opérations, nous pouvons avancer que la création d entreprise se fonde sur: - le recensement d idées. Il se fait sur la base d un certain nombre d observations à travers : o la vie de tous les jours o la lecture des revues spécialisées o la tendance du marché o le milieu professionnel o les données économiques - leur filtrage sur des bases objectives liées aux données réelles et aux capacités managériales du ou des promoteurs? - Leur validation (micro sélection) en adéquation avec les exigences de la profession et de l environnement A ce niveau, le traitement des résultats d enquêtes de terrain viendra renforcer la conviction du porteur d idée de projet. Ceci ne suffit pas puisqu il est indispensable de l appuyer par : - une étude marketing qui sanctionnera l idée par rapport au marché potentiel - une étude technique ou la réponse matérielle à donner aux exigences du marché, - une étude financière pour rendre compte de la faisabilité de l opération. Elle intègre cette façon de voir évoluer les choses en évaluant les risques et la manière de les couvrir - une étude organisationnelle ou comment réussir une conception qui corresponde le mieux au bon fonctionnement des structures. A l issue des travaux, il s en suivrait tout un processus de création qui constitue d ailleurs un processus d apprentissage complet. La connaissance des règles fiscales et parafiscales, en droits et en obligations- le passage par le Centre National du Registre de Commerce éléments 3

4 constitutifs du dossier, l éligibilité à l exercice de tel ou tel corps de métier,.. indispensable à l acquisition de la qualité de commerçant. Dans cette phase, le promoteur, porteur d idée de projet, doit reposer ses choix sur un certain nombre de critères viables. Bien entendu, ces critères feront l objet d une sérieuse évaluation conduite sur la base d études énumérées ci-dessus. Toutefois et au plan marketing, deux objectifs au moins sont visés : - la recherche de l existence d un marché pour le ou les produits que nous nous proposons de réaliser - le dimensionnement du projet. Si les données du marché font état d un besoin de x quantités/jour, le module adapté sera celui qui frôle au mieux ce besoin préalablement établi et d arrêter une configuration technique adéquate. Au plan technique, la consistance est donnée par l étude marketing même si cette étude touche également aux aspects liés à l implantation des machines et aux études ergonomiques indispensables pour garantir l intégrité physique et morale des opérateurs. La disposition des machines, les couloirs de circulation et les installations en amont et en aval de l acte de production (des magasins de matières premières et d accessoires aux magasins de produits finis) sont autant d indications qui traduisent la fiabilité de l organisation. L étude financière nous renseigne, quant à elle, une fois toutes les données réunies, si le projet pourrait être porteur. Là, il s agit de savoir si: - nous pourrions récupérer l argent investi - le taux de rendement de l investissement est-il plus intéressant qu un placement en banque - le délai de récupération de l argent investi est raisonnable. Les réponses attendues sont : - un délai court - un taux de rendement élevé - une capacité d autofinancement générée par l activité acceptable. 4

5 L étude organisationnelle garantit le fonctionnement harmonieux des installations et des structures. Le recours à une ressource humaine qualifiée et compétente aux missions et rôles clairement définis favorise la réalisation des résultats et l atteinte des objectifs. Ce bref aperçu sur la création permet de rendre compte finalement qu à tous les stades, des évaluations doivent être opérées pour prémunir le (ou les) promoteur du risque d échec dont les conséquences ont des répercussions fort dommageables pouvant aller de sa fragilisation y compris au plan psychologique au dénuement total. Elles le sont également pour les différents environnements recensés aux différentes échelles : - échelle micro : o ses relations personnelles (familles, proches et amis..) qui se retrouveront dans une situation tout au moins inconfortable - échelle méso : o les administrations et les autres intervenants institutionnels auront cru aux potentialités du porteur d idée de projet. Durant le processus de création, il est encadré et quelquefois formé sans retour d investissement hélas. Des allègements sont introduits pour rendre mieux accessible le processus de création sans garantie de résultat encore une fois. La machine semble grippée parce que les perceptions diffèrent : d une part, il est exigé le respect des lois et textes en vigueur, de l autre, il est attendu des facilitations adaptées aux discours officiels faisant fi, le plus souvent, de ces mêmes lois et textes réglementaires lorsqu il s agit d annoncer les mesures prises en faveur des jeunes notamment. - échelle macro : Des retombées sont attendues des politiques initiées par les pouvoirs publics e, en matière de : o fixation d objectifs assignés aux dispositifs d incitation à l investissement o libération des énergies individuelles o politique d insertion ou de résorption graduelle du chômage. 5

6 - échelle méta o ce niveau d influence s impose y compris même aux autres environnements. Un tel degré touchant au Pouvoir, au contexte géographique, à la Culture et à la Religion, renseigne sans ambiguïté sur le rayonnement du processus de création d entreprise. Enfin, il faut noter que l entreprise, y compris dans les pays postindustrialisés, est derrière l essor prodigieux des économies. Les facilitations et les aides octroyées pour faire de l entrepreneuriat une condition sine qua none de réussite sociale. L Allemagne, le Japon et l Italie ne sont-ils pas ces pays qui ont fait de la libération des énergies individuelles leur credo et de la TPE, la PMI et PME, une source de création d emplois et de richesse. Le processus de création d entreprise peut être un processus long et fastidieux. Il peut être aussi jalonné d embûches. Mais les promoteurs ont-ils d autres choix que de persévérer dans cette voie pour leur permettre de créer leur propre emploi, de se lancer en affaires et d aller dans le sens de l accomplissement de soi parce qu ils y croient. Il faut, cependant, adapter ces environnements aux exigences d évolution et de promotion et, enfin, aux besoins du développement économique. Les expériences sont là et il ne reste qu à appliquer et bien appliquer les principes qui régissent le fonctionnement de l entreprise par la mise en place d outils adaptés dont l exploitation et l analyse aboutissent à des décisions qui sont d ordre stratégique, opérationnel et tactique. LES CARACTERISTIQUES ENTREPRENEURIALES : Nous avons évoqué plus haut que la création d entreprise obéit à des règles. Il s agit d un processus long et souvent fastidieux. C est à ce titre qu il est assimilé à un parcours du combattant. Mais, nous devons aujourd hui reconnaître les bienfaits d un tel parcours car il met en relation le promoteur et les différents intervenants institutionnels : dispositifs d incitation à l investissement, les banques, les administrations fiscales et sociales, les collectivités locales Chacune de ces institutions vient avec des exigences et chacune de ces Institutions contribue à l édifice «projet» pour en faire une entité économique, sociale, décisionnelle et aussi un système. 6

7 C est à ce titre que tout promoteur doit développer, y compris au moyen de la formation, un certain nombre de caractéristiques qui lui permettent d atteindre l objectif qu il s est assigné à savoir : - la recherche systématique de l information - la planification systématique des actions - la recherche de qualité et d efficacité - la recherche d opportunités et leur saisie - le respect des engagements - la confiance en soi - la prise d initiatives - la prise de risques mais des risques calculés - le développement d un réseau de relations - la persévérance. De ces caractéristiques dépend l harmonie qui doit exister entre - Le projet - Le promoteur - L environnement. DE L IDEE AU PROJET Entreprendre ou se lancer en affaires nécessitent au préalable l existence d idées dont le recensement se fait à travers certaines lectures, observations ou expériences. C est à ce titre qu il ne peut être traité de projet que dans la mesure où il y a existence d idées qui, une fois filtrées, lui donnent naissance. Mais est-ce suffisant d identifier une idée et d avoir cette certitude que c est la bonne. N est-ce pas là un risque? Sinon, comment peut-on s y prendre pour que cette idée soit viable? Quels sont les filtres indispensables à aider à la prise de décision de se lancer en affaires? Plusieurs hypothèses sont émises et plusieurs analyses sont effectuées pour tester et ensuite valider l idée. Ce tandem, test-validation, est indispensable pour rendre compte des exigences en la matière. La prudence est de mise et l apport d expert 7

8 externe peut se révéler d une grande nécessité. En effet, le promoteur a tout intérêt à se faire accompagner pour mieux réussir. Les bureaux spécialisés en assistance et accompagnement sont là pour éclairer à une meilleure conduite des étapes du projet. A quand l existence de business angels dans notre pays pour rendre massivement accessible la création d entreprises? Il convient de rappeler que les pays émergeants se dotent d instruments efficaces pour combattre le chômage et rendre espoir à des milliers de jeunes et moins jeunes mis à l écart alors que leur contribution peut aller au-delà des espérances. Ces pays émargent, sans complaisance, aux programmes internationaux qui les assistent dans le financement, les études, les investissements matériels et immatériels, dans la formation.. LA DEMARCHE DE CREATION L étude préalable : Objectifs : Le candidat à la création d entreprises est souvent confronté à une multitude d idées de projets. Ces idées sont examinées, sassées et ressassées continuellement. La période de réflexion et les tests aboutissent souvent au choix d une idée qui correspond le mieux aux attentes implicites et explicites découlant généralement d études ou d enquêtes menées sur le terrain. Ce travail, a un triple objectif : - expertiser la viabilité de l idée retenue - diagnostiquer les atouts et les points faibles susceptibles d être relevés - évaluer la cohérence du couple Créateur-Idée de création» 8

9 Plusieurs phases sont nécessaires à cet effet : - expertise de la viabilité de l idée : Cette phase a pour but : - de recueillir un ensemble d informations pertinentes permettant de mieux circonscrire et mieux préciser l idée - d apprécier la viabilité de cette idée - d écarter ou d éliminer les idées au risque d échec important. L idée doit être concrète et réelle. Elle doit concerner la production de biens ou de services marchands. Ces produits biens ou servicesconstituent les fondations de l édifice à créer. Production Idée Projet Prestations L idée de projet doit correspondre à un besoin du marché. C est à ce titre que, sans complaisance aucune, nous devons apporter des réponses aux questions du type : - les produits ou les services que nous nous proposons d offrir correspondent-ils à un besoin réel du marché, à une part de consommation non satisfaite? - y a-t-il une adéquation entre les caractéristiques des produits ou services et les besoins effectifs de la consommation à satisfaire? - Le projet d entreprise doit faire l objet d un certain nombre d études indispensables. Il s agit de l étude de marché, l étude technique, l étude financière et l étude organisationnelle. 9

10 Avant d aborder les aspects de création d entreprise et les différentes études, il est indispensable de développer la notion d environnement. D aspect multidimensionnel, l environnement regroupe tous les facteurs sociologiques, économiques, juridiques, techniques qui ont une incidence sur la vie du projet et par la suite de l entreprise. L ENVIRONNEMENT Après avoir présenté et testé l influence environnementale, il est utile d appréhender l environnement dans son aspect multidimensionnel puisqu il regroupe de multiples facteurs qui peuvent se classer en deux grandes catégories : - l environnement général - l environnement spécifique. L environnement général : On appelle environnement général, l ensemble des variables qui influent sur l entreprise sans que celle-ci ne puisse exercer d influence en retour. Nous distinguons : - les facteurs liés à l intervention de l état o objectifs de politique économique : stabilisation des prix, plein emploi o instruments de politique économique : politique monétaire, politique sociale. - les facteurs liés à la conjoncture économique o l inflation o stagnation o chômage - facteurs technologiques o généralisation de l informatique o difficultés de protéger les inventions o multiplication des technologies nouvelles - les facteurs socioculturels et psychologiques o les mesures sociales o le développement de l emploi féminin 10

11 o conditions de travail - facteurs légaux et réglementaires o droit des sociétés o réglementation de la durée de travail. L environnement spécifique L environnement spécifique regroupe les éléments qui influencent directement l entreprise mais sur lesquels elle peut agir en retour. Il se résume en - structure économique o organisation de la profession o barrières à l entrée - structure concurrentielle o nombre et taille des concurrents o comportement des entreprises concurrentes o lignes de produits concurrents et leurs performances respectives - structure sociale o compétences humaines nécessaires dans ce type de métier o degré de syndicalisation Bien entendu, l environnement est instable et évolutif. En effet, il y a lieu de considérer les mutations connues depuis 1980 (accentuation de la mondialisation des économies, la multiplication des échanges, l internationalisation financière et de la production.) et l émergence des nouveaux pays industrialisés (Taiwan, Singapour, la Corée du Sud..). L augmentation du volume des exportations des pays d Asie, (le Japon, la Chine, l Inde) le foisonnement des zones de libre échange (euroméditerranéenne, des pays riverains du pacifique, des pays nordaméricains.), l ouverture des frontières (libre circulation des marchandises et des hommes), l appauvrissement des pays en voie de développement sont des facteurs non négligeables dans toute approche. 11

12 Si maintenant nous nous inscrivons dans une optique locale ou régionale, il faut également prendre en compte l environnement que constituent les collectivités locales. En effet, des mesures peuvent être prises pour favoriser l installation d entreprises mesures fiscales et parafiscales incitatives ou tout simplement des mesures de protection rendant impossible toute idée d implantation dans telle out elle localité suite à des mesures de protection de l environnement. Toute création d entreprise présente des effets positifs et des effets négatifs : - effets positifs : o création d emplois o distribution de revenus o développement local ou régional (opportunités d achats et de ventes, effet d entraînement ). o Gains financiers pour les collectivités (impôts) - effets négatifs o concurrences o augmentation des prix de terrains, de location o problèmes de sécurité (fuites de produits toxiques, explosion ou accidents.. o dégradation des sites, de l environnement naturel, risque de pollution.. En tout état de cause, l installation d une ou de plusieurs entreprises dans une localité donnée les zones industrielles par exemple joue un rôle moteur dans le développement économique local ou régional car il y a un afflux important de compétences et de capitaux aux effets bénéfiques, il est vrai mais aussi avec d autres contraintes. La création d entreprise suppose l existence d un marché amont et d un marché aval. Le marché par définition est un lieu de confrontation entre offreurs et demandeurs d un même produit ou d un même service. C est ainsi que le marché «amont» est constitué de besoins en main d œuvre, matières premières, capitaux et techniques nécessaires à l activité 12

13 Et le marché «aval» est formé d entreprises qui produisent les mêmes biens et services et qui sont en concurrence directe lors de la distribution de leur production. Schématiquement nous aurons donc : Réservoir de population : c est le marché du travail Réserve d énergie et de matières premières : c est le marché de l énergie et des matières premières Réserve de capital : le marché des capitaux Réserve de savoir : marché de l innovation Autres entreprises : marché des biens de production Tous ces réservoir et réserves s orientent vers l entreprise qui à son tour produit des biens et des services qu elle met sur le marché des biens et des services à destination des consommateurs et dont le produit des ventes et des profits lui reviennent. 13

14 LES DISPOSITIFS D INCITATION A L INVESTISSEMENT Dans la première partie, un accent particulier est mis sur les caractéristiques entrepreneuriales et les différents environnements. Et pour donner la mesure à cela, l improvisation d un jeu de rôle se présenta comme une nécessité. En effet, il fallait absolument en faire une illustration et de permettre aux participants d en évaluer l impact. Les différents acteurs ont été à la hauteur de leurs tâches sauf que le promoteur a subi, passivement, l influence environnementale qui était d une telle ampleur qu il cessa l édification de son oeuvre. S il est vrai que le jeu consistait à créer une situation défavorable et contraignante, il aurait été souhaitable qu il fasse appel à quelques caractéristiques entrepreneuriales préalablement étudiée telles que : - la recherche d informations - la persévérance - la confiance en soi Mais l environnement n est pas seulement une contrainte. Il se présente aussi comme un élément fondamental pour la promotion de l entrepreneuriat à l image des dispositifs d incitation à l investissement. En effet, l ANDI, l ANSEJ, la CNAC, l ANGEM et l ADS sont des institutions d appui à la libération des énergies individuelles comme elles se destinent à la promotion de l investissement qu il soit de création, de réhabilitation, d extension, de modernisation ou de renouvellement. D accès facile, ces dispositifs renforcent les capacités productives du pays et contribuent à la résorption du chômage et à la création de richesses. Les conditions d éligibilités sont aisées et les avantages fiscaux et parafiscaux sont très attractifs. Il convient de signaler toute la nécessité qu auront les acteurs du développement (promoteurs d entreprises) à les exploiter pour leur permettre de bénéficier de certaines exonérations, exemptions et autres bonifications en matière sociale et fiscale. Deux phases sont à distinguer et les avantages qui s y rattachent aussi : 14

15 - phase investissement : les promoteurs bénéficient des avantages suivants : o taux réduits en matière de droits de douanes, o franchise de Taxe sur la valeur ajoutée sur les biens d équipements et les services, o prêt non rémunéré (ANSEJ) o bonification des taux d intérêt de 50 et 75% respectivement pour les zones normes et spécifiques, o bonification des taux d intérêt de 75 et 90 % respectivement pour les zones normes et spécifiques pour les secteurs de l agriculture, de l hydraulique ou la pêche. - phase exploitation : o exonération de l IBS, de l IRG et de la taxe sur l activité professionnelle pendant 3 à 10 ans, o exemption du droit de mutation à titre onéreux o l accompagnement bancaire dans cette conjoncture favorable d excès de liquidités, est une raison suffisante qui incite à l émargement aux différents dispositifs. La politique des pouvoirs publics est claire et la reconfiguration du tissu industriel parait une issue au marasme actuel. La privatisation, la recherche de partenariat ou la cession aux travailleurs dans le cadre des Reprises de l Entreprise par les Salariés sont à privilégier aux liquidations et fermetures d usines. L exemple le plus édifiant est le sort extrêmement désolant réservé au complexe cellulosique de Mostaganem livré à la rouille. Il faut noter, enfin, que le rétrécissement du marché de l emploi dû au seul fait du désengagement de l Etat en la matière conduit à une profonde réflexion sur son devenir. 15

16 LE PLAN D AFFAIRES OU LE BUSINESS PLAN Qu est-ce qu un plan d affaires : «Un plan d affaires est un document qui expose un projet précis à des bailleurs de fonds et qui a pour but de les persuader de participer à son financement». C est donc un document qui est élaboré pour intéresser les gens de l externe : banquiers, partenaires et probables associés. Caractéristique d un plan d affaires Le plan d affaires aura comme caractéristique principale de : «Démontrer de façon CONVAINCANTE que l entreprise pourra VENDRE assez de produits ou de services pour réaliser un PROFIT satisfaisant et ainsi être ATTRAYANTE pour des bailleurs de fonds». Bien entendu, il y a lieu de : - brosser un tableau fidèle des objectifs commerciaux - faire ressortir les points faibles et les points forts - donnez la possibilité aux prêteurs ou investisseurs de déterminer que le projet est un placement approprié ou représente un risque acceptable. A qui s adresse-t-il? Le business plan s adresse : - au banquier - aux prêteurs - à la personne à intéresser pour prendre une participation dans le projet : associé. S agissant d un document qui s adresse à l externe, il faut savoir que le plan d affaires va être analysé profondément, ce après quoi, une décision favorable ou défavorable sera prise. 16

17 Les données doivent être présentées clairement de manière à ce que celui (ou ceux qui sont chargés de l étudier) n ait pas à se poser trop de questions sur la manière utilisée pour aboutir à un résultat. Exemple : le chiffre d affaires est la résultante d un prix par la quantité Le prix unitaire comment a-t-il était déterminé? La quantité comment a-t-elle était déterminée? Il en sera de même pour tous les autres chapitres de dépenses. Pour cela, il y a lieu de fournir, en annexe, les factures proforma, les devis, les estimations recueillies Ainsi un travail clairement présenté aura cette chance: - d attirer l Attention - de susciter l Intérêt - de faire naître le Désir - d inciter à l Action Adams dans The secret of successful selling Il faut également savoir que c est un document qui s adresse à l interne, donc son exploitation ne sera pas exclue. Il servira de guide et surtout son but principal est de permettre aux gens de l interne de se donner une vision commune de leur entreprise et de son orientation générale : - les occasions d affaires à exploiter - la cible visée - les objectifs selon lesquels elle évaluera sa progression - les principales lignes de conduite de ses activités. Parallèlement à cela, il est nécessaire de se livrer à - évaluer sa position en fonction des possibilités et des contraintes propres à l entreprise : c est le diagnostic - déterminer sa raison d être : c est la mission - fixer des résultats à atteindre : les objectifs - trouver les moyens pour réaliser ces objectifs : les stratégies - élaborer un programme pour chaque genre d activité : le plan opérationnel. 17

18 ARCHITECTURE D UN PLAN D AFFAIRES La présentation s articulera autour de : - l idée - l équipe - le marché - les fonds - la loi. Une introduction sommaire de type - l idée de base ou le concept du projet - la localisation - la présentation de l équipe - l enveloppe financière nécessaire pour monter le projet - les prévisions de ventes et de profits - le montant attendu des banquiers, partenaires et associés. Ceci aidera à : pour réussir à : - cristalliser les idées capter l attention - fixer les priorités donner le goût de continuer à lire - Solidifier les fondations du plan donner un avant-goût de ce qui S en vient - fournir une conclusion recherchée fournir une idée de ce qui est attendu d eux 18

19 MODELE DE PRESENTATION SOMMAIRE Raison sociale de l entreprise Adresse.. Tél. Fax. .. But du projet :.. Les responsables (CV : nom, sexe, état civil, expérience, études, apports ) A A A Les prévisions : an 1 an2 an3 Chiffre d affaires Profits Besoins en fonds A long terme :. DA 19

20 DIAGRAMME DE GANTT Lorsque les opérations sont peu nombreuses, le diagramme de Gantt est utilisé. Il sert notamment à : - visualiser l évolution d un projet - déterminer sa durée et donc sa date de réalisation - confronter les prévisions et les réalisations - prendre des mesures correctives en cas d anomalies constatées le diagramme de Gantt permet de suivre les réalisations d une prévision. Il facilite ainsi le repérage des tâches ou opérations pour lesquelles l entreprise prend du retard. LE PERT Program evaluation Research Task ou méthode de programmation optimale Pour réaliser un PERT, il faut : - décomposer le projet en tâches élémentaires - déterminer la durée de chacune d elles - établir les antériorités c'est-à-dire repérer les tâches qui doivent absolument être réalisées pour pouvoir exécuter les taches suivantes il s agit d un outil qui permet d éviter de prendre du retard dans la mise en œuvre d un programme. D ailleurs on dit : Pour Eviter les Retards Traditionnels. Dans la méthode PERT chaque tâche est symbolisée par une flèche à droite de la lettre qui indique la tâche, on mentionne entre parenthèses la durée de celle-ci. Chaque étape ou sommet indiqué à l aide d un carré ou d un cercle représente le début ou la fin d une ou plusieurs tâches. Les étapes sont numérotées de façon logique pour tenir compte de l ordre dans lequel les tâches doivent être exécutées. On utilise Le chemin critique Les tâches critiques La date au plus tôt La date au plus tard 20

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14

b. Détermination du coût de Production------------------------------------------------14 I. INTRODUCTION ----------------------------------------------------------------------------------- 3 II. LA PAGE DE COUVERTURE ------------------------------------------------------------------ 5 III.

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Présentation. Eleven Business. La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence. Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business.

Présentation. Eleven Business. La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence. Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business. Présentation Eleven Business La Parade Niepce 104 1600 rte des milles 13090 Aix-en-Provence Tél : 06.64.92.19.83 contact@eleven-business.com www.eleven-business.com Sommaire Sommaire... 2 1. Eleven Business...

Plus en détail

Ce guide a pour objectif de faciliter le dépôt de candidature et la mise en place du dossier.

Ce guide a pour objectif de faciliter le dépôt de candidature et la mise en place du dossier. Bourse Charles Foix GUIDE DU CANDIDAT avec le soutien de Préambule Ce guide a pour objectif de faciliter le dépôt de candidature et la mise en place du dossier. Il guide la réflexion des candidats vers

Plus en détail

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

La Coordination régionale

La Coordination régionale La Coordination régionale La coordination régionale Normandie a pour mission de mutualiser certains outils afin de permettre aux plateformes d uniformiser ou d améliorer leurs pratiques. Aujourd hui, la

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Leçon 2: GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Cadre stratégique de la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: savoir faire la différence

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

PNUD. I. Information sur le poste

PNUD. I. Information sur le poste PNUD Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Direction Générale du Développement Régional Direction Générale des Ressources Humaines Termes de référence pour

Plus en détail

Services informatiques aux organisations

Services informatiques aux organisations I. APPELLATION DU DIPLÔME II. CHAMP D'ACTIVITÉ Services informatiques aux organisations Spécialité «Solutions logicielles et applications métiers» Spécialité «Solutions d infrastructure, systèmes et réseaux»

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001

LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 LA QUALITE, L ASSURANCE DE LA QUALITE ET LA CERTIFICATION ISO 9001 I/ HISTORIQUE DE LA QUALITE La qualité est un souci permanent de l homme depuis longtemps. Jusqu au XIX ème siècle, c est l ère artisanale

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne LES MATINALES DE Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne Yazid Taalba Hôtel Hilton - ALGER 3 Juin 2014 SOMMAIRE 1- Qu est ce qu est le capital investissement? 2- Qui intervient dans ce métier?

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

Le transfert de technologie

Le transfert de technologie Le transfert de technologie Walter DALLE VEDOVE Walter DALLE VEDOVE 1 Notre but est de vous familiariser avec le transfert de technologie et la négociation de contrats de transfert technologique Croissance

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER

ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER ASSEMBLEE GENERALE de PRINTEMPS Lundi 22 juin 2009 Rapport Moral du Président GAUTHIER Mesdames, Messieurs, Avant d introduire mon rapport moral, je tiens à renouveler mes remerciements à l ensemble des

Plus en détail

CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE

CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE CADRE CONCEPTUEL DE LA COMPTABILITE FINANCIERE OBJECTIFS DU CADRE CONCEPTUEL 01 - Le cadre conceptuel de la comptabilité financière constitue la structure de référence théorique qui sert de support et

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref

Ressources APIE. La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications. immatériel. Pour comprendre. En bref Ressources de l immatériel APIE Agence du patrimoine immatériel de l état La comptabilisation des actifs immatériels : enjeux et applications En bref L État est riche d un patrimoine immatériel inestimable.

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique

Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Paris, le 27 février 2012 Présentation de la Note d analyse «Renforcer l amorçage» Lundi 27 février 2012 par Vincent Chriqui, Directeur général du Centre d analyse stratégique Seul le prononcé fait foi

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/FID/2007/2 16 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS E COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009

PROMISAM - II. Formation en Suivi /Evaluation des Plans de Sécurité Alimentaire 2009 Présidence de la République Commissariat à la Sécurité Alimentaire APCAM/MSU/USAID Projet de Mobilisation des Initiatives en matière de Sécurité Alimentaire au Mali Phase II (PROMISAM - II) PROMISAM -

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

MASTER 2 PROFESSIONNEL

MASTER 2 PROFESSIONNEL UNIVERSITE DE NICE - SOPHIA ANTIPOLIS Faculté des Lettres, Arts et Sciences Humaines Département «SCIENCES DE LA COMMUNICATION» MASTER 2 PROFESSIONNEL Ingénierie de la Création Multimédia et Direction

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec

Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec 2013 Mémoire sur le projet de loi n o 36, Loi sur la Banque de développement économique du Québec Présenté à la Commission de l économie et du travail, de l Assemblée nationale du Québec Présenté le 17

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Le futur doit s ancrer dans l histoire

Le futur doit s ancrer dans l histoire Conférence de presse du 3 septembre 2013 Le texte prononcé fait foi. Le futur doit s ancrer dans l histoire Patrick Odier, Président du Conseil d administration, Association suisse des banquiers Mesdames,

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

1. QU'EST CE QUE LE TABLEAU DE BORD D UN PROJET?

1. QU'EST CE QUE LE TABLEAU DE BORD D UN PROJET? 1. QU'EST CE QUE LE TABLEAU DE BORD D UN PROJET?... 1 2. LES TABLEAUX DE BORD, OUTILS DE PILOTAGE... 2 3. LES TABLEAUX DE BORD : OUTILS DE DIALOGUE A L'INTERIEUR DE L'ORGANISATION... 3 4. LA PRESENTATION

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.»

Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet en entreprise Cadrage du Projet de Fin d Etudes «Un projet informatique.» Projet de fin d études 2 Sommaire OBJET DU DOCUMENT... 3 LES ETAPES DU PROJET... 4 ETUDE PREALABLE...5 1 L étude d opportunité...

Plus en détail

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM

Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Auditer son environnement Telecom Un des fondements du projet TEM Sommaire Introduction... 3 Les éléments internes essentiels à auditer... 4 Le dimensionnement de l infrastructure... 4 Les factures...

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Téléphone : (819) 997-5006 1 800 230-6349 (sans frais) Ligne pour les malentendants et

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

A. Secteur des services aux entreprises

A. Secteur des services aux entreprises A. Secteur des services aux entreprises 1 Services Aux Entreprises I. Diagnostic sectoriel Services Aux Entreprises 1. Contexte des entreprises Démographie des entreprises 382 417 499 286 1845 1838 1271

Plus en détail

المؤسساث المصغرة LE DISPOSITIF DE CREATION DE MICROENTREPRISES ANSEJ

المؤسساث المصغرة LE DISPOSITIF DE CREATION DE MICROENTREPRISES ANSEJ جهاز إوشاء المؤسساث المصغرة و.و.د.ث.ش LE DISPOSITIF DE CREATION DE MICROENTREPRISES ANSEJ 1 LES CONDITIONS D ELIGIBILITE 1. Être âgé entre 19 et 35 ans ( l âge du gérant peut être porté à 40 ans si le

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin

Leçon 11. les tâches de gestion du magasin CANEGE Leçon 11 les tâches de gestion du magasin Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable : d'appréhender la différence entre gestion dynamique des stocks et gestion des magasins d

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

Bulletin Focus. Démarrage d entreprise. Novembre 2013. Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes?

Bulletin Focus. Démarrage d entreprise. Novembre 2013. Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes? Démarrage d entreprise Novembre 2013 Bulletin Focus Votre plan d affaires est-il le reflet de votre vision et de vos attentes? Bien souvent considéré à tort comme une suite de chiffres plus ou moins fictifs

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients

Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Demande d informationservices d aide temporaire (SAT) Questionnaire à l intention des ministères clients Contexte Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (TPSGC) souscrit aux principes d Approvisionnement

Plus en détail

140. Modélisation des données Historisation

140. Modélisation des données Historisation Modélisation de logiciels de gestion 140. Modélisation des données Historisation 1 Préambule Dans les chapitres précédents, nous avons appris à concevoir des modèles de données relativement élaborés en

Plus en détail

LE PLAN D AFFAIRES POUR LA CREATION D UNE ENTREPRISE

LE PLAN D AFFAIRES POUR LA CREATION D UNE ENTREPRISE LE PLAN D AFFAIRES POUR LA CREATION D UNE ENTREPRISE Support de formation Objectifs pédagogiques Identifier et Comprendre les enjeux liés à la réalisation d un plan d affaires Comprendre l articulation

Plus en détail

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international H AAUUTTEESS EETTUUDEESS COMMEERRCCIIAALLEESS RRUUEE LLOUUVVRREEXX 144 44000000 LL II EEGEE Travail effectué par Gérald Bedocchi 2 er Année Licence sciences commerciales Option Management international

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

PME Finance 29 avril 2014

PME Finance 29 avril 2014 PME Finance 29 avril 2014 http://www.pmefinance.org/9587-crowdfunding-analyse-du-projet-d-ordonnance.html Crowdfunding : le projet d'ordonnance se précise Très attendu, le projet d'ordonnance de simplification

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

MANAGEMENT CREATIF : ENTREPRENEURIAT ET INNOVATION

MANAGEMENT CREATIF : ENTREPRENEURIAT ET INNOVATION MANAGEMENT CREATIF : ENTREPRENEURIAT ET INNOVATION SYLLABUS DES ENSEIGNEMENTS MASTERE MCEI 2012 / 2013 Responsable : Assistante : Gérard DROUET Zohra BA Bâtiment Le Caffarelli Bâtiment Le Bosco 2 ième

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE

DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Sept-13 DEVELOPPEMENT DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE Audit commercial Développement de réseau SERVICES Développement commercial Formation vente/négociation Formation management opérationnel Formation communication

Plus en détail

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III)

BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) BTS Management des Unités Commerciales (niveau III) Objectifs de l action de formation Acquérir les compétences professionnelles suivantes: Management de l'unité commerciale : Management de l'équipe commerciale

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY

CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC PARTIE 1 : LA STRUCTURE DU BUSINESS PLAN POUR LA GSVC SELON BERKELEY CONSTRUIRE VOTRE BUSINESS PLAN SOCIAL AU FORMAT GSVC Selon les critères de la GSVC établis par la Haas School of Business de Berkeley, à la différence d un business plan classique, un business plan social

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement

Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Innover pour un tourisme durable en Picardie Appel à projets 2012 Règlement Préambule A l horizon 2015, la Région Picardie souhaite dynamiser son offre touristique pour permettre aux acteurs régionaux

Plus en détail

Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie

Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie Dans la série «Fonds de roulement» de Deloitte Mettez votre fonds de roulement au travail! Stratégies d optimisation de la gestion de trésorerie Dans la série «Fonds de roulement» Stratégies d optimisation

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009

ISBN-13 : 978-2-922325-43-0 Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 REMERCIEMENTS AUX PARTENAIRES Cette étude a été réalisée grâce à la participation financière de la Commission des partenaires du marché du travail et du ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport.

Plus en détail

La réussite de vos projets de croissance

La réussite de vos projets de croissance La réussite de vos projets de croissance PLAN STRATÉGIQUE DE CROISSANCE (BUSINESS CASE) FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices

Plus en détail

Newsletter presse n 27

Newsletter presse n 27 Direction des Relations avec les Médias N 26/DRM/2014 Newsletter presse n 27 Nos projets Leviers de développement économique Edition électronique Mars 2014 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 27 Mars 2014

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

LE FINANCEMENT DE LA CREATION D ENTREPRISE. Sous Titre

LE FINANCEMENT DE LA CREATION D ENTREPRISE. Sous Titre LE FINANCEMENT DE LA CREATION D ENTREPRISE Sous Titre DEROULE DE L INTERVENTION 1 / L ARTICULATION DU FINANCEMENT DE LA CREATION Olivier Coustenoble 2 / LE FINANCEMENT EXTERNE Olivier Montagne Marie Daigneaux

Plus en détail

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)»

Investissements d avenir. Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Investissements d avenir Action : «Projets agricoles et agroalimentaires d avenir (P3A)» Appel à projets «Innovation et compétitivité des filières agricoles et agroalimentaires» Volet compétitif «Initiatives

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET

MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET BURKINA FASO ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE ------------- ------------------ Unité-Progrès-Justice CABINET DISCOURS DE MONSIEUR LE MINISTRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Le tourisme, un impératif national d avenir...

Le tourisme, un impératif national d avenir... Le tourisme, un impératif national d avenir... 2 Le développement du tourisme est consacré par le Schéma Directeur de l Aménagement Touristique SDAT qui vise une «mise en tourisme» de l Algérie à l horizon

Plus en détail