L équation ultime. pour la physique 35 ÉNIGMES. Existe-t-elle cette «théorie du Tout» qui expliquerait simplement l ensemble des phénomènes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L équation ultime. pour la physique 35 ÉNIGMES. Existe-t-elle cette «théorie du Tout» qui expliquerait simplement l ensemble des phénomènes"

Transcription

1 EN DEUX MOTS Depuis près d un siècle, les physiciens cherchent une théorie capable d unifier la mécanique quantique et la relativité, et révéler ainsi la nature unique s quatre forces fondamentales. La théorie s cors, souvent qualifiée «théorie ultime», est considérée aujourd hui comme la meilleure candidate. Mais s travaux récents suggèrent qu elle ne serait pas le rnier mot la physique. M A L équation ultime TI ÈRE 3 pour la physique Lisa Randall Existe-t-elle cette «théorie du Tout» qui expliquerait simplement l ensemble s phénomènes physiques? De nombreux physiciens se sont en tout cas attelés à son élaboration. À la fin du siècle rnier, le développement la théorie s cors laissait penser à certains qu ils y parviendraient rapiment. C était sans compter avec la complexité du mon. L es physiciens aiment les choses simples. Depuis près d un siècle, bon nombre d entre eux ont recherché un cadre conceptuel unique qui permettrait d expliquer simplement pourquoi notre Univers est tel qu il est, et pourquoi son contenu se comporte comme nous l observons. Cette quête, dont on ne sait si elle s achèvera un jour, a déjà permis d améliorer considérablement notre compréhension du mon, en particulier, puis quelques années, avec le développement la théorie s cors. Une quête audacieuse Existe-t-il une «théorie du Tout»? Une théorie fondée sur un petit nombre paramètres reliés entre eux par une seule équation, qui permettrait prédire l ensemble s phénomènes phy42 LA RECHERCHE OCTOBRE 2005 Nº 390 L UNIVERS SERAIT FORMÉ cors infinitésimales repliées plusieurs fois sur elles-mêmes, comme l évoque cette vue d artiste. siques connus? L idée est particulièrement audacieuse. Telle est pourtant la quête dans laquelle se sont engagés s physiciens puis près d un siècle. Compte tenu la complexité du mon, ils sont peut-être trop optimistes. Même si elle existe, on trouvera fort probablement parmi ses conséquences s phénomènes secondaires complexes, que l on ne pourra pas prévoir façon simple. De plus, en admettant que les scientifiques parviennent à faire s prédictions à

2 d une «théorie du Tout» a une certaine utilité. Elle peut d abord améliorer notre compréhension principes physiques fondamentaux. Elle pourrait aussi nous rapprocher d une théorie physique plus générale que celles dont nous disposons aujourd hui, qui décrirait une plus gran diversité phénomènes. C est déjà ce qui s est produit dans le passé. Premiers pas vers l unification CAROL ET WERNER/PHOTOTAKE USA.COM/EURELIOS La première étape vers une «théorie du Tout» consisterait à unifier les quatre forces fondamentales la physique : la gravitation, l électromagnétisme, et les ux forces nucléaires, faible et forte. La gravitation et l électromagnétisme sont bien connus : ces forces sont responsables respectivement la chute s corps et la propagation la lumière, par exemple. Les ux autres n ont été intifiées et comprises qu au XXe siècle. La force faible intervient dans les interactions nucléaires qui permettent au soleil briller. La force forte permet quant à elle la cohésion s particules élémentaires au sein s noyaux atomiques. À basse énergie*, les forces nucléaires se comportent d une manière très différente s forces électromagnétiques et gravitationnelles. À cause cela, et du fait que les forces nucléaires étaient encore inconnues il y a une centaine d années, les premières tentatives d unification ne concernèrent d abord que la gravité et l électromagnétisme. En 1919, soit cinq ans après qu Albert Einstein eut achevé sa théorie la relativité générale, qui est surtout une théorie la gravitation, le mathématicien allemand Theodor Kaluza formula une théorie particulièrement intéressante [1]. Observant que la relativité générale reste valable si l espace compte plus dimensions que les trois qui nous sont familières, Kaluza proposa l existence *Les conditions basse énergie d une quatrième dimen- sont celles qui sion spatiale (qu il ne faut règnent aujourd hui pas confondre avec le en moyenne dans temps, quatrième dimen- l Univers, sion l espace-temps). par opposition aux conditions Grâce à cette dimension haute énergie, supplémentaire, l électro- qui prévalaient juste magnétisme apparaissait après le Big Bang, au sein d une théorie qui ne contenait au et que l on tente départ que la gravitation. Les ux forces recréer dans les accélérateurs résultaient s oscillations la même particules. particule, le «graviton», censé transmettre les interactions gravitationnelles. Dans [1] T. Kaluza, la direction s trois dimensions spatiales Sitzungsberichte Preussische Akamie ordinaires, ces oscillations produisaient r Wissenschaften, 96, la gravité ; dans la direction la 69, partir l équation d une théorie ultime, celles-ci dépendraient toujours conditions initiales incertaines : comment tout a commencé (lire «À la recherche du temps zéro», p. 30). Enfin, quand bien même ils découvriraient une théorie dont la formulation paraîtrait extrêmement simple, il est fort probable qu il faudrait lui ajouter s éléments pour ajuster ses prédictions aux granurs mesurables l Univers. Malgré ces réserves, et même si elle n aboutit pas, la recherche Nº 390 OCTOBRE 2005 LA RECHERCHE 43

3 apple dimension supplémentaire, elles produisaient la force électromagnétique. Selon cette théorie, toutefois, les intensités s forces électromagnétique et gravitationnelle auraient dû être intiques. Or l expérience montre que ce n est pas le cas : ces intensités diffèrent même plusieurs ordres granur. Cela n a pas empêché Einstein suivre la piste proposée par Kaluza à la recherche d une théorie unificatrice, et développer ses propres stratégies dans les trente rnières années sa vie. En vain. La découverte s forces nucléaires marqua un tournant important dans le casse-tête l unification s forces. Les physiciens comprirent alors que la gravité était fondamentalement différente s trois autres forces. Ils se focalisèrent donc sur l unification ces rnières. Sheldon Glashow et Steven Weinberg, alors tous les ux à l université Harvard, et Abdus Salam, alors à l Imperial College Londres, firent le premier pas dans cette direction en développant indépendamment, entre 1961 et 1967, la théorie «électrofaible», qui unifie électromagnétisme et force faible. Au-là du Modèle standard Selon cette théorie, que tous les physiciens considèrent aujourd hui comme correcte, la force électromagnétique n était pas une force distincte dans l Univers primordial. Ce n est que plus tard, lorsque l Univers s est suffisamment refroidi, que cette force, transmise par une particule sans masse, le photon, s est différenciée la force faible. Ce succès attira s critiques. Ainsi, c est à cette époque que l écrivain polonais Stanislaw Lem inventa l expression «théorie du Tout» pour se moquer s théories d un savant farfelu apparaissant dans plusieurs ses romans science-fiction. Toutefois, en 1974, en suivant la même logique, Glashow et son collègue Harvard Howard Georgi proposèrent une théorie qui englobait toutes les forces non gravitationnelles [2]. Selon eux, une «gran force unifiée» s était partagée en trois peu après le Big Bang, alors que l Univers commençait à se dilater et à se refroidir. Ils démontrèrent que les équations qui décrivent les particules connues et les forces non gravitationnelles auxquelles elles sont soumises entrent dans un cadre mathématique sous-jacent unique. Il restait à traiter le problème s intensités s interactions. Pour que l unification fonctionne, les trois forces vaient avoir * La théorie quantique s champs est une formulation s fluctuations quantiques s états la matière et ses interactions, compatible avec la relativité restreinte. [2] H. Georgi et S. Glashow, Phys. Rev. Lett., 32, 438, [3] H. Georgi et al., Phys. Rev. Lett., 33, 451, [4] www-dsm.cea.fr /Dossiers/MoleSTD /page.shtml [5] P. Fayet, «La supersymétrie et l unification s interactionsfondamentale, La Recherche, mars 1988, p. 334 ; «La supersymétrie, une piste sérieuse», La Recherche, janvier 2001, p. 29. la même intensité aux énergies et températures élevées qui caractérisaient les premiers instants l Univers ; elles vaient aussi avoir s intensités différentes aux énergies et températures basses, conditions dans lesquelles les physiciens réalisent aujourd hui leurs expériences. La «théorie quantique s champs *» permettait calculer la variation l intensité d une interaction en fonction l énergie. Peu après la proposition Glashow et Georgi, ce rnier réalisa ce calcul, avec Weinberg et Helen Quinn, l université Californie, pour les trois forces non gravitationnelles [3]. Ils trouvèrent que leurs intensités variaient avec l énergie, sorte qu elles vaient avoir la même intensité pour une énergie cent mille milliards fois plus gran que celles auxquelles s expériences avaient été réalisées. Nous savons aujourd hui que ces calculs n étaient pas assez précis pour démontrer l unification. Des mesures plus précises l intensité s forces indiquent que celles-ci ne se rejoignent pas tout à fait à haute énergie. Nous savons aussi aujourd hui que s théories qui vont au-là du Modèle standard, la théorie qui décrit les particules connues ainsi que leurs interactions [4], entretiennent l espoir d une unification s forces et, partant, la découverte la «théorie du Tout». L un ces modèles, la «supersymétrie», qui associe une nouvelle particule «supersymétrique» à chaque particule du Modèle standard, est à ce titre très intéressant [fig. 1] [5]. Dans les théories supersymétriques, élaborées dans les années 1970, les contributions particules virtuelles permettent en effet aux forces non gravitationnelles s unifier à très haute énergie. Nous ne savons pas à ce jour si s particules supersymétriques existent vraiment, mais nous espérons que futures expériences permettront trancher. De façon remarquable, à l énergie très élevée à laquelle les forces non gravitationnelles semblent s unifier, même la gravité a une Fig.1 Le modèle supersymétrique Modèle standard Modèle standard supersymétrique PARTICULE : ÉQUIVALENT SUPERSYMÉTRIQUE : lepton slepton electron selectron quark squark top stop boson jauge gaugino photon photino boson w wino boson z zino gluon gluino graviton gravitino 0,12 0,08 Force nucléaire forte Force nucléaire 0,04 faible Force électromagnétique 0,12 0,08 Force nucléaire forte 0,04 Force nucléaire faible Force électromagnétique Énergie Énergie (en (en giga-électronvolt) (en (en giga-électronvolt) LA SUPERSYMÉTRIE est une extension du Modèle standard la physique s particules. Selon cette théorie, chaque particule possérait un équivalent supersymétrique très massif (tableau gauche). En postulant l existence ces «sparticules», l unification s forces fortes, faibles et électromagnétiques vient possible. Comme le montre le graphe droite, en effet, elles ont alors toutes la même intensité d interaction à très haute énergie. INFOGRAPHIE BRUNO BOURGEOIS 44 LA RECHERCHE OCTOBRE 2005 Nº 390

4 intensité comparable aux trois autres forces : cela laisse penser qu elle pourrait être unifiée avec celles-ci. Avant d y parvenir, nous vrons trouver une théorie la gravitation plus générale encore que la relativité générale. Malgré ses succès indéniables, celle-ci ne serait pas la théorie ultime la gravité, car elle ne s applique pas à s distances extrêmement courtes. En fait, à s distances l ordre la longueur Planck (10-33 centimètre), la taille l Univers immédiatement après le Big Bang la scription quantique du graviton n est plus pertinente. Pour expliquer les tout premiers instants l Univers, ou, ce qui revient au même, les phénomènes physiques à très haute énergie, nous vons donc trouver une théorie la gravitation s appliquant au-ssous l échelle Planck. Vibrations et membranes La «théorie s cors» est considérée comme la meilleure candidate pour atteindre cet objectif. En théorie s cors, la nature la matière diffère radicalement s approches traditionnelles la physique : les objets les plus élémentaires sont s boucles unidimensionnelles, ou «cors», en vibration dont la longueur est la longueur Planck [fig. 2]. Contrairement aux cors d un violon, celles-ci ne sont pas composées d atomes, eux-mêmes composés d électrons et noyaux, eux-mêmes composés quarks. En fait, c est exactement le contraire : toutes les particules connues sont produites par les vibrations ces cors. Cette théorie avance également s idées provocantes sur la nature l espace. En effet, ses prévisions n ont sens que si l espace contient plus trois dimensions. Selon les modèles considérés, il y en aurait neuf ou dix, voire davantage. Initialement, les théoriciens pensaient ne voir utiliser que s cors fondamentales, dont les différents mos vibration produisaient l ensemble s particules. Mais, puis la fin s années 1990, ils ont compris qu ils vaient prendre en compte d autres objets afin d expliquer l organisation s particules connues et leur dynamique : les «branes». Ces branes sont s sortes membranes qui s étennt dans plusieurs dimensions l espace. Elles peuvent piéger les particules et les forces qui, du coup, ne «ressentent» plus ce qu il se passe dans les autres dimensions. La théorie s cors n est pas la seule tentative d unification la mécanique quantique et la gravitation. La «gravité quantique en boucles», par exemple, qui a été inventée vers le milieu s années 1980, a la même ambition. La théorie s cors est toutefois la plus prometteuse, car elle embrasse les prévisions la relativité générale, la mécanique quantique et la physique s particules ; elle permettrait en outre d étendre la physique à s domaines distance et d énergie pour lesquels les théories concurrentes sont inadaptées. Bien qu elle ne soit pas encore assez développée pour que l on puisse tester son efficacité dans ces conditions insaisissables, elle a d ores et déjà [6] A. Strominger et C. Vafa, Phys. Rev. Lett. B, 379, 99, permis l obtention résultats qui apportent un éclairage intéressant sur s problèmes relatifs à la gravitation quantique et à la physique s particules. L un s plus grands succès la théorie s cors comme théorie la gravitation Fig.2 Des cors aux particules LE POSTULAT DE BASE la théorie s cors est que les objets les plus élémentaires l Univers ne sont pas s particules mais s cors infinitésimales, ouvertes comme un cheveu ou fermées comme un élastique. Le mo vibration ces cors conférerait les propriétés s particules que l on observe. Plus le nombre crêtes et creux s inscrivant entre les ux extrémités d une cor (schémas ci-ssus gauche à droite) est grand, plus la particule est énergétique. Andrew Strominger et Cumrun Vafa, ux théoriciens l université Harvard, ont fabriqué à l ai branes un objet correspondant à un trou noir [6]. Ils ont ensuite compté le nombre d assemblages différents permettant d obtenir le même résultat : ce nombre indique la quantité d information que peut contenir l objet. Or ils ont retrouvé cette façon un résultat obtenu dans les années 1970 par Stephen Hawking et Jacob Bekenstein, alors tous les ux à l université Cambridge, qui avaient réalisé s calculs thermodynamique sur les trous noirs. C est une preuve que la théorie s cors permet décrire au moins certaines propriétés l Univers. La nature la gravitation En 1997, Juan Maldacena, à l époque à l université Harvard, formula une idée tout aussi excitante concernant la gravitation, dont nous n avons pas encore compris toutes les conséquences. Il a démontré qu une théorie particulière la gravitation contient la même information qu une théorie qui prenait en compte les autres types forces mais pas la gravitation [7]. En d autres termes, si l on souhaite effectuer un calcul dans le cadre d une ces théories, il existe en principe un calcul correspondant dans l autre théorie qui donne la solution. En outre, sa théorie «non gravitationnelle» appliquée sur une surface particulière l espace serait complètement équivalente à sa théorie gravitationnelle dans l espace dimension plus élevée délimité par cette surface. Cette découverte semble indiquer quelque chose fondamental sur la nature même la gravitation. Là encore, la recherche d une «théorie du Tout», bien qu elle n aboutisse pas complètement, nous permet s avancées déterminantes. Un autre résultat s dix rnières années a été une meilleure compréhension s liens qui existent entre les différentes versions la théorie s cors. Au milieu s années 1990, on disposait en effet cinq variantes, chacune décrivant s interactions différentes. Grâce notamment aux travaux d Edward Witten, l Institut s étus avancées Princeton, nous savons désormais que ces cinq théories, apparem- [7] J. Maldacena, Black Holes and String Theory, APS Meeting, avril [8] E. Witten, Nucl. Phys. B, ment différentes, ont le même contenu physique [8]. Witten en a déduit 471, 135, quantique concerne les trous noirs. En 1996, l existence d une théorie plus fondamentale, qu il a baptisée apple INFOGRAPHIE BRUNO BOURGEOIS Nº 390 OCTOBRE 2005 LA RECHERCHE 45

5 D.R. - CERN.SPL/COSMOS - TERMESSOS.DE - LEEMAGE FIGURES apple «théorie M», qui rassemblerait dans un même cadre la «supergravité» à onze dimensions et les différentes expressions la théorie s cors. Ainsi, même si la théorie s cors a souvent été présentée comme la «théorie du Tout», nous vons nous rendre à l évince : ce n est pas la théorie la plus générale. Alors qu initialement les physiciens espéraient que cette théorie permettrait faire s prédictions univoques sur les propriétés l Univers, ils se sont aperçus qu il existe nombreux modèles, chacun contenant différentes forces, différentes dimensions et différentes combinaisons particules. La théorie M et les branes augmentent considérablement le nombre manières dont la théorie s cors permet décrire l existence s particules et s forces. Des dimensions enroulées Un autre exemple est l incapacité la théorie s cors à expliquer pourquoi la géométrie notre Univers est telle que nous l observons. Les théoriciens s cors ont longtemps pensé (beaucoup le pensent encore) que les dimensions supplémentaires l espace étaient compactées sur très courtes distances, et enroulées les unes sur les autres, formant une structure appelée «espace Calabi-Yau». Or, il existe a priori un très grand nombre d espaces Calabi-Yau. Avec certains d entre eux, on retrouve bien les trois familles particules élémentaires décrites par le Modèle standard, intifiées dans les expériences. Mais avec d autres, il peut y avoir plusieurs centaines familles particules élémentaires. Aucune théorie ne permet choisir un Ils ont étudié la question ALBERT EINSTEIN ( ), physicien allemand naturalisé Suisse, puis Américain, fut l un s premiers à se pencher sur le problème l unification s forces. En vain, il chercha pendant trente ans à unifier les ux forces connues à l époque : la gravité et l électromagnétisme. THEODOR KALUZA ( ), mathématicien allemand, fut le premier à proposer l existence dimensions spatiales cachées afin d unifier la gravité et l électromagnétisme. Cette idée sera reprise plusieurs dizaines d années plus tard par les théoriciens s cors. STEVEN WEINBERG (né en 1933), physicien nucléaire américain, partagea en 1979 le prix Nobel physique avec Abdus Salam et Sheldon Glashow pour la formulation la théorie électrofaible, qui unifie l électromagnétisme et la force nucléaire forte. JUAN MALDACENA (né en 1968), physicien argentin, est l un s théoriciens s cors les plus réputés. Ses travaux sur les trous noirs, notamment, ont permis à cette théorie d enregistrer l un ses plus francs succès en tant que théorie la gravitation quantique. CETTE STRUCTURE GÉOMÉTRIQUE, appelée «espace Calabi-Yau», pourrait contenir les dimensions cachées l espace prédites par la théorie s cors. espace Calabi-Yau en particulier, celui qui donnerait sa géométrie à notre Univers. En 1999, avec Raman Sundrum, l université Johns-Hopkins, nous avons trouvé une autre explication l arrangement s dimensions supplémentaires. Nous avons démontré que, si les dimensions spatiales ordinaires sont correctement courbées comme le postule la théorie la relativité d Einstein en présence d un certain type d énergie, les dimensions supplémentaires peuvent être «cachées» même si leur taille est infinie [9]. En raison la courbure l espace et du temps, la gravitation est alors localisable dans ces dimensions supplémentaires, même si, en principe, elle peut s étendre à l infini. Ces exemples montrent que nous avons encore s progrès à faire pour comprendre pourquoi les particules et les interactions déduites la théorie s cors ont les propriétés que nous observons dans notre mon. Nous comprendrons peut-être pourquoi certaines manifestations la théorie s cors prennent le pas sur les autres, mais bien que sa formulation sous-jacente soit une théorie unique, la théorie s cors, dans son état actuel développement, ne permet pas prédire toutes les caractéristiques l Univers. Pour conclure, il est sans doute trop ambitieux chercher à découvrir directement une «théorie du Tout». Les progrès viendront davantage d une compréhension plus fine s principes directeurs caractérisant une théorie fondamentale, mais aussi la recherche solutions à s problèmes moins abstraits pour lesquels on peut faire s expériences. Des avancées graduelles vraient ainsi guir les physiciens qui cherchent une manière raccorr la théorie s cors à notre mon. Si les théories que certains physiciens et moi-même avons avancées sont correctes, nous en saurons probablement plus sur les dimensions cachées l Univers une fois que le grand collisionneur hadrons du CERN, près Genève, sera opérationnel, après 2007 [10]. Des signes l existence s particules supersymétriques pourraient aussi être intifiés. J ignore si nous allons trouver un jour les réponses à toutes nos questions ou découvrir une théorie unificatrice. Je suis en revanche certaine que ces recherches continueront nous rapprocher d une meilleure compréhension s lois fondamentales la nature. Lisa Randall est professeur physique théorique à l université Harvard. Cet article a été traduit l américain par Muriel Valenta. [9] L. Randall et R. Sundrum, Phys. Rev. Lett., 83, 3370, [10] I. Antoniadis, «Les expériences ne sont plus hors portée», La Recherche, juin 2001, p. 25. POUR EN SAVOIR PLUS Daniela Wuench, The Inventor of the 5 th Dimension: Theodor Kaluza, his Work and Life, Termessos Verlag, à paraître. Carlos Calle, Supercors et autres ficelles, Dunod, Stephen Hawking, The Theory of Everything : The Origin and Fate of the Universe, New Millenium Audio, Qu est-ce que l Univers? Université tous les savoirs, dirigé par Yves Michaud, Odile Jacob, «Prouver la théorie s cors?», La Recherche, juin 2001, p. 24. A.J.HANSON/INDINIA UNIVERSITY 46 LA RECHERCHE OCTOBRE 2005 Nº 390

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand

Quelques liens entre. l'infiniment petit et l'infiniment grand Quelques liens entre l'infiniment petit et l'infiniment grand Séminaire sur «les 2» au CNPE (Centre Nucléaire de Production d'électricité) de Golfech Sophie Kerhoas-Cavata - Irfu, CEA Saclay, 91191 Gif

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

ASTROPHYSIQUE. Aurélien Barrau et Gaëlle Boudoul sont chercheurs à l Institut des sciences nucléaires de Grenoble (CNRS/université Joseph-Fourier).

ASTROPHYSIQUE. Aurélien Barrau et Gaëlle Boudoul sont chercheurs à l Institut des sciences nucléaires de Grenoble (CNRS/université Joseph-Fourier). ASTROPHYSIQUE EN DEUX MOTS Des trous noirs aussi petits que le noyau d un atome, mais aussi lourds qu une montagne pourraient avoir été créés dans les premières phases de l Univers. Dans les années soixantedix,

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200

PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 UNIVERSITÉ LIBRE DE BRUXELLES Faculté des sciences appliquées Bachelier en sciences de l ingénieur, orientation ingénieur civil Deuxième année PHYSIQUE QUANTIQUE ET STATISTIQUE PHYS-H-200 Daniel Baye revu

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie.

Chap 2 : Noyaux, masse, énergie. Physique. Partie 2 : Transformations nucléaires. Dans le chapitre précédent, nous avons étudié les réactions nucléaires spontanées (radioactivité). Dans ce nouveau chapitre, après avoir abordé le problème

Plus en détail

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES

DYNAMIQUE DE FORMATION DES ÉTOILES A 99 PHYS. II ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES, ÉCOLES NATIONALES SUPÉRIEURES DE L'AÉRONAUTIQUE ET DE L'ESPACE, DE TECHNIQUES AVANCÉES, DES TÉLÉCOMMUNICATIONS, DES MINES DE PARIS, DES MINES DE SAINT-ÉTIENNE,

Plus en détail

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité

Proposition pour une sculpture monumentale : des pierres défiant les lois de la gravité Les égyptiens ont inventés de savantes méthodes pour élever un obélisque. Allongé, le bloc de pierre est soulevé à la verticale et maintenu dans ce nouvel état d équilibre. Le but des architectes égyptiens

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

Le second nuage : questions autour de la lumière

Le second nuage : questions autour de la lumière Le second nuage : questions autour de la lumière Quelle vitesse? infinie ou pas? cf débats autour de la réfraction (Newton : la lumière va + vite dans l eau) mesures astronomiques (Rœmer, Bradley) : grande

Plus en détail

Lois de probabilité à densité Loi normale

Lois de probabilité à densité Loi normale DERNIÈRE IMPRESSIN LE 31 mars 2015 à 14:11 Lois de probabilité à densité Loi normale Table des matières 1 Lois à densité 2 1.1 Introduction................................ 2 1.2 Densité de probabilité

Plus en détail

Induction électromagnétique

Induction électromagnétique Induction électromagnétique Sommaire I) Théorie de l induction électromagnétique..2 A. Introduction 2 B. Notion de force électromotrice 3 C. Loi de Faraday..5 D. Quelques applications.7 Spire circulaire

Plus en détail

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL?

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Document professeur Niveau : Seconde LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Compétences mises en œuvre : S approprier : extraire l information utile. Communiquer. Principe de l activité : La question posée à la classe

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

MOND avec ou sans matière noire

MOND avec ou sans matière noire MOND avec ou sans matière noire Luc Blanchet Institut d Astrophysique de Paris, GRECO, 98 bis boulevard Arago, 75014 Paris, France Françoise Combes Observatoire de Paris, LERMA, 61 avenue de l Observatoire,

Plus en détail

La Relativité Générale et ses Applications

La Relativité Générale et ses Applications Relativité Générale et Applications Mai 2011 Cité de l Espace, Toulouse La Relativité Générale et ses Applications M2R Cosmos, Champs et Particules - Montpellier Commissariat à l Energie Atomique CEA -

Plus en détail

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8

L expérience de Stern et Gerlach. ~ k3. Chapitre 8 L expérience de Stern et Gerlach ~ k3 Chapitre 8 Quiz de bienvenue Si vous avez changé de canal, tapez: [Ch]-[4]-[1]-[Ch] ou [Go]-[4]-[1]-[Go] On considère un aimant placé dans un champ magnétique homogène.

Plus en détail

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler

TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler TP 03 B : Mesure d une vitesse par effet Doppler Compétences exigibles : - Mettre en œuvre une démarche expérimentale pour mesurer une vitesse en utilisant l effet Doppler. - Exploiter l expression du

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

TD 9 Problème à deux corps

TD 9 Problème à deux corps PH1ME2-C Université Paris 7 - Denis Diderot 2012-2013 TD 9 Problème à deux corps 1. Systèmes de deux particules : centre de masse et particule relative. Application à l étude des étoiles doubles Une étoile

Plus en détail

Transformations nucléaires

Transformations nucléaires I Introduction Activité p286 du livre Transformations nucléaires II Les transformations nucléaires II.a Définition La désintégration radioactive d un noyau est une transformation nucléaire particulière

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

première S 1S7 Géothermie

première S 1S7 Géothermie FICHE 1 Fiche à destination des enseignants Type d'activité Activité documentaire Notions et contenus du programme de première S Radioactivité naturelle et artificielle. Activité. Lois de conservation

Plus en détail

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité

Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité Ondes gravitationnelles de basses fréquences et relativité numérique Jérôme Novak LUTH : Laboratoire de l Univers et de ses THéories CNRS / Université Paris 7 / Observatoire de Paris F-92195 Meudon Cedex,

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice 1 5 points 1. Réponse d. : 1 e Le coefficient directeur de la tangente est négatif et n est manifestement pas 2e

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique II : Cours d introduction à l informatique et à la programmation objet. Complexité d un problème (2)

Objectifs du cours d aujourd hui. Informatique II : Cours d introduction à l informatique et à la programmation objet. Complexité d un problème (2) Objectifs du cours d aujourd hui Informatique II : Cours d introduction à l informatique et à la programmation objet Complexité des problèmes Introduire la notion de complexité d un problème Présenter

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

La physique nucléaire et ses applications

La physique nucléaire et ses applications La physique nucléaire et ses applications I. Rappels et compléments sur les noyaux. Sa constitution La représentation symbolique d'un noyau est, dans laquelle : o X est le symbole du noyau et par extension

Plus en détail

PLAN. Aspects théoriques : le modèle standard et le boson de Higgs Le LHC et ATLAS. Mise en service du détecteur à pixels

PLAN. Aspects théoriques : le modèle standard et le boson de Higgs Le LHC et ATLAS. Mise en service du détecteur à pixels Mise en service du détecteur à pixels pour la recherche d un boson de Higgs léger avec l expérience ATLAS au LHC Cécile Lapoire Dirigée par A.Rozanov et L.Vacavant Séminaire des doctorants de 1 ère année

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Une calculatrice, une règle et du papier quadrillé sont nécessaires au bon fonctionnement

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS ANNEE 2009/2010 Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section : i-prépa Audioprothésiste (annuel) - MATHEMATIQUES 8 : EQUATIONS DIFFERENTIELLES - COURS + ENONCE EXERCICE - Olivier

Plus en détail

Les mathématiques du XXe siècle

Les mathématiques du XXe siècle Itinéraire de visite Les mathématiques du XXe siècle Tous publics de culture scientifique et technique à partir des classes de 1ères Temps de visite : 1 heure 30 Cet itinéraire de visite dans l exposition

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Les clients puissance cube

Les clients puissance cube LETTRE CONVERGENCE Les clients puissance cube L intelligence artificielle au service du marketing des services N 28 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet de conseil

Plus en détail

L humain et ses données, le «quantified self»

L humain et ses données, le «quantified self» Chapitre 1 L humain et ses données, le «quantified self» L explosion de la quantité des données disponibles et le perfectionnement de nos capacités d analyse bouleversent les rapports que l Homme entretient

Plus en détail

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil.

A) Les réactions de fusion nucléaire dans les étoiles comme le Soleil. INTRODUCTION : Un enfant qui naît aujourd hui verra s éteindre une part importante de nos ressources énergétiques naturelles. Aujourd hui 87% de notre énergie provient de ressources non renouvelables (Charbon,

Plus en détail

Principe et fonctionnement des bombes atomiques

Principe et fonctionnement des bombes atomiques Principe et fonctionnement des bombes atomiques Ouvrage collectif Aurélien Croc Fabien Salicis Loïc Bleibel http ://www.groupe-apc.fr.fm/sciences/bombe_atomique/ Avril 2001 Table des matières Introduction

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques

Physique Chimie. Utiliser les langages scientifiques à l écrit et à l oral pour interpréter les formules chimiques C est Niveau la représentation 4 ème 2. Document du professeur 1/6 Physique Chimie LES ATOMES POUR COMPRENDRE LA TRANSFORMATION CHIMIQUE Programme Cette séance expérimentale illustre la partie de programme

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

Exposition : Experts en la matière - Regards sur le Cern Web-documentaire : Expérience CERN 360

Exposition : Experts en la matière - Regards sur le Cern Web-documentaire : Expérience CERN 360 Exposition : Experts en la matière - Regards sur le Cern Web-documentaire : Expérience CERN 360 Une exposition et un site web proposés par le CNRS et le CEA pour les 60 ans du Cern En 2014, le Cern (Organisation

Plus en détail

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie.

enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. 4.0 Contrôles /4 4 e enquête pour les fautes sur le fond, ce qui est graves pour une encyclopédie. RPPEL de 0. Wikipédia 2/2 Dans le chapitre : XX e siècle : ( 4.0 mythe paroxysme ) sous la photo d un

Plus en détail

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique

Synthèse SYNTHESE - 1 - DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT. Service du climat et de l efficacité énergétique DIRECTION GENERALE DE L ENERGIE ET DU CLIMAT Service du climat et de l efficacité énergétique Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique Synthèse SYNTHESE Prise en compte de l'élévation

Plus en détail

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre?

Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment dit-on qu'une étoile est plus vieille qu'une autre ou plus jeune qu'une autre? Comment peut-on donner un âge à l'univers? Dans l'univers, il y a beaucoup de choses : des étoiles, comme le Soleil...

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 17 ititut national Mars 2012 n s hautes étus la sécurité la justice Directeur la publication : André-Michel ventre, Directeur l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef

Plus en détail

De l idée au produit acheté

De l idée au produit acheté De l idée au produit acheté les ressorts d une démarche de vente orientée clients : le «full house marketing concept» Parce que le produit acheté n est pas celui qui est vendu......les hommes de marketing

Plus en détail

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012

Présentation du programme. de physique-chimie. de Terminale S. applicable en septembre 2012 Présentation du programme de physique-chimie de Terminale S applicable en septembre 2012 Nicolas Coppens nicolas.coppens@iufm.unistra.fr Comme en Seconde et en Première, le programme mélange la physique

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle

L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle Kaouthar Messaoudi L Évolution de la théorie d élasticité au XIX e siècle Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions

Plus en détail

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2

Lycée Galilée Gennevilliers. chap. 6. JALLU Laurent. I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 Lycée Galilée Gennevilliers L'énergie nucléaire : fusion et fission chap. 6 JALLU Laurent I. Introduction... 2 La source d énergie nucléaire... 2 II. Équivalence masse-énergie... 3 Bilan de masse de la

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre)

Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) Chapitre 10 : Radioactivité et réactions nucléaires (chapitre 11 du livre) 1. A la découverte de la radioactivité. Un noyau père radioactif est un noyau INSTABLE. Il se transforme en un noyau fils STABLE

Plus en détail

TP oscilloscope et GBF

TP oscilloscope et GBF TP oscilloscope et GBF Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : ce travail a pour buts de manipuler l oscilloscope et le GBF. A l issu de celui-ci, toutes les fonctions essentielles

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

La correction de la myopie grâce au laser

La correction de la myopie grâce au laser La correction de la myopie grâce au laser Au fil du temps, les gens atteints de myopie en ont assez de devoir porter des lunettes ou des lentilles cornéennes qui les empêchent de profiter de leurs activités

Plus en détail

L effet Tunnel. Microscopie à effet tunnel. Approche documentaire. http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/effet_tunnel_ Radioactivite_Alpha.

L effet Tunnel. Microscopie à effet tunnel. Approche documentaire. http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/effet_tunnel_ Radioactivite_Alpha. L effet Tunnel L effet tunnel désigne la propriété que possède un objet quantique de franchir une barrière de potentiel même si son énergie est inférieure à l énergie minimale requise pour franchir cette

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009

ÉJECTEURS. CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS CanmetÉNERGIE Juillet 2009 ÉJECTEURS 1 ÉJECTEURS INTRODUCTION Les éjecteurs sont activés par la chaleur perdue ou la chaleur provenant de sources renouvelables. Ils sont actionnés directement

Plus en détail

a) Quelle est la durée du voyage selon Ginette? b) Quelle est la durée du voyage selon Tony? Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre.

a) Quelle est la durée du voyage selon Ginette? b) Quelle est la durée du voyage selon Tony? Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. Ginette reste sur Terre pendant que Tony va vers une étoile située à 4,6 années-lumière de la Terre. La vitesse du vaisseau de Tony est de 8% de la vitesse de la lumière. www.how-to-draw-cartoons-online.com/cartoon-earth.html

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck

Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck Le pâle écho lumineux du Big Bang vu par le satellite Planck Alain Riazuelo Institut d astrophysique de Paris riazuelo AT iap.fr Gap, 21 août 2014 Préc. Suiv. FS Fin Plan 1. Introduction (rapide!) à la

Plus en détail

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré.

LA FORCE CENTRIFUGE. En effet, cette force tend à expulser les voitures en dehors d un virage serré. LA ORCE CENTRIUGE Introduction La force centrifuge est assez connue du public, elle fait d ailleurs l objet d une question pouvant être posée pour l obtention du permis de conduire. En effet, cette force

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement

Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Politique et Standards Santé, Sécurité et Environnement Depuis la création de Syngenta en 2000, nous avons accordé la plus haute importance à la santé, à la sécurité et à l environnement (SSE) ainsi qu

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale"

Stage : Développer les compétences de la 5ème à la Terminale Stage : "Développer les compétences de la 5ème à la Terminale" Session 2014-2015 Documents produits pendant le stage, les 06 et 07 novembre 2014 à FLERS Adapté par Christian AYMA et Vanessa YEQUEL d après

Plus en détail

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix?

REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? REER, CELI ou prêt hypothécaire : comment faire le bon choix? Jamie Golombek L épargne est une pratique importante. Elle nous permet de mettre de côté une partie de nos revenus actuels afin d en profiter

Plus en détail

Chapitre 1 Cinématique du point matériel

Chapitre 1 Cinématique du point matériel Chapitre 1 Cinématique du point matériel 7 1.1. Introduction 1.1.1. Domaine d étude Le programme de mécanique de math sup se limite à l étude de la mécanique classique. Sont exclus : la relativité et la

Plus en détail

Fluorescent ou phosphorescent?

Fluorescent ou phosphorescent? Fluorescent ou phosphorescent? On entend régulièrement ces deux termes, et on ne se préoccupe pas souvent de la différence entre les deux. Cela nous semble tellement complexe que nous préférons rester

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme

Faire parvenir les documents suivants à l agent de soutien du programme Reconnaissances des acquis Crédits d équivalence et exemptions Prendre note : Il n y a aucun frais associés au processus d évaluation du dossier Tous les participants au programme doivent obtenir des crédits

Plus en détail

Aucune frontière entre. Jean-Louis Aimar

Aucune frontière entre. Jean-Louis Aimar Jean-Louis Aimar Aucune frontière entre la Vie et la Mort 2 2 «Deux systèmes qui se retrouvent dans un état quantique ne forment plus qu un seul système.» 2 3 42 Le chat de Schrödinger L expérience du

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

Où est passée l antimatière?

Où est passée l antimatière? Où est passée l antimatière? CNRS-IN2P3 et CEA-DSM-DAPNIA - T1 Lors du big-bang, à partir de l énergie disponible, il se crée autant de matière que d antimatière. Alors, où est passée l antimatière? Existe-t-il

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août

La vie des étoiles. La vie des étoiles. Mardi 7 août La vie des étoiles La vie des étoiles Mardi 7 août A l échelle d une ou plusieurs vies humaines, les étoiles, que l on retrouve toujours à la même place dans le ciel, au fil des saisons ; nous paraissent

Plus en détail

Cryptologie et physique quantique : Espoirs et menaces. Objectifs 2. distribué sous licence creative common détails sur www.matthieuamiguet.

Cryptologie et physique quantique : Espoirs et menaces. Objectifs 2. distribué sous licence creative common détails sur www.matthieuamiguet. : Espoirs et menaces Matthieu Amiguet 2005 2006 Objectifs 2 Obtenir une compréhension de base des principes régissant le calcul quantique et la cryptographie quantique Comprendre les implications sur la

Plus en détail