Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro"

Transcription

1 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare, initialement décrite comme une variante de la leucémie lymphoïde chronique (LLC). Elle est actuellement reconnue dans la classification OMS comme une entité clinico biologique distincte définie par un taux de prolymphocytes supérieur à 55% des lymphocytes circulants, avec une lymphocytose généralement élevée, une splénomégalie et peu ou pas d adénopathies. Le score de Matutes est < 3. Il existe des formes de novo et des formes secondaires à une hémopathie lymphoïde B (LLC ou autre). En raison de la rareté de la maladie, les études moléculaires et cytogénétiques des LPL B ne sont pas nombreuses, le plus souvent sous forme de petites séries ou de cas rapportés. Dans la base de données Mitelman, seuls 103 cas sont répertoriés à ce jour. Les caryotypes sont le plus souvent complexes. Aucune anomalie spécifique n a été mise en évidence mais plusieurs anomalies récurrentes ont été décrites : des translocations impliquant le gène MYC (8q24) et un locus des gènes des chaînes des immunoglobulines, des délétions et/ou des mutations du gène TP53, des délétions 11q22 (gène ATM) et des délétions 13q14. Les cas de LPL B avec translocation t(11;14)(q13;q32) et hyperexpression de la cycline D1, sont maintenant classés dans les lymphomes du manteau dans la classification OMS 2008 (formes leucémiques variantes). Les rares études du statut mutationnel des gènes IGHV sont discordantes. Cliniquement, l évolution est habituellement agressive, mais il a cependant été observé des formes indolentes avec des survies parfois très longues sans traitement. Il existe peu de données concernant les facteurs pronostiques : l âge avancé, l anémie et la présence de mutations/délétions du gène TP53 semblent être associés à un pronostic très défavorable. La LPL B est donc une entité rare, qui n a fait l objet que de petites séries, le plus souvent anciennes, avec des analyses génétiques limitées. Nous proposons de réaliser une étude cytogénétique et moléculaire d une large série de LPL B. BUTS Répertorier les anomalies cytogénétiques récurrentes Evaluer le statut mutationnel et le répertoire des gènes IGHV Rechercher la présence de mutations acquises par «whole exome sequencing» (fractions CD19+ (/CD5+) vs CD3+) Comparaison du profil mutationnel et transcriptionnel (RNA seq) avec les autres hémopathies B Etablir l ordre d apparition des mutations (fractions CD34+, CD14+ / colonies CD34+) Analyser l évolution clinique et établir les corrélations entre les anomalies cytogénétiques et moléculaires et l évolution de la maladie afin de dégager des facteurs pronostiques CRITERES D INCLUSION

2 2 Toutes les hémopathies malignes matures B pour lesquelles le diagnostic de LPL B a été retenu, au diagnostic et/ou au suivi, y compris celles avec une translocation t(11;14)(q13;q32). Sont également acceptées les LLC (ou autres hémopathies B) transformées (LPL B secondaires) à but de comparaison. Il faut avoir pour chaque patient soit une étude cytogénétique, soit du matériel congelé (ADN, cellules), les deux étant l idéal. Sont exclues les LLC «mixtes» avec taux de prolymphocytes élevés (<55% des lymphocytes circulants). CONTACTS Florence Nguyen Khac Unité de cytogénétique fonctionnelle Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix Service d'hématologie biologique, Bâtiment Pharmacie Bd de l'hôpital, Paris tel : / fax : mail : florence.nguyen RELECTURE CYTOLOGIQUE Karim Maloum Settegrana/Autre cytologiste d un autre laboratoire à déterminer Unité d Hématologie Cellulaire Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix Service d'hématologie biologique, Bâtiment Pharmacie Bd de l'hôpital, Paris tel : (K. Maloum) / (C. Settegrana)

3 3 IDENTIFICATION DU PATIENT NOM : 3 premières lettres du nom, 2 premières lettres du prénom : _ / Date de Naissance (JJ/MM/AA) : / / Sexe (M,F) : _ RENSEIGNEMENTS CLINICO BIOLOGIQUES Antécédents : Familial : hémopathie maligne (préciser) :... Personnel : Néoplasie associée (préciser) :... Exposition professionnelle à un agent mutagène (préciser) :... Traitement antérieur (radiothérapie, chimiothérapie, à préciser) :... Autre : Histoire de la maladie Localisations tumorales au moment du diagnostic : Date de l'examen (JJ/MM/AA) : / / Rate :... Adénopathies (préciser les territoires) :... Autres :... Chronologie des traitements Traitement de 1 ère ligne Type, :. Date de début, nombre de cures : Traitement de 2 ère ligne Type :. Date de début, nombre de cures :.. Traitement de 3ème ligne Type :. Date de début, nombre de cures :

4 4 Autres lignes de traitement : Décès (date) :. Dernières nouvelles du patient (date) :.. RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES INDISPENSABLES : Numération Formule Sanguine : s au moment du diagnostic : Prévoir une lame pour la relecture morphologique au moment du (ou des) caryotype(s) Immunophénotypage au diagnostic : Caryotype(s) : AUTRES Myélogramme, ponction ganglionnaire : fait : Biopsie médullaire / ganglionnaire / rate : fait : Statut mutationnel : fait : Immunoglobuline monoclonale : oui/non, type éventuel... MATERIEL CONGELE : Préciser les dates Culot de cytogénétique: oui non Cellules DMSO: oui non ADN: oui non ARN: oui non

5 5

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 315 (ex item 163) Leucémies lymphoïdes chroniques Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition et nosologie... 3 2. Épidémiologie... 3 3. Présentations et manifestations

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Recherche des transcrits de fusion AML1/ETO et CBFB-MYH11 dans les LAM de l`adulte.

Recherche des transcrits de fusion AML1/ETO et CBFB-MYH11 dans les LAM de l`adulte. Recherche des transcrits de fusion AML1/ETO et CBFB-MYH11 dans les LAM de l`adulte. F.Harieche, W.Assouak, A.Trabzi, M.Saidi, F.Zerhouni, R.M.Hamladji. LAM Entité distincte Leucémies aigues. Transformation

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Leucémie Lymphoïde Chronique Docteur Brigitte Duclos Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Définition La leucémie lymphoïde chronique est une néoplasie du système lymphoïde caractérisée par la prolifération

Plus en détail

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR

DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR DR A AZZEDINE SERVICE ONCO-HEMATOLOGIE CH MONTELIMAR Groupe de cancers du tissu lymphoïde Le plus grand groupe des hémopathies 5% des cancers de l adulte On distingue les LNH et MDH Grand bénéfice des

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

LES CAHIERS CERBA. Recommandations pour le diagnostic et l interprétation d une hyperlymphocytose sanguine

LES CAHIERS CERBA. Recommandations pour le diagnostic et l interprétation d une hyperlymphocytose sanguine LES CAHIERS CERBA Recommandations pour le diagnostic et l interprétation d une hyperlymphocytose sanguine par B. Caron Servan, S. Defasque, C. Hémar, H. Mossafa Biologistes médicaux, Laboratoire CERBA

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE RESUME DES POINTS FORTS - Néoplasie B mature - Diagnostic sur immunophénotype sur sang - Stades cliniques - Nouveaux facteurs pronostiques - Orientations thérapeutiques AUTEUR

Plus en détail

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL

SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE RAPPORT GLOBAL SERVICE PUBLIC FEDERAL, SANTE PUBLIQUE, SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE ET ENVIRONNEMENT COMMISSION DE BIOLOGIE CLINIQUE SERVICE DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE CLINIQUE COMITE DES EXPERTS RAPPORT GLOBAL

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé!

Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Diagnostiquer une Immunoglobuline monoclonale chez le sujet âgé! Dosage pondéral des Ig! é à â à é é é é é é â é Electrophorèse des protides (1) " Explorent : 1) Inflammation 2) Immunoglobulines 3) Foie

Plus en détail

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC)

Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) 3.2 Prédominance de cellules polynucléaires (à noyau segmenté) Leucémie myéloïde chronique BCR-ABL1 positive (LMC) La LMC est caractérisée par la présence du chromosome Philadelphie t(9;22) (q34;q11.2)

Plus en détail

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Analyses biologiques Diagnostic/Pronostic Indispensable / obligatoire Recommandé utile au diagnotic et/ou à la stratification thérapeutique individuelle En

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (LLC)

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Sommaire : Leucémie lymphoïde chronique (LLC) - aspects généraux et signes cliniques - pathogénie de la LLC - hémogramme - immunophénotype - myélogramme et BOM (non indispensables au diagnostic) - autres

Plus en détail

Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005

Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005 Les lymphomes malins non hodgkiniens (164a) Professeur Jean-Jacques SOTTO, Docteur Rémy GRESSIN Mars 2005 Pré-requis : Maturation des cellules lymphoïdes Adénopathies Marqueurs de différenciation Imagerie

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (163) Professeur Gérard Sébahoun Septembre 2005

Leucémie lymphoïde chronique (163) Professeur Gérard Sébahoun Septembre 2005 1. Introduction Leucémie lymphoïde chronique (163) Professeur Gérard Sébahoun Septembre 2005 La leucémie lymphoïde chronique (LLC) est une hémopathie chronique, caractérisée par la prolifération clonale

Plus en détail

SESSION CAS PRATIQUES Bienvenue!

SESSION CAS PRATIQUES Bienvenue! CONGRES SESSION CAS PRATIQUES Bienvenue! Organisé par/ Organised by www.jib-sdbio.fr Session Cas Pratiques jeudi 5 novembre 2009 1 ère partie : Onco- hématologie Modérateur Christine ARNOULET Cas clinique

Plus en détail

Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES SYNDROMES LYMPHOPROLIFERATIFS CHRONIQUES

Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES SYNDROMES LYMPHOPROLIFERATIFS CHRONIQUES Syndromes lymphoprolifératifs et LNH de bas grade de malignité DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE DES SYNDROMES LYMPHOPROLIFERATIFS CHRONIQUES 1 Les syndromes lymphoprolifératifs chroniques Néoplasies B matures Néoplasies

Plus en détail

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules

Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules Phase de dissémination sanguine des LMNH à petites cellules LMNH = proliférations malignes du tissu lymphoïde, pouvant disséminer dans le sang. Observation à tout âge avec un pic vers 55-60 ans, plus souvent

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (LLC)

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Leucémie lymphoïde chronique (LLC) Sommaire : 1 - Diagnostic positif 2 - Diagnostic différentiel 3 - Pronostic et évolution 5 - Complications 6 Notions de Traitement Module 10 item 163 Objectif ECN : Diagnostiquer

Plus en détail

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Date de création du document 2009-2010 ENC : OBJECTIFS Diagnostiquer une leucémie lymphoïde chronique. INTRODUCTION La Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) est

Plus en détail

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES

CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES CLASSIFICATION OMS DES PROLIFERATIONS TUMORALES LYMPHOIDES LYMPHOMES MALINS T / NK Lymphomes malins T précurseurs LM lymphoblastique T / Leucémie aiguë lymphoblastique T Lymphomes malins T matures ( périphériques

Plus en détail

LYMPHOMES NON HODGKINIENS. UE Processus tumoraux Année

LYMPHOMES NON HODGKINIENS. UE Processus tumoraux Année LYMPHOMES NON HODGKINIENS UE Processus tumoraux Année 2013-2014 DEFINITION Cancer du système lymphatique Prolifération tumorale aux dépends des lymphocytes dans les organes lymphoïdes secondaires ETIOLOGIE

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique : facteurs pronostiques

Leucémie lymphoïde chronique : facteurs pronostiques CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE REIMS Leucémie lymphoïde chronique : facteurs pronostiques Alain DELMER Hématologie Clinique CHU de Reims DES hémato 25 sept. 2015 LLC classification de Binet définition

Plus en détail

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3

UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 UE11.3 HEM 10 nov 2015 1 UE11.3 RÉVISIONS HEM DFASM3 DC2 CG/ TB 10 nov 2015 DC2 révision Chez une femme de 59 ans, une échographie abdominale a été réalisée devant des douleurs abdominales intermittentes

Plus en détail

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud

Hématologie et Soins Palliatifs. Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Hématologie et Soins Palliatifs Pr Mauricette Michallet Service d Hématologie 1G Centre Hospitalier Lyon Sud Problématiques En Onco-Hématologie Les médecins sont face à des situations souvent très complexes

Plus en détail

Diagnostic prénatal des maladies génétiques

Diagnostic prénatal des maladies génétiques Diagnostic prénatal des maladies génétiques Collège National des Enseignants et Praticiens de Génétique Médicale C. Coutton, V. Satre, F. Amblard et F. Devillard Date de création du document 2010-2011

Plus en détail

Les lymphomes. Ouvrage réalisé sous la direction du Professeur Gérard Sébahoun

Les lymphomes. Ouvrage réalisé sous la direction du Professeur Gérard Sébahoun Les lymphomes Ouvrage réalisé sous la direction du Professeur Gérard Sébahoun 3 PRÉFACE On peut être surpris que Bioforma ait sollicité pour un public de biologistes un fascicule sur les lymphomes. Si

Plus en détail

lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie

lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie Caractérisation des syndromes lymphoprolifératifs chroniques en conversion leucémique par cytomètrie en flux. F.Harieche, N.Abdennebi, F.Boukhemia, A.Talbi, S.Akhrouf, S.Abderrahmani, F.Boumansour, H.Bouarab,

Plus en détail

4. la cytogénétique moléculaire permet de

4. la cytogénétique moléculaire permet de les LAL sont les cancers de l'enfant les plus fréquents (30 % du total). Il s'agit de proliférations clonales de cellules lymphoïdes immatures. Si les enfants atteints sont majoritairement guéris (75%

Plus en détail

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE. Clinique de Fertilité ULB ERASME HOPITAL ERASME

SERVICE DE GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE - CLINIQUE DE FERTILITE. Clinique de Fertilité ULB ERASME HOPITAL ERASME Clinique de Fertilité ULB ERASME Introduction Pour des couples à haut risque de mettre au monde un enfant atteint d une maladie génétique, l approche classique par les examens anténatals conventionnels

Plus en détail

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)

Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Item 163 : Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC) Date de création du document 2009-2010 Table des matières I ENC :... 2 II Diagnostic positif...5 II.1 Les circonstances de découverte... 5 II.2 Les éléments

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

Cytogénétique et biologie moléculaire

Cytogénétique et biologie moléculaire Cytogénétique et biologie moléculaire apport au diagnostic, à l évaluation pronostique et au suivi des hémopaties malignes C Bastard, DESC, 21 septembre 2009 Pourquoi est-ce possible? Parce que les anomalies

Plus en détail

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal

Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Analyse Chromosomique sur Puce à ADN Applications en Prénatal Véronique Satre, Charles Coutton, Gaëlle Vieville, Françoise Devillard et Florence Amblard Maladies génétiques Anomalies chromosomiques Cytogénétique

Plus en détail

Hémopathies lymphoïdes

Hémopathies lymphoïdes 07/10/2009 Module Onco-Hématologie Hémopathies lymphoïdes Hématologie: Hématologie clinique: * Hospitalisation: hémopathie maligne ++ Hémopathie myéloïde: Leucémie Aigue (LA), Myélodysplasie (MDS), Syndrome

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE DEFINITION I - FORME TYPIQUE A - Circonstances révélatrices B - Signes cliniques C - Signes biologiques II - FORMES CLINIQUES A - f. cytologiques B - f. myélo-sanguines C -

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010

Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Pourquoi et comment participer à la collecte d échantillons en cancérologie? Conférence-débat Dijon le 8 octobre 2010 Dr Laurent ARNOULD Département de Biologie et de Pathologie des Tumeurs Centre G-F

Plus en détail

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA)

Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant. Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Lymphomes Malins Non Hodgkiniens de l enfant Réunion Oncocentre Anne Jourdain (CCA) Epidémiologie 3 ème cause de cancer chez l enfant après leucémies et tumeurs cérébrales 10% des cancers pédiatriques

Plus en détail

Approches génomiques des cancers Exemple des leucémies aiguës. Jean Soulier Laboratoire d Hématologie, Hôpital Saint-Louis

Approches génomiques des cancers Exemple des leucémies aiguës. Jean Soulier Laboratoire d Hématologie, Hôpital Saint-Louis Approches génomiques des cancers Exemple des leucémies aiguës Jean Soulier Laboratoire d Hématologie, Hôpital Saint-Louis Leucémies aiguës : prolifération de progéniteurs immatures Leucémies aiguës lymphoblastiques

Plus en détail

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci

TP n 9. Pathologie ganglionnaire. Localisation ganglionnaire d un d. lymphome. Métastases ganglionnaires d un d. carcinome peu différenci Enseignement d Anatomopathologie DCEM 1 2011/2012 TP n 9 Pathologie ganglionnaire Localisation ganglionnaire d un d lymphome Métastases ganglionnaires d un d carcinome peu différenci rencié et d un d carcinome

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath)

Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath) Item 317 (ex item 166) Myélome multiple des os Collège Français des Pathologistes (CoPath) 2013 1 Table des matières 1. Définition... 3 2. Physiopathologie... 3 3. Présentation clinique... 3 3.1. Plasmocytome

Plus en détail

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010

Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Pic monoclonal Journée Universitaire de Médecine Générale d Auvergne ~~~~~~ 11 décembre 2010 Dr Romain Guièze, Chef de Clinique-Assistant Service d Hématologie Clinique Adulte et de Thérapie Cellulaire

Plus en détail

LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique

LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique LLC Leucémie Lymphoïde Chronique Définition La Leucémie Lymphoïde Chronique est une hémopathie chronique, définie par l accumulation dans le sang de lymphocytes Le taux de lymphocytes doit être supérieur

Plus en détail

Section II. Examens génétiques.

Section II. Examens génétiques. - 1 - Section II. Examens génétiques. 1 er. Tests de biologie moléculaire sur du matériel génétique humain pour des affections acquises. A. "07.06.2007 + A.R. 04.05.2010 M.B. 07.06.2010 Application : 01.08.2010»

Plus en détail

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction

Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Sarcome d Ewing intra-osseux: une approche innovatrice de reconstruction Nader Khaouam MD Laurie Archambault 28 mars 2014 Présentation du cas H - 20 ans, monteur et soudeur d acier Aucun antécédent X 2

Plus en détail

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé

LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé LYMPHOMES et MYELOME du sujet âgé Pr Eric DECONINCK INSERM U-645 Université de Franche-Comté / IFR 133 Service d hématologie CHU BESANÇON DEFINITION Hémopathie maligne: cancer du système hématopoïétique,

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE p1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Qu'est-ce que la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)? La LLC est une forme de leucémie dans laquelle il existe un nombre excessif de

Plus en détail

Progrés & Molécules innovantes En hématologie

Progrés & Molécules innovantes En hématologie Réseau d Hématologie du Limousin Chateauroux, 8 octobre 2009 Progrés & Molécules innovantes En hématologie Pr Dominique Bordessoule Chateauroux octobre 2009 1 Cas cliniques 1 et 2 diagnostic d une hyperleucocytose

Plus en détail

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie

Myélome Lymphomes Leucémies Myélodysplasie Biologie: Sang Moelle osseuse Système lymphatique Traitements: Chimiothérapie Radiothérapie Chirurgie Immunothérapie Thérapie ciblée Greffe de la moelle osseuse Soins de support / soins palliatifs Myélome

Plus en détail

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Le myélome multiple Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Historique 1 er cas rapporté à Londres en 1844 chez une femme, Sarah Newbury, âgée de 39 ans, présentant des fractures multiples et des

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE GENERALITES Définition Syndrome lymphoprolifératif Prolifération monoclonale maligne de lymphocytes B matures Infiltration médullaire, gg et sanguine Evolution lente Etiologie

Plus en détail

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif.

Seules les trisomies 13, 18 et 21 sont concernées dans le test génétique non invasif. 1 Normalement, chaque individu a dans chacune de ces cellules 23 paires de chromosomes numérotées de 1 à 22, la 23ème paire étant la paire des chromosomes sexuels. Une des anomalies chromosomiques les

Plus en détail

Avertissements. Références

Avertissements. Références Avertissements Il est particulièrement utile de prendre connaissance de la partie Matériel et méthode avant la lecture des résultats. En effet, cette étude présente de nombreuses particularités par rapport

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX

HEMOPATHIES MALIGNES. - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX HEMOPATHIES MALIGNES - classifications (diagnostiques et pronostiques) - épidémiologie - mécanismes de la cancérogénèse P. FENAUX Hôpital Avicenne - Université Paris 13 (items n 138 139) HEMOPATHIES MALIGNES

Plus en détail

Lignée lymphocytaire

Lignée lymphocytaire Lignée lymphocytaire I-INTRODUCTION : LES LYMPHOCYTES: Support cellulaire de la défense immunitaire spécifique 25 40 % des globules blancs dans le sang périphérique Moins de 20 % dans le myélogramme. 3

Plus en détail

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes

Leucémies aiguës. = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques

Plus en détail

Lymphomes malins non hodgkiniens

Lymphomes malins non hodgkiniens Lymphomes malins non hodgkiniens La classification REAL, 1995 Lymphomes B : I - Lymphomes des précurseurs B : Lymphome/leucémie lymphoblastique B. II - Lymphomes des cellules B «périphériques» : 1 - Leucémie

Plus en détail

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes

Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Pourquoi la relecture peut-elle changer une prise en charge? Dr Nathalie Stock, PH Service d Anatomie et Cytologie pathologique CHU de Rennes Sarcomes Ubiquitaires: touche les tissus mous, les viscères,

Plus en détail

II. PHYSIOPATHOLOGIE DES LEUCEMIES AIGUE:

II. PHYSIOPATHOLOGIE DES LEUCEMIES AIGUE: LEUCEMIES AIGUES I: INTRODUCTION: 1- Définition: Les leucémies aigues sont un groupe hétérogène d'hémopathies malignes, caractérisé par la prolifération clonale des cellules immatures, avec blocage de

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM)

CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) CONDUITE A TENIR DEVANT UNE GAMMAPATHIE MONOCLONALE (GM) Professeur Emmanuel Andrès, Service de Médecine Interne, Diabète et Maladies Métaboliques, Clinique Médicale B, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg

Plus en détail

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005

Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Conduite à tenir devant une adénopathie (291) Docteur Rémy GRESSIN Avril 2005 Pré-requis : Connaître l anatomie du système lymphatique et notamment les sites de drainage des principaux sites ganglionnaires

Plus en détail

Lettre d'intention pour un projet Cohorte RaDiCo

Lettre d'intention pour un projet Cohorte RaDiCo Lettre d'intention pour un projet Cohorte RaDiCo Fiche d'identité du projet cohorte Acronyme : Titre de l'étude Cohorte : Investigateur Principal Nom: Prénom: Adresse / email et téléphone : Employeur de

Plus en détail

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie

Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Etude du transcriptome et du protéome en Neurooncologie Principes, aspects pratiques, applications cliniques François Ducray Neurologie Mazarin, Unité Inserm U711 Groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière Etude

Plus en détail

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin

L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants. Françoise Collin L anatomopathologiste : un lien entre les différents intervenants Françoise Collin Les grands classiques Microbiopsie Biopsie chirurgicale Pièce opératoire Diagnostic AP classification OMS 2002 > 50 types

Plus en détail

LYMPHOMES NON HODGKINIEN DE L ENFANT Aspects anatomopathologiques

LYMPHOMES NON HODGKINIEN DE L ENFANT Aspects anatomopathologiques LYMPHOMES NON HODGKINIEN DE L ENFANT Aspects anatomopathologiques LMNH de l enfant Aspect histologique diffus Haut grade de malignité Présentation souvent extra ganglionnaire LMNH de l enfant Classification

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique 25% des leucémies de l adulte 25% des lymphomes de l adulte Âge médiane (USA): 71 ans Survie 5 ans 88% Leucémie lymphoïde chronique Score de Matutes modifié Faible taux Ig

Plus en détail

Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013

Leucémies aiguës. Leucémies aiguës. Signes cliniques possibles 03/10/2013 Leucémies aiguës Leucémies aiguës = expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines : les Blastes Leucémies aiguës Lymphoblastiques : enfants ++ Leucémies aiguës Myéloblastiques

Plus en détail

MALADIE DE WALDENSTRÖM

MALADIE DE WALDENSTRÖM MALADIE DE WALDENSTRÖM DEFINITION I - DIAGNOSTIC CLINIQUE A - Signes Hematologiques B - Syndrome d' Hyperviscosite Sanguine C - Autres II - DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE III- DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL IV - EVOLUTION

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris

RESUME. Methodologie et Biostatistiques Sylvie Chevret, MD, and Vincent Lévy MD, DBIM, Hôpital St Louis, Paris Essai de phase II évaluant l efficacité et de la tolérance du Lenalidomide combine à l azacitidine chez les patients présentant un syndrome myélodysplasique de risque intermédiaire 2 ou élevé ou une leucémie

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique 22 Leucémie lymphoïde chronique Avec 2 171 nouveaux cas estimés en 2000, la leucémie lymphoïde chronique (LLC) représente 35 % de l ensemble des leucémies et 0,8 % de l ensemble des cancers. Cette maladie

Plus en détail

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie

La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Les Incontournables 2013 en Cancérologie 8 octobre 2013 - Chambéry La Biologie Moléculaire au service de la Dermatologie Présent & Futur Benoît BUSSER bbusser@chu-grenoble.fr Présent L INCa et les PF de

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE

CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE CONDUITE A TENIR DEVANT UN NODULE DE LA THYROIDE * Groupe médico-chirurgical 25 avenue Jean MEDECIN 0600 NICE FREDERIC BRACCINI L attitude à adopter devant la découverte d un nodule thyroïdien revient

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans la prise

Place des anticorps monoclonaux dans la prise Place des anticorps monoclonaux dans la prise en charge des hémopathies malignes Bases fondamentales et mécanismes d action des anticorps monoclonaux Aliénor Xhaard Association des Internes en Hématologie

Plus en détail

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP

Informations générales sur le patient. Contexte de la RCP Informations générales sur le patient Consentement : OUI NON Identifiant patient INSC visible :................. NOM D USAGE :.............................. NOM DE NAISSANCE :.................................

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Chromosome et caryotype

Chromosome et caryotype Chromosome et caryotype Définition et généralités L étude du caryotype «classique» humain est l étude des chromosomes à un stade maximum de condensation (chromosomes mitotiques en métaphase). Caryotype

Plus en détail

Principes généraux. Lymphomes malins non hodgkiniens ; lymphome malin non hodgkinien ; lmnh ; lnh

Principes généraux. Lymphomes malins non hodgkiniens ; lymphome malin non hodgkinien ; lmnh ; lnh Ce référentiel, dont l'utilisation s'effectue sur le fondement des principes déontologiques d'exercice personnel de la médecine, a été élaboré par un groupe de travail pluridisciplinaire de professionnels

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

La leucémie lymphoïde chronique (LLC)

La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La leucémie lymphoïde chronique (LLC) La plus fréquente des hémopathies : 3 nouveaux cas / 100000 habitants / an Pas de facteur favorisant connu Adultes âgés (>65 ans), sexratio = 2/1 Accumulation de lymphocytes

Plus en détail

Cas 1 : Données cliniques. Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide

Cas 1 : Données cliniques. Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide Cas 1 : Données cliniques Femme 25 ans Masse paravertébrale Croissance rapide Cas 1 : Diagnostic retenu PNET Synovialosarcome RMS Chondrosarcome mésenchymateux LNH Cas 1 : PNET - Argumentaire Clinique

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

cytogénétiques 11 8-10, 12, 13, ainsi qu à des travaux moléculaires 14, 15 16, les questions posées par l équipe

cytogénétiques 11 8-10, 12, 13, ainsi qu à des travaux moléculaires 14, 15 16, les questions posées par l équipe LES LYMPHOMES B DE LA ZONE MARGINALE: un nouveau modèle d oncogenèse lymphoïde? Depuis de nombreuses années, l équipe de recherche «Pathologie de Cellules Lymphoïdes» au sein de l UMR5239, en collaboration

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail