ARGUMENTATION DE L UNION DES CONSOMMATEURS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ARGUMENTATION DE L UNION DES CONSOMMATEURS"

Transcription

1 RÉGIE DE L'ÉNERGIE DOSSIER: R CONCERNANT LA DEMANDE DE DISPENSE DE RECOURIR À L APPEL D OFFRES POUR COMBLER LES BESOINS EN ÉLECTRICITÉ DES CONSOMMATEURS AU TARIF BT ARGUMENTATION DE L UNION DES CONSOMMATEURS

2 2 Partie I - L exposé des faits Notre position sera précisée oralement à l audience devant la Régie sur ce point. Partie II - Les questions en litige A) L encadrement juridique 1. La production d électricité n est pas réglementée par la Régie de l énergie; 2. Hydro-Québec, ans ses activités de producteur d électricité, a l obligation d assurer l approvisionnement en électricité patrimoniale, et ce, conformément à l article 22 de la Loi sur Hydro-Québec : «22. La Société a pour objets de fournir de l énergie et d œuvrer dans le domaine de la recherche et de la promotion relatives à l énergie, de la transformation et de l économie de l énergie, de même que dans tout domaine connexe ou relié à l énergie. La Société doit notamment assurer l approvisionnement en électricité patrimoniale tel qu établi par la Loi sur la Régie de l énergie (chapitre R-6.01). Le gouvernement fixe les caractéristiques de l approvisionnement des marchés québécois en électricité patrimoniale pour un volume de 165 térawattheures. Cet approvisionnement doit inclure tous les services nécessaires et généralement reconnus pour en assurer la sécurité et la fiabilité.» (nos soulignés)

3 3 3. Le Distributeur a, quant à lui, une obligation de servir l ensemble de la clientèle à titre de distributeur exclusif et l article 72 de la Loi l oblige en conséquence à soumettre à la Régie un plan d approvisionnement : «Section II Obligations du transporteur d électricité et des distributeurs 72. Tout titulaire d un droit exclusif de distribution d électricité ou de gaz naturel doit préparer et soumettre à l approbation de la Régie, suivant la forme, la teneur et la périodicité fixées par règlement de celle-ci, un plan d approvisionnement décrivant les caractéristiques des contrats qu il entend conclure pour satisfaire les besoins des marchés québécois après application des mesures d efficacité énergétique. Le plan doit tenir compte des risques découlant des choix des sources d approvisionnement propres à chacun des titulaires ainsi que, pour une source particulière d approvisionnement en électricité, du bloc d énergie établi par règlement du gouvernement en vertu du paragraphe 2.1 o du premier alinéa de l article 112. Pour l approbation des plans, la Régie tient compte des préoccupations économiques, sociales et environnementales que peut lui indiquer le gouvernement par décret. 1996, c. 61, a. 72; 2000, c. 22, a. 22, Le Distributeur a basé sa demande de dispense de faire recours à des appels d offre pour satisfaire des besoins de la clientèle au tarif BT sur l article 74.1 de la Loi :

4 4 «74.1 Afin d assurer le traitement équitable et impartial des fournisseurs participant à un appel d offres, le distributeur d électricité doit établir et soumettre à l approbation de la Régie, qui doit se prononcer dans les 90 jours, une procédure d appel d offres et d octroi, ainsi qu un code d éthique portant sur la gestion des appels d offres applicables aux contrats d approvisionnement en électricité requis pour satisfaire les besoins des marchés québécois qui excèdent l électricité patrimoniale, ou les besoins qui seront satisfaits par un bloc d énergie déterminé par règlement du gouvernement en vertu du paragraphe 2.1 o du premier alinéa de l article 112. Buts de la procédure d appel d offres et d octroi. La procédure d appel d offres et d octroi doit notamment : 1 o permettre par diffusion de l appel d offres dans un délai adéquat, la participation de tout fournisseur intéressé; 2 o accorder un traitement égal à toutes les sources d approvisionnement, à moins que l appel d offres ne prévoie que la totalité ou une partie des besoins devront être satisfaits pour une source particulière d approvisionnement en électricité par un bloc d énergie déterminé par règlement du gouvernement; 3 o favoriser l octroi des contrats d approvisionnement sur la base du prix le plus bas pour la quantité d électricité et les conditions demandées, en tenant compte du coût de transport applicable et, dans le cas où l appel d offres prévoit que la totalité ou une partie des besoins devront être satisfaits pour une source particulière d approvisionnement en électricité par un bloc d énergie, en tenant compte du prix maximal tel qu établi par règlement du gouvernement;

5 5 4 o permettre qu un appel d offres puisse être satisfait par plus d un contrat d approvisionnement, auquel cas le fournisseur qui permet d atteindre la quantité d électricité demandée peut être invité à diminuer la quantité d électricité qu il a lui-même offerte, sans toutefois en modifier le prix unitaire. Dispense. La Régie peut dispenser le distributeur d électricité de recourir à l appel d offres pour des contrats de court terme ou en cas d urgence des besoins à satisfaire. 2000, C. 22, A. 27.» 5. La version anglaise de l article 74.1 est la suivante : «74.1 To ensure that suppliers responding to a tender solicitation are treated with fairness end impartiality, the electric power distributor shall establish and submit for approval to the Régie, which shall make its decision within 90 days, a tender solicitation and contract awarding procedure and a tender solicitation code of ethics applicable to the electric power supply contracts required to meet the needs of Québec markets in excess of the heritage pool, or the needs to be supplied out of an energy block determined by regulation of the Government under subparagraph 2.1 of the first paragraph of section 112. Procedure. The tender solicitation and contract awarding procedure shall, in particular, (1) allow all interested suppliers to tender by requiring the tender solicitation to be issued in due time; (2) grant equal treatment to all sources of supply unless the tender specifications provide that all or part of the needs met by a particular source of supply must be supplied out of an energy block determined by regulation of the Government;

6 6 (3) favour the awarding of supply contracts based on the lowest tendered price for the required quantity of electric power and in keeping with the required conditions, taking into account the applicable transmission cost and, where the tender specifications provide that all or part of the needs met by a particular source of supply must be supplied out of an energy block, taking into account the maximum price established by regulation of the Government; and (4) provide that, following a tender solicitation, contracts may be awarded to two or more suppliers, in which case a supplier offering the required quantity of electric power may be invited to reduce the quantity offered without modifying the tendered unit price. Exemption. The Régie may dispense the electric power distributor from soliciting tenders for short-term contracts or where urgent needs must be met.» 2000, c. 22, s. 27» 6. Ainsi la Loi prévoit une procédure applicable pour les contrats d approvisionnement en électricité requis pour satisfaire les besoins des marchés québécois qui excèdent l électricité patrimoniale. 7. La Régie peut cependant dispenser le Distributeur d électricité de recourir à l appel d offres pour des contrats de court terme ou en cas d urgence des besoins à satisfaire. 8. De plus la Régie peut décider en partie seulement d une demande et elle peut rendre toute décision propre à sauvegarder les droits des personnes concernées (article 34 de la Loi).

7 7 9. Il est important également de dire que la Régie, dans toutes les décisions qu elle doit rendre, doit assurer la protection des consommateurs et favoriser la satisfaction des besoins énergétiques dans une perspective de développement durable et d équité au plan individuel comme au plan collectif : «5. Dans l exercice de ses fonctions, la Régie assure la conciliation entre l intérêt public, la protection des consommateurs et un traitement équitable du transporteur d électricité et des distributeurs. Elle favorise la satisfaction des besoins énergétiques dans une perspective de développement durable et d équité au plan individuel comme au plan collectif. 1996, c. 61, a. 5; 2000, c. 22, a. 4» 10. Afin de délimiter la juridiction de la Régie dans le présent dossier, à notre avis, il faut dans un premier temps déterminer si le Distributeur, pour fournir l électricité requise par les usagers au tarif BT, utilise des sources d approvisionnement qui sont au-delà de l approvisionnement en électricité patrimoniale. 11. La Loi prévoit une procédure applicable pour les contrats d approvisionnement en électricité requis pour satisfaire les besoins des marchés québécois qui excèdent l électricité patrimoniale. 12. Est-ce le type de besoin dont il est question ici? Est-ce que le tarif BT en fait partie?

8 8 13. La Régie, dans la décision D , déclare que le tarif BT est un tarif de gestion de la consommation étant donné que le service peut être interrompu par ce distributeur: «La Régie juge que le tarif BT, tel qu il est défini dans le Règlement tarifaire, est un tarif de gestion de la consommation, étant donné l article 270 qui permet au Distributeur de réduire le niveau des liaisons pendant une période de pénurie. Toutefois, la Régie est consciente que, depuis 1996, l absence d appareils de mesurage fait en sorte que le tarif BT n est pas appliqué conformément au Règlement 663. Or, la Régie juge que ce n est parce que l application «pratique» du tarif BT s est modifiée au cours des années, sans ajustement des textes de conditions tarifaires, que l électricité fournie l a été en vertu d un autre tarif, à titre d électricité patrimoniale.» (pp. 34 et 35) 14. Il est donc important de constater que la Régie n a pas décidé dans cette affaire qu il s agissait d un tarif de gestion de la consommation à cause du fait que le coût de la fourniture serait établi en fonction du marché au sens de l article 52.1 de la Loi : «52.1 Dans tout tarif qu elle fixe ou modifie, applicable par le distributeur d électricité à un consommateur ou une catégorie de consommateurs, la Régie tient compte des coûts de fourniture d électricité et des frais découlant du tarif de transport supportés par le distributeur d électricité, des revenus requis pour assurer l exploitation du réseau de distribution d électricité et, en y apportant les adaptations nécessaires, des paragraphes 6 o à 10 o du premier alinéa de l article 49 et du deuxième alinéa de ce même article.

9 9 La Régie peut également utiliser toute autre méthode qu elle estime appropriée lorsqu elle fixe ou modifie un tarif de gestion de la consommation ou d énergie de secours. Un tarif de gestion de la consommation désigne un tarif applicable par le distributeur d électricité, à un consommateur qui le demande, pour lequel le coût de la fourniture est établi en fonction du prix du marché ou dont le service peut être interrompu par ce distributeur. La tarification doit être uniforme par catégorie de consommateurs sur l ensemble du réseau de distribution d électricité, à l exception toutefois des réseaux autonomes de distribution situés au nord du 53 e parallèle. La Régie ne peut modifier le tarif d une catégorie de consommateur afin d atténuer l interfinancement entre les tarifs applicables à des catégories de consommateurs. Le quatrième alinéa ne s applique pas lorsque la Régie fixe ou modifie un tarif de transition pour un consommateur qui passe à une autre catégorie de consommateurs. 2000, c. 22, a. 15.» 15. Dès lors, la conclusion de la Régie à l effet que le tarif BT est un tarif de gestion de la consommation étant donné que le service peut être interrompu par ce distributeur nous amène, selon Hydro-Québec, à la conclusion que la fourniture des usagers du tarif BT doit se faire à l extérieur de l électricité patrimoniale puisque l article 52.2 de la Loi exclut les volumes découlant des tarifs de gestion de la consommation du volume de consommation patrimoniale annuelle :

10 10 «Est ce nécessaire de reprendre ici tout l article 52.2? Les coûts de fourniture d électricité visés à l article 52.1 sont établis par la Régie en additionnant le coût de fourniture de l électricité patrimoniale et les coûts réels des contrats d approvisionnement conclus par le distributeur d électricité pour satisfaire les besoins des marchés québécois qui excèdent l électricité patrimoniale, ou les besoins qui seront satisfaits par un bloc d énergie déterminé par règlement du gouvernement en vertu du paragraphe 2.1 o du premier alinéa de l article 112. Ces coûts sont alloués entre les catégories de consommateurs selon leurs caractéristiques de consommation soit leurs facteurs d utilisation et leurs pertes d électricité associées aux réseaux de transport et de distribution. Aux fins du premier alinéa, le coût de fourniture de l électricité patrimoniale est établi par l addition des produits du volume de consommation patrimoniale de chaque catégorie de consommateurs par le coût alloué respectivement à ces catégories de consommateurs en considérant que : 1 o le volume de consommation patrimoniale annuelle correspond aux volumes de consommation des marchés québécois jusqu à concurrence de 165 térawattheures. Ce volume exclut les volumes découlant d un tarif de gestion de la consommation ou d énergie de secours, ceux alloués aux réseaux autonomes et les volumes approvisionnés à partir de blocs d énergie déterminés par règlement du gouvernement; 2 o le coût alloué à chaque catégorie de consommateurs est établi à partir d un coût moyen de fourniture de l électricité patrimoniale de 2,79 cents le kilowattheure et correspond : i. pour l année 2000, à celui prévu à l annexe I;

11 11 ii. pour les années subséquentes jusqu à ce que le volume de consommation patrimoniale atteigne 165 térawattheures, à celui déterminé par la Régie sur proposition du distributeur d électricité en se basant sur l annexe I, sur l évolution des catégories tarifaires et sur les caractéristiques de consommation mentionnées au premier alinéa; iii. pour les années suivantes, à celui fixé par le gouvernement. Pour les contrats spéciaux conclus en vertu de la Loi sur Hydro-Québec (chapitre H-5), le coût de fourniture correspond au tarif prévu au contrat déduction faite des coûts de transport et de distribution applicables selon leurs caractéristiques de consommation, et celui-ci n affecte pas le coût de fourniture du distributeur d électricité applicable aux autres catégories de consommateurs aux fins de l article Le coût de fourniture de l électricité patrimoniale alloué à chaque catégorie de consommateurs ne peut être modifié que dans les conditions prévues à l article 24.1 de la Loi sur Hydro-Québec (chapitre H-5). Le cas échéant, le coût de fourniture d électricité patrimoniale ainsi modifié est celui que doit par la suite utiliser la Régie dans l application du présent article. 2000, c. 22, a. 15.» 16. Bien que la fourniture des usagers au tarif BT ne fasse pas partie du volume de consommation patrimoniale annuelle, doit-elle être exclue de l approvisionnement patrimonial avant que le volume maximal soit atteint? 17. La Régie, dans le dossier relatif à l approbation du plan d approvisionnement, a déclaré ce qui suit en ce qui concerne le tarif BT :

12 12 «Impact du tarif bi-énergie BT La Régie note que le plan d approvisionnement du Distributeur est conçu en supposant l abrogation du tarif biénergie BT. Cependant, dans la décision D , la Régie rejette la demande du Distributeur d abroger ce tarif. Dans cette même décision, la Régie reconnaît que le tarif BT est un tarif de gestion de la consommation étant donné que, selon ce tarif, le Distributeur peut réduire le niveau des livraisons pendant une période de pénurie. Selon l article 52.2 de la Loi, les volumes découlant d un tarif de gestion de la consommation sont exclus du volume de consommation de l électricité patrimoniale. Ainsi, les ventes au tarif BT requièrent des approvisionnements provenant de sources hors patrimoniales. La Régie estime qu il y a lieu de tenir compte de ces éléments de la façon suivante. Elle juge qu il est important que la prévision de la demande présente de façon distincte les ventes prévues à des tarifs de gestion de la consommation, des ventes régulières, compte tenu de la nature interruptible des ventes à ce tarif et du fait qu elles sont exclues du volume et de consommation de l électricité patrimoniale. La Régie demande donc au Distributeur d ajuster, dans le cadre des états d avancement annuels du plan, sa prévision de ventes au tarif BT et de la présenter de façon distincte des ventes régulières. Puisque la décision D maintient le tarif à son taux actuel, le Distributeur devrait réviser sa prévision sur tout l horizon du plan, sur la base des ventes réalisées dans les dernières années. Par ailleurs, dans la décision D , la Régie considère que «la raison d être d un tarif de gestion de la consommation tel le tarif BT est d éviter d ajouter un équipement additionnel et de mieux utiliser les équipements en place.» Elle ajoute que «Il y aura lieu de prendre

13 13 connaissance des prix du marché indiqués par les soumissions aux appels d offres pour des produits appropriés résultant du plan d approvisionnement.» Tenant compte de ces propos, la Régie s attend à ce que le Distributeur propose une stratégie d approvisionnement adaptée à la nature du tarif offert et cherche des sources d approvisionnement appropriées au caractère interruptible de ce service.» (Décision D , pp. 19 et 20) 18. La Régie n a jamais dit qu il que les ventes au tarif BT requièrent dès maintenant des approvisionnements provenant de sources hors patrimoniales. Au contraire, elle a ajouté qu elle s attend à ce que le Distributeur propose une stratégie d approvisionnement adaptée à la nature du tarif offert et cherche des sources d approvisionnement appropriées au caractère interruptible de ce service. 19. Il est bien évident qu une période de temps à titre de mesure transitoire doit être accordée au Distributeur pour en arriver à accomplir les obligations imposées par la Régie. Jamais la Régie n a-t-elle ordonné de délai précis au Distributeur pour en arriver à l objectif qu elle a fixé dans cette décision. Au contraire, elle connait très bien le contexte transitoire que nous vivons présentement en matière réglementaire au niveau de l électricité.

14 À notre avis le législateur a prévu une période transitoire à l article 164 : «164. Les règlements et les contrats pris en vertu de l article de la Loi sur Hydro-Québec avant l entrée en vigueur de l article 123 de la présente loi conservent leur effet jusqu à leur abrogation, leur modification ou leur remplacement par un règlement, contrat, décision ou ordonnance pris en vertu de la présente loi.» 21. L article de la Loi sur Hydro-Québec, avant l entrée en vigueur de l article 123 de la présente Loi, se lisait comme suit : « Les tarifs et les conditions auxquels l énergie est fournie doivent être compatibles avec une saine administration financière. Ces tarifs et ces conditions sont fixés par règlement de la Société, selon les catégories qu elle détermine, ou par contrats spéciaux. Ces règlements et ces contrats sont soumis à l approbation du gouvernement.» 22. L article 34 de la Loi est une autre approche juridique possible pour la Régie. En effet cette dernière pourrait, afin de sauvegarder les droits des personnes concernées, ordonner le maintien du statu quo en permettant au Distributeur d alimenter les clients au tarif BT à même l électricité patrimoniale.

15 15 B) L irrecevabilité de la demande 23. Le présent dossier soulève la question de savoir si la demande d Hydro- Québec repose à première vue sur des fondements juridiques suffisamment sérieux pour qu on choisisse de l entendre au fond. Autrement dit, la demande est-elle fondée en droit, à supposer même que les faits allégués par le Distributeur soient vrais? 24. On doit d abord et avant tout se demander si un appel d offres visant à satisfaire les besoins des usagers du tarif BT sera un appel d offres visant à satisfaire les besoins des marchés québécois qui excèdent l électricité patrimoniale. 25. Comme on l a vu, le tarif BT a été déclaré tarif de gestion de la consommation étant donné que l article 270 du règlement tarifaire permet au Distributeur de réduire le niveau des liaisons pendant une période de pénurie. Le fait que dans la pratique on ne peut le faire vu l absence d appareils de mesurage ne peut être pris en compte aux fins de l interprétation de la Loi. 26. Nous soumettons que le tarif BT, au sens des dispositions réglementaires, tout comme le tarif LD pour l énergie de secours, repousse pour la clientèle québécoise l éventualité de l atteinte du volume maximal de l électricité patrimoniale puisqu il pourrait permettre d effacer une partie de la pointe et l achat d équipements coûteux.

16 Dans le dossier R relatif à la demande d approbation de modification aux tarifs généraux de grande puissance-tarif H et tarif de dépannage LD, Hydro-Québec avait justifié sa demande comme suit : «Justification du tarif Selon Hydro-Québec, les modifications tarifaires demandées peuvent être jugées justes et raisonnables puisqu elles sont apportées à un tarif existant, lequel a été approuvé par l instance compétente du temps, soit, en l occurrence, le gouvernement. La demanderesse affirme que tant et aussi longtemps que l ensemble des tarifs ne sont pas modifiés, c est à dire au terme du gel tarifaire actuel, en 2004, la clientèle sera gardée indemne de tout impact défavorable pouvant découler des pertes potentielles de ventes au tarif général L occasionnées par l autoproduction, l actionnaire s étant engagé à assumer ces pertes. Par contre, des économies devraient éventuellement se produire étant donné que l autoproduction retarde l épuisement du volume d électricité patrimoniale, repoussant ainsi l acquisition de nouveaux approvisionnements à prix plus élevé.» (notes en bas de page omise) (Décision D , p. 8) 28. Si Hydro-Québec Distribution a été capable de conclure une entente avec Hydro-Québec Production sans passer par le processus d appel d offres pour la fourniture du tarif LD au tarif de 3,87cents, pourquoi doit-il obligatoirement procéder par appel d offres pour la fourniture relative au tarif BT, les deux tarifs étant exclus du volume patrimonial? 29. La réponse est simple et elle se retrouve dans le contexte réglementaire provisoire qui prévaut actuellement au Québec.

17 Le dossier transport R est presque terminé, le dossier sur la fourniture R est terminé, le plan d approvisionnement du Distributeur a été accepté par la Régie R et le dossier distribution est en cours R Ainsi, la présente demande d Hydro-Québec est prématurée. 31. Comme on l a vu plus haut, la Régie, dans la décision D , a obligé le Distributeur à considérer la finalité interruptible du tarif BT afin de mieux cerner le coût d un tel service et estimait encore une fois qu il était prématuré de considérer que le coût évité à long terme constituait le coût du marché : «La Régie est d avis que la preuve sur le prix de marché n est pas faite et qu il manque de substance pour soutenir un tel prix. En audience, le témoin du Distributeur a reconnu que le prix du marché en 2004 pourrait être bien inférieur à 6,0 kwh, mais il considère que le prix devrait tourner autour du coût évité de long terme, estimé à 5,5 kwh. Or, ce coût évité est basé sur le coût du prochain équipement, incluant le coût de construction. Aux yeux de la Régie, la raison d être d un tarif de gestion de la consommation tel le tarif BT est d éviter d ajouter un équipement additionnel et de mieux utiliser les équipements en place. La Régie considère prématurée l estimation faite par le Distributeur du coût évité de long terme. Il y aura lieu de prendre connaissance des prix du marché indiqués par les soumissions aux appels d offres pour des produits appropriés résultant du plan d approvisionnement.» (Décision D , p. 36)

18 Comment pourrions-nous sérieusement aller en appel d offres quant on n a pas sérieusement étudié toute la finalité interruptible du tarif BT? 33. Nous soumettrons que, tant et aussi longtemps que le volume patrimonial établi à la Loi sur la Régie de l énergie n est pas atteint, il devrait y avoir une période transitoire permettant au Distributeur d alimenter les clients au tarif BT à même l électricité patrimoniale puisque ce tarif existait au moment de l adoption de la Loi sur la Régie de l énergie et demeure toujours en vigueur. 34. Le tarif BT étant au sens de la Loi sur la Régie de l énergie un tarif de gestion de consommation, le Distributeur soumet qu il devrait s approvisionner via le marché pour l électricité qui excède le volume patrimonial. On doit immédiatement constater que ce n est manifestement pas le cas puisque nous sommes en situation de surplus à l heure actuelle par rapport au volume patrimonial établi par la Loi sur la Régie de l énergie. 35. Si on suit la logique du Distributeur, ce dernier agit actuellement en violation de la Loi puisqu il approvisionne les usagers du tarif BT sans avoir appliqué la procédure d appel d offres. On voit bien que ce raisonnement n a pas de sens et que le législateur ne pouvait être à ce point ignorant en ne prévoyant pas une période de transition entre la situation antérieure à l application de la Loi et la situation nouvelle créée par la Loi.

19 L article 164 de la Loi établit que le statu quo doit être maintenu à savoir l approvisionnement des usagers du tarif BT au tarif actuel par Hydro- Québec Production, et ce, tant et aussi longtemps que la Régie n aura pas modifié le ou les contrats d approvisionnement antérieurs. Le maintien du statu quo consiste dans les faits à intégrer provisoirement l approvisionnement du tarif BT au tarif patrimonial, et ce, jusqu à l atteinte du volume patrimonial établi par la Loi. 37. La Régie, tant dans la décision D que dans la décision D , a bel et bien indiqué à Hydro-Québec les devoirs qu elle avait à faire avant qu elle puisse abolir ou modifier le tarif BT. 38. Le Distributeur doit immédiatement mettre en place la consultation ordonnée par la Régie. Les consommateurs ont un intérêt à savoir, dans les meilleurs délais, si on peut mettre en place un véritable tarif interruptible et, par la suite, à quel prix. 39. En conclusion, nous sommes d avis que la demande de dispense d Hydro-Québec est inutile puisqu elle est prématurée dans les circonstances, cette dernière n ayant pas entrepris les démarches imposées par la Régie afin de faire du tarif BT un véritable tarif interruptible et, en attendant, le statu quo doit être maintenu en vertu de l article 164 de la Loi sur la Régie de l énergie.

20 Il est primordial que l on sache avant 2006 à quoi s en tenir avec le tarif BT. La Régie a laissé une période transitoire aux intervenants et cette période transitoire doit être utilisée pour voir ce qu il y a dans le marché. Nous soumettons que l octroi d une dispense à Hydro-Québec revient en bout de ligne à rendre inefficace et sans objet la décision D de la Régie. Une dispense aura pour effet pratique de rendre inefficace le processus mis en place par la Régie dans sa décision D dans laquelle elle indique clairement qu elle s attend à ce que le Distributeur propose une stratégie d approvisionnement adaptée à la nature du tarif offert et cherche des sources d approvisionnement appropriées au caractère interruptible de ce service. Si on accepte une dispense on se retrouvera en bout de ligne en 2006 avec la disparition du tarif BT puisqu on ne saura pas ce qui peut ou non être fait et ce qui existe dans le marché. 41. Si la Régie en arrive à la conclusion qu il s agit d approvisionnements qui sont au-delà des approvisionnements en électricité patrimoniale et qu il y a lieu dès à présent de recourir à des appels d offres, Hydro-Québec ne peut obtenir une dispense que dans deux situations bien claires et précises à savoir: contrats de court terme; urgence des besoins à satisfaire.

21 Conformément aux règles usuelles en matière d interprétation, les exceptions doivent recevoir une interprétation restrictive, à défaut de quoi, l exception est susceptible de devenir la règle. 43. Ici, il semble assez évident que la règle est à l effet que les besoins des marchés québécois qui excèdent l électricité patrimoniale et ceux qui relèvent de la gestion de la consommation ou d un bloc d énergie déterminé par règlement du gouvernement doivent être en contexte normal comblés par une procédure d appel d offres. 44. On peut s inspirer par analogie des jugements rendus par les tribunaux de droit commun relativement à l exécution provisoire nonobstant appel dans les cas d urgence exceptionnelle en vertu de l article 547 du Code de procédure civile. 45. Dans l affaire Fernande Sylvestre c Québec inc., REJB , monsieur le juge Hurtubise s exprimait comme suit sur cette question : «Retenons au départ que l exécution provisoire nonobstant appel ne constitue pas la règle d après la phraséologie même de l article 547 C.p.c. Les auteurs Denis Ferland et Benoît Emery dans leur Précis de procédure civile du Québec, volume 2, 3 e édition, Les éditions Yvon Blais Inc., la qualifie de «mesure exceptionnelle» à la page 96; ils sont d avis que les cas particuliers «constituent donc des exceptions à la règle de l effet suspensif de l appel sur l exécution du jugement et ils doivent alors être interprétés restrictivement.» Cependant, la Cour d appel dans Lebeuf c. Groupe SNC-Lavalin Inc., (1995) R.D.J. 366, note que la

22 22 règle s est assouplie et monsieur le juge Gendreau (juge unique) écrit à la page 369, que «si la raison spéciale ne s adresse qu à des cas sérieux, cela ne signifie pas qu ils doivent être exceptionnels.». Mais il poursuit en ces termes : «Toutefois, le juge ne s écartera de la règle générale que s il est convaincu que, sans cette mesure, tous les droits ou certains d entre eux, acquis à l intimé par l effet du jugement dont on fait appel sont (et non pourraient être) sérieusement compromis.» - pages 369 et 370.» (p. 10) 46. Selon la preuve offerte par le Distributeur, il ne s agit pas ici de contrats de court terme au sens usuel bien qu il semble limiter sa portée à un an mais nous savons tous que pareil argumentation n est pas vraiment réaliste et ne revient somme toute qu à contourner l application de la Loi. 47. Le Distributeur prétend en bout de ligne que l acquisition de l électricité que consomment les clients du tarif BT par appel d offres n est pas à toutes fins pratiques réalisable économiquement parlant et techniquement parlant, et ce, tant que le volume de consommation patrimoniale de 165 TWh n aura pas été atteint et que cette situation exceptionnelle doit être considérée comme une situation d urgence des besoins à satisfaire au sens de l article 74.1 al(4) de la Loi. 48. Nous soumettons que cette prétention d Hydro-Québec n est qu un argument de plus pour rejeter le présent dossier puisqu il est prématuré. La Régie avait choisi de refuser d entendre un dossier en raison de sa prématurité en plusieurs occasions dont, entre autres, dans les affaires suivantes :

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»), doit conclure des contrats d'approvisionnement

Plus en détail

Hydro-Québec Demanderesse

Hydro-Québec Demanderesse D-99-40 R-3405-98 23 mars 1999 PRÉSENTS : M. Pierre Dupont, M.A. (Écon.) M. Anthony Frayne, B. Sc. (Écon.), MBA M. François Tanguay Régisseurs Hydro-Québec Demanderesse et Les intervenants et les observateurs

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»),

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES

POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT D ACTIONS INCITATIVES POLITIQUE 4.4 OPTIONS D ACHAT Champ d application de la politique Les options d achat d actions incitatives servent à récompenser les titulaires d option pour les services qu ils fourniront à l émetteur.

Plus en détail

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25)

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) Loi concernant les unités de négociation dans le secteur des affaires sociales et modifiant la Loi sur le régime de

Plus en détail

LA CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE EN ARBITRAGE DE GRIEFS OBJET CONTENU - DÉROULEMENT

LA CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE EN ARBITRAGE DE GRIEFS OBJET CONTENU - DÉROULEMENT LA CONFÉRENCE PRÉPARATOIRE EN ARBITRAGE DE GRIEFS OBJET CONTENU - DÉROULEMENT NOTES POUR PRÉSENTATION AUX MEMBRES DE LA CONFÉRENCE DES ARBITRES DU QUÉBEC M e SERGE BRAULT ARBITRE ET MÉDIATEUR ADJUDEX INC.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

Agence de rénovation du bâtiment Inc. (ARB)

Agence de rénovation du bâtiment Inc. (ARB) Agence de rénovation du bâtiment Inc. (ARB) Veuillez lire attentivement ces conditions d'utilisation avant toute navigation. Avis légal et Conditions d'utilisation Renseignements généraux Le présent Site

Plus en détail

contrat de concession et de licence

contrat de concession et de licence REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE UN BUT UNE FOI contrat de concession et de licence relatif a l exploitation de plusieurs parties du secteur de l electricite En date du 31 mars 1999 TABLE DES MATIERES :

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante

M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs. Demanderesse. Intervenante D-99-49 R-3415-98 6 avril 1999 PRÉSENTS : M. André Dumais, B. Sc. A. M e Catherine Rudel-Tessier, LL.M. M. François Tanguay Régisseurs Société en commandite Gaz Métropolitain (SCGM) Demanderesse Et Association

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

-C- INTIMÉE REQUÊTE POUR AUTORISATION D EXERCER UN RECOURS COLLECTIF (ARTICLES 1002 ET SS. C.P.C.)

-C- INTIMÉE REQUÊTE POUR AUTORISATION D EXERCER UN RECOURS COLLECTIF (ARTICLES 1002 ET SS. C.P.C.) C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DITRICT DE MONTRÉAL NO: 500-06 COUR U P É R I E U R E (Recours collectifs) NICOLE BERGERON, résidant et domiciliée au 2501 D Iberville, dans les cité et district de Montréal,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT

MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT MODALITÉS D ENCADREMENT EN MATIÈRE D ENTENTES DE PAIEMENT RÉPONSES D HYDRO-QUÉBEC À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS DE LA RÉGIE Page 1 de 12 1 Référence : HQD-16, document 1, page 17 de 21 «La DSR a négocié

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTHORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15)

Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 3 (2014, chapitre 15) Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal

Plus en détail

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège.

A R R E T. En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. Numéro du rôle : 4469 Arrêt n 61/2009 du 25 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 1278, alinéa 2, du Code judiciaire, posée par la Cour d appel de Liège. La Cour

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE

COUR DE CASSATION DE BELGIQUE 28 AVRIL 2003 S.01.0184.F/1 COUR DE CASSATION DE BELGIQUE Arrêt N S.01.0184.F CORA, société anonyme se trouvant aux droits et obligations de la société anonyme Frabelmar-Distrimas, dont le siège social

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/03/2009 Cour d appel de Paris ct0151 Audience publique du 7 décembre 2007 N de RG: 07/06272 Publié par le service de documentation de la Cour de cassation REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines

Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Actualité juridique Résumé du projet de loi n 43 visant à modifier la Loi sur les mines Juin 2013 Mines et ressources naturelles Le 29 mai dernier, madame Martine Ouellet, ministre québécoise des Ressources

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007.

En fonction de sa proposition, Hydro-Québec s attend à ce que la nouvelle tarification soit effective au début de l année 2007. NOTE AU LECTEUR Fondée en 1961, l Association provinciale des constructeurs d habitations du Québec (APCHQ) est une référence en matière de construction et de rénovation résidentielles. Regroupant quelque

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications

Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications Ordonnance sur les ressources d adressage dans le domaine des télécommunications (ORAT) Modification du 19 décembre 2001 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 6 octobre 1997 sur les ressources

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

Le caractère provisoire de la sous-location : une condition au droit de souslouer

Le caractère provisoire de la sous-location : une condition au droit de souslouer Tribunal fédéral - 4A_227/2011 Newsletter mai 2012 Ire Cour de droit civil Arrêt du 10 janvier 2012 Résumé et analyse Proposition de citation : Manon Simeoni Le caractère provisoire de la sous-location

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES FRAIS DE FONCTION ET DE CIVILITÉS. Modification :

POLITIQUE SUR LES FRAIS DE FONCTION ET DE CIVILITÉS. Modification : POLITIQUE SUR LES FRAIS DE FONCTION ET DE CIVILITÉS Adoption : Résolution XVIII du Conseil des commissaires extraordinaire du 7 juillet 2010 Modification : Résolution 20 du Conseil des commissaires du

Plus en détail

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES

BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS MOBILIÈRES Autorité des marchés financiers c. Centre de traitement d'information de crédit (CTIC) inc. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MONTRÉAL DOSSIER N os : 2009-009 2009-022 BUREAU DE DÉCISION ET DE RÉVISION EN VALEURS

Plus en détail

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières Traduction française non officielle Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Industrielle

Plus en détail

Luxembourg, le 9 mars 2011

Luxembourg, le 9 mars 2011 Luxembourg, le 9 mars 2011 Lettre circulaire 11/5 du Commissariat aux Assurances portant modification de la lettre circulaire 09/7 relative au dépôt des valeurs mobilières et liquidités utilisées comme

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr.

Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Réponse des rapporteurs luxembourgeois au questionnaire sur l exécution provisoire (Etude JAI A3/02/2002) Dr. Thierry Hoscheit / Dr. Patrick Kinsch Préambule: dispositions légales régissant le prinicpe

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S.

COUR SUPÉRIEURE SOUS LA PRÉSIDENCE DE : L HONORABLE DANIELLE GRENIER, J.C.S. Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec c. Pineau 2014 QCCS 5265 COUR SUPÉRIEURE CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-17-081169-149 DATE : 5 NOVEMBRE 2014

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE

RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE RÈGLEMENT SUR L ASSURANCE RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE QUESTIONS ET RÉPONSES NOUVEAU RÈGLEMENT 1. POURQUOI AVOIR ADOPTÉ UN NOUVEAU RÈGLEMENT? Les principaux problèmes auxquels s adresse le Règlement

Plus en détail

Loi sur la sécurité privée

Loi sur la sécurité privée DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 88 (2006, chapitre 23) Loi sur la sécurité privée Présenté le 16 décembre 2004 Principe adopté le 31 mai 2006 Adopté le 14 juin 2006 Sanctionné

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Votre procuration est un document important Mise en garde 4 Pour bien comprendre la procuration Note explicative 6 1. Qu est-ce qu une procuration?...

Plus en détail

Politique d approvisionnement

Politique d approvisionnement Politique d approvisionnement Adoptée par les membres du conseil d administration le 25 novembre 2014 Direction des affaires juridiques et corporatives Résolution 14-060 1. Préambule La Société d habitation

Plus en détail

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT

Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT CCTT CENTRES COLLÉGIAUX DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE Guide de rédaction pour une entente de gestion des CCTT Septembre Pour tout renseignement sur

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE

REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE REGLEMENT SUR L OCTROI DE LA PROTECTION JURIDIQUE Toutes les désignations de personnes utilisées dans ce règlement sont applicables par analogie aussi bien aux personnes de sexe masculin que féminin. Le

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Bureau du vérificateur général Vérification des contrats et processus propres Résumé Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Vérification

Plus en détail

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2013-096 R-3834-2013 3 juillet 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur

D É C I S I O N RÉGIE DE L ÉNERGIE. D-2013-096 R-3834-2013 3 juillet 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur D É C I S I O N QUÉBEC RÉGIE DE L ÉNERGIE D-2013-096 R-3834-2013 3 juillet 2013 PRÉSENT : Pierre Méthé Régisseur Société en commandite Gaz Métro Demanderesse Décision Demande de Gaz Métro relative au projet

Plus en détail

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE

Parallèlement, la Société a prévu des procédures visant la soumission confidentielle et anonyme de telles plaintes. 3. NATURE DE LA PLAINTE Politique et procédures à suivre pour la soumission de plaintes concernant la comptabilité, les contrôles comptables internes, l audit, l environnement et d autres questions 1. OBJECTIFS ET PORTÉE Groupe

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E COUR DE CASSATION SOC. PRUD'HOMMES Audience publique du 3 novembre 2010 Mme PERONY, conseiller le plus ancien faisant fonction de président Arrêt no 2037 F-D Pourvoi no Y 09-67.493 Aide juridictionnelle

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile

Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 37 Loi modifiant la Loi sur l assurance automobile Présentation Présenté par Madame Pauline Marois Ministre des Finances Éditeur officiel du

Plus en détail

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES -------- QUATRIEME CHAMBRE -------- PREMIERE SECTION -------- Arrêt n 64755 ASSOCIATION «CENTRE EUROPEEN DE RECHERCHE EN GENIE DE L ENVIRONNEMENT» (CERGE) GESTION DE FAIT DES DENIERS DE

Plus en détail

TARIFS D ÉLECTRICITÉ. En vigueur le 1 er avril 2015 0,0272

TARIFS D ÉLECTRICITÉ. En vigueur le 1 er avril 2015 0,0272 TARIFS D ÉLECTRICITÉ En vigueur le 1 er avril 2015 0,0272 Tarifs d électricité d Hydro-Québec dans ses activités de distribution d électricité en vigueur le 1 er avril 2015 Approuvés par la Régie de l

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) F OMPI PCT/R/2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 31 mai 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 M. B. A. M. Salvage Rapporteur Mme Teuly-Desportes Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe)

27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) 27. Procédures de l Assemblée concernant la non-coopération (ICC-ASP/10/Res.5, annexe) L Assemblée des États Parties, 1 [ ] 9. Reconnaît les conséquences négatives que la non exécution des requêtes de

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009

CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Société en commandite Gaz Métro CALCUL DE LA CONTRIBUTION - FONDS VERT Budget 2008/2009 Taux de la contribution au Fonds vert au 1 er janvier 2009 Description Volume Coûts Taux 10³m³ 000 $ /m³ (1) (2)

Plus en détail

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets

Loi sur le Tribunal fédéral des brevets Loi sur le Tribunal fédéral des brevets (LTFB) 173.41 du 20 mars 2009 (Etat le 1 er mars 2010) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art.191a, al. 3, de la Constitution 1, vu le message

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

Règlement de la Cour

Règlement de la Cour Règlement de la Cour 1 er juillet 2014 Greffe de la Cour Strasbourg Instructions pratiques amendées le 29 septembre 2014 Note du greffe Cette nouvelle édition du règlement de la Cour intègre les amendements

Plus en détail

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997)

(OSAss 1 ) I. Assurance contre les dommages. du 10 mai 1910 (Etat le 1 er janvier 1997) Ordonnance concernant la saisie, le séquestre et la réalisation des droits découlant d assurances d après la loi fédérale du 2 avril 1908 sur le contrat d assurance (OSAss 1 ) du 10 mai 1910 (Etat le 1

Plus en détail

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes

L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes L utilisation du genre masculin dans ce document sert uniquement à alléger le texte et désigne autant les hommes que les femmes Table des matières 1. Objet de la politique... 4 2. Cadre légal et règlementaire...

Plus en détail

Proposante. Intervenante COMMENTAIRES ET PROPOSITIONS D OPTION CONSOMMATEURS: PHASE 2. Le 19 avril 2001

Proposante. Intervenante COMMENTAIRES ET PROPOSITIONS D OPTION CONSOMMATEURS: PHASE 2. Le 19 avril 2001 CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL RÉGIE DE L'ÉNERGIE In re: Audience relative à la révision des conditions de fourniture d électricité d Hydro-Québec, Phase 2. No: R-3439-2000 HYDRO-QUÉBEC

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante :

Le S.N.P, fréquemment interpellé par ses membres, s est ainsi posé la question suivante : Une clause d expertise ne pourrait-elle pas éviter aux parties le recours à l expert judiciaire lors de l état des lieux de sortie? Par Pierre Rousseaux, avocat Président SNP Charleroi 1. INTRODUCTION

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION Loi sur la faillite et l insolvabilité (LFI) 177 Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC) 181 Par James Gage Faillite et restructuration 177 Selon la législation constitutionnelle

Plus en détail

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.;

AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES. L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; LOIN./PORTANTSTATUTDEL ORDREDESEXPERTSCOMPTABLES AGREES ET DES COMPTABLES AGREES ET REGLEMENTANT LES PROFESSIONSD EXPERTCOMPTABLEETDECOMPTABLEAGREE L AsembléeNationaleadélibéréetadoptéensaséancedu.; Le

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales

Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Texte original Convention entre la Suisse et la Belgique sur la reconnaissance et l exécution de décisions judiciaires et de sentences arbitrales Conclue le 29 avril 1959 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group

Cour d appel de Lyon 8ème chambre. Arrêt du 11 février 2014. Euriware/ Haulotte Group Cour d appel de Lyon 8ème chambre Arrêt du 11 février 2014 Euriware/ Haulotte Group Décision déférée : Ordonnance du 12 décembre 2012 du juge des référés du tribunal de commerce de Lyon Références de publication

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Résolution CM13 0552 du conseil municipal le 17 juin 2013 et Résolution CG13 0246 du conseil d agglomération du 20 juin 2013 CONTEXTE L article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes oblige les municipalités

Plus en détail