L équation ultime. pour la physique 35 ÉNIGMES. Existe-t-elle cette «théorie du Tout» qui expliquerait simplement l ensemble des phénomènes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L équation ultime. pour la physique 35 ÉNIGMES. Existe-t-elle cette «théorie du Tout» qui expliquerait simplement l ensemble des phénomènes"

Transcription

1 EN DEUX MOTS Depuis près d un siècle, les physiciens cherchent une théorie capable d unifier la mécanique quantique et la relativité, et révéler ainsi la nature unique s quatre forces fondamentales. La théorie s cors, souvent qualifiée «théorie ultime», est considérée aujourd hui comme la meilleure candidate. Mais s travaux récents suggèrent qu elle ne serait pas le rnier mot la physique. M A L équation ultime TI ÈRE 3 pour la physique Lisa Randall Existe-t-elle cette «théorie du Tout» qui expliquerait simplement l ensemble s phénomènes physiques? De nombreux physiciens se sont en tout cas attelés à son élaboration. À la fin du siècle rnier, le développement la théorie s cors laissait penser à certains qu ils y parviendraient rapiment. C était sans compter avec la complexité du mon. L es physiciens aiment les choses simples. Depuis près d un siècle, bon nombre d entre eux ont recherché un cadre conceptuel unique qui permettrait d expliquer simplement pourquoi notre Univers est tel qu il est, et pourquoi son contenu se comporte comme nous l observons. Cette quête, dont on ne sait si elle s achèvera un jour, a déjà permis d améliorer considérablement notre compréhension du mon, en particulier, puis quelques années, avec le développement la théorie s cors. Une quête audacieuse Existe-t-il une «théorie du Tout»? Une théorie fondée sur un petit nombre paramètres reliés entre eux par une seule équation, qui permettrait prédire l ensemble s phénomènes phy42 LA RECHERCHE OCTOBRE 2005 Nº 390 L UNIVERS SERAIT FORMÉ cors infinitésimales repliées plusieurs fois sur elles-mêmes, comme l évoque cette vue d artiste. siques connus? L idée est particulièrement audacieuse. Telle est pourtant la quête dans laquelle se sont engagés s physiciens puis près d un siècle. Compte tenu la complexité du mon, ils sont peut-être trop optimistes. Même si elle existe, on trouvera fort probablement parmi ses conséquences s phénomènes secondaires complexes, que l on ne pourra pas prévoir façon simple. De plus, en admettant que les scientifiques parviennent à faire s prédictions à

2 d une «théorie du Tout» a une certaine utilité. Elle peut d abord améliorer notre compréhension principes physiques fondamentaux. Elle pourrait aussi nous rapprocher d une théorie physique plus générale que celles dont nous disposons aujourd hui, qui décrirait une plus gran diversité phénomènes. C est déjà ce qui s est produit dans le passé. Premiers pas vers l unification CAROL ET WERNER/PHOTOTAKE USA.COM/EURELIOS La première étape vers une «théorie du Tout» consisterait à unifier les quatre forces fondamentales la physique : la gravitation, l électromagnétisme, et les ux forces nucléaires, faible et forte. La gravitation et l électromagnétisme sont bien connus : ces forces sont responsables respectivement la chute s corps et la propagation la lumière, par exemple. Les ux autres n ont été intifiées et comprises qu au XXe siècle. La force faible intervient dans les interactions nucléaires qui permettent au soleil briller. La force forte permet quant à elle la cohésion s particules élémentaires au sein s noyaux atomiques. À basse énergie*, les forces nucléaires se comportent d une manière très différente s forces électromagnétiques et gravitationnelles. À cause cela, et du fait que les forces nucléaires étaient encore inconnues il y a une centaine d années, les premières tentatives d unification ne concernèrent d abord que la gravité et l électromagnétisme. En 1919, soit cinq ans après qu Albert Einstein eut achevé sa théorie la relativité générale, qui est surtout une théorie la gravitation, le mathématicien allemand Theodor Kaluza formula une théorie particulièrement intéressante [1]. Observant que la relativité générale reste valable si l espace compte plus dimensions que les trois qui nous sont familières, Kaluza proposa l existence *Les conditions basse énergie d une quatrième dimen- sont celles qui sion spatiale (qu il ne faut règnent aujourd hui pas confondre avec le en moyenne dans temps, quatrième dimen- l Univers, sion l espace-temps). par opposition aux conditions Grâce à cette dimension haute énergie, supplémentaire, l électro- qui prévalaient juste magnétisme apparaissait après le Big Bang, au sein d une théorie qui ne contenait au et que l on tente départ que la gravitation. Les ux forces recréer dans les accélérateurs résultaient s oscillations la même particules. particule, le «graviton», censé transmettre les interactions gravitationnelles. Dans [1] T. Kaluza, la direction s trois dimensions spatiales Sitzungsberichte Preussische Akamie ordinaires, ces oscillations produisaient r Wissenschaften, 96, la gravité ; dans la direction la 69, partir l équation d une théorie ultime, celles-ci dépendraient toujours conditions initiales incertaines : comment tout a commencé (lire «À la recherche du temps zéro», p. 30). Enfin, quand bien même ils découvriraient une théorie dont la formulation paraîtrait extrêmement simple, il est fort probable qu il faudrait lui ajouter s éléments pour ajuster ses prédictions aux granurs mesurables l Univers. Malgré ces réserves, et même si elle n aboutit pas, la recherche Nº 390 OCTOBRE 2005 LA RECHERCHE 43

3 apple dimension supplémentaire, elles produisaient la force électromagnétique. Selon cette théorie, toutefois, les intensités s forces électromagnétique et gravitationnelle auraient dû être intiques. Or l expérience montre que ce n est pas le cas : ces intensités diffèrent même plusieurs ordres granur. Cela n a pas empêché Einstein suivre la piste proposée par Kaluza à la recherche d une théorie unificatrice, et développer ses propres stratégies dans les trente rnières années sa vie. En vain. La découverte s forces nucléaires marqua un tournant important dans le casse-tête l unification s forces. Les physiciens comprirent alors que la gravité était fondamentalement différente s trois autres forces. Ils se focalisèrent donc sur l unification ces rnières. Sheldon Glashow et Steven Weinberg, alors tous les ux à l université Harvard, et Abdus Salam, alors à l Imperial College Londres, firent le premier pas dans cette direction en développant indépendamment, entre 1961 et 1967, la théorie «électrofaible», qui unifie électromagnétisme et force faible. Au-là du Modèle standard Selon cette théorie, que tous les physiciens considèrent aujourd hui comme correcte, la force électromagnétique n était pas une force distincte dans l Univers primordial. Ce n est que plus tard, lorsque l Univers s est suffisamment refroidi, que cette force, transmise par une particule sans masse, le photon, s est différenciée la force faible. Ce succès attira s critiques. Ainsi, c est à cette époque que l écrivain polonais Stanislaw Lem inventa l expression «théorie du Tout» pour se moquer s théories d un savant farfelu apparaissant dans plusieurs ses romans science-fiction. Toutefois, en 1974, en suivant la même logique, Glashow et son collègue Harvard Howard Georgi proposèrent une théorie qui englobait toutes les forces non gravitationnelles [2]. Selon eux, une «gran force unifiée» s était partagée en trois peu après le Big Bang, alors que l Univers commençait à se dilater et à se refroidir. Ils démontrèrent que les équations qui décrivent les particules connues et les forces non gravitationnelles auxquelles elles sont soumises entrent dans un cadre mathématique sous-jacent unique. Il restait à traiter le problème s intensités s interactions. Pour que l unification fonctionne, les trois forces vaient avoir * La théorie quantique s champs est une formulation s fluctuations quantiques s états la matière et ses interactions, compatible avec la relativité restreinte. [2] H. Georgi et S. Glashow, Phys. Rev. Lett., 32, 438, [3] H. Georgi et al., Phys. Rev. Lett., 33, 451, [4] www-dsm.cea.fr /Dossiers/MoleSTD /page.shtml [5] P. Fayet, «La supersymétrie et l unification s interactionsfondamentale, La Recherche, mars 1988, p. 334 ; «La supersymétrie, une piste sérieuse», La Recherche, janvier 2001, p. 29. la même intensité aux énergies et températures élevées qui caractérisaient les premiers instants l Univers ; elles vaient aussi avoir s intensités différentes aux énergies et températures basses, conditions dans lesquelles les physiciens réalisent aujourd hui leurs expériences. La «théorie quantique s champs *» permettait calculer la variation l intensité d une interaction en fonction l énergie. Peu après la proposition Glashow et Georgi, ce rnier réalisa ce calcul, avec Weinberg et Helen Quinn, l université Californie, pour les trois forces non gravitationnelles [3]. Ils trouvèrent que leurs intensités variaient avec l énergie, sorte qu elles vaient avoir la même intensité pour une énergie cent mille milliards fois plus gran que celles auxquelles s expériences avaient été réalisées. Nous savons aujourd hui que ces calculs n étaient pas assez précis pour démontrer l unification. Des mesures plus précises l intensité s forces indiquent que celles-ci ne se rejoignent pas tout à fait à haute énergie. Nous savons aussi aujourd hui que s théories qui vont au-là du Modèle standard, la théorie qui décrit les particules connues ainsi que leurs interactions [4], entretiennent l espoir d une unification s forces et, partant, la découverte la «théorie du Tout». L un ces modèles, la «supersymétrie», qui associe une nouvelle particule «supersymétrique» à chaque particule du Modèle standard, est à ce titre très intéressant [fig. 1] [5]. Dans les théories supersymétriques, élaborées dans les années 1970, les contributions particules virtuelles permettent en effet aux forces non gravitationnelles s unifier à très haute énergie. Nous ne savons pas à ce jour si s particules supersymétriques existent vraiment, mais nous espérons que futures expériences permettront trancher. De façon remarquable, à l énergie très élevée à laquelle les forces non gravitationnelles semblent s unifier, même la gravité a une Fig.1 Le modèle supersymétrique Modèle standard Modèle standard supersymétrique PARTICULE : ÉQUIVALENT SUPERSYMÉTRIQUE : lepton slepton electron selectron quark squark top stop boson jauge gaugino photon photino boson w wino boson z zino gluon gluino graviton gravitino 0,12 0,08 Force nucléaire forte Force nucléaire 0,04 faible Force électromagnétique 0,12 0,08 Force nucléaire forte 0,04 Force nucléaire faible Force électromagnétique Énergie Énergie (en (en giga-électronvolt) (en (en giga-électronvolt) LA SUPERSYMÉTRIE est une extension du Modèle standard la physique s particules. Selon cette théorie, chaque particule possérait un équivalent supersymétrique très massif (tableau gauche). En postulant l existence ces «sparticules», l unification s forces fortes, faibles et électromagnétiques vient possible. Comme le montre le graphe droite, en effet, elles ont alors toutes la même intensité d interaction à très haute énergie. INFOGRAPHIE BRUNO BOURGEOIS 44 LA RECHERCHE OCTOBRE 2005 Nº 390

4 intensité comparable aux trois autres forces : cela laisse penser qu elle pourrait être unifiée avec celles-ci. Avant d y parvenir, nous vrons trouver une théorie la gravitation plus générale encore que la relativité générale. Malgré ses succès indéniables, celle-ci ne serait pas la théorie ultime la gravité, car elle ne s applique pas à s distances extrêmement courtes. En fait, à s distances l ordre la longueur Planck (10-33 centimètre), la taille l Univers immédiatement après le Big Bang la scription quantique du graviton n est plus pertinente. Pour expliquer les tout premiers instants l Univers, ou, ce qui revient au même, les phénomènes physiques à très haute énergie, nous vons donc trouver une théorie la gravitation s appliquant au-ssous l échelle Planck. Vibrations et membranes La «théorie s cors» est considérée comme la meilleure candidate pour atteindre cet objectif. En théorie s cors, la nature la matière diffère radicalement s approches traditionnelles la physique : les objets les plus élémentaires sont s boucles unidimensionnelles, ou «cors», en vibration dont la longueur est la longueur Planck [fig. 2]. Contrairement aux cors d un violon, celles-ci ne sont pas composées d atomes, eux-mêmes composés d électrons et noyaux, eux-mêmes composés quarks. En fait, c est exactement le contraire : toutes les particules connues sont produites par les vibrations ces cors. Cette théorie avance également s idées provocantes sur la nature l espace. En effet, ses prévisions n ont sens que si l espace contient plus trois dimensions. Selon les modèles considérés, il y en aurait neuf ou dix, voire davantage. Initialement, les théoriciens pensaient ne voir utiliser que s cors fondamentales, dont les différents mos vibration produisaient l ensemble s particules. Mais, puis la fin s années 1990, ils ont compris qu ils vaient prendre en compte d autres objets afin d expliquer l organisation s particules connues et leur dynamique : les «branes». Ces branes sont s sortes membranes qui s étennt dans plusieurs dimensions l espace. Elles peuvent piéger les particules et les forces qui, du coup, ne «ressentent» plus ce qu il se passe dans les autres dimensions. La théorie s cors n est pas la seule tentative d unification la mécanique quantique et la gravitation. La «gravité quantique en boucles», par exemple, qui a été inventée vers le milieu s années 1980, a la même ambition. La théorie s cors est toutefois la plus prometteuse, car elle embrasse les prévisions la relativité générale, la mécanique quantique et la physique s particules ; elle permettrait en outre d étendre la physique à s domaines distance et d énergie pour lesquels les théories concurrentes sont inadaptées. Bien qu elle ne soit pas encore assez développée pour que l on puisse tester son efficacité dans ces conditions insaisissables, elle a d ores et déjà [6] A. Strominger et C. Vafa, Phys. Rev. Lett. B, 379, 99, permis l obtention résultats qui apportent un éclairage intéressant sur s problèmes relatifs à la gravitation quantique et à la physique s particules. L un s plus grands succès la théorie s cors comme théorie la gravitation Fig.2 Des cors aux particules LE POSTULAT DE BASE la théorie s cors est que les objets les plus élémentaires l Univers ne sont pas s particules mais s cors infinitésimales, ouvertes comme un cheveu ou fermées comme un élastique. Le mo vibration ces cors conférerait les propriétés s particules que l on observe. Plus le nombre crêtes et creux s inscrivant entre les ux extrémités d une cor (schémas ci-ssus gauche à droite) est grand, plus la particule est énergétique. Andrew Strominger et Cumrun Vafa, ux théoriciens l université Harvard, ont fabriqué à l ai branes un objet correspondant à un trou noir [6]. Ils ont ensuite compté le nombre d assemblages différents permettant d obtenir le même résultat : ce nombre indique la quantité d information que peut contenir l objet. Or ils ont retrouvé cette façon un résultat obtenu dans les années 1970 par Stephen Hawking et Jacob Bekenstein, alors tous les ux à l université Cambridge, qui avaient réalisé s calculs thermodynamique sur les trous noirs. C est une preuve que la théorie s cors permet décrire au moins certaines propriétés l Univers. La nature la gravitation En 1997, Juan Maldacena, à l époque à l université Harvard, formula une idée tout aussi excitante concernant la gravitation, dont nous n avons pas encore compris toutes les conséquences. Il a démontré qu une théorie particulière la gravitation contient la même information qu une théorie qui prenait en compte les autres types forces mais pas la gravitation [7]. En d autres termes, si l on souhaite effectuer un calcul dans le cadre d une ces théories, il existe en principe un calcul correspondant dans l autre théorie qui donne la solution. En outre, sa théorie «non gravitationnelle» appliquée sur une surface particulière l espace serait complètement équivalente à sa théorie gravitationnelle dans l espace dimension plus élevée délimité par cette surface. Cette découverte semble indiquer quelque chose fondamental sur la nature même la gravitation. Là encore, la recherche d une «théorie du Tout», bien qu elle n aboutisse pas complètement, nous permet s avancées déterminantes. Un autre résultat s dix rnières années a été une meilleure compréhension s liens qui existent entre les différentes versions la théorie s cors. Au milieu s années 1990, on disposait en effet cinq variantes, chacune décrivant s interactions différentes. Grâce notamment aux travaux d Edward Witten, l Institut s étus avancées Princeton, nous savons désormais que ces cinq théories, apparem- [7] J. Maldacena, Black Holes and String Theory, APS Meeting, avril [8] E. Witten, Nucl. Phys. B, ment différentes, ont le même contenu physique [8]. Witten en a déduit 471, 135, quantique concerne les trous noirs. En 1996, l existence d une théorie plus fondamentale, qu il a baptisée apple INFOGRAPHIE BRUNO BOURGEOIS Nº 390 OCTOBRE 2005 LA RECHERCHE 45

5 D.R. - CERN.SPL/COSMOS - TERMESSOS.DE - LEEMAGE FIGURES apple «théorie M», qui rassemblerait dans un même cadre la «supergravité» à onze dimensions et les différentes expressions la théorie s cors. Ainsi, même si la théorie s cors a souvent été présentée comme la «théorie du Tout», nous vons nous rendre à l évince : ce n est pas la théorie la plus générale. Alors qu initialement les physiciens espéraient que cette théorie permettrait faire s prédictions univoques sur les propriétés l Univers, ils se sont aperçus qu il existe nombreux modèles, chacun contenant différentes forces, différentes dimensions et différentes combinaisons particules. La théorie M et les branes augmentent considérablement le nombre manières dont la théorie s cors permet décrire l existence s particules et s forces. Des dimensions enroulées Un autre exemple est l incapacité la théorie s cors à expliquer pourquoi la géométrie notre Univers est telle que nous l observons. Les théoriciens s cors ont longtemps pensé (beaucoup le pensent encore) que les dimensions supplémentaires l espace étaient compactées sur très courtes distances, et enroulées les unes sur les autres, formant une structure appelée «espace Calabi-Yau». Or, il existe a priori un très grand nombre d espaces Calabi-Yau. Avec certains d entre eux, on retrouve bien les trois familles particules élémentaires décrites par le Modèle standard, intifiées dans les expériences. Mais avec d autres, il peut y avoir plusieurs centaines familles particules élémentaires. Aucune théorie ne permet choisir un Ils ont étudié la question ALBERT EINSTEIN ( ), physicien allemand naturalisé Suisse, puis Américain, fut l un s premiers à se pencher sur le problème l unification s forces. En vain, il chercha pendant trente ans à unifier les ux forces connues à l époque : la gravité et l électromagnétisme. THEODOR KALUZA ( ), mathématicien allemand, fut le premier à proposer l existence dimensions spatiales cachées afin d unifier la gravité et l électromagnétisme. Cette idée sera reprise plusieurs dizaines d années plus tard par les théoriciens s cors. STEVEN WEINBERG (né en 1933), physicien nucléaire américain, partagea en 1979 le prix Nobel physique avec Abdus Salam et Sheldon Glashow pour la formulation la théorie électrofaible, qui unifie l électromagnétisme et la force nucléaire forte. JUAN MALDACENA (né en 1968), physicien argentin, est l un s théoriciens s cors les plus réputés. Ses travaux sur les trous noirs, notamment, ont permis à cette théorie d enregistrer l un ses plus francs succès en tant que théorie la gravitation quantique. CETTE STRUCTURE GÉOMÉTRIQUE, appelée «espace Calabi-Yau», pourrait contenir les dimensions cachées l espace prédites par la théorie s cors. espace Calabi-Yau en particulier, celui qui donnerait sa géométrie à notre Univers. En 1999, avec Raman Sundrum, l université Johns-Hopkins, nous avons trouvé une autre explication l arrangement s dimensions supplémentaires. Nous avons démontré que, si les dimensions spatiales ordinaires sont correctement courbées comme le postule la théorie la relativité d Einstein en présence d un certain type d énergie, les dimensions supplémentaires peuvent être «cachées» même si leur taille est infinie [9]. En raison la courbure l espace et du temps, la gravitation est alors localisable dans ces dimensions supplémentaires, même si, en principe, elle peut s étendre à l infini. Ces exemples montrent que nous avons encore s progrès à faire pour comprendre pourquoi les particules et les interactions déduites la théorie s cors ont les propriétés que nous observons dans notre mon. Nous comprendrons peut-être pourquoi certaines manifestations la théorie s cors prennent le pas sur les autres, mais bien que sa formulation sous-jacente soit une théorie unique, la théorie s cors, dans son état actuel développement, ne permet pas prédire toutes les caractéristiques l Univers. Pour conclure, il est sans doute trop ambitieux chercher à découvrir directement une «théorie du Tout». Les progrès viendront davantage d une compréhension plus fine s principes directeurs caractérisant une théorie fondamentale, mais aussi la recherche solutions à s problèmes moins abstraits pour lesquels on peut faire s expériences. Des avancées graduelles vraient ainsi guir les physiciens qui cherchent une manière raccorr la théorie s cors à notre mon. Si les théories que certains physiciens et moi-même avons avancées sont correctes, nous en saurons probablement plus sur les dimensions cachées l Univers une fois que le grand collisionneur hadrons du CERN, près Genève, sera opérationnel, après 2007 [10]. Des signes l existence s particules supersymétriques pourraient aussi être intifiés. J ignore si nous allons trouver un jour les réponses à toutes nos questions ou découvrir une théorie unificatrice. Je suis en revanche certaine que ces recherches continueront nous rapprocher d une meilleure compréhension s lois fondamentales la nature. Lisa Randall est professeur physique théorique à l université Harvard. Cet article a été traduit l américain par Muriel Valenta. [9] L. Randall et R. Sundrum, Phys. Rev. Lett., 83, 3370, [10] I. Antoniadis, «Les expériences ne sont plus hors portée», La Recherche, juin 2001, p. 25. POUR EN SAVOIR PLUS Daniela Wuench, The Inventor of the 5 th Dimension: Theodor Kaluza, his Work and Life, Termessos Verlag, à paraître. Carlos Calle, Supercors et autres ficelles, Dunod, Stephen Hawking, The Theory of Everything : The Origin and Fate of the Universe, New Millenium Audio, Qu est-ce que l Univers? Université tous les savoirs, dirigé par Yves Michaud, Odile Jacob, «Prouver la théorie s cors?», La Recherche, juin 2001, p. 24. A.J.HANSON/INDINIA UNIVERSITY 46 LA RECHERCHE OCTOBRE 2005 Nº 390

Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1

Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1 Le temps n existe pas (d après Carlo Rovelli) François Dubois 1 Journées Afscet au moulin d Andé samedi 16 mai 2015 1 membre de l Association Française de Science des Systèmes. Carlo Rovelli Physicien

Plus en détail

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org

Statistiques. Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Statistiques Chaos viii. Le moulin de Lorenz http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour des systèmes

Plus en détail

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007)

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) [LE JEU DES 7 ERREURS QUANTIQUES] Introduction à la physique quantique

Plus en détail

1 LA MATHÉMATISATION DU TEMPS EPUISE-T-ELLE LA QUESTION DU TEMPS? Étienne Klein

1 LA MATHÉMATISATION DU TEMPS EPUISE-T-ELLE LA QUESTION DU TEMPS? Étienne Klein 1 LA MATHÉMATISATION DU TEMPS EPUISE-T-ELLE LA QUESTION DU TEMPS? Étienne Klein Beaucoup de physiciens et d ingénieurs, habitués à manier la variable t dans telle ou telle équation, finissent par croire

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé Ateliers de l information Bibliothèque Universitaire, Grenoble Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et

Plus en détail

Pourquoi une telle excitation?

Pourquoi une telle excitation? Pourquoi une telle excitation? Le Higgs R. Jacobsson 1 Qu est-ce que la physique des particules? Une quête pour comprendre: Les constituants fondamentaux de la matière- les particules de matière Les interactions

Plus en détail

Grandes dimensions supplémentaires (univers branes) et cosmologie

Grandes dimensions supplémentaires (univers branes) et cosmologie Grandes dimensions supplémentaires (univers branes) et cosmologie Univers branes (ou branaires ): Cédric Deffayet (CNRS) APC & Institut d Astrophysique de Paris Espace-temps usuel (quadridimensionnel):

Plus en détail

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE

ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE ORDRE DE RÉACTION : MÉTHODES DE RÉSOLUTION Table des matières 1 Méthodes expérimentales 2 1.1 Position du problème..................................... 2 1.2 Dégénérescence de l ordre...................................

Plus en détail

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription»

Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Camille Thomas «Comprendre et agir sur la fabrique de la prescription» Posté le 27 juillet 2015 Lauréate du DIM Gestes en 2014, Camille Thomas vient de démarrer une thèse en ergonomie (CNAM) sur le travail

Plus en détail

Chapitre II : La force centripète

Chapitre II : La force centripète 33 Chapitre II : La force centripète = une force un peu particulière! 1. Explication 1 Il convient de savoir ce que ces deux termes expriment : force et centripète. Une force est, familièrement, la sensation

Plus en détail

BA1 en ingénieur de gestion & sciences économiques. «Allemand» (LANGS120) Mme Obst

BA1 en ingénieur de gestion & sciences économiques. «Allemand» (LANGS120) Mme Obst BA1 en ingénieur de gestion & sciences économiques 1. OBJECTIFS «Allemand» (LANGS120) Mme Obst L objectif principal de ce programme d allemand est l acquisition d une connaissance de base de la langue

Plus en détail

Physique des Hautes Energies. pour Non Physiciens. Stephan Narison. CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier)

Physique des Hautes Energies. pour Non Physiciens. Stephan Narison. CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier) Physique des Hautes Energies pour Non Physiciens Stephan Narison CNRS - IN2P3 - LPTA (Montpellier) L échelle de l Univers : les deux infinis Qu est ce la Physique des Hautes Energies? Qu est ce la Physique

Plus en détail

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Un peu de mécanique Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique

Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Support du cours de Probabilités IUT d Orléans, Département d informatique Pierre Andreoletti IUT d Orléans Laboratoire MAPMO (Bât. de Mathématiques UFR Sciences) - Bureau 126 email: pierre.andreoletti@univ-orleans.fr

Plus en détail

L éther et la théorie de la relativité restreinte :

L éther et la théorie de la relativité restreinte : Henri-François Defontaines Le 16 octobre 2009 L éther et la théorie de la relativité restreinte : Univers absolu ou relatif? Imaginaire ou réalité? «Ether : PHYS. Anc. Fluide hypothétique, impondérable,

Plus en détail

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction

PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction PHYS-H-200 Physique quantique et statistique Chapitre 1: Introduction Jean-Marc Sparenberg Université Libre de Bruxelles 2011-2012 1 / 18 1 Fondements microscopiques de la physique 2 Espace-temps et relativité

Plus en détail

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique

Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique Photons, expériences de pensée et chat de Schrödinger: une promenade quantique J.M. Raimond Université Pierre et Marie Curie Institut Universitaire de France Laboratoire Kastler Brossel Département de

Plus en détail

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal

Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers. E. Dostal Cours de Terminale S - Nombres remarquables dont les nombres premiers E. Dostal juin 2015 Table des matières 2 Nombres remarquables dont les nombres premiers 2 2.1 Introduction............................................

Plus en détail

Chapitre 10 La relativité du temps

Chapitre 10 La relativité du temps DERNIÈRE IMPRESSION LE 1 er août 2013 à 11:30 Chapitre 10 La relativité du temps Table des matières 1 L invariance de la vitesse de la lumière 2 2 La relativité du temps 2 3 La dilatation des temps 3 4

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005

Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction. Elisabeth Vangioni. Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 Atelier : L énergie nucléaire en Astrophysique Correction Elisabeth Vangioni Institut d Astrophysique de Paris Fleurance, 8 Août 2005 I. La source d énergie du Soleil : calcul de son temps de vie. Question

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Ouverture au monde quantique

Ouverture au monde quantique Ouverture au monde quantique I Les forces newtoniennes Les forces d interaction gravitationnelle et électrostatique ont une propriété commune : leur 1 valeur est proportionnelle à, où r représente la distance

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle

Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Orbites et coniques : Constructions à la ficelle Yves A. Delhaye 10 mai 2015 15 :21 Résumé Le lien entre les orbites des astres dans le système solaire et les coniques est établi. La définition des coniques

Plus en détail

FUSION THERMONUCLEAIRE

FUSION THERMONUCLEAIRE FUSION THERMONUCLEAIRE Le cœur du Soleil est un plasma chaud totalement ionisé à très haute pression condition nécessaire à la réaction de fusion de l hydrogène en hélium 1 dont le bilan est : 4 1 H 4

Plus en détail

Supercordes, Supergravités, etc

Supercordes, Supergravités, etc Présentation Sujets de Recherche - M2 Physique Théorique Supercordes, Supergravités, etc Boris Pioline, LPTHE pioline[at]lpthe[dot]jussieu[dot]fr Plan La théorie des cordes dans une coquille de noix Quelques

Plus en détail

Introduction à la relativité générale

Introduction à la relativité générale Introduction à la relativité générale Bartolomé Coll Systèmes de référence relativistes SYRTE - CNRS Observatoire de Paris Introduction à la Relativité Générale Préliminaires Caractère théorique (formation)

Plus en détail

En 2005, année de sa création, un club de randonnée pédestre comportait 80 adhérents. Chacune des années suivantes on a constaté que :

En 2005, année de sa création, un club de randonnée pédestre comportait 80 adhérents. Chacune des années suivantes on a constaté que : Il sera tenu compte de la présentation et de la rédaction de la copie lors de l évaluation finale. Les élèves n ayant pas la spécialité mathématique traiteront les exercices 1, 2,3 et 4, les élèves ayant

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

Document d accompagnement pour la ressource numérique. La lumière LASER. Terminale S. «Extraire et organiser l'information d'un média audio»

Document d accompagnement pour la ressource numérique. La lumière LASER. Terminale S. «Extraire et organiser l'information d'un média audio» Document d accompagnement pour la ressource numérique La lumière LASER Terminale S «Extraire et organiser l'information d'un média audio» http://www.franceculture.fr/emission-science-publique-50-ans-apres-son-invention-le-laser-pour-quoi-faire-2010-09-

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Les dimensions cachées de l Univers

Les dimensions cachées de l Univers Les dimensions cachées de l Univers Quel est le nombre de dimensions de l Univers? Cédric Deffayet A quoi ressemble l espace-temps, d après la «théorie des cordes», et comment le savoir? Physique de «l

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google?

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Préparé par l équipe ALM A l attention de la communauté ALM Novembre 2010 Introduction Comme vous le savez

Plus en détail

La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité»

La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité» Reynolds et Reynolds La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité» Ron Lamb Président, Reynolds et Reynolds La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité» Lorsque le calme

Plus en détail

IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012. Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret

IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012. Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret Université de Paris Est Créteil Mathématiques financières IAE Master 2 Gestion de Portefeuille Année 2011 2012 1. Le problème des partis 1 Feuille 3 Pricing et couverture Modèles discret Le chevalier de

Plus en détail

introduction à la physique des particules

introduction à la physique des particules introduction à la physique des particules masterclasses de Strasbourg février 2010 les particules élémentaires... c est quoi? taille (mètre) 10-10 10-12 10-15 10-18 dépend des moyens expérimentaux pour

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Suite énoncé des exos du Chapitre 14 : Noyaux-masse-énergie I. Fission nucléaire induite (provoquée)

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Cinématique et optique géométrique

Cinématique et optique géométrique Cinématique et optique géométrique PHY-5061-2 Activité notée 4 Date de remise :... Identification Nom :... Adresse :...... Tél :... Courriel :... Note :... /100 PHY-5061-2 CINÉMATIQUE ET OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE

Plus en détail

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT?

COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? COMMENT TRAVAILLER EFFICACEMENT? Afin de vous éviter de vains efforts et pour vous épargner de précieuses heures de travail, voici quelques conseils qui guideront votre préparation. Travailler avec régularité

Plus en détail

Bien-être et performance au travail

Bien-être et performance au travail Bien-être et performance au travail Synthèse des résultats de l enquête «Parlons bienêtre au travail» en Suisse romande Cette enquête porte sur 723 employés de Suisse romande. Elle s est déroulée sous

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org

Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaotique ou pas? Chaos ix. La recherche aujourd hui http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité).

Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Terminale ES Correction du bac blanc de Mathématiques (version spécialité). Lycée Jacques Monod février 05 Exercice : Voici les graphiques des questions. et.. A 4 A Graphique Question. Graphique Question..

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Préface...

TABLE DES MATIÈRES. Préface... TABLE DES MATIÈRES Préface......................................................... iii G. Henniart Représentations linéaires de groupes finis..... 1 1. Caractères des groupes abéliens finis.......................

Plus en détail

Computix. Dans la colonne du 10, B choisit le 7 inférieur A 10 B 7

Computix. Dans la colonne du 10, B choisit le 7 inférieur A 10 B 7 Computix Matériel : grilles carrées comportant un nombre impair de cases. Quelques-unes sont données en annexe ; mais on peut aussi les construire soi-même, ou les faire construire par les élèves. Elles

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

aucune façon nécessaires pour comprendre les idées générales du cours

aucune façon nécessaires pour comprendre les idées générales du cours Avant-propos L objet de ce cours est de présenter de façon simple quelques développements récents de la physique théorique des «hautes énergies» qui ont conduit à envisager l existence de «grandes» dimensions

Plus en détail

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1

BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES. EXEMPLE DE SUJET n 1 Exemple de sujet n 1 Page 1/7 BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL ÉPREUVE DE MATHEMATIQUES EXEMPLE DE SUJET n 1 Ce document comprend : Pour l examinateur : - une fiche descriptive du sujet page 2/7 - une fiche

Plus en détail

dans les salles de De l économétrie pour vendre des vins ou des obligations Philippe Février et Michael Visser

dans les salles de De l économétrie pour vendre des vins ou des obligations Philippe Février et Michael Visser De l économétrie pour vendre des vins ou des obligations Philippe Février et Michael Visser Grands vins ou bons du Trésor font l objet de ventes aux enchères. Mais quel type d enchères faut-il pratiquer?

Plus en détail

10. Peter F. DRUCKER (1909- )

10. Peter F. DRUCKER (1909- ) 10. Peter F. DRUCKER (1909- ) Les tâches majeures des dirigeants efficaces Peter F. Drucker est le gourou des gourous du management. Né à Vienne à l'époque glorieuse d'avant 14, Drucker a effectivement

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Sections : L1 Santé - 1 Olivier CAUDRELIER oc.polyprepas@orange.fr Chapitre 1 : Equations aux dimensions 1. Equation aux dimensions a) Dimension

Plus en détail

MATURITA DES SECTIONS BILINGUES FRANCO-TCHÈQUES ET FRANCO-SLOVAQUES EXAMEN DE MATURITA BILINGUE. Année scolaire 2014/2015 Session de mai 2015

MATURITA DES SECTIONS BILINGUES FRANCO-TCHÈQUES ET FRANCO-SLOVAQUES EXAMEN DE MATURITA BILINGUE. Année scolaire 2014/2015 Session de mai 2015 MATURITA DES SECTIONS BILINGUES FRANCO-TCHÈQUES ET FRANCO-SLOVAQUES EXAMEN DE MATURITA BILINGUE Année scolaire 2014/2015 Session de mai 2015 ÉPREUVE DE PHYSIQUE Durée : 3h Le sujet est constitué de cinq

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail

Chapitre 12 Physique quantique

Chapitre 12 Physique quantique DERNIÈRE IMPRESSION LE 29 août 2013 à 13:52 Chapitre 12 Physique quantique Table des matières 1 Les niveaux d énergie 2 1.1 Une énergie quantifiée.......................... 2 1.2 Énergie de rayonnement

Plus en détail

Qu est-ce que la? Bonne lecture!

Qu est-ce que la? Bonne lecture! Démystifier la Qu est-ce que la? La cote de rendement au collégial (CRC), mieux connue sous le nom de cote R, est parfois mal comprise et peut alors alimenter toutes sortes d inquiétudes injustifiées chez

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 204 Corrigé EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats. Proposition fausse. La tangente T, passant par les points A et B d abscisses distinctes, a pour coefficient

Plus en détail

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle

Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Chapter 2 Espace de probabilité, indépendance et probabilité conditionnelle Sommaire 2.1 Tribu et événements........................................... 15 2.2 Probabilité................................................

Plus en détail

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes

Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Module : la veille informationnelle en DCG : la construction d un Netvibes Ce module est destiné aux étudiants de DCG 2 et de DCG 3 Il est construit en co-animation par un enseignant disciplinaire et un

Plus en détail

Introduction à la physique des particules. Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS

Introduction à la physique des particules. Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS Introduction à la physique des particules Hubert Trépanier Étudiant à la maîtrise en physique des particules à l UdeM, groupe ATLAS La Physique avec un grand «P» Science tentant de comprendre, de modéliser

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 5 points Une entreprise informatique produit et vend des clés USB. La vente de ces clés est réalisée

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER

Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique. Yves LEROYER Comment réaliser physiquement un ordinateur quantique Yves LEROYER Enjeu: réaliser physiquement -un système quantique à deux états 0 > ou 1 > -une porte à un qubitconduisant à l état générique α 0 > +

Plus en détail

Service combinators for farming virtual machines

Service combinators for farming virtual machines Master d Informatique Fondamentale École Normale Supérieure de Lyon Sémantique du parallélisme Chantal Keller Service combinators for farming virtual machines K. Bhargavan, A. D. Gordon, I. Narasamdya

Plus en détail

La gravité entre la Terre et la Lune. Qu est-ce que la gravitation?

La gravité entre la Terre et la Lune. Qu est-ce que la gravitation? Il était une fois, un homme du nom d Isaac Newton se promenant dans un verger. Alors qu il se reposait à l ombre sous un pommier, il reçut une pomme sur la tête. Une question lui vint donc à l esprit!

Plus en détail

A. Leçons. I. Qu est-ce-que le Tage-Mage

A. Leçons. I. Qu est-ce-que le Tage-Mage A. Leçons I. Qu est-ce-que le Tage-Mage Tage-Mage est un test d'aptitude aux Etudes de Gestion. Utilisé pour la sélection à l'entrée des 2 e et 3 e cycle de commerce et de gestion, il existe depuis 1996.

Plus en détail

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel

Examen de la maturita bilingue de physique. Corrigé officiel Examen de la maturita bilingue de physique Session de mai 2013 Corrigé officiel Questions de cours Mécanique I. 1a) Référentiel le cadre par rapport auquel on étudie le mouvement. 1b) Réf. terrestre est

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique

Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique (1) (2) (3) (4) (5) (6) Classe de TS Partie D-chap 16 Chapitre 16 : L atome et la mécanique de Newton : Ouverture au monde quantique Connaissances et savoir-faire exigibles : Connaître les expressions

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL?

LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Document professeur Niveau : Seconde LE VIDE ABSOLU EXISTE-T-IL? Compétences mises en œuvre : S approprier : extraire l information utile. Communiquer. Principe de l activité : La question posée à la classe

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir?

Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? exposé UE SCI, Valence Qu est-ce qu un ordinateur quantique et à quoi pourrait-il servir? Dominique Spehner Institut Fourier et Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés Université

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon

L histoire en photos : Analyse photographique Plan de leçon L histoire en photos : Analyse photographique Description : Les élèves apprennent à analyser des photos de la Première Guerre mondiale. Ils choisissent une photo dans la collection officielle de photos

Plus en détail

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique

Electricité. Chapitre 1: Champ électrique 2 e BC 1 Champ électrique 1 Electricité L interaction électromagnétique a été évoqué dans la partie «Interactions fondamentales» en énonçant la loi de Coulomb, et en analysant des phénomènes macroscopiques

Plus en détail

Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens. Rappel théorique. Les processus aléatoires. Les réseaux bayésiens

Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens. Rappel théorique. Les processus aléatoires. Les réseaux bayésiens DÉPARTEMENT DE GÉNIE LOGICIEL ET DES TI LOG770 - SYSTÈMES INTELLIGENTS ÉTÉ 2011 Supplément théorique Inférence dans les réseaux bayésiens Rappel théorique Les processus aléatoires La plupart des processus

Plus en détail

Baccalauréat ES Nouvelle-Calédonie 2 mars 2015

Baccalauréat ES Nouvelle-Calédonie 2 mars 2015 Baccalauréat ES Nouvelle-Calédonie mars 015 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats On considère la fonction f définie pour tout réel x de l intervalle [1,5 ; 6] par : f (x)=(5x 3)e x. On

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Amérique du Nord

Soutien illimité 7j/7 en maths: Coach, profs, exercices & annales, cours. Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Amérique du Nord Sujet de Bac 2013 Maths S Obligatoire & Spécialité - Amérique du Nord EXERCICE 1 : 5 points On se place dans l espace muni d un repère orthonormé. On considère les points,, et. 1. Démontrer que les points,

Plus en détail

Information quantique

Information quantique Information quantique J.M. Raimond LKB, Juin 2009 1 Le XX ème siècle fut celui de la mécanique quantique L exploration du monde microscopique a été la grande aventure scientifique du siècle dernier. La

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Le sphinx quantique. Le problème de la mesure

Le sphinx quantique. Le problème de la mesure Le sphinx quantique. Le problème de la mesure «Qu est-ce qui est à la fois mort et vivant et n apparaît jamais comme tel?», dit le monstre fabuleux. Rares sont les énigmes scientifiques qui ont suscité

Plus en détail

De la cellule au champ PV

De la cellule au champ PV De la cellule au champ PV 1- De la cellule au module Tous les modules PV, quelque soit leur technologie fonctionnent grâce au même principe : l effet photoélectrique. Je ne vais pas entrer dans les détails

Plus en détail

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles

Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Cours FPV - Semaine 3 : Recherche d Extrema et Formes Différentielles Frédéric Messine Introduction Dans ce chapitre, nous allons étudier une application de la dérivation des fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail