de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire"

Transcription

1 Gestion des risques liés aux légionelles : de la mise en conformité réglementaire d un établissement de santé à l accréditation d un laboratoire D. Lecointe Dr. en Pharmacie, Dr. de l Université Paris XI Unité Fonctionnelle d Hygiène Hospitalière et de Lutte contre les Infections Nosocomiales, Centre Hospitalier Sud Francilien, Corbeil-Essonnes

2 Liens d intérêt

3 Problématique générale Epidémiologie des légionelloses : cas de DO en 2012 [Campèse, InVS, 2012] Incidence réelle estimée = 2,0 / 10 5 habitants Létalité : 11% risque très rare mais potentiellement très grave 7% de cas nosocomiaux de 2005 à 2008 [Campèse, BEH, 2009] Evitabilité : Gestion du risque lié aux légionelles = gestion réseau ECS +++ Conformité réglementaire des établissements de santé : Circulaire DGS N 2002/243 du 22 avril 2002 Arrêté du 1er février 2010 : accréditation Cofrac obligatoire

4 Problématique locale CH Sud-Francilien CHSF : CH multi-sites : 28 avant 2012 Transfert des CH Evry-Courcouronnes et Corbeil-Essonnes sur un Nouvel Hôpital, NH Légionelloses nosocomiales : 1 cas suspect de légionellose : 30 juillet août 2002 : création du groupe de travail "Eau, légionelles et Pseudomonas" Mars 2005 : 1 cas à Lp1, site A. Calmette AC Recherche légionelles dans l ECS : laboratoire extérieur Unité d Hygiène : UFHHLIN en 2007 Création du poste de praticien hygiéniste en 2002 Pas de laboratoire d hygiène hospitalière

5 But - Objectifs But : Gérer le risque lié aux légionelles au CHSF Objectifs : Principaux : Diminuer le risque de légionellose nosocomiale Diminuer le pourcentage de points d usage positifs du réseau ECS Se mettre en conformité réglementaire Garantir l absence de risque sur le NH Secondaires : Améliorer la qualité du suivi des prélèvements Améliorer la mise en œuvre des mesures de prévention

6 Méthodes - 1 Principales étapes : Mise en conformité installations Mise en œuvre mesures de prévention Création du laboratoire d hygiène hospitalière Internalisation de la recherche par culture sur gélose Accréditation Cofrac : prélèvement et analyse de recherche et dénombrement des légionelles dans l'eau chaude et froide.

7 Méthodes - 2 Mode de recueil et d analyse des données : Groupe de travail "Eau, légionelles et Pseudomonas» : Composition : UFHHLIN, ST, bactériologie, logistique, pharmacie Réunions mensuelles puis bimestrielles Mission : suivi des résultats des prélèvements et de la mise en œuvre de mesures correctives Réunions qualité de l'ufhhlin : 2010 Composition : UFHHLIN (laboratoire HH), RAQ, biomédical Réunions bimensuelles Mission : management qualité du laboratoire HH

8 Méthodes - 3 Référence(s) et/ou recommandations : Textes réglementaires : Circulaire DGS N 2002/243 du 22 avril 2002, relative à la gestion du risque lié aux légionelles dans les établissements de santé. Arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire. Circulaire DGS/EA4/2010/448 du 21 décembre 2010 relative aux missions des Agences régionales de santé dans la mise en œuvre de l arrêté du 1 er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire.

9 Méthodes - 4 Référence(s) et/ou recommandations : Documents normatifs : Norme NF EN ISO/CEI Exigences générales concernant la compétence des laboratoires d étalonnages et d essais Norme NF EN ISO Echantillonnage pour analyse microbiologique FD T Qualité de l eau. Guide technique de prélèvements pour la recherche de Legionella dans les eaux Norme NF T Recherche et dénombrement de Legionella spp et de Legionella pneumophila : Méthode par ensemencement direct et après concentration par filtration sur membrane ou centrifugation. Amendement Documents Cofrac : dont le Guide technique d accréditation Analyses microbiologiques, biologiques et biologie moléculaire des eaux LAB GTA

10 Résultats - 1 Résultats en termes d'amélioration pratiques : Suivi des résultats de recherches de légionelles : Path Biol 58 (2010)

11 Résultats - 2 GC + LM + AC + MAG 85,71 90 % AC : Lp1 GC + LM + MAG : Lp2-14 GC + LM + AC + MAG + NH AC + MAG + NH > limite de détection > 1000 ufc/l d'eau AC : Lp1 NH : L. anisa ,61 %

12 Résultats - 3 En termes d'amélioration des pratiques : Internalisation de l analyse : Réactivité immédiate Analyse moins chère : 7,00 HT l analyse négative 30,00 HT l analyse positive vs 60,00 à 90,00 HT en laboratoire extérieur Soutien de la direction des travaux Mai 2010

13 Résultats - 4 En termes d'amélioration des pratiques : Accréditation Cofrac : Evaluation initiale avant déménagement (déc. 2011) : 17 écarts dont 6 critiques Accréditation sur les exigences N techniques portée disponible sur Evaluation complémentaire (sept. 2012) : 14 écarts examinés : L accréditation tous supprimés COFRAC atteste les compétences pour les seules activités couvertes par l accréditation, identifiées par le symbole # 3 derniers écarts supprimés Accréditation obtenue (nov. 2012) Visite de surveillance S1 (oct. 2013) : ouverture de 5 fiches d écart dont 1 critique

14 Discussion - 1 Points forts : Résultats des prélèvements : <5% de points positifs Accréditation Cofrac : laboratoire HH référent sur le territoire de santé Engagement institutionnel : UFHHLIN Services techniques Equipes d ASH Direction des Travaux Direction de la Qualité-Gestion des Risques Service des Ressources Biomédicales Direction générale

15 Discussion - 2 Points à améliorer : Suivi des prélèvements? Suivi du site A. Calmette : Lp1 NH : Régler les butées thermiques Accréditation Cofrac : Visite de surveillance S2 du Cofrac : août 2014 Améliorer organisation, réactivité et implication des fonctions support, notamment en métrologie

16 Discussion - 3 Développements ultérieurs envisagés : Collaborations inter-établissements : Création du RéLaHFA-Légio, réseau des laboratoires hospitaliers accrédités en Ile-de-France : 8 en 2013 Proposer l analyse aux établissements non accrédités Nouvelles techniques : Détection ADN de légionelles par amplification génique Co-cultures avec les amibes de l eau?

17 Conclusion Démarche > 10 ans : Groupe ELP initié suite à un cas suspect : 2002 Projet internalisation analyse : 2005 Laboratoire HH : 2006 En 2012 : 3,61% de points d usage terminaux positifs Déménagement sans Lp Laboratoire accrédité Réussite collective

18 Merci pour votre attention

Proposition de cotation de l activité réglementaire des équipes opérationnelles d hygiène à l aide d une lettre clé «H»

Proposition de cotation de l activité réglementaire des équipes opérationnelles d hygiène à l aide d une lettre clé «H» Proposition de cotation de l activité réglementaire des équipes opérationnelles d hygiène à l aide d une lettre clé «H» Résultats de 4 années d expérience D. Lecointe, S. Bourgeois, R. Beauvais UFHHLIN,

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 5

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 5 Convention N 3535 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-2372 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 2 Convention N 5115 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-5547 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

La légionellose en Haute-Normandie

La légionellose en Haute-Normandie La légionellose en Haute-Normandie Situation épidémiologique Gestion des déclarations obligatoires par la DDASS Situation épidémiologique Cire de Haute-Normandie - DDASS de Seine Maritime Réunion régionale

Plus en détail

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010

Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 Journée «Hygiène et prévention du risque infectieux en EHPAD» Prévention du risque «Legionelle» Mise en application de l arrêté du 1er février 2010 18/11/2010 Plan de l exposé La légionellose Description

Plus en détail

Risque Legionella dans les établissements de santé

Risque Legionella dans les établissements de santé Risque Legionella dans les établissements de santé * Surveillance de l environnement hospitalier : - une priorité nationale en matière de lutte contre les infections nosocomiales (100 recommandations )

Plus en détail

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME

Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion. 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Risque légionelles dans les réseaux d eau prévention et gestion 6 octobre 2016 Journée de prévention du Risque Infectieux en FAM MAS IME Sommaire 1. Legionella et Légionellose 2. La réglementation 3. La

Plus en détail

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé

LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé LEGIONELLOSE Signalement - Gestion du risque Rôle de l agence Régionale de Santé 20 septembre 2012 Journée Signalement CCLIN- OUEST Mme Cécile ROBERT- Dr Dominique LE GOFF - ARS Bretagne XX/XX/XX LA BACTERIE

Plus en détail

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015

La légionellose Agent infectieux, épidémiologie. Coclinor 16 juin 2015 La légionellose Agent infectieux, épidémiologie Coclinor 16 juin 2015 1 LA LEGIONELLOSE Historique 1976 Philadelphie réunion de 4 500 anciens combattants 149 participants et 72 spectateurs du défilé atteints

Plus en détail

Manuel de prélèvement du laboratoire d hygiène hospitalière

Manuel de prélèvement du laboratoire d hygiène hospitalière Date de mise en application : 15 mars 2016 Page 1/8 Indice Objet Rédacteur Vérificateur Approbateur Mlle C. NOEL A Création Interne en Pharmacie 03 août 2012 23 octobre 2012 09 septembre 2013 B C D E Modifications

Plus en détail

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06

Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot. Emmanuelle Annic - 19/01/06 Le Carnet Sanitaire Au CH Charcot Emmanuelle Annic - 19/01/06 La Réglementation (1) La circulaire du 31 décembre 1998 demande que chaque responsable doit détenir un dossier régulièrement actualisé comportant

Plus en détail

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010.

Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Lutte contre la légionellose : les nouvelles dispositions introduites par l arrêté du 1 er février 2010. Le présent document est destiné aux hôtels, campings et résidences de tourisme. Il a pour objectif

Plus en détail

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010

NOR: SASP A. Version consolidée au 10 février 2010 Le 24 février 2010 ARRETE Arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance des légionelles dans les installations de production, de stockage et de distribution d eau chaude sanitaire NOR: SASP1002960A

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 7

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 7 Convention N 2495 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1776 rév. 7 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 7

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 7 Convention N 513 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-0880 rév. 7 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs

L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs L éclosion de légionellose de Québec et la mise en place d une réglementation visant les TARs SympoLegio 2013 Philippe Cantin, Ph.D., microbiologiste Centre d expertise en analyse environnementale du Québec

Plus en détail

RECHERCHE ET DENOMBREMENT

RECHERCHE ET DENOMBREMENT NOTE TECHNIQUE N 7 RECHERCHE ET DENOMBREMENT DE LEGIONELLA SPP ET DE LEGIONELLA PNEUMOPHILA RETOUR D INFORMATION EIL A.G.L.A.E. SUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA NF T 90 431 (2014) Ce document est diffusé à titre

Plus en détail

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire.

Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire. Réglementation et rôle de l autorité sanitaire. Le risque légionelles et les installations de production d eau chaude sanitaire Réglementation et rôle de l autorité sanitaire 19 mars 2015 Contexte 1976 : 1 ère description de la maladie - Congrès annuel

Plus en détail

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures.

Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures. Prévention de la prolifération des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire et maitrise du risque de brulures 21 novembre 2013 La légionelle Bactérie ubiquitaire Hydrotellurique (présente dans

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 3

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 3 Convention N 1031 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1426 rév. 3 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Cas groupés de légionellose en EHPAD

Cas groupés de légionellose en EHPAD PRENDRE SOIN Cas groupés de légionellose en EHPAD Août 2012 Sandra INDJEIAN, Directrice d EHPAD Marie-Claire JOUAN, Cadre de santé ARLin 14 février 2013 Présentation de l EHPAD 92 chambres simples - Rez-de-chaussée:

Plus en détail

Prévention en unité de soins

Prévention en unité de soins 38èmes Journées Régionales d Hygiène Hospitalière Mars 2016 LA LÉGIONELLOSE ASSOCIÉE AUX SOINS Prévention en unité de soins Véronique PEDRON IDE Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux 1 Contexte (1/2)

Plus en détail

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire

Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire Prévention du risque sanitaire lié aux légionelles dans les tours aéroréfrigérantes (TAR) Le contexte réglementaire 1 LES SOURCES Les principales sources de risques sont : les circuits d eau chaude sanitaire

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR.

CE QU IL FAUT RETENIR. Juin 2014 Professionnels de l hébergement de tourisme LEGIONELLE ET LEGIONELLOSE : CE QU IL FAUT RETENIR. Délégation Territoriale de l Essonne 6/8 rue Prométhée -Tour Lorraine - 91035 - Evry Cedex Standard

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER. sudfrancilien. Formations en HYGIENE

CENTRE HOSPITALIER. sudfrancilien. Formations en HYGIENE CENTRE HOSPITALIER sudfrancilien Formations en HYGIENE HOSPITALIERE édito La formation continue et le DPC sont devenus importants dans les Etablissements de santé, tant par leur obligation réglementaire

Plus en détail

La maîtrise de l analyse: Application de la méthode HACCP. Christophe Dufour Nicole Maurice Juin 2013

La maîtrise de l analyse: Application de la méthode HACCP. Christophe Dufour Nicole Maurice Juin 2013 La maîtrise de l analyse: Application de la méthode HACCP Christophe Dufour Nicole Maurice Juin 2013 Pourquoi des analyses? Quels risques en matière de fiabilité de résultat? Y a-t-il des CCP dans le processus

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 5

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 5 Convention N 2189 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1644 rév. 5 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique

Direction des soins. Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose. Tous les services de soins et le service technique PROCEDURE HYGIENE CAT Version 1 Direction des soins Mesures à prendre en cas de suspicion ou diagnostic de légionellose Page 1/4 Janvier 2005 Contenu de la procédure Ce document décrit les mesures à prendre

Plus en détail

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires

Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Rappels réglementaires concernant la prévention du risque Legionelle dans les réseaux sanitaires Journées de formation/séminaire - Gestion des risques sanitaires et industriels 21 novembre 2013 Dr Laure

Plus en détail

METROLOGIE DANS UN LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE MEDICALE. J. Marc REIFENBERG

METROLOGIE DANS UN LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE MEDICALE. J. Marc REIFENBERG METROLOGIE DANS UN LABORATOIRE DE MICROBIOLOGIE MEDICALE J. Marc REIFENBERG Le processus 1 2 3 1 La demande / revue de contrat Equipement critique Grandeur mesurable Spécifications Périodicité de raccordement

Plus en détail

Catalogue de prestations

Catalogue de prestations Catalogue de prestations Laboratoire d Hygiène des Aliments et de l Environnement Institut Pasteur de Madagascar Audit Formation Conseils Les Bonnes Pratiques d Hygiène Le Contrôle des Eaux Le Contrôle

Plus en détail

Convaincre et impliquer la direction

Convaincre et impliquer la direction La 1 ère Université Maghrébine et Sécurité des Soins. Convaincre et impliquer la direction Dans la démarche d hygiène hygiène. Dr HADDAD Med Salah Service d Hygiène Hospitalière CHU F. Bourguiba de Monastir

Plus en détail

Aspect pratique de l accréditation en immuno-hématologie

Aspect pratique de l accréditation en immuno-hématologie Aspect pratique de l accréditation en immuno-hématologie Dr Pierre LAUROUA Laboratoire Immuno-hématologie clinique Etablissement Français du Sang Bordeaux L accréditation: qu est-ce que c est? Reconnaissance

Plus en détail

Légionelles, un nouveau

Légionelles, un nouveau Légionelles, un nouveau défi Le Laboratoire Départemental d Analyses et de Conseil de la Nièvre vous propose de faire le point Risques et enjeux Qu est ce que la légionellose? Culture de légionelles En

Plus en détail

Bio-Impacteur Pour Analyse de la Bactériologie de l Air

Bio-Impacteur Pour Analyse de la Bactériologie de l Air UNIVERSITE LIBANAISE Ecole Doctorale Sciences et Technologie Campus Fanar Laboratoire LPA Bio-Impacteur Pour Analyse de la Bactériologie de l Air Présenté par : Youssef BEAINY Dirigé par : Dr. Antoine

Plus en détail

12ème Séminaire des Réseaux d Hygiène Hospitalière

12ème Séminaire des Réseaux d Hygiène Hospitalière Foyer st Nicolas Oursel Maison MAS La Clarée Beauvais EHPAD Montmorency Breteuil sur Noye Ehpad La Compassion Chaumont en Vexin Ehpad La Compassion Beauvais 12ème Séminaire des Réseaux d Hygiène Hospitalière

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la santé Sous-direction «Prévention des risques liés à l environnement et à l alimentation» Bureau «Qualité des

Plus en détail

Les nouveaux risques légionelles Comment les appréhender?

Les nouveaux risques légionelles Comment les appréhender? Midi Pyrénées Les nouveaux risques légionelles Comment les appréhender? Béatrice BRESSON Ingénieur d Etudes Sanitaires ARS de Midi Pyrénées Direction de la Santé Publique Département Santé Environnement

Plus en détail

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine

Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Réglementations 14/204 Eau destinée à la consommation humaine : la directive 98/83 et sa transposition Réglementation : eau destinée à la consommation humaine Code de la santé publique Livre III - Titre

Plus en détail

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau

RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE. 3ème Symposium International de l Eau RECHERCHE ET DENOMBREMENT DES LEGIONELLES LE RÔLE DU LABORATOIRE 3ème Symposium International de l Eau 1 PRESENTATION LANFRANCHI Jean-Paul Pharmacien biologiste Directeur de Laboratoire d Analyses Médicales

Plus en détail

La progression des actions dans le risque Légionelle

La progression des actions dans le risque Légionelle La progression des actions dans le risque Légionelle Isabelle Devie Gestion des Risques Centre Régional de Lutte Contre le Cancer de REIMS Avec le concours de Mr J. Naitychia, Isagua Concept 1 Les Légionelles

Plus en détail

Légionelles. Laboratoire de Bactériologie CHU de Besançon

Légionelles. Laboratoire de Bactériologie CHU de Besançon Légionelles Laboratoire de Bactériologie CHU de Besançon Introduction Historique 1976 : congrès de l American Legion à Philadelphie : épidémie de 182 malades, 16% de décès (pneumonie) 1977 : MacDade isole

Plus en détail

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides

Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Prévention de la légionellose : Réglementation applicable aux Tours Aéro Réfrigérantes humides Yohann PAMELLE DREAL PACA SOMMAIRE Principes de fonctionnement et types de Tours Aéroréfrigérantes La réglementation

Plus en détail

Investigation de cas groupés de légionellose

Investigation de cas groupés de légionellose Investigation de cas groupés de légionellose Montpellier, juillet août 2003 Florian Franke 1, Marie-Pierre Allié 2, Jeanne Claudet 2, Sophie Jarraud 3, Martine Bourdiol 2, Alexis Armengaud 1, Laurence

Plus en détail

L accréditation des laboratoires de biologie médicale en France

L accréditation des laboratoires de biologie médicale en France L accréditation des laboratoires de biologie médicale en France Présent senté par Hélène H MEHAY, Responsable de la Section Santé Humaine Réforme de la biologie médicale 29 juin 2010 Page 1 Introduction

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS AUDITS, FORMATIONS ET CONSEILS

CATALOGUE DE PRESTATIONS AUDITS, FORMATIONS ET CONSEILS CATALOGUE DE PRESTATIONS AUDITS, FORMATIONS ET CONSEILS ANNEE : 2016 Date de mise à jour : 01/03/2016 1 LABORATOIRE LABORATOIRE D'AUTOCONTRÔLE - Conseil Accompagnement pour la mise en place d'un laboratoire

Plus en détail

Prévention du risque LEGIONELLOSE

Prévention du risque LEGIONELLOSE Prévention du risque LEGIONELLOSE Réunion ATEE 28 SOMMAIRE 1. LA LEGIONELLOSE 2. CONCEPTION DE L INSTALLATION 3. EXPLOITATION DE L INSTALLATION 4. RETOUR D EXPERIENCE 5. MESURES CORRECTIVES LA LEGIONELLOSE

Plus en détail

REFERENCE DE LA METHODE. Date de l'annexe Technique en vigueur (D : date de prise d'effet - F : Date de fin de validité)

REFERENCE DE LA METHODE. Date de l'annexe Technique en vigueur (D : date de prise d'effet - F : Date de fin de validité) Domaine d'application : SAS - GROUPE TABLEAU RECAPITULATIF DES ESSAIS RENDUS SOUS ACCREDITATION COFRAC - MICROBIOLOGIE ET PRELEVEMENTS (LAB GTA 59) - - EAUX DE CONSOMMATION - - LEGIO ET PRELEVEMENTS (LAB

Plus en détail

Accréditation. Combien ça coûte? Qui veut gagner des millions? F. Larger

Accréditation. Combien ça coûte? Qui veut gagner des millions? F. Larger Accréditation Combien ça coûte? Qui veut gagner des millions? F. Larger 1 Sommaire Le COFRAC Certification versus accréditation Les initiatives Le calendrier Le coût Les essais interlaboratoires Les agréments

Plus en détail

2 textes fondateurs de l organisation actuelle

2 textes fondateurs de l organisation actuelle Organisation et Fonctionnement de la Cellule Régionale de Veille et de Gestion des Alertes Agence Régionale de Santé Rhône-Alpes Dr Christine Godin Benhaïm Référente Infections Associées aux Soins pour

Plus en détail

La légionellose en France Données épidémiologiques 2011

La légionellose en France Données épidémiologiques 2011 La légionellose en France Données épidémiologiques 2011 Mise à jour Mai 2012 Légionellose Généralités Système de surveillance en France Bilan des cas survenus en France en 2011 Légionellose Pneumopathie

Plus en détail

REFERENCE DE LA METHODE. Date de l'annexe Technique en vigueur (D : date de prise d'effet - F : Date de fin de validité)

REFERENCE DE LA METHODE. Date de l'annexe Technique en vigueur (D : date de prise d'effet - F : Date de fin de validité) Domaine d'application : SAS - GROUPE TABLEAU RECAPITULATIF DES ESSAIS RENDUS SOUS ACCREDITATION COFRAC - MICROBIOLOGIE ET PRELEVEMENTS (LAB GTA 59) - - EAUX DE CONSOMMATION - - LEGIO ET PRELEVEMENTS (LAB

Plus en détail

Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, Echanges d auditeurs internes PROGRAMME

Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, Echanges d auditeurs internes PROGRAMME Les petits déjeuner du CT M Réunion n du Club de Laboratoires Accrédités Partage d expériences, Evolutions dans le domaine de l accréditation, Echanges d auditeurs internes Vendredi 13 avril PROGRAMME

Plus en détail

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins

Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins La 1 ère Université Maghrébine d hygiène et de sécurité des soins Sousse, 2-5 septembre 2012 Rôle de l Infirmière Hygiéniste dans la surveillance épidémiologique des Infections Associées aux Soins M.ERB

Plus en détail

Présentation du Cofrac. Processus d accréditation des Laboratoires d essais et d analyses de Biologie Médicale

Présentation du Cofrac. Processus d accréditation des Laboratoires d essais et d analyses de Biologie Médicale Présentation du Cofrac Processus d accréditation des Laboratoires d essais et d analyses de Biologie Médicale COFRAC 37 rue de Lyon 75012 PARIS Page 1 L historique de l accréditation Le besoin de confiance

Plus en détail

Epidémiologie de la légionellose en France

Epidémiologie de la légionellose en France Epidémiologie de la légionellose en France Christine Campèse Département des maladies infectieuses SympoLégio, Lyon, 26-27 Novembre 2013 Légionellose : définition de cas Cas = Pneumopathie associée à Confirmé

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER. sudfrancilien. Formations en HYGIENE

CENTRE HOSPITALIER. sudfrancilien. Formations en HYGIENE CENTRE HOSPITALIER sudfrancilien Formations en HYGIENE HOSPITALIERE édito La formation continue et le DPC sont devenus importants dans les Etablissements de santé, tant par leur obligation réglementaire

Plus en détail

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE Contexte sanitaire - Epidémiologie

ANNEXE 1. LEGIONELLES ET LEGIONELLOSE Contexte sanitaire - Epidémiologie ANNEE GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE DES DISPOSITIONS DE L ARRETE DU 1 ER FEVRIER 2010 RELATIF A LA SURVEILLANCE DES LEGIONELLES

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 3

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 3 Convention N 633 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1021 rév. 3 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

GESTION DES RISQUES SANITAIRES ET INDUSTRIELS Focus sur la bactérie de la Légionelle et les microorganismes de l environnement

GESTION DES RISQUES SANITAIRES ET INDUSTRIELS Focus sur la bactérie de la Légionelle et les microorganismes de l environnement . JOURNEE DE FORMATION-SEMINAIRE GESTION DES RISQUES SANITAIRES ET INDUSTRIELS Focus sur la bactérie de la Légionelle et les microorganismes de l environnement Date : Jeudi 21 novembre 2013 Lieu : Paris

Plus en détail

Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales

Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales Diplôme universitaire d Hygiène Hospitalière et prévention des Infections Nosocomiales L. Barrou Faculté de médecine et pharmacie CLIN CHU Ibn Rochd Casablanca Introduction IAS: problème préoccupant Fréquence

Plus en détail

Janvier

Janvier Janvier 2017 51 Pour bien commencer l année, nous vous proposons un mots-fléchés. Remplissez la grille à l aide des définitions données ci-dessous et découvrez le mot mystère composé des lettres en bleu.

Plus en détail

Accréditation et qualité en biologie La démarche du laboratoire du CHU Amiens Picardie

Accréditation et qualité en biologie La démarche du laboratoire du CHU Amiens Picardie Accréditation et qualité en biologie La démarche du laboratoire du CHU Amiens Picardie V. Adjidé, A. Voyer Biologistes- Responsables Assurance Qualité, Centre de Biologie Humaine, CHU Amiens Picardie 5

Plus en détail

Hygiène Stérilisation

Hygiène Stérilisation Formation des correspondants en hygiène hospitalière Répondre aux exigences de la circulaire DGS/DH n 6454 du 29 décembre 2000 relative à la prévention des infections nosocomiales dans les établissements

Plus en détail

LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D 'ANALYSES. Unité Bactériologie. lozere.fr

LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D 'ANALYSES. Unité Bactériologie. lozere.fr LABORATOIRE DÉPARTEMENTAL D 'ANALYSES Unité Bactériologie lozere.fr 1 - Présentation L'eau intervient à plus d'un titre dans notre alimentation, d'abord en tant qu'aliment de base : l'eau consommée doit

Plus en détail

Rapport des Commissions. Commission Laboratoires

Rapport des Commissions. Commission Laboratoires Rapport des Commissions Commission Laboratoires 1. Chaine de comparaison interlaboratoires (CIL) 2. Appuis techniques aux laboratoires adhérents par : Formations (sur mesures) Veille réglementaire (projet)

Plus en détail

aamm ESSAIS Ce document atteste que : LABORATOIRE ICARE BiopôJe CJermont-Limagne SAINT BEAUZIRE

aamm ESSAIS Ce document atteste que : LABORATOIRE ICARE BiopôJe CJermont-Limagne SAINT BEAUZIRE aamm ESSAIS Ce document atteste que : LABORATOIRE BiopôJe CJermont-Limagne est accrédité par la Section Laboratoires du Comité Français d'accréditation pour effectuer des prestations d'essais ainsi que

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI PREAMBULE Ce document d information, complémentaire du LAB GTA 23, recense de manière non exhaustive, les analyses en microbiologie. Le but de cette nomenclature est d harmoniser l expression des portées

Plus en détail

Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience

Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience Équipe opérationnelle d hygiène dédiée aux EHPAD : Bilan de trois ans d expérience Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier

Plus en détail

Diagnostic énergétique d établissements de santé

Diagnostic énergétique d établissements de santé Diagnostic énergétique d établissements de santé Florence LAVRARD Juin 2012 1 Sommaire Etat des lieux Les enjeux Le diagnostic énergétique? Obligations des établissements? Démarche Etat des lieux Etablissement

Plus en détail

Normes. Définit les compétences exigées des laboratoires d essai et d étalonnage

Normes. Définit les compétences exigées des laboratoires d essai et d étalonnage Normes NF EN ISO/CEI 17025 Définit les compétences exigées des laboratoires d essai et d étalonnage NF EN ISO 15189 Définit les exigences concernant la qualité et la compétence des laboratoires de biologie

Plus en détail

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire:

31/01/2017. Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS. 1.Législation: 2.Étude de cas: Sommaire: Sommaire: Les circuits du linge: ET LES CHARIOTS DE SOINS IFAS 2017. Module 6 CIDC Cadre formateur 1.Législation 2.Étude de cas Circuit du linge propre et 3.Le linge propre a. Stockage b. Du bon usage

Plus en détail

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER :

PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE ACTIONS A REALISER : PROCEDURE D ALERTE EN CAS DE LEGIONELLOSE NOSOCOMIALE Page 1/7 ACTIONS A REALISER : I. ALERTE : Le Bactériologiste, prévient sans délai : - Le médecin du patient infecté, - Le Président du CLIN, le médecin

Plus en détail

Contexte démographique

Contexte démographique Programme de prévention du risque infectieux en établissements d hébergement de personnes âgées dépendantes (EHPAD) Drôme Dr Philippe BURLAT DDASS de la Drôme Contexte démographique 21%> 60 ans 8 % > 75

Plus en détail

Légionelles. Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1

Légionelles. Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1 Légionelles Dr C.GODARD Laboratoire de Bactériologie des eaux CHU de Besançon 03/11/2015 1 Introduction Historique 1976: congrès de l American Legion à Philadelphie: épidémie de 182 malades, 16% de décès

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 0

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 0 Convention N 3674 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-6274 rév. 0 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER. sudfrancilien FORMATIONS EN HYGIENE HOSPITALIERE

CENTRE HOSPITALIER. sudfrancilien FORMATIONS EN HYGIENE HOSPITALIERE CENTRE HOSPITALIER sudfrancilien FORMATIONS EN HYGIENE HOSPITALIERE édito La formation continue et le DPC sont devenus importants dans les Etablissements de santé, tant par leur obligation réglementaire

Plus en détail

Investigation d un épisode de cas groupés de légionellose dans les Hauts-de-Seine (août 2012)

Investigation d un épisode de cas groupés de légionellose dans les Hauts-de-Seine (août 2012) Investigation d un épisode de cas groupés de légionellose dans les Hauts-de-Seine (août 2012) M.Taouqi, C.Bassi, C.Giroux, K.Andrianarijaona, G.Jue, N.Gaillard, A.Brasseur, C.Merle, B.Lorenzi, L.Bernard,

Plus en détail

LA LÉGIONELLOSE EN FRANCE

LA LÉGIONELLOSE EN FRANCE LA LÉGIONELLOSE EN FRANCE Yannick Pavageau, Direction générale de la santé Remerciements à Christine Campese, Agence nationale de santé publique Les Mardis de la DGPR, le 14 mars 2017 Préambule Quelques

Plus en détail

Entretien des tours de refroidissement à l eau Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS)

Entretien des tours de refroidissement à l eau Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) Entretien des tours de refroidissement à l eau Chapitre Bâtiment du Code de sécurité (CBCS) American Society of Plumbing Engineers (ASPE) 10 septembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION Mandat de la RBQ Mise en

Plus en détail

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST

FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST FORMATION DES CORRESPONDANTS EN HYGIENE CCLIN SUD-OUEST réalisée Centre par l ARLIN de Formation Midi-Pyrénées des Professions CCLIN Sud-Ouest de Santé en partenariat avec la Formation Permanente des Professions

Plus en détail

CALENDRIER DES FORMATIONS 2017

CALENDRIER DES FORMATIONS 2017 CALENDRIER DES FORMATIONS Vous trouverez ci-après le calendrier des formations proposées par l AFCBM Bragne Pays de Loire pour l année. Non exhaustif, il sera complété tout au long de l année. La mise

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 8

ATTESTATION D ACCREDITATION. N rév. 8 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-2079 rév. 8 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation (Cofrac) certifies

Plus en détail

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR

Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD. Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Mise en place d une équipe opérationnelle en hygiène dédiée aux EHPAD Nathalie ARMAND - Catherine FAURE - Mireille ROCHE Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Centre hospitalier de Valence

Plus en détail

Contrôle sanitaire des piscines essonniennes

Contrôle sanitaire des piscines essonniennes Qualité de l eau potable en Essonne Contrôle sanitaire des piscines essonniennes Essonne qui bouge 02/02/2016 Raphaël POVERT - 14/02/2014 - Fontainebleau 1 2 1 - L alimentation en eau potable : de la ressource

Plus en détail

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe

Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Quelles mesures à mettre en œuvre pour gérer des cas groupés en EHPAD? Expérience du CH Dieppe : Gestion d une épidémie de grippe Dr Claire AUDINET-BYHET Gériatre Dr Stéphanie ROCHON-EDOUARD Praticien

Plus en détail

Rapport d activités EMH et Indicateurs EHPAD Bilan 2015

Rapport d activités EMH et Indicateurs EHPAD Bilan 2015 Rapport d activités EMH et Indicateurs EHPAD Bilan 2015 Dr Philippe BURLAT, Martine CHAPELLE, Dr Christine GODIN (ARS) Dr Pascal FASCIA, Nadine KHOUIDER (ARLIN) Journée d échanges EMH 30 Novembre 2016

Plus en détail

ANALYSES DE SECURITE ALIMENTAIRE

ANALYSES DE SECURITE ALIMENTAIRE CATALOGUE TARIFS 2016 ANALYSES D EAUX A usage domestique, pour établissement de soin et de bienêtre, pour légionelles. ANALYSES DE SECURITE ALIMENTAIRE Contrôle de surface, bactériologie alimentaire, listeria.

Plus en détail

Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens

Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens Problématique des Laboratoires de Biologie Médicale (LBM) des établissements de santé ligériens Colloque biologie médicale - ARS Pays de la Loire Pays de la Loire Le 9 septembre 2011 D. JACQ PhISP DQE

Plus en détail

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante

Maîtrise des risques sur une installation d eau existante Gestion du risque bactérien dans les réseaux d eau sanitaire Le carnet de suivi sanitaire Outil de la maîtrise des risques sanitaires OFIS 109, rue du 1 er mars 1943 69100 VILLEURBANNE Tél.: 04 37 91 69

Plus en détail

Un nouveau guide pour les EHPA

Un nouveau guide pour les EHPA Un nouveau guide pour les EHPA Groupe indépendant Eau des établissements pour personnes âgées : Maîtrise des risques sanitaires Delphine Verjat-Trannoy Pharmacien hygiéniste CCLIN Paris-Nord Membre du

Plus en détail

Eléments clés de la fiabilité des plans de contrôle

Eléments clés de la fiabilité des plans de contrôle Eléments clés de la fiabilité des plans de contrôle Christophe Dufour Steakexpert, le 22 juin 2011 Eléments clés de la fiabilité des plans de contrôle Pourquoi un plan de contrôle? Etapes critiques du

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E X E MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE A N N E E GUIDE D INFORMATION POUR LES GESTIONNAIRES D ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC CONCERNANT

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI GUIDE TECHNIQUE D ACCREDITATION Analyses microbiologiques des eaux LAB GTA 23 Révision 01 Section Laboratoires SOMMAIRE 1. OBJET DU DOCUMENT... 4 2. DEFINITIONS ET REFERENCES... 4 3. DOMAINE D APPLICATION...

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N rév. 8

ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE. N rév. 8 Convention N 2906 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-1953 rév. 8 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Pourquoi des EIL? Les besoins, les manques, les apports d AQUAREF. Béatrice LALERE Paola FISICARO

Pourquoi des EIL? Les besoins, les manques, les apports d AQUAREF. Béatrice LALERE Paola FISICARO Pourquoi des EIL? Les besoins, les manques, les apports d AQUAREF Béatrice LALERE Paola FISICARO " Amélioration de la qualité des données de surveillance en chimie et hydrobiologie " Les objectifs d une

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Prélèvement pour recherche de Légionelles Pré requis Laboratoire accrédité pour le paramètre légionelles par le Comité Français d accréditation (COFRAC)

Plus en détail

Accréditation des laboratoires de biologie médicale hospitaliers en France : défis et stimulations

Accréditation des laboratoires de biologie médicale hospitaliers en France : défis et stimulations Accréditation des laboratoires de biologie médicale hospitaliers en France : défis et stimulations Accreditation of the medical labs in France : critical issues and the challenging experience M.H. Tournoys(France)

Plus en détail

Règlement modifiant le Code de sécurité Entretien des tours de refroidissement à l eau

Règlement modifiant le Code de sécurité Entretien des tours de refroidissement à l eau Règlement modifiant le Code de sécurité Entretien des tours de refroidissement à l eau 1- PLAN DE PRÉSENTATION Mandat de la RBQ Mise en contexte Contenu du règlement Mise en œuvre du règlement Recommandations

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 1-0881 rév. 2

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 1-0881 rév. 2 Convention N 514 Section Laboratoires ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 1-0881 rév. 2 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail