pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :"

Transcription

1 pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare d observer des mouvements de personnel d une société à l autre. Ainsi, une entreprise française peut être amenée, dans le cadre de son développement international, à muter l un de ses salariés dans une filiale étrangère. Cette mise à disposition est soumise à des règles particulières qui encadrent, notamment, les conditions de retour du salarié. Conditions de la mise à disposition du salarié L accord du salarié est-il nécessaire? Plusieurs situations sont envisageables. Le salarié est recruté par l entreprise française pour exercer des missions au sein d une filiale étrangère. Dans ce cas, en concluant son contrat, il accepte nécessairement sa mise à disposition de la filiale étrangère. Le salarié a été embauché, initialement, pour effectuer des missions à l étranger, au sein des filiales du groupe, par exemple pour assumer des fonctions de direction ou d audit. Dans ce cas, la mutation du salarié dans une filiale étrangère ne devrait pas, en principe, emporter modification du contrat, tout du moins si celui-ci fixe précisément la zone géographique de mobilité du salarié. L accord de ce 22 Social Pratique / N 518 / 10 février 2009

2 dernier n est donc pas nécessaire ; mais il est plus prudent de définir, d un commun accord, les conditions de sa mise à disposition, par un avenant à son contrat. Le contrat de travail comporte une clause de mobilité internationale, définissant précisément sa zone géographique d application. La mutation du salarié dans une filiale étrangère relève alors, en principe, du seul pouvoir de direction de l employeur, à condition que les fonctions, la rémunération et la durée du travail du salarié restent inchangées et que le lien de subordination juridique avec l employeur initial soit maintenu [Cass. soc., 15 mars 2005, n ]. Dans les autres hypothèses, l accord du salarié est requis, la mutation dans un pays étranger constituant une modification de son contrat de travail. La conclusion d un avenant au contrat formalisera, en pratique, cet accord. Quel que soit le support choisi, simple «lettre de détachement» ou avenant au contrat de travail de l intéressé, l employeur doit fournir au salarié, avant tout départ à l étranger, un écrit comportant certaines mentions obligatoires : l identité des parties ; le titre du salarié ou sa fonction ; le lieu de travail ; la date du début de la mission et sa durée ; le salaire et la devise servant au paiement de la rémunération ; les avantages en espèces et en nature liés à l expatriation ; les conditions de rapatriement du salarié [Dir. Cons. CE n 91/533, 14 oct. 1991, JOCE 18 oct.]. Quel cadre juridique choisir? La mise à disposition d un salarié auprès d une filiale étrangère peut être opérée soit par la conclusion d un contrat de travail entre le salarié et cette filiale (avec rupture, suspension ou maintien du contrat de travail initial), soit sans lien contractuel entre la filiale et le salarié. Mais, quelle que soit la formule choisie, elle ne fixera pas nécessairement de manière définitive la situation juridique des trois parties concernées. En effet, la Cour de cassation considère qu en cas de contentieux, les juges doivent s attacher aux modalités de la mission pour déterminer si le salarié voit son contrat initial disparaître, s il est maintenu ou s il coexiste avec un second contrat avec la filiale. Elle juge ainsi que : le salarié d une société mère détaché auprès d une filiale pour y accomplir un travail est en principe lié à cette dernière par un contrat de travail [Cass. soc., 22 mai 2001, n ]. Toutefois, si le salarié est envoyé auprès d une filiale pour exécuter une mission au seul bénéfice de la société mère, sans être soumis à aucune directive émanant de la filiale (par exemple pour auditer les activités de la filiale), aucun contrat de travail n existe entre la filiale et le salarié. Les juges ont ainsi retenu qu un salarié, qui avait été détaché au sein d une filiale étrangère pour y exercer les fonctions de directeur, sans avoir conclu de contrat de travail écrit avec cette dernière, était resté lié à la société mère par un contrat de travail, dès lors que celle-ci avait conservé son pouvoir hiérarchique à son égard et qu elle déterminait la rémunération qui lui était versée par la filiale [Cass. soc., 12 juill. 2007, n ] ; la conclusion d un contrat de travail avec la filiale n exclut pas le maintien du contrat de travail initial. Les juges peuvent ainsi considérer que deux contrats de travail coexistent, lorsque l employeur initial continue à exercer un pouvoir hiérarchique à l égard du salarié, à lui donner des directives, à fixer sa rémunération, par exemple, et que la filiale exerce, elle aussi, des prérogatives patronales. Social Pratique / N 518 / 10 février

3 En pratique, comment procéder? Il est conseillé de choisir une formule adaptée au type de mise à disposition que les parties entendent mettre en œuvre, en fonction par exemple de la volonté de la société mère de conserver un pouvoir de contrôle sur l activité du salarié ou de se ménager le droit de mettre fin à la mise à disposition. Selon les objectifs recherchés, plusieurs formules sont possibles : le salarié peut être simplement mis à disposition de la filiale, avec maintien du lien contractuel avec l entreprise d origine, par une lettre de détachement ou un avenant à son contrat de travail initial ; le salarié conclut un contrat de travail avec la filiale, son contrat de travail initial étant suspendu. Il convient alors de conclure un avenant à ce contrat initial, afin de régler différentes questions : les conditions de retour du salarié, de prise en compte de l ancienneté acquise dans la filiale, de rémunération ; en cas de transfert de longue durée, il est possible de rompre le contrat de travail initial, par une rupture amiable ou la démission du salarié, et de conclure un nouveau contrat entre le salarié et la filiale. Mais, dans cette hypothèse, la société mère n est pas déliée de toutes ses obligations vis-à-vis du salarié : elle reste tenue à son égard d une obligation de rapatriement en cas de licenciement du salarié par la filiale (voir p. 26). Quel est le droit applicable au contrat de travail exécuté à l étranger? Les règles qui gouvernent la détermination de la loi applicable au contrat de travail exécuté à l étranger par un salarié français sont issues du droit international et, en particulier, de la Convention de Rome (sauf si le contrat a été conclu avant le 4 mars 1991, mais la Cour de cassation lui applique alors des règles identiques à celles prévues par cette convention). Là encore, la diversité des situations impose d opérer des distinctions schématiques. Si le salarié mis à disposition d une société étrangère conclut un contrat de travail avec cette dernière, le droit local est, en principe, applicable à ce contrat [Cass. soc., 28 juin 2006, n ]. Toutefois, les parties peuvent choisir de soumettre leur relation contractuelle à une autre législation, par exemple la loi française, sans que leur choix ne puisse priver le salarié de la protection que lui assurent les dispositions impératives de la loi du pays d accueil. Ces dispositions, dites lois de police, sont celles relatives à l hygiène et à la sécurité, au temps de travail et aux congés, au salaire minimum, aux garanties applicables en cas d insolvabilité de l employeur. Si le salarié est recruté par une société française pour travailler à l étranger auprès d une filiale (par exemple pour diriger une filiale ou effectuer des missions dans différentes filiales), les parties peuvent choisir la loi applicable à la relation de travail. Mais ce choix ne peut pas avoir pour effet de priver le salarié des dispositions impératives de la loi du pays où il accomplit habituellement son travail (par exemple, pour le salarié recruté pour diriger une filiale étrangère, la loi où cette filiale est implantée) ou, s il n accomplit pas habituellement son travail dans un même pays, des dispositions impératives de la loi du pays où se trouve l établissement qui l a embauché (par exemple, pour le salarié embauché par une entreprise française qui effectue diverses missions temporaires dans différentes filiales de par le monde, la loi française), sauf si le contrat présente des liens plus étroits avec un autre pays, auquel cas la loi de ce pays est applicable. 24 Social Pratique / N 518 / 10 février 2009

4 À défaut de choix des parties, le contrat est soumis soit à la loi du pays où le salarié accomplit habituellement son travail, soit, s il n accomplit pas habituellement son travail dans un même pays, à la loi du pays où est implanté l établissement qui l a embauché, sauf si le contrat présente des liens plus étroits avec un autre pays, auquel cas la loi de ce pays est applicable [Conv. Rome, art. 6]. Si le salarié est détaché temporairement par une société française auprès d une filiale étrangère, par une simple mise à disposition, la relation de travail reste soumise à la loi du pays où s exerce habituellement le travail, c est-à-dire la loi française, sous réserve du respect des dispositions impératives de la loi du pays d accueil, qui sont applicables à tout travail exécuté sur le territoire du pays d accueil (voir p. 24). -- À NOTER Dès lors que le contrat de travail reste soumis à la loi française, le salarié doit bénéficier des conventions et accords collectifs applicables à l entreprise [Cass. soc., 17 avr. 1991, n ]. Statut du salarié pendant la mise à disposition Le salarié doit-il être pris en compte dans les effectifs de la société mère? Dès lors que le lien de subordination juridique est maintenu avec l entreprise française d origine, le salarié mis à disposition d une filiale étrangère doit être pris en compte dans le calcul des effectifs de l entreprise française, au regard du droit du travail. Ainsi, il a été jugé que des salariés recrutés en France pour aller travailler à l étranger doivent entrer dans le calcul de l effectif en vue de l élection des délégués du personnel, même si leur contrat de travail est soumis à une loi étrangère et peu important le lieu d exécution du travail [Cass. soc., 4 mai 1994, n ] ou qu un employeur ne pouvait exclure des listes électorales des salariés expatriés, en raison du maintien du lien de subordination juridique [Cass. soc., 18 juill. 2001, n ]. -- À NOTER En revanche, la Cour de cassation a jugé qu un salarié recruté par une entreprise française pour travailler à l étranger de manière durable n est pas éligible aux élections des délégués du personnel, en raison de son éloignement de l établissement situé en France [Cass. soc., 4 mai 1994, n ]. Doit-il bénéficier de la participation et de l intéressement de la société mère? Là encore, tout dépend du maintien ou de la disparition du lien de subordination juridique avec l entreprise française. Les salariés mis à disposition d une filiale étrangère, qui restent liés à l entreprise française par un contrat de travail, doivent bénéficier de la participation et de l intéressement versés par cette dernière [Cass. soc., 28 nov. 2006, n ]. Un accord de participation ne peut valablement les écarter de la répartition de la réserve spéciale de participation [Cass. soc., 29 oct. 2002, n ]. En outre, les modalités de répartition de la réserve spéciale de participation doivent s appliquer de manière identique pour les salariés expatriés et les salariés établis en France ; la partie de rémunération payée par la filiale étrangère pendant la durée de l expatriation doit donc être prise en compte pour le calcul des droits du salarié expatrié [Cass. soc., 6 déc. 2007, n ]. Peut-il rester affilié au régime de sécurité sociale français? Pour répondre à cette question, il faut distinguer les salariés détachés et les salariés expatriés, les notions de détachement et d expatriation n ayant, à vrai dire, de signification juridique précise qu en matière de protection sociale (voir encadré p. 26). Compte Social Pratique / N 518 / 10 février

5 Distinguer le détachement de l expatriation Le détachement : il est régi, suivant le pays d accueil du salarié, soit par des règlements européens, soit par des conventions bilatérales de sécurité sociale, soit par le Code de sécurité sociale. Pour être en situation de détachement, le salarié doit remplir trois conditions (outre des conditions particulières, le cas échéant, suivant le pays d accueil) : il doit rester salarié de l entreprise française, être envoyé à l étranger pour une durée déterminée, et continuer à être rémunéré par l entreprise française, qui s engage à verser au régime français l intégralité des cotisations afférentes au salaire. La durée maximale du détachement est de 12 mois, renouvelable une fois, si le pays d accueil fait partie de l Espace économique européen [Règl. 1408/71, art. 14], et dans le cas contraire, soit de 3 ans, renouvelable une fois, lorsque le pays d accueil n a pas conclu de convention bilatérale avec la France [CSS, art. L ], soit d une durée fixée par la convention bilatérale conclue. Au-delà de la durée maximale résultant du règlement européen ou de la convention bilatérale applicable, le maintien au régime français peut être demandé en vertu du Code de la sécurité sociale pour une durée de trois ans renouvelable une fois [CSS, art. L et R ]. Toutefois, le salarié ne bénéficie plus, alors, du régime de détachement dans le pays d'accueil et doit en conséquence s affilier au régime de protection sociale obligatoire dans ce pays. L expatriation : lorsque les conditions du détachement ne sont pas remplies (ou au-delà de la durée maximale autorisée), le salarié envoyé à l étranger est expatrié au regard de la sécurité sociale : il cesse de relever de la sécurité sociale française. S il existe un régime de sécurité sociale obligatoire dans le pays d accueil, il doit y être affilié et y cotiser. S il n en existe pas, il peut recourir à des assurances privées ou adhérer à la Caisse des Français à l étranger et ainsi se couvrir contre les risques maladie, maternité, invalidité, accident du travail, maladie professionnelle et vieillesse. tenu de la complexité des règles applicables, en fonction du pays où le salarié est amené à travailler, il ne sera dressé, ici, qu un tableau schématique : le principe de territorialité des lois s applique à la législation de sécurité sociale, à défaut de dispositions particulières résultant de conventions internationales. Il en résulte que tout travail exécuté en France entraîne l assujettissement du salarié au régime français de sécurité sociale. A contrario, le salarié d une entreprise française qui travaille à l étranger est soumis, en principe, à la législation de sécurité sociale du pays d accueil ; le détachement : un salarié envoyé à l étranger par un employeur établi en France peut être maintenu au régime français de sécurité sociale, sous certaines conditions dépendant du lieu de détachement. Dans ce cas, il continue à être affilié, à cotiser et à percevoir des prestations des caisses françaises de sécurité sociale et n est pas tenu de cotiser au régime du pays d accueil (si le détachement intervient dans le cadre d une convention bilatérale ou des règlements européens). Le détachement suppose que la mission effectuée à l étranger soit d une durée limitée. Lorsque les conditions du détachement sont remplies, c est à l employeur qu il revient de décider, ou non, de maintenir l affiliation du salarié au régime français. Fin de la mise à disposition La société mère est-elle tenue de réintégrer le salarié à la fin de sa mission? En cas de maintien du contrat de travail initial Si le salarié est mis à disposition d une filiale étrangère en exécution de son contrat de travail initial, soit qu il a été recruté pour travailler dans cette filiale, soit qu il y 26 Social Pratique / N 518 / 10 février 2009

6 a été affecté par conclusion d un avenant à son contrat ou par une décision unilatérale de son employeur, l entreprise d origine est tenue de poursuivre le contrat à la fin de la mise à disposition. Elle doit donc rapatrier le salarié et lui proposer un nouveau poste correspondant à sa qualification contractuelle ; en l absence de poste disponible, elle doit prendre en charge le licenciement, à condition toutefois de disposer d une cause réelle et sérieuse. Ainsi, une entreprise qui avait affecté un salarié auprès d une filiale étrangère, par application d une clause de «mobilité-transfert» contenue dans son contrat de travail et qui était demeurée employeur de ce salarié, a été jugée responsable de la rupture du contrat de travail, faute d avoir fourni au salarié le travail dû à l issue de cette mission [Cass. soc., 5 déc. 2007, n ]. A contrario, l employeur qui, à l issue de la mission à l étranger, propose au salarié un poste de même qualification, de rémunération identique et comportant des responsabilités comparables à celles du précédent emploi, satisfait son obligation de réintégration ; si le salarié refuse ce poste, qui n emporte qu un simple changement des conditions de travail, il commet une faute pouvant, éventuellement, justifier son licenciement [Cass. soc., 13 nov. 2008, n ]. Par ailleurs, l employeur peut décider de maintenir le salarié, à son retour de détachement, en attente d affectation ; cette solution provisoire ne constitue pas une faute, sauf abus [Cass. soc., 9 avr. 2008, n ]. En cas de rupture du contrat de travail initial Selon l article L du Code du travail, lorsqu un salarié engagé par une société mère a été mis à disposition d une filiale étrangère et qu un contrat de travail a été conclu avec cette dernière, la société mère assure son rapatriement en cas de licenciement par la filiale et lui procure un nouvel emploi compatible avec l importance des précédentes fonctions en son sein. Si l on s en tient à la lettre du texte, lorsque le lien contractuel entre le salarié et la société mère a été rompu, cette dernière ne devrait pas être tenue de réintégrer le salarié à la fin de sa mission, sauf engagement contraire. La Cour de cassation a toutefois récemment affirmé que l application de ce texte n est pas subordonnée au maintien d un contrat de travail entre le salarié et la maison mère [Cass. soc., 13 nov. 2008, n ]. À quelles conditions le salarié peut-il faire valoir ce droit à réintégration ou à reclassement? La jurisprudence a précisé les conditions d application de l article L du Code du travail : le salarié doit avoir été embauché par une société mère installée en France et avoir exercé des fonctions en son sein [Cass. soc., 4 avr. 2006, n ] avant d être mis à la disposition d une filiale étrangère (c est-àdire une société sur laquelle la société française exerce un pouvoir de direction et de contrôle économique), quel que soit le cadre de cette mise à disposition (application d une clause de mobilité, décision prise d un commun accord). Le contrat initial peut être maintenu [Cass. soc., 5 déc. 2007, n ] ou rompu. Ainsi il a été jugé qu une salariée qui avait accepté de rompre son contrat de travail avec la société mère française, pour être mise à disposition d une filiale chinoise, avait néanmoins le droit d être réintégrée par la société mère, après avoir été licenciée par la filiale chinoise [voir arrêt n précité] ; un contrat de travail doit avoir été établi entre le salarié et la filiale étrangère. À défaut, la mise à disposition intervient alors en exécution du contrat de travail avec la société mère, qui est nécessairement maintenu ; Social Pratique / N 518 / 10 février

7 le droit à réintégration ne naît qu en cas de licenciement du salarié par la filiale. Si tel n est pas le cas, le salarié ne peut exiger d être réintégré par la société mère [Cass. soc., 31 oct. 2006, n ]. Toutefois, la jurisprudence admet que le droit à réintégration puisse être exercé en l absence de licenciement du salarié par la filiale, lorsque cette dernière cède son fonds de commerce à une société tierce. Dans cette hypothèse, la Cour de cassation considère que cette cession met fin ipso facto au contrat de travail avec la filiale ; il appartient alors à la société mère française de prendre l initiative de rapatrier le salarié et de lui proposer un reclassement [Cass. soc., 13 nov. 2008, n ]. Dans quels cas la société mère peut-elle licencier le salarié? La société mère qui est tenue de réintégrer le salarié à l issue d une mission auprès d une filiale étrangère, peut procéder au licenciement de l intéressé soit : si le salarié refuse le ou les postes de reclassement qu elle lui a proposés et qui correspondent à l importance de ses précédentes fonctions (si son contrat de travail avait été rompu, lors de la mise à disposition) ou à sa qualification contractuelle (en cas de maintien du contrat initial) ; si aucun poste de reclassement n est disponible ; dans ce cas, la procédure de licenciement pour motif économique est applicable et l entreprise doit pouvoir justifier d un motif économique réel et sérieux [Cass. soc., 1 er déc. 1993, n ]. En revanche, la société mère ne peut licencier le salarié en invoquant les mêmes motifs que ceux ayant justifié le licenciement prononcé par la filiale [Cass. soc., 30 mars 1999, n ], sauf si les griefs imputés au salarié par la filiale rendent impossible son maintien dans l entreprise, en raison de leur incidence sur le fonctionnement de la société mère. Si le salarié est resté subordonné à la société d origine pendant la mise à disposition et qu aucun contrat de travail n a été conclu avec la filiale, la société mère peut prononcer son licenciement pour des faits survenus dans l exercice de ses fonctions à l étranger ; le salarié ne peut, alors, faire valoir un droit à réintégration [Cass. soc., 12 juill. 2007, n ]. Indemnités de rupture Le temps passé par le salarié au service de la filiale est pris en compte pour le calcul du préavis et de l indemnité de licenciement [C. trav., art. L ]. En outre, les indemnités de rupture dues au salarié doivent être calculées par référence aux salaires perçus dans son dernier emploi [Cass. soc., 27 oct. 2004, n ]. L indemnité de préavis, l indemnité de licenciement et l indemnité compensatrice de congés payés doivent donc être calculées, en principe, sur la base du salaire d expatriation, sauf si le salarié a été réintégré avant d être licencié [Cass. soc., 13 nov. 2008, n ]. Toutefois, le salarié licencié par la filiale étrangère puis par la société mère ne peut pas cumuler les indemnités de rupture correspondant à une même période de travail [Cass. soc., 20 janv. 1993, n ]. 28 Social Pratique / N 518 / 10 février 2009

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE

DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE Michel Miné Christine Boudineau Anne Le Nouvel Marie Mercat-Bruns Bruno Silhol DROIT SOCIAL INTERNATIONAL ET EUROPÉEN EN PRATIQUE, 2010 ISBNÞ: 978-2-212-54678-1 VI. MOBILITÉ DES SALARIÉS 127 Section 2.

Plus en détail

Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils.

Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils. Mobilité internationale : détachement et expatriation Note de Synthèse réalisée par Madame Firouse BOUDJELLA, Consultante mobilité internationale et recrutement (contact@fboconseils.com) Avec le concours

Plus en détail

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent

MOBILITE INTERNATIONALE. Un contrat de travail pertinent présente MOBILITE INTERNATIONALE Un contrat de travail pertinent Maître Marc BOURGUIGNON -VAE SOLI- 8 rue Brémontier 75017 PARIS mb@vae-soli.com 01 47 66 34 68 1 École des Mines 20 Mars 2007 Plan Distinction

Plus en détail

RÉGIME DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, REGARDS CROISÉS Droit social et statut des expatriés au Brésil. Lundi 10 novembre de 14h30 à 16h30

RÉGIME DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, REGARDS CROISÉS Droit social et statut des expatriés au Brésil. Lundi 10 novembre de 14h30 à 16h30 RÉGIME DES INVESTISSEMENTS ÉTRANGERS, REGARDS CROISÉS Droit social et statut des expatriés au Brésil Lundi 10 novembre de 14h30 à 16h30 Droit social et statut des expatriés au Brésil Sommaire Détachement

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession

La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation. Atelier de la Profession La mobilité des travailleurs européens : du détachement à l expatriation Atelier de la Profession INTERVENANTS Pierre FAUCHER Expert-Comptable Rapporteur en charge du social Henri SCHMELTZ Expert-Comptable

Plus en détail

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude?

Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail. Confédération Française de l'encadrement-cgc. I. Qu est-ce que l inaptitude? Secteur Conditions de travail, Handicap et Santé au travail Fiches pratiques www.cfecgc.org Confédération Française de l'encadrement-cgc L inaptitude Vous êtes salarié et êtes confronté à cette situation

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE

LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE LES NOTES D'INFORMATION JURIDIQUE SERVICE JURIDIQUE JURISINFO FRANCO-ALLEMAND MAI 2015 Avertissement : Cette note a pour but de donner une information générale et ne peut remplacer une étude juridique

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail?

Maladie (arrêt) Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? Quelle est la conséquence de la maladie ou de l accident sur le contrat de travail? L arrêt maladie est un arrêt de travail prescrit par un médecin en raison de la maladie ou de l accident du salarié,

Plus en détail

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- LES FORFAITS JOURS Groupement des Métiers de l Imprimerie ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------- JUIN 2014 NOTE N 12 LES FORFAITS JOURS (Articles

Plus en détail

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE

COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE. Le contrat CUI-CAE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE Le contrat CUI-CAE Le recours à un contrat CUI-CAE (contrat unique d insertion-contrat d accompagnement) a pour objectif de faciliter

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Convention ou accord collectif

Convention ou accord collectif ENGAGEMENT INTERNE A L ENTREPRISE DIFFERENTES METHODES DE MISE EN PLACE UN CONTRAT L article L.911-1 du Code de la sécurité sociale précise que les garanties collectives relevant de la protection sociale

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Des motifs de recours presque identiques

Des motifs de recours presque identiques pratiques [travail temporaire] Qu est-ce qui distingue le contrat d intérim du CDD? La réglementation du contrat de travail temporaire est, pour une large part, le décalque de celle du contrat à durée

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ

1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ 1 er mars 2012 Intervenant : Thierry SANCHEZ Règles communes Art 11 Règles complémentaires à l étranger Art 12 ACOSS Circ. DSS/SDFSS/5B n o 2005/389 19 août 2005 Accords nationaux Mode de transport (art

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT

ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT ACCORD NATIONAL DU 3 JANVIER 2002 SUR LE TRAVAIL DE NUIT PRÉAMBULE Conscientes de la nécessité technique, économique ou sociale de faire travailler certains salariés, hommes ou femmes, la nuit, pour pourvoir

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL

LE CONTRAT DE TRAVAIL LE CONTRAT DE TRAVAIL I. Introduction Le contrat de travail définit les conditions de travail et de rémunération du salarié. Il ne peut être contraire à la loi, aux conventions collectives ou aux usages

Plus en détail

LE PRET DE MAIN D OEUVRE

LE PRET DE MAIN D OEUVRE LE PRET DE MAIN D OEUVRE CCI CHERBOURG-COTENTIN Marie-Laure LAURENT Avocat au Département Droit social Tel : 02.33.88.36.36 Mail : marie-laure.laurent@fidal.fr Mardi 25 juin 2013 1 Relation triangulaire

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er

- 39 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Proposition de loi visant à organiser le recours aux stages. Article 1 er - 39 - TABLEAU COMPARATIF Code de l éducation TROISIÈME PARTIE Les enseignements supérieurs LIVRE VI L organisation des enseignements supérieurs TITRE I ER L organisation générale des enseignements Proposition

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir,

CIRCULAIRE CDG90 LES EMPLOIS D AVENIR. Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, CIRCULAIRE CDG90 16/2013 LES EMPLOIS D AVENIR Loi n 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d avenir, Décret n 2012-1207 du 31 octobre 2012 relatif à l entrée en vigueur de décrets et

Plus en détail

CONGE OU TEMPS PARTIEL POUR CREATION D'ENTREPRISE

CONGE OU TEMPS PARTIEL POUR CREATION D'ENTREPRISE CONGE OU TEMPS PARTIEL POUR CREATION D'ENTREPRISE 20/03/2015 La Loi n 2003-721 du 1er Août 2003, complétée par la loi n 2006-450 du 18 avril 2006, permet à un salarié, pour créer ou reprendre une entreprise,

Plus en détail

jl_fifqb=molcbppflkkbiib

jl_fifqb=molcbppflkkbiib jl_fifqb=molcbppflkkbiib TRANSFERT EN FRANCE DE SALARIÉS NON-RESSORTISSANTS Sandra VREEDENBURGH Mai 2009 Toute société souhaitant transférer des salariés non-ressortissants de l Union Européenne au sein

Plus en détail

Le licenciement abusif

Le licenciement abusif Le licenciement abusif Plan Introduction I. Qu est ce qu un licenciement abusif? II. III. IV. Le licenciement est-il obligatoirement abusif s il n a pas précédé d avertissement? Les sanctions du licenciement

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique LES CONSÉQUENCES D UN TRANSFERT D ENTREPRISE Lorsque les conditions d application de l article L. 1224-1 1 (anciennement) L.122-12 du Code du Travail sont remplies, le transfert des contrats

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la

DROIT ECONOMIQUE. En préambule, le versement d une indemnité de rupture à l agent commercial à la DROIT ECONOMIQUE LE DROIT DE L AGENT COMMERCIAL AU VERSEMENT D UNE INDEMNITE DE RUPTURE : REVUE DE LA JURISPRUDENCE RECENTE Stéphanie YAVORDIOS Février 2011 En préambule, le versement d une indemnité de

Plus en détail

pratiques Arrêt maladie de longue durée : que peut faire l employeur?

pratiques Arrêt maladie de longue durée : que peut faire l employeur? pratiques [maladie] Arrêt maladie de longue durée : que peut faire l employeur? La gestion d un arrêt maladie de longue durée nécessite de déterminer les droits à indemnisation du salarié et les incidences

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL Attention Les notions d inaptitude et d invalidité sont totalement indépendantes l une de l autre. Seul le médecin du travail peut se prononcer sur l

Plus en détail

ACCORD DU 5 AVRIL 2006

ACCORD DU 5 AVRIL 2006 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective nationale IDCC : 7501. CRÉDIT AGRICOLE (4 novembre 1987) ACCORD DU 5 AVRIL 2006 RELATIF AUX MODALITÉS D APPLICATION

Plus en détail

ACTUALITE DROIT SOCIAL

ACTUALITE DROIT SOCIAL Lettre d information Mai 2013 20 2013 ACTUALITE DROIT SOCIAL PCJ PARIS 7 rue d'argenteuil 75001 PARIS PCJ LILLE 69, Rue de Béthune 59000 LILLE PCJ BRUXELLES 142 Avenue Louise B-1050 BRUXELLES PCJ ASSOCIÉS

Plus en détail

I - Législation du travail :

I - Législation du travail : POLYNESIE FRANCAISE Les dispositions en matière de droit du travail, protection sociale et fiscalité sont différentes de celles en vigueur en Métropole. I - Législation du travail : Autorisation de séjour

Plus en détail

L ACCUEIL REGULIER EN ANNEE COMPLETE : DE L EMBAUCHE A LA RUPTURE DU CONTRAT

L ACCUEIL REGULIER EN ANNEE COMPLETE : DE L EMBAUCHE A LA RUPTURE DU CONTRAT L ACCUEIL REGULIER EN ANNEE COMPLETE : DE L EMBAUCHE A LA RUPTURE DU CONTRAT Qu est-ce que l accueil en année complète? C est lorsque l assistant maternel accueille un enfant pendant 47 semaines. L enfant

Plus en détail

OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE.

OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE. OBJET : STATUT SOCIAL ET DEMANDE DE LICENCE DES PERSONNES INTERVENANT POUR DES EQUIPES ETRANGERES MAIS RESIDENT EN FRANCE. Selon la règlementation de l UCI*, les licences sont délivrées par la fédération

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations FICHE CONSEIL Chemin d accès : METHODES/OUTILS/2.DEVELOPPER/FICHES CONSEIL/SOCIAL RH/DIVERS Page : 1/5 1. L arrêt maladie

Plus en détail

Préavis : déterminer sa durée exacte, sa date de départ et de fin

Préavis : déterminer sa durée exacte, sa date de départ et de fin Gérer un départ à l initiative de l employeur : licenciement pour motif personnel et mise à la retraite Préavis : déterminer sa durée exacte, sa date de départ et de fin Référence Internet Saisissez la

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

Le contrat de travail du cadre dirigeant. Conférence - débat du 6 décembre 2005 École des Mines de Paris Intermines Carrières

Le contrat de travail du cadre dirigeant. Conférence - débat du 6 décembre 2005 École des Mines de Paris Intermines Carrières Le contrat de du cadre dirigeant Conférence - débat du 6 décembre 2005 École des Mines de Paris Intermines Carrières Le contrat de du cadre dirigeant I- Mandat social et contrat de 1. Inconvénients du

Plus en détail

Les congés payés. Synthèse

Les congés payés. Synthèse Les congés payés Synthèse Tout salarié a droit chaque année à un congé payé à la charge de l employeur. Chaque mois de travail ouvre droit à un congé de 2,5 jours ouvrables. C est l employeur qui organise,

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE - Stage en Nouvel e-calédonie - Stagiaire Organisme d accueil Stage Tuteur dans l'organisme d'accueil Tuteur pédagogique à l'unc

CONVENTION DE STAGE - Stage en Nouvel e-calédonie - Stagiaire Organisme d accueil Stage Tuteur dans l'organisme d'accueil Tuteur pédagogique à l'unc CONVENTION DE STAGE - Stage en Nouvelle-Calédonie - Année universitaire : 2015 Préliminaire Les signataires de la présente convention de stage reconnaissent avoir pris connaissance de la chartre des stages

Plus en détail

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013

LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Août 2013 Nous nous proposons de vous présenter les principales évolutions apportées par la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013, parue au Journal Officiel le 16 juin 2013 sous la forme de flashs spéciaux.

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration sur proposition du comité de rémunérations-ressources

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

Nom du Document : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE : RAPPEL DES REGLES DU JEU

Nom du Document : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE : RAPPEL DES REGLES DU JEU LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE FICHE CONSEIL Nom du Document : LE CONTRAT A DUREE DETERMINEE : Page : 1/12 EN BREF Le contrat à durée déterminée, quel que soit son motif, ne peut avoir ni pour objet ni

Plus en détail

Office. des régimes particuliers. de sécurité sociale

Office. des régimes particuliers. de sécurité sociale Office des régimes particuliers de sécurité sociale (ORPSS) + Statut social des accueillant(e)s d enfants Dernière mise à jour : 22/04/2015 (version 2015.2) GÉNÉRALITÉS... 3 CHAMP D APPLICATION... 3 LE

Plus en détail

Valence / Espagne 29 octobre 30 octobre 2015 LABOUR LAW COMMISSION / IMMIGRATION LAW COMMISSION. Employee mobility in the global world

Valence / Espagne 29 octobre 30 octobre 2015 LABOUR LAW COMMISSION / IMMIGRATION LAW COMMISSION. Employee mobility in the global world Valence / Espagne 29 octobre 30 octobre 2015 LABOUR LAW COMMISSION / IMMIGRATION LAW COMMISSION Date de la séance : Vendredi 30 octobre 2015 Employee mobility in the global world Pascal PETREL (Cabinet

Plus en détail

La protection des représentants du personnel

La protection des représentants du personnel La protection des représentants du personnel Les représentants du personnel bénéficient d une protection dans leur emploi afin de mener à bien leurs missions en lien avec leur mandat. Cette protection

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1

La Convention collective des salariés du Particulier employeur. 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 La Convention collective des salariés du Particulier employeur 28/01/2014 Cncesu - Pôle d'appui au Réseau 1 Les obligations de l employeur à l embauche du salarié S immatriculer en tant qu employeur, plusieurs

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités I MAJ.05-2015 SOMMAIRE A - CONTRAT DE TRAVAIL INTERNATIONAL CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION A10 A10 CRITÈRES DE DISTINCTION ENTRE LA SITUATION

Plus en détail

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux

Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Décision unilatérale de l employeur instituant une garantie complémentaire de remboursement de frais médicaux Sur papier à en-tête de l entreprise M À, le Objet : Généralisation de la complémentaire santé

Plus en détail

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012

CFDT UTI Métropole N 23 - Septembre 2012 104, rue Jeanne D'Arc 59000 LILLE Tél. : 03 20 88 36 20 - Fax : 03 20 53 21 44 Email : cfdt.metropole.lilloise@orange.fr Site : www.cfdt-metropolelilloise.fr Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique QUESTIONS-REPONSES : LES CONGES PAYES LES DROITS AU CONGES PAYES Qui a droit aux congés payés? Tout salarié, quelque soit son statut, a droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015

SPÉCIMEN MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Bon à savoir. À jour au 1 er mars 2015 MISE EN PLACE DU RÉGIME DE FRAIS DE SANTÉ PAR DÉCISION UNILATÉRALE DE L EMPLOYEUR (DUE) Récapitulatif des formalités à respecter Rédiger le document formalisant la Décision Unilatérale. Pour vous aider

Plus en détail

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL

MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL MODIFICATION DU CONTRAT DE TRAVAIL 06/11/2008 Le contrat de travail fait en principe la loi entre les parties qui sont tenues d'en respecter les clauses. Toutefois, dans la mesure où il s'agit d'un contrat

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV COMMENT CALCULER LE MONTANT DE L INDEMNITE DE LICENCIEMENT? La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, reprenant les dispositions de l ANI du 11 janvier 2008,

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com.

DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com. DUT GEA 2 ème année semestre 3 et 4 M 31 04 Cours Droit du travail (34,5h) plan détaillé Jean-François Paulin www.jfpaulin.com Introduction 1. Notion et domaine du droit du travail A) Droit et travail

Plus en détail

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL)

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Statut social des gardien(ne)s d enfants 01 01 2009 Contenu A. Généralités... 1 B. Champs d application... 1 C.

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

Entreprises étrangères travaillant en France

Entreprises étrangères travaillant en France Entreprises étrangères travaillant en France QUELLES SONT LEURS OBLIGATIONS? Si les entreprises sont établies sur le territoire de l Union européenne, elles peuvent «librement» effectuer des travaux en

Plus en détail

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français

La Convention de sécurité sociale franco-coréenne. Ses implications pour les ressortissants français La Convention de sécurité sociale franco-coréenne Ses implications pour les ressortissants français i Les informations délivrées dans cette présentation le sont à titre indicatif et n engagent pas la responsabilité

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été mis à jour en septembre 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.»

ACCORD DU 7 JUILLET 2010. Champ d application. Le champ conventionnel couvre l ensemble du territoire national y compris les DOM.» MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel ATELIERS ET CHANTIERS D INSERTION ACCORD DU 7 JUILLET 2010 RELATIF AU CONTRAT DE TRAVAIL NOR

Plus en détail

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle 13/02/2015 Le Contrat de Sécurisation Professionnelle Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné aux salariés des entreprises de moins de 1 000 salariés visées par une procédure de licenciement

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé

Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé Modèle de décision unilatérale instituant un système de garanties collectives complémentaire obligatoire frais de santé La direction de l entreprise.. (forme juridique et dénomination sociale) dont le

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat.

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat. LA RUPTURE CONVENTIONNELLE 1-LE PRINCIPE La rupture conventionnelle a été instaurée dans le cadre de la loi du 25 juin 2008. Elle constitue un mode de rupture amiable spécifique au contrat de travail à

Plus en détail

Le travail de nuit est régi par les articles L3122-29 et suivants du Code du travail. Il s accompagne de contreparties et de garanties des salariés.

Le travail de nuit est régi par les articles L3122-29 et suivants du Code du travail. Il s accompagne de contreparties et de garanties des salariés. TRAVAIL DE NUIT 07/05/2015 Le travail de nuit est régi par les articles L3122-29 et suivants du Code du travail. Il s accompagne de contreparties et de garanties des salariés. Le travail de nuit est autorisé

Plus en détail

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS

Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL. Nom du Document : L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : VOS L EXERCICE DES FONCTIONS DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL : Vos obligations d employeur FICHE CONSEIL Les salariés de votre entreprise ont élu leur(s) délégué(s) du personnel. Vous avez pu constater que la loi

Plus en détail

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel

Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Le chapitre 12 : Le Sport Professionnel Préambule La Convention Collective Nationale du Sport applicable depuis le 25 novembre 2006 comprend un chapitre 12 relatif au sport professionnel. Bien que sur

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés Par l article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, les partenaires sociaux ont mis en place

Plus en détail

Le droit individuel à la formation

Le droit individuel à la formation TOUT SAVOIR SUR LE DIF Le droit individuel à la formation Le DIF en quelques mots L'objectif du DIF est de permettre au salarié d améliorer, développer, compléter, renouveler sa qualification et ses compétences

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE EN AGRICULTURE

PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE EN AGRICULTURE MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord national PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE EN AGRICULTURE (10 juin 2008) (Etendu par arrêté du 16 mars 2009,

Plus en détail